Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation

 | 
Sabine Effosse
, 
Marc de Ferrière Le Vayer
, 
Hervé Joly

La soulte, une pratique généralisée pour contourner le blocage des prix

Fabrice Grenard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sur l’ensemble de l’année 1943, l’administration du Contrôle économique a relevé 54 614 infractions dans le secteur industriel, donnant lieu à 14 774 saisies d’une valeur totale de 323 millions de francs. L’état statistique de l’ensemble des produits saisis selon leur nature montre qu’une très large majorité (70 %) peut être classée dans la catégorie des biens de consommation (l’industrie du cuir – peausserie, chaussures et maroquinerie – représentant à elle seule 21 %, celle du textile – tissus, confection, mercerie et bonneterie – 19 %)1. Ces quelques chiffres démontrent combien la fraude a pu être importante dans ces industries sous l’Occupation ; elle a revêtu des visages variés, portant dans certains cas sur les règles édictées en matière de répartition et dans d’autres sur la législation des prix. L’une des pratiques les plus souvent mentionnées par les agents chargés de la répression fut toutefois celle dite de la « soulte », consistant pour le vendeur à imposer à son client ...

Auteur

Institut d’études politiques de Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540