Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Horace, libertino patre natus

Janine Cels Saint-Hilaire

Texte intégral

1Parler du poète Horace, à propos des « patriciats urbains » dans l’antiquité romaine, relève du paradoxe et de la gageure.

2Ce fils d’un ancien esclave de la région de Venusia porte un des plus grands noms patriciens de Rome.

3Éduqué comme pouvaient l’être les fils des meilleures familles de Rome, il est devenu chevalier romain par le choix de M. Junius Brutus, l’un des défenseurs les plus fervents — jusqu’ à participer à l’assassinat de César — de l’antique République et du ferme maintien des hiérarchies politiques et sociales.

4Entré après la défaite des Républicains, en 38 av. J.-C. sans doute, dans l’amitié de Mécène, il allait faire partie quelques années plus tard du très proche entourage d’Auguste, et c’est lui qui écrirait le chant sacré chanté aux Jeux séculaires de 17 av. J.-C.

5L’histoire, qui est tissée de contradictions, a tous les caractères du conte. Que sait-on donc d’Horace ?

Un destin hors du commun ?

Le nom d’« Horatius »

  • 1 Pour tout cela, je me permets de renvoyer le lecteur à J. CELS SAINT-HILAIRE, La République des tr (...)

6Il porte un nom, Horatius, qui est un nom « patricien » par excellence — l’un des plus grands noms, peut-être, de l’histoire des premiers siècles de Rome. Ce nom était l’un des plus anciens dont la tradition gardait la mémoire — que l’on se souvienne, sous le roi Tullus Hostilius, du conflit de préséance entre Rome et Albe la Longue, la cité mère, et du combat des Horaces et des Curiaces — ; c’était un nom auquel étaient rattachées l’instauration de la République en 509 av. J.-C, et sa restauration en 449 ; il était, enfin, inséparable de celui des Valerii, pour toutes les grandes fondations de l’époque royale et des deux premiers siècles de la République1.

  • 2 Les trois occurrences de la même expression « libertino pâtre natus » appartiennent à HORACE, Sati (...)

7Or, par trois fois, notre poète se dit lui-même « fils d’un libertinus » — c’est-à-dire, selon l’acception courante, « fils d’un ancien esclave »2.

  • 3 Sur les différences de sens entre libertus et libertinus, selon l’opinion courante : G. FABRE, « L (...)
  • 4 Sur cela, cf. A. RUSSI, « Orazio Lucanus an Apulus anceps (Sat., II, 1, 34) », Archivio storico Pu (...)
  • 5 T. R. S. BROUGHTON, The Magistrates of the Roman Republic, I (509-100 B.C.), New York, 1951, p. 10 (...)
  • 6 HORACE, Satires, II, 1, 34 : « [...] Sequor hunc, Lucanus an Apulus, anceps [...] » : « [...] Je s (...)

8Une explication des plus banales et des plus commodes consisterait à dire : le père d’Horace, une fois affranchi de l’esclavage — et donc libertus, ou libertinus3 — devait porter le nom de son ancien maître. Or, on ne voit guère que cette explication ait été retenue4 : c’est que la gens patricienne des Horatii, après avoir encore donné à la République un haut magistrat en 378 av. J.-C.5, avait ensuite complètement disparu de la vie politique à Rome ; et l’on n’a pas trace non plus de ce nom dans la région de Venusia, dont le poète Horace était originaire6. De qui Horace tenait-il donc son nom ?

9Avant d’aller plus avant, une ambiguïté doit ici être levée sur le sens du mot « patricien » à Rome, à la fin de la République et à l’époque augustéenne.

  • 7 Les gentes étaient des groupes de familles placées sous le patronage héréditaire de l’une d’entre (...)
  • 8 J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 227-249.
  • 9 C. NICOLET, Rome et la conquête du monde méditerranéen. Il Les structures de l’Italie romaine, Par (...)

10Sans doute aucun, Rome ne peut se passer des patriciens, à qui reviennent encore des fonctions politiques et religieuses définies par des traditions imprescriptibles, en dépit des concessions successives faites à la « plèbe » — à son élite —, au cours des siècles. Cependant, le patriciat était inséparable de l’organisation de la société en gentes, dont on voit l’émergence et le développement au viiie et au viie siècle av. J.-C.7. Mais au ve siècle av. J.-C, selon toute apparence, il n’y a plus de création de nouvelles gentes ; et dans la première moitié du ive siècle, les gentes cessent de constituer dans Rome et sur son territoire les structures économiques et sociales dominantes, et même elles disparaissent8 : à partir de ce moment-là, il n’y a plus de création de patriciens ; les lignages qui se perpétuent deviennent de moins en moins nombreux avec le temps, et ceux que l’on connaît à la fin de la République — une douzaine de lignages peut-être9 — se rattachent tous aux lignages patriciens de l’époque archaïque, dont beaucoup ont disparu. Les Horatii sont de ceux-là.

  • 10 Pour les tribus dans lesquelles furent inscrits les ressortissants des colonies latines, dès les p (...)
  • 11 Sur les esclaves publics, cf. B. COHEN, « Some neglected ordines : the apparitorial status-groups  (...)
  • 12 Cf. par exemple F. VILLENEUVE, op. cit. — ici, très précisément p. V.

11Cependant Venusia fait partie de ces colonies latines qui ont obtenu la pleine citoyenneté romaine lors de la guerre sociale, en 91-88 av. J.-C, et ses ressortissants ont été alors inscrits dans la tribu Horatia10 — la tribu constituant une unité de recensement pour les opérations de vote dans les comices tributes ou dans les conciles de la plèbe, nécessairement réunis à Rome. L’on en a conclu que le père d’Horace avait été à Venusia un esclave public11, et qu’il y avait pris pour nom celui de la tribu de cette cité, lorsqu’il était devenu citoyen romain12.

  • 13 Sur l’incertitude du statut et de la dénomination du père d’Horace, cf. aussi J. ANDREAU, Vie fina (...)

12L’explication peut paraître commode. Elle est toutefois de pure hypothèse, et je n’ai pas su trouver d’autre exemple de ce procédé, pour l’adoption d’un nom par un affranchi de l’esclavage13 ; cependant, même si la dénomination d’Horace en était le seul exemple connu, l’argument a silentio ne serait certainement pas suffisant pour conduire à son rejet. Pourtant, s’agissant d’un nom aussi chargé d’histoire et de sens que celui des Horatii, il me paraît sage de suspendre provisoirement le jugement, et de rester attentif à la possibilité d’autres indices qui pourraient conduire à d’autres interprétations : il conviendra d’y revenir.

L’éducation à Rome d’un fils de famille

  • 14 Le texte latin figure dans l’édition par F. VILLENEUVE des Odes et Épodes d’Horace, op. cit., p. L (...)

13Tout cela pourrait malgré tout paraître assez banal, si le cas d’Horace n’offrait encore d’autres particularités — que l’on connaît par les écrits du poète lui-même, et par un récit que l’on doit à Suétone de la Vie d’Horace14.

14Il faut évoquer d’abord son enfance, passée à Rome, et la première éducation qu’il y a reçue, et qui sont très semblables à celles qui caractérisent les enfants des milieux les plus aristocratiques :

15« Mon père », explique-t-il, « ne voulut pas m’envoyer [à Venusia] à l’école de Flavius, où les nobles enfants issus des nobles centurions, leur boîte à casier et leur planchette suspendues à l’épaule gauche, allaient, payant aux Ides huit écus de bronze. Dès mon enfance, il ne craignit pas de me transporter à Rome pour m’y faire donner l’instruction que ferait donner à sa progéniture un chevalier, un sénateur. »

16Et d’ajouter :

  • 15 HORACE, Satires, I, 6, v. 65-81 : « Atqui si uitiis medioribus ac mea paucis / mendosa est natura, (...)

17« Mes habits, les esclaves qui me suivaient, si quelqu’un, dans cette grande foule, les avait remarqués, pouvaient faire croire que le patrimoine d’une vieille famille fournissait à de telles dépenses. »15

18Ensuite, à l’adolescence, viennent les années d’étude à Athènes, où son père l’a envoyé pour y parfaire sa formation — toujours selon les meilleures traditions aristocratiques :

  • 16 HORACE, Épîtres, II, 2, 41-45 : « Romae nutriri mihi contigit atque doceri / iratus Grais quantum (...)

19« J’ai eu cette chance », dit-il encore, « d’être élevé à Rome et d’y apprendre quel mal fit aux Grecs la colère d’Achille. La bonne Athènes ajouta quelque chose à ma culture ; oui, elle m’inspira le désir de distinguer la ligne droite de la ligne courbe et de chercher le vrai au milieu des bosquets d’Académus. »16

  • 17 Dans la Satire I, 10, 81-90, Horace évoque leurs noms, et par exemple ceux de L. Calpurnius Bibulu (...)

20Et là, il a côtoyé des jeunes gens qui appartenaient aux meilleures familles de Rome, et noué avec certains d’entre eux des liens d’amitié durable17.

Le fils d’un ancien esclave devient chevalier romain

  • 18 SUÉTONE, Divus Iulius, 79-80.

21Puis c’est, après les Ides de mars 44, la rencontre qu’il fait à Athènes de M. Junius Brutus, qui est le descendant d’un des fondateurs de la République et qui, au nom de la Liberté républicaine, a joué un des premiers rôles dans le meurtre de César18 Sollicité par lui, Horace, qui a alors un peu plus de vingt ans, rejoint le parti et l’armée des Républicains ; en 42 av. J.-C, il participe à la guerre de Philippes — et à la défaite :

  • 19 HORACE, Épîtres, II, 2,46-52 : « Dura sed emouere loco me tempora grato / ciuilisque rudem belli t (...)

22« Le malheur des temps m’éloigna d’un lieu qui m’était cher et la tempête politique me jeta, sans expérience de la guerre, dans une armée qui ne pouvait tenir contre le bras de César Auguste. Aussitôt que Philippes m’eut donné mon congé, retombé à terre comme un oiseau dont on a coupé les ailes et dépouillé du lare et du domaine paternels, je trouvai dans l’audace de la pauvreté le courage de fabriquer des vers » explique-t-il quelque vingt ans plus tard19. Auparavant déjà, il avait dit ses regrets :

  • 20 HORACE, Odes, I, 2, 21-24 : « Audiet ciuis acuisse ferrum / quo graues Persae melius perirent, / a (...)

23« [Rhea Silvia] saura que nous avons, entre citoyens, aiguisé un fer qui aurait dû plutôt frapper les Perses redoutables, elle saura nos luttes, la jeunesse éclaircie par la faute de ses pères [...] »20

  • 21 HORACE, Épîtres, II, 2.
  • 22 C. NICOLET, L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.). 1- Définitions juridiques (...)
  • 23 HORACE, Satires, II, 7, 53-57 (le port de l’anneau d’or) ; HORACE, Satires, I, 6, 40-41 (la place (...)
  • 24 B. COHEN, « Some neglected ordines », loc. cit., p. 54-56.

24Cependant M. Junius Brutus, dans l’armée qu’il conduisait au nom de la Liberté républicaine, avait fait d’Horace un tribun militaire21 : ce qui signifiait pour celui-ci, fils de libertinus, l’accès à l’ordre équestre22. Après la défaite des Républicains à Philippes, Horace, englobé dans la répression, a perdu « le lare et le domaine paternels », mais dix ou douze ans plus tard, il porte toujours l’anneau d’or réservé aux chevaliers, et au théâtre il a sa place dans les rangs qui leur sont réservés23 : il appartient donc encore à l’ordre équestre, et cette appartenance implique à la fois qu’en dépit des confiscations subies, il n’a pas été rayé de la liste de l’Ordre, et qu’il n’est pas sans ressources — il possède au moins le cens d’un chevalier. Il a d’ailleurs acquis une charge de scriba quaestorius, à laquelle étaient attachés des revenus et des pouvoirs politiques qui étaient loin d’être négligeables — et beaucoup de scribae appartenaient à l’ordre équestre24.

  • 25 Ce que le poète prend soin de rappeler, d’abord en évoquant un propos que lui a tenu Mécène : « Cu (...)
  • 26 C. NICOLET, L’ordre équestre..., op cit., p. 410-415.
  • 27 Un esclave public qui n’avait pas même appartenu, de surcroît, à Rome ou à une cité prestigieuse d (...)
  • 28 Sur cela : L. R. TAYLOR, « Horace’s equestrian career », The American Journal of Philology, XLVI, (...)

25Or, que le fils d’un affranchi de l’esclavage — même ingenuus25, c’est-à-dire né après l’affranchissement de son père et donc né dans la citoyenneté — ait pu recevoir une telle éducation, qu’il ait été gratifié d’amitiés aussi illustres, qu’enfin il soit devenu chevalier romain et surtout qu’il le soit resté, ne laisse pas de surprendre. Certes, le recrutement de l’ordre équestre — demeuré fortement « romain » jusqu’à la guerre sociale, et réservé à des familles de Rome ou des municipes les plus « nobles » —, s’était ouvert à l’élite municipale après 90 av. J.-C, et surtout à partir de 65-60, après que tous les Italiens libres étaient véritablement devenus citoyens romains26. Mais que dire du fils d’un ancien esclave public27, par définition sans notoriété d’aucune sorte, dans une société des plus aristocratiques, au sein d’un cercle de jeunes Républicains tout imbus de la valeur qui s’attachait à leurs origines et à leur noblesse ? Il y a là une sorte de contradiction — non de droit, mais de fait — avec les procédures habituelles de recrutement de l’ordre équestre, et l’on a pu douter de la qualification d’Horace comme chevalier28. Plus encore : comment comprendre qu’un M. Junius Brutus — un très grand aristocrate et un « républicain » des plus conservateurs — ait placé dans son état-major, où se trouvaient les fils des plus grandes familles romaines, le rejeton d’un ancien esclave public ?

  • 29 Le fait est souligné par G. FABRE, op. cit., p. 124.
  • 30 HORACE, Satires, 1, 6, 85-86 : « Nec timuit sibi ne uitio quis uerteret, olim / si praeco paruas a (...)
  • 31 L’information est corroborée par Suétone, qui le dit cependant exactionum coactor ; J. ANDREAU, Vi (...)
  • 32 J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent. L’économie romaine, Rome, « L’Erma » di Brets (...)
  • 33 HORACE, Épîtres, II, 2, 49-52 : « Vnde simul primum me dimisere Philippi, / 50 decisis humilem pin (...)
  • 34 HORACE, Odes, ΙΠ, 4, 9-11 : « Me fabulosae Voiture in Apulo / nutricis extra limina Pulliae / ludo (...)

26Une question alors s’impose : qui était le père d’Horace ? Un libertinus certainement, mais qu’entendre par là ? De toute certitude, le père d’Horace n’était pas né dans la citoyenneté romaine, il l’avait acquise ; mais une fois cela affirmé, on se perd en conjectures, parce qu’on ne sait à peu près rien de ce père — pas même son nom d’esclave29. On sait seulement qu’il avait été coactor30 — un manieur d’argent dont les activités, au temps de Cicéron, étaient sans doute d’enregistrement, d’encaissement, et d’opérations de crédit dans les ventes aux enchères31 : en d’autres termes, le père d’Horace avait appartenu aux « métiers » de l’argent, ce qui aurait suffi, semble-t-il, à le différencier des gens des aristocraties municipales32. Mais il disposait aussi d’un patrimoine, qu’il avait laissé à son fils et dont Horace évoque la perte au lendemain de Philippes : l’avait-il acquis sur le tard, après avoir cessé d’être coactor33 ? Ne serait-ce pas, aussi bien, le domaine où Horace a passé les années de la petite enfance, et qui était tout proche du mont Vultur apulien34 ?

Bénéficiaire, ou victime des malheurs des temps ?

  • 35 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit. : cf. par exemple C. NICOLET, op cit., p. 102, note 73.
  • 36 G. WILLIAMS, « Libertino Patre Natus : True or False ? », dans S. J. HARRISON ed., Homage to Horac (...)

27Ces interrogations ne sont pas nouvelles, et des réponses ont été proposées. Je voudrais revenir ici sur deux études qui, en utilisant deux approches différentes, abordent l’ensemble des problèmes et aboutissent à des conclusions fort différentes : celle, d’abord, que Lily Ross Taylor a proposée en 1925 de la carrière équestre d’Horace, et à laquelle on n’a pas cessé par la suite de se référer35 ; celle ensuite, récente, de Gordon Williams qui s’interroge : « Libertino patre natus : True or False ? »36 — vrai ou faux ?

Comment le fils d’un ancien esclave est devenu chevalier romain, à la fin de la République

  • 37 L. R TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 164.

28Pour Lily Ross Taylor37 la coutume, aux yeux des Républicains les plus conservateurs — au yeux des optimates —, disqualifiait certainement le fils d’un affranchi pour l’accès à l’ordre équestre, et le choix d’Horace par M. Junius Brutus paraît traduire un étonnant laxisme : sans doute convient-il de l’expliquer par les nécessités du moment, qui ont dû incliner le défenseur de la Liberté républicaine à une attention plus relâchée. Surtout, M. Junius Brutus a pu se laisser abuser par les apparences : rien en effet, depuis sa petite enfance, ne distinguait Horace des jeunes gens des meilleures familles — vêtements, suite d’esclaves, train de vie dignes d’un fils de chevalier ou de sénateur — à Rome et certainement aussi à Athènes. Lily Ross Taylor en vient à penser que selon toutes probabilités, M. Junius Brutus ignorait une partie de la vérité : il devait ignorer les origines serviles du père d’Horace, et l’époque le permettait.

  • 38 DION CASSIUS, XLVIII, 34. À ce propos cependant SUÉTONE, César, LXXX, 3, ne parle pas de libertini (...)
  • 39 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 167, note 25.
  • 40 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 167, note 26.
  • 41 HORACE, Satires, I, 6, 24-25 et II, 24, 107-109 (Tillius) ; 1, 6, 40-41 (Novius).
  • 42 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168 et notes 27-29, renvoie ici à E. H. HAIGHT, Horac (...)
  • 43 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168 et notes 27.

29Car de toute évidence, la fortune du jeune homme le qualifiait pour l’ordre équestre, peut-être même pour une carrière sénatoriale qui, au temps de César et encore sous les triumvirs, n’aurait pas été tout à fait exceptionnelle. César en effet, aux dires de Dion Cassius38, avait fait entrer au Sénat des citoyens de fraîche date, et les triumvirs avaient certainement suivi son exemple. Lily Ross Taylor évoque ici un Vedius Pollion39 — qui, pense-t-elle, devait être un fils d’affranchi — un Menas, libertinus lui aussi, dont Octave avait fait non seulement un ingenuus mais aussi un chevalier, parce qu’il lui avait livré la flotte de Sextus Pompée40, et l’on pourrait aussi citer, comme le fait Horace, un Tillius ou un Novius, des hommes sans naissance devenus pourtant sénateurs41. Horace lui-même n’a-t-il pas eu pendant un temps, son pardon obtenu, la tentation de s’engager dans la voie des honneurs ? N’a-t-il jamais été sollicité en ce sens ? On a pu lire la Satire I, 642, comme une déclaration de renoncement très personnelle à une carrière des honneurs qui, au moment du moins où Horace l’écrivait, vers 34 av. J.-C, n’était pas impossible43.

  • 44 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168 et note 27 : cf. SUÉTONE, Auguste, 35, 1 : « Sena (...)
  • 45 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 169.

30Mais dans les années qui ont suivi la victoire d’Actium, un processus de normalisation a été engagé : il convient maintenant de « restaurer la République ». En 29 av. J.-C Octave, associé au consulat avec Agrippa, a entrepris de réviser le Sénat et d’en chasser les intrus44. Vraisemblablement, les possibilités d’ascension politique sont devenues beaucoup plus réduites que dans les années précédentes, et le renoncement renouvelé d’Horace — s’il faut encore interpréter ainsi la Satire 24 du second livre, que l’on date de 30-29 av. J. -C. — relevait, conclut L. R. Taylor, tout simplement de la sagesse45.

  • 46 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168, note 29.

31L’explication que l’historienne proposait, selon toute apparence, ne la satisfaisait pourtant pas véritablement ; comme si l’importance du personnage lui interdisait de s’en contenter, elle suggère à l’occasion d’une note : « Le rang sénatorial a pu naturellement lui être conféré par Octavien, de la façon coutumière en ces années oublieuses des règles. »46

Les aristocraties locales et les malheurs de la guerre sociale

  • 47 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 196-197 et la bibliographie (notes 3-5).

32Le questionnement de G. Williams suit une logique exactement inverse47. Si l’on admet — dit-il —, que le père d’Horace était un libertinus — et l’on doit bien l’admettre, puisque le poète lui-même l’affirme —, si donc il avait été esclave, la question préalable à toute autre doit être : d’où venait-il ? Question inséparable d’une autre, bien plus importante encore : qu’est-ce qu’un esclave à Rome, à ce moment ?

  • 48 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 297-299.
  • 49 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 370-371, pense que le père d’Horace a été d’abord coac (...)
  • 50 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 360-371 : au iie siècle et au début du ier siècle av. (...)
  • 51 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 364-365 ; G. WILLIAMS, loc. cit., p. 299.

33G. Williams, on le voit, s’intéresse à une autre des contradictions qui s’attachent à l’histoire d’Horace — contradiction entre le niveau de vie et de fortune, de culture et de conscience de soi que suppose la stratégie éducative adoptée par le père d’Horace, et son ancienne condition d’esclave48. Le bonhomme a été coactor, mais aussi propriétaire d’un domaine foncier, au moins dans ses dernières années49. Il a vécu, en somme, comme l’un de ces aristocrates municipaux qui, par leurs activités financières — sans toutefois se réclamer d’aucun des « métiers » de l’argent50 — ont assuré le développement économique de l’Italie au IIe et au début du ier siècle av. J.-C. et qui, par leur niveau de richesse et leur style de vie, peuvent se comparer avec les citoyens romains les plus honorables — avec qui ils ont d’ailleurs souvent partie liée51.

  • 52 Par exemple HORACE, Satires, I, 5, 77-78 ; Odes, III, 30, 10-12 et III, 4, 13-16.
  • 53 Sur cela, cf. en particulier A. RUSSI, loc. cit., p. 11-15 — avec les références aux sources et un (...)

34G. Williams souligne encore l’amour d’Horace pour sa terre natale, un amour perceptible dans les Satires aussi bien que dans les Odes52 ; et le poète de se proclamer « sabellien » sans bien savoir, avoue-t-il, s’il est apulien ou lucanien53.

  • 54 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 302, avec les références.
  • 55 Pour l’histoire de Venusia et de ses relations avec les peuples lucaniens et apuliens, cf. A. RUSS (...)
  • 56 DENYS D’HALICARNASSE, XVII-XVIII, 4-5.
  • 57 TITE LIVE, X, 15, 1 ; cf. en particulier M. PANI, « Le città Apule dall’independenza all’ assetto (...)
  • 58 M. TORELLI, « Il quadro materiale... », loc. cit., p. 610-612.
  • 59 HORACE, Satires, II, 1, 34 : « [...] Sequor hunc, Lucanus an Apulus, anceps ; / nam Venusinus arat (...)

35On a expliqué cet aveu d’incertitude, de la part du poète, comme l’aveu d’une ignorance des origines qui serait inhérente à la condition servile de son père. G. Williams s’élève vigoureusement contre une telle interprétation54 qui omet une information sûre : l’appartenance déclarée d’Horace aux peuples sabelliens ; qui ignore aussi, bien à tort, la situation même de Venusia au milieu de ces peuples et son histoire55, une histoire inséparable des guerres menées par Rome en pays samnite depuis 326 av. J.-C. Venusia, colonie latine, avait été fondée en 291 av. J.-C.56, avant même la fin de la dernière de ces guerres, où l’on avait vu combattre contre Rome des Apuliens alliés aux Samnites57. La colonie avait peut-être été établie sur le territoire d’une Venusia samnite préexistante58 : en d’autres termes, les populations indigènes — celles qu’Horace désigne comme les Apuliens et les Lucaniens —, avaient été dépossédées d’une partie de leurs terres, au profit des colons59.

  • 60 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 302-303.

36La demi-incertitude d’Horace sur ses origines, cette façon aussi qu’il a d’évoquer le rôle de Venusia dans le contexte de la prise de contrôle de Rome sur l’Italie méridionale, suggèrent à G. Williams une première explication possible60 : le domaine que possédait son père a pu faire partie des terres confisquées par les Romains aux populations sabelliennes — sans que l’on puisse dire si elles avaient appartenu aux Lucaniens ou aux Apuliens. Mais cette interprétation ne lui paraît guère adaptée aux préoccupations qu’Horace exprime d’autre part dans cette satire, et qui intéressent le présent et l’avenir plutôt qu’un trop lointain passé : doit-il — demande Horace au jurisconsulte Trebatius Testa comme il le demanderait à un père — cesser d’écrire des satires qui pourraient lui valoir de méchants procès ? De tels propos, pense G. Williams, montrent que c’est dans l’histoire la plus récente de Venusia que l’on peut trouver les éléments d’une explication pertinente : c’est-à-dire dans le temps de la guerre sociale, et dans les années qui l’ont suivie.

  • 61 VELLEIUS PATERCULUS, Histoire romaine, XLV-XVI.

37Or, en 90 av. J.-C, le refus de Rome de concéder la citoyenneté romaine optimo iure à ces peuples qui, comme alliés, comme Socii de Rome, participaient au développement de sa puissance depuis trois cents ans et plus, les a conduits à la rupture et à la guerre61. Et Venusia, la colonie latine, a rejoint la rébellion.

  • 62 M. TORELLI, « Il quadro materiale... », loc. cit., p. 619 ; G. WILLIAMS, loc. cit., p. 307-309.

38La guerre devait durer là plus que partout ailleurs. Mais en 88 av. J.-C. Venusia a été prise, la région ramenée à l’obéissance, et sans doute les chefs de la révolte ont-ils été durement châtiés62.

  • 63 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 302-304.
  • 64 HORACE, Satires, II, 1, cite favorablement Trebatius Testa, aussi bien qu’Asinius Pollion, Odes, Π (...)

39C’est dans ce contexte que G. Williams place l’histoire du père d’Horace63. Les informations que l’on a sur ce libertinus rendent très difficile, écrit-il, de voir en lui un esclave importé : tout démontre que le père d’Horace est un homme du cru — un Apulien ou un Lucanien qui, au témoignage de son fils, possède à la fois une grande culture et un sens élevé de sa dignité. Si l’on admet l’appartenance « sabellienne » que tout suggère, l’on est conduit alors à s’interroger sur ce qu’ont pu faire le grand-père d’Horace ou son père, dans la tourmente de la guerre sociale : sans doute se sont-ils joints à la révolte, comme on le voit d’un Trebatius — un Apulien, qui est peut-être le grand-père de C. Trebatius Testa —, ou d’un Herius Asinius, chef des Marricini — et qui est peut-être le grand-père de C. Asinius Pollio64. Sans doute aucun, les aristocraties des peuples révoltés ont subi le poids de la défaite : certains des leurs ont pu être réduits en esclavage, et selon toute vraisemblance ce fut le sort du père d’Horace, dont l’origine sociale était certainement bien différente de ce que l’on croit d’ordinaire. Mais le pardon pouvait venir — comme pourraient précisément le montrer les cas de C. Trebatius Testa et de C. Asinius Pollion.

  • 65 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 304-305, qui renvoie à HORACE, Satires, I, 6, 71-88 : cf. ci-dessus, no (...)

40Par la suite, poursuit G. Williams65, l’on devait en effet assister au rétablissement d’un homme qui avait pour lui l’éducation liée à son milieu d’origine, la culture, les compétences, une conscience de soi enfin, inséparable d’une dignité reçue à la naissance — en dépit d’un sort pour un moment contraire. Et lorsque le poète se déclare libertino patre natus, il ne fait là sans doute que répéter ironiquement ce qui devait être une vieille moquerie : celle qu’avaient pu proférer à son endroit « les enfants des nobles centurions » qui fréquentaient l’école de Flavius à Venusia, et qui avaient pu connaître la mésaventure du père.

  • 66 La notion de dérogeance est inconnue des Romains : J. ANDREAU, Patrimoine..., op. cit., p. 3-17, e (...)

41Une telle interprétation a le mérite certain de résoudre les contradictions les plus criantes : à la seule condition que leurs pères aient obtenu la citoyenneté romaine optimo iure — et après la guerre sociale c’est le cas de tous les Italiens qui ont été inscrits sur les registres du cens entre 88 et 70 av. J.-C. au plus tard —, aucune disqualification majeure ne s’attachait aux fils de bonne famille, et rien ne pouvait s’opposer à ce qu’Horace accédât à l’ordre équestre. Sans doute son père avait-il été de ceux qui avaient subi le châtiment après la guerre sociale, mais rien ne pouvait véritablement diminuer un homme bien né, et capable — en devenant coactor — de rétablir, pour lui et pour son fils, sa fortune et sa position sociale66 : son fils avait donc reçu une éducation digne d’un fils de chevalier, digne d’un fils de sénateur.

42On peut toutefois opposer à G. Williams plusieurs objections.

43D’abord, cette interprétation ne repose sur aucune documentation concrète : elle résulte d’une reconstruction, nécessaire il est vrai, si l’on admet comme une évidence indiscutable que le mot libertinus désigne toujours un esclave affranchi. Il faut alors admettre — mais c’est seulement une autre hypothèse — que le père d’Horace, du fait de la guerre sociale, était devenu esclave public à Venusia ; mais il avait été affranchi — libertinus — et il y était devenu coactor. L’on explique enfin le nom d’« Horatius » — c’est la dernière hypothèse et peut-être la plus étrange — par le nom de la tribu Horatia, dans laquelle Venusia et les peuples voisins avaient été inscrits : c’est là une procédure de dénomination qui n’est pas habituelle — et l’on peut même se demander si l’en existe d’autres exemples...

44Je me hasarderai donc à proposer une autre interprétation qui repose d’abord — on l’aura peut-être deviné — sur une analyse du mot libertinus. Ce mot, me semble-t-il, possède une signification plus large que celui qu’on lui assigne ordinairement ; et cette signification autorise — et à mon sens suggère — une autre interprétation de l’ensemble de la documentation.

Un témoin exemplaire de l’intégration romaine

Le sens du mot libertinus

  • 67 Thesaurus Linguae Latinae, s. v. libertinus, 1319-1320, 39 sq. Le Thesaurus — qui donne pour chaqu (...)

45Le Thesaurus Linguae Latinae, dictionnaire raisonné de la langue latine qui appuie ses définitions sur des occurrences précises, signale l’existence de deux sens du mot67 :

  • selon l’usage ancien (usu prisco), libertinus désigne le fils du libertus ;
  • selon l’usage commun (usu communï), il désigne le libertus lui-même.
  • 68 Thesaurus Linguae Latinae, s v. libertinus, 1319, 61-63 : « de differentia inter libertinum et lib (...)

46De façon très générale, libertus et libertinus sont tenus pour synonymes, à une nuance près : on parle de libertus lorsqu’on évoque les rapports sociaux qui lient l’ancien esclave à son ancien maître ; on parle de libertinus lorsqu’on se place dans la perspective des relations politiques qui se nouent entre le nouveau citoyen et sa cité68.

47Sur ce « sens ancien » de libertinus comme « fils de libertus », il convient d’abord de s’arrêter.

  • 69 SUÉTONE, Claude, 24 : « [...] Latum clauum, quamuis initio affirmasset non lecturum se senatorem n (...)

48Cette définition est appuyée sur une seule occurrence : un passage de la Vie du Divin Claude de Suétone69, dans lequel Suétone conteste le sens que l’empereur Claude donnait au mot libertinus. Claude, explique Suétone, voulait faire entrer au Sénat le fils d’un libertinus, et prétendait ne faire en cela que suivre l’exemple du plus prestigieux de ses ancêtres (generis sui proauctor), Appius Claudius Caecus, qui lors de sa censure en 312 av. J.-C. aurait fait entrer au Sénat des fils de libertini... Mais, dit Suétone, l’argument de Claude était sans valeur, car celui-ci « ignorait qu’au temps d’Appius et longtemps ensuite, on appelait libertini non pas ceux qui avaient été manumissi, mais les ingenui qui étaient nés d’eux [...] » : Appius Claudius avait donc fait entrer au Sénat non pas des fils, mais des petits-fils de nouveaux citoyens.

  • 70 J. CELS SAINT-HILAIRE, « Les libertini : des mots et des choses », DHA, 11, 1985, p. 331-379, en p (...)
  • 71 HORACE, Satires, I, 6 : « Non quia, Maecenas, Lydorum quicquid Etruscos / incoluit finis, nemo gen (...)
  • 72 Évoquant par exemple, à la suite de Valerius Messala, le respect des règles que professait le Prin (...)

49Je ne reviendrai pas en détail sur ce texte, que j’ai longuement étudié ailleurs70. Je ferai seulement remarquer ici que ce passage de Suétone, s’il fait connaître deux interprétations différentes du mot libertinus, n’autorise en rien le lecteur à admettre a priori que Claude est dans l’erreur et Suétone dans la vérité. Si alors on cherche des exemples de l’emploi du mot tel qu’il est défini par Suétone, force est de constater que l’on n’en connaît aucun : Plaute, Cicéron, Salluste, Tacite, Pline l’Ancien... donnent tous au mot libertinus le sens que lui accorde Claude, celui de « nouveau citoyen », et aucun libertinus n’est jamais désigné comme ingenuus. L’opposition entre libertinus et ingenuus est une opposition en effet bien réelle et importante, et Horace y insiste auprès de Mécène71 : « Cum referre negas quali sit quisque parente natus, dum ingenuus [...] » : « peu importe, dis-tu, de qui l’on est le fils, pourvu qu’on soit né libre [...] » — comprenons : « né dans la citoyenneté romaine » et il suffit, pour que le fils soit ingenuus, qu’il soit né après la manumissio de son père. Quant à Suétone, la seule lecture de ses écrits pourrait convaincre les plus sceptiques du fait que cet auteur ne confondait nullement libertini et ingenui, ni pour son temps, ni au moins pour celui d’Auguste : il sait fort bien tout ce qui oppose le libertinus — citoyen de fraîche date — à l’ingenuus — né dans la citoyenneté romaine, de père et de mère citoyens72 — sauf dans le passage où Suétone s’oppose à Claude, et que le Thesaurus reprend.

50Mais à propos de Claude, le souci de Suétone n’est pas celui du grammairien : il est politique. Suétone entend « démontrer » que la coutume des ancêtres, illustrée par le censeur en 312 av. J.-C, n’autorisait pas Claude à faire entrer au Sénat le fils d’un citoyen de fraîche date : de façon péremptoire, en toute mauvaise foi et contre toute raison — avec quelle efficacité pourtant — il affirme que le libertinus était un ingenuus dont le père avait acquis la citoyenneté romaine, et donc que Claude se trompait d’une génération...

51Mais il convient de revenir encore à la présentation que donne le Thesaurus Linguae Latinae du texte de Suétone. Celui-ci, en effet, ne parle nullement de libertifilius, comme l’écrit le Thesaurus, mais de manumissi filius : ce qui est un mot différent, porteur d’autres sens.

  • 73 J. CELS SAINT-HILAIRE, « Les libertini... », loc. cit., p. 338-342.

52Certes, c’est par la manumissio que l’on affranchit les esclaves. Mais elle n’intéresse pas qu’eux : c’est aussi par la manumissio que les jeunes Romains sont affranchis de la tutelle de leurs pères, qu’ils sont « émancipés » de la patria potestas73. Et l’on emploie encore le mot à propos des étrangers — les pérégrins — qui accèdent à la romanité, comme le montre l’histoire de Carteia, telle qu’on la tient de Tite Live.

53À propos de Carteia, Tite Live expose en effet :

  • 74 TITE LIVE, XLIII, 3, 1-4 : « Et alia noui generis hominum ex Hispania legatio uenit. Ex militibus (...)
  • * Je transcris ici le texte retenu par M. Humbert, et en particulier la leçon des manuscrits « si qu (...)

54« Et il vint d’Espagne une autre délégation d’une nouvelle catégorie d’hommes [alia noui generis hominum legatio]. Plus de quatre mille hommes, rappelant qu’ils étaient nés de soldats romains et de femmes hispaniques, entre lesquels il n’y avait pas de conubium, priaient qu’on leur donnât un oppidum, où ils habiteraient. »74*

  • 75 M. HUMBERT, loc. cit., p. 229-232.

55Ces hommes sont donc libres, mais apatrides selon toute apparence75 : ils sont de ce fait privés d’identité, de droits et de moyens d’existence. Ils viennent donc demander à Rome « qu’un oppidum leur soit donné, où ils demeureraient ». Et Tite Live poursuit :

56« Le Sénat décréta qu’ils donneraient leurs noms à L. Canuleius, le préteur pérégrin. Ceux d’entre eux que le préteur aurait manumissi seraient installés à Carteia, près de l’Océan. Ceux des Carteienses qui voudraient y garder leur demeure le pourraient, une terre leur étant assignée, de sorte qu’ils seraient au nombre des colons. Cette colonie serait latine, et appelée « colonia libertinorum. »

  • 76 Ε DE RUGGIERO et al, Dizionario epigrafico di Antichità romane, Roma, 1947, IV, 14, s.v. Latium, 2 (...)

57Cela signifie clairement, à mon sens, que tous — bâtards apatrides relevés d’une condition absurde, ou indigènes certainement libres et en tout cas tous « pérégrins » —, devenus dues de droit latin après avoir été manumissi, sont des libertini ; l’on remarquera au passage, de surcroît, le titre très officiel de Carteia -celui de colonia libertinorum, reçu en même temps que son statut juridique qui est le droit latin : ce qui donne à penser qu’il en allait de même dans le langage du droit76.

  • 77 Au cours de ces années, on le voit, le statut latin a subi une mutation radicale : cf. J. CELS SAI (...)

58Ainsi, il semble bien que l’on appelle libertini non seulement les esclaves qui ont été affranchis par leurs maîtres citoyens romains, mais aussi les étrangers, ceux que l’on appelle « pérégrins », qui reçoivent la citoyenneté romaine ou même le droit latin, au moins à partir de 171 av. J.-C.77. Le mot apparaît comme un vocable ambigu : il insiste sur le caractère récent de la citoyenneté romaine (ou du droit latin, après 171 av. J.-C.) du libertinus, mais il laisse dans l’ombre le statut d’origine du nouveau citoyen : en l’absence d’autres informations, on ne saurait dire d’un libertinus s’il a naguère été esclave, ou pérégrin.

  • 78 L’analyse qui va suivre m’a été nécessaire pour une autre étude, où il était aussi question de lib (...)

59Or, dans une Periocha de Tite Live, la Periocha 77, relative à l’année 88 av. J.-C, il est question dès la première phrase de l’inscription dans les tribus des noui dues libertinique78.

  • 79 Sur les Periochae de Tite Live : P. JAL, Introduction aux Abrégés des livres de l’Histoire romaine (...)
  • 80 P. JAL, op. cit., p. LVII
  • 81 P. JAL, op. cit., p. LVI.
  • 82 P. JAL, op. cit., p. LIII ; pour un tableau des concordances : P. JAL, op. cit., note 41, p. 167-1 (...)

60Certes, les Periochae, si elles ressemblent à bien des égards à des résumés de Y Histoire de Rome de Tite Live, ne sont pas de la main de Tite Live79. Elles ont été écrites à une date difficile à déterminer, entre le iie et le ive siècle ap. J.-C, et l’on n’en connaît pas l’auteur. Cependant l’on sait — la comparaison, chaque fois qu’elle est possible, entre le texte conservé de Tite Live et la Periocha correspondante permet ici des conclusions certaines — que si l’auteur des Periochae ne s’est pas toujours interdit toute modification de l’original, ces modifications sont peu nombreuses et peu importantes ; et l’on est en droit de penser qu’il en allait de même, pour la partie perdue des livres de Tite Live80. De surcroît, l’auteur anonyme des Periochae paraît étroitement dépendant de son modèle, dont il lui arrive de conserver fidèlement des phrases entières81 : il les choisit, et fort bien, pour aboutir à une version abrégée de l’œuvre de Tite Live82. Qu’en est-il donc de l’expression noui ciues libertinique ?

  • 83 A. ERNOUT et F. THOMAS, Syntaxe latine, Paris, 1959, p. 440 : « L’ancienne particule enclitique -q (...)

61La Periocha 77, où l’expression figure, rappelle les événements essentiels de l’année 88 av. J.-C, et d’abord les projets de loi « pernicieux » que le tribun de la plèbe P. Sulpicius a déposés à l’instigation de Marius. Ce sont trois projets, énumérés par la Periocha à la suite les uns des autres, tous reliés par la conjonction copulative et ; et au milieu de ces et vient la copulative -que, pour lier noui dues à libertini : on reconnaît là un procédé de style, qui permet de marquer entre les deux éléments du syntagme ainsi constitué une relation particulièrement étroite83, de quasi similitude et de complémentarité.

  • 84 TITE LIVE, Periochae, 76. Pour un exposé détaillé des événements de 89 et 88 : VELLEIUS PATERCULUS (...)
  • 85 VELLEIUS PATERCULUS, II, 20, 2 : « [...] Itaque, cum ita ciuitas Italiae data esset ut in octo tri (...)

62Cela se passe au début de l’année 88. Les consuls L. Sylla et Q. Pompée marchent sur Rome, que les Marianistes tiennent encore. A ce moment, la guerre sociale est pour l’essentiel achevée84. Rome consent alors à octroyer la citoyenneté romaine à ses anciens Socii : les Italiens deviennent noui ciues. Et l’on discute des modalités de la répartition que l’on va faire des nouveaux citoyens dans les tribus — la tentation étant de leur accorder aussi peu d’importance politique que possible : tirera-t-on au sort quelques tribus où ils seront inscrits ? En créera-t-on huit nouvelles, que l’on fera voter après les trente-cinq tribus traditionnelles85 ?

63Dans une telle conjoncture, il est fort douteux que Marius et les siens aient eu à l’esprit les esclaves affranchis ; il y en avait sans doute, mais ils ne constituaient certainement alors qu’une catégorie très marginale. En revanche, la force bien réelle que représentaient les Italiens récemment promus devait attirer leur attention : qu’ils aient tenté de les rameuter et de les séduire, en ces jours difficiles d’une lutte sans merci contre les consuls Q. Pompée et L. Sylla, en leur offrant une inscription sans réserve dans toutes les tribus, n’a rien de très étonnant. C’est, à mon sens, ce que suggère la Periocha — et ce que confirme fort clairement Velleius Paterculus.

  • 86 Tite Live fait usage d’expressions singulièrement proches, pour relater les débats des années 189- (...)

64En d’autres termes, c’est dans le contexte des lendemains de la guerre sociale, et dans un climat de guerre civile, que le syntagme noui ciues libertinique prend pleinement sa place : l’on peut raisonnablement admettre qu’il a pu figurer dans le texte que Tite Live avait écrit86, et que l’auteur de la Periocha 77 peut fort bien l’y avoir lu, et copié.

  • 87 En faveur de cette hypothèse, le fait que l’usage de la particule enclitique -que disparaît de la (...)
  • 88 Pour d’autres analyses : P. LOPEZ BARJA DE QUIROJA, « La fundacin de Carteya y la manumissio censu(...)

65Dans cette lexie complexe, doit-on reconnaître — comme je le croirais volontiers — un syntagme d’usage traditionnel87 ? Quoi qu’il en soit, les deux termes qui la composent renvoient aux deux versants d’un seul et même processus, fort ancien, d’ouverture de la cité romaine — noui dues évoquant l’acquisition de la citoyenneté, tandis que libertini renvoie à l’exercice des droits politiques dès lors consentis par le peuple romain88.

  • 89 C’est la formule qu’utilise aussi VELLEIUS PATERCULUS, 2,18,6.
  • 90 Sur cela : J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 360-361, note 28.
  • 91 Ce qui lie — et aussi ce qui sépare — noui dues libertinique, et dues ueteres, pourrait être illus (...)

66On remarquera cependant l’usage de la formule dans un contexte ici dévalorisant — celui des « lois pernicieuses »89 inspirées par Marius. Une analyse des occurrences que l’on possède du mot libertinus montrerait que même dans des textes qui sont loin d’être polémiques, il comporte toujours, de quelque façon, une nuance dépréciative90 : il n’en renvoie pas moins à une catégorie politique précise, dont Velleius Paterculus parle fort bien lorsqu’il évoque ces noui dues que sont les Italiens au lendemain de la guerre sociale — citoyens romains certes, mais de fraîche date — et leur poids politique au regard des ueteres ciues qui sont, eux, des citoyens romains d’ancienne extraction91.

67C’est, me semble-t-il, dans cette perspective qu’il convient de replacer les propos tenus par Horace sur ses origines, et de reposer la question : qu’était le père d’Horace ?

Horace et les siens dans la guerre sociale

  • 92 Pour l’inscription des Italiens dans les tribus après la guerre sociale, cf. L. R. TAYLOR, Voting (...)

68Le père d’Horace avait un domaine au pied du mont Vultur, à la frontière de la Lucanie et de l’Apulie ; et il ne savait sans doute pas plus que son fils s’il appartenait aux Lucaniens ou aux Apuliens. Ces peuples, avec Venusia la colonie latine, avaient combattu contre Rome dans la guerre sociale, et ils avaient résisté plus longtemps que les autres insurgés : peut-être ont-ils dû attendre quelques années avant d’être inscrits sur les registres du cens92. Mais il n’est nul besoin de supposer pour le père d’Horace un quelconque passage par l’esclavage : Apulien ou Lucanien, et vraisemblablement d’assez bonne naissance, comme le suggère G. Williams, il était de ces Italiens qui étaient devenus citoyens romains après la guerre sociale, et que l’on a pu désigner comme libertini. Est-il possible de préciser davantage ?

69Est-il d’abord si certain que dans la guerre sociale, le grand-père d’Horace et son père avaient choisi l’insurrection ? Les informations que donne Horace inclineraient plutôt, à mon sens, à croire à sa fidélité à Rome.

  • 93 HORACE, Satires, I, VI, 72-75 : « [...] quo pueri magnis e centurionibus orti / laeuo suspensi loc (...)
  • 94 C’est un nom qui relève d’une anthroponymie romanisée typique de la région : M. LEJEUNE, L’anthrop (...)

70Ainsi, le refus du père de confier son fils à l’école de Flavius, à Venusia — l’école que fréquentaient « les nobles enfants issus des nobles centurions »93 : si persiflage il y a, c’est bien dans ces propos du poète, car « nobles » ne va guère avec « centurions ». Pourquoi donc une telle hostilité, qui paraît englober Venusia avec ses colons, et son maître d’école dont le nom, Flavius94, pourrait être représentatif d’un peuplement bien local, aux ambitions très limitées ?

  • 95 HORACE, Épîtres, II, 1, 70-71, se souvient du Plagosus Orbilius — « Orbilius, grand ami du fouet » (...)
  • 96 SUÉTONE, Des grammairiens et des rhéteurs, 9 ; cf. aussi HORACE, Épîtres, II, 1, 70-71, où Horace (...)

71La réponse à cette question est peut-être donnée par le choix que fit le père d’Horace d’Orbilius Pupillus, grammairien95, pour enseigner son fils à Rome96. Orbilius, dit Suétone, né à Bénévent, était venu à l’âge de cinquante ans s’installer à Rome, sous le consulat de Cicéron, pour y enseigner la grammaire. Or il possédait deux qualités majeures, qui devraient attirer l’attention : en premier lieu, il avait consacré toute sa vie au service de Rome, comme appariteur d’abord des magistrats dans sa ville natale, puis dans l’armée de Macédoine, où sa conduite lui avait valu de servir dans la cavalerie — equem meruit, dit Suétone ; en second lieu, il était originaire de Bénévent, une colonie latine qui, à l’inverse de Venusia sa voisine, avait gardé toute sa fidélité à Rome pendant la guerre sociale.

72Ce qui caractérisait donc ce citoyen romain digne de Bénévent — sa patrie d’origine —, c’est, outre sa réputation de grammairien, un dévouement à Rome jamais démenti, en opposition flagrante avec ce que représentaient Venusia et l’école de Flavius, ouverte aux fils de centurions qui avaient peut-être naguère trahi leurs devoirs envers Rome les plus évidents.

  • 97 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 360-371. HORACE, Satires, I, 6, 85-86, envisage sans h (...)

73Un tel choix pourrait donc être interprété comme la manifestation d’un loyalisme affiché, de la part du père d’Horace : plutôt qu’à Trebatius ou à Herius Asinius, on pensera à l’ancêtre de Velleius Paterculus, Minatus Magius d’Aeclanum, qui avait recruté lui-même une légion chez les Hirpini et s’était mis au service de Rome, contre les insurgés. Le père d’Horace avait un enracinement social peut-être moins prestigieux, mais sans doute honorable : il avait été coactor, mais cela n’empêchait nullement une ascension sociale et politique97. Son train de vie en tout cas, on l’a vu, révélait l’homme de bien — et un passé de fidélité à Rome a pu œuvrer en faveur du fils qui pouvait, sans rougir, revendiquer ses origines sabelliennes, et célébrer sa patrie romaine.

74Reste le nom d’Horatius, qui mérite qu’on s’y arrête.

Le nom d’Horace

  • 98 J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 209-222.

75Et d’abord, une question, qui surprendra peut-être : peut-on expliquer la possession par le poète d’un tel nom, qui évoque le patronage des Horatii, exercé de concert avec les Valerii, sur les plus grandes fondations des premiers temps de Rome et de la République98 ? Car si l’on admet ce qui précède, il est difficile de comprendre, sans autre examen, pourquoi le poète aurait pris pour nom celui de la tribu dans laquelle Venusia avait été inscrite après la guerre sociale.

  • 99 Pour ces Jeux cf. maintenant F. COARELLI, Il Campo Marzio. Dalle origini alla fine della Repubblic (...)
  • 100 Cf. la discussion de la tradition relative aux Jeux séculaires par F. COARELLI, Il Campo Marzio... (...)

76Or, Horace a joué un rôle majeur dans un événement majeur des temps augustéens : c’est à lui que l’on doit le Carmen Saeculare — le Chant Séculaire — qui a rythmé les cérémonies rituelles des Jeux séculaires, donnés les 31 mai et les 2 et 3 juin de 17 av. J.-C. ; des cérémonies qui furent prolongées par sept jours de « jeux honoraires », entre le 8 et le 15 juin99. Fêtes de fondation s’il en fut : inscrites dans la série des Jeux séculaires dont l’initiateur était un Valérius100 — qui avait donné les premiers jeux, disait la tradition, en 456 —, ne célébraient-elles pas la restauration de la République, en même temps que l’avènement d’un nouvel âge d’or ?

77J’en suis donc venue à me demander si Horace n’avait pas reçu ce nom à l’occasion de ces Jeux séculaires. Je ne puis développer ici ce qui exigerait une analyse approfondie d’une documentation difficile. Je voudrais toutefois évoquer les éléments essentiels qui fondent cette interrogation.

78Deux questions doivent être posées. D’abord, comment connaît-on le nom d’Horace ? Ensuite, Horace s’est-il toujours appelé Horace ?

  • 101 SUÉTONE, Vie d’Horace, 1 : « Q. Horatius Flaccus Venusinus, patre, ut ipse tradit, libertino et ex (...)
  • 102 SUÉTONE, Vie d’Horace, 4 : « ni te uisceribus meis, Horati, I plus iam diligo, tu tuum sodalem / n (...)
  • 103 SUÉTONE, Vie d’Horace, 4 : « Horati Flacci ut mei esto memor. »
  • 104 SUÉTONE, Vie d’Horace, 5.
  • 156 F. VILLENEUVE, Odes et Épodes, op. cit., p. XLI : les relations entre Horace et Auguste ne sont gu (...)

79Suétone nomme Q. Horatius Flaccus dès le début de l’exposé qu’il fait des origines et de la vie du poète, mais il apparaît vite, à le lire, qu’il ne faire guère que recopier Horace ; encore sa copie n’est-elle pas toujours très fidèle : là où Horace se dit Sabellien, mais incertain de son appartenance aux Apuliens ou aux Lucaniens, Suétone le déclare abruptement Venusinus101 ; on l’a vu aussi transformer le métier de coactor de son père en celui — inexistant à ce moment — d’exactionum coactor... Mais il est capable aussi de rendre compte avec exactitude, par exemple lorsqu’il copie les quatre premiers vers d’une épître écrite par Horace pour Auguste. Et l’on tient encore de Suétone — et de lui seulement — d’autres témoignages des plus précieux. Ainsi il cite, de Mécène, une épigramme envoyée à Horace102 et une recommandation adressée à Auguste103. Il cite une lettre d’Auguste, qui nomme « Horatium nostrum [...] »104... Mais comment dater ces documents avec quelque précision156 ?

80Horace lui-même donne cependant des informations, que l’on peut au moins situer approximativement dans le temps.

  • 167 J’emprunte cette chronologie aux analyses de F. VILLENEUVE, op. cit., auxquelles je renvoie le lec (...)
  • 178 HORACE, Épodes, XV, 12.
  • 108 HORACE, Épîtres, I, 14, 6.
  • 109 Le chœur était composé de vingt-sept jeunes filles et de vingt-sept jeunes gens, tous nés dans la (...)
  • 110 Odes, IV, 6 : « Nupta iam dices : « Ego dis amicum, I saeculo festas referente luces, / reddidi ca (...)

81Ainsi, dans la Satire II, 6, 37, écrite sans doute avant 29 av. J.-C.167, il se donne pour Quintus ; il est Flaccus dans l’Épode XV, qui appartient comme les autres aux œuvres de jeunesse178. Ce n’est que tardivement qu’il se donne pour Horatius : la plus ancienne occurrence se trouve dans l’Épître XIV, qui date peut-être de 20 av. J.-C.108 ; surtout on retiendra quelques vers d’une ode écrite dans le contexte des Jeux séculaires, en 17 probablement, dans laquelle Horace s’adresse à l’une des jeunes filles109 qui composaient le chœur110 :

82« Une fois mariée, tu diras, jeune fille : « J’ai, moi, lorsque le siècle ramenait ses jours de fête, redit un chant aimé des dieux, docile aux cadences d’Horace, le poète inspiré. »

  • 111 CIL VI, 32323 : ce qui reste de l’inscription, très fragmentaire, figure sur des blocs de marbre q (...)
  • 112 Je ne puis ici m’attarder sur la personnalité politique de ces personnages, et le sens de leur pré (...)

83Ainsi la documentation littéraire fait apparaître le nom d’Horace vers le temps de la préparation des Jeux séculaires. Mais il y a plus encore : le nom de Q. Horatius Flaccus figure dans une grande inscription, les Acta des Jeux séculaires, qui avait été gravée dans le marbre pour commémorer les jeux donnés par Auguste111. L’inscription contient la description des cérémonies. Puis elle annonce : Carmen composuit Q. Horatius Flaccus — « Q. Horatius Flaccus a composé le Chant. » Suit alors la liste des Quindecimviri qui composaient le collège religieux attaché au rituel des Jeux. Liste instructive s’il en fut : après les noms d’Auguste (imperator Caesar) et de M. Agrippa, elle s’ouvre sur le nom de Q. [Aemilius] Lepidus, puis de Potitus [Valerius] Messala ; elle s’achève sur celui de M. [Valerius] Messala Messalinus112.

  • 113 Sur cela, cf. F. COARELLI, Il Campo Marzio...,op. cit., en particulier p. 102-107.

84En d’autres termes — doit-on croire aux jeux du hasard ? — les Jeux séculaires d’Auguste se sont trouvés placés sous le patronage de noms prestigieux, et l’on pouvait y remarquer un Horatius et deux Valerii, qui renouvelaient par leur présence les temps fondateurs de la République : temps de sa première fondation en 509 av. J.-C, temps de sa refondation en 449, qui avait suivi de peu la première célébration des premiers Jeux séculaires dans la Ville113.

Conclusion

85Au terme de cette analyse, le conte a disparu. Mais de l’histoire d’Horace, on peut tirer une double leçon.

86D’abord, on observera la capacité manifestée par Rome à intégrer les vaincus d’hier dans la citoyenneté romaine — et cela jusqu’au plus haut niveau des hiérarchies sociales et politiques. Même ceux qui avaient été réduits en esclavage pouvaient accéder aux pleins droits du citoyen romain — mais le destin d’Horace ne relève pas de ce genre d’histoires.

87La question qui se posait suriout, c’était celle de l’intégration de ceux que Rome, en Italie, avait laissés « libres », mais qu’elle avait placés dans la condition de Socii, d’associés — à vrai dire davantage associés aux charges de la citoyenneté romaine qu’à ses privilèges et à ses droits. Elle se posait en particulier à propos des aristocraties locales : quels rôles, quelle importance était-on disposé à leur accorder à Rome ? L’on peut répondre : à peu près tous les rôles — ce qui du reste relevait d’une très ancienne tradition.

88Ce qui est tout aussi remarquable, c’est la capacité de ceux que Rome intégraient dans la vie politique à faire leurs les « valeurs » — l’idéologie, si l’on veut — qui faisaient la spécificité de la Cité romaine : l’acculturation était une condition nécessaire de l’intégration des pérégrins à la romanité — et c’est bien ce qu’avaient compris, on l’a vu, Apuliens et Lucaniens. À la fin du iie siècle et au début du ier, la question de l’unification de l’Italie dans la citoyenneté romaine devenait de plus en plus pressante ; la guerre sociale allait montrer qu’elle était inévitable.

89De tout cela, le cas d’Horace paraît à tous égards exemplaire. Aux lendemains des guerres civiles, l’intégration de ce parfait représentant des élites italiennes dans les milieux les plus relevés de Rome n’est-elle pas symbolique de la réconciliation de tous dans la paix retrouvée, et de l’ouverture d’un nouvel âge d’or, qui s’accomplit enfin dans les Jeux séculaires ?

Notes

1 Pour tout cela, je me permets de renvoyer le lecteur à J. CELS SAINT-HILAIRE, La République des tribus. Du droit de vote et de ses enjeux aux débuts de la République romaine (495-300 av. J.-C.), Toulouse, université de Toulouse-Le Mirail, 1995, en particulier chap. VI (« Le langage des noms »), p. 207-225 avec les références aux sources et la bibliographie.

2 Les trois occurrences de la même expression « libertino pâtre natus » appartiennent à HORACE, Satires. I, VI :
1-6 : 1 « Non quia, Maecenas, Lydorum quicquid Etruscos / incoluit finis, nemo generosior est te, / nec quod auus tibi maternus fuit atque paternus I olini qui magnis legionibus imperitarent / 5 ut plerique soient, naso suspendis adunco I ignotos, ut me libertino pâtre natum. Cum referre negas quali sit quisque parente natus, dum ingenuus [...] » : « Non, Mécène, si, de tous les Lydiens qui ont jamais habité le pays étrusque, aucun n’est plus noble que toi, si tu as des ancêtres maternels et paternels qui ont commandé jadis de grandes armées, tu n’as point pour cela l’habitude de faire comme tant d’autres et de froncer dédaigneusement les narines devant les hommes sans naissance, tels que moi dont le père était un affranchi [me libertino pâtre natus]. Peu importe, dis-tu, de qui l’on est le fils, pourvu qu’on soit né libre [...] »
45-52 : « Nunc ad me redeo libertino patre natum / quem rodunt omnes libertino patre natum, / nunc quia sum tibi Maecenas conuictor, at olini I quod mihi pareret legio romana tribuno. / Dissimile hoc illi est, quia non, ut forsit honorem / 50 iure mihi inuideat quiuis ita te quoque amicum, / praesertim cautum dignos adsumere, praua / ambitione procul. » : « Maintenant je reviens à moi, fils d’un affranchi [me libertino patre natum], à moi que tous déchirent en cette qualité de fils d’affranchi [me libertino patre natum] maintenant, Mécène, parce que je suis ton commensal, mais autrefois, sous prétexte que j’avais, comme tribun, une légion romaine sous mes ordres. Distinguons cependant : on a le droit, peut-être, de m’envier la charge que j’avais reçue, mais non point ton amitié, surtout quand tu es attentif à ne l’accorder qu’au mérite loin de toute intrigue. »
Pour ce texte et pour les suivants, je renvoie le lecteur à l’édition critique (texte et traduction) de l’œuvre d’Horace, dans la collection des Universités de France (Les Belles Lettres), par F. VILLENEUVE, HORACE, Odes et Épodes, Paris, 1981 (1ère éd. 1929) ; Satires, Paris, 1980 (1ere éd 1932) ; Épîtres, Paris, 1978 (1ere éd. 1934) ; rassemblement des informations sur la vie et l’œuvre du poète dans l’introduction aux Odes et Épodes, p. V-LXXXVIII.

3 Sur les différences de sens entre libertus et libertinus, selon l’opinion courante : G. FABRE, « Libertus ». Patrons et affranchis à Rome, Rome, coll. EFR 50,1981. Cf. aussi infra.

4 Sur cela, cf. A. RUSSI, « Orazio Lucanus an Apulus anceps (Sat., II, 1, 34) », Archivio storico Pugliese, XLVIII, 1995, p. 7-16, particulièrement p. 9.

5 T. R. S. BROUGHTON, The Magistrates of the Roman Republic, I (509-100 B.C.), New York, 1951, p. 107, avec les références aux sources.

6 HORACE, Satires, II, 1, 34 : « [...] Sequor hunc, Lucanus an Apulus, anceps [...] » : « [...] Je suis son exemple, moi, Lucanien ou Apulien, je ne sais trop [...] » Je reviendrai ultérieurement sur ce passage. Cf. aussi SUÉTONE, Vie d’Horace, 1, qui le dit Venusinus — originaire, donc, de Venusia, une ancienne colonie latine gratifiée de la citoyenneté romaine en 90 av. J.-C.

7 Les gentes étaient des groupes de familles placées sous le patronage héréditaire de l’une d’entre elles, d’un lignage supérieur dont le chef, le patronus, siégeait de droit héréditaire au Conseil du roi parmi les Patres — qui étaient des « patriciens ». Sur cela, cf. J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 54-67 : les sources et la bibliographie.

8 J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 227-249.

9 C. NICOLET, Rome et la conquête du monde méditerranéen. Il Les structures de l’Italie romaine, Paris, 1977, p. 196 ; L. R. TAYLOR, Party Politics in the Age of Caesar, Berkeley, 1949. Trad. fr. : La Politique et les partis à Rome au temps de César, avec introduction et notes par E. DENIAUX, Paris, 1977, p. 78.

10 Pour les tribus dans lesquelles furent inscrits les ressortissants des colonies latines, dès les premiers temps de la guerre sociale, cf. L. R. TAYLOR, Voting Districts of the Roman Republic. The Thirty-five Urban and Rural Tribes, American Academy in Rome, 1960, p. 107-111 ; pour la création des tribus à noms de gentes au ve siècle av. J.-C, cf. J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 129-154 et tableau p. 172.

11 Sur les esclaves publics, cf. B. COHEN, « Some neglected ordines : the apparitorial status-groups », dans C. NICOLET dir., Des Ordres à Rome, Paris, Sorbonne, 1984, p. 23-60, particulièrement p. 30-35.

12 Cf. par exemple F. VILLENEUVE, op. cit. — ici, très précisément p. V.

13 Sur l’incertitude du statut et de la dénomination du père d’Horace, cf. aussi J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 372. Il faudrait procéder à l’analyse systématique de la dénomination de tous les libertini qui seraient d’anciens esclaves publics et qui porteraient le nom de l’une des trente-cinq tribus : cette recherche reste à faire.

14 Le texte latin figure dans l’édition par F. VILLENEUVE des Odes et Épodes d’Horace, op. cit., p. LXXXV-LXXXVIII.

15 HORACE, Satires, I, 6, v. 65-81 : « Atqui si uitiis medioribus ac mea paucis / mendosa est natura, alioqui recta, uelut si / egregio inspersos reprehendas corpore naeuos, / si neque auaritiam neque sordes nec mala lustra / obiciet uere quisquam mihi, purus et insons, / ut me conlaudem, si et uiuo carus amicis, / causa fuit pater his, qui macro pauper agello / noluit in Flaui ludum me mittere, magni I quo pueri magnis e centurionibus orti / laeuo suspensi loculos tabulamque lacerto / ibant octonos referentes Idibus aeris ; / sed puerum est ausus Romam portare docendum / artis quas doceat quiuis eques atque senator / semet prognatos. Vestem seruosque sequentis, / in magno ut populo siqui uidisset, auita / ex re praeberi sumptus mihi crederet illos. » : « Et pourtant si ma nature, droite d’ailleurs, n’est entachée que de défauts médiocrement graves et en petit nombre, comparables à des verrues que l’on trouverait éparses sur un beau corps, si personne ne peut sans mentir me reprocher ni avarice, ni tenue sordide, ni basse débauche, si, pour faire mon propre éloge, ma vie est nette et sans reproche, si je suis cher à mes amis, je le dois à mon père, qui, pauvre d’un maigre petit bien, ne voulut pas m’envoyer à l’école de Flavius, où les nobles enfants issus des nobles centurions, leur boîte à casier et leur planchette suspendues à l’épaule gauche, allaient, payant aux Ides huit écus de bronze. Dès mon enfance, il ne craignit pas de me transporter à Rome pour m’y faire donner l’instruction que ferait donner à sa progéniture un chevalier, un sénateur. Mes habits, les esclaves qui me suivaient, si quelqu’un, dans cette grande foule, les avait remarqués, pouvaient faire croire que le patrimoine d’une vieille famille fournissait à de telles dépenses. » Cf. aussi Épîtres, II, 1, 70-71, où Horace évoque le souvenir d’Orbilius, le grammaticus, dont il avait reçu l’enseignement à Rome. Sur Orbilius : SUÉTONE, Des grammairiens et des rhéteurs, 9.

16 HORACE, Épîtres, II, 2, 41-45 : « Romae nutriri mihi contigit atque doceri / iratus Grais quantum nocuisset Achilles. I Adiecere bonae paulo plus artis Athenae, I scilicet ut uellem curuo dinoscere rectum / 45 atque inler siluas Academi quaerere uerum. »

17 Dans la Satire I, 10, 81-90, Horace évoque leurs noms, et par exemple ceux de L. Calpurnius Bibulus, de Servius Sulpicius, celui aussi de M. Valerius Messalla Coruinus — que dans une ode un peu plus tardive, il invite à boire chez lui un vin né avec lui, Horace, sous le consulat de Manlius (65 av. J.-C.) : Odes, III, 21.

18 SUÉTONE, Divus Iulius, 79-80.

19 HORACE, Épîtres, II, 2,46-52 : « Dura sed emouere loco me tempora grato / ciuilisque rudem belli tulit aestus in arma / Caesaris Augusti non responsura lacertis. / Vnde simul primum me dimisere Philippi, / 50 decisis humilem pinnis inopemque paterni / et laris et fundi paupertas impulit audax / ut uersus facerem ; sed quod non desit habentem / quae poterunt umquam satis expurgare cicutae / ni melius dormire putem quam scribere uersus ? » : « Mais le malheur des temps m’éloigna d’un lieu qui m’était cher et la tempête politique me jeta, sans expérience de la guerre, dans une armée qui ne pouvait tenir contre le bras de César Auguste. Aussitôt que Philippes m’eut donné mon congé, retombé à terre comme un oiseau dont on a coupé les ailes et dépouillé du lare et du domaine paternels, je trouvai dans l’audace de la pauvreté le courage de fabriquer des vers. Mais, aujourd’hui, je suis à l’abri du besoin, et quelle dose de ciguë sera jamais assez forte pour me nettoyer le sang si, dans mon opinion, il ne vaut pas mieux dormir que d’écrire des vers ? » Pour la date de cette épître, adressée à Florus entre 20 et 18 peut-être, cf. l’édition par F. VILLENEUVE, des Épîtres, op. cit., p. 141-142. Cf. d’autre part SUÉTONE, Vita Horatii, 2 : « Belle Philippensi excitus a M. Bruto imperatore tribunus militum meruit ; uictisque partibus uenia inpetrata scriptum quaestorium comparauit. » : « Marcus Brutus l’ayant appelé à lui dans la guerre de Philippes, il devint tribun militaire ; son parti ayant été vaincu et une fois obtenu son pardon, il acquit une charge de scriba quaestorius. »

20 HORACE, Odes, I, 2, 21-24 : « Audiet ciuis acuisse ferrum / quo graues Persae melius perirent, / audiet pugnas uitio parenrum / rara iuuentus. » Pour la guerre de Philippes et ses conséquences : R. SYME, La Révolution romaine (trad. fr.), Paris, Gallimard, 1967, p. 195-199, et les références aux sources. F. VILLENEUVE, HORACE, Odes et Épodes, op. cit., p. 5, propose de dater cette Ode de 29 av. J.-C. au plus tard.

21 HORACE, Épîtres, II, 2.

22 C. NICOLET, L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.). 1- Définitions juridiques et structures sociales, Paris, 1966, p. 88-102, et en particulier la note 73.

23 HORACE, Satires, II, 7, 53-57 (le port de l’anneau d’or) ; HORACE, Satires, I, 6, 40-41 (la place au théâtre). Le livre I des Satires est daté par F. Villeneuve de 34 environ, le livre II de 29 au plus tard : F. VILLENEUVE, Satires, op. cit., p. 9.

24 B. COHEN, « Some neglected ordines », loc. cit., p. 54-56.

25 Ce que le poète prend soin de rappeler, d’abord en évoquant un propos que lui a tenu Mécène : « Cum referre negas quali sit quisque parente natus, dum ingenuus [...] » : « Peu importe, dis-tu, de qui l’on est le fils, pourvu qu’on soit né libre [...] » ; ensuite en précisant, quelques lignes plus loin : « At Nouius collega gradu post me sedet » (Sat., I, 6, 6 : cf. supra, note 1). Pour l’importance de l’« ingénuité », liée à la naissance dans la citoyenneté romaine, à l’époque augustéenne, cf. G. FABRE, op. cit., p. 203-206 et note 332 (pour le sens du mot ingenuus).

26 C. NICOLET, L’ordre équestre..., op cit., p. 410-415.

27 Un esclave public qui n’avait pas même appartenu, de surcroît, à Rome ou à une cité prestigieuse d’Italie, mais à une ancienne colonie latine, située non loin du mont Vultur et enclavée dans les montagnes d’Apulie.

28 Sur cela : L. R. TAYLOR, « Horace’s equestrian career », The American Journal of Philology, XLVI, 1925, p. 161-171, particulièrement p. 162, note 10.

29 Le fait est souligné par G. FABRE, op. cit., p. 124.

30 HORACE, Satires, 1, 6, 85-86 : « Nec timuit sibi ne uitio quis uerteret, olim / si praeco paruas aut, ut fuit ipse, coactor / mercedes sequerer [...] » : « Et [mon père] n’avait pas à craindre qu’on lui fît des reproches si, devenu un jour crieur public ou, comme il l’avait été lui-même, receveur des enchères, je ne réalisais que de minces profits [...] » Sur cela, cf. J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 157-158.

31 L’information est corroborée par Suétone, qui le dit cependant exactionum coactor ; J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 158-161 et p. 718, remarquant le caractère pléonastique de l’expression, l’explique par la volonté de Suétone d’éviter la confusion avec les coactores argentarii : au temps de Suétone, les coactores disparaissent — ce qui signifie le début du déclin des métiers de la banque.

32 J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent. L’économie romaine, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 1997, en particulier p. 14.

33 HORACE, Épîtres, II, 2, 49-52 : « Vnde simul primum me dimisere Philippi, / 50 decisis humilem pinnis inopemque paterni / et laris etfundi paupertas impulit audax / ut uersus facerem. » : « Aussitôt que Philippes m’eut donné mon congé, retombé à terre comme un oiseau dont on a coupé les ailes et dépouillé du lare et du domaine paternels, je trouvai dans l’audace de la pauvreté le courage de fabriquer des vers. »

34 HORACE, Odes, ΙΠ, 4, 9-11 : « Me fabulosae Voiture in Apulo / nutricis extra limina Pulliae / ludo fatigatumque sommno fronde noua puerum palumbes / texere [...] » : « Dans mon enfance, des colombes de la Fable, sur le Vultur apulien, un jour que, hors du seuil de ma nourrice Pullia, j’étais tombé épuisé de jeu et de sommeil, vinrent, avec du feuillage nouveau, me couvrir [...] » ; cf. aussi Satires, I, 6, 78-80, où le poète fait allusion à un bien ancestral — « auita res » — qui aurait assuré le train de vie, à Rome, du père et du fils.

35 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit. : cf. par exemple C. NICOLET, op cit., p. 102, note 73.

36 G. WILLIAMS, « Libertino Patre Natus : True or False ? », dans S. J. HARRISON ed., Homage to Horace. A Bimillenary Celebration, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 296-313.

37 L. R TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 164.

38 DION CASSIUS, XLVIII, 34. À ce propos cependant SUÉTONE, César, LXXX, 3, ne parle pas de libertini mais de « pérégrins » : « Peregrinis in senatum allectis [...] » ; peut-être conviendrait-il de procéder à une analyse plus précise qu’on ne le fait d’ordinaire des correspondances entre vocabulaire grec et vocabulaire latin, pour tout ce qui touche aux « nouveaux citoyens » : j’y reviendrai.

39 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 167, note 25.

40 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 167, note 26.

41 HORACE, Satires, I, 6, 24-25 et II, 24, 107-109 (Tillius) ; 1, 6, 40-41 (Novius).

42 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168 et notes 27-29, renvoie ici à E. H. HAIGHT, Horace and his Art of Enjoyment, p. 36 sq.

43 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168 et notes 27.

44 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168 et note 27 : cf. SUÉTONE, Auguste, 35, 1 : « Senatorum affluentem numerum deformi et incondita turba (erant enim super mille, et quidam indignissimi et post necem Caesaris per gratiam et praemium adlecti, quo orcios uulgus uocabat) ad modum pristinum et splendorem redegit [...] » : « Le Sénat était peuplé de toute une foule mêlée et sans prestige, — il comptait, en effet, plus de mille membres et certains tout à fait indignes, que la faveur et la corruption y avaient introduits après le meurtre de César et que le public nommait « sénateurs d’outre-tombe » — : Auguste le ramena au chiffre d’autrefois, et lui rendit son ancien éclat [...] » Auguste intervint à nouveau dans la composition du Sénat en 18 et en 11 av. J.-C. Sur tout cela, cf. aussi R. SYME, Révolution...,op. cit., p. 292, 332, 349-351.

45 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 169.

46 L. R. TAYLOR, « Horace’s... », loc. cit., p. 168, note 29.

47 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 196-197 et la bibliographie (notes 3-5).

48 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 297-299.

49 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 370-371, pense que le père d’Horace a été d’abord coactor, puis propriétaire foncier — les profits du coactor ayant permis l’acquisition du domaine foncier.

50 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 360-371 : au iie siècle et au début du ier siècle av. J.-C, l’appartenance aux gens de métier et à la catégorie des coactores, sans pour autant dénoncer un homme comme affranchi, suffisait à le distinguer des aristocrates municipaux ; mais elle n’interdisait pas une ascension ultérieure qui pouvait aller jusqu’à l’intégration dans les élites.

51 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 364-365 ; G. WILLIAMS, loc. cit., p. 299.

52 Par exemple HORACE, Satires, I, 5, 77-78 ; Odes, III, 30, 10-12 et III, 4, 13-16.

53 Sur cela, cf. en particulier A. RUSSI, loc. cit., p. 11-15 — avec les références aux sources et une importante bibliographie — qui conclut à une conscience d’appartenance apulienne plutôt que lucanienne chez Horace.

54 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 302, avec les références.

55 Pour l’histoire de Venusia et de ses relations avec les peuples lucaniens et apuliens, cf. A. RUSSI, loc. cit., p. 7-8 ; M. TORELLI, « Il quadro materiale e ideale della romanizzazione », dans R. CASSANO dir., Principi Imperatori Vescovi. Due mila anni di storia a Canosa, Venise, 1992, p. 608-619, en particulier ici p. 610.

56 DENYS D’HALICARNASSE, XVII-XVIII, 4-5.

57 TITE LIVE, X, 15, 1 ; cf. en particulier M. PANI, « Le città Apule dall’independenza all’ assetto municipale », dans R. CASSANO dir., Principi Imperatori Vescovi..., op. cit., p. 509-504.

58 M. TORELLI, « Il quadro materiale... », loc. cit., p. 610-612.

59 HORACE, Satires, II, 1, 34 : « [...] Sequor hunc, Lucanus an Apulus, anceps ; / nam Venusinus arat finem sub utrumque colonus, / missus ad hoc, pulsis, uetus est ut fama, Sabellis, / quo ne per uacuum Romano incurreret hostis, I siue quod Apula gens seu quod Lucania bellum / incuteret uiolenta. » : « [...] Je suis l’exemple [de Lucilius], moi, Lucanien ou Apulien, je ne sais trop, car le colon de Venouse laboure près de la limite de l’une et l’autre contrée : envoyé, selon une vieille tradition, quand les Sabelliens eurent été refoulés, il devait empêcher l’ennemi de se jeter à la faveur d’un pays désert sur les Romains, si la nation des Apuliens ou celle des Lucaniens, dans leur violence, déchaînait quelque guerre. » Des colons avaient été installés une première fois en 291, et à nouveau en 200 av. J. -C, quand Venusia avait vu sa population renforcée.

60 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 302-303.

61 VELLEIUS PATERCULUS, Histoire romaine, XLV-XVI.

62 M. TORELLI, « Il quadro materiale... », loc. cit., p. 619 ; G. WILLIAMS, loc. cit., p. 307-309.

63 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 302-304.

64 HORACE, Satires, II, 1, cite favorablement Trebatius Testa, aussi bien qu’Asinius Pollion, Odes, Π, 1 et Satires, I, 10, 42 et 85.

65 G. WILLIAMS, loc. cit., p. 304-305, qui renvoie à HORACE, Satires, I, 6, 71-88 : cf. ci-dessus, note 15.

66 La notion de dérogeance est inconnue des Romains : J. ANDREAU, Patrimoine..., op. cit., p. 3-17, en particulier p. 15-16.

67 Thesaurus Linguae Latinae, s. v. libertinus, 1319-1320, 39 sq. Le Thesaurus — qui donne pour chaque vocable des relevés non exhaustifs, mais malgré tout très abondants, des occurrences littéraires et épigraphiques — partage en deux rubriques, de longueurs fort inégales, l’article consacré au mot libertinus. C’est à la première de ces rubriques, comprenant dix lignes en tout — contre cent trois pour la seconde, gouvernée par le titre : « usu communi respicitur ipse libertus, liberta » —, qu’appartient la référence au texte de Suétone, suivie de quatre autres. On peut ainsi lire : « usu prisco respicitur liberti filius : Svet., Claude, 24, 1, ignarus Claudius erat temporibus Appi Claudi et deinceps aliquamdiu os dictos non ipsos, qui manu emitterentur, sed ingenuos ex his procreatos. »

68 Thesaurus Linguae Latinae, s v. libertinus, 1319, 61-63 : « de differentia inter libertinum et libertum : libertinus ponitur cum respectu libertinitatis, libertus cum respectu patroni. »

69 SUÉTONE, Claude, 24 : « [...] Latum clauum, quamuis initio affirmasset non lecturum se senatorem nisi ciuis Romani abnepotem etiam libertini filio tribuit, sed sub condicione si prius ab equite Romano adoptatus esset ; ac sic quoque reprehensionem uerens, et Appium Caecum, censorem, generis sui proauctorem, libertinorum filios in senatum adlegisse docuit, ignarus temporibus Appi et deinceps aliquamdiu « libertinos » dictos non ipsos, qui manu emitterentur, sed ingenuos ex his procreatos [...] » : « [...] Quoique dès le début il eût promis de ne nommer personne qui ne fût arrière-petit-fils de citoyens romains, [Claude] accorda le laticlave même au fils d’un libertinus, mais à la condition qu’il fût au préalable adopté par un chevalier romain ; toutefois, craignant encore le blâme, il remontra qu’Ap. Caecus, censeur, le premier à accroître l’autorité de son lignage, avait fait entrer au Sénat des fils de libertini ; il ignorait qu’au temps d’Appius et longtemps ensuite, on appelait libertini non pas ceux qui avaient été manumissi, mais les ingenui qui étaient nés d’eux [...] »

70 J. CELS SAINT-HILAIRE, « Les libertini : des mots et des choses », DHA, 11, 1985, p. 331-379, en particulier p. 356-358.

71 HORACE, Satires, I, 6 : « Non quia, Maecenas, Lydorum quicquid Etruscos / incoluit finis, nemo generosior est te, / nec quod auus tibi maternus fuit atque paternus I olim qui magnis legionibus imperitarent, / ut plerique soient, naso suspendis adunco / ignotos, ut me libertino patre natum. / Cum referre negas quali sit quisque parente I natus, dum ingenuus [...] » : « Non, Mécène, si de tous les Lydiens qui ont jamais habité le pays étrusque, aucun n’est plus noble que toi, si tu as des ancêtres maternels et paternels qui ont jadis commandé de grandes armées, tu n’as point pour cela l’habitude de faire comme tant d’autres et de froncer dédaigneusement les narines devant les hommes sans naissance, tels que moi dont le père était libertinus. Peu importe, dis-tu, de qui l’on est le fils, pourvu qu’on soit né ingenuus [...] »

72 Évoquant par exemple, à la suite de Valerius Messala, le respect des règles que professait le Princeps, il rappelle que celui-ci ne reçut jamais à sa table un libertinus, à la seule exception de Menas ; mais c’est seulement après lui avoir accordé — privilège très exceptionnel, et qui relevait de sa seule décision — une restitutio natalium qui l’assimilait aux ingenui : SUÉTONE, Aug., LXXIV : « Valerius Messala tradit, neminem umquam libertinorum adhibitum ab eo cenae excepto Mena, sed asserto in ingenuitatem post proditam Sexti Pompei classem. »

73 J. CELS SAINT-HILAIRE, « Les libertini... », loc. cit., p. 338-342.

74 TITE LIVE, XLIII, 3, 1-4 : « Et alia noui generis hominum ex Hispania legatio uenit. Ex militibus Romanis et ex Hispanis mulieribus, cum quibus conubium non esset, natos se memorantes, supra quatuor millia hominum, orabant, ut sibi oppidum, in quo habitarent, daretur. Senatus decreuit « uti nomina sua apud L. Canuleium profiterentur : eorumque si quos manumisset*, eos Carteiam deduci placere. Qui Carteiensium domi manere uellent, potestatemfore, uti numero colonorum essent, agro assignato. Latinam eam coloniam esse, libertinorumque appellari. »

75 M. HUMBERT, loc. cit., p. 229-232.

76 Ε DE RUGGIERO et al, Dizionario epigrafico di Antichità romane, Roma, 1947, IV, 14, s.v. Latium, 2, nomen Latinum : en rupture avec le passé — et l’identité — des peuples latins, le Latium ne renvoie donc plus à un ethnique, que définissent une langue, des institutions, des croyances et des rituels communs, et un sentiment d’appartenance à une commune origine ; il renvoie désormais à un statut juridique, le ius Latii, partout transportable au gré du pouvoir romain. Je remarquerai encore que passé la date de 171 av. J.-C, on ne trouve plus d’exemple de Latin qui, après avoir accédé à la citoyenneté romaine, soit dit libertinus — comme c’est encore le cas en 188 av. J.-C. Sur cela, cf. J. CELS SAINT-HILAIRE, « Les libertini... », loc. cit., p. 348-352.

77 Au cours de ces années, on le voit, le statut latin a subi une mutation radicale : cf. J. CELS SAINT-HILAIRE, « Les libertini... », loc. cit., p. 348-352, avec la bibliographie ; pour une tout autre interprétation : P. LE ROUX, « Rome et le droit latin », Revue Historique de droit français et étranger, 1998, p. 315-341, et particulièrement — pour le « droit latin » avant la guerre sociale — p. 319-321.

78 L’analyse qui va suivre m’a été nécessaire pour une autre étude, où il était aussi question de libertini — et elle s’y trouve aussi, avec d’autres développements : J. CELS SAINT-HILAIRE, « Citoyenneté et droit de vote : à propos du procès des Scipions », « Ut mea Roma caput orbis sit. », Storia, politica et religione a Roma durante lo sviluppo del dominio romano : History, Politics and Religion during the Ascendency of Rome, Rome, Institutum Romanum Finlandiae, 11-12. 9,1998 (sous presse).

79 Sur les Periochae de Tite Live : P. JAL, Introduction aux Abrégés des livres de l’Histoire romaine de Tite Live, XXXIV1 et XXXIV2, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. IX-CXXIV (et les notes).

80 P. JAL, op. cit., p. LVII

81 P. JAL, op. cit., p. LVI.

82 P. JAL, op. cit., p. LIII ; pour un tableau des concordances : P. JAL, op. cit., note 41, p. 167-174.

83 A. ERNOUT et F. THOMAS, Syntaxe latine, Paris, 1959, p. 440 : « L’ancienne particule enclitique -que [...] sert surtout à unir des mots et des phrases ayant entre eux un rapport étroit, par exemple des mots formant couple : terra manque, domi bellique, ou encore senatus populusque Romanus — ou de sens voisin : uis amicitiae concordiaeque (Cic, Lae., 23) [...] »

84 TITE LIVE, Periochae, 76. Pour un exposé détaillé des événements de 89 et 88 : VELLEIUS PATERCULUS, II, 16,1-4 ; 18, 6 ; 20, 2-3.

85 VELLEIUS PATERCULUS, II, 20, 2 : « [...] Itaque, cum ita ciuitas Italiae data esset ut in octo tribus contribuerentur noui ciues, ne potentia eorum et multitudo ueterum ciuium dignitatem frangeret plusque possent recepti in beneficium quam auctores beneficii, Cinna in omnibus tribubus eos se distributurum pollicitus est » : » [...] C’est pourquoi, comme le droit de cité avait été donné à l’Italie en sorte que les nouveaux citoyens seraient répartis dans huit tribus, de façon à ce que leur puissance et leur nombre ne portassent pas atteinte à la dignité des anciens citoyens, et que ceux qui avaient reçu le bienfait n’en eussent pas plus de pouvoir que ceux qui le leur avaient donné, Cinna promit qu’ils seraient répartis dans toutes les tribus. » Pour les noui ciues évoqués par Velleius Paterculus, cf. la discussion par L. R. TAYLOR, Voting Districts...,op. cit., p. 113 et note 31a.

86 Tite Live fait usage d’expressions singulièrement proches, pour relater les débats des années 189-169 : ΤΠΈ LIVE, XLI, 8, op. cit., note 65.

87 En faveur de cette hypothèse, le fait que l’usage de la particule enclitique -que disparaît de la langue parlée au début de l’époque impériale : A. ERNOUT et F. THOMAS, op. cit., p. 440, note 46. Cependant, en l’absence d’autres occurrences de l’expression noui ciues libertinique, on hésitera à parler de « syntagme figé », comme le sont les formules domi bellique, terra marique, senatus populusque Romanus SPQR... L’expression libertini dues, en revanche, n’est pas exceptionnelle : cf. par exemple TITE LIVE, XLI, 8,10.

88 Pour d’autres analyses : P. LOPEZ BARJA DE QUIROJA, « La fundacin de Carteya y la manumissio censu », Latomus, 56,1997, p. 83-93.

89 C’est la formule qu’utilise aussi VELLEIUS PATERCULUS, 2,18,6.

90 Sur cela : J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 360-361, note 28.

91 Ce qui lie — et aussi ce qui sépare — noui dues libertinique, et dues ueteres, pourrait être illustré dans la langue française par l’opposition / association des expressions « Français de première génération », et « Français de souche » — avec tout ce que ces expressions comportent de sens le plus souvent implicite, mais bien présent.

92 Pour l’inscription des Italiens dans les tribus après la guerre sociale, cf. L. R. TAYLOR, Voting Districts..., op. cit., p. 111-114.

93 HORACE, Satires, I, VI, 72-75 : « [...] quo pueri magnis e centurionibus orti / laeuo suspensi loculos tabulamque lacerto / ibant octonos referentes Idibus aeris [...] » : « [...] où les nobles enfants issus des nobles centurions, leur boîte à casier et leur planchette suspendues à l’épaule gauche, allaient, payant aux Ides huit écus de bronze [...] »

94 C’est un nom qui relève d’une anthroponymie romanisée typique de la région : M. LEJEUNE, L’anthroponymie osque, Paris, 1976, en particulier p. 139-144.

95 HORACE, Épîtres, II, 1, 70-71, se souvient du Plagosus Orbilius — « Orbilius, grand ami du fouet »...

96 SUÉTONE, Des grammairiens et des rhéteurs, 9 ; cf. aussi HORACE, Épîtres, II, 1, 70-71, où Horace évoque le souvenir d’Orbilius, le grammaticus, dont il avait reçu l’enseignement à Rome.

97 J. ANDREAU, Vie financière..., op. cit., p. 360-371. HORACE, Satires, I, 6, 85-86, envisage sans honte l’idée d’avoir les activités de son père, si besoin est.

98 J. CELS SAINT-HILAIRE, op. cit., p. 209-222.

99 Pour ces Jeux cf. maintenant F. COARELLI, Il Campo Marzio. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997, p. 100-117, avec les documents de référence et la bibliographie.

100 Cf. la discussion de la tradition relative aux Jeux séculaires par F. COARELLI, Il Campo Marzio..., op. cit., p. 102-108.

101 SUÉTONE, Vie d’Horace, 1 : « Q. Horatius Flaccus Venusinus, patre, ut ipse tradit, libertino et exactionum coactore [...] »

102 SUÉTONE, Vie d’Horace, 4 : « ni te uisceribus meis, Horati, I plus iam diligo, tu tuum sodalem / nimio uideas strigosiorem. »

103 SUÉTONE, Vie d’Horace, 4 : « Horati Flacci ut mei esto memor. »

104 SUÉTONE, Vie d’Horace, 5.

156 F. VILLENEUVE, Odes et Épodes, op. cit., p. XLI : les relations entre Horace et Auguste ne sont guère antérieures à 22 ; dans les dernières années du poète — à partir, peut-être, de la célébration des Jeux séculaires, elles sont marquées par une étroite amitié.

167 J’emprunte cette chronologie aux analyses de F. VILLENEUVE, op. cit., auxquelles je renvoie le lecteur.

178 HORACE, Épodes, XV, 12.

108 HORACE, Épîtres, I, 14, 6.

109 Le chœur était composé de vingt-sept jeunes filles et de vingt-sept jeunes gens, tous nés dans la citoyenneté romaine, et encore pourvus de leurs parents vivants — patrimi et matrimi : ils sont comme le symbole et la représentation de la Cité, et ils sont porteurs de son avenir.

110 Odes, IV, 6 : « Nupta iam dices : « Ego dis amicum, I saeculo festas referente luces, / reddidi carmen docilis modorum / uatis Horati. »

111 CIL VI, 32323 : ce qui reste de l’inscription, très fragmentaire, figure sur des blocs de marbre qui ont été retrouvés en 1890 au nord-ouest du Champ de Mars, près du Tibre, au Terentum.

112 Je ne puis ici m’attarder sur la personnalité politique de ces personnages, et le sens de leur présence dans la liste.

113 Sur cela, cf. F. COARELLI, Il Campo Marzio...,op. cit., en particulier p. 102-107.

Notes de fin

* Je transcris ici le texte retenu par M. Humbert, et en particulier la leçon des manuscrits « si quos manumisset » ; sur cela, et pour une discussion des différentes lectures qui ont été faites de ce passage, on se reportera à l’étude très remarquable de M. HUMBERT, « Libertas, id est civitas : autour d’un conflit négatif de citoyennetés au iie siècle av. J.-C. », MEFRA, 88/2, 1976, p. 221-242.

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable