Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation

 | 
Sabine Effosse
, 
Marc de Ferrière Le Vayer
, 
Hervé Joly

Les conserveries de poisson : une activité hors de la guerre

Jean-Christophe Fichou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’industrie française des conserves de poisson emploie entre 15 et 20 000 ouvrières et ouvriers répartis dans 160 à 170 usines implantées entre Lannion (actuelles Côtes-d’Armor) et Saint-Jean-de-Luz (actuelles Pyrénées-Atlantiques)1. Ces usines font vivre 40 000 pêcheurs, soit la moitié des équipages embarqués et elles travaillent en moyenne 20 000 tonnes de sardines fraîches et une quantité équivalente de thons, maquereaux et sprats par an2, mais, dès le début du conflit, les difficultés d’approvisionnement interdisent d’améliorer encore plus la production en forte hausse. Les menaces de guerre ont déjà poussé le ministère de la Marine à mettre en place une organisation plus rationnelle des marchés et de la pêche ; il demande aussi aux conserveurs de moderniser leurs équipements pour traiter des quantités plus importantes de sardines. De son côté, et dès le mois de septembre 1939, le service du Ravitaillement prend en main l’organisation d...

Auteur

Université Rennes 2 Haute-Bretagne, Techniques et Culture, MNHM

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable