Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation

 | 
Sabine Effosse
, 
Marc de Ferrière Le Vayer
, 
Hervé Joly

Les gens du café : des entrepreneurs de l’ordinaire et du superflu

Claude Malon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’expression « gens du café » désigne ici les professions intermédiaires entre le producteur, étranger ou colonial, et le consommateur métropolitain ou européen. On appelait au Havre par exemple les importateurs, négociants et torréfacteurs, qu’ils soient l’un ou l’autre ou les trois à la fois, les « familles-café ». Le Havre et Marseille ont un rôle hégémonique en matière d’importation des cafés étrangers et coloniaux. À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, trois caractères au moins dominent les entreprises de cette branche : elles sont en majorité de type familial, elles sont de tailles très diverses quant à leur surface et leur chiffre d’affaires, elles nécessitent une certaine expertise. Une partie des importateurs et négociants est véritablement spécialisée dans le café étranger ou colonial. L’autre est plus généraliste, associant le café à d’autres denrées tropicales. Certains pratiquent l’association café-coton.

Avec l’état de guerre, l’occupation et la politique de Vichy...

Auteur

Université Paris IV Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable