Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Deuxième partie. La ville donnée à lire le voyageur et le médecin

La beauté d'une ville : un château bien bâti ou un théâtre magnifique ?

Nantes, d'après Brackenhoffer (1643-1644) et Young (1788)

Natacha Coquery

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

" La forme d'une ville change plus vite, on le sait, que le cœur d'un mortel. "
Julien Gracq, La forme d'une ville.

  • 1 Lucien FEBVRE, Le problème de l'incroyance au xvie siècle..., Paris, 1975 (lère éd. 1942), introduc (...)
  • 2 Il n'est pas question ici de dresser une bibliographie exhaustive sur la littérature de voyage. Rap (...)

1À partir du xvie siècle, le discours sur la ville, concomitant de l'essor urbain et de l'attrait croissant des voyages, se multiplie sous des formes variées : correspondance, récit utopique, journal, guide, traité, texte administratif. L'ambivalence des portraits littéraires est attirante : l'auteur qui s'essaie à la description d'une ville se livre lui-même. Les images qu'il retient reflètent à la fois une réalité instantanée – la ville à une époque donnée – et un idéal de beauté. " Chaque époque se fabrique mentalement son univers1. " D'où l'intérêt de confronter des récits écrits à des moments différents : ils nous apprennent autant sur les mutations urbaines que sur l'évolution des mentalités2. Deux descriptions de la ville de Nantes, visitée à un siècle et demi de distance par Élie Brackenhoffer puis Arthur Young, en fournissent un exemple. À travers leurs dissemblances, il s'agit de comprendre comment se construit et se transforme l'image d'une ville.

2Présentons d'abord rapidement les deux personnages, leur voyage et la ville de Nantes.

LE STRASBOURGEOIS INCONNU ET LE CELÈBRE ANGLAIS

  • 3 Bernard DOMPNIER, " Vie sociale et vie religieuse en France en 1643-44 d'après le journal du Strasb (...)
  • 4 La description de Nantes figure au chapitre II : " De Nantes à La Rochelle ".

3Élie Brackenhoffer (1618-fin xviie siècle) est un membre distingué de la bourgeoisie Strasbourgeoise3. Après des études de philosophie et de droit, il part voyager trois ans en France, en Suisse et en Italie, comme nombre de jeunes étudiants de son temps. Son récit, très descriptif, s'attachant aux coutumes alimentaires comme aux inscriptions funéraires, n'était pas destiné à la publication. Cet érudit, futur collectionneur, écrivait pour lui-même et ses héritiers, avec la volonté de se faire bien comprendre : les noms de lieux sont inscrits dans la marge, des croquis sont ajoutés pour expliciter certains passages. La plus importante partie de son texte a été traduite et publié au xxe siècle seulement (1925), sous le titre Voyage en France, 1643-16444.

  • 5 Arthur YOUNG, Voyage en France pendant les années 1787-88-89 et 90..., Paris, an II-1793 (1ère éd. (...)

4L'agronome anglais Arthur Young (1741-1820) est plus réputé. Après un apprentissage dans le commerce, vite abandonné, puis une carrière sans grand éclat d'homme de lettres et de publiciste, Young se prend de passion pour l'agriculture. Pourtant, il retire de ses expériences agricoles de nombreux déboires et une bonne partie de sa fortune y est engloutie. En même temps, il poursuit son œuvre d'écrivain : ses ouvrages théoriques, tels les articles agronomiques parus dans les années 1760, révèlent ses qualités d'observation. En 1768 est publié son premier récit de voyage : A six weeks tour through the Southern Counties of England and Wales, résultat des observations qu'il avait faites au cours de ses recherches pour une ferme où s'établir : il y expose au public les principes de l'agriculture du Norfolk. Il poursuit en 1771 avec A Tour through the North of England, puis en 1780 en publiant le récit de son voyage en Irlande. Son Political Arithmetic (1774) le fait entrer à la Société royale de Londres. En 1784, et jusqu'en 1809, Young se lance dans une publication mensuelle, Annals of Agriculture, qui établit définitivement sa réputation en Angleterre et dans toute l'Europe auprès des milieux intéressés à la nouvelle agriculture intensive et scientifique. Sa passion pour l'agriculture n'est pourtant pas exclusive et, en fait, tout ce qui touche à l'économie politique l'intéresse. Le gouverneur des enfants du duc de La Rochefoucauld, de Lazowski, qui fit sa connaissance en 1784, le persuada de venir en France pour y étudier l'agriculture. En 1787, Young vint donc à Paris et traversa le pays vers le sud-ouest. Il fit un deuxième voyage l'année suivante, dans les régions de l'Ouest. Il manquait l'Est : en juin 1789, malgré la situation troublée, il entreprit son troisième voyage vers la Lorraine, l'Alsace, l'Auvergne, le Midi, la Savoie et Lyon. Ses Travels in France furent publiés en 17925.

LE VOYAGE DE FIN D'ÉTUDE D'UN JEUNE ADULTE, LE SÉJOUR SCIENTIFIQUE D'UN AGRONOME CONFIRMÉ

  • 6 Michel de MONTAIGNE, Essais, dans Œuvres complètes, Paris, 1962 (1ère éd. 1580), livre I, chap. XXV (...)

5Il faut souligner d'emblée quelques différences dues à la conception du voyage lui-même. Celui de Brackenhoffer est une sorte de grand tour à l'anglaise, dont le but est de parfaire sa formation : le jeune homme a 25 ans quand il l'entreprend sur les conseils de son père. Son voyage n'est pas un voyage d'exploration, comme ce sera le cas chez Young, acharné à étudier l'agriculture. Il s'agit pour Brackenhoffer d'acquérir de manière agréable une certaine profondeur humaine et culturelle : " les voyages forment la jeunesse " dit le dicton. On retrouve la conception humaniste du voyage que Montaigne a si joliment exposé, sans être pour autant toujours entendu6 : "... A cette cause, le commerce des hommes y est merveilleusement propre, et la visite des pays estrangers, non pour en rapporter seulement, à la mode de nostre noblesse Françoise, combien de pas a Santa Rotonda, ou la richesse des calessons de la Signora Livia, ou, comme d'autres, combien le visage de Neron, de quelque vieille ruyne de là, est plus long ou plus large que celuy de quelque pareille medaille, mais pour en rapporter principalement les humeurs de ces nations et leurs façons, et pour frotter et limer nostre cervelle contre celle d'autruy. (...) Il se tire une merveilleuse clarté, pour le jugement humain, de la fréquentation du monde. "

  • 7 Bernard DOMPNIER, op. cit., p. 418.

6Brackenhoffer ne voyage pas seul : il a emporté avec lui plusieurs guides auxquels il se réfère souvent dans son journal : " Tous ceux qui ont vu ce monument affirment... " relate-t-il à propos du monument funéraire du duc François II de Bretagne, alors à l'église des Carmes. Le guide qu'il préfère est celui d'Abraham Gölnitz, l'Ulysses belgico-gallicus de 1631, très apprécié des Allemands cultivés du xviie siècle7. Babeau juge Gölnitz " l'observateur le plus précis et le plus détaillé " de tous les voyageurs allemands de l'époque. Brackenhoffer possède aussi l'Itinerarium Galliae de Zinzerling et l'Ulysse françois de Coulon. Le Strasbourgeois voyage en érudit, encore marqué par le savoir médiéval ; il décrit les mœurs qu'il observe, en particulier la religion – il est protestant – tout en demeurant très attiré par le passé, la culture ancienne, toujours à la recherche de vieilles inscriptions et de monuments historiques. Il en va bien autrement de Young, tout entier tourné vers le présent, voire l'avenir : "... j'estime qu'il ne sera pas possible pour le présent gouvernement de durer plus d'un demi-siècle... ". Mais le voyage n'est plus celui d'un jeune homme à la fin de son apprentissage, désireux de vérifier si les pays traversés correspondent bien à ses lectures : l'Anglais approche de la cinquantaine et son voyage, s'il est aussi voyage d'étude, se présente comme une véritable enquête. Son séjour est mené scientifiquement, de manière quasi inquisitoriale ; il répond à une recherche précise, à un domaine bien cerné, l'économie, et plus précisément l'agriculture. Tout est analysé par ce biais.

L'ÉPANOUISSEMENT DE NANTES A L'ÉPOQUE MODERNE

  • 8 Pierre LELIEVRE, Nantes au xviiie siècle. Urbanisme et architecture, Nantes, 1988 (1ère éd. 1942), (...)
  • 9 Bernard LEPETIT, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, 1988, p. 450. Les chiffres v (...)
  • 10 Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce au xviiie siècle... ", op. cit., p. 191-192.

7L'objet décrit contribue lui aussi à différencier les deux récits. La ville a beaucoup changé du xviie à la fin du xviiie siècle. Comme l'écrit Pierre Lelièvre, étudier l'évolution de Nantes au siècle des Lumières, c'est observer la transformation d'une ville médiévale en cité moderne8. D'après Bernard Lepetit, Nantes, septième ville du royaume, compte 42 000 habitants en 1700 et 59 000 en 17809. Son essor démographique et économique est aussi important que ses mutations architecturales : économie et urbanisme ont partie liée, même si Jean-Claude Perrot note, on y reviendra, l'inertie des opérations d'urbanisme face aux cycles économiques10. La fonction commerciale de Nantes, port ouvert sur l'Atlantique, s'est affirmée dès le Moyen Age ; l'importation de produits exotiques, comme le bois du Brésil, s'accroît depuis le xvie siècle ; les exportations concernent le sel de Guérande, les toiles et les draps. À partir de la seconde moitié du xviie siècle, le sucre des Antilles donne un nouvel élan. Plaque-tournante du grand négoce international, la ville négrière accède au xviiie siècle au rang de grande métropole, bénéficiant de l'ouverture des routes océaniques et du développement des échanges intra et extra-européens.

8L'appréhension de la ville, de ce qui fait l'essence même de l'organisme urbain diffère profondément chez les deux auteurs. Les monuments décrits ne sont pas les mêmes : les murailles et le château dans un cas, le théâtre et l'auberge dans l'autre ; les fonctions primordiales changent : l'immuabilité de la ville forte prime pour Brackenhoffer, le mouvement de la place de commerce pour Young ; les sociabilités, si importantes pour celui-ci, sont inexistantes pour celui-là.

DEUX VISIONS DE LA VILLE ET DE SES BEAUTÉS ARCHITECTURALES ET URBANISTIQUES

La ville de Brackenhoffer : une cité quasi médiévale

9Le premier élément de la ville auquel s'attache Brackenhoffer sont les murailles : " Ses murailles sont épaisses, complètes, de bonne pierre dure, avec de bons bastions, trois ponts-levis, de puissants boulevards qui constituent une défense excellente. (...) [elles] dépassent en valeur toutes celles de la Loire. "

  • 11 Pierre LAVEDAN, Jeanne HUGUENEY, Philippe HENRAT, l'urbanisme à l'époque moderne xvie-xviiie siècle (...)
  • 12 Pierre RICHELET, Dictionnaire de la langue françoise, ancienne et moderne, Lyon, 1680.
  • 13 Dictionnaire de l'Académie française, Paris, 1694.
  • 14 Dictionnaire de Trévoux ou Dictionnaire universel français et latin, Paris, 1704.
  • 15 Denis DIDEROT, Jean d'ALEMBERT, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et de (...)

10Le propos élogieux reflète une opinion encore largement partagée : le rempart est le symbole urbain par excellence, il définit la ville11. Les dictionnaires, guère novateurs, vont s'en tenir à cette caractéristique médiévale jusqu'à la fin du xviiie siècle, à une époque où les murailles ont été démolies et remplacées par des boulevards, parfois depuis plus d'un siècle : " Lieu plein de maisons, et fermé de terrasses et de fossez, ou de murailles et de fossez12. " " Assemblage de plusieurs maisons disposées par rues et fermées d'une closture commune qui est ordinairement de murs et de fossez13. " " Habitation d'un peuple assez nombreux, qui est ordinairement fermée de murailles ; assemblage de plusieurs maisons disposées par rues et renfermées d'une clôture commune, qui est ordinairement de murs et de fossés14. " " Assemblage de plusieurs maisons disposées par rues, et fermées d'une clôture commune, qui est ordinairement de murs et de fossés. Mais pour définir une ville plus exactement, c'est une enceinte fermée de murailles, qui renferme plusieurs quartiers, des rues, des places publiques et d'autres édifices15. "

  • 16 Guy SAUPIN, Nantes au xviie siècle. Vie politique et Société urbaine. Rennes, 1996, p. 140-141.

11Pour Brackenhoffer, la force d'une cité gît dans ses murailles ; la ville est bonne parce qu'elle est sûre et sa raison d'être consiste d'abord à protéger ses habitants et les paysans des alentours. Il précise encore que Nantes est " fermée de 4 portes principales " et détaille leur nom et leur emplacement. Les Nantais eux-mêmes se montrent à l'époque profondément attachés aux symboles de la défense et de l'autonomie de leur ville. Guy Saupin rapporte un incident qui révèle bien ce patriotisme urbain mâtiné d'attachement sentimental16. En 1627, les troupes royales assiègent La Rochelle. Louis XIII demande à la municipalité de lui fournir ses canons pour armer des vaisseaux. Ces canons, surnommés les " douze apôtres ", sont célèbres à Nantes et le corps de ville refuse de s'en séparer, arguant que " lui enlever ses moyens de défense était l'exposer à être prise par cette faction impie [le parti calviniste] ". Devant l'insistance du souverain, le grand bureau multiplie les dépurations et les solutions de rechange. De guerre lasse, le roi finit par accepter à la place le versement de 12 000 livres, la fourniture de cent habits et de cent paires de souliers, du matériel de terrassement et le prêt de douze bateaux. La communauté réussit donc à garder ses canons fétiches...

12Second emblème de la fonction militaire de la ville, le château retient l'attention du jeune voyageur. Sa puissance est synonyme de beauté : " Le château s'élève près de la Loire ; il est assez petit, mais beau et bien bâti ; il a des tours et des murailles puissantes. L'intérieur est très plaisant. Il y a de bons logements (...). Il y a deux entrées fortifiées... " Alors résidence du gouverneur et lieutenant général le maréchal de La Meilleraye, en charge de 1632 à 1664, la forteresse des ducs de Bretagne fut commencée en 1466 par François II. Elle continue d'avoir fière allure.

13Le voyageur critique vertement les rares traces de laisser-aller de la défense urbaine : " Toutefois l'enceinte est à quelque peu d'endroits un peu tombée en ruine, par l'action du temps, et non du fait de la guerre. C'est toujours dommage que Ton ne tienne pas les murailles en bon état... "

14Oubliant l'épisode de la Ligue – le fief catholique ne se rendit qu'en 1598 – Brackenhoffer fait remonter à la guerre de Cent Ans la seule époque pendant laquelle Nantes aurait pu être sérieusement inquiétée ! " La place n'a jamais été prise, et si à vrai dire les Anglais sont arrivés jusqu'à Orléans, ils n'ont cependant pu s'emparer de Nantes, qui a conservé jusqu'à nos jours sa virginité. "

  • 17 Guy SAUPIN, op. cit., p. 29 et suiv.
  • 18 Pierre LELIEVRE, Nantes au xviiie siècle..., p. 86-89.
  • 19 Pierre LAVEDAN et alii. L'urbanisme à l'époque moderne..., p. 154-157.

15Depuis l'intégration du duché de Bretagne dans le royaume en 1532, la ville a bénéficié d'une longue période de paix, certes troublée par les conflits religieux du dernier tiers du siècle ; elle resta calme pendant la Fronde. En ce milieu du xviie siècle, on comprend que les murailles, faute de menaces réelles – les grandes opérations militaires concernent les frontières orientale et septentrionale – puissent être quelque peu délaissées, d'autant que leur entretien grève un budget municipal étroit. Les éventuelles révoltes populaires et les travaux publics préoccupent davantage le corps municipal17. Néanmoins, lorsque dans les années 1720 le maire Gérard Mellier veut détruire ces anciennes murailles qui se dégradent lentement et gênent son programme d'urbanisme, le maréchal d'Estrées, gouverneur de la ville, s'y oppose farouchement18. La démolition du mur d'enceinte est reportée ; elle ne fut réalisée que quarante ans plus tard ! L'un des plus vieux symboles de l'unité et du pouvoir urbains tombait enfin. Louis XIV avait ordonné la destruction des remparts parisiens dès 1670... Le mouvement devint général en province au xviiie siècle mais beaucoup de villes ont abandonné dès le xviie siècle leur ceinture de remparts et leurs portes ne sont plus qu'un décor19.

  • 20 John EVELYN, [Voyage de 16431, Paris, 1878 (1ère éd. 1643).

16La vision apparemment traditionnelle qu'offre de la ville Brackenhoffer s'explique à la fois par ses lectures – les guides, comme les dictionnaires, véhiculent au fil de leurs éditions des images immuables – et par son origine Strasbourgeoise. La région de Strasbourg, ville libre d'Empire jusqu'en 1681, est le théâtre de nombreux combats, particulièrement lors de la guerre de Trente Ans et de la mise à sac de l'Alsace. Un contemporain de Brackenhoffer, l'écrivain anglais John Evelyn (1620-1706), dresse dans son Journal un portrait de Paris en 1643 dans lequel, à l'opposé, il raille la fonction militaire de la capitale, en dépit du nouveau rempart bâti rive droite de 1634 à 1647 : " L'état de la ville, ni sa situation ne lui donneroient pas une grande force de résistance en cas de siège (...) Elle est si exposée aux incursions de l'ennemi, que Saint-Denis, qui n'en est qu'à deux lieues, a été plus d'une fois la frontière de la France20... " Il est vrai que l'enceinte était mal construite et mal entretenue... et fut démolie dès 1676. Mais, de toute façon, là n'était pas le propos d'Evelyn, attiré par d'autres aspects, en particulier la confrontation entre Paris et Londres.

  • 21 Gilles CORROZET, La fleur des antiquitez, singularitez et excellence de la plus que noble et triomp (...)
  • 22 La description d'Evelyn commence de façon très conventionnelle, avec l'image du microcosme : " Comm (...)
  • 23 La préface du Dictionnaire d'Hurtaut et Magny présente quelques réminiscences du style Renaissance  (...)

17Cependant, si Brackenhoffer montre un très vif intérêt pour les symboles défensifs de la ville, sa description s'ouvre sur diverses réalités architecturales – maisons et rues, bâtiments civils et religieux – et par là réussit à faire surgir une image vivante, d'autant plus qu'il ne mâche pas ses mots. On est loin de l'éloge stéréotypé de la ville qu'affectionnaient à la Renaissance les auteurs de guide et les voyageurs, tel Corrozet ou Platter21, que l'on retrouve, atténué, au xviie siècle chez un Evelyn22 et même en plein xviiie siècle chez Hurtaut et Magny23. Brackenhoffer met en scène une ville encore gothique, qui commence à se moderniser.

  • 24 Guy SAUPIN, Nantes au xviie siècle..., p. 31-34.
  • 25 Cité par Pierre LAVEDAN et alii, L'urbanisme à l'époque moderne..., op. cit., p. 163.

18Les préoccupations architecturales du corps de ville au xviie siècle concernent des fragments de ville : murailles, ponts, quais, fontaines, places. Les grands bouleversements urbains ne sont pas encore de mise : la transformation des villes demeure morcelée. Nantes ne bénéficie d'aucune grande opération d'urbanisme à cette époque. L'essentiel des efforts porte sur le pavage des rues et des places et surtout la réfection des ponts24. La ville, avec son amas de ruelles médiévales, reste au début du xviiie siècle une des plus mal tracée de France. Brackenhoffer présente en effet une ville gothique, resserrée ; le contraste est violent avec le château bien bâti, beau et très plaisant : " Les rues sont étroites et mal bâties (...). Il y a beaucoup de méchantes et minables maisons (...). Il n'y a guère de belles places à Nantes. " Un siècle plus tard, en 1755, le commandant en chef du gouvernement de Bretagne, le duc d'Aiguillon, porte un jugement aussi sévère : " elle manque des commodités les plus indispensables. Ses rues sont étroites et tortueuses, surtout aux principales entrées, ce qui occasionne des embarras continuels25... "

19Le palais de justice, converti en prison royale au xviiie siècle, " est une fort méchante et laide bâtisse. (...) Ce palais s'élève sur une place, qu'on appelle la Grande Place, mais elle n'est pas bien grande. " La cathédrale Saint-Pierre (commencée en 1434) et les autres bâtiments religieux ne valent guère mieux : " [la cathédrale] est un grand édifice disgracieux (...) ; l'intérieur n'est pas non plus particulièrement remarquable. (...) A part cela, il y a encore beaucoup d'autres églises et couvents, mais qui ne sont guère à apprécier. "

20Ces critiques sévères dévoilent le luthérien dégoûté de la prolifération conventuelle de la Contre-Réforme ; les constructions catholiques furent particulièrement nombreuses dans cette ancienne ville ligueuse. Seul le monument funéraire de François II et de Marguerite de Foix, sculpté par le Tourangeau d'adoption Michel Colombe de 1502 à 1507, trouve grâce aux yeux du voyageur. Il s'agit en effet d'une œuvre maîtresse de la Renaissance. Mais Brackenhoffer, qui consacre douze lignes à sa description, se contente vraisemblablement de recopier l'un de ses guides. Son style devient impersonnel et plat. Simplement, il vérifie la véracité de ses lectures : " Tous ceux qui ont vu ce monument affirment qu'ils n'ont pas vu plus belles œuvres de sculpture, non seulement en France, mais aussi ailleurs, et, à mon avis, elle surpasse de beaucoup toutes celles de S.-Denis en France. "

21Le voyageur est cependant sensible aux signes de modernité urbaine. Aux xvie et xviie siècles, une triple intervention, sensible dans le texte, modifie la configuration du tissu urbain : celle des municipalités (la Bourse), de l'Église (les églises et couvents), des bâtisseurs privés (les maisons). L'auteur note ainsi une différenciation sociale de l'espace, prémices de l'urbanisme moderne : " Il y a beaucoup de méchantes et minables maisons, mais aussi, par places, quelques demeures en pierre bien décorées. (...) Les négociants les plus importants demeurent à La Fosse, ils ont de splendides maisons comme il n'y en a pas de pareilles dans la ville ".

22Tout n'est donc pas minable dans l'habitat nantais. Le nouveau quai de la Fosse, où se situe le port, fut construit en pierre de taille en 1622 et prolongé deux ans plus tard. La pierre de taille, matériau rare et cher, plus agréable à l'œil que le bois et le torchis des maisons du vieux centre, commence à être utilisée dans les nouveaux quartiers aisés de l'ouest. Brackenhoffer remarque la moindre apparition de la belle pierre : la halle " bâtie depuis peu [sur laquelle] les armes de la ville (...) sont sculptées dans la pierre ", les fontaines " bâties en pierre " et le pont de la Loire " bâti partie en pierre ". Si le style gothique lui déplaît, l'architecture contemporaine – classique – le séduit : " on a commencé à (...) bâtir [à l'entrée du quai de la Fosse] en 1644 une belle Bourse. C'est un joli et élégant édifice, tout en pierres de taille, et décoré le mieux du monde de rinceaux et autres ornements. Il est près du fleuve, et quand il sera achevé, il sera un des plus beaux monuments de la ville. " La première bourse du commerce fut dressée en 1641. Le voyageur admire aussi, près du château, une " jolie promenade entourée d'un parapet qui donne sur le fleuve ". Il s'agit en réalité d'un terrain vague formé par deux buttes, les mottes Saint-Pierre et Saint-André qui, malgré des projets remontant à la fin du xvie siècle, n'avaient jamais été arasées. Avant l'aménagement du cours Saint-Pierre, en 1725, Nantes est dépourvue de promenade. Les transformations urbaines et architecturales fondamentales sont tardives ; elles sont la marque du xviiie siècle, comme en témoigne le texte d'Arthur Young.

La ville de Young : une grande cité commerciale

  • 26 Emmanuel LE ROY LADURIE, Histoire de la France urbaine, chap. : " l'Atlantique : tout pour la façad (...)
  • 27 Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce au xviiie siècle... ", p. 187-216.
  • 28 Jean-Claude Perrot définit les cycles de l'économie nantaise au xviiie siècle : l'essor des années (...)
  • 29 Je renvoie, pour plus de détails sur les travaux d'urbanisme et leurs acteurs, à l'exhaustive étude (...)

23La forte expansion commerciale, maritime et coloniale de la façade océanique est à l'origine d'un véritable " urbanisme atlantique26 ", dont Nantes (ancienne île Feydeau, quai de la Fosse, quartier Graslin) et surtout Bordeaux portent aujourd'hui encore les signes spectaculaires. Dans son article sur les deux ports, Jean-Claude Perrot montre bien l'imbrication, qui ne signifie pas interdépendance, entre commerce et urbanisme27. Au xviiie siècle, le trafic international double en valeur, passant de 29 millions de livres à 65 millions vers 1780, l'armement triple en tonnage, la traite négrière, surtout, triple dans les années précédant la guerre de Succession d'Autriche28. Nantes est le premier port du royaume entre 1700 et 1730 et devient vers 1750 la " ville des négriers ". L'enrichissement des négociants est à la hauteur : 230 négociants en 1725, 400 en 1790 quadruplent la masse de leurs capitaux circulants (de 6 à 23 millions de livres) et sextuplent leurs patrimoines (de 18 à 120 millions de livres). L'apogée économique se traduit par l'anoblissement des familles commerçantes et l'embellissement de la ville. L'afflux des richesses suscite la spéculation : la prospérité entraînée par la croissance maritime et l'échange marchand est bien à l'origine de la mutation urbaine, même si les programmes urbanistiques, souvent freinés par des autorités frileuses ou la conjoncture politique et militaire, paraissent à la traîne. Les opérations d'urbanisme reflètent, avec un certain décalage, le dynamisme des affaires. Les années 1720-1729 sont marquées par les entreprises du maire et subdélégué Mellier, assisté de l'architecte Jacques-Ange Gabriel ; les années 1760-1770 par le plan Ceineray ; les années 1780, jusqu'au début du xixe siècle, par les projets Graslin, Mellinet, Delorme, Duparc et Crucy29. Young arrive donc dans une métropole en pleine transformation. Il observe la croissance urbaine – théâtre nouvellement construit, nouveaux bâtiments, hôtel neuf – et fait immédiatement le lien avec l'économie : " La ville a ce signe de prospérité qui ne trompe jamais, les nouveaux bâtiments. "

24Comme son prédécesseur, il se montre très sensible à l'architecture contemporaine. Il admire lui aussi la pierre de taille : construit en belle pierre blanche, bâties en pierre blanche et les " façades régulières " des habitations du quai. Mais le monument qui déchaîne son enthousiasme, et par lequel il débute sa description de la ville, est le théâtre : " Dès mon arrivée à Nantes, je vais au théâtre (...) ; sur la façade, un magnifique portique avec huit beaux piliers élégants ; quatre autres colonnes à l'intérieur séparent le portique du grand vestibule. A l'intérieur, tout est doré et peint, et le coup d'oeil de l'entrée me fait une puissante impression. Le théâtre, je pense, est deux fois plus grand que Drury Lane et cinq fois plus magnifique. "

25Œuvre de l'architecte nantais Mathurin Crucy (1749-1826), la Nouvelle Comédie était tout juste achevée. Le théâtre de Bordeaux (construit par Victor Louis de 1755 à 1780) avait aussi suscité son admiration, un an auparavant : " Le théâtre (...) est de beaucoup le plus magnifique qu'il y ait en France. Je n'ai rien vu qui en approche. Le bâtiment est isolé et occupe un espace de 306 pieds sur 165 ; la façade principale contient sur toute sa longueur un portique, avec douze colonnes corinthiennes très grosses. Par ce portique, on entre dans un superbe vestibule, qui conduit non seulement aux diverses parties du théâtre, mais aussi à une élégante salle de concerts ovale et à des salons servant à la promenade et aux rafraîchissements... "

26Le second bâtiment qui retient l'attention de Young est un nouvel hôtel, situé comme le précédent place de la Comédie (place Graslin) : " Je doute qu'il existe en Europe une plus belle auberge que l'Hôtel de Henri IV (...). Il contient soixante lits de maîtres et vingt-cinq stalles pour les chevaux. Quelques-uns des appartements, qui ont deux chambres, très élégants, coûtent six livres par jour (...). C'est sans comparaison le premier des hôtels que j'ai vus en France, et très bon marché. Il est situé sur une petite place qui touche au théâtre, ce qui est commode pour le plaisir ou pour le commerce, comme peuvent le désirer les amateurs de l'un ou de l'autre. "

  • 30 Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 134-150.

27Young apprécie fort les travaux d'urbanisme, en particulier le plan géométrique du nouveau quartier Graslin, dont font partie le théâtre et l'hôtel, ainsi que les alignements des quais : " Le quartier de la Comédie est magnifique ; toutes les rues se coupent à angles droits... " ; " longue ligne de maisons ". Il néglige complètement la ville ancienne. Ce nouvel ensemble, qui marque l'expansion de la ville vers l'ouest, vient de se terminer lorsque Young le découvre ; il est dû à un entrepreneur privé, J.-J. Louis Graslin, grand receveur des fermes, manufacturier d'indiennes et spécialiste de l'assèchement des marais. Graslin s'était lancé à la fin des années 1770 dans ce projet de quartier neuf et réussit, non sans quelques difficultés, à le mener à bien30. Le lotissement s'articule autour de deux places (de la Comédie et Royale), liées l'une à l'autre par la rue Crébillon ; l'ouverture de places dans l'ancien tissu urbain est un embellissement majeur de l'urbanisme classique. Young est fasciné par l'aspect géométrique si caractéristique du style néoclassique imprégné des modèles antiques : magnifique portique, piliers élégants, colonnes, façades régulières, angles droits, longue ligne... Comme nombre de ses contemporains, il aime la symétrie : grands axes, carrefours rectilignes et stylisés, frontons et colonnades. L'ex-ville close est désormais une agglomération ouverte et aérée : les remparts ont disparu, le château est transformé en caserne, trois grosses tours ont été détruites en 1760 et 1765. L'Erdre est canalisée ; les quais sont alignés, imparfaitement : " Le quai n'a rien de remarquable ; le fleuve est encombré par des îles... "

28Young montre la même intransigeance face à l'urbanisme géométrique que Brackenhoffer à l'égard des murailles... Mais il ne se limite pas à décrire la beauté formelle de la ville. Il chiffre tout, en bon adepte de l'arithmétique politique. Il est attentif aux coûts et rendements de l'aménagement urbain privé ainsi qu'à certains processus spéculatifs, indissociables de la promotion immobilière, qui nuisent à l'harmonie architecturale : " [l'hôtel] a coûté 400 000 l. (...) tout meublé, et il se loue 14 000 l. par an (...). Le théâtre a coûté 450 000 livres et on le loue aux comédiens 17 000 livres par an ; quand il est plein, il rapporte 120 louis d'or. Le terrain où est bâti l'hôtel a été acheté 9 livres le pied carré ; dans quelques parties de la ville, on le vend 15 livres. Cette valeur du terrain oblige à élever des maisons si hautes que la beauté en est détruite. "

  • 31 Cité par Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 136.

29Les deux bâtiments présentent un rendement annuel assez médiocre de 3,5-3,7 % ; il est manifeste que Graslin, comme il l'affirme lui-même, n'avait pas pour mobile unique l'appât du gain : " C'est dans la grandeur, la beauté, la hardiesse même de mon projet bien plutôt que dans l'espérance des bénéfices que j'ai trouvé le courage qu'il fallait avoir pour l'entreprendre et pour en surmonter les obstacles31..." Grâce à l'audacieux homme d'affaires, qui investit dans sa ville les capitaux retirés de l'industrie textile, des terrains sans attrait, pauvrement habités et mal desservis, devinrent le quartier à la mode de la fin du xviiie siècle.

DEUX FAÇONS D'APPRÉHENDER UNE VILLE COUPEE DE SON ARRIÈRE-PAYS

30Les deux voyageurs ont chacun leur manière d'aborder l'activité économique de Nantes : l'un conçoit la cité comme un tout, l'autre manie avec dextérité la dialectique centre-périphérie, ville-campagne.

Une ville fermée sur elle-même

31La richesse de Nantes est abordée par Brackenhoffer, qui la lie à sa situation : " Elle est aussi très riche parce qu'elle est très bien située et que pour ce motif elle est très commerçante " ; le " commerce (...) est très grand là ; on voit dans toutes les rues des marchandises et des magasins... " Bon observateur, il remarque la forte présence marchande anglaise et hollandaise : " Pour le trafic, on s'assemble là de toute sorte de nations, mais il y a en particulier beaucoup d'Anglais et de Hollandais. "

  • 32 Encore présent sur le plan d'extension dressé par Cacault en 1756-1757.
  • 33 Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 42.

32Un quartier de Nantes porte même le nom de " petite Hollande " ou " la Hollande32 ". En effet, l'édit de Nantes (1598) a permis un grand développement des relations économiques avec le monde protestant, pays Scandinaves, Baltique, Provinces-Unies, Grande-Bretagne33 ; Brackenhoffer omet de noter les colonies allemandes et espagnoles. Les draps flamands s'échangent contre les vins, les toiles et le sel de l'arrière-pays. Il observe " le grand trafic " du faubourg de la Fosse " au bord de la Loire, à l'endroit où abordent les grands vaisseaux et autres bateaux " et note que le port se situe déjà nettement à l'aval de la ville : " Les plus grands [navires] ne vont pas jusqu'à la ville, mais s'arrêtent à 4 milles en aval. "

  • 34 Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 81.

33L'histoire maritime de Nantes s'est déroulée le long de la Fosse, centre de la vie commerciale34. Le premier quai fut établi en 1516 ; la Bourse y est construite : " Et comme c'est là que se fait le plus grand trafic, on a commencé à y bâtir en 1644 une belle Bourse. " Mais rapidement, l'accroissement du tonnage des vaisseaux et l'ensablement du lit du fleuve imposèrent le développement du port vers l'aval : le quai de Chézine est aménagé de 1726 à 1734 ; à partir de 1763, Ceineray puis Crucy dirigèrent les travaux d'un quai à l'Hermitage – aujourd'hui, le complexe portuaire Nantes-Saint-Nazaire, troisième port français, couvre l'estuaire de Nantes à l'Océan. Brackenhoffer n'oublie pas de préciser les armes de la ville : " C'est un grand navire à voiles sur des vagues... "

34Le voyageur ignore les environs de Nantes. Il évoque seulement, de façon extrêmement vague, les faubourgs : " A toutes les portes, il y a des faubourgs, qui se prolongent loin. " La ville suffit : c'est le lieu des étapes, des monuments, des activités dignes d'être relatées. Décidément, la cité de Brackenhoffer est bien fermée sur elle-même. Young va au contraire consacrer un grand passage à l'opposition entre la campagne atone et la riche agglomération.

L'opposition ville-campagne

35C'est un scientifique qui voyage, avec des buts bien précis : " Si l'agriculture est l'objet principal de mon voyage, il est nécessaire aussi d'acquérir, sur l'état du commerce, les connaissances que peuvent le mieux me fournir les négociants... " ; " journées (...) aussi instructives qu'agréables. " Il fait un voyage d'enquêteur, à but comparatif : "... à mon grand plaisir, la conversation roula sur la situation respective de la France et de l'Angleterre, en matière de commerce, particulièrement dans les Indes occidentales. "

36La comparaison avec l'Angleterre sous-tend son propos ; du coup, sa vision de la ville diffère complètement. Si Brackenhoffer ignore l'arrière-pays, Young aborde de front la dialectique ville-campagne : " A mon grand étonnement, je vois que les landes s'étendent jusqu'à 3 milles de la grande cité commerciale de Nantes ! C'est là un problème et une leçon à étudier (...). [Le théâtre] était plein. Mon Dieu ! m'écriai-je en moi-même, c'est donc à ce spectacle que mènent toutes ces Landes, tous ces déserts, ces bruyères, ces genêts, ces fondrières, que j'ai traversés pendant 300 milles ? Par quel miracle se fait-il que toute cette splendeur et cette richesse des cités de France n'aient aucune liaison avec la campagne ? Il n'y a pas de douce transition de l'aisance au confort, du confort à la richesse ; vous passez d'un coup de la mendicité à la profusion, de la misère des huttes de terre à Mlle de Saint-Huberti, à de splendides spectacles, qui coûtent 500 livres par soirée (...). La campagne abandonnée, ou, si un gentilhomme y réside, vous le trouvez dans quelque méchant trou, en train d'épargner cet argent qui est prodigué avec profusion dans les plaisirs d'une capitale. "

  • 35 Julien Gracq a de très belles pages pour évoquer une réalité qui n'a guère changé, dans l'entre-deu (...)

37Les rapports entre la ville et son arrière-pays sont ici magistralement analysés, malgré le ton grandiloquent. Nantes est en effet une vitrine : la grande ville déstabilise peu sa campagne. Elle est un îlot de prospérité, coincé entre l'Océan et la misère rurale. Ainsi, l'hôtel-Dieu a une clientèle qui se compose à 90 % de pauvres étrangers à la ville mais originaires des régions voisines, Bretagne, Anjou, Poitou35.

38Le récit de Young est révélateur du point de vue de l'agronome anglais et du sous-développement terrien réel de la plupart des campagnes françaises à la fin du xviiie siècle. La France est un pays retardataire sur le plan agricole par rapport à la Grande-Bretagne qui a réussi – mais le mouvement des enclosures ne se fit pas sans douleur – la mise en valeur de ses campagnes, du moins celles des riches terres de l'est et du sud-est. Le texte reflète la révolution des techniques dont l'Angleterre est le théâtre et Young l'ardent partisan. C'est dans le cadre du grand domaine que son pays a connu au cours du xviiie siècle une rupture définitive avec des traditions agricoles millénaires, telles qu'il les rencontre encore presque partout en France : " J'ai été à une entreprise de défrichement, située au milieu de ces déserts (...) mais tout cela est sauvage et est devenu presque aussi inculte que le reste. (...) On a écobué, puis semé du blé, ensuite du seigle et enfin de l'avoine. Il en est ainsi toujours et toujours ! Les mêmes sottises, les mêmes bévues, la même ignorance ! "

  • 36 L'écobuage est une " forme spéciale de défrichement sur les landes : les mottes de terre et de végé (...)
  • 37 Sur la pensée agronomique française, cf. Jean-Claude PERROT, Une histoire intellectuelle de l'écono (...)

39La pratique traditionnelle de l'écobuage a duré en Bretagne jusqu'au xixe siècle36. Dans le système que prône Young, jachère et biens communaux n'existent plus. Ses modèles sont l'agriculture du Norfolk, le régime politique et social d'une Angleterre déjà capitaliste, qui a éliminé la masse des petits tenanciers et propriétaires au profit des grands fermiers. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la méthode du Norfolk a triomphé des autres : elle consiste à remplacer les jachères par des prairies artificielles – d'où l'entretien d'un cheptel important et le fumier qui dispense les terres du repos périodique – ; céréales, prairies semées, plantes sarclées se succèdent. Ce qui explique les exclamations désabusées de l'Anglais. Les nouveautés anglaises sont cependant connues en France : Duhamel du Monceau divulgue la fameuse méthode en 1760 dans ses Éléments d'agriculture37. Mais comme le système de l'impôt repose sur le paysan, le pouvoir royal témoigne peu d'enthousiasme pour les nouveautés anglaises.

40Young n'est pas seulement curieux de commerce ou d'agronomie : tout ce qui est scientifique l'attire. C'est ainsi qu'il visite la fonderie de canons d'Indret, créée en 1777 par Wilkinson : " ... nous vîmes l'établissement de M. Wilkinson pour le forage des canons, dans une île de la Loire, en aval de Nantes. (...) L'appareil (...) pour le forage de quatre canons est maintenant en oeuvre (...) mais on a établi une machine à vapeur pour en forer sept de plus (...) ; c'est intéressant pour un voyageur physicien, la plus belle machine que j'ai vue. " On note la condescendance, justifiée, de l'Anglais : " Avant l'arrivée en France de ce manufacturier anglais bien connu, les Français ignoraient l'art de couler les canons d'un bloc pour les forer ensuite. "

  • 38 Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce... ", op. cit., p. 190.

41La région nantaise compte de nombreuses autres manufactures, retombées industrielles du grand commerce. Dans la seconde moitié du siècle, les constructions navales se développent en aval du port. Le commerce triangulaire conditionne de multiples activités : fabrication de pacotilles, manufactures pour traiter les produits bruts que le régime de l'exclusif réserve à la métropole – sucre, coton, huiles, produits tinctoriaux ; en particulier, les raffineries de sucre et les distilleries, les fabriques de cordages et de voiles, les toiles imprimées ou indiennes dont Nantes devient le quatrième producteur – après l'Alsace, Paris et Rouen —, les cotonnades (une manufacture en 1730, six vers 1780), la faïencerie, la verrerie, la blanchisserie chimique, la clouterie38...

42Si Brackenhoffer prépare son itinéraire avec ses seuls guides, Young mène son travail d'investigation aidé de nombreux autochtones.

DEUX FAÇONS DE VOYAGER, SOLITAIRE OU SOCIABLE

43On touche ici au dernier grand contraste des deux voyages. Brackenhoffer voyage seul ; il ne mentionne aucune rencontre, aucune conversation avec des Nantais. Il se contente d'énoncer une généralité : " dans cette ville, passablement de noblesse et de gens de qualité. "

  • 39 Daniel ROCHE, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789) (...)

44Young s'appuie au contraire sur tout un réseau de correspondants, souvent membres, quand elle existe, de l'académie ou de la société d'agriculture locale39. C'est à l'époque un personnage déjà bien connu dans le monde des sciences, qui s'insère sans difficulté dans le petit milieu des amateurs éclairés.

45Le voyageur part muni de lettres de recommandations, qui jouent un rôle essentiel d'introducteur auprès de la bonne compagnie du lieu : " Remis mes lettres de recommandation " ;" J'avais aussi une lettre pour M. Espivent, consilier [conseiller] au Parlement de Rennes, dont le frère, M. Espivent de la Villeboisnet, est un très important négociant de Nantes. "

  • 40 Daniel ROCHE, Les Républicains des lettres..., op. cit., chap. VII : " Les sciences dans les académ (...)

46Nantes est peuplée par une aristocratie ouverte, liée à la robe et au négoce. Celui-ci est pratiqué sans dérogeance par de nombreux nobles dont la fortune est considérable et la qualité souvent récente. Les connaissances de Young appartiennent à ce milieu – M. Riédy est négociant en blé – qui partage un même goût des curiosités intellectuelles, particulièrement scientifiques40, comme en témoigne l'examen minutieux du modèle de la machine à vapeur, fleuron de la manufacture de Wilkinson. Le bon déroulement de son voyage repose en partie sur les relations qu'il noue sur place, grâce auxquelles il " peut recueillir une abondante moisson d'informations " : " M. Riédy fut très poli et satisfit à beaucoup de mes questions. (...) Personne ne pourrait être plus obligeant que ces deux messsieurs ; ils eurent pour moi des attentions de choix, vraiment amicales, et me rendirent les quelques journées de mon séjour ici aussi instructives qu'agréables. (...) MM. Espivent ont eu la bonté de m'accompagner dans une excursion par eau (...). Ce n'est pas sans regret que je quittai une société aussi intelligente qu'agréable, et ce serait pour moi un sentiment pénible de ne pas espérer revoir MM. Espivent. (...) s'ils viennent une seconde fois en Angleterre, j'ai la promesse de leur visite à Bradfield. "

47À défaut d'académie ou de société d'agriculture – sises à Brest ou Angers —, Nantes possède une chambre de lecture active où se retrouvent les élites cultivées : " Une institution répandue dans les villes commerçantes de France, mais particulièrement florissante à Nantes, c'est la chambre de lecture (...). Il y a trois chambres : l'une pour la lecture, l'autre pour la conversation, une troisième constitue la bibliothèque. "

  • 41 Daniel ROCHE, Le Siècle des Lumières, op. cit., t. I, p. 63.
  • 42 Chambre littéraire de Rennes, 1780, cité par Daniel MORNET, Les origines intellectuelles de la Révo (...)

48Les créations de chambres de lecture, formes d'associations plus spontanées que les académies et sociétés royales, comblent en Bretagne – à Saint-Brieuc, Nantes, Rennes – une véritable lacune41. Ces sociétés littéraires informelles, qui se multiplient dans le dernier tiers du siècle, ont contribué à répandre la curiosité, l'esprit critique et surtout le goût des discussions, notamment politiques, sous couvert de " réflexions relatives aux différents objets du bien public42 ". Le discours de Young en témoigne : " Nantes est aussi enflammé pour la cause de la liberté qu'aucune ville de France ; les conversations, dont je fus témoin ici, prouvent quel grand changement s'est opéré dans les esprits des Français, et j'estime qu'il ne sera pas possible pour le présent gouvernement de durer plus d'un demi-siècle, à moins que les talents les plus éminents et les plus énergiques ne tiennent le gouvernail. "

49Faute de talents, il n'aura pas fallu 50 ans...

50La lecture de ces deux récits révèle le double portrait d'une ville qui se transforme au fil du temps et au gré de la sensibilité dissemblable de deux voyageurs curieux. L'un met à l'épreuve son esprit critique – face à la religion, à l'aspect peu ragoûtant des villes françaises —, en étant tout à la joie de la découverte de sites et de monuments qu'il connaît déjà grâce à ses guides. L'autre mène un travail d'observateur scientifique rigoureux, tout en appréciant l'esthétique de la ville classique, ses divertissements et l'agrément de ses élites.

Notes

1 Lucien FEBVRE, Le problème de l'incroyance au xvie siècle..., Paris, 1975 (lère éd. 1942), introduction, p. 12.

2 Il n'est pas question ici de dresser une bibliographie exhaustive sur la littérature de voyage. Rappelons simplement quelques titres : Alben BABEAU, Les voyages en France de la Renaissance à la Révolution, Paris, 1885. – Michèle DUCHET, Anthropologie et Histoire au siècle des lumières..., Paris, 1977 (1ère éd. 1971). – La découverte de la France au xviie siècle, Actes du colloque de Marseille 1979, Paris, 1980. – Jean MESNARD, prés., Les récits de voyage, Paris, 1986. – Jean CÉARD, Jean-Claude MARGOLIN, dir., Voyager à la Renaissance. Actes du colloque de Tours 1983, Paris, 1987. – Alain CORBIN, Le territoire du vide L'Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, 1988. – Daniel ROCHE, Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, 1988, chap. XI : " Correspondance et voyage au xviiie siècle : le réseau des sociabilités d'un académicien provincial, Séguier de Nîmes ", p. 263-285. – Voyager, explorer, Dix-huitième siècle, n° 22, 1990. – Claude PETITFRERE, " Regards sur les villes dans la France du xviiie siècle ", in Traditions et innovations dans la société française du xviiie siècle, Bul. n° 18 de l'Association des Historiens Modernistes des Universités, 1995, p. 57-95.

3 Bernard DOMPNIER, " Vie sociale et vie religieuse en France en 1643-44 d'après le journal du Strasbourgeois Brackenhoffer ", in La découverte de la France..., op. cit., p. 417.

4 La description de Nantes figure au chapitre II : " De Nantes à La Rochelle ".

5 Arthur YOUNG, Voyage en France pendant les années 1787-88-89 et 90..., Paris, an II-1793 (1ère éd. 1792), 3 vol. Cf. l'introduction de Henri Sée dans l'édition de 1931 : Voyages en France d'Arthur Young en 1787, 1788, 1789, Paris, 1931, 3 vol. Son séjour à Nantes dure du 21 au 25 septembre 1788.

6 Michel de MONTAIGNE, Essais, dans Œuvres complètes, Paris, 1962 (1ère éd. 1580), livre I, chap. XXVI : " De l'institution des enfants ".

7 Bernard DOMPNIER, op. cit., p. 418.

8 Pierre LELIEVRE, Nantes au xviiie siècle. Urbanisme et architecture, Nantes, 1988 (1ère éd. 1942), p. 69.

9 Bernard LEPETIT, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, 1988, p. 450. Les chiffres varient selon les auteurs : Jean-Claude Perrot mentionne 40 000 en 1715-20 et 71 000 en 1793 ; Emmanuel Le Roy Ladurie 40 000 à la fin du xviie siècle et 80 000 en 1789. Cf. Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce au xviiie siècle dans les ports de Nantes et Bordeaux ", in Villes et campagnes, xve-xxe siècle. Actes du 3e colloque franco-suisse, Lyon, 23-24 avril 1976, Lyon, 1977, p. 190. - Emmanuel LE ROY LADURIE, Histoire de la France urbaine, Paris, 1981, t. 3, p. 297.

10 Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce au xviiie siècle... ", op. cit., p. 191-192.

11 Pierre LAVEDAN, Jeanne HUGUENEY, Philippe HENRAT, l'urbanisme à l'époque moderne xvie-xviiie siècles. Paris, 1982, p. 154.

12 Pierre RICHELET, Dictionnaire de la langue françoise, ancienne et moderne, Lyon, 1680.

13 Dictionnaire de l'Académie française, Paris, 1694.

14 Dictionnaire de Trévoux ou Dictionnaire universel français et latin, Paris, 1704.

15 Denis DIDEROT, Jean d'ALEMBERT, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Paris, 1731-1780.

16 Guy SAUPIN, Nantes au xviie siècle. Vie politique et Société urbaine. Rennes, 1996, p. 140-141.

17 Guy SAUPIN, op. cit., p. 29 et suiv.

18 Pierre LELIEVRE, Nantes au xviiie siècle..., p. 86-89.

19 Pierre LAVEDAN et alii. L'urbanisme à l'époque moderne..., p. 154-157.

20 John EVELYN, [Voyage de 16431, Paris, 1878 (1ère éd. 1643).

21 Gilles CORROZET, La fleur des antiquitez, singularitez et excellence de la plus que noble et triomphante ville et cité de Paris, capitale du royaume de France, Paris, 1532 (2e éd.). Le début de la Description de Paris (1599) de Thomas PLATTER le jeune (1574-1628), fils d'un grand imprimeur bâlois, en est une illustration : " La ville de Paris a été considérée jusqu'à ce jour, non seulement comme la capitale de tout le royaume de France, mais aussi comme la première de l'Europe et de la Chrétienté, à l'exception toutefois de Constantinople (...). On la nomme (...) la merveille immuable du monde et l'étoile la plus éclatante de la terre (...). On trouverait difficilement dans toute la chrétienté une ville renfermant autant d'agréments que celle-ci : (...) l'air y est doux et tempéré, ni trop froid, ni trop chaud, ni trop agité, et le climat est toujours conforme à la saison dans laquelle on se trouve... "

22 La description d'Evelyn commence de façon très conventionnelle, avec l'image du microcosme : " Comme toute ville métropolitaine ou royale est probablement l'image la plus fidèle du pays dont elle est la capitale, de même Paris peut être considéré comme l'abrégé de la France.

La ville de Paris semble un anneau dont le Louvre ou le palais du Roi seroit le diamant, et, à voir son étendue et la façon dont il est basti tout entier de cette pierre sur laquelle il est fondé (...) je ne pense pas qu'il y ait dans le monde entier une autre ville qui l'égale... ", John EVELYN, op. cit.

23 La préface du Dictionnaire d'Hurtaut et Magny présente quelques réminiscences du style Renaissance : " Deux Villes dans le Monde excitent la curiosité des Etrangers, Rome et Paris. (...) Dans la seconde, quoique moins ancienne, on voit, dans tous les genres, ce que le génie le plus sublime et l'esprit humain ont pû imaginer en grandeur et en magnificence. Si Ton considère même les degrés par où cette Ville a passé successivement pour faire aujourd'hui l'admiration de toute l'Europe, on trouvera que Rome peut souffrir le parallèle, et que Paris a, en outre, des beautés que Rome pourrait lui envier ", Pierre-Thomas-Nicolas HURTAUT, Pierre MAGNY, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, dans lequel on trouve la description de tous les monumens et curiosités, Genève, 1973 (1779).

24 Guy SAUPIN, Nantes au xviie siècle..., p. 31-34.

25 Cité par Pierre LAVEDAN et alii, L'urbanisme à l'époque moderne..., op. cit., p. 163.

26 Emmanuel LE ROY LADURIE, Histoire de la France urbaine, chap. : " l'Atlantique : tout pour la façade ", p. 470 et suiv.

27 Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce au xviiie siècle... ", p. 187-216.

28 Jean-Claude Perrot définit les cycles de l'économie nantaise au xviiie siècle : l'essor des années 1713-1725, le palier des années 1725-1735, la nouvelle croissance de 1736 à la guerre de Succession d'Autriche, la reprise après la guerre, l'effondrement dû à la guerre de Sept Ans, enfin le sommet de 1791. Cf. op. cit., p. 191.

29 Je renvoie, pour plus de détails sur les travaux d'urbanisme et leurs acteurs, à l'exhaustive étude de Pierre LELIEVRE, Nantes au xviiie siècle..., op. cit..

30 Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 134-150.

31 Cité par Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 136.

32 Encore présent sur le plan d'extension dressé par Cacault en 1756-1757.

33 Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 42.

34 Pierre LELIEVRE, op. cit., p. 81.

35 Julien Gracq a de très belles pages pour évoquer une réalité qui n'a guère changé, dans l'entre-deux-guerres :
" Il y a peu de campagnes aussi incurablement grises, aussi ingrates, aussi vautrées dans un silence et un sommeil rural épais, que celles qui s'étendent de Nantes à Redon, de Nantes à Blain, de Nantes à Chateaubriant et à Segré (...). Dans ces bocages, ces pâtis revêches, sans relief, sans vie, sans rivières, sur cette glèbe compacte et massive (...) la ville – dans laquelle, en venant du nord, on pénètre avant même qu'elle se soit annoncée – n'a jamais pu injecter de courants de vie. (...) Dans aucune de ces régions qui l'entourent, qui l'ignorent presque, qu'elle n'influence guère, ou qu'une incompatibilité d'humeur marquée lui aliène, la ville n'est chez elle, ne trouve ces liens invétérés de dépendance et d'assistance, ces échanges de services mutuels, ces traces d'allées et venues séculaires qui soudent un fief à son donjon central. (...) Cernée par les campagnes de France les plus imperméables, les moins concernées par les lointains, les plus longuement fermées à l'air extérieur, il y a ici une ville que, depuis trois siècles, rien n'assujettit plus à composer avec son milieu (...). C'est cet implant, dédaigneux de se consolider, d'une grande ville maritime et commerçante en plein sommeil rural, en pleine agriculture de subsistance " Julien GRACQ, La forme d'une ville, Paris, 1985, p. 189-193.

36 L'écobuage est une " forme spéciale de défrichement sur les landes : les mottes de terre et de végétation sont retournées et brûlées pour préparer une mise en culture – généralement de courte durée. Ce mode de culture était très répandu dans les massifs anciens d'Europe avant l'utilisation des engrais chimiques... ", Pierre GEORGE, Dictionnaire de la géographie, Paris, 1970, p. 143.

37 Sur la pensée agronomique française, cf. Jean-Claude PERROT, Une histoire intellectuelle de l'économie politique (xviie-xviiie siècle), Paris, 1992, chap. II : " La terre. L'équilibre économique. Les crises agricoles ", p. 195-284.

38 Jean-Claude PERROT, " Urbanisme et commerce... ", op. cit., p. 190.

39 Daniel ROCHE, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), Paris, 1978.

40 Daniel ROCHE, Les Républicains des lettres..., op. cit., chap. VII : " Les sciences dans les académies provinciales ", p. 205-216.

41 Daniel ROCHE, Le Siècle des Lumières, op. cit., t. I, p. 63.

42 Chambre littéraire de Rennes, 1780, cité par Daniel MORNET, Les origines intellectuelles de la Révolution française 1715 1787, Lyon, 1989 (1ère éd. 1933), p. 353 ; voir aussi p. 325 et suiv., p. 348 et suiv.

Notes de fin

1 Natacha COQUERY est Maître de Conférences à l'université de Tours.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540