Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Troisième partie. La ville donnée à voir : le cartographe, le dessinateur, le graveur, le peintre et l'architecte

La couleur de la ville

Les représentations urbaines dans les cartes de l'Ancien Régime

Denise Turrel

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1L'image de la ville qui apparaît dans les cartes est, comme les récits de voyages, les guides, ou les traités des géographes, un élément du foisonnant discours sur l'urbain qu'ont tenu les élites de l'Ancien Régime. Un aspect précis de cette représentation cartographique est ici étudié : l'utilisation de la couleur pour distinguer les villes, dans les cartes imprimées coloriées. La colorisation est inséparable d'un problème de choix : quel lieu est une agglomération urbaine ? Qu'est-ce que les cartes désignent ainsi ?

  • 1 Christian JACOB, " Toward a cultural history of cartography ", Imago mundi, 48, 1996, p. 191-197.
  • 2 Sous la domination savoyarde (au xvie siècle) comme après le rattachement à la France (en 1601), le (...)
  • 3 François de DAINVILLE, Le Dauphiné et ses confins vus par l'ingénieur d'Henri IV, Jean de Beins, Pa (...)
  • 4 Mathias MARECHAL, auteur de la dédicace de la carte à sa souveraine la duchesse de Dombes (voir ill (...)

2Retraçant les différents objectifs successifs de l'histoire de la cartographie et les formes d'analyse qui leur correspondent (la carte transparente, support d'un savoir géographique extérieur ; la carte opaque, se lisant comme une architecture de signes – lignes, points ; la carte comme production sociale, avec ses publics et ses usages), Christian Jacob, dans un article récent1, insiste sur l'importance d'une recontextualisation culturelle des cartes et incite à une étude de corpus bien définis, précisément ancrés dans l'espace et le temps. C'est dans cette même perspective qu'a été ici retenu un corpus homogène – celui de cartes " chorographiques ", c'est-à-dire englobant un espace régional : les premières cartes imprimées de Bresse – incluant Dombes et Bugey2. Elles forment deux séries, les deux fonds de carte ayant été élaborés au début du xviie siècle : en 1607, par l'ingénieur du roi Jean De Beins, pour la cane de Bresse3 ; un peu avant 1617, par un géographe inconnu, pour la carte de Dombes commandée par Mathias Maréchal4. Ces deux modèles de base sont repris, avec peu de variantes, dans les divers atlas français et hollandais, jusqu'à la fin du xviie siècle.

3Ces cartes de grand format (environ 38 x 50 cm) sont destinées à former des doubles pages – se faisant vis-à-vis – d'atlas in-folio. Les deux échelles ne sont pas très éloignées (environ 1/250 000 pour la carte de Bresse, 1/150 000 pour celle de Dombes), mais leur orientation n'est pas la même, l'est étant en haut de la page dans celle de la Dombes.

  • 5 A.M. – Canes et plans, B.N. – Cartes et plans, Imprimés.
  • 6 B.M. de la Part-Dieu – fonds ancien.
  • 7 Musée de Brou, Médiathèque de Bourg-en-Bresse – les deux fonds les plus riches en cartes de Bresse (...)

4Le corpus des différentes versions coloriées de ces cartes qui est ici retenu résulte de recherches effectuées à Paris5, Lyon6 et Bourg-en-Bresse7. Au total, 17 cartes enluminées de " Bresse " et 13 de Dombes peuvent être confrontées.

  • 8 Elles ont été soulignées par Ulla EHRENSVÄRD, " Color in cartography : a historical survey ", dans (...)

5La comparaison de cartes coloriées présente de nombreuses difficultés. Les premières sont d'ordre technique8. Les couleurs appliquées à la main sur les cartes imprimées se sont modifiées avec le temps, et surtout la teinte du papier lui-même a évolué selon les conditions de conservation – certaines feuilles tendant vers le jaune ou le beige —, ce qui change les conditions visuelles de perception des signes colorés. De plus, ces canes, qui sont conservées dans des lieux différents, ne peuvent être confrontées les unes aux autres que par l'intermédiaire de reproductions photographiques. Or, celles-ci sont fortement influencées par les conditions d'éclairage de la prise de vue, l'émulsion du film et la qualité du développement. L'étude comparative n'est donc pas aisée. Elle est pourtant riche d'informations, d'autant qu'il ne s'agira pas ici de confronter les nuances de rouge ou de rose que les différentes cartes présentent aujourd'hui, mais de comprendre l'utilisation de ces couleurs dans la désignation des objets géographiques, et leur répartition sur la carte.

  • 9 Voir, pour les atlas français, l'inventaire de Mireille PASTOUREAU : Les Atlas français xvie-xviie (...)
  • 10 Les exemplaires (noir et blanc) du Théâtre géographique du royaume de France de Jean Leclerc conser (...)

6Une autre limitation, d'ordre plus historique, réside dans la difficulté de dater précisément les différents tirages et colorisations d'un même modèle imprimé. Le nombre d'atlas coloriés conservés (et contenant les cartes qui nous intéressent) est faible pour la période considérée : huit ont pu être consultés9, qui ont fourni et ont donc permis de dater seulement quatorze des trente cartes du corpus. Les autres feuilles, bien qu'antérieurement montées sur onglet, se présentent actuellement détachées de tout élément précis de datation. Toutes se situent cependant dans un xviie siècle étroit : entre l'année 1619 (première parution de ces cartes imprimées dans l'atlas de Leclerc10) et les années 1670, au cours desquelles sont réalisés les derniers tirages de ces modèles du début du siècle.

7Ces canes peuvent s'analyser d'abord dans le détail de leurs éléments : le regard s'attarde sur les différents signes et lit la cane comme un texte à déchiffrer. Par rapport aux pictogrammes imprimés, quel est alors l'apport spécifique de la couleur – et qui met la couleur, avec quel savoir et quels objectifs ? Quel est ensuite le rôle de ces coloris, lorsque l'œil saisit la carte comme une image globale, dans laquelle il considère non plus le langage des signes, mais la combinatoire des divers motifs et les configurations ? Enfin, pour suivre chronologiquement ce thème de la désignation de la ville par la couleur, quelques jalons cartographiques postérieurs au xviie siècle se révèlent du plus grand intérêt. Je me bornerai ici à évoquer les versions colorées de la carte de Jaillot-Mortier à l'extrême fin du xviie siècle, celles de Cassini à la fin du xviiie siècle, d'A. Joanne au xixe et enfin les productions actuelles de l'I.G.N. (illustrations 13, 14 et 15).

LES SIGNES DES VILLES

8La confrontation des différentes versions de chaque carte permet d'analyser comment se fait la sélection et le codage de l'information : quel toponyme est une ville ? Comment est-elle représentée ?

  • 11 Sur les différentes éditions de l'Atlas de Jaillot et ses contrefaçons hollandaises par Pierre Mort (...)
  • 12 " Le gouvernement général et militaire du Lyonnais comprenant [...] une grande partie de la Bresse (...)
  • 13 Voir la carte du " Gouvernement de La Cappelle " (illustration 1) : l'" explication " est le terme (...)

9Les cartes du xviie siècle n'ont presque jamais de légende. Dans notre corpus, les premières légendes intégrées à la carte sont celles de Jaillot, dont l'Atlas paraît à la fin du xviie siècle11 (illustration 4), et de J.B. Nolin en 169712 (illustration 3). Dans l'atlas de Blaeu (édition de 1638) sont proposées deux " explications "13 en français : celle du gouvernement de La Cappelle (illustration 1) et celle de la principauté d'Orange (illustration 2). Toutes établissent un inventaire des lieux habités, depuis la ville jusqu'au bâtiment isolé, à l'exclusion d'autres repères cartographiques. Or, toutes ont en commun de placer en tête l'objet-ville, tandis que pour tout le reste, leurs choix divergent, et la hiérarchie verticale qu'elles opèrent (en une ou deux colonnes) varie : ainsi, le château est placé tantôt avant (dans la " Principauté d'Orange "), tantôt après les bourgs et les villages ; avant (Jaillot) ou après le hameau (" Le gouvernement de La Cappelle "). De même, les catégories utilisées sont différentes : il arrive que les bourgs et les villages soient confondus (" Principauté d'Orange ") mais ils peuvent être aussi distingués (" La Cappelle " et Jaillot). En sorte que les " explications " sont révélatrices des hiérarchies culturelles (prééminence des villes), plus que des catégories de la culture géographique, qui sont variables dans le détail.

10Si l'on passe des classifications culturelles aux représentations conventionnelles, qu'est-ce qui, dans le dessin des signes (les " positions "), distingue une ville des autres localités ? Les agglomérations urbaines sont-elles d'une nature autre, ou simplement plus grandes ?

  • 14 Pierre RICHELET, 1680 : La ville est un " lieu plein de maisons, fermé de murailles ". Sur ces disc (...)

11La plupart des " explications " offrent une série de signes hiérarchisés (figuration de clochers et de maisons en élévation), selon une progression quantitative : on passe d'une catégorie à l'autre en ajoutant un bâtiment. La ville est au sommet de ce système hiérarchique par le nombre de ses constructions, remplissant ainsi la définition qu'en donnent les dictionnaires : c'est un lieu " plein de maisons "14. Des distinctions, renvoyant à l'ordre ecclésiastique ou seigneurial (simples villes, sièges d'évêchés, de baronnies – dans la " Principauté d'Orange ") ou à celui de la monarchie administrative (siège de gouvernement, ville où l'on bat monnoye, présidial... – dans J.B. Nolin), se traduisent par des symboles ajoutés (les " notes ") : une croix, une crosse, une bannière.

12En revanche, un signe totalement nouveau est utilisé dans la légende de Jaillot : la ville est représentée en plan. Ce pictogramme a une valeur nettement séparative par rapport au figuré perspectif. Ce nouvel objet cartographique – la ville en plan – apparaît dans les cartes de notre corpus avec l'atlas de Jansson de 1649 (illustration 12). Bourg y est représentée en plan géométral, selon le tracé de son enceinte, avec les vestiges de sa citadelle détruite, le centre vide, suivant le modèle utilisé pour la première fois par Tassin en 1634. Alors que depuis longtemps les guides et les dictionnaires font de la clôture un élément essentiel de la cité, c'est seulement à partir de ce moment que, sur nos canes, une ville devient un lieu " fermé de murailles " – et cela, d'une façon inégale à l'intérieur d'une même feuille, puisque Lyon et Genève sont encore, dans l'exemple choisi (Jansson, 1649), " des lieux pleins de maisons " sans mise en image des remparts. Plus tard, à la fin du xviiie siècle (carte de Jaillot-Mortier, illustration 13), le pictogramme de la ville murée ne figure plus le plan véritable de la cité : il est devenu conventionnel.

  • 15 Pour une comparaison avec d'autres signes, voir le tableau constitué par François de DAINVILLE, Le (...)

13Entre la légende et la pratique, le décalage est grand. Les signes utilisés sur une même carte présentent entre eux de nombreuses variantes et ne sont pas regroupables en catégories tranchées : ils offrent une gamme hiérarchique graduée, mais sans rupture. Le passage village/bourg/ville s'opère par transitions successives, les cités elles-mêmes étant d'importance variable15 (illustration 5). Le symbole de la ville en plan n'a pas non plus de valeur visuelle nettement séparative (illustration 12). Il faut beaucoup d'attention, un cheminement prolongé du regard, pour distinguer entre les diverses figures gravées.

14Seule la couleur a une fonction clairement signalétique (illustrations 6 et 11) et différencie nettement certains lieux des autres. Enluminer une gravure, c'est passer à une logique graphique autre que celle du dessin : à la lecture hiérarchique induite par les signes gravés (ceux-ci étant plus ou moins grands, garnis en tours, maisons, " notes ") se superpose une opposition visuelle binaire : les lieux habités se présentent soit en rouge, soit sans couleur. Cette dualité élimine pour l'œil toutes les nuances précédentes sur la qualité du lieu : souvent le pinceau de l'enlumineur a recouvert de carmin le pictogramme, de sorte qu'on n'en saisit plus les détails ; ainsi les informations apportées par les graveurs sont annihilées au profit d'une seule affirmation, dont la couleur constitue l'énoncé implicite : ce lieu est une ville. Pour le public, le fait urbain acquiert ainsi une identité spécifique, radicalement différente, dans sa nature, de celle de toutes les autres localités, identité qui est révélée – et construite – par l'art/artifice de la couleur.

  • 16 Cette question est un écho des interrogations des géographes du xviie siècle sur la définition du f (...)
  • 17 Ont été retenues les canes des atlas de Blaeu 1638, la Cosmographie blaviane de 1663, la Géographie (...)

15Quelles sont alors les villes qui méritent " la couleur de la ville " et celles qui ne la méritent pas16 ? Une approche a été ici tentée, à partir d'un échantillon homogène : huit cartes de Bresse17, qui déploient un large éventail des possibilités utilisées. Elles présentent de 5 à 51 ponctuations de carmin, avec une moyenne de 27 par feuille. La couleur honore systématiquement les capitales : Lyon est rouge dans les huit cartes retenues, cependant Genève est oubliée une fois par l'enlumineur et Bourg deux fois. Trévoux en revanche n'est coloriée qu'une fois sur deux : son statut de capitale de la Dombes n'apparaît pas clairement. L'apport de carmin distingue nettement les villes des villages, renvoyant ceux-ci dans l'indifférencié. Mais à l'intérieur du groupe des agglomérations intermédiaires, les variations sont grandes entre les cartes, et le traitement inégal. L'exemple de quelques bourgades à peu près équivalentes (ayant entre 200 et 400 feux) le montre : sur les huit cartes, Loyes est coloriée sept fois (autant que Genève), Bâgé six fois (autant que Bourg) ; Montluel et Pérouges quatre fois (comme Trévoux) ; Pont-de-Vaux trois fois seulement.

16A travers les légendes, les dessins des signes et l'utilisation de la couleur, peut donc se lire la prééminence des villes, en même temps que l'on perçoit la difficulté, pour les " auteurs " de l'objet-carte, de tracer une ligne de démarcation nette entre les diverses catégories de l'habitat et en particulier entre ce qui est urbain, et ce qui ne l'est pas.

17La complexité du produit cartographique provient en partie du fait que ces feuilles d'atlas imprimées puis coloriées résultent de cinq strates de savoirs, d'objectifs et de langages dissemblables : celle du commanditaire, celles du géographe, du graveur et de l'enlumineur, celle du marchand.

  • 18 Pour les circonstances d'établissement de la carte de Jean de Beins, voir François de DAINVILLE, Le (...)
  • 19 Sur cet impact symbolique de la carte et ses effets de pouvoir, voir Christian JACOB, L'empire des (...)

18L'objectif est d'abord politique ; dans les deux séries de notre corpus, le commanditaire du manuscrit est le souverain : Henri IV, pour l'oeuvre de De Beins, et pour l'autre, les conseillers gouvernant au nom de la jeune souveraine de Dombes, âgée de douze ans, qui résidait à Paris. Si l'objectif d'Henri IV est clairement militaire18, celui du conseiller de Marie de Bourbon est plus symbolique, comme en témoigne la dédicace de la carte (illustration 7) : " Madame, puisque vostre tendre eage ne permest que vos païs [...] reçoivent l'heureuse visite quilz en attendent, et que vous n'y estes encore que par puissance, voyez vostre Dombes raccourcie, que je présente devant vos yeux célestes. " Mettre un pays sous le regard de son souverain, c'est lui offrir une appropriation symbolique du territoire. La miniaturisation de l'espace habité traduit – et permet – la domination sur les hommes19.

19Ces manuscrits destinés au souverain passent ensuite dans le circuit commercial avec un délai variable – dix ans, dans le cas de la carte de J. De Beins –, par l'intermédiaire d'éditeurs/marchands d'estampes qui les font graver (ou réutilisent des planches), les font imprimer, enluminer et enfin les diffusent. Ce sont eux qui signent les feuilles : Jean Le Clerc excudit (illustrations 7 et 8), Guiljelmus Blauw excudit, apud G. et J. Blaeu.

  • 20 Carte générale de Bresse, Bugey et Valromey (B.N. Ge D 2880).
  • 21 Augustin LUBIN (R.P.), Mercure géographique..., op. cit., p. 134 (article Civitas).
  • 22 Id., p. 145-146 (article Urbs).
  • 23 Id., p. 168 (article Académie).

20Dans le processus de fabrication, trois techniciens interviennent successivement. Le géographe, tout d'abord, est chargé des levées sur le terrain et de la fourniture du dessin manuscrit. Nous avons la chance de posséder l'une des deux cartes manuscrites qui se trouvent à l'origine de notre corpus : celle de la Bresse par De Beins20. D'après ce manuscrit de 1607, il ne semble pas que les cartographes du début du siècle aient distingué les agglomérations urbaines par des marques administratives, ni même par le coloris : l'ensemble des lieux habités est lavé de rouge. C'est dans la seconde moitié du siècle que les géographes français s'attachent, et de plus en plus, à indiquer les qualités précises des agglomérations, comme le montrent les cartes de Sanson, celles de Nolin (illustration 3) et les nombreux traités de géographie qui paraissent. " Les Graveurs ont soin de distinguer ces villes des autres, marquant dessus les Métropolitaines une double croix, & une seule Croix sur les Episcopales ", constate A. Lubin21. Mais il va plus loin, dans une sorte d'utopie d'exhaustivité descriptive et d'accumulation des connaissances : " On pourrait marquer les sieges & les prises des villes, les incendies les inondations et les ruines par les tremblements de terre. [...] Enfin il ne faut pas oublier la qualité de chaque ville : comme [...]de villes franches exemptes de tailles, de villes murées, ou de villes non murées, de villes forestieres [...] et de villes frontières. Les bonnes cartes ont des notes, qui aident à faire ce discernement. "22 Et encore : " On a dans quelques cartes distingué ces villes d'Académies ou d'Universitez par des notes particulieres, il serait encore bien à propos de marquer aussi toutes les villes où Ton a institué des Colleges pour l'instruction de la jeunesse. "23

  • 24 Préface historique à l'Atlas Universel de M. ROBERT géographe ordinaire du Roy et M. ROBERT de VAUG (...)

21Deux générations plus tard, Robert de Vaugondy proteste contre cette tendance : " A quoi bon charger les positions de villes considérables de tant de marques hiéroglyphiques, qui n'offrent aux yeux qu'un amas confus ?[...] On a présentement assez de secours dans les méthodes et les dictionnaires géographiques, où se trouvent toutes les prérogatives et qualités des villes un peu remarquables. "24 Ainsi est réaffirmée la spécificité de la carte par rapport au dictionnaire.

  • 25 J. van den Ennde sculpsit, dans la carte de Dombes du Théâtre de Leclerc, 1622 (B.N., CP, Ge DD 128 (...)
  • 26 Pierre DUVAL, La connoissance et l'usage des globes et des cartes de géographie, Paris, 1654, p. 88
  • 27 Augustin LUBIN (R.P.), Mercure géographique, op. cit., p. 143.

22Dessinée par le géographe, la carte est ensuite interprétée par le graveur. Ceux-ci ne signent encore que rarement leur oeuvre cartographique, au xviie siècle : la seule mention est celle de J. Van Den Ennde25. Dans leurs traités, les géographes se plaignent des graveurs : " Les marques [...] dépendent du caprice des graveurs ", écrit Pierre Duval26. Le R.P. Lubin renchérit : " Les Graveurs, qui ne scavent pas la Géographie, gâtent souvent les Cartes, gravant plusieurs clochers avec beaucoup de maisons autour d'un petit lieu ; c'est pourquoi vous devez vous tenir pour avertis, de ne pas prendre pour la plus grande ville, celle que le Graveur a fait plus grosse dans la Carte ; car il s'y est peut être trompé. "27

  • 28 Pierre DUVAL, La connoissance..., 1654, op. cit., p. 89.
  • 29 Pierre DUVAL, Traité de géographie qui donne la connoissance et l'usage du globe et de la carte, re (...)
  • 30 En revanche paraissent des traités concernant les dessins d'architecture et les plans manuscrits : (...)

23Mais les géographes se plaignent encore davantage des enlumineurs, qui " rehaussent " les cartes en appliquant des couleurs avec un pinceau. " Les enlumineurs à la vérité font quelquefois des merveilles en l'application de leurs coloris aux belles figures qui s'y trouvent ; mais lorsqu'il s'agit de faire la division du pais, ils conduisent leurs couleurs [...] suivant leur caprice [...]. "28. " La plupart des enlumineurs n'ont pas la connaissance, ni les mémoires nécessaires [...]"29. Ces remarques sévères sont appliquées exclusivement au tracé des frontières, non à la colorisation des agglomérations, dont l'inégal traitement n'est jamais mentionné. Les géographes en effet ne pensent pas leur carte en couleurs, mais essentiellement en noir et blanc. Pour distinguer les catégories de villes, ils échafaudent des systèmes qui reposent sur des symboles ou des règles d'écriture des toponymes, à destination des graveurs. Mais leurs traités ne proposent jamais un code de couleurs pour les enlumineurs30. Pour eux, les coloris ne sont pas liés à la vérité de la carte, mais à sa beauté – ainsi Pierre Duval oppose-t-il nettement le savoir-faire artistique des enlumineurs à leur manque de connaissance.

  • 31 Mireille PASTOUREAU, " Confection et commerce des cartes à Paris aux xvie et xviie siècles ", dans  (...)
  • 32 Pierre DUVAL, La connoissance..., 1654, op. cit., p. 89.

24Le souci de véracité de la représentation cartographique, de précision des connaissances apportées est celui des seuls géographes. Les éditeurs-marchands d'estampes, comme les graveurs et les enlumineurs (dont ils partageaient souvent la formation31), ont, quant à eux, pour objectif d'attirer le public par la séduction de leur production : informer ou plaire, deux logiques sont ici opposées, et pourtant se superposent sur le même objet. Du fait des opérations techniques et commerciales liées à l'imprimerie, une séparation est intervenue entre le cartographe et le produit fini diffusé. Les géographes peuvent, dans certains cas, faire retoucher sur les planches de cuivre les erreurs commises par les graveurs. Mais ils ne peuvent surveiller l'exécution des enlumineurs. L'ajout de couleur se trouve, en particulier dans deux cas, en opposition nette avec le désir d'information précise et fiable : lorsqu'une peinture trop épaisse altère la lisibilité des signes, et lorsque la distraction d'un pinceau pressé laisse " en blanc " -donc dans l'indifférencié – une ville d'importance. " D'où vient – conclut P. Duval – que ces fameux volumes [les atlas coloriés] sont plûtost un meuble d'ornement que de service ".32

  • 33 Mireille PASTOUREAU, dans la présentation (p. 38) de Nicolas SANSON, Atlas du Monde – 1665, Paris, (...)
  • 34 Mireille Pastoureau donne les exemples des atlas de Mercator (1602, évalué à 30 livres), de la Géog (...)

25Pour les acheteurs, l'enluminure ajoute 30 à 100 % du prix de la carte33 – celle-ci, " en blanc ", valant 8 à 10 sous. Un volume d'atlas enluminé coûtait entre 12 livres et 30 livres au xviie siècle34.

LES CONFIGURATIONS DU SEMIS URBAIN

26Au-delà des pictogrammes (dont chacun peut être déchiffré comme un élément du lexique du discours sur les villes) s'offre au regard, au stade synoptique, la répartition de ces signes sur la feuille – la représentation dans l'espace du tissu urbain.

  • 35 Toutes les cartes du corpus utilisé étaient originellement montées dans un atlas : elles étaient do (...)
  • 36 Trois ouvrages essentiels m'ont guidée pour cette étude des effets visuels produits par les cartes  (...)

27De la carte en noir et blanc à la carte coloriée, les itinéraires visuels changent (voir les illustrations 6, 11 et 12 pour la Bresse, 7, 8, 9 et 10 pour la Dombes). L'œil perçoit immédiatement la distribution des coloris, leurs variations de densité ou d'intensité. La carte coloriée est en effet un objet à voir, à la différence de la carte " en blanc " qui est à lire35 : cette dernière réalise un inventaire des lieux qui est de l'ordre du discours et le regard passe d'un toponyme à l'autre selon la logique de la proximité et de l'énumération. Il en va tout différemment d'une carte enluminée, dont la clé de lecture réside dans ses contrastes colorés36.

28Chacune des cartes étudiées compte en moyenne l'emploi de 4 à 5 nuances seulement (outre le carmin, sont utilisés le rose, le gris, le vert, le jaune et le beige), d'un seul ton chacune – du moins pour la représentation du territoire, car le cartouche, au contraire, est rehaussé d'une gamme chromatique plus variée, comportant pour chaque teinte une progression de tons du plus clair au plus foncé.

29Les principales composantes visuelles de la représentation cartographique sont fortement mises en valeur par la colorisation : celle-ci souligne les lignes (limites) de deux larges lisérés de couleur, et accentue les surfaces (agglomérations, forêts). Outre les frontières, ce sont les villes qui sont privilégiées par cette opération : rehaussées de carmin – couleur chaude —, elles " sautent aux yeux ", " avancent " visuellement par rapport aux autres taches qui, en couleurs froides (vert des forêts), " reculent ". Leur teinte est aussi plus intense : c'est un rouge " fort ", moins liquide que les autres nuances qui sont davantage lavées.

  • 37 Préface historique à son Atlas universel, éd. de 1757, op. cit., p. M.
  • 38 Ainsi, en dépit de la remarque de Robert de Vaugondy, N. Sanson n'a guère amélioré la visibilité de (...)
  • 39 L'expression est de Pierre FRANCASTEL, dans une réflexion passionnante sur le rôle de la couleur da (...)

30Evoquant la cartographie antérieure à Nicolas Sanson, le géographe du xviiie siècle Robert de Vaugondy écrit : " La carte de France était un vrai cahos, qui ne présentait qu'un amas de villes entrecoupé de noms de provinces [...]. "37 Ce jugement très dur s'applique certes aux cartes du xviie siècle – mais seulement aux feuilles d'atlas " en blanc " : car lignes et taches colorées non seulement différencient nettement leur objet, mais encore introduisent un ordre et une hiérarchie dans l'infini éparpillement des " positions ". Lorsque l'enlumineur distingue certains lieux habités des autres par le carmin, son pinceau apporte un surplus de sens par rapport à la gravure. Plus que le cartographe, c'est lui qui rend le monde intelligible38. Frontières vertes, fleuves jaunes ou roses, villes rouges : les enlumineurs, comme les peintres, offrent au public des " spectacles inventés "39, des territoires imaginaires. Mais ces espaces sont ordonnés – ce qu'ils montrent est signifiant – et leurs choix implicites emportent l'adhésion du spectateur : les touches écarlates – et elles seules – sont des villes.

  • 40 Rémi CARON, " Les choix du cartographe ", dans Cartes et figures de la terre, op. cit., p. 9.

31Entre les cartes coloriées elles-mêmes, les variantes aussi sont significatives. La carte est le " regard qu'un cartographe et une société posent sur le monde "40. Comparer les différentes " traductions " de la réalité que sont les diverses interprétations coloriées d'une carte imprimée permet donc d'approcher, dans ses nuances, la façon dont les sociétés ont pensé leur espace.

  • 41 Voir la note 9 pour les quatre atlas consultés (éditions de 1638, 1663, 1667). Des cartes isolées d (...)

32Les feuilles enluminées sont presque toutes distinctes les unes des autres, ce qui réintroduit la variété qui existait avant l'imprimerie. Dans quelques cas privilégiés, on peut cependant repérer la permanence d'un modèle propre à un atelier. Les atlas de Blaeu, très répandus, permettent cette comparaison41 : des détails très mineurs (tracé d'une frontière, nombre de cités colorées) différencient chaque version. De même, les cartes de Bresse des deux exemplaires de l'atlas de Jansson sont identiques.

  • 42 Type de Leclerc 1621 (avec la dédicace : illustrations 7 et 8).
  • 43 BLAEU 1638, JANSSON 1639 ; Géographie blaviane 1663 et 1667, Cosmographie blaviane 1663.

33Peut-on opérer des regroupements chronologiques ? Sur l'ensemble du corpus, entre les modèles les plus anciens, créés à la fin des années 1610, et les cartes appartenant aux atlas de 1638-1639, puis à ceux de 1663-1667, l'évolution est nette. Ainsi, pour la Dombes, l'un des plus anciens exemplaires coloriés conservés éclate de 250 taches écarlates d'une grande beauté42 : tous les lieux habités ont été rehaussés de carmin. Les feuilles datées des décennies suivantes présentent une bien plus grande sobriété : 25 touches rouges en moyenne pour les atlas de la fin des années 1630, et 19 pour ceux des années 1660 (illustration 10)43. Même évolution pour la représentation de la Bresse, du premier modèle (illustration 11 : 51 taches) au milieu du siècle (illustration 12 : 20 taches) puis à la Géographie blaviane de 1667 (5 taches). Le nombre d'agglomérations " rehaussées " se restreint donc fortement au cours de la première moitié du xviie siècle : leur moyenne est de 25 – identique pour les deux régions. Leur proportion passe de 100 % à 10 % des lieux habités pour la Dombes, et à 3 % pour la Bresse, qui est à plus petite échelle. Elle diminue encore dans la seconde moitié du siècle, le carmin étant alors réservé à une quinzaine de villes par cane régionale.

34Cette diminution du nombre de points rouges a des conséquences sur l'itinéraire des regards sur la carte (illustrations 8, 9, 10). Dans les productions de la seconde moitié du xviie siècle, l'œil suit d'abord les lignes (qui soulignent les limites de la région) puis les taches (des forêts vertes) et les points de la quinzaine de localités écarlates. La notion de capitale est toujours très peu mise en valeur : en regardant les cartes de la Dombes, nul ne saurait dire quelle est la ville principale. Mais une hiérarchie s'est établie entre la catégorie des villes (" rehaussées ") et le plat pays indifférencié, alors que, dans les cartes où tous les lieux habités étaient rouges, il n'y avait pas d'opposition entre agglomérations urbaines et villageoises, mais une progression quantitative proportionnelle à la surface recouverte de carmin, correspondant à la grandeur du pictogramme. La dissémination des points écarlates opposait essentiellement habité et inhabité. En revanche, désormais, une distinction de nature sépare l'urbain du rural, l'urbanité étant visuellement valorisée par rapport aux villages incolores éparpillés entre des blocs impénétrables de forêts. Au xviiie siècle, dans les cartes " en aires " (surtout dans les atlas hollandais – illustration 13), cette ponctuation rouge limitée des cités ressort sur un fond teinté, la surface de chaque subdivision administrative étant lavée de façon homogène.

  • 44 Sur ce thème, voir Jacqueline LICHTENSTEIN, La couleur éloquente ; rhétorique et peinture à l'âge c (...)
  • 45 Henri GAUTHIER, L'art de laver..., 1687, op. cit., p. 13.

35Cette évolution doit être mise en rapport avec le contexte historique, aussi bien culturel que politique et social. La carte-spectacle, destinée au plaisir de l'œil, est conforme à l'esthétique baroque de la première moitié du xviie siècle. Sa beauté gratuite cède la place, dans l'Europe classique, à une volonté d'efficacité et de " mise en ordre " de la colorisation. La diminution de l'emploi des couleurs, dans la seconde moitié du xviie siècle, correspond aussi au sommet de la vieille querelle qui opposait, dans les milieux artistiques européens, les coloristes aux partisans du dessin. L'opposition entre le jeu du déchiffrement des signes gravés et la satisfaction de la contemplation de la peinture renvoie au conflit entre activité de l'esprit et plaisir de la vue, raison et sensibilité44. Dans la France louis-quatorzienne, à partir des années 1660, la primauté fut accordée au dessin, garant de la vérité, sur la couleur et sa trompeuse séduction. L'accent fut mis sur la représentation des tracés – pour la carte, lignes, pictogrammes aux savantes distinctions – et donc sur la rationalité du discours, aux dépens du " contentement de l'œil " et de l'éloquence persuasive de la couleur. Les cartographes de la France classique sont " géographes du roi " : ils sont liés au pouvoir – contrairement aux enlumineurs. L'art de ceux-ci se réfugie dans le cartouche sur lequel, recommandent les traités, " les couleurs éclateront autant qu'il se pourra "45.

36Le rapport au contexte politique pose le problème du travail sur les représentations. L'analyse montre cependant que l'enlumineur traduit un système historique de valeurs dans lequel la couleur est utilisée pour sa valeur taxinomique. Dans la première modernité, lorsque toutes les localités sont en rouge, les villes sont intégrées dans la progression hiérarchique mais sans rupture de la série des pictogrammes – de même qu'il n'y a guère dans ces cartes de différence de représentation entre un grand fleuve comme le Rhône et un ruisseau. La césure est celle qui oppose le bâti (la culture, la civilisation) à la nature. En revanche, ensuite, une sélection se fait à l'intérieur de cette catégorie de lieux habités : le carmin tend à n'en plus désigner qu'un petit nombre, et définit désormais l'urbanité et la civilité. Cette coupure est identique à celle qui sépare, au niveau des signes conventionnels, le dessin en élévation et le plan. Toutes deux vont très vite coïncider : dans les cartes de la fin du siècle (Jaillot/Mortier – illustration 13), seules sont rehaussées les villes en plan. L'opposition majeure de la feuille devient celle qui distingue l'urbain – en rouge – du rural : villages non colorés, forêts et montagnes de couleurs froides. Les villes ne sont pas seulement plus grandes, elles sont autres : elles deviennent plus nettement dominantes.

37Ainsi, le passage du semis de points rouges éclatants aux lignes et surfaces parsemées de quelques touches de carmin correspond aussi à des changements politiques européens. L'évolution de la cartographie conduit de la simple description de la place de l'homme sur le territoire, avec inventaire des localités, à la mise en espace d'un pouvoir politique : valorisation des frontières, des surfaces possédées, des entités administratives organisées ; de la juxtaposition de communautés humaines autonomes à l'existence d'un Etat s'appuyant sur une armature urbaine. Tandis que les cartes anciennes sont simplement séparatives – une habitation est distinguée d'une forêt –, celles de la période classique traduisent une hiérarchie qui est fonction d'un centre organisé, d'un Etat.

DU SEMIS AU RÉSEAU

38Entre la fin du xviiie siècle et la fin du xixe siècle, un renversement s'opère : le rouge cesse progressivement de désigner la ville. Ce changement se fait par étapes.

  • 46 Voir par exemple Henri GAUTHIER, L'art de laver, op. cit., p. 85, 88, 103. Même pratique au xviiie (...)
  • 47 François de DAINVILLE, Le langage des géographes, op. cit., p. 330-331 et Ulla EHRENSVÄRD, " Color (...)
  • 48 Jean FRANÇOIS (Père), La science de la géographie, 1652 (cité par F. de DAINVILLE, Le langage des g (...)

39Jusqu'au xviiie siècle, le choix du rouge est une convention graphique générale à l'Europe. Dans les plans manuscrits, il désigne le bâti – de brique ou de pierre : maisons, villages, murailles, ponts –, cela jusqu'au xixe siècle46. Cette association est ancienne : à la suite de la philosophie grecque, la symbolique médiévale a établi une correspondance entre le rouge et le feu47. Un géographe du xviie siècle, Jean François, tente encore d'expliquer ainsi l'utilisation du carmin pour désigner la pierre : " La pierre ou la brique est une argile cuite par la chaleur. "48 Mais l'origine de ce symbolisme conventionnel des couleurs nous intéresse moins ici que ses usages sociaux et leurs glissements à l'époque moderne. En effet, dans les cartes régionales que nous venons d'étudier, depuis le Moyen Âge le rouge désigne tout lieu bâti, puis progressivement les villes seulement ; enfin, la veille de la Révolution voit l'abandon de cette convention.

  • 49 Les notices de ces cartes sont publiées dans Espace français : vision et aménagement, xvie - xixe s (...)
  • 50 Ces dernières ont été étudiées par Guy ARBELLOT, Autour des routes de poste : les premières cartes (...)

40C'est, pour notre région, dans le dernier tiers du xviiie siècle, avec les versions coloriées de la carte de Cassini, que s'opère un changement essentiel : les villes et les routes principales sont en rouge (illustration 14). La même évolution s'observe dans les autres régions. Par exemple, dans une carte imprimée de Bretagne, en 1771 (réalisée par un ingénieur des Ponts et Chaussées) et dans une carte itinéraire de la généralité de limoges, en 1783 (réalisée pour l'intendant)49, les grandes routes sont aussi lavées de rouge : les routes royales, dans la première, les routes provinciales étant en jaune ; les routes " importantes ", dans la seconde, les autres étant en noir. Cette nouveauté est rendue possible par l'intégration progressive de la figuration des routes dans la cartographie régionale. Au xviie siècle, cartes chorographiques et cartes de postes étaient totalement dissociées50. C'est à partir du début du xviiie siècle que la représentation des grands chemins apparaît sur les cartes régionales imprimées. Ainsi, sur la carte Jaillot/Mortier (illustration 13), si l'on voit se dessiner autour de Bourg une esquisse de nœud de voies de communication, elle reste peu visible car celles-ci sont laissées "en blanc".

  • 51 Gravée par ERHARD , chez Hachette (Musée de Brou, cote 945.22).

41A la fin du xviiie siècle, les deux rouges, celui des villes et celui des principales voies interurbaines, sont simultanément présents : les nouvelles représentations coexistent avec les anciennes. Un siècle plus tard, l'ancienne convention est éliminée. Dans les cartes en couleur d'A. Joanne (carte du département de l'Ain, 1877)51, les routes rouges ont définitivement pris le pas sur les villes grises. Désormais – ainsi, sur nos cartes routières actuelles –, la ville n'est plus elle-même représentée en rouge, mais elle est devenue le centre d'un réseau de routes nationales rouges (carte Michelin au 1/200 000, illustration 15).

  • 52 Cf. le débat sur " Les miroirs de la ville ", Urbi, art. cité, p. CXII.
  • 53 Toujours sur le rôle de la couleur dans l'image, se reporter à Michel PASTOUREAU, " Mensonges et vé (...)

42Nul réalisme supplémentaire, nul effort de rapprochement vers la réalité, dans cette évolution de la cartographie52. Sur le terrain, les chaussées ne sont pas plus écarlates que les bâtiments, et sur les photographies aériennes, elles forment des zones claires. La couleur n'a pas ici de valeur analogique (ressemblance à son objet) ni même esthétique. Le changement de la colorisation sert à exprimer l'inversion de la hiérarchie des connaissances fournies53. Car le centre d'intérêt des cartographes, comme celui des utilisateurs de cartes, est passé de la position des villes aux tracés routiers qui conduisent des unes aux autres.

  • 54 " L'explication des caractères géographiques employés dans la carte de France de l'Académie " est p (...)
  • 55 Rémi CARON a analysé en ce sens la légende de la carte topographique au 1/25 000 : " La légende ", (...)

43Une évolution parallèle s'observe dans les légendes. Quelques jalons ont été choisis : la légende de la carte de l'Académie (1678) ; celle d'A. Joanne au xixe siècle et celle de la carte Michelin au 1/200 00054 (illustrations 16 et 17). Pendant des siècles, les villes occupent le sommet de la hiérarchie. C'est seulement dans les légendes de la seconde moitié du xxe siècle qu'elles cèdent ce premier rang aux routes, ce qui est révélateur des préoccupations et besoins nouveaux des auteurs et des usagers des cartes55. Entre le xviiie et le xxe siècle, tandis que s'améliore le réseau routier français, c'est donc par étapes que s'établit la prééminence des voies de communication dans la représentation cartographique, au détriment des entités urbaines : place plus importante dans la légende (10 % dans celle de la carte de l'Académie, 50 % dans la carte Michelin au 1/200 000), élévation au premier rang de la classification, captation de la couleur rouge. Ainsi, dans le choix des objets géographiques comme dans celui des teintes, les villes dominantes de l'époque moderne ont reculé devant les routes triomphantes du monde contemporain.

  • 56 A partir d'un corpus différent (les descriptions des voyageurs et celles des géographes), Bernard L (...)

44Au niveau de la lecture d'ensemble de la carte, ces nouveautés changent la perception des villes (cane Michelin au 1/200 000, illustration 15). Celles-ci deviennent des carrefours d'axes routiers : est urbaine l'agglomération d'où partent et où aboutissent les principales voies de communication. La ville ne se caractérise donc plus par sa nature (un espace bâti, un lieu fermé de murailles, un siège du pouvoir administratif, comme l'indiquaient les pictogrammes du xviie siècle), mais par sa fonction de relation, son rôle de centre d'échanges, matérialisé par le nombre de liaisons qui la relient à d'autres cités56. Son importance visuelle ne dépend plus de sa taille ni de sa couleur propre, mais de son " rayonnement ", de la densité des flux dont elle est le centre. Sur l'ensemble de la carte régionale, les petites entités urbaines disparaissent et seule, en Bresse, Bourg reste une " ville " – c'est-à-dire un carrefour étoilé, non un simple lieu de passage d'un flux.

45La conception de l'espace est transformée. La carte ne montre plus un territoire dans lequel l'opposition majeure se situe entre le bâti et la nature, puis entre le fait urbain et la campagne ; elle montre une région structurée par des courants de circulation dont les points nodaux sont les villes les plus importantes. Le modèle spatial d'un semis régulier d'agglomérations a cédé la place à un réseau ordonné dans lequel les principales entités urbaines occupent des positions clés, par leur mise en communication avec les autres centres urbains.

  • 57 Sur cette évolution, voir l'introduction de René FAVTER, Les villes du Dauphiné aux xviie et xviiie(...)

46En quelques siècles, la couleur de la ville passe de l'éclat du carmin à la grisaille, tandis que les routes accèdent progressivement à la visibilité et deviennent les axes majeurs de la carte. La couleur sert ainsi successivement à différencier les objets, à les hiérarchiser, puis à construire des systèmes de relations – accompagnant les transformations de la géographie des villes, qui passe d'une géographie de positions à une géographie des flux. Le processus de changement de couleur accompagne les transformations des xviie et xviiie siècles. Dans la France classique, les " bonnes villes " médiévales sont intégrées dans la structure administrative monarchique, qui distingue une quinzaine de cités dominantes. A partir de la fin du xviiie siècle, en partie aussi sous l'impulsion de la monarchie (par la construction de routes nouvelles), les villes deviennent les éléments d'un système de relations fondé sur l'économie d'échange57. Celle-ci assimile l'armature urbaine aux nœuds du réseau de circulation, réservant virtuellement le statut urbain à un plus petit nombre d'agglomérations définies par l'intensité de leurs communications avec les autres centres.

47Au long de cette évolution chronologique, l'ordre spatial cartographique reflète l'ordre dominant. Mais les cartes jouent aussi un rôle de légitimation, par leur construction d'une réalité spatiale, et spécialement par l'utilisation du rouge qui apparaît, dans cette histoire des représentations, comme la couleur du pouvoir.

1. " Explication " de la carte du " Gouvernement de La Cappelle ", Le théâtre du monde (...) par G. et J. Blaeu, Amsterdam, 1638, t. 1 (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).

2. " Explication " de la carte de " La principauté d'Orange (...) ", ibid. (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).

3. " Explication " de la carte du " Gouvernement général et militaire du Lyonnois comprenant (...) une grande partie de la Bresse ", 1697 (Bourg-en-Bresse, Musée des Pays de l'Ain).

4. " Explication " de la carte de " La Bresse, le Bugey, le Valromay, la principauté de Dombes et le Viennois ", Jaillot, 1706 (Bourg-en-Bresse, Musée de Brou).

5. Les signes représentant les villes, dans la " Description du pais de Bresse ", Théâtre géographique du royaume de France, J. Lederc, Paris, 1621 (Lyon, Bibliothèque municipale de la Part-Dieu).

6. " Description du pais de Bresse ", Théâtre géographique (...) de J. Leclerc, Paris, 1621 (Lyon, Bibliothèque municipale de La Part-Dieu, Res. 24016).

7. " Carte du pais et souveraineté de Dombes ", Théâtre géographique (...) de J. Leclerc, Paris, 1621 (Lyon, Bibliothèque municipale de La Part-Dieu, Res. 24016).

8. " Carte du pais et souveraineté de Dombes ", J. Leclerc excudit 1617, col. (Bourg-en-Bresse, Musée de Brou, cote 968.157).

9. " La Principauté de Dombes ", Nouvel Atlas (...) chez J. Jansson, Amsterdam, t. 2, 1649 (Lyon, Bibliothèque municipale de La Pan-Dieu).

10. " La souveraineté de Dombes ", Cosmographie blaviane, Amsterdam, t. 8, 1663 (B.N.F., Cartes et Plans, Ge DD 4796 (38), p. 697-698 v°). (Cliché B.N.F.)

11. " Description du pais de Bresse ", (vers 1620), col. (A.D. Ain).

12. " Bressia vulgo Bresse ", Nouvel Atlas (…) chez J. Jansson, Amsterdam, t. 2, 1649 (Lyon, de La Part-Dieu).

13. " La Bresse, le Bugey, le Valromay, la Principauté de Dombes et le Viennois ", à Amsterdam par Pierre Mortier, partie nord, [vers 1695-1700], col. (Bourg-en-Bresse, Musée des Pays de l'Ain).

14. carte de Cassini, (vers 1780), col., détail (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).

15. Cane Michelin à 1/200 000, n° 74, 1972, détail.

16. Explication de la " Carte de la généralité de Bourges " intégrée dans l'Atlas Universel, par (...) M. Robert de Vaugondy, Paris, 1757, cane 37 bis (exemplaire de la Médiathèque de Bourg-en-Bresse).

17. Légende de la cane d'A. Joanne, col. (Géographie du département de l'Ain, Hachette, 1877).

Notes

1 Christian JACOB, " Toward a cultural history of cartography ", Imago mundi, 48, 1996, p. 191-197.

2 Sous la domination savoyarde (au xvie siècle) comme après le rattachement à la France (en 1601), le terme de " Bresse " englobe le plus souvent la province du Bugey. La Dombes, principauté souveraine, est géographiquement enclavée dans la Bresse. La carte de " Bresse " représente donc l'ensemble du département de l'Ain actuel.

3 François de DAINVILLE, Le Dauphiné et ses confins vus par l'ingénieur d'Henri IV, Jean de Beins, Paris – Genève, 1968, 2 tomes.

4 Mathias MARECHAL, auteur de la dédicace de la carte à sa souveraine la duchesse de Dombes (voir illustration 7), était secrétaire de celle-ci, Marie de Bourbon, et avocat au parlement de Paris.

5 A.M. – Canes et plans, B.N. – Cartes et plans, Imprimés.

6 B.M. de la Part-Dieu – fonds ancien.

7 Musée de Brou, Médiathèque de Bourg-en-Bresse – les deux fonds les plus riches en cartes de Bresse —, Musée des Pays de l'Ain, Archives départementales de l'Ain. Je remercie spécialement Madame Françoise Ferrand, conservateur du fonds ancien de la Médiathèque de Bourg, et Madame Michèle Duflot, du Musée de Brou, pour leur aide dans mes recherches et pour les reproductions photographiques.

8 Elles ont été soulignées par Ulla EHRENSVÄRD, " Color in cartography : a historical survey ", dans David WOODWARD (éd.), Art and cartography : six historical essays, Chicago/London, 1987, p. 123-146.

9 Voir, pour les atlas français, l'inventaire de Mireille PASTOUREAU : Les Atlas français xvie-xviie siècle, répertoire bibliographique et étude, Paris, 1984. Aucun des rares exemplaires coloriés répertoriés ne contient les cartes qui sont l'objet de cette étude. Les huit atlas repérés qui les possèdent sont des productions hollandaises de langue française. Ce sont :
– G. et J. BLAEU, Le théâtre du monde ou Nouvel Atlas [...], Amsterdam, t. 1, 1638 (Médiathèque de Bourg-en-Bresse, cote 111).
– Cosmographie blaviane [...], Amsterdam, t. 8, 1663 (B.N., CP, Ge DD 4796 [38]).
– Géographie blaviane [...], Amsterdam, t. 8, 1663 (A.N., CP, Usuel).
– id., Amsterdam, t. 8 de l'édition en 12 volumes de 1667 (B.M. Lyon/La Part-Dieu, fonds ancien, cote 5094).
– J. JANSSON, Le nouveau théâtre du monde ou Nouvel atlas, Amsterdam, édition de 1639-1641, t. 2 (1639) (B.M. Lyon/La Pan-Dieu, cote 5212).
– id., édition de 1640-1650 (5 vol.), t. 2 (1649) (B.M. Lyon/La Part-Dieu, cote 5214).
– id., édition en 6 vol. en partie sans date [le t. 4 est daté de 1647, le t. 1 de 1650 – surchargé à la main : 1660], t. 2 [vers 1650] (B.M. Lyon/La Pan-Dieu, cote 5213).
– Appendice de l'Atlas de G. MERCATOR et J. HONDIUS, Amsterdam, 1653 (B.M. Lyon/La Pan-Dieu, cote 5095).

10 Les exemplaires (noir et blanc) du Théâtre géographique du royaume de France de Jean Leclerc conservés à la B.N. (Paris, 1622, CP, cote Ge DD 1284) et à la B.M. de Lyon (Paris, 1621, cote Rés. 24016) proposent la même cane de Bresse, mais deux versions distinctes de la carte de Dombes : l'exemplaire de 1621 (illustration 7) porte la dédicace de Maréchal, celui de 1622 a des signes conventionnels différents et porte la signature du graveur J.V. den Ennde.

11 Sur les différentes éditions de l'Atlas de Jaillot et ses contrefaçons hollandaises par Pierre Mortier, voir Mireille PASTOUREAU, Les Atlas français xviie-xviie siècle, op. cit., p. 229 sq. Le Musée de Brou (cote 968.160) et les A.N. (cote NN 16/9) possèdent la carte de Jaillot datée de 1706, le Musée des Pays de l'Ain (cote 94 56 204) et les A.D. Ain l'édition hollandaise de P. Mortier.

12 " Le gouvernement général et militaire du Lyonnais comprenant [...] une grande partie de la Bresse ", J.B. Nolin, 1697 (Musée des Pays de l'Ain, cote 90 30 01 et A.N., cote NN 195/10 à 13).

13 Voir la carte du " Gouvernement de La Cappelle " (illustration 1) : l'" explication " est le terme des géographes du xviie siècle pour désigner la légende.

14 Pierre RICHELET, 1680 : La ville est un " lieu plein de maisons, fermé de murailles ". Sur ces discours (des lexicographes, des géographes, des voyageurs) concernant la définition des villes et leur typologie, voir les études (qui cependant, pour notre propos, portent principalement sur la période de la seconde modernité) :
– de Bernard LEPETIT, sur les guides de voyage (" L'évolution de la notion de ville d'après les tableaux et descriptions géographiques de la France, 1650-1850 ", Urbi, n° 2, décembre 1979, p. XCLX-CVII, et surtout la discussion qui suit : " Les miroirs de la ville : un débat sur le discours des anciens géographes ", p. CVIII-CXVIII) ;
– de Christine LAMARRE, sur les modes de définition et les systèmes de classement des villes (Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle : le cas bourguignon, Dijon, 1993)
– et de Claude PETITFRÈRE, sur les dictionnaires (" Regards sur les villes dans la France du XVIIIe siècle ", dans : Traditions et innovations dans la société française du xviiie siècle, Bulletin de l'Association des Historiens modernistes des Universités, Paris, 1995, p. 57-95).

15 Pour une comparaison avec d'autres signes, voir le tableau constitué par François de DAINVILLE, Le langage des géographes : termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), Paris, 1964, p. 221.

16 Cette question est un écho des interrogations des géographes du xviie siècle sur la définition du fait urbain : " il faudrait convenir [...] qui sont les places auxquelles on doit donner le nom de villes, & qui sont celles, qui ne le méritent pas. " (Augustin LUBIN (R.P.), Mercure géographique ou le guide du Curieux des cartes géographiques, Paris, 1678, p. 143).

17 Ont été retenues les canes des atlas de Blaeu 1638, la Cosmographie blaviane de 1663, la Géographie blaviane de 1663 et celle de 1667 (voir la note 9) et des cartes isolées des A.D. Ain (Gr 5 et 11), du musée de Brou (969.55) et de la B.N. (Ge DD 627).

18 Pour les circonstances d'établissement de la carte de Jean de Beins, voir François de DAINVILLE, Le Dauphiné et ses confins..., op. cit.

19 Sur cet impact symbolique de la carte et ses effets de pouvoir, voir Christian JACOB, L'empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l'histoire, Paris, 1992, p. 405, 411-412.

20 Carte générale de Bresse, Bugey et Valromey (B.N. Ge D 2880).

21 Augustin LUBIN (R.P.), Mercure géographique..., op. cit., p. 134 (article Civitas).

22 Id., p. 145-146 (article Urbs).

23 Id., p. 168 (article Académie).

24 Préface historique à l'Atlas Universel de M. ROBERT géographe ordinaire du Roy et M. ROBERT de VAUGONDY son fils [...], Paris, 1757, p. K.

25 J. van den Ennde sculpsit, dans la carte de Dombes du Théâtre de Leclerc, 1622 (B.N., CP, Ge DD 1284, carte 45).

26 Pierre DUVAL, La connoissance et l'usage des globes et des cartes de géographie, Paris, 1654, p. 88.

27 Augustin LUBIN (R.P.), Mercure géographique, op. cit., p. 143.

28 Pierre DUVAL, La connoissance..., 1654, op. cit., p. 89.

29 Pierre DUVAL, Traité de géographie qui donne la connoissance et l'usage du globe et de la carte, revu, corrigé [...], Paris, 1704, p. 55.

30 En revanche paraissent des traités concernant les dessins d'architecture et les plans manuscrits : voir par exemple Henri GAUTHIER, L'art de laver ou nouvelle manière de peindre [...], Lyon, 1687.

31 Mireille PASTOUREAU, " Confection et commerce des cartes à Paris aux xvie et xviie siècles ", dans : La carte manuscrite et imprimée du xvie au xixe siècle, fournée d'étude sur l'histoire du livre et des documents graphiques, Valenciennes, 1981, Paris, 1983, p. 9. Graveurs et enlumineurs appartiennent, à Paris, à la même communauté de métier, celle des peintres-sculpteurs (voir René de LESPINASSE, Les métiers et corporations de la ville de Paris, t. 2, Paris, 1892).

32 Pierre DUVAL, La connoissance..., 1654, op. cit., p. 89.

33 Mireille PASTOUREAU, dans la présentation (p. 38) de Nicolas SANSON, Atlas du Monde – 1665, Paris, 1986.

34 Mireille Pastoureau donne les exemples des atlas de Mercator (1602, évalué à 30 livres), de la Géographie blavienne (4 volumes à 120 livres), d'atlas inventoriés dans la boutique de Jaillot en 1675 (12 livres, pour un volume de 35 cartes), dans : Feuilles d'atlas ", Cartes et figures de la terre, catalogue de l'exposition du Centre G. Pompidou, Paris 1980, p. 454.

35 Toutes les cartes du corpus utilisé étaient originellement montées dans un atlas : elles étaient donc destinées à être vues de relativement près, non à être accrochées au mur.

36 Trois ouvrages essentiels m'ont guidée pour cette étude des effets visuels produits par les cartes : le catalogue de l'exposition Cartes et figures de la terre, op. cit., 1980 (essentiellement les articles de Rémi CARON) ; l'analyse d'un géographe : Roger BRUNET, La carte mode d'emploi, Paris, 1987 ; la réflexion d'un historien : Christian JACOB, L'empire des cartes, op. cit., 1992.

37 Préface historique à son Atlas universel, éd. de 1757, op. cit., p. M.

38 Ainsi, en dépit de la remarque de Robert de Vaugondy, N. Sanson n'a guère amélioré la visibilité des canes françaises. Refusant l'utilisation de la couleur, sauf pour les " divisions " (limites de circonscription), il laisse le figuré des villes en blanc. Ses cartes sont un " chaos " de signes dans lequel les pictogrammes des villes sont surchargés des marques de leurs qualités administratives.

39 L'expression est de Pierre FRANCASTEL, dans une réflexion passionnante sur le rôle de la couleur dans la peinture (La figure et le lieu : l'ordre visuel du Quattrocento, Paris, éd. de 1980, p. 103).

40 Rémi CARON, " Les choix du cartographe ", dans Cartes et figures de la terre, op. cit., p. 9.

41 Voir la note 9 pour les quatre atlas consultés (éditions de 1638, 1663, 1667). Des cartes isolées de notre corpus sont en outre assurément des feuilles d'atlas de Blaeu, telle cette carte de Bresse du Musée de Brou (cote 969.55) identique à celle des quatre atlas.

42 Type de Leclerc 1621 (avec la dédicace : illustrations 7 et 8).

43 BLAEU 1638, JANSSON 1639 ; Géographie blaviane 1663 et 1667, Cosmographie blaviane 1663.

44 Sur ce thème, voir Jacqueline LICHTENSTEIN, La couleur éloquente ; rhétorique et peinture à l'âge classique, Paris, 1989.

45 Henri GAUTHIER, L'art de laver..., 1687, op. cit., p. 13.

46 Voir par exemple Henri GAUTHIER, L'art de laver, op. cit., p. 85, 88, 103. Même pratique au xviiie siècle dans l'atlas Trudaine, le cadastre Bertier de Sauvigny, etc.

47 François de DAINVILLE, Le langage des géographes, op. cit., p. 330-331 et Ulla EHRENSVÄRD, " Color in cartography ", art. cité, p. 130.

48 Jean FRANÇOIS (Père), La science de la géographie, 1652 (cité par F. de DAINVILLE, Le langage des géographes, op. cit., p. 334).

49 Les notices de ces cartes sont publiées dans Espace français : vision et aménagement, xvie - xixe siècle, Catalogue de l'exposition des Archives nationales, Paris, 1987, p. 72 et 147.

50 Ces dernières ont été étudiées par Guy ARBELLOT, Autour des routes de poste : les premières cartes routières de la France, xviie - xixe siècle, Paris, 1992.

51 Gravée par ERHARD , chez Hachette (Musée de Brou, cote 945.22).

52 Cf. le débat sur " Les miroirs de la ville ", Urbi, art. cité, p. CXII.

53 Toujours sur le rôle de la couleur dans l'image, se reporter à Michel PASTOUREAU, " Mensonges et vérités de la couleur à l'aube des Lumières ", dans Anatomie de la couleur : l'invention de l'estampe en couleurs, Catalogue de l'exposition de la Bibliothèque nationale, Paris, 1996, p. 92.

54 " L'explication des caractères géographiques employés dans la carte de France de l'Académie " est publiée par Monique PELLETIER, La carte de Cassini, Paris, 1990, p. 187. Elle est très proche de l'explication de la " Carte de la généralité de Bourges " de la seconde moitié du xviiie siècle, intégrée dans l'exemplaire de l'Atlas Universel de Robert de Vaugondy de la Médiathèque de Bourg-en-Bresse (illustration 16). A. JOANNE, Géographie du département de l'Ain, Paris, 1877 ; carte Michelin au 1/200 000, édition de 1972. Ces cartes ont des échelles du même ordre de grandeur.

55 Rémi CARON a analysé en ce sens la légende de la carte topographique au 1/25 000 : " La légende ", dans Cartes et figures de la terre, op. cit., p. 329-331.

56 A partir d'un corpus différent (les descriptions des voyageurs et celles des géographes), Bernard LEPETIT (" L'évolution de la notion de la ville... ", art. cité) et Chritine LAMARRE (Petites villes et fait urbain, op. cit., première partie) ont analysé le même passage à une vision fonctionnaliste de la ville au xviiie siècle.

57 Sur cette évolution, voir l'introduction de René FAVTER, Les villes du Dauphiné aux xviie et xviiie siècles, Grenoble, 1993, p. 11.

Notes de fin

1 Denise TURREL est Maître de Conférences à l'université de Tours.

Table des illustrations

Légende 1. " Explication " de la carte du " Gouvernement de La Cappelle ", Le théâtre du monde (...) par G. et J. Blaeu, Amsterdam, 1638, t. 1 (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 2. " Explication " de la carte de " La principauté d'Orange (...) ", ibid. (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 3. " Explication " de la carte du " Gouvernement général et militaire du Lyonnois comprenant (...) une grande partie de la Bresse ", 1697 (Bourg-en-Bresse, Musée des Pays de l'Ain).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 4. " Explication " de la carte de " La Bresse, le Bugey, le Valromay, la principauté de Dombes et le Viennois ", Jaillot, 1706 (Bourg-en-Bresse, Musée de Brou).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 5. Les signes représentant les villes, dans la " Description du pais de Bresse ", Théâtre géographique du royaume de France, J. Lederc, Paris, 1621 (Lyon, Bibliothèque municipale de la Part-Dieu).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 6. " Description du pais de Bresse ", Théâtre géographique (...) de J. Leclerc, Paris, 1621 (Lyon, Bibliothèque municipale de La Part-Dieu, Res. 24016).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 7. " Carte du pais et souveraineté de Dombes ", Théâtre géographique (...) de J. Leclerc, Paris, 1621 (Lyon, Bibliothèque municipale de La Part-Dieu, Res. 24016).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende 8. " Carte du pais et souveraineté de Dombes ", J. Leclerc excudit 1617, col. (Bourg-en-Bresse, Musée de Brou, cote 968.157).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 9. " La Principauté de Dombes ", Nouvel Atlas (...) chez J. Jansson, Amsterdam, t. 2, 1649 (Lyon, Bibliothèque municipale de La Pan-Dieu).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende 10. " La souveraineté de Dombes ", Cosmographie blaviane, Amsterdam, t. 8, 1663 (B.N.F., Cartes et Plans, Ge DD 4796 (38), p. 697-698 v°). (Cliché B.N.F.)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 11. " Description du pais de Bresse ", (vers 1620), col. (A.D. Ain).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 12. " Bressia vulgo Bresse ", Nouvel Atlas (…) chez J. Jansson, Amsterdam, t. 2, 1649 (Lyon, de La Part-Dieu).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 13. " La Bresse, le Bugey, le Valromay, la Principauté de Dombes et le Viennois ", à Amsterdam par Pierre Mortier, partie nord, [vers 1695-1700], col. (Bourg-en-Bresse, Musée des Pays de l'Ain).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 14. carte de Cassini, (vers 1780), col., détail (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 15. Cane Michelin à 1/200 000, n° 74, 1972, détail.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende 16. Explication de la " Carte de la généralité de Bourges " intégrée dans l'Atlas Universel, par (...) M. Robert de Vaugondy, Paris, 1757, cane 37 bis (exemplaire de la Médiathèque de Bourg-en-Bresse).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 17. Légende de la cane d'A. Joanne, col. (Géographie du département de l'Ain, Hachette, 1877).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2016/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable