Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

Annexes

Texte intégral

Listes des annexes

1Annexe 1. Rapport de Royer sur la chapelle Saint-Martin. Extraits 237

2Annexe 2. La Magistrature et les Processions 238

3Annexe 3. Tours, le 2 novembre 1882 239

4Annexe 4. Le manifeste de Tours 240

5Annexe 5. Fantaisies cléricales 241

6Annexe 6. Heure laïque et obligatoire 242

7Annexe 7. Société athée 243

8Annexe 8. Enseignement pieux 244

9Annexe 9. Le peuple français est-il encore croyant ? 244

10Annexe 10. Enterrement civil 246

11Annexe 11. Retour de Lourdes 247

12Annexe 12. Les curés et la Franc-maçonnerie 248

13Annexe 13. La dévotion d’un Conseil municipal 248

14Annexe 14. Extraits d’une lettre du Préfet concernant les agissements des Frères de La Riche 249

15Annexe 15. L’affaire du Refuge de Tours. Extraits de la Préface de Clemenceau 250

16Annexe 16. Arguments du Dr Brousse en faveur de la séparation des Églises et de l’État 251

17Annexe 17. Aux ouvriers 252

18Annexe 18. La Chambre syndicale des ouvriers en limes : autorisation demandée pour se réunir, 29 juin 1881 253

19Annexe 19. Lettre de Losserand en faveur des grévistes de Nouzon et de Vivier-au-Court 254

20Annexe 20. Le congrès sénatorial de 1887. Extraits du compte rendu des débats 255

21Annexe 21. Aux travailleurs tourangeaux 256

22Annexe 22. Résultats des (onze) plus importantes opérations auxquelles ont donné lieu les actions du gaz de 1873 à 1880 259

23Annexe 23. Échange de lettres entre Losserand et le citoyen G.B. 260

24Annexe 24. Appel aux socialistes de la région de l’Ouest 264

25Annexe 25. Rapport de Losserand sur l’instruction publique, 9 octobre 1882 264

26Annexe 26. Incident caractéristique du processus de déconfessionnalisation 266

27Annexe 27. Rapport de Losserand sur l’état des petites écoles laïques 267

28Annexe 28. Rapport de Losserand sur le bureau de bienfaisance. Extraits 268

29Annexe 29. La rémunération des sœurs du bureau de bienfaisance en question 269

30Annexe 30. La vie des écoles communales 270

31Annexe 31. Losserand et la reconstruction du Théâtre de Tours. Extraits d’une intervention 271

32Annexe 32. Débat sur les prêts de livres par la Bibliothèque municipale 272

Annexe 1. Rapport de Royer sur la chapelle Saint-Martin. Extraits

D’où vient que M. le Préfet prend tant à cœur la reconstruction de la chapelle ? Il est de notoriété que M. Daunassans n’a aucune tendresse pour le Conseil municipal actuel. Je le crois bien. Le Conseil est anti-clérical et le préposé à la tête du département a des sentiments religieux très développés. C’est avec une douleur bien vive qu’il a vu aux dernières élections le triomphe de la liste anti-cléricale et l’échec de la liste selon son cœur […], il a failli en faire une maladie. C’est alors qu’on décida la reconstruction de la chapelle Saint-Martin : pour cela il fallait des alliés.

Il existe des citoyens qui côtoient la lisière des groupes dits centre gauche et centre droit, partageant des opinions politiques différentes, mais se rapprochant par un lien commun, le lien clérical. C’est ce qu’on appelle la conjonction des centres tant désirée. M. le Préfet fut chargé du rapprochement des deux parties ; de là la coalition.

Mgr Meignan, dans cette affaire, devait jouer un grand rôle. Alors qu’il n’était qu’évêque, il fut sondé. On lui demanda s’il était décidé à se placer à la tête du parti modéré et catholique d’Indre-et-Loire. Il fut d’abord hésitant, mais à la réflexion (car bien qu’évêque on n’est pas complètement dégagé des choses d’ici bas), il s’est dit : Pourquoi n’accepterais-je pas ? Pour Henri IV, Paris valait bien une messe, pour moi l’évêque, l’archevêché de Tours vaut bien une concession au gouvernement républicain. Mgr Meignan, reconnaissant des services rendus, était impatient de saisir l’occasion de manifester sa reconnaissance à M. le Préfet ; elle ne tarda pas à se manifester.

  • 1 À noter que Daunassans, préfet d’Indre-et-Loire, était le neveu de Mgr Maret, évêque issu de la pre (...)

M. Daunassans convole pour la troisième fois1 ; mais c’est un courage que je n’aurai jamais. Il va se jeter aux pieds de l’Archevêque. [Le Journal d’Indre-et-Loire résume] : Il fallait des dispenses à M. le Préfet excommunié. – Donnant, donnant. Il les a obtenues, moyennant la construction d’une petite chapelle. D’après M. Royer, c’est une conspiration qui s’est ourdie entre ces trois individualités : Mgr l’archevêque de Tours, le préfet, le gouvernement. Le préfet et le gouvernement ont promis la chapelle Saint-Martin, et en échange l’archevêque a promis de ne point combattre les institutions républicaines. Et ce sont ces trois complices qui viennent aujourd’hui solliciter la réédification de la chapelle […].

Mais, poursuit Royer, dans cette affaire, passez-moi le mot…, il y avait un cheveu. Ce cheveu c’est M. Pèdre Moisant, homme de très bonne foi. Ce dernier avait fait l’acquisition d’une maison sise à Tours, rue Descartes, occupé par un pharmacien et se trouvant dans le groupe des constructions qui doivent être démolies, si l’on veut donner suite au projet d’édification de la chapelle Saint-Martin. Mais M. Pèdre ne veut ni donner ni vendre sa maison. Il faut donc recourir à une expropriation ; mais au préalable la déclaration d’utilité publique est nécessaire, d’où l’obligation de demander l’avis du Conseil.

Pour le Préfet, il était pénible d’être tenu d’entrer en relations avec ces affreux jacobins du Conseil municipal de Tours. Il lui fallut donc faire de nécessité vertu ; mais au moins il hâtera la solution. Aussi un mois d’attente lui parut un siècle.

33Journal d’Indre-et-Loire, 8 et 9 août 1885

Annexe 2. La Magistrature et les Processions

M. Cazot, Garde des Sceaux, ministre de la justice, vient d’adresser aux premiers présidents des Cours d’appel la circulaire suivante :

Paris, le 23 mai 1880.

Monsieur le premier président,

Plusieurs chefs de Cours m’ont consulté sur la question de savoir s’il convenait que leurs compagnies se rendissent en corps et en costume aux processions qui ont lieu dans certaines villes à l’occasion de la Fête-Dieu, et s’ils devaient réunir ces compagnies pour les appeler à délibérer sur ce sujet.

Cette question s’était déjà présentée l’année dernière : quelques Cours et tribunaux avaient cru pouvoir s’associer à ces solennités religieuses ; d’autres s’étaient abstenus.

J’estime, monsieur le premier président, qu’il y aurait lieu d’adopter, à cet égard, une règle uniforme, et je dois vous signaler l’inconvénient très sérieux que je verrais à ce que les compagnies judiciaires prissent part, en tant que corps constitués, à ces manifestations extérieures du culte. En effet, les délibérations prises dans ce sens par une cour ou par un tribunal impliquent, en quelque sorte, la nécessité pour les membres qui ne partagent pas les idées de la majorité de participer à ces solennités. Il peut y avoir une atteinte portée à la liberté de conscience, et j’estime que, tout en laissant à chaque magistrat sa liberté individuelle à cet égard, vous devez vous abstenir de convoquer votre compagnie pour l’appeler à prendre part aux processions de la Fête-Dieu.

Vous voudrez bien m’accuser réception de la présente circulaire et la porter à la connaissance des magistrats de votre ressort.

Recevez, monsieur le premier président, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

La République Française publie, au sujet de cette circulaire, les réflexions suivantes auxquelles nous nous associons pleinement.

Nous avons publié hier la circulaire adressée aux premiers présidents des Cours d’appel par M. le Garde des Sceaux, au sujet des manifestations auxquelles les magistrats de province ont l’habitude de se livrer chaque année le jour de la procession de la Fête-Dieu. M. le Garde des Sceaux invite les Cours et tribunaux à ne pas prendre des délibérations pour engager leurs compagnies à assister en corps et en costumes à ces cérémonies publiques, ces délibérations exerçant une sorte de pression morale sur les fonctionnaires de l’ordre judiciaire qui ne partagent pas l’avis de la majorité de leurs collègues. Les instructions données aux chefs de ours par M. Cazot nous paraissent excellentes et animées du meilleur esprit : oserons-nous dire qu’elles nous semblent pourtant incomplètes ?

Nous sommes partisans résolus de la liberté de conscience et nous poussons la tolérance pour la manifestation des opinions de chacun jusqu’au point extrême où elle commence à blesser la liberté d’autrui. Les magistrats cléricaux hostiles au gouvernement peuvent parfaitement aller à la messe, y porter au besoin le livre d’heures de mesdames leurs épouses, se confesser quotidiennement et suivre le cierge en main, en tant que citoyens, les processions diverses que l’Église romaine ordonne de temps en temps pour l’édification des fidèles et l’amusement des incrédules. Mais les magistrats nous paraissent outrepasser absolument leurs droits de citoyens en participant, revêtus de costume de leur fonction, aux manifestations religieuses qui sont devenues depuis longtemps des sortes de cérémonies politiques. Il est absolument regrettable que les électeurs voient les insignes respectés qui sont la marque extérieure d’une importante délégation de la puissance publique compromis dans un milieu où l’on n’apprend pas en général le respect du gouvernement établi. Que les magistrats suivent les dais jusqu’à nouvel ordre, rien de mieux ; mais qu’ils laissent leurs toges au vestiaire.

34L’Union Libérale, 31 mai 1880

Annexe 3. Tours, le 2 novembre 1882

Les préfets ayant sollicité du ministère des instructions au sujet des emblèmes religieux appendus aux murs des écoles, M. Duvaux les a autorisés à régler ces questions d’après leurs propres lumières, en tenant compte des circonstances et des désirs de la population. Bref, il a répondu qu’il ne répondait rien. Nous craignons fort que l’opinion ne voie dans cette circulaire, où le ministère déclare lui-même s’être inspiré « du plus complet esprit de tolérance », une preuve d’indécision en même temps qu’une infraction à la loi du 28 mai. La loi qui déclare l’école neutre et élimine de ses programmes la religion nous semble avoir pour conséquence naturelle la disparition de tout ce qui symbolise matériellement cette religion. La mode est aux leçons de choses : une croix, une branche de buis sont, au même titre qu’une mappemonde ou une carte, un enseignement.

M. Duvaux, ministre de la République française, est moins radical que Gœthe, ministre du duc de Weimar. Le génie essentiellement esthétique et païen du poète s’indignait que la civilisation renaissante, aspirant à la possession du monde par la science, à la conquête du bonheur par l’industrie et l’art, se découvrît encore devant le symbole de la souffrance et de l’anéantissement. Les traits pâlis du crucifié évoquaient à sa pensée la longue nuit du moyen âge, douze cents années d’impuissance et d’ennui, la damnation de la chair, l’exécration de l’esprit, l’humanité arrêtée dans sa marche et sevrée de tout ce qui avait embelli ses premiers jours, l’invention méprisée et persécutée, les dieux et les déesses émigrés de l’Olympe au Brocken et remplaçant par une ronde diabolique leurs gracieux enlacements d’autrefois, la même malédiction enveloppant les souvenirs du passé et les espérances de l’avenir. Et il engageait quiconque sent en son cœur la chaude palpitation de la vie à détourner les yeux de cette glorification de la mort.

Permis aux catholiques de penser autrement que Gœthe ; mais pourquoi cette insistance à inscrire sur les murs des écoles et des tribunaux leur propre condamnation ? Ce flanc saignant, cette couronne d’épines, ces clous qui percent les mains et les pieds ne témoignent-ils pas de l’intolérance éternelle du prêtre, comme de l’éternelle rigueur du magistrat ?

Belle chose que la tolérance, nous dit M. Émile Beaussire, dans une lettre qu’il adresse au Temps, sur ce sujet, et si utile qu’on ne saurait l’enseigner de trop bonne heure aux enfants. Nous applaudissons à ces justes paroles ; mais il y a deux espèces de tolérances, ce nous semble : la tolérance de celui qui ne croit pas à l’égard de celui qui croit et la tolérance de celui qui croit à l’égard de celui qui ne croit pas. De quel côté sont le dogmatisme inflexible, l’esprit d’exclusion et de secte : du côté de la Libre-Pensée qui doute, cherche, propose, ou du catholicisme qui affirme et ordonne ? Le maintien des emblèmes religieux dans les écoles sera une leçon de tolérance à l’adresse de ceux qui en ont le moins besoin.

35L’Union Libérale, 2-3 novembre 1882

Annexe 4. Le manifeste de Tours

On lit dans la Paix :

L’archevêque de Tours et les évêques d’Angers, de Nantes et de Laval viennent d’adresser au président de la République une longue lettre au sujet des décrets du 29 mars dernier.

Nous négligerons le commencement de cette lettre, consacré à l’examen bien rapide et bien superficiel des lois visées par les décrets ; ces lois, nous les avons maintes fois déjà citées et commentées, et, comme le disent d’ailleurs les prélats, ce sera aux tribunaux de l’ordre judiciaire et de l’ordre administratif à trancher les cas particuliers qui leur seront soumis. Nous passons immédiatement à la partie originale, mais à notre avis, singulièrement erronée du manifeste épiscopal :

Les évêques édifient tout leur système sur le premier article du Concordat, article qui dit :

« La religion catholique, apostolique et romaine sera librement exercée en France. »

Or, affirment les évêques, la religion ne serait pas librement exercée si l’observation des trois vœux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté ne pouvait être poursuivie et réalisée dans les formes dont l’approbation doit être réservée à l’Église. Les congrégations sont une de ces formes. Donc, une congrégation approuvée par l’Église devient une institution ecclésiastique que le pouvoir n’a pas le droit de supprimer sans commettre une usurpation. Dissoudre un seul ordre religieux, c’est s’arroger le droit de les dissoudre tous. C’est attenter à l’Église, c’est attenter à l’Évangile, sur lequel l’Église est fondée.

Voilà, certes, de bien exorbitantes prétentions. Autant voudrait dire que l’Église a tous les droits, et l’État aucun.

Car quel droit resterait à l’État s’il laissait l’Église couvrir notre sol de congrégations, composées d’individus appartenant aux nationalités les plus diverses, soumises à des supérieurs demeurant pour la plupart à l’étranger et pourvues de statuts dont le gouvernement ne pourrait même pas prendre connaissance ?

C’est la suppression même de l’État que semblent poursuivre les signataires du manifeste de Tours.

Les évêques de la province de Tours reconnaissent au moins une autorité, celle du Concordat, qui est, dans la présente crise, le roc sur lequel s’appuient à la fois l’État et l’Église.

Or, nous l’avons dit, et nous le répétons, le Concordat ne dit rien, absolument rien des congrégations. Qui ne dit mot consent, répliqueront les évêques. Et nous leur répondrons : Après une révolution qui avait supprimé de fait les congrégations, après des lois qui les avaient solennellement abolies, le Concordat les aurait nommées dans quelque article, s’il avait voulu les voir revivre. Le silence du Concordat est une forme décisive d’exclusion.

Et lorsque l’État s’aperçut que les congrégations reparaissaient au grand jour, on sait ce qu’il fit. Dans les considérants qui précèdent le décret du 3 messidor an XII, Portalis, dont la circulaire du ministre de l’intérieur a rappelé les propres expressions, s’attachait précisément à montrer que les congrégations religieuses n’étaient pas partie intégrante et essentielle, mais de simples auxiliaires de l’Église.

Auxiliaires précieux de l’Église, disent les évêques dans leur lettre au président de la République. Il se peut : mais cette considération ne saurait les soustraire aux lois de l’État.

L’État, par les décrets du 29 mars, a maintenu son droit de contrôle, droit qu’on ne saurait nier au nom de l’Évangile qui a dit expressément : « Rendez à César ce qui doit être à César. »

Les évêques nous semblent bien imprudents lorsque, plus loin, ils prennent si ouvertement fait et cause pour les jésuites. Ils nous renvoient au concile de Trente, qui a, paraît-il, proclamé la Société de Jésus « un pieux institut ». Nous permettront-ils de leur rappeler que lorsque le concile de Trente termina ses séances en 1563, la congrégation en question n’existait que depuis une vingtaine d’années, qu’on ne pouvait encore la juger avec autorité et qu’effectivement on se contenta de la qualifier de l’épithète de « pieuse », applicable indistinctement à tous les ordres religieux ?

Nous n’invoquons pas contre eux les arrêts du parlement de Paris en 1762 et 1767, puisque les évêques les proclament « iniques », mais celui du saint-siège, en 1773, a-t-il été lui aussi inspiré par les jansénistes et les incrédules du siècle dernier ?

En évoquant le Concordat, en ce qui touche les congrégations, et, dans la question spéciale des jésuites, en ne daignant même pas mentionner l’article solennel de Clément XIV, les prélats n’ont-ils pas l’air d’avoir écrit un article de polémique qui nous aurait intéressés, n’était sa longueur vraiment exagérée et la faiblesse des arguments évoqués ?

36L’Union Libérale, 11 avril 1880

Annexe 5. Fantaisies cléricales

O raffinement des vertus mystiques ! O quintessence de pureté ! Voilà cette bonne vieille Gazette de France, tout émue, toute rougissante sous sa peau parcheminée. Et pourquoi, s’il vous plaît ? Parce que nos législateurs ont pris la liberté grande de donner un coup de balai dans la presse pornographique.

Est-ce à dire que la vieille dame entende prendre sous sa protection ces feuilles immondes ? point : La Gazette est immaculée comme les lis, blanche comme l’hermine, mais la digne douairière a un petit travers : elle se croit l’ange gardienne de la morale, et voici ce qu’elle sussure entre les ivoires jaunis de son faux râtelier :

Les législateurs démocrates poursuivent en ce moment une œuvre méritoire, mais bien étonnante, ils veulent moraliser les masses et préserver l’enfance des entreprises des pornographes !
Par une singulière coincidence, c’est le lendemain même du jour où nos législateurs ont déclaré que l’homme était une brute dépourvue d’âme, une variante du pourceau, qu’ils édictent des lois contre l’immoralité, contre l’obscénité, contre l’outrage à la morale… laïque, bien entendu ; car la majorité ne reconnaît que ce qui est laïque.

Nous aurions peut-être le droit de manifester, à la suite de ce morceau d’éloquence, une légère stupéfaction : car la variante du pourceau signalé par le journal de M. Bourgeois n’a jamais, si nous en croyons la Gazette des Tribunaux, pu être comparée aux habillés de soie qui se rencontrent fréquemment dans les sacristies et autres lieux plus ou moins arrosés d’eau bénite ; le doux frocard qui se trouvait naguère à Châteauroux à la tête d’un commerce de boucles de pantalons pour petits garçons, et le papelard président du cercle catholique d’Issoudun, qui donnait il n’y pas six mois des leçons d’amour grec aux jeunes gens de la ville, étaient, si nous ne nous trompons, d’assez jolis porteurs de groin.

Mais passons : supposons pour faire plaisir à la Gazette de France, que la morale « laïque » soit au-dessous de la morale « anti-laïque » et que les cafards puissent donner aux libres-penseurs des leçons de chasteté ; admettons que les républicains soient de vulgaires sacripants, sans vergogne et sans pudeur : pourquoi diable notre confrère s’empare-t-il d’un bon mouvement de la majorité pour dauber les institutions du jour et crier qu’on écorche les amis du trône et de l’autel ?

Si la Gazette de France nous malmène avec le même entrain, soit que nous enlevions les crucifix des écoles, soit que nous donnions la chasse aux pornographes, que pourrions-nous bien imaginer pour lui être agréable ? Nous sommes tout prêts, quant à nous, à approuver nos adversaires quand ils méritent notre approbation.

La première fois que nous verrons un monarchiste de bonne foi, un clérical pas trop rageur, un sacristain méprisant le piot, un frère ignorantin possédant à fond ses quatre premières règles d’arithmétique, nous nous hâterons de proclamer la chose à tous les échos. – Sans rancune, pourtant, ô Gazette !

37L’Union Libérale, 29 juin 1882

Annexe 6. Heure laïque et obligatoire

Dans la commune de Poillé, arrondissement de la Flèche (Sarthe), vit un aimable curé, à l’ombre du clocher où une horloge marque l’heure aux bons habitants de la localité. Le malheur des temps veut que la commune soit dotée d’une municipalité républicaine : grave sujet d’ennui pour l’aimable ecclésiastique. Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire pour vexer les conseillers républicains et les électeurs qui les ont nommés ? Quand une tempête se déchaîne sous un crâne tonsuré, il en sort toujours quelque triomphante idée. Le curé s’avise que l’heure donnée par l’horloge est laïque : il ferme la porte du clocher à double tour. Il est impossible de remonter l’horloge. M. le Maire, prévenu, se rend auprès du malin curé, demande la clef, refus ; on s’adresse au préfet, qui autorise le maire à se faire assister de la force armée pour ouvrir la porte et remonter l’horloge. Bon, l’horloge marche, l’heure sonne.

Mais le curé est parti pour Le Mans pour voir son évêque. Il paraît que l’évêque a décidé que les habitants de Poillé pouvaient se passer de l’heure et qu’on pouvait se moquer du maire et du préfet. La porte du clocher est de nouveau fermée, l’horloge s’arrête ; le curé, triomphant, se promène devant l’église, et d’un air narquois montre aux républicains l’horloge où ne sonne plus l’heure laïque et obligatoire. Mais le maire a prévenu l’administration supérieure, et la gendarmerie reçoit une dépêche du parquet qui lui enjoint de se mettre à la disposition de la municipalité pour procéder une seconde fois à l’ouverture de la porte du clocher, et d’arrêter immédiatement le curé, s’il fait la moindre résistance. Le curé s’est tenu coi, l’horloge marche et donne indistinctement l’heure aux républicains et aux cléricaux. Telle est l’histoire que raconte le Patriote de l’Ouest. Le curé de Poillé est évidemment un drôle de corps, mais que dites-vous de cet évêque du Mans qui l’encourage dans cette campagne absurde ? Il y a là deux intelligences qui auraient plus besoin que l’horloge d’être remontées.

38L’Union Libérale, 30 juin 1882

Annexe 7. Société athée

M. Edouard Lockroy écrit dans le Rappel :

À propos de cette loi sur l’instruction primaire, si nécessaire et si juste, les cléricaux et réactionnaires ne cessent de s’écrier tous les matins « Prenez garde ! Après avoir chassé Dieu de l’école, vous allez faire une société athée. »

Jusqu’à présent, il y a eu des athées, dont beaucoup étaient des hommes remarquables ou illustres, mais il n’y a pas eu de société athée. Je ne sais s’il y en aura une plus tard. Je ne sais si notre honorable collègue M. Duvaux, ministre de l’instruction publique, prépare cet événement. L’avenir est impénétrable. Ce qui est certain, c’est qu’aucune doctrine ne produira rien de plus abrutissant et de plus sot que les miracles de Lourdes ou que l’apparition de la Salette.

Cette société athée dont on nous menace serait une société dont les membres n’auraient point l’idée de la vie future, ne craindraient point les châtiments éternels et n’espéreraient point entrer dans le Paradis. On nous assure que cela les rendrait absolument égoïstes, autoritaires, tyranniques et odieux. Tout ce qui s’accomplit de bien sûr la terre ne s’y accomplit, paraît-il, qu’en vue des récompenses divines. On ne niera point, par exemple, que le Dix-Huit Brumaire et le Deux-Décembre, bénis tous deux par le clergé, aient été inventés dans le but d’obtenir des sièges confortables à la droite de Dieu. Leurs auteurs n’ont songé qu’à l’immortalité de l’âme. On ne pourra soutenir que la magistrature, en intentant trois mille procès après le 16 mai, ait voulu autre chose qu’entendre indéfiniment les flûtes et les violes des chérubins. Et c’est apparemment la crainte de l’enfer qui oblige les gouvernements à refuser la révision constitutionnelle, à maintenir le monopole des grandes compagnies et à conserver les lois restrictives sur l’association.

On voit par là combien la religion catholique, apostolique et romaine rend les peuples heureux et prospères. Au contraire, dans une société d’athées, où l’on n’aurait pas de si nobles mobiles, tout, paraît-il, se passerait autrement. Ce ne serait plus à la vie future qu’on songerait, ce serait seulement à la vie présente. On n’aurait plus Dieu pour but ; on aurait l’homme. Et l’infamie irait peut-être jusqu’à la préoccupation de son bien-être, de sa liberté.

Ce qui est certain, c’est que dans cette société, le bien ne se ferait point par calcul ; qu’on n’y serait pas honnête pour recevoir le paiement de son honnêteté dans un autre monde, mais pour la satisfaction de sa conscience ; qu’on y respecterait la loi, non pour éviter les flammes de Satan, mais pour ne pas léser les intérêts des autres ; qu’on n’y ferait pas la charité pour « amasser des trésors là-haut », mais bien pour soulager ceux qui souffrent ; ce qui est certain, c’est qu’on y économiserait cinquante millions sur le budget des cultes ; c’est qu’on n’y verrait pas un clergé en révolte contre le gouvernement de son pays ; c’est qu’on n’y entendrait pas des appels à la guerre religieuse, c’est qu’on n’oserait pas y parler des apparitions de la Vierge qui descend du ciel pour guérir les pommes de terre.

Cela vaudrait bien la société catholique.

39L’Union Libérale, 19 octobre 1882

Annexe 8. Enseignement pieux

Hélas ! On n’emploiera donc plus la moitié du temps des classes à faire apprendre aux enfants les contes de fées de la création du monde en six jours, du voyage de Jonas dans la baleine, à proposer à leur admiration la vertueuse Judith assassinant Holopherne, etc. Les évêques lancent des mandements, les curés fulminent en chaire. Tous protestent que la fin du monde est proche, si on ne rétablit pas à l’école le prêtre et son enseignement. Au moment même où ils déchaînent leurs anathèmes, les écoles pieuses nous offrent de jolis spécimens de leurs élèves.

Elle est élève d’un couvent, Mme Fenayrou, qui communie et prie trois quarts d’heure au pied de l’autel avant d’aller faire assassiner son amant. Elle ne sort pas d’une école laïque, Alexandrine Vernet, l’institutrice de Nohèdes, dont on vient de parler à la cour d’assises de Perpignan. Elle sortait du couvent, quand elle mêlait dans des mémoires intimes ses aspirations mystiques, ses appels au sacré-cœur, avec des notes d’un cynisme que ne désavouerait pas le marquis de Sade. Il sortait d’un séminaire, le curé Auriol, quand il empoisonnait les deux sœurs Fonda pour en hériter, et je suis sûr qu’aux murs de sa chambre il pouvait voir des images de saints et de saintes, de vierges et de martyrs le regarder versant de l’acide prussique dans le verre de rose.

Et les évêques insultent nos écoles. On voit ce que produisent les leurs. Mais quand les évêques se couvrent la tête de cendres et prophétisent la fin du monde, je suis de leur avis, s’ils veulent dire la fin de leur monde ; et je suis prêt à sonner le glas de ce paganisme catholique qui est bon surtout à faire vivre le clergé, chose dont pour ma part je ne vois pas bien la nécessité.

40L’Union Libérale, 6 août 1882

Annexe 9. Le peuple français est-il encore croyant ?

Il ne manquera pas de gens intéressés de répondre qu’en Bretagne et en Vendée le clergé est encore influent, la preuve en étant la quantité de sociétés de patronage où la futilité des femmes trouve à se dépenser sous la direction de leur confesseur et celle des cercles catholiques. Mais tout cela a plus d’apparence que de fond […]. La Bretagne et la Vendée elles-mêmes ont singulièrement changé ! Tout enténébrés que soient encore leurs départements, ils ne le sont plus autant que voudraient les ultramontains. Il y faut maintenant toutes les herbes de la Saint-Jean pour y faire passer leurs candidats, et bientôt les flots de cidre et d’eau de vie qu’on y répand le jour des élections, ne suffiront plus à barrer la route aux Républicains. Quant au reste du pays, il suffit d’y vivre pour savoir ce qu’y vaut en réalité l’esprit religieux. Les paysans font encore baptiser leurs enfants, et continuent par habitude à se marier à l’église et à s’y faire enterrer. Ils sont trop routiniers pour ne pas faire ce que leurs pères faisaient avant eux. Mais ce n’est plus une croyance, ce n’est même plus un devoir, c’est une habitude. Si l’État et l’Église étaient séparés comme cela devrait l’être, si le paysan était obligé de payer lui-même son curé, il ne serait pas longtemps à perdre les usages catholiques. De vrais catholiques, il n’y en a plus en France. Il y a des cléricaux. Ceux-ci ont une foi, ou pour mieux dire, ils s’intitulent les défenseurs de la Foi, de cette foi qui a conçu et exécuté les massacres des Albigeois, des Vaudois, des Gueux, des Camisards… Comme disait Pie VII des jésuites qui les dirigent : ce sont de vigoureux rameurs […].

Mais en dehors de ces intéressés, où voit-on encore l’affirmation de la foi chrétienne ? Le Christianisme a eu sa raison d’être et sa force immense quand il est venu s’offrir aux peuples de l’Antiquité avec sa théorie d’égalité sociale. Il apportait au monde la charité […]. Il lui apportait aussi une conception de bonheur futur qui était faite pour séduire les imaginations naïves et crédules, il disait à l’Esclave : Tu es autant que ton maître, et tu peux gagner au ciel une place meilleure que la sienne. Il disait aux pauvres, aux ignorants, aux déshérités : Non seulement l’autre vie vous paiera de ce que vous avez souffert de celle-ci, mais c’est vous qui là-haut aurez la plus belle part. C’était une aurore.

Il y avait là, à cette époque, de quoi soulever des montagnes, et c’est ce qui explique l’accroissement rapide de la religion chrétienne. Elle promettait la puissance future aux petits, elle devint la religion du Peuple. Mais le christianisme tira bientôt d’étranges et singulières conclusions de sa théorie d’un bonheur futur ; sous le spécieux prétexte que l’équilibre serait rétabli dans l’autre monde, il prêcha dans celui-ci l’obéissance et le renoncement aux biens de la Terre. Comme le disait justement un chef maori à un missionnaire : Vous nous parlez de Dieu, vous nous ordonnez de lever les yeux au Ciel, et pendant que nous vous obéissons vous nous volez nos terres […]. Par un étrange détour de raisonnement, le christianisme était revenu à l’esclavage antique.

Aujourd’hui la Foi se meurt. Avec les promesses du paradis, on n’obtient plus le renoncement : quand les cléricaux font des reproches aux mineurs de Decazeville et leur disent : Vous n’avez pas d’âme, les grévistes leur répondent : Mais nous avons un ventre. L’Esprit et la Science ont fait raison des mensonges. Les hommes instruits savent que les religions sont des œuvres humaines. Ce qui le prouve, c’est l’éternité des choses, l’infinie multiplicité des mondes gravitant dans les infinis, les incessantes créations de la matière, les périodes diverses par lesquelles a passé notre misérable planète avant qu’elle fût habitable […]. Voilà pourquoi le Christianisme est moribond, il ne donne plus de signe de vie que par les fureurs et les dernières convulsions de l’Ultramontanisme. Il a perdu la confiance des masses.

41L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 et 28 juillet 1888

Annexe 10. Enterrement civil

Bléré. – On nous écrit de Bléré, 29 juillet :

Monsieur le rédacteur,

Nos voisins de Lacroix ont eu hier le consolant spectacle d’un enterrement civil, celui d’un digne vieillard de 77 ans, vigneron, qui jouissait de l’estime générale.

Le convoi était très nombreux, il ne comptait pas moins de 400 personnes, parmi lequelles se trouvaient plusieurs membres des Sociétés de la Libre-Pensée de Bléré, Amboise, Cormery et Montrichard. En tête, marchaient le maire de Lacroix, ceint de son écharpe, et le Conseil municipal.

La cérémonie a été un instant troublée par un incident qui prouve bien que les cléricaux sont les mêmes dans tous les pays, et que le respect de la mort ne les arrête pas, lorsqu’il s’agit de manifester leur haine contre les citoyens partisans de la liberté de penser.

Lorsque le convoi vint pour s’engager dans l’allée qui conduit au cimetière, on s’aperçut que la chaîne qui barre le chemin était fermée au cadenas. Le fossoyeur, après avoir creusé la fosse, avait mis la clef dans sa poche, ainsi que celle de la porte du cimetière et s’était retiré emportant les cordes et tous les accessoires nécessaires pour descendre le cercueil.

Nous ne voulons pas rechercher les instigateurs de cette scandaleuse facétie. M. le Curé, bien qu’il fût absent, pourrait peut-être nous éclairer à ce sujet, peut-être aussi a-t-il des amis trop zélés. Quoi qu’il en soit, le scandale n’eut pas les résultats qu’en attendaient ses auteurs ; les assistants attendirent patiemment, sans la moindre récrimination, que M. le Maire eût fait une réquisition permettant de forcer le cadenas de la chaîne et la serrure de la porte du cimetière.

Le convoi put enfin arriver au lieu de la sépulture. Le cercueil fut descendu à l’aide de cordes obligeamment prêtées par un habitant du pays, puis, MM. les présidents des Sociétés de la Libre-Pensée de Bléré et d’Amboise prirent successivement la parole et prononcèrent une touchante allocution qui émut profondément les assistants.

M. Charles Bidault, maire de Bléré, vint ensuite, d’un accent indigné, protester contre les agissements honteux des adversaires de la Libre-Pensée. « De même, a-t-il dit en terminant, que nous venons de briser les cadenas et les chaînes, de même la Libre-Pensée saura briser tous les obstacles. »

L’événement vint bien vite donner raison à l’honorable maire de Bléré. Immédiatement après les obsèques, une réunion avait lieu dans le bourg et, spontanément, une vingtaine d’habitants de Lacroix, parmi lesquels cinq femmes, protestaient contre l’indigne conduite des cléricaux en se faisant inscrire sur les listes des membres de la Société de la Libre-Pensée.

Nous remercions vivement nos adversaires de l’appui qu’ils nous donnent. Encore quelques escapades de ce genre et la liberté de conscience aura fait un grand pas dans nos campagnes. Recevez, etc.

Un libre-penseur

42L’Union Libérale, 30 juillet 1882

Annexe 11. Retour de Lourdes

Lorsque les cléricaux organisent des pèlerinages à des sanctuaires et à des piscines, ils ne parlent que de prodiges.

À les entendre, les aveugles verront, les sourds percevront la musique des cantiques, les paralytiques marcheront, les guérisons pleuvront de toutes parts sur les voyageurs de Lourdes ou de la Salette.

Et ceux-ci reviennent avec les mêmes infirmités qu’au départ, la fatigue du voyage en plus. Et les hâbleurs du cléricalisme de dire avec un aplomb stupéfiant aux simples d’esprit qui se plaignent de n’en avoir pas eu pour leur argent : « Ce sera pour une autre fois. Notre-Dame de Lourdes ne vous accordera ses faveurs qu’après le second voyage. Repassez au prochain pèlerinage ! ».

Le pèlerinage tourangeau dont la rentrée de Lourdes s’est effectuée, ce matin, sans tambour ni trompette, n’a pas fait d’exception à la règle ; il paraissait même y avoir plus de malades qu’au départ.

Deux ou trois pèlerines, boîteuses, infirmes, faisaient peine à voir ; il a fallu les traîner littéralement du quai de la gare jusqu’à la station des voitures. À quoi pense donc la Vierge de Lourdes ?

En revanche, nous avons vu avec plaisir que le peloton des prêtres gros et gras qui dirigeait la sainte cohorte n’avait pas dépéri pendant le voyage. Ces messieurs se sont, en compagnie des pèlerins huppés, installés béatement dans de confortables voitures pendant que le menu fretin reprenait, en traînant la jambe, le chemin du logis…

Quand les gens de la noce
S’en vont dans leurs foyers,
Les uns s’en vont en carrosse,
Les autres vont à pied…

Quelques excentriques, du sexe faible surtout, avaient arboré des cœurs jaunes qui, posés sur la poitrine, leur donnaient un faux air de maîtres d’armes emplastronnés.

À noter aussi un jeune homme, enveloppé d’une sorte de cagoule grise, avec un gros chapelet en sautoir, ayant au bras une jeune fille, assez jolie, ma foi, portant également l’énorme chapelet des pèlerins. Le couple s’agitait, se remuait, prenait des mines effarouchées, du plus haut comique.

Est-ce que ces énergumènes ont voulu nous représenter l’entrée de Raimbaud et de sa fiancée, au premier acte de Robert-le-Diable ?

Beaucoup de pèlerinards affectaient, en traversant la haie formée par les commissionnaires, les clochers, les employés d’octroi, des airs provocateurs.

Nous avons eu le mot de l’énigme par une conversation que nous avons saisie au passage :

Hein, tu vois, on n’a rien dit.

C’est qu’il y avait là un gendarme, ils n’ont pas osé.

Ah ! Oui, je l’ai vu, le gendarme !

On avait dit, sans doute, que ces affreux libres-penseurs préparaient une manifestation.

Eh ! non, braves gens, les libres-penseurs ont autre chose à faire ; ils se contentent de rire de vos sottes simagrées.

Quant au gendarme que vous avez vu à la porte, détrompez-vous, il n’était pas venu là pour vous assurer une protection inutile, mais parce que son service l’oblige à stationner lors de l’arrivée de tous les trains.

Le mot de la fin : c’est un petit pèlerin qui nous le fournit.

Ca s’est bien passé ? Lui demandait-on au débotté.

Oh ! Oui, on a « bien rigolé. » Rigolé !

Sainte Vierge de Lourdes, ayez pitié de nous !

43L’Union Libérale, 30 septembre 1882

Annexe 12. Les curés et la Franc-maçonnerie

Les curés de notre ville obéissent-ils à un mot d’ordre ? Depuis quelques jours, ils fulminent tous contre la Franc-maçonnerie, dont ils parlent comme les aveugles parleraient des couleurs. Cette Franc-maçonnerie qui… cette Franc-maçonnerie que… est la cause de tous les maux : le phylloxéra, la maladie des pommes de terre, la crise agricole. D’après nos frocards, il n’y a qu’un moyen d’apaiser le courroux de Dieu ; ce moyen, c’est l’observance du dimanche. Mais cela ne suffit pas encore, il faut assister aux processions, donner pour le denier de Saint-Pierre, faire de pieuses lectures – lire la Croix et le Pèlerin, sans doute !

Risum teneatis

Dans notre ville, essentiellement républicaine, l’école communale des garçons est encore entre les mains des chers frères. La population réclame à cor et à cris la laïcisation, mais la municipalité fait la sourde oreille. Le maire, un fieffé bonapartiste, rallié depuis peu – par intérêt – à l’opportunisme, se refuse à expulser ses bons amis les ignorantins.

Heureusement les élections approchent.

Ses électeurs enverront à l’hôtel de ville des citoyens fermes et sincères, ne transigeant pas avec le devoir, dont le premier soin sera de donner satisfaction à l’opinion publique.

44Tours-Journal, 1er mars 1888

Annexe 13. La dévotion d’un Conseil municipal

La municipalité de Bernon, qui est confite dans la dévotion, vient d’ériger dans la salle des séances un monument sacré. Elle a fait coller contre le mur une grande carte représentant les principaux épisodes de notre sainte religion. N’est-ce pas une façon fort simple d’attirer les lumières célestes sur les délibérations des édiles.

N’est-il pas certain que lorsqu’il s’agit de la création d’un chemin vicinal, par exemple, il est bon d’avoir sous les yeux le miracle de Moïse, qui créa un chemin au milieu de la mer Rouge pour y faire passer les Hébreux à pied sec, ou bien lorsque le conseil est saisi de la question de l’éclairage, il puisse regarder l’exemple de Josué qui, pour éclairer les Israélites, arrêta le soleil avec son épée.

On assure que le conseil, avant d’entrer en séance, s’agenouille devant la sainte image, afin que le Ciel l’inspire, et surtout qu’il renouvelle son mandat aux prochaines élections. Mais il est certain que les électeurs enverront tous ces cagots à la retraite.

45Tours-Journal, 1er mars 1888

Annexe 14. Extraits d’une lettre du Préfet concernant les agissements des Frères de La Riche

Vous savez, Monsieur le Maire, divers faits d’une nature grave ont appelé dans ces derniers temps les sévérités de l’administration sur plusieurs maîtres de l’école de la place de La Riche. Ainsi par un arrêté du 13 novembre 1882, M. Couture (frère Idelphe), directeur de ladite école, qui, malgré les prescriptions de la loi du 28 mars précédent et les injonctions de M. l’Inspecteur primaire, laissait enseigner à ses adjoints dans leurs classes le catéchisme et l’histoire sainte, a dû être suspendu de ses fonctions pour trois mois.

De même, et par arrêté du 14 février courant, j’ai suspendu pour un mois un autre directeur de l’école, M. Délan (frère Alélionis), qui, contrairement aux articles 6 et 19 du règlement scolaire, avait permis à plusieurs élèves de s’abstenir de temps en temps de la classe pour aller dans les églises du quartier prêter leurs concours aux exercices du culte, et qui en outre, infligeait ou laissait infliger par ses maîtres-adjoints des punitions corporelles aux élèves. Ce même directeur, à la date du 30 janvier dernier, avait d’ailleurs été l’objet d’une autre peine disciplinaire motivée par ce fait qu’il s’était abstenu de prévenir l’administration du départ furtif de l’un de ses adjoints, M. Noslière (frère Andronique-Léon), qui avait quitté son poste le 5 janvier sans aucune espèce d’autorisation et contre lequel j’ai dû prononcer la peine de la suspension pendant trois mois.

Enfin, je vous ai fait connaître le 16 février courant que je venais de révoquer le sieur Ganier (frère Dagobert), instituteur-adjoint à l’école de la place de La Riche, qui, s’est rendu coupable d’attentat à la pudeur sur plusieurs des enfants confiés à ses soins et dont les crimes, avoués par lui en partie, ont amené l’arrestation.

Il y a là certainement des preuves suffisantes de la mauvaise direction de l’école congréganiste de La Riche et de la nécessité de prendre des mesures énergiques en vue de sauvegarder la moralité et l’instruction des enfants.

46Bulletin municipal de la ville de Tours, n° 3, p. 130-131, séance du 4 avril 1884

Annexe 15. L’affaire du Refuge de Tours. Extraits de la Préface de Clemenceau

En ce temps où les moines revendiquent avec tant de fracas le privilège (qu’ils décorent du nom de liberté) de surajouter au droit civil de notre Révolution les institutions d’asservissement du Moyen-Âge, il est bien de nous replacer sous les yeux les résultats de cette « liberté » de la servitude, qui est la négation même de la liberté. Il n’y a pas de liberté de l’esclavage ; il y a l’esclavage ou la liberté.

Cependant, nous voyons les moineries […] s’installer parmi nous, en dépit de nos lois, aussitôt qu’apparaît la réaction contre la Révolution française, se multiplier, se développer, rétablir la main-morte et l’étendre par la fraude, fonder des industries, faire le commerce, se soustraire à l’impôt dans la mesure où le permet la faiblesse administrative, concurrencer mortellement la main d’œuvre libre, chargée d’obligations familiales coûteuses, pour mettre au service de Rome, contre l’esprit de laïcité, les sommes inconnues amassées par les moyens les plus condamnables, depuis la captation de testament jusqu’à l’épuisement prémédité des forces des misérables par un travail démesuré, sous la perpétuelle menace de l’enfer : tout cela sous le couvert de la charité […].

Chacun sait que moines et nonnes quittent leur nom d’état civil et se donnent un nom « en religion » pour bien marquer leur mépris de la société humaine. Cette pratique qu’on a le plus grand tort de tolérer sert communément à dépister la justice en cas de plaintes. Allez donc savoir qui est le frère Saint-Isidore ou la sœur Sainte-Eulalie. Chacun ne les connaît ou dit ne les connaître que sous ce nom […]. Malgré tant de précautions, la vérité s’est fait jour […].

Comment résumer tout cela ? Le cachot souterrain, la nuit passée dans la cave humide sur « la paillasse des morts » encore souillée de leurs déjections, parmi le linge sale. Pain sec et eau. - Pourquoi vous infligeait-on cette punition ? demande le président. - Parce que mon travail était mal fait ou que je n’en faisais pas assez […]. Une autre raconte qu’on lui a mis la camisole de force, avec les bras derrière le dos, « pour travail insuffisant », qu’on l’a douchée malade, qu’on l’a frappée à tour de bras sur les reins, avec une corde à nœuds et conclut : « Je me suis abîmé la santé au Refuge. »

Une autre encore : « J’avais une santé assez forte et aujourd’hui je ne peux pas travailler. Je ne peux que difficilement faire mouvoir ce poignet. » De quoi s’étonnera-t-on quand on saura qu’on jeta des seaux d’eau froide sur ces pauvres créatures au moment de leurs maladies mensuelles ? […] Je ne dis rien des cheveux coupés en guise de punition. Les sœurs faisaient le commerce avec des chevelures […].

Pour des fautes que le confesseur punit de « Pater » et d’« Ave », on édictait d’atroces supplices empruntés à la « législation contre les hérétiques », aux « Exercices » de Loyola ou aux folies de Sainte-Rose du Pérou. Or, il n’est pas pire faute qu’un travail insuffisant […]. Et l’on soumet à la douche l’ouvrière qui n’a pas fait sa tâche, et cette tâche consiste à faire « au moins » deux chemises d’homme par jour.

47Le Procès du Refuge de Tours, La Dépêche, juin 1903. AD, 8° 177

Annexe 16. Arguments du Dr Brousse en faveur de la séparation des Églises et de l’État

On n’observe pas assez ce qu’est l’Église catholique. C’est une puissance formidable et insatiable ; un monopole unique auprès de quoi ceux des grandes compagnies, des mines, des chemins de fer, de la banque, sont des modèles de faiblesse […].

L’Église date de quinze siècles. Elle a une fortune immense et une hiérarchie solide. Sans compter son avoir mobilier, ses annexes industrielles, commerciales, agricoles où il n’est pas permis aux inspecteurs de l’État de mettre le nez, elle possède pour un milliard 200 millions de biens au soleil. Sous diverses formes et par différents prétextes elle arrache chaque année à l’État ou aux communes 276 millions, parmi lesquels le budget des cultes est une petite goutte d’eau. Dans chaque commune, au fond de chaque hameau, elle a un agent forcé par le concordat à l’obéissance passive, le desservant ou le curé. Dans les évêques elle trouve son état-major, et, habileté suprême, son chef international, le Pape, est placé hors de portée, hors d’atteinte, pour notre gouvernement civil.

Et pour atteindre quel but cette formidable machine ? Pour remonter les siècles, pour revenir au passé, pour refaire le Moyen-Âge, la théocratie. La récente encyclique de Léon XIII l’avoue malgré l’habileté de son langage : « Ce qui ressort, écrit-il, des enseignements des souverains pontifes, et ce qu’il faut nécessairement admettre, c’est que la puissance publique tire son origine de Dieu et non de la multitude. C’est que ne tenir aucun compte des devoirs de la religion ou traiter sur le même pied les religions différentes n’est permis ni aux individus ni à l’État ».

Est-ce clair ? Avec l’Église catholique pas de transaction durable : il faut être sa chose ou l’abattre. Les opportunistes, gens de petits moyens et de pauvre énergie, ont par leur politique concordataire à peine chatouillé l’épiderme du monstre.

Ils ont eu lieu de s’en repentir. Par eux, le budget des cultes a été ramené de 53 millions à 45 ; le service militaire imposé aux séminaristes ; le prêtre chassé de l’école ; la loi de 1809, qui rendait pour les communes les dépenses obligatoires abrogée. Le monstre irrité, blessé, non dangereusement atteint, s’est retourné. Pour le calmer, ils ont maintenu près du Saint-Siège un ambassadeur de la République. Concession vaine ! Le clergé avait laissé faire les élections républicaines de 1881 ; il s’est mis de la partie en 1885 ; dans chaque commune, l’aventure du Tonkin, la crise, le déficit, furent exploités par les prêtres, et voici 150 opportunistes étendus sur le carreau électoral ! […].

La République doit attaquer l’Église résolument, avec l’intention énergique de l’abattre. Il faut tirer l’épée à la française, mettre « la gueuse » à terre et l'y laisser sanglante, dépouillée, sans vie. À la suppression des pauvres 45 millions du budget des cultes, il faut joindre la suppression des dépenses facultatives religieuses des communes. Il faut effacer des différents ministères les crédits religieux qu’on y a faufilés : 1 071 312 francs à la Marine, 447 000 francs à l’Intérieur, 500 000 francs aux Affaires étrangères, 97 487 francs à la Guerre, 100 000 francs aux Beaux-Arts, 261 000 francs à l’Instruction publique. Il faut ôter à l’Église le monopole des Pompes funèbres, lui arracher les édifices qui ont une valeur locative annuelle de 203 millions. Lui contester le droit à la personnalité civile : du coup, ses biens tombent en déshérence au profit de l’État.

Si alors le monstre clérical blessé sérieusement fait rage, on lui applique les articles 201 à 208 du Code pénal gracieusement maintenu à son intention. Les républicains socialistes ne veulent ni d’un clergé salarié, ni d’un clergé propriétaire. Leur idéal, c’est le clergé disparu.

48Le Travail, 22 août 1886

Annexe 17. Aux ouvriers

Nous sommes avant tout républicains […], dévoués sans restriction aux immortels principes de la grande Révolution […]. Mais en même temps, nous entendons être l’organe d’un grand parti qui, par le développement régulier et le progrès même des principes de 89, est appelé à dominer bientôt tous les autres, et dont l’avènement au pouvoir ne saurait tarder – le parti ouvrier.

Par ce temps de détresse affreuse, de manque de travail et de pain, le parti ouvrier dénué de tout, abandonné à sa misère, n’a même pas la ressource de pouvoir se plaindre assez haut pour que ses récriminations montent jusqu’à l’oreille de ceux qui seuls sont en mesure de subvenir à ses besoins.

Nous lui donnons un porte-voix ; nous lui érigeons en quelque sorte une tribune, d’où il puisse se faire entendre et rendre aussi retentissante que possible la revendication de ses droits.

Individuellement, l’ouvrier ne peut rien. Nous concentrons ses modiques ressources en une force unique, qui sera la nôtre : nous subsistons par lui ; nous sommes à la fois son œuvre et son soutien […].

Mais, que l’on sache bien, nous repoussons avec énergie les doctrines dites socialistes, qui n’ont pour objet que d’exploiter l’aveuglement d’un peuple égaré et jeté hors de sa voie. Et, s’il faut un jour achever le triomphe par d’autres moyens que la force purement morale, conquérir la victoire par des mesures non pacifiques, nous ne saurions reconnaître à cet effet la nécessité d’un nivellement furieux ni d’un nihilisme implacable. Nous nous efforcerons, au contraire, de calmer les impatiences et de modérer les colères, – la violence dépassant trop souvent le but, et compromettant toujours une cause.

49L’Électeur d’Indre-et-Loire, 16 octobre 1887

Annexe 18. La Chambre syndicale des ouvriers en limes : autorisation demandée pour se réunir, 29 juin 1881 - AD, 1 M 124 (cote provisoire)

Annexe 19. Lettre de Losserand en faveur des grévistes de Nouzon et de Vivier-au-Court

Monsieur le Rédacteur en chef de L’Électeur d’Indre-et-Loire,

J’ai l’honneur de vous adresser ci-joint une liste de souscription que vous voudrez bien publier.

Le groupe d’études sociales « La Sentinelle » de Tours, se charge de centraliser les fonds recueillis et de les répartir entre les grévistes de Cholet, Nouzon et Vivier-au-Court. Les listes seront publiées dans L’Éclaireur d’Indre-et-Loire et dans le Cri du peuple. On souscrit au bureau de L’Électeur et chez le citoyen Losserand, rue de Metz, 53, à Tours.

Tout le monde connaît les motifs de la grève de Cholet ; ce que le public ignore, ce sont les causes ayant motivé les grèves de Nouzon et de Vivier-au-Court (Ardennes). Permettez-moi de les rappeler ici brièvement.

La petite ville de Nouzon, environ 7 000 habitants, est exclusivement industrielle. Elle possède une Chambre syndicale ouvrière comprenant 1 200 membres, tous métallurgistes. Depuis deux ans, cette Chambre syndicale porte haut et ferme le drapeau des revendications prolétariennes. Cela gène horriblement Messieurs les exploiteurs du lieu, qui veulent à tout prix et par tous les moyens briser le faisceau de résistance que leur opposent les travailleurs Ardennais.

Lors de la récente période d’instruction militaire, deux ouvriers mouleurs, après leur période de 21 jours, crurent rentrer et reprendre leur place dans les ateliers de MM. Hardy-Capitaine et Cie, mais ces messieurs déclarèrent n’avoir plus de travail à leur donner.

La Chambre syndicale se réunit et délégua auprès des patrons quelques-uns de ses membres, avec mission de demander la réduction de la journée à 10 heures – au lieu de douze –, afin de permettre d’occuper tout le personnel de l’usine. Remarquez que tous les ouvriers sont aux pièces, et que la mesure réclamée n’était en rien préjudiciable aux intérêts patronaux ; les ouvriers, seuls, en consentant une réduction de 1/6e du salaire déjà peu élevé, supportaient les conséquences de cet acte admirable de solidarité.

Toutes les démarches de la délégation ouvrière furent vaines. MM. Hardy-Capitaine et Cie s’obstinèrent à ne faire aucune concession. De là la grève.

Quant à celle de Vivier-au-Court, commune industrielle de 1 800 habitants, à peu près tous métallurgistes, elle eut pour cause le renvoi du délégué de la Chambre syndicale au congrès ouvrier de Charleville et la menace par l’exploiteur Camion, de chasser de son usine les membres du syndicat ouvrier.

Déjà, messieurs les capitalistes de Vivier-au-Court viennent de recevoir la récompense de leurs agissements en se faisant battre honteusement par les républicains de l’endroit. Deux ouvriers ont été élus conseillers municipaux par 231 et 215 voix, alors que la liste patronale n’a pu obtenir que 74 et 58. Les deux ouvriers élus sont : l’un, le délégué au congrès ouvrier, l’autre, le plus militant de la Chambre syndicale ouvrière. Cette élection n’est-elle pas significative ?

Nous faisons un pressant appel à tous les républicains en faveur des grévistes de Cholet, Nouzon et Vivier-au-Court, d’abord parce qu’ils luttent pour la défense de leurs droits, droits reconnus par la loi sur les syndicats professionnels, à laquelle messieurs les capitalistes portent journellement atteinte, et ensuite parce qu’ils donnent aux travailleurs un admirable exemple de solidarité qui mérite les applaudissements de toute la partie laborieuse de la nation.

En apportant leur obole, les citoyens qui souscriront protesteront aussi contre les entraves à la loi dont certains patrons, peu patriotes, sont coutumiers en remplaçant leurs employés et leurs ouvriers quand ceux-ci sont appelés par la loi militaire à faire leur période d’instruction.

Signé : Losserand

50L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 novembre 1887

Annexe 20. Le congrès sénatorial de 1887. Extraits du compte rendu des débats

[…] La machine avait été savamment préparée. On voulait Dardy, Dardy avec Guinot et pas d’autres, parce que Dardy, c’était le triomphe passager de Wilson et de Daunassans […] Rivière devait parler le premier […]. Savez-vous ce qu’il est venu dire, ce vieux vendu à Wilson ! « Messieurs, j’ai tous les mérites et je les ai seul ; en dehors de moi c’est de la marmelade […] ».

M. Dardy ayant déclaré qu’il était candidat est monté à la tribune. Eh ! ce pauvre bonhomme faisait peine à voir. On ne peut plus dire de lui que c’est une superbe ruine, c’est une ruine complète. On avait dû le pousser bien fort pour le porter là. « Messieurs, dit-il, je n’ai pas fait de programme politique, je vais le faire. Je suis républicain […]. Je veux éviter les crises ministérielles […]. Je veux un gouvernement non de parti, mais national […]. Je veux l’amélioration des classes laborieuses […] ».

Et c’est tout. Stupéfaction générale.

M. Losserand lui pose la question suivante : Si la révision de la Constitution était posée quelle serait votre attitude au sujet de la suppression du Sénat.

M. Dardy. Je voterais contre, le Sénat est peut-être appelé à sauver la République.

M. Losserand. Comment M. Dardy se prononcerait-il si la séparation des Églises et de l’État était posée, ainsi que la suppression du budget des cultes ?

  • 2 L’ex-curé Bertrand, bien placé pour connaître le sujet, ajoutera ce commentaire au propos de Dardy  (...)

M. Dardy. Je regrette qu’on me pose cette question. Mais je considère cette séparation comme un danger pour la République. Je ne pratique pas, mais l’idée religieuse existe encore dans les campagnes et j’espère bien qu’elle n’en disparaîtra pas si tôt2 […].

C’est la nuit ! C’est la négation de la science et de la liberté.

Déclaration de M. Nioche.

M. Nioche est un grand vieillard de 64 ans, fier comme un carabinier, un peu dédaigneux, trop peut-être. Avant l’ouverture du congrès, les délégués radicaux s’abordaient et se disaient : Votons pour Nioche, c’est un pur, un progressiste, un ardent, un radical, un anticlérical. Nioche monte à la tribune.

« Messieurs,

S’ils se trouvent encore ici de vieux lutteurs de 1848, ils me connaissent […]. Je vois la République en danger et j’accours. Je veux une République honnête […]. Je ne veux plus de tripoteurs […]. Je n’entends pas qu’un citoyen qui est appelé à un poste le doive à l’argent ou au favoritisme […]. Pour nos finances, je veux qu’on économise ; je n’admets pas des guerres comme le Tonkin […]. Je veux des économies et des réformes. Voici mon programme ».

M. Losserand. M. Nioche voudrait-il me permettre de lui poser les mêmes questions qu’à M. Dardy. Et d’abord est-il partisan de l’abolition du Sénat ?

M. Nioche. Il faut procéder par ordre. J’ai plus de nerfs que vous tous ici […]. Il faut une réforme. Il faut une boussole. Il faut faire l’anatomie en matière administrative ; il nous faut une codification organisée […]. Le Sénat est une brouette ; il n’est pas temps de briser cette brouette.

M. Losserand. Que pensez-vous de la séparation des Églises et de l’État ?

M. Nioche. Votre question est dangereuse. On la pose aux députés […]. Le jour où vous aurez fait cette séparation, attendez-vous à ce qu’elle tombe ! […] Savez-vous quels sont les premiers qui ont demandé cette séparation ? Montalambert, Lamennais et Lacordaire. C’est un danger. Vous n’êtes pas assez fort. Ne nous amusons pas à des questions de ce genre.

M. Losserand. Je vous ai posé deux questions en une seule. Mais à propos de la suppression du budget des cultes, qu’en pensez-vous ?

Nioche. Sur cette question adressez-vous à M. Guinot.

Tel a été le discours de M. Nioche. En vérité, en entendant un pareil langage nous nous sommes demandé si M. Nioche avait fait un tel discours devant une assemblée d’électeurs au premier degré. Il faut prendre le public pour un tas d’imbéciles pour oser affirmer que la République est perdue le jour où sera prononcée la séparation des Églises et de l’État […].

51Tours-Journal, 29 décembre 1887

Annexe 21. Aux travailleurs tourangeaux

Camarades,

Depuis assez longtemps la République capitaliste et bourgeoise a trompé votre attente par de fallacieuses promesses jamais tenues. Votre patience est-elle épuisée ? ou bien résignés à l’exploitation dont vous êtes plus que jamais les victimes avez-vous renoncé à tout espoir d’une situation meilleure ?

La misère, engendrée par la diminution de salaires, par le chômage, par une crise économique de plus en plus aiguë, qui va toujours en s’accentuant et qui ne peut cesser qu’en modifiant profondément l’organisme social actuel, a-t-elle laissé en vous assez de jugement, de bon sens, de prévoyance et surtout d’énergie, pour l’appréciation de la situation qui vous est faite, et vous permettre de vous soustraire à votre asservissement volontaire ?

Salariés des grandes usines, des grandes compagnies, des monopoles de toutes sortes, êtes-vous donc si satisfaits de votre sort qu’il ne vous reste rien à désirer ? Êtes-vous gardés contre les chances mauvaises ? vos enfants ont-ils toujours le nécessaire ? Êtes-vous assurés du morceau de pain de la vieillesse ? Avez-vous enfin la garantie du lendemain ? Connaissez-vous un tribunal, des lois, un règlement sur lesquels vous puissiez compter en cas de justes réclamations de votre part ? Lorsque courbés, avachis, usés par 40 années de travail, incapables de vous suffire, vos exploiteurs anonymes, d’autant plus féroces qu’ils sont couverts par l’anonymat, – faisant moins de cas de vous que d’un outil hors d’usage, vous jettent brutalement, impitoyablement sur le pavé de la rue, il ne vous reste alors que le bureau de bienfaisance, l’hospice ou la prison pour ressource. L’outil usé a encore une certaine valeur, vous, hommes, vous ne valez même pas un morceau de ferraille.

Ainsi après avoir créé une partie de la richesse sociale, avoir fait jouir vos exploiteurs jusqu’à ce qu’ils crèvent de pléthore, avoir sué sang et eau pour gagner à peine le pain quotidien, voilà tout ce que la société vous offre en récompense : l’aumône insuffisante, un asile incertain à 70 ans, au moins ; ou, enfin, si ni l’un ni l’autre de ces moyens ne sont à votre portée, si vous êtes réduits à tendre la main, la prison est là à votre disposition. La prison ! Et dire que là seulement le pain est assuré ! O ! comble du libéralisme !

Pensez qu’il y a eu trois révolutions ; que cent mille travailleurs sont morts pour la République, et qu’après dix-huit ans d’existence cette République de vos rêves n’a pu vous donner que cela !

Travailleurs ! bien coupables sont ceux qui, abusant de votre confiance, ont pris vos élans naïfs vers un sort meilleur pour piédestal de leur fortune politique ; mais vous êtes, vous-mêmes, bien plus coupables encore de toujours confier la défense de vos intérêts à ces mêmes hommes. Quelle opinion voulez-vous qu’ils aient des travailleurs, ces hommes, en les voyant aussi inertes, aussi apathiques aussi indifférents ou aussi résignés. Ils se disent que cette classe, la plus nombreuse et qui devrait être la maîtresse, doit être pétrie de lâcheté pour supporter ainsi toutes les injustices, toutes les iniquités dont on l’abreuve. Ils la considèrent comme indigne à l’amélioration de sa situation misérable, et ils la vouent à l’exploitation éternelle. Et après avoir ainsi apprécié les travailleurs, ils les abusent impunément, ils les exploitent indignement et en arrivent à trouver que le peuple est encore trop heureux de manger du pain à sa faim, qu’il ne criera ni plus ni moins parce qu’on aura diminué sa ration. Alors, le cœur sec, cyniques, rendus féroces par l’amour des jouissances que donne le pouvoir, ils augmentent les impôts, réduisent les salaires, et créent une situation économique telle, que la situation de l’homme du peuple est plus misérable que celle de l’esclave de l’antiquité et des serfs d’avant la Révolution.

Qui donc est responsable d’un tel asservissement ? Sinon vous, qui, oublieux des leçons de l’expérience, recommencez toujours les mêmes fautes ! Vous n’avez pas d’excuses, car vous êtes maîtres de votre sort. Ne vous suffit-il pas du bulletin de vote pour exprimer votre volonté ? Sachez vous en servir, au moins, et ne votez pas pour ceux qui ont des intérêts opposés aux vôtres.

Travailleurs, lorsque votre pensée s’égare sur les causes de votre misère, n’entrevoyez-vous pas quelquefois, dans une éclaircie, une société, où les enfants, les infirmes, les vieillards, c’est-à-dire les faibles seraient à la charge de la société ? Où les valides seraient assurés du travail, c’est-à-dire du pain quotidien ? Où tous sans distinction auraient le bien être, sans superflu sans doute, mais aussi sans lésinerie ? Où les enfants instruits, éduqués par la société ne laisseraient au père de famille que le souci de les aimer, où le fils du pauvre serait l’égal du fils du riche, parce qu’il n’y aurait plus de pauvre ? Eh ! bien ! dites-vous que vous n’avez qu’à vouloir pour que cela soit, mais sachez le vouloir. Il est temps encore. Votre rêve est réalisable. Vous êtes le nombre, c’est-à-dire la force. Soyez les maîtres, vous aurez le droit.

Vos exploiteurs vous donnent l’exemple, imitez-les ! Voyez comme ils essaient de vous embrigader, de vous enrôler dans les cercles catholiques et autres usines d’asservissement, d’abêtissement et d’avilissement de la dignité humaine. Voyez comme ils englobent les inconscients, les hypocrites et les faibles, par l’espoir de faveurs problématiques. Ils cherchent dans cette organisation un noyau de résistance qu’ils espèrent vous opposer lorsque vous lèverez la tête pour réclamer justice et votre part de soleil. Faites comme eux ; préparez l’attaque par vos votes, que pas une occasion ne vous échappe. Emparez-vous du pouvoir partout où il en existe une parcelle, mais par vous-même. Que vos élus, choisis parmi les travailleurs, soient toujours dans votre dépendance, et au lieu d’en faire des maîtres, faites-en des serviteurs par le mandat impératif !

Que vos intérêts ne soient confiés qu’à des travailleurs, ou à des bourgeois, mais seulement lorsque ceux-ci vous auront donné assez de preuves de dévouement pour que vous puissiez compter sur eux.

Alors, maîtres du pouvoir, en bas et au sommet, dans la commune et dans l’État, il vous sera possible de faire disparaître tous les abus dont, seuls, vous êtes victimes. Les ministères, les ambassades, le sénat, les préfectures et toutes les grasses sinécures de la République oligarchique, toutes les sangsues qui aspirent votre sang par tous les pores, disparaîtront pour faire place à la République de vos rêves, à la République démocratique et sociale.

Le jour, où vous serez les maîtres à l’assemblée nationale, au conseil général et au conseil communal, ce jour-là, l’exploitation du Travail par le Capital aura cessé ; ce jour-là vous serez vraiment des hommes libres, car, sans inquiétude du lendemain nul ne pourra vous faire courber la tête. Et croyez-le, citoyens, il ne sera pas besoin, en cas de danger à l’extérieur ou à l’intérieur, d’un sauveur à grand sabre et haut panache ; le sentiment de votre dignité, l’amour de votre liberté, le soin de la défendre, feront surgir les vertus civiques nécessaires aux circonstances. C’est l’histoire qui l’enseigne : Jamais les peuples n’ont été sauvés que par eux-mêmes.

Souvenez-vous travailleurs, que votre émancipation ne peut être faite que par vous-mêmes, et qu’elle sera faite quand vous le voudrez. Que cette vérité pénètre votre cerveau. Qu’elle vous hante comme un cauchemar. Que toutes vos facultés, toutes vos pensées, tout le travail de votre esprit soient ramenés sur la netteté de cet axiome. Que comme le forçat qui traîne son boulet, vous aussi forçats du travail, vous ne puissiez vous soustraire à cette unique pensée : Je suis misérable parce que je le veux !

Souvenez-vous surtout que les vrais serviteurs du peuple sont morts pauvres. Les autres, gorgés, repus, ventrus, crevant de plénitude, ont oublié depuis longtemps que vous êtes l’origine de leur fortune et n’ont pas même conservé la reconnaissance du ventre.

Allons debout ! assez longtemps, troupeau inconscient, vous vous êtes laissé tondre et dévorer !

Assez de bergers et de loups ; débarrassez-vous des uns et des autres et gardez votre toison pour vous.

Prouvez par votre vote que vous ne vous complaisez pas dans la servitude et dans l’avilissement, que vous êtes dignes de l’émancipation, que le souci de votre dignité d’hommes libres existe en vous, et faites mentir les cyniques qui osent affirmer que vous êtes une race inférieure, indigne de l’affranchissement et éternellement exploitable.

Tours, le 23 avril 1888.

Losserand

52L’Électeur d’Indre-et-Loire, 23 avril 1888

Annexe 22. Résultats des (onze) plus importantes opérations auxquelles ont donné lieu les actions du gaz de 1873 à 1880

Et il n’est nullement question, ici, de dividendes distribués ! Oh ! non ! En 1880, la Société Internationale d’éclairage a acheté à divers actionnaires, – c’était au moment du gaz portatif ; quand la maison menace ruine, les rats se sauvent, – 493 actions au prix de 4 000 fr, soit ensemble 1 972 000 fr. Il reste entre les mains de 11 actionnaires au 27 septembre 1880, 107 actions qui alors valaient 4 000 fr, soit ensemble 428 000 fr. Les 600 actions représentaient donc un total de 2 400 000 fr. Elles avaient été émises à 500 fr, soit 300 000 fr. Soit une différence de boni : 2 100 000 fr […].

Que penser des administrations successives qui ont abandonné une pareille source de revenu, ou qui ont négligé de revendiquer les droits de la ville pour la faire profiter de ces énormes bénéfices (… sans compter les dividendes distribués qui doivent […], si l’on en croit les « on dit », être énormes).

Il y a quatre ans que la question a été soulevée au sein du Conseil municipal sortant. On s’en est occupé d’une manière si timide, que, si j’avais le tableau des actionnaires sous les yeux, je finirais par croire que tous les membres du Conseil municipal sont actionnaires de la Compagnie du Gaz.

N’est-ce pas citoyens, que le tableau des bénéfices de la ville de Grenoble n’a rien d’exagéré quand on le compare à celui de la Compagnie du Gaz de Tours.

N’est-ce pas, qu’avec les 2 100 000 fr ci-dessus, la ville de Tours aurait pu faire quelque chose pour les vieux Travailleurs, pour les Orphelins, pour les Invalides du travail, pour la Solidarité publique et sociale enfin.

N’est-ce pas lorsque nous demandons que les fonctions publiques électives soient rétribuées, pour permettre la représentation des Travailleurs, on est malvenu à nous opposer la question « finances » en présence des bénéfices scandaleux faits au détriment des contribuables […].

N’est-ce pas Jacques Bonhomme, qu’il est temps que tu te montres ! que tu réclames ta part du gâteau pétri par toi et mangé par les autres !

Que le vieux levain révolutionnaire qui sommeille en toi, fermente donc, et que tes exploiteurs, épouvantés devant ton énergie s’aperçoivent qu’un peuple n’est pas toujours disposé à la servitude et à la misère ?

53L’Électeur d’Indre-et-Loire, 28 avril 1888

Annexe 23. Échange de lettres entre Losserand et le citoyen G.B.

Je viens de recevoir la lettre suivante [écrit donc Losserand le 28 avril 1888] à propos du courrier reçu deux jours auparavant :

« Citoyen Losserand, j’avais toujours vu en vous un républicain sage, quoique très avancé. Je ne partage pas toutes vos idées au point de vue socialiste, cependant, je suis obligé de reconnaître que vous avez souvent raison et que l’on ne fait pas assez pour l’ouvrier. Mais de là à prêcher la division, à semer la discorde dans le parti républicain, il me semble que c’est non seulement manquer de sagesse, mais encore commettre un acte coupable au point de vue de la discipline absolument nécessaire vis-à-vis de la réaction qui marchera au vote comme un seul homme.

Savez-vous ce qu’on dit déjà. C’est que manquant de votre sang froid habituel, et de votre jugement si solide d’ordinaire, vous vous êtes emballé sans calculer les conséquences de votre acte, que vous regretterez alors qu’il sera trop tard.

D’autre part, vous vous placez exclusivement au point de vue ouvrier de votre campagne. Croyez-vous que les commerçants, les industriels, les propriétaires, les employés, les professeurs, les maîtres d’école, tous les citoyens ayant une profession libérale quelconque enfin ne font pas partie de la famille communale et n’ont pas droit à la sauvegarde d’intérêts aussi dignes d’attention que les intérêts des travailleurs que vous isolez à tort selon moi ?

Croyez-moi, citoyen Losserand, cessez cette campagne qui ne peut que nuire aussi bien à la cause que vous défendez qu’au parti républicain tout entier. Redevenez sage, reprenez votre calme, et, parce que personne ne doute de votre bonne foi, vous retournerez au Conseil municipal ; là, vous pourrez comme par le passé, prendre en main la défense des intérêts ouvriers tout à votre aise et beaucoup plus utilement que par la campagne désastreuse que vous tentez et qui n’aboutirait qu’à vous écarter du conseil sans aucun profit pour les ouvriers.

C’est l’avis sincère de votre serviteur. G. B. »

Vous me permettrez, citoyens travailleurs [reprend Losserand] de répondre au citoyen G. B., sa lettre me semblant l’écho des préoccupations de beaucoup d’entre vous […].

« Au citoyen G. B.

Tout en vous remerciant de la bonne opinion que vous avez bien voulu avoir de moi jusqu’à présent, permettez-moi de refuser la leçon que vous voulez me donner. Si j’ai entrepris cette campagne que vous qualifiez de coupable et de désastreuse, ce n’a pas été sans réflexion, croyez-le.

Je fus en temps voulu Gambettiste passionné ; à ce point que pas une ligne des discours prononcés par le Boulanger d’alors qui ne fût collectionnée par moi. Le programme de Belleville, les attitudes “conventionalistes” du tribun patriote, tout ce jeu de haute comédie, m’inspirait une admiration qui tenait du culte.

Mais j’étais aussi “opportuniste”, puisque les réformes ne pouvaient se faire qu’en temps “opportun”, disait le “grand-prêtre” de la démocratie.

  • 3 Le 12 février 1883, lecture est donnée en Conseil municipal d’une lettre du maire de Cahors qui lan (...)

Oh ! mais quand Gambetta retour de Saint-Sébastien engraissé au propre comme au figuré, oublieux de son programme de 1869, osa à Romans, nier la question sociale et essaya d’égarer les masses populaires en leur donnant du prêtre à dévorer, exclusivement du prêtre, je commençais à me douter que le “malin”, épouvanté du gouffre creusé par lui et par ses copains, les irréconciliables d’Antan, voulut détourner l’orage qui menaçait la décrépite société bourgeoise3.

-Décrépite après 75 ans ! et on nous parle de la stabilité des choses humaines ! il est vrai que gouvernées par des hommes qui changent d’opinion comme de mouchoir, il serait difficile qu’elles soient plus stables qu’eux. Si encore le changement avait pour résultat la marche en avant, mais non, c’est trop souvent le recul.

Je devins donc radical anti-Gambettiste, et c’était la même chose alors que d’être aujourd’hui anti-Boulangiste. Mais si quelques-uns portent leur culte d’une idole à une autre, je gagnais moi, en compensation de mon désenchantement, une horreur invincible pour tout contempteur ( ?) d’une popularité dépassant certaines limites, popularité dangereuse pour toutes les démocraties, qu’elle provienne du talent, du génie, soit civil, soit militaire. Est-ce que Athènes n’a pas été perdue par les orateurs… de talent. Est-ce que la démocratie Française est à l’abri des avocats et des dignes successeurs des sophistes grecs, et des césarions de Corse ou d’ailleurs ?

-En examinant de près les miroitants programmes politiques des radicaux et des soi-disant « intransigeants » aussi bien hommes que journaux, nouveau désenchantement. Toutes les libertés politiques réclamées beaucoup obtenues, mais l’amélioration de la situation matérielle du peuple éternellement reculée parce que les radicaux comme leurs congénères bourgeois les opportunistes, les monarchistes et les cléricaux de tout acabit, avaient intérêt à maintenir le plus longtemps possible une situation qui n’avait rien pour eux que d’agréable.

Je devins donc socialiste. Mais voyez comme les curés ont raison de prendre l’homme jeune pour lui inculquer toutes les idioties que sa raison rejetterait avec un rire de mépris si on les lui présentait à l’âge fait. La bonne éducation que la lecture de la “Petite République Française” et autres à encens gambettiste m’avait donnée, fit que : je devins bien socialiste, mais “socialiste opportuniste”. Oui, j’en étais encore là, citoyen G. B. Vous vous en souvenez, n’est-ce pas, et c’est probablement de cette époque que date le jugement favorable que vous daignez porter sur moi, – avant la “coupable” et “désastreuse” campagne, c’est entendu ! – Ce que mon “socialisme opportuniste” eut de succès ! ! ! Ce fut un éclat de rire de la part des socialistes conscients, un cri d’admiration dans le clan bourgeois de toutes nuances.

-“Pensez donc ! C’est admirable ! Mais nous le sommes tous socialistes ! C’est si commode ! On attendra sous l’orme le moment venu”. Et j’eus la naïveté, – si j’étais plus modeste je dirais l’imbécillité – de croire longtemps, oh ! bien longtemps, à tous les beaux sentiments de pitié et de solidarité qu’exprimaient ces satisfaits du sort.

Mais enfin les écailles tombèrent. Pendant sept années mêlé au mouvement, plongé jusqu’au cou dans la cuisine électorale, tant municipale que législative, – et même sénatoriale ! – Ce que j’en vis de turpitudes, de bassesses, de roublardises, de compromissions morales et autres. Il s’agissait bien du progrès, de la liberté, de l’égalité, de la solidarité, de la justice ! Ah ! bien oui ! va-t-en voir s’ils viennent ! C’est bon pour les gogos, cela ! On les mettra sur les affiches, sur les professions de foi. Ça suffira. Pour l’instant c’est de décrocher la timbale qu’il s’agit. Il n’y a que ça d’important. Quant aux promesses, si on ne les tient pas, c’est qu’il n’y a pas encore “opportunité” à les tenir.

J’étais désillusionné, écœuré, dégoûté. Il y avait de quoi, allez ! Et je devins socialiste révolutionnaire. Oh ! je fus longtemps à m’y décider ! C’est alors que j’eus besoin de tout mon “jugement”, de toute ma “sagesse”, de tout mon “calme” et de tout mon “sang froid”, citoyen G. B. Que de fois, révolté de la duplicité des soi-disant “Démocrates” ne fus-je pas obligé de me tenir à quatre pour ne pas leur cracher publiquement mon indignation à la face.

Et vous voudriez citoyen G. B. que par “discipline” je m’associe à cette cuisine malpropre ! Vous voudriez que reculant 15 années en arrière nous en revenions au programme opportuniste ! Jamais ! entendez-vous ! Et je suis en droit de vous dire : Défaillants, vous trahissez la Démocratie ! Délégations républicaines vous reculez ! Qu’avez-vous fait du programme de 1880, consacré par les réunions électorales, et par le succès deux fois répété de votre liste ? Je vais vous le dire. Vous l’avez approprié aux convenances des candidats pour ménager la situation de l’un et de l’autre. Vous en avez supprimé tout ce qui favorisait la classe ouvrière, et lui permettait d’être représentée. Tout ce que vous avez pu faire, ça été de prendre un ouvrier, un seul, et de le présenter comme une preuve de votre libéralisme et de l’intérêt que vous portez aux ouvriers. Et, encore, a-t-il fallu que cet ouvrier appartint à trois groupes représentant trois nuances distinctes pour que vous le choisissiez ! Pourvu, ô Mercure ! que le candidat n’ait pas aussi trois opinions différentes.

Je le connais, votre programme ! Je la connais, votre liste et je vous défie de n’être pas de mon sentiment, lorsque j’affirme que si vous triomphez le Conseil municipal sera pour les trois cinquièmes opportuniste.

Ah ! je sème la discorde et la division ! sans doute ! n’ai-je pas troublé tous les rats dans la possession de leur fromage “républicain”, en criant à “Populo” qu’on le berne et qu’il est temps qu’il secoue le joug des meuniers électoraux dont il devrait bien pourtant connaître la farine.

En ce qui concerne la réaction, j’en ai parlé, j’y reviendrai. Surgisse un danger pour la République et nous verrons qui des “Concentrateurs” ou des socialistes seront les premiers sur la brèche.

Quant aux commerçants, industriels, propriétaires, desquels parlez-vous ? citoyen G. B. Est-ce des Schneider, des Pouyer-Quartier, des Laroche-Foucaud, des Grévy, des Wilson, – commerçant aussi, lui. – Sont-ce les Cies PO, PLM ; les grands magasins du Louvre, du Printemps, du Bon Marché ? ou bien encore les usines Cail, de Commentry, de Bessèges et autres lieux ? entendez-vous parler de ceux qui disposant de capitaux considérables et d’un outillage perfectionné jettent sur le marché d’énormes quantités de marchandises et à des prix défiant toute concurrence ? Ou bien visez-vous le malheureux boutiquier… Est-ce encore le petit fabriquant, le maître ouvrier, qui occupaient d’ordinaire huit, dix, quinze ouvriers, et qui aujourd’hui sont réduits au contremaître et à l’apprenti ?

Si c’est pour les premiers que vous réclamez je n’ai pas le temps de m’apitoyer sur leur “malheureux” sort.

Quant aux derniers, si, trop vaniteux, ils se croient déshonorés par la qualification de “travailleurs”, s’ils préfèrent s’attribuer celle de “capitalistes”, je n’y trouve aucun inconvénient. Seulement s’ils se croient sortis des cuisses de Plutus, qu’ils prient ce Dieu de les coucher sur son testament. Ça leur permettra de mériter vraiment cette étiquette très flatteuse de “capitalistes”. C’est la grâce que je leur souhaite et à vous aussi citoyen G. B.

Pour en finir, les partisans de la discorde sont ceux qui reculant toujours le moment des réformes sociales, prétendent vous mener au vote les yeux fermés, ceux qui oubliant que les ouvriers, – les petits industriels, les petits commerçants, les employés, puisque vous tenez à cette distinction,-forment une énorme majorité de la société, refusent de leur donner une représentation proportionnelle dans les corps d’élus.

J’espère, citoyen G. B. que vous ne serez pas de leur bord et que vous voterez pour les socialistes révolutionnaires dont je ne suis pas l’unique échantillon à Tours, croyez-le. »

54L’Électeur d’Indre-et-Loire, 1er mai 1888

Annexe 24. Appel aux socialistes de la région de l’Ouest

Citoyens,
La crise économique et commerciale que nous traversons, force tous les travailleurs conscients à étudier en commun les moyens de sortir de cette pénible situation qui n’est supportée en grande partie que par eux. Aussi, depuis un certain temps, constatons-nous avec plaisir le progrès qu’ont fait les idées socialistes au milieu des masses ouvrières.

Partout des chambres syndicales, des groupes d’études sociales se créent, partout les travailleurs comprennent qu’ils ne doivent compter que sur eux et leur propre initiative pour sortir de l’affreuse misère où la rapacité patronale et l’oligarchie bourgeoise les ont plongés. Voilà pourquoi nous voyons les syndicats se fédérer par régions.

Citoyens,

Ne pourrions-nous pas, nous travailleurs socialistes des différentes villes de l’Ouest, organiser – comme l’ont fait les ouvriers des régions du centre, du nord et de l’Algérie – une vaste fédération qui réunirait tous les syndicats et groupes d’études sociales des départements du Loiret, du Loir-et-Cher, de l’Indre, du Cher, de la Vienne, de l’Indre-et-Loire, du Maine-et-Loire, des Deux-Sèvres, de la Sarthe, de la Loire-Inférieure, de l’Ille-et-Vilaine, en un mot tous les groupes de notre région afin de pouvoir opposer votre solidarité à nos ennemis de classe.

Nous croyons que si !

C’est pourquoi, citoyens, le groupe d’études sociales La Sentinelle de Tours a nommé une commission chargée d’organiser un congrès régional qui se tiendra à Tours d’ici quelques mois.

Que chacun fasse son devoir, et nous pourrons opposer aux politiciens et aux bourgeois qui nous réduisent ainsi que nos familles à la plus noire des misères, une organisation ouvrière qui aura pour base la solidarité. À l’œuvre donc !

Vive le Parti ouvrier !

Vive l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes.

La commission d’initiative : Losserand, tailleur de limes ; Dupont fils, mécanicien ; Leprince ; Levrel, ébéniste ; G. Rétif, boisselier.

Adresser toutes communications au citoyen Georges Rétif, secrétaire, rue Saint-Lazare, 64, Tours.

55L’Électeur d’Indre-et-Loire, 16 juin 1888

Annexe 25. Rapport de Losserand sur l’instruction publique, 9 octobre 1882

Messieurs,

La question de l’Instruction publique est une de celles auxquelles on ne peut toucher sans être obligé à une complète réorganisation ; si elle est seulement effleurée, on s’aperçoit immédiatement de l’insuffisance de notre outillage scolaire : locaux insuffisants, matériel incomplet, difficulté du recrutement du personnel, enfin et surtout dépenses considérables occasionnées par cette réorganisation.

La loi sur l’instruction publique imposant l’obligation, loi absolument nécessaire à l’élévation du niveau moral des futurs citoyens de notre démocratie, loi réclamée énergiquement par tous les esprits sensés, par tous les amis du progrès intellectuel de l’humanité, implique nécessairement pour les hommes l’obligation de s’imposer de lourdes charges, pour le remaniement complet du personnel enseignant et l’augmentation du matériel scolaire.

Pour que l’application de cette loi soit rendue facile et ne rencontre aucune difficulté sérieuse, la gratuité de l’enseignement découle nécessairement de l’obligation, non seulement la gratuité des leçons, mais aussi et surtout la gratuité des fournitures scolaires. Les adversaires de cette loi l’ont si bien compris que longtemps avant la rentrée des classes, ils promettaient la gratuité de ces fournitures dans leurs écoles. Ils tiennent leurs promesses.

Partisans convaincus de la nécessité de séparer entièrement l’instruction religieuse de l’instruction civique, nos efforts tendant à la laïcisation des écoles communales dans le plus bref délai : autre surcroît de dépenses.

Nous, Messieurs, quand il s’agit de l’éducation d’un peuple, de la régénération d’une société émergeant à peine du gouffre de l’ignorance et de la superstition, quand il s’agit de briser les entraves à la liberté de penser, quand d’autre part tous les peuples qui entourent notre France, s’imposent d’énormes sacrifices en vue des générations présentes et futures*, si nos ressources ne nous permettent pas de les donner, devons-nous tout au moins ce mouvement vers une des plus brillantes étapes du progrès humain […] »

[Et en réponse à un des membres de la Commission qui s’est abstenu au vote, prétextant que l’instruction supérieure aussi doit être prise en charge par la commune, le département et l’État] : « Nous ne pouvons que nous borner pour l’instant, à donner à tous nos enfants l’instruction nécessaire pour leur permettre de bien comprendre leurs droits et leurs devoirs de citoyens.

C’est en s’inspirant de ces sentiments, Messieurs, que le Conseil, dans sa séance du 22 août a voté un crédit de 25 000 francs destiné à rendre gratuites toutes les fournitures scolaires dans les écoles communales laïques.

Cette mesure ne devait avoir d’effet qu’à partir du 1er janvier 1883, le Conseil malgré toute sa sollicitude pour l’enfance […] n’avait cru pouvoir, en raison de ressources budgétaires de la ville, appliquer la gratuité des fournitures scolaires aussitôt la rentrée des écoles.

Cependant, Messieurs, les écoles congréganistes communales ou libres devançant le Conseil municipal déclaraient que dès la rentrée des classes leurs élèves recevraient toutes les fournitures à titre gratuit. En présence de ce fait, l’administration ne pouvait ni ne devait rester inactive, aussi fit-elle afficher que les élèves des écoles communales laïques recevaient ces fournitures gratuitement dès la rentrée. Les parents y comptaient […].

[Après avoir demandé (et obtenu) 6 000 fr de crédit supplémentaire, Losserand souligne dans sa conclusion la nécessité d’un enseignement scolaire unifié] : « Le rapporteur de votre Commission de l’Instruction publique croit devoir, Messieurs, en son nom personnel, faire ressortir que toutes les mesures adoptées jusqu’à ce jour, n’ayant qu’un caractère provisoire, deviennent très onéreuses, et qu’il serait grand temps que le projet d’ensemble de notre système scolaire fut étudié avec la plus grande activité et mené à bonne fin le plus vite possible. »

56AM, 1 D 71, Séance du Conseil municipal du 9 octobre 1882

57* Le Travail du 14 avril 1885 présente, sous le titre de Destruction et instruction, le tableau suivant montrant les dépenses par tête effectuées pour la guerre et pour l’enseignement dans quelques pays européens (en francs) :

Annexe 26. Incident caractéristique du processus de déconfessionnalisation

Dans la séance du 30 mai 1886, le conseiller Dans la séance du 30 mai 1886, le conseiller ouvrier Corbeau parle des « faits scandaleux qui se sont produits à l’école de garçons de la Fuye », semblables à ceux qui ont eu lieu deux ans auparavant à l’école des Frères de La Riche. Les faits incriminés se présentant comme étant « la spécialité des congréganistes ou de leurs tenants », Corbeau propose que le Conseil municipal soit renseigné « sur la conduite des postulants et sur le milieu d’où ils sortent », avant leur admission dans les écoles de la ville. « À quoi servirait de laïciser si, comme on paraît admettre, il suffit de sortir du séminaire ou des congrégations pour être casé immédiatement », dit-il, en insistant pour qu’on n’admette que « des maîtres exclusivement laïques ayant un passé absolument pur de toute attache congréganiste ».

Après Letellier, professeur au Lycée, qui rappelle que c’est le Préfet et non le Conseil municipal qui nomme les instituteurs, Losserand ajoute que c’est la ville qui paie et qu’il appartient à ses représentants de lier les cordons de la bourse. Il propose donc que chaque fois qu’un poste devient vacant, une enquête soit faite sur les antécédents du nouveau titulaire. « Et s’il est établi que le nouveau titulaire a des attaches congréganistes, le Conseil réduira son traitement au minimum légal. »

Ces considérations ne font qu’augmenter l’indignation de Royer, huissier de simple police par sa profession, qui se sent visé :

« Royer. Qu’entendez-vous, M. Corbeau, par attaches congréganistes ? Le fait d’avoir étudié au séminaire constitue-t-il une attache congréganiste ?

Corbeau. Mais oui, ma proposition s’étend à ceux qui sortent des séminaires.

Royer répond ironiquement qu’il a eu l’honneur d’aller au séminaire. J’en suis, dit-il, un échantillon […]. M. Rivière, député, a également fait ses études au séminaire, et nombre de républicains, qui en valent bien d’autres, en sont sortis. Doit-on leur en faire grief ? Ne serait-ce pas souverainement injuste de frapper d’exclusion une catégorie d’individus qui, en somme, ne peuvent être rendus responsables du mode d’instruction qui leur a été imposée ? Car, enfin, vous êtes enfant, on vous met chez les congréganistes ou au séminaire, pendant 4 ou 5 ans, vous subissez malgré vous une influence mauvaise, est-ce votre faute ? – Puis vous en sortez néanmoins avec des idées libérales, cela se voit, les exemples abondent. Qu’importe, vous ne pouvez pas jouir des mêmes droits que vos concitoyens. C’est trop fort. Je ne m’associerai jamais à une semblable doctrine […].

Corbeau. Tout à l’heure, je n’ai pas voulu répondre à M. Royer. Les expressions dont il s’est servi sont loin d’être parlementaires et, tout représentant ouvrier que je suis, je ne me permettrais pas de les employer ici. Ce que j’ai proposé est le corollaire de vos votes relatifs à la laïcisation du personnel enseignant. On est laïque ou congréganiste, la distinction n’est plus à faire. Or vous avez laïcisé vos écoles, vous voulez un enseignement laïque ; ce ne sont donc pas des gens imbus de principes religieux qui peuvent le donner. Voilà pourquoi j’ai demandé qu’on ne le leur confiât pas. N’est-ce pas naturel et logique ? »

58Journal d’Indre-et-Loire, 19-20 juillet 1886

Annexe 27. Rapport de Losserand sur l’état des petites écoles laïques

Messieurs,

Les Commissions de l’Instruction publique et des bâtiments réunies m’ont chargé de présenter leurs conclusions sur la demande d’un crédit de 5 750 francs pour améliorations et acquisitions nouvelles dans les écoles communales de Tours.

Un devis de la dépense dressé par M. l’Architecte établit la répartition de ce crédit. On ne saurait contester l’utilité de cette dépense, sous les réserves que je vais vous faire connaître.

L’école maternelle congréganiste de Saint-Symphorien est portée au présent état pour une somme de 220 francs. Une école maternelle laïque existant dans ce quartier, il ne nous semble pas logique, pour un Conseil municipal anticlérical, de favoriser un établissement congréganiste au détriment d’un établissement laïque. Les améliorations demandées ne sont du reste nullement urgentes […].

Les parents auront toujours la faculté d’envoyer leurs enfants à l’école maternelle laïque si l’installation de l’école maternelle congréganiste leur semble défectueuse.

Quelques-unes de nos écoles maternelles n’ont pas de tableaux noirs, qui seraient cependant si utiles pour dégrossir les petits enfants. Les maîtresses réclament aussi des tables pour disposer les livres, cahiers, etc., dont elles ont besoin, et qu’elles sont obligées de placer sur le poële, les fenêtres ou de tenir à la main pendant les exercices.

Je propose au Conseil municipal d’affecter les 220 francs destinés primitivement à l’école maternelle congréganiste de Saint-Symphorien, à donner à ces maîtresses d’écoles laïques, au moins un tableau noir et une table par classe ; si le crédit est insuffisant, l’administration municipale viendra nous demander un complément que le Conseil ne refusera pas, eu égard à l’utilité de cette dépense […]. Le Conseil ayant délibéré, adopte le rapport de M. Losserand.

[Les cas précités représentent quelques moments significatifs du combat pour l’école républicaine, retenus en considération du rôle de Losserand dans cette entreprise. Tirant le bilan de l’assemblée élue en 1882, le docteur Fournier adresse des louanges aux membres de celle-ci], et surtout à ceux qui jusqu’à la fin n’ont pas failli à leur mandat, et ont rendu d’immenses services à l’instruction publique. [Il annonce en même temps la ferme volonté du nouveau conseil de maintenir la neutralité religieuse et d’]établir la laïcisation à outrance […], en présence d’adversaires acharnés qui repoussent tout combat loyal.

59Journal d’Indre-et-Loire, 5 juin 1884, 26 septembre, 11 novembre et 11 décembre 1886

Annexe 28. Rapport de Losserand sur le bureau de bienfaisance. Extraits

Je vous prie, Messieurs, de remarquer que pendant que tant de malheureux manquent du nécessaire, l’administration du bureau laisse augmenter ses excédents de recettes. Est-il bien sûr que cette économie de 14 382 francs n’a pas eu pour résultat le manque de pain pour quelques malheureux que cette somme aurait pu soulager ? On objectera qu’une bonne gestion ne se reconnaît qu’aux excédents de recettes. Oui, pour toute autre administration : mais pas quand il s’agit de la misère publique.

L’administration du bureau de bienfaisance, qui oublie trop souvent les sacrifices que la ville de Tours s’impose annuellement au profit des indigents, sait bien que si un malheur public, des circonstances particulières nécessitaient un concours plus grand, le Conseil ne marchanderait pas son concours. À quoi bon alors des économies qui finissent par atteindre au chiffre égal au 7e du montant des recettes annuelles.

Dans l’examen des pièces justificatives du compte administratif du bureau de bienfaisance pour l’exercice 1883, nous avons fait les remarques suivantes :

Une très grande quantité de pièces manquent, une simple mention constate le chiffre de la dépense. Beaucoup de pièces existant au dossier ont paru irrégulières ; d’autres sont raturées, grattées ou surchargées. La plus grande partie ne porte aucun visa des administrateurs. Les sœurs, pour certaines dépenses, telles que pharmacie, herboristerie, épicerie, vêtements, présentent elles-mêmes un mémoire dont elles donnent quittance par sœur Montalambert.

Sur réclamation du rapporteur de votre Commission, il fut répondu que les pièces justificatives régulières étaient entre les mains de M. le receveur du bureau de bienfaisance. Ces pièces ne sont-elles donc pas établies en une seule expédition, pour qu’il soit impossible de faire suivre chacune des expéditions de compte administratif de toute facture ou mémoire constatant la réalité de la dépense ? Sur quels éléments doit s’appuyer le Conseil municipal pour apprécier ledit compte ? Nous espérons, Messieurs, que les délégués du Conseil municipal actuel au bureau de bienfaisance ont déjà pris toutes les mesures pour faire cesser ces irrégularités. Autant qu’il a été possible de le faire, nous avons examiné les divers articles portés au chapitre des dépenses.

Le blanchissage pour la plus grande partie est exécuté par les particuliers, et pour une petite partie par le personnel du bureau ; celui-ci coûte plus cher que le premier, mais il a sans doute une autre destination, comme les rideaux, par exemple, dont le blanchissage s’est élevé à 78 fr 60. Le blanchissage du linge personnel des sœurs est sans doute compris dans cet article. Le chauffage est fourni aux sœurs. À l’article éclairage, le gaz figure pour une somme de 362 fr 69. Sans doute que la plus grande partie de cette énorme consommation provient des bûches à gaz installées dans les appartements, éclairage de la chapelle, cuisine au gaz des sœurs, le gaz n’entrant pas dans la catégorie des objets ou matières distribués aux malheureux.

En résumé, parce qu’il est impossible d’étudier à fond, de contrôler efficacement les comptes administratifs du bureau de bienfaisance pour l’exercice 1883 ;

Que le Conseil n’a, en vertu de la loi, qu’un avis à émettre, mais que cet avis doit être émis en parfaite connaissance de cause ;

Que, d’autre part, le Conseil a confiance en ses délégués au bureau de bienfaisance.

Votre Commission a l’honneur de vous soumettre le projet de délibération suivant :

Art. 1er. Le Conseil municipal, tout en regrettant de n’être pas suffisamment éclairé, mais, pour ne pas arrêter le fonctionnement régulier du bureau de bienfaisance, donne un avis favorable à l’approbation du compte administratif de cet établissement pour l’exercice 1883 […].

Art. 3. Le Conseil émet le vœu que le bureau de bienfaisance soit laïcisé dans le plus bref délai possible, et invite M. le Maire à faire toutes démarches nécessaires pour arriver à un résultat définitif.

60Journal d’Indre-et-Loire, 17-18 janvier, 1er et 4 février 1885

Annexe 29. La rémunération des sœurs du bureau de bienfaisance en question

Losserand demande si le Conseil municipal ne trouve pas exagéré le loyer de 1 200 francs payé aux trois sœurs et compris dans les 3 210 francs qui leur sont versés annuellement en vertu de legs spéciaux (traitement : 1 500 fr ; loyer : 1 200 fr ; chauffage : 250 fr ; éclairage : 130 fr ; blanchissage : 130 fr) (Annexe 28).

[Le maire :] « C’est le résultat d’une convention devenue définitive et qui était nécessaire pour arriver au renvoi des sœurs du bureau de bienfaisance.

[Losserand :] Je me demande si ce chiffre concorde bien avec le total des dons et legs dont les sœurs ont la libre disposition ; je ne le crois pas, mais je serais bien aise d’être fixé là-dessus.

[Le maire : Les fonds à distribuer par les sœurs s’élèvent à 951 fr par an, sur lesquels 379 fr seulement ne sont soumis à aucun contrôle. Il ne faut pas confondre ces fonds avec les 3 210 fr payés aux trois sœurs. Cette dernière somme est bien le résultat d’une convention intervenue pour que les sœurs ne restent plus au bureau de bienfaisance.

[Losserand :] Eh bien, elles ont fait un excellent marché.

[Loiseau, membre de la Commission administrative, explique qu’en vertu de legs spéciaux, le bureau de bienfaisance était obligé de loger, blanchir, chauffer, éclairer les trois sœurs.]

Lorsqu’il s’est agi de traiter avec elles, force était bien de se conformer aux conditions de ces legs. On a longuement discuté, certains ont proposé 1 500 fr de loyer, d’autres 1 000. Mais le chiffre moyen de 1 200 fr a été adopté par la grande majorité des administrateurs. Il est donc impossible de réaliser la moindre économie sur cet article de dépense.

[Losserand :] Pour distribuer 971 fr, les sœurs touchent 3 210 fr, au lieu de 1 500 fr qu’elles recevaient autrefois ; je trouve de plus en plus qu’elles ont fait un bon marché.

[Corbeau :] Il y a trois catégories de fonds bien distincts : les uns sont distribués par les sœurs sans aucun contrôle ; les autres sont également par elles, mais sous le contrôle des administrateurs ; enfin il y a ceux, à la distribution desquels elles ne prennent aucune part, plus les 3 210 fr qui font partie du traité.

Il s’agissait, vous le savez, Messieurs, de laïciser le bureau de bienfaisance. On ne pouvait y arriver d’une façon complète à cause d’obligations imposées par divers donateurs. On a été longtemps à trouver un terrain de conciliation […] ; mais la convention était indispensable pour se débarrasser des sœurs, tout en satisfaisant aux conditions des legs faits au profit du bureau de bienfaisance.

[Le maire :] Le nœud de la question est dans le legs Simon qui imposait trois sœurs à l’administration du bureau de bienfaisance. Dans le cas d’inexécution de cette charge, il eût fallu rendre soit en biens, soit en argent le montant du legs. Le traité avec les sœurs n’avait pas d’autre but que de mettre l’établissement à l’abri d’une restitution importante.

61Journal d’Indre-et-Loire, 5 et 6 février 1886

Annexe 30. La vie des écoles communales

Lors de la « séance interminable » du 29 octobre 1886, une question de Losserand amène « une discussion des plus longues et des plus orageuses » : il veut savoir la raison de la permutation entre l’institutrice de Saint-Pierre-des-Corps et celle de Saint-Symphorien. Les familles n’y comprennent rien, dit-il, et ont déjà manifesté leur mécontentement de se voir enlever deux institutrices, qui prennent le meilleur soin de leurs enfants. Sur la réponse embarrassée et évasive du maire, Oudin déclare que lui, il n’est point maire, et pourtant il connaît tous les détails « de cette lutte homérique d’institutrices qu’il va narrer en son entier […]. Comme le Conseil le sait, à Saint-Pierre-des-Corps, nous avons été obligés de loger dans le même immeuble et l’institutrice maternelle et l’institutrice de l’école des filles. Depuis bientôt deux ans, les rapports les plus tendus existent entre ces deux femmes. À la suite d’une aventure arrivée sur le marché à une parente à l’institutrice de filles, celle de l’école maternelle jetait continuellement dans la cour de sa voisine un tas de détritus et particulièrement des pattes de canard. Madame Boyer, directrice de l’école de filles, voyant que l’Inspection académique se préoccupait peu ou point de la situation […], s’avisa de se faire rendre justice, en usant d’un procédé peu louable. Elle engagea des parents à pétitionner contre la directrice de l’école maternelle. L’Académie trouva, de ce fait, un manquement, qu’elle crut devoir punir en ordonnant le transfert de Mme Boyer à St-Symphorien […].

M. Barbier, professeur de quatrième au Lycée de Tours exprime en termes violents l’indignation qu’il ressent, en voyant traiter devant le public des questions de nature à jeter le discrédit sur les institutions laïques de la ville et sur les fonctionnaires de l’Académie.

Losserand lui répond que le seul moyen de faire cesser les abus est de le signaler publiquement.

M. Barbier réplique qu’il vaudrait beaucoup mieux laver « son linge sale en famille » au lieu de « casser du sucre » sur le dos des maîtres et des inspecteurs. « Pour un professeur de belles lettres, M. Barbier use de termes d’un romantisme exagéré » [ajoute le Journal d’Indre-et-Loire en conclusion de son compte rendu].

62Journal d’Indre-et-Loire, 4 novembre 1886

Annexe 31. Losserand et la reconstruction du Théâtre de Tours. Extraits d’une intervention

Depuis longtemps, on parle de subvention au théâtre et je saisis cette occasion pour rappeler que lors du vote du crédit relatif à la reconstruction du théâtre, je me suis prononcé contre, dans la conviction qu’il n’appartenait pas à la ville de grever son budget de charges si lourdes et pour un pareil objet.

Incidemment, on agita la question de subvention, et sur une observation que je fis, plusieurs membres, sinon la majorité du Conseil, pensèrent alors que le théâtre reconstruit, toute subvention devait cesser. En présence de ce qui se passe, je suis en vérité très étonné de la façon dont on présente aujourd’hui l’affaire […]. Pour apprécier les demandes soumises à notre examen […], je ne me demande pas s’il s’agit d’un théâtre municipal ou non, d’une opération particulière ou communale. Non. Je dis simplement : le théâtre est un lieu de plaisir, pas autre chose, et j’en conclus que seuls les gens qui le fréquentent doivent en supporter les charges.

Quand on vient nous dire qu’une réduction de 25 % est consentie sur les prix des places à 1 fr, en faveur des ouvriers, je dis que ce n’est pas sérieux. Et d’abord on a mis trop d’ouvriers dans la discussion ; ils ne vont pas au théâtre autant qu’on veut bien le dire ; s’il plaît à l’un d’eux d’y aller par hasard, si je désire moi, ouvrier, me priver de dîner pour cela, ce n’est pas 0 fr 25 centimes de plus à payer qui m’en empêcheront.

Quand il s’agit de luxe, d’agrément, on discute pied à pied, avec acharnement, il faut avoir le crédit, et on l’a, hélas ! trop souvent. Parle-t-on de misères à soulager ? Demande-t-on 5 ou 10 000 fr. Oh ! alors nous semblons rechigner, et cependant la cause des vieillards et des enfants abandonnés ou orphelins, doit primer celle des amateurs de théâtre. Il n’en est pas qui puisse légitimer au même degré, les efforts et les sacrifices d’une municipalité vraiment démocratique […].

Une remarque s’impose. Avant l’incendie du 15 août 1883, votre théâtre municipal vous coûtait une subvention de 24 000 fr environ : éclairage, indemnité pour l’orchestre, indemnité pour la saison d’opéra, entretien, concierge, etc.

Avez-vous jamais calculé, Messieurs, ce que vous auriez pu faire avec ces 24 000 fr annuels, joints aux 50 000 fr d’intérêts qu’aurait produit le capital engagé dans la construction, c’est-à-dire avec près de 80 000 fr par an depuis 1870 ? Vous eussiez pu doter la ville de Tours, et d’un orphelinat et d’un asile de vieillards, c’est-à-dire faire deux œuvres plus utiles et plus humanitaires qu’un théâtre. Aujourd’hui, je combattrai de toutes mes forces, de toute mon énergie n’importe quelle demande de subvention au théâtre, et cela uniquement, au point de vue de la simple humanité pour qu’on ne voit plus les enfants sans famille, délaissés et privés des soins moraux et matériels, pour qu’on ne voit plus de vieillards mourir au coin des rues, ou jetés sur le pavé, parce qu’il n’y a plus de place pour eux à l’hôpital.

63Bulletin municipal de la ville de Tours, p. 810-812, 26 novembre 1886

Annexe 32. Débat sur les prêts de livres par la Bibliothèque municipale

M. Dufour ne pense pas qu’on doive refuser un livre. Le livre [dit-il] c’est comme la pensée il doit être mis à la disposition de celui qui, par ses aptitudes et ses connaissances spéciales, peur en tirer profit. En agissant ainsi, c’est faire un meilleur usage des livres que de les laisser manger aux rats ou à la poussière.

M. Corbeau fait observer qu’il s’agit d’un manuscrit d’une valeur considérable, et que ce n’est pas à la France à fournir aux étrangers, spécialement aux Allemands, les moyens de s’instruire.

M. Dufour. La science n’a point de patrie et ne doit pas connaître de frontières. Qu’importe qu’une découverte soit faite en Prusse, en Angleterre ou en Russie ! Si elle est bonne, tout le monde en profite et elle appartient à tous.

M. Ducrot. Nous n’avons point à aider les Prussiens, ils ont recours à des moyens qui ne sont point de nature à nous encourager à la bienveillance. En voici un exemple. Tout récemment un professeur du prytanée de la Flèche prenait part à un concours. Le concours fini, il lui fut impossible de retrouver son manuscrit, et il apprenait peu de temps après qu’un savant allemand l’avait publié en se l’attribuant […].

M. Letellier explique que la décision prise le 17 octobre l’a été sur une demande de M. le docteur Boor, de Berlin, lequel n’ayant pu prendre communication dans le délai fixé avait conservé, malgré le vote du Conseil, le manuscrit qu’on lui avait communiqué. Dans le cas présent, il ne s’agit pas d’un étranger, mais d’un savant français offrant toutes les garanties que l’on peut souhaiter.

M. Ducrot. Je désire faire une observation. M. le Ministre dans sa lettre, écrit au sujet du manuscrit : « c’est un document de l’État ». Je pense que c’est là une erreur. Le manuscrit appartient à la ville, non à l’État, et j’estime qu’il convient de maintenir cette opinion.

M. Dufour. En retirant aux savants étrangers la possibilité de puiser dans nos livres les indications qui leur sont utiles, c’est rétrécir sa patrie, c’est limiter la pensée.

M. Malard. Un moment M. Dufour. Nous n’avons pas nos manuscrits pour leur faire faire le tour du monde. Je serais bien aise cependant qu’on eût une plus grande facilité à la Bibliothèque pour obtenir des livres […]. Ainsi on m’en a refusé, à moi […].

M. le Maire. Il fallait vous adresser à l’administration et vous auriez eu satisfaction.

Après cette discussion, le Conseil autorise le prêt du manuscrit n° 949, Barlaam et Josepha, en vers, à M. Paul Meyer, sous la garantie de M. le Ministre de l’Instruction publique.

64Bulletin municipal de la ville de Tours, p. 196-197, Séance du 4 mars 1885

Annexe 33. Débat sur la lettre du Conseil municipal de Paris appelant à commémorer le centenaire de 1789

Nous avons assisté à bien des séances du Conseil municipal de Tours, mais jamais nous n’avons vu une pareille comédie et de semblables engueulements [sic]. Jamais surtout nous n’avons vu une minorité battue nier les droits de la majorité. Jamais enfin nous n’avons vu un Maire refuser de laisser délibérer une assemblée et lever la séance par crainte d’un Préfet qui ne se contente pas d’être maître à la Préfecture, mais qui est en réalité à la Mairie […].

C’était le moment du boucan, l’heure du tapage, l’heure des faiblesses, l’heure des capitulations, l’heure des hontes [assure Bertrand]. On juge les hommes dans les circonstances solennelles. M. Dufour voyant le Maire sur le point de lever la séance, lui demande ce qu’est devenue la lettre du Conseil municipal de Paris et ce que la Commission nommée à cet effet, a décidé. Personne ici n’a le droit d’étouffer cette question.

M. le Maire devenu tout à coup pâle et tremblant, répond que la Commission n’est pas réunie.

M. Royer alors s’écrie : Je reconnais qu’on n’aurait peut-être pas dû porter ici une telle question, mais dès lors qu’elle a été introduite et qu’une commission a été nommée, elle doit être traitée en Conseil.

M. Saint-Hérant interpelle le Maire : Vous avez voulu laisser passer 15 jours afin d’enterrer la question, vous n’aviez pas ce droit là et je proteste énergiquement.

M. le Maire : C’est une mauvaise guerre que vous me cherchez là.

M. Losserand : Quand le ministre a lancé sa circulaire, il n’a pas interdit aux Conseils municipaux de délibérer, il a seulement déclaré qu’il annulerait leurs délibérations. Le Conseil municipal a donc le droit de délibérer et il doit user de ce droit. Si on annule notre délibération, nous le verrons bien. Je proteste donc contre cette façon tyrannique qui veut étouffer les franchises communales. Je demande donc que la discussion ait lieu de suite.

M. Dufour : Nous aurions bien dû délibérer à la dernière séance, mais certains conseillers municipaux étaient intimidés par la présence de députés qui étaient présents à notre séance. Montrons que nous sommes libres et puisque la Commission n’a fait son devoir faisons le nôtre.

M. le Maire, de plus en plus abattu : Nous sommes en session extraordinaire et la loi ne nous permet pas à l’administration de délibérer sur cette question.

M. Saint-Hérant : Nous allons délibérer sans elle.

M. le Maire : Dans ce cas, si vous voulez délibérer, nous allons nous retirer.

M. Royer : Je trouve étrange cette façon d’agir de l’administration. D’où vient donc qu’elle prend une telle attitude. C’est inexplicable.

M. Losserand : M. Royer a raison. M. le Maire n’a pas le droit d’enterrer la question. Rien ne doit nous empêcher de délibérer. Nous ne pouvons plus attendre, car nous sommes le 9 septembre.

M. Royer : Le Conseil municipal de Paris va peut-être proroger l’affaire, par conséquent nous pourrons le renvoyer à la Commission.

M. Losserand : Nous ne pouvons attendre. Il s’agit de protester dès maintenant contre le droit qu’on nous conteste. Il s’agit de défendre les idées communalistes et nous ne pouvons manquer aux principes que nous avons toujours défendus.

M. le Maire : Alors, l’administration va se retirer. Mais avant de quitter la salle, je tiens à dire que si la Commission ne s’est pas réunie, ce n’est pas de notre faute, nous avons tellement de besogne que nous ne pouvons penser à tout. D’ailleurs, vous ne venez jamais aux réunions des Commissions.

M. Oudin : J’interviens dans ce débat, mes collègues se plaignent de n’avoir pas été convoqués, donc la discussion ne peut avoir lieu de suite.

M. Royer : Argument de procureur ! L’administration avait reçu une mission, elle devait l’accomplir avec franchise.

M. le Maire : Je trouve n’avoir point besoin de demander des leçons de franchise à M. Royer.

M. Royer : Il pouvait vous en donner peut-être.

M. Oudin : Je constate ce soir la mauvaise humeur de M. Royer.

M. Royer : Avocat !

M. Oudin : Vous n’avez pas été capable de le devenir.

M. Royer : Tant mieux pour le public.

M. Oudin : Vous devriez connaître la loi de 1884.

M. Saint-Hérant : Nous la connaissons aussi bien que vous, mais nous connaissons aussi nos droits.

M. Oudin : Vous faites à l’administration une guerre mal à propos.

M. Pineau : Nous réclamons le maintien de nos droits ; d’ailleurs, il y a un précédent. Nous avions nommé une commission pour une subvention à voter pour les ouvriers de Decazeville. La discussion a été loyale, je me rallie à la proposition de M. Royer.

M. Oudin : L’administration a le droit de se retirer si vous discutez une semblable question.

M. Royer : Décidément, il n’y a plus rien à dire, M. Oudin est devenu ministériel. Ça lui fait honneur ; autrefois il combattait l’administration ; depuis un certain temps il la défend. Espérons que sa conversion durera […].

(le maire menace de lever la séance […])

M. Losserand : On étudiera la question le 25 septembre, trois jours après la clôture. C’est dérisoire ! Je proteste !

À ce moment, le tumulte devient complet. M. Oudin se lève et s’écrie : Je demande l’ordre du jour ! M. Losserand répond : Je demande le vote sur la discussion immédiate, conséquence de l’absence de rapport. M. le Maire, heureux de l’intervention de M. Oudin, met aux voix l’ordre du jour. Il compte les voix : 10 voix pour l’ordre du jour ; 11 contre.

M. le Maire : Messieurs, balbutie-t-il, je ne puis…, je proteste…, je vais quitter la salle…

À ces mots, les interpellations se croisent […]. M. Oudin se lève, MM. Robert et Béchu l’imitent. M. le Maire, encouragé, se lève à son tour et dit d’une voix éteinte : la séance est levée. Le tumulte est à son comble, les conseillers s’interpellent vivement, le public indigné proteste de son côté. Le maire escorté de ses fidèles, Oudin en tête, descend, en discutant, les marches de l’hôtel de ville ; il aperçoit M. Losserand, il lui fait de vifs reproches et déclare qu’il va donner sa démission. M. Losserand lui répond qu’il a fait son devoir. Et l’hôtel de ville se vide. Et la question est enterrée.

65Tours-Journal, 11 septembre 1887

Annexe 34. Manifestations sur la tombe de Losserand au cimetière de la Salle. Affiche accompagnant un rapport de police du 14 novembre 1897 - AD, 1 M 115 (cote provisoire)

Notes

1 À noter que Daunassans, préfet d’Indre-et-Loire, était le neveu de Mgr Maret, évêque issu de la première génération de démocrates chrétiens. Journal d’Indre-et-Loire, 11 novembre 1880.

2 L’ex-curé Bertrand, bien placé pour connaître le sujet, ajoutera ce commentaire au propos de Dardy : « M. Dardy – un mystique – nous parlait de l’esprit religieux qui existait encore dans les campagnes ; mais il a un trouble ; ce sont précisément les campagnes qui se sont affranchies les premières de l’idée religieuse et qui réclament aujourd’hui le plus impérieusement cette séparation. »

3 Le 12 février 1883, lecture est donnée en Conseil municipal d’une lettre du maire de Cahors qui lance une « souscription pour l’érection d’une statue destinée à honorer la mémoire du grand patriote qui par son ardent amour pour son pays et sa puissante voix a sauvé l’honneur de la France ». La question de principe est adoptée et Poirier propose 300 fr, ce qui est refusé. Le Dr Fournier propose 200 fr en faisant remarquer qu’il vaudrait mieux ne rien accorder que d’allouer une somme ridicule. Les 200 fr sont votés. Le 23 mars suivant, Losserand souscrit à tire personnel, à l’érection d’une statue à Gambetta pour une somme de 10 fr, ce qui représente, dans son état, un effort considérable. AM, 1 D 71, Registre des procès-verbaux du Conseil municipal.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540