Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

III. La mémoire de Losserand

Texte intégral

L’enterrement civil

1Losserand est décédé le 15 novembre 1888 en son domicile à Tours, au 17 boulevard Thiers, de la Cité Bordes. Le compte rendu du Journal d’Indre-et-Loire signé par Louis Franchet confirme en partie ce qui a été dit plus haut, dans les éléments biographiques :

  • 1 Journal d’Indre-et-Loire, 18 novembre 1988.

Depuis quelques mois, le farouche révolutionnaire dont la plupart de nos lecteurs ont souvent entendu, sous la précédente administration, les déclamations violentes contre le capital et les ardents plaidoyers en faveur du travail, dépérissait à vue d’œil. Miné par la phtisie, rongé par la misère, délaissé par la plupart de ceux qui, dans sa détresse, se devaient de lui porter secours, Losserand est mort dans le plus complet dénuement (Fig. 9).
Abandonné par les hommes il l’a aussi été de Dieu. Le prêtre n’est point venu recueillir le dernier souffle de ce malheureux, qui a voulu finir comme il avait vécu, en athée et en révolté. Ses obsèques, comme il l’a demandé lui-même dans un écrit tracé de sa propre main, quelques heures avant de mourir, ont été purement civiles : ce qui a donné l’occasion à tous les groupes et sociétés de libre-pensée existant à Tours, de s’offrir le luxe d’une petite manifestation scandaleuse.1

  • 2 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 18-19 novembre 1888.

2S’il est vrai que Losserand a été abandonné par les électeurs ouvriers quand il a voulu affirmer son indépendance politique, il est faux de dire qu’il a été « abandonné des hommes ». On a vu à travers le récit de son camarade Effe qu’il était entouré de ses amis les plus proches, qui ont assisté impuissants à la dégradation de sa santé, et que Houvet, qui était aussi son voisin, s’était chargé de l’exécution de ses dernières volontés. C’est que Losserand s’était « implacablement retranché dans cette hautaine fierté de toute sa vie qui lui fit préférer le délaissement et la mort sur son triste grabat », à quelque concours qui lui aurait apporté une « aisance orgueilleuse2 ».

3Quant à la « petite manifestation scandaleuse », l’auteur du compte rendu a-t-il pensé à la sienne propre, car, le lendemain des funérailles, dans son numéro du 17 novembre, Tours-Journal fait état de L’odieuse conduite du sieur Franchet - Rédacteur au Journal d’Indre-et-Loire. Il relate qu’au moment où le cortège funèbre s’est engagé sur le Pont de pierre et que le tramway y passant, tous ceux qui se tenaient sur la plate-forme se sont empressés de se découvrir, à l’exception du « jeune Franchet » qui s’y trouvait également, « un cri d’indignation s’est échappé de toutes les poitrines à la vue d’une telle conduite ! ».

  • 3 Jeanson D., Tours 1880-1914…, op. cit., p. 334.

4Plus récemment, l’auteur d’une « synthèse de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme » présentant les rues de Tours, a écrit, à propos de Losserand, que celui-ci « fut enterré civilement le 17 [novembre 1888], entouré de la réprobation générale du Conseil municipal de Tours et des Tourangeaux3 ». C’est là une affirmation que tous les comptes rendus de l’époque permettent de réfuter.

5Louis Franchet cite la présence, auprès du cercueil, du maire et de ses deux adjoints, ainsi que d’une douzaine de conseillers municipaux, « mêlés à la foule des ouvriers, compagnons de travail de Losserand, aux groupes de la Libre-Pensée, de La Sentinelle et autres délégations du parti socialiste tourangeau ». Dans le numéro précité, Tours-Journal rapporte que « plus de quatre cents personnes, le maire et le Conseil municipal en tête, suivaient le convoi ». Remerciant justement le docteur Fournier pour sa présence, « au nom de tous ceux qui ont le sentiment de la valeur du tribun incorruptible », L’Électeur retient « l’attitude respectueuse de la population sur tout le parcours du cortège ».

6Mais c’est L’Union Libérale (16 et 17 novembre 1888) qui donne le plus de détail sur les obsèques, et en particulier sur l’attitude des Tourangeaux :

Aujourd’hui à 2 heures de l’après-midi, ont eu lieu les obsèques civiles de M. Losserand, ancien conseiller municipal, le chef du Parti ouvrier socialiste de notre ville. Une foule nombreuse d’amis a suivi jusqu’au cimetière le char funèbre sur lequel avaient été placées de magnifiques couronnes, envoyées par divers groupes socialistes, de la Libre-Pensée, et par le Conseil municipal.
Dans le cortège qui comprenait environ 500 personnes, on remarquait : M. le Maire, les adjoints et la plupart des conseillers municipaux ; les adhérents aux groupes socialistes et de la Libre-Pensée, ainsi qu’un grand nombre d’ouvriers […]. Sur tout le parcours, une foule recueillie, rangée sur le trottoir, saluait respectueusement la dépouille mortelle de l’ouvrier honnête et intelligent qui avait soutenu avec tant de vigueur les revendications des travailleurs.

7Au cimetière de la Salle, un des amis du défunt a lu d’abord le testament par lequel Losserand « déclarait refuser tout secours de la religion et ne vouloir aucun culte à ses funérailles ». Plusieurs discours furent ensuite prononcés : par Gorce, adjoint au maire (remplaçant celui-ci qui a dû partir entre-temps), au nom de la municipalité ; par Rétif, au nom du groupe socialiste La Sentinelle ; par Dreux, qui a exprimé les regrets des Sociétés de Secours mutuels d’Indre-et-Loire ; par Dorléans, qui a pris la parole au nom du Cercle républicain radical d’Indre-et-Loire. Enfin, l’ambiance « de calme et de dignité » fut perturbée par un long discours du citoyen Girault, de la Libre-Pensée. Pleine d’aspérités, cette intervention allait être diversement appréciée par les rédactions.

8Tours-Journal se montre plutôt neutre, en écrivant que « le citoyen Girault est venu revendiquer sur la tombe du socialiste tombé trop tôt, la place pour les doctrines d’émancipation sociale. Sa parole émue a produit une vive impression, surtout quand il a reproché aux électeurs d’avoir laissé dans l’oubli, aux dernières élections, celui qui avait combattu pour leur bien être et leur liberté ». De son côté, L’Électeur, très furieux, déclare se joindre aux protestations de toutes les Sociétés présentes. Il affirme que Girault n’a jamais compris « l’homme intègre », qui aurait désavoué de son vivant « l’étalage de maximes ronflantes et vides de sens » dont a fait preuve l’orateur.

9De son côté, L’Union Libérale, après avoir noté que « certains passages haineux et violents » du long discours de Girault « ont paru à beaucoup déplacés en cette circonstance », s’exclame : « Ah ! sans nul doute, le grand cœur, qui vient de cesser de battre n’eût pas été le dernier à désavouer les paroles regrettables de M. Girault. »

10Enfin, le Journal d’Indre-et-Loire cherche à retourner la mémoire de l’ouvrier socialiste contre les « républicains bourgeois ignares » du Conseil municipal. Un adjoint, « M. Gorce est venu répandre sur la tombe de son adversaire de véritables larmes de crocodile », écrit Louis Franchet. « Losserand mort a été couvert de fleurs, alors qu’à Losserand vivant on avait réservé toutes les humiliations et toutes les tristesses. On a loué l’orateur défunt, le tribun disparu, alors que par tous les moyens possibles on avait essayé de la bâillonner pendant sa vie, à cause des vérités dures et sévères qui sortaient parfois trop librement de ses lèvres. »

11Ce thème de l’ingratitude est assez partagé par L’Électeur qui ne manque pas de rappeler dans son Dernier hommage que, « comme toujours tardivement, il a plu des éloges et des regrets sur la tombe de l’homme de bien, méconnu et calomnié ».

12Les deux journaux qui insistent le plus sur les qualités de Losserand sont à citer d’autant plus qu’ils sont dans le département les principaux organes des opinions opposées.

13Pour l’homme du Journal d’Indre-et-Loire, le défunt était, sous le rapport intellectuel, supérieur à la presque totalité de l’ancien et du nouveau Conseil municipal :

  • 4 Journal d’Indre-et-Loire, 18 novembre 1888.

Nous étions loin de partager les idées de M. Losserand. Souvent nous avons combattu dans ce journal ses tendances révolutionnaires et son anti-cléricalisme farouche. Mais souvent aussi nous avons rendu justice à la loyauté, à la sincérité et, disons-le, à l’intelligence de ce dévoyé qui, doué d’une énergie étrange, s’était fait, dans le précédent conseil, une place que personne après lui n’a occupée4.

14L’hommage de l’Union Libérale est assez proche de ce qui précède quand il écrit :

  • 5 L’Union Libérale, 16 novembre 1888.

Losserand, certes, était un lutteur qui savait parler haut et ferme lorsqu’il s’agissait de relever les déshérités dont il faisait partie. Il savait aussi ne blesser personne, et il demandait seulement à la puissance du raisonnement le triomphe de ses idées. On pouvait ne pas les admettre, mais on les respectait toujours parce qu’elles étaient l’expression d’une conviction sincère et d’un désir ardent de venir en aide à ceux qui souffrent.5

Commémoration sous le drapeau de la Commune

  • 6 Bulletin municipal, 1888, p. 733-734, Séance du 30 novembre.

15Dès le 30 novembre 1888, une pétition fut adressée au docteur Fournier, maire de Tours : « Considérant les services rendus à la Cité et à la démocratie socialiste par le citoyen Losserand, les soussignés ont l’honneur de solliciter du Conseil municipal une concession de trente ans6. »

16La pétition est bien accueillie et tous les conseillers sont d’accord pour se passer d’une commission. Dans le bref débat qui suit, Gaudin revient encore sur le personnage :

  • 7 Ibidem.

Losserand était un caractère qui ne sera pas remplacé de sitôt […]. Il n’avait pas de famille et si l’on tient compte de ses tristes débuts dans la vie, de sa position de fortune et de la situation à laquelle il est parvenu à force de travail et d’intelligence, on est obligé de reconnaître, comme ses adversaires eux-mêmes, que c’était, je le répète, « un caractère ». Il m’a été assuré qu’à 19 ans il ne savait pas lire. Or, pour être arrivé à acquérir l’instruction qu’il possédait, on peut juger de l’énergie qu’il a dû dépenser.7

17Le Conseil, après avoir délibéré, concède à titre gratuit pour la sépulture de Losserand une concession trentenaire, donnant ainsi satisfaction au « groupe de citoyens qui le reconnaissaient comme un chef incontesté ». La question étant posée qu’une concession de 30 ans nécessite un monument, on admet que les groupes républicains s’en chargeront.

18De fait, un Comité d’initiative pour la souscription est créé, sous la signature de Georges Rétif, à la suite d’une première manifestation qui a eu lieu sur la tombe de Losserand. Se sont réunis là, les ouvriers en limes et les différents groupes amis : La Sentinelle, la Libre-Pensée de Tours (groupe Voltaire) et celle d’Amboise, ainsi que les Égaux d’Angoulême. Dès le matin, le citoyen Houvet, de La Sentinelle, avait paré l’endroit de ses couronnes.

  • 8 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 7 décembre 1888.

Plus de trois cents manifestants entouraient la tombe, lorsque le citoyen Dupont fils, des Égaux d’Angoulême, déploya le drapeau rouge et commença son discours.
Après avoir dit quelles étaient les vertus du mort que nous venions honorer, faisant allusion au coup d’État du 2 décembre 1851, et au mouvement socialiste de 1871, où le général Boulanger ramassa sa croix dans le sang des Parisiens, il flétrit les menées plébiscitaires, et termine par le cri de Vive la Commune, répété par les manifestants. Après lui, le citoyen Magouet, pour la Libre-Pensée d’Amboise, dans un éloquent discours, montre quels dangers font courir les manœuvres césariennes, dans un historique rapide, il prend l’empire comme exemple, nous dépeint le sort des peuples qui s’abandonnent et flétrit vigoureusement le boulangisme.8

  • 9 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 6 et 7 décembre 1888. Voir aussi note 24 p. 32.

19D’autres hommages sont rendus, par « un jeune citoyen » du groupe Voltaire et le directeur de Tours-Journal, puis le citoyen Effe invite les groupes à nommer des délégués auprès de La Sentinelle pour organiser la souscription et s’entendre sur le choix du monument « qui devra être simple, mais digne de la vaillante mémoire à laquelle il est destiné ». Girault propose ensuite aux manifestants de se rendre sur la tombe du docteur Desmoulins, victime du coup d’État de 1851, « dont la mémoire est restée légendaire à Tours et à qui on avait donné le surnom de médecin des pauvres9 ».

  • 10 AD, 1 M 115 (cote provisoire). Rapports du Commissaire de Police du 1er arrondissement de Tours, 4 (...)

20On perd ensuite les traces de la souscription et la date où le monument fut inauguré. La plaque apposée au piédouche du buste porte l’inscription : À Losserand, ancien conseiller municipal ouvrier - La Bourse du Travail - Libre-Pensée - Groupes républicains et socialistes - 1904, mais il semble bien qu’à cette date, l’ouvrage existait déjà depuis douze ans au moins. En effet, le rapport de Police informant de la manifestation organisée à l’occasion du congrès régional des ouvriers socialistes (possibilistes) en septembre 1892, mentionne huit drapeaux, pris dans la salle du Manège pour être déployés au cimetière, « autour du monument élevé à la mémoire du citoyen Losserand ». C’est que, pendant plusieurs années, la tombe devient le lieu de manifestations assez importantes pour attirer l’attention de la Police et laisser des traces écrites10 (Annexe 34).

21À la date précitée, il est question d’une quarantaine de personnes, « la Solidarité de Châtellerault marchant en tête du cortège ». Au cimetière de la Salle, quatre discours sont prononcés, en commençant par le citoyen Girault, cordonnier, suivi d’un conseiller municipal de Paris, d’un orateur puis du président du Congrès. « On y a fait l’apologie des citoyens assassinés par les balles bourgeoises pendant la Commune de Paris et on a crié : Vive la Commune ! Le citoyen Rouziers s’est fait remarquer par la violence de langage dans la revendication des droits des citoyens », dit le rapport, en ajoutant qu’il s’agissait d’une « manifestation sans portée et purement platonique », l’affirmation du désir « de combattre pour la conquête des droits du socialisme prolétaire » étant sans danger pour les congressistes.

22Un an plus tard, le 19 novembre 1893, on commémore à la fois la mort de Losserand et le deuxième anniversaire de la Bourse du Travail, inaugurée à la date significative du 15 novembre 1891. D’après le Préfet, il y avait une soixantaine de manifestants à se rendre au cimetière : membres des syndicats ayant adhéré à la Bourse, syndicalistes des Chemins de fer et membres des divers groupes socialistes. Dans le cortège, « qui a défilé sous la pluie, au milieu de l’indifférence des promeneurs, et sans provoquer aucun incident », on remarquait la présence de Pommier, secrétaire de la Bourse, Touchard et Girault, cordonniers, Plais, restaurateur et rédacteur du journal L’Éclaireur.

23En septembre 1894, la commémoration se déroule dans le cadre du Congrès national socialiste (possibiliste), qui se tient dans la salle du Manège, du 1er au 6 septembre. Au cortège, la Police décompte 44 personnes, dont une fillette qui « a déposé une superbe couronne d’immortelles sur le monument élevé à la mémoire du citoyen Losserand ». Les discours ont évoqué la vie et le combat de l’ancien conseiller municipal socialiste, et réaffirmé l’engagement aux côtés des ouvriers et la propagation des idées émancipatrices, « malgré les lois scélérates ».

  • 11 Les années qui suivent les élections législatives de 1893 (20 août et 3 septembre) sont marquées pa (...)

24L’un des quatre orateurs, vice-président du Conseil municipal de Paris, fustige « l’esprit nouveau » du gouvernement11. « Comme Gambetta il dit : “L’ennemi c’est le Cléricalisme y compris les apostats de l’esprit nouveau, ces renégats, disciples de Loyola, tel que Spuller. Nous ne voulons pas de l’esprit nouveau : nous voulons rester Français avec l’esprit ancien des Rabelais, des Joffrin et des Chabert !” » Malgré les vicissitudes que traverse le mouvement socialiste, l’orateur exprime sa confiance dans l’avenir et en appelle à s’inspirer de l’exemple de Losserand, avant de finir son discours par un « Vive la révolution sociale ! », suivi de « bravos ». Pour conclure son rapport, le Commissaire de Police ajoute que « plusieurs personnes, une quarantaine tout au plus, se trouvant dans le cimetière sur diverses tombes avec des bouquets et des arrosoirs, ont quitté leurs morts, pour venir écouter les orateurs socialistes ».

  • 12 Dommanget M., La Chevalerie…, op.cit., p. 376-377.

25Si on suit l’ordre chronologique, on retrouve le souvenir de notre personnage en 1895, à propos de la Chevalerie du Travail, puisque le chantier créé à Tours le 27 octobre « répondait au vocable de Losserand ». Mais en dehors de cette brève notation faite par l’historien Maurice Dommanget12, on ne sait pas plus de la perpétuation du souvenir au sein de cette organisation, qui « a disparu à une date inconnue ».

26Deux ans plus tard, le 14 novembre 1897, la commémoration se déroule en liaison avec le 6e anniversaire de la Bourse du Travail. C’est un événement exceptionnel puisque Jean Jaurès est parmi les orateurs de la « grande réunion publique ». Celle-ci s’ouvre le matin par une manifestation sur la tombe de Losserand, qui comprend selon la Police environ 80 personnes. Le rapport consiste pour l’essentiel à recenser les groupes participants et les slogans entendus au fil des quatre discours prononcés, à savoir : « Vive l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes » ; « Vive la révolution sociale » (5 ou 6 fois) ; « Vive la Commune ; Ni Dieu ni maître. »

  • 13 Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 779-780. Testu J.-M. et Chollet Cl., Le socialisme e (...)

27On suit encore les traces de ces commémorations en 1900 et 1902. Le 24 novembre 1900, quand Marcel Sembat vient à Tours dénoncer « les manœuvres nationalistes » qui poussent « la masse ouvrière, sous l’étiquette patriotique, à faire la guerre à l’étranger, pour mieux la duper […]. Ils lèvent la séance aux cris de vive la République sociale ! À bas les nationalistes ! » Le lendemain du meeting, après l’inauguration de la nouvelle Bourse du Travail, les syndicalistes vont fleurir la tombe de Losserand. Il est signalé d’autre part qu’à la suite de la fondation à Paris d’une Fédération d’Unité révolutionnaire par des militants blanquistes, une « manifestation eut lieu le 24 novembre 1902 à la Bourse du Travail et sur la tombe de Losserand13 ».

28Malgré l’absence de rapports ou d’autres comptes rendus, il est à peu près certain qu’avec le cheminement du mouvement socialiste vers l’unité, où les possibilistes ont été très actifs, le souvenir de Losserand n’a cessé d’être commémoré périodiquement, selon les formes adoptées pendant les premières années qui avaient suivi sa disparition. La plaque apposée à son monument en 1904 en pouvait être la preuve matérielle, puisque ce fut alors précisément l’année du congrès international d’Amsterdam qui définit les bases de l’unité, que les socialistes français allaient accueillir favorablement.

29Des recherches plus poussées permettraient sans doute de connaître la destinée d’une mémoire qui pendant quinze ans au moins, a contribué à cimenter les différentes sensibilités du socialisme en Touraine. Que durant cette période le souvenir de Losserand se soit chargé d’une signification politique plus accentuée, la preuve en est, semble-t-il, l’attitude du Conseil municipal de Tours, qui, dix ans après la séance du 30 novembre 1888, où la concession de trente ans avait été acceptée à l’unanimité, est loin d’être consensuelle quand il est question de matérialiser par une plaque de rue le souvenir de l’ancien conseiller ouvrier.

  • 14 AM, 1 D 88, Registre, p. 316. 1 D 91, Registre, p. 519. 1 D 237/43-44 (cote provisoire), Registre d (...)

30En effet, le 24 septembre 1898, dix-neuf syndicats ouvriers et une partie des habitants du quartier Saint-Symphorien demandent, dans une pétition, que le nom de Losserand soit attribué à l’une des rues de ce quartier, dont plusieurs doivent changer prochainement d’appellation14. Le texte précise :

Losserand a habité très longtemps ce quartier, au n° 24 de la rue Saint-Symphorien, et où habitent bon nombre de limiers, ses ouvriers collaborateurs au syndicat des ouvriers tailleurs de limes, que le camarade Losserand a fondé de son vivant. Le désir qui est manifesté dans cette lettre par la classe ouvrière tourangelle organisée en syndicats, l’a déjà été dans plusieurs manifestations ouvrières, entre autre, chaque année sur la tombe du regretté Losserand, pour qui nous demandons la juste récompense à sa mémoire pour le long dévouement qu’il a donné à la classe ouvrière et prolétarienne de Tours.

31La demande est renvoyée aussitôt à la Commission de la Voirie. Réunie assez rapidement, le 16 novembre 1898, celle-ci comprend 7 membres et elle est présidée par Émile Gorce, adjoint au maire. Participent également à la réunion l’architecte voyer en chef et Gustave Charpentier, « conseiller municipal spécialement convoqué ». En dehors de Gorce, il semble que parmi les membres élus de la Commission, seul Cador avait connu directement Losserand comme conseiller municipal, et l’on se souvient qu’ils ne professaient pas les mêmes idées. Quant à Gustave Charpentier, fils de l’ancien maire, la raison de sa présence n’est pas explicitée. On se rappelle là aussi que son père, à en croire L’Indépendant, avait été plus que chahuté en novembre 1883, au sujet des funérailles de l’archevêque de Tours.

32En soumettant le texte à la Commission, Gorce justifie le vœu des syndicats et des habitants, disant que « Losserand lui semble avoir toujours eu une vue politique correcte, que son mérite est indéniable puisque simple ouvrier, il avait réussi à se faire une place enviée à la tête du Parti ouvrier tourangeau. Losserand était d’ailleurs loin d’être un sectaire, l’ampleur de ses idées et la sincérité de ses convictions permettent de lui rendre l’hommage proposé par les syndicats ».

33Cador combat cette proposition : si la vie politique de Losserand est inattaquable, dit-il, « plusieurs exemples […] démontrent que […] sa conduite privée fut dans plusieurs cas équivoque, et c’est en raison de ces faits dont l’authenticité est pour lui absolue qu’il combat la proposition ». Toutefois aucun de ces faits n’a été consigné dans le procès-verbal de la Commission. Un autre conseiller, Norguet, qui soutient Cador, « n’a nullement connu Losserand comme homme privé », et le connaît « peu également comme homme politique », mais il « ne croit pas qu’il présente la surface nécessaire pour que son nom soit donné à l’une des rues de Tours ». Il ajoute à cela des considérations sans intérêt, visiblement pour occuper son temps de parole.

34Gorce n’insiste pas, et la commission ajourne la décision. Elle se réunit trois jours plus tard, le 19 novembre 1898, et rejette la proposition des syndicats.

  • 15 Bulletin municipal, 1900, p. 800, Séance du 9 novembre.

35Deux ans après, le 6 novembre 1900, « un groupe d’habitants du quartier Saint-Symphorien » renouvelle la pétition, rappelant que celle-ci « était couverte par les signatures de plus de la moitié des électeurs habitant le faubourg, et si notre mémoire ne nous fait pas défaut, cette pétition fut suivie d’une autre émanant de la Fédération des Syndicats d’Indre-et-Loire demandant également qu’il soit donné à l’une de ces rues le nom du regretté citoyen Losserand, conseiller municipal ouvrier de la ville de Tours15 » (à noter qu’il y avait donc deux pétitions distinctes en novembre 1898).

36En réponse à cette démarche renouvelée, la Commission de Voirie se réunit le 7 juin 1901. Elle est présidée cette fois-ci par Norguet, devenu adjoint au maire. Son collègue Fourré demande qu’on lise le procès-verbal de la séance antérieure où la question a déjà été « agitée », et déclare qu’« il ne faut pas céder aux injonctions des comités ou groupes de quartier ». La proposition des syndicats est ensuite mise aux voix et elle est rejetée par 3 voix contre 3 et 2 abstentions.

  • 16 Bulletin municipal, 1901, p. 659, Séance du 9 août.

37Norguet expliquera lors de la séance du Conseil municipal du 9 août 190116, où le conseiller Guillot veut savoir quel sort a été réservé à la pétition, que les voix se sont partagées par moitié et que dans ces conditions et aux termes du règlement, la proposition a été repoussée. « C’est au Conseil qu’il appartient alors de se prononcer [répond Guillot, et il] propose, en conséquence, le vote de la délibération suivante : Le Conseil municipal décide que le nom de la rue Saint-Symphorien sera supprimé et remplacé par le nom de “rue Losserand”. » Le maire met aux voix cette proposition, qui est adoptée. » Par suite, le nom de rue Saint-Symphorien demeure remplacé par celui de “rue Losserand”. »

Notes

1 Journal d’Indre-et-Loire, 18 novembre 1988.

2 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 18-19 novembre 1888.

3 Jeanson D., Tours 1880-1914…, op. cit., p. 334.

4 Journal d’Indre-et-Loire, 18 novembre 1888.

5 L’Union Libérale, 16 novembre 1888.

6 Bulletin municipal, 1888, p. 733-734, Séance du 30 novembre.

7 Ibidem.

8 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 7 décembre 1888.

9 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 6 et 7 décembre 1888. Voir aussi note 24 p. 32.

10 AD, 1 M 115 (cote provisoire). Rapports du Commissaire de Police du 1er arrondissement de Tours, 4 septembre 1892, 2 septembre 1894 et 14 novembre 1897. Minute adressée par le préfet d’Indre-et-Loire au ministre de l’Intérieur, Direction de la Sûreté générale, 21 novembre 1893.

11 Les années qui suivent les élections législatives de 1893 (20 août et 3 septembre) sont marquées par une grande instabilité ministérielle et par des attentats anarchistes. Outre les mesures répressives, les ministères de Casimir Périer et Charles Dupuy réaffirment la politique d’apaisement en matière religieuse, inaugurée par le cabinet Rouvier en 1887. Lors d’un important débat à la Chambre, le 3 mars 1894, le ministre de l’Instruction publique, Eugène Spuller (ami de Gambetta, avec qui il avait rejoint la délégation de Tours en octobre 1870) déclare qu’il est temps de « faire prévaloir en matière religieuse un véritable esprit de tolérance ». Il définit « l’esprit nouveau comme “l’esprit qui tend, dans une société aussi profondément troublée que celle-ci, à ramener les Français autour des idées de bon sens, de justice et de charité qui sont nécessaires à toute société qui veut vivre” ». Comme le souligne l’historien J.-M. Mayeur, « sous le vague du propos apparaît bien le désir de “réconcilier tous les citoyens” face au péril socialiste », La vie politique…, op. cit., p. 161-162.

12 Dommanget M., La Chevalerie…, op.cit., p. 376-377.

13 Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 779-780. Testu J.-M. et Chollet Cl., Le socialisme en Touraine…, op. cit., p. 102.

14 AM, 1 D 88, Registre, p. 316. 1 D 91, Registre, p. 519. 1 D 237/43-44 (cote provisoire), Registre des procès-verbaux de la Commission de la Voirie.

15 Bulletin municipal, 1900, p. 800, Séance du 9 novembre.

16 Bulletin municipal, 1901, p. 659, Séance du 9 août.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540