Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Districts industriels et développement urbain

Recrutement de la main-d’œuvre et devenir d’un pôle de croissance : Fourmies dans la seconde moitié du xixe siècle

Didier Terrier

Texte intégral

  • 1 Depuis la thèse de FALLEUR A., L’industrie lainière dans la région de Fourmies, Paris, Les Presses (...)
  • 2 CONS H., Le Nord pittoresque, Lille, 1989, réédition de l’ouvrage publié en 1888.

1À Fourmies et dans les villages alentour, on relève brillamment, dès les années 1850, les défis que pose la configuration sans cesse mouvante des marchés. Au terme de trois décennies d’une croissance ininterrompue, cette petite ville située aux confins de l’Avesnois se taille une solide réputation, à l’échelle européenne, dans le domaine de la laine fine et des tissus de qualité. Dans une région herbagère où rien ne laissait véritablement présager une telle évolution, les entreprises de filature et/ou de peignage connaissent un développement euphorique au cours du Second Empire, développement amplifié dans les années suivantes par la multiplication des mécaniques dans le tissage1. Comme Le Cateau, Bohain ou Caudry, Fourmies appartient alors au groupe de ces pôles de croissance centrés autour d’une petite ville implantée en plein milieu rural, dans une France septentrionale où Lille, Roubaix et Tourcoing ne résument pas à eux seuls, loin s’en faut, le dynamisme de l’industrie textile. En 1888, cette réussite spectaculaire vaut d’ailleurs à cette petite ville la particularité de constituer, aux dires d’un chroniqueur du temps, un des éléments les plus pittoresques du Nord de la France : « Fourmies est un des exemples les plus curieux de la transformation que peut faire subir à un pays l’introduction d’industries nouvelles. Même si elle n’a pas atteint le développement prodigieux de Roubaix et de Tourcoing, elle n’en a pas moins pris, en un demi-siècle, une place d’autant plus extraordinaire que rien jusqu’alors ne pouvait le faire présager »2.

2Dans ces conditions, la tentation d’authentifier à Fourmies et ses environs l’acte de naissance d’un district industriel est bien grande. En effet, de nombreux arguments plaident en ce sens si l’on considère qu’ici se met en place un véritable processus de territorialisation de l’activité économique. Une forte spécialisation de l’activité industrielle autour de la laine peignée, des économies externes liées à l’agglomération d’entreprises sur un espace réduit, mi-urbain, mi-rural, l’amorce d’une diversification des activités en direction, notamment, de la verrerie et de la petite métallurgie, une ouverture très large sur les marchés extérieurs : entre 1850 et 1880, tout, ou presque, concourt à favoriser l’émergence locale d’un système de production performant dans la durée. Toutefois, la phase d’euphorie terminée, la cité ne parvient pas à garder son rang dans l’Europe de la laine. Tout en jetant une lumière crue sur l’incapacité de Fourmies à s’adapter à une nouvelle donne, le retournement conjoncturel des années 1890 interrompt cette success story. Si elles méritent d’être précisées et hiérarchisées, les raisons de ce repli sont cependant bien connues : absence d’une réelle propension à diversifier les productions, faible capacité à innover sur des marchés de plus en plus concurrentiels, absence de mobilisation des capitaux extérieurs à la région... Fourmies et sa région ne parviennent même plus, sinon à amplifier, du moins à confirmer les succès initiaux.

  • 3 Les registres d’entrée et de sortie de population sont tenus à Fourmies de 1817 à 1889, mais leur (...)

3Cependant, l’éventail des raisons qui conduisent la cité à entamer l’histoire d’un résistible déclin, dès la fin des années 1880, serait incomplet si l’on ne s’interrogeait pas sur les modalités du recrutement de la main-d’œuvre. Celles-ci ont conduit le pôle de croissance fourmisien à rencontrer, très tôt, des difficultés réelles quand il s’est agi de développer au sein des populations locales les savoirs et les savoir-faire indispensables pour voir émerger petit à petit des compétences, des normes et des valeurs indispensables, elles aussi, à la pérennisation dans le long terme de la croissance entamée au milieu du siècle. Dans cette perspective, l’étude, pour Fourmies intra muros, des registres où sont consignées, au jour le jour, entre 1850 et 1889, les entrées et les sorties des populations prend tout son sens3. Des vagues migratoires ininterrompues, une année après l’autre, font confluer sans cesse vers la ville, dès le Second Empire, des villageois qui abandonnent leur Heu de naissance pour entamer ce qui s’apparente à une nouvelle vie. Même si ces registres ne rendent pas compte, bien évidemment, du contexte familial, des stratégies individuelles et de l’itinéraire de chaque chef de ménage qui arrive un jour à Fourmies, la richesse de l’information est telle qu’elle permet de ne plus considérer le monde ouvrier engagé dans cette aventure comme un tout homogène. Au côté des travailleurs sédentaires n’ayant pour seul horizon, une vie durant, que leur cadre de vie originel, les migrants qui arrivent dans la cité lainière contribuent à la création de toutes pièces d’un nouveau milieu de vie. Comme dans toutes les cités industrielles qui participent du grand remue-ménage des populations, celui-ci s’élabore sur un mode particulièrement complexe : l’on voit s’accumuler à Fourmies et dans sa région, en strates successives, des populations qui disposent toutes, en venant d’ailleurs, de points de repère qui, par-delà ce qui appartient en propre à chaque individu, modèlent les comportements et orientent les formes de l’insertion dans la ville. Aussi, pour aider à comprendre l’atmosphère, ou bien encore les façons d’être et de se conduire qui se mettent petit à petit en place dans ce milieu de vie en continuelle gestation, une meilleure connaissance de la configuration de l’aire de recrutement des ouvriers, mais aussi des comportements sociaux au sein de celle-ci, est indispensable. Cette démarche constitue un préalable à toute tentative pour faire ensuite la part du rôle de la main-d’œuvre locale dans le devenir économique de ce qui constitue, un temps du moins, un pôle de croissance autour d’une production textile de qualité.

Le poids de l’immigration dans le recrutement de la main-d’œuvre

  • 4 A.M. de Fourmies, recensement, 1886. La situation est alors analogue dans les petites communes ind (...)
  • 5 C’est en 1868 qu’est mise en service la gare d’Avesnes ce qui, faute d’une gare implantée à Fourmi (...)

4En 1886, alors que la vague de l’industrialisation est à son sommet, près des deux tiers des 14 651 habitants de Fourmies dépendent au quotidien de l’industrie textile4. La ville est alors sortie de son isolement pour être reliée, grâce à l’arrivée du chemin de fer dans la région, au marché lainier roubaisien d’une part, aux ports de la mer du Nord importateurs des laines en provenance d’Australie et d’Argentine d’autre part5. Petit à petit, la cité grandit et devient le noyau d’une nébuleuse composée de la ville proprement dite et des bourgs disséminés autour de celle-ci. Symbole évident de cette métamorphose : une ligne de tramway est ouverte entre Fourmies et Wignehies en août 1884.

  • 6 Il s’agit des communes d’Anor, Felleries, Glageon, Sains-du-Nord, Trélon et Wignehies.
  • 7 Voir, entre autres, la thèse de PETILLON C, La population de Roubaix, 1740-1889 : une croissance e (...)

5La mobilisation de la main-d’œuvre accompagne l’expansion économique. Elle se traduit par une croissance démographique qui prend un tour assez spectaculaire. À Fourmies même, entre 1856 et 1891, le nombre des habitants est multiplié par 3,4 ; dans les bourgs alentour, par 2,16. Ici, comme dans la plupart des centres lainiers, c’est l’arrivée massive des populations étrangères à la cité qui alimente cette croissance. D’ailleurs, au plus fort de l’essor industriel, lors des décennies 1860 et 1870, les excédents du solde migratoire assurent entre 70 % et 80 % de l’augmentation démographique de Fourmies intra muros. En revanche, dès que l’avenir du textile s’assombrit, au cours de la décennie 1880, les sorties sont plus nombreuses que les entrées, et c’est alors le solde naturel positif qui compense les effets du solde migratoire négatif. Ici comme dans beaucoup d’autres centres industriels, la correspondance est au demeurant fort étroite entre les fluctuations de la conjoncture et l’implantation de nouvelles unités de filature et/ou de tissage de la laine d’une part, le rythme de l’embauche et l’intensité des va-et-vient de la population d’autre part7. Au total, en 1886, à Fourmies même, 4 habitants sur 10 sont nés dans la commune (y compris ceux qui sont issus de parents récemment arrivés) ; 5 sont originaires, pour l’essentiel, d’une commune située dans la France septentrionale ; 1 seulement est natif de la Belgique.

  • 8 A. M. de Fourmies, série 2F1-3, dossier 1, pièce 46.

6Cette mobilisation passe aussi par l’emploi de toutes les énergies disponibles. Entre 1866 et 1877, les effectifs ouvriers ne cessent de croître à Fourmies et dans les villages industriels environnants : 6 490 ouvriers en 1866, 16 295 en 18778. Toutefois, là comme ailleurs, la hausse des chiffres absolus masque une redistribution des rôles et le recours à une main-d’œuvre féminine et enfantine pour des tâches bien spécifiques. Si la part des hommes reste constante (un peu moins de 40 %), celle des femmes augmente pour passer de 24 à 32 % tandis que celle des enfants diminue : 36 % en 1866, 28 % onze ans plus tard. Faut-il y voir la conjonction de deux phénomènes, la mobilisation de la main-d’œuvre féminine dans les filatures d’une part, un recul tardif mais réel de l’âge à la première embauche des enfants d’autre part ? C’est plus que probable.

Une aire de recrutement bi-polarisée

  • 9 Cette carte prend en compte, dans un souci d’exhaustivité, tous les immigrants qui arrivent à Four (...)

7À lire la carte de l’aire de recrutement de la main-d’œuvre selon le dernier domicile connu du chef de famille (figure 1), un très grand nombre de ceux qui arrivent à Fourmies n’ont pas effectué un déplacement bien long. Ils arrivent majoritairement des villages et des bourgs proches de la ville d’une part, du sud de l’Avesnois, du nord de la Thiérache, voire des villages belges jouxtant la frontière d’autre part9. Entre 1860 et 1869, pour venir travailler à Fourmies, 20 % des nouveaux venus ont effectué un déplacement inférieur ou égal à 10 km, 27 % un déplacement compris entre 10 et 19 km, 23 % un déplacement entre 20 et 29 km. Inversement, 30 % seulement de la main-d’œuvre arrivent de plus loin, des villages du Cambrésis et du Saint-Quentinois pour l’essentiel. Dans la décennie suivante, la part des migrations de proximité recule en partie : si 20 % des immigrants se recrutent toujours dans un rayon de 10 km autour de Fourmies, ceux qui arrivent d’une localité distante de moins de 30 km de la cité lainière ne représentent plus que 50 % du total des arrivants. Enfin, entre 1880 et 1889, la part des déplacements de proximité reprend nettement le dessus : 70 % du total des nouveaux venus. Au demeurant, 29 % d’entre eux viennent à nouveau de la périphérie proche. Indépendamment des changements que l’on observe d’une décennie à l’autre, il est par conséquent aisé de distinguer trois zones de recrutement qui, quoique d’importance fort inégale, perdurent tout au long de la période :

  • la périphérie proche, d’où arrivent bon an mal an entre un cinquième et un tiers des immigrés, antérieurement domiciliés le plus souvent à Anor et à Wignehies ;
  • la ceinture des pays de bocage, où l’extension de la pastoralisation, associée au mouvement de concentration des terres, libère de manière providentielle de la main-d’œuvre pour l’industrie textile à Fourmies10 ;
  • l’aire de diffusion de la proto-industrie textile du Cambrésis et du Saint-Quentinois, où la prolétarisation au village prend, sous le Second Empire, un tour particulièrement insupportable et contraint une partie de la population à emprunter le chemin de l’exode.

Figure 1 : L’aire de recrutement selon le dernier domicile de tous les déclarants à Fourmies de 1851 à 1889. 85 % des immigrants sont représentés, soit 3 689 entrées sur un total de 4 340 (443 inconnus)

Figure 2 : L’aire de recrutement selon le lieu de naissance de tous les déclarants à Fourmies de 1851 à 1889. 96.1 % des immigrants sont représentés, soit 4 392 entrées sur un total de 4 570 (213 inconnus)

  • 11 Voir TERRIER D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quen (...)

8Si, à ce stade de l’analyse, la répartition entre ces trois aires de recrutement semble nettement établie, l’apparence est cependant trompeuse quant à la part respective de chacune d’entre elles. En considérant non plus le lieu du dernier domicile de chaque nouvel arrivant à Fourmies, mais son lieu de naissance (figure 2), il apparaît clairement que l’aire de recrutement de la main-d’œuvre fourmisienne s’organise en fait sur des bases plus complexes. Derrière le caractère très pointilliste de la carte de l’aire de recrutement selon le lieu de naissance des déclarants, il apparaît nettement que l’origine géographique de la main-d’œuvre fourmisienne est bi-polarisée. La part des gros bourgs industrialisés situés à la périphérie de la cité lainière, Anor, Etroeungt, Glageon, Sains-du-Nord, Trélon, Wignehies ou, en Belgique, Chimay ou Maçon, est bien moins grande qu’il n’y paraissait de prime abord. En fait, ceux-ci constituent en grande partie des relais pour des migrants nés ailleurs qui ont seulement choisi d’y faire étape avant d’arriver à Fourmies. Inversement, la part des immigrants qui, à l’origine, vivaient au cœur du Cambrésis et du Saint-Quentinois protoindustriels grandit. Quand ces derniers ne sont pas arrivés directement à Fourmies même, ils ont fini par s’y rendre après avoir opéré fort classiquement des glissements successifs soit dans leur région d’origine, soit en rejoignant effectivement les gros bourgs industriels situés à la périphérie de la ville elle-même. Bref, la main-d’œuvre locale ou celle en provenance des villages agricoles et/ou proto-industriels de l’Avesnois et de la Thiérache, de part et d’autre de la frontière, ne pouvant suffire à la multiplication des tâches dans des entreprises où les ouvriers se comptent toujours par centaines, l’apport des ouvriers en provenance d’un territoire manufacturier où prospérait jusque là le tissage rural des toiles n’est guère surprenant : les besoins en ouvriers de l’industrie de la laine excèdent largement les possibilités qu’offrent, en matière de transfert de main-d’œuvre, des régions comme l’Avesnois ou la Thiérache. Ici comme là, les densités de population, relativement faibles tout au long du xixe siècle, n’autorisent à aucun moment un exode rural susceptible de mettre en mouvement des effectifs considérables. Il en va tout autrement dans le Cambrésis et le Saint-Quentinois qui, compte tenu du rôle décisif de l’essaimage proto-industriel sur le niveau des densités d’habitants en milieu rural, se sont constitués très tôt comme autant de réservoirs de main-d’œuvre pour peu que le travail sur place vienne à manquer11.

Les tisseurs du Cambrésis et du Saint-Quentinois : l’importance d’un transfert de main-d’œuvre

  • 12 C’est là une pratique que l’on rencontre également dans les registres d’entrée et de sortie conser (...)

9Un immigrant qui s’inscrit sur les registres d’entrée à Fourmies peut très bien déclarer la profession qu’il exerçait juste avant d’arriver dans la ville, celle qu’il compte exercer dans son lieu d’arrivée, ou enfin celle qu’il y exerce déjà réellement12. S’il est bien difficile de se prononcer avec certitude, au cas par cas, pour la majeure partie des immigrés, c’est le plus souvent l’occupation antérieure à l’arrivée qui se trouve déclarée et mentionnée dans les registres. Si tel n’était pas le cas, comment faudrait-il expliquer la sous-représentation des gens du textile parmi les immigrants dans une cité où c’est précisément dans le travail de la laine que se trouve la majeure partie des emplois existants ou susceptibles d’être créés ? De 1831 à 1889, sur 4 442 chefs de famille qui déclarent leur arrivée dans la ville, on ne trouve, en effet, que 339 fileurs, 56 ouvriers de filature, 748 tisseurs, 15 tisserands... alors même que les mentions professionnelles désignant les métiers de la terre ou de l’artisanat rural abondent. Si, pour l’ensemble de la période étudiée, les tisseurs sont donc largement minoritaires parmi les nouveaux arrivants, leur part est toutefois de moins en moins négligeable lorsqu’on avance dans le temps : au cours des années 1870, quand la croissance de la ville est particulièrement forte, elle oscille entre 20 et 25 %. La capacité d’attraction grandissante du pôle fourmisien apparaît comme un recours d’importance pour nombre de proto-ouvriers du Cambrésis et du Saint-Quentinois victimes, dès les années 1860, d’un processus de prolétarisation au village. Inversement, les industriels fourmisiens ont nécessairement tenu compte du savoir-faire que détenaient ces tisseurs, héritiers d’une véritable tradition familiale et habitués à passer du lin au coton, du coton à la laine en s’adaptant rapidement à de nouvelles normes de production.

Figure 3 : L’aire de déversement selon le lieu de destination de tous les déclarants à Fourmies de 1851 à 1889. 91.7 % des émigrants sont représentés. soit 2 928 sorties sur un total de 3 192.

Figure 4 : L’aire de déversement des tisseurs à Fourmies selon leur lieu de destination de 1851 à 1889. 454 émigrants sont représentés.

  • 13 L’étude, à partir du recensement, de l’origine géographique des chefs de famille selon le lieu de (...)

10Minoritaires parmi les migrants, même au plus fort de leur rythme d’entrée à Fourmies même, les tisseurs comptent cependant pour beaucoup dans la constitution, décennie après décennie, d’un monde ouvrier enraciné dans le milieu local. Certes, ils ne manifestent pas une propension plus grande que les autres immigrants à s’installer durablement dans la ville elle-même. Bien au contraire, au plus fort de la croissance, dans les années 1870, la moitié de ceux qui arrivent repartent tôt ou tard dans les cinq années qui suivent. En ce sens, ils adoptent donc, pour une part non négligeable d’entre eux, un comportement tout aussi gyrovague que les autres immigrants. En revanche, si l’on considère l’aire dessinée par l’ensemble des lieux de destination de ceux qui quittent la ville (figure 3), il apparaît nettement que la majeure partie des tisseurs trouvent de l’embauche dans les centres industriels situés à la périphérie de la ville : bien plus qu’Anor, Glageon, Ohain, Trélon ou même Sains-du-Nord, c’est Wignehies, situé à quelques kilomètres de là, qui les accueille en priorité. Aussi, bien des tisseurs qui quittent la ville ne tournent pas véritablement le dos ni à Fourmies, ni à l’industrie textile. En revanche, ceux qui s’en retournent dans les communes rurales de l’Avesnois et de la Thiérache, voire dans celles du Cambrésis ou du Saint-Quentinois, présentent des effectifs extrêmement réduits. Cette stabilisation relativement importante des migrants initialement déclarés comme tisseurs au sein du pôle lainier est plus marquée que celle des migrants dans leur ensemble. Si une bonne partie de ces derniers restent également autour de Fourmies, nombreux sont ceux qui s’en retournent du côté d’Avesnes, d’Hirson, voire même en Belgique, c’est-à-dire, pour la plupart d’entre eux, de là d’où ils étaient originaires. Aussi, s’ils ne manifestent pas une propension plus forte que les autres immigrants à s’installer définitivement dans la cité de la laine, les tisseurs dessinent, quand ils repartent, une aire de déversement qui se restreint de manière presque exclusive aux bourgades impliquées dans le processus de croissance du pôle lainier organisé autour de Fourmies. Minoritaires à l’arrivée dans la ville même, ils sont cependant ceux qui, en proportion, s’enracinent le plus massivement dans la région. S’il est difficile, en l’état actuel des recherches, de chiffrer avec précision la part que prennent ces derniers dans la constitution, par strates successives, de la population de la région de Fourmies dans son ensemble avant la première guerre mondiale, il est manifeste qu’ils comptent pour beaucoup dans ce processus d’accumulation13. Il faut ajouter, au demeurant, qu’il n’est pas rare que ce soit précisément dans ces familles là que se recrutent les femmes et les enfants dont l’industrie lainière a besoin pour l’exécution des tâches les moins qualifiées ou celles qui exigent une dextérité particulière...

  • 14 TERRIER D., Les deux âges..., op.cit., p. 163-169.

11L’analyse spécifique de l’aire de recrutement de ceux qui, quand ils entrent dans la ville, se déclarent tisseurs, prend donc tout son sens. La carte dessinée par ces derniers en fonction de leur dernier domicile connu (figure 5) permet de mettre en évidence deux zones de départ. La première englobe Anor, Sains-du-Nord, Wignehies et, sur un mode mineur, Trélon et Glageon. Il s’agit probablement là d’ouvriers déjà majoritairement insérés dans des entreprises de tissage concentrées et mécanisées situées à la périphérie proche de Fourmies. L’autre zone est beaucoup plus diffuse mais recouvre, de façon pratiquement exclusive, l’aire de diffusion des activités proto-industrielles implantées initialement à partir du tissage des toiles de lin dans le Cambrésis et le Saint-Quentinois. Si le tissage à domicile est encore largement répandu dans ces campagnes, des formes de concentration et de mécanisation commencent à se répandre ici où là, à l’instar de ce qui se passe plus particulièrement au Cateau où prospèrent les établissements Seydoux. Bref, être tisseur dans ces conditions peut s’entendre de deux manières : il peut s’agir, soit de proto-ouvriers qui fabriquaient jusque là des étoffes de laine, de lin ou de coton, soit d’ouvriers précédemment employés dans des usines qui commencent à fleurir à la campagne, sur les lieux même de l’essaimage proto-industriel14. Tous ces tisseurs, quels que soient le lieu de leur dernier domicile et leur place dans l’organisation alors singulièrement bigarrée de la production, ont pourtant en commun, pour beaucoup d’entre eux, d’avoir baigné peu ou prou dans une communauté villageoise où la diffusion des activités proto-industrielles a, depuis un siècle et demi, modelé les comportements. La carte dessinée par l’aire de recrutement à Fourmies des tisseurs selon leur lieu de naissance (figure 6) ne laisse aucun doute à ce sujet : quasiment tous les tisseurs qui arrivent à Fourmies sont nés dans des villages ou des bourgs du Cambrésis et du Saint-Quentinois qui sont depuis un siècle et demi autant de places fortes du tissage à domicile en milieu rural. Quiévry, Inchy, Saint-Souplet, Poix ou bien encore Bertry, Busigny, Esquéhéries, Haussy, Solesmes... : la liste de ces communes est bien longue où, depuis le xviiie siècle, le tissage rural a rythmé la vie d’environ trois familles sur quatre.

Figure 5 : L’aire de recrutement des tisseurs à Fourmies selon leur dernier domicile de 1851 à 1889. 714 immigrants sont représentés.

Figure 6 : L’aire de recrutement des tisseurs à Fourmies selon leur lieu de naissance de 1851 à 1889. 714 immigrants sont représentés (41 inconnus).

Aire de recrutement et qualité de la main-d’œuvre

12Même s’il est indispensable de reconstituer, à terme, les attentes initiales, les parcours, les stratégies d’intégration et les fortunes inégales des centaines de familles qui choisissent de quitter un jour les villages proto-industriels pour gagner Fourmies et sa région, l’étude des principales caractéristiques du milieu d’origine de ces tisseurs importe de manière prioritaire. En effet, ces centaines d’individus contribuent grandement, au fil des années, à modeler la physionomie de la main-d’œuvre appelée à jouer un rôle déterminant dans le projet industriel qui se dessine à Fourmies dès les années 1860.

  • 15 A.D. du Nord, 1T 107/4, 1er trimestre 1851.
  • 16 Tous les chiffres relatifs à l’enquête de 1866 sur les niveaux d’instruction dans le département d (...)
  • 17 A. M. de Fourmies, listes de conscrits. À la fin du Second Empire, les taux de jeunes gens sachant (...)

13Acculés à des salaires de famine, engagés dans un processus d’expropriation foncière, les proto-ouvriers du Cambrésis et du Saint-Quentinois, placés pour nombre d’entre eux en situation de partance vers la ville, présentent manifestement sous le Second Empire tous les symptômes d’un monde où la prolétarisation gagne du terrain. Voilà une société où, par exemple, les niveaux d’instruction sont particulièrement faibles, bien plus faibles que partout ailleurs dans la France septentrionale. En 1866, l’arrondissement de Cambrai occupe le dernier rang dans le département du Nord quant à la proportion des habitants sachant « lire et écrire » : 49,8 % des hommes et 40,7 % des femmes sont dans ce cas, contre respectivement 60,8 et 54,4 % dans l’arrondissement d’Avesnes qui occupe, lui, le premier rang. La situation des cantons où le tissage rural est massivement implanté est encore plus préoccupante : dans les villages situés autour de Carnières, ces proportions tombent à 46 % et 34,4 % tandis qu’elles s’effondrent autour de Clary où seulement 41,4 % des hommes et 32,4 % des femmes sont en possession des rudiments de l’instruction. Le rapport sur l’état de l’instruction primaire réalisé par l’inspecteur de l’arrondissement de Cambrai en 1851 était déjà sans équivoque à ce sujet : « Les enfants sont des machines qu’on exploite sitôt qu’ils peuvent rapporter le plus léger gain à la maison. Au risque de leur instruction, de leur développement physique, de leur santé, de leur vie même, ils sont enfermés dès l’âge de 7 à 8 ans dans des réduits obscurs, occupés au bobinage, à la préparation du tissage ; souvent même à 10 ou 11 ans, ils prennent le métier et tissent eux-mêmes toute la journée. Sans cesse en contact avec des personnes adultes et de différents sexes, ils ont souvent sous les yeux des exemples funestes de plus d’un genre. Cette classe qui forme peut-être les trois-quarts de la population totale de l’arrondissement ne comprend nullement le besoin de s’instruire et se soucie peu des avantages que procure une instruction bien donnée »15. En revanche, à Fourmies et aux alentours, la situation est loin d’être aussi dramatique : 59,69 % des hommes et 59 % des femmes déclarent alors disposer du savoir le plus élémentaire à Fourmies même, tandis que les chiffres sont sensiblement identiques dans les bourgs alentour, à l’exception de Glageon16. Tout laisse donc supposer, compte tenu de la disparité qui existe entre ces chiffres, l’extrême médiocrité, quant aux pré-requis indispensables à toute formation professionnelle, de l’apport, au sein de la population locale, des immigrés en provenance du Cambrésis et du Saint-Quentinois. À Fourmies, le nombre des conscrits dotés d’un savoir de base fléchit d’ailleurs notoirement au cours de la décennie 1870 pour ne retrouver ses niveaux antérieurs qu’au début des années 1890. La coïncidence entre cette évolution du niveau d’alphabétisation des conscrits et l’accroissement des immigrés en provenance des villages proto-industriels textiles est trop marquée pour être fortuite17.

  • 18 Se reporter à TERRIER D., Les deux âges... op. cit., p. 225 à 247.
  • 19 Sur la (re)découverte, la critique et la mise en œuvre de cette source qui permet de pallier, entr (...)
  • 20 Il faut remarquer qu’après 1870, l’accélération de l’exode rural et la multiplication, entre autre (...)
  • 21 La relation de cause à effet n’a évidemment pas lieu d’être. Toutefois, ces deux phénomènes ont un (...)

14Faiblement instruites, ces populations du Cambrésis et du Saint-Quentinois témoignent également d’un passif extrêmement lourd quand on mesure à quel point la dissolution des formes de solidarité communautaires les plus élémentaires est fréquente dans des villages textiles où les chicanes, les agressions verbales et les actes de violence sont bien plus largement répandus qu’ailleurs. L’analyse des litiges portés à la connaissance du juge de paix avait déjà montré combien la paupérisation, la misère culturelle et la désespérance avaient multiplié les contentieux dans des villages où le desserrement du lien social était devenu une réalité de plus en plus tangible au cours du Second Empire18. Dans le canton de Carnières, épicentre de la proto-industrie, les litiges ponctués par des insultes, des propos diffamants ou des voies de fait se multiplient dès les années 1840 pour représenter jusqu’à un tiers des affaires portées à la connaissance du juge de paix entre 1856 et 1860. Manifestement, l’affirmation de la seconde phase proto-industrielle avive les tensions et les conflits au sein même du monde des proto-ouvriers dans des villages où ces derniers représentent jusqu’à deux tiers de la population. L’analyse des registres d’écrous de la prison départementale de Cambrai, où arrivent tous ceux qui sont condamnés à une peine d’emprisonnement après avoir été jugés en correctionnelle, confirme d’ailleurs cette augmentation de la violence dans une société où, sans que cela constitue à vrai dire une surprise, les comportements délictueux sont eux aussi largement répandus19. Entre 1838 et 1842, 119 individus sont incarcérés chaque année pour des peines s’échelonnant, en fonction de la gravité du méfait accompli, entre 15 jours et 5 années d’emprisonnement. Entre 1863 et 1867, ils sont 427 dans ce cas, soit 3,6 fois plus nombreux, alors qu’entre temps la population de l’arrondissement n’a augmenté que de 21 %. Qui plus est, lors de la première période considérée, les condamnations pour « vol » représentent près de 41 % des motifs d’incarcération et celles pour « mendicité et vagabondage » environ 13 % tandis que celles qui relèvent des « coups et blessures » ne représentent que 5 % du total. Une vingtaine d’années plus tard, indépendamment de la progression en chiffres absolus de tous les types de délits, la distribution des motifs d’inculpation est tout autre : les « vols » comptent dorénavant pour 34 % des motifs d’emprisonnement, la « mendicité » et le « vagabondage » pour 3 % tandis que les individus condamnés pour « coups et blessures » représentent 23 % du total. Dans l’arrondissement de Cambrai, la part des tisseurs ruraux dans l’augmentation du nombre général des délits d’une manière générale, dans la multiplication des agressions physiques plus particulièrement, est fort considérable20. Manifestement, les villages proto-industriels s’avèrent être de véritables foyers de délinquance. Ce qui se passe à Quiévry prend d’ailleurs à cet égard valeur d’exemple : voilà un bourg qui compte le taux de délinquance le plus élevé de tout l’arrondissement de Cambrai et qui se trouve être également le lieu d’où partent le plus grand nombre de tisseurs en direction de Fourmies21. Dans les zones exclusivement rurales du Cambrésis, il en va tout autrement : l’analyse de la répartition des écroués à la prison du chef-lieu d’arrondissement révèle à quel point, dans ces villages purement agricoles, les délits sanctionnés par la justice correctionnelle sont extrêmement peu nombreux. Tout indique, au demeurant, une situation identique dans les villages agricoles de l’Avesnois et de la Thiérache, notamment quand il est question d’agressions physiques. C’est du moins ce que laisse présager l’étude en cours sur les minutes des jugements en correctionnelle du tribunal d’Avesnes. Aussi, on peut considérer, sans qu’il soit besoin de forcer outre mesure le trait, qu’arrivent à Fourmies deux types de population :

  • des fileurs, des journaliers et des artisans ruraux originaires des pays de bocage environnants, dont le niveau d’instruction relativement élevé, associé au recul de la brutalité dans les comportements, atteste de leur capacité réelle à se fondre sans problème majeur au sein de la population locale ;
  • des tisseurs originaires du Cambrésis et du Saint-Quentinois qui proviennent d’un milieu de vie où l’ignorance et la violence sont le fruit d’un processus de prolétarisation largement responsable de l’avilissement d’une grande partie des ouvriers-paysans22.
  • 23 A.D. du Nord, IT 107/4, 1er trimestre 1851.

15Ces derniers ne sont pas majoritaires au sein de la population fourmisienne. Mais leur importance est suffisamment grande pour que le comportement de l’ensemble de la population locale puisse porter préjudice à la mise en place progressive d’une atmosphère bénéfique à la constitution d’un véritable district industriel. Au milieu du siècle, dans son rapport sur l’état de l’instruction primaire, l’inspecteur de l’arrondissement de Cambrai ne disait pas autre chose : « Les habitants des campagnes se divisent en deux grandes classes, la population agricole, la population ouvrière. La première plus robuste, plus saine à cause de ses occupations au grand air, de sa conduite plus régulière, ordinairement plus aisée à cause de son esprit d’ordre et d’économie, plus intelligente et généralement plus morale et plus religieuse, comprend mieux ses devoirs; favorisée du reste par ses occupations qui ne la retiennent pas continuellement au dehors, mais qui la laissent la plus grande partie de l’hiver sans travail impérieux [...]. La population ouvrière au contraire, vivant au jour le jour, sans souci du lendemain, sans préoccupation de l’avenir, a des mœurs plus relâchées, des habitudes et des goûts moins réglés. Sans instruction pour la plupart, sans principes religieux, les individus de cette catégorie ont peu le sentiment des devoirs de la famille, leur vie est toute matérielle, leurs jouissances se résument dans les plaisirs grossiers de la débauche et de l’ivrognerie. Remarquez, M. le Recteur, que je parle ici en général et que je ne confonds pas avec cette classe de tisseurs, d’honnêtes et laborieux ouvriers qui se rencontre dans les villes, quelquefois dans les villages et qui forme une heureuse exception »23.

De nouvelles perspectives de recherche ?

  • 24 Il devrait être possible de suivre quelques dizaines de protagonistes de ce processus dans leurs p (...)

16L’amorce d’une reconstruction des caractéristiques anthropologiques des populations engagées dans le processus d’industrialisation s’inscrit d’ores et déjà dans des perspectives prometteuses. Elle oblige à s’interroger sur le poids du milieu de vie originel dans l’apprentissage d’une nouvelle vie en communauté. Dans quelle mesure cette mémoire sociale est-elle encore présente et active dans les comportements de l’immigrant à son point d’arrivée et avec quelle force celle-ci, par extension, influe-t-elle sur le corps social dans son entier ? Inversement, comment mesurer l’efficience de la force d’acculturation de la ville et la capacité d’intégration des proto-ouvriers au monde de l’entreprise concentrée et mécanisée quand on sait la lenteur de la déprise des hommes d’avec leur héritage socioculturel ? Voilà autant de questions qu’il faut soulever si l’on veut mettre à nu le processus de la formation de la classe ouvrière locale. Voilà autant de questions auxquelles il importe de répondre si l’on veut rendre compte des tensions et des déséquilibres qui affectent, dès l’origine, l’offre de travail dans ce pôle de croissance lainier24.

  • 25 Sur Le Cateau, voir GABET S., La famille Seydoux. Une dynastie patronale au Cateau-Cambrésis et sa (...)
  • 26 Les aires de recrutement et de déversement des populations ont chacune leur fonctionnement propre. (...)
  • 27 La notion de « capital social » est particulièrement utilisée par les économistes anglo-saxons et (...)

17On dispose notamment, pour l’arrondissement d’Avesnes dont dépendent Fourmies et sa région, de l’ensemble des minutes du Tribunal correctionnel. Associées aux documents de la justice de paix et au « registre des incapables », qui livre pour la ville durant tout le xixe siècle le casier judiciaire de ceux qui ont contrevenu à la loi, ces archives devraient permettre de se faire une idée juste des comportements délictueux dans une cité où la population est manifestement plus turbulente qu’au Cateau, autre centre lainier situé sur les marges du Cambrésis. Certes, la ville du Cateau est « tenue » d’une main de fer par les Seydoux qui gèrent la main d’œuvre de leur entreprise au mieux de leurs intérêts tandis qu’à Fournies, les industriels sont divisés et probablement moins habiles quant à la manière de contraindre et/ou de former leurs ouvriers. Toutefois, il n’est pas indifférent de noter que la main-d’œuvre immigrée qui peuple pour partie les usines des Seydoux provient majoritairement des villages agricoles disséminés autour du Cateau. Ce sont là des villages qui fournissent bien peu d’écroués à la prison départementale de Cambrai25. Inversement, tout se passe comme si le patronat fourmisien n’avait pas le choix quand il s’agit de recruter de la main-d’œuvre : Fourmies est en concurrence directe avec Le Cateau, bien sûr, mais encore avec le bassin sidérurgique de la Sambre, les industries différenciées du Valenciennois ou même les grandes entreprises textiles de Roubaix et de Tourcoing quand il s’agit d’attirer sur place des immigrants26. L’hypothèse selon laquelle similitudes et différences dans les façons d’être et de se conduire coexistent et sont déterminées par l’existence d’aires de recrutement différenciées des populations voit ici sa crédibilité renforcée. Dans le cas précis de Fourmies, il est clair, en tout cas, que les handicaps habituellement évoqués ne suffisent pas quand il s’agit d’expliquer l’échec économique de la ville et de sa région dans la longue durée. Il faut aussi prendre en compte à ce sujet les conditions dans lesquelles s’est réalisé le recrutement de la main d’œuvre locale lors de la phase cruciale de la croissance. Celles-ci ont, fort probablement, largement hypothéqué la constitution d’un véritable « capital social », pourtant indispensable pour installer dans le temps consolidé les succès économiques initiaux d’un district industriel trop vite avorté27.

Notes

1 Depuis la thèse de FALLEUR A., L’industrie lainière dans la région de Fourmies, Paris, Les Presses Modernes, 1930, cette question n’a pas fait l’objet d’un réel approfondissement si l’on excepte l’étude qu’Odette HARDY a consacrée à l’itinéraire d’un patron d’envergure certaine, François Boussus, dans L’envers d’une fusillade, Fourmies 1er mai 1891. Un patron face à la grève, Paris, L’Harmattan, 19 %.

2 CONS H., Le Nord pittoresque, Lille, 1989, réédition de l’ouvrage publié en 1888.

3 Les registres d’entrée et de sortie de population sont tenus à Fourmies de 1817 à 1889, mais leur importance n’est réelle qu’à partir de 1850 environ, date à partir de laquelle l’immigration prend une tournure significative. Dans une ville qui, au cours du siècle, voit sa population passer approximativement de 2 000 à 16 000 habitants, ce sont 4 783 entrées et 3 251 sorties qui sont consignées sur près d’un demi-siècle. Ces registres mentionnent, dans la majeure partie des cas, le nom, le prénom, l’âge, la profession, le lieu de naissance, le lieu du dernier domicile, le lieu de destination en cas de départ, la situation matrimoniale ainsi que le nombre de personnes qui accompagnent le chef de famille. Ces documents présentent des lacunes quant à la rigueur avec laquelle ils ont été tenus et un sous-enregistrement est toujours possible, notamment pour les immigrés qui multiplient les va-et-vient dans un laps de temps très court. Par ailleurs, les individus qui sont nés à Fourmies et qui choisissent de quitter la ville après y avoir habité nous échappent. Néanmoins, ces registres, très rares au demeurant en France où il n’existe pas de « registres de population » analogues à ceux qui sont conservés pour la plupart des communes belges, constituent une source de premier ordre. Voir à ce sujet LABRE G, La mobilisation de la main-d’œuvre dans l’industrie lainière : l’exemple de Fourmies au xixe siècle, mémoire de maîtrise dirigé par C. PETILLON et D. TERRIER, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, 2000.

4 A.M. de Fourmies, recensement, 1886. La situation est alors analogue dans les petites communes industrielles environnantes.

5 C’est en 1868 qu’est mise en service la gare d’Avesnes ce qui, faute d’une gare implantée à Fourmies même, facilite cependant grandement les liaisons entre les entreprises locales et le monde extérieur. La même année, la ligne Valenciennes-Anor est ouverte.

6 Il s’agit des communes d’Anor, Felleries, Glageon, Sains-du-Nord, Trélon et Wignehies.

7 Voir, entre autres, la thèse de PETILLON C, La population de Roubaix, 1740-1889 : une croissance exceptionnelle, Université Charles-de-Gaulle/Lille 3, 1996, dir. P. DEYON, à paraître aux Presses Universitaires du Septentrion, Lille, 2002.

8 A. M. de Fourmies, série 2F1-3, dossier 1, pièce 46.

9 Cette carte prend en compte, dans un souci d’exhaustivité, tous les immigrants qui arrivent à Fourmies de 1831 à 1889. Mais en fait, avant 1855, les nouveaux venus dans la ville sont quantité négligeable. C’est après 1865 que l’immigration prend une tournure relativement spectaculaire et nourrit la croissance démographique. Au total, on connaît le lieu du dernier domicile pour 85 % des immigrés. Les 15% restants sont ceux pour qui l’on ne dispose d’aucune mention d’origine géographique ou ceux qui viennent de plus loin. Au-delà de ce qui est mentionné sur la carte, les apports belges sont quasiment négligeables, tout comme ceux de la région de Lille, Roubaix, Tourcoing.

10 Dans l’Avesnois, en 1801, les herbages représentent un tiers de la superficie régionale, soit autant que les terres à labour tandis que les bois occupent encore un cinquième du territoire. La Thiérache suit le même chemin avec un temps de retard. Ce phénomène d’enclosure prive-t-il les petits paysans d’une partie de leurs moyens de subsistance et génère-t-il dans ces campagnes pourtant peu densément peuplées un phénomène d’exode rural, une fois les possibilités offertes par l’artisanat et les proto-industries épuisées ? La thèse, hélas non publiée, de DEFROMONT L., L’Avesnois au xviiie siècle. Contribution à l’étude des sociétés rurales, Lille, 1972, exige manifestement des prolongements en aval afin de mesurer les véritables incidences de cette pastoralisation sur la vie des hommes.

11 Voir TERRIER D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, EHESS, 1996, p. 199-207.

12 C’est là une pratique que l’on rencontre également dans les registres d’entrée et de sortie conservés ailleurs dans le nord de la France, à Armentières, à Halluin, à Roubaix ou à Saint-Amand. En Belgique, il en est de même avec les registres de population. Voir, entre autres, l’ouvrage de PASLEAU S., Industries et populations : l’enchaînement des deux croissances à Seraing au xixe siècle, Genève, Droz, 1998.

13 L’étude, à partir du recensement, de l’origine géographique des chefs de famille selon le lieu de naissance à Fourmies en 1906, montre clairement que, dans une proportion d’au moins un tiers, ces derniers sont originaires de l’aire proto-industrielle du Cambrésis et du Saint-Quentinois. Cf. BERTAUX V., Fourmies en 1906, mémoire de maîtrise dirigé par G. GAYOT, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, 1997.

14 TERRIER D., Les deux âges..., op.cit., p. 163-169.

15 A.D. du Nord, 1T 107/4, 1er trimestre 1851.

16 Tous les chiffres relatifs à l’enquête de 1866 sur les niveaux d’instruction dans le département du Nord sont disponibles aux A.D. du Nord en M 473/21 à 23 ; ils ont été analysés par DERUENNE A. et DUPAS S., Politique scolaire, milieux de vie et instruction dans le Cambrésis au xixe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de P. MARCHAND et D. TERRIER, Université de Valenciennes, 2000.

17 A. M. de Fourmies, listes de conscrits. À la fin du Second Empire, les taux de jeunes gens sachant « lire et écrire » se situent aux environs de 80 %. Ils fléchissent ensuite d’une douzaine de points pour ne retrouver leurs niveaux antérieurs qu’après 1890.

18 Se reporter à TERRIER D., Les deux âges... op. cit., p. 225 à 247.

19 Sur la (re)découverte, la critique et la mise en œuvre de cette source qui permet de pallier, entre autres, la disparition des minutes des tribunaux correctionnels, se reporter à TERRIER D., « Pour une approche anthropologique du monde ouvrier au xixe siècle : l’apport des registres d’écrous des prisons départementales », in Liber Amicorum Claude Lannette, Bulletin de la Commission historique du Nord, numéro hors série, 2001. S’il importe de faire continuellement la part entre ce qui émane de la transformation du comportement des individus et ce qui provient de l’évolution des pratiques policières et judiciaires, l’évolution des chiffres est trop forte pour ne pas traduire une augmentation de la violence dans les campagnes proto-industrielles. L’accroissement du nombre des litiges ayant généré des échanges de coups confirme au demeurant le sens de cette évolution.

20 Il faut remarquer qu’après 1870, l’accélération de l’exode rural et la multiplication, entre autres, des départs vers Fourmies et sa région vont de pair avec une retombée manifeste des tensions. Entre juillet 1881 et mars 1886, le total des écroués retombe à 925, soit 198 par an en moyenne. À population sensiblement équivalente, le nombre de délits sanctionnés par la justice correctionnelle est donc moitié moindre qu’une vingtaine d’années auparavant. La part des délits pour « mendicité et vagabondage » connaît par ailleurs une forte recrudescence tandis que les délits pour « vol » diminuent. Les délits pour « coups et blessures » ne représentent plus, de leur côté, que 2,7 % du total des condamnations.

21 La relation de cause à effet n’a évidemment pas lieu d’être. Toutefois, ces deux phénomènes ont un caractère concomitant à peine moins marqué dans d’autres bourgs ou d’autres villages du Cambrésis proto-industriel. A.D. du Nord, 2 Y 4, registres d’écrous, arrondissement de Cambrai. Toutes les données statistiques relatives à l’activité du tribunal correctionnel dans le Cambrésis sont extraites du travail de JOUGLET F., Transformations économiques et niveaux de délinquance dans le Cambrésis au xixe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de D. TERRIER, Université de Valenciennes, 2001.

22 Trois fois sur quatre, les écroués sont de jeunes adultes de sexe masculin à l’image, ou peu s’en faut, des chefs de famille qui arrivent à Fourmies.

23 A.D. du Nord, IT 107/4, 1er trimestre 1851.

24 Il devrait être possible de suivre quelques dizaines de protagonistes de ce processus dans leurs parcours individuels afin de reconstituer la variété de leurs expériences. C’est sur la base de ce réinvestissement des acquis majeurs de la micro-analyse que pourrait être menée, à terme, l’analyse processuelle de la formation, par strates successives, de la classe ouvrière à Fourmies. Voir à ce sujet le retour critique de Simona CERUTTI sur sa propre démarche dans « Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin au xviie siècle », in REVEL J. (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, EHESS et Gallimard, Le Seuil, 1996, p. 161 à 186.

25 Sur Le Cateau, voir GABET S., La famille Seydoux. Une dynastie patronale au Cateau-Cambrésis et sa population ouvrière (1851-1936), mémoire de maîtrise dirigé par J.-P. HIRSCH et D. TERRIER, Université de Lille 3, 1996.

26 Les aires de recrutement et de déversement des populations ont chacune leur fonctionnement propre. Elles sont en concurrence les unes avec les autres et sont susceptibles tour à tour de se superposer, de se distinguer ou d’être séquentes. Dans la France septentrionale, plusieurs études permettent d’avoir une idée relativement claire de ce phénomène. Voir, entre autres, PETILLON C, Roubaix, une croissance exceptionnelle..., op. cit., et TERRIER D., « Le grand remue-ménage : la mobilité géographique des populations ouvrières de la vallée de la Lys au milieu du xixe siècle », Revue du Nord, avril-septembre 1997, p. 549 à 578.

27 La notion de « capital social » est particulièrement utilisée par les économistes anglo-saxons et Scandinaves quand il s’agit de mesurer aujourd’hui tout ce qui, en termes de connaissances, de qualification et de comportement au sein de la main-d’œuvre, facilite la création de richesses dans le cadre d’un développement durable. Cette approche de ce que d’aucuns appellent aussi le « capital humain » n’est pas si éloignée que cela, en définitive, de ce que Marshall entendait pour partie quand il évoquait l’atmosphère qui devait régner au sein des populations impliquées dans la vie et le développement d’un district. Voir HEALY T. et COTE S., Du bien-être des nations. Le rôle du capital humain et social, rapport de l’OCDE, http://www.ocde.org, 2000.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : L’aire de recrutement selon le dernier domicile de tous les déclarants à Fourmies de 1851 à 1889. 85 % des immigrants sont représentés, soit 3 689 entrées sur un total de 4 340 (443 inconnus)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende Figure 2 : L’aire de recrutement selon le lieu de naissance de tous les déclarants à Fourmies de 1851 à 1889. 96.1 % des immigrants sont représentés, soit 4 392 entrées sur un total de 4 570 (213 inconnus)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Figure 3 : L’aire de déversement selon le lieu de destination de tous les déclarants à Fourmies de 1851 à 1889. 91.7 % des émigrants sont représentés. soit 2 928 sorties sur un total de 3 192.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 4 : L’aire de déversement des tisseurs à Fourmies selon leur lieu de destination de 1851 à 1889. 454 émigrants sont représentés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Figure 5 : L’aire de recrutement des tisseurs à Fourmies selon leur dernier domicile de 1851 à 1889. 714 immigrants sont représentés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Légende Figure 6 : L’aire de recrutement des tisseurs à Fourmies selon leur lieu de naissance de 1851 à 1889. 714 immigrants sont représentés (41 inconnus).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2070/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 783k

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Avec la collaboration de Cédric Labre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable