Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Première partie. La ville vécue, la ville racontée le citadin et l'historien

Les livrets d’entrées royales : une source pour l’histoire urbaine

Florence Alazard

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de Bernard GUENEE et Françoise LEHOUX (Les Entrées royales françaises, Paris, 1968) a jou (...)
  • 2 " Magnificent festivities [...] became an increasingly important aspect of the self-presentation of (...)
  • 3 Notre étude s’appuiera essentiellement sur le domaine italien qui a suscité de nombreux travaux don (...)

1Les entrées royales et l’ensemble des festivités qui leur sont associées intéressent depuis longtemps les historiens1 qui les ont placées au cœur d’une problématique centrée sur l’étude des rites et des cérémonies : l’idée prévaut désormais que l’étude de certains phénomènes politiques ou sociaux passe d’abord par l’analyse de leurs mises en scène et de leurs représentations2. Dans cette perspective, l’entrée apparaît comme un objet d’étude privilégié – et cependant négligé – pour l’historien qui s’intéresse à l’image de la ville que l’on pourrait définir non pas tellement comme un reflet – même déformé – de la réalité urbaine, mais plutôt comme une représentation mentale de la ville. Cependant, les modalités d’études de cette image de la ville posent un certain nombre de questions auxquelles nous voudrions ici3 tenter d’apporter une ébauche de réponse : l’entrée royale ou princière, qui est intimement liée à l’espace urbain, est-elle en charge d’une image de la ville ? Par quels moyens la véhicule-t-elle ? Est-elle en mesure de la modifier ?

LES USAGES DE L’ENTRÉE ET DE SON LIVRET

  • 4 La mainmise des seuls historiens de l’art sur les entrées a très vite donné lieu à de sévères criti (...)

2Rarement considérée comme une œuvre d’art qui mériterait une analyse en des termes et selon des critères purement esthétiques4, l’entrée royale a d’abord été utilisée par les historiens pour renouveler et servir une histoire du prince, ou plutôt de la fonction et de l’image princières. Elle les a autorisés à prendre davantage en compte les mécanismes de propagande et à s’intéresser aux moyens par lesquels sont véhiculés non seulement l’image royale mais aussi les principes politiques qui régissent le gouvernement du prince. L’entrée est alors apparue comme un des vecteurs les plus évidents de l’idéologie royale et, à ce titre, comme un mode privilégié de connaissance du pouvoir et de ses enjeux. On mettait ainsi au jour les motivations de l’entrée royale et donc les intentions politiques du pouvoir, cependant que les effets de ces festivités sur la foule spectatrice, c’est-à-dire la mesure de l’efficacité des entrées, restait totalement ignorée en raison de l’impossibilité dans laquelle on se trouvait de concevoir une théorie de la réception adaptée à ce type d’événement. L’histoire des entrées est donc longtemps venue seconder une histoire politique qui se cherchait de nouveaux objets et a surtout concentré son attention sur le roi-sujet au détriment et de l’espace dans lequel se déroulait le spectacle et des spectateurs eux-mêmes, c’est-à-dire des citadins.

  • 5 " In particolare Arnold Van Gennep, con la sua opera dedicata ai "riti di passagio", ci consente di (...)
  • 6 C’est le cas de nombreuses entrées italiennes du xvie siècle, en particulier les entrées florentine (...)
  • 7 Entrent alors dans cette catégorie non seulement les entrées françaises qui finalement marquent une (...)
  • 8 Voir, à ce sujet, Bernard GUENEE, Françoise LEHOUX, op. cit., p. 27. Ilaria CISERI se place dans la (...)

3La prise en compte de ces deux entités – la ville et les citadins – est d’abord passée par un infléchissement de la problématique servant de cadre à l’analyse des entrées royales : cette histoire du pouvoir mise en œuvre par l’étude des entrées a cédé la place à une histoire de l’assujettissement urbain au roi. L’entrée n’a plus alors été l’objet d’une analyse à sens unique mais est devenue l’occasion d’étudier les rapports qui se tissent entre une autorité et ses sujets. Le cas français, particulièrement au xvie siècle, a fourni de nombreux exemples de ce principe de soumission d’une localité au pouvoir centralisateur représenté par la personne du roi : la réaffirmation des privilèges urbains et la possibilité offerte aux édiles de réclamer des faveurs ne cachent pas l’enjeu principal de la cérémonie qui est bien de solenniser et de rappeler l’appartenance de la communauté urbaine à une plus vaste entité. Dans ce cadre de réflexion, l’histoire des entrées royales s’appuie alors sur l’anthropologie pour mettre en évidence les modalités selon lesquelles se définit cette agrégation5. En définitive, cette histoire des rapports entre la ville et le pouvoir, qu’il soit endogène à la ville6 ou exogène7, conduit à nouveau à une histoire du pouvoir royal puisque c’est du point de vue de ce dernier, qu’est analysée l’entrée : seules comptent les modalités par lesquelles la ville exprime sa soumission au souverain8.

  • 9 " Le rituel met en scène et solennise le pacte qui unit la ville et le roi : soumission en échange (...)

4La ville est donc presque systématiquement reléguée au second plan dans les études récentes concernant les entrées royales. Il s’agit bien là d’un paradoxe qui veut que l’espace dans lequel se déroule l’événement soit occulté alors même que l’entrée ne peut se passer de la ville pour exister. Dès lors, il semble nécessaire de se demander si l’entrée royale peut servir à une histoire proprement urbaine et quelles méthodes d’investigation doivent alors être envisagées afin que l’entrée soit introduite dans les études urbaines et échappe finalement – au moins en partie – à l’orbe de l’histoire politique des pouvoirs ou tout simplement de l’histoire du spectacle. Une histoire sociale et politique de la ville a déjà été initiée à travers l’étude des entrées françaises aux xvie et xviie siècles et a permis de mettre en évidence que le corps social de la ville profitait de l’entrée pour se mettre en scène et assurer ainsi la pérennité de son pouvoir9. Mais le monde urbain ne peut se réduire au seul corps social qui le compose et la ville doit également être considérée comme un espace, un lieu dans lequel l’histoire de ce corps socio-politique trouve à s’incarner, un miroir grâce auquel les citadins, regardant leur passé à travers la topographie de la ville, ses rues et ses monuments, sont susceptibles de prendre conscience du destin commun qui les unit. Ces aspects ont été bien souvent négligés par les historiens et un certain nombre de questions doivent désormais être posées à ces événements festifs urbains : l’entrée a-t-elle pour fonction de modifier l’espace urbain et, si tel devait être le cas, quelles sont les motivations d’un tel projet ? Les citadins ont-ils besoin de ces cérémonies pour fortifier l’image qu’ils se font de leur ville – c’est-à-dire celle que véhiculent déjà les élites urbaines – ou cherchent-ils au contraire à l’occasion de ces fêtes à renouveler cette image, voire à la bousculer ? L’image de la ville telle que la façonne l’entrée influe-t-elle durablement sur la vie de la cité ? Reflète-elle les préoccupations du patriciat urbain ou d’un pouvoir exogène ? Les réponses apportées à ces interrogations devraient permettre de proposer un nouveau cadre d’investigation des entrées et de restituer à la ville la place qui devrait légitimement être la sienne dans les études portant sur ce type particulier de festivités.

L’ENTRÉE ET LE LIVRET

5Une réflexion préliminaire doit cependant nous occuper avant que nous ne puissions tenter de résoudre les problèmes exposés précédemment. Il s’agit de démêler les liens complexes qui unissent l’entrée et les textes qui la relatent, ces livrets qui ne se contentent pas d’être les fidèles mémoires de la cérémonie.

  • 10 W. Mc ALLISTER JOHNSON, " Essai de critique interne des livres d’entrées français au xvie siècle ", (...)
  • 11 Ibid., p. 200.
  • 12 " He [ Mc Allister Johnson ] points out that livrets were written to express the intentions of fest (...)
  • 13 C’est ce que dénonçait également Anne-Marie LECOQ : " La forme traditionnelle de l’étude des fêtes, (...)
  • 14 Christian JOUHAUD, " Imprimer l’événement. La Rochelle à Paris ", op. cit., p. 392.
  • 15 Car les hommes du xvie siècle parlent de description, ordre de l’entrée...

6Longtemps on a considéré que l’entrée s’était précisément déroulée ainsi que le rapportait le livret. Les récentes tentatives de révision de ces positions n’ont toujours pas permis de dégager clairement les objectifs et intentions de ces opuscules. W. Mc Allister Johnson avait pourtant déjà tracé des perspectives intéressantes en 1975 lorsqu’il précisait qu’"on ne devrait ni chercher, ni souhaiter trouver dans le livret d’entrée des informations ou révélations authentiques, puisqu’il est lui aussi commémoratif. Et sa valeur commémorative n’est valide que pour l’événement premier, quelle que soit sa nature, actuel à son époque et devenu historique par la suite "10. Il concluait : " Ainsi compris, le livre d’entrée ne serait-il pas un genre littéraire à fondement et intention historiques, demeuré dans l’ombre ? "11. Nous reviendrons sur les significations précises de ces remarques, mais notons d’ores et déjà qu’elles ont cristallisé le débat scientifique sur un problème qui nous semble en définitive secondaire. Les historiens se sont en effet attachés, suite à la publication de cet article, à démontrer que le livret était une source parfaitement fiable pour qui travaille sur les entrées12 alors que le propos de Mc Allister Johnson n’était certainement pas de jeter la suspicion sur cette source ou d’inciter les historiens à renoncer à étudier le livret. Il dénonçait plutôt une pratique qui, postulant une totale adéquation entre l’entrée et le livret, consistait – et consiste toujours, car elle est loin d’avoir disparu – à redire le livret, à le paraphraser en quelque sorte13. Il nous semble en revanche que les termes clés de la critique émise par Mc Allister Johnson sont ceux de " fondement et intention historique " du livret d’entrée : l’auteur formule ici l’hypothèse que le livret est bien autre chose qu’une simple relation de l’entrée ; qu’il nous en dit plus et peut donc être analysé comme un objet historique autonome répondant à ses propres lois et dont il s’agit de découvrir les motivations et les enjeux. Christian Jouhaud va plus loin lorsqu’il affirme : " l’entrée se présente aux spectateurs comme une mise en action du livre, d’un livre qui n’est pas encore paru "14. Cette définition de l’entrée permet de questionner les raisons qui ont sans doute motivé l’utilisation par les historiens d’aujourd’hui15 du terme de " livret " pour désigner ces textes. Terme au double sémantisme : livret comme petit livre mais aussi livret comme genre. Le livret, désormais souvent lié à la production d’un opéra, désigne en effet ce texte écrit avant la représentation qui sert d’argument à cette dernière et permet aux spectateurs de mieux comprendre ce qui advient sur la scène. L’assertion de Christian Jouhaud nous invite donc à considérer le livret d’entrée, sinon comme un objet autonome, du moins comme un texte préludant à l’entrée et qui n’entretient donc vraisemblablement pas avec cette dernière un simple lien transitif : le livret n’est pas l’équivalent textuel de la cérémonie.

  • 16 Il peut simplement être utile de rappeler que, pour l’étudier, on dispose de toute façon d’autres t (...)
  • 17 Un des livrets concernant les festivités relatives à la dévolution du duché de Ferrare en 1598 – Or (...)
  • 18 Op. cit., p. 400.
  • 19 Ibid, p. 415-419.

7Pour notre part, nous pensons que la spécificité du travail du livret doit être clairement affirmée si nous voulons comprendre au mieux ses fonctions. Il ne s’agit certes pas de prétendre que l’événement " entrée " n’a pas d’importance en tant que tel16, et de forclore le cérémoniel dans le textuel. Il est simplement question de préciser que c’est le livret qui donne à l’entrée son importance. Parce qu’il la diffuse17, parce que c’est lui qui apporte un supplément de sens à cet événement, parce qu’il exerce une fonction pédagogique ou herméneutique, qu’il en verrouille l’interprétation. Il nous faut insister en somme sur le fait que le livret n’est pas l’entrée, même s’il ne peut s’en affranchir totalement et, qu’à ce titre, il mérite d’être reconsidéré. C’est dans cette perspective que se situe Christian Jouhaud lorsqu’il affirme que son propos n’a pas été " d’écrire une histoire de l’entrée, mais d’étudier les fonctions de l’imprimé dans l’entrée, les lectures qu’il en offre et les rapports qu’il établit entre sa propre démarche et celle des acteurs réels de la cérémonie "18. De semblables considérations ont quelques chances de permettre un renouveau des études sur les entrées. A condition néanmoins de ne pas limiter la définition du livret à une simple " entreprise de divulgation "19. Car à y bien regarder, le livret ne se contente pas de décrire l’entrée ou de rendre intelligible le spectacle qu’elle livre à la population ; il dit aussi autre chose, utilisant l’entrée comme un prétexte à un discours parasite, que l’on peut débusquer au détour, par exemple, d’une banale description d’un arc de triomphe et qui vient soit soutenir le discours propre à l’entrée, soit le perturber.

8Ces considérations peuvent sembler éloignées du sujet qui nous occupe ici, à savoir les modalités selon lesquelles l’entrée véhicule une certaine image de la ville. Elles nous en rapprochent en fait car il apparaît désormais que si l’entrée se déroule dans la ville et, l’utilisant comme un théâtre, la métamorphose, c’est d’abord le livret qui va non seulement développer un discours sur la ville mais aussi diffuser une certaine image de celle-ci, image que l’entrée n’est pas toujours à même de prendre en charge. C’est donc désormais le texte du livret qui va retenir notre attention, bien plus qu’une entrée qui ne révèle que certains des enjeux réels de l’inscription de cet événement dans la cité.

LE DISCOURS DU LIVRET SUR LA VILLE

  • 20 Voir Eve BORSOOK, " Art and Politics at the Medici Court. The Funeral of Cosimo I de’Medici ", Mitt (...)

9Les premières difficultés auxquelles nous nous heurtons en tentant de mettre au jour le discours sur la ville que prend en charge le livret tient au fait que l’espace où se déroule l’entrée est une ville travestie qui n’est plus la vraie ville. L’image de la ville que renvoie l’entrée est donc fort éloignée d’une image de la cité ordinaire et le livret se fait l’écho de cette transmutation urbaine : il est condamné, dès lors, à décrire ces édifices temporaires rajoutés à la ville ou ces nombreuses tentures et statues et à se situer ainsi dans l’exceptionnel. La pratique – courante au xvie siècle – des fausses façades destinées à masquer un édifice20 accentue la difficulté à laquelle se trouve confronté le livret de décrire une ville " maquillée " : la ville n’est en effet pas seulement ornée ou embellie mais également camouflée et cachée, comme si elle ne pouvait se donner à voir dans sa vérité, dans sa banalité, comme s’il s’agissait de la rendre autre pour pouvoir en transmettre l’image. La ville telle que la décrit le livret est alors une ville imaginaire en ce qu’elle n’existe ainsi que par et pour l’événement qui a motivé cette transformation. Seul le livret va permettre que perdure, mais dans le texte uniquement, cette ville qui n’aura existé que quelques jours et n’a souvent que peu de rapports avec la ville réelle.

10D’autre part, il arrive parfois que ce soit moins la ville, à travers ses monuments, ses rues ou ses places, qui est décrite que le cortège – des dignitaires de la cité ou des accompagnateurs du prince – qui la traverse. Ainsi se voit posé le problème de la ville comme une entité multiforme : la ville comme site, la ville comme structure politique. Décrivant les architectures et la topographie, c’est l’image de la ville comme entité spatiale que le genre du livret semble le mieux à même de modeler. Détaillant la composition du défilé, c’est alors une analyse de la ville en termes socio-politique à laquelle nous invite le livret. Bien souvent ces deux images cohabitent au sein d’un même texte.

11Le discours urbain du livret prend tout d’abord la forme d’un discours que l’on peut qualifier de " touristique " : l’auteur du livret nomme et décrit les lieux de la cité, présentant ainsi les sites que tout visiteur, que tout " entrant dans la ville " se doit d’honorer de sa présence.

  • 21 Descrizione delle feste fatte nelle reali nozze de’serenissimi principi de Toscana D. Cosimo de’Med (...)

12" Con questa pompa fu condotta la Principessa per lo Prato, e per il Borgo d’Ognissanti, all’uscir del quale, nel voltare alla Via de’Fossi, eran le cantonate adorne con due testate, ch’avevan ciasceduna una Nicchia in mezzo à due colonne. [...] Passata questa via entro la Principessa nella piazza di Santa Maria Novella, destinata da’nostri Principi al corso delle Carrette, rinovato solamente in questà Città, à imitazion de gli antichi, doppo tanti secoli, che era stato dimesso. La piazza è la più spaziosa della Città [...] Usci della piazza, e dal palazzo del Mandragone, oggi de’Ricasoli, entro nella via del Giglio, e poco doppo passato Piazza de maddonna, trovo un’arco delle glorie di Casa d’Austria... "21

13Cette description de l’entrée à Florence de Marie-Madeleine, future duchesse de Toscane, peut être lue comme un guide touristique de la cité : le trajet est à ce point détaillé que le lecteur du livret est à même de le reproduire mentalement ; il ne lui est pas nécessaire de connaître la topographie et l’apparence de Florence pour se représenter la ville avec ses principaux éléments que sont les vie, piazze et borgi. Surtout, l’auteur ne se contente pas de décrire le cortège princier se déplaçant dans ce décor urbain. Il considère ce dernier non pas comme une toile de fond secondaire, mais comme une entité qui mérite que l’on y consacre du temps et des mots. Dès lors le discours touristique vient parasiter le simple rapport de la cérémonie et même parfois se substituer à lui. L’analyse du texte révèle la présence de nombreuses expressions témoignant du mouvement que le cortège suit à l’intérieur de l’espace urbain : " per il Borgo d’Ognissanti, all’uscir del quale, nel voltare alla via de’Fossi... ", " Usci della piazza [...] entro nella via del Giglio... " écrivait plus haut l’auteur de la description de l’entrée. Plus loin, il précise également :

  • 22 Ibid., p. 12. Nous soulignons.

14" Passato quest’Arco si condusse la Serenissima Sposa al canto di Via Larga, dove è il famoso e antico Palazzo della famiglia de Medici, e voltando per la via de’Martelli, arrivo il Duomo... "22

  • 23 Ibid., p. 17. Nous soulignons.

15" Passato l’arco, e seguitando il viaggio, si venne al canto de Camesecchi, dov’è il Centauro, e di qui sivolto alla piazza degli Antinori... "23

16Ces participes passés ou présents, ces verbes impersonnels, qui tous traduisent le mouvement, le déplacement, la circulation dans la ville, inscrivent dans le texte la place du lecteur. C’est en quelque sorte le corps de l’arpenteur, du promeneur en marche qui parle dans le livret et qui donne le sentiment au lecteur d’être dans la ville, de se déplacer lui-même dans cet espace. Mais le corps n’est pas seul à être sollicité par le livret :

  • 24 Ibid.

17"... si volto alla piazza degli Antinori, e à Santa Trinità, e videsi in quel mezzo rinovata la Loggia de’Tomaquinci... "24

  • 25 Ibid.

18" Dà questo scoperse la Principessa tutta via Maggio "25.

19C’est désormais l’œil du descripteur qui intervient : avec lui, en même temps que lui, le lecteur découvre une rue au détour d’une place ou une place au sortir d’une rue. L’image de la ville transmise par le livret, loin d’être figée et imposée par la cérémonie qui s’y déroule, prend la forme, dynamique, d’une découverte. La rhétorique prend le lecteur par la main. L’image de la ville n’est alors plus une estampe ; c’est une lanterne magique.

  • 26 Raffael GUALTEROTTI, Descrizione del regale apparato per le nozze della Serenissima Madama Cristina (...)

20Une image de la ville peut également être véhiculée par le livret d’entrée à la faveur d’un discours hyperbolique sur la cité, ses origines, etc. On le devine, ce n’est plus de représentation mentale de l’espace urbain qu’il va être ici question mais de la représentation historique et politique d’un passé. Sur ce plan aussi, le livret et l’entrée ne sauraient avoir les mêmes fonctions car face à la nécessité de produire un discours d’autocélébration de ce type, le défilé lui-même est à peu près sans ressources. Au mieux, des allusions. Nombreux en revanche sont les livrets dans lesquels sont ménagées des pauses permettant à l’auteur d’abandonner pour une, voire plusieurs pages, le défilé processionnel et de se livrer à quelque digression historique sur la ville qui accueille l’entrée. L’exemple le plus frappant dont nous disposons est la description de l’entrée de Christine de Lorraine à Florence en 158926. Buonarotti, l’auteur du livret, profite de cet événement et de l’exercice d’écriture qu’il occasionne pour construire un discours historique sur sa ville, discours qui acquiert très rapidement un statut quasi autonome à l’intérieur de l’opuscule. A la limite, il pourrait donner lieu à une publication distincte. Le propos n’est cependant pas sans lien aucun avec la description de l’entrée de la princesse qui fait l’objet du texte :

  • 27 Op. cit, p. 12.

21" Da quella parte di verso tramontana, ove è più volto l’adornato antiporto, nell’una delle gran facciate è dipinta, con molta gentilezza, la fondazione prima della città di Firenze, della quale si è havuto in diversi tempi molte dubitazioni, & opinioni différent "27.

22C’est donc à partir de la description du premier arc rencontré par le cortège que l’auteur peut s’autoriser une digression et quitter le temps de l’entrée pour privilégier celui de l’histoire. Le procédé alors utilisé par Buonarotti est singulier et ne consiste nullement, on va le voir, en une simple glose de l’image représentant la fondation de Florence :

  • 28 Ibid, p. 12-13.

23" perciocchè alcuni hanno voluto, che già ella fusse fondata, e di abitanti ripiena, dal più antico Ercole detto il libico : e che si come egli in Affrica, in Ispagna fondo città, disecco paludi, che nella medesima maniera egli per l’Italia, e per la Toscana passando, ci fondasse città, e rasciugasse Tacque dannose, e particolarmente aprisse il corso a Tacque stagnati del fiume d’Amo, facendo la rottura della Golfolina & alla città di Firenze desse principio. Ma se quel grande Eroe domator de’mostri cio havesse fatto, quell’altra fiama Affricana, che accese tutta l’Europa, e fu per tant’anni il terrore del senato Romano, non hauria havuto tanta difficultà avalicargli : si che faticando, & accecando in essi dopo tant’anni, e pur vi erano, ma egli c’è miglior ragione. Fu chi credette ancora, e scrisse, che uno de’compagni d’Ulisse la fondasse, e di popolo latino, e di quello, che Enea di Frigia, e di Troia haveva seco condotto, la riemiesse, ma è di leggiadra poesia finta opinione. Molti sono stati di quelli, che l’hanno creduta Colonia di Siila, condotti per lo più da alcune parole di Cicerone, che dice le colonie di Fiesole : onde si potrebbe presumere, che egli intendesse per la loro vicinanza di Firenze, se egli medesimo, nel medesimo ragionamento, il dubbio non en levasse, soggiugnendo. Le colonie di Fiesole, e d’Arezzo, allora congiunte, o poco distanti credute, come testifica Livio nel passaggio di Annibale, dicendo quello essere stato tra Fiesole, & Arezzo, e non tra altre colonie, o più vicini, e migliori contrassegni, che non vi erano. Ma più lontana al vero è la credenza di coloro, che si fecero à credere, e cercarono, che altri credesse, che i Gotti l’edificassero, che mal potette essere, poiche nel secondo anno dell’imperio di Tiberio, avendo il Tevere inondato Roma, si delibero di suolgere i fiumi, che in esso entravano, per liberarla da altro simigliante pericolo. La qual cosa sentendo i Fiorentini loro ambasciadori ne mandarono al Senato, pregandolo, che la chiana nell’Arno non si dovesse sboccare, che troppo gran danno ne seguiria loro. E di cio vera testimonianza ne rende Cornelio tacito. Più vicini al vero son quelli, i quali vogliono ch’ella fusse edificata da Cesare, e da Cicerone, e molta grande : benche nel sito, e nella grandezza, come ne i nomi alquanti s’ingannino : perchè l’antica città non mostra d’essersi mai distesa sopra le vicini colli, ma ristrigne con l’antiche vestigia se stessa in picciol giro : Queste sono in parte l’altrui non vere credenze, perciocchè il vero è, che della colonia di Firenze, fu conducitrice la podesta del triumvirato, o più tosto il tempo del triumvirato, e’l conducitore Ottaviano, quaranta anni avanti la nostra salute, e come molti credono alli 25. di marzo : ma il rimanente rimane molto ben provato per l’autorità di Frontino, per lo libretto delle colonie, e per li comentari di C. Ottaviano Augusto, e da Cornelio Tacito in più luoghi ; e come per molti aperti contrassegni si puo vedere, fù tratta la nobil colonia dalla tribu Scautia. Tanto mi è paruto di dover narrare dell’origine di Firenze, perche la pittura rimanga più intelligibile, e l’ordine di questa regal pompa più aperto "28.

  • 29 Voir sur ce sujet Giovanni CIPRIANI, Il mito etrusco nel rinascimento italiano, Firenze, 1980.

24Le lecteur nous pardonnera cette – trop – longue citation et voudra bien croire que l’auteur de cet article n’a en rien été contaminé par les procédés de Buonarotti. L’insertion de ce texte s’est avérée nécessaire pour souligner à quel point il fonctionne de façon quasi autonome à l’intérieur du livret, s’assimile aux nombreux discours sur les origines de Florence qui proliféraient à l’époque et dont la publication suffisait à occuper les éditeurs florentins29. C’est d’abord la méthode suivie par l’auteur qui nous incite à interpréter ainsi cette page. Loin de décrire la scène représentée sur l’arc de triomphe pour l’expliquer ensuite en mobilisant des connaissances extérieures, ainsi que l’exige la pratique du commentaire d’image, Buonarotti choisit d’exposer d’abord toutes les versions connues de la fondation de Florence, de la plus éloignée de la vérité – laquelle n’est autre que celle qui est représentée sur l’arc, mais le lecteur ne l’apprend qu’à la fin de la démonstration – à la plus proche, pour finir par celle qui, selon lui, fait autorité. Le plus étrange est qu’il justifie cette démarche par sa volonté de rendre la peinture intelligible alors que le lecteur a eu tout le temps d’oublier qu’il était question d’expliciter une image. En fait, la moitié de son discours est parfaitement inutile à la compréhension de la représentation picturale et ne trouve sa justification que dans la volonté de l’auteur de construire, indépendamment du sujet qui l’occupe alors (la description d’une entrée), un véritable discours sur la ville-Etat qu’il entend glorifier. Cette impression est renforcée par l’utilisation que Buonarotti fait de la tradition écrite, des auteurs anciens : ils sont en effet sans cesse convoqués pour corroborer les dires de l’auteur de la description alors même qu’ils ne jouent aucun rôle dans la dramaturgie de l’entrée (nul frontispice, par exemple, pour porter leur nom). Cette référence au passé et cette inscription dans une tradition historique confèrent ainsi à cet ouvrage une valeur de texte historique qui le distingue de la simple description d’un spectacle. De même, le jugement qui accompagne son discours (ceux qui croient à telle version erronée des origines de Florence et cherchent à convaincre leurs contemporains de sa validité se voient sévèrement réprimandés) renforce cette image d’un discours autonome qui use de l’entrée comme prétexte à son dépliement. Le procédé est exploité par l’auteur tout au long de son ouvrage et l’histoire de Florence défile ainsi sous nos yeux, présentée comme par chapitres : il est question du roi des Goths Radagasio, puis des rapports qu’entretenaient Florence et Fiesole à l’époque de l’empereur Henri Ier ; de l’attitude de Florence à l’égard des Gibelins et des Guelfes, etc. La description de l’entrée n’est plus alors le sujet principal de l’ouvrage mais devient presque une toile de fond ou plus exactement un commode moyen de ménager des transitions entre chacun des épisodes de l’histoire florentine sur lequel l’auteur entend s’attarder.

25Par quoi le livret se confirme comme infiniment plus propre que l’entrée à véhiculer l’image d’une Florence survivant aux vicissitudes de l’histoire, gardant une indépendance altière contre vents et marées. Les enjeux du texte dépassent ici largement ceux de l’entrée qu’il est censé rapporter. L’événement cérémoniel s’avère être non pas l’objet du livret mais son occasion – l’occasion d’un discours sur la ville, son histoire ; l’occasion d’une interrogation sur ses structures. L’entrée est le prétexte d’un livret qui trouve ailleurs – dans l’élaboration d’une historiographie de la cité – sa légitimité.

UN EXEMPLE DÉTOURNEMENT DU LIVRET

26Il est probable que les contemporains aient été conscients de ces souplesses, a priori inattendues, du livret d’entrée. Puisqu’il est assez largement utilisé pour transmettre certains points de vue sur la ville, on peut souhaiter s’en emparer afin de détourner de ses fins originelles une rhétorique que l’on a tendance à croire aussi usée, figée et prévisible que l’ordre politique dont elle rend compte et que la cérémonie manifeste. On l’a déjà dit : l’entrée – et le livret qui prolonge ses effets – a pour fonction de mettre en scène et donc de magnifier la concorde de la cité placée soit sous l’égide du prince, soit sous celle des élites locales :

  • 30 Bonner MITCHELL, op. cit. p. 1.

27" The chief purpose of civic pageantry has always been to represent the majesty of the state to its citizens and to foreigners. Various other, more particularized messages may be worked into the details of processions, decorations, inscriptions, and occasional verses, but all others are subordinate to that basic representation. The civic celebration is a moment when people are invited to show their pride at belonging to the body politic and when they are reassured of its integrity in the handling of their political interests. [...] Material weaknesses, human failings, and internecine conflicts are glossed over in the conscious, artistic depiction of serenity, wisdom, justice and strength "30.

  • 31 Cette partie s’intéresse à un livret d’entrée sur lequel j’ai déjà eu l’occasion de travailler dans (...)

28Il nous a pourtant été possible de mettre en évidence l’existence de livrets dont on peut dire qu’ils ont sans doute été détournés de ce but principal31.

  • 32 " ALLA INCLITA ET REAL CITTÀ DI PAV1A ", op. cit.

29La lecture du livret relatant l’entrée à Pavie en 1599 de Marguerite d’Autriche, épouse de Philippe III et, à ce titre, membre de la famille régnant désormais sur le Milanais, ébranle assez rapidement la conviction de celui qui n’y chercherait que le signe d’une allégeance de la ville envers son souverain. La ville de Pavie est en effet à plusieurs titres omniprésente dans ce livret, ce qui n’a rien d’étonnant en soi, mais elle se manifeste cependant en des sites qui, eux, surprennent le lecteur habitué à interpréter les révérences de la ville à l’égard de son maître : la dédicace, qui occupe bien sûr une position matérielle et symbolique privilégiée dans le dispositif du livret, n’est pas consacrée à la reine, comme le sont la plupart de celles que nous avons pu étudier, mais est entièrement vouée à la ville de Pavie32. C’est donc, dès l’ouverture du livret, marquer sa spécificité et privilégier les auspices de la cité au détriment de ceux de la souveraine : le livret ne semble plus être alors le prolongement de l’entrée, mais peut au contraire être analysé comme un moyen de s’opposer aux messages que délivrait celle-ci.

  • 33 C’est le cas, du moins, de la plupart des entrées florentines.

30Pavie est d’autre part sans cesse convoquée au cœur même du livret dès lors qu’il est question de relater le déroulement de l’entrée. Là encore, il semble a priori normal et courant que l’histoire de la cité qui accueille un prince étranger soit mise en scène au même titre que celle de ce dernier et de sa famille – on l’a vu plus haut avec l’exemple de Florence recevant une princesse étrangère mais néanmoins future épouse du duc florentin. Bien souvent d’ailleurs, les livrets se chargent de démontrer que ces deux histoires ne font qu’une ou sont du moins destinées à se croiser et surtout à se compléter33. Dans le cas qui nous intéresse, l’histoire de Pavie est à ce point omniprésente qu’elle ne laisse guère de place pour que soit développée celle des Habsbourg. Mais principalement, cette histoire urbaine n’est pas innocente car elle est avant tout une histoire royale – il est évidemment question du passé de Pavie comme capitale du royaume lombard – et, en tant que telle, une histoire susceptible de concurrencer celle de ses actuels suzerains. L’histoire des Habsbourg est d’ailleurs à peine esquissée dans le livret : elle est simplement rapportée par la description d’un arc de triomphe au fronton duquel est inscrit le nom des empereurs habsbourgeois :

  • 34 Op. cit., p. 26.

31" Si scorgeva scritto, e dipinto à chiaro scuro. Massimiliano Primo, Carolo Quinto, Ferdinando Primo, Massimiliano Secondo, Filippo Secondo, & altri famosi Rè, & Imperadori della casa d’Austria "34.

32Lorsque l’auteur entend prendre des libertés par rapport à la cérémonie qu’il est censé relater, il se livre à quelque digression et seule Pavie est alors sollicitée :

33" Primieramente omo la Porta, che risguarda à Ponente verso San Salvatore, Chiesa tra le famose di Lombardia, edificata, e dotata da Ariperto, nono Rè de Longobardi... "

34" Onde giunta alla Porta dell’antico cinto della Città, detta Marenga, o più tosto Marica da Popoli Marici che già Thabitarono. "

  • 35 Op. cit., respectivement p. 7-13-34.

35" S’incarmino poi à piedi per la Piazza, detta il Brolio, verso il famoso Tempio di Santo Agostino, & di San Pietro in Cielo Aureo, edificato dal religioso Liutprando XVIII. Rè de’Longobardi, & s’acquisto il titolo di Cielo aureo dalla suffitta, o cielo dorato, che gli fece far il detto Rè... "35

36Entre le souverain habsbourgeois et la ville lombarde qui lui est désormais soumise, le choix de l’auteur du livret est clair : c’est l’image de cette dernière qu’il s’agit de mettre en exergue et cette image est bien celle d’une ville dont on peut lire le passé glorieux à travers les monuments qui la composent encore. Cette différence de traitement entre le passé de Pavie et celui des Habsbourg traduit l’enjeu du livret : il est sans doute exagéré de le qualifier d’acte de résistance parce qu’il célèbre davantage le territoire conquis que la puissance dominante, mais il est assurément permis de l’interpréter comme un exemple de subversion délibérée d’un genre canonique ici détourné des fins qui lui sont traditionnellement reconnues, dans le but de faciliter la propagation d’idées qui ne pourraient circuler sans ce support.

37C’est enfin l’insistance – on peut même parler ici de complaisance, tant les allusions se font récurrentes – avec laquelle le livret détaille les problèmes matériels auxquels ont dû faire face les organisateurs qui témoigne de la spécificité de ce livret :

38" Haveva la Città fatto comporre una Oratione da Filiberto Beleredi, Referendario dell’una, e l’altra signatura di S. Santità per farla recitare à S. Maesta nella Cathedrale, et erasi fatto l’apparato convenevole ; ma perche s’avvicinava la notte fù tralasciata.

39" Nel roverscio di detto Arco, perche il campo era stretto, fu solamente dipinta una giovane vergine. "

40" Et perche l’Iscrittione fù lunga, & il Tempo della venuta di S. Maestà instava fù ssorzata la Città, benche contro à l’animo suo, a lasciarla senza altre figure, o motti. "

  • 36 Ibid., respectivement p. 19-21-32-28.

41"... ritrovossi un Arco, che la Città haveva fatto fabricare in capo di detta strada, credendo, secondo l’aviso dell’Eccellentissimo Governatore di questo stato, che S. Maestà dovesse allogiar nel Castello ; mà avisata, se non due giorni avanti à la sua venuta di queste mutatione, lo fece portar con molto artificio cosi intiero al detto luogo, & questa è la cagione, ch’egli non puote capire tutta la strada. "36

42En exhibant ainsi les difficultés auxquelles ont été confrontés les maîtres d’œuvre de l’entrée, le livret exprime une certaine amertume ou une forme de désillusion de la ville de Pavie : si tel discours a dû être annulé ou si tel arc n’est pas adapté à l’espace urbain dans lequel il est censé s’inscrire, c’est parce que l’entourage de la reine n’a pas pris la peine de prévenir les habitants de Pavie des modifications qu’il souhaitait apporter au programme initialement prévu. Echappant alors aux règles de composition des livrets d’entrée, ce texte, non seulement met en scène ce qui théoriquement n’est jamais publié, mais encore ne se plie pas à la convention qui veut que le livret soit l’occasion de magnifier le prince et d’en faire l’apologie : Marguerite d’Autriche n’est jamais décrite dans ses atours alors que la plupart des livrets peuvent consacrer plusieurs paragraphes à la description des vêtements du prince, de son carrosse et des personnes qui l’accompagnent ; aucun discours sur l’histoire de la Maison d’Autriche ou d’Espagne ne vient s’inscrire dans la narration de la cérémonie... On le voit grâce à cet exemple, un livret peut parfois révéler un autre discours sur la ville et sur les sentiments civiques de sa population que celui ordinairement diffusé par la majorité des livrets d’entrée. Il faudrait alors interpréter le livret contre l’entrée : loin de constituer la relation fidèle d’un événement, il s’en éloigne pour en offrir une version non conforme et diffuser par la même occasion une image inattendue de la ville.

43Nous voudrions donc inviter à une lecture des livrets d’entrées qui les considère comme des textes préoccupés par la ville dans son ensemble – son histoire, sa structure, son image – et non pas seulement par un événement urbain particulier. On l’a vu, ce dernier – la cérémonie que représente l’entrée – n’est pas toujours le sujet de l’opuscule. Bien souvent, c’est le prince – qu’il soit ou non visiteur – ou la ville qui tiennent le rôle principal et détournent ainsi le livret de son objectif pourtant revendiqué, celui de relater la procession. L’historien des villes s’intéressera sans doute d’autant plus à l’image de la ville qu’il mesurera à quel point les livrets d’entrées véhiculent, plus que la cérémonie, des discours sur l’urbanité. Il analysera peut-être d’autant mieux l’image de la ville dans ces textes qu’il les considérera dans l’autonomie qu’ils savent parfois acquérir non par rapport à leur référent urbain, mais par rapport à leur référent cérémoniel Car la ville semble se donner plus à voir dans le livret que dans l’entrée : les discours que l’on peut dire parasites ou périphériques, dans la mesure où ils n’intéressent pas strictement l’entrée elle-même, finissent par phagocyter le texte, voire l’occuper presque tout entier. C’est donc en accordant un statut privilégié à ce type de document que l’on pourra avoir accès aux mécanismes complexes qui président à la diffusion des représentations urbaines.

Notes

1 L’ouvrage de Bernard GUENEE et Françoise LEHOUX (Les Entrées royales françaises, Paris, 1968) a joué le rôle de précurseur, tout comme les études impulsées par Jean JACQUOT, en particulier les volumes Fêtes de la Renaissance. Nous renvoyons à la bibliographie publiée par Robert BALDWIN, " A Bibliography of the Literature on Triumph ", " All the World’s a Stage. Art and Pageantry in the Renaissance and Baroque ", Papers in Art History from the Pennsylvania State University, 1, 1990, p. 359-385.

2 " Magnificent festivities [...] became an increasingly important aspect of the self-presentation of every major state, court and city of Europe during the Renaissance and Baroque periods. The processions and theatrical spectacles were consciously presented embodiments of ideology, often clothed in rarefied and arcane symbolism. The protagonist of power, who usually participated in person, became, in effect, a representation himself ", " Introduction", Triumphal Celebrations and the Rituals of Statecraft, Papers in Art History from the Pennsylvania State University, vol. VI, part 1, 1990, p. XV.

3 Notre étude s’appuiera essentiellement sur le domaine italien qui a suscité de nombreux travaux dont la majorité s’intéressent aux problèmes de la représentation, de la mise en scène du pouvoir et mettent au jour les difficultés soulevées par les méthodes d’analyse de ces phénomènes qui touchent à la figuration ou à l’allégorie.

4 La mainmise des seuls historiens de l’art sur les entrées a très vite donné lieu à de sévères critiques et l’idée s’est alors imposée de la nécessaire collaboration des différentes disciplines susceptibles de prendre en charge l’analyse des entrées, et de l’obligation de tenir compte du contexte politique dans lequel s’inscrivent ces festivités : " La fête ainsi conçue apparaît comme un phénomène global, dont l’étude suppose une familiarité avec l’histoire de la politique, de la société, de la culture, des mentalités aussi bien qu’avec l’histoire des arts ", Jean JACQUOT, " Présentation ", Les Fêtes de la Renaissance III, Paris, 1975, p. 51.

5 " In particolare Arnold Van Gennep, con la sua opera dedicata ai "riti di passagio", ci consente di considerare il fenomeno degli ingressi solenni all’interno di una più vasta categoria, quella dei "riti di aggregazione" – riti celebrati per sottolineare l’ammussione di uno o più individui all’interno di una determinata comunità ", Ilaria CISERI, L’ingresso trionfale di Leone X in Firenze nel 1515, Firenze, 1990, p. 1. Les travaux de l’anthropologue Clifford GEERTZ sont également souvent convoqués par les historiens des cérémonies.

6 C’est le cas de nombreuses entrées italiennes du xvie siècle, en particulier les entrées florentines qui mettent en scène le grand duc de Toscane.

7 Entrent alors dans cette catégorie non seulement les entrées françaises qui finalement marquent une distance entre le pouvoir royal et la ville, mais aussi toutes les entrées qui scellent la prise de possession politique d’une ville par un souverain étranger ou qui rappellent les liens unissant une ville à tel prince.

8 Voir, à ce sujet, Bernard GUENEE, Françoise LEHOUX, op. cit., p. 27. Ilaria CISERI se place dans la même perspective dans son étude de l’entrée florentine de Léon X : " tale modifica architettonica [...] corrispondeva ad un atto simbolico di sottomissione e di fiducia nei confronti dell’ospite " (op. cit. p. 21), ou encore : " Dopo il solenne incontro tra i rappresentanti della città e il loro ospite, il folto e pomposo corteo riprendeva lentamente il cammino . il Papa Medici iniziava la simbolica presa di possesso di Firenze. " (ibid., p. 24)

9 " Le rituel met en scène et solennise le pacte qui unit la ville et le roi : soumission en échange d’une reconnaissance explicite ou implicite des privilèges urbains et des antiques libertés municipales. Mais la cérémonie est porteuse de bien d’autres enjeux. Certains concernent la vie interne de la cité. En effet, l’entrée reconnaît et fige, sous les yeux du roi, l’ordre social et politique de la ville. Les positions occupées dans le cortège ont, à cet égard, une fonction fondamentale de classement : elles serviront de précédent. L’ordre ainsi manifesté devient, en se livrant aux regards, l’ordre social lui-même. ", Christian JOUHAUD, " Imprimer l’événement. La Rochelle à Paris ", Les Usages de l’imprimé, Roger CHARTIER (dir.), Paris, 1987, p. 391.

10 W. Mc ALLISTER JOHNSON, " Essai de critique interne des livres d’entrées français au xvie siècle ", les Fêtes III, Paris, 1975, p. 199.

11 Ibid., p. 200.

12 " He [ Mc Allister Johnson ] points out that livrets were written to express the intentions of festival planners rather than realizations and convincingly suggests that they should be considered as belonging to a sort of literary genre. They are not the less informative for that. ", Bonner MITCHELL, The Majesty of the State. Triumphal Progresses of Foreign Sovereigns in Renaissance Italy (1494-1600), Firenze, 1986, p. 211, n° 1.

13 C’est ce que dénonçait également Anne-Marie LECOQ : " La forme traditionnelle de l’étude des fêtes, et en particulier des entrées princières de la Renaissance, est depuis longtemps la monographie. Le genre n’est pas sans danger. Il aboutit souvent à fournir pour une fête donnée une simple description, un récit paraphrasant un livret ou un témoignage ancien. Cette tentation est loin d’avoir disparu des publications récentes. ", " La ‘Città festeggiante ". Les fêtes publiques au xve et xvie siècle ", Revue de l’art, 33, 1976, p. 83.

14 Christian JOUHAUD, " Imprimer l’événement. La Rochelle à Paris ", op. cit., p. 392.

15 Car les hommes du xvie siècle parlent de description, ordre de l’entrée...

16 Il peut simplement être utile de rappeler que, pour l’étudier, on dispose de toute façon d’autres types de documents qui entretiennent sans doute un rapport plus immédiat avec l’entrée : les archives municipales regorgent de délibérations, ordonnances, livres de comptes. Voir à ce sujet Une Entrée royale : Marie de Médicis à Avignon. 19 novembre 1600, Service éducatif des Archives départementales de Vaucluse, Avignon, 1985.

17 Un des livrets concernant les festivités relatives à la dévolution du duché de Ferrare en 1598 – Ordine et cerimonie della partenza del Santissimo Sacramento di Roma. Et nell’entrare nella città, terre o luoghi dove si baverà da fermare, o posare la notte. Et della partita di Sua Santità da Roma, & dell’entrata semplice che farà nelle città, terre, luoghi, o castelli per tutto il viaggio dove si fermerà, o la mattina à pranso, o la sera à dormire. In Roma, in Bologna & in Ferrara. Et ristampata in Padova, appresso Lorenzo Pasquali, Stampatore, 1598 – a été imprimé bien avant que ne se déroulent les réjouissances prévues pour la venue du Pape à Ferrare et servait davantage à multiplier les effets de l’entrée. De même, les nombreux lieux d’édition de l’ouvrage indiquent que ces effets devaient largement dépasser les limites imparties par le trajet du cortège. Voir Bonner MITCHELL, " A Papal Progress in 1598 ", Triumphal Célébrations and the Rituals of Statecraft, op. cit., p. 120.

18 Op. cit., p. 400.

19 Ibid, p. 415-419.

20 Voir Eve BORSOOK, " Art and Politics at the Medici Court. The Funeral of Cosimo I de’Medici ", Mitteilungen des kunsthistorischen Instituts in Florenz, XII, 1965, p. 31-54.

21 Descrizione delle feste fatte nelle reali nozze de’serenissimi principi de Toscana D. Cosimo de’Medici, e Maria Maddalena Arciduchessa d’Austria. In Firenze. Appresso I Giunti. 1608. p. 9-10.

22 Ibid., p. 12. Nous soulignons.

23 Ibid., p. 17. Nous soulignons.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Raffael GUALTEROTTI, Descrizione del regale apparato per le nozze della Serenissima Madama Cristina dì Loreno moglie del Serenissimo Don Ferdinando Medici gran duca di Toscana. In Firenze, appresso Antonio Padovani, 1589.

27 Op. cit, p. 12.

28 Ibid, p. 12-13.

29 Voir sur ce sujet Giovanni CIPRIANI, Il mito etrusco nel rinascimento italiano, Firenze, 1980.

30 Bonner MITCHELL, op. cit. p. 1.

31 Cette partie s’intéresse à un livret d’entrée sur lequel j’ai déjà eu l’occasion de travailler dans une autre perspective. Voir : Florence ALAZARD, " Sur le livret relatant l’entrée de Marguerite d’Autriche à Pavie en 1599 ou le Prince au service d’une histoire municipale ", Les Princes et l’histoire, xive-xviiie siècles, Bonn, 1998, p. 371-385.

32 " ALLA INCLITA ET REAL CITTÀ DI PAV1A ", op. cit.

33 C’est le cas, du moins, de la plupart des entrées florentines.

34 Op. cit., p. 26.

35 Op. cit., respectivement p. 7-13-34.

36 Ibid., respectivement p. 19-21-32-28.

Notes de fin

1 Florence Alazard est A.T.E.R. à l'E.N.S. de Fontenay Saint-Cloud.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540