Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Organisation économique et spatiale des districts industriels

Entre ville et campagne : l’organisation bancaire des districts industriels. L’exemple du Choletais

Michel Lescure

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier COURAULT B., « Cholet, un exemple de district industriel français », in Dossie (...)
  • 2 Ce postulat fait l’objet d’une étude en cours par l’auteur. Dans la suite de l’article, les termes (...)
  • 3 DAUMAS J.-C, « Districts industriels : un concept en quête d’histoire », in Bulletin du Centre d’H (...)

1En amont de cette recherche se trouvent un postulat et une interrogation. Le postulat est qu’à un moment ou à un autre de son développement, l’économie du Choletais a fonctionné sur le modèle du district industriel, tel qu’il a été décrit par Alfred Marshall. Pour la période récente (celle postérieure à la crise des années 1970), cette hypothèse a été validée par une majorité de recherches consacrées à ce système productif localisé1. Pour la période plus reculée, l’hypothèse reste à l’état de postulat2. Les historiens économistes de la période contemporaine se sont peu intéressés à l’exemple de Cholet, ni d’ailleurs à celle des autres systèmes productifs locaux du même type ; alors que les historiens français s’étaient précipités en nombre dans les voies de l’histoire de la proto-industrialisation, ils sont absents des réflexions actuelles sur les districts3. L’un des enjeux de cette recherche est de détecter dans les mécanismes du crédit local les signes qui indiquent la présence d’un district.

2L’interrogation est centrée sur l’organisation bancaire des districts industriels français ; elle porte à la fois sur le rôle des banques dans l’organisation et le fonctionnement du district et sur le rôle du district dans l’organisation et le fonctionnement du système bancaire.

  • 4 BECCATINI G., « Le district marshallien : une notion socio-économique », in BENKO G. et LIPIETZ A. (...)

3Quel est le rôle des banques dans la constitution et l’organisation du district ? Dans le cas de l’Italie, il a été montré que le rôle des banques, et spécialement des banques locales (privées et publiques), a été essentiel. « La banque locale est originaire du district, elle s’y est développée, y entretient des relations très étroites avec les entrepreneurs locaux... et se situe au cœur de la vie locale, dont elle connaît toutes les subtilités et dont elle réussit très largement à infléchir l’évolution. Une telle institution peut effectivement mieux juger des qualités personnelles d’un demandeur de prêt, et mieux apprécier également les risques liés à un investissement donné, qu’une banque extérieure au district »4.

  • 5 CONTI G., « Institutions locales et banques dans la formation et le développement des districts in (...)

4Allant plus loin que ce simple énoncé, des travaux récents (toujours sur l’Italie) font des banques locales les institutions fondatrices du district. En éliminant les comportements opportunistes, les habitudes communautaires de la plupart des villes du centre-nord de l’Italie ont facilité le travail de contrôle réciproque des acteurs mis en œuvre par les banques locales et qui devait être à l’origine, après 1945, de l’émergence des districts5.

  • 6 LEPETIT B., Les villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, Albin Michel, 1988.

5L’étude d’un cas ne peut prétendre vérifier si de telles hypothèses sont applicables à la France. Elle permet cependant, éventuellement, d’en préciser les conditions de validité et d’en poser les limites. Elle permet aussi d’en examiner les modalités d’application. En incluant l’ensemble des secteurs et des banques localisés dans le territoire considéré, cette étude se propose, en effet, de mettre en valeur le rôle du district dans l’organisation du système bancaire local. L’intérêt du Choletais est d’inclure à la fois les différentes composantes du système bancaire (banques privées et banques publiques, banques locales et banques nationales) et deux secteurs industriels très différents l’un de l’autre : un secteur très ancien, le tissage, localisé dans la ville même de Cholet (avec essaimage dans les campagnes environnantes) et relativement concentré techniquement (une vingtaine d’usines en 1930, plus une cinquantaine de petits établissements, occupant 3-4 000 ouvriers en ateliers) ; en annexe de ce secteur, 18 grands ateliers de confection et un grand nombre de petits ateliers familiaux se sont développés, occupant 10 000 ouvrières (y compris celles travaillant à domicile) ; un secteur plus récent, puisque créé dans les années 1870-1880 pour employer la main-d’œuvre libérée par la mécanisation du tissage, l’industrie de la chaussure, qui compte une centaine de PME rurales employant 10 000 ouvriers (la majorité à domicile). La présence de ces deux secteurs induit-elle des comportements bancaires identiques ? L’opposition ville-campagne se retrouve-t-elle dans l’organisation du système bancaire ? L’un des enseignements les plus anciens de l’économie urbaine est que la ville, loin de se réduire à un « bloc de facteurs productifs » (c’est-à-dire un heu d’accumulation, notamment de capitaux), agit comme un « multiplicateur économique » : à ce titre, la ville procure aux agents des économies externes d’agglomération, elle facilité l’information et le face-à-face, elle produit des services propres comme la sûreté et la bonne foi, indispensables au jeu de l’échange et du crédit6. Ces données se lisent-elles dans l’organisation du système local de crédit ? Ou, à l’inverse, le concept globalisant de « district » induit-il une unité des pratiques bancaires ?

6Pour répondre à ces deux ensembles de questions, on s’attachera d’abord à analyser l’offre et la demande de crédit dans le district de Cholet ; on analysera ensuite l’évolution des modes de segmentation du marché bancaire avant d’en rechercher les explications.

L’offre et la demande de crédit

7Tels que les fait apparaître l’étude des effets de commerce présentés à l’escompte ou au réescompte de la succursale de la Banque de France de Cholet, les besoins de crédit des entreprises du Choletais sont de deux types très différents.

8Les premiers sont liés à la commercialisation des productions locales.

9En 1930, 66 % (en valeur) des effets escomptés par la succursale de Cholet ont comme principaux obligés des entreprises extérieures à la région (effets déplacés). Très classiquement, ces effets mobilisent le produit des ventes effectuées par des entreprises du Choletais. La répartition géographique des obligés illustre l’importance du débouché commercial des entreprises du Choletais : avec 51 % en valeur des effets déplacés, la région parisienne représente le principal débouché tant pour les producteurs de chaussures (69 %) que pour les firmes textiles (43 %). Les autres pôles importants sont plus spécifiques à chacune des industries ; si le Sud-Ouest représente 36,4 % des effets présentés par les tissages, il est absent de ceux présentés par l’industrie de la chaussure. Le Nord-Ouest présente plutôt la figure inverse.

10Les effets tirés sur des personnes domiciliées dans le Choletais (effets sur place) représentent un type très différent de besoin de financement. Les effets ne mobilisent pas une vente mais un crédit. Ce « papier de crédit » est émis en représentation soit d’un prêt ou d’un découvert accordé à une entreprise par un particulier ou une banque, soit (à partir des années 1920) d’un crédit de campagne accordé directement par la Banque de France. Ce type de crédit est fondamental pour les entreprises du Choletais, non pas tant pour les besoins de financement des investissements que pour les besoins de fonds de roulement des firmes. Autant qu’on puisse en juger, l’investissement des entreprises du Choletais est faible pendant toute la période : en 1952, les immobilisations ne dépassent pas 25 % des actifs dans le tissage et 19 % dans la chaussure. Dans le même temps, les stocks atteignent respectivement 57 et 49 %. L’importance des besoins de fonds de roulement s’explique par les usages commerciaux ; dans le tissage, par exemple, les entreprises doivent tenir à la disposition des grands magasins de Paris des stocks importants de toiles préparées pour les expositions de blanc. Elle s’explique aussi par les codes sociaux en vigueur dans le district : le refus de licencier la main-d’œuvre en période de crise, par exemple, entraîne un gonflement régulier des stocks et, par voie de conséquences, des besoins de financement par avances ou découverts. Bien que les firmes bénéficiaires de ces crédits soient relativement peu nombreuses, les effets sur place représentent en valeur 34 % des effets escomptés à la Banque de France (1930).

11En réponse à ces besoins de capitaux, les structures de l’offre de crédit s’organisent autour de deux pôles : un pôle de banques enracinées dans le territoire et à gestion décentralisée, un autre, à gestion plus centralisée, représenté par les succursales des grands établissements de crédit.

  • 7 Rapport d’inspection de la Banque de France (désormais R.I. B.D.F.), Angers, 1896.
  • 8 Les deux autres banques locales mentionnées dans les rapports d’inspection semblent avoir disparu (...)

12Le premier pôle est représenté à Cholet par la Banque Delhumeau. Dès la fin des années 1890, cette banque, présentée jusque là comme une maison de « second ordre »7, est devenue la seule banque locale de Cholet8. S’y ajoute, entre les deux guerres, la Banque Populaire du Maine-et-Loire d’Angers qui s’installe en 1924 à Cholet en récupérant, en partie, la clientèle et l’encadrement de la succursale d’une banque locale angevine tombée en faillite, la Banque Massiot. Le second pôle est principalement constitué par le Crédit Lyonnais, présent à Cholet dès 1891, et la Banque Nationale de Crédit qui s’y installe au lendemain de la première guerre mondiale. À ce groupe peut être rattaché le bureau auxiliaire de la Banque de France, créé en 1883-1886 et transformé en succursale en 1921-1923. Banque des banques, mais aussi banque des particuliers, la Banque de France semble exercer, dans l’entre-deux-guerres, un contrôle de plus en plus étroit sur l’activité de ses succursales, ce qui en réduit l’autonomie et permet d’assimiler le fonctionnement de la Banque de France à celui des grands établissements de crédit.

Les segmentations du marché bancaire

13Appuyée sur les archives du Crédit Lyonnais et de la Banque de France, l’étude de la clientèle bancaire et des opérations de crédit conduites par les différents types de banques permet de dégager trois types successifs d’organisation du marché bancaire.

  • 9 R.I. B.D.F., Angers, 1903. La seule concurrence perceptible est celle de la banque locale d’Angers (...)
  • 10 R.I. B.D.F., Angers, 1898.
  • 11 R.I. B.D.F., Angers, 1895.
  • 12 DAGNEAU J., Les agences régionales du Crédit Lyonnais, années 1870-1914, New-York, Arno Press, 197 (...)
  • 13 Ces encours s’élèvent à 655 000 F contre 4 562 000 F à la banque Veuve Delhumeau.

14Jusqu’en 1914, la banque locale exerce un monopole très large sur les activités locales de crédit. La Banque Delhumeau est « le seul banquier de la région de Cholet »9. La réalité de ce monopole est illustrée par la stagnation des opérations des autres banques, et notamment du Crédit Lyonnais, sur la place de Cholet. Dix ans après sa création, la sous-agence du Crédit Lyonnais ne compte qu’une vingtaine de comptes créditeurs (pour 144 000 F) et une quinzaine de comptes débiteurs (pour 41 000 F) (tableau 1). Comme le commente le rapport d’inspection de la succursale de la Banque de France en 1898, « la sous-agence ne réussit pas et ne fait que de petites affaires »10. Cet échec contraste avec l’activité que connaît l’agence principale du Crédit Lyonnais à Angers ; sur cette place, où il n’est installé que depuis 1881, le Crédit Lyonnais fait « beaucoup d’affaires avec la meilleure clientèle de la place »11. Et, malgré de sensibles progrès dans la décennie suivante (le nombre de comptes créditeurs doublant et celui de comptes débiteurs triplant), la position du Crédit Lyonnais reste marginale à Cholet à la veille de la guerre. Dans la mesure où, dans la politique d’extension du réseau du Crédit Lyonnais, la logique des emplois l’emporte désormais sur celle du drainage de l’épargne12, cet échec est particulièrement marqué au niveau des crédits : en 1913 le total des encours de crédits (hors portefeuille commercial) du Crédit Lyonnais de Cholet n’atteint pas 15 % de celui de la banque locale13.

Tableau 1 : Principaux comptes de la sous-agence du Crédit Lyonnais à Cholet.
Source : archives historiques du Crédit Lyonnais, inventaire général.

15La réussite de la banque locale se lit à la fois dans la profondeur de son implantation commerciale et dans les moyens mis en œuvre. Tel que le laisse apparaître l’étude de ses présentations à la Banque de France, la Banque Delhumeau se caractérise par une très grande polyvalence de son implantation sectorielle et géographique. Très présente dans l’industrie nouvelle de la chaussure et dans la nébuleuse des petites villes du Choletais qui abritent cette industrie, la banque locale l’est aussi à Cholet et dans les activités industrielles et commerciales qui y sont localisées (le tissage mécanique principalement).

  • 14 LESCURE M. et PLESSIS A. (eds), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Pa (...)
  • 15 R.I. B.D.F., Angers, 1906. Les rapports notent toutefois, régulièrement, que le papier venant des (...)
  • 16 À la même date, les avances représentent 38,6 % des emplois du Crédit Lyonnais et de la Société Gé (...)

16Les moyens mis en œuvre au service de cette large clientèle vérifient pour Cholet le caractère de « banque mixte » que présentent la plupart des banques locales françaises du début du siècle ; mais ils soulignent aussi l’exceptionnelle réussite de cette banque comparée aux autres banques du même type. Alors que dès la fin du siècle de nombreuses banques locales et régionales, confrontées dans le domaine de l’escompte à la concurrence des grands établissements de crédit, ont dû se replier sur l’escompte de papier de seconde catégorie et sur les découverts14, la Banque Delhumeau, comme d’ailleurs les banques locales d’Angers, continue à capter le meilleur papier de la place : « c’est dans l’escompte de cette dernière qu’on trouve la plus forte proportion de bonnes valeurs commerciales et le moins de papier de crédit »15. Comme dans les autres banques locales, les découverts et autres crédits n’en représentent pas moins une part importante de l’activité bancaire : en 1912, les crédits à la clientèle figurent pour plus de 56 % dans les actifs de la Banque Delhumeau contre 17 % pour le portefeuille commercial16 (tableau 2).

Tableau 2 : Structure du bilan de la Banque Veuve Delhumeau en 1912 (000 F).
Source : R.I. B.D.F., Angers, 1912.

  • 17 R.I. B.D.F., Angers, 1907.
  • 18 Exemple de l’entreprise de chaussures Le Progrès ; la faillite de cette entreprise (1904), dans la (...)
  • 19 Cette relation entre le coût élevé des dépôts et l’importance des crédits et des découverts (voire (...)

17Grâce à ces découverts, accordés parfois, selon la Banque de France, « avec une facilité peut-être exagérée »17, la banque exerce une véritable commandite sur certaines entreprises régionales18. L’importance des découverts et des crédits s’explique de deux façons : d’un côté, elle permet à la banque locale de faire valoir son avantage concurrentiel face aux succursales des grands établissements de crédit ; de l’autre, elle lui permet de proposer des rémunérations attractives aux importants dépôts que la banque sollicite19 (7 millions de francs en 1907, soit dix fois le montant du capital).

  • 20 R.I. B.D.F., Cholet, 1926.

18Dans la période suivante, celle de l’entre-deux-guerres, la banque locale, malgré le renfort de la Banque Massiot (transformée en Banque Populaire en 1924) et malgré l’intégration de la Banque Delhumeau dans une puissante banque régionale (le Crédit de l’Ouest), perd le monopole de l’activité bancaire. Les agences des grands établissements de crédit (et plus spécialement le Crédit Lyonnais) opèrent une percée importante par rapport à l’avant-guerre. Crédit de l’Ouest et Crédit Lyonnais « se partage(nt) la clientèle des meilleures maisons de la place »20.

  • 21 L’inventaire général du Crédit Lyonnais ne ventile plus après 1923 les résultats des différentes s (...)
  • 22 La portée du phénomène est peut-être amplifiée au tableau 3 par la politique de certaines banques, (...)

19La lacune des sources21 ne permet pas d’analyser les modalités de la concurrence et de la division du travail entre les différents types de banques. L’étude croisée du papier présenté à la Banque de France et des rapports d’inspection de la succursale permet, toutefois, de déceler une segmentation du marché bancaire organisée sur une base à la fois sectorielle, géographique et structurelle (tableau 3). Elle oppose globalement la clientèle des établissements de crédit à succursales (dans laquelle il faut inclure les clients directs de la Banque de France) à celle des banques locales (Crédit de l’Ouest et Banque Populaire du Maine-et-Loire) : dans le premier cas, une clientèle majoritairement issue du tissage de la ville de Cholet ; dans le second, une clientèle majoritairement issue de l’industrie diffuse de la chaussure22.

  • 23 R.I. B.D.F., Cholet, 1925 et 1926.

20Dans les années 1920, « l’industrie des tissages est surtout en relation d’affaires avec le Crédit Lyonnais et la Banque Nationale de Crédit » ... tandis que le Crédit de l’Ouest a « la plus grande partie des fabricants de chaussures »23.

  • 24 R.I. B.D.F., Cholet, 1925.

21Cette dualité sectorielle et géographique en recouvre une autre, concernant le type d’entreprises ; alors que le capital moyen des entreprises clientes des banques décentralisées est inférieur à 600 000 F, celui des clients directs de la Banque de France est supérieur à deux millions. Cette segmentation en fonction de la taille des entreprises clientes est en partie le corollaire de la segmentation en fonction du secteur d’activité ; les tissages de Cholet ont une taille plus importante et une organisation plus capitalistique que les entreprises de l’industrie diffuse de la chaussure. L’orientation privilégiée des banques locales vers la clientèle des petites et moyennes entreprises n’est pas, cependant, le simple calque de leur orientation en matière de secteur d’activité. C’est ainsi que, malgré sa forte présence dans l’industrie de la chaussure, le Crédit de l’Ouest garde un contact étroit avec les tissages de Cholet. Mais même dans ce secteur, ce ne sont pas tous les types d’entreprises textiles qui opèrent avec le Crédit de l’Ouest : sa clientèle comprend « quelques bonnes maisons de tissage mais non les plus importantes qui s’adressent surtout aux autres établissements de crédit »24.

Tableau 3. Répartition géographique et sectorielle du papier du portefeuille de la succursale de la Banque de France de Cholet selon le présentateur du papier (1930) (en %).
Source : RI BDF, Cholet 1930.
Note : La colonne « banques locales » inclut le Crédit de l’Ouest et la Banque Populaire du Maine-et-Loire. L’absence de colonne consacrée aux grands établissements de crédit s’explique par le fait que ces banques ne figurent pas parmi les présentateurs de la Banque de France ; comme ils le font depuis la fin du xixe siècle, les grands établissements de crédit ne viennent réescompter qu’exceptionnellement (et toujours du papier court).

22Sans doute convient-il de ne pas systématiser la segmentation des marchés bancaires entre banques locales et grandes banques nationales à réseaux ; celle-ci n’est ni absolue ni immuable. Au sein des banques décentralisées, par exemple, une distinction peut être introduite entre le Crédit de l’Ouest et la Banque Populaire du Maine-et-Loire. La clientèle de la première est relativement plus équilibrée que la seconde. Alors que les petites villes du Choletais représentent 79 % de la clientèle de la Banque Populaire (et 74 % de la valeur du papier), elles ne représentent que 69 % de celle du Crédit de l’Ouest (et 67 % de la valeur du papier). Alors que l’industrie de la chaussure représente les deux tiers de la clientèle de la Banque Populaire (pour 73 % de ses engagements), elle n’en représente que 41 % au Crédit de l’Ouest (pour 47 % des engagements). Plus ancien et mieux enraciné à Cholet, le Crédit de l’Ouest garde ainsi un contact plus étroit avec le tissage urbain que la jeune banque populaire angevine ; le tissage représente 39 % de sa clientèle (et 40 % de ses engagements), contre 12,5 % à la Banque Populaire (et 5 %). La clientèle du Crédit de l’Ouest est ainsi plus proche de celle des grands établissements que celle de la banque populaire.

  • 25 En 1937, la B.N.C.I. représente 29,2 % des effets réglés par la chambre de compensation, juste der (...)
  • 26 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.
  • 27 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

23Au sein des succursales des grandes banques, il est aussi possible de dégager des variantes qui atténuent les oppositions entre banques nationales et banques locales. Alors qu’en sélectionnant rigoureusement sa clientèle dans les rangs des grandes entreprises de tissage, le Crédit Lyonnais fait, sur place, le choix de la sécurité au détriment de la croissance (ce qui le fait passer du deuxième au troisième rang des banques de Cholet dans les années 1930), la B.N.C. fait le choix inverse (ce qui la fait passer au deuxième rang derrière le Crédit de l’Ouest)25. Ce choix s’explique par la rupture liée à la défaillance de la Banque Nationale de Crédit : « Après la défaillance de la B.N.C, le directeur a multiplié les démarches pour retenir ses clients. Il a aussi attiré un certain nombre de petites maisons – évincées pour la plupart par les autres banques-dont la situation laisse beaucoup à désirer »26. De son héritage, elle garde une bonne clientèle « textile » ; mais elle doit son renouveau à une « clientèle ‘chaussures’ qui laisse fortement à désirer »27.

  • 28 R.I. B.D.F., Cholet, 1923.
  • 29 R.I. B.D.F., Cholet, 1936.

24La relativité et l’instabilité des clivages ne doit pas masquer la réalité de la segmentation des marchés bancaires. Les conséquences de ces clivages sont à apprécier en terme de risque assumé par les différents types de banque. De taille plus petite, les entreprises de l’industrie diffuse, clientes des banques locales, sont également plus fragiles financièrement que les entreprises du tissage urbain, car la clientèle des industries de la chaussure « reste difficile pour les règlements »28 et les taux de retour sont beaucoup plus importants que dans les autres secteurs. Ce clivage entre les entreprises rurales de la chaussure, très fragiles financièrement, et les tissages urbains, très solides (ceci en raison des profits de la première guerre mondiale et du faible réinvestissement) ira en s’accentuant pendant la crise des années 193029.

  • 30 R.I. B.D.F., Cholet, 1952.

25Ces risques ne sont probablement pas étrangers à l’évolution constatée dans la période suivante, celle de l’après-guerre et du début des années 1950. Cette période, caractérisée par le renforcement des grands établissements de crédit, mais aussi par une bonne résistance des banques régionales, voit se dissoudre, au moins en partie, la segmentation précédente. Bien que la remarque doive rester à l’état d’hypothèse, il semble que, tant sur le plan sectoriel que géographique et structurel, le territoire de la banque locale et celui de la banque nationale tendent à se rapprocher. C’est ainsi que, comme pouvait le laisser présager, dans les années 1930, l’évolution de la B.N.C.I. (de plus en plus tournée vers la clientèle des campagnes), le territoire des grandes banques à succursales s’étend de plus en plus à l’ensemble du district : en 1952, par exemple, la clientèle de l’agence du C.N.E.P., « la moins importante des succursales des quatre banques nationalisées, [...] semble être presque exclusivement composée de manufactures de chaussures »30, c’est-à-dire de petites firmes localisées en milieu rural.

  • 31 R.I. B.D.F., Cholet, 1952.
  • 32 R.I. B.D.F., Cholet, 1952.

26Pourtant, si le clivage entre banques locales et banques nationales semble neutralisé, la frontière entre ville et campagne demeure bien réelle. La segmentation a simplement changé de nature : le vecteur n’en est plus le type de banque mais le type de crédit. La segmentation est devenue technique. Dans l’industrie diffuse de la chaussure, les entreprises ne reçoivent plus que des crédits d’escompte. En pourcentage du risque bancaire total, les effets escomptés s’élèvent en octobre 1951 à 87,3 % dans l’industrie de la chaussure, contre 34,2 % dans le tissage31. Dans l’industrie de la chaussure, « les fournisseurs ont pris la place des banquiers qui ne consentent que peu de crédit à ce secteur ». De fait, en 1952, les crédits « fournisseurs » représentent 37 % du passif des entreprises de la chaussure (et 75 % des stocks), contre 13,3 % dans le textile (23,6 % des stocks)32. Dans le tissage urbain, la situation est inversée ; la faiblesse relative des crédits d’escompte et du crédit « fournisseurs » a pour contrepartie l’importance des « autres crédits » bancaires (66 % de l’ensemble des crédits bancaires en octobre 1951).

  • 33 R.I. B.D.F., Cholet, 1952, 1954, 1956.

27Pour une part non négligeable, ces différences s’expliquent par les besoins des firmes qui divergent fortement d’un secteur à l’autre. Dans l’industrie de la chaussure, par exemple, les stocks, renouvelés cinq fois par an, sont relativement légers (cf. supra) ; les besoins financiers les plus importants sont liés à la commercialisation des produits, c’est-à-dire à la mobilisation des traites. Dans l’industrie textile, au contraire, les besoins d’escompte sont faibles ; en effet, les grands magasins parisiens, qui représentent 40 % des ventes de ces firmes, n’acceptent pas que l’on tire des traites. Par contre, ces firmes ont de gros besoins en matière de crédits et d’avances ; l’importance des stocks est d’autant plus grande que l’adjonction au tissage d’un atelier de confection a dans certains cas allongé le cycle de fabrication33.

  • 34 R.I. B.D.F., Cholet, 1954.

28Ces explications ont cependant leurs limites. Si, d’une période à une autre, les besoins des firmes changent, c’est d’abord parce que les banques ont été conduites à modifier leur propre stratégie ; si, par exemple, dans l’industrie de la chaussure, les fournisseurs se substituent aux banques pour le financement des stocks, c’est parce que, désormais, « les banques limitent presque uniquement leur concours à l’escompte d’effets commerciaux »34. C’est ce type de changement qu’il convient d’expliquer.

Les interprétations

29Les segmentations successives du marché bancaire s’expliquent par de nombreux facteurs. L’étude se limitera à deux d’entre eux, qui jouent sur la capacité des banques locales à satisfaire la demande des firmes : le problème de l’information propre aux entreprises du district (spécialement aux firmes rurales), le rôle de la Banque de France.

  • 35 R.I. B.D.F., Cholet, 1932, 1935, 1937.

30Au cœur de la segmentation qui a prévalu jusqu’au milieu du siècle, se retrouve l’avantage compétitif dont bénéficient les banques locales, par rapport aux grandes banques nationales, en matière d’information et contrôle de la clientèle. Les entreprises du district de Cholet représentent, pour les créanciers potentiels, un coût élevé de réduction des asymétries d’informations et de contrôle. La plupart de ces firmes sont, en effet, des petites et moyennes entreprises familiales qui livrent peu d’informations sur leur activité et leur mode de fonctionnement. Les efforts déployés par la succursale de la Banque de France pour vaincre ces difficultés d’information sont révélateurs de l’opacité du milieu. Du fait de leur taille, les entreprises de la chaussure sont les plus concernées par ce problème. S’y ajoute, dans leur cas, un ancrage dans le territoire encore plus fort que celui observé dans les entreprises textiles et qui aggrave les difficultés d’information et de contrôle. Cet ancrage se concrétise en effet par des financements informels qui peuvent échapper aux règles comptables usuelles. Dans l’industrie de la chaussure, l’essentiel des capitaux est « prêté par la famille et la population de chaque commune ». « Les paysans, les ouvriers sont en compte-courant dans ces fabriques, sans le plus souvent avoir de titres de créance, si ce n’est l’inscription de leur crédit sur un carnet quelconque, qui sert à l’emprunteur pour faire sa tournée de paiements des intérêts aux époques fixées. C’est là un aléa dans l’étude des affaires de chaussures qui ne font pas toujours ressortir dans leur passif les dettes ainsi contractées »35.

  • 36 EBER N., « Efficience du système bancaire, structure du marché de crédit et activité économique », (...)
  • 37 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

31La localisation de cette industrie dans les campagnes constitue probablement le facteur d’asymétrie le plus lourd. S’appliquant à la production mais aussi à une partie du débouché, cette localisation accroît, tout naturellement, les coûts de contrôle de la clientèle (le monitoring cost étant corrélé positivement avec la distance entre prêteur et emprunteur)36. C’est elle aussi qui est à l’origine des risques élevés observés dans ce secteur. En effet, la clientèle des firmes ne se compose pas seulement de détaillants urbains bien établis, elle se compose aussi de marchands forains difficiles à contrôler ; cette « clientèle de petits boutiquiers de campagne et de forains [a elle-même] du mal à se faire régler par les paysans et les ouvriers »37. De la production à la consommation, la ruralité de l’industrie de la chaussure allonge la chaîne du risque encouru par la banque.

  • 38 R.I. B.D.F., Angers, 1892, 1894, 1896, 1899 et 1912.
  • 39 LESCURE M., Banques et district en France : l’exemple de Cholet (1880-1940), rapport à la DATAR, P (...)

32Ces facteurs permettent de comprendre pourquoi, face à la concurrence des grands établissements de crédit, les positions de la banque locale ont été mieux défendues dans la clientèle de l’industrie diffuse que dans la bonne clientèle des tissages urbains. Les banques locales disposent pour la clientèle de l’industrie diffuse d’un avantage compétitif qui ne se limite pas au pouvoir de marché que les banques les plus anciennes tirent des coûts de changement de banque. Elles doivent beaucoup plus cet avantage et ce pouvoir à l’efficacité des relations de proximité qui existent entre la banque locale et ses clients. Ces relations, qui génèrent d’importantes réductions de coûts d’information et de surveillance, contrastent avec les procédures institutionnalisées et hiérarchiques qui prévalent dans les réseaux des grands établissements de crédit. Dans le cas du Crédit de l’Ouest, comme dans celui de beaucoup d’autres banques locales, ces relations ont dû être facilitées par le fait que, née dans le milieu rural, la banque locale de Cholet semble longtemps conserver dans les campagnes un dense réseau d’escompteurs et de relations directes qui accroissent l’efficacité des services de surveillance de la banque38. C’est grâce à cette présence dans les campagnes que la banque locale a été amenée à jouer un rôle important dans la naissance de l’industrie de la chaussure à la fin du xixe siècle39.

  • 40 DIETSCH M., « Localisation et concurrence dans la banque », in Revue économique, n° 4,1993, p. 779 (...)
  • 41 ZIEGLER D., « Universal Banking in Continental Europe, 1830-1938 », in EUGENIA NUNEZ C. (éd.), Fin (...)
  • 42 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

33Les relations de proximité débouchent ainsi sur un deuxième facteur de réduction des coûts d’information pour la banque locale, les relations de clientèles. Celles-ci se définissent comme étant des relations de long terme qui, grâce à l’information qu’elles procurent, permettent à la banque de mieux évaluer les caractéristiques de l’emprunteur et de générer un surplus profitable aux deux parties40. Or le cas de Cholet vérifie la continuité des liens qui, dans de nombreux territoires industriels (et pas seulement les districts), lient la banque locale et les firmes locales. La banque locale inscrit ses relations avec les firmes dans le long terme. Elle le fait d’autant plus naturellement que, banque mixte, elle fournit tous les services dont ses clients ont besoin, ce qui, tout à la fois, l’implique dans l’avenir à long terme de la firme et facilite son travail de surveillance41. Mais, à Cholet, cette continuité se traduit aussi par une très grande « fidélité de la clientèle à la maison de banque qui lui a permis de prospérer »42. Avec l’arrivée des nouvelles banques, les entreprises du Choletais prennent l’habitude, dans l’entre-deux-guerres, d’avoir plusieurs banques, mais elles travaillent essentiellement avec la banque qui les suit depuis leur création.

34Quelle qu’ait pu être la stratégie locale des grands établissements de crédit (celle-ci s’analysant comme un arbitrage entre la croissance et la sécurité), leur capacité de développement s’en trouvait réduite. D’autant que cette proximité et ce suivi des relations permettent une très grande souplesse d’intervention de la banque locale (ce dont témoigne la diversité des types de crédits consentis) qui contraste avec la rigidité des mécanismes allocatifs en vigueur dans les agences des grands établissements. Coûts relatifs de l’information et de contrôle de la clientèle, moindre jeu des effets de proximité et de suivi des emprunteurs contribuent (au moins dans un premier temps) à orienter les grands établissements vers la clientèle des firmes importantes du milieu urbain.

35Mais, comme le montre l’évolution de la segmentation des marchés bancaires, à terme, les choses ont évolué. D’un côté, certaines succursales de grands établissements de crédit ont été conduites à franchir l’étroite limite dans laquelle elles s’étaient jusque-là cantonnées. Les premières à s’être engagées dans cette voie y ont été contraintes par la nécessité (B.N.C.I. puis C.N.E.P.) et à l’occasion d’un renforcement de l’autonomie de la succursale (B.N.C.I.). De l’autre, la banque locale s’est peu à peu intégrée à des réseaux d’intérêt plus larges, ce qui, progressivement, va modifier son mode de fonctionnement au détriment des effets de proximité.

  • 43 Cette banque est jusque là une société en nom collectif entre Madame Fortin et ses deux fils (capi (...)
  • 44 Le nouveau Président du Crédit de l’Ouest est Guérin de Vaux, inspecteur des Finances et censeur d (...)

36La première étape est, en 1913, la fusion de la Banque Veuve Delhumeau avec la Banque Veuve Fortin et fils d’Angers43. À la suite de l’absorption de la Banque Guillouët de Saint-Nazaire (1918), le Crédit de l’Ouest (dénomination de la nouvelle banque), dispose, outre son siège social situé désormais à Angers, de trois succursales (Cholet, Paris et Saint-Nazaire), de 14 agences et de nombreux bureaux hebdomadaires. Si la direction générale est assurée à Angers par Georges et Paul Fortin, la succursale de Cholet reste sous la responsabilité de deux administrateurs-délégués issus du milieu choletaisien : Madame Delhumeau et Georges Turpault, l’un des plus gros tisseurs de Cholet, intéressé à la fusion de 1913. Une deuxième étape est franchie en 1924, quand, après une période de vive croissance, le Crédit de l’Ouest enregistre de lourdes pertes, liées à ses intérêts dans le groupe industriel d’Angers Bessoneau ; la banque régionale passe alors sous le contrôle partiel du C.I.C.44.

  • 45 R.I. B.D.F., Angers, 1934.
  • 46 Pour l’ensemble du groupe Crédit de l’Ouest, le ratio portefeuille commercial/comptes-courants déb (...)

37La constitution d’un réseau et l’intégration progressive dans le groupe C.I.C. ne semblent pas avoir modifié immédiatement et radicalement la politique de la banque locale. La gestion du Crédit de l’Ouest se caractérise pendant l’entre-deux-guerres par une très grande autonomie du réseau qui autorise la Banque de France à critiquer le « particularisme » de ses succursales45. Au moins dans un premier temps, les relations de proximité et de clientèle sont préservées. La liquidité de la banque n’en progresse pas moins sensiblement pendant la période46 et, dans les années 1930, intervient un début de centralisation de la gestion (au profit d’Angers) moins propice au développement de ce type de relations. En même temps que la distance s’allonge entre la banque et son client, les procédures d’information et de contrôle se formalisent et s’alourdissent. C’est probablement à cet effet de distanciation et aux coûts de contrôle qui en résultent qu’il faut imputer le repli des opérations de crédits et d’avances au profit de plus en plus exclusif du portefeuille commercial observé après 1945.

38Un deuxième facteur d’évolution de la banque locale est constitué par la stratégie de la Banque de France.

  • 47 Pour l’ensemble de la province, la part des banques locales et régionales dans le portefeuille de (...)
  • 48 GONJO Y., « La Banque de France et la déconcentration du crédit (1880-1920) », communication au co (...)

39Jusqu’au milieu des années 1920, la Banque de France apporte un concours décisif au développement de la banque locale. L’importance du papier présenté par la Banque Delhumeau pour l’activité de la succursale (celui-ci représente 86 % de son portefeuille dans les années 1900-1913 et 100 % de son portefeuille bancaire) vérifie pour Cholet la complémentarité qui se crée dans un très grand nombre de places françaises, à la fin du XIXe et au début du xxe siècles, entre les banques locales et l’institut d’émission47. Du côté de la Banque de France, cette complémentarité s’explique principalement par la nécessité de trouver une activité (et des bénéfices) qui vienne compenser la stagnation du portefeuille commercial née de la concurrence des grands établissements de crédit. Grâce à la collaboration avec la banque locale, le montant des effets escomptés à la Banque de France double entre 1900 et les années d’avant-guerre et la rentabilité relative de la succursale de Cholet s’améliore. S’y ajoute un choix politique, celui formulé en 1880 par la Banque elle-même et renouvelé en 1897, avec cette fois la surenchère de l’État, visant à promouvoir le développement régional et la démocratie économique48.

  • 49 NISHIMURA S., « The French Provincial Banks, the Banque de France and Bill Finance, 1890-1913 », i (...)
  • 50 R.I. B.D.F., Angers, 1906. Pour l’ensemble de la succursale d’Angers, la proportion de papier de c (...)

40Du côté des banques locales, l’intérêt de la coopération avec la Banque de France est double : il est d’être assuré de trouver une source permanente de financement et de liquidité ; il est aussi, accessoirement, de ne pas rencontrer une source supplémentaire de concurrence. Pour la banque locale, les possibilités de financement trouvées auprès de la Banque de France sont un outil d’autant plus efficace qu’il s’applique à tous les types de crédit et à toutes les conjonctures. À Cholet, comme ailleurs en France, la Banque de France ne limite pas les possibilités de réescompte au seul vrai papier commercial ; elle les ouvre largement au papier de crédit émis pour mobiliser les découverts accordés par les banques locales à leur clientèle d’entrepreneurs. Au niveau national, la Banque de France, par la mobilisation du papier de crédit, aurait financé l’équivalent de 10 % des investissements en 191349. À Cholet, le papier de crédit présenté par la Banque Delhumeau représente, en 1906,17 % du total de ses engagements à la Banque de France, mais 51 % de ses engagements sur place50.

  • 51 R.I. B.D.F., Angers, 1907 et 1912.
  • 52 PLESSIS A., « Les concours de la Banque de France à l’économie (1842-1914) », in BOUVIER J. et PER (...)
  • 53 GOODHART C.A.E., The Evolution of Central Banks, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 19 (...)

41Mais c’est en période de crise de liquidité bancaire que la Banque de France démontre sa plus grande utilité. Elle est amenée alors à jouer pleinement son rôle de prêteur en dernier ressort. Ce rôle, qui conditionne le bon fonctionnement du système bancaire à tous ses échelons, est au niveau de la banque locale une nécessité absolue imposée par la structure financière de ces banques. À deux reprises, en 1907 et 1912, la Banque de France est ainsi amenée à rétablir la liquidité compromise de la Banque Delhumeau ; face aux demandes de retraits des dépôts, la Banque de France intervient massivement, y compris en escomptant le papier non bancable de la banque locale51 ; la Banque Delhumeau échappe ainsi à la crise qui frappe alors de nombreuses banques locales52. Les directives données par la banque centrale à la banque locale, et visibles dans les infléchissements de la stratégie de sa direction après 1907 (réduction des découverts, stabilisation des dépôts) suggèrent même un début de surveillance et de contrôle, en accord avec le rôle prêté à la banque centrale dans le cadre de sa « micro-fonction »53.

  • 54 LESCURE M., op. cit., 2000.

42Le Choletais vérifie ainsi l’efficacité du système bancaire décentralisé tel qu’il se met en place à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. La complémentarité et la solidarité qui unissent alors la banque locale et la Banque de France se lisent dans la faiblesse de la clientèle directe de cette dernière : celle-ci ne représente, dans les années 1900-1913, que 16,3 % du portefeuille de la Banque de France à Cholet. Inférieure à la proportion observée à Angers, ce chiffre situe Cholet dans la moyenne nationale54. Alors que dans certaines places, la faiblesse des banques locales ou, à l’inverse, leur transformation en puissantes banques régionales fonctionnant sur le modèle des grands établissements, a conduit la Banque de France à rechercher une clientèle directe qui la met directement en concurrence avec l’ensemble de ces banques, à Cholet, comme dans de nombreuses autres places, la vivacité des banques locales a conduit l’institut d’émission à soutenir le développement de ces banques contre la concurrence des grands établissements de crédit.

  • 55 BONIN H., « The emergence of central bank functions at Banque de France », communication au colloq (...)
  • 56 R.I. B.D.F., Cholet, 1926, Angers, 1927.

43Le tournant majeur dans les relations entre la Banque de France et la banque locale est pris dans la seconde moitié des années 1920. Il a deux origines distinctes. La première est la volonté du nouveau gouverneur, Émile Moreau, d’inciter les banques françaises à accroître leur liquidité. Cette politique aboutit à la disparition du papier de crédit des escomptes de la Banque de France ; au niveau national, le papier représentatif de mobilisations de découverts passe de 1493 millions de francs en 1925 à zéro en 192955. Dès 1926 le papier de crédit semble avoir disparu de la succursale de Cholet56. La conséquence n’en est pas un renoncement du Crédit de l’Ouest aux découverts et aux avances (pour ce type de crédits il dispose désormais du refinancement du C.I.C.), mais le relâchement des liens entre la banque locale et la Banque de France. Le papier apporté par la banque locale, qui représentait jusqu’à 90 % du portefeuille de la succursale de la Banque de France, n’en représente plus que 75 % en 1926 et 3 % seulement en 1928 ; une reprise intervient ensuite, mais les relations resteront à un niveau plus modeste.

  • 57 R.I. B.D.F., Cholet, 1932.
  • 58 LESCURE M., op. cit., 2000.
  • 59 Exemple de la grande entreprise de tissage Pellaumail, Moutel et Cie qui, travaillant à 70 % de sa (...)

44Le relais est alors pris par la clientèle directe de la Banque de France dont le développement constitue le second tournant de la période. L’abondance des disponibilités bancaires qui caractérise la fin des années 1920 (« les banques regorgent de disponibilités »)57, relayée dans les années 1930 par le ralentissement des transactions et de l’escompte, dispense alors les différentes composantes du système bancaire local de venir réescompter. Pour compenser le manque à gagner lié à la raréfaction du papier, la Banque de France se tourne vers la clientèle directe. Au niveau local comme au niveau national, cette politique n’est pas complètement nouvelle mais ses effets étaient restés jusque-là de portée limitée58. En pourcentage du papier présent dans le portefeuille de la Banque de France au moment des inspections, le papier émanant de l’escompte direct passe, à Cholet, de 8,8 % dans les années 1920-1926 à 51,7 % de 1928 à 1938. Pour développer cette clientèle directe, l’instrument le plus efficace imaginé par la direction générale de l’escompte est le développement des crédits de campagne. De fait, dans les années 1930, l’intégralité du papier de campagne est présentée par des cédants directs. Ainsi, alors que le papier présenté par les banques est devenu largement un papier purement commercial, celui des clients directs est à 58 % du papier de campagne. Ce type de crédit semble avoir correspondu à un besoin majeur des entreprises locales, notamment des entreprises textiles. Si, pour ces firmes, l’habitude est prise depuis longtemps de conserver des stocks importants, cette pratique est amplifiée, dans les années 1930, par la volonté de ne pas licencier la main-d’œuvre malgré la contraction du débouché. Cette exigence, qui constitue l’une des valeurs fondamentales du district, nécessite un soutien massif des banques59. Remplaçant la mobilisation de découverts, les crédits de campagne permettent à la Banque de France de s’adapter aux besoins financiers nés de la gestion de l’emploi des entreprises locales.

  • 60 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.
  • 61 R.I. B.D.F., Cholet, 1932.

45Cette politique permet à la Banque d’élargir son implantation rurale tout en renforçant ses positions à Cholet même. Parmi les 24 titulaires de comptes-courants d’escompte ouverts entre 1932 et 1934, on compte 11 agriculteurs ou emboucheurs, 6 fabriques de chaussures et de cuir, 3 tissages et maisons de confection, 2 fabriques de conserves et de boîtes métalliques, 2 divers60. Mais cette politique de conquête d’une nouvelle clientèle est très sélective, ce qui contribue à attiser une concurrence bancaire déjà très vive. La Banque de France entend, en effet, limiter sa prospection à la meilleure clientèle de Cholet. « La plus grande prudence s’impose à l’égard des fabriques de chaussures dont la clientèle est franchement mauvaise et qui ne peuvent guère, à part quelques exceptions, figurer dans le portefeuille de la Banque. Des démarches sont en cours auprès de tissages importants ou de tanneries »61. De fait, c’est le textile de Cholet qui est le principal bénéficiaire de ces crédits (tableau 4).

Tableau 4. Répartition sectorielle du portefeuille de la succursale de la Banque de France de Cholet selon le présentateur du papier (1937). Source : RI BDF, Cholet, 1937.
Note : La Banque Populaire d’Anjou-Vendée prend la suite de la Banque Populaire du Maine-et-Loire.

46Comme le commente le rapport d’inspection de 1937, « ainsi, alors que la clientèle du tissage représente l’élément principal des opérations d’escompte direct, dans les banques, au contraire, la prédominance appartient à la clientèle de la chaussure ». Cela veut dire que les banques les plus affectées dans leur développement par l’essor de la clientèle directe de la Banque de France sont le Crédit Lyonnais (qui demeure le principal banquier des tissages urbains) et, dans une moindre mesure, le Crédit de l’Ouest.

  • 62 CHARPENAY G., Les banques régionalistes, leur vie, leur mort, Grenoble, Éditions de la Nouvelle Re (...)
  • 63 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.
  • 64 R.I. B.D.F., Cholet, 1938.
  • 65 R.I. B.D.F., Cholet, 1937.

47Il convient toutefois de noter que, malgré l’essor de l’escompte direct et la concurrence faite aux banques locales, la Banque de France n’entend pas (contrairement aux accusations formulées dans certaines régions)62 contribuer à l’effondrement de la banque régionaliste63. Bien qu’il soit devenu minoritaire, le papier présenté par le Crédit de l’Ouest représente encore, en 1938, 43 % du portefeuille bancaire de la Banque de France (contre 33,5 % pour celui de la B.N.C.I. et 23,3 % pour la Banque Populaire)64. Le soutien que la Banque de France apporte à ces banques se voit en période de crise de liquidité. En 1937, par exemple, « des mobilisations de découverts ont été accordées et réalisées (au profit du Crédit de l’Ouest) à concurrence de 1 150 milliers de francs »65. Bien qu’elle soit devenue concurrente des banques locales, la Banque de France entend rester la banque des banques, notamment celle des banques locales qui ont supporté son développement depuis la fin du xixe siècle. Mais, pour ces banques, il est clair, depuis la fin des années 1920, que le soutien qu’elles peuvent attendre de la banque centrale n’a plus l’aspect systématique qu’il pouvait avoir au début du siècle. Leur stratégie ne pouvait pas ne pas tenir compte de cette nouvelle donne.

  • 66 BECATTINI G., op. cit., 1992.

48L’histoire du crédit à Cholet est riche de plusieurs enseignements. Elle vérifie tout d’abord, sinon l’existence d’un district industriel, du moins la présence de pratiques (notamment dans la gestion des facteurs) qui signalent un ancrage très fort des firmes dans leur territoire et une large interpénétration de l’échange économique et des relations sociales66. Parce que ces pratiques ont des conséquences financières importantes, les banques sont appelées à jouer un rôle majeur dans le système productif local.

49Le deuxième enseignement est qu’à Cholet ce sont les banques locales (mais ici les banques locales privées, et non les banques para-publiques comme dans certains pays) qui ont joué le rôle principal. Ce rôle a été important pour le développement économique régional. Mais, parce que les besoins qu’elles avaient à satisfaire touchaient au fonctionnement même du territoire, les banques locales peuvent être considérées comme des rouages essentiels du district.

50Mais ce rôle est allé en se rétractant. C’est d’abord l’espace géographique qui a changé d’échelle. Dès l’entre-deux-guerres, le territoire de la banque locale ne s’identifie plus qu’à la partie rurale du système productif local. Gagnée par les grands établissements de crédit, la ville lui échappe, et, avec elle, la meilleure clientèle. Quel qu’ait pu être ici le jeu des habitudes communautaires propres à faciliter les relations de bonne foi et le contrôle réciproque des acteurs, celles-ci ont pesé d’un moindre poids dans la détermination du risque bancaire que les caractéristiques sectorielles et surtout géographiques des firmes. Dans le Choletais, la garantie contre le risque bancaire semble avoir été moins assurée par les valeurs partagées du district que par les valeurs propres à la ville et aux firmes qui y sont localisées. Et dans un deuxième temps, celui correspondant à la banalisation relative des différents types de banques, c’est l’espace technique de la banque locale qui s’est rétracté.

51Le troisième enseignement peut être formulé de manière interrogative ; il porte sur l’unité et l’avenir du district. À Cholet, le district industriel inclut-il l’ensemble du territoire choletaisien et l’ensemble des activités ? Ne convient-il pas, au contraire, de limiter le district à un espace et un secteur, ou bien encore de distinguer deux districts, deux systèmes productifs localisés ? Les arguments tirés de l’histoire du crédit local ne permettent pas de trancher ; seules les recherches en cours sur les entreprises et les entrepreneurs du Choletais permettront d’avancer des éléments de réponse. L’histoire du crédit conduit aussi à s’interroger sur le fonctionnement du district après que les banques locales aient disparu, c’est-à-dire, ici, après que leur espace se soit dilué dans celui des grands établissements de crédit. On sait qu’en France, contrairement à d’autres pays comme l’Italie, les banques para-publiques ont tardé à prendre le relais des banques locales privées (la seule exception étant le Crédit Agricole). La réponse passe par un approfondissement de l’histoire du crédit (et pas seulement du crédit bancaire), pour voir comment les besoins exprimés au niveau local ont pu être satisfaits dans le cadre des nouvelles normes institutionnelles et macro-économiques de l’après-guerre.

Notes

1 Voir en particulier COURAULT B., « Cholet, un exemple de district industriel français », in Dossier de recherche, n°48, Centre d’Étude de l’Emploi, 1992, p. 49-76 ; COURAULT B. et RÉRAT F., « Un modèle de production régionale en transition : le cas de la chaussure dans le Choletais », in Entreprises et produits, n° 30, 1987, p. 91-114 ; COURLET C. et PECQUEUR B., « Les systèmes industriels localisés en France : un nouveau modèle de développement », in BENKO G. et LIPIETZ A. (dir.), Les régions qui gagnent, Paris, P.U.F, 1992, p. 81-102 ; MINGUET G., Naissance de l’Anjou industriel, Paris, L’Harmattan, 1985.

2 Ce postulat fait l’objet d’une étude en cours par l’auteur. Dans la suite de l’article, les termes de district industriel et de système productif localisé sont employés indifféremment.

3 DAUMAS J.-C, « Districts industriels : un concept en quête d’histoire », in Bulletin du Centre d’Histoire Contemporaine, Université de Franche-Comté, n° 4, 2000, p. 125-136.

4 BECCATINI G., « Le district marshallien : une notion socio-économique », in BENKO G. et LIPIETZ A. (dir.), op. cit., 1992, p. 35-56.

5 CONTI G., « Institutions locales et banques dans la formation et le développement des districts industriels en Italie », article dactylographié aimablement communiqué par son auteur.

6 LEPETIT B., Les villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, Albin Michel, 1988.

7 Rapport d’inspection de la Banque de France (désormais R.I. B.D.F.), Angers, 1896.

8 Les deux autres banques locales mentionnées dans les rapports d’inspection semblent avoir disparu en 1892.

9 R.I. B.D.F., Angers, 1903. La seule concurrence perceptible est celle de la banque locale d’Angers, notamment la Banque Bougère Veuve et fils, qui présente régulièrement à la Banque de France le papier de certains entrepreneurs de Cholet (Bouet, Griffon, Pellaumail).

10 R.I. B.D.F., Angers, 1898.

11 R.I. B.D.F., Angers, 1895.

12 DAGNEAU J., Les agences régionales du Crédit Lyonnais, années 1870-1914, New-York, Arno Press, 1977.

13 Ces encours s’élèvent à 655 000 F contre 4 562 000 F à la banque Veuve Delhumeau.

14 LESCURE M. et PLESSIS A. (eds), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1999.

15 R.I. B.D.F., Angers, 1906. Les rapports notent toutefois, régulièrement, que le papier venant des deux agences de la Banque Delhumeau (Bressuire et La Roche sur Yon) sont de qualité plus médiocre.

16 À la même date, les avances représentent 38,6 % des emplois du Crédit Lyonnais et de la Société Générale, cf. POSE A., La monnaie et ses institutions, Paris, P.U.F, 1942.

17 R.I. B.D.F., Angers, 1907.

18 Exemple de l’entreprise de chaussures Le Progrès ; la faillite de cette entreprise (1904), dans laquelle Madame Delhumeau et la veuve de son ancien associé Bellanger « avaient des capitaux » oblige les deux femmes à récupérer et à gérer l’entreprise pendant quelques années.

19 Cette relation entre le coût élevé des dépôts et l’importance des crédits et des découverts (voire des participations) se retrouve dans d’autres banques locales cf. COLLOT C., « Les banques d’affaires meusiennes de 1870 à 1914 », in LESCURE M. et PLESSIS A. (eds), op. cit, 1999, p. 173-201.

20 R.I. B.D.F., Cholet, 1926.

21 L’inventaire général du Crédit Lyonnais ne ventile plus après 1923 les résultats des différentes sous-agences.

22 La portée du phénomène est peut-être amplifiée au tableau 3 par la politique de certaines banques, qui consiste à venir présenter à la Banque de France leur plus mauvais papier (celui notamment émanant de l’industrie de la chaussure) et de nourrir le meilleur (celui du textile) cf. R.I. B.D.F., Cholet, 1932. Mais si ce facteur a pour effet d’accentuer les clivages dans la répartition sectorielle des clientèles bancaires, il ne les crée pas.

23 R.I. B.D.F., Cholet, 1925 et 1926.

24 R.I. B.D.F., Cholet, 1925.

25 En 1937, la B.N.C.I. représente 29,2 % des effets réglés par la chambre de compensation, juste derrière le Crédit de l’Ouest (33 %) ; cf. R.I. B.D.F., Cholet, 1937.

26 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

27 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

28 R.I. B.D.F., Cholet, 1923.

29 R.I. B.D.F., Cholet, 1936.

30 R.I. B.D.F., Cholet, 1952.

31 R.I. B.D.F., Cholet, 1952.

32 R.I. B.D.F., Cholet, 1952.

33 R.I. B.D.F., Cholet, 1952, 1954, 1956.

34 R.I. B.D.F., Cholet, 1954.

35 R.I. B.D.F., Cholet, 1932, 1935, 1937.

36 EBER N., « Efficience du système bancaire, structure du marché de crédit et activité économique », in Revue économique, n° 6, 2000, p. 1333-1353.

37 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

38 R.I. B.D.F., Angers, 1892, 1894, 1896, 1899 et 1912.

39 LESCURE M., Banques et district en France : l’exemple de Cholet (1880-1940), rapport à la DATAR, Paris, dactylographié, 2000.

40 DIETSCH M., « Localisation et concurrence dans la banque », in Revue économique, n° 4,1993, p. 779-790.

41 ZIEGLER D., « Universal Banking in Continental Europe, 1830-1938 », in EUGENIA NUNEZ C. (éd.), Finance and the Making of the Modem Capitalist World, 1750-1931, B9, Proceedings Twelfth International Economic History Congress, Madrid, 1998, p. 21-32.

42 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

43 Cette banque est jusque là une société en nom collectif entre Madame Fortin et ses deux fils (capital de 1 million en 1913). « Bonne clientèle » mais les deux fils sont considérés comme « un peu ardents » (quoique « sérieux, actifs et compétents ») ; sa « clientèle d’entrepreneurs et de petits négociants ou industriels » est jugée « inférieure à celle des Banques Bordier et Bougère », les plus grandes banques locales d’Angers, R.I. B.D.F., Angers, 1913 et 1919.

44 Le nouveau Président du Crédit de l’Ouest est Guérin de Vaux, inspecteur des Finances et censeur du C.I.C.. Le C.I.C. détient un cinquième du capital de la banque (25 millions). La même année, et dans les mêmes circonstances, le C.I.C. prend une participation dans le Crédit Nantais. La fusion entre le Crédit Nantais et le Crédit de l’Ouest interviendra en 1957.

45 R.I. B.D.F., Angers, 1934.

46 Pour l’ensemble du groupe Crédit de l’Ouest, le ratio portefeuille commercial/comptes-courants débiteurs passe de 0,9 en 1921 à 1,1 en 1930 et 1,5 en 1937.

47 Pour l’ensemble de la province, la part des banques locales et régionales dans le portefeuille de la Banque de France est de 70 % environ cf. LESCURE M., « La formation d’un système de crédit en Europe et le rôle des banques d’émission (1850-1914) : approche comparée », communication au colloque international à l’occasion du bicentenaire de la Banque de France, La Banque de France, le crédit et la monnaie (xixe-xxe siècles). La construction historique d’une identité monétaire en Europe, à paraître.

48 GONJO Y., « La Banque de France et la déconcentration du crédit (1880-1920) », communication au colloque international à l’occasion du bicentenaire de la Banque de France, op. cit., à paraître.

49 NISHIMURA S., « The French Provincial Banks, the Banque de France and Bill Finance, 1890-1913 », in Economie History Review, XLVIII, 1995, p. 536-554.

50 R.I. B.D.F., Angers, 1906. Pour l’ensemble de la succursale d’Angers, la proportion de papier de crédit dans les engagements sur place est en général de plus des trois quarts ; cf. R.I. B.D.F., Angers, 1910.

51 R.I. B.D.F., Angers, 1907 et 1912.

52 PLESSIS A., « Les concours de la Banque de France à l’économie (1842-1914) », in BOUVIER J. et PERROT J.-C. (eds), États, fiscalités, économies, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 169-180.

53 GOODHART C.A.E., The Evolution of Central Banks, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 1988.

54 LESCURE M., op. cit., 2000.

55 BONIN H., « The emergence of central bank functions at Banque de France », communication au colloque international à l’occasion du bicentenaire de la Banque de France, op. cit., à paraître.

56 R.I. B.D.F., Cholet, 1926, Angers, 1927.

57 R.I. B.D.F., Cholet, 1932.

58 LESCURE M., op. cit., 2000.

59 Exemple de la grande entreprise de tissage Pellaumail, Moutel et Cie qui, travaillant à 70 % de sa capacité et souhaitant conserver son personnel, voit ses stocks passer de 5,5 millions en 1927 à 8,7 en 1935 et ses dettes bancaires de 2,4 à 5 millions ; cf. R.I. B.D.F., Cholet, 1934, 1935 et 1937.

60 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

61 R.I. B.D.F., Cholet, 1932.

62 CHARPENAY G., Les banques régionalistes, leur vie, leur mort, Grenoble, Éditions de la Nouvelle Revue Critique, 1939.

63 R.I. B.D.F., Cholet, 1934.

64 R.I. B.D.F., Cholet, 1938.

65 R.I. B.D.F., Cholet, 1937.

66 BECATTINI G., op. cit., 1992.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Principaux comptes de la sous-agence du Crédit Lyonnais à Cholet.Source : archives historiques du Crédit Lyonnais, inventaire général.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Tableau 2 : Structure du bilan de la Banque Veuve Delhumeau en 1912 (000 F).Source : R.I. B.D.F., Angers, 1912.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Tableau 3. Répartition géographique et sectorielle du papier du portefeuille de la succursale de la Banque de France de Cholet selon le présentateur du papier (1930) (en %).Source : RI BDF, Cholet 1930.Note : La colonne « banques locales » inclut le Crédit de l’Ouest et la Banque Populaire du Maine-et-Loire. L’absence de colonne consacrée aux grands établissements de crédit s’explique par le fait que ces banques ne figurent pas parmi les présentateurs de la Banque de France ; comme ils le font depuis la fin du xixe siècle, les grands établissements de crédit ne viennent réescompter qu’exceptionnellement (et toujours du papier court).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Tableau 4. Répartition sectorielle du portefeuille de la succursale de la Banque de France de Cholet selon le présentateur du papier (1937). Source : RI BDF, Cholet, 1937.Note : La Banque Populaire d’Anjou-Vendée prend la suite de la Banque Populaire du Maine-et-Loire.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable