Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Troisième partie. La ville donnée à voir : le cartographe, le dessinateur, le graveur, le peintre et l'architecte

Angers à travers ses plans (1652-1813) : une cité immobile ?

François Comte

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1" Angers était restée stationnaire, elle paraissait indifférente aux changements avantageux qui s'étaient opérés dans ces villes voisines, et conservait toujours la gothique et rébarbative physionomie du xiiie siècle... En passant sous la voûte sombre de cette porte (Saint-Aubin), on croyait entrer, non dans la capitale d'une des plus jolies provinces de France, mais bien dans un donjon féodal... Il fallait une grande et violente secousse politique telle que celle qui a terminé le dix-huitième siècle pour changer l'aspect d'Angers ".

  • 1 Jean-François BODIN, Recherches historiques sur l'Anjou et ses monuments. Angers et le Bas-Anjou, S (...)
  • 2 François-Yves BESNARD, Souvenirs d'un nonagénaire, publiés par Célestin Port, Paris, 1880, p. 117-1 (...)
  • 3 Gustave d'ESPINAY, Notices archéologiques. Première série : monuments d'Angers, Angers, 1876, p. 1.
  • 4 Gérard BOUCHARD, Le village immobile (Sennely en Sologne), Paris, 1971, 386 p.

2Jean-François Bodin dans son " Coup d'oeil sur Angers à la fin du xviiie siècle et au commencement du xixe siècle "1, publié en 1823, confirme ce que d'autres Angevins pensaient de leur ville au xviiie siècle tel le nonagénaire Besnard2. Gustave d'Espinay, historien angevin du xixe siècle, estime même que les principaux bouleversements ne datent pas de la Révolution, mais du Second Empire et que les plans en font foi : " Bientôt il serait impossible de se faire la moindre idée de ce qu'était Angers au siècle dernier (xviiie siècle). Déjà les archéologues sont obligés de recourir à chaque instant aux anciens plans pour s'orienter au milieu des démolitions qui ont complètement changé l'aspect de la ville. On peut consulter aussi les plans dressés depuis la Révolution, mais antérieurement à l'haussmanisation de la ville "3. Doit-on penser qu'Angers, tel " le village immobile " décrit par Gérard Bouchard4 est restée sans aucune modification durant l'Ancien Régime jusqu'au milieu du xixe siècle et que les plans en témoignent ? Au-delà de la diversité des représentations, un coup d'œil rapide sur les plans le laisse supposer.

  • 5 Seuls, les musées d'Angers disposent d'un outil de recherche qui n'a pas eu de complément depuis vi (...)
  • 6 Augustin GUÉRY (abbé), Angers à travers les âges, Angers, 1913 (2nd éd. 1979), p. 27 et 207 et publ (...)

3Il nous faut auparavant examiner en détail l'état des plans d'Angers dont notre connaissance est réduite. Nous ne disposions pas jusqu'à une date récente d'études sur les vues et les plans. Même les collections publiques angevines ne possèdent pas un inventaire complet de leurs fonds5. Une grande partie des profils et vues cavalières avaient été publiés par l'abbé Guéry en 1913, mais seul les plans de Dubois-Moithey de 1776 et un extrait de celui de Simon de 1736 ont été reproduits6.

  • 7 Achat récent de la B.M., non coté.
  • 8 Le plan de 1792 est passé totalement inaperçu car il figurait dans un ouvrage d'hagiographie. Lucie (...)
  • 9 Microfilm aux Archives départementales de Maine et Loire, 1 Mi 72.

4Le plan perspectif – c'est-à-dire celui qui fait quelque concession au genre des vues en représentant les monuments en élévation – de Le Loyer (1652), reste peu connu. D'autres plans sont quasi inédits tel celui de Jouvin de Rochefort (v. 1673-1690)7 ou les mises à jour de Dubois-Moithey (de 1792 et 1813)8 ou celui d'Oudin (1701) conservé dans une collection privée9

  • 10 Cet inventaire a été achevé dans le cadre d'un dossier de tronc commun du DEA Sciences de la ville (...)
  • 11 Voir le tableau en annexe. Ont été exclus le plan perspectif de Tassin de 1634 qui a introduit la v (...)
  • 12 La carte de Le Loyer possède une échelle, mais pas le plan d'Angers qui y figure en cartouche.

5La réalisation d'un inventaire récent10 a permis une première synthèse qui porte sur neuf plans des xviie et xviiie siècles dont les dates retenues vont de 1652 (plan de Le Loyer) à 1813, dernière adaptation d'un plan d'Ancien Régime11. Cette période a privilégié la réalisation de plans, contrairement au xvie siècle, car elle bénéficiait entre autres des progrès des levées topographiques (chaîne d'arpenteur) et de la diffusion de la trigonométrie. A l'exception du plan de Le Loyer, ce sont tous des plans géométraux. La première projection entièrement horizontale apparut à Angers avec Alfred Jouvin de Rochefort à la fin du xviie siècle. Il est aussi le premier à utiliser une échelle graphique12. L'orientation, symbolisée par une boussole, apparaît avec Le Loyer en 1652. Mais ce n'est qu'en 1701 que le nord est en haut du plan. Les plans suivants, pour des raisons de place, présentent la Maine horizontalement, le haut du plan étant au nord-est. L'orientation strictement au nord ne devient courante que vers le milieu du xixe siècle. Enfin, en 1736, Louis Simon conçoit le quadrillage (lettre à la verticale et chiffre à l'horizontale) accompagné d'une nomenclature comme le sont encore nos plans de ville contemporains.

6Aucun des plans du xviiie siècle, contrairement aux vues des xvie et xviie siècles, n'ont été inclus dans des atlas nationaux. Ils présentent des disparités importantes car ils ont été conçus pour des publics différents ce qui influe sur leur contenu.

CHOIX ET ORIENTATIONS DES REPRÉSENTATIONS

Le cadre spatial du plan

  • 13 François LEBRUN, Histoire d'Angers, Toulouse, 2nd éd. 1984, p. 86-87.
  • 14 Cette paroisse a eu en 1789 le même statut que les paroisses périphériques de Saint-Léonard et Sain (...)

7François Lebrun rappelle que le cadre urbain d'Ancien Régime correspond, du point de vue fiscal, au territoire des seize paroisses d'Angers, en excluant la partie campagne de Saint-Laud, ainsi que celle de Saint-Samson, qui est un faubourg, alors que Saint-Nicolas, pourtant rural, est intégré13. Le découpage de 1769 en six quartiers est plus conforme à la réalité puisqu'il inclut dans la ville la Vallée Saint-Samson dont le faubourg jouxte l'enceinte14.

8Sur les plans, Angers correspond à une réalité différente selon les cartographes. Limitée d'abord à l'intra-muros et au faubourg sud, sa représentation inclut, avec les plans de Thibaudeau (1704) et d'Oudin (1701), une grande partie du territoire rural de quelques-unes des dix-sept paroisses que compte la ville. On voit même Saint-Léonard et Saint-Barthélémy sur le plan de Thibaudeau. Celui d'Oudin va également assez loin puisqu'y figurent le sanitat, dans l'actuel quartier du lac de Maine, et les fourches patibulaires (actuellement place des Justices) à quelques kilomètres de la ville.

9La plupart de ces plans prennent en compte tout l'espace urbanisé, y compris les faubourgs. Mais leur extrémité est parfois coupée par le cadre, particulièrement les faubourgs Saint-Michel et Bressigny. Le paysage périphérique urbain est marqué par des édifices religieux. Ainsi, à l'ouest, c'est l'abbaye Saint-Nicolas, sans les prolongements du village de Brionneau, et la chapelle Saint-Lazare, qui en forment les limites. Au nord, c'est le couvent des capucins, sur la rive droite, et l'abbaye Saint-Serge sur la rive gauche, si bien que le village de Reculée n'est qu'à peine amorcé. A l'est, la limite des plans au Grand Mail (avenue Jeanne d'Arc) et au séminaire Saint-Charles (lycée David d'Angers) ne permet pas de représenter les extensions des faubourgs vers la Madeleine ou sur la route de Paris. Enfin au sud, la limite est constituée sans problème par la collégiale Saint-Laud et par le couvent de la Visitation qui marquent la fin du faubourg.

10En somme le cadre fixe des repères marquants du paysage monumental, qui correspondent partiellement aux limites de l'espace urbanisé. Le centre des plans est toujours constitué par la vieille enceinte médiévale datant de Saint Louis. Les faubourgs n'ont qu'un rôle secondaire et tout particulièrement ceux qui ne débutent pas aux portes même, comme le faubourg de Reculée ou le bourg Neuf (Saint-Michel). Il en sera encore de même pour plusieurs plans du xixe siècle limités à l'ancien centre urbain.

Des formats et des publics

11Cette définition de l'espace a peu d'incidence sur l'ampleur de la carte. Un plan très large comme celui d'Oudin n'illustre qu'une demi-page d'un manuscrit. Celui de Simon, plus restreint dans sa représentation, mesure 100 sur 125 cm. Le mode de reproduction a également peu d'influence puisque le plan de Simon gravé sur quatre plaques de cuivre est plus grand que le manuscrit de Jouvin de Rochefort (47 x 64). Le plus important reste celui de Thibaudeau, de 1704 (117 x 127). Après lui les formats se réduisent petit à petit jusqu'à celui de Dubois de 1789 (18,5 x 25).

  • 15 Paris à vol d'oiseau (catalogue d'exposition), Paris, 1995, p. 50-55 et Denis SKROBALA, Alfred Jouv (...)
  • 16 Almanach du département de Maine-et-Loire, Angers, 1793, p. 117-130.

12Ces dimensions variables et le choix de recourir ou non à la gravure répondent plutôt au type de diffusion. Certains de ces petits plans sont de simples illustrations, soit pour une carte générale (Le Loyer), soit pour un texte de géographie du diocèse (Oudin). Le cas du plan de Jouvin est plus complexe. L'auteur, grand voyageur, nous a laissé des relations de voyages et des plans à la fois manuscrits et gravés. Plusieurs versions sont même connues pour Paris15. La faible implication des élites locales n'a sans doute pas favorisé la gravure de certains plans. Thibaudeau se l'est vu refuser, en revanche Simon (1736) et Dubois-Moithey (1776) dont le travail répondait à une volonté municipale, ont pu faire graver les leurs. Après le plan illustratif d'un texte ou d'une carte (Le Loyer, Oudin) et le plan décoratif pour flatter les élites municipales (Simon), on trouve des œuvres utilitaires répondant à une volonté administrative : Thibaudeau doit aider à régler des litiges sur les aides (droits d'entrée en ville) et Dubois-Moithey présente les projets d'urbanisme dont on peut suivre l'évolution grâce aux mises à jour de 1792 et 1813. Enfin le plan pratique, presque de poche et ancêtre du plan-guide, est réalisé par Dubois en 1789 et annexé à un répertoire des noms révolutionnaires de rues dans l'Almanach du département16.

L'origine de la commande et les codes de représentation

13Savoir qui commande ces plans, c'est aussi comprendre les choix qui ont présidé à leur réalisation.

  • 17 On peut se demander si cette carte est destinée à faciliter l'administration du diocèse, en particu (...)

14Lorsque Guy Arthaud, archidiacre d'Outre-Loire fait illustrer sa carte d'Anjou par le cartouche de Le Loyer sur Angers, c'est avant tout pour préciser la position des édifices religieux et hospitaliers intra-muros, ce qui nécessite vingt-sept numéros sur les quarante-sept que compte le plan. Ces monuments sont les seuls à figurer en perspective, avec l'enceinte urbaine. Les cimetières paroissiaux sont également bien représentés17.

15Du plan de Jouvin de Rochefort, on ne connaît pas les conditions de réalisation, mais cet ouvrage d'usage personnel est assez précis. Les faubourgs sont étendus abusivement et les cultures non différenciées. Jouvin est en revanche plus complet que les autres sur l'état des voies. Il met en évidence les points de contact entre ville et campagne comme il l'a fait pour Paris en 1672 et 1676.

16Son code de couleur permet de bien distinguer les bâtiments remarquables, presqu'exclusivement les grands édifices religieux, en gris, les îlots urbains en rose, les jardins et espaces cultivés en vert, et les rivières en bleu. Ces mêmes couleurs se retrouvent dans le plan d'Hugues Oudin en 1701. Lui aussi atypique car, réalisé à des fins personnelles, il place des éléments disparates et surprenants comme la maison du vieil Louvre rue Saint-Aubin.

  • 18 Archives municipales d'Angers, BB 102, fol. 29-30 et 137.
  • 19 Sylvain BERTHOLDI, " Plan de la ville et faubourgs d'Angers... ", in Trésors d'Archives, Rennes, 19 (...)

17Curieusement on ne perçoit pas l'habileté professionnelle des deux réalisateurs du " Plan de la ville et faubourgs d'Angers et des environs " de 1704. René Thibaudeau est pourtant géomètre et Pierre Godard, architecte-voyer. On se demande même s'ils ont utilisé un quelconque système d'arpentage. On a l'impression d'un plan à main levée. Les faubourgs sont détaillés et les auberges semblent être des points importants. L'intra-muros est presque vide. On a une image inverse de celles du Moyen Age et du xvie siècle où le faubourg est absent. La finalité de ce plan est claire : il s'agit d'une réalisation limitée à but fiscal. C'est l'intendant de la généralité de Tours qui, par lettre du 19 juillet 1700, a demandé, à la suite d'une contestation du fermier des aides, qu'il soit dressé un plan des faubourgs et des barrières18. Après diverses péripéties le plan est achevé en 1704 et un conseiller de ville, Poulain de La Foresterie, propose qu'il soit gravé mais le corps de ville allègue que les temps ne sont pas favorables19.

  • 20 Archives municipales d'Angers, BB 111, fol. 21-22.
  • 21 Archives municipales d'Angers, BB 111, fol. 29.
  • 22 Sophie WEYGANT, " L'abbaye Saint-Aubin d'Angers, un exemple d'appropriation d'abbaye au xixe siècle (...)

18Le 22 août 1733, Louis Simon, qui avait déjà levé à la demande de l'intendant des plans des empiétements des particuliers sur le pavage20, écrit à la municipalité pour qu'on l'autorise à lever le plan de la ville avec ses principaux édifices21. Le maire, pourtant subdélégué de l'intendance, doit demander l'aval d'Antoine de Beaumont d'Autichamp, lieutenant du roi pour la ville et le château. Ce plan situe les principaux bâtiments en hachures, le reste des constructions en pointillés et représente en vignette six grands monuments. Trois des principales institutions de la ville y figurent : château, cathédrale et hôtel de ville, mais aussi trois des quatre abbayes bénédictines. L'absence de Saint-Aubin tient très probablement à l'inachèvement du monastère22. L'intérêt se porte sur les nouveaux bâtiments conventuels de ces abbayes.

  • 23 Le service de l'inventaire municipal d'Angers a pu en étudier près de deux cents, intra-muros.
  • 24 L'hôtel Hullin de la Selle est un peu plus à l'est et ses dépendances jouxtaient la rue Saint-Biais (...)
  • 25 Toutes constructions qu'il avait promis de faire figurer dans son plan (A.M. Angers BB 111 fol. 29)
  • 26 Cf. Franchir la Maine. Histoire et archéologie des ponts d'Angers de l'Antiquité à nos jours, (cata (...)

19En haut et à droite de ce plan figure une vue d'Angers inspirée de celle de de Linclerc et Collignon, et à gauche une carte des environs de la ville. Avec cette carte, on commence à percevoir que la représentation est orientée par l'origine des dédicataires. Les paroisses sont figurées ainsi qu'une vingtaine de châteaux, symbolisés par des tours. Les deux propriétés du maire (La Marsaulaye et La Guerche) sont particulièrement bien mises en évidence par leurs gros caractères. Ce rappel discret a sans doute été apprécié par Germain Poulain, sieur de La Guerche et de La Marsaulaye. Après les " incontournables " châteaux de l'aristocratie angevine, tels que Brissac ou Serrant, ont été essentiellement retenues les propriétés plus ou moins grandes de familles issues de la magistrature. C'est le même choix qui a présidé au plan. Là aussi une vingtaine d'hôtels ont droit à figurer. On est loin du nombre des hôtels que l'Ancien Régime nous a légués ; or bien des quartiers ont connu des destructions importantes depuis cette époque23. On pourrait croire que les hôtels représentés sont les plus importants, mais si l'on regarde la Doutre, on est étonné de l'absence des hôtels du Guesclin ou de Scépeaux, place de la Paix. Il en est de même sur la rive droite où un hôtel comme celui de Thévalle, place Sainte-Croix, est lui aussi étrangement absent. Le choix de Simon dépend des quartiers. Il est très discret sur la Cité (trois hôtels, en fait des maisons canoniales) et sur la Doutre (quatre hôtels nobles) et préfère les hôtels du quartier des halles, dominé par la magistrature. Il flatte le maire en distinguant l'hôtel de La Guerche par des caractères romains et non italiques comme pour la cathédrale, l'évêché, l'hôtel de ville ou le palais (présidial). De même la place Poulain est la seule à bénéficier d'un caractère particulier. L'ancien maire Robert, qui a eu le plus long mairat de l'Ancien Régime (de 1715 à 1729), est lui aussi mis à l'honneur : son hôtel est le premier cité dans la table de ce quartier. La liste des principaux officiers du présidial, telle qu'elle est donnée dans l'Almanach angevin et journalier pour l'année 1734, correspond presque exactement aux hôtels retenus par Simon. Le présidial domine la ville : le maire est l'un de ses membres et toutes les grandes familles de ce corps – les Louet, Boysleve, Ayrault, Gohin, dont on voit les hôtels –, ont eu un des leurs maire d'Angers. Seul l'hôtel de Vertus fait exception. Le titre comtal de la famille doit y être pour beaucoup. On ne voit pas en revanche dans ce quartier de bâtiments médiévaux comme dans la Doutre (la tour des Druides et le manoir du roi René en Reculée). La représentation de ces bâtiments est conventionnelle : plan en U ou en L, avec parfois quelques erreurs de localisation24. D'autre part, l'auteur est resté fidèle à son programme en n'oubliant aucun des " abbayes, collégiales, couvents, églises paroissiales, hôpitaux, collèges, ponts, quais et fontaines "25, mais leurs plans sont plus décevants. Les églises, sans être stéréotypées, ont toutes un chevet semi-circulaire alors que plusieurs chapelles avaient en réalité un chevet plat. Sur le Grand pont, il n'a retenu que la maison la plus importante, qui sera la dernière à disparaître, alors qu'il était encore entièrement bordé de maisons26.

  • 27 Tableau reproduit dans Elisabeth VERRY (dir.), L'Anjou de la province au département, 1785-1800, An (...)
  • 28 Les aléas de l'élaboration de ce plan se lisent dans un dossier des A.M. d'Angers : FF2 (quatorze p (...)

20Cet ouvrage très soigné a été le plan de référence pendant tout le xviiie siècle. Il figure même sur le portrait de Monsieur, frère du roi, peint par Hubert Drouais27. Pourtant il devient caduc quarante ans plus tard. La ville qui désire disposer d'un plan à jour, charge vers 1774 Michel Bardoul de La Bigottière, le plus important architecte d'Angers, de le rectifier. Après sa défection, la ville se tourne vers Maurille-Antoine Moithey, ingénieur-géographe du roi. A cette date Moithey a achevé, ou est en voie de réaliser, deux autres plans de ville : Orléans (1744) et Reims (1755). Son dessein n'est pas de lever un nouveau plan, mais simplement de modifier celui de 1736. La méthode de travail de Moithey n'a sans doute pas convaincu les édiles puisqu'en 1775 le maire, Jean-François Allard, et le doyen de la collégiale Saint-Martin, François Cotelle, chargent Jean-Baptiste Dubois, géomètre-arpenteur, de lever un nouveau plan qui sera gravé par Moithey. Dubois ne sera payé que dix ans plus tard28.

  • 29 Pyramide du Grand pont (1744), académie d'équitation (1734) et quai de l'abreuvoir en Boisnet (1757 (...)
  • 30 Célestin PORT, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Angers, 187 (...)

21Moithey a dédié ce plan à Monsieur, frère du roi et duc d'Anjou, et rappelé que l'initiative en revient au maire, en dessinant son blason à côté du cartouche. Le plan devait comporter à l'origine les inscriptions de quelques monuments élevés récemment29. Mais en définitive, Moithey ne les a intégrés ni au plan lui-même, ni à la notice historique jointe. Le plan est en effet inclus à la fin d'un petit ouvrage intitulé Recherches historiques sur la ville d'Angers, publié à Paris en 1776. Ni cette " insignifiante Notice "30, ni le plan lui-même n'ont tenu leurs promesses initiales car ils comportent moins de renseignements que le plan de 1736.

  • 31 Cf. supra note 16.

22Quant au plan de Dubois de 1789, son principal intérêt aurait résidé dans une légende très détaillée de plus de 360 numéros, mais elle n'a jamais vu le jour. La nomenclature qui est parue en 179331, est très souvent en discordance avec ce plan et ne peut avoir été conçue par Jean-Baptiste Dubois. C'est une liste très incomplète des noms de rues révolutionnaires, par ordre alphabétique, avec, en regard, leurs noms anciens.

Les conditions de réalisation

23Il importe de connaître les conditions de réalisation de ces plans – méconnaissance du terrain, influences extérieures – pour comprendre les choix ou les erreurs de leurs auteurs.

24Jouvin de Rochefort ne semble pas avoir résidé longtemps à Angers. Sa connaissance des institutions religieuses s'en ressent. Non seulement on peut relever des erreurs (Saint-Eloi est qualifiée de paroisse et Toussaint de prieuré), mais certaines absences d'identification paraissent témoigner de ses difficultés à déterminer l'appartenance des bâtiments religieux.

  • 32 François COMTE, " Nouvelles recherches sur les premières représentations d'Angers (xvie - xviie siè (...)
  • 33 Paris à vol d'oiseau, op. cit., p. 73.

25Paris détenait une sorte de monopole dans la gravure des cartes et l'influence des représentations de la capitale, déjà notable pour le xvie siècle32, est patente pour le xviiie. Louis Simon désirait réaliser un plan dans " le goût de Paris ". On peut rapprocher effectivement son oeuvre du plan de l'abbé Jean Delagrive, publié en 1728, qui eut une grande diffusion et resta un modèle jusqu'à la Révolution33 : les deux ouvrages ne font aucune concession à la vue en perspective, donnent le plan des principaux monuments tandis qu'ils représentent les autres maisons en pointillé, font figurer quelques vues de bâtiments. Ils possèdent même des similitudes dans la gravure, bien que leurs graveurs aient été différents.

  • 34 Le plan indique N. Baillieul. Sur ces graveurs, voir Maxime PRÉAUD, Pierre CASSELLE, Marianne GRIVE (...)

26Le plan de Simon a été gravé par Guillaume Dheullant, connu pour ses plans d'architecture, et Nicolas Bailleul le jeune, d'une famille de graveurs de travaux géographiques34. La répartition du rôle de ces deux hommes est mal connue : Baillieul a probablement limité son intervention aux inscriptions, légende et cartouches, peut-être aussi vignettes. Il est en effet habituel, dans les cartes, de rencontrer trois graveurs différents : celui de la carte elle-même, celui des lettres et celui du cartouche. Si le dessin du plan n'est pas précis, la marge d'interprétation du graveur est importante et peut conduire à des erreurs. Or, si l'on en croit sa correspondance, Moithey semble n'être venu qu'une seule fois sur place. Il demande régulièrement au doyen Cotelle et au vice-maire Prévost, des renseignements sur les noms des couvents, des hôtels, sur le nombre d'arches des ponts, et il est probable qu'il n'a pas toujours obtenu de réponse satisfaisante.

27Quant aux derniers plans du xviiie siècle, adaptés de Moithey, ils sont en décalage par rapport à leur date d'édition. Leur information est parfois périmée, car elle est reprise par des Parisiens, pas très au fait des derniers travaux effectués en ville, comme nous le verrons plus loin.

UNE ÉVOLUTION URBAINE PEU PERCEPTIBLE ET TARDIVE

28Lorsqu'on regarde rapidement les neuf plans d'Angers retenus, couvrant plus d'un siècle et demi, il ne semble pas que la ville ait bougé. Certes la perception de son territoire a évolué, comme nous l'avons vu, avec l'émergence des faubourgs, mais la ville reste essentiellement enfermée dans son enceinte qui va subsister sans sa quasi-intégralité jusqu'au Premier Empire. L'ensemble du réseau de voirie compte les mêmes grands axes de circulation au débouché des mêmes portes. Quand on observe les principales institutions religieuses et civiles figurées, rien ne semble avoir bougé depuis le xvie siècle : la cathédrale, les cinq abbayes, les sept collégiales, les dix-sept paroisses, les quatre couvents mendiants, puis les hôpitaux Saint-Jean et des Renfermés, les établissements d'enseignement, la maison de ville, le présidial, etc.

29Dès le petit plan de Le Loyer, on perçoit très bien l'importance des espaces libres hors les concentrations de maisons, en particulier au niveau des cimetières et sur les hauteurs de la ville. La permanence de la répartition de l'espace est soulignée par Moithey qui affecte des couleurs différentes à la Cité, bornée par l'enceinte antique, et à la ville moderne limitée par la muraille de Saint-Louis.

  • 35 Pour cette période, la meilleure vue d'ensemble se trouve dans Jacques MAILLARD, Le pouvoir municip (...)

30Pourtant, par petites touches, quelques transformations se distinguent d'un plan à l'autre35.

Les nouveaux édifices religieux et publics

31Aucune des nouvelles congrégations féminines issues de la Réforme catholique existant à l'époque de Le Loyer – calvairiennes, carmélites, ursulines, pénitentes – non plus que le seul institut masculin, les oratoriens, n'a été oublié par son plan. En revanche, Jouvin de Rochefort opéra un choix quelques décennies plus tard. On voit sur son ouvrage, en plus des congrégations déjà citées, les visitandines, les bénédictines de la Fidélité, les trois couvents de frères mineurs issus de réformes différentes – minimes, récollets et capucins – mais il laisse de côté plusieurs fondations du xviie siècle : la providence, rue Saint-Jacques, les lazaristes, rue Val de Maine et les dames de la Croix, rue Lionnaise. Est-ce parce que les fondations récentes n'ont pas de bâtiments spécifiques ? En revanche, l'état des maisons religieuses est complet dans les plans Simon et Moithey. Le premier porte une attention particulière aux constructions mauristes qui sont dessinées en élévation, et le second aux plans des doyennés des collégiales de Saint-Martin, Saint-Laud et Saint-Pierre – nouvellement reconstruits – alors qu'il laisse de côté le doyenné de la cathédrale, ou ceux de Saint-Julien et Saint-Maurille. Ces constructions sont sans doute intégrées dans le plan dans la mesure où elles participent à l'ornement de la ville.

  • 36 Cf. Frédéric CHAUMOT et Pascal ROBERT, " Les transformations de la chapelle Saint-Lazare à l'époque (...)
  • 37 Jacques MAILLARD, L'oratoire à Angers aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1975, p.71-88.
  • 38 Charles URSEAU (chanoine), L'instruction primaire avant 1789 dans les paroisses du diocèse actuel d (...)

32Le développement des hôpitaux va quelque peu modifier le plan des bâtiments. Ainsi l'Hôpital Général englobe deux rues en 1705, ce dont témoignent les plans du xviiie siècle. Le nouvel hôpital des Incurables est localisé avec exactitude par Moithey. Quant aux chapelles des aumôneries médiévales, elles subsistent toujours sur les plans. Mais Saint-Lazare et Saint-Sébastien sont devenues des succursales paroissiales36. L'enseignement occupe lui aussi des lieux nouveaux, même si les anciens collèges médiévaux survivent : le plus récent, le collège d'Anjou, a été reconstruit dans la dernière décennie du xviie siècle37. C'est le seul qui est qualifié de collège sur le plan de Moithey. Des nombreuses écoles paroissiales connues au xviiie siècle, une seule est cartographiée, c'est " l'école de Charité " d'Anne Jallot, devenu l'hospice Saint-Charles38. Il paraît plus prestigieux d'indiquer l'académie royale d'équitation, le manège militaire des Pommiers et l'école des Frères à l'Evière, puis à la Rossignolerie, où la ville intervient plus directement. Les chirurgiens, peu à peu émancipés de la tutelle des médecins, créent à l'Evière l'école Saint-Côme avec son amphithéâtre, également représentée sur le plan de Moithey. Enfin, dans un autre domaine, la poste aux chevaux figure rue Boisnet sur le même plan, mais son nom sera seulement inscrit en légende dans le plan de 1813.

Les nouveaux espaces publics : jardins, places et cimetières

  • 39 Adrien PLANCHENAUT, Les jetons angevins, Châlons-sur-Saône, 1907, p. 287.
  • 40 Joseph HEBERT de la ROUSSELIÈRE, Histoire des jardins d'Angers, Angers, 1947, p. 10 et 20.

33Au début du xviiie siècle, contrairement à ce que représente Oudin, l'enceinte n'est plus conservée dans son intégralité puisque toute la partie le long de Boisnet est abattue et aménagée. Cependant, le reste n'a pas été démantelé ; Angers conserve ainsi un caractère médiéval qui frappe les contemporains, bien qu'on élargisse les portes et aménage leurs abords par des plantations. Le plan Dubois-Moithey nous montre l'évolution : on a supprimé les tours à la porte Toussaint ainsi qu'à la porte Saint-Aubin. La rue est élargie avant la porte Neuve (ou Grandet ou Saint-Biaise) qui est reconstruite à la fin du xviie siècle et ressemble plus à un arc de triomphe qu'à une porte de défense39. Au débouché des portes, des places sont projetées d'après le même plan de Dubois-Moithey. Enfin de grandes allées plantées d'arbres, appelées mails, encadrent l'enceinte. En 1792, le plan indique " nouveaux boulevards plantés " à l'emplacement des fossés du côté de la Doutre. En 1813, l'avant-mail paraît agrandi ainsi que le champ de foire devenu champ de Mars. En revanche, le jardin botanique créé dans le faubourg Bressigny en 1777, n'est pas figuré. Il faut attendre plus de vingt ans après son transfert à Saint-Samson (1790) pour qu'il soit mentionné sur le plan de 181340.

  • 41 La cartographie des cimetières d'Angers a été publiée par François COMTE dans Espace de vie, espace (...)

34A l'intérieur de l'enceinte, on crée aussi plusieurs petites places grâce au transfert de quelques cimetières. En effet la déclaration royale de 1776 qui ordonnait le déplacement des cimetières hors des murs, avait été précédée par quelques transferts dès le début du xviiie siècle. C'est ainsi que Saint-Martin, Saint Mainboeuf, Saint-Maurille et Saint-Pierre avaient supprimé les cimetières de leurs parvis, appelés petits cimetières, soit en agrandissant le cimetière du chevet soit en en créant de nouveaux – d'ailleurs non cartographiés. La représentation des espaces réservés aux sépultures, bien identifiés sur le plan de Le Loyer, devient de plus en plus sobre : les petites croix sont remplacées au mieux par une seule grande croix. Cependant, à partir du plan Dubois les nouveaux cimetières sont bien dessinés (Guinefolle, Bouillou, Saint-Laud et le Clon)41.

Les activités économiques

  • 42 Cf. la représentation commentée de cette vue dans François COMTE, " Nouvelles recherches sur les pr (...)

35Une des nouveautés des plans de la fin du xviiie siècle est la présence de nouvelles carrières et de manufactures. Le vieux profil d'Hoefnagel de 1561 montrait déjà une carrière et la taille des ardoises aux portes d'Angers42. Un siècle après, c'est une activité qui paraît en déclin aux abords les plus proches de la ville si l'on en croit la mention de " vieilles perrières d'ardoises " près de Saint-Serge dans le plan de Jouvin ainsi que dans les suivants. En revanche Moithey nous en montre d'autres en activité en figurant les excavations par des hachures serrées et des blocs d'ardoises débitées, à la Hacherie, au Bouillou et au Pigeon.

  • 43 Christian CUSSONNEAU, Moulins d'Angers et d'Anjou (catalogue d'exposition), Angers, 1995, p. 18.
  • 44 D'autres manufactures existent. Un plan en est fourni par Serge CHASSAGNE, La Manufacture de toiles (...)

36L'espace agricole est très présent, avec la vigne dans tous les faubourgs, et les mentions de fermes. Tout aussi traditionnels, les moulins sont moins bien figurés à partir du plan de Thibaudeau. Or si les moulins du pont des Treilles sont petit à petit abandonnés, il n'en est pas de même des moulins à vent, très présents jusqu'au début du xixe siècle43. Moithey, quant à lui, fait l'impasse totale sur la meunerie et préfère ne situer que les nouvelles activités manufacturières : raffinerie de sucre sur l'île des Carmes, manufactures de toiles à voiles au faubourg Saint-Michel, manufacture du Cordon Bleu à Saint-Serge et toiles d'indiennes au faubourg Saint-Jacques44.

37Intra-muros ce ne sont que des marchés traditionnels qui continuent à être notés : halles, boucheries, poissonnerie, à l'exception du palais des marchands, siège de la juridiction consulaire, mais aussi d'une éphémère bourse du commerce. Quant à l'hôtel des monnaies, il ne bat plus monnaie depuis longtemps, mais il reste inscrit dans les plans.

Les grands hôtels et la nouvelle sociabilité

38Un changement de conception s'opère à la fin du xviiie siècle dans la localisation des hôtels particuliers : on ne représente plus, comme nous l'avons vu dans le plan Simon, les seuls hôtels des membres du présidial, l'oligarchie dominant la ville, mais quelques constructions nouvelles marquantes dans le domaine architectural.

39Dans le plan Dubois de 1789, l'hôtel Besnardière, le chef-d'oeuvre de l'architecte Bardoul de La Bigottière, est bien mis à l'honneur, ainsi que, dans le plan de 1792, l'hôtel de Lantivy. En revanche, les hôtels de Maquillé et de Livois, du même architecte, ne sont jamais représentés. Dubois privilégie les grands hôtels des faubourgs : Gizeux et L'Etanduère à L'Evière, Gohin et La Boullaye à l'ouest. Dans le détail de la représentation, les jardins des hôtels prennent de plus en plus d'importance.

  • 45 Jean-Luc MARAIS, Les sociétés d'hommes, Angers, 1986, p. 77-84.

40D'autre part, les plans localisent de nouveaux espaces fréquentés par les notables de la ville : l'académie des sciences, belles-lettres et arts, près de l'hôtel de ville et, dans le même quartier, une salle de spectacle qui accueille des troupes de passage. Deux " sociétés " sont mentionnées sur les plans de Simon et Moithey : celle des marchands et celle du présidial. Ce sont de grands jardins avec un petit bâtiment, possédés ou loués par une sorte de cercle qui organise la promenade, le jeu, la lecture, la conversation. A ces jardins étaient souvent annexés des jeux de boules45.

41Des espaces de loisirs moins prisés au siècle des Lumières, disparaissent par contre des plans. Alors que celui de Thibaudeau, en 1704, représente bien les auberges et jeux de paume, on ne trouve plus que l'auberge du Pélican sur les plans de la fin du xviiie siècle.

Projets et réalisations de la fin de l'Ancien Régime au Premier Empire.

  • 46 D'après Sylvain BERTHOLDI, Angers en 1789 (catalogue d'exposition), Angers, 1989, p. 11. Les casern (...)
  • 47 André MORNET, " La transformation de la ville d'Angers au xixe siècle ", Mémoires de l'académie des (...)

42Le " plan historique " de Dubois-Moithey fait figurer " les projets que la ville se propose de faire ". Ils sont de deux ordres : de nouveaux bâtiments (l'école des Frères) et de nouveaux espaces publics (places, rues et quais). Or, si l'école de la Rossignolerie est achevée en 1782, les autres travaux paraissent traîner en longueur. L'élargissement de la rue des Trois Maures ne semble pas faire de difficultés, mais la place Monsieur, en face de la porte Saint-Aubin, a connu à peine un début de création. Le projet se reporte en fait place Lionnaise qui est devenue en 1792 un marché pour le bois. Par contre, en bordure du champ de foire le projet de transformation du couvent des minimes en caserne a bien vu le jour : un quartier de cavalerie y est même construit, si l'on en croit les plans de 1792 et 181346. Le projet le plus important est celui des quais de la rive gauche, du port Ayrault à la Basse-Chaîne. Cet aménagement des rives est un moyen de développer l'activité portuaire, mais aussi de lutter contre les inondations et d'" embellir " les bords de Maine en gagnant du terrain constructible. Ce projet récurrent est présent dans les trois versions du plan de Dubois-Moithey, mais il ne connaîtra son achèvement qu'au milieu du xixe siècle47.

43Les deux derniers plans étudiés (1792 et 1813) permettent de suivre certaines des transformations qui ont affecté la ville à l'époque révolutionnaire et impériale. Mais les travaux vont plus vite que les plans qui présentent une situation pas toujours au fait de l'actualité. C'est ainsi que, sur le plan de 1792, la place du Ralliement n'existe pas, bien que les églises Saint-Pierre et Saint-Maurille aient été détruites en 1790, de même que le cloître de la cathédrale qui figure pourtant toujours sur le plan. Pareil retard est visible à propos de la Rossignolerie dont le plan figuré est toujours celui du séminaire Saint-Charles qui accueillait les prêtres âgés, alors que depuis longtemps le bâtiment avait été reconstruit différemment. Le plan de 1813 est mieux actualisé (mais les grattages de la plaque originale sont parfois visibles et les emplacements des éléments effacés maladroitement restauré. C'est ainsi que de très nombreuses églises ont été supprimées tandis que d'autres, qui ont changé d'affectation, ont vu leur nom effacé. Les croix de carrefour ont également disparu. Le plan indique bien les nouvelles affectations de bâtiments religieux. Ainsi, en vertu de la réorganisation paroissiale issue du concordat de 1802, le carmel abrite la paroisse Sainte-Thérèse, les récollets Saint-Laud, la chapelle du lycée Saint-Joseph, et l'église des oratoriens Notre-Dame. De même le théâtre est logé aux anciennes " Grandes Ecoles ", la préfecture à l'abbaye Saint-Aubin, le lycée impérial dans les locaux de l'école des Frères des Ecoles chrétiennes, le musée et la bibliothèque dans le séminaire du logis Barrault, le dépôt de mendicité à l'abbaye Saint-Nicolas et le séminaire dans l'abbaye Saint-Serge. En revanche, aucune légende n'identifie les casernes qui occupent plusieurs anciens bâtiments religieux ou réservés à l'enseignement : les abbayes du Ronceray et Toussaint, le petit séminaire, l'académie d'équitation etc.

  • 48 Voir le commentaire du plan Dubois-Moithey par Michèle BARDELOT in L'Anjou de la province au départ (...)

44Les plans d'Angers réalisés aux xviie et xviiie siècle ne sont pas d'une fiabilité absolue. C'est d'abord qu'ils représentent une vision sélective de la ville, parce qu'ils sont au service d'une oligarchie locale (plan Simon, 1736) ou en raison d'impératifs commerciaux (les plans Moithey de 1792 et Rudemare de 1813 se contentent de quelques grattages sur la plaque d'origine). De plus, ils sont parfois décalés par rapport à la réalité, soit qu'ils retardent, soit qu'ils anticipent en intégrant de simples projets. Enfin, il est évident que bien des nouveautés urbaines ne peuvent apparaître sur les plans : reconstructions de bâtiments, numérotage des maisons, établissement des lanternes etc48.

45Malgré la diversité des représentations, l'impression dominante est celle d'une permanence du paysage urbain jusqu'à la fin de l'époque moderne. Les derniers plans enregistrent bien quelques importantes constructions nouvelles ; ils témoignent des velléités d'urbanisme des échevins. En fait, tout cela a peu affecté la ville réelle qui donne encore globalement, à la fin du xviiie siècle, l'impression d'être une ville médiévale. Il n'est donc pas surprenant qu'en 1813 encore, on puisse représenter Angers de la même façon que quarante ans auparavant.

  • 49 Archives municipales Angers, BB 131, fol. 34, 35, 40.
  • 50 Archives municipales Angers, BB 132, fol. 29.
  • 51 Ce plan imposant (575 x 540cm) n'a pas été retrouvé dans les réserves des musées d'Angers, III R 56 (...)

46En 1784, la ville s'est préoccupée de " lever un plan général... afin de fixer les alignements et présenter les ouvrages et changements qu'il sera nécessaire de faire par la suite pour l'utilité publique, pour la décoration de la ville ". L'intendant, consulté, a approuvé ce dessein49. Mais après avoir versé 500 livres à Dubois pour le plan de 1776, la ville ne semble plus pressée de réaliser un nouveau plan et, en 1786, on reporte ce travail " aux années prochaines "50. L'intendant reviendra à la charge, mais sans succès. Après les changements de l'époque révolutionnaire, le besoin d'un plan nouveau se fait sentir et la ville décide de confier ce travail à Beaumanoir. C'est probablement lui qui présente en 1806 le " plan d'Angers avec les projets de redressements... "51.

  • 52 Le cadastre de la ville d'Angers est de 1809-1810. Ce plan concerne l'extra-muros. L'intra-muros n' (...)

47Le plan de 1813 aura été le dernier avatar des plans de l'Ancien Régime. Désormais ceux qui se succéderont au xixe siècle seront fondés sur des relevés bien plus exacts, issus du cadastre napoléonien52.

Tableau synoptique des plans étudiés dans le texte

Tableau synoptique des plans étudiés dans le texte

1652, cartouche de la " Carte générale du diocèse d'Anjou " par Le Loyer

v. 1673-1690, " Angers et ses environs " par Jouvin de Rochefort (extrait : une partie de la Cité et d'un faubourg)

1704, " Plan de la ville et faubourgs d'Angers et des environs " par Thibaudeau (extrait : faubourg de l'Evière)

1736, " Nouveau plan de la ville d'Angers " par Simon (extrait : quartier des halles et environ de la ville)

1776 " Plan historique de la ville d'Angers " par Dubois et Moithey

1789, " Plan géométrique de la ville d'Angers " par Dubois

1813, " Plan historique " mise à jour par Rudemare

Notes

1 Jean-François BODIN, Recherches historiques sur l'Anjou et ses monuments. Angers et le Bas-Anjou, Saumur, 1823, t. II, p. 472-475.

2 François-Yves BESNARD, Souvenirs d'un nonagénaire, publiés par Célestin Port, Paris, 1880, p. 117-119. Sur cet aspect cf. Claude PETITFRÈRE, " Regards sur les villes dans la France du xviiie siècle ", Traditions et innovations dans la société française du xviiie siècle, Bul. n° 18 de l'Association des historiens modernistes des universités, Paris, 1995, p. 57-95

3 Gustave d'ESPINAY, Notices archéologiques. Première série : monuments d'Angers, Angers, 1876, p. 1.

4 Gérard BOUCHARD, Le village immobile (Sennely en Sologne), Paris, 1971, 386 p.

5 Seuls, les musées d'Angers disposent d'un outil de recherche qui n'a pas eu de complément depuis vingt ans : Claire GIRAUD-LABALTE, Angers à travers ses fonds iconographiques, université de Rennes, mémoire de maîtrise d'histoire de l'art, 1976, 403 p.

6 Augustin GUÉRY (abbé), Angers à travers les âges, Angers, 1913 (2nd éd. 1979), p. 27 et 207 et publication en fac-similé par Jacques SAILLOT, Dictionnaire des rues d'Angers. Histoire et anecdotes, Angers, 1975, 2 vol. plus coffret, et par Jean BAZANTAY, 50 rues d'Angers, Angers, 1986.

7 Achat récent de la B.M., non coté.

8 Le plan de 1792 est passé totalement inaperçu car il figurait dans un ouvrage d'hagiographie. Lucien M1SERMONT, Le premier hôpital des Filles de la Charité..., Paris, 1913, p. 144-145. Quant au plan de 1813, il est resté enfoui jusqu'à ce jour dans les collections des musées d'Angers.

9 Microfilm aux Archives départementales de Maine et Loire, 1 Mi 72.

10 Cet inventaire a été achevé dans le cadre d'un dossier de tronc commun du DEA Sciences de la ville que nous avons réalisé sous la direction de Claude Petitfrère sous le titre : " Vues et plans d'Angers : l'image de la ville à l'époque moderne (1561-1813) ".

11 Voir le tableau en annexe. Ont été exclus le plan perspectif de Tassin de 1634 qui a introduit la vue verticale et celui de Senfront (1589), sorte de compromis entre le plan et la vue cavalière, ainsi que deux plans manuscrits conservés à la B.N. figurant l'intra-muros, l'un étant probablement le modèle de Tassin et l'autre n'offrant qu'un intérêt limité ; il est d'ailleurs très proche de celui d'Oudin de 1701 (cf. François Comte dossier cité supra). Nous avons également exclu les plans des cartes générales de Trudaine et de Cassini.

12 La carte de Le Loyer possède une échelle, mais pas le plan d'Angers qui y figure en cartouche.

13 François LEBRUN, Histoire d'Angers, Toulouse, 2nd éd. 1984, p. 86-87.

14 Cette paroisse a eu en 1789 le même statut que les paroisses périphériques de Saint-Léonard et Saint-Augustin, celui de commune. Mais ces trois communes ont été rattachées définitivement à Angers en 1790. François LEBRUN, Paroisses et communes de France. Maine-et-Loire, Paris, 1974, p. 36-40.

15 Paris à vol d'oiseau (catalogue d'exposition), Paris, 1995, p. 50-55 et Denis SKROBALA, Alfred Jouvin, de Rochefort et le voyageur d'Europe (1672) : une représentation du royaume de France, université de Tours, mémoire de maîtrise d'histoire, 1995, 101 p.

16 Almanach du département de Maine-et-Loire, Angers, 1793, p. 117-130.

17 On peut se demander si cette carte est destinée à faciliter l'administration du diocèse, en particulier les visites pastorales, à la suite des incitations pontificales, comme le suggère François de DAINVILLE dans Cartes anciennes de l'Eglise de France. Histoire, répertoire, guide d'usage, Paris, 1956, p. 33 et 34.

18 Archives municipales d'Angers, BB 102, fol. 29-30 et 137.

19 Sylvain BERTHOLDI, " Plan de la ville et faubourgs d'Angers... ", in Trésors d'Archives, Rennes, 1995, p. 94.

20 Archives municipales d'Angers, BB 111, fol. 21-22.

21 Archives municipales d'Angers, BB 111, fol. 29.

22 Sophie WEYGANT, " L'abbaye Saint-Aubin d'Angers, un exemple d'appropriation d'abbaye au xixe siècle ", Archives d'Anjou. Mélanges d'histoire et d'archéologie angevine, n° 1, 1997, p. 115-116.

23 Le service de l'inventaire municipal d'Angers a pu en étudier près de deux cents, intra-muros.

24 L'hôtel Hullin de la Selle est un peu plus à l'est et ses dépendances jouxtaient la rue Saint-Biaise.

25 Toutes constructions qu'il avait promis de faire figurer dans son plan (A.M. Angers BB 111 fol. 29).

26 Cf. Franchir la Maine. Histoire et archéologie des ponts d'Angers de l'Antiquité à nos jours, (catalogue d'exposition), Angers, 1995, p. 6.

27 Tableau reproduit dans Elisabeth VERRY (dir.), L'Anjou de la province au département, 1785-1800, Angers, 1989, p. 27

28 Les aléas de l'élaboration de ce plan se lisent dans un dossier des A.M. d'Angers : FF2 (quatorze pièces papier) et dans les conclusions du conseil de ville : BB 127, fol. 29 et 109, BB 129, fol. 4, BB 131, fol. 11 et BB 132, fol. 8.

29 Pyramide du Grand pont (1744), académie d'équitation (1734) et quai de l'abreuvoir en Boisnet (1757).

30 Célestin PORT, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Angers, 1876, t. 2, p. 70.

31 Cf. supra note 16.

32 François COMTE, " Nouvelles recherches sur les premières représentations d'Angers (xvie - xviie siècles) ", Archives d'Anjou. Mélanges d'histoire et d'archéologie angevines, n° 1, 1997, p. 31-53.

33 Paris à vol d'oiseau, op. cit., p. 73.

34 Le plan indique N. Baillieul. Sur ces graveurs, voir Maxime PRÉAUD, Pierre CASSELLE, Marianne GRIVEL, Corinne LE BITOUZÉ, Dictionnaire des éditeurs d'estampes à Paris sous l'Ancien Régime, Paris, 1987, p. 38-40.

35 Pour cette période, la meilleure vue d'ensemble se trouve dans Jacques MAILLARD, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, 2 vol.

36 Cf. Frédéric CHAUMOT et Pascal ROBERT, " Les transformations de la chapelle Saint-Lazare à l'époque moderne ", Saint-Lazare : histoire d'une léproserie et d'un faubourg d'Angers xiie - xviie siècle, Angers, 1997, p. 25-31.

37 Jacques MAILLARD, L'oratoire à Angers aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1975, p.71-88.

38 Charles URSEAU (chanoine), L'instruction primaire avant 1789 dans les paroisses du diocèse actuel d'Angers, Paris, 1895, p. 28-55.

39 Adrien PLANCHENAUT, Les jetons angevins, Châlons-sur-Saône, 1907, p. 287.

40 Joseph HEBERT de la ROUSSELIÈRE, Histoire des jardins d'Angers, Angers, 1947, p. 10 et 20.

41 La cartographie des cimetières d'Angers a été publiée par François COMTE dans Espace de vie, espace des morts : états des lieux de l'Antiquité à nos jours (catalogue d'exposition), Angers, 1994, 13 p.

42 Cf. la représentation commentée de cette vue dans François COMTE, " Nouvelles recherches sur les premières représentations d'Angers (xvie - xviie siècle) ", op. cit..

43 Christian CUSSONNEAU, Moulins d'Angers et d'Anjou (catalogue d'exposition), Angers, 1995, p. 18.

44 D'autres manufactures existent. Un plan en est fourni par Serge CHASSAGNE, La Manufacture de toiles imprimées de Tournemine-lès-Angers (1752-1820), Rennes, 1971, p. 108.

45 Jean-Luc MARAIS, Les sociétés d'hommes, Angers, 1986, p. 77-84.

46 D'après Sylvain BERTHOLDI, Angers en 1789 (catalogue d'exposition), Angers, 1989, p. 11. Les casernes ont été détruites en 1793 lors du siège d'Angers par les Vendéens.

47 André MORNET, " La transformation de la ville d'Angers au xixe siècle ", Mémoires de l'académie des sciences, belles lettres et arts d'Angers, 8e série, t. VI, 1962, p. 9-20.

48 Voir le commentaire du plan Dubois-Moithey par Michèle BARDELOT in L'Anjou de la province au département 1785-1800, op. cit., p. 47.

49 Archives municipales Angers, BB 131, fol. 34, 35, 40.

50 Archives municipales Angers, BB 132, fol. 29.

51 Ce plan imposant (575 x 540cm) n'a pas été retrouvé dans les réserves des musées d'Angers, III R 566.

52 Le cadastre de la ville d'Angers est de 1809-1810. Ce plan concerne l'extra-muros. L'intra-muros n'a été réalisé qu'en 1840. Le plan Priston (1844) est directement issu du cadastre.

Notes de fin

1 François Comte est Archéologue de la ville d'Angers

Table des illustrations

Titre Tableau synoptique des plans étudiés dans le texte
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende 1652, cartouche de la " Carte générale du diocèse d'Anjou " par Le Loyer
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende v. 1673-1690, " Angers et ses environs " par Jouvin de Rochefort (extrait : une partie de la Cité et d'un faubourg)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 1704, " Plan de la ville et faubourgs d'Angers et des environs " par Thibaudeau (extrait : faubourg de l'Evière)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende 1736, " Nouveau plan de la ville d'Angers " par Simon (extrait : quartier des halles et environ de la ville)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 1776 " Plan historique de la ville d'Angers " par Dubois et Moithey
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 1789, " Plan géométrique de la ville d'Angers " par Dubois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 1813, " Plan historique " mise à jour par Rudemare
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2018/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540