Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Introduction

Claude Petitfrère

Texte intégral

1Le colloque qui s’est tenu à Tours les 7, 8 et 9 septembre 1998, s’est fixé une gageure bien peu souvent tentée : rassembler autour d’une même question des spécialistes des quatre périodes de l’histoire traditionnellement distinguées par les universitaires — l’Antiquité, le Moyen Âge, les Temps modernes et l’époque contemporaine — dans une visée totalement diachronique et pour une large aire géographique puisque les communications nous entraînent de la Sicile grecque au Conseil National du Patronat Français, en passant par les cités/États de l’Italie ou de l’Allemagne médiévales. Voilà, me semble-t-il, tout à la fois un bel exemple d’esprit confraternel de la part de ces historiens que l’on accuse souvent de dresser des cloisons étanches entre des périodes qu’ils ont arbitrairement délimitées, et une démarche scientifique pertinente, surtout quand il s’agit de l’histoire sociale, de celle des comportements ou des « mentalités » comme on disait naguère. Là, peut-être encore plus que dans d’autres domaines de notre discipline, l’héritage d’hier voire d’avant-hier se mêle intimement à l’apport d’aujourd’hui et le spécialiste d’une époque — à l’exception sans doute de l’antiquisant... — risque constamment de prendre pour surgissement de la nouveauté ce qui est résurgence ou continuation du passé.

2De cette confrontation savante, on était en droit d’attendre beaucoup. Et d’abord une réflexion sur la validité de l’emploi du mot même de patriciat. Peut-on lui reconnaître une pertinence universelle, pour tous les temps et toutes les cultures ? Les dictionnaires français, pour leur part, ont toujours défini le substantif en référence à l’histoire romaine. Dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694), comme dans le Dictionnaire françois de Pierre Richelet (1680), le « patriciat » est simplement présenté comme la « dignité de Patrice », fondée dans l’Empire par Constantin. Encore aujourd’hui le Petit Larousse (1995) accorde au mot deux significations, mais qui relèvent l’une et l’autre de ce champ chronologique et culturel : « 1. Rang de patricien. 2. Dignité de patrice. » Si l’on se reporte au mot « patrice », on le voit défini comme « Haute dignité accordée par les empereurs du Bas-Empire, à partir de Constantin », tandis que le « patricien » est présenté plus largement, mais toujours en référence à l’histoire romaine, comme un « Citoyen appartenant à la classe aristocratique ». Les éditions plus développées du Larousse introduisent cependant un sens dérivé, plus large. On lit à l’article « Patriciat » du Grand Usuel Larousse, dictionnaire encyclopédique (1997) : « 1. A Rome, dignité de patricien ; rang des familles patriciennes ; ensemble des patriciens. 2. Groupe social supérieur de quelques républiques urbaines du Moyen Âge et des Temps modernes. » Le vocable échappe ainsi au confinement dans l’histoire de l’Antiquité, mais son utilisation pour l’époque contemporaine semble demeurer exclue. D’autre part, son usage serait réservé à des aires géographiques bien circonscrites, et au total fort minoritaires dans l’espace européen, essentiellement l’Italie, la Flandre, l’Allemagne.

3En réalité cette interprétation fait date. Sans doute de nos jours continuent à être largement surreprésentées dans l’historiographie des patriciats, la société romaine d’une part, et de l’autre celle des cités/États de l’Italie ainsi que de l’ensemble de l’espace germanique — on se reportera, pour ce dernier, à la recension érudite qu’en a faite Gérald Chaix dans ces Actes —, mais un simple coup d’ceil sur les titres des ouvrages récemment publiés montre que le terme est utilisé pour bien d’autres pays et qu’il est aussi en usage chez les contemporanéistes.

4Il n’en reste pas moins que le patriciat ne fait pas l’unanimité parmi les historiens — renvoyons aux débats entre médiévistes dont la communication d’Henri Dubois se fait l’écho ici même. Plusieurs participants au colloque ont d’ailleurs substitué au mot les termes plus consensuels d’élites, de notables. Nous en revenons donc à la question initiale : en fait cette rencontre a-t-elle eu un véritable objet ? Existe-t-il une réalité sociale proche mais distincte de celle qu’on entend par les substantifs d’élites ou de notables ? Cet éventuel patriciat est-il composé de catégories socioprofessionnelles comparables, mutatis mutandis évidemment, dans les cités de Bithynie, à Palmyre, dans la Sienne du χiiie siècle, ou à Nantes au xviie ? Peut-on encore parler de patriciat dans les métropoles ou les petites villes du xxe siècle ? L’emploi du terme doit-il être réservé à la société urbaine ?

5Peut-être pourrait-on suggérer ici quelques éléments d’une définition, se mettre d’accord, en quelque sorte, sur un plus petit commun multiple de tous ces patriciats entrevus. On serait amené à mettre en avant la notion d’enracinement, enracinement des individus dans un lignage, enracinement des lignages dans la ville et dans l’exercice du pouvoir citadin, même si la nature et l’importance de ce pouvoir varient énormément d’une époque à la suivante, d’un type de régime politique à un autre. Cette notion commode, qui permet d’opposer les patriciens aux « hommes nouveaux », appelle nécessairement à s’interroger sur les éléments constitutifs de l’identité patricienne au regard de l’ensemble des familles qui composent dans chaque ville, les « gens de bien », « les gros », « les apparents ». Quelle part y prend la naissance, l’hérédité, mais aussi la fortune ? Et sous quelle forme et de quelle origine est cette richesse ? Quelle est la considération que les patriciens ont accordée à l’argent à travers les siècles et les civilisations ? Se pose aussi la question de l’exigence du savoir, de la culture livresque. Là encore, de quel ordre est ce savoir, et pour quelle utilisation : faire reconnaître l’honnête homme ou former le gestionnaire ?

  • 1 J.-L. BIGET, « Les villes du Midi de la France au Moyen Âge », dans J.-L. BIGET, J.-C HERVÉ, coord (...)
  • 2 J.-M. CONSTANT, « Noblesse et élite au xvie siècle : les problèmes de l’identité noble », dans L’i (...)
  • 3 Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, textes réunis et pré (...)

6Les rapports entre patriciat et noblesse, patriciat et bourgeoisie sont au cœur de cette réflexion. Des spécialistes de diverses époques ont reconnu ou pressenti l’existence à la tête des sociétés urbaines d’une catégorie intermédiaire et hybride. C’est Jean-Louis Biget qui, évoquant l’accession aux consulats, jusque-là émanation de la chevalerie urbaine, « d’élites nouvelles (marchands enrichis, juristes) », à partir du milieu du xiie siècle, écrit : « Le patriciat intègre progressivement cette composante. »1 C’est Jean-Marie Constant qui, dans sa contribution à un récent colloque sur L’identité nobiliaire, se disait « tenté de conclure à l’existence d’une « aristocratie » urbaine, mi-bourgeoise mi-noble qu’on pourrait intituler « les nobles citoyens des villes »2. Dans l’introduction aux Actes d’une précédente rencontre organisée par le Centre de recherches sur l’histoire des villes, Claude-Isabelle Brelot opposait à la « noblesse châtelaine » la « noblesse patricienne », celle qui s’était constituée dans les villes d’Ancien Régime à partir des acquéreurs d’offices anoblissant qui inscrivaient « dans la cité la mémoire de leur réussite, l’opulence de leur fortune et la trace de leurs activités »3. On peut donc se demander si le patriciat serait un ersatz de noblesse, ou un amalgame de nobles et de roturiers, si pour ces derniers l’intégration dans le second ordre a été un but constant, si les nobles d’« ancienne extrace » se sont intéressés au gouvernement de la ville ou au contraire s’ils l’ont dédaigné...

7Vient aussi bien vite à l’esprit, du moins lorsque les États dépassent la dimension de la cité, la question des relations des patriciens avec le pouvoir central et avec les hommes ou les corps qui incarnent ce pouvoir. Ceux-ci peuvent-ils être considérés comme partie intégrante du patriciat ? Ou bien le terme doit-il être réservé à ceux qui administrent la ville : par exemple pour l’époque moderne, faut-il admettre dans le patriciat les membres des grands corps d’officiers royaux, qui tous siègent dans les villes ?

8Toute une série d’interrogations concerne le rôle de la famille et de chacun de ses éléments — je pense aux femmes en particulier — dans les processus d’accession et de maintien au sein du patriciat, car la dimension familiale est inhérente à la notion de patriciat. Il convient notamment de s’interroger sur le caractère fermé ou plus ou moins ouvert du patriciat urbain, ce qui implique la connaissance des relations interfamiliales. Autrement dit, le patriciat doit-il être pensé en terme de caste ou plutôt de réseaux d’alliances, de fidélités, d’influences, ouverts aux familles nouvelles ?

9Nous avons aussi, je le pense, beaucoup à apprendre sur tout ce qui relève de la culture patricienne au sens large : y a-t-il un mode de vie patricien et en quoi se différencie-t-il de celui des noblesses et des bourgeoisies ? Comment les patriciens se mettent-ils en scène face à leurs administrés, comment se font-ils reconnaître par leurs concitoyens dans leur vie privée (l’habitat, la vie de relation, les loisirs) ou publique (par la construction de monuments symboliques de leur pouvoir collectif, ou par leurs actions d’évergètes ou de bienfaiteurs, par l’étendue du clientélisme, ou de l’électoralisme selon les époques), comment assurent-ils la survie de leur mémoire, par l’écrit ou dans la pierre, jusqu’à celle de leurs tombeaux ?

10Ce questionnement n’a rien d’exhaustif. Il est seulement une manière de souligner la richesse des communications où ont été abordés tous ces thèmes et aussi celle des débats qu’elles ont suscités et que nous n’avons malheureusement pu reproduire ici. Laissant à Maurice Sartre le soin de dresser un premier bilan des unes et des autres en conclusion de ces Actes, je me contenterai d’adresser mes remerciements chaleureux à tous ceux qui ont participé à ces journées.

11Au nom de l’ensemble des organisateurs du colloque, je tiens aussi à témoigner notre gratitude à toutes les personnes et à toutes les institutions qui ont permis sa tenue : le conseil général d’Indre-et-Loire et son président Jean Delaneau, qui ont accueilli nos séances dans la prestigieuse salle Charles De Gaulle, la municipalité de Tours, les ministères de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères qui ont participé au montage financier — à ce propos je m’acquitte avec plaisir d’une dette de reconnaissance toute particulière à l’égard de notre collègue Claude-Isabelle Brelot dont l’amicale efficacité a été pour beaucoup dans l’agrément de notre dossier au ministère de l’Éducation nationale.

12Ce colloque s’inscrit dans l’un des axes de recherche majeurs de l’université de Tours dans le domaine des lettres et sciences humaines. Il a été efficacement soutenu par les instances dirigeantes et administratives de cette université et le président Jacques Gautron a bien voulu l’inaugurer. Qu’il en soit remercié ici. Je tiens aussi à dire notre gratitude à la Maison des Sciences de la Ville de l’université de Tours — dont fait partie le Centre d’Histoire de la Ville moderne et contemporaine — et à son président Serge Thibault, qui ont largement contribué au financement de cette publication. Enfin j’atteste de la reconnaissance collective tant des organisateurs que des participants à Christèle Hervé qui a assumé sans défaillir et avec une souriante efficacité l’organisation matérielle de cette rencontre ainsi que la lourde tâche de préparation des textes pour l’édition.

Notes

1 J.-L. BIGET, « Les villes du Midi de la France au Moyen Âge », dans J.-L. BIGET, J.-C HERVÉ, coordonnateurs, Panoramas urbains. Situation de l’Histoire des Villes, Paris, E.N.S. Éditions Fontenay/Saint-Cloud, 1995, p. 149-172.

2 J.-M. CONSTANT, « Noblesse et élite au xvie siècle : les problèmes de l’identité noble », dans L’identité nobiliaire. Dix siècles de métamorphoses (Ixe-xixe siècles), université du Maine, Publication du Laboratoire d’Histoire Anthropologique du Mans, 1997, p. 45-61.

3 Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, textes réunis et présentés par C.-I. BRELOT, Tours, Maison des Sciences de la Ville, 1995, p. IV.

Auteur

Université de Tours, Cehvi

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540