Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Districts industriels et développement urbain

Mines et dynamiques de district dans l’Espagne du xixe siècle

Gérard Chastagnaret

Texte intégral

1Dans une thématique orientée vers l’urbain et vers l’industrie peut-on parler de la mine ? La question mérite d’être posée tout particulièrement pour l’Espagne du xixe siècle car l’extraction minière s’y effectue très largement dans un environnement rural, avec un habitat regroupé en villages plus souvent qu’en villes, même petites. Lorsqu’elles existent, les cités minières ont, par essence, vocation à s’inscrire dans le provisoire. La mine relève en effet d’une économie de prédation qui travaille à sa propre fin et paraît, de ce fait, très étrangère aux logiques de durée et de synergies interentreprises au sein d’un même espace qui sous-tendent notre réflexion commune.

2Sans méconnaître la validité et le poids de ces objections, nous avons cru cependant pouvoir nous inscrire dans la démarche générale du colloque pour plusieurs raisons. La plus générale est que les districts miniers invitent à réfléchir sur la relation – aussi fruste soit-elle – entre un espace et une entreprise ou un ensemble d’entreprises. D’autre part, la contradiction exprimée plus haut ne peut-elle se transformer en paradoxe stimulant, à un double titre ? Lieu du cyclique, du provisoire, du bâti bâclé des urgences initiales, théâtre de mobilisation hâtive de travailleurs mâles, terrain des déroutes finales plus que des abandons programmés, la mine est-elle totalement rebelle à toute réflexion à caractère structurel, sur la construction de la complexité d’un espace ou sur l’apparition de synergies ? Avec la présence, au cours de la seconde moitié du siècle, de bassins miniers nombreux et importants, avec une activité extractive très peu liée à un processus régional d’industrialisation, parce qu’elle est orientée de manière dominante, et même souvent exclusive, vers l’exportation de matières brutes ou semi-brutes, l’Espagne représente une exacerbation du provisoire et du paradoxe. Comment, sur un tel terrain, de prédation à l’état presque pur, pourrait-il naître du complexe, voire du durable ?

3La mine espagnole impose d’abord un cadre, celui de la prépondérance d’enjeux productifs exprimés de manière souvent très fruste : l’essentiel est de produire. Les deux facteurs de production n’appellent pas la même attention. Du fait du poids de l’investissement étranger, le capital échappe le plus souvent au cadre régional et, lorsqu’elles existent, les entreprises espagnoles jouent beaucoup plus sur les ouvriers que sur la mécanisation. Attirer, voire former et surtout conserver une population ouvrière : tel est l’enjeu collectif majeur pour les entreprises des différents bassins miniers. Sans doute s’agit-il d’une entrée étroite, minimale, dans les relations interentreprises, mais elle suffit à poser le problème d’au moins une fonction propre d’une logique de district : le rôle de l’espace proche dans la constitution et la régulation de la main d’œuvre. À cela s’ajoutent d’autres centres d’intérêt. Dans certains districts, la présence tenace du capital local invite à réfléchir, en dépit de la relative modestie des capitaux mobilisés, sur les modalités de formation et sur la nature d’un véritable tissu entrepreneurial à l’échelle du bassin : suffit-il de le disqualifier en arguant de sa modestie relative ? Le devenir de ces bassins invite enfin à la réflexion sur la contradiction entre le caractère cyclique d’activités appelées par nature à s’éteindre et la sortie progressive du provisoire des structures urbaines nées de la mine. Au-delà des tensions, que peut la ville contre l’économie du précaire ?

4Ces divers aspects seront abordés à travers une démarche très synthétique présentant le cadre chronologique et géographique général, analysant ensuite les stratégies des différents types d’acteurs et s’achevant par une réflexion sur les relations entre les situations ainsi créées et le fait urbain au sein des districts. En filigrane une interrogation : voit-on réellement se mettre à l’œuvre de véritables dynamiques qui feraient de ces bassins, bien plus que le théâtre de quêtes individuelles de bonne fortune, le territoire de destins collectifs citadins à lire dans une durée plus longue que celle d’un simple cycle de prospérité minière ?

Un privilège des dynamiques nationales

  • 1 Sur le secteur minier espagnol au xixe siècle, cf. CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière da (...)

5Tous les bassins miniers espagnols sont loin de connaître, même de manière sommaire, ces relations et dynamiques internes caractéristiques d’un fonctionnement de district1. La première limite est chronologique. Jusqu’en 1840, deux établissements de la Couronne conservent un rôle majeur dans l’ensemble de la production : Río Tinto pour le cuivre et surtout Almadén pour le mercure. Outre le fer, dont l’obtention est alors marquée par un retour aux méthodes traditionnelles, la seule production forte est celle du plomb, grâce à l’essor de la production andalouse de Sierra de Gador dans les années 1820. À la faveur d’un mode de présentation très spécifique du minerai, en poches et non en filons, l’extraction peut conserver des formes très archaïques alors que le traitement ne tarde pas à se concentrer dans des fonderies côtières créées par des capitaux extérieurs à la sierra, voire étrangers. De plus, l’épuisement rapide de la sierra, très avancé dès la fin des années 1830, met un terme à toute l’animation minière d’une zone qui devient terre d’émigration. Dans ces conditions, les dynamiques locales les plus intéressantes ne concernent pas l’organisation de la production, mais les retombées de celle-ci, notamment sur l’agriculture : les raisins secs d’Almería, destinés aux puddings des couches populaires britanniques, sont directement issus du cycle du plomb.

6C’est seulement à partir des décennies médianes du siècle que l’on peut entreprendre de suivre, sur des durées pluridécennales, l’émergence de logiques de districts. Les premières fièvres minières qui interviennent à partir de 1840 sont encore très largement le fait d’Espagnols et donnent lieu à l’essor de nouveaux bassins : pour l’argent, la sierra Almagrera dans l’est de la province d’Almeria, et Hiendelaencina, dans la province castillane de Guadalajara, pour le plomb, avant tout le nouveau district de la sierra de Carthagène, à l’est de la cité. Les districts argentifères concentrent les passions, mais la sierra Almagrera ne tarde pas à entrer en crise, puis en léthargie ; Hiendelaencina voit se former une véritable cité minière mais le mode de fonctionnement productif ne témoigne d’aucune autonomie locale : les mines, rapidement sous contrôle de la spéculation madrilène, se contentent d’alimenter la fonderie créée par des Britanniques. En revanche, le cas de la sierra de Carthagène est beaucoup plus complexe et riche de dynamiques locales. Non seulement l’extraction minière reste très largement aux mains d’entreprises régionales, mais les fondeurs locaux continuent à traiter une bonne partie du minerai, servis en cela par la découverte par un pharmacien local, en 1846, d’un procédé adapté aux carbonates à faible teneur. La sierra de Carthagène et le nouveau territoire municipal constitué en 1868 par réunion, sous le nom significatif de La Unión, de plusieurs hameaux jusque-là rattachés à Carthagène constituent, à coup sûr, un lieu privilégié d’observation de l’émergence d’une dynamique de district. Tous les intervenants de l’économie minière, même les étrangers les plus puissants, y participent pleinement : Hilarion Roux, rejeton puis héritier de la Banque marseillaise Roux de Fraissinet, en est sans doute le meilleur exemple.

7Carthagène et sa sierra n’ont pas le monopole de cette dynamique de l’espace, mais elles constituent cependant une exception. L’autre grand bassin du plomb, Linares dans l’Andalousie intérieure, est ouvert aussi aux initiatives nationales, mais les conditions du Heu – extraordinaire richesse des filons et abondance des venues d’eau – en font très tôt l’un des pôles d’intérêt du capital étranger, surtout britannique.

  • 2 Sur Tharsis, cf. CHECKLAND S.G., The mines of Tharsis. Roman, French and British Enterprise in Spa (...)

8Le district de Carthagène est le produit d’un lieu ; c’est aussi celui d’un moment, qui s’efface dès le dernier tiers du siècle. Vient alors l’ère de l’extraction de masse, avec quelques compagnies qui mettent la main sur des bassins entiers, comme Tharsis et surtout Río Tinto pour les pyrites2. Deux exceptions partielles à ce panorama : la première est celle de la ría de Bilbao : aux côtés de sociétés étrangères, comme la Orconera, issue de grandes firmes sidérurgiques européennes, la bourgeoisie locale prend une part significative à l’exportation du minerai de fer de Somorrostro et développe des initiatives témoignant d’une stratégie collective d’utilisation de l’espace pour la croissance des entreprises et le contrôle social. La seconde concerne les Asturies qui sont alors, au niveau national, le premier bassin houiller et la seconde région sidérurgique, après la Biscaye. La conjonction de progrès productifs et de structures, sous contrôle national et même souvent régional, marquées parfois par le retard voire l’archaïsme technique, invite à réfléchir sur les voies par lesquelles les élites locales ont réussi à affronter ou à éviter les périls de l’unification des marchés.

9Ce rapide survol de l’évolution du grand siècle minier espagnol montre d’abord que, au sein de chacune des trois grandes phases de son évolution, les bassins miniers sont loin de tous relever, même partiellement, de dynamiques de districts. Le poids des mines de la Couronne, lors de la première période, la pénétration du capital étranger, lors de la mise en place de l’exportation de masse, sont autant de freins et même de blocages à l’apparition de ces dynamiques. Toutes les périodes présentent cependant au moins des virtualités d’émergence d’un fonctionnement autonome et dynamique de l’espace minier, mais tous les cas sont loin d’appeler la même attention.

10Deux handicaps doivent être soulignés. Le premier est le manque de durée. La sierra de Gador s’enracine dans une petite tradition extractive, pourvoyeuse des fonderies royales du xviiie siècle, mais la belle époque de l’initiative privée ne démarre qu’au début des armées 1820 avant d’entrer en crise au milieu de la décennie suivante. Que dire alors de la sierra Almagrera dont les grandes années ne vont que de 1842 à 1847 ?

11La seconde limite est d’ordre qualitatif. Dans la plupart des bassins, les entreprises sont toutes engagées dans la première étape du processus productif, l’extraction d’une matière première, exportée brute ou, comme à Hiendelaencina, traitée dans une usine perçue comme enclave étrangère. Cette concentration de l’activité sur l’étape longtemps la moins riche en avancées techniques, la plus favorable à des stratégies entrepreneuriales fondées sur la main d’œuvre, ne favorise ni l’échange technique ni les complémentarités interentreprises. Les sociétés minières sont doublement concurrentes, sur le marché de la main d’œuvre et sur celui de la vente des minerais.

12Ces observations fixent le cadre de notre recherche sur les logiques de district à l’œuvre dans le fonctionnement des bassins miniers. Il convient sans nul doute de privilégier les situations les plus prometteuses, à commencer par celle de Carthagène et, plus tard, celles de Bilbao et des Asturies. On ne saurait pourtant esquiver les situations où dominent les logiques apparemment les moins porteuses : un marché du travail de simples journaliers ne pourrait-il cristalliser des stratégies collectives ?

Districts et stratégies d’entrepreneurs

13L’observation, organisée par champ d’intervention, privilégie, volontairement, deux domaines, traités de surcroît de manière très inégale : les techniques et l’emploi. Ce dernier retiendra l’essentiel de notre attention parce que c’est lui qui mobilise le maximum d’acteurs locaux. L’aspect commercial est délibérément éliminé. La solidarité locale est pourtant un leitmotiv de temps de crise, en particulier pendant la si longue crise du plomb. Elle n’est pourtant jamais qu’un leurre face aux cours internationaux et, surtout, plus concrètement, face aux grands négociants qui refusent de ne pas être les maîtres du jeu. L’organisation du capital mérite toutefois de retenir l’attention dans un cas particulier et paradoxal : celui des Asturies.

L’exception asturienne : l’État substitut des dynamiques locales

  • 3 CHASTAGNARET G, L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 563-569.

14Au cours des années 1880, le problème houiller asturien est simple : le désenclavement ferroviaire du bassin est en cours de réalisation, mais, en dépit de l’importance des gisements, la modernisation de l’extraction n’a pas vraiment commencé. Les sociétés aux mains de la bourgeoisie locale figurent parmi les plus archaïques, y compris lorsqu’elles possèdent de vastes concessions, comme celle de Santa Ana, propriété de la banque Herrero. C’est dans ces conditions que l’ingénieur des mines en charge du district, Luis Adaro, entreprend une œuvre de regroupement des sociétés, d’origine locale ou héritières de la pénétration française du milieu du siècle. En termes de structures d’entreprises, la réussite est réelle : la Unión hullera y metalúrgica de Asturias, créée en 1886, regroupe des mines de la zone centrale et absorbe même, en 1901, les houillères de Santa Ana. Le processus culmine, en 1906, avec la fusion entre la Unión Hullera et la principale société sidérurgique locale, la Duro-Felguera. En fait, ce regroupement ne s’accompagne pas de l’injection de moyens nouveaux importants et les mines comme la sidérurgie souffrent toujours de sous-investissements. Il traduit surtout deux phénomènes. Le premier est l’impuissance des milieux d’affaires asturiens à s’organiser eux-mêmes. Le second est leur allégeance à l’État et ses représentants, sans doute par conscience de la nécessité d’un agent fédérateur, surtout par souci de bénéficier de la protection étatique sur la houille, notamment contre la concurrence britannique3.

  • 4 Cf. CHASTAGNARET G, « Contribution à l’étude de la production et des producteurs de houille des As (...)

15Dans ces conditions, au heu d’être l’agent déclencheur d’une dynamique économique régionale, l’État sert plutôt de paravent à la minimalisation des efforts. Alors que le lobby houiller asturien donne, dès la dernière décennie du siècle, l’image de la cohésion et affiche son souci de développement régional, les Asturies sont en réalité, avec l’aide de l’État, aux antipodes d’une dynamique de district : un protectionnisme houiller de plus en plus fort aboutit, dès avant 1914, à la création de micro-entreprises parasites4.

Infrastructures et techniques

  • 5 CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 253-254.
  • 6 Cf. ESCUDERO A., Minería e industrialización de Vizcaya, Barcelone, Crítica, 1998.

16Ce sont deux domaines dans lesquels les carences de l’État sont manifestes. L’Espagne n’a pas de politique volontariste de desserte des bassins miniers et manque de structures de formation pour ouvriers qualifiés ou contremaîtres. La première lacune est la plus lourde de conséquences : la lourdeur des investissements de transport nécessaires à l’exportation de produits bruts favorise la pénétration du capital étranger. Les dynamiques collectives régionales ont d’autant plus de mal à se manifester que la législation interdit à toute collectivité territoriale d’être concessionnaire d’une ligne5. Dans ces conditions, l’action du milieu d’affaires de Bilbao pour se doter d’un outil collectif d’évacuation du minerai de Somorrostro témoigne tout à la fois de la cohésion de la bourgeoisie locale et de sa volonté de participer à l’exportation du minerai non phosphoreux. Dès le début des années 1860, elle utilise la Diputación de la province de Biscaye pour réaliser le chemin de fer de Triano, d’abord avec le masque d’un prête-nom, puis de manière officielle à partir de 1870. La ligne publique n’empêche pas la création de voies privées par les plus grandes compagnies mais elle offre à la bourgeoisie basque un abaissement du seuil d’accès à l’extraction minière et aux profits d’exportation. Ce mouvement n’empêche pas de profondes inégalités, avec l’existence d’une véritable oligarchie minière dont les Ibarra constituent les figures emblématiques, mais il donne une forte assise sociale, à la fois puissante et assez large, aux intérêts sociaux et politiques des milieux exportateurs6.

  • 7 Sur ces écoles, cf. CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 246 et p. 498.

17Si la réalisation ferroviaire basque constitue une véritable exception au niveau national, les initiatives d’intérêt général sont un peu moins rares dans le domaine de la formation et de la diffusion des techniques. Certaines sont le fait d’ingénieurs de l’État soucieux du progrès technique dans les districts dont ils ont la charge. D’autres témoignent d’une volonté de prise en charge collective mais aussi des difficultés du processus. Il s’agit de la création d’écoles de contremaîtres. Les deux premières, celle d’Almadén dans la province de Ciudad Real, et celle de Mieres dans les Asturies, sont d’origine étatique. En revanche, une seconde vague de créations, à partir de 1869, dans plusieurs sites méridionaux, à Carthagène, Linares et Huelva, combine le cadre municipal et l’appui de l’ingénieur du district. Comme à Bilbao pour le chemin de fer, les intérêts miniers locaux mobilisent une institution territoriale. En l’occurrence, l’enjeu financier est mince – il s’agit surtout de mettre à disposition un local et quelques moyens de fonctionnement – mais pourtant toutes ces écoles disparaissent au bout de quelques années, faute de moyens et, pour Carthagène, du fait du soulèvement cantonaliste. L’école de Carthagène rouvre en 1883 avec l’appui de la Société Royale d’Amis du Pays et celle de Linares en 1892 seulement avec, à nouveau, l’aide de la municipalité7.

18Ces réalisations, médiocres et fragiles, sont en fait moins importantes par leur activité que par le témoignage dont elles sont porteuses : celui de l’existence d’une conscience minimale des intérêts communs et de la recherche d’un ancrage institutionnel local pour les faire aboutir.

La main d’œuvre : les subtilités des logiques de district

  • 8 Sur les barracones, cf. FUSI J.P., Politica obrera en el Pais Vasco, (1880-1923), Bilbao, 1975 et (...)

19La main d’œuvre constitue une préoccupation commune à tous les bassins et toutes les entreprises : il faut la constituer, la faire vivre, la contrôler et, dans beaucoup de cas, essayer de la retenir. Les grandes entreprises ont des stratégies très diverses en ce domaine. Certaines jouent la permanence de flux de travailleurs migrants en organisant la précarité de l’accueil, jusqu’à des pratiques scandaleuses : ce sont les fameux barracones, à l’origine de la première grande grève basque de 18908. D’autres jouent la réalisation ou le développement de cités minières, par exemple Río Tinto, propriété de l’entreprise du même nom, La Zarza, propriété de Tharsis, ou Bustiello, village asturien créé par le marquis de Comillas, propriétaire de Minas de Aller. Entre les deux, de multiples variantes, y compris une large indifférence qui conduit par exemple les ouvriers de Peñarroya à se construire souvent leurs propres cabanes (chozas). Ce tête-à-tête entre les compagnies et leurs ouvriers sur un espace circonscrit n’est toutefois pas la règle générale et l’on observe au moins deux autres types de situation.

20Le premier est une dissociation entre le lieu de travail et l’habitat. Ce cas de figure, qui ne se réduit pas à celui du paysan mineur, s’inscrit souvent dans une démarche dynamique de la part du travailleur, qui élargit l’aire d’habitat au-delà de la zone de contrôle de l’entreprise, soit en refusant de quitter la ferme familiale – c’est souvent le cas aux Asturies – soit en s’installant dans un village qui ne soit pas propriété de la compagnie : Tharsis et Río Tinto sont ainsi l’objet de ce genre « d’évasion ».

21L’autre type de situation, très fréquent dans les bassins plombifères du Sud, Linares et Carthagène, est celui d’une pluralité d’entreprises sur un même territoire municipal. Cette pluralité s’accompagne aussi souvent de la dilution de la fonction d’entrepreneur du fait de l’emboîtement de contrats d’affermage de moyenne et même courte durée, depuis le détenteur de la concession et les actionnaires de la société minière jusqu’au chef d’équipe qui prend a partida pour quelques semaines l’exploitation d’un tronçon de filon. C’est ainsi que le mineur de La Unión ne connaît comme patron que le partidario auxquels le lient souvent, de surcroît, des liens d’origine villageoise.

22Dans ces conditions, le contrôle ouvrier ne peut se faire par contrôle direct de l’espace. C’est la municipalité qui prend en charge le problème du logement comme l’ensemble des questions liées au cadre de vie. Cela ne signifie nullement que le patronat minier se désintéresse de ces aspects, mais il exerce son influence à travers ses responsabilités municipales.

23Cette médiation des relations par un pouvoir institutionnel est riche de conséquences dans des domaines très différents. Elle ne résout pas les difficultés de logement, mais elle ouvre la voie à des initiatives de toute origine, y compris ouvrière, par les autorisations de construire, notamment par cession de terrains communaux, comme c’est le cas à Linares. Sur le marché de la main d’oeuvre, elle a pour effet majeur de créer un marché du travail local, à la fois fourni grâce à la fixation d’une population ouvrière et décloisonné par l’absence de dépendance autre que salariale avec les entreprises. Par ailleurs, la municipalité devient le cadre de recours en cas de crise, économique ou épidémique : les archives municipales de La Unión regorgent de témoignages de ces pratiques. Enfin, la commune est porteuse des attentes collectives de participation aux bénéfices du progrès, pour les écoles comme pour les innovations techniques. Cette situation peut être lourde de périls : les municipalités sont le seul pouvoir politique visible localement et l’effacement des entreprises en fait la cible de toutes les protestations et revendications. La meilleure illustration en est l’incendie des mairies de Linares et La Unión en mai 1898. Les municipalités ne sont responsables d’aucun des motifs de la colère populaire – spéculation sur les grains ou modification des conditions de rémunération des mineurs –, mais à qui d’autre s’en prendre ?

  • 9 Archives de La Unión. Libro de Actas del Ayuntamiento, séances des 12 et 26 juin 1899. Cf. aussi C (...)

24Aussi violents soient-ils, ces épisodes ne doivent pas masquer que ce mode de gestion de l’espace et du social joue un rôle régulateur fondamental pour l’emploi. Il permet en effet la constitution d’un marché du travail local dynamique et ouvert. Le système productif, fondé sur la précarité des contrats, ne pourrait fonctionner sans un tel marché de l’emploi. C’est dans le cadre urbain que le partidario trouve des mineurs pour le lendemain et les mineurs en fin de contrat ne refluent guère vers les villages d’origine, d’autant plus qu’à la fin du siècle ils sont souvent issus de la migration de générations antérieures. L’agressivité populaire ne fait d’ailleurs pas perdre aux instances municipales le sens de ses responsabilités régulatrices : lors des événements de 1898, la municipalité de La Unión s’emploie à dissuader l’armée de toute répression et, dans les mois qui suivent, conduit une réflexion collective sur les origines de la crise9.

25La précarité et la ville : l’association de ces deux termes est sans doute l’un des traits les plus originaux des bassins miniers du Sud nés du foisonnement des initiatives nationales du milieu du siècle. Elle fonde des dynamiques de district et contribue par-là même à expliquer la permanence des structures d’extraction techniquement archaïques. Elle invite aussi à réfléchir sur les contradictions dont elle est porteuse.

De la mine à la ville

De vraies villes

  • 10 Chiffres tirés des Censos des années correspondantes.

26Quel que soit le mode de gestion du social, toutes les cités minières espagnoles portent la marque de l’entassement. À Río Tinto comme à Linares, le bâti est toujours en retard sur les besoins. Sauf lorsque domine l’emploi de migrants temporaires, comme en Biscaye, toutes connaissent aussi un rééquilibrage des sexes : en 1910, Río Tinto compte 5 730 hommes pour 5 400 femmes, Calañas, près de Tharsis, 5 680 hommes pour 5 710 femmes, La Unión 14 434 hommes pour 14 533 femmes et Linares 17 650 hommes pour 18 300 femmes10. Les cités minières du Sud n’ont donc plus rien à voir avec des villages de front pionnier à dominante d’adultes masculins.

  • 11 Il s’agit du hameau de Roche. Cf. CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 85 (...)

27À mesure que passent les générations et les décennies, les maisons se font moins rudimentaires, plus solides et plus agréables, soit par reconstruction soit par sédimentation de petites améliorations. L’accès précoce au progrès technique n’est pas le propre de la ville district. À la faveur de la mine proche, de simples villages miniers disposent parfois très tôt de l’électricité. En revanche, la ville se distingue par une intégration de la modernité dans l’ensemble des revendications collectives : en 1898, les habitants d’un hameau de La Unión réclament à la municipalité l’installation d’un téléphone pour pouvoir appeler le médecin11.

  • 12 Sur les relations sociales dans les Asturies, cf. SHUBERT A., Hacia la Revolución. Orígenes social (...)

28Ces villes ont une vraie population citadine, avec notamment des enfants de plus en plus nombreux, et leur gestion doit prendre en compte non seulement l’ordre public, mais aussi tous les aspects de la vie et de la demande sociale, y compris la scolarisation, la santé et les activités festives. Lorsqu’elles contrôlent le cadre urbain, c’est-à-dire souvent la propriété même du sol, les compagnies privilégient le contrôle social. L’autoritarisme brutal du marquis de Comillas dans le nouveau village de Bustiello est un cas limite, mais les pratiques de Río Tinto témoignent aussi d’une volonté permanente de fermeté et le paternalisme presbytérien de Tharsis, quelles que soient ses réalisations dans certains domaines, comme l’éducation, est loin de jouer sur la seule persuasion12. Les villes minières dissociant l’entreprise et l’espace urbain voient-elles se mettre en place des formes spécifiques de gestion, voire de relations sociales ?

  • 13 Sur l’éducation à La Unión, cf. RAULINE S., L’enseignement à La Unión, mémoire de maîtrise, Univer (...)

29Les réponses sont en fait différentes selon les cités. Le cas de La Unión est particulièrement intéressant à plusieurs titres. Bien que réelle, la ségrégation spatiale y est moins forte qu’à Bilbao : tous les patrons de la sierra n’habitent pas à Carthagène. Par ailleurs, en Biscaye, la forte emprise sociale des entreprises, avec une concertation patronale dans le cadre de la Camara oficial minera, comme le phénomène des migrants temporaires, limite les enjeux sociaux de la gestion municipale. À La Unión, non seulement, les responsabilités de fait de la municipalité sont fortes, mais en plus les structures minières ont favorisé les relations entre groupes sociaux : le partidario est d’autant plus proche de ses compagnons qu’il peut être de même origine qu’eux. De ce fait, l’exemple de La Unión peut être lu comme une forme de mise en œuvre de l’ensemble des implications sociales d’une logique de district. Dans aucun domaine, école, santé ou ordre public, les édiles n’affichent l’intérêt de l’activité minière comme motif de leur politique. Pour l’éducation, domaine largement abandonné par l’État aux municipalités, les discours et les initiatives sont démarqués des modèles nationaux et participent d’une chronologie générale, avec un réel effort de scolarisation publique à partir du début du XXe siècle. Plus spécifique, la lutte contre les épidémies, multiples et récurrentes, témoigne d’un vrai souci de prise en charge de la santé publique, avec souvent un véritable investissement personnel des élus. Dans ces deux domaines, la municipalité agit avec une efficacité comparable avec celle des entreprises les plus volontaristes, à l’exception peut-être de Tharsis pour l’éducation. Ainsi, la scolarisation des enfants reste partielle, même pour les garçons, mais elle progresse fortement à partir du début du xxe siècle et elle est très supérieure à celle de l’environnement rural13.

30Par ailleurs, le contrôle de la sociabilité quotidienne, obsession de toutes les grandes compagnies, paraît à la fois moins agressif et moins efficace. Les tavernes ne sont pas l’objet d’attaques frontales : les seules mesures répressives prennent le détour de la lutte contre la prostitution. Sans doute s’agit-il d’alibis, mais la répétition des interdictions dit assez leur inefficacité. Au fond, la gestion municipale de La Unión rend la ville doublement attractive : en en faisant un espace d’accès au progrès culturel et technique et en évitant de mettre en place un contrôle policier de l’espace : les mineurs peuvent fuir Río Tinto ou Calañas, ils n’ont aucune raison de se loger hors de La Unión.

  • 14 Sur la sociabilité et les fêtes dans les cités minières, cf. CHASTAGNARET G, «Les divertissements (...)

31Sans doute ces observations appelleraient-elles de multiples nuances. À La Unión même, la population ouvrière ne pouvait ignorer l’emprise municipale des puissants de la mine : la confusion des perceptions à l’origine de l’incendie de la mairie de mai 1898 est à cet égard révélatrice. Il n’empêche que, globalement, le système y suscite moins de rejet que d’adhésions, dont témoignent les requêtes adressées à la mairie. Il n’en va pas de même pour toutes les autres villes-districts. Ainsi, la gestion de Linares paraît beaucoup plus indifférente à la population ouvrière. Le résultat en est un véritable camouflet à la municipalité à l’occasion d’une de ces fêtes qui sont, pour les municipalités comme pour les entreprises, un élément important dans les stratégies de rassemblement : lors de celle de 1908, les ouvriers viennent demander à la mairie une subvention pour organiser, en même temps, leur propre fête...14

32L’état des recherches comme la brièveté du propos interdisent de pousser plus avant la comparaison entre les cas de pouvoir monolithique et ceux où le nombre des entreprises ouvre la voie à un certain pluralisme du pouvoir et surtout à l’émergence de formes locales d’autonomie du politique. Il convient de préciser que cette autonomie relative s’exerce à l’égard des entreprises et non à l’égard du pouvoir central : dans le cadre du système de la Restauration, les municipalités sont insérées dans le turno político, et donc adoptent la couleur politique de la majorité nationale du moment. Cette dépendance à l’égard du pouvoir central est accentuée par les sollicitations incessantes adressées au gouvernement en matière de santé publique, d’écoles, mais elle témoigne en même temps d’une forme de banalisation de la vie publique : La Unión ou Linares fonctionnent comme toutes les communes du Levant ou d’Andalousie. Río Tinto, en revanche, ne connaît pas le turno.

33Les cités-districts représentent donc un mélange d’agression de la mine sur l’environnement, d’accès à la modernité et d’intégration à la vie publique nationale. Combinaison singulière, notamment dans le Sud du pays, qui conduit à une forme d’apprentissage de la citadinité. Peut-on retourner au village après l’épuisement de la mine ?

Le district contre la fatalité du déclin ?

34L’habitat, l’école, l’électricité et l’ensemble des services et équipements publics progressent, avec même une accélération au tournant du siècle. Or, cette chronologie est contradictoire avec celle de l’activité minière elle-même, marquée, depuis les années 1890 dans la sierra de Carthagène et à partir de la fin de la décennie dans presque tous les grands bassins, par un coup d’arrêt à la progression de l’extraction, suivi bientôt par un repli de la production.

  • 15 Cf. SAEZ GARCÍA A., Libro de La Unión, biografia de una ciudad alucinante, Murcie, 1957, p. 194-19 (...)

35La Unión subit de plein fouet la contraction de l’activité, passant de 30 249 habitants en 1910 à 11 776 en 1930. De nombreux mineurs sont obligés de vendre, pour des sommes dérisoires, leurs « bonnes maisons »15. La régression n’est pas seulement démographique : elle est aussi culturelle. L’étude des pratiques familiales à l’égard de l’école a montré que la crise provoque une scission des comportements : d’un côté ceux, en général eux-mêmes déjà alphabétisés, pour qui l’école se trouve investie d’attentes particulièrement fortes, du fait même de la crise, pour l’avenir des enfants, d’un autre côté, ceux qui, par nécessité mais aussi parce qu’ils ont perdu foi dans les vertus de la formation et donc, d’une certaine façon, dans les vertus du progrès, retirent leurs enfants de l’école pour les mettre, dès l’enfance, sur le marché du travail. Certes, la régression reste incomplète : les départs ne sont pas un retour à la campagne, mais une migration vers Barcelone, la France ou l’Amérique. Cependant l’empreinte de la citadinité ne saurait tenir lieu de dynamique économique. Faut-il en conclure que les villes-districts ne résistent pas mieux que les cités ouvrières d’entreprise aux effets de l’épuisement des ressources locales ?

  • 16 Linares a vu notamment apparaître, après la première guerre mondiale, des fabrications mécaniques, (...)

36Toute réponse systématique serait périlleuse parce que l’état des réserves minérales est très différent selon les bassins. Cependant, le cas de l’ensemble Carthagène-La Unión ne constitue sans doute que l’un des pôles possibles d’évolution. La Biscaye offre une évolution opposée : son dynamisme économique survit sans difficulté majeure à la forte baisse de l’extraction minière. Linares, même, après une première décennie de siècle difficile, voit sa population progresser de 1910 à 1930, puisqu’elle passe de 37 039 à 42 170 habitants16.

37Il ne saurait être question de rechercher ici toutes les racines de ces contrastes, qui renvoient à de multiples facteurs, endogènes et exogènes. Une piste de réflexion doit cependant retenir l’attention parce qu’elle invite à réfléchir sur l’enracinement social des dynamiques de district. Il s’agit du tissu entrepreneurial : en Biscaye, il profite de la mine, mais il est assez puissant pour développer des initiatives, maritimes, industrielles ou financières, y compris sans attendre les profits miniers. À La Unión, l’irrigation sociale des profits miniers est beaucoup plus ample, mais la capacité de sortie du secteur minier est aussi beaucoup plus réduite, d’autant plus que l’emprise croissante de la grande entreprise, Peñarroya, vient peu à peu marginaliser les élites locales. À elle seule, cette explication sociale du déclin est sans nul doute très insuffisante, notamment parce qu’elle ne permet pas de rendre compte des renaissances ultérieures, dans le cadre de nouveaux cycles de prospérité fondés sur de nouvelles bases, comme le tourisme ou l’agriculture irriguée. Elle invite cependant à distinguer les espaces où se mettent en place des dynamiques économiques diversifiées et ceux qui, pour des raisons liées à l’environnement économique comme au tissu social, restent prisonniers d’une monogamie sectorielle. Ces derniers ne sont pas les moins riches d’originalités de fonctionnement économique et social, mais ils sont à la fois dépendants des assises de leur activité et, parce qu’ils ne sont pas ouverts à la diversité, moins bien préparés à assurer leur renouvellement.

Districts, mines et Méditerranée : clarifications réciproques

  • 17 Cf. CHASTAGNARET G., « L’industrie en Méditerranée : une histoire en construction », in Méditerran (...)

38Apparemment incongrue, l’insertion de la mine dans une réflexion sur les districts se révèle en fait à la fois légitime et féconde. Utilisé avec pertinence, pour certains espaces et certaines périodes, le district, entendu comme espace doté de dynamiques collectives spécifiques, est en effet un outil conceptuel à fortes capacités heuristiques pour éclaircir des anomalies apparentes, aussi bien économiques que sociales : des enchevêtrements d’entreprises qui demeurent efficaces, des vitalités sans capital, un travail précaire, dans des conditions parfois scandaleuses, accompagné pourtant de solidarités réciproques. Autant de points dont ne peuvent rendre compte les références, ni à l’artisanat, ni au paternalisme. Parler de district, c’est expliquer comment un espace, un ensemble local, font système à un moment donné, au point que chaque élément devient composante d’un système explicatif global : à La Unión, l’école comme la lutte contre la diphtérie aident à comprendre la mine. Aussi vigoureux soit-il, le système n’exclut nullement la fragilité, d’autant plus forte ici qu’il s’agit de la mine et de la Méditerranée : la mine, à l’activité cyclique par essence, la Méditerranée, où les prospérités industrielles sont presque toujours une mobilisation pour l’exploitation de situations dépendantes de facteurs extérieurs, notamment pour les marchés17.

39De ce point de vue, si le district sert la réflexion sur la mine, la mine et la Méditerranée peuvent aussi aider à mieux penser le district. D’abord parce que toutes deux clarifient les règles du jeu, mettent à nu les présupposés, exacerbent les phénomènes. La clarification est d’abord celle des bases de l’activité, toujours fondées sur des ouvertures extérieures fortes : aussi forte que soit sa cohérence, le district est toujours profondément extraverti. Le district est toujours ancré dans des logiques de progrès : malgré les « archaïsmes » apparents de certaines formes d’activité, le district est une rupture avec un environnement traditionnel. La clarification est aussi celle du rôle d’institutions territoriales non économiques, les municipalités en l’occurrence, dans le bon fonctionnement du système. L’exacerbation est celle de l’informel, du rôle des liens personnels, des rencontres et des tensions. C’est enfin celle des possibilités de captation des opportunités à la mesure des ouvertures dont est porteuse la Méditerranée. Le district fragile, mais jamais condamné...

Notes

1 Sur le secteur minier espagnol au xixe siècle, cf. CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière dans l’Europe du xixe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2000.

2 Sur Tharsis, cf. CHECKLAND S.G., The mines of Tharsis. Roman, French and British Enterprise in Spain, Londres, 1967. Sur Río Tinto, cf. AVERY D., Not on Queen Victoria’s Birthday. The story of the Rio Tinto Mines, Londres, 1974 et HARVEY C., The Río Tinto Company. An economic history of a leading mining concern, (1873-1954), Penzance, Alison Hodge, 1981.

3 CHASTAGNARET G, L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 563-569.

4 Cf. CHASTAGNARET G, « Contribution à l’étude de la production et des producteurs de houille des Asturies de 1861 à 1914 », in Mélanges de la Casa de Velázquez, t. IX, 1973, p. 581-631.

5 CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 253-254.

6 Cf. ESCUDERO A., Minería e industrialización de Vizcaya, Barcelone, Crítica, 1998.

7 Sur ces écoles, cf. CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 246 et p. 498.

8 Sur les barracones, cf. FUSI J.P., Politica obrera en el Pais Vasco, (1880-1923), Bilbao, 1975 et CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 847.

9 Archives de La Unión. Libro de Actas del Ayuntamiento, séances des 12 et 26 juin 1899. Cf. aussi CHASTAGNARET G, L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 841-843.

10 Chiffres tirés des Censos des années correspondantes.

11 Il s’agit du hameau de Roche. Cf. CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 856.

12 Sur les relations sociales dans les Asturies, cf. SHUBERT A., Hacia la Revolución. Orígenes sociales del movimiento obrero en Asturias, 1860-1934, Barcelone, Crítica, 1984.

13 Sur l’éducation à La Unión, cf. RAULINE S., L’enseignement à La Unión, mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1999.

14 Sur la sociabilité et les fêtes dans les cités minières, cf. CHASTAGNARET G, «Les divertissements dans les cités minières espagnoles à la fin du xixe siècle et au début du xxe », in MAURICE J., MAGNIEN B. et BUSSY GENEVOIS D. (éds), Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemporaine, Saint Denis, 1990, p. 85-117, et CHASTAGNARET G., L’Espagne puissance minière..., op. cit., p. 859-862.

15 Cf. SAEZ GARCÍA A., Libro de La Unión, biografia de una ciudad alucinante, Murcie, 1957, p. 194-195.

16 Linares a vu notamment apparaître, après la première guerre mondiale, des fabrications mécaniques, comme la Société Santa Ana.

17 Cf. CHASTAGNARET G., « L’industrie en Méditerranée : une histoire en construction », in Méditerranée, n° 3-4, 1997, p. 5-22.

Auteur

Université de Provence – UMR TELEMME

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable