Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Institutions et valeurs

Institutions patronales et coopération à Mulhouse au xixe siècle

Michel Hau

Texte intégral

1Bien que le foyer industriel mulhousien n’ait jamais constitué à proprement parler un district industriel, en raison de la grande taille de certaines de ses entreprises et de la diversité de ses fabrications, la coopération très poussée qui existait au xixe siècle au sein de son patronat l’a apparenté alors de très près à cette forme d’organisation. L’étude des institutions et des pratiques du milieu patronal mulhousien de cette époque peut nous aider à déceler les facteurs qui stimulent le mieux l’établissement de relations de coopération entre les entrepreneurs.

  • 1 OTT F., La Société industrielle de Mulhouse 1826-1876. Ses membres, son action, ses réseaux, Press (...)

2La Société industrielle de Mulhouse, créée le 24 décembre 1825, a été le centre organisateur de cette coopération patronale à Mulhouse. Elle a pris, au cours du xixe siècle, de nombreuses initiatives modernisatrices qui ont fait école dans le reste de la France. Nous la connaissons bien, à présent, grâce à la belle thèse de Florence Ott1, qui a exploité le très important fonds d’archives de cette association. Son étude a permis la constitution d’un fichier des membres de la Société industrielle de Mulhouse qui a servi de base à une étude prosopographique et à une enquête sur les réseaux de relations entretenus par les élites économiques et intellectuelles haut-rhinoises.

Un fonctionnement en réseau

L’absence de hiérarchie

3Pour un spécialiste en organisations, le fonctionnement de la Société industrielle de Mulhouse a quelque chose de déroutant. Le président et le vice-président n’ont pour tâche que d’organiser les discussions dans les réunions en imposant une stricte discipline dans le déroulement des débats. Mais ils ne jouent pas un rôle moteur dans la prise des décisions ni dans leur exécution. C’est en fait dans les comités (comité de chimie, comité de mécanique) et dans les conseils d’administration, réunis chaque mois, que les membres de la Société industrielle de Mulhouse se concertent pour lancer des programmes de recherche et des réalisations : les membres y examinent les propositions, décident des actions à mener et rendent compte de l’exécution des projets.

4Jusqu’à l’annexion de 1871, le fonctionnement de la Société industrielle de Mulhouse repose sur l’activité d’une quarantaine de membres, eux-mêmes également fortement impliqués dans les institutions (chambre de commerce, conseil municipal et tribunal de commerce). La petite taille de la ville et le caractère réduit des effectifs de ses élites dirigeantes empêchent la dilution des responsabilités et obligent chacun à s’impliquer totalement dans les missions pour lesquelles il s’est porté volontaire.

  • 2 JONAS S., « La Cité de Mulhouse », in Atti del Secundo Congresso Internazionale di Storia Urbanist (...)

5Les actions engagées sont menées à bien non seulement par celui qui les a conçues mais encore par d’autres membres qui les reprennent eux-mêmes, spontanément, à leur compte. Tour à tour, Nicolas Koechlin, André Koechlin, Jean Zuber, Jean Dollfus et Frédéric Engel-Dollfus prennent en main la construction des cités ouvrières à Mulhouse et dans les environs en adoptant les mêmes concepts, empruntés à l’Angleterre (la maison individuelle avec jardinet)2. L’absence de hiérarchie au sein de la Société industrielle de Mulhouse est ainsi compensée par une grande unité de vue, une convergence des initiatives individuelles et l’adhésion active de tous les membres à la réalisation des projets. Les séances ne durent que deux heures et la rapidité de la prise des décisions repose sur le degré élevé de confiance réciproque que s’accordent les membres. Tout se passe comme si chacun avait une représentation analogue des objectifs et des moyens à employer pour les atteindre, sans qu’il soit besoin d’un chef pour donner à chacun des directives. Les comités de mécanique et de chimie se réunissent une fois par mois. Ils sont des lieux d’expertise et de transmission des informations techniques. Ils sont aussi des lieux de prise de décisions.

  • 3 Les abeilles travaillent de la manière apparemment la plus incohérente qui soit : à une seule cell (...)

6Ce mode de fonctionnement représente certains avantages par rapport à l’organisation pyramidale de type chandlérien : la mise hors circuit d’une partie quelconque de l’ensemble, par les départs, les maladies ou les décès, ne cause aucune perturbation grave, une autre partie prenant immédiatement le relais puisqu’elles sont toutes à peu près interchangeables. Ce fonctionnement en réseau existe depuis longtemps dans la nature. Si l’on regarde vivre une ruche d’abeilles, on constate que les ouvrières reprennent chacune de façon spontanée la tâche qui vient d’être abandonnée par une autre3. Or la Société industrielle de Mulhouse a justement choisi comme emblème une abeille. Ce symbole est une allusion, certes, au caractère travailleur de cet insecte, mais aussi à sa capacité à coopérer.

  • 4 LALANCE A., Mes souvenirs, 1830-1914, Paris, 1914, p. 50.

7L’habitude qu’ont les patrons mulhousiens de fonctionner en réseau est sans doute aussi une des explications pour lesquelles l’invention du téléphone est immédiatement adoptée à Mulhouse. Cette ville est l’une des premières au monde à être dotée d’un réseau téléphonique. Quand la Reichspost cherche, en 1881, une ville où l’on puisse trouver suffisamment de personnes pour souscrire un abonnement au téléphone, c’est Mulhouse qui est choisie, car cent personnes se portent candidates dès le premier jour4.

La pluralité des initiatives

  • 5 OTT F., op. cit., p. 139.

8Les initiatives prises au sein du milieu patronal mulhousien sont si nombreuses qu’un seul esprit aurait été bien en peine de les concevoir toutes : réalisation de divers programmes de recherche et d’expérimentation dans le domaine industriel, constitution de collections minéralogiques, botaniques et zoologiques, création d’une bibliothèque qui deviendra, dans le domaine économique et technique, une des plus grandes de France5, mise en place par la municipalité de Mulhouse, en 1822, d’un cours de chimie, embryon de la première école d’ingénieurs spécialisée dans ce domaine, ainsi que d’écoles de dessin industriel, de gravure et de tissage, lancement d’œuvres philanthropiques (secours aux noyés, salles d’asile pour les enfants en bas âge, cafés de tempérance, cités ouvrières, assistance pour les mères en couches, assurance maladie), fondation d’une caisse d’épargne, aménagement d’un musée des beaux-arts, d’un jardin zoologique et d’un musée historique, constitution de l’association des propriétaires d’appareils à vapeur : tout cela se réalise en quelques décennies grâce aux initiatives de multiples membres qui mettent des compétences très variées au service de ces projets. Ce foisonnement de réalisations exemplaires n’est pas sans irriter l’administration préfectorale, qui se voit dépossédée, dans une province périphérique, de son rôle traditionnel de moteur du progrès et suscite chez elle un agacement mêlé sans doute d’une secrète envie.

Des dérogations aux règles du capitalisme libéral

9Par certains côtés, le fonctionnement de la coopération patronale à Mulhouse viole une des règles du capitalisme libéral, qui est que chaque bailleur de fonds doit recevoir un retour proportionné à sa mise. Une coopération aussi étendue que celle qui se pratique à la Société industrielle de Mulhouse implique un certain désintéressement individuel conjugué à la conviction très forte de l’existence d’un bien collectif.

  • 6 Cité par THIERRY-MIEG B., « La Société industrielle de Mulhouse dans une période de grande activit (...)
  • 7 Ce que nous appelons aujourd’hui des jardins d’enfants.
  • 8 LIVET G., OBERLÉ R., Histoire de Mulhouse des origines à nos jours, Strasbourg, 1977, p. 208-211.

10La Société industrielle de Mulhouse ne fonctionne que grâce au travail bénévole des membres. Le travail des administrateurs et des auteurs des rapports ne donne lieu à aucune rémunération ni indemnisation. Les financements des réalisations entreprises sont presque exclusivement à base de dons et de legs. C’est le membre le plus riche du patronat mulhousien sous la Restauration, Nicolas Koechlin, qui fait la donation, à la Société industrielle de Mulhouse, du bâtiment où elle peut loger sa salle de réunion, ses collections et sa bibliothèque. La coopération scientifique et technique menée dans le cadre des comités de chimie et de mécanique se traduit par une totale absence de secret sur les travaux de recherche réalisés dans ce cadre. On peut trouver dans le rapport de l’assemblée générale du 25 décembre 1859 cette phrase : « Restons animés de cet esprit libéral qui aime à répandre autour de soi les moyens de progrès, et lorsque, de toute part, nous voyons l’égoïsme ou la timide réserve, recevant toujours, sans donner en retour, et nous combattant quelquefois avec les armes que nous avons généreusement mises entre leurs mains, sachons leur opposer la conscience que nous avons de travailler pour le bien général et l’avancement de l’industrie de notre pays »6. La Société industrielle de Mulhouse soutient la construction des écoles professionnelles ou d’œuvres philanthropiques par les souscriptions de ses membres. Grâce à leurs dons et legs, ils contribuent à lancer des institutions que la municipalité de Mulhouse aurait été bien en peine de financer seule : salles d’asile7 dans des locaux fournis par André et Nicolas Koechlin, école de commerce lancée grâce à un don de 100 000 F de Jules et Jacques Siegfried, école de tissage à laquelle André Koechlin fournit le matériel, etc.8.

  • 9 BOCK T., « Notice d’Auguste Dollfus lue en séance du 26 juin 1912 », in Bulletin de la Société ind (...)

11Les membres de la Société industrielle de Mulhouse ne reçoivent ni distinction ni gratification pour leur activité dans l’association, si ce n’est la notice nécrologique qui leur sera consacrée dans le bulletin imprimé que celle-ci publie régulièrement. La satisfaction qu’ils retirent de leur engagement est d’avoir apporté leur pierre à l’édification de leur cité, qui est pour eux comme une grande famille. Auguste Dollfus, qui assurera la présidence la plus longue de la Société industrielle de Mulhouse (47 années) conçoit sa fonction comme une mission d’intérêt public : il s’agit, selon les propres termes de celui qui a rédigé sa notice nécrologique, de « développer et de réaliser de plus en plus le beau programme de nos fondateurs, en faisant de la Société industrielle de Mulhouse comme le palladium de la cité, le centre intellectuel qui doit réunir en un faisceau toutes les capacités et toutes les énergies, le foyer commun où s’élaboreront toutes les questions d’ordre général intéressant les progrès de l’industrie, les sciences et les arts ou tendant au bien-être et à l’éducation populaires. La réalisation de ce programme exige non seulement l’unité et la valeur de la pensée directrice, mais aussi le concours de tous les éléments de bonne volonté. C’est à solliciter ce concours, à le stimuler, à le tenir en haleine, en répartissant la tâche de chacun selon ses capacités et en sachant l’y intéresser que consiste le rôle du véritable chef »9.

  • 10 Cf. notice nécrologique de Godefroy Engelmann lue par Achille Penot en séance mensuelle du 29 mai (...)
  • 11 Cf. TODERICIU D., La constitution de la chimie des colorants en France (1730-1880) : le rôle exemp (...)
  • 12 OTT F., op. cit., p. 164.

12Le bénévolat apparaît aussi dans l’absence de consécration officielle proportionnée au rôle de certaines personnes particulièrement engagées au service de la Société industrielle de Mulhouse. La thèse de Florence Ott a notamment révélé l’activité considérable de deux personnages qui n’apparaissent qu’à un rang secondaire dans la hiérarchie de la Société industrielle de Mulhouse et en sont pourtant les chevilles ouvrières, Godefroy Engelmann et Achille Penot. Godefroy Engelmann est issu du patriciat mulhousien. Son père a été le dernier ministre des Finances de la République de Mulhouse. Mais il n’occupe pas de fonctions officielles de premier plan en dehors de celles de conseiller municipal et de membre du bureau d’administration de l’orphelinat. C’est un petit industriel et un inventeur (on lui doit de nombreux perfectionnements de la technique de la lithographie). C’est lui qui, en 1812, conçoit pour la première fois le projet de création de la Société industrielle de Mulhouse. Lorsque celle-ci est fondée, 14 années plus tard, il n’y exerce cependant aucune fonction dirigeante, se contentant d’être le secrétaire de l’un de ses comités, le comité des beaux-arts. En fait, il rédige de nombreux rapports et participe souvent aux commissions formées en vue d’actions ponctuelles : « Il était, parmi nous, un des membres de cette Société que nous nous plaisions à voir entrer le plus souvent dans la commission qu’on charge d’un travail qui sort des attributions ordinaires de nos comités », dit sa notice nécrologique10. Un autre membre est très actif, sans figurer pour autant dans les rangs officiels de l’élite dirigeante mulhousienne : Achille Penot, professeur de sciences, directeur de l’école de chimie de Mulhouse. Fils de fonctionnaire, né dans le Sud de la France et de confession catholique, il ne fait pas partie du patriciat mulhousien et ne peut parvenir à une fonction dirigeante officielle dans l’ancienne république11. Mais il est un des membres les plus actifs de la Société industrielle de Mulhouse, rédigeant en quarante ans le plus grand nombre de rapports publiés par le Bulletin de la Société, jouant un grand rôle à la fois dans l’organisation de la recherche en chimie et celle des actions philanthropiques, assurant à deux reprises (d’août à novembre 1858 et de juin 1860 à février 1861) la présidence de la Société par intérim. En 1852, il en sera toutefois élu vice-président12.

13On peut se demander ce qui a poussé les membres de la Société industrielle de Mulhouse à consacrer tant de temps et d’argent à des initiatives qui bénéficiaient à une collectivité plus ou moins étendue, mais ne rapportaient rien à eux-mêmes en particulier. Les motivations de ces comportements se comprennent beaucoup mieux si l’on admet l’existence d’un fort sentiment d’appartenance à une entité commune. La coopération repose en fait sur la grande homogénéité des élites marchandes et manufacturières, celles-ci partageant les mêmes caractéristiques sociologiques, anthropologiques et intellectuelles.

L’influence des structures familiales

Une région où prédomine la famille complexe

14On ne comprend vraiment le mode de fonctionnement de la Société industrielle de Mulhouse que si l’on connaît les règles internes qui régissent les familles auxquelles appartiennent ses membres. En Alsace, la structure familiale qui est la plus fréquente est celle de la famille souche. Ce type familial se caractérise par une forte autorité des parents sur les enfants, par la cohabitation fréquente de trois générations et le maintien d’étroites solidarités entre frères, beaux-frères et cousins. Dans sa forme la plus stricte, la famille souche pratique le partage inégalitaire des successions, ce qui renforce encore l’autorité des parents sur les enfants et accroît la pression exercée par le groupe familial sur l’individu.

La solidarité familiale

  • 13 Cf. HAU M., L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, 1987, p. 400.

15La quarantaine de membres qui forme l’ossature de la Société industrielle de Mulhouse est, à quelques exceptions près, bée entre elle par des liens de parenté. Or les liens familiaux créent des obligations de solidarité, notamment financière. A Mulhouse, les familles des industriels peuvent être le lieu de transferts massifs de ressources en faveur d’entreprises en difficulté. Le jour où plus aucun banquier ne veut accorder un crédit, un frère ou un cousin apporte l’argent qui manque, sous la forme d’un prêt, d’une caution ou d’une prise de participation. L’indiennerie Schlumberger, Grosjean et Compagnie échappe ainsi à la faillite en 182813. On conçoit aisément que cet esprit d’entraide et de collaboration qui existe au sein des familles puisse s’élargir à toute la haute bourgeoisie mulhousienne en raison des multiples liens de parenté qui lient ses membres les uns aux autres.

  • 14 STOSKOPF N., « Gestion de la vie privée et continuité familiale dans les entreprises alsaciennes d (...)

16Les alliances matrimoniales au sein du patronat mulhousien ont créé depuis le xviiie siècle un réseau complexe où tous les membres de la grande bourgeoisie locale se retrouvent cousins plus ou moins éloignés. Daniel Koechlin et Daniel Dollfus-Ausset n’ont aucune difficulté à s’accorder pour porter ensemble le projet de cours de chimie de Mulhouse créé en 1822. Tout en dirigeant chacun les laboratoires de production de colorants des deux grandes indienneries concurrentes de Mulhouse (Nicolas Koechlin et Frères pour l’un, Dollfus-Mieg et Compagnie pour l’autre), ils sont cousins germains. Le mariage reste, au moins jusqu’à la fin du xxxe siècle, soumis à un contrôle étroit des parents. Les conjoints sont recherchés dans le milieu social proche, parfois dans la famille elle-même : les mariages entre cousins germains, exceptionnels dans l’Europe occidentale d’alors, ne sont pas rares dans le milieu patronal mulhousien14.

  • 15 HAU M., « Le difficile financement du Strasbourg-Bâle », in MERGER M. et BARJOT D. (eds), Les entr (...)
  • 16 OTT F., op. cit., p. 153.

17Au xixe siècle, le milieu patronal mulhousien apparaît dominé par la famille Dollfus, de même que l’entreprise Dollfus-Mieg et Compagnie domine alors le textile alsacien. Quoique très puissants au début de la Restauration, les Koechlin ont perdu un peu de leur poids économique, car le plus riche d’entre eux, Nicolas, a perdu les quatre cinquièmes de sa fortune dans la réalisation du chemin de fer Strasbourg-Bâle15. En faisant un comptage, des origines à 2000, sur 174 années d’existence, la S.I.M. aura été présidée 110 années par un Dollfus : Émile Dollfus (de 1834 à 1858), Daniel Dollfus (de 1858 à son décès prématuré en 1860), Auguste Dollfus (de 1865 à 1911), Émile Dollfus entre les deux guerres et Jean Dollfus après la seconde guerre mondiale16.

La soumission de l’héritier au groupe familial

18Il existe une différence notable entre la famille souche mulhousienne et la famille communautaire : dans le premier type de famille, la préférence accordée aux proches n’a pas un caractère aussi systématique que dans le second, car ce qui prime est la pérennité de l’entreprise familiale. Dans les familles mulhousiennes, l’appartenance à un clan familial ne donne pas des droits, mais des devoirs. Pour être admis à une fonction dans l’entreprise ancestrale, il faut avoir fait ses preuves. Chaque membre doit montrer à la collectivité qu’il possède des talents et les mettre au service du groupe. Cette attitude est renforcée par le protestantisme, qui exalte la rigueur morale individuelle et trouve son origine, ne l’oublions pas, dans une opposition contre la notion d’indulgence. L’exigence que fait peser la famille sur l’héritier a quelque chose de pesant aux yeux de l’observateur extérieur. Elle peut contrarier parfois des vocations, comme celle d’un Nicolas Ferdinand Koechlin qui voulait être diplomate et a été rappelé du Brésil par son père Nicolas pour entrer chez André Koechlin et Cie. Mais elle permet au milieu patronal de fournir en abondance des individus disposés à servir le nom familial et, plus largement, le groupe aux contours plus flous formé par l’ensemble du patronat local.

L’adhésion à des valeurs communes

Le protestantisme et la franc-maçonnerie

19Les membres de la Société industrielle de Mulhouse partagent les mêmes croyances religieuses et les mêmes convictions philosophiques. Le protestantisme est la religion de la quasi-totalité d’entre eux, même si leur attachement à la tolérance les conduit à accueillir en leur sein, dans un esprit œcuménique, les quelques industriels catholiques et juifs qui existent dans le Haut-Rhin.

  • 17 OTT F., op. cit., p. 61-65.
  • 18 OTT F., op. cit., p. 56.

20Mais il existe entre les patrons mulhousiens un lien plus fort encore que celui créé par la foi protestante, la commune adhésion des plus actifs à la franc-maçonnerie17. Florence Ott a bien montré que la fondation de la Société industrielle de Mulhouse a été, en fait, imaginée, projetée et réalisée par la loge mulhousienne La Parfaite Harmonie18. En 1826, un tiers des membres de la Société industrielle de Mulhouse et la totalité de ceux qui y exercent des présidences ou des vice-présidences sont des membres de cette loge.

  • 19 Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1832, p. 131.

21De cette double appartenance au protestantisme et à la franc-maçonnerie, découlent un sentiment d’appartenance à une minorité, une volonté d’autonomie par rapport à l’État (surtout à l’époque de la Restauration), et une foi aveugle dans le progrès. La Réforme, parce qu’elle a secoué l’autorité de la tradition, a développé des attitudes favorables à la fois aux idées nouvelles et au progrès scientifique. Il en découle la conviction que servir l’industrie hâte l’amélioration de la condition humaine. Jean Zuber, président de la Société industrielle de Mulhouse, déclare en 1831 : « Perfectionner l’industrie veut dire, d’après ma manière de voir, employer tous les moyens qui peuvent conduire à avancer la civilisation tant morale que matérielle d’un pays »19.

22Politiquement, le milieu patronal mulhousien adhère massivement au libéralisme politique : jusqu’à la chute de Charles X, il vote avec constance pour des candidats opposés au régime de la Restauration. Vingt-deux ans plus tard, la ville de Mulhouse est l’une des cinq communes françaises à voter majoritairement non au plébiscite sur l’instauration du Second Empire.

Le patriotisme communal et national

  • 20 En 1815, Jacques Koechlin. De 1830 à 1833, André Koechlin ; de 1843 à 1848, Émile Dollfus ; de 184 (...)

23Mulhouse, petite république calviniste alliée aux cantons suisses et enclavée dans des terres françaises catholiques jusqu’à son rattachement à la France en 1798, a une conscience aiguë de son identité. Les familles d’industriels dotent richement la Société industrielle de Mulhouse, mais aussi les écoles, l’hôpital et les diverses institutions philanthropiques de la ville, contribuant au développement d’un vaste patrimoine foncier, technique et culturel. Entre 1815 et 1870, tous les maires sont, à deux exceptions près, des industriels et ceux-ci appartiennent aux grandes familles patriciennes du siècle précédent (Dollfus, Koechlin)20. Leur engagement dans l’industrie coexiste chez eux avec la conscience des besoins d’une cité en croissance rapide, qui double de population à chaque génération.

  • 21 HAU M., « Le difficile financement du Strasbourg-Bâle », op. cit.

24Ce patriotisme s’élargit au début du xixe siècle à la nation française. La fierté de ces hommes est de faire rivaliser l’industrie française avec l’industrie anglaise. Nicolas Koechlin perd les quatre cinquièmes de sa fortune dans la création de la voie ferrée Strasbourg-Bâle, mais il a la satisfaction de doter la France d’une des premières grandes lignes du continent et d’y faire rouler des locomotives fabriquées à Mulhouse par son cousin André Koechlin. Celles-ci sont fabriquées au début sous licence anglaise, mais fièrement baptisées « Napoléon »21.

Conclusion

25Le phénomène de la coopération patronale locale repose en grande partie sur des fondements culturels et sociologiques. Il substitue à l’organisation hiérarchisée des relations de coopération spontanée qui reposent sur des représentations et des traditions de comportement bien précises. À Mulhouse, la collaboration entre les entrepreneurs a été facilitée par la reconnaissance mutuelle d’une forte parenté, un fort sentiment d’identification à une entité collective (cité et nation) et une adhésion commune à des convictions entretenues par le protestantisme, la franc-maçonnerie et le libéralisme politique. Au xixe siècle, à Mulhouse, les relations de coopération au sein du milieu patronal ont été suffisamment intenses pour égaler en efficacité les structures de l’organisation hiérarchisée chandlérienne. Mais cette étude de cas montre que la coopération patronale et, plus largement, le phénomène du district industriel, reposent sur des caractéristiques culturelles assez particulières qui ne peuvent sans doute pas se rencontrer partout avec la même intensité.

Notes

1 OTT F., La Société industrielle de Mulhouse 1826-1876. Ses membres, son action, ses réseaux, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999.

2 JONAS S., « La Cité de Mulhouse », in Atti del Secundo Congresso Internazionale di Storia Urbanistica, 1977, p. 220. KOTT S., Politique et conceptions sociales de la Société industrielle de Mulhouse, 1827-1870, ou le calcul philanthrope, mémoire de maîtrise, université Paris X, 1982.

3 Les abeilles travaillent de la manière apparemment la plus incohérente qui soit : à une seule cellule participent, comme l’avait montré Rémy CHAUVIN, au moins 120 ouvrières différentes. Mais une ouvrière qui a commencé la construction d’une cellule ne va pas obligatoirement y rester jusqu’à la fin. Bien au contraire, elle pourra poser un fragment de cire puis se perdre aussitôt dans les profondeurs de la ruche. Une de ses congénères prendra le relais.

4 LALANCE A., Mes souvenirs, 1830-1914, Paris, 1914, p. 50.

5 OTT F., op. cit., p. 139.

6 Cité par THIERRY-MIEG B., « La Société industrielle de Mulhouse dans une période de grande activité (1850-1865) », in Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1976, n° 3, p. 120.

7 Ce que nous appelons aujourd’hui des jardins d’enfants.

8 LIVET G., OBERLÉ R., Histoire de Mulhouse des origines à nos jours, Strasbourg, 1977, p. 208-211.

9 BOCK T., « Notice d’Auguste Dollfus lue en séance du 26 juin 1912 », in Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, vol. LXXXII, p. 486, cité par OTT F., op. cit., p. 141.

10 Cf. notice nécrologique de Godefroy Engelmann lue par Achille Penot en séance mensuelle du 29 mai 1839, citée par OTT F., op. cit., p. 54.

11 Cf. TODERICIU D., La constitution de la chimie des colorants en France (1730-1880) : le rôle exemplaire de la Société industrielle de Mulhouse, Thèse de doctorat, Université de Paris-Sorbonne, 1985, p. 966.

12 OTT F., op. cit., p. 164.

13 Cf. HAU M., L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, 1987, p. 400.

14 STOSKOPF N., « Gestion de la vie privée et continuité familiale dans les entreprises alsaciennes du xixe siècle », in Entreprises et Histoire, septembre 1995, p. 61-69.

15 HAU M., « Le difficile financement du Strasbourg-Bâle », in MERGER M. et BARJOT D. (eds), Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs xixe-xxe siècles. Mélanges en l’honneur de François Caron, C.I.D., Paris, 1998, p. 393-399.

16 OTT F., op. cit., p. 153.

17 OTT F., op. cit., p. 61-65.

18 OTT F., op. cit., p. 56.

19 Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1832, p. 131.

20 En 1815, Jacques Koechlin. De 1830 à 1833, André Koechlin ; de 1843 à 1848, Émile Dollfus ; de 1848 à 1852, Émile Koechlin ; de 1852 à 1863, Joseph Koechlin-Schlumberger ; de 1863 à 1869, Jean Dollfus.

21 HAU M., « Le difficile financement du Strasbourg-Bâle », op. cit.

Auteur

Institut Universitaire de France

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable