Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel Lescure

Organisation économique et spatiale des districts industriels

La place de la ville dans le district textile bas-Languedocien aux xviie et xviiie siècles1

Line Teisseyre-Sallmann

Texte intégral

  • 1 Les idées présentées dans ce texte ont été plus amplement développées dans l’ouvrage suivant : TEI (...)

1Le choix de la soie a fait de Nîmes au xviiie siècle l’une des grandes villes industrielles du royaume, déterminant la ligne directrice de la croissance urbaine au siècle des Lumières. Elle était considérée à la fin de l’Ancien Régime essentiellement comme une ville-atelier et sa population dépassait 40 000 habitants. La ville était désormais connue pour ses fabriques de soieries et de bonneterie au métier (tricotage des bas). L’essor nîmois ne peut se comprendre sans la constitution d’un district industriel, ensemble complexe pourvoyeur de main-d’œuvre, de matière première, et, dans une moindre mesure, de capitaux, organisé en réseau orchestré par les négociants nîmois. Ce dernier était formé par l’aire géographique qui devint au début du xviiie siècle, avec la bénédiction du pouvoir central, le territoire de la jurande des fabricants de bas. Il s’étendait sur les trois diocèses civils de Nîmes, d’Alès et d’Uzès et couvrait des zones aussi dissemblables que la montagne cévenole, les Garrigues, la basse vallée du Rhône et la plaine côtière. Disparate, mais complémentaire au plan agricole, cette petite région présentait deux des caractéristiques communes à tout le bassin méditerranéen : un réseau urbain très dense, qui jouait le rôle de relais et animait une vie de relation intense entre les villages et hameaux de leur terroir et les villes de la plaine, et un surpeuplement montagnard. Structure à la fois industrielle, territoriale et commerciale, le district nîmois a donné à la ville l’occasion de jouer un rôle de pôle de direction à l’échelle régionale.

2L’exploitation systématique d’un double potentiel, industriel et humain, et l’ouverture du marché du travail à l’échelon régional ont été les facteurs fondamentaux du développement. La constitution de cet ensemble manufacturier a été permise par la conjonction de cinq éléments, qui représentèrent autant de critères de différenciation entre les divers partenaires de l’aventure industrielle. Le textile bas-languedocien s’est caractérisé alors par un foisonnement d’activités, lié à l’exploitation de trois matières premières (laine, soie, filoselle) et à la multiplication des branches d’activité (draperie, soierie, bonneterie, teinture, sériciculture, filature). L’essor du travail à domicile a induit la multiplication des sites de production, urbains et ruraux, entre lesquels un partage des tâches s’est progressivement dessiné en fonction des qualifications de la main-d’œuvre, et la flexibilité du marché local de l’emploi. Par l’intermédiaire de Nîmes, qui réussit à capter les capacités productives de son arrière-pays en lui offrant ses débouchés, l’économie régionale s’est ouverte au marché mondial.

Un foisonnement d’activités

3La seconde moitié du xviie siècle apparaît comme une période décisive dans le devenir de la ville et de sa région à l’époque moderne. Les données de l’économie urbaine, ranimée depuis le règne d’Henri IV par une vocation manufacturière fondée sur la fabrication de petites étoffes de laine, furent brusquement bouleversées par la concurrence des industries rurales favorisées par des négociants à la recherche de moindres coûts de production. Pour enrayer la crise qui secoua alors le textile urbain, les marchands-drapiers n’hésitèrent pas à abandonner un secteur devenu peu rentable pour restructurer les ateliers nîmois et les reconvertir dans le travail de la soie, qu’ils jugeaient porteur. La diversification des fibres permettait à la ville de se démarquer une première fois de la fabrication régionale et de demeurer compétitive dans le secteur productif par l’introduction d’une nouvelle branche d’activité. Malgré l’opposition de la fabrique lyonnaise, cette stratégie entrepreneuriale et territoriale ne fut jamais remise en question. La petite draperie fut abandonnée à l’hinterland, villes et campagnes confondues, et la ville se spécialisa dans les soieries bas de gamme. Au cours du xviiie siècle, de la soierie, le changement de matière première gagna la bonneterie, imposant ainsi pour la seconde fois le même critère de distinction non équivoque entre production urbaine et production régionale. Par ailleurs, le travail de la soie permit l’exploitation à l’échelle industrielle d’une fibre dérivée, la filoselle, produite à partir des débris en grande partie par la région, mais travaillée et utilisée exclusivement dans les ateliers nîmois de tissage.

4La soie est une matière première prodigue d’activités, source d’une multitude de travaux dont la plupart étaient rémunérateurs. Alors que le cycle d’exploitation de la laine ne proposait qu’une série très restreinte de tâches, dont la réalisation ne réclamait le plus souvent qu’une seule cellule de production, le cercle familial, l’étendue et la variété des opérations indispensables au traitement de la soie et la diversité de ses modes d’utilisation offrirent un ensemble imposant de dix branches d’activité autonomes, dont l’organisation commandait la création d’autant de secteurs spécialisés. Très fortement différenciés, mais complémentaires, ceux-ci composaient un réseau industriel multiforme.

5L’option de la soie prise par les fabriques nîmoises signifiait le développement d’un foisonnement d’activités agricoles et industrielles. Cinq se partageaient la production de la matière première et le traitement de la fibre : la plantation et l’entretien des mûriers, l’élève des vers à soie, le tirage des cocons et la filature pour la préparation du fil de soie grège, le moulinage pour l’ouvraison des soies torses et de l’organsin. L’implantation du cycle de transformation de la soie avait donné naissance à une activité secondaire, le travail des débris. De la sériciculture au tissage, à tous les stades du processus de fabrication, la manipulation de la soie entraînait une déperdition considérable pour une industrie onéreuse et pour une société fragile, exposée aux aléas de la nature et de la conjoncture. L’art de la soie permettait ainsi de développer un circuit secondaire d’emploi des « débris », une industrie du recyclage des déchets, qui aboutissait au cardage de la filoselle.

6Quatre secteurs s’occupaient de la fabrication des produits finis. Deux branches-pilotes dominaient le complexe soyeux, la fabrique de soieries et de tissus mêlés et la fabrique de bas. Dans leur ombre se développa une petite fabrique de mouchoirs de soie. De l’exploitation de la filoselle était né un autre type d’étoffe, la burate, dont le tissage, ne pouvant relever des soyeux, car elle était formée d’une chaîne de filoselle et d’une trame de laine, avait donné naissance à une profession nouvelle et très spécialisée. Indépendante du secteur textile proprement dit, la teinture constituait une activité qualifiée et indispensable à la bonne tenue des fibres et des produits manufacturés.

7Chaque branche conserva son autonomie professionnelle et c’est le fonctionnement simultané de ces différents secteurs qui donna toute son originalité à la formation du district industriel et porta la croissance de la ville et de sa région. L’introduction du cycle intégral d’exploitation de la soie ouvrit de manière spectaculaire et inespérée le marché du travail à l’échelle régionale et le premier résultat tangible fut d’accroître considérablement le volume de l’emploi et d’assurer, pour plus de deux siècles, à des populations rurales jusqu’alors sous-occupées et pauvres, frappées de plein fouet par la crise agricole de la fin du xviie siècle, une situation de plein emploi quasi permanente.

La flexibilité du marché de l’emploi

8Le redéploiement du textile régional s’est traduit par la multiplicité des sites et l’association de la main-d’œuvre rurale aux artisanats urbains. Rien n’était plus facile que de jouer des oppositions entre fabricants des villes et paysans-ouvriers des campagnes. La principale richesse des montagnes cévenoles résidait dans la force de travail de leur population. Laborieuse, désœuvrée pendant les longs mois de la morte saison, peu qualifiée et peu exigeante, elle forma un immense réservoir de main-d’œuvre à bon marché. Au dénombrement de 1720, Saugrain créditait le diocèse d’Alès de 95 paroisses et 15 374 feux, celui d’Uzès de 219 paroisses et 20 753 feux et celui de Nîmes de 91 paroisses et 16 260 feux. En 1726, il estimait la population des trois diocèses à 68 384 habitants pour Uzès, 70 226 pour Nîmes et 66 790 pour Alès.

9La délocalisation de la laine, la spécialisation dans la soie et l’explosion de la bonneterie ont profondément modifié la carte de l’industrie régionale dans la seconde moitié du xviie siècle. L’enquête diligentée en 1692 par le contrôle général fait apparaître l’importance de la capacité manufacturière du Bas-Languedoc oriental et cévenol et le nombre de ses points d’ancrage. Sur les 23 sites textiles recensés dans le cadre de la généralité de Montpellier, 18 se trouvaient dans la zone d’attraction nîmoise. Ce déséquilibre des localisations montre l’extrême sélectivité des implantations industrielles, qui ont obéi à une double logique de concentration à l’échelle régionale et de dispersion à l’échelle locale, aboutissant à la constitution d’un véritable pôle manufacturier ordonné autour de têtes multiples.

10Aux côtés des quatre villes principales, Nîmes, Alès, Beaucaire et Uzès, la carte des sites de production révèle un monde industriel plein, niché au cœur ou en bordure de la montagne cévenole qui dominait toute la région avec ses onze centres : autour d’Alès, Anduze, Saint-Hippolyte, Sumène, Le Vigan et Ganges, qui contrôlaient toutes les voies d’accès au débouché des vallées, on trouve Saint-Jean-du-Gard, Lasalle, Valleraugue, Saint-André-de-Valborgne et Meyrueis. Les autres sites, Sommières, Sauve, Quissac, Saint-Géniès et Saint-Bauzély, s’échelonnaient en aval dans les Garrigues proches. La carte de l’industrie reproduit en creux la carte de la prospérité traditionnelle, agricole et commerciale, et oppose à partir du xviie siècle un ensemble manufacturier presque compact et établi en grande partie en zone déshéritée aux deux aires d’influence qui jouissaient jusque-là d’une prépondérance exclusive dans l’économie régionale, domaine de la céréabculture (Vistrenque, Petite Camargue, Vaunage) et carrefour du grand commerce (vallée du Rhône).

11Le bilan de 1692 est avant tout celui de l’artisanat urbain, où deux autres branches, le cuir et la chapellerie, parvenaient à se faire une place aux côtés du textile omniprésent et prépondérant. En négligeant les producteurs ruraux, il occulte un pan entier de l’économie régionale. En 1708, pour la première fois, le mémoire de Duplessis, inspecteur des manufactures, prenait en compte cette donnée fondamentale. De l’urbain au régional, le changement d’échelle peut se mesurer en quelques chiffres : de 1692 à 1708, on passe de 467 facturiers, 815 métiers et 12 000 pièces d’étoffe à 1 200-1 500 fabricants, plus de 7 000 métiers et 80 000 pièces, pour un chiffre d’affaires global de 2 à 3 millions de livres. Tout ne s’est pas joué en quelques années au tournant des xviie et xviiie siècles. En sillonnant son ressort, l’inspecteur découvre une situation déjà assise dont l’enquête générale ne s’était pas souciée.

12Loin d’être néfaste aux économies des petites villes, l’industrie rurale par son caractère massif et son effet d’entraînement a renforcé la présence d’un réseau urbain capable de l’exploiter et de l’orchestrer. L’accès au marché international est allé de pair avec l’essor de la production de masse. On assiste là au cours du règne de Louis XIVe à un nouveau glissement de l’activité textile. Après s’être déplacée de la grande ville vers les centres moyens et mineurs, la draperie a essaimé très largement des petites villes et bourgades vers leurs campagnes environnantes. Contrairement à la métropole manufacturière, ces dernières ont continué à disputer la fonction de production aux campagnes jusqu’au milieu du xviiie siècle. La réussite de l’organisation du réseau de fabrication reposait sur la diversité des articles et la spécialisation de chaque centre dans le tissage d’un certain type d’étoffe en fonction de besoins ou de consommateurs différents.

13Dans le même temps, Nîmes passait à la soie, non sans peine. Après des tentatives isolées au xvie siècle et quelques balbutiements sous Henri IV, les décennies 1640-1680 déterminèrent le destin industriel de la ville. On peut dater des années 1660 le démarrage des ateliers de soierie. La courbe ascendante du recrutement des ouvriers taffetassiers et passementiers, le nombre des apprentis multiplié par quatre entre 1640 et 1660 montrent tout le dynamisme d’une branche en plein renouvellement. Or, s’insérer dans le monde élitiste de la soie sous l’Ancien Régime relevait d’un pari audacieux, mais très risqué. Constitué en monopole sur toute l’étendue du royaume depuis François 1er, l’univers soyeux était aux mains de la fabrique lyonnaise, qui détenait l’exclusivité de l’importation d’une matière première onéreuse dans un pays qui n’en produisait pas, de la fabrication des étoffes et de l’exportation des produits finis, et ne se laissait pas impunément pénétrer. Conscients de ne disposer ni des capitaux suffisants ni des ouvriers qualifiés pour rivaliser avec une industrie de grand luxe, les Nîmois avaient délibérément choisi d’investir un créneau beaucoup plus modeste, mais très dérangeant au regard des règlements et de l’image de marque d’une fabrique qui était voulue uniforme sur tout le royaume, les tissus bas de gamme.

14Le premier élan de la soierie fut éphémère et s’acheva brutalement. La fabrique nîmoise connut au tournant des xviie et xviiie siècles une trajectoire tourmentée liée aux fluctuations de la conjoncture internationale, aux caprices de la mode et surtout aux impératifs de la politique royale. Le dynamisme de la soierie fut brisé net en 1682, sous les coups d’un dirigisme économique exclusif, même si au cœur de la cité huguenote l’ostracisme confessionnel a joué un rôle indirect. L’orientation de la politique religieuse rompit l’équilibre économique d’un secteur fragilisé en touchant de façon détournée ses deux points sensibles. L’intolérance servit d’argument moral à l’expression d’intérêts économiques. Elle contribua à précipiter un conflit social latent dans une branche où les clivages religieux recouvraient deux idées très différentes du métier. Catholiques et protestants s’y côtoyaient et les documents de cette période ne font pas mystère de la supériorité professionnelle qu’affichaient les premiers, mieux à même de maîtriser le savoir-faire de l’art de la soie, pour avoir été formés par des techniciens avignonnais. Depuis longtemps déjà des plaintes s’élevaient dans leurs rangs contre la domination de leurs homologues réformés, accusés de mépriser l’éthique et les traditions de qualité du métier au nom du dynamisme économique et du profit, d’étouffer et de discréditer la fabrique par des procédés de fabrication illicites. Allant à l’encontre des privilèges de la ville, ils obtinrent en 1682 des statuts qui signifiaient un coup d’arrêt pour des fabricants et des négociants qui avaient fait de la liberté d’entreprise et de fabrication leur cheval de bataille pour tenter de s’insérer dans l’industrie la plus réglementée et la plus contrôlée qui fût.

15L’intrusion de la fabrique lyonnaise était le garant de l’échec de concurrents qui ne respectaient pas ses normes. Les lettres patentes de 1682 s’inquiétaient de l’importance prise par le commerce des étoffes dans la ville et de la multiplication des vices de fabrication et confiaient aux experts lyonnais le soin de remettre de l’ordre dans les ateliers dévoyés. Le texte avait été au préalable soumis aux syndics de la capitale de la soie avec mission de le mettre en conformité « tant pour la religion et discipline desdits marchands et ouvriers en soye de Nismes que pour la qualité, largeur et grandeur des ouvrages, par tout notre royaume ». Dans les premières années du xviiie siècle, la fabrique nîmoise sortait rapidement de cet état de choc. La réaffirmation de la stratégie entrepreneuriale, qui lui avait été un temps favorable, ne fut plus remise en question malgré l’opposition constante des partisans du dirigisme et finit par rencontrer l’approbation des dirigeants libéraux. La phase de croissance qui suivit posa le problème de l’approvisionnement en matière première. Déterminant dans l’implantation de la sériciculture en pays cévenol après 1750, ce dernier créait un lien supplémentaire entre la ville et son district.

16Industrie nouvelle, libre de contraintes professionnelles, la bonneterie au métier ne pouvait entrer dans la redistribution des activités opérée à l’échelle régionale entre les secteurs traditionnels et transcenda le clivage draperie-soierie. Laissée à l’initiative privée, son introduction s’est faite simultanément à Nîmes et dans la région à la fin des années 1670 de façon spontanée, inorganisée et débordante. Dès l’origine, le tricotage au métier suscita un véritable engouement de la part de toutes les catégories de la population, villes et campagnes confondues, et démarra, à Nîmes comme partout ailleurs, avec la laine. Toute la société, urbaine et rurale, se lança dans cette activité nouvelle et chacun, selon ses moyens, fit fabriquer ou fabriqua des bas. La bonneterie au métier proposait une conception du travail totalement étrangère aux arts du tissage, de la draperie ou de la soierie. Les uns avaient bâti leur fortune sur le savoir-faire d’une main-d’œuvre qualifiée, l’autre devait son succès à la perfection de son métier. À la compétence de l’ouvrier, la bonneterie opposait la performance de la machine. L’utilisation facile de l’instrument, propice au travail à domicile, son prix (300 livres) abordable pour des gens aisés et la liberté d’initiative propre à l’industrie naissante donnèrent à tous ceux qui possédaient des capitaux, marchands, notables ou artisans, l’opportunité d’investir dans l’achat de quelques métiers et de faire travailler. La facilité d’exécution attirait une main-d’œuvre nombreuse, non qualifiée, à la recherche d’un gagne-pain qui pouvait s’avérer rémunérateur. Dès lors, le commerce des bas pouvait devenir pour les plus riches une activité secondaire qu’ils pensaient exercer tout en continuant à vaquer à leurs propres affaires et il fut à l’origine conçu par beaucoup non comme une profession mais comme une simple activité spéculatrice.

17Très vite, la principale question qui se posa fut celle de l’organisation du nouveau métier. Pour tous ceux qui trouvèrent dans la fabrication des bas une occupation à part entière, l’enjeu était simple et passait par la création d’un monopole et la constitution d’une communauté, seule structure capable de donner une identité professionnelle à une activité jusque-là diffuse. Pour les bonnetiers nîmois, la bataille pour la reconnaissance de leur métier déborda du cadre urbain pour imposer leur domination à l’échelle régionale. La victoire mit plias d’une génération à se dessiner, malgré l’argument de poids que constitua la législation dirigiste. La profession tenta de s’organiser dans le cadre général de la déclaration royale de juillet 1672 qui créait et érigeait en titre de maîtrise dans toute l’étendue du royaume « le métier et manufacture des bas, canons, camisoles, calçons et autres ouvrages de soyes qui se font au métier ». Dans les ateliers nîmois, la constitution d’une communauté de métier n’allait pas de soi. La liberté d’entreprise et du travail faisait partie des privilèges de la ville et les différentes composantes de la société urbaine n’étaient pas décidées à laisser échapper une activité qui apparaissait lucrative pour la transformer en privilège exclusif. La lutte entre les partisans de la liberté, emmenés par les drapiers et les soyeux, et les bonnetiers fut dure et longue et, l’espace d’une vingtaine d’années à l’orée du xviiie siècle, engagea la société urbaine dans son ensemble, représentée par la municipalité et l’Église catholique, dans un conflit qui dépassait l’ordre économique pour atteindre le champ du symbolique et du politique. Les antagonismes ne prirent fin qu’en 1712 devant les injonctions répétées du contrôle général et de l’intendant. Après une ultime mise en demeure, les partisans de la liberté capitulaient et reconnaissaient les statuts des marchands-fabricants de bas nîmois.

18La bonneterie nîmoise avait conquis droit de métier et cette victoire était d’autant plus décisive au plan local qu’elle s’inscrivait dans le processus de durcissement de la politique dirigiste, dont les retombées avaient pesé lourd dans l’âpreté des luttes qui ont présidé à la constitution de la jurande. Coup sur coup, à la faveur des décisions du pouvoir royal, cette dernière se trouva à la tête de deux monopoles. Le premier imposait son existence dans le cadre urbain, tandis que, un an plus tard, le second la projetait à la tête de l’espace régional. L’arrêt du 30 mars 1700 qui accordait le privilège de la fabrication des bas à dix-huit villes dans le royaume, dont Nîmes et Uzès, avait ouvert un second front face aux bonnetiers nîmois. Comme la loi ordonnait l’arrêt immédiat de toute fabrication hors des lieux désignés explicitement, les autres villes, en leur nom et au nom des campagnes qu’elles représentaient, refusèrent de s’y soumettre, insistant sur le préjudice économique et social qui frapperait une région où l’activité s’était déjà largement déployée et faisait vivre une main-d’œuvre nombreuse, urbaine et rurale. Cette décision était ressentie d’autant plus douloureusement que seules une activité artisanale intense et l’introduction du tricotage des bas avaient évité le dépeuplement de nombreux villages, touchés par la crise agricole qui culminait au même moment en Bas-Languedoc (1680-1720).

19Durant toute la première décennie du xviiie siècle, les oppositions les plus vives se manifestèrent, en particulier du côté des Cévennes, où les fabricants d’Alès, d’Anduze, de Saint-Jean, du Vigan, de Saint-Hippolyte ou de Sauve n’admirent pas facilement de se laisser déposséder de leur outil de travail et de leur moyen de subsistance. Il fallut plusieurs interventions de l’intendant pour amener tous les récalcitrants à assouplir leur position et à accepter les rigueurs de l’ordre dirigiste. Dans l’ordonnance du 13 décembre 1710, l’intendant Bâville enjoignait à tous les fabricants de la région de s’installer dans les six mois dans l’une des villes désignées par l’arrêt de 1700. À cette date, le succès de la bonneterie, la multiplication des fabricants et des métiers rendaient inapplicables l’arrêt et l’ordonnance. Pour sortir de l’impasse, les nouveaux maîtres de la jurande nîmoise, forts de leur première victoire et de l’appui des autorités, réclamèrent et obtinrent dès 1712 l’élargissement de la communauté urbaine à l’ensemble du territoire régional. La convention signée le 10 février 1713 par les représentants des principales villes concernées (Saint-Hippolyte, Anduze, Ganges, Lasalle, Sauve, Le Vigan, Monoblet) et d’« autres lieux plus modestes » autorisait les fabricants à continuer à travailler à domicile, à condition de se faire recevoir maîtres dans le corps de métier nîmois, de se soumettre à ses règlements et de participer à ses dépenses. Seules, les fabriques des villes les plus importantes réussissaient à maintenir un semblant d’autonomie en nommant leurs syndics particuliers, chargés d’effectuer les visites, perquisitions et saisies et de lever les taxes prévues par les statuts.

20Cet arrangement permettait aux villes de l’arrière-pays de sauvegarder leur secteur productif et d’assurer leur domination sur les fabricants ruraux de leurs zones d’influence respectives. En contrepartie, elles renonçaient à poursuivre des trajectoires indépendantes et acceptaient bon gré mal gré d’entrer dans la mouvance de la fabrique de bas nîmoise. Cette dernière avait su exploiter au mieux de ses intérêts une situation pour elle doublement providentielle. Elle remportait sur la région, un an après sa victoire pour la constitution en ville d’une communauté de métier, un deuxième succès décisif, au moins aussi important que le premier, qui garantissait la bonneterie nîmoise contre toute concurrence régionale à un moment capital de son histoire, celui de la conquête des marchés, tout en lui ouvrant toutes grandes les portes du formidable potentiel manufacturier régional.

21La convention de 1713 apportait au district nîmois une assise juridique et en dessinait les contours. La construction administrative reprenait les points forts du foyer de production régional déjà impliqués dans la draperie. Elle ne peut à elle seule expliquer le succès de la bonneterie au xviiie siècle. Si elle a grandement facilité la tâche des Nîmois, la législation monarchique n’a pas pour autant été l’artisan d’une réussite, dont la clé se trouvait entre les mains de négociants capables de jouer sur la flexibilité du marché de l’emploi, de diversifier leurs stratégies commerciales en conséquence et d’insérer le textile régional dans les réseaux d’échange internationaux.

Les stratégies industrielles et commerciales

22Un débouché unique – l’Amérique espagnole – et un produit ciblé – le bas à la péruvienne – firent la fortune de la bonneterie et l’argument de vente servit d’arme décisive dans la compétition entre Nîmes et son arrière-pays. Les particularités de l’article permirent aux négociants de dominer la chaîne de fabrication. Copiés sur le modèle de ceux que portaient les femmes de la bourgeoisie péruvienne ou mexicaine, les bas étaient tricotés en blanc dans les villes comme dans les campagnes, puis rebrodés de coins aux dessins chamarrés. De tous les ateliers de la région, les bas convergeaient vers Nîmes, où cette dernière opération, la plus importante pour l’image de la fabrique, était effectuée sous les yeux des négociants par des ouvrières qualifiées. Plus de 2 000 brodeuses étaient encore recensées à Nîmes en 1789, alors que les exportations vers Cadix étaient arrêtées depuis dix ans. Les fils de soie étaient également teints sur place, car les teinturiers nîmois formaient une communauté puissante et réputée.

23Imposer l’exclusivité de ses circuits commerciaux, à tel point que même Uzès, qui bénéficiait aussi du monopole de fabrication et ne faisait pas partie de la jurande, s’en remettait aux négociants nîmois pour l’écoulement de ses produits, ne signifiait pas pour la ville l’abandon du secteur productif. Une fois encore, le maintien de sa position dominante passait par la recherche d’une différence qualitative et, comme dans le tissage, la matière première servit de critère de distinction. Au cours du xviiie siècle, les ateliers nîmois adoptèrent la soie, tandis que les autres fabricants urbains et ruraux, que la jurande englobait sous le terme générique de « campagne », continuaient dans la laine. De 1705 à 1772, la fabrique nîmoise a doublé son potentiel de production, passant de 888 à 1 800 métiers. À partir de 1760, l’augmentation du nombre de métiers, continue jusque-là, atteint un palier. Loin de refléter une perte de dynamisme, celui-ci cache les effets de la stratégie industrielle adoptée au plan régional. L’arrêt de la croissance du potentiel de production dans les ateliers nîmois a coïncidé avec l’achèvement du processus de reconversion. Amorcé dans la décennie 1710 (208 métiers), le passage à la soie fut progressif et constant (544 métiers en 1727, 987 en 1736, 1163 en 1746, 1 600 en 1760, 1 800 en 1772). À la mi-xviiie siècle, la spécialisation dans la soie était acquise, signe d’une branche en plein renouvellement.

24Le changement de matière première signifiait pour la métropole régionale à la fois l’abandon d’un modèle depuis longtemps repris par les villes et les campagnes de l’arrière-pays et la diversification des articles mis sur le marché international. Forte du privilège juridique, de l’engouement suscité par la bonneterie et de ses réseaux commerciaux, la ville a pu là aussi jouer sur la multiplicité des implantations. Jusqu’à l’entrée en vigueur de l’arrêt du 25 mars 1754, qui accordait la liberté de fabrication des bas au métier sur toute l’étendue du royaume et détruisait du même coup les monopoles établis, l’inventaire de ses partenaires permet de prendre la mesure de la jurande nîmoise. Telle qu’on peut la dessiner à travers les registres de la taxe sur les métiers, elle contrôlait 45 sites en 1717, 56 en 1727, 46 en 1746 et 33 en 1760. Au total, sur les quatre années, 79 localités ont été mentionnées au moins une fois sur les livres nîmois. La courbe de l’extension de la fabrique régionale suit la même ligne ascendante que son homologue nîmoise. La progression apparaît cependant plus spectaculaire, compte-tenu des défections dues en 1760 au démembrement de la jurande. On passe ici officiellement de 469 métiers en 1717 à 1 758 en 1760. Cette augmentation montre au moins l’aptitude de plus en plus grande de la fabrique nîmoise à mobiliser les forces régionales autour d’elle.

25La statistique régionale des métiers a le mérite d’exister, mais n’offre pas les garanties d’exhaustivité des comptages nîmois et le sous-enregistrement chronique perce à travers l’irrégularité des chiffres. Certains centres, Ganges, Lasalle et Saint-Hippolyte, tentèrent de s’émanciper légalement de la domination nîmoise. En vain. S’il était difficile aux fabricants des villes d’échapper à la surveillance collective, il n’en était pas de même des petits centres et surtout des ouvriers ruraux. L’activité paysanne échappait au contrôle administratif. Sur un territoire vaste, d’accès malaisé, dont la population était peu encline à partager les frais d’une communauté lointaine, imposer le système des visites et des taxes aurait relevé d’une gageure. Rester à l’écart du cadre juridique n’empêchait pas les producteurs de travailler sur commande pour les négociants et leurs productions de rejoindre les flux d’exportation, à l’instar de ceux d’Uzès qui travaillaient à façon pour les marchands nîmois. À l’échelle régionale, le décompte des métiers est à prendre comme l’indice d’un mouvement beaucoup plus ample, qu’aucun document sériel ne permet de saisir. Dans les décennies 1770-1780, l’estimation des inspecteurs des manufactures et de l’intendant (4 550 métiers en activité dans le territoire de l’ancienne jurande) met en évidence une zone d’influence beaucoup plus fournie. De 1727 à 1760, l’accroissement en matériel de la fabrique nîmoise n’était que de 42,5 %. Il était inférieur de moitié aux performances régionales visibles, amplifiées par la multiplicité des sites. L’essor régional a coïncidé avec le processus de reconversion nîmois.

26Contrariée par les règlements de fabrication et par le manque de matière première, la croissance de la fabrique de soieries ne démarra véritablement qu’après 1730, pour atteindre toute son ampleur dans la seconde moitié du siècle. En une génération, entre 1729 et 1760, le nombre des maîtres doubla, passant de 232 à 529, celui des métiers tripla (respectivement 379 et 1156). Dans les trente années suivantes, le mouvement s’amplifia, portant le potentiel de production en 1789 à 3 000 ouvriers et 2 680 métiers. La fabrique, désormais affranchie des règlements de fabrication, avait misé sur la diversification de sa production et sur le succès de la mode des étoffes légères. En 1784, elle proposait un choix de 35 échantillons, pour moitié des étoffes de soie pure, pour moitié des tissus mêlés. Les draps riches, velours et peluches, qu’elle était obligée de fabriquer depuis ses débuts, avaient disparu pour laisser place à des taffetas légers, rehaussés par un brochage, une fantaisie ou une façon imitative. Les fabricants ont joué sur les différentes manières de transformer une étoffe en multipliant les combinaisons dans l’ordonnance de tissage, l’armure ou la réalisation des dessins. Ces pratiques revenaient le plus souvent à apporter d’infimes modifications sur une lisière, une raie ou un motif, de façon à créer un nouveau modèle à l’économie ou à changer l’apparence générale d’un tissu par l’ajout de détails sur un schéma d’exécution existant, transformant l’article en étoffe riche. En 1788, l’intendant Ballainvilliers avouait son impuissance à fournir au contrôle général des chiffres précis de production et donnait une estimation globale, plus de 25 000 pièces.

27Au milieu du xviiie siècle, l’essor parallèle de la soierie et de la bonneterie de soie posa de façon cruciale le problème de l’approvisionnement en matière première. Le principal souci des manufacturiers nîmois était alors d’éviter le passage par Lyon, obligatoire pour les soies étrangères, où le paiement des droits de douane et les frais de transport renchérissaient le prix déjà très élevé de la fibre, grège ou filée, et grevaient très lourdement les coûts de production. Le détour était d’autant plus mal supporté à Nîmes que les taxes n’alimentaient qu’en partie le trésor royal, le reste étant perçu directement et à son profit par la municipalité lyonnaise. Pour tourner le problème, l’une des solutions consistait à obtenir une dérogation pour transporter directement les ballots depuis Marseille. Il s’agissait en fait d’un pis-aller, car les passe-droits n’étaient accordés que le temps d’une saison et avec beaucoup de parcimonie.

28Seule la production d’une matière première indigène pouvait sortir les Nîmois de l’impasse dans laquelle les maintenait leur volonté de créer un marché des soieries parallèle à l’intérieur d’un cadre réglementaire très rigide.

29Dès les années 1720, ils multiplièrent les incitations vers un arrière-pays où les pratiques de la sériciculture n’étaient pas inconnues. Mais on ne transforme pas facilement une ressource d’appoint, fût-elle spéculative, en une activité fondamentale de la vie agricole régionale. Les soyeux nîmois finirent par se tourner vers le pouvoir royal pour réclamer une politique d’encouragement à la plantation de mûriers. Il leur fallut attendre le milieu du siècle et l’intervention du gouvernement pour que ce secteur prenne une dimension industrielle et assure l’essor manufacturier des années 1750-1780. Confortant l’assise territoriale dessinée par la jurande des fabricants de bas, ce dernier est à mettre au compte d’une véritable politique industrielle de type dirigiste, destinée à favoriser les fabriques de soieries et de bonneterie locales en leur procurant une fibre au meilleur compte. Le bassin de main-d’œuvre devenait aussi fournisseur de matière première.

30Le choix de la soie dans les fabriques nîmoises entraîna l’essor de la sériciculture cévenole. En 1752, après avis de l’intendant et des inspecteurs des manufactures, qui jugèrent l’affaire rentable, le contrôle général se décidait à lancer une campagne de subventions qui permit la plantation de 500 000 pieds de mûriers sur le territoire des trois diocèses en l’espace de quelques années. Le développement industriel bouleversa le paysage rural et « l’arbre d’or » fit la richesse de la Cévenne dans la seconde moitié du xviiie siècle. Les élevages de vers à soie se multiplièrent dans les fermes et les maisons, dans les villes comme dans les hameaux, au gré des récoltes. En 1774, le rendement annuel de la Cévenne alésienne seule était estimé à plus de 15 000 quintaux de cocons. La soie cévenole était de moindre qualité, comparée à celle du Vivarais ou de la vallée du Rhône. Ces deux foyers étaient tournés vers Lyon, alors que l’offre cévenole, dominée par les marchands du bas-pays, a répondu à la demande nîmoise, qui n’avait jamais fait de la qualité un critère de production. Chacune dans son registre, Alès et Bagnols se transformaient ainsi chaque année quelques jours durant en marché des cocons.

31Sujette à d’innombrables critiques, dont aucun producteur ne sortait indemne, tant les opérations étaient effectuées dans des conditions rudimentaires et avec un matériel sommaire, la filature se diffusa aussi bien en ville que dans les campagnes. Un recensement général des tirages disséminés dans les foyers campagnards était impossible. Les seuls chiffres que l’on possède sont ceux de l’abbé Soumille qui avait mis au point un nouveau tour répondant aux normes en vigueur dans l’industrie de la soie et imposé à tous les producteurs de la province en 1751 par l’intendant. En 1752, plus de 2 000 étaient déclarés sur l’ensemble des trois diocèses (1 285 pour Alès, 832 pour Uzès, 260 pour Nîmes). Dans la ville même, où un corps de fileurs et mouliniers s’était constitué en 1726, 37 entrepreneurs étaient installés dans la décennie 1750, 41 en 1788. Ce faible écart masque une indéniable progression de la filature en ville au cours de la seconde moitié du siècle. Plus qu’aucune autre, en raison des contraintes techniques et matérielles, cette branche portait vers une concentration des capitaux et la croissance des entreprises existantes. En 1788, les ateliers nîmois utilisaient 623 tours et produisaient 290 quintaux de soie à organsiner et 180 pour trame. Au même moment, l’intendant estimait le parc du diocèse d’Alès à 2 000 tours et sa production à 2 200 quintaux de trames.

32Les conditions d’implantation, la lourdeur des investissements, les contraintes technologiques et les réalités économiques rendaient le moulinage dans la région beaucoup plus difficile et beaucoup moins attrayant que la filature. Les documents manquent pour en dresser un bilan complet. C’était une activité urbaine. En 1732, une cinquantaine de moulins étaient recensés dans le diocèse d’Alès. Le même chiffre revient pour 1789. Des 56 que comptait Nîmes en 1732, tous ne fonctionnaient pas. En 1788, 45 étaient en activité, pour une production annuelle de 400 quintaux d’organsin et 400 quintaux de trame. L’apathie du moulinage nîmois ne se mesure pas seulement à la lecture des chiffres. Elle se manifestait aussi par une arriération technologique considérable. Certains moulins étaient encore mus par la force humaine à la veille de la Révolution. La stagnation du moulinage s’explique par les options techniques et commerciales prises par les deux branches-pilotes du complexe industriel. La soierie préférait importer des organsins de très bonne qualité, en petite quantité, et utilisait des soies plus médiocres dans un nombre important d’étoffes légères. La bonneterie se passait carrément du moulinage car les fabricants nîmois avaient inventé une espèce de rouet, l’ovale, qui permettait de donner un certain tors à la fibre et était installé dans les ateliers près des métiers à bas. Cette pratique entraînait une baisse importante des coûts de production.

33La draperie s’était développée dans les villes et les campagnes de la région dans le cadre des structures traditionnelles de l’artisanat urbain et du Kaufsystem. Cette première phase du processus d’industrialisation s’est caractérisée par l’indépendance des fabricants dans la sphère de la production tandis que les marchands se cantonnaient dans la sphère de la circulation. Le marché local assurait alors le rôle de régulateur des échanges intra-régionaux et les villes de l’arrière-pays offraient leurs marchés et leurs foires comme lieux d’échange entre fabricants et marchands. D’économie mixte, elles cumulaient les fonctions de production et de relation. La propriété des moyens de production, matière première achetée sur le marché et instruments de travail, était entre les mains des producteurs.

34La soierie et la bonneterie ont négligé ces structures de type ancien et introduit un changement radical. Elles ont induit la séparation définitive des forces du travail et du capital, en imposant une concentration de plus en plus grande des capitaux et une division de plus en plus poussée du travail. Ce phénomène est particulièrement perceptible dans la bonneterie. Contrôlant le marché de la matière première, maîtres de la construction des métiers, des opérations de finition, des débouchés, les négociants tenaient les fabricants à leur merci. Dès sa création, le réseau fut organisé sur les bases du Verlagsystem. Le fabricant, qui le plus souvent ne possédait pas son instrument de travail, se transforma en ouvrier spécialisé. Y compris les maîtres nîmois, tous les ouvriers en bas travaillèrent à façon pour le compte des « marchands faisant fabriquer ». Cette organisation ne fut pas particulière à la bonneterie et l’évolution fut identique dans les autres branches.

35Cette nouvelle organisation du travail entraîna une modification des rapports à l’intérieur du réseau urbain, au bénéfice de la métropole régionale qui, dans la soie, domina seule les circuits de commercialisation. Les villes cévenoles conservèrent leur fonction de production, mais ne purent acquérir dans le réseau soyeux le rôle d’intermédiaire qu’elles avaient joué jusque-là dans le secteur secondaire. Le Verlagsystem s’est développé aussi bien dans l’espace qui fut généralement le sien, celui des industries rurales à domicile, que dans le cadre des organisations corporatives. Le travail à façon fut aussi un phénomène urbain et il n’était pas incompatible avec les structures des communautés de métier.

36Par l’intermédiaire de Nîmes, l’économie régionale s’est largement ouverte au commerce mondial. Ses négociants donnèrent en particulier toute son ampleur au développement de la bonneterie. Tout autant que la jurande, le débouché américain a créé les conditions de leur domination. Même les fabricants d’Uzès, qui ne purent se prévaloir du privilège dont jouissait également la ville que pour échapper aux astreintes corporatives, ne parvinrent pas à concurrencer leurs rivaux et à soustraire leurs produits à la stratégie entrepreneuriale de leurs voisins. La fragilité de cette construction industrielle et territoriale apparaît clairement dans le dernier tiers du xviiie siècle. Il suffit de la fermeture des marchés hispano-américains pour plonger la bonneterie en plein marasme à partir de 1778. Au-delà de la conjoncture internationale, les fabriques nîmoises furent victimes de leurs propres contradictions. Devant la concurrence du coton, les négociants nîmois ne furent en mesure ni de reconvertir les ateliers, ni de modifier la qualité de leurs produits en fonction de la demande. Le danger ne vint pas seulement de l’extérieur. Dès 1760, les villes les plus turbulentes et les plus dynamiques de l’ancienne jurande (Ganges, Le Vigan, Anduze) suivaient le modèle nîmois et ébauchaient un processus de reconversion vers la soie, qui les mit en position de prendre la relève au xixe siècle en acceptant le défi de la qualité. Le transfert des compétences faisait éclater le district.

Figure 1 : La jurande de la fabrique de bas nîmoise au xviiie siècle (1727-1760).

Notes

1 Les idées présentées dans ce texte ont été plus amplement développées dans l’ouvrage suivant : TEISSEYRE-SALLMANN L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc (xviie-xviiie siècles), Paris, 1995.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La jurande de la fabrique de bas nîmoise au xviiie siècle (1727-1760).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540