Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Institutions et valeurs

Le district industriel de Manchester de 1750 à 1939 : grappes d’entreprises, réseaux et réalisations1

John Wilson et John Singleton

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’appuie sur WILSON J.F. & POPP A. (ed.), Clusters and Networks in English Indu (...)
  • 2 Pour un survol de l’histoire de Manchester, cf. KIDD A., Manchester, Keele, 1993.
  • 3 FARNIE D.A., The English Cotton Industry and the World Market, 1815-1896, Oxford, 1979.

1Lorsque la Grande-Bretagne commença à émerger dans le monde comme la « first industrial nation », l’un de ses principaux foyers de dynamisme se trouvait dans le nord-ouest du pays, dans une région de 25 miles environ autour de la ville de Manchester2. On y trouvait un district industriel servant de base à une industrie cotonnière qui possédait déjà les caractéristiques d’une production de type moderne et qui stimulait le développement d’une large gamme d’industries complémentaires et de services3. Au centre de cette activité, une communauté entrepreneuriale procurait aux hommes d’affaires non seulement les facteurs de production dont ils avaient besoin, mais aussi le dynamisme et une position dominante. Le problème fondamental est cependant de savoir dans quelle mesure cet apport put être préservé face aux nouveaux défis apparus à partir des années 1890.

  • 4 SWANN G.M., « Towards a model of clustering in high-technology industries », in SWANN G.M., PREVEZ (...)

2Cette communication repose essentiellement sur la typologie du cycle de vie régional due à Swann dont on rappellera d’abord le contenu4. Pour ne pas l’allonger démesurément, seules les étapes du « démarrage » et de la « saturation » seront examinées avec quelque détail. L’étape du « démarrage » permettra de faire ressortir à la fois les raisons essentielles de la prééminence du district industriel de Manchester à partir de 1770 et la manière dont le concept de « compétition coopératrice », emprunté à Foucauld, rend compte de sa durée de fonctionnement. Puis, avec l’étape de la « saturation », on examinera le problème de la capacité du réseau à faire face aux grandes remises en cause d’origine externe. On se demandera pour finir si des changements plus profonds n’auraient pas dû y être apportés et de la part de quels acteurs.

La typologie du cycle de vie

  • 5 Ibid.
  • 6 OLSON M., The Rise and Decline of Nations : Economic Growth, Stagflation and Social Rigidities, 19 (...)

3Pour notre étude du district industriel de Manchester, la typologie du cycle de vie due à Swann est fondamentale5. Elle fournit une description facilement utilisable des étapes par lesquelles de nombreux districts industriels sont passés, malgré certaines exceptions qui empêchent de la généraliser. Comme le montre la figure 1, le cas de Manchester de 1750 à 1939 y correspond bien. On peut en conclure que, même si les firmes purent bénéficier d’importantes économies externes, grâce aux disponibilités en travail, capital et esprit d’entreprise, cela ne dota pas nécessairement la région d’une capacité à faire face aux changements extérieurs. Bien au contraire, le processus d’évolution recèle des dangers qui sont tout aussi nombreux que ses avantages. Des « déséconomies d’agglomération » surgissent, par exemple de l’incapacité du district à surmonter aussi bien les pressions d’origine externe que les difficultés internes dues à ce qu’Oison appelle la « sclérose institutionnelle »6.

  • 7 SWANN G.M., « Towards a model (...) », op. cit., p. 54-55.
  • 8 LANGLOIS R.N. et ROBERTSON P., Firms, Markets and Economic Change, Routledge, 1995, p. 124-127. No (...)

4Un autre point important est l’opinion de Swann selon laquelle, lorsque l’étape de la « saturation » survient, les grappes d’entreprises doivent se diversifier plutôt que tenter de rivaliser avec des districts industriels rivaux7. Cela souligne à quel point il est important que, dans son « mode de fonctionnement », selon la terminologie de Langlois et Robertson, le réseau puisse transmettre à la communauté entrepreneuriale des signaux appropriés pour qu’elle adopte une stratégie lui permettant un véritable rétablissement, et ne s’attache pas de façon persistante au passé8. Durant cette étape, la communauté entrepreneuriale est soumise à des influences extérieures. Elle doit s’y adapter harmonieusement, quitte à perdre l’esprit de coopération qui prévalait jusque là en son sein. Nous y reviendrons plus loin. Mais il nous faut d’abord comprendre pourquoi Manchester devint un centre industriel aussi important en un moment où des opportunités nouvelles surgissaient dans l’économie britannique.

L’étape du décollage et les agents du changement à Manchester

  • 9 Pour une analyse géographique plus complète, cf. FARNIE D.A., « The cotton towns of Greater Manche (...)

5Située à la confluence de la Mersey et de l’Irwell, la ville de Manchester se blottit au pied de la Chaîne pennine à l’extrémité sud du Lancashire. Son hinterland naturel et économique inclut les villes du nord du Cheshire, notamment Stockport, ainsi que tout le sud du Lancashire, mais ne comprend pas l’estuaire de la Mersey9. Même si certains ont prétendu que le climat était alors important pour le développement de la filature du coton, les raisons de la prééminence de Manchester n’ont, en fait, que peu de rapports avec les facteurs atmosphériques.

6Si l’on résume les facteurs dont l’accumulation a stimulé la croissance de Manchester au xviiie et au début du xixe siècle, on peut énumérer :

  • la proximité d’un port international, Liverpool ;
  • le développement précoce d’une production textile (toiles et futaines), ainsi que de la fabrication de machines ;
  • la construction d’une infrastructure de transports développée (routes, canaux et, en 1830, le premier chemin de fer du monde ouvert au trafic commercial) ;
  • les disponibilités en main d’œuvre qualifiée et non-qualifiée ;
  • la croissance rapide d’un grand gisement charbonnier ;
  • et, par-dessus tout, la compétence professionnelle et les ressources d’une communauté commerçante locale (incluant notamment la finance, les connaissances et les relations sociales).

Figure 1 : Le cycle de vie du district industriel de Manchester

  • 10 L’expression « agents du changement » est empruntée à PETTIGREW A., The Awakening Giant. Continuit (...)

7Compte tenu de l’importance du dernier point, il convient de voir comment les marchands de Manchester ont été les agents du changement, faisant du cœur du Nord-Ouest de l’Angleterre un district industriel majeur10.

  • 11 Illustrated London News, 4 juillet 1857, p. 13.
  • 12 FARNIE D.A., « The cotton towns (...) », op. cit, p. 20.
  • 13 LLOYD-JONES R. et LEWIS M.J., Manchester and the Age of Factory: The Business Structure of Cottono (...)
  • 14 CHAPMAN S.D., The Rise of Merchant Banking, George Allen & Unwin, 1984, p. 4-9.

8Certes, Manchester a toujours été décrite comme la ville manufacturière par excellence, comme le montre par exemple la fameuse lithographie reproduite dans les Illustrated London News le 4 juillet 1857, avec la centaine de cheminées d’usines déversant sur la ville une épaisse fumée noire11. Vers 1850, Manchester était en effet la plus grande ville cotonnière du monde12. Mais, comme l’ont montré Lloyd-Jones et Lewis, sa fortune reposait encore beaucoup plus sur des opérations commerciales et financières, des activités de transports que sur l’industrie proprement dite13. En 1825, alors que l’industrie cotonnière représentait 12 % du capital investi à Manchester, les dépôts commerciaux comptaient pour 43 % du total. Davantage encore : ce n’étaient pas seulement les marchands du Nord-Ouest anglais qui ouvraient ces dépôts à Manchester, mais aussi des négociants de l’ensemble du pays, notamment de Londres, de Bristol, de Glasgow, ainsi que d’Europe continentale et des États-Unis, ce qui montre combien la communauté marchande locale était cosmopolite dans sa composition et ses relations d’affaires14.

  • 15 FARNIE D.A., The English Cotton Industry (...), op. tit, p. 2-10.
  • 16 SCOTT A.J., Regions and the World Economy, Oxford, 1998, p. 389-390.
  • 17 TIMMINS G., Made in Lancashire. A History of Regional Industrialisation, Manchester, 1998, p. 85.

9Si les marchands étaient les agents essentiels du changement dans le district, c’est bien le coton qui fournissait la base de sa rapide expansion depuis la fin du xviiie siècle. Dès le début du xviie siècle, la communauté marchande avait acquis une grande expérience dans la production et la distribution de toiles et de futaines, accédant ainsi à la « masse critique » requise pour le premier stade du développement15. Si l’on suit l’opinion de Scott sur le processus, à partir du moment où la filature du coton devint économiquement praticable, grâce aux innovations techniques survenues entre 1770 et 1790, cela procura le stimulus requis pour le démarrage, attirant un nombre toujours grandissant de fournisseurs, de sous-traitants et de fabricants dans la ville même et dans ses alentours16. On peut apprécier la croissance grâce au chiffre des importations anglaises de coton brut. En 1772-1774, elles représentaient en moyenne annuelle 4,2 millions de pounds, en 1839-1841, elles étaient montées à 452 millions, l’essentiel étant destiné au Lancashire17. Durant cette période, il importe de souligner que ce sont les marchands et les négociants qui contrôlaient cette industrie et du même coup tenaient sous leur coupe la région toute entière.

  • 18 PEASON R., « Fire insurance and the British textile industries during the Industrial Revolution », (...)
  • 19 CHAPMAN S.D., « The commercial sector », in ROSE M.D. (ed.), The Lancashire Cotton Industry. A His (...)

10C’est également cette communauté marchande qui permit à Manchester de devenir un centre financier majeur, grâce aux services d’assurances fournis par les marchands les plus importants de la ville, qui servaient d’agents aux grandes compagnies londoniennes comme Norwich General, Sun, Royal Exchange, Phoenix18. À partir de 1771, les banques firent leur apparition dans la ville, développant leur activité dans tout le Nord-Ouest. Elles étaient particulièrement importantes pour le crédit commercial qui se trouvait alors au cœur même du développement industriel. En 1836, des Bourses de valeurs mobilières s’ouvrirent à Manchester et à Liverpool. Mais elles étaient plus particulièrement destinées aux besoins de la construction de chemins de fer et d’autres services publics19.

  • 20 MUSSON A.E. & ROBINSON E., Science and Technology in the Industrial Revolution, Manchester, 1969, (...)

11Tout comme il serait erroné de voir dans Manchester une ville seulement industrielle, on ne saurait ranger le Nord-Ouest parmi les régions de monoindustrie cotonnière. Comme le monte la figure 1, des branches d’activité complémentaires apparaissent forcément dans un district industriel, étant donné les disponibilités en facteurs de production et les marchés existants pour les entrepreneurs. Dans le cas de Manchester et du Nord-Ouest, cela mena à un rapide développement de la construction de machines, à partir d’une tradition artisanale liée à l’horlogerie. Vers 1820, comme l’ont montré Musson et Robinson, cette branche était déjà en place, avec des noms comme William Fairbairn, James Nasmyth, Joseph Whitworth, Richard Roberts, tous pionniers dans l’introduction de techniques et de machines nouvelles20. On peut même dire que ce fut dans les ateliers de Manchester, et non dans les usines américaines d’armement ou de construction automobile, qu’est apparue la technique de la production industrielle de masse. Aussi, Manchester devint le plus grand centre britannique pour la construction de machines, dépassant dans les années 1820 Birmingham et Londres et se maintenant à ce rang pendant au moins un siècle.

  • 21 KIDD A., « Introduction : the middle classes in nineteenth century Manchester », in KIDD A. et ROB (...)

12Durant cette étape, il suffit d’insister sur l’importance de ce secteur dans la croissance de l’industrie cotonnière, étant donné l’expérience acquise par le district dans la conception et la production d’une gamme complète de machines pour l’industrie textile. Cela eut un effet multiplicateur inestimable pour l’expansion de l’industrie cotonnière. De plus, cette dernière attira dans le Nord-Ouest certaines firmes d’importance mondiale. La manufacture de caoutchouc Charles Mackintosh y obtint de remarquables succès. En 1856, après que William Perkin eut obtenu de l’aniline à partir du goudron, on vit apparaître une industrie des colorants, avec des firmes comme la Clayton Aniline Company et Levinstein qui fournissaient aux industriels du coton leurs produits ainsi que d’autres produits chimiques. D’autres spécialisations se développèrent aussi, comme le blanchiment des étoffes, tandis qu’en 1911 plus de 40 000 personnes étaient employées dans l’industrie de la confection21.

  • 22 JACOBS J., The Economy of Cities, California, 1969.
  • 23 TIMMINS G., Made in Lancashire (...) op. cit., p. 299-309.

13Le fait que Manchester avait une production largement diversifiée contredit l’affirmation de Jane Jacobs selon laquelle, à la différence de Birmingham, Manchester dépendait trop largement du coton22. En réalité, avec tout un ensemble de, selon sa propre expression, « laboratoires de développement » dans différents secteurs, Manchester bénéficia significativement de toutes les industries nées après 1790. Cette diversité ne lui était d’ailleurs pas propre. Dans des villes comme Oldham, Stockport, Bolton, Blackburn, Preston, la fabrication de machines devint aussi un gros employeur. Une grande partie de cette activité était destinée à l’équipement de l’industrie textile, un domaine dans lequel des firmes de réputation mondiale comme Platt Brothers, à Oldham, jouaient un rôle déterminant, permettant ainsi au Lancashire de fournir les usines du monde entier. Les constructeurs de machines du Nord-Ouest étaient ainsi surtout compétitifs dans ce qu’on l’on pourrait appeler les technologies « first industrial », procurant jusqu’en plein xxe siècle à la population locale une source majeure d’emploi23.

Le réseau

  • 24 FARNIE D.A., « The cotton towns (...) », op. cit., p. 20; HOWE A. « The business community », in R (...)

14Les deux institutions centrales qui coordonnaient les activités de la communauté marchande du Nord-Ouest étaient le Royal Exchange et la chambre de commerce de Manchester. Le Royal Exchange avait une place centrale dans le négoce des produits cotonniers et de maintes autres marchandises fabriquées dans la région24. Il naquit à partir d’un marché au coton informel qui s’était développé peu à peu dans les cafés et les tavernes autour de Market Street à partir des années 1720. En 1809, la communauté marchande, incluant les fabricants de teintures et d’équipements textiles, finança la construction d’un bâtiment spécifique. L’Exchange était avant tout essentiel pour tous les aspects du négoce du coton. Une fréquentation personnelle régulière ou l’envoi d’un représentant spécialisé était indispensable pour tous ceux qui étaient concernés par cette activité. Pour manifester cette importance, on adjoignit à son nom l’adjectif « Royal » en 1851. Puis, en 1874, on y adjoignit de nouveaux aménagements pour recevoir les milliers de firmes de Grande-Bretagne, d’Europe continentale et des États-Unis qui y participaient et y traitaient régulièrement leurs affaires.

  • 25 REDFORD A., Manchester Merchants and Foreign Trade, Manchester, 1956, p. 73.
  • 26 LLOYD-JONES R. « Merchant city. The Manchester business community, the trade cycles and commercial (...)

15La chambre de commerce de Manchester rivalisait avec le Royal Exchange en moyens d’influence et en pouvoirs d’interventions pour promouvoir les intérêts de la ville. Née en 1820, d’abord cantonnée au commerce local, elle devint peu à peu un véritable Parlement où se retrouvaient les élites économiques locales. Même si ses membres, passés de 150 en 1825 à plus de 350 en 1860, étaient dominés par les représentants de l’industrie cotonnière, et plus particulièrement par les négociants, la chambre rapprocha les unes des autres les élites de la plupart des industries et des activités de services locales. Elle facilita l’échange d’informations et permit la discussion de nombreuses questions25. Il serait excessif de prétendre qu’une opinion « manchestérienne » cohérente s’y élaborait, car la chambre se trouvait impliquée dans de multiples campagnes qui parfois, dans les temps difficiles, débouchaient sur un appel aux pouvoirs publics. Il reste que, indépendamment de son opposition à la réglementation du travail dans les années 1830-1840 lorsqu’il s’agissait de politique commerciale, c’est bien dans cette enceinte qu’apparut l’école économique manchestérienne, autour du libre échange et de la volonté de limiter les interventions de l’État dans la marche de l’économie. Les fondateurs de l’Anti-Corn Law League, Richard Cobden et John Bright, étaient d’éminents hommes d’affaires et hommes politiques de Manchester26.

  • 27 MARSHALL L.S., « The emergence of the first industrial city: Manchester, 1780-1850», in WARE C.F. (...)
  • 28 HOWE A., « The business community », op. cit., p. 105.
  • 29 MARSHALL A., Industry and Trade, Macmillan, 1919, p. 599-603.

16Jusqu’à la fin du xixe siècle, le Royal Exchange et la chambre de commerce furent des institutions fondamentales pour coordonner les évolutions survenues dans le Nord-Ouest de l’Angleterre. Pour reprendre les conclusions de Marshall : « Manchester était à cette époque bien plus qu’une simple ville manufacturière. C’était une métropole industrielle, la capitale d’un empire marchand qui s’étendait sur le monde entier »27. De manière intéressante, Howe décrit aussi les activités du Royal Exchange comme « un mélange de compétition et de collégialité », tant y étaient intenses les relations commerciales qui s’y nouaient28. Les plus grandes entreprises entretenaient des rapports avec un nombre restreint de sous-traitants et de fournisseurs, ce qui montre que, même si le marché cotonnier demeurait hautement concurrentiel, il ne fonctionnait pas d’une manière aussi impersonnelle qu’Alfred Marshall voulait le faire croire29.

  • 30 Mc GOVERN S. & MOTTIAR Z., « Co-operative competition : a Foucauldian perspective », in Dublin Cit (...)
  • 31 HERRIGEL G. « Power and the redefinition of industrial districts », in GRABHER G. (ed.), The Embed (...)

17La collégialité qui caractérisait les activités du Royal Exchange révèle une dimension essentielle du mode de fonctionnement du district : ce que Mc Govern et Mottiar appellent un système fondé sur « la compétition coopératrice »30. Cette expression se réfère au concept de réseau emprunté à Foucauld, où coexistent coopération et compétition, en une volonté de partager les pouvoirs. On retrouve ici un phénomène analogue à celui qu’a décrit Herrigel dans son étude sur les districts industriels du Bade-Wurtemberg31. Chaque sous-groupe est relié aux autres de manière si étroite que le groupe dominant accepte de travailler à la promotion de la compétitivité commune. Ceci débouche sur un pouvoir collectif, au sens de Foucauld : le pouvoir est le réseau lui-même. Toutes les firmes agissant selon des normes établies et des procédures acceptées par tous, elles se trouvent insérées dans un système socioculturel local, souvent renforcé par des alliances matrimoniales, créant un degré de régulation qui limite l’activité de chacune. C’est ce qui a fourni aux firmes la possibilité de se spécialiser dans l’un des aspects seulement de l’industrie cotonnière, car de substantielles économies externes étaient présentes. Les maigres indications disponibles suggèrent que, pour atteindre ce haut degré de spécialisation, depuis le négoce du coton brut jusqu’à la vente des tissus, ce sont les transactions basées sur le marché qui offraient le plus d’avantages, alors qu’une intégration verticale aurait comporté des dangers. Ceci montre les profits retirés de la « compétition coopératrice », lorsque le pouvoir est partagé entre tous les membres du réseau et qu’ils en bénéficient aussi longtemps que le système demeure en état de fonctionnement.

  • 32 STABER U., « The social embeddedness of industrial district networks », in STABER U., SCHAEFER N. (...)
  • 33 Pour une étude des réseaux sociaux et politiques à Manchester, cf. GATRELL V.A.C., The commercial (...)
  • 34 WALTON J.K., Lancashire. A Social History, 1558-1939, Manchester, 1987, p. 129.
  • 35 JOYCE P., Work, Society and Politics, Harvester, 1980, p. 9-12.

18La référence à la théorie de Foucauld est ainsi utile pour comprendre le fonctionnement de la coopération entre les entreprises du Nord-Ouest. On retrouve une fois de plus ce que Staber considérait comme « la caractéristique essentielle du modèle du district industriel : le fait que les firmes y sont insérées dans une structure sociale distincte »32. Dans le cas de Manchester, la communauté entrepreneuriale n’était pas seulement soudée par les valeurs du Royal Exchange, mais aussi par de fortes convictions religieuses et idéologiques33. De plus, « cette importante catégorie sociale constituée par les industriels liés à la gentry », pour reprendre la terminologie de Walton, était tellement liée aux grandes familles du Nord-Ouest qu’un vaste système de parenté y était en place dès le début du xixe siècle34. Des dynasties étaient solidement liées les unes aux autres, renforçant ainsi le mode de fonctionnement du réseau35.

  • 36 ROSE M.E., « Culture, philanthropy and the Manchester middle classes », in KIDD A. & ROBERTS K. (é (...)

19Ce sont aussi les hommes d’affaires placés au cœur de ces réseaux qui créèrent d’autres institutions caractéristiques, comme la Manchester Literary & Philosophical Society (1781), la Portico Library (1806), la Royal Manchester Institution (1825), la Manchester Statistical Society (1834), ainsi qu’un grand nombre de fondations charitables et philanthropiques. Il y eut également des créations dans le domaine de l’éducation, comme le Mechanics’Institute (1824), Owen’s College (1851) et la Manchester Technical School (1882), montrant l’importance attachée au développement de l’instruction technique. Même si des contemporains comme Gaskell et Engels ont dépeint les hommes d’affaires de Manchester, et plus largement ceux du Nord-Ouest, sous des traits très cruels, il est clair que, loin de ne s’intéresser qu’au profit, la plupart d’entre eux souhaitaient apporter quelque chose à la vie culturelle locale et à la formation du savoir humain36.

Le défi du changement

20Après avoir décrit les traits fondamentaux du district industriel de Manchester, il faut à présent expliquer pourquoi, à partir des années 1890, les activités les plus anciennes commencèrent à péricliter. À cette époque, Manchester avait quitté l’étape que Swann appelle « l’apogée » et rentrait dans celle de la « saturation » (cf. figure 1). Alors que la première avait permis une considérable expansion de la production et des exportations de l’industrie cotonnière, la seconde vit apparaître non seulement des déséconomies comme le prix croissant des terrains industriels et de la main-d’œuvre, mais aussi une intensification de la compétition internationale, en particulier sur les marchés d’outre-mer. Ces facteurs posaient des questions fondamentales pour la poursuite de l’activité. De plus, la « seconde révolution industrielle », avec l’électricité, les produits chimiques de synthèse et le moteur à combustion interne, procurait à l’économie mondiale de nouvelles occasions d’investir, ruinant les technologies plus anciennes qui dominaient au sein du district industriel de Manchester. Enfin, la première guerre mondiale eut un effet dévastateur sur les marchés d’exportation traditionnels de la Grande-Bretagne, ce qui affecta directement après 1918 des activités comme l’industrie cotonnière, la construction de machines et l’extraction charbonnière. Comment la communauté entrepreneuriale de Manchester allait-elle faire face à de tels défis ? Resterait-elle attachée à ses activités traditionnelles ou se reconvertirait-elle vers celles qui se développaient dans des pays comme les États-Unis et l’Allemagne ? Ceci pose la question déjà abordée précédemment, relative à la nécessité pour un district industriel de se diversifier s’il veut continuer à progresser. Comme nous le verrons, même si certaines initiatives remarquables furent prises par la communauté entrepreneuriale de Manchester, il est clair que la diversification ne fut réalisée qu’à contrecœur, ce qui limita ainsi les capacités du district à survivre aux attaques du premier xxe siècle.

  • 37 WILSON J.F., British Business History, 1720-1994, Manchester, 1995, p. 108.
  • 38 FARNIE D.A. & ABE T., « Japan, Lancashire and the Asian market for cotton manufactures, 1890-1990  (...)
  • 39 BROADBERRY S. & MARRISON A.J., « External economies of scale and the Lancashire cotton industry, 1 (...)

21Confrontés à une compétition croissante et à de rapides changements technologiques, les industriels du coton adoptèrent souvent une stratégie consistant à s’associer dans des regroupements de caractère défensif. Tout d’abord, pour s’opposer à la montée en puissance du syndicalisme ouvrier, des associations patronales se formèrent. Puis les mêmes entrepreneurs constituèrent des cartels pour maintenir des prix élevés et limiter les effets de la concurrence étrangère. Même si, ensuite, ces cartels débouchèrent sur des fusions, ils ne purent résoudre le problème fondamental posé par le déclin de la compétitivité37. Les avantages de coûts et la supériorité technologique dont disposaient les rivaux, japonais notamment, étaient si marqués qu’il est d’ailleurs vraisemblable que même des fusions précoces n’auraient pas permis d’éviter la perte de nombreux marchés étrangers38. De plus, comme l’ont souligné Broadberry et Marrison, toute rationalisation faisant disparaître les économies externes associées au haut degré de spécialisation aurait ruiné la compétitivité de l’activité cotonnière39.

  • 40 WALTON J.K., Lancashire (...), op. cit., p. 129.
  • 41 TIMMINS G., Made in Lancashire (...), op. cit., p. 206-209.

22L’échec des fusions des années 1890 était caractéristique de ce que nous appellerons le défaut fondamental du mode de fonctionnement du réseau entrepreneurial. Ses membres étaient incapables de répondre de manière efficace aux informations leur parvenant sur les tendances du marché mondial et les mutations technologiques. Il est possible qu’en cette période de « saturation », les institutions et les liaisons établies précédemment aient commencé à s’éroder. Les liens de toute nature, sociaux, politiques, religieux, matrimoniaux, soudant ensemble la communauté entrepreneuriale du Nord-Ouest étaient pourtant si nombreux que l’on ne pouvait guère s’attendre à une évolution de cette sorte40. Pourtant, le déclin de l’esprit de compétition suggère que le réseau était en train de se scléroser, limitant ainsi les capacités du district à faire face aux nouveaux défis. Ce fut le cas plus particulièrement de l’industrie cotonnière qui préféra poursuivre ses activités traditionnelles, tandis que les nouvelles industries (moteurs électriques, automobiles, chimie de synthèse, petite mécanique, aéronautique) ne parvinrent pas à se développer dans le Nord-Ouest aussi rapidement que dans les autres régions britanniques ou dans le reste du monde41.

  • 42 Ces innovations sont décrites en détail par FARNIE D.A., The Manchester Ship Canal and the Rise of (...)

23Malgré ces aspects négatifs, il ne faut pas oublier que les hommes d’affaires de Manchester furent à l’origine de deux initiatives remarquables, le canal maritime de Manchester, ouvert en 1894, et la première zone industrielle du monde, Trafford Park42. La rivalité avec Liverpool jouait alors un rôle déterminant dans les préoccupations de Manchester, ce qui explique une solution qui, certainement, réduisit la capacité du Nord-Ouest à conserver en son sein un consensus sur la politique économique. En 1891, la Manchester City Corporation décida d’investir 5 millions de livres dans la construction du canal maritime, pour assurer à la ville un accès indépendant à la mer. C’est également en 1894 que Manchester fonda sa propre Cotton Association, rivale de celle de Liverpool qui, jusque là, avait toujours contrôlé l’importation de coton brut. Elle ne parvint pas à détrôner Liverpool, mais exprimait le désir de la communauté marchande d’améliorer ses approvisionnements en coton grâce à des lignes régulières de navires à vapeur.

  • 43 FARNIE D.A., The Manchester Ship Canal (...), op. cit., p. 129.
  • 44 STREAT Sir R., Lancashire and Whitehall: The Diary of Sir Raymond Streat, 2 vol, édités par M. Dup (...)

24Tandis que le canal maritime renforçait la position de Manchester comme pivot du Nord-Ouest anglais, Trafford Park devait favoriser l’émergence d’un nouvel ordre industriel presque complètement différent de celui de Cottonopolis. À la veille de la première guerre mondiale, les firmes qui y étaient établies contrastaient fortement avec les vieilles entreprises familiales de l’industrie cotonnière et de la construction de machines. Il s’agissait de « sociétés recourant à la technologie la plus moderne, à des méthodes de production très capitalistiques et à une main d’œuvre qualifiée »43. Les filiales de sociétés américaines affluaient : une centaine environ s’y étaient établies en 1915 dont, parmi les plus importantes, British Westinghouse depuis 1899 et Ford Motor C° depuis 1910. Trafford Park occupait une place très inhabituelle dans l’industrie du Nord-Ouest, soulignant par-là son manque persistant de diversification de cette industrie jusqu’aux années 1930. Comme l’explique Sir Raymond Streat dans son fameux journal, même lorsqu’elles furent confrontées à un effondrement catastrophique de la demande de produits cotonniers à partir de 1920, les élites patronales régionales continuèrent à voir dans l’industrie cotonnière l’activité fondamentale, et dans la diversification un pis-aller44.

  • 45 Chiffres tirés de FANIE D.A. & ABE T., « Japan, Lancashire and the Asian market (...) », op. cit., (...)

25Dans ce contexte, l’un des faits les plus importants fut sans doute l’énorme boom des investissements dans le coton juste après la guerre. Il eut deux conséquences : d’abord, la plus grande partie des investissements étant financée à crédit, les banques y gagnèrent un rôle majeur dans le processus de décision ; ensuite, il suscita à la fois une consolidation et un changement dans la propriété, certaines des plus vieilles familles cotonnières réalisant leurs avoirs et se retirant sur la côte de la Fylde. De fait, le boom d’après-guerre fut de très courte durée : après avoir atteint 1 726 millions de pounds, la consommation de coton brut retomba à 1066 millions dès 1921, à comparer au niveau de 1913 (2178 millions)45. La principale raison de ce recul par rapport à l’avant-guerre était l’effondrement des exportations sur des marchés essentiels comme l’Inde et l’Extrême-Orient, les industries locales accroissant leur part aux dépens du Lancashire. En 1937, les exportations britanniques de cotonnades, avec 1 921 millions de square yards, ne représentaient plus que 30 % de leur moyenne d’avant-guerre (6 476 millions en 1909-1913).

  • 46 HIGGINS D. & TOMS S., « Capital ownership, capital structure and capital markets: financial constr (...)

26Il y aurait beaucoup à dire sur le déclin de la production cotonnière durant l’entre-deux-guerres compte tenu de l’énorme masse des publications qui ont été consacrées à ce sujet. Bornons-nous à souligner l’importance déterminante qu’eut le fait que le boom d’après-guerre ait été financé à crédit. Comme l’expliquent Higgins et Toms : « Sans ressources financières appropriées, les avancées technologiques étaient, pour les entreprises du Lancashire, toujours une menace et jamais une chance »46. Le changement de propriété et la plus grande implication d’une communauté bancaire très conservatrice diminuèrent les capacités de l’industrie à faire face au défi de la compétitivité et du progrès technique. En 1929, la Banque d’Angleterre intervint et persuada les firmes de filature de participer à deux regroupements : la Lancashire Cotton Corporation pour la filature ordinaire et Combined Egyptian Mills Ltd. pour la filature de qualité. Néanmoins, la rationalisation des capacités de production se faisait au coup par coup, ce qui prouve que le réseau entrepreneurial ne parvenait pas à faire passer le message adéquat à la branche en difficultés.

  • 47 SINGLETON J., Lancashire on the Scrapheap. The Cotton Industry, 1945-1970, Oxford, 1991, p.1-5.

27En un certain sens, cette explication de l’incapacité de l’industrie cotonnière à adopter le ring spinning et le tissage automatique s’oppose à celle qui voit dans le manque d’esprit d’entreprise la cause des difficultés. Le problème essentiel résidait plutôt dans le réseau entrepreneurial et dans le fait que celui-ci ne parvenait plus à maîtriser ses propres destinées, car des influences extérieures comme celles de la Banque d’Angleterre et des financiers de Londres avaient ruiné l’équilibre qui, dans le passé, représentait la caractéristique majeure du développement économique régional. Les industriels du coton étaient contraints de se soumettre à la puissance des sociétés par actions qui résulta du boom spéculatif de 1918-1920. Ils refusèrent de soutenir la proposition de Raymond Streat de former la Lancashire General Industries Investment Corporation, prétendant qu’ils avaient déjà fait leur possible pour diversifier les bases de l’industrie régionale. Lorsqu’intervint le Spindles Act en 1936 qui prévoyait de mettre au rebut 6 millions de broches, l’industrie cotonnière était dans un état de langueur tel qu’il aurait fallu bien davantage pour résoudre ses problèmes les plus graves47.

  • 48 HEIM C., « Industrial organisation and regional development in interwar Britain », in Journal of E (...)

28Même lorsque fut fondé la Lancashire Industrial Development Corporation (L.I.D.C.) en 1931, au cours d’une autre dépression majeure, cela ne put se faire qu’après que le conseiller principal du gouvernement pour les problèmes industriels, Sir Horace Wilson, eut réussi à convaincre les factions rivales de Liverpool et de Manchester de coopérer. Il s’agissait d’inciter de nouvelles entreprises à s’installer dans la région, notamment des firmes américaines ou d’Europe continentale disposant de nouvelles technologies. Mais, loin d’être sensibles à l’attractivité du Nord-Ouest, la plupart des arrivants cherchaient en fait à contourner les barrières douanières élevées créées en 1932 par le gouvernement. Heim a pu montrer que la majorité des firmes étrangères ayant recouru à l’aide de la L.I.D.C. durant les huit années suivantes auraient décidé de s’implanter de toute façon, même en l’absence de cet organisme, étant donné les opérations similaires faites dans d’autres régions48. Comme l’avait déjà montré l’expérience de Trafford Park, les firmes multinationales voyaient dans le Nord-Ouest une région intéressante pour leurs filiales, prouvant ainsi l’existence d’un véritable potentiel que la communauté d’affaires locale ne parvenait pas à exploiter.

  • 49 TIMMINS G., Made in Lancashire (...), op. cit, p. 275-295.

29Enfin, il faut souligner que le coton n’était pas le seul secteur à souffrir de cette atrophie progressive. La construction de machines s’était développée de manière indépendante depuis les années 1820, fournissant des locomotives, machines outils et biens d’équipement de toute sorte, issus d’usines originellement consacrées aux machines pour l’industrie textile49. Pourtant, exactement les mêmes problèmes que ceux qui assaillaient cette dernière affaiblirent peu à peu, à partir de 1880, la construction de machines : âpreté de la concurrence internationale, rapidité du progrès technique, difficultés rencontrées sur les marchés étrangers du fait du protectionnisme et du développement des productions locales. Ce sont aussi des stratégies analogues à celles de l’industrie cotonnière qui furent mises en œuvre pour tenter de les surmonter, notamment la spécialisation dans certains types de machines. Des fusions importantes eurent lieu, par exemple en 1897 entre Whitworth’s et Armstrong, la firme de Newcastle. Mais la gestion du groupe qui en résultait était si médiocre qu’il fut, en 1930, absorbé par la firme de sidérurgie et de construction de machines Vickers, située à Sheffield. La spécialisation demeura néanmoins un choix privilégié pour la plupart des constructeurs du Nord-Ouest. Pourtant les machines produites à Manchester étaient de moindre qualité que celles originaires des États-Unis ou du reste de l’Europe occidentale.

Conclusions

  • 50 SWANN G.M., « Towards a model (...) », op. cit., p. 52-55.
  • 51 SCOTT A.J., « The geographic foundations of industrial performance », in CHANDLER A.D. jr, HAGSTRO (...)

30Étudier le premier district industriel du monde permet d’observer de façon privilégiée que la combinaison d’externalités et d’effets d’agglomération a permis de constituer à Manchester un environnement très dynamique dont bénéficièrent les premières générations entrepreneuriales. Le district de Manchester est passé par plusieurs étapes qui correspondent bien à celles décrites par Swann : masse critique (1720-1780), décollage (1780-1850), apogée (1850-1880), enfin saturation (1880-1960)50. De même la description donnée par Scott du processus d’évolution d’un système économique régional se reflète bien dans l’histoire du district depuis la fin du xviiie siècle51. Il est néanmoins évident qu’à partir des années 1920, le réseau entrepreneurial régional n’était plus assez puissant pour maîtriser sa propre destinée, tant était grande la force de défis extérieurs comme la concurrence internationale et le changement technologique.

31Comme nous l’avons vu plus haut, la communauté d’affaires de Manchester ne lutta que faiblement lorsque le district parvint à l’âge de la saturation après 1920. On peut même parler d’une retraite industrielle rapide après la première guerre mondiale. Certes, le mode de fonctionnement d’un réseau entrepreneurial, fait d’habitudes, de traditions et de routines, ne peut disparaître que difficilement, surtout lorsque, comme à Manchester, il a existé durant plus d’un siècle et a permis une longue période de croissance et de création de richesses. Le boom des investissements en 1918-1920 semblait reproduire des phases précédentes du cycle où, au xixe siècle, des périodes de récupération succédaient à des effondrements. Mais, à partir du moment où les principales institutions financières du pays furent fortement impliquées dans l’industrie cotonnière, cela tarit les ressources locales en capital et empêcha les initiatives, surtout dans le contexte mondial très incertain des années 1920 et du début des années 1930. Il est également clair que les banques ne parvinrent pas à mettre en œuvre une rationalisation radicale d’une industrie qui avait pourtant besoin de complète réfection. Même quand la communauté locale, avec une substantielle aide extérieure de la part du gouvernement et de celle de la Banque d’Angleterre, accepta d’entrer dans des institutions comme la L.I.D.C. (1931), la Lancashire Cotton Corporation et Combined Egyptian Mills (1929), la région continua à subir de graves difficultés. Le réseau entrepreneurial dynamique qui avait permis de créer et de développer le premier district industriel moderne du monde s’était désormais fossilisé et présentait d’indéniables symptômes de sclérose, contrecarrant les efforts de ceux qui, comme Raymond Streat et J.M. Keynes, réclamaient de nouvelles stratégies de développement.

  • 52 WILSON J.F., Ferranti. A History. Building a Family Firm, 1882-1975, Carnegie, 2000, p. 241-265.
  • 53 HIGHAM R. & DAVENPORT-HINES R.P.T., « J.D. Siddley », in Dictionary of Business Biography, vol. 5, (...)

32Avant d’adopter ce point de vue critique, il faut une fois encore souligner la vigueur de tentatives telles que Trafford Park, où plus de 200 firmes américaines étaient installées vers 1932, à côté d’un nombre plus grand encore de firmes nationales. Il faut aussi indiquer qu’après les premières difficultés survenues sur les marchés extérieurs durant les années 1920, de vigoureuses industries de la construction électrique et de l’aéronautique étaient apparues dans le district de Manchester. Des entreprises comme Metro-Vicks, Ferranti et Ferguson & Pailin parvinrent à augmenter leur production et leur effectif tout au long de l’entre-deux-guerres, s’appuyant sur le développement des usages de l’électricité en Grande-Bretagne et sur l’apparition de nouveaux secteurs comme la radio et l’électroménager52. De même, A.V. Roe Ltd., couramment appelé Avro, devint l’un des leaders nationaux de la construction aéronautique, ayant construit à Miles Platting une usine trois ans après sa fondation en 1910 dans les locaux d’un fabricant d’armatures métalliques, Everard & Co. La plus grande réussite d’Avro fut son appareil « 504 », dont près de 10 000 furent fabriqués durant la première guerre mondiale. En 1920, le constructeur de machines Crossley Motors prit le contrôle d’Avro. Puis, en 1928, la firme revint à Armstrong-Siddeley, l’ancienne division aéronautique d’Armstrong-Whitworth, devenue indépendante sous la conduite de John Siddeley. Enfin, Hawker racheta Armstrong-Siddeley en 1935, formant ainsi le groupe Hawker-Siddeley, ce qui procura les capitaux nécessaires au lancement du bombardier le plus efficace de l’Armée de l’air britannique durant la seconde guerre mondiale, le Lancaster53. Au même moment, dans son usine de Moston, au nord-est de Manchester, Ferranti réussissait de manière spectaculaire dans la production d’appareils de contrôle gyroscopique pour l’aviation civile et militaire.

  • 54 Minutes of Evidence taken before the Committee on Finance and Industry, vol. 2, 1931, p. 256, 260, (...)
  • 55 FARNIE D.A. & ABE T., « Japan, Lancashire and the Asian market (...) », op. cit., p. 148.

33Il y eut donc des « success stories », ce qui s’inscrit en faux contre la condamnation sans appel portée contre la communauté entrepreneuriale régionale par des sources aussi diverses que J.M. Keynes et Sir Raymond Streat. Elles indiquent d’importantes potentialités, présentes au moment où la « seconde révolution industrielle » supplantait des secteurs anciens comme le textile, la mécanique lourde et la construction navale. D’un autre côté, le mode de fonctionnement du réseau qui cimentait le district industriel de Manchester – depuis le Royal Exchange jusqu’aux industriels et négociants en coton et, plus loin dans la filière, aux fabricants de machines et de produits chimiques, aux producteurs de charbon, transporteurs, financiers, assureurs et autres intermédiaires – était devenu tellement aveugle dans sa façon d’aborder les nouveaux défis apparus après 1880 que tous les avantages disponibles, comme l’expérience commerciale, la qualité de la main d’oeuvre et les ressources financières, ne purent être qu’à moitié utilisés. Tandis que des contemporains comme Raymond Streat et J.M. Keynes faisaient des propositions radicales en vue de surmonter les crises de l’entre-deux-guerres, peu de membres importants du réseau acceptaient de consacrer du temps, et plus encore des ressources, à leur mise en œuvre. En particulier, l’argument de Clay, en 1931, selon lequel la disparition des firmes les moins efficaces était une condition indispensable à la renaissance industrielle, était considéré comme blasphématoire par tous ceux qui étaient soulagés de pouvoir se reposer sur les solutions élaborées par la Banque d’Angleterre et par le gouvernement central54. Depuis les années 1890, l’industrie cotonnière dans son ensemble était devenue incapable d’abaisser sa capacité de production au niveau nécessaire à la satisfaction de la demande. Au même moment, l’échec des tentatives pour rivaliser avec les entreprises japonaises les plus efficientes avait suscité défaitisme et découragement dans l’industrie du Lancashire. Celle-ci finissait par ne plus concevoir que des mesures totalement inadéquates aux problèmes posés55.

  • 56 En anglais : « Britain’s bread hang by Lancashire’s thread ».
  • 57 Lancashire on the Scrapheap, op. cit., p. 1-9.
  • 58 Ibid., p. 11 et 288.

34Même si les suites de la seconde guerre mondiale, grâce au boom de la reconstruction qui se prolongea jusqu’aux années 1950, procura un répit nécessaire aux industries vieillies de Manchester, l’incapacité dont elles avaient fait preuve durant l’entre-deux-guerres à traiter de manière adéquate leurs problèmes fondamentaux annonçait des difficultés plus grandes encore. Celles-ci se manifestèrent à nouveau lorsque le gonflement temporaire de la demande fit place à la réapparition de la compétition internationale, en particulier de la part de l’Allemagne et du Japon. Singleton a souligné que, même si l’État avait créé dès 1940 un Cotton Board, à l’intérieur duquel employeurs et représentants des syndicats discutaient de futures mesures de planification sectorielle, en réalité le problème d’une reconversion radicale restait posé, voire même celui d’un abandon total de l’industrie cotonnière. Des slogans comme « La prospérité de la Grande-Bretagne dépend du coton du Lancashire »56, inventé à la fin des années 1940 pour stimuler les exportations, entretenaient la confusion, laissant croire que l’industrie cotonnière demeurait un rouage essentiel de l’économie nationale57. Les firmes japonaises étaient revenues sur le marché international dès le début des années 1950. Elles disposaient de machines et d’usines très modernes. Au même moment, on recommençait à voir dans le Lancashire fermetures d’usines, démontage d’installations et licenciements. Même une intervention gouvernementale accrue, autour du programme de rationalisation forcée du Cotton Industry Act (1959), ne fut qu’une mesure tardive et mal conçue qui ne parvint pas à améliorer la compétitivité. Ce fut seulement grâce aux rachats opérés par les producteurs de fibres artificielles, Courtaulds, I.C.I. et Viyella, que quelques capacités de production purent être maintenues. Mais l’activité continuait à diminuer. En 1980, il ne restait plus que 32 440 salariés dans le coton et les autres textiles associés, à comparer avec les 786 000 présents dans le secteur en 191258. Le pessimisme des années 1930 était donc amplement justifié. Enfin, en 1968, le Royal Exchange ferma ses portes. Après plusieurs décennies de fonctionnement, le cœur du réseau entrepreneurial local avait cessé de battre.

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur WILSON J.F. & POPP A. (ed.), Clusters and Networks in English Industrial Districts, 1750-1970, à paraître. Texte traduit de l’anglais par Jean-François Eck.

2 Pour un survol de l’histoire de Manchester, cf. KIDD A., Manchester, Keele, 1993.

3 FARNIE D.A., The English Cotton Industry and the World Market, 1815-1896, Oxford, 1979.

4 SWANN G.M., « Towards a model of clustering in high-technology industries », in SWANN G.M., PREVEZER M. et STOUT D. (ed.), The Dynamics of Industrial Clustering, Oxford, 1998, p. 53-55.

5 Ibid.

6 OLSON M., The Rise and Decline of Nations : Economic Growth, Stagflation and Social Rigidities, 1954-1986, Yale, 1982.

7 SWANN G.M., « Towards a model (...) », op. cit., p. 54-55.

8 LANGLOIS R.N. et ROBERTSON P., Firms, Markets and Economic Change, Routledge, 1995, p. 124-127. Nous traduisons par « mode de fonctionnement du réseau », l’expression « network software ».

9 Pour une analyse géographique plus complète, cf. FARNIE D.A., « The cotton towns of Greater Manchester », in WILLIAMS M. et FARNIE DA, Cotton Mills in Greater Manchester, Carnegie, 1992, p. 13-18.

10 L’expression « agents du changement » est empruntée à PETTIGREW A., The Awakening Giant. Continuity and Change in ICI, Basil Blackwell, 1985, p. 39.

11 Illustrated London News, 4 juillet 1857, p. 13.

12 FARNIE D.A., « The cotton towns (...) », op. cit, p. 20.

13 LLOYD-JONES R. et LEWIS M.J., Manchester and the Age of Factory: The Business Structure of Cottonopolis in the Industrial Revolution, Croom Helm, 1988, p. 107 et 113.

14 CHAPMAN S.D., The Rise of Merchant Banking, George Allen & Unwin, 1984, p. 4-9.

15 FARNIE D.A., The English Cotton Industry (...), op. tit, p. 2-10.

16 SCOTT A.J., Regions and the World Economy, Oxford, 1998, p. 389-390.

17 TIMMINS G., Made in Lancashire. A History of Regional Industrialisation, Manchester, 1998, p. 85.

18 PEASON R., « Fire insurance and the British textile industries during the Industrial Revolution », in Business History, XXXIV, 1992, n°4, p. 1-13.

19 CHAPMAN S.D., « The commercial sector », in ROSE M.D. (ed.), The Lancashire Cotton Industry. A History since 1700, Lancashire County Books, 1996, p. 77-79.

20 MUSSON A.E. & ROBINSON E., Science and Technology in the Industrial Revolution, Manchester, 1969, p. 440-455 et 473-476.

21 KIDD A., « Introduction : the middle classes in nineteenth century Manchester », in KIDD A. et ROBERTS K. (eds), City, Classe and Culture, Manchester, 1985.

22 JACOBS J., The Economy of Cities, California, 1969.

23 TIMMINS G., Made in Lancashire (...) op. cit., p. 299-309.

24 FARNIE D.A., « The cotton towns (...) », op. cit., p. 20; HOWE A. « The business community », in ROSE M.D. (ed.), The Lancashire Cotton Industry (...), op. cit, p. 105-110.

25 REDFORD A., Manchester Merchants and Foreign Trade, Manchester, 1956, p. 73.

26 LLOYD-JONES R. « Merchant city. The Manchester business community, the trade cycles and commercial policy, 1820-1846 », in MARRISON A. (ed.), Free Trade and its Reception 1815-1860, vol. I : Freedom and Trade, Routledge, 1998, p. 87.

27 MARSHALL L.S., « The emergence of the first industrial city: Manchester, 1780-1850», in WARE C.F. (ed.), The Cultural Approach to History, Manchester, 1940, p. 143.

28 HOWE A., « The business community », op. cit., p. 105.

29 MARSHALL A., Industry and Trade, Macmillan, 1919, p. 599-603.

30 Mc GOVERN S. & MOTTIAR Z., « Co-operative competition : a Foucauldian perspective », in Dublin City University Business School Research Paper, n°20, 1997, p. 7-9.

31 HERRIGEL G. « Power and the redefinition of industrial districts », in GRABHER G. (ed.), The Embedded Firm, Routledge, 1993, p. 233.

32 STABER U., « The social embeddedness of industrial district networks », in STABER U., SCHAEFER N. & SHARMA B. (ed.), Business Networks : Prospects for Regional Development, Berlin, 1996, p. 148.

33 Pour une étude des réseaux sociaux et politiques à Manchester, cf. GATRELL V.A.C., The commercial middle class in Manchester, 1820-1857, Ph D, Cambridge, 1971.

34 WALTON J.K., Lancashire. A Social History, 1558-1939, Manchester, 1987, p. 129.

35 JOYCE P., Work, Society and Politics, Harvester, 1980, p. 9-12.

36 ROSE M.E., « Culture, philanthropy and the Manchester middle classes », in KIDD A. & ROBERTS K. (éd.), City, Class and Culture, op. cit., p. 134-135.

37 WILSON J.F., British Business History, 1720-1994, Manchester, 1995, p. 108.

38 FARNIE D.A. & ABE T., « Japan, Lancashire and the Asian market for cotton manufactures, 1890-1990 », in FARNIE D.A., NAKAOKA T., JEREMY D., WILSON J.F. & ABE T. (ed.), Region and Strategy in Britain and Japan. Business in Lancashire and Kansaï, 1899-1990, Routledge, 2000, p. 131-136.

39 BROADBERRY S. & MARRISON A.J., « External economies of scale and the Lancashire cotton industry, 1900-1950 », in Northern Economic Historian conference, 2000.

40 WALTON J.K., Lancashire (...), op. cit., p. 129.

41 TIMMINS G., Made in Lancashire (...), op. cit., p. 206-209.

42 Ces innovations sont décrites en détail par FARNIE D.A., The Manchester Ship Canal and the Rise of the Port of Manchester, Manchester, 1980. Cf. aussi HOWE A., « The business community », op. cit., p. 110.

43 FARNIE D.A., The Manchester Ship Canal (...), op. cit., p. 129.

44 STREAT Sir R., Lancashire and Whitehall: The Diary of Sir Raymond Streat, 2 vol, édités par M. Dupree, Manchester, 1987.

45 Chiffres tirés de FANIE D.A. & ABE T., « Japan, Lancashire and the Asian market (...) », op. cit., p. 115-151.

46 HIGGINS D. & TOMS S., « Capital ownership, capital structure and capital markets: financial constraints and the decline of the Lancashire cotton textile industry, 1880-1965 », in Journal of Industrial History, vol. 4, n°2, 2001.

47 SINGLETON J., Lancashire on the Scrapheap. The Cotton Industry, 1945-1970, Oxford, 1991, p.1-5.

48 HEIM C., « Industrial organisation and regional development in interwar Britain », in Journal of Economic History, vol. XXXIV, 1984, n°4, p. 931-952.

49 TIMMINS G., Made in Lancashire (...), op. cit, p. 275-295.

50 SWANN G.M., « Towards a model (...) », op. cit., p. 52-55.

51 SCOTT A.J., « The geographic foundations of industrial performance », in CHANDLER A.D. jr, HAGSTROM P. & SOLVELL O. (ed.), The Dynamic Firm. The Role of Technology, Strategy, Organisation and Regions, Oxford, 1998, p. 386-391.

52 WILSON J.F., Ferranti. A History. Building a Family Firm, 1882-1975, Carnegie, 2000, p. 241-265.

53 HIGHAM R. & DAVENPORT-HINES R.P.T., « J.D. Siddley », in Dictionary of Business Biography, vol. 5,1986, p. 136-139.

54 Minutes of Evidence taken before the Committee on Finance and Industry, vol. 2, 1931, p. 256, 260, 263 et 270.

55 FARNIE D.A. & ABE T., « Japan, Lancashire and the Asian market (...) », op. cit., p. 148.

56 En anglais : « Britain’s bread hang by Lancashire’s thread ».

57 Lancashire on the Scrapheap, op. cit., p. 1-9.

58 Ibid., p. 11 et 288.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Le cycle de vie du district industriel de Manchester
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k

Auteurs

Nottingham, England

Wellington, New Zealand

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540