Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Les processus d'adaptation des districts industriels

Un déclin réussi : la diversification économique de la région textile du Vorarlberg de 1945 à 19951

Stephan Lindner

Texte intégral

  • 1 Texte traduit de l’allemand par Jean-François Eck.
  • 2 Statistisches Jahrbuch für die Republik Österreich, XLVIIe année, nouvelle série, 1996, p. 17, tab (...)
  • 3 Ibid., p. 120, tableau 7.02.

1Le Vorarlberg est le plus occidental et l’un des plus petits des Länder d’Autriche. Situé entre le lac de Constance et le massif de l’Arlberg, il est limitrophe de la Suisse, du Lichtenstein et de l’Allemagne. Depuis 1945, la croissance démographique et celle de la population active, très élevées, y dépassent largement la moyenne nationale. Ainsi, alors que, de 1951 à 1991, la population autrichienne augmentait de 12,5 %, elle a crû de 71 % au Vorarlberg faisant passer sa part relative dans la population totale de 2,8 à 4,25 %2. Quant à la population active, alors qu’à la même période, elle n’augmentait en Autriche que de 7,5 %, elle a progressé dans le Vorarlberg de 68 %3.

  • 4 Source : ibid., p. 17, tableau 2.02 ; Wirtschaftskammer Vorarlberg, Feldkirch, Wirtschaftspolitisc (...)

Tableau 1 : Évolution de la population totale et de la population active4

  • 5 Cf. Creditanstalt, Vorarlberg, Vienne, 1988, p. 32.
  • 6 Source : WIFO-Österreichisches Institut für Wirtschaftsforschung, Vienne, Brutto-Wertschöpfung zu (...)

2Cette extraordinaire croissance, également supérieure à la moyenne nationale, a été portée par une progression des emplois dans les secteurs secondaire et tertiaire5. Le PIB s’est en effet beaucoup développé, tant en prix courants que constants, malgré des fluctuations conjoncturelles6. Jusqu’aux années 1970, la croissance des emplois a été si rapide que l’économie, surtout l’industrie textile, souffrait d’une pénurie de main-d’œuvre, rendant le recrutement de travailleurs nécessaire, d’abord dans le reste de l’Autriche, puis, à partir des années 1960, à l’étranger.

  • 7 Source : WIFO-Datenbank.

Tableau 2 : Le PIB du Vorarlberg de 1961 à 1992 à prix courants (millions de schillings)7

  • 8 KAUSEL A., « Makroökonomischer Befund der österreichischen "Performance" seit 1995, gegliedert nac (...)

3Depuis la crise économique mondiale des années 1970, le chômage s’est accru partout en Europe occidentale. En 1981-1985, le taux de chômage s’y élevait en moyenne à 9,6 % (Union européenne) et 9,8 % (pays européens membres de l’OCDE). En Autriche, il n’était que de 3,5 %8. Mais au Vorariberg, le plein emploi s’est maintenu jusqu’aux années 1990.

  • 9 Source : Amt der Vorarlberger Landesregierung, Landesstelle für Statistik/ Wirtschaftskammer Vorar (...)

Tableau 3 : Taux de chômage au Vorarlberg et en Autriche9

4Cette situation est d’autant plus étonnante que l’industrie textile occupe au Vorarlberg une large part de la main-d’œuvre. Tandis que, dans le reste de l’Europe occidentale, cette branche a en général souffert au cours des années 1970 de stagnation ou de contraction d’activité, se voyant ainsi contrainte à des licenciements massifs, c’est son maintien qui a permis à l’économie locale de rester prospère, valant au Vorarlberg son surnom de « Textilländle », autour de localités comme Bregenz, la capitale, Dornbirn, Bludenz et quelques communes voisines. La prédominance de l’industrie textile aurait dû y provoquer un important chômage. Comment expliquer qu’il n’en fut rien et que le Vorarlberg ait pu échapper aux bouleversements sociaux tout en restructurant son économie ? Et d’abord comment cette restructuration s’est-elle opérée ?

Aperçu sur la structure économique du Vorarlberg

  • 10 Nous comprenons dans le secteur tertiaire les commerces, l’hôtellerie et la restauration, les tran (...)

5Jusqu’à la fin des années 1980, le secteur secondaire (énergie et bâtiment inclus) dominait l’économie locale. Une telle situation était originale en Autriche, où les parts relatives du secteur primaire (agriculture et forêt) et du secteur tertiaire10 sont davantage développées, tant en ce qui concerne le nombre d’emplois que la participation à la production.

  • 11 Creditanstalt-Bankverein, Die österreichischen Bundesländer, Vorarlberg 1955-1970, Vienne, 1973, p (...)
  • 12 Cf. Creditanstalt, 1988, p. 41-47.

6Au Vorarlberg, le secteur primaire a perdu précocement son importance. Les conditions naturelles y sont peu propices à l’agriculture, 85 % de la superficie du Land étant montagneux et le climat étant médiocre11. Au début des années 1950, le secteur primaire employait encore environ un actif sur quatre. Dix années plus tard, cette proportion s’est abaissée à un sur sept, puis un sur dix-sept en 1970. Depuis le début des années 1980, il ne représente plus que 3 % de la population active, une proportion désormais stable, car les paysans de montagne, en nombre important, ne profitent guère de l’introduction de machines modernes12.

  • 13 Ibid., p. 30 et ss.

7Le secteur secondaire occupait au début des années 1950 environ la moitié des actifs. Il s’est encore développé par la suite, jusqu’à atteindre trois actifs sur cinq à la fin des années 1970. Puis, on assista à un recul continu. En 1991 toutefois, sa part relative reste de près de la moitié. Quant au secteur tertiaire, il occupait naguère une place plus faible que dans le reste de l’Autriche. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié des années 1980 qu’il a dépassé le secteur secondaire pour le nombre d’emplois13, alors que dans l’ensemble de l’Autriche ce dépassement a eu lieu dès 1971, date à laquelle le secteur secondaire représentait encore au Vorarlbeg les deux-tiers du total. Au début des années 1990, 60 % des actifs en Autriche sont employés dans le secteur tertiaire et 35 % dans le secteur secondaire. Au Vorarlberg, les proportions respectives tournent autour de la moitié chacun.

  • 14 Statistisches Jahrbuch für die Republik Österreich, 1996, p. 215, graphique 37.

8Si l’on considère à présent la structure sectorielle du PIB, on constate qu’au Vorarlberg, le secteur primaire a reculé de 6 % en 1961 (pour 14,6 % des emplois) à 1,1 % en 1992 (pour 3 % des emplois). Depuis le début des années 1980, le secteur tertiaire a dépassé le secteur secondaire, tout en gardant une part relative inférieure à la moyenne nationale. En 1983, pour l’ensemble de l’Autriche, les proportions étaient de 60 % pour le secteur tertiaire et 36,5 % pour le secondaire. En 1995, elles sont respectivement de 66 et 32,3 %14. Au Vorarlberg par contre, le secteur secondaire représente encore en 1992 45 % du PIB et le secteur tertiaire 54 %.

  • 15 Sources : MATHIS F. : « Die österreichische Wirtschaft. Grundlagen und Entwicklungen », in STELNLN (...)

Tableau 4 : Répartition de la population active par secteurs en Autriche et au Vorarlberg (%)15

  • 16 Source : WIFO-Datenbank.

Tableau 5. Structure sectorielle du PIB au Vorarlberg (%)16

  • 17 Cf. WANNER G., «Vorarlbergs Industriegeschichte von 1938-1992», in Vorarlberger Wirtschaflschronik (...)

9Au Vorarlberg, la part relative du secteur secondaire, et donc de l’industrie, s’est longtemps maintenue à un niveau élevé. Il a fallu attendre les années 1970 pour que le renforcement du secteur tertiaire s’opère au détriment du secteur secondaire. Mais, de manière plus spectaculaire encore, des reclassements internes au secteur secondaire ont fait perdre à l’industrie textile sa place dominante traditionnelle17.

L’industrie au Vorarlberg : du « Textilland » à la diversification

  • 18 Cf. BUNDSCHUH W.: « Die Vorarlberger Textilindustrie un Textilarbeiterschaft nach dem Zusammenbruc (...)
  • 19 Cf. KÖNIG G, Die wirtschaftliche Probleme Vorarlbergs in der Zeit nach dem Zweiten Weltkrieg. Das (...)
  • 20 BUTSCHEK F., op. cit., p. 90 et ss. ; KÖNIG G., op. cit., p. 28 et ss.
  • 21 KÖNIG G., op. cit., p. 29 et 227; GETZNER M.A., Getzner, Mutter & Cie. Bludenz und die Entwicklung (...)
  • 22 Cf. F.M. Hämmerle, 1836-1961 (ouvrage publié pour le 125e anniversaire), Dombirn, 1961, p. 80 ; GE (...)
  • 23 ALLIX A. et GIBERT A., Géographie des textiles, Paris, 1956, p. 415.

10L’économie du Vorarlberg a peu souffert de la seconde guerre mondiale. Certes, quelques entreprises ont subi des bombardements, d’autres ont interrompu leur activité. Dans l’ensemble, cependant, l’activité et l’équipement sont restés suffisants. Par contre, l’économie connaissait en 1945 une grave pénurie de matières premières et de main-d’œuvre18. Pour la remettre en marche, les autorités locales ont eu recours à l’aide de la Suisse. Tout comme après 1918, elles projetèrent de réaliser du travail à façon pour le compte d’entreprises suisses. Dans l’ensemble de l’Europe, après les destructions et le rationnement dus à la guerre, les besoins en articles textiles étaient vastes. On s’entendit donc rapidement autour d’un accord selon lequel les usines du Vorarlberg filaient et tissaient pour le compte d’entreprises suisses, en contrepartie de quoi elles recevaient matières premières, machines, produits alimentaires et toutes les denrées dont elles avaient besoin, normalement payables en devises ou dans le cadre de compensations. Cet accord reçut l’approbation des autorités françaises d’occupation, l’administration centrale autrichienne n’étant pas consultée19. Plus importante encore pour la reconstruction économique du Land fut la participation de l’Autriche au plan Marshall. Elle reçut dans ce cadre 1 milliard de dollars sur les 18 que comportait le programme, soit, par tête d’habitant, le chiffre le plus élevé d’Europe derrière la Norvège. Cette somme fut utilisée pour la reconstitution des stocks de matières premières et la modernisation de l’équipement20. Les filatures du Vorarlberg reçurent ainsi de 1948 à 1951 36,6 % de l’aide Marshall (matières premières) accordée à l’Autriche pour l’approvisionnement en coton21. Elles renouvelèrent dans une forte proportion leur parc de machines22. Ainsi, au milieu des années 1950, elles étaient « complètement rénovées grâce aux crédits Marshall »23.

  • 24 LOCHER B., Struktur und Strukturveränderungen der Vorarlberger Industrie, Innsbruck, 1970, p. 17.
  • 25 JANDRASCHITSCH F.: «Die Textilindustrie in Vorarlberg», tiré à part, Sonderbericht im Jahresberich (...)
  • 26 KÖNIG G., op. cit., p. 220 et ss. ; STOSS K., Die Bedeutung der Vorarlberger Textilindustrie und d (...)
  • 27 GANAHL H. : « Vorarlbergs wirtschaftlicher Standort », exposé du président de la chambre de commer (...)
  • 28 ALLIX A. et GIBERT A., op. cit., p. 415 et ss.
  • 29 Cf. SEIDEL H., Struktur und Entwicklungsperspektiven der Vorarlberger Wirtschaft, Vienne/Bregenz, (...)
  • 30 Cf. MARSCHNER H. et ZILGER B., Die Textilindustrie in Vorarlberg, Innsbruck, 1977, p. 14, tableau (...)

11Ce rapide rétablissement valut au Vorarlberg la réputation d’« Ouest doré » de l’Autriche. De la fin 1945 à la fin 1949, 21 400 emplois y ont été créés, dont les deux tiers dans l’industrie, et plus précisément le textile24. En 1947 un rapport de l’Inspection du travail de Bergenz voit dans l’industrie textile « le fondement de toute l’économie locale, la véritable industrie du Vorarlberg qui lui vaut à juste titre son surnom de « Textilland »25. 60 % des emplois industriels se trouvaient alors dans l’industrie textile, pourcentage qui atteignit même au début des années 1950 70 à 75%. Cette prédominance comportait certes des aspects négatifs. Le Voralberg fut gravement affecté par la crise coréenne en 1951-195226. Un industriel du textile voyait dans le poids excessif de la branche « à maints égards un sujet d’inquiétude »27. Pourtant, loin de décliner, il ne fit que s’affirmer par la suite, exerçant des effets bénéfiques sur toute l’économie régionale. Au milieu des années 1950, selon une étude française, l’industrie textile autrichienne, surtout dans le Vorarlberg, « connaît un essor qui contraste avec la crise dont se plaignent ses concurrents en Europe ». L’étude attribuait cette prospérité, outre la modernisation de l’équipement grâce au plan Marshall et le bon approvisionnement en énergie hydraulique, au niveau exceptionnellement bas des salaires28. Même si ceux-ci augmentaient peu à peu, l’industrie textile du Vorarlberg se caractérisait par une structure salariale particulièrement favorable par rapport aux pays voisins. Certes la main-d’œuvre au Vorarlberg coûtait en général plus cher que dans le reste de l’Autriche et certains Länder avaient des coûts salariaux plus faibles dans l’industrie textile29. Mais globalement, jusqu’au milieu des années 1970, ceux-ci, en y incluant les charges annexes, demeurèrent nettement inférieurs à ceux des pays voisins30.

  • 31 Cf. SCHNEIDER A., Die Vorarlberger Textilindustrie auf Standortsuche für ihre Zweig- und Filialbet (...)
  • 32 Amt der Vorarlberger Landesregierung. Landesstelle für Statistik, Vorarlberger Wirtschafts- und So (...)
  • 33 Cf. SCHNEIDER A., op. cit., p. 22 et ss. ; WIFO-Österreichisches Institut für Wirtschaftsforschung (...)

12Ces bas salaires n’avaient pourtant pas que des avantages. Au temps de l’expansion et du plein emploi, beaucoup d’actifs préféraient s’embaucher dans d’autres secteurs industriels qui se développaient rapidement, comme la métallurgie ou la construction électrique, ou bien aller travailler dans les pays voisins (Suisse, Lichtenstein, Allemagne) où les conditions de travail et les salaires étaient plus favorables que dans l’industrie textile du Vorarlberg31. Celle-ci souffrait de difficultés de recrutement. Le manque de main-d’œuvre devint l’un de ses problèmes notoires32. À partir du début des années 1960, elle dépendait de la main-d’œuvre immigrée et devait envisager de se rationaliser davantage33.

  • 34 Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 134, tableau 7 ; Creditanstalt, op. cit., 1988, p. 12 (...)

Tableau 6 : Emplois industriels totaux et emplois dans l’industrie textile du Vorarlberg de 1955 à 199334

  • 35 SEIDEL H., op. cit., p. 32.
  • 36 Cf. les chiffres dans SEIDEL H., op. cit., p. 32, qui estime l’ensemble textile-habillement à 26,5 (...)

13Certes, suite à la forte croissance des autres branches, la part des emplois dans l’industrie textile s’est orientée à la baisse dès les années 196035. En nombre absolu toutefois, les effectifs y ont augmenté jusqu’au début des années 1970, contrairement au reste de l’Autriche et aux autres pays d’Europe, où ils ont décliné dès les années 1950. De plus, avec environ 70 % du total jusqu’au milieu des années 1960, leur part dans l’emploi industriel était très élevée. Ce n’est qu’au cours des années 1970 qu’elle a reculé, pour atteindre 34 % seulement en 1993. Globalement, alors que l’industrie textile représentait en 1960 18,3 % de l’emploi total dans le Vorarlberg, elle n’en forme plus que 8 % en 199036.

  • 37 STOSS K., op. cit., p. 155 et 260.

14De même, sa part dans la production et dans les exportations a reculé, malgré une expansion globale et des ventes croissantes à l’étranger. En 1970, le textile et l’habillement exportaient 40 % de leur production. Cette part est montée à plus de 80 % durant les années 1980. Il s’agissait de plus en plus d’articles de haute valeur ajoutée, car l’industrie du Vorarlberg voyait peu à peu disparaître son avantage relatif au profit des pays à bas salaires37. Pour lutter contre eux, les industriels du Vorarlberg ont misé sur la qualité des produits. Le faible développement des marchés dans les pays occidentaux leur posait néanmoins de graves problèmes. Les effectifs ont donc décliné depuis les années 1970, puis les quantités produites au cours des années 1980, enfin la valeur même de la production durant les années 1990.

  • 38 Sur l’évolution de l’industrie textile dans les décennies postérieures à 1945, cf. LLNDNER S., « D (...)
  • 39 Cf. Vorarlbergs Wirtschaft, op. cit., p. 70-71.
  • 40 Cf. WEBER R.W., op. cit., p. 151-159; LAMPARTER D.H., «Eine teure Masche: der Strumpfhersteller Wo (...)

15De nombreuses entreprises, parmi lesquelles plusieurs fleurons de l’industrie du Vorarlberg, ont dû cesser leur activité38. Beaucoup sont néanmoins resté présentes et plusieurs sont prospères. C’est en particulier le cas de la maison Wolford. Jusqu’au début des années 1980, cette firme produisit des bas féminins et des articles de bonneterie qu’elle vendait sous sa propre marque ainsi que sous celle d’entreprises britanniques et allemandes39. La concurrence croissante l’a incitée à réagir, non pas en automatisant davantage sa production ou en se délocalisant vers les pays à bas salaires, mais en se reconvertissant vers les fabrications de luxe. Le recours à une main-d’œuvre très qualifiée, à des techniques de pointe et des innovations, ainsi qu’à la collaboration de designers et concepteurs de mode réputés devait garantir la qualité des productions. Une campagne publicitaire de haute valeur artistique fut mise en place pour stimuler les ventes. Wolford parvint ainsi à construire une image de marque prestigieuse sur le marché des bas et bodies féminins. Le succès fut si grand que la firme a procédé au milieu des années 1990 à l’extension de ses installations productives à Bregenz et embauché de nouveaux salariés40.

  • 41 Source: Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 134, tableau 8: chiffres de 1955-1970; Österr (...)

Graphique 1 : Évolution de la production industrielle du Vorarlberg de 1955 à 1995(base 1990=100)41

16La prédominance de l’industrie textile dans l’économie du Vorarlberg a néanmoins disparu durant les années 1970-1980 (graphique 1). N’étant plus « Textilland », la région s’est reconvertie vers d’autres branches industrielles, notamment la métallurgie et la construction électrique, qui exportent une large part de leurs productions. Dès 1980, le textile ne représentait plus que 48 % du total de la production industrielle. De 1980 à 1995, sa part a encore diminué de moitié de sorte qu’elle n’est plus en 1995 que de 24 %. Par contre, la part relative de la métallurgie et de la construction électrique est passée de 13 % en 1970 à 29 % en 1980 et 41 % en 1995. De nouvelles entreprises y sont apparues et ont parfois atteint une renommée mondiale dans leur spécialité, comme par exemple Doppelmayer, un constructeur familial de téléphériques et transporteurs par câbles. D’autres branches encore, telles que l’agroalimentaire ou la chimie, ont augmenté leur part relative dans la production globale au détriment de celle de l’industrie textile. La croissance des firmes s’y appuie cependant souvent sur des entrepreneurs du textile : c’est ainsi que Getzner dans la chimie, Ganahl dans l’industrie papetière ont pris leur essor.

  • 42 Source : Wirtschaftskammer Vorarlberg, Vorarlberg in Zahlen, éd. 1996, p. 28.

Tableau 7 : Répartition par branches de la production industrielle du Vorarlberg (%)42

  • 43 «Source : WIFO-Datenbank.

17Comme le montre le graphique 1, la croissance de la production industrielle au Vorarlberg continue d’être positive. Mais, depuis les années 1980, elle ne s’accompagne plus de créations d’emplois, mais bien au contraire de leur régression (tableau 7). De plus, la part relative de l’industrie a décliné peu à peu. En 1961, elle représentait encore 30 % environ du PIB du Land, puis est redescendue à 26 % en 1980, 23 % en 199243. C’est le secteur tertiaire qui a profité de cette régression, surtout depuis les années 1970.

Du Land industriel à une économie tertiairisée

18La crise économique mondiale des années 1970 a montré les dangers qui pèsent sur les régions mono-industrielles. La prédominance de l’industrie textile est apparue de plus en plus nuisible à mesure que s’accentuait la concurrence sur les marchés textiles, que reculait la consommation d’articles textiles et qu’augmentaient les coûts salariaux. De plus, la rationalisation et l’automatisation ne permettent guère d’espérer la création de nouveaux emplois dans cette branche.

  • 44 ILG W., Die Bundesländer Österreichs : Vorarlberg, Vienne, 1968, p. 13.
  • 45 SEIDEL H., op. cit., p. 34 et ss., 54-57.
  • 46 Ibid., p. 77.
  • 47 Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 123 et ss.

19Dès la fin des années 1960, le gouvernement du Land envisagea de mettre en place une politique structurelle pour réagir contre « une structure industrielle exagérément dominée par une seule branche » et combattre les risques qui en découlaient44. Il fit réaliser une étude sur les perspectives de développement économique du Vorarlberg. Celle-ci ne prévoyait pas de crise majeure dans l’industrie textile, mais recommandait une diversification vers des productions à forte valeur ajoutée susceptibles d’employer une main-d’œuvre qualifiée et de remplacer l’industrie textile comme support de la croissance économique régionale. Il s’agissait moins de branches entières que d’entreprises isolées45. L’industrie était toujours considérée comme le « moteur de l’économie régionale », les autres secteurs de l’économie devant s’y adapter46. De même, en 1973 encore, une étude de la Creditanstalt voyait en elle le « support du développement économique » et estimait qu’elle devrait le rester dans l’avenir47. Le développement futur du Land était ainsi envisagé dans la diversification industrielle, et non dans l’extension du domaine des services.

20La crise des années 1970 n’avait en effet pas posé de problèmes majeurs au Vorarlberg. Les autorités locales ne voyaient donc aucune raison d’abandonner les formules passées, car les données conjoncturelles ne semblaient guère justifier une intervention publique de grande ampleur. En 1980, le taux de chômage n’atteignait en Autriche que 2 % des actifs, mais 0,5 % seulement au Vorarlberg. En 1985, il passait à 4,8 % en Autriche, tout en restant à 2,7 % au Vorarlberg.

  • 48 Prognos, Entwicklungsperspektiven der Vorarlberger Wirtschaft bei sich verändernden Rahmenbedingun (...)
  • 49 Ibid., p.5 et ss.
  • 50 Ibid., p. 147-150.

21Le gouvernement du Land fit pourtant réaliser par le Wirtschaftsinstitut Prognos de Bâle une étude sur les perspectives économiques régionales conduisant à des « recommandations pour la maîtrise des problèmes structurels »48. Elle montre clairement le rôle que l’on entendait désormais assigner à l’État. Ses analyses et prévisions ne s’adressaient en effet qu’aux entreprises privées, l’État n’intervenant que si le secteur privé était incapable. Son rôle consistait essentiellement à aménager les infrastructures et améliorer les conditions de production49. Il en résultait une place très réduite pour l’intervention des autorités du Land et la politique structurelle régionale50. Cette conception correspondait manifestement aux souhaits du gouvernement régional. Certes la part du secteur public dans les prestations de services augmentait mais c’est du secteur privé que dépendait pour l’essentiel la diversification souhaitée pour l’économie régionale. Certaines entreprises se tournèrent alors vers de nouveaux secteurs ; d’autres apparurent, tant dans l’industrie que dans la prestation de services. Ainsi le secteur tertiaire accrut à partir des années 1970 sa part dans l’économie régionale ainsi que dans l’emploi.

  • 51 SEIDEL H., op. cit., p. 10.
  • 52 Ibid., p. 26.

22Le secteur tertiaire était, dans les années 1960, anormalement peu développé au Vorarlberg qui était avec la Basse-Autriche l’un des Länder où la part de la population active employée dans le secteur tertiaire était la plus faible51. Comme l’explique une étude publiée en 1969, cela provenait d’abord de sa dépendance, « pour le tertiaire supérieur, des villes des pays voisins ». Les habitants allaient faire leurs achats en Suisse ou en Allemagne et s’y rendaient aussi pour les services hospitaliers et l’enseignement supérieur. La capitale du Tyrol, Innsbruck, avait aussi un fort pouvoir d’attraction sur la population locale52. L’effet de rattrapage a donc joué : il restait une large marge de croissance pour les services publics au Vorarlberg durant les décennies suivantes.

  • 53 Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 99.
  • 54 Source : WIFO-Datenbank ; pour les chiffres de l’emploi, cf. MATHIS F., op. cit., p. 451, tableau (...)
  • 55 Cf. SEIDEL H., op. cit., p. 64 : le tourisme y est qualifié de moteur de l’économie dans les régio (...)

23Il faut tenir compte aussi du rôle relativement réduit joué par le tourisme dans l’économie. Une étude de la Creditanstalt y voyait certes en 1973 un « important secteur, à côté de l’industrie et de la production d’énergie »53. Il reste que sa part dans l’emploi et le PIB demeurait faible, avec en 1961 seulement 3,6 % du PIB, une proportion qui s’accroît ensuite jusqu’à 5,6 % en 199254. Le Vorarlberg n’était donc pas menacé de devenir « un pays d’aubergistes et de moniteurs de ski », comme d’autres Länder autrichiens, même si, dans les régions montagneuses, le tourisme représentait une importante source de revenus pour la population55.

  • 56 Ibid., p. 90.
  • 57 Source : WIFO-Datenbank.

24Une branche importante aux vastes possibilités était par contre représentée par les banques et assurances. Elles se développèrent rapidement au cours des années 1970 et 1980, tant en ce qui concerne l’emploi que la valeur ajoutée. En 1970, elles employaient 2 800 salariés, soit 3,1 % du total ; en 1987, les chiffres respectifs s’établissaient à 6 100 et 5,1 %56. En ce qui concerne leur part dans le PIB, elle est passée de 3,9 % en 1961 à 10 % en 1980 et 14 % en 199257.

25D’autres activités tertiaires comme le commerce, les transports, l’information se sont aussi fortement développées. Ainsi, durant les années 1980, ce secteur a-t-il dépassé le secteur secondaire pour la valeur ajoutée, puis le nombre d’emplois.

Conclusion

26Durant les cinquante années qui se sont écoulées de 1945 à 1995, le Vorarlberg a connu une forte croissance de son économie et de ses emplois. Jusque dans les années 1970, l’industrie textile y a dominé. Il ne s’agissait cependant pas d’une situation de mono-industrie, car d’autres branches sont apparues, puis se sont renforcées. À partir des années 1960 et surtout 1970, la structure industrielle s’est diversifiée. Les branches autres que l’industrie textile, grâce à leur croissance supérieure, l’ont peu à peu dépassée, tant en ce qui concerne la valeur ajoutée que le nombre des emplois. À partir des années 1980, le secteur tertiaire est devenu le moteur de l’économie régionale, sans pour autant empêcher le secteur secondaire de conserver une place exceptionnellement importante.

27Mais cette mutation structurelle ne s’est pas faite au détriment des salariés. Beaucoup ont pu trouver des emplois souvent mieux rétribués que dans l’industrie textile, soit dans d’autres branches industrielles, soit dans les services, soit encore en s’embauchant dans les pays voisins. La diversification industrielle, puis le tournant vers une économie tertiairisée n’ont pas entraîné la montée du chômage. Il importe d’autant plus de le souligner que d’autres régions textiles en Europe occidentale sont devenues des zones en difficulté souffrant d’un chômage massif. Au Vorarlberg, la reconversion économique régionale s’est faite de manière socialement supportable.

28Ce « déclin réussi » de l’industrie textile s’explique par plusieurs raisons. L’une des plus importantes est sans doute la forte orientation concurrentielle et la spécialisation exportatrice. L’industrie textile du Vorarlberg excelle d’abord dans les produits de qualité et les spécialités de haute valeur ajoutée. Mais l’analyse ne dit pas comment les industriels et les managers ont acquis de tels comportements. On sait seulement que, puisqu’il n’existe pas d’université sur place, ils ont dû se former ailleurs, en Autriche ou à l’étranger.

29La main-d’œuvre a aussi une part majeure dans l’explication. Elle possède la particularité de trouver aisément du travail dans les pays voisins et de se faire embaucher aisément dans d’autres branches productrices. La diversification de l’économie locale, les besoins en main-d’œuvre présents à l’étranger, le bas niveau des salaires ont stimulé cette constante réadaptation. La qualification professionnelle a joué également un rôle important. Grâce à elle, une firme comme Wolford a pu opérer sa reconversion vers les fabrications de luxe destinées à l’exportation, tout en restant implantée à Bregenz. C’est ce haut niveau de qualification qui explique sans doute la facilité avec laquelle les travailleurs du Vorarlberg changent d’emploi pour en trouver de meilleurs, sur place ou à l’étranger.

30Depuis la fin de la domination textile, le Vorarlberg n’est pas moins prospère qu’auparavant et les chômeurs n’y sont pas plus nombreux. Il serait intéressant de mieux comprendre pourquoi et d’analyser plus précisément les causes de ce « déclin réussi ».

Notes

1 Texte traduit de l’allemand par Jean-François Eck.

2 Statistisches Jahrbuch für die Republik Österreich, XLVIIe année, nouvelle série, 1996, p. 17, tableau 2.02.

3 Ibid., p. 120, tableau 7.02.

4 Source : ibid., p. 17, tableau 2.02 ; Wirtschaftskammer Vorarlberg, Feldkirch, Wirtschaftspolitische Abteilung, Statistikreferat. Chiffres légèrement différents pour le Vorarlberg en 1981 et 1991 dans Statistisches Jahrbuch für die Republik Österreich, 1996, p. 421 et ss., tableau 36.03.

5 Cf. Creditanstalt, Vorarlberg, Vienne, 1988, p. 32.

6 Source : WIFO-Österreichisches Institut für Wirtschaftsforschung, Vienne, Brutto-Wertschöpfung zu Preisen von 1983 (agriculture et forêt exclues). Ces données m’ont été aimablement communiquées par le W.I.F.O., ainsi que d’autres informations importantes sur le PIB de l’Autriche et du Vorarlberg de 1961 à 1992.

7 Source : WIFO-Datenbank.

8 KAUSEL A., « Makroökonomischer Befund der österreichischen "Performance" seit 1995, gegliedert nach den Subperioden 1955/70, 1970/80 und 1980/85», in Österreichs Wirtschaftspolitik 1970-1985. Erfolgreiche Wirtschaftspolitik unter erschwerten Rahmensbedingungen, Vienne, 1986, p. 65-103, cit. p. 92, tableau 14.

9 Source : Amt der Vorarlberger Landesregierung, Landesstelle für Statistik/ Wirtschaftskammer Vorarlberg, « Die Vorarlberger Wirtschaft im Sommer 1996 », Berichte zur Wirtschaftslage, 1996, n°l/2, p. 18, tableau 2.3.

10 Nous comprenons dans le secteur tertiaire les commerces, l’hôtellerie et la restauration, les transports, l’information, les banques et assurances, les services marchands et non-marchands, l’administration publique.

11 Creditanstalt-Bankverein, Die österreichischen Bundesländer, Vorarlberg 1955-1970, Vienne, 1973, p. 65.

12 Cf. Creditanstalt, 1988, p. 41-47.

13 Ibid., p. 30 et ss.

14 Statistisches Jahrbuch für die Republik Österreich, 1996, p. 215, graphique 37.

15 Sources : MATHIS F. : « Die österreichische Wirtschaft. Grundlagen und Entwicklungen », in STELNLNGER R. et GEHLER M. (dir.), Österreich im 20. Jahrhundert, vol. 2 : Vom Zweiten Weltkrieg bis zur Gegenwart, Vienne, 1987, p.415-453, cit. p.449, tableau 6; BUTSCHEK F., Die österreichische Wirtschaft im 20. Jahrhundert, Vienne/Stuttgart, 1985, p. 197 ; Wirtschaftskammer Vorarlberg, Vorarlberg in Zahlen, éd. 1995, p. 8 ; Statistisches Jahrbuch für die Republik Österreich (1996), p. 421-422, tableau 36.03. D’après les données utilisées pour l’Autriche en 1991, on obtiendrait pour le Vorarlberg à la même date des résultats légèrement différents : 2,7 % dans le secteur primaire, 46 % dans le secteur secondaire, 51,3 % dans le secteur tertiaire.

16 Source : WIFO-Datenbank.

17 Cf. WANNER G., «Vorarlbergs Industriegeschichte von 1938-1992», in Vorarlberger Wirtschaflschronik, Vienne, 1993, p. I/85-98, cit. p. 87.

18 Cf. BUNDSCHUH W.: « Die Vorarlberger Textilindustrie un Textilarbeiterschaft nach dem Zusammenbruch des "Dritten Reiches" », in Schriften des Vereins für Geschichte des Bodensees und seiner Umgebung, n°113, 1995, p. 145-174.

19 Cf. KÖNIG G, Die wirtschaftliche Probleme Vorarlbergs in der Zeit nach dem Zweiten Weltkrieg. Das erste Jahrzehnt: Mangelwirtschaft und Wiederaufbau, diss. manuscrite, Vienne, 1989, p. 215-217. Sur l’accord, étude exhaustive de EISTERER K., Die Schweiz als Partner. Zum eigenständigen Aussenhandel der Bundesländer Vorarlberg und Tirol mit der Eidgenossenschaft 1945-1947, Vienne, 1995.

20 BUTSCHEK F., op. cit., p. 90 et ss. ; KÖNIG G., op. cit., p. 28 et ss.

21 KÖNIG G., op. cit., p. 29 et 227; GETZNER M.A., Getzner, Mutter & Cie. Bludenz und die Entwicklung der Textilindustrie im Vorarlberger Oberland, vol.II, partie B : Mensch und Maschine, Feldkirch, 1990, p. 158.

22 Cf. F.M. Hämmerle, 1836-1961 (ouvrage publié pour le 125e anniversaire), Dombirn, 1961, p. 80 ; GETZNER M.A., op. cit., p. 158.

23 ALLIX A. et GIBERT A., Géographie des textiles, Paris, 1956, p. 415.

24 LOCHER B., Struktur und Strukturveränderungen der Vorarlberger Industrie, Innsbruck, 1970, p. 17.

25 JANDRASCHITSCH F.: «Die Textilindustrie in Vorarlberg», tiré à part, Sonderbericht im Jahresbericht der Arbeitsinspektion, p. 4.

26 KÖNIG G., op. cit., p. 220 et ss. ; STOSS K., Die Bedeutung der Vorarlberger Textilindustrie und deren Exportätigkeit für den Wirtschaftsraum Vorarlberg, diss. manuscrite, Innsbruck, 1985, p. 87.

27 GANAHL H. : « Vorarlbergs wirtschaftlicher Standort », exposé du président de la chambre de commerce du Vorarlberg, 4/8/1953, Feldkirch, p. 16.

28 ALLIX A. et GIBERT A., op. cit., p. 415 et ss.

29 Cf. SEIDEL H., Struktur und Entwicklungsperspektiven der Vorarlberger Wirtschaft, Vienne/Bregenz, 1969, p. 36.

30 Cf. MARSCHNER H. et ZILGER B., Die Textilindustrie in Vorarlberg, Innsbruck, 1977, p. 14, tableau 8.

31 Cf. SCHNEIDER A., Die Vorarlberger Textilindustrie auf Standortsuche für ihre Zweig- und Filialbetriebe, Innsbruck, 1968, p. 18-21.

32 Amt der Vorarlberger Landesregierung. Landesstelle für Statistik, Vorarlberger Wirtschafts- und Sozialstatistik, vol.XXI, 1965, p. 379-381.

33 Cf. SCHNEIDER A., op. cit., p. 22 et ss. ; WIFO-Österreichisches Institut für Wirtschaftsforschung, Arbdtsnehmertinkommen und Arbeitsplatzstruktur in Vorarlberg, Vienne, 1979, p. 13 ; LOCHER B., op. cit., p. 30, 33-35 ; WANNER G., op. cit., p. I/91.

34 Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 134, tableau 7 ; Creditanstalt, op. cit., 1988, p. 123, tableau 32 ; pour 1990 et 1993 : WEBER R.W., Chancen und Risiken der Vorarlberger Textilindustrie im internationalen Umfeld, diss. manuscrite, Vienne, 1995, p. 71, tableau 19.

35 SEIDEL H., op. cit., p. 32.

36 Cf. les chiffres dans SEIDEL H., op. cit., p. 32, qui estime l’ensemble textile-habillement à 26,5 % des emplois en 1961.

37 STOSS K., op. cit., p. 155 et 260.

38 Sur l’évolution de l’industrie textile dans les décennies postérieures à 1945, cf. LLNDNER S., « Der lange Abschied vom "Textilland" Vorarlberg », in Alemannia Studens, 7, 1997, p. 55-87.

39 Cf. Vorarlbergs Wirtschaft, op. cit., p. 70-71.

40 Cf. WEBER R.W., op. cit., p. 151-159; LAMPARTER D.H., «Eine teure Masche: der Strumpfhersteller Wolford setzt auf Menschen statt auf Maschinen-und hängt die Konkurrenz ab », in Die Zeit, n°17, 19/4/1996, p. 27 ; « Au bonheur des gambettes », in L’Express, n°2376, 16/1/1997, p. 46.

41 Source: Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 134, tableau 8: chiffres de 1955-1970; Österreichisches Statistisches Zentralamt, Vienne, chiffres de 1969-1995 (données reliées entre elles par nos soins).

42 Source : Wirtschaftskammer Vorarlberg, Vorarlberg in Zahlen, éd. 1996, p. 28.

43 «Source : WIFO-Datenbank.

44 ILG W., Die Bundesländer Österreichs : Vorarlberg, Vienne, 1968, p. 13.

45 SEIDEL H., op. cit., p. 34 et ss., 54-57.

46 Ibid., p. 77.

47 Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 123 et ss.

48 Prognos, Entwicklungsperspektiven der Vorarlberger Wirtschaft bei sich verändernden Rahmenbedingungen. Anpassungshemmnisse und darauf bezogene Handlungsempfehlungen, Bregenz, 1985. Voir en particulier l’avant-propos du Landesrat Günter Vetter.

49 Ibid., p.5 et ss.

50 Ibid., p. 147-150.

51 SEIDEL H., op. cit., p. 10.

52 Ibid., p. 26.

53 Creditanstalt-Bankverein, op. cit., 1973, p. 99.

54 Source : WIFO-Datenbank ; pour les chiffres de l’emploi, cf. MATHIS F., op. cit., p. 451, tableau 8 : en 1961, 4,4 % des actifs travaillaient dans l’hôtellerie et la restauration, pourcentage qui a augmenté jusqu’à 5,9 % en 1981.

55 Cf. SEIDEL H., op. cit., p. 64 : le tourisme y est qualifié de moteur de l’économie dans les régions montagneuses, tout comme l’industrie dans la vallée du Rhin ; Creditanstalt, op. cit., 1988, p. 78-84.

56 Ibid., p. 90.

57 Source : WIFO-Datenbank.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Évolution de la population totale et de la population active4
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Tableau 2 : Le PIB du Vorarlberg de 1961 à 1992 à prix courants (millions de schillings)7
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Tableau 3 : Taux de chômage au Vorarlberg et en Autriche9
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Tableau 4 : Répartition de la population active par secteurs en Autriche et au Vorarlberg (%)15
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau 5. Structure sectorielle du PIB au Vorarlberg (%)16
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau 6 : Emplois industriels totaux et emplois dans l’industrie textile du Vorarlberg de 1955 à 199334
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Graphique 1 : Évolution de la production industrielle du Vorarlberg de 1955 à 1995(base 1990=100)41
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Tableau 7 : Répartition par branches de la production industrielle du Vorarlberg (%)42
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2080/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteur

Technische Universität, Munich

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540