Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Districts industriels et développement urbain

De l’industrialisation rurale douce au district industriel du haut Jura morézien (1780 -1914)

Jean-Marc Olivier

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend les conclusions d’une thèse soutenue en 1998 sous le titre : Société rurale et (...)
  • 2 MENDELS F., Industrialization and Population Pressure in xviiith Century Flanders, Université du W (...)
  • 3 MENDELS F., « Proto-industialization : the first phase of the process of industrialization », in J (...)

1Cette recherche participe aux différentes réflexions sur les industries rurales, plus particulièrement à la détermination de leurs origines et à l’explication de leur réussite1. Or, dans l’espace jurassien, ce sont ces industries rurales qui engendrent une ville-centre, et non l’inverse comme le suggère la thèse de Franklin Mendels2 où l’auteur démontre l’assujettissement constant des paysans-ouvriers ruraux par les marchands-fabricants citadins. De plus, selon le modèle mendelsien, la proto-industrie rurale induit une paupérisation croissante et un exode rural final massif qui alimente le factory System3.

2Cependant, contrairement à cette théorie, dans de nombreuses régions les historiens ont constaté la persistance des nébuleuses proto-industrielles rurales. S’agit-il seulement de phénomènes plus résistants, décalés dans le temps ; ou de processus autonomes d’industrialisation indépendants d’une grande ville donneuse d’ordres ? Ce questionnement fut la problématique centrale de ma thèse et l’étude de l’espace morézien pendant le xixe siècle révèle l’existence d’une industrialisation douce, d’essence rurale. Ce cheminement original demeure mal connu car il est sous-estimé par les statistiques du xixe siècle et méprisé par les courants libéraux et marxistes qui mesurent le développement industriel à l’aune du modèle anglais, en privilégiant la recherche des grandes concentrations industrielles urbaines. Selon ces approches, les industries rurales ne pouvaient constituer que des survivances archaïques.

  • 4 FONTANA G.L., « Formation et évolution des districts industriels du Nord-Est de l’Italie (xvie-xxe(...)

3Or, la réussite industrielle morézienne se poursuit brillamment pendant le xxe siècle, inspirant à la DATAR le concept de « système productif localisé », ou SPL, c’est-à-dire un équivalent français des districts industriels de la troisième Italie. De plus, à l’image de plusieurs exemples italiens4, la réussite économique du haut Jura s’enracine dans le passé. Elle n’obéit pas toujours aux lois macroéconomiques du marché ou de la rentabilité, elle se nourrit davantage d’une dynamique sociale profonde. Ce moteur social explique le renouvellement continuel, pendant plus de deux siècles, de l’esprit d’entreprise des montagnards de la région de Morez. En simplifiant les multiples expériences entrepreneuriales, nous pouvons déterminer trois cycles principaux : celui de la clouterie entre 1780 et 1830, suivi par la phase horlogère qui occupe l’essentiel du xixe siècle (1820-1880) et, enfin, la lunetterie, qui prend son essor à partir des années 1860. Nous traiterons successivement ces étapes, en insistant sur le contexte particulier de la montagne jurassienne. Ainsi, nous mettrons ces cycles en relation avec le développement lent et tardif de la ville de Morez, véritable émanation du dynamisme rural local.

Le haut Jura à l’aube du xixe siècle : un monde de paysans pluri-actifs qui ignore la ville

4Cet espace profondément rural échappe à toute influence urbaine. Genève est éloigné de plus de 60 kilomètres et la route la plus directe emprunte le difficile col de la Faucille (1 320 m). Le point de départ de cette aventure industrielle dans un milieu hostile repose donc sur un lien étroit entre la population et sa micro-région : la haute vallée de la Bienne et les plateaux qui l’entourent, situés entre 700 et 1 300 m d’altitude.

5Ce lien résulte d’une forte identité rurale fondée sur l’enracinement local. Les défrichements tardifs contribuent à cet état d’esprit. Amorcés au xvie siècle, ils reprennent pendant le xviie siècle, après la guerre de Dix Ans qui nécessite un repeuplement, pour s’achever au xviiie siècle. Beaucoup de fermes occupent un espace conquis sur la forêt. Plusieurs chefs de familles de défricheurs ont laissé leurs noms dans la toponymie, devenant ainsi des ancêtres éponymes mythiques. Le cadastre napoléonien consacre cette tradition en mentionnant le hameau des « Bailly-Salins » ou celui des « Morel-Jean ». À Morez, deux familles prétendent descendre d’un dénommé « Morel » qui avait installé quelques rouages sur la Bienne avant la naissance du bourg.

6La persistance tardive du servage et de la mainmorte a également renforcé l’attachement à la terre des ancêtres. En effet, le haut Jura morézien appartenait aux abbés de Saint-Claude qui ont cherché à fixer la population de défricheurs en perpétuant la mainmorte jusqu’en 1789, malgré le célèbre procès relaté par Voltaire. Selon cette pratique, les seigneurs peuvent s’approprier les biens de leurs serfs au moment de leur décès, sauf si ces derniers vivent en communion avec leurs descendants. Cette dernière solution engendre une forte tradition de famille élargie patriarcale proche de la famille souche de Le Play. La Révolution de 1789 offre la « liberté » et la pleine propriété des tenures à ces anciens serfs. L’attachement au pays se double désormais d’un idéal social : être et demeurer cultivateur-propriétaire. Dans cet espace qui ignore la ville, quitter sa terre et son hameau correspond à une trahison. Il n’est donc pas surprenant de constater la faiblesse de l’exode rural.

7Toutefois, pour satisfaire leur ambition sociale sédentaire, les paysans du haut Jura ont dû répondre aux défis d’un terroir pauvre. À plus de 1 000 m, sur des sols récents et peu épais, la céréaliculture est très aléatoire. Elle n’assure qu’un dixième des besoins d’une population croissante. Le seul canton de Morez progresse de 10 000 à 15 000 habitants pendant la première moitié du xixe siècle. La densité de peuplement s’établit à 70 habitants par km2, chiffre très élevé pour une région montagneuse. Il faut donc importer des quantités croissantes de céréales et la totalité du vin consommé. Cette agriculture de montagne n’est cependant pas exempte de dynamisme. À partir de la fin du xviiie siècle, l’élevage bovin se développe, aboutissant à une spécialisation pastorale, laitière et fromagère. Les meules de « vachelin » sont exportées, enrichissant les agriculteurs les plus habiles. Mais cette spécialisation nécessite peu de bras, aggravant la menace du chômage et de l’exode rural. En effet, le morcellement des lopins devient inexorable d’après le code civil. En 1822, l’exploitation moyenne a une superficie de 5 ha et 82 % des familles disposent de moins de 10 ha. Ce dernier seuil constitue un minimum pour vivre de l’agriculture en montagne, surtout quand les communaux sont peu étendus. Or, dans le canton de Morez, ils ne représentent que 10 % de la superficie totale. Pour l’immense majorité, la pluriactivité est la seule solution pour rester sur sa terre. Sa mise en place est favorisée par la très large diffusion d’une culture technique.

8Morez appartient à l’arc jurassien qui a connu une assimilation précoce de l’art du fer dès la période hallstattienne en mobilisant les ressources naturelles locales. Avec 1 000 mm de pluie par an et de fortes dénivellations, le haut Jura bénéficie d’un réseau hydrographique dense et encaissé, donc facilement aménageable grâce à des barrages sommaires et des roues hydrauliques simples comme la roue à augets en dessus, moteur hydraulique bon marché et souple. Dès le xvie siècle, dans la haute vallée de la Bienne, les premiers signes de peuplement et les « acensements de décours d’eau » coïncident. Plus tard, la carte de Cassini atteste la présence de 45 roues dans la région de Morez à la fin du xviiie siècle et le cadastre recense plus d’une centaine de sites dans le canton en 1822. Cependant, les capitaines d’industrie attirés par les potentialités hydrauliques du haut Jura sont déçus par les aléas climatiques et la médiocrité des ressources en minerai de fer. De plus, si la forêt est abondante – 36 % de la superficie du canton de Morez en 1822 – elle est en grande partie constituée de résineux plus difficilement transformables en charbon de bois. Les grandes forges classiques ne peuvent donc pas se développer, mais les savoir-faire comtois se diffusent en profondeur, dans une population rurale particulièrement apte à assimiler de nouvelles techniques. En effet, si moins de 40 % des conjoints français signent leur acte de mariage à la veille de la Révolution, cette proportion atteint 80 % dans la région de Morez à la même époque. Plusieurs facteurs « montagnards » expliquent cet écart considérable. D’une part, les richesses forestières locales ont facilité le financement des bâtiments et le recrutement d’instituteurs, d’autre part, la longueur des hivers et les temps morts de l’élevage laitier ont favorisé l’envoi des enfants à l’école, voire la lecture elle-même.

9De plus, l’isolement des fermes dispersées, en particulier pendant la mauvaise saison, stimule la recherche d’une autonomie technique. Chaque famille possède une forge domestique où les outils agricoles peuvent être réparés, les animaux ferrés et les toitures entretenues. Ces dernières sont réalisées avec des planchettes de sapin clouées sur une structure en bois. Ce système est appelé « tavillon », ou « tavaillon », et sa diffusion remonterait à la reconstruction de la cathédrale de Saint-Claude vers 1380. Sachant que 4 m2 de tavillons nécessitent 1 kg de clous, le tavillonnage est directement à l’origine d’une nébuleuse de clouteries et de pointeries. 500 cloutiers sont recensés dans le canton de Morez avant 1800 et ce sont tous des paysans-cloutiers. Souvent, ils se rassemblent autour d’un même feu pour économiser le combustible, ils travaillent ainsi dans une modeste cabane en bois, appelée « forge » de cloutier. Le cadastre napoléonien, établi en 1822, en mentionne une centaine. Certains fabricants plus entreprenants achètent des fers en barres, ou en verges, auprès des maîtres de forges de la plaine, les distribuent, puis collectent la production, esquissant ainsi un système proto-industriel strictement rural. Les premiers clous sont forgés, puis la diffusion du tréfilage, dès 1726 à partir de l’Alsace, autorise l’essor de la pointerie à froid qui décuple les quantités produites. Menacés par cette mécanisation, les paysans-cloutiers, toujours à la recherche d’un revenu complémentaire, se spécialisent dans des activités à plus haute valeur ajoutée. Ils diversifient leur gamme de clous et s’orientent progressivement vers l’horlogerie, amorçant ainsi un second cycle technique caractérisé par une organisation plus élaborée de la production.

Le dynamisme d’un établissage horloger d’essence rurale (vers 1820-vers 1880)

10Le terme « établissage » désigne la distribution du travail et son extrême division dans le domaine horloger. Il est habituellement utilisé pour définir le système éclaté de production des montres en parties brisées sur le versant suisse ou dans le haut Doubs. Dans la région de Morez, la maîtrise du fer favorise plutôt le passage de la clouterie à la grosse horlogerie dès le xviiie siècle. Au xixe siècle, les statistiques révèlent un essor considérable des quantités produites, grâce à une transition réussie de l’artisanat à la production de masse.

  • 5 Archives départementales du Jura, 34 J 37.
  • 6 Ibidem, 2 H 143.
  • 7 Ibidem, actes notariés et contrôle des actes.

11À l’origine préexiste une tradition horlogère rurale diffuse. Ainsi, dès la fin du xviie siècle, les frères Mayet, forgerons du village de Morbier, reproduisent le « garde temps » en bois de l’abbaye de Saint-Claude5 puis développent leur propre fabrication d’horloges d’édifices en fer. Ils réalisent le mécanisme géant de l’église Saint-Nizier de Lyon en 16856. Mais ils ne quittent pas leur village où ils réinvestissent leurs bénéfices dans la terre. Les Mayet font de nombreux émules par apprentissage et réduisent la taille des mécanismes. Le mouvement de comtoise acquiert ainsi ses caractéristiques principales dès le début du xviiie siècle. Scindé en deux parties – rouage et sonnerie – il se révèle facile à monter et à entretenir. Une centaine de brevets d’apprentissage expliquent la diffusion rapide de ce savoir-faire dans l’espace morézien et morberand7. Ainsi, Claude François Bailly-Maître accueille trois apprentis, entre 1738 et 1749, dans sa ferme isolée des Chalettes à 1 050 m d’altitude. Au total, plus de 250 horlogers sont recensés en 1800 dans le canton de Morez, beaucoup sont fils de cloutiers d’après les 205 généalogies reconstituées selon une démarche prosopographique. Plusieurs de ces petits paysans, habitués à la difficile gestion d’exploitations agricoles montagnardes, se transforment en entrepreneurs pour tirer parti de ce vivier de main-d’œuvre qualifiée.

12Ces établisseurs en sabots rationalisent le travail à domicile en décomposant la production des mouvements de comtoises en 18 passes principales. La réalisation de la cage avec ses piliers en fer forgé est fréquemment attribuée aux paysans-cloutiers du village de La Mouille, tandis que la taille des dents des roues et la pause de l’échappement demeurent l’apanage d’artisans plus confirmés. L’estampage des aiguilles et des frontons ou le polissage final ne requièrent aucune qualification particulière. Enfin, les mains féminines se chargent de peindre les cadrans. Tous ces ouvriers sont également agriculteurs et les avantages réciproques de ce système engendrent une société peu conflictuelle comme le confirment les archives de la justice de paix. En effet, les paysans-horlogers constituent une main-d’œuvre abondante, docile et bon marché, qui autocontrôle la qualité de sa production. L’établisseur n’a pratiquement rien à investir, il se contente souvent d’un simple atelier faisant fonction de bureau d’où il organise la distribution des tâches. De leur côté, les paysans-horlogers sont satisfaits d’obtenir un revenu complémentaire qui leur permet de rester sur leur terre. Les temps morts hivernaux, en particulier entre les deux traites quotidiennes, offrent de multiples occasions d’effectuer « un travail à la fenêtre ». En été, ce dernier peut facilement être interrompu pour courir après une vache égarée ou engranger le foin menacé par l’orage, le paysan montagnard conservant une totale liberté d’organisation. Les établisseurs demeurent des ruraux car les communes de Morez et Morbier ne comptent que 2 000 habitants en 1831, dont une bonne partie dispersée dans des hameaux ou des fermes isolées. Grâce à cette dynamique originale, la production change d’échelle, elle bondit de 10 000 mouvements en 1800 à plus de 100 000 en 1850. Parallèlement, le prix moyen de revient chute de 200 francs à 20 francs. Un véritable district industriel se met en place mais sans ville-centre. Autre preuve de ce dynamisme autonome, les hauts Jurassiens ne se contentent pas de fabriquer, ils maîtrisent également la commercialisation de leurs produits.

13Ce succès repose sur une autre forme de pluriactivité : le roulage hivernal. Les paysans du canton de Saint-Laurent, voisin de celui de Morez, se spécialisent dans ces voyages au long cours. Souvent connus sous le nom de « Grandvalliers », ils abandonnent leur exploitation pendant la moitié de l’année, laissant leurs femmes et leurs enfants prendre en charge le bétail resté à l’étable. Après avoir exporté des outils en bois, des fromages et des clous, ils diffusent les mouvements de comtoise dans toute la moitié sud de la France grâce à leurs voitures très maniables. Ils pratiquent le dépôt-vente chez les horlogers locaux, les laissant habiller librement les mouvements et signer les cadrans. Us récupèrent l’argent l’année suivante et assurent le service après-vente, réparant et nettoyant les horloges installées chez les particuliers. L’autofinancement prédomine, mais les risques sont partagés par l’ensemble des membres de la communauté dans certains villages. L’horloge comtoise triomphe de toutes ses concurrentes en France et en Espagne, elle devient l’horloge populaire par excellence, éliminant les mouvements normands. Cependant, elle est victime de sa longévité et de la concurrence des « coucous » de la Forêt-Noire, à la fin du xixe siècle, les marchés français, suisse et ibérique sont saturés.

14Alors, les établisseurs du haut Jura confirment leurs capacités d’adaptation en diversifiant leur production et en se lançant à la conquête de clientèles plus éloignées. Ainsi, une multitude d’objets nouveaux sont introduits sur le marché : des pendules, des carillons, de l’émaillerie, de l’orfèvrerie et des montres. Simultanément, des exportations ont lieu vers le bassin oriental de la Méditerranée, les États-Unis et le Brésil, où plusieurs familles de négociants moréziens s’installent temporairement pendant quelques années. Finalement, l’une des tentatives de diversification s’impose, perpétuant le district industriel haut jurassien.

La phase lunetière confirme la dynamique rurale du modèle (vers 1860-1914...)

15Lors de ce troisième cycle technique, les pluri-actifs du haut Jura conservent toujours la maîtrise du processus de fabrication. La transition est douce, car l’élaboration des montures métalliques associe des savoir-faire anciens – la clouterie forgée et le tréfilage – et des procédés plus récents, hérités de l’horlogerie, comme le montage des petites pièces, le placage et le polissage. C’est un fabricant de pointes, Pierre Hyacinthe Cazeaux, qui confectionne la première monture morézienne à partir d’un fil métallique, en 1796, dans le hameau isolé des Rivières. Culture technique rurale et réussite sociale poursuivent donc leur coexistence. L’aptitude des hauts Jurassiens à manipuler le fil de fer autorise l’essor rapide d’une production de pince-nez sans soudure. Mieux encore, la volonté d’indépendance suscite l’adoption de certaines techniques propres à l’optique. Ainsi, le montage des verres, après égruselage et biseautage des bords, est une opération manuelle délicate que les Moréziens assimilent puis se réservent. Le surfaçage du verre plat pour lui conférer des qualités optiques est pris en charge par des entreprises locales puis sous-traité à l’extérieur. Toutefois, les connaissances théoriques demeurent dans le giron jurassien grâce à la création d’une section d’optique-lunetterie dans l’École pratique, en 1903. Seule la production de verre plat, qui nécessite de vastes installations et beaucoup d’énergie, n’est pas assumée sur place. L’exploration de ces nouveaux domaines favorise le renouvellement du groupe des établisseurs.

  • 8 ROUYER J., La lunetterie dans le canton de Morez (Jura), 1796-1902, Paris, 1903, viii p. et 46 p.

16Certaines ascensions sociales sont spectaculaires, en particulier celle de la famille Lamy du hameau des Arcets, près de Prémanon. Ces voisins de Pierre Hyacinthe Cazeaux passent du statut de petit paysan à celui d’industriel en l’espace de trois générations. En effet, Jean-Baptiste ne laisse que 1 200 francs à son décès en 1808, dont 1,5 ha de terre et la moitié de trois vaches, alors que son petit-fils, Victor Aimé Séraphin, est à la tête d’une fortune supérieure à un million de francs en 1889. Grâce à la lunetterie, d’autres familles de paysans pluri-actifs rejoignent l’élite des établisseurs en horlogerie. Ainsi, le génie mécanique des habitants des Rousses et de Longchaumois est récompensé. Quelques noms d’inventeurs émergent, comme celui de Jules Bonnefoy « qui débuta aux Rousses en 1850. Aîné de sept enfants, il s’ingénia fort jeune à faire le métier qu’il démontra plus tard à ses frères ; ceux-ci revendiquent pour leur aîné l’invention de la lunette s’ouvrant seule au sortir de l’étui, par le moyen d’un petit ressort introduit dans le charnon de talon de la branche »8. À Morbier, la famille Jeantet se spécialise dans les lunettes de protection et dans celles pour automobilistes. Ces réussites locales, accompagnées d’une reconquête foncière, confortent la population dans son attachement au pays. Les districts industriels italiens du Nord de la Vénétie, décrits par Giovanni Fontana, présentent des caractères similaires. La plupart des habitants sont encouragés dans leur vocation sédentaire par la symbiose qui s’opère entre les aspirations sociales et l’organisation du travail.

  • 9 LEQUIN Y., « Les citadins, les classes et les luttes sociales », in DUBY G. (dir.), Histoire de la (...)

17L’établissage lunetier se calque sur l’établissage horloger tout en décuplant les possibilités de ce dernier. En effet, la légèreté des montures autorise l’allongement des distances entre le donneur d’ordres et ses paysans-ouvriers. Les formes à réaliser sont standardisées et diffusées à l’aide de simples gabarits. La nébuleuse lunetière s’étend ainsi bien au-delà des limites du canton de Morez. De plus, le montage des petites pièces et les travaux de couture sur les garnitures requièrent l’habileté des mains féminines, engendrant l’apparition d’une génération spontanée d’ouvrières rurales. Les enfants sont également embauchés pour l’essuyage final et l’empaquetage. Au total, si l’horlogerie n’a occupé qu’un millier de personnes, la lunetterie en emploie plus de 3 000. Le passage d’une activité à l’autre se fait en douceur, souvent par l’intermédiaire des filles ou des belles-filles. Le revenu familial est donc complété par ces différents salaires et les familles paysannes sont d’autant plus aptes à résister au morcellement successoral qui menace les exploitations agricoles. Une certaine aisance caractérise le haut Jura du xixe siècle finissant. Ainsi, parmi les 350 déclarations de succession étudiées dans le canton de Morez, 18 seulement, soit 5 %, correspondent à des personnes ne laissant rien à leur décès, ou presque rien. Dans une ville de grande industrie comme Lille, 87 % des habitants meurent dans la misère à la Belle Époque9. Découvrant les conditions de vie de ces grandes métropoles lors de leur service militaire, les paysans-lunetiers intériorisent les avantages d’une société rurale faiblement hiérarchisée qui leur offre de réelles possibilités de promotion et les protège de l’anonymat. Ils refusent donc l’exode rural lointain et n’acceptent que des migrations limitées, à l’intérieur de leur espace industriel, vers la petite agglomération morézienne.

  • 10 ROUSSET A., Dictionnaire, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Besançon, 18 (...)

18Cette nébuleuse en voie d’agrégation pose la question du statut de Morez. Au total, la lenteur de l’émergence de ce bourg est frappante. D’une part, la création de la paroisse de Morez n’intervient qu’en 1776 et il faut attendre 1836 pour que ce soit la commune la plus peuplée du canton avec seulement 2 508 habitants. D’autre part, morphologiquement, Morez n’a rien d’une ville pendant l’essentiel du xixe siècle. C’est un alignement d’ateliers et de petites usines le long de la Bienne et de la route royale, puis nationale, de Paris à Genève. Jusqu’au deuxième tiers du xixe siècle, des espaces vides importants subsistent entre les différents établissements. Alphonse Rousset, dans son dictionnaire de 1854, distingue encore trois bourgs – Morez-le-Haut, Morez-Dessus et Le-bas-de-Morez – auxquels il faut ajouter trois hameaux indépendants10. Ainsi, une véritable ville n’émerge qu’à partir des années 1860. Morez apparaît comme l’émanation nécessaire du dynamisme rural. C’est une ville-centre choisie tardivement par les entrepreneurs ruraux qui ont de plus en plus besoin de son énergie hydraulique et de sa position stratégique sur l’axe majeur de circulation.

  • 11 Les cloutiers de La Mouille utilisent cette technique pour actionner leurs soufflets de forge jusq (...)

19En réalité, Morez est conçu comme l’un des éléments d’un système local de production qui associe, en « ville » comme dans le monde rural, quatre éléments. En premier heu, les bureaux des donneurs d’ordres ; la plupart installent une antenne à Morez, mais certains préfèrent rester dans leur village d’origine. Ces établisseurs confient les passes mécanisables à de petites usines, parfois volontairement construites loin de Morez pour conserver des secrets de fabrication ou recruter plus facilement du personnel. L’essentiel du travail s’effectue cependant dans les ateliers patronaux, ou dans les familles, disséminés en « ville » et dans la campagne alentour. L’ensemble constitue un système complexe mais très efficace, fondé sur une division extrême du travail associant une mécanisation diffuse. En effet, les donneurs d’ordres, comme les ouvriers à domicile payés aux pièces, cherchent à abaisser par tous les moyens les coûts de production. Les premiers utilisent des moteurs hydrauliques, tandis que les seconds privilégient une mécanisation sans motorisation, en ayant recours à des presses à balancier, des machines à archet ou des chiens courant dans des roues11. Cette amélioration constante de la productivité repose sur une mise en concurrence des différentes formes de fabrication. De plus, les établisseurs partagent les potentialités des divers sites de production. Ainsi, il n’est pas rare qu’un atelier, ou un ouvrier à domicile, travaille pour plusieurs patrons. Chacun des éléments du système conserve donc une forte indépendance.

  • 12 Archives communales de Morez, FII 129.
  • 13 ROY A., À travers le salariat. L’industrie de la lunetterie dans le canton de Morez (Jura), Thèse (...)
  • 14 Archives privées, Eugène Jeantet, correspondance commerciale.
  • 15 Archives privées, Dominique Lamy, société FIDELA, Morez, registre « Adresses F.A.L. ».

20L’efficience de ce district industriel est confirmée par sa réussite commerciale à l’échelle du monde. Celle-ci s’appuie sur un formidable essor de la demande lié à l’extension du nombre de « lisants ». Dans ce contexte, les lunettes conquièrent une image positive. Les hauts Jurassiens ont su répondre à cette demande en passant de 2 500 unités produites en 182712 à 11 000 000 en 188113. La distribution est facilitée par la préexistence du réseau horloger, les boutiques d’horlogerie-bijouterie proposant des montures pré-équipées de verres. Parallèlement, les colporteurs et les routiers diffusent les produits bas de gamme. Enfin, les opticiens, formés dans la seule école nationale d’optique, celle de Morez, constituent une clientèle fidèle pour le haut de gamme. En s’appuyant sur ces relais traditionnels, les Moréziens réussissent une rapide conquête des marchés français et méditerranéens. Enfin, chaque famille d’établisseur a également recours à des voyageurs de commerce. Ces derniers sont choisis avec soin ; fréquemment, le patron lui-même, ou l’un de ses fils, se charge de cette mission délicate. Ils explorent de nouveaux horizons commerciaux en Europe du Nord et s’imposent par la diversité de leur offre et des prix très compétitifs. Ainsi, Eugène Jeantet expédie ses montures à Rathenau, capitale allemande de l’optique14. Parallèlement, catalogues et échantillons ouvrent la voie à des exportations au-delà des océans. La société F.A.L. – les Fils d’Aimé Lamy – diffuse ses montures de lunettes dans toute l’Amérique latine et en Extrême-Orient, à la veille de la première guerre mondiale15. Pendant les années 1920, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont atteintes, parachevant une aventure amorcée un siècle plus tôt dans une ferme du hameau des Rivières sur la commune de Prémanon.

Conclusion

21Le succès de cette industrialisation rurale douce repose sur une dynamique sociale. La pérennité du district industriel morézien résulte de la volonté, exprimée par une communauté, de conserver un lien étroit avec la terre de ses ancêtres. Dans ce contexte, la pluriactivité devient le pilier d’un système productif local efficace qui engendre sa propre ville-centre par nécessité.

22Cette pluriactivité ne disparaît pas après 1914, au contraire ; elle connaît un certain renouveau avec la diffusion précoce de l’électricité, de l’automobile et du téléphone dans la montagne jurassienne. La combinaison de ces trois éléments permet d’augmenter la souplesse et la réactivité d’un espace industriel de plus en plus large, capable de répondre rapidement à des commandes portant sur des séries limitées. Ainsi, de nouveaux cycles techniques sont développés par les établisseurs pendant le xxe siècle, favorisant l’émergence de nouvelles dynasties patronales. Les années 1920-1940 voient le triomphe du plastique jusqu’à Oyonnax ; puis, les Trente Glorieuses, celui des lunettes solaires. Enfin, la commercialisation de griffes prestigieuses caractérise les années 1980 et 1990. La pluriactivité décline seulement à partir de la fin des années 1960, victime des lois sur le travail et de la mécanisation de l’assemblage des plus petites pièces.

  • 16 Ces chiffres ne concernent que le bassin d’emploi de Morez, pour la lunetterie il faudrait ajouter (...)
  • 17 L’expression forgée par Rémy Cazals au sujet des patrons mazamétains devrait donner lieu à un coll (...)
  • 18 Le concept « d'encastrement » est emprunté à Mark GRANOVETTER, « Economic Action and Social Stuctu (...)

23Toutefois, en l’an 2000, l’espace morézien demeure un pôle essentiel de la lunetterie mondiale avec une trentaine de PME et 4 000 personnes employées16. Il réalise plus de la moitié des montures françaises dont 50 % sont exportés. En décembre 2000, le taux de chômage dans le bassin d’emploi de Morez n’est que de 4,7 %, c’est-à-dire la moitié de la moyenne nationale. Flexibilité, maîtrise technique et commerciale, consensus social et « conscience de place »17 demeurent les principales caractéristiques de ce système productif local, ou SPL. Au début du xxe siècle, les Moréziens ont triomphé de la concurrence américaine symbolisée par les usines géantes d’American Optical Company, mais aujourd’hui, leur principal rival se révèle beaucoup plus redoutable car il a adopté une structure très proche du modèle haut jurassien. En effet, les succès du district industriel lunetier du Cadore, dans le Nord-Est de l’Italie, confirment l’efficacité de l’industrialisation diffuse « encastrée » dans les sociétés rurales locales18.

Notes

1 Cet article reprend les conclusions d’une thèse soutenue en 1998 sous le titre : Société rurale et industrialisation douce : Morez (Jura) (1780-1914), Université Lumière-Lyon 2.

2 MENDELS F., Industrialization and Population Pressure in xviiith Century Flanders, Université du Wisconsin, 1969.

3 MENDELS F., « Proto-industialization : the first phase of the process of industrialization », in Journal of Economic History, 1972, volume 32, p. 241-261.

4 FONTANA G.L., « Formation et évolution des districts industriels du Nord-Est de l’Italie (xvie-xxe siècles) », in Cahiers d’histoire, Centre universitaire de Luxembourg, 1997, p. 55-104.

5 Archives départementales du Jura, 34 J 37.

6 Ibidem, 2 H 143.

7 Ibidem, actes notariés et contrôle des actes.

8 ROUYER J., La lunetterie dans le canton de Morez (Jura), 1796-1902, Paris, 1903, viii p. et 46 p.

9 LEQUIN Y., « Les citadins, les classes et les luttes sociales », in DUBY G. (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 4, La ville de l’âge industriel. Le cycle haussmannien (1840-1950), volume dirigé par AGULHON M., Paris, Éditions du Seuil, 1983, p. 474-475.

10 ROUSSET A., Dictionnaire, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Besançon, 1854 (réédition 1997, tome IV, p. 403).

11 Les cloutiers de La Mouille utilisent cette technique pour actionner leurs soufflets de forge jusqu’à l’arrivée de l’électricité.

12 Archives communales de Morez, FII 129.

13 ROY A., À travers le salariat. L’industrie de la lunetterie dans le canton de Morez (Jura), Thèse de doctorat, Faculté de droit de Lyon, 1913, 394 p., p. 72.

14 Archives privées, Eugène Jeantet, correspondance commerciale.

15 Archives privées, Dominique Lamy, société FIDELA, Morez, registre « Adresses F.A.L. ».

16 Ces chiffres ne concernent que le bassin d’emploi de Morez, pour la lunetterie il faudrait ajouter les effectifs des entreprises des bassins de Saint-Claude et Oyonnax.

17 L’expression forgée par Rémy Cazals au sujet des patrons mazamétains devrait donner lieu à un colloque, à Bordeaux, en 2002.

18 Le concept « d'encastrement » est emprunté à Mark GRANOVETTER, « Economic Action and Social Stucture : The Problem of Embeddedness », in American Journal of Sociology, november 1985, p. 481-510.

Auteur

Université de Toulouse – Le Mirail

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable