Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Institutions et valeurs

Valeurs ouvrières, valeurs patronales, valeurs urbaines : les valeurs partagées de la rubanerie stéphanoise (des années 1850 aux années 1960)

Brigitte Carrier-Reynaud

Texte intégral

1La rubanerie a longtemps représenté une des industries majeures de la région stéphanoise. Nous sommes là au cœur d’un espace qui présente toutes les caractéristiques d’un district industriel : forte concentration d’entreprises de taille petite et moyenne, fortement spécialisées, et unies par une division du travail très poussée, mais aussi par des liens « invisibles », des valeurs partagées qui fondent une communauté de production. L’activité rubanière s’étend dans les limites géographiques des deux arrondissements de Saint-Étienne (Loire) et d’Yssingeaux (Haute-Loire). Le centre urbain stéphanois rassemble la totalité des fabricants ; quant aux ouvriers, ils se répartissent à peu près à parts égales entre la ville et une quarantaine de communes rurales. Dans ces dernières, les donneurs d’ordres ont recours aux services d’un intermédiaire, le commis de barre, chargé de distribuer le travail, d’en contrôler la bonne exécution, et de rassembler les coupes terminées avant livraison en ville. Souvent lui-même passementier, il joue le rôle d’un contremaître itinérant : indispensable aux fabricants auxquels il apporte sa connaissance approfondie du contexte local (matériel disponible, compétences techniques des ouvriers...), comme aux chefs d’atelier qui ont besoin de lui pour obtenir du travail, et qu’il peut favoriser ou désavantager.

2En effet, durant toute cette période, la production s’organise dans le cadre du capitalisme commercial et du travail dispersé en ateliers familiaux : les « fabricants », chefs d’entreprises, sont les maîtres d’œuvre qui conçoivent et commercialisent les rubans ; les « passementiers », travailleurs à domicile, sont de simples exécutants qui mettent à la disposition des précédents leur matériel et leur savoir-faire. Ces « patrons » et ces « ouvriers » appartiennent à des univers que tout semble opposer : fortune, mode de vie, loisirs, lieu de résidence...

3Cependant, l’ambiguïté de leur statut respectif rend perméable la barrière sociale censée les séparer ; dans leur immense majorité, les fabricants sont à la tête de petites entreprises, tant en termes de capitaux que de salariés directs ; quant aux passementiers, propriétaires de leurs métiers à tisser et souvent de leur atelier, quelquefois employeurs d’un ou deux compagnons, ils sont plus proches du monde de l’artisanat que de celui de la grande industrie. C’est sans doute la raison pour laquelle les uns et les autres partagent un certain nombre de valeurs qui font de ces hommes si différents de par leur condition des membres d’une seule et même communauté productive, la fabrique, terme qui englobe significativement tous les professionnels du ruban.

4Au-delà du milieu textile, ces valeurs ont imprégné les mentalités et l’économie stéphanoises : par sa longévité, par le nombre d’hommes et de femmes qu’elle a fait travailler, l’industrie rubanière a marqué en profondeur la ville et ses habitants, et ce jusqu’à aujourd’hui.

Une culture du travail

  • 1 Cf. ces mots prononcés par un chef d’atelier à l’intention de sa fille : « quand je ne monterai pl (...)

5Au premier rang de ces valeurs, il faut citer le travail. Chez les fabricants comme chez les passementiers, on ne compte pas les heures. Du côté ouvrier, le travail est d’abord une nécessité. Payés en fonction du métrage produit, les passementiers ont intérêt à « faire des mètres » s’ils veulent s’assurer un revenu décent. Dans la mesure où le travail à domicile échappe à toute réglementation horaire, ils sont maîtres chez eux et libres de travailler aussi longtemps qu’ils le souhaitent, ou plutôt qu’il le faut. Mais, en dehors de son aspect alimentaire, le travail est aussi pour eux une raison de vivre ; ne pas travailler, c’est perdre la part essentielle de soi-même, c’est perdre sa dignité d’ouvrier1. Quant aux fabricants, leur présence et leur implication personnelles sont indispensables à la bonne marche de leur entreprise ; mais eux aussi trouvent dans le travail leur principale satisfaction. Menant une vie austère, logeant dans des immeubles aux façades discrètes, ils sont peu attirés par les arts et la culture spéculative, et rarement intéressés par la politique. Seule compte à leurs yeux la prospérité de leurs affaires.

6Si la fabrique dans son ensemble valorise le travail, c’est aussi en raison de la nature des produits fabriqués. Le ruban, surtout le ruban de soie, est un article noble, où entre une dimension artistique. Aussi les fabricants exigent-ils la perfection, car chaque mètre vendu engage leur réputation. Après 1914, lorsque la production se réoriente vers des fabrications plus ordinaires, voire industrielles, ils sont nombreux à les considérer comme des pis-aller, et à regretter le bon vieux temps du « beau-ruban-qui-a-fait-la-gloire-de-Saint-Étienne ». Les passementiers tiennent le même discours : ils placent leur fierté dans le ruban qui sort de leur fabrique, et mettent un point d’honneur à livrer des pièces impeccables ; beaucoup préfèrent tisser des articles complexes, et parlent avec condescendance des produits ordinaires, « camelote » ou « cavalerie », qu’il faut de plus en plus accepter pour vivre. Alors qu’ils sont très rares à tenir un compte détaillé de leurs revenus, presque tous conservent un registre où ils collent des échantillons des rubans sortis de leurs métiers. Patrons et ouvriers ont ainsi en commun l’amour de la belle ouvrage.

7L’inventivité participe également de cet hommage rendu au travail. Pour les chefs d’atelier, l’ingéniosité, l’habileté manuelle, la minutie sont des qualités indispensables : la soie est un matériau fragile qu’il faut manipuler avec d’infinies précautions ; le métier à tisser est une mécanique complexe qui nécessite d’incessants réglages ou menues réparations ; tout passementier est donc à la fois un peu artiste et un peu mécanicien, capable de « bricoler » pour résoudre lui-même tel ou tel problème technique. Dans les entreprises, c’est l’imagination créatrice qui est vitale : la recherche de nouveaux dessins, de nouveaux coloris, ou bien encore de nouveaux effets décoratifs, est le gage du succès dans une industrie dépendante de la mode. En règle générale, les inventions ou les perfectionnements apportés au fil du temps au métier à tisser sont à mettre au crédit d’hommes de terrain, fabricants ou passementiers, toujours en quête de solutions susceptibles d’améliorer leur outil de travail.

  • 2 Interview de Michel Thiollière, maire de Saint-Étienne, in Entreprises, le magazine économique de (...)

8Les hommes du textile rassemblent donc un certain nombre de caractéristiques propres à la main d’œuvre stéphanoise. Ils sont porteurs d’une culture du travail et de savoir-faire transmis de génération en génération et réutilisables à d’autres époques et dans d’autres secteurs ; la mémoire technique ainsi accumulée est toujours disponible. Saint-Étienne reste une ville industrielle où les services, surtout ceux de haut niveau, ont du mal à s’implanter ; si la proximité de Lyon y est certes pour beaucoup, elle n’est pas seule en cause ; bien plus important est le fait que la ville se perçoit elle-même comme cité laborieuse, et que c’est bien aussi l’image qu’en ont les « étrangers ». Du reste, élus et responsables économiques, tentés dans les années 1980 par le tout-tertiaire, se replient aujourd’hui sur les « fondamentaux » de l’économie locale, en particulier sur « le grand atout et la source de valeur ajoutée que représentent les savoir-faire industriels »2 D’autre part, la ville a conservé longtemps l’empreinte en creux de la priorité accordée par ses habitants à la valeur-travail. C’est seulement au cours des vingt à trente dernières années qu’elle a développé les équipements culturels – université, musées, théâtre – qui lui faisaient défaut jusqu’alors, ou qui restaient marqués par une orientation utilitariste due à leurs liens initiaux avec les milieux professionnels. On peut citer en exemple le musée d’art et d’industrie, né en 1861 de la volonté des industriels de soutenir la création dans ses aspects techniques et artistiques, et qui s’est enrichi depuis les années 1950 d’une collection d’art moderne qui a trouvé place en 1987 dans un bâtiment neuf ; on notera cependant que ce nouveau musée, symbole de l’accession de Saint-Étienne à la maturité culturelle, ne fait pas l’unanimité auprès des Stéphanois, qui se reconnaissent plus dans les collections de rubans, d’armes et de cycles que dans l’art contemporain.

Des unités de production autonomes mais interdépendantes

9À côté du travail, l’autonomie et l’individualisme sont des valeurs largement répandues dans le monde rubanier, mais inscrites dans des liens complexes d’interdépendance.

  • 3 Le statut des ouvriers à domicile fut l’objet d’interminables débats au sein de la fabrique stépha (...)

10Les passementiers travaillent à leur domicile, assistés de leur femme et/ou de leurs enfants. Les femmes tiennent elles-mêmes un métier, ou à tout le moins s’occupent des travaux annexes (confection des cannettes, vérification des coupes...) et des courses chez le fabricant ; les enfants apportent aussi une aide ponctuelle, et nombre d’entre eux apprennent ainsi de leur père leur futur métier. La famille-atelier est donc l’unité de base de la fabrique : l’épouse et les enfants, ouvriers mais non salariés, sont essentiels à l’équilibre économique de l’atelier ; l’activité n’est en effet rentable que dans la mesure où tous les membres de la cellule familiale y apportent leur contribution. Propriétaires de leur atelier et de leur matériel, les chefs d’atelier ont en théorie le choix de leur donneur d’ordres, et sont libres d’organiser leur travail comme ils le veulent, sans avoir à subir le contrôle direct d’un patron ou d’un contremaître ; ils sont juridiquement des travailleurs indépendants, même s’il est évident qu’ils dépendent économiquement des fabricants qui leur fournissent la matière première et ont la maîtrise commerciale du produit fabriqué3. Cette liberté qu’ils paient parfois cher (notamment par l’irrégularité des revenus et le risque du chômage), les passementiers y sont fort attachés.

  • 4 Classement prenant en compte les 173 entreprises rubanières de Saint-Étienne ville, et effectué po (...)

11Les fabricants exercent également leur activité au sein d’affaires familiales, transmises de père en fils. L’industrie du ruban se caractérise par une extrême dispersion des capitaux et la petite taille de la plupart des entreprises. Au début du xxe siècle, 85 % d’entre elles peuvent être classées dans une catégorie qui serait aujourd’hui celle des PME4. L’investissement initial est très faible puisque, grâce au travail à domicile, l’entrepreneur ne supporte la charge ni de la main d’œuvre ni de l’outil de travail. Les capitaux sont pour l’essentiel d’origine familiale : une méfiance toute paysanne interdit d’étaler les questions d’argent, qui relèvent du sacro-saint « secret des affaires », hors du cercle étroit de la parentèle ; en conséquence, les milieux textiles répugnent à faire appel à des financements extérieurs, et adoptent une structure juridique qui est celle de sociétés en nom personnel ou collectif.

  • 5 Sur la question de la confusion des rôles de chef d’atelier et de chef de famille chez les passeme (...)
  • 6 La question fut posée de nombreuses fois tout au long du xixe siècle, et avec une acuité particuli (...)

12L’habitude est donc bien ancrée, pour les patrons comme pour les ouvriers, de travailler dans de petites unités de production structurées autour d’un noyau familial plus ou moins élargi, où intérêts communs et liens affectifs sont étroitement mêlés. La réussite de l’entreprise ou la survie de l’atelier sont suspendues à l’implication personnelle de leurs chefs respectifs, qui n’ont de comptes à rendre à personne. Elle s’incarne le plus souvent dans une figure forte, investie de la double autorité que lui confère son statut de chef de famille et le pouvoir économique qu’il exerce sur son entourage5. La fabrique considère chaque individu comme seul responsable de ses décisions et de ses actes, et par conséquent de ses succès comme de ses échecs ; il est vrai que les exemples ne manquent pas d’ouvriers du textile devenus fabricants grâce à leur travail et à leur audace ; la réussite individuelle n’est donc pas une notion abstraite pour les hommes du ruban, mais une réalité tangible et concrète. Une des facettes de cet individualisme réside dans la forte concurrence que se font entre eux les rubaniers : trop nombreux sur la place de Saint-Étienne, ils doivent lutter pour emporter les ordres de la clientèle ; quand se pose à différentes époques la question d’une « coalition des chefs d’entreprise » contre les exigences ouvrières en matière de tarif des façons, ils y répondent par la négative, donnant la préférence au chacun pour soi6. Chez les passementiers, la solidarité n’est guère mieux partagée. Dans une profession cloisonnée, où chaque ouvrier est isolé de ses collègues, la méfiance et la jalousie dictent souvent les rapports interpersonnels. On peut en donner de multiples exemples : ce sont les tisseurs stéphanois qui accusent ceux des environs de travailler au rabais ; c’est, en période de crise, la rivalité entre ceux qui chôment et ceux qui travaillent ; c’est encore l’attitude de certains qui refusent à leurs confrères l’entrée de leur atelier, craignant de se faire voler leurs petits secrets de fabrication.

  • 7 C’est seulement en 1937 qu’un tarif des façons fut instauré à l’amiable entre fabricants et passem (...)
  • 8 Les fabricants font surveiller les passementiers par un « commis de barre », sorte de contremaître (...)

13Cependant, malgré l’individualisme inhérent à la structure de la fabrique, ses diverses composantes sont étroitement dépendantes les unes des autres. Les fabricants, n’étant pas eux-mêmes producteurs des rubans qu’ils commercialisent, doivent faire appel à des façonniers qui n’effectuent chacun qu’une tâche limitée, et ne sont employés que pour la seule durée d’une commande. En période de « presse », qu’elle soit saisonnière ou liée à une forte demande conjoncturelle, ils ne sont pas sûrs de pouvoir trouver tous les ouvriers et le matériel dont ils auraient besoin. D’autre part, tant qu’un tarif des façons n’aura pas été instauré7, ils seront contraints de proposer des rémunérations plus élevées pour attirer chez eux les rares tisseurs disponibles. Enfin, ils n’ont prise ni sur les cadences de travail, ni sur sa qualité, si ce n’est par un contrôle a posteriori8. De leur côté, les passementiers sont tributaires de leurs donneurs d’ordres. Quand l’ouvrage se fait rare, ils se trouvent réduits au chômage ; même si la plupart d’entre eux travaillent pour plusieurs fabricants, il n’est pas rare que la « morte » touche l’ensemble de la place de Saint-Étienne et les mette dans l’incapacité de trouver une quelconque solution de remplacement. Privés de commandes, ils ne peuvent alors que patienter, en vivant sur leurs économies. Par ailleurs, leurs revenus sont soumis à de fortes fluctuations : en l’absence de tarif, les prix de façon varient suivant les années, suivant les maisons, et bien entendu suivant le métrage et la difficulté des articles à tisser ; hors les périodes de forte demande, les chefs d’atelier n’ont que peu de prise sur le calcul de leur rémunération.

14Ainsi la fabrique stéphanoise se caractérise-t-elle par une subtile combinaison d’individualisme et d’interdépendance : chaque cellule économique organise son travail en toute autonomie, mais ne peut fonctionner que si ses partenaires lui en fournissent les moyens. Autrement dit, un fabricant ne peut rien produire sans ses façonniers, et ceux-ci sont au chômage s’ils ne trouvent pas de donneur d’ordres.

  • 9 Sources : BELLET M., ROYON M., VINCENT M., L’économie de la région stéphanoise, Saint-Étienne, PUS (...)
  • 10 Tous secteurs confondus ; en France, le chiffre est de 75 %. L’emploi dans des établissements de p (...)

15Le tissu économique stéphanois d’aujourd’hui garde les traces de cette mentalité individualiste et de ces liens d’interdépendance à travers le poids des petites et moyennes entreprises et de la sous-traitance. On note « une forte surreprésentation des établissements de moins de 200 salariés et une sous-représentation encore plus forte des établissements de plus de 500 salariés » ; ainsi, 70 % des entreprises industrielles comptaient en 1995 moins de 10 salariés, et 23 % se classaient dans la catégorie 10 à 49 salariés9. En termes d’emplois, dans la seule région stéphanoise, ce sont plus de 50 % des salariés qui travaillent dans des établissements employant moins de 50 personnes, et plus de 80 % dans des entreprises de moins de 200 personnes10. Ces chiffres confirment la persistance de la forme PME dans l’économie stéphanoise qui est, selon ses observateurs contemporains, une véritable « économie de PME ». À cet égard, la visibilité des grandes entreprises du secteur minier ou métallurgique, aussi bien dans le paysage urbain que dans l’imaginaire de la population locale ou « étrangère », a longtemps donné une image trompeuse de la réalité ; leur disparition ou leurs difficultés (Creusot-Loire, Houillères, GIAT, Manufrance...), en marquant l’opinion par leur aspect spectaculaire, ont occulté le dynamisme d’entrepreneurs créateurs ou repreneurs de PME, et fait croire à tort à un effondrement total de l’économie ligérienne. Pour ces petites entreprises, la sous-traitance est une tradition et une nécessité toujours actuelle. De l’automobile au textile, en passant par l’optique civile ou militaire ou encore par le matériel médical, nombre d’entre elles travaillent pour le compte d’industriels plus puissants, dans des créneaux souvent très spécialisés. Comme pour leurs aînées, leur présence est un facteur plutôt positif pour le tissu économique local, mais aussi une source de fragilité : en période de récession, le premier réflexe des donneurs d’ordres est de rapatrier le maximum d’activités confiées à l’extérieur. Aussi ces entreprises tentent-elles de pallier ces difficultés, en passant de la sous-traitance à la co-traitance, c’est-à-dire à une forme de partenariat avec leurs donneurs d’ordres, ou en s’insérant dans des réseaux nationaux et internationaux appelés à supplanter les grandes firmes motrices de la région.

Flexibilité, reconversion : quand la mode dicte ses lois

16Cette faculté d’adaptation, cette souplesse, nous ramènent une fois encore au monde rubanier : patrons et ouvriers, faisant de nécessité vertu, ont fini par ériger en valeurs propres à la profession ce qui était, à l’origine, des contraintes inhérentes au contexte dans lequel s’exerçait l’activité.

17La rubanerie est une industrie bée à la mode. Sa production est par définition saisonnière et dépendante des goûts versatiles de la clientèle, composée de maisons de couture, de modistes, de grands magasins ou de détaillants spécialisés (merceries, marchands de tissus...). D’un mois à l’autre, d’une année à l’autre, le volume et la nature des fabrications peuvent varier considérablement. Sur l’année, décembre-janvier et juillet-août sont traditionnellement des mois creux, consacrés aux inventaires et à la préparation de la saison suivante. Sur le long terme, la mode favorise ou non le ruban en fonction de critères totalement aléatoires, dans la mesure où il n’est qu’un accessoire, en concurrence permanente avec d’autres (dentelle, fleurs et plumes...). Lorsqu’il est en faveur, les clients peuvent jeter leur dévolu sur une infinie variété de créations, privilégiant les rubans larges ou étroits, préférant le velours ou les façonnés, les rayés ou les écossais, ou bien encore telle ou telle couleur ; dans la seule spécialité des rubans jacquards, les possibilités sont innombrables et les dessins se renouvellent sans cesse au gré de l’inspiration puisée dans les thèmes traditionnels – floraux ou géométriques – ou dans les courants artistiques du moment – orientalisme, art nouveau, cubisme – etc.

  • 11 GUINARD J., Rapport du jury de l’exposition de Lyon 1914, rubans de Saint-Étienne et lacets de Sai (...)

18Les fabricants se plient à ces « caprices de la mode », selon leur propre expression, en adoptant les techniques de production et de vente appropriées. En ce qui concerne la production, l’exploitation des ressources du travail à domicile leur permet de disposer à volonté de matériel et de main d’œuvre sans en supporter la charge permanente. L’atelier domestique présente sur l’usine l’avantage d’une « souplesse de transformation qui lui permet [au fabricant] de se plier pour ainsi dire instantanément à toutes les exigences d’une mode essentiellement capricieuse », et apparaît comme la solution idéale pour faire face à « la multiplicité des articles... la nécessité où l’on se trouve de transformer continuellement les métiers pour les adapter à une production aussi variée... et la faible importance du chiffre d’affaires qu’il est possible de tirer de chacune de ces nouveautés »11. Quant à la vente, les entreprises rubanières ont inventé bien avant nos industriels de la fin du xxe siècle le principe du flux tendu, sous le nom de « vente à commettre » : le client choisit sur échantillon le ou les modèles qu’il désire, indique la quantité et les coloris souhaités ; le fabricant fait alors tisser spécialement l’article, qu’il doit livrer dans des délais précis, souvent très réduits ; il ne produit ainsi que ce qu’il est sûr de vendre, et ne s’encombre pas d’un stock coûteux à gérer. Ce système, qui ne concerne bien entendu que la partie la plus « sensible » de la production, et non les articles de fond, est une réponse parfaite aux aléas du marché.

  • 12 Cette flexibilité horaire a de moins en moins cours après 1914 et au fur et à mesure que l’on avan (...)
  • 13 Le chef d’atelier possède le plus souvent plusieurs battants, pièce principale du métier à tisser, (...)

19Vue du côté des chefs d’atelier, la capacité d’adaptation se traduit d’abord par la flexibilité du temps de travail. Flexibilité revendiquée, quand il s’agit de s’accorder des moments de liberté ; les passementiers, maîtres chez eux, n’hésitent pas à interrompre leur travail en milieu de matinée pour « manger la soupe » entre voisins, ou à sacrifier une demi-journée pour se rendre à un enterrement et à l’inévitable visite au café qui le prolonge12. Mais aussi et surtout flexibilité subie, faisant alterner les périodes de travail intense durant lesquelles les journées peuvent s’étirer jusqu’à 15 ou 16 heures, et les périodes de chômage qui voient les métiers rester silencieux pendant des jours ou des semaines entiers, avec pour conséquence une grande irrégularité des revenus. Par ailleurs, sur le plan technique, les chefs d’atelier doivent être capables d’offrir aux donneurs d’ordres le maximum de possibilités pour fabriquer des articles toujours différents ; ce qui implique de disposer d’un large éventail de matériel13, sans aucune garantie quant à la rentabilité de l’investissement.

  • 14 Les femmes abandonnent peu à peu leurs chapeaux, leurs jupons, leurs « pantalons », leur corset, r (...)
  • 15 Il s’agit des Ets S. Roche. On notera que la plupart de ces fabrications sont des produits de sous (...)

20Habitués à l’inconstance de la mode, les hommes du ruban surent rebondir et se renouveler lorsque celle-ci leur refusa définitivement ses faveurs. Après la première guerre mondiale, la simplification et l’uniformisation du costume (féminin surtout, mais aussi masculin) conduisent à un abandon des accessoires et ornements, dont le ruban fait bien sûr les frais. Il ne s’agit plus là de « caprices » d’une mode qui préfère tantôt le velours, tantôt le satin, ou la soie puce à la soie gorge-de-pigeon, mais de l’abandon de pratiques vestimentaires vieilles de plusieurs siècles14. Face à ces bouleversements, les fabricants mirent en œuvre différents palliatifs. Tout d’abord en adoptant de nouveaux matériaux, tels que la rayonne ; beaucoup moins chère que la soie naturelle, elle la remplace dès les années 1920, rendant le ruban accessible à une clientèle plus modeste. Ensuite en s’orientant vers de nouvelles fabrications, moins soumises à la mode et moins saisonnières : rubans et tissus élastiques, étoffes, rubans à usage industriel (pour câblerie, bobinage des moteurs, machines à écrire, isolants électriques...). Ces articles utilitaires, considérés au départ comme des « articles de remplacement », simplement destinés à occuper les métiers en attendant des jours meilleurs, prirent peu à peu la place des fabrications traditionnelles, jusqu’à devenir majoritaires à la veille de la seconde guerre mondiale. Certes, les fabricants, à quelques exceptions près, ne se lancèrent pas dans ce type de production avec enthousiasme ; pour les raisons indiquées plus haut, la plupart ont la nostalgie du beau ruban de soie, et n’ont pas perdu tout espoir de reconquérir le secteur du luxe. Il n’en reste pas moins qu’ils saisissent leur chance de mettre leur savoir-faire au service d’une production nouvelle, qui va leur permettre non seulement de survivre, mais de relancer leur activité. Certains entrepreneurs perçoivent avec une particulière sagacité les créneaux porteurs : l’un d’entre eux, par exemple, qui produisait avant la première guerre mondiale des rubans de soie, s’est reconverti successivement dans les fabrications militaires, puis durant l’entre-deux-guerres dans les isolants électriques, puis dans les années 1950 dans la bordure de pantoufle charentaise, suivie dans les années 1960 par le ruban-fronceur pour rideaux et les sangles pour fixation de ski, auxquels succèderont dans les années 1970 les ceintures de sécurité et les élingues15. Ainsi, le secteur rubanier a toujours su rebondir et se renouveler, et ce jusqu’à aujourd’hui où une cinquantaine d’entreprises continuent de produire du « textile étroit ».

21La région stéphanoise, à travers de multiples crises, a puisé entre autres à cette source pour trouver l’énergie nécessaire à ses réorientations successives. Car ici, la reconversion est une seconde nature. Après 1860 déjà, l’accord de libre-échange franco-anglais avait contraint cette ville née de l’industrie à redéfinir ses activités face à la concurrence britannique ; dans les années 1880-1890, elle dut surmonter les effets de la grande dépression ; les deux conflits mondiaux l’obligèrent à intensifier les productions militaires, puis à les redéployer une fois la paix revenue ; enfin, depuis les années 1960, l’agonie de la mine et de la métallurgie firent disparaître des pans entiers du système productif local. Ainsi le bassin stéphanois est en reconversion perpétuelle, et ce selon deux processus parallèles. Tout d’abord, un certain nombre de secteurs fondateurs de l’économie font preuve de capacités de renouvellement et d’adaptation : tel est le cas de l’armurerie, de l’optique et bien sûr du textile. Dans ce dernier domaine, deux exemples peuvent illustrer ce changement dans la continuité : Thuasne, entreprise bicentenaire, qui s’était très tôt spécialisée dans le ruban élastique, n’a cessé d’élargir sa gamme de produits, en développant en particulier le textile médical (genouillères, coudières, et la célèbre ceinture Gibaud), et plus récemment les sous-vêtements de confort pour la pratique du sport ; Louison, qui possède toujours à son catalogue des rubans et des galons pour la confection, a dès les années 1960 diversifié son activité dans les secteurs aéronautique, médical et automobile, et s’est lancé il y a peu dans un partenariat avec des mécaniciens et des plasturgistes pour développer des tissus enduits auto-adhésifs. Ces deux cas sont significatifs d’une stratégie d’ouverture, à partir d’un solide savoir-faire de base, vers des domaines annexes porteurs de croissance. D’autre part, on constate l’émergence de secteurs totalement nouveaux, attirés par la notoriété industrielle stéphanoise : les matériaux composites, le traitement de l’eau, la productique en sont les exemples les plus nets. L’implantation de ces activités est souvent due à des entreprises étrangères (italiennes surtout), intéressées par le potentiel local en matière de main d’œuvre, de savoir-faire, de réserve foncière ou de sous-traitance : ainsi la société Iluna a choisi Saint-Étienne en 1992 pour installer une usine d’armatures de soutiens-gorge, suivie par sa compatriote Viero qui y a délocalisé sa fabrication de machines textiles.

  • 16 En 1990, le secteur secondaire employait 49,10 % des effectifs salariés de la zone économique de S (...)

22Autrement dit, et cela ne doit rien au hasard, le bassin stéphanois continue de générer son propre développement industriel et d’assurer la relève des branches qui disparaissent ou réduisent leurs effectifs. Même si les activités qui se développent ne suffisent pas à dissiper les inquiétudes quant au devenir économique de la région, même si leur impact reste limité en termes d’emplois, un certain renouvellement du tissu industriel est néanmoins perceptible et permet à l’agglomération de conserver une économie à dominante industrielle16. Cet enracinement de l’industrie, qui transcende les aléas conjoncturels, l’agglomération le doit à un certain nombre de qualités, ou pour le dire d’une manière plus neutre, de caractéristiques qui trouvent leur origine dans une histoire pluriséculaire. Chaque branche d’activité a contribué à sa manière à faire de Saint-Étienne un district industriel, avec ce que cela implique en termes de spécialisation, de division du travail, de capacité d’innovation, de capital humain et technique. Les milieux de la mine et de la métallurgie, s’ils ont en commun avec la rubanerie une même culture du travail, sont porteurs de valeurs sensiblement différentes ; avec une production organisée dans un cadre usinier, un patronat capitaliste et souvent d’origine étrangère à la région, ils ont plutôt développé des habitudes de solidarité (solidarité patronale dans la défense de leurs intérêts économiques ; solidarité ouvrière dans les luttes syndicales ou face aux catastrophes minières), et instauré des rapports sociaux fondés sur un mélange de paternalisme et de tension extrême, très différents de ceux qui caractérisent les milieux textiles rubaniers, dont l’apport singulier au district industriel stéphanois réside précisément dans le consensus réunissant « patrons » et « ouvriers » autour des valeurs communes que nous venons d’évoquer.

Notes

1 Cf. ces mots prononcés par un chef d’atelier à l’intention de sa fille : « quand je ne monterai plus à la fabrique, tu pourras préparer ta robe noire » ; témoignage recueilli par nos soins, in REYNAUD B., L’industrie rubanière dans la région stéphanoise de 1895 à 1975, Saint-Étienne, PUSE, 1991.

2 Interview de Michel Thiollière, maire de Saint-Étienne, in Entreprises, le magazine économique de Bref Rhône-Alpes, avril 1996.

3 Le statut des ouvriers à domicile fut l’objet d’interminables débats au sein de la fabrique stéphanoise, en raison de l’ambiguïté même de leur situation ; ce n’est que dans les années 1950 qu’ils seront reconnus légalement comme salariés, avec les avantages sociaux afférents.

4 Classement prenant en compte les 173 entreprises rubanières de Saint-Étienne ville, et effectué pour l’année 1905, à partir des patentes et du nombre de métiers occupés. Cf. REYNAUD B., op. cit., p. 42-47.

5 Sur la question de la confusion des rôles de chef d’atelier et de chef de famille chez les passementiers, voir DUBESSET M., ZANCARINI-FOURNEL M., Parcours de femmes, réalités et représentations, Lyon, PUL, 1993.

6 La question fut posée de nombreuses fois tout au long du xixe siècle, et avec une acuité particulière lors de la grève des passementiers en 1899-1900, puis de nouveau après la première guerre mondiale. À chaque fois, il sera impossible de mettre en place un front uni des fabricants, au motif qu’une entente patronale lèserait inévitablement les intérêts particuliers et que les mécontents se dégageraient alors eux-mêmes des obligations contractées.

7 C’est seulement en 1937 qu’un tarif des façons fut instauré à l’amiable entre fabricants et passementiers ; il sera homologué en 1952 par les préfets de la Loire et de la Haute-Loire.

8 Les fabricants font surveiller les passementiers par un « commis de barre », sorte de contremaître itinérant, qui passe d’atelier en atelier pour vérifier la qualité du travail, faire corriger les erreurs et faire accélérer l’exécution des commandes ; d’autre part, lorsque le chef d’atelier livre ses rubans, ils sont systématiquement vérifiés afin d’en connaître le métrage exact et les défauts éventuels. Mais ce type de surveillance est loin d’être aussi efficace que celle qui pourrait s’exercer en usine.

9 Sources : BELLET M., ROYON M., VINCENT M., L’économie de la région stéphanoise, Saint-Étienne, PUSE, 1992, p. 67-68 ; et COMITE D’EXPANSION DE LA LOIRE, La Loire en chiffres, statistiques établies à partir des données ASSEDIC, au 1er janvier 1995.

10 Tous secteurs confondus ; en France, le chiffre est de 75 %. L’emploi dans des établissements de plus de 500 salariés représente 13 % en France et 8 % dans la région stéphanoise.

11 GUINARD J., Rapport du jury de l’exposition de Lyon 1914, rubans de Saint-Étienne et lacets de Saint-Chamond, Paris, Ars-éditions, p. 20.

12 Cette flexibilité horaire a de moins en moins cours après 1914 et au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle. L’électrification des métiers, qui débute en 1892, donne lieu à la mise en place d’une réglementation horaire limitant à 10 heures par jour, 6 jours par semaine, la fourniture du courant ; les passementiers ne purent donc plus tisser quand ils le voulaient, sauf à le faire à la main (ce que certains n’hésitaient pas à faire, non sans être accusés par leurs collègues de concurrence déloyale). Contraints de rentabiliser au maximum les heures durant lesquelles le courant leur était fourni, ils ne trouvèrent plus le temps de donner libre cours à leur fantaisie.

13 Le chef d’atelier possède le plus souvent plusieurs battants, pièce principale du métier à tisser, qui permet de faire varier le nombre de pièces tissées simultanément sur une même chaîne (donc la largeur de chaque ruban) ; il possède également toutes sortes de navettes de formes différentes, appropriées aux différentes matières à tisser où aux divers effets de tissage (rubans épinglés, perlés...) ou de lisières (picots, franges...)

14 Les femmes abandonnent peu à peu leurs chapeaux, leurs jupons, leurs « pantalons », leur corset, racourcissent leurs jupes et en ôtent la plupart des ornements ; les hommes de leur côté se passent de plus en plus de chapeaux, de gilet, de bretelles, de cravate, de fixe-chaussettes... Autant de pièces de vêtements dans la fabrication desquelles entrait un métrage plus ou moins important de ruban ou de ruban élastique.

15 Il s’agit des Ets S. Roche. On notera que la plupart de ces fabrications sont des produits de sous-traitance : les isolants électriques sont destinés à l’Alsthom à Belfort ; les bordures de pantoufles à des producteurs de l’Ouest ; le ruban-fronceur à la société Rufflette-Belgique ; les sangles pour fixation de ski à Salomon et Look ; et les ceintures de sécurité aux fabricants de harnais, eux-mêmes fournisseurs des constructeurs automobiles. Sur cette entreprise, voir REYNAUD B., « Histoire d’une entreprise stéphanoise, les Ets S. Roche », in Bulletin CHR Université de Saint-Étienne, 1990, p. 133-148.

16 En 1990, le secteur secondaire employait 49,10 % des effectifs salariés de la zone économique de Saint-Étienne, contre 41,24 % en France. Source : BELLET M., ROYON M., VINCENT M., op. cit., p. 173.

Auteur

Université de Saint-Étienne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540