Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Galicie au temps des Habsbourg (1772-1918)

 | 
Jacques Le Rider
, 
Heinz Raschel

IVe partie. Représentations de la Galicie

Les ruines m’attirent depuis mon enfance…

Yuri Andrukhovych

Note de l’éditeur

Nous remercions les Éditions Noir sur Blanc qui nous ont accordé le droit de reproduction de ces passages extraits de « Remix centre-européen », traduit de l'ukrainien par Maria Malanchuk, publié dans le volume Mon Europe, avec Andrzej Stasiuk, traduit du polonais et de l’ukrainien par Maryla Laurent et Maria Malanchuk, Montricher - Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2004 (« Clepsydre », p. 11-13 ; et « Glossaire », p. 19-21).

Autres ouvrages de Yuri Andrukhovych en traduction française :
Moscoviada, roman, traduit de l’ukrainien par Maria Malanchuk, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2007.
Douze cercles, roman, traduit de l’ukrainien par Iryna Dmytrychyn, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2009.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les ruines m’attirent depuis mon enfance, pourrais-je répéter à l’instar de Danylo Kiš. Les ruines m’attirent depuis mon enfance, cette trace particulière, ce tracé particulier de l’existence d’autrefois. Je ne cherche pas à l’expliquer par des inclinaisons outre mesure métaphysiques ou romantiques. La raison en est peut-être tout simplement une odeur, et pas un quelconque Geist. Une humidité putride, une sensation physique, frémissante, totale. Les vieilles murailles, les poutres vermoulues, les choses à moitié décomposées, ont une respiration qui leur est propre : peut-être suis-je toxicomane ?

Dieu merci, les paysages de mon coin du monde sont suffisamment imprégnés de ces choses. Vieilles demeures biscornues, quartiers entiers pris au piège du centre-ville, abandonnés, écorchés, les recoins des cours intérieures sentant la moisissure et l’urine, les cages d’escalier tapissées d’éternelles feuilles d’automne. Parfois des ivrognes y vivent encore, des communes entières d’ivrognes a...

Auteur

Essayiste et romancier, né à Ivano-Frankivsk, l’ancienne Stanislau galicienne, l’un des chefs de file de la littérature ukrainienne actuelle

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540