Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Deuxième partie. La ville donnée à lire le voyageur et le médecin

L'éloge de Tours de Francesco Florio (1477)

Entre la tradition médiévale et le discours humaniste

Bernard Chevalier

Texte intégral

  • * Bernard CHEVALIER est Professeur émérite à l'université de Tours.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Nouvelle biographie générale, par MM. FIRMIN-DIDOT, t. XVII, Paris, 1873, s.v. Florio. Voir aussi (...)
  • 2 " Description de la ville de Tours sous le règne de Louis XI par F. Florio ", publiée et annotée p (...)

2Florio (Francesco) : " Romancier italien, né à Florence, vivait au quinzième siècle Sa vie est inconnue. On est même allé jusqu'à nier son existence ". Si l'on prend cette notice datée de 1873, au pied de la lettre, on peut en conclure qu'à cette date l'on ne savait rien de notre auteur1. Et pourtant depuis longtemps déjà la formule stéréotypée qui faisait de la Touraine le " jardin de la France " était devenue une assez fade banalité. Mais qui donc hors de Tours, savait que cette image clinquante avait été lancée par Francesco Florio, un humaniste italien venu se fixer dans cette ville sous le règne de Louis XI ? On la trouve en effet dans " l'Eloge de Tours ", œuvre restée inédite jusqu'à sa publication par André Salmon en 18552. L'opuscule, que le rédacteur de la Nouvelle biographie générale ignorait totalement, était resté dans l'oubli et n'a guère été commenté depuis lors. Et pourtant, à la fin du xve siècle, ce genre littéraire que constitue l'éloge de ville, cultivé sous une forme très différente dans les siècles médiévaux, venait d'être profondément renouvelé à Florence et à sa suite dans toute l'Italie humaniste du Quattrocento. Il n'est donc pas sans intérêt de reprendre en considération l'œuvre de Francesco Florio pour tenter de voir où elle se situe. Se rattache-t-elle à la tradition médiévale ou au nouveau discours humaniste ? Etant donné l'origine de l'auteur, sa culture et son lieu de résidence, la question mérite d'être posée. Elle suppose pour être éclaircie bien des comparaisons et devrait s'ouvrir sur de larges perspectives d'histoire culturelle que les dimensions de la présente note et l'état actuel des connaissances ne permettent pas d'envisager. Tout juste est-il possible de présenter quelques acquis, de faire le point et d'avancer quelques modestes observations, en préliminaire d'une plus vaste étude qui porterait sur les éloges de ville dans la France et l'Italie de la première modernité.

QUE SAIT-ON DE FRANCESCO FLORIO ?

  • 3 Francisci Florii Historia de amore Camilli et Ameliae, (Paris, Petrus Caesaris und Johanes Stol, u (...)

3Francesco Florio fait partie de ces auteurs de seconde zone dont le destin général est de n'avoir suscité l'intérêt d'aucun biographe de leur temps. L'on ne sait rien d'eux, si ce n'est ce qu'ils disent d'eux-mêmes soit dans les prologues, soit dans les colophons de leurs œuvres, selon un usage devenu courant au xve siècle. Francesco Florio ne fait pas exception et longtemps n'a été connu que grâce à deux de ses œuvres. La première est un court roman ou plutôt une nouvelle écrite en latin qu'il acheva à Tours en 1467 et qui fut imprimée à Paris en 1473. Elle eut beaucoup de succès et fit longtemps toute sa modeste gloire3. C'est donc grâce à la curiosité précocement éveillée des historiens de l'imprimerie et de la littérature néo-latine, que l'on a commencé à parler un peu de Florio et l'on a vu avec quelle imprécision.

  • 4 On notera que l'adjectif " turonicus " employé par Sulpice Sévère dans sa Vita Martini peut aussi (...)
  • 5 Ch. P. FINLAYSON, " Florius Infortunatus ", Scriptorium, XVI, 2, (1962) p. 378-380 ; " Florius Inf (...)
  • 6 Lionello SOZZI, " Petrarca, Tardif e Denys de Harsy (con una nota su Francesco Florio) ", Studi fr (...)
  • 7 Evencio BELTRAN, " Un discours inconnu de Francesco Florio sur la rhétorique ", Bibliothèque d'Hum (...)
  • 8 Gilben TOURNOY a déjà donné une édition moderne de la nouvelle dans De Latijnse Proza-novelle in d (...)

4Sa deuxième œuvre, également latine, celle que nous étudions ici, a pour titre exact : " Francisa Florii Florentini ad Jacobum Tarlatum castellionensem de probatione turonica "4. André Salmon en la publiant a rassemblé dans son introduction tout ce que l'on pouvait savoir alors sur notre auteur, c'est-à-dire bien plus que l'auteur du dictionnaire cité plus haut. Depuis l'on a fait d'autres découvertes. L'on sait que Florio a eu une abondante activité de copiste5 ; ses liens avec les humanistes français ont été mis en valeur6 et l'on a pu retrouver un " discours sur la rhétorique " qu'il avait écrit à Paris en avril 1466 et qui était aussi resté inédit7. Gilbert Tournoy prépare une édition critique très attendue de la nouvelle néo-latine de Francesco Florio et, à cette occasion, nous promet de faire le point sur sa biographie8. Des recherches faites en Italie permettraient peut-être de glaner quelques détails supplémentaires sur lui, mais c'est peu probable.

  • 9 Evencio BELTRAN, op. cit., n. 4.
  • 10 VALLET DE VIRIVILLE, Histoire de Charles VII, t. III, p. 343-345. Pierre CHAMPION, Louis XI, 2 vol (...)
  • 11 Evencio BELTRAN, " L'humaniste Guillaume Tardif ", Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, t. 48, (...)
  • 12 Augustin RENAUDET, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d'Italie (1494-15 (...)

5Voici donc comment l'on peut résumer à l'heure actuelle, sous bénéfice d'inventaire, la biographie de Francesco Florio. Originaire de Florence où il naquit selon toute vraisemblance vers 1420-1427, il s'y forma sans doute aux lettres d'humanité. Il séjourna à Arezzo et la connaissance personnelle qu'il dit avoir eu de Camille et Emilie dont il raconte la tendre histoire n'est peut-être pas pure fiction littéraire. On peut être sûr qu'il était religieux dominicain, de la province de Rome, tant il est aisé de le reconnaître dans le Franciscus Florius, qui se désigne ainsi dans le colophon d'un manuscrit de la Somme théologique achevé à Paris en août 14659. A l'en croire il aurait parcouru presque toute l'Europe et une partie de l'Asie, grâce sans doute à son appartenance à l'ordre prêcheur. En tout cas il résida certainement à Rome et c'est là, selon toute vraisemblance, qu'il fit la connaissance de Jean V, comte d'Armagnac. En effet ce prince méridional qui avait été l'objet de poursuite au parlement de Paris pour rébellion, inceste avec sa soeur et crime de lèse-majesté, avait pris la fuite en 1459 sans attendre le jugement prononcé contre lui par contumace le 13 mai 1460. Il avait fini par aboutir à Rome et s'était mis sous la protection du pape Pie II. Le pontife avait reçu le coupable venu à résipiscence ; il lui avait infligé diverses pénitences réparatrices et avait demandé sa grâce à Charles VII sans pouvoir l'obtenir. Le changement de règne permit au comte d'être réhabilité et de revenir sur ses terres grâce aux lettres d'abolition données par Louis XI, le 11 octobre 146110. Voilà, de son propre aveu, l'événement qui poussa Francesco Florio à quitter définitivement la Toscane pour venir tenter sa chance auprès du comte, mais il dit lui-même qu'il n'obtint rien de lui. Il parcourt alors la France, puis se fixe à Paris pendant trois ans, de 1464 à 1467. Au cours de ce séjour il se lie d'amitié avec Guillaume Tardif11 et, à ses dires, partage avec lui des goûts qui l'amènent à servir Mars et Vénus, mais peut-être ne s'agit-il là que d'un effet supplémentaire de rhétorique. En tout cas, à cette époque, l'humaniste français, auquel l'Italien sensiblement de même âge voue pourtant une admiration d'élève respectueux, commence une belle carrière de professeur de grammaire, dans la " rue Sainte-Geneviève " (in vico Sanctae Genofevae)12. Il est en France le brillant introducteur des renouvellements apportés à la discipline par les humanistes depuis Lorenzo Valla ; il est proche aussi des milieux de cour et précepteur des Grands : Charles de France, frère de Louis XI d'abord, le dauphin Charles ensuite en 1476, qui le prendra comme " lecteur " après son avènement à la couronne. Florio était donc à Paris en très bonne compagnie et l'amitié des deux hommes, fondée sur une égale passion pour les lettres latines, était encore vive à la fin de 1467, puisque venu à Tours le Florentin dédie à Guillaume Tardif le 31 décembre la nouvelle latine qu'il venait d'achever. Cette œuvre est une imitation avouée de l'Historia de duobus amantibus, roman d'amour déjà très célèbre, composé par Aeneas Sylvio Piccolimini, avant qu'il devienne le pape Pie II. Et notre homme dans son prologue prend soin de dire qu'il n'a pas édité son livre dans l'intention de faire de l'ombre à son modèle ! L'œuvre eut un succès immédiat et fut imprimée à Paris dès 1473, à Cologne en 1475, à nouveau à Paris en 1477. Elle fut l'objet cent ans plus tard de traductions en allemand et en français.

6Francesco Florio cherchait à gagner sa vie, notamment au cours de son séjour parisien, comme écrivain, c'est-à-dire comme copiste, travaillant à la commande pour transcrire aussi bien saint Thomas, que Virgile, Sénèque, Perse, Juvénal, Valère Maxime ou le Décret. L'on a de lui assez de manuscrits pour que sa main soit aisément identifiable par les connaisseurs.

  • 13 " Francisci Florii Florentini de duobus amantibus liber feliciter expletus est Turonis, editus in (...)
  • 14 Dr. Emile GIRAUDET, " Les artistes tourangeaux ", Mémoires de la société archéologique de Touraine(...)
  • 15 Bernard CHEVALIER, Tours ville royale, Paris-Louvain, 1975, p. 465.
  • 16 Un faible argument à ce titre est constitué par l'existence en 1501 d'un Etienne Larcevesque, curé (...)
  • 17 " ... qui unus ex Sancti Gatiani canonicis est, vitae integritate ac morum probitate et scientia p (...)

7Il ne pouvait cependant se passer de l'hospitalité de quelque riche protecteur. A Tours en 1467 il était logé dans la maison de " sire Guillaume Larchevêque "13. Qui était donc cet hôte ? André Salmon a déjà relevé qu'aucun archevêque de Tours ne porte le nom de Guillaume dans cette période. L'illustre famille des Larchevêque, seigneurs de Parthenay en Poitou, de Semblançay, de Saint-Christophe et des Ponts-de-Tours en Touraine et dont un Guillaume fut bailli-gouverneur de Touraine au début du xve siècle, aurait pu fournir une piste, mais le même Salmon rappelle qu'elle était éteinte depuis 1422. Il y a bien à Tours dans ces années-là un maître maçon, architecte si l'on veut, nommé Guillaume Larchevêque qui travaille pour la ville entre 1466 et 1478 et que l'on retrouve dans les comptes de la fabrique de Bueil en Touraine en 149614. Mais c'est sûrement un trop petit personnage pour que Florio le nomme " sire ". Le titre n'est pas galvaudé à Tours en cette fin du xve siècle et, réservé aux bourgeois et aux marchands très bien placés, il ne saurait convenir pour un homme de métier15. Peut-être s'agit-il d'un chanoine de l'un ou l'autre des deux grands chapitres – leur liste est si mal connue16 – peut-être aussi de l'hôtel des Larchevêque, si tant est qu'ils en aient eu un à Tours portant leur nom. Francisco Florio ne semble pas avoir encore choisi définitivement de résider Tours, puisqu'il achève à Bruges en décembre 1469 la copie d'un Valère-Maxime. Il y revient pourtant et déclare dans son " Eloge de la Touraine " qu'il s'y trouve si bien qu'il n'en veut plus partir. Or André Salmon avec de bons arguments date le texte de 1477, 1478 au plus tard. Florio nous dit alors qu'il a gîte et table ouverte chez maître François Thouars, un chanoine de la cathédrale, un homme " clarissime ", " de bonne vie et moeurs, accompli en savoir et pourtant d'une modestie incontestable, qui aime tant les gens de lettres qu'il met ses délices à vivre en leur compagnie et son bonheur à converser avec eux "17.

  • 18 Jacques GUIGNARD, " Humanistes tourangeaux ", Humanisme et Renaissance, VII, fasc. 2, 1940, p. 134 (...)
  • 19 Catalogue des lettres de Nicolas V concernant la province ecclésiastique de Tours d'après les regi (...)
  • 20 Cartulaire de l'archevêché, éd. par Louis DE GRANDMAISON, Mémoires de la société archéologique de (...)
  • 21 YVES de RAULIN (abbé), " Jean Fouquet, peintre de l'archevêque Jean de Bernard ", Gazette des Beau (...)
  • 22 Bernard CHEVALIER, Tours…, op. cit. p. 90-91, 110.
  • 23 Georges COLLON, op. cit., P.J., p. 197, 231, 238, 308, 319.
  • 24 A.M. Tours, BB registre 12, passim, fol. 39, fol. 123 v° (serment).
  • 25 Les Annales, op. cit., p. 52, n° 212.
  • 26 A.D. Indre-et-Loire, G 145, p. 8 ( 1487). Jaques Guignard fait état de son décès à cette date mais (...)

8On aimerait pouvoir en dire plus sur ce mécène tourangeau qui fut l'ami d'un humaniste italien, mais il reste presque aussi obscur que son protégé. Son nom ne le rattache à aucune famille tourangelle notoire et tout juste peut-on donner quelques indications sur sa carrière ecclésiastique. Jacques Guignard, qui a pu consulter les registres de la confrérie de Saint-Gatien aujourd'hui perdus, nous dit qu'il y fut reçu en 144918. Chanoine de Notre-Dame et Saint-Florent d'Amboise, il est pourvu par le pape Nicolas V d'un office de tabellion en 145319. Il instrumente comme notaire apostolique le 1er juin 1456 et de même le 28 septembre 146520. A une date inconnue, il est entré dans le chapitre cathédral et y occupe une place éminente, d'autant qu'il devient le secrétaire, mieux même l'homme de confiance, de l'archevêque Jean Bernard. Le prélat, dans son testament rédigé peu avant sa mort survenue le 16 avril 1466, le désigne comme l'un de ses exécuteurs testamentaires et en outre pour régler la question assez compliquée de ses commandes passées au peintre Jean Fouquet et aux dettes qu'il a contractées envers celui-ci, recommande de s'en remettre à l'artiste et à François Thouars " qui savent " bien ce qu'il en est21. Le chanoine a-t-il gardé les mêmes fonctions auprès d'Hélie de Bourdeille, le nouvel archevêque ? On ne saurait le dire, mais il reste bien toujours un personnage important notamment auprès des autorités municipales. On sait que les institutions tourangelles, avant comme après leur réforme imposée par Louis XI en 1462, donnent aux deux grands chapitres urbains le droit d'avoir en alternance un représentant qui délibérait des affaires de la ville avec les deux élus, plus le maire, quand il en fut institué un22. François Thouars figure à ce titre dans les archives communales ; en 1458, il représente les " gens d'Eglise ", comme on dit, en septembre 1461 aussi ; en octobre de la même année il est dit en outre vicaire de l'archevêque Jean Bernard et son représentant, en mars 1465, il ne l'est plus, mais siège pour le chapitre ; en juillet 1467, à nouveau pour l'archevêque, mais sans être donné comme son vicaire23. Le 21 novembre 1471 il figure au nombre des vingt-deux chanoines qui prêtent serment de fidélité à Louis XI, preuve supplémentaire de sa résidence régulière. Du reste au cours de cette même année 1470-1471 il est une fois de plus commis des chapitres auprès de la municipalité24. En novembre 1473, par bulle pontificale, il est promu à l'office de chantre, rendu vacant par la provision de Jean Brete à celui de trésorier25. En août 1487, l'on a encore une liste de vingt-quatre chanoines, mais François Thouars n'y figure plus et un autre chantre est mentionné. Il était mort sans doute à cette date26.

  • 27 Gilbert TOURNOY, " Francesco Florio's Novella ...", op. cit..

9Francesco Florio se plaisait dans la compagnie de cet homme cultivé, titulaire pour le moins de la maîtrise-ès-arts, dont la généreuse hospitalité le consolait sans doute de l'éloignement de Guillaume Tardif, loin de son coeur mais non de sa résidence, puisque le dauphin, élève du savant grammairien, réside alors à Amboise. Et pourtant Francesco Florio ne s'attarda pas dans la compagnie de son chanoine lettré, puisqu'on le retrouve, aussitôt après la rédaction à Tours de son " Eloge de Tours ", au service de Tristan de Salazar, archevêque de Sens, pour lequel il copie entre le 9 juillet 1478 et le 12 mars 1480 un Décret de Gratien. Le 1er septembre 1483, il achève pour le même, celle des Cinq livres des Décrétales, mais se dit sans force pour entreprendre celle du Liber Sextus et des Clementinae. Il mourut donc sans doute peu après, en France où il avait déclaré qu'il voulait finir ses jours27.

  • 28 Il s'amuse en 1469 à signer deux copies de manuscrits en transcrivant son nom en caractères grecs, (...)

10Tel se présente notre auteur replacé dans les milieux français qu'il a fréquentés successivement. Ce dominicain en rupture de ban est une personnalité de second ordre, mais assez représentative de ces nombreux Italiens qui déboulent en France à partir de 1450 avec l'espoir de s'y faire un nom sur un marché littéraire très ouvert et d'y trouver facilement une protecteur. Il gagne mal sa vie comme copiste, puisqu'il signe par deux fois ses œuvres :" Florio l'infortuné " et doit donc se faire quelque peu pique-assiette. Humaniste formé aux meilleures sources florentines, qui a même appris un peu de grec, à Florence ou peut-être simplement à Paris28, il cherche à s'insinuer dans les cercles lettrés, dans la capitale, puis à Tours, sans que le succès réponde toujours à son attente. La gloire littéraire le tente, même si son œuvre unique n'est guère plus qu'un pastiche réussi. Il en méditait une autre de plus vaste dessein qu'il n'a jamais pu réaliser. Du moins fut-il un temps assez bien recommandé pour pouvoir se faire imprimer à Paris, mais son De Laudibus rethorice et son De Probatione turonica restèrent manuscrits.

L'ÉLOGE DE TOURS

  • 29 B.N., Ms. lat. 12 879, n° 308, fol. 282-292 ; c'est le tome II de la deuxième partie.
  • 30 Jean MAAN, Sancta et metropolitana Ecclesia turonensis... Tours, 1667, deux citations rédigées com (...)
  • 31 Biographie universelle, s.v. Ménard ; Jean MAAN, op. cit., p.30 " doctissimus Menander turonensis (...)
  • 32 Thibault LEPLEIGNEY, Décoration du pays et duché de Touraine, nouvelle édition publiée par le prin (...)

11Le seul manuscrit connu du De Probatione turonica est une copie faite par Dom Martène, ou pour lui, à la fin du xviie siècle et insérée dans le gros dossier de preuves de son " Histoire de Marmoutier "29. L'état du texte est très médiocre, les fautes de lecture ou de copie sont évidentes et nombreuses. André Salmon l'avait constaté et nous dit qu'il a procédé à des corrections, mais sans même les indiquer en notes, de sorte que son édition, comme le relève Gilbert Tournoy, est " assez défecteuse ", sans que pour autant le sens de l'œuvre en soit vraiment altéré. L'intérêt de Dom Martène a été suscité par les pages que contient le manuscrit sur Marmoutier, mais comment en a-t-il eu connaissance ? Nous ne saurions le dire. Une copie se trouvait sûrement dans la bibliothèque du chapitre, celle de François Thouars, sans doute, puisque le chanoine Maan la connaît et la cite comme référence dans son histoire de l'Eglise de Tours publiée en 166730. Une autre, d'après la notice de la " Biographie universelle " se serait trouvée dans la bibliothèque du président Ménard, l'érudit nommé par Maan sous le nom de Petrus Menander, né à Tours en 1606 dont il fut maire en 166431. Il n'est guère possible de faire remonter plus haut la chaîne de transmission. Au milieu du xvie siècle, l'apothicaire et polygraphe tourangeau, Thibault Lepleigney ne semble pas avoir connu l'œuvre de Florio, en dépit de ce qu'affirme son éditeur moderne ; en tous les cas il ne le suit pas dans ses descriptions32. Restons-en là faute de plus ample information.

  • 33 Gilbert TOURNOY, 1968, op. cit..

12Le texte relève d'un genre littéraire déjà vigoureux en Italie, mais guère encore exploité en France ; cependant s'il était destiné à une large diffusion, il a manqué son but. Il est court : vingt pages dans l'édition d'André Salmon. Sa forme est celle d'une lettre ouverte adressée à un nommé Jacobus Tarlatus castellionensis. Sur ce destinataire, à l'heure actuelle, l'on n'a pas dépassé les hypothèses fragiles de l'éditeur : soit un Jacques Tarlat habitant un lieu dit Châtillon (mais lequel ?), soit un Jacopo Tarlati de Castiglioni, bourgade située à deux lieues de Florence. L'introduction, qui sert de captatio benevolentiae, est très ample, de style particulièrement ampoulé, bourrée de références mythologiques fort pédantes. Elle nous apprend que le correspondant et ami de Francesco Florio avec lequel il partage un égal amour des lettres, a abandonné les études pour aller en Sicile se livrer à des activités lucratives et qu'il est depuis revenu résider à Rome. L'auteur, qui n'a aucune nouvelle de lui depuis longtemps, malgré la venue à Tours de " Charles Manuel ", lui écrit donc pour lui donner des siennes depuis qu'il a quitté la Toscane et qu'il est venu finalement se fixer à Tours. Qu'y a-t-il d'exact dans ses lignes, qu'est-ce qui ressortit à la fiction littéraire ? On peut toujours se le demander, d'autant plus que dans la suite du développement les fréquentes apostrophes de l'auteur à son correspondant et les exhortations qu'il lui adresse tendent plutôt à montrer qu'il cherche à se placer dans un genre littéraire éprouvé. L'imitation d'antécédents antiques, celle des lettres de Sénèque et de Pline le jeune et des " Lettres familières " de Cicéron, récemment retrouvées, se recommandait aux humanistes. Ajoutons que le genre est utilisable aussi comme masque, par exemple pour donner une présentation noble à des propos très éloignés du grand style, comme l'avait fait Aenas Sylvius Piccolimini lui-même pour son roman leste33. Francesco Florio use-t-il aussi de cet artifice pour faire passer l'éloge de son pays d'adoption et ses violentes critiques de Rome et de l'Italie ? Le genre littéraire qu'il a choisi lui permet de le faire sous couleur d'expliquer à un ami qui s'entête à vouloir résider à Rome pourquoi il veut rester en France.

13Après ce long exorde, en effet, Florio en vient à son vrai sujet. André Salmon donne dans son introduction une rapide analyse du contenu, mais il n'est pas inutile d'y revenir pour mieux faire ressortir certains accents du texte. Après deux pages et demie de préliminaires, Florio commence donc sa description en situant la Touraine " jardin de la France " au centre du royaume. Il rappelle très brièvement le souvenir de Turnus, héros éponyme du pays et de la cité de Tours, et profite de l'occasion pour se livrer à une digression érudite sur les faits similaires tirés de l'Antiquité. Il dit ensuite avec force images mythologiques que le climat du pays est tempéré, que ses eaux sont pures, les récoltes et les vendanges, abondantes, les fruits, délicieux. Mais là vient une mention développée, concrète et précise des poires dites de " bon chrétien " (Bonum Christianum), variété exquise qui ne pousse qu'en Touraine.

14Dans ce pays paisible à l'abri du fracas des armes, l'on se porte bien, puisqu'il ne s'y trouve pas de ces eaux dormantes dont les miasmes envoyés par Junon propagent la peste. Là-dessus, l'auteur qui passe très vite sur les fleuves, les villes et les champs, déclare qu'il veut en venir à la ville même de Tours dont l'éloge occupera les seize pages suivantes. La louange de la ville est donc son véritable sujet. Après quelques lignes assez banales consacrées à la Loire, aux remparts de la ville garnis de tours, à ses portes larges et belles, aux rues peuplées d'habiles artisans, ornées de grandes maisons, il se fait beaucoup plus précis en décrivant le site de l'agglomération, étirée le long du fleuve, ponctuée à l'est par " l'église de Gatien " et à l'ouest, par celle du " très saint Martin ", au centre par l'abbaye Saint-Julien, plus les églises paroissiales et collégiales et les couvents des quatre ordres mendiants. Le ton est donné. A partir de là l'éloge de la ville devient celui de ses églises remarquables.

15En tête vient Saint-Gatien dont le fondateur, dit-il, fut saint Martin. La cathédrale venait alors d'être achevée, mais son architecture n'en est pas décrite. L'attention de Florio se porte sur le collège de chanoines et sur le clergé dont les effectifs sont indiqués avec précision. Commence alors après une mention du ressort de la province ecclésiastique un long développement consacré aux archevêques, qui ne se réduit pas à une simple énumération. En tête Florio nomme Martin précédé de Lidoire (non pas de Gatien), suivi de Brice, puis viennent Grégoire, objet d'un vibrant éloge et d'un parallèle soutenu avec Grégoire le Grand son contemporain, ensuite Volusien et Arnoul, martyrs. C'est ici que l'auteur place la description des trois châsses derrière l'autel dont celle de saint Gatien cité ici pour la première fois, et du petit autel sur lequel la messe en son honneur est chantée tous les jours ; à côté se trouve la châsse de saint Arnoul. Il est clair que cette présentation, nourrie de lectures certes, est surtout dictée par l'organisation même du sanctuaire. Florio fait observer ensuite que onze archevêques de Tours sont au nombre des saints, mais que bien plus ont brillé par leurs vertus. C'est le moyen dont il use pour en venir aux plus récents d'entre eux. Il cite en premier lieu Hildebert (de Lavardin) dont il dit qu'il a réuni un concile provincial, connu seulement par cette indication ; il souligne avec lyrisme son talent littéraire. Il a une mention appuyée pour les grands mérites de Jean Bernard et nomme ensuite le franciscain qui occupe le siège, c'est-à-dire Hélie de Bourdeille, dont il ne doute pas qu'il figure à son tour parmi les saints.

16Au terme de cette longue digression que Florio reconnaît comme telle, il aborde la présentation de Saint-Martin. Là encore, il passe très rapidement sur l'architecture, mais donne beaucoup de détails très précis sur la composition du collège de chanoines. L'éclat des cérémonies que l'on célèbre dans la basilique lui fournit le prétexte d'une digression sur le discrédit où sont tombées celles de Rome et lui permet de dire combien sur ce point les Français l'emportent sur les Italiens. Revenant à Saint-Martin, Florio vante alors la splendeur de la châsse qui enferme le corps du confesseur, celle des autres reliquaires et celle du trésor.

17De là il passe sans transition au château royal où il relève la présence du tombeau de Turnus, mais surtout la grande qualité de la musique et des chants donnés dans la chapelle sous la direction de Jean " Okegam " (Jean de Ockeghem). Il lui décerne les plus vifs éloges en dénigrant à cette occasion la musique italienne.

18Puis, au gré de la promenade, il nous emmène à Marmoutier dont la présentation est essentiellement consacrée aux souvenirs martiniens que l'on y vénère. Suivent alors un développement assez ample consacré à l'histoire de l'abbaye et enfin seulement une brève allusion à la qualité de ses monuments.

19En se présentant toujours comme un promeneur curieux, Florio nous entraîne ensuite au Plessis, occasion pour lui de célébrer la gloire du lieu, de la cour royale et du roi Louis XI. Sur le chemin du retour, il s'arrête à l'église Notre-Dame-la-Riche, fondée par saint Gatien, magnifiquement ornée de peintures et notamment celles de Jean Fouquet dont il souligne très éloquemment le grand talent ; il rappelle à cette occasion que le peintre a exécuté dans sa jeunesse le portrait du pape Eugène IV toujours présent à Rome dans la sacristie de l'église Santa-Maria sopra Minera.

20L'éloge de Tours à proprement parler se termine là, mais deux pages encore le prolongent qui célèbrent sur un ton hyperbolique la supériorité de la France et des Français sur l'Italie, et tout particulièrement l'éclat sans rival dont brillent la philosophie et la théologie à l'université de Paris. Ces considérations nous acheminent à la conclusion dans laquelle Francesco Florio explique à son correspondant qu'il est si heureux à Tours chez son hôte François Thouars qu'il n'a aucune envie de revenir en Italie. La formule finale : " Ici s'achève le résumé de l'éloge de la Touraine " (De probatione turonica compendium explicit), d'après sa tournure même, semble bien être un ajout de Dom Martène ou de son copiste.

21Telle quelle la structure du texte fait problème. Elle semble tout à la fois fort innovante par sa forme et son style, mais archaïque par ses principaux centres d'intérêt ; elle est gonflée d'abstractions littéraires et mythologiques, mais riche d'informations personnelles, concrètes et précises. Se rattache-t-elle donc à des modèles locaux antérieurs ou bien doit-elle tout à des types nouveaux de rhétorique ?

  • 34 Narratio de commendatione Turonicae provinciae et de nominibus et actibus episcoporum civitatis tu (...)
  • 35 Jean MAAN, Ecclesia turonensis, op. cit., p. 33, en fait le treizième archevêque de Tours, qui n'a (...)

22Sur place, en effet, Francesco Florio disposait d'une source possible : le " Traité de l'éloge de la Touraine, des évêques de Tours, des abbés et du monastère de Marmoutier ", recueil composite rédigé au xiiie siècle par regroupement d'oeuvres antérieures, comme l'a démontré indubitablement la critique historique34, André Salmon ne doutait pas que Florio l'ait connu et soutenait que les développements consacrés à Marmoutier en sortaient directement, quand ils ne venaient pas de la " Vie de Martin " de Sulpice Sévère. Si l'observation porte juste en ce qui concerne l'historique de l'abbaye, elle ne vaut pas pour l'énumération des sites liés à l'histoire de saint Martin. Ces mentions assez rapides n'en viennent pas ; elles relèvent de la chose vue ou tout au moins d'un descriptif rédigé pour faciliter les visites des pèlerins. La liste des archevêques de Tours que donne Florio ne ressemble en rien à celle du moine de Marmoutier. Ce dernier se contente de recopier celle de Grégoire de Tours et de la compléter par une pure et simple accumulation de noms propres. Florio, lui, choisit les siens, met en relief les principales figures et introduit dans le nombre le saint martyr Arnoul (Arnulphus) inconnu de Grégoire de Tours, d'une part parce que telle était la tradition du chapitre, de l'autre parce qu'il avait pu voir et vénérer la châsse qui contenait ses restes35. La description hyperbolique et boursouflée que le moine de Marmoutier donne de la campagne proche de Tours, de Châteauneuf et de ses habitants n'est pas imitée par Florio qui paraît presque sobre en comparaison.

  • 36 B.M. de Tours, ms. 156, fol. 45.

23Autre source locale possible, l'éloge de la cité de Tours qui ouvre assez curieusement la troisième leçon de l'office de saint Gatien. Il était sûrement bien connu, sinon de Florio lui-même, du moins du chanoine Thouars, son protecteur, mais il ne s'agit là que d'un bref paragraphe, très conventionnel dans son expression36.

  • 37 Pierre GASNAULT, " Le pèlerinage de Jérôme Munzer à Saint-Martin de Tours et à Marmoutier en 1495 (...)

24On aurait peine par conséquent à faire du De probatione l'habillage humaniste de traditions littéraires locales. Si le texte se rattache au genre médiéval des éloges de ville, c'est plutôt par son caractère descriptif et par l'échelle de valeur à laquelle il se réfère. Son sens de la précision et son goût du détail concret ont déjà été relevés. Deux points méritent que l'on y revienne. A partir du paragraphe consacré à la basilique Saint-Martin, Florio change sinon de ton, du moins de mode de présentation. Il affecte de se mettre en scène sous les traits du promeneur. Il nous dit qu'il quitte le cloître du chapitre métropolitain où il réside, dans la cité, pour se rendre à la chapelle du château royal tout proche, afin d'y savourer la beauté des chants à la grand-messe et aux vêpres. C'est le même promeneur un peu désoeuvré qui passe le pont de pierre sur la Loire pour aller à Marmoutier à un mille de la ville, qui pousse à l'occasion jusqu'au Plessis et admire la cour du roi, puis revient en ville en s'arrêtant au passage dans le faubourg Notre-Dame de la Riche. Bien sûr, il sacrifie ainsi au genre qu'il a choisi en prenant le ton du récit fait à un ami, mais, remarquons-le, il ne le fait pas d'un bout à l'autre du texte. Par delà les conventions de la rhétorique, l'on peut reconnaître, tant dans la description des deux grands sanctuaires que dans les autres pages une certaine similitude avec un autre genre littéraire, celui des itinéraires de voyage et de pèlerinage. Il suffit de rapprocher le texte de Florio de celui de Jérôme Munzer, qui raconte son pèlerinage à Tours en 1495, pour saisir leur étroite parenté, malgré l'évidente différence de leur style37. L'on ne peut guère supposer que Munzer ait eu entre les mains le manuscrit de Francesco Florio, mais il semble que l'on puisse appliquer à l'un comme à l'autre l'hypothèse pertinente formulée par Pierre Gasnault à propos du voyageur humaniste allemand, celle de l'exploitation de guides rédigés à l'intention des pèlerins, ou tout simplement pour Florio les explications fournies par le chanoine François Thouars.

  • 38 Ensuite seulement viennent le renom de l'université, quand il y en a une, et l'importance des sièg (...)

25Retenons aussi l'échelle de valeurs commune aux deux auteurs. Pour l'un comme pour l'autre, la dignité et l'importance d'une ville sont estimées d'abord en fonction de la qualité de ses églises et des reliques qu'elles renferment. Opinion dominante qui est bien celle aussi que véhiculent les documents les plus officiels, par exemple ces éloges de ville dont sont pourvus les considérants solennels de confirmations de privilèges38.

  • 39 Herman GOLDBRUNNER, " Laudatio urbis. Zu neueren Untersuchungen über das humanistische Städtelob " (...)
  • 40 La plus récente édition de ce texte célèbre est donnée avec traduction en italien dans Opere litte (...)

26A tous ces titres l'opuscule de Francesco Florio peut être rattaché à une tradition que l'on pourrait dire médiévale. Mais notre homme est un florentin parfaitement au courant des œuvres littéraires de son pays et du nouveau type d'éloge de ville dont l'Italie humaniste du Quattrocento donnait le modèle39. Il ne pouvait en ignorer l'œuvre maîtresse, " l'Eloge de Florence " (Laudatio florentine urbis) publiée par Leonardo Bruni entre 1402 et 140340. C'est une œuvre de rhétorique, mais aussi de réflexion politique et de combat, rédigée au lendemain du grand affrontement qui avait opposé Florence à Gian-Galeazzo Visconti et qui eut très tôt un retentissement considérable. Pier Candido Decembrio, du reste, voulut y répliquer point par point en 1436 en faisant l'éloge de Milan. Aeneas Sylvius Piccolomini l'imita sans vergogne dans son éloge de Bâle dont la deuxième version date de 1438. Restons-en à ces trois œuvres si liées les unes aux autres, car ce sont celles dont Francesco Florio a sûrement pu avoir connaissance avant de partir en France et dont il aurait pu s'inspirer. Dans son court roman, il insère en tête de son récit un éloge d'Arezzo qui n'est pas sans intérêt pour notre propos. Il décrit cette " autre Rome " comme une ville valeureuse, toujours capable de se redresser après les épreuves, et, bien qu'ayant perdu sa liberté en passant sous le joug florentin, toujours glorieuse grâce à ses enfants prestigieux : Pétraque, Léonard et Charles Bruni. La ville vaut donc par les valeurs civiques qu'elle incarne et par le prestige de ses héros.

27C'était déjà le modèle fourni par Leonardo Bruni. Dans un style non dépourvu d'emphase, mais débarrassé de toute pédanterie mythologique, il avait donné une œuvre qui rompait avec l'empilement de faits et de dates propres aux descriptions de ville médiévales. Certes il louait d'abord la situation de la ville, la modération de son climat, sa remarquable propreté, ses ponts, ses belles demeures, ses églises, ses monuments splendides, mais sans en citer aucun, si ce n'est le siège du gouvernement, le palais de la Seigneurie. L'essentiel pour lui était de montrer que la qualité de la ville découlait de celle de ses habitants. La valeur de Florence, c'est son peuple qui la lui donne, c'est son passé illustre de lutte contre les empereurs et les tyrans, c'est sa résistance face à celui de Milan et c'est l'harmonie parfaite de ses institutions. L'éloge de ville humaniste n'est plus descriptif, mais rhétorique ; il se charge d'un contenu idéologique qui, chez Bruni, s'exprime par l'éloge raisonné de la constitution de Florence et par l'exaltation de sa liberté qui fonde ses prétentions à l'hégémonie.

28Florio imite-t-il-ce prestigieux modèle ? Il s'en écarte assurément, quand il substitue à l'humanisme civique l'éloge des églises tourangelles et de leur saints patrons, mais il s'en rapproche, d'abord par la brièveté et la relative sécheresse de son tableau d'ensemble de la Touraine, ensuite et surtout par la place qu'il réserve à la mission historique dévolue au pays et celle qu'il fait à ses héros.

  • 41 Est autem Turonia in medio sita regni profecto, ut dicunt, et est Franciae viridarium. si quidem p (...)
  • 42 Colette BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 318-322.

29En effet, quand Francesco Florio imagine de qualifier la Touraine de " jardin de France ", il ne se borne pas à l'emploi d'une formule de pure rhétorique, sans portée réelle. Il convient pour s'en rendre compter de la replacer exactement dans la phrase où elle est enchâssée : " Assurément", écrit-il, la Touraine est située, comme on dit, au milieu du royaume et c'est le jardin de France, puisqu'elle est à même et égale distance du Lyonnais et de la Bretagne, du pays bordelais et de la Flandre, de sorte que nul en France ne doute du premier rang tenu par la Touraine, ombilic du royaume "41. On sait grâce aux travaux de Colette Beaune que l'idée et l'image du jardin de France, riches de connotations mystiques et paradisiaques, apparues au xive siècle, se sont imposées au xve comme une sorte de thème obligé pour faire du royaume dans sa réalité territoriale un nouveau jardin d'Eden, le roi étant le jardinier de cette terre opulente et bénie42. Francesco Florio a fréquenté à Paris le groupe de Guillaume Tardif, Guillaume Fichet et Robert Gaguin. Par eux ou par d'autres il a connu la formule devenue banale. En la réservant à la Touraine, centre de la France, séjour d'élection des rois, Florio exprime l'idée que la Touraine à elle seule représente le royaume tout entier et qu'elle en assume seule toute la sainte destinée.

  • 43 GEOFFROY DE MONMOUTH, Histoire des rois de Bretagne, traduit et commenté par Laurence Mathey-Maill (...)
  • 44 Colette BEAUNE, Naissance, op. cit., p. 20-27, 52.
  • 45 Thibault LEPLEIGNEY, op. cit., pour qui la ville de Tours est " vulgairement appellée le jardrin d (...)

30Toute la grandeur de la ville est là, comme elle réside dans ses héros. Ce n'est pas pour rien que Florio fait référence d'abord au mythe national troyen en citant le nom de Turnus. Les villes de France qui pouvaient le faire en son temps n'étaient pas nombreuses. La tradition était ancienne et remontait au xiie siècle, à Geoffroy de Monmouth et à son Historia regum Britanniae. Brutus, petit-fils d'Enée, rejeté d'Italie, parcourt le monde avec une armée de Troyens et parvenu sur les bords de la Loire engage une furieuse bataille contre les Gaulois au cours de laquelle Turnus, son neveu, succombe après avoir tué six cents ennemis. " Il donna son nom à la ville de Tours, déjà mentionnée, car c'est là qu'il fut enterré "43. Florio connaît cette histoire très tôt greffée sur une autre, beaucoup plus ancienne, celle de Francion, prince troyen éponyme des Francs. Ce n'était pas le seul. Anténor, autre héros troyen, cité par Virgile comme fondateur de Padoue, était aussi sur les rangs. Florio connaît ces traditions historiques, mais il a lu la Cosmographie de Pie II qui avait fait justice de tout ce qui dans le mythe troyen ne concernait pas Rome et n'était pas attesté par un auteur classique44. En bon humaniste italien il donne la préférence au virgilien Anténor et s'accommode bien de Turnus qui porte le nom du roi des Rutules, un autre héros virgilien. Avec beaucoup de sobriété, il se contente donc de dire que Turnus, compagnon troyen d'Anténor, a été tué au combat après avoir abattu cinq cents ennemis et qu'il a été enterré dans la ville à laquelle il a donné son nom, par conséquent sans l'avoir fondée45. Du reste Florio sait pour l'avoir constaté que le tombeau de Turnus est visible à la base du château.

31Ayant ainsi renforcé la fonction royale de Tours en rappelant que son héros éponyme était avec Anténor à l'origine de la monarchie française, Francesco Florio revient surtout la sainteté de la ville, soutenue par d'autres héros, c'est-à-dire les saints qui l'ont honorée. Saint Martin, le premier de tous, est celui dont le nom revient constamment. Après lui viennent les saints archevêques dont les précieuses reliques sont vénérées. Tout est fait dans ce registre pour valoriser, non pas seulement Tours, mais plus particulièrement son église et son chapitre métropolitains au détriment de Saint-Martin. Florio, suivant ici les conseils du chanoine de Tours dont il est l'hôte, n'entend pas donner plus de relief qu'il faut au chapitre rival. Tout juste remarque-t-il, que son église, " à ce qu'on dit ", est une cathédrale, et même " à ce que l'on rapporte " une église patriarcale dont le pape est l'évêque " propre et spécial ", sans plus.

  • 46 K.laus G. PERLS, Jean Fouquet, Paris, 1940, p. 14, Jean Fouquet, catalogue rédigé par Nicole Reyna (...)

32La grandeur de Tours, ville vouée à la beauté comme à la sainteté tient à ses artistes autant qu'à ses archevêques. Tel est le sens de la part considérable faite par Florio au musicien Jean de Ockeghem et au peintre Jean Fouquet. Pour lui faire mention du portrait d'Eugène IV exécuté à Rome ne relève pas de la simple anecdote ou du souvenir personnel glissé là au passage. Il faut rappeler que cette œuvre, qui fit en Italie un effet considérable, n'est connue que par lui et par le Tractatus Architecturae de Filarète qui du reste écorche le nom de son auteur. Comme le livre de l'architecte italien a été écrit entre 1460 et 1464 après le départ de Florio pour la France, il s'agit bien sous sa plume d'une réflexion très personnelle, soit qu'il ait pu admirer le portrait sur place, soit qu'il en ait entendu parler par Fouquet lui-même chez François Thouars46. Mais ce qu'il veut souligner par cette remarque, c'est que ce chef-d'œuvre a été exécuté à Rome par un Français et un Tourangeau.

33Car le sens ultime de l'éloge de Tours prononcé par Francesco Florio est là. Il faut pour le saisir rappeler ses diatribes outrancières contre Rome, autre " Babylone ", nid d'insectes malfaisants, marais de boue et de fange, digne des fleuves infernaux ; contre l'Eglise romaine, dont le clergé paresseux, adonné seulement au droit et à la procédure, se détourne des cérémonies sacrées à Saint-Paul comme à Saint-Jean-de-Latran. A Saint-Pierre même y aurait-il encore des messes s'il n'y avait des prêtres " hongrois, daces, teutons, gaulois et espagnols " ? Les Romains ont tant de corps saints, qu'ils ne vénèrent plus ni les reliques ni les saints. Où trouver plus qu'en France et dans la plus petite ville " un culte divin mieux célébré, où, une plus grande crainte de Dieu, où, une plus vibrante vénération des saints ".

  • 47 " Etenim videre videor Romam triumphantem ac Augustum moderantem legibus orbem, quem diversae gent (...)

34Les Italiens chantent comme " des chèvres ". Leurs universités ne supportent pas la comparaison avec celles de France, celle de Paris surtout où les docteurs seraient capables de renouveler Thomas d'Aquin et Jean Duns Scot " s'ils venaient à se perdre ". En France le climat est si bon que l'on vit vieux ; l'urbanité des Français est parfaite, comme la qualité de leurs relations entre eux et avec les étrangers. Ils ne sont plus des " barbares ", comme on s'était plu à le dire. Les Français sont humains entre eux et intrépides contre leurs ennemis, dépositaires de cette valeur militaire que les Grecs et les Romains ont laissé échapper. A Tours (in hac civitate), les femmes sont honnêtes, de bonnes moeurs, de port décent, pudiques, chastes et si belles qu'il vaut mieux ne pas insister. Et l'apogée, c'est le Plessis : " Je crois voir ", dit Florio, " Rome triomphante et Auguste modérant l'univers de ses lois, à qui les diverses nations viennent apporter beaucoup de grands présents ; je vois Louis au milieu d'une grande pompe, objet de culte pour tous, lui que Dieu dans sa clémence a mis à la tête de la France, qui la gouverne avec une sagesse admirable et la protège de sa puissance "47.

  • 48 Colette BEAUNE, Naissance..., op. cit. p. 303, " le conflit avec la culture italienne ".

35Est-il possible en faisant l'éloge de Tours, " jardin de France " et centre du royaume, de mieux célébrer la monarchie très-chrétienne, la mission sainte du nouveau peuple élu et la grandeur impériale de ses rois ? Retentissante manifestation de gallicanisme, à la veille du conflit très vif qui opposa en 1478 le roi à la papauté et prise de parti quasi caricaturale dans le conflit ouvert sur le plan culturel depuis le temps de Pétrarque entre Français et Italiens48. Ces tirades ne pouvaient que plaire aux amis parisiens de Florio, aux Tardif et aux Gaguin. Pouvait-elle déplaire au roi lui-même, dispensateur de toute grâce et qui n'était pas bien loin de l'écrivain besogneux ? Si tel était l'un des objectifs de la lettre à Tarlati, elle prenait du coup l'allure d'un placet.

36L'" Eloge de Tours " est une œuvre composite. Très traditionnelle par l'attention qu'elle porte aux églises et aux reliques, précise comme un guide de pèlerin, ampoulée comme une déclamation de médiocre rhéteur, novatrice par le contenu polémique qu'elle comporte et la politique gallicane et hégémonique vis-à-vis de l'Italie qu'elle postule, elle était sans doute trop hétéroclite pour plaire à ses destinataires réels. Ni l'archevêque de Tours ni le chapitre ni le roi de France n'en tinrent compte pour gratifier l'écrivain. C'est peut-être pour cette raison que l'œuvre resta dans ses tiroirs, sans avoir les honneurs de l'impression qu'il avait bien su obtenir pour son petit roman d'amour.

Notes

1 Nouvelle biographie générale, par MM. FIRMIN-DIDOT, t. XVII, Paris, 1873, s.v. Florio. Voir aussi Biographie universelle, Delagrave éd., s.d., t. XIV, s.v. François Florio, beaucoup mieux informée.

2 " Description de la ville de Tours sous le règne de Louis XI par F. Florio ", publiée et annotée par André SALMON, Mémoires de la société archéologique de Touraine, t. VII, (1855), p. 82-103.

3 Francisci Florii Historia de amore Camilli et Ameliae, (Paris, Petrus Caesaris und Johanes Stol, um 1473) voir la notice complète des cinq éditions antérieures à 1300 dans Gesamtkatalog des Wiegendrucke, herausgegeben von der deuschen Staatsbibliothek zu Berlin, Band VIII, Eine von Repkow, Stuttgart-Berlin, 1978, col. 524-527. Commentaire de FONCEMAGNE, Histoire de l'Académie des Inscriptions et Belle- Lettres, t. VII, p. 310-319, cité par André SALMON.

4 On notera que l'adjectif " turonicus " employé par Sulpice Sévère dans sa Vita Martini peut aussi bien renvoyer à Tours qu'au pays des Turons, la Touraine.

5 Ch. P. FINLAYSON, " Florius Infortunatus ", Scriptorium, XVI, 2, (1962) p. 378-380 ; " Florius Infortunatus, scribe and author ", ibidem, XIX, 1, (1965) p. 108-109.

6 Lionello SOZZI, " Petrarca, Tardif e Denys de Harsy (con una nota su Francesco Florio) ", Studi francesi, 43, 1971, p. 78-82.

7 Evencio BELTRAN, " Un discours inconnu de Francesco Florio sur la rhétorique ", Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, t. L, 1988, p. 101-109.

8 Gilben TOURNOY a déjà donné une édition moderne de la nouvelle dans De Latijnse Proza-novelle in de Italiaanse Renaissance, Bd.1.2, Phil.Di. Leuven, 1974 (non-consulté, cité d'après le Gesamtskatalog de Repkow) ; voir également du même " Historia trium amantium . Une contribution à l'étude de la nouvelle latine au Quattrocento ", Humanistica lovaniensia, 17, Studia et textus neolatini, vol. XVII, 1968, p. 53-82 et " Francesco Florio's Novella revisited " , ibidem, vol. XL, 1991, p. 30-42.

9 Evencio BELTRAN, op. cit., n. 4.

10 VALLET DE VIRIVILLE, Histoire de Charles VII, t. III, p. 343-345. Pierre CHAMPION, Louis XI, 2 vol. Paris, 1927, t. П, p. 24.

11 Evencio BELTRAN, " L'humaniste Guillaume Tardif ", Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, t. 48, 1988, p. 7-39.

12 Augustin RENAUDET, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d'Italie (1494-1517), 2ème éd., Paris, 1953, p. 115, n° 6 ; Reuchlin fut son élève en 1473. Peut-être enseignait-il au collège de Navarre, mais rien ne l'établit.

13 " Francisci Florii Florentini de duobus amantibus liber feliciter expletus est Turonis, editus in domo domini Guillermi archiepiscopi turonensis, pridie Kalendas januarii anno Domini millesimo quadringentesimo sexagesimo septimo ", cité d'après Gesamtskatalog, op. cit.

14 Dr. Emile GIRAUDET, " Les artistes tourangeaux ", Mémoires de la société archéologique de Touraine, t. XXXIII, (1885), p. 247.

15 Bernard CHEVALIER, Tours ville royale, Paris-Louvain, 1975, p. 465.

16 Un faible argument à ce titre est constitué par l'existence en 1501 d'un Etienne Larcevesque, curé de Saint-Symphorien de Larçay, qui pourrait être un neveu de notre Guillaume , Les Annates du diocèse de Tours (1422-1521), pub. par l'abbé E.-R.VAUCELLE, Paris, Picard, 1907, p. 90, n° 395.

17 " ... qui unus ex Sancti Gatiani canonicis est, vitae integritate ac morum probitate et scientia perfectus, hic profecto nec fastu inflatur, adeoque viros litterarios amat ut talibus convivere delicias suas aestimet, atque conferre judicet felicitatem. "

18 Jacques GUIGNARD, " Humanistes tourangeaux ", Humanisme et Renaissance, VII, fasc. 2, 1940, p. 134-189. L'auteur donne d'autres informations intéressantes sur François Thouars qui sont reprises ici.

19 Catalogue des lettres de Nicolas V concernant la province ecclésiastique de Tours d'après les registres des archives vaticanes, par l'abbé E.-R. VAUCELLE, Paris, 1908, p. 249, n° 1199 et du même les Annates du diocèse de Tours (1422-1521), Paris, p. 30, n° 107 ; François Thouars était aussi curé de Vernou et de Elerii prope Bedotus, soit Saint-Helier en Côte-d'Or, soit Saint-Hellier en Seine-Martime ou ailleurs encore.

20 Cartulaire de l'archevêché, éd. par Louis DE GRANDMAISON, Mémoires de la société archéologique de Touraine, t. XXXVIII, (1894), p. 232 ; Georges COLLON, Pierre Bérard (139?-1465) et la réforme municipale de Tours en 1462, Tours, 1958, P.J., p. 313, n° 5, (1466).

21 YVES de RAULIN (abbé), " Jean Fouquet, peintre de l'archevêque Jean de Bernard ", Gazette des Beaux-Arts, t. XV, (juin 1936) p. 321-344. Sur le testament qui appartient à un fond privé, voir le commentaire de l'abbé M. BOURDERIOUX et sa reproduction en fac-simile suivi de sa transcription, Bulletin de la société archéologique de Touraine, t. XXIX (194446) p. 328-29 et t. XXX (1949-1951) p. 233-257.

22 Bernard CHEVALIER, Tours…, op. cit. p. 90-91, 110.

23 Georges COLLON, op. cit., P.J., p. 197, 231, 238, 308, 319.

24 A.M. Tours, BB registre 12, passim, fol. 39, fol. 123 v° (serment).

25 Les Annales, op. cit., p. 52, n° 212.

26 A.D. Indre-et-Loire, G 145, p. 8 ( 1487). Jaques Guignard fait état de son décès à cette date mais sans donner de référence.

27 Gilbert TOURNOY, " Francesco Florio's Novella ...", op. cit..

28 Il s'amuse en 1469 à signer deux copies de manuscrits en transcrivant son nom en caractères grecs, Gilbert TOURNOY, " Francesco Florio's Novella ...", op. cit..

29 B.N., Ms. lat. 12 879, n° 308, fol. 282-292 ; c'est le tome II de la deuxième partie.

30 Jean MAAN, Sancta et metropolitana Ecclesia turonensis... Tours, 1667, deux citations rédigées comme suit : " Florius Florentinus ad Jacobum Tarlatum. I ", Praefatio, XI, idem, XVI.

31 Biographie universelle, s.v. Ménard ; Jean MAAN, op. cit., p.30 " doctissimus Menander turonensis ".

32 Thibault LEPLEIGNEY, Décoration du pays et duché de Touraine, nouvelle édition publiée par le prince Augustin GALITZIN, Tours, 1861, 48 p.

33 Gilbert TOURNOY, 1968, op. cit..

34 Narratio de commendatione Turonicae provinciae et de nominibus et actibus episcoporum civitatis turonicae, similiter et de nominibus et operibus abbatum Majoris Monasterii et de destructione et reaedificatione ejusdem ecclesiae ; et quare dicitur Majus Monasterium. L'œuvre a été publiée par André SALMON, Recueil de chroniques de Touraine, Tours, 1854, p. 293-337. A son sujet l'état de la question est fait dans Sharon FARMER, Communities of Saint Martin, Legend and ritual in Medieval Tours, Ithaca and London, 1991, Appendice I-B, p. 306-308. L'auteur de la Narratio n'est peut-être pas Jean de Marmoutier, comme le pensait André Salmon, mais sûrement un moine de l'abbaye de l'avis de Jean Tricard, " La Touraine d'un Tourangeau au xiie siècle ", dans Le métier d'historien au Moyen Age, éd. Bernard GUENEE, Paris, 1977, p. 79-93.

35 Jean MAAN, Ecclesia turonensis, op. cit., p. 33, en fait le treizième archevêque de Tours, qui n'aurait siégé que dix-sept jours en 519, ce qui, d'après lui, explique le silence de Grégoire de Tours à son sujet. La notice qu'il consacre à sa vie et à son martyr près de Reims procède de la chronique de Sigebert de Gembloux et de quelques martyrologes. Le fait démontre que la tradition était bien entretenue par le chapitre de la cathédrale, même après la destruction de la précieuse châsse en 1562.

36 B.M. de Tours, ms. 156, fol. 45.

37 Pierre GASNAULT, " Le pèlerinage de Jérôme Munzer à Saint-Martin de Tours et à Marmoutier en 1495 ", Bulletin de la société archéologique de Touraine, t. XXXVIII (1976), p. 197-204, avec la reproduction d'extraits du texte publié par E. Ph. GOLDSCHMIDT, " Le voyage de Hieronimus Monetarius à travers la France, 17 septembre 1494-14 avril 1495 ", dans Humanisme et Renaissance, t. VI (1939) aux pages 201-205.

38 Ensuite seulement viennent le renom de l'université, quand il y en a une, et l'importance des sièges de justice royale qui s'y trouvent, et presque pour mémoire le nombre des habitants et l'activité économique, Bernard CHEVALIER, " Tours et Paris au début de la Renaissance. Deux images contrastées ", à paraître dans Actes du colloque international, juillet 1996, Tours, CESR.

39 Herman GOLDBRUNNER, " Laudatio urbis. Zu neueren Untersuchungen über das humanistische Städtelob ", Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, Bd. 63, 193, p. 313-328. Nous remercions ici M.W. Paravicini directeur de l'Institut historique allemand de Paris qui nous a aimablement communiqué cet important article.

40 La plus récente édition de ce texte célèbre est donnée avec traduction en italien dans Opere litterarie e politiche di Leonardo Bruni, a cura de Paolo VITI, Turin, 1996, p. 563-647 avec une courte introduction.

41 Est autem Turonia in medio sita regni profecto, ut dicunt, et est Franciae viridarium. si quidem pari aequalique spatio a Lugdunensi provincia atque Britannia similterque a Burdigalensi patria atque Flandrensi, ex quo in ipso umbilico regni Francorum praestare Turoniam nemo Gallorum dubitavit.

42 Colette BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 318-322.

43 GEOFFROY DE MONMOUTH, Histoire des rois de Bretagne, traduit et commenté par Laurence Mathey-Maille, Paris, 1992, p. 48.

44 Colette BEAUNE, Naissance, op. cit., p. 20-27, 52.

45 Thibault LEPLEIGNEY, op. cit., pour qui la ville de Tours est " vulgairement appellée le jardrin de France ", n'a pas la même prudence ; il reprend complaisamment tout le récit mythique de Geoffroy de Monmouth. Pour les prolongements du mythe jusqu'au xviiie siècle, Claude PETITFRERE, " Réflexions sur la place du mythe dans l'histoire de Tours aux xviie et xviiie siècles ", dans Les Mémoires de la cité, modèles antiques et réalisations renaissantes, actes du colloque de Tours (28-30 septembre 1995), dir. Attilio Bartoli Langeli et Gérald Chaix, Napoli, 1997, p. 231-244.

46 K.laus G. PERLS, Jean Fouquet, Paris, 1940, p. 14, Jean Fouquet, catalogue rédigé par Nicole Reynaud, Paris, éd. de la réunion des musées nationaux, 1981, p. 9-12.

47 " Etenim videre videor Romam triumphantem ac Augustum moderantem legibus orbem, quem diversae gentes multis magnisque muneribus venerantur, non minori profecto pompa honorari colique a cunctis prospicio Ludovicum quem Deus sua clementia Franciae praeposuit, quemque sua mirabili sapientia regit, ac protegit potentia "...

48 Colette BEAUNE, Naissance..., op. cit. p. 303, " le conflit avec la culture italienne ".

Notes de fin

* Bernard CHEVALIER est Professeur émérite à l'université de Tours.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540