Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Deuxième partie. La ville donnée à lire le voyageur et le médecin

L’air, l’eau, la ville et le médecin au xviiie siècle

Brigitte Maillard

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 François LEBRUN, Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles. Essai de démographie e (...)
  • 2 Jean MEYER, " Une enquête de l'Académie de Médecine sur les épidémies 1774-1794 ", Annales ESC, 196 (...)
  • 3 Daniel ROCHE, Les Républicains des Lettres, Paris, 1988, p. 308.
  • 4 Les résultats de l'enquête lancée par le Contrôleur Général Bertin en 1762 et menée dans ce cas jus (...)

1Sous la plume des médecins se développe dans la seconde moitié du xviiie siècle un genre original d’écrits scientifiques : les " topographies médicales " ; encore peu connues et peu utilisées malgré les travaux récents sur la Société Royale de Médecine qui les a suscitées, elles livrent de la France une vision qui tranche avec celle des récits de voyage en vogue à cette époque. Elles s’attachent à des situations ordinaires et non aux crises paroxysmiques des temps d’épidémie, dont les médecins s’occupent aussi, et elles décrivent ainsi la pathologie d’un organisme dans son état normal, le " corps " social de la ville étant considéré, dans leurs descriptions, comme un véritable organisme très proche de celui des individus. Les médecins sont au xviiie siècle les lettrés et hommes de science les plus répandus dans les provinces, bien que leur effectif reste faible ; cette situation est particulièrement nette dans une province comme la Touraine où la vie intellectuelle et scientifique reste atone. Mais ces hommes souffrent partout de leur isolement, même dans les villes dotées d’une faculté de médecine, souvent d’ailleurs somnolente et peu ouverte aux nouveautés malgré l’action de quelques personnalités d’exception1. Pour rompre cet isolement et permettre aux médecins de remplir le " devoir d’utilité sociale " dont beaucoup se réclament, quelques-uns d’entre eux obtiennent de Turgot en 1776 la fondation d’une commission, bientôt transformée par Necker en Société Royale de Médecine dont le siège se trouve à Paris et dont le secrétaire général est Vicq d’Azyr2. En désignant dans toutes les provinces des " correspondants régnicoles " parmi le corps médical, la SRM établit des relations avec plusieurs centaines de membres et grâce aux échanges épistolaires, permet aux médecins des petites villes d’intégrer " le monde des talents et des Lumières "3. Leurs lettres et rapports centralisés à Paris permettent d’avoir de la situation sanitaire et médicale du pays une connaissance qui n’a, en dépit de ses défauts, pas d’équivalent dans un autre domaine de la vie publique et administrative. En effet, depuis la fin du xviie siècle, la pratique est bien aux vastes enquêtes4 mais malgré le dévouement et l’activité inlassable de leurs subdélégués, les intendants ne disposent finalement pas d’un aussi dense réseau d’informateurs que la SRM.

  • 5 Marie-Noëlle BOURGUET, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l'époque napoléonienne (...)
  • 6 Il est à remarquer aussi que le coût financier de fonctionnement est faible puisque l'action des cu (...)

2Celle-ci entend constituer un instrument de politique médicale et dans ce but demande à tous ses membres des " topographies médicales " dont l’assemblage doit permettre d’aboutir à une connaissance précise des conditions sanitaires prévalant dans les différentes régions de France ; elle souhaite aussi obtenir un tableau complet et précis de toutes les maladies, endémiques ou épidémiques, ainsi que des épizooties qui peuvent sévir dans les provinces, afin de faciliter une intervention rapide et efficace en cas de besoin. Cette recherche d’une information systématique concerne les villes qui sont en fait le sujet le plus fréquent des " topographies médicales " car elles sont le lieu de résidence des médecins, mais aussi par le biais du tableau des épidémies elle s’intéresse aux campagnes, lieu privilégié de la lutte contre cette forme de maladies. Se met ainsi en place à travers tout le pays un " réseau d’agents spécialisés "5 bénévoles qui sont d’abord chargés d’une mission d’enquête ; les données accumulées permettront, grâce à l’expérience ainsi gardée en mémoire, de répondre immédiatement au moindre défi de la maladie. Les autorités administratives du royaume utilisent aussi depuis longtemps le réseau, combien plus dense et plus ancien, des curés de campagne, d’autant qu’au xviiie siècle, leur formation intellectuelle et la conscience de leurs devoirs caritatifs les rapprochent des médecins dans la lutte contre le malheur et la maladie ; ils doivent jouer, au plus petit échelon local, un rôle essentiel dans la circulation de l’information, puis dans l’intervention quand celle-ci est décidée. La coopération entre les autorités administratives, médicales et religieuses, doit permettre de lutter contre la rareté et la lenteur de l’information, obstacles majeurs au développement d’une bonne administration au xviiie siècle6. En " croisant " les différents rapports, on pourra dresser un tableau complet du pays et des comportements. La SRM demande aussi à ses correspondants des observations fondées sur des relevés réguliers des températures, pression, vents, etc... ; la réalisation en est rendue possible par l’amélioration des instruments de mesure, thermomètre, baromètre, à la qualité desquels la SRM d’une part et les correspondants d’autre part portent une grande attention.

3Un " Avis sur la Correspondance de la Société Royale de Médecine et sur les objets dont cette compagnie est chargée " définit nettement le programme à remplir : " [...] il y a certains travaux auxquels il est possible de se livrer en tout temps. Tels sont, 1°) la description topographique et médicale des différents cantons de la France(*), 2°) l’exposition des maladies endémiques dans une contrée ; 3°) celle des maladies des artisans de toute espèce, 4°) la description des maladies auxquelles les bestiaux sont sujets dans les différentes provinces ou cantons, 5°) les observations météorologiques, 6°) enfin les travaux chimiques relatifs aux eaux minérales, ou autres objets de médecine.

  • 7 A.D. Maine-et-Loire, 4D14.

4(*) C’est proprement pour employer les expressions d’Hippocrate, un Traité de Aëre, acquis et locis d’un canton "7.

  • 8 Il s'agit du docteur Bagot (1756-1831), un des médecins bretons les plus renommés de la fin du xvii (...)
  • 9 Michel FOUCAULT, Naissance de la clinique, Paris, 1963, p. 28. Le questionnaire de la SRM a été éta (...)
  • 10 Archives de la Société Royale de Médecine (désormais abrégé en SRM), 172 dr 23.
  • 11 Les rapports sur les épidémies concernent essentiellement les campagnes.

5L’utilité de ce type d’enquête médicale néohippocratique, qui vise une description exhaustive du pays et cherche en particulier à mettre en relations le cours des saisons et les vicissitudes de la santé des hommes (mais aussi des bêtes), est reconnue de tous : " Il n’est point aujourd’hui de médecin qui n’avoue que, quand on veut donner la description d’une épidémie il est essentiel de la faire précéder de la topographie médicale du lieu où elle a régné [...] car il est certain que les maladies tiennent à la nature et à la disposition physique du sol qu’on habite, à l’air qu’on y respire, à la qualité des aliments et des boissons, aux intempéries des saisons, aux mœurs et à certains préjugés [...] " écrit un médecin de Saint-Brieuc8. Mais la demande de la SRM n’était pas la première du genre ; elle s’inscrit en fait dans une lignée. Avant elle il existe entre autres une enquête, lancée par le duc de Choiseul, concernant la situation sanitaire des troupes et l’état des hôpitaux destinés à les recevoir, peut-être à mettre en relations avec la fin de la guerre de sept ans. Le 28 janvier 1763 Choiseul écrit à Lescalopier, intendant à Tours, pour lui demander de faire établir par les médecins militaires et par ceux de l’hôpital de la Charité un rapport mensuel selon un questionnaire précis, qui est très proche de celui que Vicq d’Azyr formule un peu plus tard pour les médecins correspondants de la SRM. Avec un net esprit de rigueur l’enquête de cette dernière reprend, élargit, systématise le questionnaire ; elle demande des statistiques scientifiquement fondées sur des observations chiffrées qui ne figurent pas dans l’enquête sur les troupes9. Il faut ajouter que les maladies épidémiques étaient devenues une des principales préoccupations des intendants dans l’Ouest atlantique (généralités de Rennes, Tours, Poitiers) depuis qu’elles avaient repris vigueur, vers 1770 ; les commissaires du roi avaient alors mobilisé les énergies d’une partie du corps médical ; médecins et chirurgiens avaient déjà accumulé des données. Donc les réponses à l’enquête de la SRM sont sans doute réalisées partiellement à partir d’une documentation préexistante. C’est certainement le cas de plusieurs rapports dressés par le docteur Linacier, nommé correspondant de la SRM à Chinon en 1776, soit dès l’origine, puisqu’il fait état de différents relevés sur les épidémies qui ont sévi en Chinonais depuis 176610. Deux types de documents sur la situation sanitaire dans les villes sont donc disponibles : les textes issus de l’enquête sur la situation des hôpitaux militaires et ceux, beaucoup plus nombreux, nés de l’enquête, qui se veut exhaustive, rigoureuse et sans cesse réactualisée, de la SRM11.

  • 12 Histoire de la Société royale de médecine année ... avec les Mémoires de Médecine et de Physique Mé (...)

6Les archives de la Société Royale de Médecine renferment encore de nombreuses " topographies médicales ", dont certaines ont été imprimées dans les Mémoires12 de la Société et ont connu une diffusion tandis que la majorité reste inédite ; elles répondaient à un questionnaire préélaboré et présentent en dépit de la diversité de leurs auteurs, une certaine homogénéité, dans les limites de la pratique du temps. Les Mémoires de la Société royale de Médecine publient aussi l’essentiel des relevés météorologiques et ainsi se constitue, malgré leurs défauts, la première vaste enquête météorologique à l’échelon national. Ces médecins s’attachent donc à porter un regard scientifique sur leur ville de résidence qu’ils n’isolent pas de la campagne avoisinante. Comment les perçoivent-ils ? Dans quelle mesure cet esprit d’observation est-il critique ? Ne sert-il pas bien souvent à conforter, et non à détruire, un certain nombre d’idées théoriques acquises ?

  • 13 Mémoires de la SRM année MDCCLXXVI, Paris, 1779, p. 33. Le docteur Gallot, de Saint-Maurice-le-Gira (...)
  • 14 Après une critique qui a prouvé leur validité, les relevés de Linacier ont été utilisés par Jean-Pa (...)
  • 15 SRM, 165 dr 10.

7Pour choisir ses correspondants la SRM a adressé aux intendants de province une lettre circulaire leur demandant de désigner ceux des médecins qui leur paraissaient les plus dignes de cette fonction. Ainsi dès août 1776 (il est parmi les premiers élus puisqu’il est cinquième sur la liste13), un médecin exerçant dans une petite ville de Touraine, le docteur Linacier qui réside à Chinon depuis environ 1761, est-il désigné comme " correspondant régnicole " de la SRM ; l’intendant le connaissait à cause de sa collaboration dans la lutte contre les épidémies. Les archives de la SRM conservent toute la correspondance échangée avec ce médecin, ainsi que ses relevés météorologiques accomplis très consciencieusement14. Comme le souhaite la Société et comme cela paraît indispensable aux médecins du temps, Linacier rédige en plusieurs temps une " topographie médicale " sur la ville où il habite et sur son " plat pays " ; ces écrits n’ont jamais fait l’objet d’une publication et sont restés dans les dossiers de la Société royale de médecine15.

  • 16 SRM, 157 dr 1
  • 17 Brigitte MAILLARD, Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle. Etude d'histoire économique et socia (...)

8A Tours même il n’y a pas de médecin " correspondant " de la Société ; mais un des médecins les plus connus de la ville, le docteur Dupichard est, en octobre 1776, élu " associé régnicole " de la SRM, titre supérieur à celui de " correspondant " ; sans doute est-ce la reconnaissance du travail accompli depuis 1759 comme " médecin employé pour les épidémies " dans la généralité de Tours, chargé de la correspondance avec les médecins de cette circonscription et de la distribution des remèdes suivant un plan qu’il a lui même suggéré à l’intendant Lescalopier et que Du Cluzel a aussi fait suivre. Il a envoyé à la SRM en 1776 un long et dense rapport récapitulatif sur les épidémies ayant régné dans la généralité de Tours depuis 173916. Entre 1770 et 1785, Dupichard a multiplié les interventions, en particulier dans les campagnes pendant la période 1778-178517. Toutefois nous n’avons gardé de lui que les rapports établis à la fin des vagues épidémiques pour justifier les dépenses faites alors ; il ne subsiste de lui aucun texte comparable à une " topographie médicale ", même si quelques indications intéressantes peuvent être relevées dans ses lettres.

  • 18 DUVERGÉ, Observation météorologique..., p. 94-95.
  • 19 Il s'agit de la grande percée nord-sud ouverte dans la ville, dans la vallée du Cher et dans le cot (...)

9Nous disposons cependant d’un texte qui traduit la vision que peut avoir de Tours un médecin, puisqu’à cette même date vit et écrit dans cette ville le docteur Duvergé ; c’est un médecin, venu de Saumur, sans doute en 1760, qui jouit d’une bonne réputation et est membre de la Société d’Agriculture depuis sa fondation. Mais il est âgé – il meurt d’ailleurs en 1780 – et il ne semble plus avoir dans les années 1770 d’activité professionnelle alors qu’il a été médecin de l’hôpital de la Charité et inspecteur des hôpitaux militaires de la généralité de Tours, ce qui lui vaut de toucher une pension royale annuelle de 1 200 lt. Il utilise alors ses loisirs à mettre en forme pour l’impression et donc en vue de la diffusion auprès du public éclairé un Mémoire topographique, physique et médecinal ou traité sur la situation de la ville de Tours, sur la nature de son sol, sur les qualités de l’eau et de l’air, sur la nourriture, le tempérament, le caractère, les maladies de ses habitants, et des troupes qui y sont en garnison, suivi de Observation météorologique et clinique pour l’année 1767, commencé en 1771 et publié à Tours chez Vauquer en 1774, soit deux ans avant la fondation de la Société Royale de Médecine. Ce document ressemble tout à fait aux " topographies médicales " demandées par la SRM ; le titre à lui seul résume fidèlement le contenu de la brochure. Duvergé, adhérant aux idées néohippocratiques du temps, affirme que " les éléments dont nous sommes constitués conservent un rapport constant et immédiat avec les éléments similaires extérieurs [...] les divers états de l’atmosphère influant directement sur notre constitution, l’état actuel de cette atmosphère et des autres causes météorologiques combinées avec l’âge, le tempérament etc., doit être dans toutes les maladies la base et pour ainsi dire la boussole de la méthode curative "18. Le texte a été initialement préparé pour répondre à l’enquête lancée par Choiseul et évoquée dans les lignes précédentes, mais son auteur a souhaité étendre le champ de ses observations à la ville entière où il exerce ses fonctions, en arguant des travaux d’urbanisme en cours et en cherchant aussi, sans l’affirmer expressément, à faire entendre ses avis et conseils pour que soit pris en compte le souci de la santé publique au moment où de vastes travaux de réaménagement de la ville sont entrepris19. Ce texte est dédié à l’intendant Du Cluzel, non seulement par courtoisie et respect des hiérarchies, mais aussi parce que Duvergé connaît toute l’importance du pouvoir de l’intendant dont les recommandations sont le plus souvent adoptées par le Conseil du Roi. Le docteur Duvergé affirme à plusieurs reprises qu’il est inspiré par le souci de " l’utilité publique ", du bien général, de l’avantage du public et il prodigue ainsi de façon parfois directe des conseils aux hommes responsables des transformations dans la ville, considérant qu’en tant qu’hygiéniste le médecin doit intervenir partout où se posent des problèmes sanitaires et, à suivre Duvergé qui jette un regard critique sur la société dans laquelle il vit, ceux de Tours sont nombreux.

  • 20 Michel LAGREE, " Tableau médical de la France de l'Ouest ", Pour l'histoire de la médecine, Rennes, (...)
  • 21 A.D. I.-et-L, 3 E4/485, minutes Hubert, inventaire après décès du docteur Duvergé en date du 17 mar (...)
  • 22 A.D. M.-et-L, 5E69/394, minutes Boret à Saumur.
  • 23 Célestin PORT, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Angers, 187 (...)
  • 24 A.N., Hl/ 1506. Il y expose les caractères, y compris olfactifs, des " bournais ", " perruches ", v (...)

10Duvergé en 1774 et Linacier en 1776 ont donc écrit à peu près à la même date des rapports circonstanciés dus à différentes " commandes ". Il y a donc là une bonne coïncidence chronologique pour ces textes qui ont peu ou prou des buts proches. A travers eux il est possible d’établir dans quelle mesure ils épousent les idées de leur temps et de leur groupe socio-professionnel, mais aussi d’étudier la vision qu’ils ont du monde et de la société dans lesquels ils vivent. Tous deux hommes de la ville, médecins dont la clientèle privée est en ville, ils portent un regard médical sur la ville. Mais ils font partie de ces " classes moyennes à capital culturel "20 qui ne peuvent pas vivre uniquement de leur activité libérale. Ils ont d’autres sources de revenu, qui renforcent en même temps leur position sociale, puisqu’ils sont parfois propriétaires fonciers : Duvergé possède à la fin de sa vie une belle closerie dans la paroisse de Saint-Cyr, dans la banlieue sur la rive droite de la Loire ; en 1780, selon son inventaire après décès, le bâtiment " pour le maître " montre un intérieur confortable qui prouve que le propriétaire y vient bien faire des séjours21. Il est ainsi au sommet de sa fortune ; en effet, d’origine bretonne, – son père, maître J-B Guillon, sieur du Verger, est en 1732 " capitaine et grand-portier " de la ville de Rennes – il s’installe comme chirurgien à Saumur en 1732 grâce à son mariage avec la veuve d’un maître chirurgien dont il peut ainsi occuper la boutique22. C’est le début de son ascension sociale sans doute réalisée en partie grâce à ses trois mariages. En effet, devenu veuf très rapidement, il se remarie sans délai, en août 1736, avec la fille d’un notaire de Saumur ; puis, lors d’un troisième mariage, célébré à Tours en décembre 1742, il épouse la fille d’un officier à la Monnaie de cette ville ; il est encore à cette date qualifié de " chirurgien juré ". Il quitte Saumur, en 1759 ou 1760, pour Tours où il apparaît comme médecin. Il jouit d’une bonne réputation fondée sans doute sur un réel savoir-faire puisque dès 1740 il est considéré comme capable d’opération de " grand exercice "23. Il acquiert une solide aisance : en 1771 il achète sa closerie à Saint-Cyr pour 20 000 lt et il peut dès lors mener la vie d’un véritable bourgeois tourangeau, de celui qui, selon ses propres termes, se rend dans " sa maison de campagne toutes les veilles de Fêtes et Dimanches ". Sa curiosité intellectuelle est éclectique et suit la mode agronomique puisqu’il est dès sa fondation membre de la Société Royale d’Agriculture devant laquelle il présente un très détaillé rapport d’analyse des terres de Touraine24.

  • 25 Comme le montrent les signatures des différents actes contenus dans les registres paroissiaux de ce (...)
  • 26 A.D. I.-et-L, H 56. Il s'agit du fief et seigneurie du Petit-Bourgueil dépendant de l'Aumônerie de (...)
  • 27 SRM 165 dr 10. Il a fait l'analyse des eaux de différentes sources thermales de Touraine, comme cel (...)
  • 28 Raoul MERCIER, Le monde médical de Touraine sous la Révolution, Tours, 1936, p. 394.
  • 29 Dans les résumés mensuels de l'état médical des régions que publie la SRM, les " suites de couches (...)

11Le docteur Pierre-François Linacier (1736-1810) est, quant à lui, issu d’un milieu rural et plus " médiocre ", mais c’est celui de la paysannerie aisée puisque son père est fermier du prieuré de Couziers, paroisse aux confins de l’Anjou, du Poitou et de la Touraine ; sa famille, originaire de Fontevraud, comprend des marchands, des petits hommes de loi et de riches paysans25. Il s’installe à Chinon vers 1760 mais encore en 1780 il signe, à la suite du décès de son père, un bail d’une petite seigneurie en co-location26. Il conquiert peu à peu une certaine notoriété : nommé médecin de l’hôtel-Dieu il a le droit d’y visiter les pauvres pendant quatre mois de l’année, puis il reçoit le titre de " médecin du Roi " et enfin, en 1776, il devient correspondant de la SRM. Il n’est pas étonnant qu’il soit aussi nommé médecin intendant de différentes sources thermales, en Poitou et en Anjou27 ; il en fait l’analyse ainsi que le souhaitait Vicq d’Azyr pour toutes les " eaux thermales " dont la mode se répand en France. En février 1789 il présente, en compagnie d’un collègue, le cahier de doléances des médecins de Chinon, qui reprend les idées largement exprimées par les médecins dans la seconde moitié du siècle : le souci de " la salubrité de l’air ", la nécessité de secourir les plus miséreux...28. Linacier ne semble pas avoir concouru pour l’obtention d’un des prix décernés chaque année par la SRM mais sa " topographie " de Chinon est lue devant les membres de la Société à la séance du 3 décembre 1776 et il se fait remarquer par la régularité avec laquelle il envoie les relevés climatologiques et les rapports sur les maladies qui ont " régné " dans le Chinonais ; le résumé en est publié dans les Mémoires de la SRM. Ses rapports laissent entrevoir un véritable esprit scientifique capable de critiquer les instruments de mesure à sa disposition et ils exposent les principes de sa pratique médicale : il est favorable à l’inoculation, prêche sans cesse les vertus de l’air en mouvement et donc pur ; il partage ainsi par exemple les convictions de Chevreul dans les soins à donner aux varioleux ; il porte aussi une attention privilégiée à quelques catégories, plus fragiles, de la population : femmes en couches29, nourrissons, enfants en bas âge ; il fournit des exemples précis des actions qu’il a entreprises pour en améliorer l’existence : lutte contre l’usage du maillot, contre certaines pratiques des nourrices, contre la saleté et la pollution des eaux...

12Ainsi chez ces deux hommes qu’une génération sépare, l’attention portée à la vie et aux populations s’appuie sur une longue expérience médicale et une connaissance fondée sur les observations menées pendant les années de pratique, en particulier dans les hôpitaux ; ils ont pu y constater les effets de la misère plus facilement que dans leur clientèle privée composée d’individus aisés et capables de payer les honoraires demandés. Ce sont donc des hommes de la pratique mais aussi de l’écrit. Ils veulent participer au développement des connaissances théoriques et le réseau de correspondance établi par la SRM peut répondre à un réel besoin de communication. Linacier évoque même les échanges épistolaires à l’intérieur d’un petit groupe de médecins locaux, résidant en bas Poitou et Anjou oriental, dans une lettre datée du 4 octobre 1777 où l’on sent bien les effets de l’isolement intellectuel dont il souffre : " Nous sommes si éloignés du centre que cela nous prive de bien des connaissances qui en ranimant notre zèle le soutiendraient avec plus d’activité ". Il est plus difficile de savoir ce que la SRM a réellement apporté à ses correspondants dont on ignore s’ils recevaient ses Mémoires.

  • 30 Pour étudier le regard des médecins sur leurs contemporains on peut aussi utiliser les différents r (...)
  • 31 Ainsi Linacier a quitté Chinon pour soigner deux malades dans un château du Poitou où il a passé qu (...)

13Ces deux médecins font vraiment partie des élites urbaines30 : en effet, la répartition géographique des médecins au xviiie siècle, en Touraine ou en Anjou comme dans toute la France, est marquée par une très forte concentration de l’élite du corps médical, médecins et chirurgiens de première catégorie, dans les villes tandis que bourgs et campagnes accueillent les chirurgiens de moindres qualité et renom, de " petite expérience ", ainsi que les matrones. De plus les premiers s’occupent, tels Linacier et Duvergé, d’institutions établies elles aussi uniquement en ville, les hôpitaux. Il est donc parfaitement logique que les rapports rédigés par les médecins prennent pour objet la ville et son plat pays immédiat, tandis que la connaissance qu’ils peuvent avoir des zones les plus reculées est nécessairement imparfaite. Ces médecins hésitent à faire des déplacements longs et fatigants, sauf s’ils sont invités à venir soigner un malade aisé et à résider dans un château31 ou s’ils agissent sur ordre de l’intendant dans le cas d’une maladie épidémique.

  • 32 Tours est beaucoup moins " médicalisée "que ses voisines ligériennes : en 1787 elle compte 6 médeci (...)
  • 33 Administrativement située dans le sud de la Touraine mais en Poitou historiquement, la ville de Mir (...)

14Cette élite urbaine donne une dimension scientifique à une société tourangelle peu ouverte aux activités intellectuelles. La capitale de la vaste généralité de Tours (qui regroupe Anjou, Maine et Touraine) n’est pas animée d’une grande sociabilité intellectuelle ; elle n’est pas dotée d’une académie provinciale ; la seule société savante notable qui y vive quelques années dans la seconde moitié du xviiie siècle est la Société d’Agriculture fondée dès 1761, soit juste après celle de Rennes qui fut la première en France, sans doute à l’initiative d’un Angevin, le marquis de Turbilly. La ville n’a ni université, ni faculté de médecine, au contraire de ses voisines, Poitiers, Orléans ou Angers. Le seul enseignement scientifique spécialisé est donné au collège de chirurgie établi dans la ville en 1766 et dont l’enseignement semble être de bon niveau. Selon l’Almanach de Touraine en 1762, à Tours exercent 7 médecins, dont Duvergé et Dupichard, et 22 chirurgiens32. Dans la province33, en dehors des médecins qui sont tous domiciliés en ville, quelques individus font l’objet d’appréciations louangeuses dans les rapports sur le corps médical à cette période ; même si aucun n’atteint la notoriété de Chevreul à Angers, ce sont tous des chirurgiens : à Tours Bobierre chargé des cours d’accouchement au collège de chirurgie, près de Loches Bretonneau, père de Pierre Fidèle Bretonneau, et enfin à Chinon Challuau habile à opérer les hernies et dont Linacier apprécie les talents.

  • 34 Le souvenir de cette personnalité est resté vivant au xixe siècle dans le monde médical tourangeau  (...)
  • 35 Le nom de son auteur a été retenu surtout grâce à ses travaux de botaniste, qui ne sont d'ailleurs (...)
  • 36 En 1781, dans les limites administratives du temps, Tours compte environ 21 500 habitants et Chinon (...)

15Les deux textes étudiés présentent des différences formelles : celui de Duvergé est plus long, plus " composé ", plus littéraire parce que destiné à l’impression ; il a sans doute connu une diffusion importante34. La " topographie médicale " de Linacier est plus brève et beaucoup moins élaborée car elle a été rédigée rapidement, dans les quelques semaines qui ont suivi sa nomination35. Les deux textes observent à peu près le même plan qui répond au schéma tracé initialement, mais ils sont organisés différemment : situation géodésique et géographique de la ville, description des conditions climatiques qui insistent sur les orientations prises par la circulation de l’air et des vents, descriptions des eaux, enfin conditions d’existence des habitants. Linacier traite rapidement les deux premières parties pour exposer de façon détaillée, après avoir conclu que la situation de Chinon est salubre, le mode de vie des habitants, tandis que Duvergé s’étend longuement sur l’air et l’eau, d’abord d’un point de vue théorique très imprégné " d’aérisme ", où il expose non sans quelque pédanterie ses connaissances scientifiques, puis du point de vue propre à Tours ; il poursuit en suggérant les voies de l’amélioration de l’alimentation de la ville en eau saine. Tous deux consacrent une longue partie à l’étude des réalités de la " vie quotidienne " des habitants qu’ils répartissent en différentes " classes " ou catégories. Duvergé se consacre presque uniquement à l’étude de la ville et n’aborde celle du " plat pays " proche qu’en fonction des intérêts de la ville. Linacier porte son regard autant sur la ville de Chinon, de taille beaucoup plus réduite que celle de Tours36, que sur la campagne car il est difficile de distinguer où s’achève la ville et où commence la campagne et il disserte peu sur la nature ou les qualités de l’air, de l’eau ; il décrit beaucoup plus longuement les habitudes et les activités des habitants ainsi que les actions qu’il a pu entreprendre. Duvergé, lui, s’étend sur les aspects théoriques ; on retrouve dans ses analyses de l’air et de l’eau toutes les idées des savants du temps ; mais il établit un programme ambitieux pour l’approvisionnement en eau de Tours. Les deux regards sont différents ; peut-être est-ce une question de formation, de génération, mais aussi d’activité, de clientèle : Linacier est plus jeune, encore en activité et vit dans une petite ville très rurale.

  • 37 Olivier FAURE, Les Français et leur médecine au xixe siècle, Paris, 1993, p. 93.
  • 38 Au xviiie siècle, pour faire passer la nouvelle route d'Espagne, il fallut pratiquer dans le coteau (...)

16Par leur situation et leur site que les deux auteurs veulent décrire de façon objective, les deux villes présentent des caractères communs : placées à très peu de chose près aux mêmes longitude et latitude, elles sont bâties toutes deux non sur des hauteurs balayées par des vents du nord et ainsi mises à l’abri des miasmes, mais dans une vallée délimitée sur une grande longueur par des coteaux élevés, en particulier sur la rive septentrionale, qui les isolent des effets salubres des vents du nord37. Les deux villes sont allongées le long de l’eau, mais dans les deux cas sur une seule rive, même si des faubourgs s’étendent sur l’autre rive du cours d’eau. Les deux agglomérations sont exposées à des inondations, souvent très graves, qui en se retirant, laissent dans les " varennes " de Tours ou les marais de la Vienne des eaux stagnantes dont la disparition est lente. Certains traits cependant font que Tours est dans une situation plus malsaine et plus exposée aux miasmes et aux " exhalaisons putrides " : si Chinon s’étage sur le flanc du coteau en descendant jusqu’au bord de la rivière et se trouve, malgré l’absence de quais, presque à l’abri des effets directs des crues, ce qui n’est pas le cas de ses faubourgs, Tours s’étale dans les zones basses de la vallée entre la Loire et le Cher qui sont très proches à cet endroit, si bien qu’elle est directement exposée aux effets des crues des deux cours d’eau, dont ne la défendent que ses murailles. A Tours le coteau septentrional se dresse de façon abrupte et continue38 tandis que celui de Chinon laisse passer grâce à " quelques vallons [...] des courants d’air qui entraînent une partie des exhalaisons sur la côte opposée où l’on observe aussi de très larges vallons qui se perdent dans de vastes plaines ".

17Linacier, qui parcourt sans doute davantage le pays, mêle dans son texte la description de la topographie, de la pédologie et du paysage tel qu’il résulte de l’action des hommes. La couverture végétale joue, selon lui, un grand rôle dans la constitution de l’air et il insiste sur la présence d’arbres en opposant pays " couvert ", c’est-à-dire de bocage, et pays non couvert, ce dernier étant plus sain parce que les vents n’y rencontrent pas d’obstacles et qu’il ne contient aucun de ces petits fossés, si nombreux ailleurs, où stagne l’eau et où pourrissent des débris et des végétaux. En outre il ne donne aucune évocation précise de la ville même, sauf lorsqu’il décrit les " caves " où logent certains des habitants des deuxième et troisième classes, mais il dresse un tableau pittoresque et favorable d’une campagne soigneusement cultivée, où prospèrent des cultures remarquables par leur diversité et leurs débouchés maritimes : " On cultive partout le seigle, l’orge, les pois de toute espèce, le blé de Turquie, le sarazin, les lentilles, les fèves, les pommes de terre, les citrouilles et malgré que le terrain ne paraisse qu’un sable allié à une toute petite quantité de terre, le cultivateur est suffisamment dédommagé de ses travaux, surtout depuis que les engrais lui ont été plus faciles à acquérir à raison de la cavalerie qui depuis bien des années en fournit abondamment le pays. Tout le terrain léger est couvert d’amandiers, de cerisiers, de pêchers et dans quelques cantons de pruniers de Sainte-Catherine, de poiriers et pommiers des meilleurs espèces. On y (sic) voit que très peu de noyers, quelques cormiers et quelques néfliers ".

  • 39 Jacques GU1LLERME, " Le malsain et l'économie de la nature ", xviiie siècle, n° 9, 1977, p. 63.

18Duvergé décrit peu les paysages des varennes de Tours en eux-mêmes, mais note la présence de potagers qui s’étendent au pied des murs de la ville et où on déverse les gadoues, usage qu’il critique violemment. Par contre il partage avec d’autres l’idée que la présence d’arbres ou de jardins, comme le " mail " dont sont si fiers les Tourangeaux et qui ne se finit plus " ridiculement " par un mur mais par une " superbe demi-lune ", est un facteur d’embellissement et il déplore implicitement que la vue qui s’étend du haut des remparts soit gâchée par la présence des eaux stagnantes où flottent des immondices. Il est plus sensible à l’existence d’îles, donc à l’intrication entre terre et eau, et aux conditions topographiques qui entraînent l’immobilité des eaux, à l’origine d’une pernicieuse humidité ambiante permanente ; il dénonce les activités humaines qui aggravent les conséquences négatives de cette situation par " l’amas de toutes les matières dont la ville s’exhausse perpétuellement " ; le travail humain est ici perçu comme un facteur redoutable de production d’immondices, d’ordures dont la putréfaction contribue à la souillure de l’atmosphère39 par les " exhalaisons " qui " émanent de la décomposition de ces substances végétales ou animales " ; l’infection vient toujours du sol. Ce terme d’exhalaison revient sans cesse sous la plume de Duvergé et est toujours connoté négativement, même quand il n’est pas accompagné de qualificatif comme " putride " ou " pernicieuse ". Linacier attache peu d’importance à la qualité de l’air ou aux odeurs de la ville car même s’il existe " une vaste étendue de marais situés d’ailleurs plus en dessous qu’au dessus de notre ville [...] les courants d’air enlèvent très promptement les exhalaisons " ; il ne signale d’ailleurs pas du tout que la région est exposée à des vents dominants d’ouest, car pour lui, seuls sont salubres les vents du nord dont il déplore qu’ils soient bloqués par le relief. Il émet même quelques doutes sérieux sur les conséquences que peut avoir l’humidité sur la santé et la constitution physique des habitants.

  • 40 Alain CORBIN, Le miasme et la jonquille. L'odorat et l'imaginaire social. xviiie-xixe siècles, Pari (...)

19Apprécier les qualités de l’air est encore plus difficile car les possibilités d’analyse n’existent pas ; on s’en remet donc au " meilleur analyste des qualités de l’air ", l’odorat, cet " odorat-sentinelle " qui permet de détecter les dangers que recèle l’atmosphère40 ; l’odeur qui se dégage de certaines " tranchées " où stagne l’eau est " marécageuse, désagréable et conséquemment pernicieuse ". La propreté doit assurer à l’air " cette pureté et cette fluidité si utiles à la conservation de ceux qui le respirent " ; et Duvergé de donner en exemple aux Tourangeaux les peuples du Nord, Hollandais et Flamands moins " attachés à l’ornement de leurs personnes " qu’à la propreté de leurs maisons et de leurs villes. Duvergé a deux obsessions, l’air pur et l’eau pure ; l’eau peut corrompre l’atmosphère par des " exhalaisons putrides " mais aussi " laver " l’air quand elle revêt une de ses qualités fondamentales, c’est-à-dire la mobilité. Pour l’eau comme pour l’air, pureté et mouvement sont associés, tout comme le sont miasmes et stagnation.

  • 41 Jean-Pierre GOUBERT, La conquête de l'eau, Paris, 1986, p. 42.
  • 42 Georges VIGARELLO, Le propre et le sale, Paris, 1985 (2ème édition), p. 125.
  • 43 Claire MASSOTTE, Tours Histoire d'eau au xviiie siècle, Tours, Mémoire de maîtrise, 1991.

20L’alimentation en eau de la ville de Chinon ne retient pas longtemps l’attention de Linacier car il considère l’eau de la Vienne comme très bonne d’après les critères traditionnels, tout en déplorant que les habitants fassent usage, par facilité, d’eau de puits. L’analyse que fait Duvergé de l’eau à Tours est beaucoup plus élaborée, même si elle ne revêt aucune originalité par rapport à d’autres textes écrits à la même époque. Il a assimilé les " idées physico-médicinales " sur la nature de l’eau ; mais comment en apprécier la qualité si ce n’est de manière empirique, par le goût, l’odeur...41 ? Il a fait les différentes analyses qui lui ont permis de qualifier les " matières " et les sels dont l’eau peut être chargée. Il en présente les différents caractères ; ainsi, pour lui, " l’eau froide appliquée extérieurement est astreignante et répercussive [...], tiède elle est émolliente, relâchante, intruisive " ; l’eau est donc bien cette substance active qui agit sur le corps dans lequel elle pénètre42. Duvergé définit les caractéristiques de la meilleure eau " dont on fait usage pour la boisson " qui est essentielle dans la " machine animale " pour la digestion, la circulation du sang : elle est " la plus légère, la plus claire, la plus limpide, sans goût, sans odeur ", elle doit faire mousser le savon, permettre la cuisson aisée des légumes, ne donner aucune dermatose. Encore meilleure est l’eau qui bouge, qui coule sur du sable ou des graviers, " dans laquelle il ne croît ni joncs, ni mousse, ni plantes aquatiques " : elle " ne peut être appelée mauvaise " ; ces critères du mouvement, de la limpidité... n’ont d’ailleurs rien de bien original. Il en tire quelques jugements sur les eaux disponibles à Tours et sur les habitudes de consommation développées dans le public. Il remet complètement en cause le système d’approvisionnement en eau de Tours, alimentée depuis le xvie siècle par les eaux d’une source captée à Chambray, sur la rive gauche du Cher et transportée jusqu’aux fontaines urbaines par un réseau de canalisations de terre cuite, dont une partie passe sous le cours du Cher43 ; système coûteux mais surtout néfaste puisqu’il empêche la ville de disposer de la meilleure eau possible, celle de la Loire. Duvergé propose donc d’établir dans les faubourgs de Saint-Pierre-des-Corps une pompe permettant de distribuer l’eau dans la ville ; s’il choisit une zone située en amont de la ville ce n’est pas parce que l’eau n’y a pas été polluée par le passage dans la ville mais pour des raisons orographiques : la pente doit permettre un meilleur écoulement de l’eau. Pas plus Duvergé que Linacier n’évoque les questions d’hygiène corporelle ou du lessivage du linge, ni même les problèmes d’évacuation des déjections humaines, alors que ces préoccupations sont très présentes à l’époque dans les règlements pris alors par le lieutenant de police ; l’eau n’est pas perçue comme source de propreté individuelle ; seul apparaît le souci du nettoiement des lieux publics. Il ne pénètre pas non plus dans les maisons pour envisager les conditions domestiques de la vie, si ce n’est qu’il note à nouveau les problèmes de l’air vicié : " Toute la famille couche, mange dans un seul et même endroit où règne la plus grande malpropreté : il résulte de là qu’ils ne peuvent respirer qu’un air impur et mal-sain ".

  • 44 DUVERGÉ, Mémoire topograpbique..., p. 60-61.
  • 45 Richard ETLIN, " L'air dans l'urbanisme des Lumières ", xviiie siècle, n° 9, 1977, p. 125.
  • 46 Jean-Louis HAROUEL, L'embellissement des villes. L'urbanisme français au xviiie siècle, Paris, 1993 (...)

21Duvergé expose pour la ville une thérapeutique que seule " une police des plus rigoureuses [peut] assurer ". Il propose de paver et laver les rues, de drainer ; paver pour empêcher la remontée des émanations chthoniennes qui ne peuvent être que néfastes ; il faut aussi interdire les inhumations dans les églises et déplacer les cimetières : l’intérieur de la terre est le lieu et le symbole de la mort ; il faut isoler la ville, lieu de la vie, du cimetière, lieu de la mort. Selon lui, dans les églises ou les cimetières " les vapeurs cadavéreuses et concentrées sont pour les vivants un principe de mort " ; renversant ainsi le jugement traditionnel il reprend l’idée que c’est par une habitude contraire [...] au respect qu’on doit à la divinité " et même que c’est" profaner l’Eglise "44 que d’enterrer dans les églises. Laver, parce que laver les rues c’est aussi laver l’air et absorber les odeurs. Duvergé insiste sur l’importance de la qualité de l’eau car l’action humaine sur celle de l’air ne peut être qu’indirecte. Néanmoins il n’oublie pas la nécessité de ventiler la ville : il approuve les projets urbanistiques des intendants qui permettront certes " l’embellissement " de la ville, mais aussi faciliteront la ventilation45, que les conditions du relief rendent difficiles, grâce au redressement du tracé des rues, à la régularisation et à l’aplatissement des façades46 ; il s’agit tout spécialement ici des travaux réalisés à cette date dans la rue principale qui ouvre la ville en ligne droite du nord au sud. Il partage ainsi les idées des urbanistes du temps qui refusent l’irrégulier et le non symétrique. Mais l’amélioration de la circulation de l’air dans la ville aggravera les conditions d’existence si cet air n’est pas purifié, c’est-à-dire débarrassé des exhalaisons putrides issues des ordures et excréments qui s’accumulent dans les rues dont le nettoiement devient un principe de vie.

22Paver, laver, mais aussi drainer. La ville est entourée d’eau ; au nord, les eaux de la Loire circulent et sont claires, par conséquent Duvergé n’en met pas en cause la qualité et il ne dénonce pas l’usage que font du fleuve les corps de métiers (bouchers, tanneurs...) qui le transforment en égout ; sur les trois autres côtés du quadrilatère allongé que forme la ville, par suite des conditions de relief mais aussi de l’action de l’homme, les eaux stagnantes sont nombreuses dans les zones basses de la vallée du Cher à cause des tranchées creusées pour la construction de la levée du Cher, dans le petit canal qui sert d’égout à l’hôpital de la Charité, si opportunément surnommé " le patouilleau "... Dans la plaine du Cher où le spectacle des fossés remplis de matières en décomposition tranche avec la beauté de la nouvelle " entrée " de la ville sur la route d’Espagne, un drainage réalisé par un quadrillage de canaux devrait permettre l’évacuation des eaux dans la Loire par un point situé en aval de la ville ; mais cette localisation du débouché fixé par Duvergé s’explique par l’existence ancienne d’une bonde d’égout et non par la volonté de ne pas polluer l’eau puisée en amont par les habitants.

23Dans la ville la principale industrie, la manufacture de soie, d’ailleurs bien peu vivante à cette date, n’est pas polluante, si ce n’est à cause du travail des teinturiers, et il n’y existe que les activités nécessaires à la vie d’une agglomération forte d’environ 20 000 habitants, la tannerie jadis vivante ayant beaucoup décliné. Si Duvergé critique quelques activités polluantes, comme celle des amidonniers, qu’il convient à son sens de faire cesser définitivement, ce n’est pas pour défendre la qualité de l’eau mais celle de l’air en faisant disparaître les odeurs qui " rendent l’air malsain et l’infectent dans l’étendue de plus d’une lieue à la ronde " ; il ne définit pas le seuil à partir duquel les odeurs deviennent intolérables, peut-être les odeurs ordinaires sont-elles perçues ainsi sans que de gros changements se soient produits. Plus encore, il faut empêcher la distribution dans la ville du lait et des viandes qui, issus des animaux élevés par ces amidonniers grâce aux " dégrès " de leur activité, ne peuvent qu’être malsains et de mauvaise conservation, comme en témoigne l’odeur " putride " ou " insupportable " qui s’en dégage rapidement. Les sous-produits de l’industrie sont ici considérés au même titre que des détritus.

  • 47 DUVERGÉ, op. cit., p. 46.
  • 48 François LEBRUN, " Les Lavallois au début du xixe siècle ", Revue de la Mayenne, 1981, p. 290. En 1 (...)

24Duvergé se montre ainsi soucieux de la santé du corps social de la ville. La ville, c’est aussi ses habitants. Duvergé et plus encore Linacier s’attachent à analyser les points qui permettent de comprendre, pour éventuellement les modifier, les conditions et les modes de vie de leurs concitoyens ; Linacier considère d’ailleurs globalement les citadins et les ruraux. Le jugement que Duvergé porte sur les Tourangeaux ne se démarque en rien de ceux que l’on peut trouver sous d’autres plumes et que leur répétition élève au rang de topos : " Les moeurs des habitants sont douces ; ils ne trouvent de bonheur que dans la tranquillité de la vie privée ; l’exercice et le mouvement leur seroient cependant nécessaires, tant à cause de l’air épais que l’on respire à Tours, qu’à cause de la nourriture, du régime et de la façon de vivre qu’on y observe ; mais ils ne désirent que le repos [...]. On accuse le Tourangeau de n’être pas laborieux ; il est vrai qu’il n’est pas actif ni entreprenant, mais il travaille avec soin et assiduité ". Mais Duvergé fournit une explication scientifique : une " atmosphère humide, peu de ressort et d’élasticité dans les vaisseaux, et conséquemment une circulation lente, un sang épais, un tempérament mou et pituiteux "47. Ces expressions évoquent celles du contrôleur des finances Harvoin qui à la même époque, évoque " le sommeil léthargique dans lequel [les Tourangeaux] sont accroupis et qui a pour eux un charme inexprimable "... Ces appréciations n’ont rien d’original, elles se retrouvent dans des " topographies médicales " concernant d’autres habitants de la généralité de Tours : ainsi les Lavallois du début du xixe siècle48.

  • 49 Linacier y ajoute une troisième catégorie qu'il appelle " les artisans occupés des travaux de la te (...)
  • 50 C'est-à-dire un teint clair ; le teint " basané " est considéré comme signe de mauvaise santé.

25Quand Duvergé et Linacier analysent la société urbaine au milieu de laquelle ils vivent et travaillent, tous deux la répartissent en deux catégories49 ; la moins nombreuse est constituée de ceux qui peuvent vivre sans souci et profiter des douceurs de la vie comme ces Tourangeaux pour qui les plaisirs – et les excès – de la table sont un des buts de l’existence et qui ne pensent qu’à se rendre toutes les veilles de fête et dimanche dans leurs maisons de campagne ; Duvergé dénonce ainsi les habitudes de vie des " plus aisés (qui) sont bien logés, proprement entretenus et se nourrissent très-bien ", encore que si " le plaisir de la table est le plaisir favori de nos citoyens " ils commettent bien des abus par " le fréquent usage des ragoûts, qui fournissent au sang trop d’acreté, au lieu d’y porter un chyle nourricier, doux, bienfaisant et balsamique " et ils consomment des vins trop lourds ; leurs problèmes de santé viennent donc de condamnables habitudes alimentaires et d’une mauvaise adaptation aux conditions offertes par la nature. Linacier décrit la même absence d’activité soutenue pour les Chinonais aisés : " ils sont généralement sobres, assez bien constitués dans les deux sexes, d’une stature un peu plus grande, d’un beau teint50. On remarque en général peu d’activité dans leur vie si ce n’est lors de leur séjour à la campagne ".

  • 51 DUVERGÉ, op. cit., p. 83-84.
  • 52 Duvergé ajoute que bien plus mauvais sont les vins que vendent les négociants qui les trafiquent en (...)

26Mais dès qu’ils abordent les conditions d’existence du second groupe, celui des pauvres, le ton, en particulier celui de Duvergé, est plus mordant et les conceptions exprimées s’alignent tout à fait sur celles des philanthropes, que sans doute il a lus. " L’artisan, l’ouvrier en soie, et les pauvres habitans " cumulent les facteurs propices au développement des " maladies populaires " : mauvaise nourriture, logement insalubre, malpropreté, inactivité. Les pauvres n’ont que leur force de travail comme richesse ; or " tout homme qui travaille doit vivre de son salaire, et lorsque cette loi si juste n’est pas observée, il en résulte une foule d’inconvénients inévitables, tel que le défaut de population dans le peuple qui craint avec raison une famille trop nombreuse, le libertinage toujours stérile et plus dangereux à l’Etat que le fer de ses ennemis, un peuple faible et sans vigueur, un peuple languissant [...] enfin des enfants encore plus faibles. Ce sont les désordres que produit infailliblement dans ceux que les sentiments éloignent de la mendicité, la nécessité d’un travail soutenu, mais ingrat, dont le salaire ne peut pas fournir avec le vêtement une nourriture saine et suffisante pour réparer ses forces. Telle est la situation du commun, ou d’une bonne partie de la Ville de Tours "51. En effet, les difficultés de la manufacture de soie sont telles que malgré le travail des femmes et des enfants les familles ne peuvent subsister, et " c’est un abus " ; cette affirmation est " le cri de la justice et de l’humanité " et il ne veut pas le taire... C’est donc plus des difficultés économiques de la ville que des facteurs d’insalubrité que sont issus les principaux problèmes de santé publique ; ces derniers n’ont de graves conséquences qu’en raison des conditions d’existence du peuple. Duvergé se démarque des idées communément exprimées sur les paysans et les citadins : sa sympathie va plutôt à ceux-ci, sur lesquels il porte un jugement moral sévère mais dont il comprend et excuse certains comportements. Par contre les paysans sont définis, pour leur part, comme " fort grossiers et attachés à leurs anciens usages, qui la plupart sont très préjudiciables aux progrès de l’agriculture [...] il y a lieu de croire que des gens de cette espèce n’ont pas plus d’intelligence " pour employer des animaux vigoureux, mais coûteux, que pour préparer les semences, faire de bons labours ; ils se laissent mener par la " routine ". " L’inhabileté des laboureurs " contribue avec l’humidité de l’air à fournir des grains qui, le plus souvent, donnent un mauvais pain ; il leur est, de plus, reproché d’élever des animaux dont la viande a, au mieux, un " goût fade ", quand elle n’est pas atteinte de maladies parce que la nourriture de ces bestiaux n’est pas saine ; il faut encore ajouter qu’ils produisent dans les varennes des légumes " ordinairement insipides " parce que cultivés dans un sol trop arrosé. Enfin même le vin n’échappe pas à la critique : " fort épais et chargé d’une quantité de tartre qui en fait une liqueur fort difficile à passer ", il charge l’estomac et " engorge les vaisseaux "... parce qu’il est mal fait52. Si Duvergé est capable d’analyser les raisons structurelles de certains comportements du peuple de la ville, il fait preuve d’une grande partialité dans le jugement qu’il porte sur les manières de faire des paysans, alors que, membre de la Société d’Agriculture, il devrait mieux connaître les réalités du monde paysan.

  • 53 La même critique se trouve sous la plume de Duvergé qui parle de " corps de baleine trop durs [...] (...)

27L’attitude de Linacier est plus ouverte et son regard plus indulgent ; il oppose lui aussi paysans et citadins mais sa sympathie va vers les premiers ; peut-être est-ce la connaissance réelle qu’il a du monde paysan dont il est issu qui lui permet de porter un jugement plus nuancé : il pense que la " population trop nombreuse dans cette première classe en diminue bien l’aisance ". Il note les efforts exigés des paysans dès leur plus jeune âge, qui ne sont pas sans conséquences sur leur constitution physique et leurs problèmes de santé, alors qu’il regarde d’un œil plus critique les citadins, mieux nourris et mieux vêtus, dont l’ardeur au travail n’est pas des plus remarquables et qu’il accuse même d’une certaine " débauche ". L’intérêt que porte Linacier aux enfants, quelle que soit leur origine, permet de l’inscrire vraiment dans la lignée des " médecins des lumières " : il juge comme un " devoir naturel " pour les mères d’allaiter leurs enfants, il s’attache à dénoncer les méthodes des nourrices qui gorgent les nourrissons d’une bouillie à base de farine, d’huile et d’eau ou de lait ; il critique l’usage des " corps baleinés "53 qui déforment les corps sous prétexte de les redresser, la mise au travail trop précoce des petits paysans. L’enfance n’a pas à être trop contrainte et elle ne doit pas peser sur l’âge adulte par les conséquences physiques de pratiques traditionnelles mais néfastes. Ainsi selon lui la fréquence des hernies, qui est un trait spécifique de la population de Chinon et de son plat pays, n’est pas due à un " air trop humide [provoquant] un relâchement général de la fibre " mais bien à " une première éducation des plus vicieuses ". Dans la description des maladies infantiles il note des symptômes originaux comme la tristesse des enfants malades, l’absence du rire ou du goût de jouer, les fréquents cauchemars... Il se déclare aussi partisan déterminé de l’inoculation et prêt à la pratiquer, mais laisse sous-entendre que les oppositions à cette pratique sont violentes.

  • 54 Jacques LEONARD, Archives du corps. La santé au xixe siècle, Rennes, 1986, p. 13

28A partir de la vision qu’ont ces médecins des maux dont souffrent les habitants des contrées qu’ils décrivent dans leurs caractères physiques et climatiques et du diagnostic posé, ils établissent les éléments d’une politique d’hygiène publique au service de toute la société quand ils prônent des mesures de lutte contre la saleté et pour la pureté de l’air et des eaux, bien qu’ils ne disposent pas des moyens politiques nécessaires à leur réalisation. Mais au delà de l’application dans le domaine qui est le leur, des théories néo-hippocratiques qu’ils ont apprises pendant leurs études, ils sont capables d’émettre des jugements sévères sur la société dans laquelle ils vivent, sans toutefois évidemment la remettre en question. Ces médecins, hommes de science destinés à soigner et à secourir à défaut de guérir, s’intéressent aux conditions d’existence de leurs concitoyens et portent un regard critique sur la société de leur temps, s’inscrivant ainsi dans le courant plus vaste des Lumières, de la charité laïcisée, de la philanthropie quand ils dénoncent les conditions d’existence faites aux pauvres et quand ils énoncent les obligations de la société à l’égard de ces derniers. Il apparaît bien que le médecin est de plus en plus employé comme un expert pour observer, corriger, améliorer le corps social54. Ces écrits constituent aussi des témoignages sur la pénétration des idées philosophiques et scientifiques des Lumières et sur leur réception dans des provinces peu ouvertes aux nouveautés, et par conséquent sur les moyens de leur diffusion. Malgré quelques traits qui les personnalisent, c’est par leur banalité même que ces textes sont instructifs car ils sont la preuve que ces idées correspondent à une sensibilité largement répandue.

Notes

1 François LEBRUN, Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris/La Haye, 1971, chapitre VI.

2 Jean MEYER, " Une enquête de l'Académie de Médecine sur les épidémies 1774-1794 ", Annales ESC, 1966, n° 4, p. 729.

3 Daniel ROCHE, Les Républicains des Lettres, Paris, 1988, p. 308.

4 Les résultats de l'enquête lancée par le Contrôleur Général Bertin en 1762 et menée dans ce cas jusqu'au bout, ont été conservés pour la généralité de Tours. Ce " tableau de la généralité de Tours entre 1762 et 1766 " est appuyé sur un solide appareil statistique (cf. A.D. Indre-et-Loire C 336), mais si les hôpitaux y sont présentés de façon précise, rien n'y est dit sur le corps médical. A la fin du siècle les enquêtes sur le corps médical se multiplient et fournissent des appréciations sur le niveau de réussite de ce groupe.

5 Marie-Noëlle BOURGUET, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l'époque napoléonienne, Paris, 1989 (2e éd.), p. 40.

6 Il est à remarquer aussi que le coût financier de fonctionnement est faible puisque l'action des curés n'est pas rémunérée et que celle des médecins ne l'est que lors d'intervention en temps d'épidémie.

7 A.D. Maine-et-Loire, 4D14.

8 Il s'agit du docteur Bagot (1756-1831), un des médecins bretons les plus renommés de la fin du xviiie siècle (cf. Jean-Pierre GOUBERT, Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Paris, 1974, p. 176-177).

9 Michel FOUCAULT, Naissance de la clinique, Paris, 1963, p. 28. Le questionnaire de la SRM a été établi par Hautersieck, selon quatre thèmes à développer.

10 Archives de la Société Royale de Médecine (désormais abrégé en SRM), 172 dr 23.

11 Les rapports sur les épidémies concernent essentiellement les campagnes.

12 Histoire de la Société royale de médecine année ... avec les Mémoires de Médecine et de Physique Médicale pour la même année (désormais abrégé en : Mémoires de la SRM), publiés à Paris à partir de 1779.

13 Mémoires de la SRM année MDCCLXXVI, Paris, 1779, p. 33. Le docteur Gallot, de Saint-Maurice-le-Girard, que Linacier connaît et dont Louis Merle a brossé la biographie, est n° 4 ; le docteur Vétillart, qui exerce au Mans et dont le dévouement lors des épidémies est plusieurs fois mis en exergue par la SRM, est le n° 24.

14 Après une critique qui a prouvé leur validité, les relevés de Linacier ont été utilisés par Jean-Paul DESAIVE, Jean-Pierre GOUBERT et al., Médecins, climat et épidémies à la fin du xviiie siècle, Paris, 1972, p. 23-134.

15 SRM, 165 dr 10.

16 SRM, 157 dr 1

17 Brigitte MAILLARD, Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle. Etude d'histoire économique et sociale, Thèse d'Etat, Université de Rennes 2, 1992, p. 248-266.

18 DUVERGÉ, Observation météorologique..., p. 94-95.

19 Il s'agit de la grande percée nord-sud ouverte dans la ville, dans la vallée du Cher et dans le coteau septentrional.

20 Michel LAGREE, " Tableau médical de la France de l'Ouest ", Pour l'histoire de la médecine, Rennes, 1994, p. 22.

21 A.D. I.-et-L, 3 E4/485, minutes Hubert, inventaire après décès du docteur Duvergé en date du 17 mars 1780. Lors de son premier mariage, ses apports sont de 1 000 lt, ceux de sa femme s'élèvent à 3 368 lt ; la dot de sa troisième femme est de 4 000 lt. Lors du partage de ses biens en 1781, la masse totale se monte à 43 102l. 2s. A sa mort il laisse deux filles, dont l'une, qui a reçu une dot de 11 000 lt, est mariée à un docteur en médecine de Montpellier et l'autre à un conseiller du Roi, officier des Eaux et Forêts et rapporteur au point d'honneur au département de Montbazon.

22 A.D. M.-et-L, 5E69/394, minutes Boret à Saumur.

23 Célestin PORT, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Angers, 1876, t. II, p. 96. 11 est autorisé par le roi à fonder à Angers un service de lithotomie ; la lithiase est en effet une de ces formes d'obstruction qui retenaient particulièrement l'attention. Mais l'opposition du Corps de ville l'en empêcha et il revint à Saumur.

24 A.N., Hl/ 1506. Il y expose les caractères, y compris olfactifs, des " bournais ", " perruches ", varennes et autres sols caractéristiques de la Touraine.

25 Comme le montrent les signatures des différents actes contenus dans les registres paroissiaux de ces deux paroisses.

26 A.D. I.-et-L, H 56. Il s'agit du fief et seigneurie du Petit-Bourgueil dépendant de l'Aumônerie de l'abbaye de Bourgueil.

27 SRM 165 dr 10. Il a fait l'analyse des eaux de différentes sources thermales de Touraine, comme celle de Semblançay. Les eaux ferrugineuses de la Joannette à Martigné-Briant en Anjou avaient une grande réputation régionale, elles soignaient les maladies des embarras des viscères et surtout des vaisseaux les plus ténus ; dans les années 1780, sous la surveillance de Linacier, un nouvel établissement était en cours de réalisation pour recevoir les curistes (cf. Célestin PORT, op. cit., t. II, p. 410).

28 Raoul MERCIER, Le monde médical de Touraine sous la Révolution, Tours, 1936, p. 394.

29 Dans les résumés mensuels de l'état médical des régions que publie la SRM, les " suites de couches " ne sont notées que pour Chinon, les autres médecins ne jugeant pas utile d'en parler, ce qui montre que chez Linacier ce n'est pas seulement un effet de mode...

30 Pour étudier le regard des médecins sur leurs contemporains on peut aussi utiliser les différents rapports qu'à diverses occasions, surtout entre 1779 et 1785, quelques médecins et chirurgiens ont adressés à l'intendant Du Cluzel et qui se veulent à la fois des constatations objectives et des avis sur les mesures à prendre pour l'amélioration des conditions de vie et d'existence des populations.

31 Ainsi Linacier a quitté Chinon pour soigner deux malades dans un château du Poitou où il a passé quelque temps fin 1786-début 1787 ; il a alors interrompu ses envois à la SRM. Sans doute sa clientèle chinonaise n'exigeait-elle pas une présence permanente.

32 Tours est beaucoup moins " médicalisée "que ses voisines ligériennes : en 1787 elle compte 6 médecins contre 5 à Saumur et 13 à Angers (grâce à la faculté de médecine) en 1786 (A.D. I-et-L, C 354)

33 Administrativement située dans le sud de la Touraine mais en Poitou historiquement, la ville de Mirebeau abrite au xviiie siècle, le docteur Ayrault, médecin de grande qualité qui fut aussi correspondant (n° 101) de la SRM qui lui attribua même en 1786 un jeton d'or, récompense que Linacier ne reçut jamais.

34 Le souvenir de cette personnalité est resté vivant au xixe siècle dans le monde médical tourangeau : en 1861 le docteur Brame prononce, à l'Ecole de médecine et pharmacie de Tours, un discours officiel où il met en scène Duvergé et où il évoque ce Mémoire.

35 Le nom de son auteur a été retenu surtout grâce à ses travaux de botaniste, qui ne sont d'ailleurs pas unanimement reconnus au xixe siècle où on le juge pour le moins imprudent de s'être vanté d'avoir trouvé en Chinonais certaines espèces végétales rares...

36 En 1781, dans les limites administratives du temps, Tours compte environ 21 500 habitants et Chinon, 5 000.

37 Olivier FAURE, Les Français et leur médecine au xixe siècle, Paris, 1993, p. 93.

38 Au xviiie siècle, pour faire passer la nouvelle route d'Espagne, il fallut pratiquer dans le coteau de rive nord une ouverture appelée " tranchée ".

39 Jacques GU1LLERME, " Le malsain et l'économie de la nature ", xviiie siècle, n° 9, 1977, p. 63.

40 Alain CORBIN, Le miasme et la jonquille. L'odorat et l'imaginaire social. xviiie-xixe siècles, Paris, 1982, p. V.

41 Jean-Pierre GOUBERT, La conquête de l'eau, Paris, 1986, p. 42.

42 Georges VIGARELLO, Le propre et le sale, Paris, 1985 (2ème édition), p. 125.

43 Claire MASSOTTE, Tours Histoire d'eau au xviiie siècle, Tours, Mémoire de maîtrise, 1991.

44 DUVERGÉ, Mémoire topograpbique..., p. 60-61.

45 Richard ETLIN, " L'air dans l'urbanisme des Lumières ", xviiie siècle, n° 9, 1977, p. 125.

46 Jean-Louis HAROUEL, L'embellissement des villes. L'urbanisme français au xviiie siècle, Paris, 1993, p. 13.

47 DUVERGÉ, op. cit., p. 46.

48 François LEBRUN, " Les Lavallois au début du xixe siècle ", Revue de la Mayenne, 1981, p. 290. En 1785 le docteur Duperron décrit les habitants de la petite ville de Mirebeau proche de Richelieu comme " peu industrieux ".

49 Linacier y ajoute une troisième catégorie qu'il appelle " les artisans occupés des travaux de la terre " pour reprendre le terme employé dans le questionnaire de la SRM ; ils connaissent les conditions d'existence les plus difficiles.

50 C'est-à-dire un teint clair ; le teint " basané " est considéré comme signe de mauvaise santé.

51 DUVERGÉ, op. cit., p. 83-84.

52 Duvergé ajoute que bien plus mauvais sont les vins que vendent les négociants qui les trafiquent en les mélangeant pour répondre au goût de la clientèle extérieure.

53 La même critique se trouve sous la plume de Duvergé qui parle de " corps de baleine trop durs [...], de parties osseuses contraintes et gênées "

54 Jacques LEONARD, Archives du corps. La santé au xixe siècle, Rennes, 1986, p. 13

Notes de fin

1 Brigitte MAILLARD est Professeur à l’université de Tours.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540