Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

Conclusion

Texte intégral

1Personnage exceptionnel dont le parcours résume en quelque sorte la souffrance du petit peuple de France à la fin du xixe siècle, Sigismond Losserand incarne, à travers son action publique, le processus entamé sous la Commune de Paris par lequel le socialisme français se dégage de l’influence des Églises et des religions, de leurs doctrines et de leurs pratiques. Notre enquête effectuée pour l’essentiel à l’échelon de la ville de Tours montre que cette évolution s’est faite en interaction avec le radicalisme bourgeois.

2Élu conseiller municipal sur une liste républicaine anticléricale, Losserand participe à la politique de déconfessionnalisation de la IIIe République. Les limites chronologiques de son activité resserrées aux années cruciales de 1880 contribuent à mettre en lumière sa place et ses initiatives dans les débats qui ont accompagné la laïcisation des services et des pouvoirs publics.

3C’est une action d’autant plus tumultueuse et pertinente qu’elle s’inscrit dans son engagement politique aux côtés des socialistes du courant dit possibiliste animé par le docteur Paul Brousse, dont la stratégie repose pour une large part sur l’application graduelle du programme socialiste dans le cadre municipal. Électoraliste et réformiste par opposition à la tendance marxiste représentée par Jules Guesde, ce qu’il est convenu d’appeler le socialisme municipal connaît justement ses premières expériences dans les années 1880. Et si les débats auxquels ce dernier va donner lieu ne commencent vraiment qu’à partir de la décennie suivante, on reconnaît dans l’argumentaire de Losserand les idées de Brousse et les éléments du programme possibiliste. Au demeurant, ce programme n’est pas constitué chez lui comme un corps de doctrine ; le terme de socialisme municipal n’apparaît pas dans son langage, pas plus que dans celui de ses adversaires et autres contradicteurs.

4Losserand semble agir par pragmatisme, en ce sens qu’il cherche à répondre à des situations réelles, bien que cette démarche n’exclue pas une ligne de conduite à la fois rigoureuse et ouverte sur l’avenir. Ainsi, l’anticléricalisme qui fait le lien entre son républicanisme et son engagement socialiste, n’est pas une posture idéologique, il est tourné vers la séparation des Églises et de l’État. Et la reconnaissance de cette nécessité ne résulte pas seulement du besoin de changer une situation héritée du passé, elle est stimulée aussi par l’apparition précoce en Indre-et-Loire des cercles catholiques d’ouvriers et d’autres comités d’inspiration confessionnelle, qui préfigurent la métamorphose sociale du cléricalisme.

5Quant au socialisme municipal avec son projet central de substituer le monopole des services publics municipaux à l’usage capitaliste des concessions, certes, Losserand cherche à en démontrer la justesse, et combat pour son application, mais cela ne l’empêche pas de s’éloigner de la voie réformiste pour se rapprocher de celle de la lutte des classes.

6Il reste que, en militant socialiste qu’il est, il se meut encore dans un environnement où l’on se dit plutôt citoyen que camarade, et où l’on chante plus souvent Le temps des cerises et la Carmagnole que l’Internationale. D’ailleurs, les groupes aux effectifs souvent modestes s’organisant politiquement ou dans le cadre des métiers, qui annoncent l’éveil des mouvements socialistes en Touraine, pratiquent une sociabilité quasi familiale, et leur dénomination (Avant-Garde, La Sentinelle, Le Travail) ou celle de la petite presse ouvrière (Le Réveil, L’Électeur, L’Éclaireur…) ne doivent pas faire illusion. Les véritables lieux d’affrontement restent les différents cercles et comités républicains et, bien sûr, le Conseil municipal.

7Ce dernier notamment a connu alors des scènes mouvementées, souvent hautes en couleur, motivées selon les occasions par la volonté d’émancipation vis-à-vis du pouvoir central ou par les conflits qui surgissaient aux frontières mal définies de la politique et de l’administration. Sigismond Losserand, venu du fin fond, social et géographique, de la France, en fut un protagoniste et un témoin.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540