Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Conclusions

Conclusions

Gérard Chastagnaret

Texte intégral

1Toute conclusion sur les travaux d’un colloque est un exercice difficile puisqu’il s’agit de montrer, avec le moins d’artifice possible, comment, à travers l’originalité des contributions de chacun, se reconstruit un savoir cohérent et novateur. Le rassemblement est ici encore plus périlleux que d’ordinaire : comme l’a utilement rappelé Michel Lescure dans son introduction, le concept autour duquel s’est nouée notre réflexion, celui de district industriel, est certes original et fécond par ses croisements entre l’économie, le territoire, l’institutionnel et le social, mais il est par-là même particulièrement complexe dans sa signification comme dans ses prolongements. Par ailleurs, les interventions, au demeurant toutes fort intéressantes, ont présenté des cas d’une extrême diversité par les temps, les espaces, les secteurs étudiés, et les interrogations. En même temps, chacun sent aussi tout ce que cette rencontre a eu de suggestif et de stimulant, et pourrait -souhaite même sans doute – présenter sa propre synthèse de ces journées, ce qui ne peut qu’ajouter à l’inconfort du rapporteur, qui n’est pas spécialiste de l’espace français, ni de la ville, ni même, stricto sensu, de l’industrie. C’est donc une lecture partiellement « externe », depuis la mine et la Méditerranée, qui est proposée ici.

2Le mot lecture est employé à dessein, plutôt que celui de synthèse, parce que celle-ci me paraît impossible. La difficulté ne tient pas à la diversité des cas, déjà mentionnée, mais à la pluralité des « entrées » dans le thème assorti de l’absence de toute grille d’analyse commune. Dans ces conditions, la démarche comparatiste n’est guère praticable, et il n’est pas possible de faire émerger un discours commun, parce que nous n’avons pas produit ce discours, mais seulement des fragments de discours. Il n’y a là aucune disqualification des communications, dont j’ai déjà dit tout l’intérêt, mais le simple constat du caractère très improbable de leurs articulations. Toutes les interventions ont été pleinement légitimes et les scrupules de certains à s’insérer dans le débat sur les districts industriels doivent s’effacer devant la plasticité du concept. Cependant, les traits communs de nos propos peuvent s’exprimer plutôt en termes négatifs : ils témoignent d’un déséquilibre d’ensemble des analyses, au profit de l’économique, de l’entreprise, au détriment de l’urbain et du social. Plusieurs questions, pourtant au coeur de la problématique des districts, ont peu retenu notre attention : ainsi, quelles sont les implications, sur l’habitat et les déplacements, d’un marché local de main d’œuvre ? Quel rôle joue, pour les entreprises d’un district, l’existence d’institutions consulaires ou publiques, des écoles professionnelles à l’université ? Dans le seul domaine de l’économie, nos interrogations ont présenté aussi des lacunes. Par exemple sur les échelles de gestion des entreprises : un district élargit-il l’horizon des entreprises, en leur permettant de participer à des logiques plus amples, ou le rétrécit-il en autorisant un fonctionnement dans le seul cadre local, y compris pour l’écoulement des productions ? Ou est-il plutôt une invitation à jouer sur des échelles différentes ? Ces questions, dont la liste pourrait être allongée, illustrent la richesse du terrain que nous étions invités à défricher. Mon parcours sur ce terrain empruntera en grande partie les pas du propos introductif de Michel Lescure, puisque je rechercherai d’abord notre contribution à la mise en lumière des signes d’identité des districts, avant de dégager notre réflexion sur leur impact urbain. J’essaierai enfin de faire émerger notre apport collectif sur un problème que nous avons largement partagé, mais auquel est peut-être plus sensible un historien de la Méditerranée contemporaine : celui du temps, c’est-à-dire du devenir de ces destins collectifs que sont les districts industriels.

Signes d’identité

3Nous nous sommes comportés en vrais historiens, défiants à l’égard de tout nominalisme : nos débats ne se sont pas enfermés dans des querelles sur des définitions et les scrupules de plusieurs participants sur les « frontières » des districts ne les ont heureusement pas dissuadés d’intervenir. Il n’a pas non plus surgi de controverse stérile sur les dimensions et les formes. Il a été admis implicitement que, de Cholet à la Vénétie, de la période moderne au xxe siècle, il pouvait s’observer plusieurs types de districts. L’accord s’est fait aussi sur l’idée que, en dépit de la similitude du qualificatif, un district industriel ne doit pas être confondu avec un site industriel ou une région industrielle. Un district implique des synergies internes à l’espace, ainsi que des formes très diverses, institutionnelles ou non, d’articulations, l’ensemble produisant des externalités positives pour les entreprises.

4À l’intérieur de ce cadre très ample, les diverses interventions permettent de dresser une véritable hiérarchie, sinon des phénomènes, tout au moins des centres d’intérêt. Sauf exception, comme la deuxième phase du district d’Elbeuf, la circulation des produits au sein même du district a été peu évoquée. L’accent a été mis, de manière systématique, sur les facteurs de production. Seul Michel Lescure a insisté, pour le cas de Cholet, sur le problème du capital circulant, dont on sait l’importance pour le textile, mais plusieurs contributions auraient pu manifestement développer le rôle du district pour l’investissement lui-même. En fait, l’attention s’est portée principalement sur la main d’œuvre, objet d’analyses quantitatives et aussi qualitatives, mettant en évidence l’importance des savoirs techniques et des gestes appris.

5Cette priorité du travail dans le regard de l’historien est pleinement légitime, à condition d’ouvrir l’enquête à l’ensemble des aspects de ce champ. Le premier d’entre eux est le mode de fonctionnement du marché de l’emploi, en termes de formes d’emploi, de conditions de travail, de salaires. Or ces points n’ont pas suscité d’observations très nourries et certaines analyses appellent sans doute des approfondissements : l’éloge des travailleurs pratiqué par le patronat dans certaines régions doit-il seulement s’interpréter comme un éloge du travail ? N’est-il pas aussi l’expression, à peine masquée, de la réussite d’un contrôle social ? Plusieurs communications ont mis en avant les savoirs comme élément fort de fonctionnement des externalités. Le rôle de l’enseignement ne soulève pas de problèmes, d’autant plus que des travaux récents d’économistes, comme ceux de Jean-Pierre Gilly à Toulouse, ont souligné fortement le rôle des liens enseignement – industrie dans les dynamiques régionales. En revanche, la mise en commun d’innovations, telle que l’a présentée Michel Hau à propos du patronat mulhousien, me paraît atypique, très intéressante mais peu susceptible d’extension comme modèle. Ma seule expérience personnelle de diffusion volontariste locale d’une innovation est celle d’un four à manche particulier (horno de gran tiro), découvert par un pharmacien local et permettant de traiter les carbonates de plomb de la sierra de Carthagène. En ce cas, la volonté de rendre accessible l’innovation à de petits fondeurs était recherchée non dans la gratuité, mais dans la modestie de la redevance.

6Cette attention au travail s’est rarement étendue à l’ensemble du système technique. Ainsi, en montrant le passage de la clouterie à l’horlogerie, Jean-Marc Olivier donne envie d’en savoir plus sur les savoirs techniques constitués autour du fer. Mais c’est sans doute l’étude des déclins des districts qui aurait pu éveiller la vigilance à l’égard des systèmes techniques : comme l’a très bien montré Jean-Claude Daumas pour Elbeuf à propos de la question de la laine peignée, et comme l’ont illustré, hors même de ce colloque, de multiples cas, l’enfermement dans un système technique est une des voies les plus sûres du dépérissement territorial d’une industrie.

7Nous sommes particulièrement redevables à nos collègues italiens d’avoir attiré notre attention sur les régulations institutionnelles, leur discrétion, leur nécessité, leur phasage. Certes, il faut prendre garde de ne pas les survaloriser, mais il faut surtout savoir les repérer, par un décryptage des filiations, des fonctions, des compositions, ce qui donne à la contribution de Gérard Gayot, sur les conseils d’agriculture, arts et commerce, au-delà même du cas étudié, un réel intérêt méthodologique.

8Je crois enfin que ce colloque a souligné l’intérêt d’une étude non seulement des modalités de fonctionnement des systèmes productifs, mais aussi de leurs ressorts, de leurs dynamiques, en termes de marché, de pouvoir de décision. De ce point de vue, le cas d’Argenton-sur-Creuse, proposé par Claude Brelot et Frédérique Landais-Courant, est tout à fait intéressant, parce qu’il montre qu’il n’est nullement dans la définition d’un district d’être rigoureusement autocentré : l’impulsion de la demande des grands magasins parisiens assure une longue vitalité à un district aux modalités très originales. Inversement, des initiatives extérieures peuvent tenter d’exploiter des dynamiques locales : Jean-François Eck a montré que des entreprises françaises sont venues en Allemagne en s’inscrivant partiellement dans cette logique, mais non sans difficultés ni revers. Cette attention aux dynamiques ne doit pas conduire à opposer les « bons » districts, autocentrés, aux « mauvais », dépendants d’initiatives extérieures. C’est en effet le type même du faux débat : il n’y a jamais de district au fonctionnement replié sur lui-même et un district peut conserver des marges d’autonomie très significatives même en cas de transfert vers l’extérieur du pouvoir de décision. En revanche, nous devons tous être attentifs à ne pas être dupes des évidences de fonctionnement, qui sont souvent l’habillage de problèmes. Il faut chercher derrière, c’est-à-dire souvent au-delà du discours des acteurs, instrumentalisé de multiples manières. Il faut écouter le culturel, le prendre en compte, mais ne pas se dispenser pour autant de réfléchir sur l’économique, y compris sur la question des coûts salariaux, parfois masquée par des propos d’employeurs sur les vertus ouvrières locales.

9Pour clore ce premier aspect de mon propos, je me permettrai d’abord de proposer deux réactions provocatrices mais que je crois scientifiquement saines. Ceux qui doutent de l’intérêt opératoire du district ou de sa possibilité d’application à leur propre terrain doivent être encouragés, non à croire, mais à explorer la fécondité du cadre conceptuel du district. En revanche, que les adeptes sans nuances de la logique de district soient invités à douter, sinon des districts, tout au moins des évidences de fonctionnement qui se proposent à eux. L’évidence se marie mal avec la démarche scientifique. Je tiens enfin à souligner que notre colloque n’est qu’un premier pas dans la saisie, sur la longue durée, du phénomène des districts. L’éclatement de nos approches indique un premier objectif, l’établissement d’une typologie, ou plutôt de typologies croisées en fonction des angles d’observation : les origines, les tailles, les assises sectorielles, les dynamiques et modalités de fonctionnement, les rythmes. La typologie d’origine des districts de l’espace vénitien, présentée ici par Giovanni Fontana, peut être considérée comme une démarche scientifique pionnière et peut-être même un modèle. Nos travaux montrent que c’est à l’échelle de la France et même de l’Europe occidentale qu’il faut désormais se situer, sur une base élargie de critères. Ils montrent aussi que si la tâche est ardue, elle n’est pas démesurée et pourrait être riche de conclusions.

L’impact urbain des districts

10Conçu pour confronter le district et la ville, ce colloque s’est montré en fait très ouvert et même œcuménique à l’égard de la campagne, y compris en dehors des contributions de Jean-Luc Mayaud et Jean-Marc Olivier. Le monde rural n’apparaît cependant jamais seul. D’Elbeuf à Argenton, Besançon et même Morez, la ville est toujours présente. Elle est un élément de base du système, comme donneur d’ordres, lieu de pouvoir ou de production, relais vers des horizons extérieurs. Parfois, ce peuvent être plusieurs villes, entre lesquelles Giovanni Fontana demande, avec raison, de ne pas pratiquer de lecture hiérarchique.

11Quel effet en retour en reçoit la cité ? Les observations des participants, plus souvent périphériques que véritablement centrales dans les diverses contributions, n’ont pas mis en relief d’éventuels changements de statut liées aux fonctions de pouvoir, d’arbitrage ou de formation. Aucune communication n’a souligné l’une des fonctions de ces espaces socialement composites que sont les districts : constituer des terrains d’affichage social. Cet aspect n’est sans doute pas fondamental, mais il n’est pas marginal non plus : il exprime des stratégies de communication interne – ou des absences voulues sur ce terrain si les puissants préfèrent habiter à l’écart, hors de la ville ou même hors du district. Un hôtel particulier au cœur d’un district industriel ne dit pas seulement l’opulence et l’ostentation, il dit aussi le sentiment d’appartenance à une même communauté.

12Nos travaux ont surtout invité à distinguer, fort classiquement, deux champs principaux de conséquences, l’espace et le social. En règle générale, à la différence de la grande industrie, le district n’est pas une agression contre le paysage urbain. Dans un premier temps surtout, il se fond dans lui, comme d’ailleurs dans l’environnement rural. Ce mouvement peut être favorisé par des mutations juridiques. Paul Thomes a montré comment la sécularisation des biens du clergé favorisait l’infiltration des entreprises dans le tissu urbain d’Aix-la-Chapelle. Le district change aussi la ville. D’abord parce qu’il peut la saturer, comme l’a montré John Wilson pour Manchester. Plus souvent, il l’étire, la dilue dans sa campagne proche : le terme de nébuleuse, plusieurs fois employé pour désigner le système économique territorial acquiert aussi parfois une réalité physique. Le district n’impose aucune forme urbaine, mais il se lit presque toujours dans le paysage.

13Le district est-il un espace de régulation sereine du marché de la main d’œuvre et des rapports sociaux ou peut-il être aussi lieu de cristallisation des tensions, voire des affrontements ? La plupart des contributions mettent en relief le premier terme de l’alternative : à Morez comme à Argenton, et sans doute à Cholet, l’industrie permet de lutter contre le sous-emploi, celui des femmes ou celui des paysans à la morte-saison. Le district apparaît comme moyen de résister aux tentations migratoires et même comme levier de prospérités familiales. Alors, le district est-il un espace privilégié de la « moyennisation » sociale, chère aux sociologues d’aujourd’hui ? La réponse est en fait moins assurée qu’on ne pourrait le croire et les districts pourraient bien satisfaire aux deux termes de l’alternative énoncée plus haut.

14La seconde moitié du xixe siècle peut apporter d’utiles éclairages parce que les effectifs ouvriers sont déjà importants et qu’il n’existe encore presque pas d’amortisseur institutionnel des brutalités de la conjoncture. L’étude de Didier Terrier sur les mouvements de main d’œuvre à Fourmies comme nos propres observations sur le bassin minier de Carthagène montrent le caractère attractif de chaque district, la complexité des mouvements et de l’emploi à l’intérieur de cet espace, en relation avec les stratégies respectives des entrepreneurs et des salariés. Elles montrent aussi que cette régulation, informelle mais efficace sur la longue ou la moyenne durée, peut aller de pair avec des impuissances à gérer les crises : mai 1891 à Fourmies, mai 1898 à La Unión ou à Linares témoignent que les districts peuvent être à la fois porteurs de vitalité et creusets d’explosions sociales. Au cours du xxe siècle, les problèmes ont-ils changé de nature, d’intensité ou de forme ? Les trois réponses sont sans doute toutes pertinentes, mais on peut se demander si le district n’est pas toujours profondément marqué – de manière identitaire ? – par une tension entre la prospérité et la précarité, parfois celle des contrats, plus souvent celle des systèmes économiques.

Les districts et le temps

15La question du temps n’a jamais été affichée comme préoccupation majeure. Elle a pourtant retenu l’attention de nombreux participants à plusieurs niveaux, ou plutôt à différents moments de la vie des districts : en amont de leur naissance, pendant leur existence et même parfois pour leur mort. La durée est en effet un aspect fondamental pour apprécier dans quelle mesure un district existe réellement, c’est-à-dire s’il peut être analysé comme un destin collectif pour des composantes autonomes au sein d’un même espace. L’histoire industrielle de la Méditerranée peut aider à penser cette application au territoire d’interrogations sur la durée. En Méditerranée, le cadre pertinent d’analyse de l’industrie est rarement celui de l’État-nation ; c’est plutôt celui de la région, et même souvent de plus petites unités territoriales. Par ailleurs, dans la plupart des cas, la permanence du fait industriel va de pair avec la capacité de renouvellement de ses composantes. L’un des plus beaux exemples de district industriel en Méditerranée est sans doute celui d’Hermoupolis, capitale des Cyclades, dans l’île de Syros. La cité fut le premier foyer industriel du jeune État indépendant et c’est seulement dans le dernier tiers du xxe siècle qu’elle est entrée dans la voie d’un profond dépérissement industriel. Cette trajectoire plus que séculaire a vu se succéder et, dans certains cas, cohabiter, sur un espace côtier minuscule, tanneries, minoteries, usines à plomb, fabriques textiles, construction navale et même, un temps, construction automobile. La durée s’est fondée sur le renouvellement, sur des cycles successifs, sur l’aptitude, de la part des entrepreneurs locaux, à saisir les opportunités de toute nature, du côté de la matière première, par exemple, avec les blés de Russie, du côté des marchés, qui ont débordé très largement du cadre national grec. En Méditerranée, la fragilité des bases exacerbe les fonctions de vigilance et de captation des opportunités, trop souvent confondues avec de simples stratégies d’aubaine.

16En France comme en Europe occidentale, les contraintes sont sans doute moins pressantes, les districts ne vivent pas dans l’urgence de la reconversion proche. La Méditerranée n’est donc pas un modèle, mais elle est un révélateur du problème auquel peut être confronté tout territoire industriel : renouveler ses bases d’activité. Savoir renaître : le défi n’est pas seulement celui d’Hermoupolis ou de Marseille. Comme nous l’ont fait comprendre les interrogations si suggestives de Maurice Lévy-Leboyer sur le cas d’Elbeuf, il faut questionner les districts sur leurs capacités à utiliser leurs atouts, d’effectifs ouvriers, de savoir-faire, d’initiative et de réseaux pour assurer le relais d’activités déclinantes.

17Si je ne craignais les périls du nominalisme et de la typologie prématurée, je proposerais de préciser par des adjectifs le terme même de modèle. On pourrait ainsi parler de districts temporaires pour ceux dont l’existence peut être longue, mais se limite à un seul cycle d’activité industrielle, dans le cadre d’une relation monogamique avec un secteur ou une filière. On appliquerait l’expression de districts durables à ceux qui parviennent à se recomposer, à jeter de nouvelles bases à partir d’atouts existants. De la ganterie aux activités bées à la houille blanche, puis à l’électro-technique et enfin à l’électronique, le cas grenoblois, analysé par Anne Dalmasso, s’inscrit pleinement dans ce cadre, d’autant plus que les derniers cycles doivent beaucoup aux liens entre l’université et les industries locales. Grenoble est une réussite remarquable dans la longue durée, mais ce n’est pas une exception : Stephan Lindner a montré comment le déclin du textile dans le Vorarlberg autrichien, au cours du dernier demi-siècle, s’était accompagné d’une diversification réussie. Certains cas présentés ici, comme le Jura de Jean-Marc Olivier me paraissent être en situation intermédiaire entre ces deux pôles.

Prospérités contre développement

18Je voudrais, pour terminer, revenir sur un problème justement soulevé par Anne Dalmasso dans sa communication, celui de l’irréversibilité du statut industriel des districts. Je voudrais confirmer qu’une telle affirmation ne pourrait relever que de l’illusion ou de l’erreur d’analyse. La crise des aimées 1970 nous a suffisamment appris que c’étaient les grandes et vieilles régions industrielles qui offraient les ruines industrielles les plus spectaculaires. Pas plus que ces grandes régions, le district ne saurait être à l’abri de la déchéance.

19Le district possède cependant un atout, celui de pouvoir conjuguer la fragilité et la durée, par l’articulation de cycles fondés sur la capacité à délaisser pour reconstruire. Au fond, le district apprend à se défier de l’illusion d’un développement irréversible et il invite à penser plutôt en cycles de prospérités, qui contraignent à des réadaptations mais dont la succession peut fonder des croissances durables. C’est pourquoi j’oserai terminer en utilisant le prisme de mon expérience de l’histoire industrielle de la Méditerranée : si tous les districts ne sont pas méditerranéens, le district apprend à penser les logiques de l’industrie en Méditerranée.

Auteur

Université de Provence-UMR TELEMME

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540