Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation

 | 
Sabine Effosse
, 
Marc de Ferrière Le Vayer
, 
Hervé Joly

De la cornue à la charrue : le nouveau visage des Distilleries Ricard

Jean Domenichino

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis la seconde moitié du xixe siècle, Marseille tient une place importante dans la fabrication et la commercialisation des apéritifs1. Des absinthes – les militaires en partance pour les colonies leur attribuent le pouvoir d’empêcher la dysenterie et la malaria –, mais aussi des vermouths – les plus connus sont ceux de la maison Noilly Prat2 – et des amers « à base d’oranges, de gentianes et de plantes aromatiques (aloès, cardamome, quinquina) infusées dans de l’alcool » commercialisés par les maisons Picon et Damoy ou par Auguste Bérard, premier adjoint au maire de Marseille, lui-même fabricant du célèbre Kina Château d’If. Ce marché florissant, mais aussi inquiétant pour bon nombre de médecins et d’hygiénistes, subit un sérieux revers pendant la Première Guerre mondiale. Le 16 mars 1915, l’État interdit la fabrication, la vente en gros et au détail, ainsi que la circulation de l’absinthe et des liqueurs dites similaires, sans que les caractéristiques de celles-ci ne soient enco...

Auteur

Université de Provence Aix-Marseille I, TELEMME

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540