Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Première partie. La ville vécue, la ville racontée le citadin et l'historien

Hooke et Pepys. Deux espaces-vécus du Londres du xviie siècle

Pascal Brioist

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Stephen GREENBLATT, Shakespearian Negociations, Chicago, 1989.

1Peut-être, comme l'avançait le critique et historien Stephen Greenblatt1, notre mobile pour faire de l'histoire participe-t-il du désir de " parler avec les morts " ; il est vrai qu'en présence de certaines sources comme les journaux privés, l'ambition d'être des " shamans salariés de classe moyenne " est grande.

2La chance d'avoir à notre disposition deux textes aussi riches que ceux de Robert Hooke et de Samuel Pepys, qui fournissent des informations complémentaires sur le Londres d'après la Restauration, est pour tout dire inespérée. Les descriptions de lieux et les allusions à des personnages contemporains sont si précises dans les deux journaux que ces derniers semblent presque dialoguer entre eux. De plus, en 1665, Hooke et Pepys se sont bel et bien connus. Une entrée dans le journal de Pepys l'atteste : " M. Boyle aujourd'hui était à la réunion et il y avait avec lui Mr Hooke, qui est un personnage très riche bien que son aspect soit le moins prometteur qu'il m'ait été donné de voir chez un homme ".

3En outre, dans la suite du texte, Pepys cite encore Hooke à plusieurs reprises, par exemple à propos d'un cours sur les comètes, ou à propos d'expériences dans la conception de calèches. Un jour, il emprunte à Hooke un livre de vocabulaire naval. En 1666, il l'écoute expliquer la nature du son et il assiste en cette même année à une expérience de transfusion sanguine organisée par lui. Par ailleurs Hooke, de son côté, mentionne également Pepys dans son texte, ainsi le 28 août 1676 il remarque : " J'ai rencontré à deux reprises M. Pepys qui fut avec moi poli et gentil. Je lui ai donné une maquette d'architecture pour l'Ecole de Christchurch et lui ai recommandé la lecture de Mercator ".

4Pepys et Hooke ont beaucoup en commun : ils vivent tous deux à Londres, ils sont tous deux passés par l'Université, leurs intérêts à tous deux sont universels et ils aiment tous deux passionnément les livres. Tous deux sont fascinés par la philosophie naturelle et ils sont collègues à la Société Royale de Londres. Toutefois, la vision qu'ils ont de cette ville de Londres qui leur est chère diffère sur bien des points. C'est que Hooke et Pepys n'appartiennent pas exactement à la même catégorie sociale. Certes, ils sont tous deux membres de la même élite urbaine non-aristocratique mais des systèmes de classifications complexes sont alors en place à Londres qui sont même en train de se transformer en cette fin de xviie siècle. Peut-être est-il dans ce cas nécessaire de pousser l'enquête un peu plus loin pour définir de plus près la hiérarchie dans laquelle les deux individualités s'insèrent.

5Le père de Pepys était tailleur dans la capitale, celui de Hooke détenait la cure de l'église de All Saints à Freshwater dans le Hampshire. Les origines sociales des deux hommes étaient dissemblables mais le niveau de fortune de leurs familles était approximativement le même. Ce furent en fait les carrières des deux auteurs de journaux privés qui changèrent tout, au long des années. Hooke devint en effet le célèbre assistant de Robert Boyle pour ses expériences de chimie ainsi qu'un topographe géomètre de renom ; Pepys, de son côté, devint un fonctionnaire de plus en plus haut placé du Secrétariat de la Marine britannique. Hooke demeurait par conséquent dans une relation de type maître/domestique alors que Pepys s'émancipait en devenant une autorité dans le domaine des affaires maritimes, ce au fur et à mesure que l'étoile de son patron, Lord Montague, montait au firmament de la Cour. A l'époque où il écrit ses mémoires, Hooke regarde son collègue avec respect et l'appelle " Mr Pepys ". Le prestige de Pepys s'explique certes par sa fortune mais aussi par ses connexions sociales. Peut-être l'analyse des lieux de sociabilité des deux personnages, l'analyse de leurs espaces publics et privés respectifs, peut-elle permettre d'aller plus loin.

  • 2 Jacques-Louis MENETRA, Journal de ma vie, édité par Daniel Roche, Paris, 1982.
  • 3 Steve RAPPAPORT, Worlds within world, structure of life in XVIth Century London, Cambridge, 1989, 4 (...)
  • 4 Julien GRACQ, La forme d'une ville, Paris, 1990.

6Dans son édition du journal de Ménétra2, compagnon vitrier, Daniel Roche démontrait que chaque socio-culture construit son espace, sa temporalité et ses gestes propres. De fait, dans une cité comme Londres, différentes géographies sociales coexistent. Des choses sont vues ou ignorées, chaque catégorie sociale hérite de sa propre relation particulière et intime avec l'espace urbain. Si Pepys et Hooke, deux membres d'une élite construite en dehors de la noblesse, appartiennent néanmoins à deux mondes différents imbriqués dans un monde unique3, cela devrait suffir à faire évoluer différemment leurs perceptions de l'espace londonien. Habiter une ville c'est en effet, comme le dit si merveilleusement Julien Gracq4 : " y tisser par ses allées et venues journalières un lacis de parcours très généralement articulés autour de quelques axes directeurs. Si on laisse de côté les déplacements liés au rythme du travail, les mouvements d'aller et de retour qui mènent de la périphérie au centre puis du centre à la périphérie, il est clair que le fil d'Ariane idéalement déroulé derrière lui par le vrai citadin, prend dans ses circonvolutions le caractère d'un pelotonnement irrégulier. Tout un complexe central de rues et de places s'y trouve pris dans un réseau d'allées et venues aux mailles serrées ; les pérégrinations excentriques, les pointes poussées hors de ce périmètre familièrement hanté sont relativement peu fréquentes. Il n'existe nulle coïncidence entre le plan d'une ville dont nous consultons le dépliant et l'image mentale qui surgit en nous à l'appel de son nom, du sédiment déposé dans la mémoire par nos vagabondages quotidiens ".

7Cette longue citation nous invite à une réflexion de psychologie historique et à nous demander si l'étude des journaux de Pepys et de Hooke, tous deux familiers de cartographie, peut nous permettre de reconstruire l'image cognitive qu'ils s'étaient faite de leur capitale. L'image en question n'est d'ailleurs pas seulement à comprendre comme une image rationnelle plus ou moins achevée mais aussi comme une image sentimentale que l'errance de Pepys dans Londres à la recherche de la dame de compagnie que son épouse l'a obligé à répudier et à renvoyer de chez eux pour des raisons trop évidentes, nous permet de le sentir assez bien.

8Il est clair cependant qu'utiliser ce type de source qu'est un journal afin d'enquêter sur des géographies personnelles occasionne certains problèmes, la démarche produit en effet une topographie par traces qui reste vague la plupart du temps : le nom des lieux que les auteurs fréquentent apparaît dans leur œuvre mais c'est rarement le cas des routes qu'ils empruntent. Les géographies à reconstruire sont si personnelles en effet qu'elles demandent que l'historien soit parfaitement au courant des adresses des membres de chaque réseau personnel des acteurs considérés : " chez Mr Brouncker " désigne une maison située dans Covent Garden, " Chez Montague " désigne un palais aristocratique dans Lincoln Inn's Fields etc… En outre, même si Pepys et Hooke ont tous deux une connaissance intime de la cité, ils se lancent rarement dans des morceaux de bravoure descriptifs sur les paysages urbains et cela est souvent frustrant pour les lecteurs. Ici, l'iconographie ne permet de remédier qu'en partie au problème, on ne sait jamais ce que les narrateurs retiennent de ce qu'ils voient. De plus, l'image recomposée grâce aux journaux privés délimite un système spatial qui est biaisé par la nature de la source qui surévalue ce qui est mentionné à plusieurs reprises. Néanmoins, les journaux nous procurent des informations cruciales sur les promenades, les itinéraires, les noeuds de circulation, les points d'ancrage de la vie quotidienne. Acceptons l'invitation au voyage.

L'IMAGE COGNITIVE DE LONDRES DE PEPYS ET HOOKE

9L'aspect général de Londres dans les années 1660 est bien documenté grâce à de multiples sources et notamment grâce à des canes et des gravures. Parmi ces sources, les plus riches à notre disposition sont ces vedute dessinées par Hollar qui insistent sur le rôle de la voie d'eau comme lien structurel des différentes parties de la ville. Citons également la carte de Ogilby levée avec précision après le Grand Incendie de Londres dans les années 1690.

  • 5 Roger FINLAY, Population and Metropolis. The Demography of London. 1580-1650, Cambridge, 1981.
  • 6 Jones EMRYS," London in the early XVIIth century, an ecological approach ", The London Journal, 6 ( (...)

10Londres avait été soumise à un rapide processus de transformation depuis le début du siècle. La croissance était nourrie par l'immigration5. Ce changement avait été cause de menaces de l'ordre social et il peut s'avérer intéressant d'examiner plus loin les effets de ce phénomène sur les perceptions que Pepys et Hooke avaient de leur quotidien. Commençons par brosser à grands traits les aspects de la métropole. Dans un article aujourd'hui classique, Emrys Jones proposait en 1980 un modèle de Londres6 dans lequel la ville (ou plutôt les deux villes de Londres et de Westminster) pouvait se subdiviser en quatre régions fonctionnelles. La cité de Westminster, dans cette perspective, représente le centre décisionnel de la Cour. Au long des axes du Strand et de Holborn se trouvent les zones réservées aux élites aristocratiques, aux juristes et à l'élite financière. Ce quartier correspondrait au centre de la consommation de luxe. Enfin, la Cité, en ses murs, est la zone qui se consacre à la production et aux activités d'échange. Cet ensemble est peut-être celui qui pose le plus de problèmes avec ses marchands et ses petits négociants qui se rangent le long des grandes rues d'affaires et se regroupent autour des foires et des marchés (le marché au poisson sur Old Fish Street, le marché aux vêtements près de l'hôtel de Ville, les banquiers sur Lombard Street etc.). Ajoutons à ces trois ensembles un quatrième : les " Liberties au delà des murs " s'étendant de Covent Garden à l'ouest jusqu'à Bethnal Green à l'est, prenant Southwark en écharpe au sud du fleuve. Southwark et l'East End, constituent sans aucun doute les zones les plus pauvres. Cette présentation systémique a le mérite de la clarté mais ne rend cependant pas compte de la vision de nos mémorialistes, il nous faut par conséquent retourner aux textes.

11Le rôle de l'imagination est évidemment décisif dans les diverses manières que nous pouvons avoir de lire la topographie d'une ville. Les rues se trouvent au centre d'un système d'appropriation de l'espace, certains itinéraires étant motivés par la nécessité du travail, d'autres par le goût des distractions diverses... Le dévoilement de l'espace par la marche, la connaissance physique des rues est une expérience partagée par Pepys et Hooke. Quelquefois, pourtant, on découvre dans les pages que les deux auteurs utilisaient les coches de Hackney ou d'ailleurs, ou encore les barges de la Tamise. Pepys les adore et a les moyens de les emprunter. Il s'intéresse beaucoup aux règlements de la Ville qui les concernent. Hooke utilise rarement les coches mais est très reconnaissant lorsqu'un de ses amis le voiture quelque part. Le nec plus ultra de la distinction sociale est bien sûr d'avoir son propre équipage, Pepys atteint cet idéal dans les années 1670. Hooke, qui n'aurait même pas rêvé d'un tel luxe est très impressionné quand Pepys le ramène chez lui avec son propre attelage.

12Les barges sur la tamise sont un autre moyen de transport apprécié, peut être plus démocratique : la vie de Londres s'articule sur sa voie d'eau au xviie siècle et il n'est pas absurde de faire une comparaison entre le fleuve londonien et le Grand Canal vénitien. Pepys avait l'habitude d'utiliser fréquemment les bateaux, il indique même avoir son passeur attitré. Hooke utilise la Tamise peut-être moins fréquemment que son ami, même s'il se trouve être un grand spécialiste des quais et des appontements et même s'il prête une attention particulière aux voies d'eau en raison de ses activités de topographe.

  • 7 II faudrait procéder à des comptages plus fins par périodes et peut-être essayer de donner aux axes (...)

13Observons à présent les itinéraires privilégiés que nous pouvons reconstruire par comptages d'occurrences réalisés dans les journaux privés7.

14Le modèle des itinéraires de Hooke est concentré à l'intérieur des frontières de la Cité : les chemins liant les palais des guildes marchandes – l'hôtel de Ville, l'hôtel des Epiciers, l'hôtel des Poissonniers etc. Les rues qui lui sont familières sont Fish Street, Fenchurch Street, Tower Street, elles se trouvent essentiellement au sud-est de la Cité. Hooke mentionne aussi beaucoup les portes : Aldersgate, Newgate, Moorgate, Ludgate, Billingsgate, Fleet Street hors les murs, enfin, et le Strand qui la prolonge. Il s'agit de l'axe principal joignant la Cité de Londres et celle de Westminster.

ITINERAIRES ET NŒUDS COGNITIFS DU LONDRES DE HOOKE

ITINERAIRES ET NŒUDS COGNITIFS DU LONDRES DE HOOKE

15Les chemins empruntés par Pepys suivent les axes principaux de la vie londonienne : la Tamise et une ligne qui va de Leadenhall au Strand en passant par Cheapside (la grande avenue marchande) et Fleet Street. On observe également des itinéraires secondaires qui complexifient un peu l'image, marquant dans l'espace des réseaux d'amis, de voisins, de parents, de collègues et de patrons. Les axes principaux sont des chemins liés aux activités professionnelles conduisant du Ministère de la Marine au Palais de Whitehall. Ces voies peuvent éventuellement se poursuivre au delà de Londres en direction des chantiers navals des Docks royaux : Deptford, Woolwich et Greenwich.

ITINERAIRES ET NŒUDS COGNITIFS DU LONDRES DE PEPYS

ITINERAIRES ET NŒUDS COGNITIFS DU LONDRES DE PEPYS

16Si l'on cherche à repérer dans le Londres du xviie siècle des noeuds cognitifs et des points de repères, on peut partir de la perception de dichotomies que Pepys et Hooke partageaient avec leurs contemporains. Les principaux binômes opposent La Cité et la Cour, la Cité et les " Liberties ", et enfin la paroisse ou le quartier (Ward) et ce qui leur est extérieur. Il y a également des pôles dans le paysage londonien que les habitants peuvent difficilement ignorer. Ils constituent des points de repères formant la trame d'une appropriation de l'espace. Parmi ces points nous pouvons facilement identifier la Tour de Londres, la cathédrale Saint-Paul, la Bourse Royale, la Nouvelle Bourse, L'hôtel de Ville, Westminster et Whitehall enfin, représentant les deux centres les plus prestigieux en dehors de la City. Tous ces points ne revêtent pas la même importance d'un journal à l'autre, L'hôtel de Ville par exemple est important pour Hooke mais semble l'être beaucoup moins pour Pepys. Si nous devons établir la liste des noeuds cognitifs qui charpentent les visions de Hooke et de Pepys, il faut alors procéder à une classification mais il n'est pas certain que l'on puisse toujours facilement distinguer des espaces publics et des espaces privés comme on a coutume de le faire. Le statut des domiciles des deux auteurs illustre bien cette ambiguïté.

  • 8 Simon SCHAFFER et Steven SHAPIN, Leviathan and the air pump : Hobbes, Boyle and experimental life. (...)

17La distinction entre vie privée et vie publique dans la maisonnée est en effet tout à fait difficile à opérer, pour commencer, dans le cas de Hooke. A partir de septembre 1664, Hooke vit au Collège Gresham, d'abord avec le statut de curateur d'expériences pour la Société Royale puis avec le statut de professeur de géométrie appointé par le Collège. Chacun lui rend visite à n'importe quelle heure pour le consulter à propos de son travail. Le concept de laboratoire8, un lieu public où la vérité expérimentale est établie par fait d'expérience et de témoignage, émerge lentement mais ce qui relève de la " privacy " de Hooke n'est pas toujours facile à saisir. Il y a ainsi des endroits, dans les appartements du savant auxquels ses patrons et collègues semblent avoir un accès constant et libre. Il y a d'autres endroits que Hooke semble réserver aux relations qu'il entretient avec ses apprentis et ses domestiques. Enfin, il y a des lieux qui semblent être des lieux de travail privé, où le secret peut-être conservé et des salles réservées aux activités privées. Parfois, Hooke, qui est d'ordinaire un homme très sociable, désire comme tout un chacun un peu solitude. Il reste alors chez lui quelquefois plus d'une semaine sans sortir.

  • 9 Orest RANUM, " Inventing private space, Samuel and Mrs Pepys at home, 1660-1669 ", Jachbuch des Wis (...)

18Le statut de la demeure de Pepys est peut-être plus clair. La description de dîners, de nourritures au demeurant appétissantes partagées avec des amis, de soirées musicales passées à chanter avec des voisins (et surtout, au plus grand plaisir de Samuel, des voisines !), de distractions avec des voisins présents à la maison quand Pepys rentre du travail, construisent l'image d'un foyer qui est très ouvert sur l'espace social. Cependant, Orest Ranum a bien montré que la complexité d'un espace privé et l'invention de ses règles doit être étudiée en prenant en compte les relations que cet espace entretient avec la vie publique9. Rappelons simplement que la maison de Pepys dans Seething Lane est citée 375 fois dans le journal !

19Les voisinages sont des points de repère décisifs. Ils constituent un ensemble de liens entre les lieux : églises, rues et tavernes. Après la distinction opérée entre la Cité et ses faubourgs (" liberties "), la division entre la paroisse (ou le voisinage) et les autres paroisses est sans aucun doute le clivage le plus remarquable de l'espace-vécu des contemporains de nos auteurs. Pour Hooke, ce point, cependant, ne semble pas si clair, peut-être parce que sa maison est également son lieu de travail, peut-être parce que son réseau social est plus centré sur son travail que celui de Pepys... Quoi qu'il en soit, Hooke ne semble pas avoir entretenu beaucoup de relations avec ses voisins vivant autour du Gresham College. L'espace où il se sent le plus chez lui semble être davantage celui de Chez Garway, son café intellectuel...

20Pour Pepys, en revanche, le voisinage compte énormément. Si on peut évaluer à 2 % la mention de " voisins " dans les relations sociales indiquées dans le journal, c'est qu'on ne compte pas les collègues de Pepys qui sont également ses voisins (puisque nombreux sont ceux parmi eux qui, travaillant pour le bureau de la Marine, ont leur adresse dans Seething Lane). On soupçonne que le pourcentage, tout bien considéré, est par conséquent plutôt proche des 10 %. L'importance du voisinage est bien attestée par la solidarité des habitants des alentours immédiats lorsque Pepys est menacé d'une peine de prison. De plus, les voisins, semblent être toujours présents chez Pepys et avoir libre accès aux appartements de Seething Lane. Madame Pepys accepte cette situation aussi bien que son époux : " 3 janvier 1660 : puis, je rentrai chez moi et là trouvai M. Hunt et sa femme ainsi que M. Hawly qui me tinrent compagnie jusqu'à 10 heures à jouer aux cartes jusqu'à ce que nous nous arrêtions " ou encore : " 1er février 1660 : et ainsi revinsse à la maison où je trouvai M. Hunt et sa femme, qui restèrent avec moi et prirent un siège jusqu'à dix heures ".

21La paroisse est certainement également une structure très importante de la représentation de l'espace de Pepys avec ses propres rythmes et ses propres solidarités. L'église de Saint Olave dans Hart Street est citée 65 fois. C'est pendant la peste, assurément, que le sens de l'appartenance à sa paroisse est le plus fort chez Pepys, comme le démontrent les multiples annotations de l'année 1665 où l'on comprend que l'auteur du journal est fortement attaché aux personnes du quotidien qui l'entourent et dont il ne parle pas d'ordinaire.

22Les réseaux familiaux s'inscrivent également dans l'espace, cela va sans dire. Pour Samuel, il y a son frère, Thomas, un tailleur qui vit dans Fleet Street, il y a ses nombreux cousins, un autre Thomas Pepys, par exemple, un tourneur sur bois qui tient une échoppe dans Smithfield, un autre Thomas encore, qui vit à Westminster et qui est étudiant en droit à Middle Temple etc. Il faut également prendre en considération l'espace du souvenir, celui de la jeunesse : le père de Pepys avait une affaire à Westminster et l'auteur aime à l'évoquer. Les parents de Pepys, à l'époque du journal, se sont retirés hors de Londres et c'est parfois l'occasion pour Samuel de sortir de son périmètre familièrement hanté. Le cousin " Sandwich ", Lord Montague, le patron, est un cas spécial, évidemment. Dans la première partie du Journal, sa demeure dans Lincoln Inn's Fields reçoit très souvent la visite de Pepys mais au fur et à mesure que le mémorialiste s'émancipe de son protecteur, les visites s'espacent.

23Hooke, de son côté, mentionne bien un frère, une soeur, une nièce et trois cousins mais aucun d'entre eux ne semble avoir vécu à Londres, donc notre enquête s'arrête là !

24Qu'en est-il à présent de ce que l'on a coutume de qualifier, depuis Habermas, du mot à la mode de " sphère publique " ? Les " exchanges ", comme on dit en Angleterre, c'est à dire les bourses, sont des noeuds importants où les marchandises et les informations convergent. Pepys s'y rend pour les nouvelles et y cultive des amitiés (et quelquefois plus que des amitiés...) avec les teneurs ou les teneuses d'échoppes. Le plus grand triomphe de la carrière de Pepys durant la période du Journal est un discours qu'il prononce devant le Parlement à propos du raid aux conséquences désastreuses de la flotte Hollandaise jusqu'à l'estuaire de la Medway et à propos de la corruption des autorités qui avait rendu cette opération possible. Pepys parle plusieurs heures et obtient un véritable triomphe rhétorique qui lui vaut des éloges pour plusieurs semaines à venir. La Bourse est l'endroit où il va se délecter des compliments de ses compatriotes. Pepys fait 152 fois références à la Bourse Royale dans son Journal et 122 fois référence à la Bourse Nouvelle... ! Hooke est peut-être moins un homme de la Bourse mais il s'y rend par deux fois en 1672.

  • 10 Voir à ce propos Emmet L. AVERY, " The Restauration Audience ", Philological Quarterly, 45, 1966, p (...)

25Le théâtre est l'endroit archétypal du développement de la sphère publique10 mais il est parfois difficile pour Pepys d'accepter l'existence d'un public socialement indifférencié. Pour lui, le théâtre est un endroit où l'ordre somptuaire est menacé, ainsi, même si une sphère publique s'y développe, il est douteux que les relations entre les membres du public se tissent de façon égalitaire, il faut imaginer même des sous-espaces individualisés dans les salles de représentation. Pepys est un grand amateur de théâtre. Sa géographie des théâtres est la plus complète que l'on puisse trouver : le théâtre du Cockpitt dans Drury Lane, le théâtre qui vient d'être réparé dans Salisbury Court, le théâtre de Vere Street, le Théâtre Royal dans Bridge's Street (autour duquel Pepys note que la circulation bouchonne le 27 janvier 1664 !), le théâtre du Duc dans Lincoln Inn's Fields et le Théâtre du Dorset Garden. Hooke n'a pas un goût aussi prononcé pour les spectacles littéraires mais il se rend parfois au théâtre également. En 1672, il y va à quatre reprises : deux fois au théâtre du Duc dans Lincoln Inn's Fields, près de chez Lord Brouncker, Président de la Société Royale de Londres et deux fois dans un théâtre dont il ne donne pas le nom et qui était peut-être le même.

26La question des cafés est également très intéressante. Sont-ce des espaces publics ou des espaces privés ? Toujours la même rengaine mais une fois encore, il est difficile de distinguer les deux qualités. Certains de ces cafés, comme Chez Will, le café des beaux esprits de la Restauration, est clairement un espace public. Chacun peut entrer et venir écouter pérorer Rochester et Dryden qui s'affrontent dans des assauts de poésie. Cependant, des endroits tels que Chez Garway où Robert Hooke se rend 147 fois en 1672 ( ! ), sont peut-être différents de nature. Ils semblent en effet disposer de salles privées et à plusieurs reprises dans le journal, les salles sont désignées par leurs noms particuliers. Ainsi, en 1672, le savant indique avoir occupé la Salle Verte. L'hypothèse selon laquelle des espaces privés étaient réservés dans le café pour ceux qui voulaient s'isoler n'est pas complètement absurde.

27Le journal de Robert Hooke reflète les liens remarquablement étroits que celui-ci entretenait avec les cafés. L'appendice à la fin du volume dénombre 153 cafés et tavernes différents et quelques uns de ces établissements ont servi à des réunions intellectuelles de Hooke avec ses collègues virtuosi ! L'ambiance philosophique du café fait pour Hooke partie intégrante de la vie quotidienne, il se rend au café deux ou trois fois par jour. Les expérimentations philosophiques (au sens pré-scientifique qu'on peut leur donner) et les discussions animées sont un trait classique du café-savant. Parmi les plus célèbres de ces établissements fréquentés par Hooke, on peut nommer le Café Grec (aussi mentionné dans le Journal de Samuel Pepys), Chez Garway et Chez Joe. Le cas du " Café de chez Joe " est tout particulièrement intéressant car Hooke se rappelle y avoir participé, le 11 décembre 1675, à la fondation d'un " Nouveau Club Philosophique ". Le samedi 1er juillet 1676, il écrit : " Nous venons juste de fonder un Nouveau Club Philosophique et nous avons résolu de nous engager à ne parler à personne de rien qui y soit communiqué sous le sceau du secret, ou même, de révéler publiquement les réunions de ce club ".

28Le café est exactement le contraire d'un espace public, c'est un endroit où le secret peut être conservé, très différent, en cela, de la Société Royale de Londres ! Le café-savant est cher au coeur de Hooke précisément à cause de l'intimité qu'il est en mesure de procurer à ses clients.

29Pour Pepys, la valeur du café vient plutôt du fait qu'il y voit des gens et qu'il y est vu. Dès 1660, au tout début du journal, il se rend au Rota club de Harrington, dans New Palace Yard dans ce dessein, puis il se trouve impliqué dans les débats qui s'y déroulent. En 1664, alors qu'il marche dans Russel Street, la curiosité le pousse à franchir le seuil du Café de chez Will pour aller écouter les beaux esprits et Dryden : " Dans Covent Garden ce soir, sur le chemin du retour pour retrouver mon épouse, je me suis arrêté au grand café où je n'étais jamais rentré encore, où je vis Draydon, le poète (que j'avais connu à Cambridge) et tous les beaux esprits de la ville. "

30La plupart du temps, Pepys connaît semble-t-il les gens qu'il va rencontrer dans les cafés (ses collègues ou d'autres philosophes amateurs) mais quelquefois, l'espace public du café est l'occasion de nouvelles rencontres. Le jeu auquel se livre alors Pepys est de deviner le statut de la personne à laquelle il s'adresse. Comme en témoigne une notation de janvier 1664, notre auteur est très au fait des pratiques de distinction : " Puis au café où vinrent Sir William Petty et le Capitaine Grant, et nous tombâmes en grande conversation (il y avait en outre un jeune monsieur, un marchand j'imagine, dont le nom était Mr Hill, qui avait voyagé et dont j'ai perçu qu'il était très versé en musiques de toutes sortes et en d'autres domaines également) ".

31Une des choses qui plaît le plus à Samuel Pepys est de s'asseoir près de gens célèbres pour entendre parler d'autres gens célèbres : ainsi le 26 janvier 1664, il se rengorge d'avoir été " assis à côté de Tom Killigrew; qui nous parla d'un incendie qui s'était déclenché la nuit dernière chez (ma) Lady Castlemaine " (Lady Castlemaine, rappelons-le, est une favorite de Charles II). Les raisons du goût de Pepys pour les cafés apparaissent clairement le 14 avril 1664 lorsqu'il est déçu par l'absence d'un public : " Puis j'ai marché un peu avec Creed jusqu'au café dans Covent-Garden où il n'y avait nulle compagnie. Mais il me raconta des expériences très intéressantes auxquelles il avait assisté dans le Collège Gresham ".

32Les cafés, donc, participent à la fois de la sphère privée et de la sphère publique mais ce qui importe surtout dans de tels lieux, c'est que l'ordre social et somptuaire n'y est jamais remis en question : c'est un lieu où l'on est en bonne compagnie, ce que montre bien, au demeurant, une gravure des années 1680 où les clients d'un café qui est sans doute celui de chez Will sont tous des gentilshommes aux perruques poudrées.

33Les maisons closes ne sont peut-être pas toujours des endroits de bonne compagnie mais Pepys ne dédaigne pas de s'y rendre ! Le Journal contient à peu près trente références à ce genre d'établissements. Il évoque une géographie cognitive tout à fait précise du Londres des quartiers chauds. Comme Pepys n'est pas à une hypocrisie près, il nomme une " maison " dans Moorfields mais c'est pour en dire tout son mépris. Notre auteur est par ailleurs mortifié quand il apprend que le père de son épouse réside dans Long Acre, ce quartier du vice qu'abrite un labyrinthe d'allées délimité par les ponts de Holborn et de Fleet ainsi que Drury Lane. Cela lui déplaît que son épouse doive traverser ce genre de lieux pour aller voir son père. Si Hooke utilise plus les services de ses servantes (Betty et Nell) que ceux de professionnelles, il se rend néanmoins souvent dans les parages des ponts de Fleet et d'Holborn. Je n'exclu rai donc pas qu'il ait lui aussi de mauvaises fréquentations. Quelquefois, le signe cabalistique qui indique qu'il a fait l'amour n'accompagne pas le nom de ses chambrières et il n'est pas chez lui... il faut donc en tirer les conséquences !

34Hyde Park et Saint James Park sont des lieux d'ostentation pour l'élite, notamment le premier mai et les dimanches d'été. Pour Pepys, là encore, il s'agit bien d'un endroit où il faut être vu. Le 4 avril 1663, il est très déçu car sa stratégie ne fonctionne pas : " Rien de bien, ni le Roi ni Ma Dame Castlemaine bien qu'ils aient été des milliers en ce lieu ". Samuel va souvent dans les parcs cependant, à pied, en voiture, dans sa propre voiture lorsqu'il en acquiert une et même un jour sur un cheval qu'il emprunte à un ami. Hooke se rend également à Saint James et à une certaine occasion, il y rencontre le Roi qui lui demande poliment comment il va. Hooke en est flatté et note la chose pieusement et avec la plus grande fierté dans son journal.

35Pour deux personnages que la philosophie passionne, les boutiques de libraires sont évidemment des repères privilégiés. Etablissons des listes. Pour Pepys, il y a Allestry et Herringman près de la Nouvelle Bourse, Kirton dans le cimetière de Saint Paul's. Pepys est suffisamment proche de ce personnage pour lui prêter de l'argent, il fait relier ses livres chez lui. John Martin, à Temple Bar, est l'autre libraire-relieur utilisé par Pepys. Il y a également dans ce cercle une certaine Mademoiselle Mitchell, à Westminster Hall, dont l'auteur est proche au point de l'embrasser ! Ils sont amis et, semble-t-il, même un plus que cela... Il y a aussi Playford à Inner Temple, Shrewsbury dans Duck Lane (près de Smithfield, après Aldgate, précise l'adresse), Starkey dans Fleet Street. Tous ces libraires se concentrent sur le chemin de Westminster, l'axe principal de la vie de Pepys dans Londres.

  • 11 Cf. p. 29, 37, 77, 176.
  • 12 Cf. p. 334, 420, 453, 457.
  • 13 Cf. p. 411.
  • 14 Cf. p. 4, 5, 32, 33.
  • 15 Cf. p. 120, 451, 454,
  • 16 Cf. p. 128, 378, 382,
  • 17 Cf. p. 22, 31.
  • 18 Cité par ailleurs p. 147, 324, 343, 353, 359, 374.

36Hooke fréquente à l'occasion d'autres libraires que ceux là : Mr Brook11, Carr12, Gauge13, Guy Thomas14, Keyte15, Tom Knight, dans Newgate Street16, Steed dans Walbrook17, un anonyme dans Bed Lane. Toutefois, certains de ses fournisseurs sont les mêmes que ceux de Pepys, il lui arrive même de se rendre avec Pepys le 18 mai 1678 chez Henry Wynn dans Chancery Lane18. Un autre libraire commun est John Martin, dans le quartier du Temple. Comme Pepys, Hooke semble affectionner les échoppes de Duck Lane. Il est possible que l'un des trois négociants en livres cités dans cette rue soit Mr Shrewsbury. Duck Lane, en tout cas, est très importante pour Hooke car c'est là qu'il peut se procurer des livres de littérature philosophique, ainsi le 11 décembre 1675 se réjouit-il en ces termes : " Dans Duck Lane à la première boutique, j'ai acquis la première édition de Oughtred, une carte écrite, un livre de Alhazen Vitellio, Les triangles de Neper; à la deuxième boutique j'ai acheté De Ludo Aleo; à la troisième boutique, Polisell et Billi, Pitisens, Aldrovandus. J'ai acheté là, où vivait Pitz, Northwest Fox et j'ai vu le catalogue de Littleberrys ".

37Ce texte suggère, avec la mention de cartes géographiques et de livres de trigonométrie, que les librairies et les ateliers de fabricants d'instruments peuvent avoir des fonctions proches. La multiplication à Londres de boutiques ou l'on peut acheter des instruments mathématiques est patente en cette seconde moitié du xviie siècle. Un nouvel espace de sociabilité y est en train de naître pour un public passionné de mathématiques. Là, des universitaires ou des hommes formés à l'Université peuvent rencontrer des amateurs et des artisans qualifiés. Les boutiques sont quelquefois des sites d'enseignement mais ce sont surtout des lieux de discussion pour les virtuosi, des forums de débats. A la fin du siècle, les échoppes des fabricants d'instruments deviennent des lieux à la mode, c'est aussi ce qu'atteste leur concentration dans les rues les plus en vue de la capitale anglaise. Pepys s'y rend très souvent : quarante fois de 1663 à 1669. Sa boutique favorite appartient au célèbre Ralph Greatorex et se dresse sur le Strand, mais il fréquente aussi la boutique de Henry Wynne dans Chancery Lane, sans oublier celle de Mr Browne aux Minories.

38Hooke, qui est un professionnel, fréquente des fabricants d'instruments pour d'autres raisons que son ami, essentiellement parce qu'il collabore avec ces derniers. Le journal nomme au bas mot quinze artisans différents. L'un d'entre eux, Thomas Tompion, quelquefois surnommé " le père de la fabrication de montres anglaise ", a installé sa pratique dans Water Lane (sa boutique est un lieu d'échanges intellectuels, le journal en témoigne à la date du 2 mai 1674 : " chez Thomkin dans Water Lane, beaucoup discuté avec lui à propos de montres. Lui ai dit la façon de fabriquer une machine pour usiner des roues et lui ai soufflé le moyen de fabriquer une plaque à diviser ; à propos de la forme d'une arche ; à propos d'une autre façon de denter (les roues ?) ; à propos des montres de poches et d'autres multiples choses ").

  • 19 Cf. p. 126, 128, 141.
  • 20 Cf. p. 35, 51, 64, 143, 146, 179, 187.
  • 21 Cf. p. 14, 90, 105, 124, 319, 337, 339.

39Autre relation, Isaac Thomson, le fabricant d'engins juré de Sa Majesté, réside quant à lui à l'enseigne de la Machine dans Great Russel Street, face à Montague House19. Bell, également souvent cité est un horloger et un mécanicien20, et Joseph Moxon enfin, un généraliste21.

40La non coïncidence des adresses de Hooke et de celles de Pepys s'explique de toute évidence par des usages différenciés de ce type d'endroit : d'un côté on a un amateur de jeux scientifiques, de l'autre, un professionnel et un savant.

  • 22 Rob ILIFFE," In the Warehouse : Privacy, property and priority in the early Roval Society ", Histor (...)
  • 23 Quentin SKINNER, " Thomas Hobbes and the nature of the Early Royal Society ", The Historical Journa (...)

41La Société Royale de Londres constitue un endroit où le virtuoso amateur et le philosophe expérimental, laborantin de Robert Boyle, se retrouvent sur un pied d'égalité. La Société est mentionnée cinquante fois par Pepys dans son journal de 1665 à 1669, et vingt-sept fois par Hooke lors de la seule année 1672. L'institution est beaucoup plus importante pour le second que pour le premier. Signe de la familiarité du laborantin avec la Société, il ne la mentionne que sous le nom d'Arundel Library. Pour lui, c'est l'espace public par excellence. Il s'y met constamment en représentation, c'est l'espace d'accréditation de ses expériences et de ses découvertes. Bien entendu, il s'agit d'un public choisi par ses pairs qui restreint aux happy few le bonheur d'être inclus, mais pour Pepys comme pour Hooke, le problème ne se pose pas22. On sait pourtant que le rejet de Hobbes des locaux d'Arundel House puis du Collège Gresham à cette même époque fait scandale. C'est même sans doute l'une des causes du refus de la philosophie expérimentale par l'auteur du Léviathan23. Les murs du collège, ou de la demeure aristocratique du duc d'Arundel, sont des limites bien difficiles à franchir pour la plupart des Londoniens qui n'ont pas le bonheur d'appartenir au réseau de ceux qui sont déjà membres de la très sélective société. Ajoutons cependant que même ici, Pepys et Hooke n'évoluent pas complètement dans le même espace. A deux pas du Collège Gresham, en effet, avec un groupe encore plus sélectionné de confrères auquel Pepys n'appartient pas, Hooke participe à des réunions secrètes d'un mini-club philosophique où il sait que les secrets scientifiques n'ont aucune chance d'être divulgués.

42Comparons, pour conclure, les deux itinéraires réguliers de Pepys et de Hooke : celui de Pepys lui fait parcourir un gradient social qui le mène du monde des artisans et des marchands à celui de la Cour, celui de Hooke, en revanche, est confiné entre les murs de la Cité. Au fil de cette trame, il exécute ses tâches de topographe et fréquente les Halls des marchands. Deux journaux de personnes qui se connaissent et évoluent en partie dans les mêmes cercles, donc, mais deux destinées très différentes et des espaces-vécus dissemblables.

ESPACES VALORISÉS, ESPACES IGNORÉS ET ESPACES REDOUTÉS

  • 24 John S. PIPKIN, " Space and social order in Pepys'Diary ", Urban Geography, vol. 11,1990, n° 2, p 1 (...)
  • 25 Stephen PUMFREY, " Ideas above his station : a social study of Hooke's curatorship of experiments " (...)

43L'espace cognitif n'est pas un espace uniforme, nous en avons tous l'expérience : on peut accorder aux lieux des valeurs négatives ou au contraire des valeurs positives. Une géographie morale se dessine alors. Dans les deux journaux privés de Pepys et de Hooke, les commentaires sur les lieux offrent une intéressante corrélation avec le statut social de leurs occupants24. Ainsi, le Roi, les patrons et les supérieurs hiérarchiques25 sont cités à de nombreuses reprises en connexion avec leurs demeures. La belle maison urbaine de Lord Brouncker, son patron, est ainsi citée 40 fois par Pepys, Westminster l'est 200 fois et Whitehall 320 fois. Chez Hooke, l'hôtel de Robert Boyle et de sa sœur Lady Ranelagh, dans Covent Garden, est cité 327 fois.

44L'espace prend aussi quelquefois une valeur sentimentale, Hooke en parle peu mais c'est très net dans le journal de Pepys : Fleet Street est clairement l'espace de la jeunesse. Les théâtres correspondent à un espace galant autant qu'à un espace de reconnaissance sociale. Rappelons également cet espace de l'errance amoureuse malheureuse dont nous avons déjà parlé plus haut quand la belle Deborah est renvoyée.

45A côté de ces lieux chargés d'évocations sentimentales ou de rapports de pouvoir, il existe également des blancs de la carte, des espaces totalement ignorés, chez Pepys comme chez Hooke. La rue, par exemple, n'est jamais vraiment décrite, alors que Pepys s'étend longuement, par exemple, sur l'aspect des appartements de Lord Brouncker. Ceci pose le problème de la relation au paysage au xviie siècle. De la même façon, lorsque Pepys ou Hooke sortent de Londres, la campagne est totalement absente du récit. L'attention au paysage n'apparaît sans doute que plus tard, au tournant des xviiie et xixe siècles. Ce phénomène serait sans doute à mettre en parallèle avec l'évolution de la peinture et des thèmes artistiques. En outre, les deux textes donnent très peu d'informations sur les bordures et sur certains espaces caractéristiques de Londres : les faubourgs, par exemple, n'apparaissent quasiment jamais.

46Continuons la gradation : il y a pire que l'espace ignoré, l'espace redouté. C'est ici le journal de Pepys qui offre le plus de notations sur le thème, peut-être parce que ce qui se joue est une peur sociale à laquelle Hooke est moins sujet. Ici, la perception de l'ordre social est la clé explicative. Pepys, en effet, est soit mal à l'aise soit courroucé lorsque l'ordre somptuaire est violé dans certains endroits. Dans les théâtres, par exemple, il est très énervé par la présence d'"une forte compagnie de bourgeois, d'apprentis et de petites gens... " Dans les parcs et les cafés, il ne cesse de poser la question du statut social de ceux qu'il côtoie. Il y a, pour lui, un espace qui doit être réservé à l'élite du royaume, et le fait qu'il ne soit que depuis peu intégré à cette élite est certainement la cause de son attitude. Il ne peut supporter que l'ordre de la société holiste soit remis en cause par la diffusion de pratiques culturelles ou de pratiques de consommation. La partition rigoureuse de l'espace londonien lui semble devoir être la solution à la perversion des codes sociaux à laquelle il est particulièrement sensible. Au début du xviiie siècle, les cafés londoniens commencent à demander des cartes de membre, ouvrant la voie à cette institution anglaise d'accréditation qu'est le club. Avec Pepys, on est encore au début de l'évolution. Les espaces hiérarchisés, les distinctions entre public et privé sont beaucoup plus nettes au siècle suivant.

  • 26 Cf. VII 358, 364, 395, VIII 448, 451, 458.
  • 27 Cf. VIII 60, 62, 371, IX 4, 8, 55.
  • 28 Cf. 1305, II 4, V 201, V 281, V 282, V 296, V125, VII 197-8, VII 415, VIII 442-555.
  • 29 Cf. V 193.
  • 30 Cf. II 201.
  • 31 Cf. VIII 60-62.

47On comprend également, en lisant le Journal, que ce n'est pas seulement l'ordre somptuaire que certains espaces remettent en question, mais aussi parfois l'ordre tout court et même peut être l'intégrité physique ou la vie de notre honnête bourgeois. En 1666, par exemple, après le Grand Incendie, Pepys préfère suivre l'enceinte de la Cité que passer par les ruines de la ville car la catastrophe a précipité toute une population dans la misère et dans la délinquance26. Il redoute tellement les attaques dans la Cité en ruine27 qu'il finit par se promener armé. La peur constante du cambriolage, du pillage, de l'attaque à main armée et du vol est apparente dans le Journal. Pendant le grand incendie, Pepys exprime sa peur de voir sa maison pillée, plus loin, il est terrorisé par des marins conduisant une émeute ; il évoque sa terreur des cambrioleurs à une dizaine de reprises28. Il rencontre parfois dans les rues des hommes armés de gourdins29. A Queen's Chapel, il se méfie des pickpockets. Il se rend un jour au théâtre avec un laquais armé à l'arrière de la voiture, autant pour des questions de prestige que de peur sociale30. Il porte également parfois son épée dégainée dans son coche31. L'angoisse sécuritaire est permanente dans une ville où les repères sociaux et géographiques ont été mis à mal par la catastrophe. Pepys et Hooke ne se sont pas contentés de subir la situation, ils ont tâché d'y remédier.

THÉORISER L'ESPACE URBAIN ET RECONSTRUIRE LONDRES

  • 32 Ingomar BOG, " Das Konsumzentrum London und seine Versorgung ", in Münich, 1965 p. 109-118, cité pa (...)

48Avant le grand incendie, Londres vit dans un désordre apparent : les rues de la Cité sont étroites, encombrées par des marchés anarchiques comme celles de la capitale de la France dont parle Boileau dans ses Embarras de Paris. Les conditions de vie à l'intérieur des blocs urbains y sont terribles, en raison de la combinaison des effets de la saleté, d'égoûts à ciel ouvert, de constructions entassées les unes sur les autres et de la surpopulation. A côté de ces endroits malsains, les maisons les plus prestigieuses des commerçants et des marchands se rangent dans les avenues principales. Riches et pauvres, par conséquent, vivent côte à côte mais la richesse se concentre autour des théâtres de la vie publique. De fait, les visiteurs étrangers ne s'y trompent pas et au lieu de lire un déclin de Londres dans l'engorgement des rues et l'entassement des catégories sociales, ils diagnostiquent au contraire la vitalité de la capitale anglaise. L'artère de Cheapside, empruntée constamment par Pepys et Hooke, est renommée dans toute l'Europe pour l'accumulation de richesse qui s'y trouve. Une gravure montrant l'entrée processionnelle de Marie de Médicis dans la ville en 1638, révèle que l'avenue est large et flanquée de bâtiments hauts la plupart du temps de six étages, aux façades ornées de façon élaborée, portant les enseignes et les noms des divers commerçants qui y avaient pignon sur rue. Cheapside est l'axe principal mais il faut imaginer que la ville fonctionne comme un immense marché, désordonné certes, mais en réalité bien structuré32. C'est dans ce gigantesque emporium que Pepys et Hooke ont vécu jusqu'à leur maturité. Ils perçoivent tous les deux l'axe nord-sud passant par le pont de Londres et l'axe est-ouest (Fleet Street-Cheapside-Cornhill), deux axes reprenant des marchés anciens qui remontent à l'époque anglo-saxonne. La logique de ce Londres là est celle d'un centre très intégré et d'une périphérie souffrant d'une certaine ségrégation spatiale autour des murs, phénomène que nous avons déjà observé dans la densité relativement faible de citations concernant les bordures de la ville chez nos deux auteurs.

  • 33 Julienne HANSON, " Order and structure in urban design : the plans for the rebuilding of London aft (...)

49Lorsque Londres brûle, en 1666, toute cette logique est d'un seul coup remise en question. Immédiatement, un grand nombre de dessins sont produits afin que les autorités puissent envisager la reconstruction de la ville : il nous en reste cinq aujourd'hui. L'étude de ces plans se révèle d'un intérêt majeur pour qui veut saisir les conceptions de la ville au milieu du xviiie siècle33. Deux d'entre eux, ceux de Wren et de Evelyn, sont apparemment des plans d'architectes, les trois autres, ceux de Hooke, Knight et Newcourt sont plutôt des plans d'urbanistes. Le premier type attache beaucoup d'importance aux formes, aux motifs, à l'esthétique, le second se penche plus sur les nécessités fonctionnelles, l'analyse des processus sociaux, les questions de densité, d'économie et les aspects pratiques.

PLAN DE JOHN EVELYN POUR LA RECONSTRUCTION DE LONDRES APRES LE GRAND INCENDIE

PLAN DE JOHN EVELYN POUR LA RECONSTRUCTION DE LONDRES APRES LE GRAND INCENDIE

50Les cinq plans prennent en compte des concepts d'ordre qui relèvent sans doute du processus de discipline et de civilisation des moeurs dont Norbert Elias a démontré qu'il caractérisait le xviie siècle. Pepys ne semble pas, de son côté, avoir imaginé un plan particulier de reconstruction mais il est clair que sa participation aux réunions de la Société Royale et son intégration dans le milieu des hauts fonctionnaires de la Marine le mettent au centre de discussions sur le problème ; on verra plus loin comment le Journal semble le rattacher à certaines solutions proposées par ses pairs. Essayons, pour commencer, d'analyser le plan de Robert Hooke.

51Hooke, rappelons le, est l'un des trois Arpenteurs de la ville, un titre qui l'amène à collaborer avec Sir Christopher Wren. L'aventure de la conception du plan commence pour lui en septembre 1666, mois durant lequel plusieurs plans sont envoyés au Common Council, l'un par John Evelyn, un autre par le Dr Newcourt, un autre par Knight et un autre enfin par Peter Mills, Arpenteur de la ville, comme Hooke. Ce dernier dessine alors un modèle approuvé par la Société Royale, par Wren (alors Arpenteur Général) et par la Cour du Conseil Commun de la Cité de Londres. Wren, dans le même temps, envoie son propre modèle. Le plan de Hooke est un plan-grille très similaire au plan des villes américaines d'aujourd'hui. S'il prévoit des espaces pour les places, il n'insiste pas en revanche sur les noeuds qu'étaient jusque là la Bourse et Saint Paul, et son choix diffère en cela de celui de Wren. En effet Wren structure sa ville autour de deux pôles et de voies en toiles d'araignées centrées sur deux places octogonales. Il distingue également des rues larges et des rues étroites et reflète un modèle occupationnel puisque il est spécifié qu'autour de la Bourse, il faut prévoir une poste, un bureau des contributions indirectes, deux zones réservées aux orfèvres, une zone pour les banques, une pour la fabrication de la monnaie royale, et une zone pour les compagnies d'assurance.

PLAN POUR LA RECONSTRUCTION DE LONDRES IMAGINE PAR WREN APRES LE GRAND INCENDIE

PLAN POUR LA RECONSTRUCTION DE LONDRES IMAGINE PAR WREN APRES LE GRAND INCENDIE

52Le projet de Hooke vise plus à homogénéiser l'espace londonien. Son plan montre une grille orthonormée ponctuée de quatre grandes places publiques dans lesquelles il est prévu d'installer des marchés ou des fontaines. On garde l'espace non-construit autour de la Tour de Londres ainsi que la grille de rues médiévale que le feu n'a pas détruit. Il est prévu de connecter les nouvelles rues aux anciennes en essayant de ne pas trop changer l'alignement. Le plan indique le site de quinze églises de telle sorte que chaque rue est-ouest possède au moins une église dans sa longueur. La cathédrale de Saint Paul et l'hôtel de ville sont déplacés pour former le cœur de deux îlots rectangulaires au centre de la Cité. Un trait original de ce plan est constitué par un large quai sur toute la longueur de la Tamise. La taille des places de marché est également remarquable si on la compare à la taille de l'hôtel de ville tel qu'il est figuré. On note également que Saint Paul comme l'hôtel de ville sont entourés de blocs d'immeubles, ce qui enferme leur perspective. L'hôtel de ville, toutefois, se voit ménager une ouverture au sud vers la Tamise.

LE PLAN DE HOOKE PORTANT SES 7 AXES PRINCIPAUX ET INTEGRATEURS

LE PLAN DE HOOKE PORTANT SES 7 AXES PRINCIPAUX ET INTEGRATEURS

Quai de la Tamise

53Sept lignes majeures sont favorisées dans le plan de Hooke : les cinq axes est-ouest du sud de Londres et les deux axes encadrant l'hôtel de Ville.

54Les axes subissant la plus grande ségrégation sont ceux de la périphérie de la Cité, et les axes extérieurs au secteur restauré qui sont eux aussi défavorisés car ils ne correspondent pas exactement à la nouvelle grille. A l'intérieur de la ville, deux secteurs sont défavorisés : l'hôtel de ville (Guildhall) et Saint Paul's, ainsi que les rues qui conduisent de ces lieux vers la Tamise. Tout se passe comme si, en entourant ces deux lieux majeurs de la vie publique et cérémoniale, spirituelle et civique, par des bâtiments, Hooke voulait les " mettre à part ". Mettre à distance, c'est un peu ici sacraliser. Ce n'est bien sûr pas une erreur puisque les autres axes horizontaux et verticaux sont là pour souligner l'existence des zones de la cathédrale et de l'hôtel de ville. La vision de Hooke est donc sous tendue par une réflexion personnelle sur la valorisation des espaces.

55Qu'en est-il à présent de la vision de Samuel Pepys ? Ici, nul plan pour nous aider mais toute une série de remarques dans le Journal. Le 24 février 1667, Pepys semble suggérer un plan favorisant la restauration de grandes zones plutôt qu'une reconstruction s'élaborant petits bouts par petits bouts. Il espère que la Cité nouvelle sera imposante. Le 25 octobre 1666, il constate déjà : " le dessein de reconstruire la Cité va bon train ; elle sera formidablement belle et à la satisfaction des gens. Mais je prie pour que tout cela n'advienne pas trop tard ". Le 29 février 1667, il observe que " les grandes avenues de la ville sont marquées par des piliers enfoncés dans le sol ; et si jamais on doit les reconstruire dans cette forme là, avec une telle célérité, alors ce sera là une noble vision ".

56Il n'y a ici, malgré tout ce que nous avons vu plus haut, aucun sens d'une division géographique des responsabilités ni même aucune volonté de réaffirmer ou de modifier les gradients socio-spatiaux. Il n'y a pas non plus de division régionale de l'agglomération, ni de planification.

57La reconstruction, dans la décennie qui suit le Grand Incendie de Londres, et que Pepys observe avec l'intérêt de quelqu'un qui fréquente Hooke et Wren à la Société Royale, s'opère en réalité selon la logique des intérêts économiques de la Corporation de la Cité. Bien sûr, l'administration royale accueille les projets grandioses des Grands Arpenteurs, Wren, Evelyn ou Hooke, mais elle s'ingénie surtout à être efficace dans le règlement des problèmes immédiats et quotidiens. Le travail de Hooke, dans les années qui suivent le drame, sont au centre de cette action de " bricolage ". Il est clair que très vite, ses projets initiaux sont rangés et laissent la place à une attitude beaucoup plus pragmatique. Une carte des travaux de Hooke reflète ce labeur immense que le savant devenu architecte exécute alors. Ce travail est éparpillé aux quatre coins des rues de Londres. Il est fait de la somme d'entreprises ponctuelles, mais celles-ci le lient dans une oeuvre collective à ses collègues de la Société Royale, peut-être même à Pepys. Elles le lient également aux autres géomètres de la Cité, comme Mill et à des maîtres-maçons et des artisans dont on n'a malheureusement pas le témoignage mais qui ont été les héros d'une tâche herculéenne et défiant l'imagination : la reconstruction d'une capitale !

58Pepys et Hooke, amoureux tous deux de leur ville, ont vu celle-ci être dévastée par les flammes mais, selon la fameuse formule anglaise du " stiff upper lip ", ils ont participé, chacun à leur manière, à la renaissance du Phoenix, par leur travail, mais aussi par la mise en œuvre d'une ville rêvée, largement construite en référence à leur vécu passé.

Notes

1 Stephen GREENBLATT, Shakespearian Negociations, Chicago, 1989.

2 Jacques-Louis MENETRA, Journal de ma vie, édité par Daniel Roche, Paris, 1982.

3 Steve RAPPAPORT, Worlds within world, structure of life in XVIth Century London, Cambridge, 1989, 449 p.

4 Julien GRACQ, La forme d'une ville, Paris, 1990.

5 Roger FINLAY, Population and Metropolis. The Demography of London. 1580-1650, Cambridge, 1981.

6 Jones EMRYS," London in the early XVIIth century, an ecological approach ", The London Journal, 6 (2), London, 1980, p. 130-155

7 II faudrait procéder à des comptages plus fins par périodes et peut-être essayer de donner aux axes des épaisseurs proportionnelles à leur fréquentation mais nous atteignons ici les limites de nos sources.

8 Simon SCHAFFER et Steven SHAPIN, Leviathan and the air pump : Hobbes, Boyle and experimental life. Princeton, 1985 ainsi que, Steven SHAPIN, " The house of experiments in XVIIth Century England ", Isis, 79, 1988, p. 373-404.

9 Orest RANUM, " Inventing private space, Samuel and Mrs Pepys at home, 1660-1669 ", Jachbuch des Wissenschafts Kolleg, Berlin, 1982, p. 259-276.

10 Voir à ce propos Emmet L. AVERY, " The Restauration Audience ", Philological Quarterly, 45, 1966, p. 54-61, ainsi que Nicoll ALLARDYCE, A History of English Drama, Vol. I, Restoration Drama, Cambridge, 1952, 462 p.

11 Cf. p. 29, 37, 77, 176.

12 Cf. p. 334, 420, 453, 457.

13 Cf. p. 411.

14 Cf. p. 4, 5, 32, 33.

15 Cf. p. 120, 451, 454,

16 Cf. p. 128, 378, 382,

17 Cf. p. 22, 31.

18 Cité par ailleurs p. 147, 324, 343, 353, 359, 374.

19 Cf. p. 126, 128, 141.

20 Cf. p. 35, 51, 64, 143, 146, 179, 187.

21 Cf. p. 14, 90, 105, 124, 319, 337, 339.

22 Rob ILIFFE," In the Warehouse : Privacy, property and priority in the early Roval Society ", History of Science, vol. 30, 1992, p. 29-68.

23 Quentin SKINNER, " Thomas Hobbes and the nature of the Early Royal Society ", The Historical Journal, XII, 1969, p. 217-319, ainsi que Nicolas Malcolm," Hobbes and the Royal Society ", in Perspectives on Thomas Hobbes, G.A.J. Rogers et A. Ryan eds., Oxford, 1988, p. 43-66.

24 John S. PIPKIN, " Space and social order in Pepys'Diary ", Urban Geography, vol. 11,1990, n° 2, p 153-175.

25 Stephen PUMFREY, " Ideas above his station : a social study of Hooke's curatorship of experiments ", History of Science, vol. XXLX, 1991, p. 1-44 ainsi que Stephen SHAPIN," A scholar and a gentleman : the problematic identity of the scientific practitionner in early modem England ", History of Science, vol. XXIX, 1991, p. 279-327.

26 Cf. VII 358, 364, 395, VIII 448, 451, 458.

27 Cf. VIII 60, 62, 371, IX 4, 8, 55.

28 Cf. 1305, II 4, V 201, V 281, V 282, V 296, V125, VII 197-8, VII 415, VIII 442-555.

29 Cf. V 193.

30 Cf. II 201.

31 Cf. VIII 60-62.

32 Ingomar BOG, " Das Konsumzentrum London und seine Versorgung ", in Münich, 1965 p. 109-118, cité par Fernand BRAUDEL dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Vol. 2 Les Jeux de l'Echange, 1979, note 90.

33 Julienne HANSON, " Order and structure in urban design : the plans for the rebuilding of London after the Great Fire of 1666 ", Ekistics, 334, January-February 1989, p. 22-42.

Notes de fin

1 Pascal BRIOIST est Maître de Conférences à l'université de Tours.

Table des illustrations

Titre ITINERAIRES ET NŒUDS COGNITIFS DU LONDRES DE HOOKE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre ITINERAIRES ET NŒUDS COGNITIFS DU LONDRES DE PEPYS
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre PLAN DE JOHN EVELYN POUR LA RECONSTRUCTION DE LONDRES APRES LE GRAND INCENDIE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre PLAN POUR LA RECONSTRUCTION DE LONDRES IMAGINE PAR WREN APRES LE GRAND INCENDIE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre LE PLAN DE HOOKE PORTANT SES 7 AXES PRINCIPAUX ET INTEGRATEURS
Légende Quai de la Tamise
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2001/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540