Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Troisième partie. La ville donnée à voir : le cartographe, le dessinateur, le graveur, le peintre et l'architecte

Histoire – Libertés – Justice

L'hôtel de Ville de Cologne (xiie - xviie siècle)

Gérald Chaix

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Sur cette allégorie, voir Susan TIPTON, Res publica bene ordinata. Regentenspiegel und Bilder vom g (...)

1C'est au début du xiie siècle que, pour la première fois – à Cologne, mais aussi dans l'Empire – mention est faite d'une maison où s'assemblent les citoyens. A l'autre extrémité de la période prise en considération, une série de quatre gravures, dessinées par Johann Toussyn et gravées par Abraham Aubry, est imprimée par Gerhard Altzenbach. Elle est dédiée aux bourgmestres et au Conseil de Cologne, illustre les calendriers des années 1654, 1655 et 1660 et donne à voir successivement la façade occidentale de l'hôtel de ville, une séance du Conseil et enfin une allégorie du " bon gouvernement ", représenté sous la forme d'une nef pilotée par les bourgmestres1.

  • 2 Hans VOGTS, Die Kunstdenkmäler der Stadt Köln, II/4 : Die profane Denkmäler, Düsseldorf, 1930, p. 1 (...)

2Il semble d'autant plus évident d'établir une continuité entre la mention laconique d'une maison dans un document du xiie siècle et les représentations iconographiques du xviie que le site est resté identique, même s'il n'a pas cessé de s'étendre et de se transformer. C'est d'ailleurs le parti qu'adoptent les histoires de l'hôtel de ville, de Hans Vogts à Peter Fuchs, qui rassemblent savamment et utilement toutes les informations disponibles2.

3Une histoire des représentations de l'hôtel de ville, même s'il ne peut s'agir ici que d'une esquisse, exige cependant d'être attentif à l'hétérogénéité des sources – archéologiques, iconographiques, littéraires, administratives ... – qui indique une pratique constante du " réemploi ", non seulement du point de vue architectural mais aussi du point de vue des appropriations politiques des différents groupes sociaux composant la communauté urbaine. Autrement dit, qui suggère qu'un même lieu, tenu pour immuable, ne cesse en réalité d'évoluer et de se transformer au gré des transformations architecturales et, plus encore peut-être, des appropriations successives dont il est l'objet.

4Aussi convient-il d'articuler l'évolution architecturale – y compris celle des espaces intérieurs - et le renouvellement des programmes iconographiques dont les bâtiments sont porteurs d'un côté, la transformation du système politique colonais – dont la constitution du Rathaus est précisément l'un des éléments - et les changements sociaux – dont les mutations des espaces civiques sont l'expression – d'un autre côté, pour reconstruire bien plus que l'histoire ininterrompue d'un bâtiment, celle de ses " réemplois ".

  • 3 T. FRÖSCHL, " Ratshäuser und Regierungspaläste ", in Dario GAMBONI et G. GERMANN (eds), Zeichen der (...)

5La singularité de l'histoire urbaine exigeait que cette première approche fût circonscrite à Cologne. Elle n'a de sens pourtant que si elle s'efforce de multiplier les comparaisons, quitte à souligner justement les spécificités de la cité rhénane3.

POUVOIR PATRICIEN, MODELE IMPÉRIAL, ORDRE DANS LA CITÉ

  • 4 Joachim DEETERS, " Die Kölner Coniuratio von 1112 ", in Hugo STEHKÄMPER (ed.), Köln, das Reich und (...)
  • 5 O. DOPPELFIELD, " Vom römischen Pretorium zur fränkischen Königspfalz", in Peter FUCHS (ed.), Das R (...)

6C'est donc au début du xiie siècle – immédiatement après la " conjuratio pro libertate " de 1112 qui marque l'affirmation de la cité et de ses élites politiques face au pouvoir de l'archevêque4 – qu'est mentionnée pour la première fois une domus in quam cives conveniunt. De ce bâtiment nous ne savons rien. Tout au plus sait-on, par un document de 1149, que cette domus civium est située dans le quartier des Juifs (inter Judeos sita). Surprenant au premier abord, cet emplacement témoigne d'une singulière continuité dans la localisation, à Cologne, du pouvoir politique, du moins de l'une de ses instances. En effet, adossée à la partie orientale de l'enceinte romaine, cette domus est située sur l'emplacement de l'ancien praetorium, là où, plus tard, les gouverneurs de la Germanie inférieure puis les rois des Francs ripuaires s'installèrent à leur tour5.

7Encore faut-il ajouter qu'il ne s'agit précisément que d'une maison où s'assemblent les détenteurs d'un pouvoir dont la légitimité repose sur la " richesse " (divites), les liens de parenté (Venwandtschaft) ou d'amitié (Freundschaft) ; que l'archevêque exerce encore la plénitude de ses droits sur la ville – ce qui se traduit non seulement dans les institutions (Schöffenkolleg) mais aussi dans l'organisation de l'espace circonscrit par les murailles de la ville – ; que l'importante segmentation paroissiale – en place dès le xiie siècle même si elle connaît des développements ultérieurs – tend également à multiplier les instances de pouvoir (Sondergemeinden).

  • 6 Hugo STEHKÄMPER a bien montré que jusqu'en 1288 il n'y a pas eu remise en cause radicale de la tute (...)

8La cité est alors dominée par une aristocratie de la fortune regroupée dans la " Richerzeche ", présente aussi dans la guilde des marchands, ainsi que dans les confréries de métiers (confraternitates). Il n'y a pas, à proprement parler, de " commune " et l'opposition est loin d'être totale entre la ville et l'archevêque6. Cologne est encore une ville épiscopale (Bischofsstadt), au même titre que Strasbourg, Bâle, Aix-la-Chapelle, Augsbourg ou Ratisbonne.

  • 7 Ce que l'empereur Frédéric II confirma trois ans plus tard, sans non plus libérer la ville de la ha (...)

9Il faut attendre le début du xiiie siècle pour que se mette en place un véritable Conseil (Rat), attesté pour la première fois en 1216 et reconnu comme organe de gouvernement en 1242. L'émancipation de la ville progresse simultanément et rapidement. Le 30 avril 1207, la ville – qui rend désormais hommage à l'empereur – reçoit pour la première fois un privilège émanant directement de Philippe de Souabe. En 1239, le pape Grégoire LX la libère de l'obligation de comparaître devant des tribunaux ecclésiastiques étrangers. La même année, l'archevêque Conrad de Hochstaden (1238-1261) lui concède le jus de non evocando, réserve faite de la haute justice et de la justice criminelle dont l'exercice lui est conservé7.

  • 8 Wolfgang HERBORN, " Die Stadt Köln und die Schlacht von Worringen ", in Werner SCHÄFKE (ed.), Der N (...)

10Sans pour autant signifier la fin de tous les droits de l'archevêque dans la cité ni même, aussitôt la victoire acquise, la prise de conscience d'une totale autonomie, le combat de Worringen, le 5 juin 1288, marque l'échec des ambitions territoriales de l'archevêque Siegfried van Westerburg (1274/5-1297) et le retrait définitif des archevêques de la cité rhénane, en même temps qu'il étaye l'affirmation des droits et des privilèges de la cité8.

11Tandis que la cité s'affranchit progressivement de la tutelle archiépiscopale, l'évolution interne s'accentue au xive siècle. Le pouvoir du Conseil (Rat) se renforce au détriment de celui de la Richerzeche d'un côté, du collège des échevins (Schöffenkollegium), liés à l'archevêque par serment, d'un autre côté. Le pouvoir du collège échevinal est réduit à sa fonction judiciaire tandis que le nombre des familles de la Richerzeche susceptibles de siéger au Conseil est limité à quinze en 1341. Simultanément, au plus tard en 1321, est établi un " Conseil élargi ", comptant 31 membres, qui fait face au " Conseil étroit ", contrôlé par le patriciat, et exerce rapidement son autorité sur les finances de la cité.

12Cette évolution politique et sociale s'accompagne d'une importante mutation architecturale. Dans les premières décennies du xive siècle, sans doute, un nouveau bâtiment est construit sur l'emplacement du précédent. C'est véritablement l'amorce de ce complexe architectural qui constitue le Rathaus. Trois paramètres permettent d'en prendre la mesure : la restructuration des espaces intérieurs qui traduit l'équilibre des pouvoirs et le développement des fonctions administratives et politiques ; la construction des façades qui souligne le caractère " public " des bâtiments et suggère un véritable programme politique ; l'aménagement des abords qui confirme le lien qui unit le Conseil et le reste de la population colonaise, sans pour autant donner naissance à une véritable " place de la commune ".

  • 9 Brève présentation, en français, des institutions colonaises : Gérald CHAIX, De la cité chrétienne (...)
  • 10 Elle mesure 28,70m en longueur, 7,25 en largeur et 9,70 en hauteur.
  • 11 Fried MÜHLBERG, " Der Hansasaal des Kölner Ratshauses ", Wallraf-Richartz Jahrbuch, 1933, p. 193-22 (...)

13Le rez-de-chaussée abrite le logement du burgrave – c'est-à-dire, désormais, du gardien du bâtiment —, pendant un certain temps celui du greffier, le tribunal du bourgmestre (kleine Schickung), la pièce où se réunit le Conseil des XLIV (große Schickung), ainsi qu'une petite pièce utilisée par le Conseil9. Au premier étage du bâtiment, au-dessus du logement du burgrave, est construite une " grande salle " à nef unique, comme à Münster ou à Lübeck10, communément appelée, à partir du xviiie siècle, " salle hanséatique ", pour avoir vraisemblablement abrité, en 1367, la réunion des villes de la Hanse qui déclara la guerre à Valdemar IV de Danemark11. Salle d'apparat, elle abrite les réunions des tribunaux dépendant du Conseil et sert jusqu'au milieu du xve siècle – c'est-à-dire jusqu'à la construction d'une salle spécifique (Gürzenich) – de salle de fête.

  • 12 Vers 1360 selon H. Vogts, dès 1330 selon F. MÜHLBERG.
  • 13 L. WYSS, " Die neun Helden ", Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 1957, (...)

14Cette salle d'apparat fait rapidement l'objet d'un traitement iconographique particulier12. Sur le mur méridional sont ainsi représentés, sous la forme de statues de pierre d'environ 1,85m, les " neuf bons héros ". Ils sont regroupés selon les trois âges de l'histoire du salut distingués par saint Augustin. Pour l'Antiquité païenne (ante legem) : Hector, Alexandre et Jules César ; pour l'Ancien Testament (sub lege) : Josué, David et Judas Machabée ; pour la Chrétienté (sub gratia) : Charlemagne, le roi Arthur et Godefroi de Bouillon. Plus que des modèles aristocratiques, ces neuf " héros " apparaissent comme des figures de la justice. Et c'est à ce titre qu'ils peuvent sans peine être adoptés par les élites urbaines13.

15Cette représentation de l'héroïsme est associée à l'exaltation de l'Empire. Au-dessus de ces neuf statues, au centre d'un groupe de trois autres statues, de dimensions plus réduites (environ 1,15m), trône un empereur tenant son sceptre dans la main gauche. Il est entouré de deux figures allégoriques. L'une, à gauche, versant le contenu d'une cruche – des poissons et des écrevisses – symbolise le droit d'étape de la ville, base de sa prospérité ; l'autre à droite, portant une tour, symbolise la souveraineté militaire, fondement de sa liberté.

  • 14 E. TRIER, " Die Propheten-Figuren des Kölner Rathauses, Teil I und II. ", Wallraf-Richartz Jahrbuch (...)

16On sait par ailleurs que sur le mur opposé se trouvaient des fresques figurant huit personnages de grande taille, dont ne subsistent aujourd'hui que les têtes, et quatre personnages de taille plus réduite. Longtemps tenues pour représenter les sept électeurs impériaux entourant l'empereur— Louis de Bavière (1314-1347) ou Charles IV (1346-1378) selon la datation adoptée – ces figures sont interprétées aujourd'hui comme celles de prophètes, messagers de la justice divine et protecteurs de l'empereur, précisément entouré de ses trois chanceliers ecclésiastiques14.

17Le riche programme iconographique de la salle se continuait sur le mur est et, très vraisemblablement, sur le mur ouest. L'anonyme Chronique de 1499 fait état de fresques représentant des " sages " parmi lesquels figuraient des philosophes et des poètes tels que Virgile et Horace, Aristote, Lucain et Sénèque. Un relevé des maximes qui accompagnaient les personnages fut même réalisé en 1517.

VICTOIRE DES CORPORATIONS, OLIGARCHIE ET IDÉAL DE JUSTICE

18L'incendie du quartier juif, durant l'été 1349, ne pouvait pas épargner l'hôtel de ville. Bien que les informations soient très sporadiques, il ne fait pas de doute que le désastre fut l'occasion d'une importante refonte. Parce qu'il coïncidait avec une recomposition de la vie politique qui ne se laisse pas réduire à la simple montée en puissance des corporations, marquée à Cologne par la lettre de confédération (Verbundbrief) de 1396, partageant – inégalement – le pouvoir entre les vingt-deux corporations (Gaffel) et ordonnant la vie politique autour des bourgmestres, du Conseil (Rat) et de la Commune (Gemeinde).

19Il fallut donc tout d'abord remettre en état la grande salle. La reconstruction du quartier offrit la possibilité d'une restructuration de la façade de l'hôtel de ville en même temps qu'elle permettait d'aménager l'espace environnant, donnant ainsi naissance à une véritable mise en scène permanente de la vie politique colonaise. Enfin, le lien existant entre la destruction du quartier juif en général et de la synagogue en particulier d'un côté, l'extension de l'hôtel de ville et la construction d'une chapelle sur les ruines de la synagogue d'un autre côté, donna à ce réaménagement une dimension véritablement sacrale, fondée tout à la fois sur un sacrifice purificateur et sur une consécration refondatrice.

20Cinq transformations architecturales soulignèrent cette évolution. Soucieux d'élargir son emprise, le Conseil acheta tout d'abord une maison située au sud de cette nébuleuse immobilière qu'était plus que jamais le Rathaus. En second lieu, en 1404, un portique fut construit sur le flanc est. A l'étage inférieur, il permettait d'accueillir de façon plus prestigieuse les visiteurs de l'hôtel de ville. Un escalier permettait d'accéder de l'extérieur à la" grande salle ". De l'étage supérieur, on prit l'habitude de donner lecture des décisions du Conseil (Morgensprache). C'est là aussi que les empereurs recevaient le cas échéant l'hommage de la cité. Lieu privilégié d'une vie politique désormais, tantôt régulièrement tantôt extraordinairement, mise en scène.

  • 15 Gérald CHAIX, De la cité chrétienne à la métropole catholique, op. cit., t. 1, p. 35-36 ; bon corpu (...)
  • 16 Wolfgang BRAUNFELS, Abendländiche Stadtbaukunst. Herrschaftsform und Baugestalt, Cologne, 19772, p. (...)

21La construction d'une tour, entreprise en 1407, était plus ambitieuse encore. Malgré son coût important, l'affaire fut rondement menée. La tour était achevée en 1414. Elle s'élevait à 61 mètres au-dessus du sol. Dès le xve siècle, les figurations de la cité ne laissent aucun doute sur la fonction symbolique de cette élévation, régulièrement opposée à celle des tours – inachevées – de la cathédrale15. Mais sa construction suscita également une redistribution des espaces intérieurs16. La tour elle-même comprenait cinq étages, tous affectés à une fonction particulière : une cave pour le vin, une pièce pour l'institution chargée des finances de la ville (Rentkammer), une pièce pour les réunions du Conseil (Ratskammer), un arsenal et, au dernier étage, une salle de guet. D'autre part, on aménagea assez rapidement l'espace qui séparait la tour des bâtiments plus anciens et notamment de la " grande salle ", provoquant d'ailleurs la destruction partielle des peintures du mur méridional de cette pièce. En 1448, on trouve ainsi mention d'une " salle des prophètes " (camera prophetarum) située entre la grande salle et la salle de réunion du Conseil (Ratskammer).

  • 17 U. HECKERT, Die Ratskapellen als religiöses, politisches und Verwaltungszentrum der Ratsherrschaft (...)
  • 18 Cologne ne fait que prendre place dans la longue série des villes allemandes, notamment des villes (...)

22Enfin, en 1426, on construisit une nouvelle chapelle à l'usage des conseillers17. Ultime étape d'un antisémitisme croissant, les Juifs avaient été expulsés de Cologne le 1er octobre 142418. La chapelle fut construite à l'emplacement de la synagogue, située au sud de la place de l'hôtel de ville. Elle fut dédiée à la Vierge de Jérusalem. Elle occupait ainsi une place privilégiée dans cette imitation de Jérusalem que prétendait être Cologne. Certes, juridiquement, la chapelle demeura toujours soumise à l'autorité de la paroisse Saint-Laurent. Mais dotée de nombreuses indulgences, disposant de desservants propres, rémunérés par le Conseil, elle devint le centre symbolique – directement lié à l'activité du Conseil —de la sacralité civique.

  • 19 Les textes dans Hans VOGTS, Die Kunstdenkmäler, op. cit., p. 228. Sur l'idéal républicain, voir Hei (...)

23Ces nouveaux espaces suscitèrent de nouveaux programmes iconographiques. Outre une horloge, la tour se prêtait à la mise en place d'une statuaire abondante qui mêlait éléments profanes et religieux. Déjà présente dans la " grande salle ", la thématique des prophètes donna son nom, on l'a vu, à la pièce permettant de passer de la " grande salle " à celle du Conseil. Huit statues de bois représentant chacune un prophète portant un phylactère ornaient cette salle. L'ensemble de ces textes trace le programme d'une justice fondée sur la justice et l'amour de Dieu (primum querite regnum Dei et iustitiam eius), sur la supériorité du bien public (utilitas publica) sur les intérêts privés, et sur la précellence de l'idéal républicain qui peut à bon droit réclamer le sacrifice de la vie (pro republica)19.

  • 20 H. KIER, " Die Kölner Ratskapelle und Stefan Lochners Altar der Stadtpatrone ", in Baukunst des Mit (...)
  • 21 Sur leur face intérieure, les volets représentent l'Annonciation.
  • 22 Sur le concept de " cité mariale ", voir les remarques de Philippe GUIGNET, Le pouvoir dans la vill (...)

24C'est dans la chapelle du Conseil que fut installé le retable de Stefan Lochner, peint, au milieu du xve siècle, à la demande du Conseil20. Le peintre y a représenté au centre la Vierge Marie trônant et tenant sur son sein l'Enfant Jésus auquel rendent hommage les Rois Mages. Le volet extérieur droit représente saint Géréon et ses hommes, le volet gauche sainte Ursule et ses compagnes21. Les saints locaux ont définitivement détrôné l'apôtre Pierre, patron originel du diocèse et de la ville. Ville sainte, Cologne est devenue – comme l'atteste ce retable – une cité mariale22.

  • 23 E.D. von den BRINCKEN (ed.), Köln 1475. Des Heiligen Reiches Freie Reichsstadt. Ausstellung des His (...)

25La victoire de Marie était celle d'une ville libérée – à la vérité, pas totalement – de la tutelle archiépiscopale. Le 19 septembre 1475, le statut de ville libre d'Empire fut enfin très officiellement reconnu par l'empereur Frédéric III, désireux d'exprimer ainsi sa reconnaissance à l'égard de la cité rhénane qui l'avait soutenu dans sa lutte contre Charles le Téméraire23.

  • 24 Toujours dans le souci d'améliorer la circulation entre les deux parties du Rathaus – celle donnant (...)

26C'était aussi celle de l'oligarchie qui, très rapidement, avait su confisquer à son profit l'accès au Conseil et plus encore aux six fonctions les plus honorifiques de la cité. Une véritable politique de prestige fut développée. D'un côté, le Conseil poursuivit sa stratégie d'expansion immobilière. Il possédait des bâtiments donnant sur la place du Vieux-Marché. Il s'efforça donc d'améliorer les communications entre ceux-ci et la partie – la plus importante – située sur la place de l'hôtel de ville. En 1541, Laurenz von Kronenberg aménagea une cour en arrière de la tour afin de faciliter le passage de celle-ci aux bâtiments du Vieux-Marché. Sa décoration lui valut le nom de" cour-aux-lions "24.

  • 25 HAStK Rpr 14, fol. 1lV (19 octobre 1548) : " weil auf oder an dem Rathause kein Gemach war, wo man (...)

27Sur la place du Vieux-Marché, afin de pouvoir accueillir décemment les hôtes de la cité, le Conseil décida d'aménager une ancienne halle (1548-1554)25. L'aménagement intérieur se doubla d'une rénovation de la façade confiée à Alessandro Pasqualini qui imposa ainsi, à Cologne, l'esthétique de la Renaissance.

  • 26 H. EICKEN, " Die Ratsvorhalle zu Köln ", Zeitschrift für Geschichte der Architektur, 1913, p. 64-70
  • 27 Des travaux de consolidation s'imposèrent cependant assez rapidement et le second étage fut remanié (...)

28La rénovation de la façade donnant sur la place de l'hôtel de ville confirma cette évolution du goût tout en la nuançant. Le portique mis en place au début du xve siècle avait mal vieilli. On décida de le détruire en 156726. Plusieurs projets furent alors soumis au Conseil, témoignant tous du renom dont jouissaient, à Cologne, les artistes des Pays-Bas : Cornelis Floris d'Anvers, Lambert Südermann de Liège et Henrick van Hasselt. C'est finalement le projet de Wilhelm Vernukken qui fut retenu. Les travaux durèrent de 1569 à 157327. Comme le précédent, l'édifice s'élevait sur deux étages (10,20m de haut), offrant toujours la possibilité d'accéder à la " grande salle " par l'extérieur ; il comptait cinq arcades dans sa longueur (15,50m) et deux arcades dans sa largeur (6,60m). Le Rathaus de Cologne demeurait un assemblage d'édifices distincts, mais il disposait désormais de deux façades tendant à souligner son unité et manifestant l'évolution des esthétiques.

29La place elle-même subit de sensibles transformations. Altérant son caractère public, trois portes furent construites au débouché des trois rues qui y conduisaient : Portalsgasse, Judengasse, Bürgerstraße. Par ailleurs, dans les premières décennies du xviie siècle, le Conseil entreprit la reconstruction des édifices situés de l'autre côté de la place par rapport à l'hôtel de ville (Zeichenhaus). C'est là que siègent, en 1623, les Etats de la Ligue espagnole, qui donneront leur nom au bâtiment.

  • 28 HAStK Rpr du 5 août 1558.

30Les aménagements intérieurs, qui accompagnent ces extensions ou ces reconstructions, témoignent de la volonté d'une meilleure administration s'appuyant sur la redistribution des espaces et d'une juste politique rappelée par les programmes iconographiques. Jusque là abrités dans la " salle dorée ", les Gewaltrichter, chargés de la police dans la ville, emménagèrent dans la pièce réservée aux réunions du Conseil des XLIV, cédant l'espace libéré au tribunal du Conseil jusque là abrité au greffe (Schreibkammer) de la chancellerie28. La salle du Conseil bénéficia d'aménagements particuliers. Des stalles et des portes, sculptées par Melchior von Reidt, furent installées en 1601. La gravure de Johann Toussyn montre aussi la présence de la monumentale Crucifixion, due au pinceau de Geldorp Gortzius (1553-1616).

LIEUX DE MÉMOIRE COLONAIS ET IDÉAL DE JUSTICE

31La série des gravures de Johann Toussyn, qui constitue en elle-même une nouvelle forme de mise en scène de la vie politique colonaise, donnée à voir à défaut, peut-être, de véritable participation, mériterait une analyse approfondie. Bornant en aval cette étude, elle permet de distinguer les trois axes dominants autour desquels se construit la mémoire colonaise à l'époque moderne.

  • 29 R. HIESTAND, " «Civis Romanus». Zum Selbstverständnis bürgerlicher Führungsschichten in den spätmit (...)
  • 30 Johannes HELMRATH, " Sitz und Geschichte. Köln im Rangstreit mit Aachen auf den Reichstagen des 15. (...)
  • 31 Jürgen STOHLMANN, " Texte und Thesen zur Marsilius-Frage ", Geschichte in Köln, mai 1979, p. 3-15.

32Le premier est celui de l'héritage romain de la cité, que rappellent notamment et les inscriptions latines figurant sur le portique et les titulatures du Conseil (Senatus), des bourgmestres (consules) et des conseillers (senatores)29. Une romanité qui renvoyait à trois épisodes distincts, ayant trouvé tous trois une expression littéraire et iconographique. Premier épisode : le récit de la fondation. Comme en témoignait son appellation – Colonia Claudia Augusta Agrippinensis – la ville passait pour avoir été fondée par Marcus Agrippa, sous l'influence de la femme de Claude, fille cadette de Germanicus et mère de Néron. Second épisode : l'envoi à Cologne, par Trajan, de quinze familles de rang sénatorial, d'où les quinze familles patriciennes admises à siéger au Conseil prétendaient elles-mêmes descendre30. Troisième épisode : le récit de Marsilius, ce soldat qui, alors que la ville était assiégée par un empereur romain, avait feint d'entreprendre une sortie pour permettre aux femmes de quitter la ville en toute sécurité afin de réapprovisionner la cité en bois31.

  • 32 La mémoire de cette bataille fait l'objet d'un cycle dû à Arnold Colyns en 1582, Hans VOGTS, " Die (...)
  • 33 Rainer DIECKHOFF, " Grins Kampf mit dem Löwen und seine Bedeutung in der profanen Ikonographie der (...)

33Le second est celui du combat pour la défense des libertés urbaines – acquises précisément dès les origines de la cité – mené sans relâche par la ville face aux usurpations et aux prétentions archiépiscopales. Un combat comptant de multiples épisodes, parmi lesquels, à côté de la bataille de Worringen32, le récit – légendaire – de la lutte du bourgmestre Grin tenait une place particulière33. Cette lutte avait opposé le bourgmestre, membre de l'une des quinze familles patriciennes, et deux chanoines du chapitre cathédral, partisans de l'archevêque Engelbert II de Falkenburg (1261-1274), chassé de la ville et réfugié à Bonn. La scène s'était déroulée à la Pfaffenpforte – la Porte-des-clercs – ce qui conférait également à la légende une fonction étiologique. Apparue à la fin du xive siècle dans les Jahrbücher, reprise dans l'Agrippina de Heinrich Beeck – histoire de la cité d'inspiration impériale, composée dans le dernier tiers du xve siècle et demeurée manuscrite – ainsi que dans la Chronique de 1499, la légende connut alors un nouveau développement, car le thème du combat contre le lion permettait un rapprochement facile avec la légende herculéenne, particulièrement prisée à l'époque de la Renaissance et éminemment flatteuse pour le bourgmestre et ses successeurs.

34C'est le thème de la sculpture qui orne le linteau médian du portique, associé de part et d'autre à la lutte de Samson avec le lion et à celle de David triomphant de Goliath. Centre du programme iconographique que développe le portique, le thème se retrouve en de multiples endroits du Rathaus. Dans la cour-aux-lions à laquelle, on l'a vu, il a donné son nom. Mais aussi, par exemple, sur une console de la tour, qui date de la première décennie du xve siècle. Il fait ainsi de la lutte contre les prétentions archiépiscopales, jamais totalement abandonnées, le facteur d'une unité dont le Conseil est l'expression et le garant.

  • 34 U. LEBERLE, Gerechtigkeitsdarstellungen in deutschen und niederländischen Ratshäusern, Diss. Heidel (...)
  • 35 G. TROESCHER, " Weltgerichtsbilder in Ratshäusern in Ratshäusern und Gerichtsstätten ", Wallraf-Ric (...)
  • 36 WRM 183 ; Franz Günter ZEHNDER, Katalog der Altkölner Malerei, Cologne, 1990, p. 537-540 (ill. 320) (...)
  • 37 On retrouve le thème à Bruxelles (1432-45), Berne (1485/90), Nuremberg (1521), Ulm (vers 1540), Bâl (...)
  • 38 On retrouve le thème également à Bruxelles, traité par Rogier van der Weyden (1432/35), à Bâle (151 (...)

35Le troisième axe est celui du rappel de l'idéal de justice qui doit inspirer l'action des détenteurs de l'autorité. On le retrouve, on le sait, hors de Cologne, dans les programmes iconographiques de nombreux hôtels de ville34. Dominant le portique de Cologne, une allégorie de la justice fait précisément pendant au mémorial du combat légendaire du bourgmestre Grin. Publiquement affiché, cet idéal de justice était depuis longtemps proposé comme ligne de conduite aux conseillers, en raison notamment de leurs fonctions judiciaires. Il avait souvent pris la forme d'une représentation du Jugement dernier35. C'est pour le Conseil que le Maître de Saint-Séverin et son atelier avaient peint, à la fin du xve siècle, un Jugement dernier, peut-être placé dans le Samstagsrentkammer36. On peut le retrouver sous une forme plus originale. Peints entre 1507 et 1510, des tableaux attribués à Lambert de liège et mettant en scène un acte de justice sont installés dans la " salle dorée " qui, on l'a vu, abrite les sessions des Gewaltrichter, du moins jusqu'en 1558. Le premier représente ainsi l'empereur Trajan qu'une veuve implore de venger la mort de son fils37 ; le second la légende d'Ercibald poignardant de sa propre main son neveu, le fils de sa soeur, coupable d'avoir déshonoré une jeune fille mais se dérobant à la justice38.

36Même trop rapidement et trop grossièrement esquissée, l'histoire des bâtiments occupés par l'une des principales instances de pouvoir, de la Richerzeche au Magistrat urbain, fait apparaître tout d'abord une remarquable continuité topographique conjuguée à une continuelle modification des lieux, liée aux évolutions politiques de la cité et plus encore aux changements de la nature même du politique.

37Les programmes iconographiques, que ces bâtiments portent ou abritent, soulignent l'appartenance de la cité au groupe des villes libres d'Empire et donc le lien privilégié qui l'unit à l'Empire et à l'empereur, garant de sa prospérité commerciale et de son intégrité militaire.

38Mais cette iconographie " impériale ", commune aux villes libres d'Empire et à leurs hôtels de ville, ne doit pas faire oublier la progressive " colonisation " de la thématique civique, liée à l'essor du Conseil et au pouvoir des corporations. Celle-ci est fondée premièrement sur l'ascendance romaine de la cité qui légitime aussi bien sa prétention à la " liberté " que le pouvoir de ses élites " consulaires " et " sénatoriales " ; deuxièmement sur la mémoire, que les élites entendent faire partager, des luttes de la cité contre l'archevêque pour la défense des libertés urbaines ; troisièmement sur la promesse d'une vie politique conduite dans un esprit de paix, de concorde et de justice.

La façade occidentale de l'hôtel de ville (1655),
gravure (53 x 52,3 cm), dessin de Toussyn ; gravure d'Aubry, Kölnisches Stadtmuseum, Graph. Slg. RBA 89517

Notes

1 Sur cette allégorie, voir Susan TIPTON, Res publica bene ordinata. Regentenspiegel und Bilder vom guten Regiment. Rathausdekorationen in der frühen Neuzeit, Hildesheim-Zürich-New York, 1996, p. 120-122 (avec une comparaison avec la ville protestante de Lüneburg).

2 Hans VOGTS, Die Kunstdenkmäler der Stadt Köln, II/4 : Die profane Denkmäler, Düsseldorf, 1930, p. 159-254 ; Peter FUCHS (ed.), Das Rathaus zu Köln. Geschichte, Gebäude, Gestalten, Cologne, 1994 (1ère éd. 1973).

3 T. FRÖSCHL, " Ratshäuser und Regierungspaläste ", in Dario GAMBONI et G. GERMANN (eds), Zeichen der Freiheit. Das Bild der Republik in der Kunst des 16. bis 20. Jahrhunderts, Berne, 1991, p. 11-28; Ulrich MEIER, " Von Mythos der Republik. Formen und Funktionen spätmittelaltercher Rathausikonographie in Deutschland und Italien ", in A. LÖTHER et al. (eds), Mundus in imagine. Bildersprache und Lebenswelten im Mittelalter, Munich, 1996, p. 345-387 ; J. PAUL , " Rathaus und Markt. Das Rathaus, seine Bedeutung in der historischen Stadt ", in C. MECKSEPER (ed.), Stadt im Wandel. Kunst und Kultur des Bürgertums in Norddeutschland 1150-1650, 4 vol., Stuttgart/Bad Cannstatt, 1985, t. 4, p. 89-118 ; B. ROECK, " Rathaus und Reichsstadt ", in B. KIRCHGÄSSNER et H.-P. BECHT (eds), Stadt und Repräsentation, Sigmaringen, 1995, p. 93-114; id., " Reichsstädtische Ratshäuser der frühen Neuzeit und ihre Bildprogramme ", in R.A. MÜLLER (ed.), Bilder des Reiches, Sigmaringen, 1997, p. 275-295 ; Susan TIPTON, Res publica bene ordinata, op. cit., notamment p. 331-341.

4 Joachim DEETERS, " Die Kölner Coniuratio von 1112 ", in Hugo STEHKÄMPER (ed.), Köln, das Reich und Europa. Abhandlungen über weiträumige Verflechtungen der Stadt Köln in Politik, Recht und Wirtschaft im Mittelalter, Cologne, 1971, p. 125-148 ; Toni DIEDERICH, "Coniuratio Coloniae facta est pro libertate. Eine quellenkritische Interpretation " Annalen des historischen Vereins für den Niederrhein, 1974, p. 7-19 ; vue d'ensemble sur Cologne au xiie siècle : Paul STRAIT, Cologne in the Twelfth Century, Gainesville, 1974.

5 O. DOPPELFIELD, " Vom römischen Pretorium zur fränkischen Königspfalz", in Peter FUCHS (ed.), Das Rathaus, op. cit., p. 22-36 (p. 27-40).

6 Hugo STEHKÄMPER a bien montré que jusqu'en 1288 il n'y a pas eu remise en cause radicale de la tutelle épiscopale : " Über die rechtliche Absicherung der Stadt Köln gegen eine erzbischöfliche Landesherrschaft ", in W. BESCH et al. (eds), Die Stadt in der europäischen Geschichte (= Festschrift Edith Ennen), Bonn, 1972, p. 343-376, voir p. 376.

7 Ce que l'empereur Frédéric II confirma trois ans plus tard, sans non plus libérer la ville de la haute justice de l'archevêque.

8 Wolfgang HERBORN, " Die Stadt Köln und die Schlacht von Worringen ", in Werner SCHÄFKE (ed.), Der Name der Freiheit, 1288-1988. Aspekte Kölner Geschichte von Worringen bis heute, 2 vol., Cologne, 1988, p. 289-294 (avec rappel de la bibliographie).

9 Brève présentation, en français, des institutions colonaises : Gérald CHAIX, De la cité chrétienne à la métropole catholique. Vie religieuse et conscience civique à Cologne, thèse Strasbourg, 1994, t. 1, p. 242-259.

10 Elle mesure 28,70m en longueur, 7,25 en largeur et 9,70 en hauteur.

11 Fried MÜHLBERG, " Der Hansasaal des Kölner Ratshauses ", Wallraf-Richartz Jahrbuch, 1933, p. 193-224.

12 Vers 1360 selon H. Vogts, dès 1330 selon F. MÜHLBERG.

13 L. WYSS, " Die neun Helden ", Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 1957, p. 73-106 ; H. SCHROEDER, Der Topos der Nine Worthies in Literatur und bildender Kunst, Göttingen, 1971.

14 E. TRIER, " Die Propheten-Figuren des Kölner Rathauses, Teil I und II. ", Wallraf-Richartz Jahrbuch, 1953, p. 79-102 et 1957, p. 193-234.

15 Gérald CHAIX, De la cité chrétienne à la métropole catholique, op. cit., t. 1, p. 35-36 ; bon corpus des représentations iconographiques de la cité dans Hugo BORGER et Franz Günter ZEHNDER, Köln. Die Stadt als Kunsthandwerk. Städteansichten vom 15. bis 20. Jahthundert, Cologne, 1982; voir aussi Franz Günter ZEHNDER, " Kölner Stadtansichten aus der zweiten Hälfte des 15. Jahrhunderts ", Kölner Museum Bulletin, 1987, p. 5-18.

16 Wolfgang BRAUNFELS, Abendländiche Stadtbaukunst. Herrschaftsform und Baugestalt, Cologne, 19772, p. 35 ; A. HAAS, Die Gebäude für kommunale Zwecke in den mittelalterlichen Städten Deutschlands, Diss. phil., Fribourg/B., 1914, p. 22.

17 U. HECKERT, Die Ratskapellen als religiöses, politisches und Verwaltungszentrum der Ratsherrschaft in deutschen Städten des späten Mittelalters, Diss. Bielefeld, 1994 ; sur la chapelle de Cologne : Hans VOGTS, Die Kunstdenkmäler, op. cit., p. 263-274.

18 Cologne ne fait que prendre place dans la longue série des villes allemandes, notamment des villes impériales, qui entre la fin du xive siècle (1388, Strasbourg) et les débuts du xvie siècle (1519, Ratisbonne) ont procédé à des expulsions de Juifs, suivies de consécrations rituelles, cf. M.J.WENNINGER, Man bedarf keiner Juden mehr. Ursachen und Hintergründe ihrer Vertreibung aus den deutschen Reichsstädten im 15. Jahrhundert, Vienne-Cologne-Graz, 1981.

19 Les textes dans Hans VOGTS, Die Kunstdenkmäler, op. cit., p. 228. Sur l'idéal républicain, voir Heinz SCHILLING, " Gab es im späten Mittelalter und zu Beginn der Neuzeit in Deutschland einen städtischen « Republikanismus »? Zur politischen Kultur des alteuropäischen Stadtbürgertum ", in Helmut KOENIGSBERGER (ed.) Republiken und Republikanismus im Europa der frühen Neuzeit, Munich, 1988, p. 101-144.

20 H. KIER, " Die Kölner Ratskapelle und Stefan Lochners Altar der Stadtpatrone ", in Baukunst des Mittelalters in Europa. Hans Erich Kubach zum 75. Geburtstag, Stuttgart, 1986, p. 757-778.

21 Sur leur face intérieure, les volets représentent l'Annonciation.

22 Sur le concept de " cité mariale ", voir les remarques de Philippe GUIGNET, Le pouvoir dans la ville au xviiie siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d'autre de la frontière belge, Paris, 1990, p. 86-91.

23 E.D. von den BRINCKEN (ed.), Köln 1475. Des Heiligen Reiches Freie Reichsstadt. Ausstellung des Historischen Archivs der Stadt Köln zum 500. Jahrestag der Anerkennung Kölns als freie Reichsstadt am 19. September 1975.

24 Toujours dans le souci d'améliorer la circulation entre les deux parties du Rathaus – celle donnant sur la place du Vieux-Marché, celle donnant sur la place de l'hôtel de ville – la cour-aux-lions fut encore agrandie dans la dernière décennie du xvie siècle.

25 HAStK Rpr 14, fol. 1lV (19 octobre 1548) : " weil auf oder an dem Rathause kein Gemach war, wo man einiger fremder Herren Botschaft und Fürsten Handel anhören oder verhandeln möchte und man stets in Klöster laufen mußte ", Manfred GROTEN (ed.), Beschlüsse des Rates der Stadt Köln, t. 5 (1541-1550), Düsseldorf, 1990, p. 632, n° 551 ; Hans VOGTS, op. cit., p. 190.

26 H. EICKEN, " Die Ratsvorhalle zu Köln ", Zeitschrift für Geschichte der Architektur, 1913, p. 64-70.

27 Des travaux de consolidation s'imposèrent cependant assez rapidement et le second étage fut remanié en 1617/8.

28 HAStK Rpr du 5 août 1558.

29 R. HIESTAND, " «Civis Romanus». Zum Selbstverständnis bürgerlicher Führungsschichten in den spätmittelalterlichen Städten ", in P. WUNDERLI (ed.), Herkunft und Ursprung : Historische und mythische Formen der Legitimation, Sigmaringen, 1994, p. 91-109 ; plus précisément, sur Cologne: Hugo STEHKÄMPER , " Imitatio urbis. Altrömische Ämterbezeichnungen im Hochmittelalter in deutschen Städten, besonders in Köln ", Wallraf-Richartz Jahrbuch, 1985/86, p. 205-233.

30 Johannes HELMRATH, " Sitz und Geschichte. Köln im Rangstreit mit Aachen auf den Reichstagen des 15. Jahrhunderts ", in H. VOLLRATH et S. WEINFURTER (eds), Köln, Stadt und Bistum in Kirche und Reich des Mittelalters. Festschrift für Odilo ENGELS zum 65. Geburtstag, Cologne-Weimar-Vienne, 1993, 719-760, voir p. 739-742. La force de cette légende conduisait, au xve siècle, à relire le programme iconographique de la grande salle et à y voir l'empereur Trajan là où, " objectivement ", il faut voir les traits d'un empereur germanique.

31 Jürgen STOHLMANN, " Texte und Thesen zur Marsilius-Frage ", Geschichte in Köln, mai 1979, p. 3-15.

32 La mémoire de cette bataille fait l'objet d'un cycle dû à Arnold Colyns en 1582, Hans VOGTS, " Die Bilder aus dem Schlachtensaal des Kölner Rathauses ", Jahrbuch des kölnischen Geschichtsvereins, 1928, p. 167-171.

33 Rainer DIECKHOFF, " Grins Kampf mit dem Löwen und seine Bedeutung in der profanen Ikonographie der Stadt Köln ", in Werner SCHÄFKE (ed.), Der Name der Freiheit, 1299-1988. Aspekte Kölner Geschichte von Worringen bis heute, Cologne, 1988, p. 416-421.

34 U. LEBERLE, Gerechtigkeitsdarstellungen in deutschen und niederländischen Ratshäusern, Diss. Heidelberg, Philippsburg, 1937.

35 G. TROESCHER, " Weltgerichtsbilder in Ratshäusern in Ratshäusern und Gerichtsstätten ", Wallraf-Richartz Jahrbuch, 1939, p. 139-214 ; W. SCHILD, " Gerechtigkeitsbilder ", in W. PLEISTER et W. SCHILD (eds), Recht und Gerechtigkeit im Spiegel der europäischen Kunst, Cologne, 1988, p. 86-171.

36 WRM 183 ; Franz Günter ZEHNDER, Katalog der Altkölner Malerei, Cologne, 1990, p. 537-540 (ill. 320). Sans doute est-ce le tableau mentionné dans les comptes de la ville le 17 mai 1488.

37 On retrouve le thème à Bruxelles (1432-45), Berne (1485/90), Nuremberg (1521), Ulm (vers 1540), Bâle (1ère moitié du xvie), Ratisbonne (vers 1573) et Brescia (avant 1591); U. LEBERLE , Gerechtigkeitsdarstellungen, op. cit., p. 52-55.

38 On retrouve le thème également à Bruxelles, traité par Rogier van der Weyden (1432/35), à Bâle (1514), à Nuremberg (1521) et à Berne (1536) ; A.M. CETTO, Der Berner Traian- und Herkinbald Teppisch, Berne, 1966, voir p. 64-72 et 173-193.

Notes de fin

1 Gérald CHAIX est Professeur à l'université de Tours.

Table des illustrations

Légende La façade occidentale de l'hôtel de ville (1655), gravure (53 x 52,3 cm), dessin de Toussyn ; gravure d'Aubry, Kölnisches Stadtmuseum, Graph. Slg. RBA 89517
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540