Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne

 | 
Claude Petitfrère

Avant-propos

Claude Petitfrère

Texte intégral

1Le présent ouvrage est né de quatre années d’expérience comme responsable et enseignant du D.E.A Sciences de la Ville à l’université de Tours, son titre reprenant mot pour mot l’intitulé d’un des axes du Tronc commun de cette formation. Huit collègues, appartenant à deux équipes de recherche tourangelles, le Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine et le Centre de la Renaissance, et deux autres historiens de cités voisines – Angers et Orléans – m’ont fait l’amitié de contribuer à cette exploration du regard multiforme sur la ville, où se croisent réflexion méthodologique et études de cas relevant des espaces français bien sûr, mais aussi allemands, anglais et italiens, au long d’une époque moderne largement taillée.

  • 1 Gilbert DURAND, " L’imaginaire, lieu de l’entre-savoirs ", Champs de l’imaginaire (textes réunis pa (...)
  • 2 Les actes de ce colloque international et pluridisciplinaire vont être incessamment publiés par le (...)
  • 3 Dans cette perspective, la Maison des Sciences de la Ville a publié l’ouvrage réalisé par le centre (...)

2L’entreprise se situe dans la longue suite des travaux sur l’histoire des représentations, largement tributaires des progrès faits par les historiens, depuis plusieurs décennies, dans l’utilisation des sources iconographiques et des avancées récentes de la réflexion sur l’imaginaire au sein des sciences humaines1. L’association des deux termes, images et imaginaires, n’est d’ailleurs pas réellement originale puisqu’elle a constitué le thème d’un colloque organisé en 1996 à l’université du Mans, sous l’égide de Michèle Ménard en ce qui concerne l’histoire moderne2. Notre livre a cependant un champ d’application à la fois plus restreint, puisqu’il considère exclusivement le territoire urbain3, et plus ambitieux car il ne s’intéresse pas prioritairement aux icônes mais à toutes les formes de représentation mentale de l’objet considéré, quel qu’en soit le support. De fait, tout un kaléidoscope de sources a été mobilisé pour l’entreprise. Ce sont leurs affinités, plus ou moins grandes, qui ont déterminé le plan.

3Les deux premières parties regroupent les contributions qui ont utilisé des sources écrites, pour l’essentiel. Elles concernent d’abord la ville vécue par ses habitants, ou racontée par les historiens locaux. Les journaux de Hooke et Pepys permettent de restituer leurs parcours familiers dans le Londres d’après la Restauration (Pascal Brioist). Le Discours historial de Poldo d’Albenas célèbre l’antiquité et la gloire de Nîmes (Robert Sauzet), tout comme le font, pour les villes italiennes de la Renaissance, certains livrets d’entrées royales ou princières détournés de leur objectif, dont Florence Alazard propose une lecture originale.

4En second lieu ont été regroupés des travaux fondés sur des sources émanant d’observateurs étrangers à la ville par leur origine. Tours et Chinon sont les cités d’adoption des docteurs Duvergé et Linacier, dont Brigitte Maillard analyse les “topographies médicales”, la capitale de la Touraine fut une ville refuge pour le Florentin Francesco Florio qui lui consacre un de ces Eloges de ville familiers aux Italiens (Bernard Chevalier), tandis que Nantes n’aura été qu’une brève étape dans les pérégrinations d’Elie Brackenhoffer et d’Arthur Young (Natacha Coquery).

5La troisième partie rassemble les contributions qui s’appuient avant tout, mais pas uniquement, sur des sources iconographiques : canes régionales enluminées de la Bresse (Denise Turrel), plans de la ville d’Angers (François Comte), vues générales de Tours (Claude Petitfrère), gravures représentant l’hôtel de ville de Cologne (Gérald Chaix), ou encore ces estampes évocatrices des métiers citadins que Vincent Milliot utilise en parallèle avec les livrets imprimés de la littérature de colportage.

6Images et imaginaires, les deux mots ne doivent pas être mis en opposition, comme si le premier faisait référence à je ne sais quelle objectivité, tandis que le second se cantonnerait dans le domaine du fantasme. Toute description, toute représentation par la plume, le crayon, le pinceau, le burin, est mise en scène, c’est-à-dire sélection parmi les objets donnés à voir, orientation du regard du lecteur et/ou du spectateur. Peut-on arriver à distinguer les deux champs et cette question a-t-elle même un sens ? Parfois visiblement l’imaginaire prend tout à fait le pas sur la réalité. Ainsi lorsque Francesco Florio fait de Tours l’ombilic du royaume, et des Tourangeaux un nouveau peuple élu descendant de héros et de saints. D’autres fois l’intervention de l’imaginaire ne se dévoile qu’à l’observateur attentif. Poldo d’Albenas voit sept collines à Nîmes alors qu’il n’y en a que cinq dans la réalité et, contrairement à toute vraisemblance, aucun banc de sable ne brise le miroir de la Loire tourangelle au cœur de l’été sur les vues de l’époque moderne. N’est-il pas légitime de chercher la raison d’être des retouches apportées au réel donné à lire ou à voir ? Que l’historien nîmois ambitionne d’identifier sa petite patrie à la Ville Eternelle, que la majesté d’un fleuve roulant de hautes eaux soit un élément majeur du site de la ville idéale, me semble être des notions importantes pour la compréhension des systèmes de pensée de nos ancêtres.

7Quelle est la responsabilité des auteurs, des commanditaires, du public, dans ces manipulations ? Il semble parfois que l’image soit entièrement reconstruite par ses auteurs et qu’elle leur doive tout. Hooke et Pepys inventent, par leurs itinéraires quotidiens, un Londres qui leur est propre et dans lequel ne se reconnaîtrait pas forcément un de leurs compatriotes qui appartiendrait à un autre horizon social et serait porteur d’une autre culture. Dans tous les cas – c’est une évidence – la façon de regarder, donc de percevoir et de rendre compte, est tributaire de la personnalité de l’observateur, de son époque, de son environnement géographique. Arthur Young, l’agronome anglais de la fin du xviiie siècle, pourrait-il voir Nantes avec les mêmes yeux qu’Elie Brackenhoffer, le bourgeois alsacien du milieu du xviie ? Deux contemporains, médecins l’un et l’autre à la fin du siècle des Lumières, ne portent pas le même jugement sur des cités pourtant proches. Si l’un est plus sévère que l’autre, n’est-ce point surtout parce que Tours, nettement plus peuplée que Chinon, est plus suspecte d’engendrer ces miasmes physiques et moraux que l’idéologie dominante prête volontiers à la grande ville ?

8D’autres fois les commanditaires semblent porter une large part de la responsabilité dans la réalisation de l’image, en guidant la main de l’artisan ou de l’artiste pour l’amener à faire passer leur message. L’exemple le plus patent me semble être celui de l’hôtel de ville de Cologne dont l’architecture et la décoration évoluent selon le rythme avec lequel s’affirment les libertés de la cité, et dans un sens qui révèle la transformation des institutions politiques et les changements sociaux qui l’accompagnent au sein des élites dirigeantes. Parfois, le procédé ne se dévoile qu’après une analyse minutieuse : ainsi faut-il recenser un par un les hôtels que Louis Simon localise sur son plan de 1736 pour s’apercevoir qu’il favorise ceux qui appartiennent aux familles traditionnellement présentes au sein du corps de ville d’Angers.

9Auteurs et commanditaires utilisent souvent les représentations urbaines à des fins de propagande. Le livret théoriquement destiné à garder et répandre la mémoire de l’entrée de Marguerite d’Autriche à Pavie en 1599, un événement à la gloire de la puissance dominante, devient prétexte à célébration de la ville dominée. Les tableaux de Rougeot et Demachy sont autant de plaidoyers en faveur des réalisations de l’urbanisme tourangeau de la fin du xviiie siècle. Les Misères des métiers comme les estampes qui représentent artisans et gagne-deniers parisiens au travail, servent à la fois de propagateurs pour les idéaux de l’urbanité et de mise en garde moralisatrice contre les " charmes quelquefois vénéneux de la grande ville " (Vincent Milliot).

10La plupart du temps la mise en scène résulte d’une rencontre tacite, voire inconsciente, entre les préoccupations des auteurs, celles des commanditaires de l’œuvre, et les attentes du public. Sur les cartes en couleur de la Bresse, les mêmes agglomérations figurent d’un bout à l’autre des xviie-xviiie siècle, mais la façon dont la couleur est attribuée évolue. Au début indistinctement répartie sur tous les lieux habités, elle finit par ne plus concerner qu’un petit nombre d’agglomérations, seules jugées dignes du titre de ville. Le changement ne relève pas seulement d’un parti pris artistique, il témoigne d’une évolution, largement partagée dans l’inconscient collectif, de la hiérarchie des phénomènes représentés : au temps de la première modernité, le primat des lieux habités sur les espaces naturels importe davantage, plus tard c’est celui de la ville sur le monde rural.

11Il est temps de laisser au lecteur le plaisir d’un contact direct avec les auteurs, mais auparavant, je tiens à remercier chaleureusement Serge Thibault, directeur de la Maison des Sciences de la Ville et Michel Lussault, responsable de son secteur éditorial, pour l’appui bienveillant qu’ils ont donné à notre entreprise, ainsi que Marie-Véronique Lussault dont l’efficace rapidité a permis la réalisation du livre dans les courts délais qui nous étaient impartis.

Notes

1 Gilbert DURAND, " L’imaginaire, lieu de l’entre-savoirs ", Champs de l’imaginaire (textes réunis par Danièle Chauvin), Grenoble, 1996, p. 215-227. Un exemple concernant plus précisément l’histoire : Imaginaire et représentations en histoire. Actes de la journée d’études organisée le 22 mai 1996 au Centre Pierre Léon par Anne-Marie Granet-Abisset et Bruno Benoit, Bull. 1997, 1-2, du Centre Pierre Léon d’hist. éc. et soc., Université Lumière Lyon 2.

2 Les actes de ce colloque international et pluridisciplinaire vont être incessamment publiés par le Laboratoire d’histoire anthropologique de l’université du Maine sous le titre Histoire, Images, Imaginaires Etudes réunies et présentées par Michèle Ménard et Annie Duprat, Le Mans, 1998.

3 Dans cette perspective, la Maison des Sciences de la Ville a publié l’ouvrage réalisé par le centre de recherche E.I.D.O.S, sous la direction de Michel COSTANTINI, Blois : la ville en ses images. Tours, 1994.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540