Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

II. Sigismond Losserand défenseur de la laïcité et de la cause ouvrière

Texte intégral

  • 1 Eyschen Christian, La Libre-Pensée contre l’Église, Tours, Édition de l’auteur, 1999, p. 23.

1Analysant l’action anticléricale et la critique antireligieuse de la Libre-Pensée, Ch. Eyschen observe qu’« au début de ce siècle, il est courant que les militants aient trois cartes sur eux : la carte de la vieille CGT, la carte du Parti socialiste de Jaurès […] et la carte de la Libre-Pensée1 ». Sous bénéfice de découvertes toujours possibles, ces documents font défaut en Indre-et-Loire pour les années 1880, et l’on sait par ailleurs que le mouvement socialiste y était confondu dans ses débuts avec l’action corporatiste (syndicale) des ouvriers organisés. Les diverses sociétés de Libre-Pensée manquent également d’archives pour cette époque, bien que la presse locale témoigne suffisamment de leur activité, comme on a pu le voir plus haut lors des enterrements civils. La conséquence de cette situation est justement que si l’historique des organisations et leurs débats internes échappent pour la plupart du temps à notre connaissance, ou ne sont connus qu’accidentellement et après coup, le travail accompli « sur la place publique » a laissé des traces relativement nombreuses dans les journaux. Une chance exceptionnelle se présente dans le cas des élus, et présentement avec les conseillers municipaux, dont les prises de positions ont été consignées dans les procès-verbaux de séance. Ces débats sont reproduits par certains journaux et, à partir de 1884, par le Bulletin municipal de la ville de Tours.

2Ainsi, l’action de Losserand apparaît le mieux, dans sa continuité, à travers ses interventions au sein du Conseil municipal. Par ailleurs, sa carrière politique illustre bien cette symbiose dont il a été question plus haut, en sorte que l’on hésite devant l’ordre à suivre dans la présentation de son parcours : faut-il parler d’abord du militant ouvrier ou du conseiller municipal. En 1881, Losserand est l’organisateur de la Chambre syndicale des ouvriers en limes, et la liste sur laquelle il se présente aux élections municipales du 4 juin 1882 porte l’étiquette de Liste Républicaine Anticléricale des Groupes Républicains réunis : républicain anticlérical, ouvrier organisé, conseiller municipal radical puis candidat socialiste, en fin de parcours, tel devait être donc le sens de l’évolution de son engagement.

3Mais si, malgré leurs nombreuses interférences, l’action militante et le travail de l’élu municipal forment deux domaines distincts, l’anticléricalisme et le combat pour la laïcité ne semblent pas se traduire par une activité ou une responsabilité spécifique, au sein d’une société de Libre-Pensée par exemple. Il se peut toutefois qu’on soit seulement en présence d’un problème de documents. Ce qui est indéniable, c’est que cette dimension apparaît comme une donnée permanente de l’activité de Losserand, et en explique même souvent la motivation principale. Pour toutes ces raisons, le Losserand libre-penseur et anticlérical ne fera pas l’objet d’un point particulier dans ce qui suit, mais apparaîtra selon les situations, sur le terrain social, politique et municipal.

Éléments biographiques et portrait de Losserand

  • 2 Par exemple, Adolphe Crémieux, ancien député, est originaire de Nîmes ; Armand Rivière, député mai (...)

4Comme bien d’autres hommes publics d’Indre-et-Loire, et plus connus que lui2, Sigismond Losserand est un « horsain », c’est-à-dire qu’il est venu d’ailleurs. Quand on parle de lui pour la première fois, c’est au Conseil municipal de Tours, en juillet 1882, où son intervention au sujet des processions amène L’Indépendant à fournir quelques renseignements, non dépourvus d’ailleurs de malveillance :

  • 3 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 27 juillet 1882. Une première de M. Losserand.

Avant les élections municipales on se demandait en ville : Quel est ce M. Losserand, candidat ouvrier au Conseil municipal ? Personne ou à peu près ne le connaissait. Après les élections on apprit que cet aspirant au Conseil municipal de la ville de Tours était un journalier limier, travaillant aux appointements de 4 fr 50 par jour, à la fabrique de limes de Portillon. Une fois qu’il fit partie de l’aréopage de l’hôtel-de-ville, ce nouvel élu voulut faire parler de lui.3

  • 4 Informations puisées dans Maitron Jean (dir.), Dictionnaire du mouvement ouvrier français, Paris, (...)

5Indépendamment du ton plus ou moins ironique de ses adversaires, c’est en effet par le truchement de la vie publique locale que l’on peut glaner des informations sur la vie de Losserand4. Bien que ces éléments ne permettent pas d’établir une chronologie précise, ils sont suffisamment nombreux pour connaître l’identité du personnage et pour se faire une idée de son caractère (Fig. 8).

6S. Losserand est né hors mariage, à Seythenex, en Haute-Savoie, le 5 décembre 1845, de Marie-Rose Losserand-Madoux. Orphelin à huit ou neuf ans, il « commença sa carrière comme berger », avant de se livrer au colportage comme beaucoup de petits Savoyards de son époque. Par la suite, il émigre à Nancy, puis à Metz, où il apprend le métier de tailleur de limes. Selon d’autres informations, il travaille à quatorze ans comme ouvrier à Saint-Étienne, puis à Nancy. Le service militaire, qui coïncide avec la guerre de 1870, constitue visiblement une étape importante dans sa vie, car, en considérant les recoupements de divers récits, c’est à cette époque qu’il aurait appris à lire et à écrire et qu’il se serait formé en autodidacte. Il possède notamment une solide formation musicale, et une allusion faite par lui-même à son séjour à l’École de gymnastique de Joinville-le-Pont, laisse supposer qu’il y a appris ou enseigné le chant, dans le cadre de l’instruction militaire.

7En 1875, il se marie à Canéjan, en Gironde, avec Élisabeth Ballion et, trois ans plus tard, on les voit s’installer à Tours. Dès le début de sa carrière dans cette ville, il crée une société coopérative et, en quelques années, il devient un organisateur de premier plan du syndicalisme et du mouvement socialiste tourangeau. Malgré les voies différentes qu’ont suivies les différents mouvements, ils se reconnaîtront dans son héritage, qu’il s’agisse de la Bourse du Travail à Tours (1891), de l’organisme semi-clandestin dit Chevalerie du Travail (1895), ou des congrès et manifestations qui vont avoir lieu sur sa tombe pendant plusieurs années, sous le drapeau de la Commune et de la révolution sociale.

8À Tours, le couple habite d’abord 24, quai de Saint-Symphorien puis 47, rue Thiers, Cité Bordes. Deux garçons naissent de leur mariage : Henri, le 24 avril 1880, et Jean, le 8 octobre 1883. Ils sont présentés et nommés par le père, respectivement devant l’adjoint au maire J. Charpentier et le conseiller municipal L. Ernoux. Les témoins ont été, pour le premier enfant, Gatien Coudelou et Charles Wernez, tailleurs de limes, et pour Jean, Théodore Sergent, tailleur de limes, et Louis Houvet, employé de chemin de fer. On voit qu’à l’exception de ce dernier, ils appartiennent au même corps de métier que Losserand et que tous sont avec lui en rapport de voisinage. Par la suite, à partir d’une date indéterminée, Losserand habitera 37, rue de Metz. Sa femme meurt à 30 ans, et il est probable que ce nouveau changement de domicile intervienne après cet événement.

9Bien des années plus tard, quand il est question de donner son nom à une rue, un ancien collègue du Conseil municipal, Cador, déclare que « la vie privée de Losserand n’a pas toujours eu la correction de sa vie politique, loin de là […] car, dit-il, si la vie politique de Losserand est inattaquable, sa conduite privée fut dans plusieurs cas équivoque ». On reste cependant sur sa faim puisque Cador ne cite aucun exemple concernant la moralité de notre personnage, dont l’intégrité a par ailleurs été reconnue en diverses occasions, de son vivant même, y compris par ses adversaires.

10Dès le 11 juin 1882, Losserand était devenu en effet conseiller municipal de Tours, et allait occuper cette fonction jusqu’au 6 mai 1888. En même temps, il était membre actif de la Fédération nationale des Travailleurs socialistes de France (FNTSF) et participa à tous les congrès de cette organisation. En particulier, il a représenté en 1887, au congrès de Charleville, le groupe La Sentinelle, organisation tourangelle de ladite Fédération.

11On retrouve plus ou moins ces fragments biographiques intégrés de manière elliptique dans un « portrait » publié par Le Travail en janvier 1886. Ce journal se propose alors de présenter à ses lecteurs quelques socialistes tourangeaux :

  • 5 Le Travail, 3 janvier 1886.

Nous pensons qu’il est temps de faire connaître tous ceux qui se dévouent à la cause du prolétariat ; qu’importe le jour sous lequel on les présente, on est toujours assuré qu’on a devant soi un honnête homme, et si l’on a un peu trop amaigri le corps de celui-ci ou aplati le nez de celui-là, il n’en restera pas moins établi que nous n’aurons présenté aux lecteurs ouvriers que des hommes profondément attachés à la sainte cause du travail.5

12Ces « portraits » que le journal ouvrier appelle « silhouettes lunaires » apportent moins des précisions biographiques que des sortes d’esquisses, qui veulent saisir les « côtés saillants des individus », à la manière des dessins satiriques. Visiblement, le journal n’a publié que trois de ces petits textes, portant sur trois conseillers municipaux socialistes de Tours : L. Dufour, le 3, S. Losserand, le 10 et E. Dry, le 24 janvier 1886. Voici l’image qui est donnée de Losserand :

  • 6 Le Travail, 10 janvier 1886.

Un rude jouteur, qui aime la liberté et sait en user. L’univers est sa patrie. Comme tous les naturels de son pays, il battit dès son enfance les buissons, en vendant des pelotes de fils et des aiguilles.
Apprit à travailler, sous une grêle de coups à lui prodigués par son excellent patron, avec plus de générosité que lorsqu’il lui donnait le prix de son labeur, apprit à lire au régiment où il devient sous-officier, voyagea un peu partout, son esprit observateur retint bien des choses. La guerre terminée, il entre la tête pleine de projets dans la vie civile, il se passionne des premiers pour la Révolution sociale, fonde la chambre syndicale des tailleurs de limes, bataille pour la cause ouvrière, dissimule adroitement son tempérament autoritaire sous de brillantes fleurs de rhétorique, sait mieux que tout autre guider la foule ouvrière, sait prendre au vol l’occasion d’émettre une idée, parle bien, avec aplomb, et souvent bons sens ; épate les bourgeois par son langage académique, le sait bien, et somme toute, a droit d’en être fier, malgré les pointes acérées qu’il sait prodiguer à l’adversaire, se crée peu d’ennemis, grâce à sa bonne tête et surtout à sa souplesse. Sur sa large face de Jacques Bonhomme, roule un regard sympathique, transpire très abondamment, comme si tout ce qui se meut autour de lui le faisait suer, s’éponge constamment le front […]. N’a cependant jamais mangé personne, d’une vie simple, il est très remuant, très intelligent, et fort apprécié des travailleurs qui comptent sur lui.6

Fig. 8. Losserand à son établi, interpellé par le bourgeois au lendemain du deuxième tour des municipales en mai 1888. EDIL, 3-4 juin 1888.

  • 7 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884.
  • 8 Journal d’Indre-et-Loire, 6 mai 1885.

13Ce que disent les camarades de Losserand eu égard à ses qualités personnelles, est corroboré pour l’essentiel par les observations que l’on peut relever dans la presse réactionnaire. Le Journal d’Indre-et-Loire notamment, qui, avec le turbulent rédacteur en chef Jules Delahaye, en est le titre le plus vénérable, retient, à l’occasion d’une réunion publique, « la parole claire, sinon élégante, nerveuse, sinon châtiée » de Losserand et de son camarade Corbeau, qualifiés de «francs révolutionnaires, dangereux socialistes, mais ennemis loyaux […], plus sincères, plus honnêtes […], plus intelligents7 » que l’élément modéré du Conseil municipal de Tours. Dans un autre contexte, il est question du « vieil hirsute qui répond au nom de Losserand [de] sa haine de sectaire et de sa cervelle d’aliéné8 ». Il arrive que le journal le traite de « démagogue » et de « sarcastique », sans renier vraiment l’estime, qui réapparaît plus ou moins explicitement :

  • 9 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884, 6 mai et 7-8 décembre 1885.

M. Losserand qui est notre adversaire politique, nous plaît cependant par un certain côté : ce farouche démagogue, à la barbe hirsute, aux cheveux ébouriffés, est un des membres les plus intelligents et aussi les plus impartiaux du Conseil municipal. M. Losserand s’exprime du reste avec assez de facilité : oh ! ce n’est pas un orateur ; il n’en a ni la tenue, ni les gestes, ni même la parole ; ce n’est point un tribun ; il parle tout bonnement en public comme s’il était chez lui, sans plus de phrases, sans plus de détour, avec le même sang froid, écoutant patiemment les objections de ses contradicteurs et leur faisant des réponses qui ne sont pas toutes d’une logique rigoureuse, mais qui ont parfois la prétention d’être mordantes et sarcastiques.9

14Dans ce qui vient d’être cité de sources différentes, plusieurs expressions concernant les traits physiques de Losserand, comme « sa large face de Jacques Bonhomme, la barbe hirsute et les cheveux ébouriffés », s’accordent bien avec un dessin de L’Électeur d’Indre-et-Loire, dont l’auteur a, en plus, localisé le sujet, Rue de Metz, visiblement pour préciser l’identité du personnage (Fig. 8).

15L’année 1888, où Losserand perd sa place de conseiller municipal, le journal de Jules Delahaye revient encore sur ses capacités intellectuelles, en dénigrant, avec sa férocité habituelle, la nouvelle équipe :

  • 10 Journal d’Indre-et-Loire, 3-4 juin 1888.

Le dernier Conseil municipal, aux dires de certaines gens, était peuplé d’incapables, mais il comptait au moins des valeurs. MM. Losserand et Royer étaient capables de saisir au passage une argumentation et de la développer brillamment. Aujourd’hui […], nous croyons que les nullités sont augmentées et que nous sommes tombés aussi bas que possible !10

  • 11 Le Travail, 13 décembre 1885, L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 novembre 1887.

16Naturellement, les camarades de Losserand voient en lui avant tout « l’enfant du peuple qui n’a pu s’élever à la considération publique dont il jouit, que par la seule force de sa volonté et de son intelligence, admirant l’énergie qu’il apporte à l’accomplissement de son mandat et […] l’ardeur vaillante avec laquelle il revendique, au nom du parti qu’il représente, les droits […] des ouvriers11 »; et si les documents consultés ne nous apprennent rien sur sa vie intime et domestique, ils révèlent parfois des détails étonnants sur ses talents.

17Ainsi, lorsqu’en décembre 1887, l’ancien communard J.-B. Clément, auteur du Temps des Cerises, vient à Tours, au cours de la « soirée familiale » meublée de chansons et de poésie, qui suit la conférence,

  • 12 Lucie de Lammermoor, opéra bien connu de Donizetti (1835) ; Charles VI, opéra en 5 actes de Fromen (...)
  • 13 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 19-20 février 1888.

le citoyen Losserand surprend tout le monde dans l’air de Charles VI : Pitié Dieu de clémence, et surtout dans le grand air de Lucie de Lammermoor, où il nous montre toute l’ampleur d’une voix basse chaude et bien timbrée, rapporte le compte rendu de la soirée12. De plus, ajoute-t-il, doublé d’un musicien qui connaît son art et d’un acteur qui tiendrait sa place sur une scène, Losserand a certainement manqué sa vocation, ce qui n’est point déplaire aux amis de la cause sociale, du reste. Il se présente bien. Très sobre de gestes, il souligne toutes les nuances avec force et se met tout à fait dans la peau du personnage dont il remplit le rôle.13

18L’article qui commente ainsi la prestation de l’acteur improvisé relève aussi combien l’assistance était rassurée de voir qu’il ne restait apparemment plus rien de la maladie dont Losserand était affecté. Mais il reste atteint de cette maladie caractéristique de la misère qu’est la tuberculose, et l’optimisme dont L’Électeur fait état en février 1888 s’avère mal fondé. Le texte d’un camarade, E. Effe, qui relate l’aggravation du mal et la mort, apporte des éléments qui, plus qu’un hommage d’usage, contribuent à affiner le portrait réaliste de Losserand :

  • 14 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 25-26 et 30 novembre 1888.

C’était un ami fidèle, franc camarade, compagnon aimable et causeur habile, intarissable, d’humeur gaie, malgré sa rude franchise et le fond un peu rustique du tempérament savoyard. Nous l'écoutions parfois des heures entières nous narrer des histoires de son enfance de colporteur, de sa vie d’ouvrier péniblement parvenu. Quelle joie, les jours rares où nous le forcions à s’asseoir à notre table. Il n’eût pas accepté s’il ne se fut cru chez lui. Et il était bien, en effet, de la famille, une famille à qui la délicatesse de son cœur cacha jusqu’à la fin les soucis de son existence et les misères dont il est mort abreuvé. C’était depuis plusieurs mois, comme un pieux pèlerinage rue de Metz et cité Bordes. Avant qu’il n’eut gardé la chambre, nous le trouvions toujours à la limerie ou chez l’ami Houvet, Beslais, Dufour, Rétif, Effe, Levrel, Taureau et autres amis s’y rencontraient. Les escabeaux de la limerie nous servaient de sièges, et nous parlions de l’avenir pendant qu’il taillait les limes ou les trempait. Déjà son visage amaigri nous annonçait la mort fatale. Pleins d’angoisse nous regardions à la dérobée les crachats qui ensanglantaient sa bouche. Sa toux nous oppressait. Lui, pourtant, ne s’avouait pas vaincu encore. C’est un catarrhe, disait-il. Et nous nous en allions tristes, nous résignant mal au dénouement que nous voyions venir et maudissant notre impuissance en face de cette souffrance que notre affection nous obligeait d’assister.
Dans les derniers beaux jours, c’était le jardin de Houvet qui servait à nos rencontres. Nous trinquions encore parfois et nous cassions la croûte que notre hôte nous apportait, avec un morceau de beurre ou de fromage. Agapes fraternelles. C’était la fin. Aux premiers temps humides, il dut garder la chambre et dès lors, le modeste logis de la Cité nous vit tour à tour auprès du pauvre malade. C’est ici le moment de rendre hommage aux amis les plus proches qui s’empressèrent autour de lui, et plus particulièrement à notre camarade Houvet, toujours prêt à répondre au désir du malade, s’ingéniant à le devancer même […], à remplir avec […] dévouement […] la tâche fraternelle que lui assignaient et le voisinage et l’amitié de Losserand. C’est à ce digne ami, que notre camarade avait confié l’exécution de ses dernières volontés. Il nous les avait communiquées quelques semaines avant sa mort : car, maintenant il gardait sa chambre […]. De pieux mensonges l’encourageaient […] qu’il put vaincre la maladie […]. C’est dans ces dispositions que la mort est venue le prendre et qu’il s’est endormi doucement sans y songer (Fig. 9).14

L’ouvrier organisé et le militant politique

19Pour un homme présent sur plusieurs fronts, et étant donné le caractère fragmentaire de nos informations, on comprendra la difficulté qu’il y a à offrir un exposé quelque peu cohérent et étoffé. On s’en tiendra à un ordre chronologique, dans chacun des deux domaines qui seront vus successivement : d’une part, l’activité ayant un caractère social, d’autre part, les divers aspects de l’action politique de Losserand, bien qu’une telle séparation comporte toujours une part d’artifice.

Les embûches de la coopération ouvrière

  • 15 AD, 1 M 124 (cote provisoire) (Annexe 18).
  • 16 La loi du 30 juin 1881 permet de tenir des réunions publiques sans autorisation. Elle impose seule (...)

20Le seul document officiel dont nous disposons et qui atteste la présence de Losserand dans une organisation ouvrière à Tours, est une demande d’« autorisation de réunir la Chambre syndicale professionnelle des ouvriers en limes, en assemblée générale trimestrielle et publique, le dimanche trois juillet 188115 ». La demande adressée au préfet est signée par Losserand, à titre de président, et six autres ouvriers, qui forment avec lui l’équipe de direction : un vice-président, un secrétaire, un trésorier, deux syndics et un commissaire-contrôleur. Conformément à la législation sur les réunions publiques16, le commissaire de police doit assister à la réunion et « transmettre un rapport sur les faits qui s’y seront produits ». C’est un texte très succinct, laissant de côté notamment le « rapport de la délégation à l’union des chambres syndicales », prévu dans la demande d’autorisation et qu’il aurait été intéressant de connaître (Annexe 18). Quant à l’exposition mentionnée, il s’agit probablement de l’une de ces manifestations périodiques, à Tours ou à Paris, où, depuis la Monarchie de Juillet les différents métiers peuvent présenter et promouvoir leurs produits.

21Le genre de problème que devait rencontrer l’initiative des ouvriers en limes, prise dans le cadre de leur syndicat, apparaît incidemment lors de l’affaire Wilson, en 1887. De fait, au cours de l’enquête générale « sur l’affaire des décorations et autres », le président de la Commission d’enquête parlementaire, créée à cet effet, veut entendre Losserand, qui est convoqué au Palais-Bourbon pour le 23 novembre 1887. Mais sa « situation de fortune » ne lui permettant pas de faire le voyage, il répondra par écrit, dit-il, « avec la plus entière sincérité », à toutes les questions que la Commission pourrait lui adresser.

22Dans cette lettre, datée du 24 novembre 1887 et reproduite le 27 dans L’Électeur d’Indre-et-Loire, Losserand revient cinq ans en arrière et apporte des faits très précis sur un aspect de la vie de sa corporation, au moment où celle-ci était tout orientée vers l’entreprise coopérative.

23Pour améliorer leur situation « par le travail et l’économie », une quarantaine d’ouvriers en limes fondent le 13 août 1882 une société coopérative, dont Losserand est nommé directeur, sous le contrôle d’un conseil d’administration. Après plusieurs démarches infructueuses pour être admis à soumissionner aux adjudications des Chemins de fer de l’État, le conseil charge le directeur de solliciter du député Wilson une recommandation auprès des Chemins de fer. Losserand effectue cette démarche dans la première quinzaine d’octobre de 1882 et adresse en même temps, au nom de sa société, deux lettres au directeur général et à l’ingénieur, chef de traction de Tours des Chemins de fer de l’État : au premier, il renouvelle sa demande d’admission aux prochaines adjudications pour l’article fabriqué par la coopérative ; au second, il propose le retaillage des limes usées, en l’assurant qu’il n’aurait qu’à se louer du travail de « quarante ouvriers laborieux et capables ».

24Le 13 décembre, cette proposition est renouvelée, accompagnée d’une offre de 417 limes à retailler pour le prix de 372,09 F. L’administration des Chemins de fer ne donne aucune réponse, mais entre-temps elle a proposé une commande pour 11 francs environ en limes neuves, sans résultat puisque les prix de la coopérative se sont avérés supérieurs à ceux de ses concurrents.

25Enfin, le 3 janvier 1883, arrive la réponse du député Wilson. Il fait savoir que les prix offerts par la Société coopérative des ouvriers en limes de Tours dépassent de 22,24 F ceux de l’adjudicataire en présence, mais que si elle consent à faire un léger rabais sur la somme de 349,85 F, prix de l’adjudicataire, la Commission des achats des Chemins de fer s’empressera à lui adresser une commande. Aussitôt, le Conseil d’administration de la coopérative modifie son tarif et obtient le retaillage des 417 limes en question au prix total de 341,29 F (au lieu du prix initial de 372,09 F).

Fig. 9. Losserand sur son lit de mort. EDIL, 18-19 novembre 1888.

26Après cet exposé des faits, Losserand souligne l’ambiguïté du mot « adjudicataire », sur lequel « se basent les critiques formulées » à son égard, au moment de l’enquête sur Wilson. Celui-ci « a-t-il favorisé notre société au détriment d’un adjudicataire? A-t-il divulgué des prix devant rester secrets? », se demande-t-il, en précisant que toutes les fournitures faites aux Chemins de fer de l’État ont, chaque fois, fait l’objet d’un marché spécial, approuvé par la Commission des débats, et pour des articles non compris aux adjudications générales. « Le retaillage pour les ateliers de Tours nous était seul attribué, et lorsque nos prix étaient supérieurs à ceux de nos concurrents, les prix offerts par ceux-ci ne nous étaient pas communiqués », écrit-il, tout en ajoutant d’ignorer si cette discrétion était de règle générale.

27Le deuxième volet de la lettre est un commentaire politique, ou plutôt un réquisitoire. Il montre implicitement le caractère illusoire de la solution de l’entreprise coopérative et dénonce l’emprise de l’affairisme sur la démocratie, qui dénature et met en danger la République. Cette partie de la lettre est en même temps un témoignage sur la lucidité et le courage politique de son auteur :

Mon impression au reçu de la lettre de M. Wilson du 3 janvier 1883 fut qu’il y avait danger d’être englué par cette facilité d’obtenir des services qui ne devaient pas nous être accordés pour le plaisir de m’être agréable. Cette impression fut si vive que plus tard lorsque la société périclitait, qu’elle était obligée de liquider et qu’il n’eût fallu qu’un peu d’aide pour la faire vivre, je refusai de recourir aux bons offices de M. Wilson malgré les sollicitations de mes camarades. Je poussai ce scrupule, je devrais dire cette crainte instinctive jusqu’à refuser de rédiger des demandes que des personnes illettrées me priaient d’écrire pour elles.
À quoi attribuer cette bienveillance de M. Wilson pour notre société ? Tout simplement au désir d’augmenter le nombre de ses « clients » dans l’acception romaine du mot ; il suit les errements communs à beaucoup de députés qui se mettent à la tête de toute les sociétés populaires dans un but électoral : un noyau d’électeurs à gagner et non un intérêt pécuniaire, ces Messieurs sachant bien, ainsi que le commun des mortels, que ces sociétés n’ont pas les moyens de se payer le luxe « de graisser la patte » à qui que ce soit pour en obtenir des faveurs.
Quant aux renseignements, aux faits spéciaux, aux abus, que je pourrais vous signaler, ils ne reposeraient nécessairement sur aucune preuve. En vain on demanderait aux dénonciateurs de méfaits d’en faire la preuve publique ! Ceux qui ont besoin de leur place pour vivre peuvent-ils se mettre à dos les influents qui distribuent ces places ?– Allez donc demander aux milliers de salariés d’Indre-et-Loire, et d’ailleurs, de signer, d’attester hautement les abus à leur connaissance ! Et la faim donc !
Ce qui est vrai, visible, indéniable, c’est l’immense organisation électorale qui fait de l’Indre-et-Loire un « fief » inattaquable. C’est la dépendance morale, dans laquelle M. Wilson tient ce département par favoritisme érigé en principe.
Électeurs, conseils, maires, fonctionnaires, tout le monde est pour lui parce que rien ne s’obtient que par son entremise.
Il est possible que cette situation prête à rire à quelques-uns, mais les autres finiront par croire que le suffrage universel est une « affreuse blague », ce qui n’ajouterait pas aux jours de notre République.

  • 17 Au nom de plusieurs groupes républicains du département d’Indre-et-Loire, l’appel au « grand meeti (...)
  • 18 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 octobre 1887.

28Avant d’être sollicité pour son témoignage, Losserand fut un des organisateurs du fameux meeting au Cirque de la Touraine, le 26 octobre 1887, où Wilson devait venir s’expliquer17 (Fig. 6). Un grand nombre de journalistes – tant de la presse parisienne que de la presse départementale – et les orateurs occupaient l’estrade. Au milieu des clameurs d’un grand nombre de wilsoniens, « parmi lesquels se distinguaient, par des gesticulations désordonnées, quelques épileptiques de la Petite France », le bureau fut constitué sous la présidence du conseiller municipal radical Ducrot, avec ses collègues Blanchard et Losserand comme assesseurs. « Aussitôt prenant la parole, M. Losserand a donné lecture d’une dépêche annonçant que la Chambre, dans sa séance d’ouverture, a voté l’urgence sur un projet de résolution nommant 22 de ses membres à effet de constituer un conseil d’enquête sur la culpabilité de M. Wilson dans l’affaire des Décorations (Fig. 5-6). Des acclamations ont salué cette résolution. » C’est en profitant de ce tumulte que Wilson s’est emparé de la tribune pour protester de son innocence et de sa probité, soulevant « une tempête de huées et de sifflets18 ». L. Berland, l’aubergiste de Veigné, qui s’est rendu à cette réunion, évoque ainsi l’événement :

  • 19 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 140-142.

À Tours, les républicains créèrent un comité qui organisa au cirque un meeting public auquel Wilson fut invité, afin qu’il rende compte de son mandat et qu’il réponde aux accusations portées contre lui […]. Le lendemain, les dégâts causés au cirque furent estimés à 2 000 francs, à la charge des organisateurs du meeting. Grand fut aussi le nombre de côtes enfoncées, de bras cassés, de visages tuméfiés, sans compter les chapeaux déchirés. Des femmes qui se trouvaient là on ne sait pourquoi, eurent à souffrir de leur pudeur. Mais il n’y eut que quelques blessés graves, aucun mort, ce qui à mon avis fut un vrai miracle.19

29Quant à la société coopérative présidée par Losserand, nous ne savons pas à quel moment le déclin signalé dans la lettre précitée (« lorsque la société périclitait… ») commençait à se faire sentir. Par rapport aux orientations adoptées aux congrès de Marseille (octobre 1879) et du Havre (novembre 1880) par les représentants de divers cercles socialistes et d’associations ouvrières, reléguant au second plan les coopératives, il faut constater qu’en Indre-et-Loire cette forme d’organisation continuait à dominer l’action des ouvriers syndiqués durant les premières années de la décennie 1880-1890. C’est ce qui apparaît dans la lettre de Losserand et, de façon plus générale, dans le texte nécrologique déjà cité de son camarade E. Effe.

Adhésion de Losserand au groupe socialiste « La Sentinelle »

30Ce dernier estime que « c’est presque l’histoire du socialisme en Touraine qu’il faudrait faire pour parler de Losserand », avant de donner une vue d’ensemble sur l’évolution du mouvement dans le département. En 1880, le parti socialiste n’existait pas à Tours, écrit-il :

  • 20 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 25-26 novembre 1888.

L’esprit qui dominait dans les syndicats, assez fortement organisés pour être les arbitres des élections municipales, était tout en faveur de l’association coopérative. Nous dirions même que la majorité des syndiqués n’avait pas d’autre but. Cette erreur, entretenue avec soins par les économistes bourgeois, devait avoir les plus funestes conséquences. Presque tous les syndicats d’alors entrèrent dans cette voie, avec un ensemble qui méritait un meilleur sort. Tous devaient constater leur impuissance. Cela n’eût été rien si les déboires de ceux qui espéraient tout de l’organisation coopérative, n’avaient pas engendré de basses rancunes, de pitoyables haines et semé la défiance et le découragement dans les rangs des travailleurs.
Les chambres syndicales avaient vécu, l’anarchie prenait leur place et la génération bercée dans cette chimère irréalisable désertait la lutte.
C’était avec ces éléments, désormais réfractaires à tout effort nouveau, qu’il nous fallait reconstituer le parti.
De nouvelles données sociales se faisaient jour. Le programme adopté par le congrès de Marseille éclatait comme une bombe au congrès du Havre et opérait la scission entre les partisans du système coopératif et les apôtres de la Révolution sociale, depuis constitués en partis distincts. La lutte de classe était le premier acte de foi […].
L’Avant-Garde que des incapables devaient plus tard déshonorer avait débuté sous ces auspices. La Sentinelle dut relever le drapeau tombé. C’est de cette date que Losserand se fit inscrire officiellement dans les rangs du parti socialiste et pris sa place au poste de combat.
Déjà le rôle important qu’il jouait au Conseil municipal, était un engagement tacite de sa conduite future. Nul ne sut mieux mériter la confiance des travailleurs20.

  • 21 Ses réunions sont annoncées pour tous les samedis soirs, à 8 h, « en son local, Café Strasbourg, 2 (...)

31C’est le 21 juin 1885 que Le Travail de Châteauroux annonce la formation à Tours « d’un nouveau groupe d’études sociales, qui a pris pour dénomination La Sentinelle21 ». Du recoupement avec le texte d’Effe, il résulterait donc que l’adhésion officielle de Losserand au parti socialiste se situe à cette époque. Il s’agit bien sûr, du Parti ouvrier du docteur Brousse. Un autre article du Travail permet un rapprochement avec ce que dit Effe de l’Avant-Garde.

32Plutôt satisfait d’abord en signalant qu’avec l’« Avant-Garde et La Sentinelle, le Parti ouvrier aura deux centres d’action à Tours », le journal est amené peu après à communiquer une mise au point :

  • 22 Le Travail, 5 juillet 1885.

Le Travail a été créé pour soutenir, dans le Centre et l’Ouest, les revendications des travailleurs. Il mettra constamment ses colonnes à la disposition des groupes ou de leurs membres, lorsqu’il s’agira de présenter ou de défendre les principes du Parti ouvrier, mais il se refuse nettement à devenir la tribune de questions personnelles, entre membres de ce même Parti. Quant à des menaces, Le Travail ne peut les prendre au sérieux […]. Travailleurs tourangeaux, pas de ces mesquineries, unissez-vous, et vive le Parti des travailleurs socialistes !22

33À sa manière ironique, mais plus précise, le Journal d’Indre-et-Loire a annoncé lui aussi le 21 juin 1885 que « le parti socialiste tourangeau est désormais séparé en deux camps. C’est la conférence du sieur Lemétayer, directeur de la Satire de l’Ouest, qui a contribué à amener ce résultat ». Avec perfidie, l’article ajoute : « Nous assistons en ce temps-ci à une lutte de Titans : d’un côté le groupe de l’Avant-Garde et le citoyen Girault, le fameux délégué du congrès de Rennes ; de l’autre, les citoyens Rétif et Mivielle, du groupe La Sentinelle, depuis qu’ils ont donné leur démission de l’Avant-Garde. »

  • 23 Journal d’Indre-et-Loire, 15-16 juin et 12 septembre 1885.

34Le même journal a signalé effectivement ce même mois, Une réunion socialiste au Cirque de la Touraine, portant sur « la reconstruction de la chapelle Saint-Martin et les ouvriers sans travail ». Au fond de la salle, le buste de la République entouré de drapeaux tricolores est bientôt agrémenté de plusieurs drapeaux rouges. « On se serait cru au Père-Lachaise ou aux obsèques de Victor Hugo », note le quotidien réactionnaire. Le débat tourne à l’affrontement quand « paraît à la tribune M. Losserand conseiller municipal », qui, avec la majorité de ses collègues est opposé à la reconstruction de la chapelle : « Conseillers anticléricaux, nous ne pouvons voter la reconstruction d’une chapelle à Saint-Martin ». Le discours passionné du citoyen orateur est vigoureusement applaudi […]. En sortant de la conférence, orateurs et organisateurs se disputent encore sur la voie publique. Losserand redira à plusieurs reprises devant le conseil qu’il faut se placer sur le terrain des principes et ne laisser place à aucune interprétation23.

35On n’a pas retrouvé ce discours, mais Léon Dufour, camarade de Losserand au parti et conseiller municipal, en fait l’écho dans un article intitulé Question de chapelle. Critiquant le « monde catholique absolument retors, qui a réussi à embrigader pour remuer l’opinion publique en sa faveur, depuis le ministre des Cultes, jusqu’au dernier des biffins, qui espèrent probablement mettre dans les profondeurs de leur sac l’autre moitié du manteau de Saint-Martin », Dufour affirme, comme l’avait dit probablement Losserand dans un style peut-être plus policé, que l’intérêt des ouvriers n’est qu’un prétexte dans cette affaire :

  • 24 Le Travail, 15 juillet 1885.

Des ouvriers, on s’en bat l’œil, leurs opinions pèsent faiblement dans la balance des hommes d’Église ; seulement capucins et gouvernementaux ont un intérêt de premier ordre à les jeter dans les jambes de la municipalité en plaçant au moment psychologique, c’est-à-dire où rien ne va, le conseil entre ce dilemme : donne un avis favorable et déclare d’utilité publique la construction d’une église, par conséquent raye d’un trait de plume le seul article de notre programme, ou refuse la reconstruction dans un moment de crise industrielle ! Ce sont deux coups droits trop bien portés pour que le monde monarchique se refuse un aussi doux plaisir.
Mais cela porte à côté, et malgré la complicité de certains républicains, on a pu voir à la réunion du Cirque […] que les ouvriers tourangeaux n’entendent point prêter le flanc à pareilles intrigues ; ils savent du reste que les travaux seront donnés à l’amiable à des entrepreneurs qui ont donné des gages aux cléricaux, que les ouvriers des départements voisins, munis ou non de billets de confession, viendront en foule […], puis le monument terminé, c’est-à-dire dans deux ans, vous verrez sur la place la quantité de bras inoccupés […].
Pour terminer […], je dirai ce que les ouvriers doivent réclamer de la municipalité : c’est de mettre une main vigoureuse à l’achèvement des divers travaux votés par la ville, dont le chiffre total s’élève à plus d’un million, et sans qu’il y ait excès de travail cela en donnera assez pour mener comme dit l’adage, petite vie et que ça dure.
Pendant ce temps, les ouvriers feront bien de s’organiser s’ils veulent que leur voix soit entendue, car chacun sait que la voix de quelques-uns se perdra toujours dans les clameurs et le bruit des agitations politiques, et que c’est par milliers que les ouvriers, s’ils veulent être écoutés, doivent réclamer en même temps que le droit au travail, le bénéfice intégral de leurs efforts.24

Les chômeurs de Tours et le Conseil général des intérêts ouvriers

36Le sort des ouvriers sans travail est certainement la question où les imbrications sont les plus nombreuses entre travail municipal et travail militant. Cela est vrai pour Losserand autant que pour ses camarades Dry et Dufour. Il semble même que ce problème soit, en partie du moins, à l’origine de la scission signalée du Parti ouvrier à Tours. En rapport avec la conférence, où Losserand a pris la parole, le Journal d’Indre-et-Loire relève en effet, sous le titre Les ouvriers sans travail et la municipalité, un article du Prolétaire Tourangeau, « organe socialiste de Touraine, une petite brochure périodique, appelé à devenir journal », qui prend à partie le docteur Fournier, maire, et les conseillers, leur reprochant que la dérivation du ruisseau de l’Archevêque ne soit pas mise en exécution et que la construction du théâtre n’occupe que deux cents ouvriers, alors qu’il y en a 1 000 sans travail et que 2 000 autres ne font « qu’une journée dérisoire ».

  • 25 Journal d’Indre-et-Loire, 18 juin 1885.

37L’article commente non sans plaisir la situation : « les ouvriers s’aperçoivent maintenant du maigre résultat qu’ils ont obtenu, en portant à la mairie les nullités qui nous administrent […]. Encore un peu, ajoute-t-il, et nous verrons que M. Fournier et ses collègues seront accusés, comme de simples réactionnaires, de vouloir affamer le peuple25. »

38Plus tard, en janvier 1886, La Sentinelle prend publiquement la défense de Dry et de Dufour, mis en cause par l’Avant-Garde, visiblement dans la question de l’emploi, en leur qualité de conseillers municipaux. Dans une résolution adoptée dans la séance du 11 janvier et signée par le secrétaire Georges Rétif, il est dit :

  • 26 Le Travail, 24 janvier 1886.

Le mandat accepté par les conseillers cités plus haut est un mandat purement négatif dont l’Avant-Garde est mal fondée à réclamer l’exécution […] ; que cependant, sauf le registre de demande et d’offre d’emploi, ouvert à la mairie, ils [les membres de l’Avant-Garde] ne leur ont jamais tracé la plus petite besogne, inspiré la moindre idée de réforme […] et qu’en conséquence les citoyens Dry et Dufour n’ont en aucune façon démérité de la confiance et de l’estime de leurs concitoyens.26

39Losserand, qui n’est pas cité dans cette affaire, peu claire au demeurant, réapparaît parmi les organisateurs d’un Conseil général des intérêts ouvriers, dont les « dispositions organiques » sont adoptées dans une réunion générale du 23 juin 1887. Cet organisme, dont le siège est situé 1, rue des Carmes, est une commission permanente des « travailleurs groupés en corporations, syndicats ou d’une manière générale quelconque », et qui est composée de trois catégories de personnes : 16 membres nommés par l’assemblée générale des travailleurs par an et rééligibles ; des membres délégués par les corporations, les syndicats ou groupes d’adhérents qui jugeront utile de s’y faire représenter ; de membres adhérents, juges prud’hommes, conseillers municipaux ouvriers, qui en font partie de droit.

40L’assemblée générale pourra toujours retirer le mandat confié aux 16 membres nommés par elle, et la renouveler en tout ou en partie, mais les délégués ne pourront être révoqués que par leurs groupes respectifs.

  • 27 Tours-Journal, 18 août 1887.
  • 28 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887.

41Le rôle du conseil général sera de provoquer de nouveaux syndicats, de servir d’amorce pour un syndicat général institué pour les corps de métiers dont les effectifs sont trop faibles pour marcher isolément, d’aider à la reconstitution des anciens syndicats, en usant de tous les moyens pour leur rendre l’activité et les faire fonctionner sérieusement. Tous les intérêts des travailleurs y seront étudiés et la défense de leurs intérêts sérieusement organisée. Ce sera l’école où se formeront les futurs juges prud’hommes et conseillers municipaux. Enfin, les candidats au Conseil devront adhérer en principe au programme du Parti ouvrier, et faire partie soit d’un syndicat, soit d’un groupe d’adhérents27. La mission de l’organisme est rappelée en décembre, dans un Appel aux travailleurs qui avertit que « voilà dix-sept ans que nous sommes en République et nous attendons encore les réformes […] qui nous ont été promises » ; il insiste sur la mission du Conseil comme instrument de l’union et demande un « effort collectif, pour que la direction des services publics soit remise aux corporations ouvrières, et la gestion des intérêts communaux confiée à leurs représentants28 ».

42Le travail immédiat et pratique, c’est l’organisation des chômeurs, et dans cette action, les conseillers municipaux ouvriers forment le lien entre ces travailleurs et l’administration de la ville. Quelques comptes rendus de leurs réunions ayant été conservés grâce notamment à L’Électeur et à Tours-Journal, on peut se faire une idée de l’ambiance de ces assemblées et des réactions qu’elles ont suscitées.

43Le 4 septembre 1887, la commission ouvrière nommée en réunion publique par les chômeurs est reçue à l’hôtel de ville. Le maire indique les travaux que la ville pourra entreprendre tout de suite (achèvement de la couverture du ruisseau de l’Archevêque) et d’autres à exécuter plus tard (chantier du théâtre, percement de rues, etc.). En outre, il est prévu « une série de travaux d’une utilité relative, à savoir le nettoyage des rues, des égouts et des bâtiments communaux ». La ville paierait les travailleurs à raison de 0,30 F de l’heure, pour 8 h de travail par jour, de sorte que la journée ressortirait à 2,40 F. La ville emploierait à la fois 100 ouvriers, ce qui porterait la dépense par jour à 240 F, soit 7 200 F par mois. Mais pour que tous les ouvriers puissent bénéficier de ce travail, la commission ouvrière devrait désigner pour chaque semaine un contingent différent de 100 ouvriers. À la commission composée de six membres s’adjoindraient deux conseillers municipaux pour leur fournir tous les renseignements nécessaires et pour servir de trait d’union entre eux et l’administration municipale.

44Une semaine plus tard, le dimanche 11 septembre 1887, à 10 h, la salle de l’hôtel de ville est remplie de plus de 500 ouvriers. Le bureau comprend un président, deux assesseurs et un secrétaire. Le président, l’ouvrier Magne, lit le procès-verbal de la réunion précédente, mais il est interrompu par le citoyen Bouët, qui déclare ne pas comprendre « pourquoi on exclut les ouvriers étrangers à la ville, puisque tous les ouvriers sont frères ». On lui fait comprendre qu’il ne s’agit pas de cette question en ce moment. Ensuite, « le citoyen Losserand explique le vote du Conseil municipal de vendredi dernier et propose le projet d’organisation, qui est discuté article par article et admis à l’unanimité ».

45Il y a neuf articles en tout. Pour être inscrit sur le registre, il faut habiter Tours depuis six mois, et manquer de travail depuis huit jours. D’autres articles portent sur le recensement des demandeurs ouvriers sans emploi, sur le fonctionnement de la commission qui s’en occupe, sur la rémunération et la durée de la journée (de 7 à 17 h, avec 2 heures de repos). L’article 9 précise que « les citoyens occupés par la ville ne doivent pas perdre de vue que pour conserver à cette organisation du travail son caractère réel, ils doivent donner un maximum de travaux utiles et représentant les sommes dépensées. Il est de leur dignité de ne pas laisser dire que ces travaux sont une aumône déguisée ».

46Suivent les interpellations, puis l’assemblée vote le projet de règlement et procède à la nomination de la Commission.

Divers incidents assez comiques se sont produits à l’occasion de ces nominations. Un citoyen fait remarquer qu’il n’est pas à propos de nommer dans la Commission un propriétaire. Le susdit propriétaire se lève et déclare qu’il a une maison aux trois quarts mangée et qu’il y a deux ans qu’il est sans travail. Un autre ouvrier attaque son voisin sous prétexte qu’il chicane ses camarades, le malheureux délateur est hué par la foule. Sauf ces légers incidents, la réunion se passe dans le calme le plus admirable, ce qui prouve l’intelligence de la classe ouvrière.

  • 29 Tours-Journal, 8 et 13 septembre 1887.

47Mais au moment du remerciement adressé au maire et au Conseil municipal, « un certain tapage se produit […]. Pas de remerciement pour Royer et Saint-Hérant, arrière Royer (hilarité générale). Le citoyen Losserand termine la séance en invitant les citoyens à se syndiquer pour arriver à combattre avantageusement les abus dont ils sont les victimes. L’assemblée applaudit29 ». En effet, un débat important sera consacré au problème syndical trois mois plus tard, mais auparavant nous revoyons encore Losserand devant les ouvriers chômeurs à deux reprises, en cet automne de 1887.

48La séance du 25 octobre 1887 semble avoir été assez animée. Le citoyen Bonnesœur (avec à ses côtés les citoyens Beauvyx et Courtois comme assesseurs, et Vertelary, secrétaire) lit d’abord une demande de fonds adressée à la municipalité. Elle est ainsi conçue :

Messieurs les conseillers municipaux Losserand, Dufour et Dry. Les ouvriers sans travail réunis dans les salons de l’hôtel de ville le 23 octobre 1887, vous chargent de vouloir bien être leurs interprètes près de vos collègues du Conseil municipal, à l’effet de demander le vote du crédit nécessaire pour faire continuer les travaux et en outre que la moitié des travailleurs inscrits soient occupés chaque semaine de façon qu’ils puissent travailler une semaine sur deux, car il n’est pas admissible qu’avec 14 fr 40, et encore faut-il qu’il fasse beau temps, une famille puisse vivre trois ou quatre semaines.
Ils comptent donc Messieurs, sur votre bonne volonté à leur égard et ils espèrent également que tout le Conseil comprendra qu’il ne peut rester indifférent devant la situation lamentable faite aux travailleurs par la crise économique actuelle. Le citoyen Losserand se charge de demander au Conseil les pelles et les pioches ainsi que les bottes d’égoutiers non utilisées pour les ouvriers qui n’en auraient pas.

  • 30 Rapportant la séance du 17 octobre des ouvriers sans travail, L’Électeur demande des comptes : « N (...)

49Après l’adoption à l’unanimité de la demande, un vote de confiance à l’ancienne Commission est demandé par le citoyen Nouaillard. Depuis quelque temps, les plaintes se sont multipliées contre celle-ci, et il voudrait en connaître la raison, dit-il30. « Le président donne les différents griefs avec témoins à l’appui et l’assemblée refuse tous les anciens membres de la Commission sauf le citoyen Bertrand Victor élu à l’unanimité membre de la nouvelle. Les sieurs Maillé et Penilleau Pierre ayant persisté à faire du scandale sont invités à sortir, ce qu’ils font sans difficulté. Le citoyen Losserand donne lecture d’un article de l’Union Libérale, article bas et lâche qui a été hué avec tous les honneurs qui lui étaient dus ainsi que son confrère et ami l’Indre-et-Loire [?] » Pour la presse wilsonienne, les moyens employés pour remédier au chômage sont illusoires, et ils font tort aux « travailleurs honnêtes ».

50On remanie ensuite les statuts de la Commission municipale, et Losserand « se charge de proposer des noms ». Sont nommés membres actifs les citoyens Bonnesœur, Courtois, Beauvyx, Vertelary, Mars Pierre, Bertrand, Wasselade et Roy, ainsi que 4 suppléants : Dancet, Baudry, Gautier et Grandin, tous élus à l’unanimité. Il est décidé également qu’une somme de 10 centimes sera versée par chaque travailleur, et les citoyens Bertrand et Vertelary sont délégués pour les recevoir et les remettre entre les mains du conseiller municipal Dufour qui a bien voulu se charger de prendre un livret de Caisse d’épargne postale à cet effet. « Le citoyen Losserand demande qu’il soit nommé deux membres pour le Conseil général des intérêts ouvriers. Sont élus à l’unanimité les citoyens Bonnesœur et Vertelary », puis un vote de remerciement est adressé à la rédaction de L’Électeur ainsi qu’aux surveillants des travaux.

  • 31 On note par exemple qu’après le « terrible incendie » qui détruit le 6 novembre 1887 la scierie Ja (...)

51Il est perceptible que les divisions et les susceptibilités des travailleurs en détresse31 rendent le travail de la Commission difficile, expliquant probablement une partie des défaillances de ses membres. On constate en tout cas, lors de la séance du 20 novembre 1887, au moment de la réélection de la Commission sortante, plusieurs départs volontaires : Bonnesœur, Bertrand, Grandin et Doucet démissionnent à ce moment. Un autre litige a pour objet la répartition d’un don de 22,10 F, offert par l’Union libre de Pocé, dans les Deux-Sèvres. Losserand et Dufour proposent que l’argent soit réparti sous forme de bons de pain achetés au Bureau de bienfaisance et attribués par l’intermédiaire du Conseil général des intérêts ouvriers. « Le citoyen Nouaillard proteste énergiquement contre cette proposition » et demande que l’argent reste à la caisse de la Commission. La majorité écarte cette proposition, avant de voter un remerciement adressé à l’Union libre de Pocé.

  • 32 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 24 novembre 1887.

Par la suite, le citoyen Losserand demande si les ouvriers ont eu à se plaindre des cantonniers employés par la ville comme surveillants. Le citoyen Téret se plaint d’avoir été insulté gravement par le nommé Cauveau, cantonnier. Un murmure s’élève : on proteste. Le président clôt l’incident. Le citoyen Losserand refuse énergiquement les remerciements que l’assemblée adresse aux conseillers municipaux qui soutiennent les ouvriers. Il dit que le Conseil, en agissant de la sorte, a fait et n’a fait que son devoir. On applaudit vivement ces paroles sympathiques.
Enfin, on vote un remerciement à M. Gibert, libraire, pour le registre dont il fait don à la Commission.32

52Le 26 novembre 1887 suivant, au Conseil général des intérêts ouvriers, c’est la création d’un « syndicat général » qui est à l’ordre du jour. On lit d’abord les statuts élaborés par la Commission d’organisation, puis une discussion générale s’engage sur le Préambule, à propos de l’entrée des syndicats sur la scène électorale.

Le citoyen Delacour dit qu’il serait dangereux pour les syndicats d’entrer dans cette voie. Il combat la rédaction de la Commission […]. Le citoyen Losserand, dans une vigoureuse sortie, fait voir quel doit être le rôle des syndicats ; il ne croit pas, comme le dit le citoyen Delacour, que c’est la politique qui ait fait tombé les syndicats ; ces groupes sont tombés précisément parce qu’ils s’étaient renfermés dans un cercle trop étroit. Si nous ne faisions pas de politique, il nous serait également interdit de faire de l’économie sociale, car les deux questions sont connexes. Il faut que les travailleurs [agissent]. Ce n’est que par l’action qu’ils pourront améliorer leur situation. Le citoyen Dufour renonce à son tour à la parole, le citoyen Losserand ayant dit exactement ce qu’il voulait dire.

53Le débat se poursuit avec le plus de vivacité entre sept militants : Levrel, Losserand, F…, Delacour, Dufour, Rolland, Bonnesœur, qui défendent ou combattent le projet. « Il résulte de cet échange d’observations que les statuts élaborés par le Conseil général des intérêts ouvriers, seront soumis, comme ligne de conduite à suivre, aux syndicats qu’il est chargé d’organiser. Seulement ces syndicats conserveront leur autonomie complète et resteront libres de suivre la voie qui leur est indiquée. Ce n’est que par leur délégation au Conseil qu’ils prendront une part indirecte aux luttes électorales. »

  • 33 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 4 décembre 1887.

54Delacour déclare avoir été convaincu par ces explications et ne s’oppose plus à l’insertion de la clause en question dans le Préambule. Celui-ci est adopté tel qu’il a été rédigé. Les statuts, composés de 22 articles, sont ensuite discutés point par point, engageant, en plus des personnes déjà citées, Arthur Girault. De ces longs débats, on retiendra seulement la proposition (adoptée) de Losserand concernant l’article 3, à savoir que le titre de Syndicat général soit remplacé par celui de Chambre syndicale des corporations diverses. L’ensemble des articles ayant été adoptés, « le secrétaire donne lecture d’une lettre d’invitation aux syndicats pour se faire représenter au Conseil général des intérêts ouvriers, et d’un appel aux travailleurs pour les inviter à se grouper33 ».

  • 34 Tours-Journal, 8 septembre 1887. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 1er décembre 1887.

55La bourgeoisie locale flaire dans l’action en faveur des chômeurs et les appels au regroupement syndical l’utopie des ateliers nationaux et la subversion. « Nous craignons bien que les ouvriers qui se livrent à cette agitation stérile ne prennent pas la bonne voie », écrit la Petite France, et le ton de L’Union Libérale n’est pas plus encourageant pour les intéressés. « Dimanche dernier [rapporte ce journal après la réunion du 4 septembre] a eu lieu une réunion d’ouvriers sans travail. On y a ébauché une foule de projets, d’un caractère peu pratique. » Après avoir cité les noms des principaux organisateurs, « MM. Losserand, Ducrot, Blanchard et compagnie », le journal républicain modéré tire cette conclusion : « Nous dirons et nous répéterons que le conseil général des intérêts ouvriers n’a aucune utilité, et qu’il a été formé uniquement pour grouper des personnalités dont les véritables intérêts de la classe ouvrière sont le moindre souci34. »

  • 35 Tours-Journal, 8 septembre 1887.

56Dénonçant les journaux qui mangent « au râtelier de Wilson », l’ex-abbé Bertrand, porte-parole du radicalisme des petites gens, déclare qu’il vaut mieux « tendre la main aux malheureux que de tripoter à la bourse, en des spéculations honteuses35 ». Mais deux mois à peine après son élection à la Commission ouvrière, il donne sa démission et met en cause publiquement la revendication toujours plus exigeante de Losserand, au sein du Conseil municipal.

  • 36 Tours-Journal, 8 septembre et 8 décembre 1887.

Celui-ci, s’inspirant des besoins urgents de la classe ouvrière, avait voté une première somme de 10 000 fr pour les ouvriers sans travail. C’était bien. Un mois plus tard, le Conseil votait encore 10 000 fr pour soulager les mêmes infortunés. C’était encore bien. Mais M. Losserand, qui veut absolument conquérir la popularité, s’est écrié en plein conseil qu’il réclamait un vote de 50 000 fr.
En vérité, il n’y va pas de main morte. Nous avons trouvé que M. Losserand qui s’occupe tant des ouvriers sans travail devrait bien aussi penser aux autres travailleurs que la crise étreint vigoureusement. Un Conseiller municipal doit penser à tous ses administrés, et nous sommes surpris de voir M. Losserand à faire vivre les uns en ruinant les autres. Voyons, Monsieur, où prendrez-vous ces 50 000 fr ! Vous les prendrez dans la poche des contribuables, dans la vôtre probablement.
Savez-vous qu’à côté des ouvriers sans travail, il y a les petits boutiquiers, les petits marchands, les petits débitants qui ne vendent plus rien et qui cependant sont écrasés par les patentes ? Est-ce que vous pensez à ceux-là ? Non. Car le jour où vous aurez vidé la caisse municipale vous viendrez augmenter les patentes et ruiner le petit commerce. Oui la ville doit soulager les ouvriers sans travail, mais elle ne doit pas tout leur donner […]. En vain des conseillers municipaux vous ont fait observer que 10 000 fr par mois suffisaient ; vous n’avez rien voulu entendre. Vous aviez votre popularité à soigner.36

  • 37 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 18-19 novembre 1888.

57On comprend les irritations provoquées par les interventions de Losserand, dont, selon les mots de son camarade Effe, « l’intransigeante probité est demeuré inattaquable tant aux morsures de la basse calomnie et de l’envie louche qu’à la corruption facile et à l’exploitation de sa misère par la ploutocratie bourgeoise ». Lui-même dira, à l’heure de la maladie et des découragements : « Moi seul pourrais dire combien j’ai souffert, quelles luttes terribles j’ai soutenues, quelles victoires j’ai dû remporter sur la misère et sur la faim, pour combattre le bon combat et marcher toujours droit quand même et porter le front haut et fier vers le but que je m’étais fixé37. »

  • 38 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 6 novembre 1887.

58Ce dévouement de Losserand à la cause ouvrière (dans son métier, en faveur des chômeurs et du regroupement des travailleurs), s’est encore traduit au cours de campagnes de souscriptions, destinées à secourir, dans le département et ailleurs en France, les ouvriers sinistrés ou grévistes. De son intervention en faveur des mineurs de Decazeville, il sera question dans le cadre municipal. On le voit agir dans le même sens au sein de son groupe La Sentinelle, quand il se charge, en novembre 1887, « de centraliser les fonds recueillis et de les répartir entre les grévistes de Cholet, Nouzon et Vivier-au-Court38 ».

59Comme dans le cas de l’affaire de Decazeville, l’explication justifiant la collecte n’est pas purement alimentaire. Elle donne des renseignements précis sur la situation et l’attitude des protagonistes, en sorte que le secours matériel transmet des éléments utiles pour tenir en éveil le sentiment de justice et d’appartenance de classe chez les ouvriers. Ainsi, la lettre que Losserand fait parvenir à L’Électeur le 3 novembre 1887 avec la liste de 59 souscripteurs pour expliquer « les causes ayant motivé les grèves de Nouzon et de Vivier-au-Court », ressemble-t-elle plus à un rapport sur les faits et les événements qu’à un texte de propagande (Annexe 19). C’est à la fois un témoignage plein d’enseignements par rapport à la situation présente des salariés et un document de la mémoire ouvrière. Dans le contexte de son temps, il montre que La Sentinelle, groupe politique, était intimement liée à la lutte sociale.

Losserand dans les luttes électorales

  • 39 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 18-19 janvier 1888.

60Chez Losserand, l’action politique proprement dite se distingue le mieux à travers les débats électoraux de la période, lors des législatives d’octobre 1885, des sénatoriales de janvier 1888 et surtout, à l’occasion des différentes élections municipales. Mais souvent, il faut se contenter de quelques aperçus concernant son rôle. On rencontre encore son nom parmi les signataires de certains appels aux ouvriers tourangeaux, et ses prises de paroles sont signalées dans quelques réunions publiques à caractère politique. Mais, visiblement, ces petits discours n’ont pas été reproduits dans les journaux. Le compte rendu de son mandat de délégué au congrès national de la FNTSF à Charleville, publié intégralement par L’Électeur, est ici un document exceptionnel39.

61Un autre aspect de cette enquête qui doit être souligné, c’est que pour une bonne part les jugements portés sur les idées et les activités politiques de Losserand et de ses camarades sont dus au camp antirépublicain (bonapartiste et cléricalo-monarchiste), point non négligeable quand on s’interroge sur la validité des éléments puisés dans la presse locale. L’historien possède là un avantage qu’il ne pourrait trouver dans une presse partisane, favorable à la classe ouvrière. Comme on a pu déjà le constater dans ce qui précède, le Journal d’Indre-et-Loire est, à cet égard, une source fréquemment sollicitée. Si on lui reproche souvent son langage excessif, c’est qu’en effet il ne s’embarrasse pas toujours d’euphémismes et de formules opaques. Contrairement, par exemple, de l’Union Libérale, qui use du thème d’un républicanisme consensuel jusqu’à en faire un concept mou, sans relief, le journal de Jules Delahaye n’hésite pas à égratigner, quand l’occasion se présente, des couches plus profondes et plus sensibles de la réalité sociale, comme notamment l’impératif de la solidarité de classe, inscrit dans les rapports sociaux.

  • 40 Rappelons que l’administration municipale réorganisée sous Thiers par la loi du 14 avril 1871 soum (...)
  • 41 Journal d’Indre-et-Loire, 4 juin 1882.

62Losserand apparaît ainsi dans une entité collective, parmi « quelques étrangers dépourvus de toute notoriété et que rien et personne ne recommande » à la considération des électeurs de Tours, quand ceux-ci sont appelés au scrutin du 4 juin 1882 « pour la troisième fois depuis 18 mois ». Si de chaque côté on fait état de « tiraillements continuels [et de] dissensions de deux ou trois groupes irréconciliables » au sein du Conseil municipal, pour des raisons essentiellement budgétaires, le vote du 4 juin a pour cause immédiate la loi du 4 mars 1882, qui rend aux élus municipaux le droit de désigner le maire de leur commune40. Comme le précise un appel aux Électeurs signé par le libraire Barat et le cordonnier Houdry, « par suite de l’application de cette loi, nos mandataires n’ayant pu s’entendre sur le choix d’un maire, se sont vus dans l’obligation de donner leur démission41 ».

63Trois listes sont en présence. La Liste républicaine des « amis d’Armand Rivière » comprend 22 conseillers sortants (sur 31) et 10 qui figurent en même temps sur une deuxième liste républicaine. Celle-ci, patronnée comme la précédente par l’Union Libérale, s’intitule Liste Républicaine Anticléricale des Groupes républicains réunis, et présente les amis de M. Belle. On y trouve 19 conseillers sortants, dont le docteur Fournier ; parmi les nouveaux figure Losserand, seul ouvrier de tous les candidats républicains. La troisième liste, « sans étiquette », dite aussi « liste du commerce », est recommandée par le Journal d’Indre-et-Loire comme réunissant des « candidats de toute opinion, de toute nuance et de toute condition sociale ». Ce sont en réalité 6 négociants, 5 propriétaires, 3 industriels et des membres de diverses professions libérales (médecin, pharmacien, ingénieur, juge, architecte…), qui ont pour article de foi n° 1 : « Pas de politique au Conseil municipal. »

  • 42 Journal d’Indre-et-Loire, 3 juin 1882.

64Ils entendent « revenir à la saine tradition des hommes d’affaires […] réunis pour faire appel à leurs concitoyens, aux honnêtes gens de tous les partis, qui sont las enfin de voir sacrifier les intérêts de la ville à des intérêts de personnes et à des préoccupations politiques. Si le nouveau conseil suit les errements de celui qui l’a précédé [affirment-ils], la dette de près de sept millions de la ville sera aggravée »42. L’Union Libérale dénonce l’inscription arbitraire de noms républicains sur cette liste du commerce, comme une farce cléricale avec des allures de beaux diables dans un bénitier, mais, selon Jules Delahaye, les protestations de républicains contre l’inscription arbitraire de leurs noms sur la liste voisine seraient plus près de la vérité.

  • 43 Journal d’Indre-et-Loire, 11 juin 1882.

65On voit plus clair dans ce maquis après le premier tour de scrutin : les listes républicaines ont 18 élus et 13 de leurs candidats sont en ballottages, parmi lesquels Losserand, qui se trouve ici en 6e position avec 2 389 voix (majorité absolue : 3 357 voix). Pour le journal des « honnêtes gens », au 2e tour, les électeurs auront à « choisir entre des candidats patronnés par l’élite communarde de notre ville et des candidats indépendants, modérés, libéraux, raisonnables et intelligents ». La feuille réactionnaire affirme également que « les républicains les plus avancés » redoutent eux-mêmes le succès de « la liste ouvrière, composée de socialistes […] avec une minorité violente, qui a reçu le mandat impératif de bouleverser toute tradition administrative, de se faire l’organe des passions politiques les plus déraisonnables et surtout de compromettre la majorité en la poussant aux extravagances, jusqu’à ce que, par lassitude ou par faiblesse cette majorité soit déplacée et appartienne aux ouvriers eux-mêmes43 ».

66Pour édifier ses lecteurs sur les idées du « parti socialiste ouvrier qui présente des candidats au Conseil municipal de Tours », le journal reproduit le programme adopté par le citoyen Labusquière, candidat à l’élection municipale du quartier de la Folie-Méricourt, à Paris. Ce programme, qui sera revendiqué ouvertement à Tours aussi quelques années plus tard, constitue dès les municipales de 1882 le « mandat impératif », que les ouvriers socialistes de Touraine « imposent à leurs candidats, sous une forme ou sous une autre […], dans leurs réunions et leurs clubs ».

67Après le 2e tour du dimanche 11 juin, où Losserand est élu en 13e position, avec 3 116 voix (on compte 5 758 votants sur 10 850 inscrits), Jules Delahaye commente ainsi le résultat :

  • 44 Journal d’Indre-et-Loire, 5-6, 11 et 12-13 juin 1882.

Attristant aussi bien pour les républicains intelligents que pour les conservateurs : la liste anticléricale qui a triomphé hier a accepté le programme des ouvriers socialistes repoussé par la majorité réélue du nouveau conseil. C’est dire que la division passée renaîtra plus vivace, plus âpre que jamais. Elle sera seulement compliquée de motions plus radicales, de propositions plus grotesques, de discussions plus violentes. Et la nouvelle municipalité ? Sera-ce dans les 13 nouveaux membres qu’on la trouvera ? Sera-ce M. Fournier, le célèbre accoucheur, qui deviendra le premier magistrat de la ville de Tours, ou M. Corbeau, ou M. Losserand, ou M. Brédif, l’entrepreneur des cavalcades de carnaval, ou M. Fossembas.44

68Pour ce qui est de la première magistrature de la ville, ce n’est pas encore l’heure du docteur Fournier, puisque Jules Charpentier, « l’épicier autodidacte […] soutenu par la puissante loge des Démophiles », qui a succédé à Armand Rivière en février 1882, conserve le poste de maire (il est réélu le 23 juin 1882). S’il s’oppose souvent au « gaspillage financier » de ses collègues « ultra-radicaux », qui forment la majorité du Conseil, il vote avec eux le budget de 1884, et sa démission qu’il présente le 31 décembre 1883 n’est pas motivée par l’état des finances municipales, jugé désastreux par les adversaires de la hausse des dépenses publiques.

69L’Indépendant d’Indre-et-Loire, quotidien bonapartiste frère jumeau en esprit réactionnaire du Journal d’Indre-et-Loire, bien qu’il estime « tout à fait secondaire » la cause du départ de J. Charpentier, en donne dans son no du 31 décembre 1883 - 1er janvier 1884 une description circonstanciée, qui mérite d’être citée. Elle laisse voir en effet l’administration de la République opportuniste en action et le clivage qui existe entre elle et la fraction radicalo-plébéienne de la municipalité de la ville de Tours, soudée par un anticléricalisme militant. Voici l’affaire :

  • 45 Le décès de Mgr Colet intervenu le 27 novembre 1883 a eu d’autres implications, comme la réapparit (...)

Mgr Colet, archevêque de Tours étant mort, on demande à l’administration municipale l’autorisation de faire passer le cortège dans plusieurs rues de la ville de Tours. La question étant grave, aujourd’hui surtout où le clergé est vilipendé par un tas de vauriens qui veulent à tout prix manger du prêtre. M. Charpentier comprit la difficulté de la situation et vite, un beau matin, il se rendit prestement à la Préfecture et au Parquet. M. Daunassans, Préfet d’Indre-et-Loire, et M. Maurice, procureur de la République, ne conseillèrent point à M. le Maire de Tours de refuser l’autorisation.
Cette autorisation fut donnée.
Nous connaissons la colère des fous furieux en apprenant cette nouvelle. Ce jour-là, la salle de délibération de notre Conseil municipal ressemblait un peu à un asile d’aliénés. Les mots les plus durs, pour ne pas employer d’autres termes, furent jetés à la face de M. Charpentier. À partir de ce jour, M. le Maire, écœuré d’un tel spectacle, résolut de donner sa démission afin de ne plus être exposé aux injures et nous dirons même, aux menaces de certains énergumènes du conseil.
M. Charpentier étant parti, l’écharpe municipale revient au grand laïcisateur tourangeau, à M. Coursière, premier adjoint […], grand dispensateurs de grâces laïques […]. Contribuables, veillez à vos bourses, les impôts vont augmenter.45

  • 46 Journal d’Indre-et-Loire, 5 juin 1884.

70Cette appréhension de la partie fortunée des habitants sera justifiée, car, à l’expiration du mandat du Conseil élu en 1882, le bilan fait état de la « création d’écoles gratuites, d’écoles maternelles, d’écoles laïques, d’une école secondaire de filles […], pour dégager les jeunes générations de l’obscurantisme clérical46 ».

71Le renouvellement du Conseil municipal est prévu pour les 4 et 11 mai 1884. S’étant présenté à nouveau sur la Liste républicaine anticléricale, Losserand obtient au premier tour de scrutin 3 632 voix (inscrits : 12 102 ; votants : 8 812 ; majorité absolue : 4 407) et il est élu le 11 mai, avec deux autres candidats ouvriers, Dry et Dufour, respectivement en 24e, 30e et 32e place.

  • 47 Henry Faye (1852-1909), d’origine auvergnate, entre à l’École de Saint-Cyr en 1872, après ses étud (...)

72Dès le 4 mai, Jules Delahaye a regretté que les « républicains raisonnables » aient repoussé l’alliance proposée par les conservateurs, en soulignant que le suffrage universel se divisait entre le camp du désordre et le camp de la défense sociale. Le 8 mai, ce dernier organise une réunion privée avec ses meilleurs orateurs, Georges Houssard et Henry Faye, avocats tous les deux47, figurant sur la liste des conservateurs patronnée par le Journal d’Indre-et-Loire. En présence de 700-800 personnes dans la salle, et 300-400 qui n’y ont pas trouvé de place, la réunion devient publique, largement ouverte aux adversaires des organisateurs, y compris les orateurs socialistes.

  • 48 Journal d’Indre-et-Loire, 9 mai 1884.

73Avec le talent qu’on lui connaît, H. Faye explique que les candidats de la liste anticléricale, « plus incapables, plus insolvables, plus indigents qu’on ne le croit48 », ne peuvent pas inspirer confiance aux capitaux pour relever le crédit de la ville. Pour le prouver, il sort le document qui fait apparaître les contributions mobilière et personnelle payées par les membres de la majorité de la liste anticléricale. Renseignement fort intéressant, ne serait-ce parce qu’il justifie passablement l’appellation de plébéienne pour une bonne partie de l’assemblée municipale : Garnier paie 13,20 F, Brédif 10, Béchu 37, Corbeau 6,40 F, Bouffeteau 13, Dry 20, Jallier 11,50 F, Malécot 16,61 F, Robert 19, Letellier 16, Michelin 23, Dufour 3, Dhermilly 0, Losserand 0, Blondeau 0, Blanchard 0, Cantagrel 0 F.

  • 49 Ibidem.

Ainsi 17 membres du futur Conseil municipal de la ville de Tours, si l’on élit ces gens-là, c’est-à-dire la majorité impérieuse et violente de cette bande méprisable, paiera 188 fr 71 d’impôts en tout. Ce seront ces gens-là qui prodigueront les deniers de la ville, augmenteront les impôts dont ils ne paient presque rien, dont quatre d’entre eux ne paient rien du tout.49

74Et pour cause… Houssard dit qu’il paie, rien qu’à Tours, 860 francs. Faye déclare avoir payé 404 francs en 1883 et 416 en 1884. Au fil de son long discours, il veut montrer que péril financier et péril social vont ensemble :

  • 50 Ibidem.

En examinant tout à l’heure la liste de ces étranges candidats et le relevé de leurs impositions, je me suis demandé [dit-il] et je vous demande si ces noms ne peuvent être comparés à ceux qu’on lisait sur les murs de Paris en 1871, aux plus mauvais jours de notre histoire. S’ils ont une signification, c’est l’anarchie ; coalition de ceux qui ne possèdent pas contre ceux qui possèdent.50

75Quant à son collègue, G. Houssard, il dénonce lui aussi « les fantaisies coûteuses », comme le lycée des filles, puis il explique ce qu’il faut aux ouvriers : accession à la propriété, qui « joue dans l’ordre social un rôle éminemment moralisateur » ; philanthropie patronale en matière de maisons ouvrières, permettant que ni l’État ni le département ni la commune ne s’en occupe ; apolitisme, car la politique absorbe tous les efforts de l’ouvrier et entretient de perpétuelles défiances entre eux et les patrons, etc.

76Sont présents dans la salle plusieurs militants ouvriers (Corbeau, Losserand, Daumas…) et des élus républicains plus ou moins radicaux (le docteur Fournier, Oudin, Coursière…). Corbeau et Losserand disent haut et fort que les constructions d’écoles, les laïcisations, les fournitures scolaires ont en effet coûté cher, mais que l’argent a été bien employé ; de son côté, Daumas reproche avec vigueur à Henry Faye d’avoir insulté les ouvriers en les traitant d’inconnus, d’incapables, d’insolvables, d’indigents…

  • 51 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884.

Parmi les insultes, il n’y a que celle de voleur que vous n’avez pas prononcée. Vous avez dit aussi que nous étions ignorants. Nous l’avons été trop longtemps, mais aujourd’hui nous voulons l’instruction pour tous, pour échapper à la servitude, dans laquelle les curés, les bourgeois et les patrons nous tenaient […]. Je ne suis qu’un fils de sabotier, mais j’ai appris l’Histoire ancienne […]. Citoyens, si vous avez de la mémoire, si vous ne voulez pas être gouvernés par les curés et les patrons, vous voterez dimanche pour la liste anticléricale et vous crierez comme moi : « À bas la réaction ! Vive la République ! »51

77De cette importante réunion, le Journal d’Indre-et-Loire a reproduit plus fidèlement les discours de ses protégés que ceux de l’autre camp, mais il a quand même donné de ces derniers une vue d’ensemble suggestive, où l’expression de la peur sociale ne manque pas de solennité grâce à une certaine retenue du commentaire.

78Par ailleurs, le mépris du bourgeois par les cléricalo-monarchistes s’accorde mal avec les appels incessants de ceux-ci à la solidarité de classe.

Nous ne regrettons point de nous être mêlés à cette foule violente, passionnée, brutale, nullement respectueuse de la liberté de la tribune, ni d’avoir entendu les meneurs du parti socialiste de notre ville […]. Après avoir entendu MM. Corbeau et Losserand, nous avons compris que nous avions eu tort de les confondre avec les Oudin, les Coursière, les Fournier, etc. Il suffisait, hier soir, de comparer le long prêche du premier adjoint de la ville de Tours avec les courtes improvisations des orateurs ouvriers, pour comprendre qu’il y avait entre eux la distance du serviteur au maître et que ceux-ci sont faits pour commander à ceux-là.
Tandis que le bourgeois Coursière ne songeait qu’à expliquer à son auditoire la nécessité du concours des bourgeois comme lui dans un Conseil municipal d’ouvriers ; tandis qu’il vaquait à sa propre apologie, flattait l’un, flagornait l’autre, de la voix dolente d’un pauvre honteux, les autres, MM. Corbeau et Losserand, sans ambages, sans rouerie, crânement, disaient ce qu’ils veulent, où ils vont, ce qu’ils détestent.
Certes, leurs projets ne sont point rassurants et leurs idées sont haïssables ; mais on sent qu’ils y croient, qu’ils ont dans le cœur autant de foi que de haine. Nous aimons mieux leur sincérité que la cauteleuse ambition des bourgeois envieux qui croient les mener, et qui ne feront jamais que les suivre. C’était pitié de voir l’avoué Coursière barboter en ses épaisses périodes.
Il était plus intéressant que nous ne saurions le dire d’entendre la parole claire, sinon élégante, nerveuse, sinon châtiée de M. Corbeau et de M. Losserand, francs révolutionnaires, dangereux socialistes, mais ennemis loyaux comme la colère elle-même […]. Une fois de plus, nous nous disions que le suffrage universel n’était guère clairvoyant ; car s’il l’avait été […], ce n’était ni à l’avocat Oudin, ni à l’avoué Coursière qu’il devait donner le premier rang, mais bien aux ouvriers Corbeau et Losserand, non seulement parce qu’ils sont plus sincères, plus honnêtes, mais encore parce qu’ils sont plus intelligents.
Ce n’est pas parce qu’ils nous semblent incapables que nous les combattons, – nous croyons maintenant qu’ils peuvent remplir leur mandat au moins aussi bien que le docteur Fournier dont les discours avortent si fâcheusement, – c’est parce que nous estimons, au contraire, qu’ils auront autant de savoir faire que d’audace, que rien ne les arrêtera pour accomplir leurs effrayants projets.

  • 52 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884.

Leur triomphe, c’est le triomphe du socialisme le plus hardi, le plus radical, le plus violent. C’est la ruine de la ville ; c’est la guerre au bourgeois, au capitaliste, au rentier, à tout homme qui possède et ne crie pas sur le seuil de sa porte : Vive l’anarchie !52

79L’année suivante, en vue des élections législatives du 4 octobre 1885, Losserand préside un comité radical (trois vice-présidents, dont Dupont, président de la Libre-Pensée de Tours, un trésorier et deux secrétaires, dont Corbeau), qui s’est constitué « en présence de la défection de M. Rivière, député radical, qui a accepté de signer le programme des candidats opportunistes ». Contre les Wilsoniens, le Comité soutient une liste comprenant au départ le docteur Fournier, l’industriel Ernest Mabille, l’avocat Léon Renault, l’ouvrier Letertre et le docteur Marcel Ernous, conseiller municipal. Leur profession de foi porte la griffe de Losserand :

  • 53 Journal d’Indre-et-Loire, 23 et 30 septembre 1885.

Électeurs républicains d’Indre-et-Loire,
En présentant nos candidatures aux élections législatives de 1885, nous répondons à l’appel des républicains qui refusent aujourd’hui leurs suffrages aux mandataires responsables de l’entreprise désastreuse du Tonkin, aux mandataires qui, après avoir promis dans leur programme la séparation des Églises et de l’État, en viennent à remettre cette question capitale à l’étude, aux mandataires enfin, pour lesquels la lutte électorale, au lieu de constituer une question de convictions politiques, n’est plus qu’une simple et vulgaire affaire d’argent.
Sincèrement persuadés que la République, au bout de 15 années d’existence, peut désormais se baser sur ses vrais principes et doit donner à la France […] des institutions propres à développer sa prospérité […].
Au programme du Comité républicain radical d’Indre-et-Loire que nous avons accepté sans réserve, qui constitue ainsi nos déclarations personnelles, nous nous contentons de faire l’addition suivante :
En admettant la suppression du budget des cultes, nous entendons que ce crédit soit employé à soutenir les travailleurs des villes et ceux des campagnes, à l’aide d’une caisse des invalides du travail, nous voulons encore qu’il serve à protéger l’agriculture en subventionnant des syndicats agricoles et industriels.53

  • 54 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 21-22 septembre 1885. Seront élus les candidats de liste opportuni (...)

80Au congrès républicain départemental qui se tient le samedi 19 septembre 1885 au Cirque de la Touraine en présence de quelque 650 personnes et sous la présidence du sénateur Guinot, les radicaux semblent dominer la salle. Mais la force prime le droit et tout ce qu’ils proposent est systématiquement repoussé par les partisans de Wilson, renforcés par les ouvriers de l’imprimerie Arrault. Ils empêchent ainsi de s’exprimer Ducrot, Corbeau et d’autres orateurs radicaux, qui veulent que le programme républicain soit lu et discuté en public. « Chassés de la Tribune, bafoués, vilipendés, injuriés même, les radicaux ont protesté contre la manière d’agir de M. Guinot et le tour de passe-passe a été joué54. » Dans la lettre déjà citée qu’il a adressée à la Commission parlementaire dans l’affaire Wilson, Losserand évoquera ainsi son expérience à la tête du comité radical de cette époque :

  • 55 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 novembre 1887.

Lors des élections générales de 1885, comme président du comité radical, je fus chargé avec l’un des candidats déjà trouvés d’aller solliciter ceux des membres marquants du parti radical qui pouvaient nous sembler assez indépendants pour oser se dresser en face de M. Wilson. Voici la réponse de l’un de ces messieurs qui résume toutes les autres :
« Vous-mêmes ne croyez pas au succès », nous dit-il, « si j’acceptais la candidature que vous m’offrez, ma situation politique serait perdue. Comme maire et comme conseiller général j’ai besoin tous les jours du concours de l’État. Vous savez que M. Wilson, que vous allez combattre, a pour lui tout le personnel depuis le cantonnier jusqu’aux ministres ; si je me laissais porter sur votre liste, adieu ! les subventions de l’État, adieu ! ponts, chemins, écoles, etc., et par suite adieu de mes électeurs qui s’empresseraient de me remplacer à bref délai. Je suis entièrement avec vous, mais j’ai eu beaucoup de peine à me créer une petite situation politique que je ne suis pas disposé à sacrifier pour vous être agréable. »55

81De l’essoufflement des vieux républicains Losserand aura une autre expérience directe en 1887, à la faveur du congrès des électeurs sénatoriaux convoqué avant le scrutin du 5 janvier 1888. Conformément au décret du 11 novembre 1887 et à l’arrêté du préfet en date du 19, le Conseil municipal de Tours doit se réunir le 4 décembre pour désigner 18 délégués et 4 suppléants en vue de l’élection de deux sénateurs. Losserand se trouve, avec son camarade Dufour, parmi les 18 élus, et Dry parmi les 4 suppléants.

  • 56 Tours-Journal, 6 décembre 1887.

82Or, dans un article intitulé Les farces de Losserand au Conseil municipal, le rédacteur en chef de Tours-Journal, Bertrand, reproche à celui-ci d’avoir visité un certain nombre de socialistes disposés à voter la suppression du Sénat et de la présidence de la République, en leur promettant leur nomination comme délégués. Finalement, tous les électeurs, y compris les quatre suppléants, sont pris parmi les conseillers municipaux, ce que Bertrand explique en affirmant que « le rusé Losserand a jugé à propos de s’entendre avec ses collègues du Conseil municipal », pour la simple raison qu’il « recherche la popularité à tout prix ». Il l’accuse même de trahir, et pas pour la première fois, dit-il, « le parti avancé », tout en ayant l’air de le soutenir56.

  • 57 Selon la loi électorale de novembre 1875, le Sénat est élu au suffrage universel (masculin) indire (...)

83S’il y avait lieu de ne pas taire cet incident, il faut reconnaître que l’affaire reste obscure. On se demande notamment comment Losserand, bon connaisseur des règles, aurait pu faire la promesse de nommer des délégués sénatoriaux en dehors des élus locaux, puisque l’élection des sénateurs est réglementée par la loi57. D’autre part, l’ex-abbé Bertrand, secrétaire d’un autre comité radical, essuie à cette époque de vifs rappels à l’ordre de la part de personnalités radicales (Rivière, Ducrot, Pinot), qu’il a accusées de s’être vendues à Wilson. Quoi qu’il en soit, c’est son journal qui rapporte le déroulement du congrès sénatorial, et donc grâce auquel cet événement a été conservé, avec toute son ambiance de polémiques, qui devait effectivement le caractériser (Annexe 20).

84Au lendemain du congrès, l’ouvrier mécanicien Letertre observe qu’aux modérés opportunistes et aux radicaux socialistes il faut maintenant ajouter les cléricaux rétrogrades, et commente ainsi les discours entendus :

  • 58 Tours-Journal, 27 et 30 décembre 1887.

C’est la première fois que j’entends dire par un républicain que la République ne doit son existence qu’à son alliance avec l’Église ; si cette déclaration satisfait les instigateurs de la ridicule manœuvre électorale du 24 décembre, il ne peut en être de même des électeurs républicains, si modérés soient-ils.
Après les réponses des candidats aux questions du citoyen Losserand, l’élection de M. Nioche ou Dardy serait une honte pour le parti républicain tourangeau. C’est assez de rester sur place avec la candidature Belle, mais vouloir nous faire reculer à 1848, à la république des trois décimes ? à l’eau bénite qui empoisonnait les arbres de la liberté ? jamais.
Sans me faire illusion sur le résultat du scrutin du 5 janvier, j’ose espérer cependant que les électeurs vraiment républicains ne seront pas dupes de manœuvres qui semblent plutôt dirigées contre la candidature Belle […], que pour l’honneur du parti républicain […] les candidatures Nioche et Dardy doivent être repoussées. En attendant le réveil de Jacques Bonhomme qui saura, à son heure, mettre les choses en état.58

Sur le chemin de l’indépendance politique

  • 59 À Tours, la conférence fut suivie d’une « soirée familiale très gaie, très animée par des chansons (...)

85En 1887, Losserand est chargé de représenter les travailleurs socialistes de Tours au 9e congrès ouvrier tenu à Charleville (2-8 octobre). De ce mandat, qui marque à coup sûr un tournant dans son évolution politique, il rend compte le 25 décembre, lors d’une conférence organisée sous les auspices de La Sentinelle et dont l’orateur principal est Jean-Baptiste Clément. Le lendemain, accompagnés de quelques amis, les deux conférenciers se rendent à Amboise, où ils refont leurs discours, dans la salle Colin59.

  • 60 Archives Nationales, F 7/12 490.

86S’il nous manque tout renseignement sur les préparatifs qui ont abouti à la délégation de Losserand à Charleville, son rapport du 25 décembre est publié in extenso par L’Électeur des 18-19 janvier 1888 et, à Charleville même, les séances du congrès ont fait l’objet de rapports des agents de la Sûreté et du préfet des Ardennes60.

87À l’ouverture, c’est la déception, car seuls 71 groupes socialistes (45 de Paris et 26 des provinces) sont représentés, au lieu des 170 délégués attendus. J.-B. Clément s’en plaint amèrement, reprochant aux ouvriers ardennais d’applaudir « une épithète violente ou injurieuse pour le patron », mais de se désintéresser des théories émancipatrices ; un autre orateur remarque qu’« en ce moment, il y a fête patronale » et les ouvriers vont « aller danser et manger du pain d’épice à la fête, alors que demain il n’y aurait même pas de pain à manger ». D’autres délégués arrivent cependant et, le 7 octobre, à la 5e réunion, on en compte 83, ainsi qu’une centaine d’ouvriers et autant de curieux.

88« L’agent V » de la Sûreté a rapporté dès le 3 octobre que tous les groupes se sont ralliés à la lutte des classes, sauf les travailleurs du Livre, qui se sont abstenus. Toutefois, cette lutte est préconisée « par des moyens pratiques », à l’exception des Justiciers d’Angers déclarant vouloir « s’emparer des pouvoirs publics par la force, contre les assassins de 1848 et de 1871 ».

89Intervenant à plusieurs reprises à partir du 5 octobre, Losserand exprime d’abord son exaspération du fait que l’Indre-et-Loire a le malheur d’avoir comme député Daniel Wilson, « un joueur, un débauché, un cynique qui ne croit à rien […] et qui exploite tout, depuis le facteur jusqu’au préfet ».

90Il assure par ailleurs l’adhésion du groupe La Sentinelle de Tours à la lutte des classes, tout en réservant « les moyens à employer selon les événements […] et les milieux dans lesquels on se trouve ». Son rapport est jugé « excessivement modéré de forme et de fond » par l’inspecteur de police, qui signale que tous les ruraux ont applaudi, alors que les Parisiens ont quitté la salle. Losserand est défendu énergiquement par les délégués de la Vienne et de la Charente. Ancien proscrit de la Commune, le citoyen Garnier, de la Vienne, reproche aux militants parisiens d’interdire toute alliance avec les radicaux : sans cette alliance, dit-il, il ne pourra jamais y avoir de candidature socialiste en province. Aussi n’accepte-t-il cette exigence que par discipline.

91Dans « un long discours d’une violence inouïe », l’ancien communard Jean-Baptiste Clément prend la défense de ses camarades de province : « C’est vrai, dit-il, qu’il y a beaucoup de courage à faire du socialisme en province, beaucoup plus qu’à Paris. En province, on est connu et alors on est montré au doigt dans la rue, traité de partageux et de rouge, on subit les entraînements de la famille. De tous. En province, ceux qui font du socialisme sont des héros ! ».

92Le congrès termine ses travaux par une longue séance contradictoire que préside Losserand. Avec l’arrivée des grévistes de Nouzon et de Vivier-au-Court, l’affluence devient considérable, il y a près de mille personnes, des hommes et des femmes, dans la partie réservée au public. Avant la clôture de la séance, à minuit, l’un des assesseurs donne lecture des résolutions adoptées, où sont intégrées notamment les propositions du délégué de Tours, exigeant le retour à la nation des biens d’équipement et des services détenus par les compagnies privées : chemins de fer, tramways, éclairage public, canaux et paquebots, postes, mines, arsenaux, etc. Les autres points importants sont la nécessité de créer des bourses de travail, la réduction des heures de travail à huit heures pour les hommes et à six pour les femmes, l’égalité des salaires, l’interdiction des ateliers pour les enfants, la création d’asiles pour les orphelins, les mutilés et les ouvriers usés au travail, la création d’écoles d’apprentissage où l’enfant de l’ouvrier recevrait une instruction égale à celle du riche, la suppression de l’armée permanente et l’instruction militaire donnée à tous dans les écoles.

  • 61 Il consistait en un article unique : « Il convient en se ralliant au principe de la lutte des clas (...)

93Comme il a été dit plus haut, Losserand accompagné de J.-B. Clément a rendu compte de son mandat61 le 25 décembre 1887, dans le cadre de deux conférences.

94Il y apporte des éléments sur les débats du congrès qui n’apparaissent pas dans les rapports officiels de Charleville. Il en ressort d’autre part que plusieurs groupes d’ouvriers (fédération des bonnetiers et métallurgiques de l’Aube, l’Étincelle de Charleville, la Chambre syndicale des ardoisiers de Fumay, dans les Ardennes, le groupe Le Réveil de Thouars, la fédération des Travailleurs socialistes de Poitiers, les groupes de Châtellerault) avaient des positions semblables à la sienne, défendant l’autonomie des groupes en matière électorale, « c’est-à-dire la faculté de s’allier à la bourgeoisie pour la composition des listes de candidats ».

95Pour défendre « le programme de Tours » au congrès de Charleville, Losserand lui-même et son camarade de Poitiers, « le citoyen Garnier », ont avancé d’abord l’argument que la présence d'ouvriers capables et combatifs dans les conseils municipaux redonnait confiance aux travailleurs en eux-mêmes et rendait possible de mettre fin à leur apathie pour les habituer à l’idée de l’émancipation sociale. En acceptant le compromis avec l’élément bourgeois, l’élection permettait aussi au candidat ouvrier de s’affranchir des contraintes matérielles. Ils pensent donc pouvoir justifier leur position en ces termes :

  • 62 LÉlecteur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

Du moment que les bourgeois admettent des ouvriers sur leur liste, qu’ils tiennent les engagements pris, qu’ils votent pour les candidats ouvriers, ceux-ci une fois élus n’ont-ils pas toute la latitude pour la défense des intérêts qui leur ont été confiés par leurs camarades ? Ne peuvent-ils, en toute occasion mettre en pratique le programme du (Parti ouvrier) aussi bien que s’ils avaient été élus sur une liste socialiste-révolutionnaire ? Nous sommes pour l’affirmative. Ne nous obligez pas à abandonner les positions conquises, à laisser péricliter les quelques mesures libérales que nous avons arrachées de haute lutte.62

96Les délégués de Tours et de Poitiers dressent ensuite la liste des différentes mesures que les travailleurs n’auraient pu obtenir par trop d’intransigeance : gratuité de l’instruction primaire et des fournitures scolaires, salles gratuites pour les réunions des sociétés populaires, crédits obtenus pour occuper les ouvriers sans travail, subventions pour l’envoi des délégués aux congrès ouvriers, subsides accordés aux Chambres syndicales et groupes corporatifs, leur ayant permis notamment de participer à l’Exposition internationale du Travail en 1886. Losserand en rajoute et fait l’éloge des élus bourgeois, disant que ceux-ci respectent leurs engagements pris avant les élections, accueillent avec beaucoup de sympathie bien des propositions des élus ouvriers, qu’ils votent en général à une très grande majorité. Finalement, il exprime sa conviction que cette politique d’union républicaine pratiquée « sur le terrain électoral exclusivement » ne peut que renforcer le Parti ouvrier.

97La réfutation d’un délégué parisien (qui n’est pas nommé) a été d’autant plus vigoureuse, poursuit Losserand, qu’à chaque congrès ouvrier, « quelques groupes s’inspirant de leurs milieux, influencés par des raisons toutes locales, sollicitent du congrès la liberté de se mouvoir dans leur sphère d’action ». C’est un vaste exposé qui réfute la collaboration de classe au sein des conseils municipaux, appelant en quelque sorte les délégués de Tours et de Poitiers à ne pas vendre pour un plat de lentilles les intérêts généraux des travailleurs.

98L’argument majeur est résumé dans l’axiome posé lors de la création du Parti ouvrier en 1879 au congrès de Marseille : « L’émancipation des travailleurs ne pouvait être réalisée que par les travailleurs eux-mêmes. » Or les ouvriers sont entrés aux conseils municipaux « par une porte dérobée », renonçant à leur drapeau de socialistes révolutionnaires et « semblant protégés par les bourgeois qui, par suite, gagnaient en popularité ce que [les élus ouvriers perdaient] en dignité ».

99L’orateur parisien met en avant « les grandes, les fondamentales réformes sociales » et estime inutile la présence des ouvriers dans les conseils d’élus pour n’obtenir que des réformes politiques. Il met en demeure les « citoyens camarades de Tours et de Poitiers » de pouvoir réellement agir « contre l’indifférence, la résignation, les hésitations par la tactique honteuse des compromissions électorales ». Si la bourgeoisie tient loyalement ses engagements, dit-il, c’est parce que les ouvriers élus ne touchent pas aux fondements du pacte social existant : pour l’essentiel, la propriété privée et l’appropriation des services publics.

100Quant à la rigidité reprochée au programme du Parti ouvrier, elle est réfutée par la progression de ses effectifs : 10 000 adhérents dix ans auparavant, 400 000 aujourd’hui, et cela grâce à une « ligne correcte, droite, inflexible, et surtout loyale ». Il ne s’agit pas pour le délégué parisien de rejeter toute participation électorale, mais de conserver l’indépendance de la classe ouvrière, le caractère propre de son combat, au prix même de l’isolement sur le terrain électoral :

  • 63 LÉlecteur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

La difficulté de trouver des candidats, dites-vous encore ! Si vous n’en trouvez que quatre, que deux, qu’un seul, pour affirmer la lutte des classes, le résultat sera préférable que trente sans drapeau. Vous ne serez pas élus ! eh ! qu’importe ! vous aurez fait une manifestation utile puisqu’elle aura fait fermenter les idées socialistes en surexcitant les esprits. Cela vaudra mieux que votre amalgame d’opportunistes, anticléricaux, radicaux, tous impuissants à accomplir aucune des réformes sociales, parce qu’ils ne veulent, en aucune façon, toucher aux privilèges de la classe bourgeoise capitaliste.63

101Enfin, parmi les arguments contre la politique de compromission figurent encore le caractère illusoire des réformes réalisées, la mesquinerie des subventions accordées aux travailleurs pour s’organiser et la croyance que la commune à elle seule pourrait affronter la crise qui est l’affaire de toute la collectivité sociale.

102En conclusion de son compte rendu, Losserand rappelle que la discussion sur la lutte des classes a duré au moins trois séances, et que les arguments avancés ont exercé une influence profonde sur lui.

  • 64 LÉlecteur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

Quant à moi j’ai jusqu’au bout défendu le programme qui m’avait été confié, mais je dois avouer en toute sincérité, que convaincu par la puissante logique de mes contradicteurs et par la force des arguments invoqués par eux, je suis sorti de cette discussion absolument converti à la tactique de la lutte ouverte et franche, à l’ombre du drapeau des revendications sociales. – Cette tactique est nette et digne. Agir autrement c’est continuer les errements, c’est se rendre complice de la duplicité des politiciens de la classe bourgeoise. – Il faut que les électeurs qui voteront pour les candidats socialistes sachent bien où ceux-ci veulent aller ; aux électeurs de voir s’ils doivent les suivre. Mais il n’est digne ni de l’électeur ni du candidat de fermer volontairement les yeux sur les conséquences du contrat qui intervient entre eux […].
Aux prochaines élections municipales, j’espère voir les groupes socialistes affirmer franchement le programme du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire et abandonner cette attitude incertaine qui use et rebute les caractères les mieux trempés, sans aucun bénéfice pour la classe des travailleurs.64

103Les élections municipales étaient prévues pour le mois de mai 1888, en sorte que les principes adoptés à Charleville pouvaient être mis à l’épreuve dans la campagne électorale de ce printemps. On voit alors que Losserand cherche à formuler les dits principes non seulement en idées générales et en slogans, mais aussi en s’efforçant d’ancrer les arguments électoraux dans les expériences locales, y compris la sienne propre, qu’il résumera en un saisissant témoignage.

104À la nouvelle qu’il y aura une Liste ouvrière, le journal réactionnaire s’étonne et reconnaît le courage de Losserand :

  • 65 Journal d’Indre-et-Loire, 28 avril 1888.

Comme nous connaissons les frères et amis qui, en bisbille la veille, se réconcilient et se concentrent le lendemain, nous avions pris acte des paroles prononcées par M. Losserand, sans y attacher cependant une trop grande importance.
Nous avions tort et nous tenons à le déclarer ici : M. Losserand tient parole. Au risque de rester sur le carreau, il refuse carrément et non sans quelque crânerie de se laisser porter sur ce qu’on a convenu d’appeler « la liste des Délégations républicaines ».65

  • 66 Tours-Journal, 9 mars 1888.

105Dès le mois de mars 1888, le Cercle radical, que préside le conseiller municipal Ducrot, prend l’initiative de réunir les délégués des différents groupes censés réaliser de par leur affinité une entente en vue des municipales : le Cercle radical, la Ligue radicale, La Sentinelle, le groupe Voltaire, la Libre-Pensée, le Grand Cercle et les Loges maçonniques. Dans la première réunion, il est décidé que chaque candidat aurait le droit de faire apparaître à la suite de son nom, son opinion politique. « Ainsi, M. Beaujin aurait eu la liberté d’inscrire à la suite de son nom : républicain à l’eau de rose, mais M. Losserand aurait pu écrire : républicain socialiste », écrit le Tours-Journal, qui nous renseigne sur cette entreprise. Mais dès la deuxième réunion, l’initiative suscite oppositions et « roublardises » et les différents groupes abandonnent la « concentration » : d’abord les délégués de la Ligue radicale puis, aux réunions suivantes, ceux de La Sentinelle et du groupe Voltaire66.

106En avril 1888, et jusqu’à la veille du scrutin, Losserand multiplie ses appels aux Travailleurs Tourangeaux. Celui du 23 avril est particulièrement suggestif par sa force de persuasion : l’appel à la dignité, à la volonté, à la prise de conscience et à la nécessité de reconquérir l’indépendance de classe, en constituent les principaux éléments (Annexe 21).

  • 67 Jablochkov (1847-1894), physicien russe, inventeur de la bougie électrique portant son nom.

107Le problème de cette indépendance en matière électorale fait l’objet d’une sorte de démonstration dans le 5ème aux Travailleurs Tourangeaux, publié par L’Électeur du 3 mai. Traitant de la composition des délégations républicaines, le texte doit être situé par rapport aux tentatives qui ont été faites pour réaliser l’accord des différents groupes républicains sur la constitution d’une liste de candidats. Losserand reproche aux électeurs ouvriers, en présence d’une « pléiade de dévoués » pour choisir les candidats à présenter, de s’abandonner à celle-ci et d’accepter « les yeux fermés toutes les vessies sans chandelle […] pour foyers Jablochkov67. Peut-on croire le contraire [se demande-t-il] quand de parmi vous pas un cri de protestation ne s’élève contre le silence savamment prolongé du comité dit des “Délégations républicaines”, quand vous permettez qu’à la veille du scrutin ni un candidat ni le programme, le fameux programme, ne vous soient connus ; quand pas un citoyen ne prend l’initiative de convoquer une réunion électorale cependant si nécessaire pour juger du mérite de ceux qui aspirent à l’honneur de vous représenter ».

108Devant ce silence, il se propose d’examiner la composition des Délégations pour voir jusqu’à quel point les travailleurs peuvent donner carte blanche « pour un acte aussi important que la manifestation souveraine de la volonté populaire ».

  • 68 En raison probablement d’une erreur de transcription, le journal ne signale que six groupes, mais (...)

109Les Délégations républicaines se composent de 7 groupes de diverses nuances, comprenant en tout 47 délégués, explique Losserand. Considérés du point de vue des intérêts de classe des travailleurs, les 7 groupes de la « concentration républicaine » se subdivisent de la façon suivante : 1 groupe de 18 bourgeois, 4 groupes mixtes avec 13 ouvriers et 8 bourgeois, 1 groupe de 8 ouvriers68, soit au total 21 ouvriers et 26 bourgeois. Si on ajoute à cette infériorité numérique l’infériorité des moyens, et notamment l’impossibilité pour l’ouvrier d’assister régulièrement à toutes les réunions, constate l’article, il est aisé de voir que « le choix des candidats est absolument entre les mains de gens qui ont tout à perdre au changement de l’état de choses actuel ».

110Et ce n’est pas tout. Cherchant à repérer les nuances politiques de chacun, Losserand distingue parmi les 47 délégués « 5 roublards, 2 réactionnaires, 2 incolores et 23 opportunistes », et montre que deux ouvriers socialistes et une douzaine de radicaux ne peuvent pas compenser le poids politique de cet ensemble. « Il est vrai, ironise-t-il, que les “délégations” ajoutent à l’étiquette de “concentration républicaine”, le qualificatif de “anticléricale”. Ça nous promet à bref délai la laïcisation de tous les services publics, surtout si nous considérons que parmi ces “viandes noires” les plus enragés envoient leurs filles aux écoles congréganistes, – sous prétexte de santé, il est vrai. – Tas de fumistes, va ! »

111Enfin, un troisième classement effectué selon les positions des délégués par rapport aux fonctions municipales, établit six catégories. On trouve dans cette grille, 6 délégués attachés à l’administration municipale à un titre quelconque ; 2 anciens conseillers ayant été mis en demeure de démissionner par le Conseil sortant, et ayant effectivement démissionné ; 3 anciens conseillers restés sur le carreau lors des précédentes élections ; 7 candidats présentés aux élections du 6 mai 1888 ; 1 délégué en rapport avec de l’administration municipale à des titres divers (adjudicataires, entrepreneurs, etc.) et 28 autres qui se déclarent indépendants.

112Précisément, Losserand ne pense pas que ces gens puissent proposer des candidats assez indépendants pour décider des mesures les plus nécessaires (réformer les services municipaux, veiller à l’exécution des cahiers de charges, supprimer les doubles emplois et les sinécures, épurer le personnel, etc.) et il lance, en guise de conclusion, un ultime appel aux électeurs ainsi formulé :

  • 69 Mercredi 2 mai 1888, signé Losserand. L’Électeur d’Indre-et-Loire.

Électeurs sincèrement républicains ; partisans des réformes immédiates ; meurtris de la guerre acharnée, sauvage, féroce du capital contre le travail, victimes de la politique roublarde et abâtardissante, louche et avilissante suivie jusqu’à ce jour, vous ferez votre liste vous-mêmes : c’est le seul moyen que vous avez maintenant de manifester votre volonté sans pression morale ou matérielle.
Vous voterez pour les candidats [ouvriers] et pour ceux qui n’ont pas honte de leur drapeau et vous vous tiendrez aussi éloignés de la liste « sans nuance politique » du Journal d’Indre-et-Loire que des « Roublards » qui ne voient dans les fonctions de conseiller municipal qu’un titre honorifique qui fera bien sur leur carte de visite ainsi que sur leur tombeau. « Ci-gît un ex-conseiller municipal ». Sans leur désirer cette dernière mention à bref délai, ils me permettront de leur décerner, à l’avance, le titre que vous leur réservez, n’est-ce pas, citoyens électeurs, celui de « Aspirants conseillers, ballotés, blackboulés et finalement tombés dans le sac aux oublis ».
C’est la grâce que je leur souhaite ; ainsi qu’aux protégés de l’archevêque des curés de Saint-Gatien, Saint-Julien, Saint-Symphorien, Saint-Etienne, du Pape, de tous les saints du paradis, du Père éternel et de Saint-Jules Delahaye ; sans compter les sympathies des « blancs d’Espagne », des « blancs d’Eu », des Jéromistes, des Victoriens, des boulangistes et autres ratapoils à poigne.69

113Il est souvent question chez Losserand des roublards et de roublardise. De fait, à l’heure où l’on demande à chacun de dire clairement son appartenance politique, il devient difficile de régler ses convictions selon les possibilités de la réussite individuelle, en entretenant des ambiguïtés. Ce genre de situation apparaît notamment lors d’une séance du Comité socialiste du Parti Ouvrier de Tours, tenue le 3 mai 1888, quand un militant soulève le cas du citoyen Legros, regrettant qu’il ne figure pas sur la liste du Parti ouvrier, alors qu’il est le seul ouvrier de la liste de la « concentration » et que plusieurs bourgeois ont été admis pour composer la liste socialiste. « C’est manquer de logique », dit-il. Mais après une longue discussion, tous se mettent d’accord sur une résolution qui éclaire l’affaire. Consigné en procès-verbal et portée à la connaissance du public par la voie de la presse, le texte est en effet très explicite :

  • 70 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 5 mai 1888.

Le Comité.
Considérant que le citoyen Legros, dans les réunions des groupes socialistes a toujours voté pour la lutte des classes.
Qu’en dernière délibération, et pour la troisième fois, alors même que le vote avait lieu au scrutin secret pour laisser plus d’indépendance à chacun, le citoyen a de nouveau voté pour la lutte de classe ; que la certitude de ce fait est établie par l’unanimité des votants, sauf une abstention […].
Que le citoyen Legros, a, au sein des Délégations républicaines, suivi une ligne de conduite contraire à ses votes au sein des groupes socialistes ; qu’on peut inférer qu’il a ainsi agi par pur soin de sa candidature ; qu’il est à présumer que le citoyen Legros, appartenant à trois groupes de nuances différentes, n’a dû être choisi comme candidat qu’à cette circonstance et à son attitude pleine de duplicité, mais non à la fermeté de ses principes.
Le comité socialiste décide : qu’il n’y a pas lieu de tenir compte de l’incident soulevé en faveur du citoyen Legros, et passe à l’ordre du jour.70

  • 71 Tours-Journal, 5 mai 1888.

114La feuille radicale, qui commente le cas, relève d’abord que la liste socialiste ne comporte que sept noms, et ne trouve pas honnête qu’à la suite de ces noms on ait inscrit plusieurs candidats de la liste des Délégations, dont le docteur Fournier et Letellier, professeur de lycée. Mais puisque les socialistes ont « enfin » affirmé leurs doctrines, ils ne doivent pas être blâmés. Tel n’est pas le cas du citoyen Legros, ouvrier charpentier, « qui a manqué à cette rectitude », estime le journal de l’ex-abbé Bertrand. « Il a été le premier, aux séances des délégations à proclamer la nécessité d’établir la lutte des classes et quand le groupe La Sentinelle s’est retiré – restant dans la correction de son programme – le citoyen Legros a jugé à propos de rester, puis de se laisser coucher entre deux bourgeois. Nous sommes en droit de dire au citoyen Legros : ou vous n’avez pas de convictions socialistes et alors pourquoi vous déclarez-vous socialiste, dites-vous républicain à l’eau de rose comme un vulgaire Letellier ; ou vous avez des convictions et alors vous les avez trahies. Triste !71. » D’après le journal de J. Delahaye :

  • 72 Journal d’Indre-et-Loire, 2 mai 1888.

La défection de M. Losserand laisse les républicains dans un cruel embarras. Leur liste de replâtrage composée en grande partie de membres du Conseil sortant allait être affichée quand est arrivée au Grand Cercle la lettre des conseillers ouvriers refusant toute candidature. Depuis huit jours, réunions sur réunions se tiennent rue Royale : on crie, on proteste, on réclame et on n’aboutit à rien.
Mais la principale préoccupation de MM. les radicaux est de repêcher le citoyen Losserand. Chaque jour de nouvelles démarches sont faites auprès du grand chef des socialistes tourangeaux. On fait à Losserand les plus plates avances ; le citoyen persiste à se montrer insensible à toutes ces démonstrations sympathiques et continue à prêcher la croisade sainte contre la bourgeoisie républicaine, pour la défense de l’intérêt de l’ouvrier. Bien plus, Losserand publie dans son journal L’Électeur, les lettres touchantes que lui envoient les républicains attristés de le voir faire bande à part, au risque de favoriser le jeu de l’infâme réaction.72

  • 73 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 avril 1888.

115Tout autant que les programmes et le comportement politique des hommes, la question des services municipaux préoccupe Losserand. On a vu plus haut qu’il place certaines réformes parmi les mesures urgentes, et on verra que dans sa fonction de conseiller, il intervient souvent sur des aspects techniques du travail municipal : tenue des registres, adjudications, compétences de telle ou telle commission, etc. Pendant la campagne électorale, il publie des lettres ouvertes à l’adresse du maire et des entrepreneurs des travaux municipaux, dénonçant certaines négligences administratives. Il s’avère en effet que des mémoires anciens ou « très anciens » n’ont jamais été réglés et que souvent, le bien-fondé des réclamations est nié par les chefs de service de la ville73.

  • 74 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 28 avril. Tribune Publique.

116À la même époque, il s’adresse aux « travailleurs, petits industriels, petits commerçants tourangeaux », leur demandant de méditer les tableaux comparatifs qu’il a élaborés et commentés sur la gestion du gaz à Grenoble et à Tours. C’est en fait de la dimension politique des services publics qu’il s’agit74.

117En 1882, les deux villes avaient sensiblement le même nombre d’habitants, 51 371 et 52 209 respectivement, observe l’auteur, avant de rassurer le lecteur qu’ayant relevé lui-même les chiffres sur les comptes de la ville de Grenoble, ceux-ci ont « un caractère absolument officiel ». On retient d’abord de ce travail très fouillé que la ville de Grenoble, exploitant elle-même l’éclairage au gaz, compte le m3 pour 0,15 F, qu’elle dépense chaque année 108 000 F et qu’elle a réalisé en neuf ans (de 1877 à 1885, dans le cadre du service public réorganisé) 929 502,57 F de bénéfice ; à Tours, où la Compagnie privée compte son gaz pour 0,32 F le m3, la ville verse à celle-ci 70-75 000 F chaque année. Notre ville est donc moins bien éclairée que Grenoble, qui dépense plus pour le confort de ses habitants, et au lieu de retenir pour elle-même le bénéfice que produit cette activité, elle a versé à la Compagnie au moins 630 000 F en neuf ans, de 1863 à 1872.

118De fait, la ville de Tours a signé le 1er février 1863 pour une durée de cinquante ans un contrat de concession accordant à la « Société anonyme pour l’éclairage de la ville de Tours par gaz le droit exclusif d’établir et de conserver des tuyaux pour la conduite du gaz d’éclairage et de chauffage sous les voies publiques dépendant de la voie urbaine. Ce droit ne pourra être cédé à qui que ce soit, en tout ou en partie, sans le consentement de l’administration municipale. »

119Or le 31 juillet 1872, la Compagnie s’est dissoute et ne s’est reconstituée que le 1er janvier 1873, et Losserand reproche avec véhémence aux administrateurs municipaux de l’époque, « qui, par incurie, par camaraderie, par ignorance ou pour tout autre motif, laissèrent faire sans rien dire » pendant les 18 mois d’interruption, pendant lesquels une nouvelle compagnie devait se reconstituer, avec un nouveau traité et une nouvelle concession.

  • 75 Ibidem. En un PS, Losserand, promettant de commenter une autre fois le programme que les travaille (...)

120Le deuxième volet de son article concerne précisément le mouvement des titres de la nouvelle compagnie. En 1873, celle-ci composée de 40 souscripteurs, était formée au capital de 300 000 F divisé en 600 actions de 500 F « Voulez-vous connaître l’importance des bénéfices réalisés rien que sur les cessions d’actions, citoyens [interroge l’auteur] lisez le petit tableau suivant. Il est instructif75. » (Annexe 22).

  • 76 Électeur d’Indre-et-Loire, 3 mai 1888.

121On ne s’étonnera pas que les Tribunes publiques de Losserand suscitent des réactions inamicales, dirigées contre sa personne ou sa position politique. Du côté des réactionnaires, le Journal d’Indre-et-Loire vante avec une ironie condescendante la « simplicité des cœurs fervents » que les candidats socialistes mettent dans leur esprit. Dans une Première à la « Rédaction » du Journal d’Indre-et-Loire, Losserand dissèque ce « pâté clérico-monarchico-légitimo-bonapartiste », où apparaissent Houssard et Faye, « ces deux malins », ainsi que le légitimiste Mame, pour lequel « plusieurs générations ouvrières se sont usées pour lui créer une modeste fortune », et qui s’engage maintenant à veiller « à ce que l’inscription aux cercles catholiques ne soit pas une condition nécessaire pour être bien vu dans son établissement ». Mais, n’ayant pas trouvé le texte réactionnaire incriminé, nous ne pouvons le plus souvent que deviner le sens de cet article de Losserand, truffé de guillemets76.

122Visiblement, on a réagi avec plus de vivacité dans le camp républicain, à l’initiative socialiste de présenter une liste indépendante. Pour le dévaloriser, le correspondant de la Touraine Républicaine écrit que Losserand est un ignorant et qu’il manque d’instruction. Au nom des « travailleurs intelligents », un lecteur prend ainsi sa défense :

  • 77 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 27 avril 1888.

Voilà qui est un comble, et nous nous demandons en quoi la consécration de l’université et l’usure d’une garde-robe sur les bancs d’un collège sont indispensables à l’expérience et au savoir.
Depuis qu’il porte la parole au Conseil municipal, le citoyen Losserand – qui fut un illettré, mais que son infatigable ardeur et ses veilles obstinées ont fait, sinon un érudit, du moins un ouvrier instruit, le citoyen Losserand a surabondamment prouvé à certains muets incapables, sa supériorité et aux bavards à verbiage tapageur l’étendue de ses connaissances acquises et la profondeur de son jugement.77

123Allant bien au-delà de ces altercations non dépourvues de mesquineries à leurs points de départ, un échange de courriers publié par Losserand dans son 4ème Aux Travailleurs Tourangeaux, constitue un document politique de première importance, eu égard à la connaissance de notre personnage et de l’état d’esprit des républicains opportunistes. Les propos échangés dépassent en effet l’horizon municipal proprement dit.

124La lettre de G. B. comporte, outre le jugement porté sur Losserand, deux idées fondamentales. C’est d’une part la conscience du danger toujours réel que représentent les forces d’ancien régime, prêtes à imposer leurs valeurs et à reprendre leurs positions. D’où l’appel à la solidarité républicaine, qui peut apparaître comme un prétexte pour escamoter la question sociale. D’autre part, et cela peut justifier la suspicion de cet escamotage, la lettre de G. B. traduit la bonne conscience bourgeoise. Elle repose sur une vision fonctionnelle de l’ordre social, qui fait disparaître la nature des échanges ou rapports sociaux, ainsi que l’exploitation et les inégalités qui en résultent. Comme il a souvent été dit, sous une forme ou sous une autre, le privilège des actionnaires se réconforte dans la même idylle de l’harmonie sociale que le privilège des bien-nés sous l’ancien régime.

125La réponse de Losserand déconstruit cette vision en serrant de plus près la réalité sociale. Elle apporte en même temps une vue synthétique de son parcours de militant, ce qui est d’autant plus appréciable que la vie pré-tourangelle du personnage nous échappe presque entièrement. Quant au fond, c’est un témoignage éloquent sur la fidélité de Losserand à la cause des exploités : pour la conserver, il a fallu une intelligence aiguë des situations et des étiquettes politiques, qui n’ont cessé de changer et de se reclasser (Annexe 23).

126Le 6 mai 1888, premier tour du scrutin municipal, est un échec complet pour la petite liste du Parti ouvrier. Losserand obtient 1 207 voix, ses camarades Dufour, Dry, Levrel et Taureau, 626, 531, 436 et 453 respectivement ; pour Rétif et Vignon, on ne fait même pas état des chiffres. C’est une grosse déception pour les socialistes que les ouvriers de Tours n’aient pas répondu à leur appel, mais la surprise est aussi désagréable du côté de la Liste républicaine (Fig. 2). Si le docteur Fournier et Letellier sont élus (avec 5 099 et 4 768 voix), on ne compte ensuite que 24 de leurs colistiers qui obtiennent plus de 4 000 voix (la majorité absolue étant de 4 748 voix), alors que sur la Liste réactionnaire, où Paul Mame est élu avec 4 856 voix, tous les 33 autres candidats restants dépassent le chiffre de 4 000, et 8 d’entre eux s’approchent du barème majoritaire.

  • 78 Journal d’Indre-et-Loire, 7-8 mai 1888.

127Les réactionnaires jubilent. Pour leur journal, « la brèche est grande ouverte […], il n’y a plus désormais que deux camps en présence : celui des hommes d’ordre et celui des hommes de désordre […]. C’est le socialisme insolent, c’est la commune menaçante qui ont été balayés78 ».

128Losserand et ses camarades demandent aussitôt aux électeurs socialistes de revenir à la discipline républicaine. Le choix n’est plus, à ce moment, entre capitalisme et socialisme, il s’agit de faire pencher la balance « pour la Réaction ou pour la République ». C’est un appel pathétique :

  • 79 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 15 mai 1888.

La Réaction victorieuse, s’empresserait de détruire l’œuvre de dix-sept années. Vous voterez pour la République, sans tenir compte de vos espérances déçues, les ajournant à des jours meilleurs ! Socialistes ! Vous voterez pour la « liste de concentration républicaine anticléricale », nous vous y invitons avec instance, au nom de la République, au nom de l’avenir de notre Parti !79

129L’échec du premier tour est « vaillamment racheté » le 13 mai (Fig. 1, 8), mais c’est une « grave leçon pour le parti républicain ». Si ouvriers et bourgeois se sont retrouvés « pour la défense commune et le salut menacé », ce sursaut de la concentration républicaine ne pouvait faire oublier l’urgence de la question sociale, ni « l’écœurement insurmontable » engendré par les scandales Wilsoniens (Fig. 5, 7). Comme l’abstention (de 32 %) au premier tour s’est faite très visiblement au détriment des républicains, le scrutin a révélé le poids de l’électorat ouvrier et plébéien.

130Il semble donc que, vu l’importance des facteurs jouant contre la liste républicaine, la défection de Losserand ne comptait guère dans les résultats du premier tour, alors qu’au scrutin de ballottage celui-ci a pu démontrer à la fois son attachement sincère à la cause républicaine et son influence auprès des ouvriers. Il faut cependant reconnaître que l’argument de la défense républicaine a pesé plus que l’argument socialiste. Malgré sa profonde déception, à laquelle ses camarades font ici et là allusion, Losserand continue son action militante sur le terrain de la lutte des classes, œuvrant pour l’unité et l’indépendance des organisations ouvrières. Il est le premier signataire d’un Appel aux socialistes de la région de l’Ouest publié par L’Électeur du 16 juin 1888 (Annexe 24).

131Une version légèrement modifiée de ce texte adressé Aux ouvriers Tourangeaux sera publié par Tours-Journal le 29 juin 1888. C’est le dernier document, à notre connaissance, qui porte la signature de Losserand.

Le conseiller municipal

132Un regard sur les réunions municipales des années 1882-1888 permet de constater que Losserand comptait parmi les conseillers les plus actifs, surtout à partir de sa réélection en 1884. Ses interventions se sont exercées principalement dans trois domaines : les intérêts ouvriers, les services publics municipaux et la laïcisation, mais on les rencontre dans bien d’autres questions soulevées devant l’assemblée : liberté communale, reconstruction du théâtre, question coloniale, commémorations, etc.

133Le nouveau conseil ayant été installé le 23 juin 1882, on procède dans la séance du 7 juillet à la nomination des trois commissions réglementaires : instruction publique, assistance publique, hygiène et objets divers ; voirie et eaux ; travaux neufs et entretien des bâtiments communaux. Avec huit autres de ses collègues, Losserand est élu dans la première, et il fera aussi partie de la Commission des finances, chargée d’examiner les projets de budget, les comptes de l’administration municipale et des divers établissements soumis à son contrôle.

Combat de Losserand pour l’école républicaine

  • 80 Voir note 3, p. 100.

134Lors de la même séance, il se fait remarquer par deux questions qu’il pose au maire en dehors de l’ordre du jour : l’une demandant que les réunions des commissions aient lieu les soirs, en sorte que les membres ouvriers puissent y participer ; l’autre portant, à propos de ce qu’il a vu à Saint-Pierre-des-Corps, sur le non-respect de l’arrêté municipal interdisant les processions. Comme il a été signalé plus haut80, cette interpellation a déplu à la presse réactionnaire.

  • 81 Peu après l’adoption de la loi de 1882 par exemple, l’imprimeur Alfred Mame adresse une lettre à l (...)

135À partir de cette année de 1882, où, le 28 mars, la loi sur l’enseignement laïque et obligatoire a été adoptée, la Commission de l’Instruction publique a une importance particulière. Le fait notamment que la loi n’a pas clarifié le problème du recrutement des maîtres, crée des incohérences et des conflits81. La majorité des membres qui compose ladite commission sont, comme Losserand, de nouveaux conseillers. Par ailleurs, « pour surveiller et encourager la fréquentation des écoles et la création d’une caisse des écoles », une circulaire du préfet prescrit l’installation d’une commission municipale scolaire. Le 8 juillet, cette affaire donne lieu à un bref débat. Outre le fait que seraient concernés directement les membres de la première commission, qui est déjà trop chargée, Losserand note qu’« on semble refuser d’appartenir à cette commission scolaire, car il y a une certaine impopularité ».

136En tout cas, on relève à l’automne 1882 deux rapports importants en relation avec la nouvelle loi scolaire et impliquant plus ou moins directement le nom de Losserand, en qualité de conseiller débutant.

137Le premier est présenté par son collègue Oudin le 15 septembre, et concerne le statut d’une école communale dirigée par les Frères de la doctrine chrétienne, rue de La Riche. Selon le traité conclu entre les donateurs et la Ville en 1857, celle-ci paie l’excédent des dépenses de l’école (entretien des immeubles et salaire des religieux-instituteurs). En simplifiant, la question est de savoir si l’accord sera maintenu. D’une façon plus générale, c’est le financement d’un établissement privé par l’argent public et la liberté de l’enseignement qui sont en cause.

138Au bout de son (très long) rapport, où le fond de sa pensée n’apparaît pas avec netteté, Oudin propose le projet de résolution suivante :

  • 82 Journal d’Indre-et-Loire, 15 septembre 1882.

Le Conseil municipal, malgré son vif désir de laïciser toutes les écoles communales et par suite de l’impossibilité légale d’accomplir la laïcisation actuelle de l’école de La Riche dirigée par les Frères, sans un accord préalable avec les donateurs ou leurs héritiers et les frères, est d’avis de maintenir le statu quo pour la dite école ; mais il invite la municipalité à tenter une entente amiable avec qui de droit pour l’annulation du traité du 30 octobre 1857, et la donation du 30 novembre suivant, proposée par les Frères.82

139Ce texte opportuniste fait bondir le radical Degorce :

  • 83 Journal d’Indre-et-Loire, 15 septembre 1882.

[Il] déclare ne pouvoir oublier qu’il a été porté sur la liste républicaine anticléricale qui a triomphé aux dernières élections et que de grands devoirs en résultent. Au premier rang il faut parler de la laïcisation des écoles communales ; c’est l’application du grand principe de la liberté de conscience devant laquelle doivent s’incliner toutes les conventions qui pourraient y faire obstacle ; aussi n’est-il pas possible d’admettre que la ville soit tenue à perpétuité aux termes des conventions l’obligeant à entretenir l’école des Frères et le conseil ne doit pas hésiter à rompre les contrats existants.
Que sont les congréganistes, poursuit l’honorable membre? ils ne sont pas dévoués aux principes qui nous régissent, ils sont dévoués avant tout à leurs chefs religieux ; on aura beau leur imposer des programmes, ils les suivront à la lettre, mais ils ne se conformeront jamais à leur esprit. Quand ils auront à parler de Voltaire, Rousseau, Diderot, d’Alembert, sous quel jour feront-ils apparaître tous ces précurseurs de la Révolution française à leurs élèves ? »
Les impressions de l’enfance sont les plus durables, les enfants élevés par les congréganistes deviendront hommes et ils ne seront pas alors défenseurs de la République. Faut-il rappeler ce qui se passe ? Les tribunaux retentissent de scandales dont beaucoup de congréganistes sont la cause […]. Je tiendrai haut et ferme le drapeau anticlérical et je repousse le statu quo.83

140Quittant son siège de la présidence pour prendre part à la discussion, le maire, Jules Charpentier, « dit qu’il serait préférable d’atermoyer, la ville ayant tout intérêt à attendre et à conserver les Frères comme instituteurs publics plutôt que leur donner la liberté qu’ils réclament ».

141Après avoir longuement argumenté contre la « laïcisation précipitée », il affirme que son opinion est partagée par les députés, les hommes politiques, les fonctionnaires et les universitaires, avec qui il s’est entretenu de cette question.

142Comme ses collègues radicaux, Degorce et Corbeau, Losserand est contre le statu quo, mais, tout en défendant la laïcisation, il défend aussi la liberté des pères de famille. « Nous voulons la liberté absolue, dit-il, nous sommes anticléricaux, mais nous ne sommes pas autoritaires et nous n’admettons pas que l’État puisse avoir le droit d’imposer aux parents le mode d’éducation pour leurs enfants. Tous les citoyens doivent avoir les mêmes droits ». Corbeau dit de son côté « qu’on n’empêchera jamais les Frères de donner l’instruction religieuse à leurs élèves. Seulement, au lieu de l’enseigner à l’école, ils la donneront dans des locaux séparés ».

  • 84 AM, 1 D 71, Séance du 15 septembre 1882.

143Ce qu’on retient finalement de la position des radicaux, c’est le refus de la confusion des genres, et, plus précisément : pas d’argent public pour l’école des Frères, ni d'enseignant congréganiste dans l’école laïcisée ; en revanche, les parents doivent conserver la liberté du choix de l’une ou l’autre école, les conséquences financières de ce choix étant sous entendues. À l’opposé, les partisans du statu quo (maintien de la participation financière de la ville) pensent, comme le dit le maire, que les congréganistes seraient « amenés par la force des choses à abandonner eux-mêmes nos écoles ». À vrai dire, la démonstration du maire nous reste fort obscure84.

144L’affaire réapparaît en avril 1884 dans un rapport de Losserand, portant « sur les mesures à prendre en vue de sauvegarder la moralité et l’instruction des enfants fréquentant l’école des Frères de La Riche ». Le rapport a été provoqué par une lettre du préfet datée du 18 février 1884, dont Losserand lit d’abord « quelques extraits », à la demande de ses collègues (Annexe 14).

145Dans le débat qui s’engage, Gaudin rappelle d’abord la loi en discussion à la Chambre, visant à ce « que l’enseignement primaire dans les écoles publiques soit donné par des laïques et pour que les communes restent propriétaires des immeubles qui leur ont été donnés à la charge d’y entretenir des congréganistes, en payant seulement une indemnité aux héritiers ou ayants cause des donateurs ou testateurs ».

146Corbeau expose les difficultés et les inconvénients qui résultent des solutions possibles : la fermeture de l’établissement, proposée par le préfet, impose à la ville de rendre immédiatement disponibles des locaux pour accueillir les enfants qui se rendaient chez les congréganistes ; le second moyen, la laïcisation, est plein de péril, dit-il, on s’expose à s’engager dans une série interminable de procès dont on ne peut prévoir la conséquence. Cet avis est partagé par Coursière, qui précise que la laïcisation serait suivie de la nomination d’instituteurs laïques, mais que les Frères pourraient rester dans l’immeuble et le parti clérical les engagerait à la résistance.

147Après Oudin, le 15 septembre, c'est Losserand le 9 octobre 1882 qui présente un rapport important au nom de la Commission de l’Instruction publique. Il porte sur la gratuité des fournitures scolaires dans les écoles communales laïques, pendant le dernier trimestre de 1882. Malgré quelques formules qui peuvent paraître ronflantes pour le lecteur d’aujourd’hui, le texte donne une bonne idée de la philosophie de son auteur en matière d’éducation et d’instruction. Il est intéressant de noter, par exemple, que, fidèle à l’esprit des premiers projets d’instruction publique, Losserand englobe les matières enseignées sous l’étiquette d’« instruction civique », qu’il oppose à l’« instruction religieuse ». L’école républicaine éduque en instruisant. On voit aussi dans ce discours les difficultés qui se dressent devant le projet scolaire de la IIIe République naissante, alors que les écoles congréganistes sont un redoutable concurrent et que l’honneur de la France est en jeu vis-à-vis des peuples qui l’entourent (Annexe 25).

148Dans ce rapport du 9 octobre, il est question de la séance du 22 août, où Losserand a demandé la gratuité des fournitures scolaires non seulement pour les élèves indigents, mais indistinctement pour tous les élèves. Il a motivé ainsi sa demande : « Si dès le bas âge on trace une ligne de démarcation entre les enfants, on trace une ligne d’inégalité qui deviendra de plus en plus sensible chez eux en avançant en âge […]. Pour mettre en pratique les idées égalitaires de la révolution française de 1789 » (Fig. 3, 4), il demande un crédit suffisant pour assurer gratuitement les fournitures à tous les élèves fréquentant les écoles communales. À Ducrot, qui demande de faire payer les parents aisés, Losserand répond :

  • 85 L’Union Libérale, 6 et 7 septembre 1882.

Les parents aisés supporteront indirectement le prix des fournitures accordées à leurs enfants, puisque la dépense sera acquittée par le budget de la ville, et que leur quote-part dans le paiement des impôts à l’aide desquels ce budget est établi, est plus forte que celle des indigents.
[Il ajoute qu’en consultant les gens aisés et les indigents, il a remarqué que] « les premiers demandent seulement les fournitures pour les enfants pauvres, tandis que les autres demandent l’extension de la gratuité à tous les enfants indistinctement; cette différence vient de ce que l’on reçoit l’aumône par la force, on subit la contrainte, résultant d’une nécessité impérieuse, mais on éprouve un sentiment pénible. En adoptant la mesure opposée, on évitera de blesser toutes les susceptibilités ».85

149Dans la foulée de la mise en œuvre de la loi de mars 1882 sur l’enseignement primaire obligatoire, le docteur Fournier annonce, lors de la séance du 25 mai 1883, la création non seulement de trois écoles de filles, de sept écoles maternelles et d’une crèche laïque, mais aussi le projet d’un lycée de filles. Le débat se poursuivant le 8 juin suivant, Losserand dit qu’on a saisi « le meilleur moyen de combattre le cléricalisme, en installant partout des écoles laïques, et on peut s’apercevoir par les attaques constantes de nos adversaires du dommage qu’on leur a déjà causé, en leur arrachant un grand nombre d’élèves qu’ils façonnent à leur servitude ». Il rappelle aussi qu’au sein de la Commission, la manière d’agir de certains membres du Conseil constitue une véritable obstruction, et demande le vote par appel nominal.

150Il sera bien servi, car, « après les nombreuses délibérations et les non moins nombreuses décisions concernant soit l’école secondaire de filles établie provisoirement, soit le lycée de plein exercice », c’est lui-même qui présente en avril 1884 le projet du lycée, provoquant l’appel nominal et la démission de cinq conseillers hostiles au projet. Nous retiendrons de cette longue intervention les justifications données par Losserand, qui apportent des éléments permettant d’enrichir nos connaissances sur ses idées et ses sentiments :

  • 86 Bulletin municipal, 1884, p. 134-146, Séance du 4 avril.

Notre département, hier encore, loin sur la liste moyenne de l’instruction générale, prendra rang des premiers, comme il est le premier par la beauté de son climat et la fertilité de son sol, dit le rapporteur.
[…] après M. le docteur Fournier, qui a si éloquemment fait sortir la nécessité « d’élever le niveau moral de la femme, d’améliorer l’état de son intelligence par des études bien choisies, de lui inspirer le sentiment d’honneur et de vertu par des moyens sûrs et dignes d’elle ; de la mettre enfin à même, par cette mesure libérale, d’apprécier, comme l’homme, l’incomparable valeur des arts, des lettres et sciences.
J’ajouterai seulement ceci, que les principes d’éducation appliqués à la femme et employés jusqu’à ce jour, tendaient à faire d’elle, dans la plupart des cas, un être rempli de préjugés, d’idées étroites, de fanatisme et de superstition, inférieure à l’homme à tous égards, inapte à former des hommes, incapable de leur enseigner leurs devoirs sociaux, ne comprenant absolument rien à la chose publique, et dont la plus grande occupation avait pour objet des frivolités indignes d’occuper un instant un esprit sérieux et réfléchi.
Quelles jouissances intellectuelles l’homme peut-il trouver à son foyer, si sa compagne ne partage ou ne comprend ses idées larges et généreuses ? Comment admettre qu’il puisse considérer comme égal au sien, cet esprit racorni par une éducation vicieuse ?
Le système nouveau fait à la femme sa part dans le concert social. Son rôle est sublime : elle est l’éducatrice de la génération de demain. Elle prépare les grands hommes de l’avenir. Elle est l’égale de l’homme par la virilité morale, et peut-être supérieure à lui par l’esprit, l’intelligence et le cœur.
Le Conseil actuel, qui a déjà beaucoup fait pour l’instruction publique, couronnera son œuvre par l’établissement définitif d’un lycée de filles, parce qu’il est juste que la partie du genre humain faible au physique, soit au moral au niveau de l’autre moitié ; parce qu’il est sage et prudent de ne confier l’éducation de l’enfance qu’à des mains sûres et à des cœurs préparés pour cette sainte mission ; parce qu’il est nécessaire de former des hommes capables de faire reprendre à la France sa suprématie intellectuelle sur les autres nations ; parce qu’il est urgent de faire sucer à l’enfant avec le lait de sa mère, l’amour ardent de la liberté, de l’égalité et de la solidarité sociale ; parce qu’il est temps de se préparer à l’effondrement du vieux monde, pour en recueillir les débris jugés dignes d’être conservés ; parce que, enfin, la République ne sera assise solidement que lorsque la femme sera républicaine, soustraite à l’esprit obscurantiste, et affranchie du joug des sectes religieuses en général, et du catholicisme en particulier.86

151Il est question de transformer en lycée l’école secondaire de filles ouverte le 15 octobre 1883, à titre provisoire, dont « les débuts prospères » encouragent la majorité des élus à réaliser cette opération. Installé à l’hôtel Alamargot (rue des Fossés-Saint-Martin – place Victoire – rue de la Grosse-Tour) et complété de nouvelles constructions, le lycée de filles devrait accueillir des classes primaires pour « en assurer le bon recrutement », et les cinq années d’enseignement secondaire prévues par la loi. Selon le devis approximatif, le coût de la réalisation s’élèverait à 635 750 F, dont la moitié à la charge de l’État, et l’autre moitié à la charge de la ville.

152Les adversaires du projet qui prennent la parole (Pimbert, Plumerel et Poirier) avancent l’argument que l’État ne tiendra pas sa promesse, et surtout que – nous sommes en avril 1884, à la veille des municipales – rigoureusement parlant, le mandat du Conseil a expiré depuis le mois de janvier, il faut donc ajourner la question jusqu’à la session de mai, quand elle pourra être résolue par les nouveaux élus.

153Les orateurs qui défendent la cause du lycée (Fournier, Losserand, Corbeau, Coursière et Ducrot) de leur côté, ne manquent pas d’arguments. Losserand, dont l’opinion nous intéresse ici particulièrement, explique que dans « le cas où l’État ne pourra pas payer la moitié de la dépense […], le lycée de filles ne sera pas installé, on se contenterait de ce qui existe actuellement, puisque la ville ne prend l’engagement de contribuer à cette dépense que pour 317 875 F, et n’autorise le maire à traiter avec le ministre que si ce dernier s’oblige au nom de l’État à payer une somme équivalente à celle qui sera déboursée par la ville.

154En ce qui concerne le reproche fait au rapport de ne pas entrer dans des développements suffisants, l’honorable membre fait observer que le rapport est déjà volumineux et qu’il eût été considérable s’il était entré dans la voie indiquée par M. Plumerel ».

  • 87 Bulletin municipal, 1884, p. 134-146, Séance du 4 avril.

155Quand, vers 11 h du soir, Pimbert demande le vote par appel nominal sur sa proposition d’ajournement, cela donne cinq voix pour (Plumerel, Poirier, Pimbert, Patry et Neveu) et douze contre (Coursière, Trouillé, Gaudin, Fournier, Ducrot, Corbeau, Garnier, Losserand, Brédif, Degorce, Fossembas et M. le Maire). Pimbert lit ensuite une déclaration annonçant la démission des cinq opposants, qui quittent la salle des délibérations et invalident ainsi la décision. Peu avant, Corbeau a déclaré que c’était « une manœuvre déloyale faite en vue des élections87 ».

156De fait, les charges financières, traduction matérielle de l’anticléricalisme, constituent le thème central des luttes électorales en avril-mai 1884.

157Dans ses Recommandations dix jours avant le renouvellement des Conseils municipaux, le Journal d’Indre-et-Loire s’adresse Aux électeurs municipaux en les avertissant :

  • 88 Journal d’Indre-et-Loire, 24 avril 1884.

Partout où les Conseils municipaux sont dominés par les ennemis du curé, de la religieuse ou des frères, par des dissipateurs des ressources de la commune, grands bâtisseurs d’écoles somptueuses et exécuteurs impitoyables des lois d’instruction primaire, ce n’est pas trop d’efforts prolongés et énergiques pour arracher les habitants à ce gaspillage et à ces vexations […].
C’est sur le terrain financier, scolaire et de la liberté de conscience qu’on se donnera de part et d’autre rendez-vous, et c’est là qu’on se mesurera. Les habitants des communes que la laïcisation à outrance et la construction à frais inouïs de maisons d’école ont chargés de centimes additionnels et dépouillés de leurs terrains communaux, ou qui souffrent d’une application rigoureuse des lois scolaires, voudront secouer tous ces fardeaux en se débarrassant de leurs oppresseurs.88

158Lors de la réunion mouvementée du 8 mai, citée plus haut, Georges Houssard revendique pour les conservateurs le mérite d’avoir commencé et poursuivi « la grande et féconde entreprise de l’instruction populaire », mais, se tournant vers les conseillers et le public ouvrier, il déclare désapprouver le lycée de filles : « C’est une entreprise antidémocratique, profitable seulement à quelques privilégiés qui ne sortent pas de vos rangs et n’appartiennent point à la classe ouvrière. »

159Là-dessus, le conseiller ouvrier Corbeau intervient pour défendre avec vigueur l’œuvre de la laïcisation, les dépenses effectuées pour les constructions et les fournitures scolaires :

Nous comptons encore dépenser une grosse somme pour le lycée de filles. C’est encore là une œuvre démocratique et libre-penseuse. Nous voulons arracher la femme à l’influence des préjugés qu’on lui a inculqués et qui l’empêche de devenir républicaine et d’élever ses enfants dans les sentiments et les idées de la Révolution (Applaudissements frénétiques).
Nous voulons que la femme prêche comme nous la démocratie et la Révolution dans sa famille. Nous avons fait le lycée de filles pour les classes aisées, c’est vrai ! mais c’est pour faire pénétrer chez les filles de la bourgeoisie toutes nos idées, pour en faire des révolutionnaires et pour chasser de leur esprit toutes les idées de religion qu’on leur donne dans les couvents et dans leur famille (Bravos frénétiques).

160Pendant que Corbeau est chaudement félicité par ses amis, Henry Faye reprend la parole pour faire l’éloge de Losserand, à propos de la gratuité des fournitures, « car il faut rendre justice à ses adversaires » : en voilà un qui a des idées libérales, le seul ami au sein du Conseil de la liberté de conscience. Presque hué par les ouvriers, Losserand vient à la tribune pour faire comprendre son attitude :

  • 89 Journal d’Indre-et-Loire, 9 et 10 mai 1884.

Citoyens, je tiens à vous expliquer mon vote sur les fournitures scolaires. J’ai bien dit qu’il fallait donner des fournitures gratuites dans les quartiers où il n’y a pas d’écoles communales laïques, à Saint-Symphorien, par exemple. Mais dans les quartiers où il existe à la fois des écoles laïques et des écoles congréganistes, j’ai été d’avis de les refuser aux pères de famille qui envoient leurs enfants chez les curés.89

161Quant au projet du lycée de filles, il aboutit en 1886 par la transformation de l’école secondaire déjà existante. « Dans quelques semaines [écrit le Journal d’Indre-et-Loire le 26 septembre], grâce à plusieurs millions de francs pris hier soir par le Conseil municipal dans la poche des contribuables, ces demoiselles de l’école secondaire pourront se dire en relevant fièrement la tête : “Nous sommes enfin des lycéennes !”

  • 90 Journal d’Indre-et-Loire, 26 septembre 1886.

162Pour transformer, en effet, l’école secondaire en lycée, il suffisait de créer une cinquième année d’enseignement. Pour ce faire, le Conseil municipal s’est adressé à l’État […], dont la caisse ressemble fort au tonneau des Danaïdes en ce moment. » L’État a répondu négativement, mais au lieu de laisser tomber le projet, les conseillers ont demandé « encore aux contribuables une somme de 3 900 francs pour le malin plaisir de faire enrager le Journal d’Indre-et-Loire et ceux qui firent jadis une guerre active à ces inutiles et ruineuses créations qu’on appelle les lycées de filles »90.

  • 91 Nous sommes donc loin de cette « conception libérale de la laïcité » que Mona Ozouf, par exemple, (...)

163Non sans irritation, le journal conservateur nous informe par la même occasion qu’à chaque séance du Conseil municipal, de nouvelles demandes de crédits sont présentées pour les écoles et adoptées avec le même enthousiasme. De fait, dans cette phase pionnière du combat pour l’école républicaine qui précède la loi du 30 octobre 1886 laïcisant le personnel des écoles publiques, l’anticléricalisme militant confère aux débats un climat bien plus turbulent (Annexe 26) que celui qui va s’instaurer par la suite au cours de l’application des mesures législatives. Et si Losserand est loin d’être le seul acteur des décisions incriminées en matière scolaire, ses interventions incarnent tout à fait ce radicalisme populaire, sans lequel le processus de laïcisation n’aurait probablement abouti qu’à des demi-mesures91.

164L’audace et la sincérité de leurs convictions portent les élus plébéiens à affronter les cléricaux dans le combat pour les consciences, où ceux-ci possèdent des avantages incomparables, qu’il s’agisse des pesanteurs morales, historiques et des possibilités matérielles. Or, comme leurs adversaires, les républicains savent pertinemment que l’enfance est réceptive, et plusieurs discours de Losserand devant ses collègues abordent le problème de la prise en charge publique de la petite enfance.

165Ainsi, à l’époque où le lycée de filles fait l’objet des dernières discussions (le projet aboutira finalement à l’automne 1887), deux interventions doivent être signalées de sa part, portant sur les écoles maternelles. Dans la séance du 3 septembre 1886, il rappelle qu’il a remis à l’Administration « une pétition recouverte d’un nombre respectable de signatures », lancée en faveur de la création d’une école maternelle dans le quartier sud du Morier. Celui-ci en a un besoin évident, dit-il, puisque plus de 300 enfants très jeunes doivent parcourir au moins un kilomètre pour se rendre à l’école existante.

166Il insiste sur le caractère urgent de l’affaire, d’autant plus que « l’Archevêque de Tours, aidé d’un comité, était sur le point d’acheter un terrain d’une valeur de 100 000 francs et situé près des casernes, dans le but d’y construire un groupe scolaire congréganiste.

  • 92 Rue du Sergent Bobillot, face au Quartier Rannes, c’est l’Institut Sainte-Jeanne d’Arc qui occupe (...)

167Le moment me semble donc venu [conclut Losserand] de prévenir le parti clérical dans cette voie, de le devancer et de prendre position sans aucun retard […]. Il est de notre intérêt, au point de vue républicain et anticlérical, de nous hâter de doter le quartier du Morier de l’établissement qui lui fait défaut ». Le 24 septembre suivant, il présente un rapport en bonne et due forme sur ce sujet, à savoir « sur la location d’un terrain et d’une construction à y édifier pour l’École maternelle, rue Desaix », mais visiblement le projet n’a pas abouti92.

168Un autre texte qu’il lit au cours de cette séance donne une idée sur l’équipement des petites écoles laïques, et illustre derechef le fondement anticlérical de l’action municipale (Annexe 27).

  • 93 Bulletin municipal, 1885, déclaration de Gaudin dans la séance du 23 octobre.

169On comprend qu’au plus fort de ces années d’effervescence, le conseil élu en 1884 crée jusqu’à « douze ou treize écoles » en une seule année93.

La laïcisation des secours et des services hospitaliers en débat

  • 94 Feneant Jacques, dans Surrault J.-P. et Feneant J., Jadis en Touraine…, op. cit., Chambray-lès-Tou (...)

170Mais la question de la laïcité est loin de ne concerner que le domaine de l’école. Le IIe Empire qui fut l’âge d’or du capitalisme en France, fut aussi un puissant générateur de misère et, en y comptant aussi les décennies écoulées depuis la Restauration, laissa en héritage un grand nombre d’institutions religieuses de charité, qui fleurissent sur le marasme économique des années 1880. L’Église trouve, dans les soins apportés aux miséreux « un terrain de mission. Pendant tout le siècle, on vit se développer des œuvres de piété, ou des “œuvres eucharistiques”, lesquelles recevaient un appui considérable des grandes familles nobles de Touraine qui envoyaient leurs “dames zélatrices” secourir la misère dans le cadre d’une dizaine d’œuvres charitables où dominait l’idée de “Réparation”, surtout après la Commune94 ».

171Or, se réclamant plus ou moins explicitement de la constitution de l’An II, les républicains avancés rattachent l’organisation des secours publics à la sauvegarde de la dignité de l’homme, incompatible par définition avec la pratique religieuse de la charité, démarche intéressée de la recherche du salut, et impliquant l’aliénation de la conscience du quémandeur.

172En simplifiant, on peut donc situer par rapport à ces références l’action de la municipalité de Tours, et, plus étroitement, les interventions de Losserand dans différentes affaires touchant à des organismes de secours à caractère confessionnel (catholique) : hospice, bureau de bienfaisance, refuge, orphelinat et, question sous-jacente, gestion des legs et donations.

  • 95 L’Union Libérale, 31 août 1882, Séance du Conseil municipal du 19 août 1882.

173Dès la première année de son élection, Losserand interpelle à propos de la « subvention au bureau de bienfaisance, y compris le traitement des sœurs95 » : est-il possible de laïciser ce service ou tout au moins le service de distribution de secours faite aux indigents à l’aide de la subvention de la ville. Par des exemples, il explique que les distributions sont mal faites, les secours étant accordés à ceux qui réclament avec le plus d’insistance, au lieu de l’être aux « pauvres honteux ». Les sœurs ont parfois la faiblesse, dit-il, de donner des secours à des gens peu méritants pour se soustraire à leurs sollicitations ou à leurs injures. Il demande donc la mise en place dans chaque quartier d’une commission laïque chargée de signaler à la Commission administrative du bureau de bienfaisance les personnes nécessiteuses.

  • 96 L’Union Libérale, 2 septembre 1882, Séance du 19 août 1882.
  • 97 Ibidem.

174À Meneu qui représente cette commission et qui conteste la thèse de la partialité, Losserand explique que « les sœurs reçoivent de toutes mains et elles distribuent absolument confondus les secours provenant à la fois de dons et de subventions. Les critiques ne s’adressent donc pas à la Commission administrative, mais au personnel distributeur »96. Il est d’ailleurs soutenu par un autre conseiller, le radical Gaudin, qui confirme en outre « la pression exercée par les sœurs sur les familles dont les enfants fréquentent les écoles laïques, pour les déterminer à les envoyer chez les congréganistes, en les menaçant, en cas de refus, ou de leur faire supprimer les secours ou tout au moins de les diminuer »97.

175Si Meneu persiste à dire « que jamais aucune plainte sérieuse n’est parvenue à la Commission administrative du bureau de bienfaisance depuis qu’il en fait partie », Losserand maintient son assertion, disant que ces administrateurs « sont comme certains personnages de comédie, les derniers à être informés de ce qui se passe chez eux. Vivant constamment au milieu des ouvriers, il affirme à M. Meneu, dont il reconnaît la parfaite bonne foi, qu’il est plus à même que les membres de la Commission administrative de juger la situation sur laquelle il a attiré l’attention du conseil ».

  • 98 L’Union Libérale, 31 août et 2 septembre 1882.

176Il s’avère en fait que la même question a déjà été soulevée dans l’ancien conseil, mais que le maire de l’époque, Armand Rivière, a demandé la prudence, afin notamment de ne pas risquer de perdre une partie des ressources du bureau. Losserand reste sceptique (il est clair pour lui que les fonds recueillis par les sœurs iront toujours aux gens qui se livrent aux pratiques religieuses, alors que l’argent public servira « aux pauvres réellement dignes d’être soulagés »), mais accepte le renvoi de la question demandé par le maire98. Or, quand après cette séance du 19 août 1882, il s’enquiert le 7 mai 1883 si l’administration a étudié sa proposition, la réponse est évasive : il est difficile de trouver le personnel nécessaire, répond le maire.

  • 99 Journal d’Indre-et-Loire, 18 janvier 1885.

177C’est dans la séance du 21 novembre 1884 que celui-ci fait connaître les travaux auxquels l’administration s’est livrée pour améliorer le fonctionnement du bureau de bienfaisance, « spécialement au point de vue de la laïcisation »99. Avant cet acte, la présentation du compte de 1883 du bureau et son budget additionnel pour 1884 sont à l’ordre du jour, et la parole est à Losserand qui introduit ainsi son discours :

  • 100 Journal d’Indre-et-Loire, 17 janvier 1885.

Messieurs,
La sous-commission des finances, chargée d’examiner les comptes et budgets de nos établissements hospitaliers et de bienfaisance, m’ayant chargé de rapporter la partie particulière au bureau de bienfaisance de Tours, je me suis cru obligé d’examiner de très près chacun des comptes de ces établissements en raison de la lutte sérieuse existant entre partisans de la laïcisation et les partisans du statu quo.
Ainsi que le disait notre honorable collègue M. Corbeau dans une des séances du précédent conseil : « La charité ne doit pas avoir d’opinion ». Tous les nécessiteux, sans distinction de parti et de religion ont droit à la répartition quand il s’agit de bienfaisance publique, qui justement parce qu’elle est anonyme, ne doit pas avoir de préférence, sous peine de faire œuvre de partialité monstrueuse, en portant atteinte à la liberté individuelle, en abaissant la dignité, le sens moral du malheureux condamné à solliciter aide et assistance.
Nous, Messieurs, partisans de la justice, nous avons dû nous préoccuper de nombreuses réclamations, qui nous ont été adressées contre la façon dont se distribuent les secours, et nous sommes arrivés à conclure que dans la plupart des cas, la quotité à recevoir varie non pas avec les besoins des intéressés, mais avec leur degré de soumission aux désirs, pour ne pas dire à la mise en demeure, des sœurs chargées de la répartition des secours.
Je parlais tout à l’heure de la dignité, Messieurs, je vais vous donner la preuve qu’avec le système de distribution actuel, il est difficile aux malheureux de conserver la leur. Un cas qui mérite d’appeler votre attention est le suivant :
Plusieurs personnes ayant adressé des réclamations à l’administration municipale pour la partialité dont elles étaient l’objet, ces personnes mises en présence de la sœur contre laquelle elles réclamaient, revinrent sur leur première et catégorique affirmation, déclarant qu’elles n’avaient pas à se plaindre et que tout allait pour le mieux dans le meilleur des bureaux de bienfaisance. Qui mentait ici ? La faim ou la dignité ? – Allez-vous à la messe ? – Vos enfants fréquentent-ils les écoles congréganistes ? vous serez secourus. Si vous vous plaignez, mourez de faim. – Êtes-vous juif, protestant, libre penseur ? mourez de faim.
Messieurs, les ancêtres des distributeurs du bien des pauvres comprenaient peut-être autrement la charité.
Quant à nous, partisans de la liberté de l’individu, nous estimons que la situation actuelle dure depuis trop longtemps, et puisque le conseil d’administration du bureau de bienfaisance ne veut tenir aucun compte des désirs plusieurs fois manifestés du Conseil municipal de Tours touchant à la laïcisation, il y a lieu de prendre au plus tôt des mesures pour faire cesser cet état des choses afin de n’être pas complice de la négation de la dignité de l’individu au profit d’une caste qui ne peut se maintenir que par l’affaiblissement du niveau moral de l’humanité.100

178Losserand présente ensuite le bilan chiffré. Recettes : 95 598,95 F ; Dépenses : 94 039,25 F ; Excédent de recettes : 1 559,70 F. Résultat de l’exercice précédent présentant un excédent de recettes : 12 823,27 F. À reporter au budget supplémentaire de 1884 : 14 382,97 F. Cet excédent suscite de sa part une série de commentaires (Annexe 28).

  • 101 Ibidem.

179Finalement, « le Conseil émet le vœu que le bureau de bienfaisance soit laïcisé dans le plus bref délai possible, et invite M. le Maire à faire toutes démarches nécessaires pour arriver à un résultat définitif »101.

180De fait, l’affaire ayant suivi son chemin, elle a été débattue entre temps le 13 août précédent par la Commission administrative du bureau de bienfaisance : le docteur Fournier, maire de Tours et président d’office de ladite commission, ainsi que Péan, vice-président, Meneu, ordonnateur et les administrateurs Boureau, Loiseau, Corbeau et Michelin. D’emblée, ils votent par appel nominal sur la question de principe de laïcisation du personnel chargé de la distribution des secours. Votent pour l’application pure et simple de la laïcisation le docteur Fournier, Corbeau, Michelin et Loiseau (celui-ci sous réserve dans l’application du principe en question) ; Péan, Meneu et Boureau sont pour le maintien des sœurs, ce dernier ajoutant sa protestation énergique contre deux propositions annexes, à savoir la suppression de la pharmacie et de la boulangerie du bureau de bienfaisance : il s’inscrit contre tout ce qui pourrait porter atteinte à l’organisation existante, « reconnue bonne et pratique en 1881, par M. l’Inspecteur général délégué du ministre ». En résumé, 4 membres de la Commission administrative sont pour la laïcisation en principe, et 3 pour la conservation du personnel distributeur des secours.

181Le maire explique ensuite devant le Conseil que les boulangers de la ville par leur syndic ont promis de fournir le pain, avec une réduction notable de prix, plus considérable même que dans toutes les villes où fonctionne ce système :

Si nous parvenons à organiser le service de la boulangerie en dehors du bureau, les pauvres en ressentiront une grande satisfaction. Ils ne seront plus en effet obligés de venir de loin pour recevoir leur pain dans un établissement, où, trop souvent, on les reçoit de telle façon qu’ils sont obligés de n’y plus revenir, car selon qu’on plaît ou déplaît aux sœurs, on est bien ou mal reçu par elles.
[De même, le concours de pharmaciens permettra] des conditions qui assurent un contrôle sérieux et une commodité parfaite, ce qui nous permettra de supprimer la pharmacie actuelle du bureau, pharmacie absolument illégale, puisque elle n’est pas dirigée par un pharmacien, mais par une sœur […]. Nous améliorerons les services, nous établissons un contrôle et supprimons une partie du personnel congréganiste, réalisant de ce chef une économie de 5 à 6 000 francs […]. Enfin, nous élaborons un nouveau règlement aussi large, aussi libéral que possible, et ayant pour but pratique d’éviter au pauvre d’être montré au doigt à cause des secours que la misère oblige à recevoir.

182Cependant, Losserand manifeste son appréhension, craignant que cette façon de distribuer le pain et les remèdes n’aboutisse à contourner le problème : on n’aura pas besoin de supprimer les sœurs et donc de laïciser le bureau de bienfaisance. « Si on laisse aux sœurs un pied dans la place, elles en prendront bientôt quatre », pense-t-il.

183Vient alors en discussion la question épineuse des legs qui obligent à maintenir les sœurs. Il faudra les étudier, dit Fournier ; en procédant comme on fait, on satisfait au plus pressé, sans renoncer à une entière laïcisation.

184La troisième étape de ce processus compliqué est marquée par la séance du 19 décembre 1884, quand Losserand, présentant le projet de budget du bureau de bienfaisance pour l’exercice 1885, exprime une grande satisfaction : d’ores et déjà, les promesses du maire sont en cours d’application, « l’influence néfaste des sœurs » disparaîtra rapidement, un comité de quartier remplaçant l’ancien système, composé de gens « honorables », s’emploiera à obtenir des renseignements sur les solliciteurs et sur les familles qui bénéficient indûment des secours. « Ce comité nous privera certainement [rassure-t-il] du désolant spectacle de gens propriétaires, possesseurs d’un livret de Caisse d’épargne, recevant sans vergogne, volant aux nécessiteux avérés la bouchée de pain que ces derniers sont incapables de se procurer par le travail. »

185Losserand fait état d’une liste de toutes les familles secourues par le bureau de bienfaisance de Tours, liste demandée par lui-même et son collègue Corbeau, imprimée et distribuée à chaque membre du Conseil municipal. Elle comporte 2 000 familles environ, mais déjà une révision a permis de réduire ce chiffre à 1 084. Il ajoute cependant que « l’exagération en tout est un défaut. Il ne faudrait pas, sous prétexte de supprimer les abus, en arriver à supprimer de ce fait des secours absolument nécessaires. Il est encore préférable, dans le doute, de donner à un mauvais pauvre que de refuser à un malheureux digne de sollicitude ». Il propose ensuite d’établir une gradation dans le classement des nécessiteux, en ordre décroissant des priorités : montant des salaires des secourus ; nombre d’enfants à charge ; moralité et conduite des parents ; le bon emploi des aides par les bénéficiaires. Il demande enfin qu’on exige des agents du bureau de bienfaisance « beaucoup de zèle, le plus grand tact, la plus parfaite discrétion […]. Nous voudrions aussi, ajoute-t-il, que l’administration s’abstînt, dans les limites du possible, d’employer la police pour ce service, non que nous suspections le zèle des agents de la ville, mais que ce zèle peut, dans certains cas, être aussi exagéré qu’intempestif ; l’uniforme, du reste, suffit à donner toute la publicité que nous voudrions voir supprimer dans la distribution des secours. »

  • 102 Journal d’Indre-et-Loire, 17 et 18 janvier, 1er et 4 février 1885.

186Le rapport insiste en conclusion sur les éloges que méritent pour « l’énergique résolution » qu’ils viennent de prendre « les sincères républicains anticléricaux » de l’administration du bureau de bienfaisance102.

187Le résultat immédiat de la laïcisation des secours est esquissé par Losserand dans son rapport sur le budget du bureau pour 1886. Ce texte qu’il présente le 10 décembre 1885 est à la fois un bilan à chaud de la transformation réalisée, et une illustration de l’attitude des élus locaux républicains dans la solution d’une situation compliquée, d’où l’élément religieux ne sort point diminué dans ses intérêts.

188Au fil d’un développement minutieux des dépenses et des recettes prévisionnelles, Losserand montre d’abord que, contrairement aux dires des adversaires de la laïcisation de l’établissement, les ressources de celui-ci augmenteront par rapport aux années précédentes. Il fait ensuite état d’un grand nombre de dons de toutes natures (vêtements, linges, chaussures, chauffage, etc.) pour montrer que les cléricaux avaient tort de croire que la laïcisation mettrait fin à cette action. « Vous voyez, Messieurs, que la charité publique n’a pas de religion, et que la solidarité humaine sait s’affirmer non sur un dogme, mais sur le malheur », dit-il en s’adressant à ses collègues.

189Après l’examen des différents chapitres du budget, le débat se porte sur les rémunérations des sœurs en rapports avec les legs (Annexe 29).

190Sur ce chapitre, les municipalités disposent depuis peu d’une arme législative plus ou moins efficace. En effet, une loi du 5 avril 1885 oblige les donateurs de demander l’avis des conseils municipaux sur l’acceptation des dons et legs faits à des établissements de charité et de bienfaisance ou à des fabriques.

191Parmi plusieurs débats auxquels ce problème a donné lieu, le legs Broussillon à l’orphelinat et à l’asile des vieillards de Tours (testament fait le 21 décembre 1877) amène Losserand à interroger le maire pour savoir si l’avis défavorable du Conseil pourrait être annulé, dans la mesure où ce legs a déjà été accepté par les administrateurs des établissements légataires.

  • 103 La vigilance et l’effort des élus radicaux pour endiguer la mainmise cléricale qui s’exerce sur le (...)

192Le docteur Fournier se montre assez sceptique en répondant que les arguments du Conseil « pourront influer sur la décision à intervenir », alors que pour Losserand « les arguments sont simples. Tant qu’on laissera l’argent s’engouffrer dans les établissements congréganistes, il servira à combattre les institutions républicaines103 ». Il dépose son argument sous forme de proposition, et le Conseil donne un avis défavorable à l’acceptation du legs Broussillon par les congrégations religieuses.

193Un différend apparaît ici entre les élus ouvriers, car le socialiste Dufour, appuyé par le radical Gorce, veut faire une distinction entre les dons qui ont pour objet la fondation des messes ou des prières et qui ne doivent pas être encouragés, et ceux destinés à « une maison où les pauvres vieux vont passer leurs dernières années », pour lesquels le conseil doit donner un avis favorable. Contrairement à Losserand qui défend mordicus la nécessité des asiles et orphelinats laïques, dont on retarderait la création en fournissant aux congréganistes les moyens de prospérer, Dufour adopte un raisonnement où l’ouvrier socialiste semble rester en dessous de l’ouvrier républicain : « C’est à l’organisation sociale qu’il faut imputer l’absence des établissements laïques de bienfaisance ; mais tant que cette lacune ne sera pas comblée, pense-t-il, il faut multiplier les moyens de venir en aide aux deux âges extrêmes de la vie, aux orphelins et aux vieillards ».

194Approuvé par le vieux républicain Maillard, Losserand affirme que l’asile des vieillards tel qu’il existe, c’est le bagne et il vaudrait infiniment mieux pour eux de recourir au bureau de bienfaisance.

195Le Journal d’Indre-et-Loire réagit vivement : « le vieil hirsute qui répond au nom de Losserand […] ose traiter de “bagnes” les asiles dirigés par ces saintes filles, se mettant ainsi en contradiction flagrante avec les gouvernements, celui de la République y compris, avec les pauvres de ces asiles et avec la majorité de nos populations qui s’incline chaque matin devant les cornettes blanches de ces petites servantes volontaires qui traversent nos rues mendiant partout le repas de leurs pauvres hôtes », écrit la presse de Delahaye, n’oubliant pas de noter que « le socialiste Dufour n’est point tout à fait de l’avis du démagogue Losserand ». L’organe émet l’idée que ce dernier sera peut-être bien heureux un beau jour d’aller frapper à la porte de ces religieuses, dont il a même proposé de laïciser les fourneaux et les marmites, à la Société alimentaire.

  • 104 Journal d’Indre-et-Loire, 2-3 février, 6 mai, 22-23 juin 1885.

196Le petit Franchet, bras droit de Jules Delahaye, exprime sa fureur à propos du refus des legs : « Les incapacités que les électeurs de Tours ont envoyé au Conseil municipal, sont, on le sait, animés des plus mauvaises intentions. Ces faux bonhommes, rigoristes par tactiques, libres-penseurs par routine n’ont eu qu’un seul but en entrant à l’hôtel de ville : laïciser toutes les institutions de charité qui marchaient d’ailleurs fort bien ». Franchet affirme savoir de source certaine que le docteur Fournier, « cet anticlérical », a de grandes inquiétudes sur la nouvelle organisation du bureau de bienfaisance et songe de recourir tôt ou tard au service des sœurs104.

  • 105 Journal d’Indre-et-Loire, 4-5 janvier 1886.

197Pour soutenir la thèse cléricale, le journal précité reprend notamment les arguments du docteur P. Jousset, directeur de l’hôpital Saint-Jacques à Paris, selon lequel l’expérience parisienne prouve que les sœurs valent mieux que les infirmières laïques : les religieuses coûtent moins cher, elles offrent plus de garanties morales, « elles sont habituellement mieux élevées et, ne serait-ce que leur costume, inspirent mieux le respect aux malades105 ».

  • 106 Bulletin municipal, 1887, p. 684-685, Séance du 26 septembre 1887.

198De son côté le maire de Tours, en réponse à une des nombreuses sollicitations de Losserand au sujet de la laïcisation de l’hospice, invoque l’ouvrage du docteur Bourneville : fondé sur l’expérience faite à Paris, celui-ci fournira des indications précieuses pour organiser, entre autres, une école d’où sortira un personnel pouvant remplacer les congréganistes. « À Paris, la laïcisation a donné d’excellents résultats [ajoute-t-il] et cela se comprend, car il est bien évident que le dévouement n’est pas l’apanage du culte et qu’on peut être parfaitement dévoué sans appartenir à une religion quelconque106. »

199Le thème des sœurs réputées irremplaçables est depuis des années sur le tapis. Quand deux conseillers, Cantagrel et Ducrot, sont désignés pour représenter au sein de la Commission administrative de l’Hospice général de Tours le Conseil municipal, ces radicaux énergiques déclarent sans ambages qu’« un élément anticlérical nouveau » sera ainsi introduit dans l’administration hospitalière. Eu égard au débat sur les religieuses, on peut lire dans leur rapport :

  • 107 Bulletin municipal, 1884, p. 523-534, Séance du 21 août 1884.

On se fait en général de la sœur hospitalière une idée fausse et dont il faut rabattre . S’il est vrai qu’un certain nombre de sœurs soignent bien les malades, sont dévouées, obéissantes aux ordres du médecin et de l’administration, il faut bien avouer aussi que ce sont des exceptions.
Certes, la désobéissance n’est pas flagrante, mais pour être cachée elle n’en est pas moins réelle. Que voulez-vous ? elles ont deux maîtres : l’administration et la supérieure, auxquelles se joignent encore leurs préjugés et leur routine ; il est impossible d’obéir à tous à la fois, il est déjà si difficile de satisfaire un seul maître. La plupart des sœurs ne soignent pas les malades, qu’elles abandonnent aux soins des infirmiers ou infirmières sous leurs ordres ; ces agents sont souvent encore moins instruits qu’elles […].
La probité des sœurs n’est même pas absolue [les rapporteurs parlent de cas de détournement d’argent et de vin à Tours]. On parle beaucoup du temps passé par les sœurs au lit des malades […], les sœurs seraient constamment au chevet des malades ou des mourants. C’est là une légende absolument fausse et sur laquelle il est bon que vous soyez éclairés.107

  • 108 Surreault J.-P., Feneant J., Jadis en Touraine…, op. cit., 1988, p. 153, 172, 174 et 175.

200Fondé au xviie siècle, à l’époque du grand renfermement des pauvres, par un édit de 1656, l’Hôpital Général de la Charité, appelé couramment Hôpital général ou Hospice général, comprend en 1880 plus de mille lits, seize médecins et chirurgiens, un pharmacien chef, vingt-six sœurs et cinq internes, soit un par service : malades civils et militaires, enfants trouvés et abandonnés, vieillards infirmes, épileptiques et aliénés, maternité secourant « la femme de l’indigent dans sa couche ». On y conduisait également « les jeunes filles trompées et abandonnées dans un absolu dénuement », souffrant de maladies vénériennes. Selon la Commission administrative de l’Hospice, leur nombre devient vers 1880 « exorbitant ». L’établissement accueille aussi chaque année environ 300 enfants abandonnés, qui sont ensuite placés à la campagne ou employés pour la filature de la soie et la confection du linge. Des établissements semblables existent ailleurs en Indre-et-Loire : Amboise, Luynes, Chinon et Loches108.

  • 109 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 8 mai 1888.

201Comme les bureaux de bienfaisance, les hospices constituent en droit un être moral, un être de raison, capable de posséder un patrimoine et de devenir le sujet des droits et des obligations relatifs aux biens. Chaque établissement est dirigé par une commission administrative, composée du maire et de six membres renouvelables. Aux termes de l’article 1er de la loi du 5 août 1879, quatre de ses derniers sont nommés par le préfet et deux sont élus par le Conseil municipal. La Commission est présidée par le maire, qui a voix prépondérante en cas de partage, mais cela ne change pas du fait que les délégués du Conseil municipal restent minoritaires. Le Conseil peut s’engager de ne désigner que des délégués favorables à la laïcisation, ceux-ci ne peuvent pas emporter la décision, qui dépend de la majorité de la Commission et du préfet109.

  • 110 Une lettre venant d’Amboise et rédigée par L. Van-Heyden, au sujet des Sociétés de secours mutuels (...)

202Or les établissements de charité, avec la promiscuité de leurs salles communes et leur régime interne, font l’objet de plaintes fréquentes, qui apparaissent au cours des réunions du Conseil municipal de Tours110. D’autant plus que telle affaire insignifiante eu égard aux chiffres et aux graphiques, et sans importance par rapport aux soucis quotidiens de toute une population, peut être révélatrice quant à l’état réel des rapports entre cléricaux et républicains. Le maintien ou le renvoi d’un personnel subalterne ou d’un aumônier, ainsi que divers incidents plus ou moins contestés par les personnes mises en cause, attestent que c’est sur ces points que, dans chaque camp, la vigilance et la combativité s’exercent avec le plus de promptitude.

203Dans un débat sur le budget, Losserand interroge ainsi le maire, en sa qualité de président de la Commission administrative de l’Hospice, pour savoir si l’emploi d'un surveillant dans cet établissement est bien nécessaire : « N’a-t-on pas renvoyé M. Bordage (peut-être parce qu’il était républicain), en disant que l’emploi était inutile, pour le rétablir aussitôt, mais en faveur d’un titulaire qui n’est pas républicain ? ».

  • 111 Journal d’Indre-et-Loire, 16 janvier 1885, Séance du 21 novembre 1884.

204Sur la réponse négative de Ducrot (délégué à la Commission de l’Hospice) quant à l’utilité du poste, Losserand finit par faire accepter « que le Conseil retranche de la subvention de 50 000 francs qu’il alloue annuellement à l’hospice, une somme égale au traitement du surveillant111 ».

205Il se montre non moins tenace en demandant la suppression de l’emploi d’aumônier à l’hospice, question liée à la laïcisation de l’établissement. Quand, à la suite de la démission de Corbeau comme administrateur il est question d’élire un successeur, « préalablement au vote, M. Losserand propose de donner pour mandat au délégué que le Conseil va choisir, l’obligation de poursuivre la laïcisation par tous les moyens possibles » (séance du 8 octobre 1886) ; en vue de la séance du 26 novembre suivant, il adresse une lettre au maire pour l’informer qu’il se « propose de demander à Messieurs les administrateurs de l’hospice, délégués du Conseil municipal […], où en est la question de la suppression de l’aumônier dudit établissement ? ; peu après, le 3 décembre 1886, il soumet à ses collègues la proposition suivante :

Le Conseil,
En présence de l’hostilité systématique et anti-libéralee dont font preuve les administrateurs de l’hospice nommés et appuyés par le préfet, dans la question de suppression de l’emploi d’aumônier et tant d’autres connexes,
Emet le vœu de voir réformer la législation relativement à la composition des Commissions administratives, dans un sens plus démocratique et plus conforme aux principes du gouvernement républicain.
[La proposition donne lieu à un long débat, car, aussitôt, Royer, tout en étant d’accord avec le vœu, trouve qu]’il y a quelque chose de désobligeant dans le considérant qui le précède, pour les membres de la majorité de la Commission administrative, parmi lesquels je compte des amis, d’anciens collègues au Conseil municipal, que j’estime comme de bons républicains, malgré nos divergences d’appréciation, il y a, dis-je, l’expression d’un blâme qu’il m’est impossible d’admettre. [Qu’on demande à réviser la loi, dit-il,] sans cependant vouloir blesser des gens fort honorables.
[Losserand a beau expliquer qu’il n’a aucunement l’intention de soulever une question de personne, il s’agit de défendre des idées] Je ne vois et je ne peux voir que la nécessité de faire triompher nos convictions. Or, je constate que le Conseil ayant, par deux fois, solennellement et unanimement demandé qu’on laïcisât l’hospice, nous rencontrons une opposition intraitable de la part du préfet et des Administrateurs qui émanent de lui.

206Comme chaque conseiller intervenant dans la discussion (Gaudin, Ducrot, Oudin, Condé) adopte la position de Royer, l’auteur du texte finit par céder et n’en conserver que la deuxième partie, qui est adoptée.

207Quant à la suppression de l’aumônier, L. franchet, du Journal d’Indre-et-Loire, en fait état dès le 22 décembre : imaginez la stupéfaction des honnêtes gens, écrit-il, lorsque « M. le Maire de Tours, avec une joie mal dissimulée, est venu nous annoncer que la Commission administrative de l’Hospice, revenant sur ses précédents votes, avait, à l’unanimité, supprimé l’emploi d’aumônier de l’hospice […]. Quel est donc ce mystère ? et comment expliquer que les délégués de M. le Préfet, si opposés naguère aux vues du Conseil municipal, se rangent soudain à son avis ».

  • 112 Les antécédents de cette affaire sont relatés avec beaucoup de détails par Franchet dans l’édition (...)

208Que l’abbé Bedin soit entré dans la salle des malades sans y être appelé, « malgré la défense formelle des citoyens Blanchard, Ducrot et Fournier », ne peut expliquer selon Franchet « cette exécution inattendue ». Le principal rôle dans l’affaire reviendrait à M. Autixier, « candidat blackboulé des délégations républicaines réunies pour les dernières élections municipales », mais homme tout dévoué à Wilson, et, passé de droite à gauche, venu remplacer le cléricophile Poirier au sein de la Commission de l’Hospice… Malgré les doutes, conclut Franchet, c’est au lendemain de son apparition qu’on a chassé de l’hospice « un prêtre qu’on y avait toujours maintenu malgré les attaques incessantes de la minorité de la Commission112 ».

209En tout cas, le départ de l’aumônier n’a visiblement pas abouti au changement fondamental souhaité par Losserand. Un an plus tard, dans la séance du 26 septembre 1887, il déclare en effet :

  • 113 Bulletin municipal, 1886, p. 667, 782-784, 906-908, Séances des 8 octobre, 26 novembre et 3 décemb (...)

Je prierai les administrateurs délégués par le Conseil de proposer à nouveau la laïcisation complète de tous les services hospitaliers. Des projets ont été élaborés depuis plusieurs années, notamment par M. Cantagrel, notre ancien collègue ; ces projets attendent-ils un complément, ou bien ne sont-ils pas pratiques ? Je ne sais, mais pour un motif ou un autre, ils sont restés dans les cartons et paraissent aujourd’hui comme enterrés ou oubliés ; il importe cependant d’en activer l’application et je suis convaincu que le Conseil partagera mon avis, puisqu’à la presqu’unanimité, nous avons réclamé la laïcisation de l’hospice.113

210Au-delà du débat sur l’aumônier, c’est l’atmosphère d’un autre âge qui contribue à rendre intenable le statut de cette institution avec ses différents services.

211Dans la séance précitée, où Losserand cherche à relancer la question de la laïcisation, il fait observer par la même occasion que contrairement à ce qui se passe dans les autres villes de France, les vieillards de l’hospice de Tours ne peuvent sortir que les dimanches. Devant cet état des choses, il formule le vœu suivant :

  • 114 Bulletin municipal, 1887, p. 684, Séance du 26 septembre.

Les vieillards ne doivent pas être traités comme des malfaiteurs; il faut qu’ils puissent prendre l’air en dehors de la monotone atmosphère où ils passent leurs dernières années. En somme, la mesure que je réclame est toute de justice et de liberté.
Je m’en remets aux délégués du Conseil pour présenter et appuyer énergiquement ma proposition au sein de la Commission administrative.
J’ai ensuite à faire connaître les plaintes des vieillards non pensionnaires, c’est-à-dire admis gratuitement à l’hospice et qui sont, je puis le dire, sous la dépendance absolue des sœurs, tellement qu’il leur est impossible de faire une réclamation sans exposer tous les pensionnaires d’une salle aux rigueurs du personnel congréganiste. Une surveillance constante s’impose afin d’éviter des agissements aussi regrettables et pour soustraire les pauvres vieillards aux abus dont ils sont trop souvent victimes.114

212En avril 1888, c’est un incident engageant directement le caractère confessionnel de l’hospice qui amène le Conseil municipal à y regarder de plus près. Dans la séance du 29 mars précédent, Blanchard, délégué du Conseil à la Commission administrative a donné en effet lecture d’une lettre qui avait été adressée par le pasteur A. Dupin de Saint-André, rapportant la plainte de la femme Pasquet, dont l’enfant, soigné à la crèche de l’hospice, venait de décéder trois jours auparavant.

  • 115 Bulletin municipal, 1888, p. 203-207, Séance du 29 mars.

La famille Pasquet a perdu un enfant qui est mort à l’hospice, dimanche dernier [écrit le pasteur]. La mère de ce petit garçon m’a raconté au moment de l’enterrement devant toute l’assistance, qu’une sœur lui aurait dit que son enfant était : « Un singe de l’enfer », etc. Aujourd’hui, on m’a affirmé également que les enfants protestants qui ont été traités à l’hospice, auraient été appelés « hérétiques » et « démons ». Je crois devoir en conséquence demander à la Commission de vouloir bien faire une enquête, afin qu’on sache si, oui ou non, les malades qui ne sont pas catholiques sont à l’abri des petites persécutions d’autrefois.
N’ayant rien entendu moi-même, je n’accuse pas ; mais je désire que la lumière se fasse dans l’intérêt de tout le monde.
Quand j’étais administrateur de l’hospice, j’ai toujours respecté et fait respecter les droits des sœurs.
Vous ne serez pas étonné que je défende aujourd’hui le droit de mes pauvres, au cas où ils seraient menacés à votre insu.115

213L’enquête ordonnée par le maire révèle qu’on a reproché à l’épouse Pasquet, catholique, de s’être marié à un protestant et de ne pas avoir fait baptiser ses enfants. Selon le témoignage de Félicité Péricat, employée depuis trente-neuf ans à la lingerie, quand la femme Pasquet venait les voir, « dès son entrée, les sœurs lui auraient dit : La voilà la mère de ce petit singe du diable, auquel elle a donné le nom de Liberté ; c’est un petit démon ; son mari, un protestant, porte le nom de Joseph ; a-t-on pu donner le nom d’un aussi grand saint à un pareil criminel ? »

214Ce témoignage est d’autant plus fiable que, venant répondre à l’accusation dirigée contre elle, F. Péricat avoue en effet « avoir reproché à la femme Pasquet qui, elle aussi, a été élevée par des religieuses, de s’être mariée à un protestant, de n’avoir point fait baptiser son enfant qui, en conséquence, était un fils du diable. Elle ajouta qu’elle n’enviait pas son sort et qu’elle préférait rester à ses compresses et à son linge à plaie ».

215En revanche, la sœur responsable du service de la crèche « a fortement blâmé » l’une des infirmières qui « avait dit à la femme Pasquet que son enfant allait mourir et qu’elle avait encore le temps de le faire ondoyer ».

  • 116 Bulletin municipal, 1888, p. 203-207, Séance du 20 avril.

216Finalement, la Commission administrative décide que deux sœurs seront relevées de leur emploi et renvoyées de l’Hospice général ; F. Péricat est relevée de la lingerie et renvoyée au service des vieillards ; quant à la sœur qui a rappelé à l’ordre l’infirmière de ne pas s’immiscer dans le baptême de l’enfant mourant, elle est félicitée « sur la proposition de M. Autixier […] pour la façon intelligente avec laquelle elle a su faire observer le règlement116 ».

217Le travail auprès des vieillards est une sanction ; c’est que le service réunit, avec l’orphelinat du Refuge, l’ambiance des mouroirs des siècles passés et celle de l’exploitation capitaliste moderne. Avant que le scandale du Refuge n’éclate au grand jour, les conditions qui règnent à l’intérieur de l’orphelinat congréganiste ne sont pas ignorées des édiles municipaux. Dès 1882, Gaudin signale qu’au Refuge les fillettes sont employées à la lingerie et qu’en cas d’insuffisance, les sœurs font venir des vénériennes. Il demande comment on peut faire cesser cette promiscuité.

  • 117 Tours-Journal écrit le 3 mars 1888 : « Il y a, à Tours, le Refuge tenu par les religieuses. Or, ce (...)
  • 118 L’Union Libérale, 31 août et 17 septembre 1882.

218Quand il fait état des déclarations des voisins qui révèlent que ces jeunes filles sont obligées de passer la nuit pour exécuter les commandes de lingerie ou autres faites à cette maison117, le constat s’impose qu’aucun contrôle n’est possible au Refuge. Pimbert, en sa qualité de tuteur des enfants assistés a bien voulu visiter l’établissement pour se rendre compte des plaintes, « mais il lui a été impossible de rentrer118 ».

219Comme dans le cas du bureau de bienfaisance et de l’hospice, la réorganisation de l’orphelinat et de l’asile des vieillards est pour Losserand une véritable obsession. « Aussi longtemps qu’on restera dans l’expectative, je ne cesserai de revenir à la charge. Pour moi c’est un devoir », déclare-t-il en 1887, quand ces services sont plusieurs fois discutés par le Conseil. Il dénonce derechef les conditions qui y sont tolérées et presse à ne pas lésiner sur les moyens :

  • 119 Bulletin municipal, 1886, p. 774, Séance du 29 octobre ; 1887, p. 429-430 et 759-760, Séances des (...)

Il faut sortir de cette situation humiliante pour une municipalité démocratique. Des refuges ! Des refuges ! Allons donc ! Ce sont de véritables prisons où se pratique une concurrence effrayante pour l’industrie locale et où il importe que l’administration puisse ne pas être forcée d’envoyer de pauvres orphelins que le malheur a frappés […]. Quand il s’agit de théâtre, de travaux de luxe, on trouve des millions […].
Depuis 6 ans, plusieurs d’entre nous ont eu l’occasion, lors de l’examen du budget, de remarquer les crédits inscrits pour les orphelinats congréganistes ; des legs laissés à la libre disposition de la ville ont également été faits, qui eussent permis d’entreprendre l’étude de la création d’un orphelinat laïque, un plan, un avant-projet, quelque chose en un mot eût pu être produit au Conseil pour le renseigner sur les moyens de doter la ville de cet établissement de première utilité, et nous ne sommes pas plus avancés qu’au premier jour […].
Nous nous préoccupons à juste titre de la voirie, du service des eaux, des écoles, du théâtre, rien de mieux, chaque chapitre est pourvu d’une façon assez large ; mais l’assistance publique attend. Il serait temps d’y penser, d’autant plus que la misère grandit de jour en jour.
Les enfants abandonnés, les orphelins ont droit à notre sollicitude ; nous leur assurons l’enseignement, il reste à parer à leurs besoins matériels, et, puisqu’ils sont sans famille, à leur en créer une.
On recule devant la dépense. Il y a un instant j’avais l’honneur de vous entretenir de l’éclairage et il m’est venu une idée. En parlant de la ville de Grenoble j’ai fait remarquer qu’elle retirait un bénéfice net annuel de 100 000 fr, de l’exploitation de son usine à gaz, tout en éclairant ses rues, places et monuments, et je me disais : nous qui n’avons plus les bras liés, puisque vous avez reconnu que le traité avec la Société du gaz était sans valeur, nous avons un moyen de doter la ville des ressources nécessaires à la création d’un orphelinat laïque. Certes pour reprendre l’usine, il faudra un capital important ; mais nous recourrons à l’emprunt comme nous l’avons fait pour la voirie, les eaux, le théâtre, les écoles, et, l’amortissement prélevé, il nous restera libre une somme assez considérable. Pourquoi, en effet, n’obtiendrions-nous pas un résultat équivalent à celui qu’obtient la ville de Grenoble ; elle affecte sur le produit de son usine une somme de 60 000 fr, exigée par le service de l’emprunt auquel elle a eu recours en 1867, et néanmoins, comme je le disais, il lui reste chaque année en moyenne 100 000 fr de bénéfice net.
D’autres services municipaux pourraient également être exploités par la ville elle-même et donner des résultats analogues à celui de l’éclairage ; nous arriverions assez promptement à réunir les fonds nécessaires.
Parfois on dit : c’est une réclame électorale. Non, Messieurs, nous n’avons pas à en faire, et si nous parlons d’orphelinat, c’est qu’en réalité nous avons à combler une lacune, et à donner satisfaction à un besoin social d’une urgence absolue.119

La diversité des interventions de Losserand : vie scolaire, théâtre, etc.

220Il a semblé utile de rapporter le plus souvent en direct les interventions de Losserand pour en suggérer l’ampleur et la richesse des argumentations, et pour montrer la place qu’occupe l’anticléricalisme dans sa fonction élective. Les propositions et les débats rapportés attestent d’autre part que ce conseiller municipal ouvrier, très regardant sur l’utilisation des deniers publics, ne s’est pas laissé emprisonné, en principe du moins, par l’impératif de quelque enveloppe budgétaire quand il s’agissait de la survie et des intérêts des déshérités et des travailleurs.

221En rapport avec le thème de la laïcité, il serait encore possible de glaner diverses interventions ponctuelles, comme à l’occasion du débat sur la reconstruction de la basilique, ou à propos du changement des noms de rues. Si le problème de l’édifice religieux suscite une franche prise de position de sa part (« il s’agit de manifester une fois de plus les sentiments anticléricaux du Conseil », dira-t-il à plusieurs reprises), le bouleversement de la toponymie urbaine ne semble pas emporter son adhésion.

  • 120 Bulletin municipal, 1886, p. 774, Séance du 29 octobre 1886; 1887, p. 429-430 et 759-760, Séances (...)

Je ne comprends pas qu’on attache une aussi grande importance au nom des rues et qu’on s’applique surtout à changer ceux que le temps et les usages ont consacrés. On jette la perturbation et la confusion ; les étrangers, après quelques mois d’absence, ne peuvent se reconnaître dans les noms nouveaux, il en est de même pour nombre d’habitants sédentaires, mis souvent dans l’impossibilité de donner un renseignement utile. On ne devrait pas modifier les dénominations des rues que pour des motifs graves, d’autant plus qu’il peut arriver qu’un autre Conseil municipal vienne à son tour remplacer les noms nouveaux par d’autres et alors on n’en finira plus.
Je crois, quant à moi, qu’il conviendrait de conserver les noms actuels des rues de l’Intendance, de la Harpe et de Saint-Martin, dans l’intérêt de leurs habitants […].120

  • 121 Journal d’Indre-et-Loire, 9 août 1885 et 13 novembre 1886.

222Des pétitionnaires demandent le nom unique de « rue des Halles » ou, encore plus nombreux, « rue de l’Intendance », à la place des trois noms en question. Finalement, le Conseil maintient, par 14 voix contre 4, une délibération antérieure adoptant le nom unique de « rue des Halles »121.

223Dans cette série des interventions occasionnelles, nous retiendrons ensuite celles qui ne sont pas directement liées au domaine de la laïcité, bien que tout ce qui touche en particulier à l’école en soit plus ou moins le prolongement, la perspective ouverte par les lois scolaires n’ayant pas été sans embûches ; d’autre part, le Conseil municipal est amené parfois à débattre des sujets qui relèvent de la vie interne des écoles. Les plus neutres dans cet ordre sont des questions comme la distribution des prix, l’organisation de l’enseignement professionnel ou l’apprentissage de la musique par la méthode Chevé. Certes, il ne s’agit pas de suivre ici ces discussions dans leurs détails techniques et pour elles-mêmes, mais de nous arrêter, comme précédemment, chaque fois qu’un problème trahit une motivation, une idée générale, etc., concernant notre personnage.

224Cela semble d’autant plus digne d’intérêt que, contrairement à la majorité de ses collègues qui, d’habitude, voient les points des ordres du jour sous leur angle purement administratif ou utilitaire, chez Losserand la dimension morale et politique est rarement absente.

  • 122 Bulletin municipal, 1887, p. 756-757, Séance du 26 octobre.

225En marge de l’important rapport de Letellier sur l’enseignement professionnel, il est, par exemple, le seul à prévenir que la future école professionnelle « ne soit pas une pépinière de gardes-chiourme ouvriers ». On a observé à Paris, ajoute-t-il, que les élèves une fois sortis de ces écoles se comportent en aristos, se considérant comme supérieurs à leurs camarades d’ateliers : « En apprenant aux élèves un métier, c’est bien. Cela ne suffit pas122. »

226L’idéal de Losserand c’est l’ouvrier habile, instruit et éclairé comme citoyen. Il défend l’école primaire supérieure quand le Ministère entreprend de la remplacer par des bourses attribuées à des lycéens, en même temps qu’il met en place des écoles professionnelles spécifiques. « Quand nous l’avons créée à Tours [explique-t-il en parlant de l’école primaire supérieure], ce que nous avions en vue, c’était de créer un enseignement distinct de l’enseignement secondaire, c’était d’organiser une école professionnelle propre à produire des ouvriers instruits dans leur art et habiles dans leur métier, pouvant exercer utilement l’un et l’autre au grand profit de leur indépendance et de l’intérêt public. »

227Il s’élève contre les bourses en question qui ne seront données qu’aux « privilégiés de l’intelligence […], alors que nous devons aider toutes les intelligences à se faire jour et à recevoir le maximum d’instruction que le cerveau de chaque élève lui permet d’atteindre. »

228Sa crainte s’exprime aussi qu’au lieu d’une instruction populaire à destination pratique, on ne voie augmenter le nombre des déclassés (commis de magasins, clercs de notaires, clercs d’huissiers…), moins heureux et moins indépendants que les « ouvriers capables et instruits ».

  • 123 Faisant état du manque des maîtres dans les écoles, Gaudin déclare dans un rapport : « On veut éco (...)

229Au-delà de ce débat, et les retards du gouvernement aidant, quand il faudrait honorer ses engagements en matière de dépenses scolaires123, Losserand croit deviner une évolution plus profonde quand il s’adresse ainsi à ses collègues :

  • 124 Bulletin municipal, 1885, p. 808-810, Séance du 23 octobre.

Il y a, croyez-le, une réaction latente en ce qui touche à l’instruction des classes peu aisées. Ce n’est bien sûr pas parmi vous que ce sentiment trouvera de l’écho ; mais on déteint toujours un peu, et à force d’entendre répéter que l’instruction primaire ruine le pays, beaucoup gardent une impression fâcheuse. Il faut réagir, Messieurs, car si nous voulons des électeurs éclairés, des citoyens sachant ce qu’ils veulent et ce qu’ils peuvent, c’est en jetant à profusion l’instruction sous toutes ses formes que nous obtiendrons ce résultat.
Ah ! on le sent bien dans le camp des réactionnaires, et s’ils ne le disent pas tout haut, on sait cependant qu’ils se plaignent de trouver l’électeur plus instruit, partant plus difficile à conduire. Oui, l’instruction que vous répandez a le don de les épouvanter, et soyez assurés que s’ils le pouvaient ils feraient brûler toutes les écoles plutôt que d’en créer de nouvelles.
C’est un enseignement. Pour ma part, je le déclare bien haut, il n’y a pas d’argent mieux placé, de dépenses plus utiles que celles de l’instruction populaire. J’ai dit, et vous supplie de ne pas subir l’impression qu’on cherche à imposer au pays pour l’arrêter dans sa marche vers la lumière et l’émancipation.124

230Si les positions de Losserand ont souvent été déroutantes pour ses collègues, c’est qu’en effet, il est visiblement le moins marqué par un système doctrinal élaboré, et peut notamment paraître tantôt élitiste tantôt misérabiliste, si on peut user de ces termes anachroniques. Pourtant, les diverses situations où il intervient permettent de constater qu’il y a bien chez lui une ligne de conduite. Il semble possible de la résumer en deux idées : adhésion au sentiment populaire, et tout ce qui élève le niveau moral et intellectuel du peuple est justifiable.

  • 125 Bulletin municipal, 1884, p. 510, Séance du 21 août.

231Ainsi, dans la question de la distribution solennelle des prix dans les écoles municipales (supprimée par l’administration précédente), le socialiste Dufour trouve que celle-ci à « un très mauvais effet », et le radical Gaudin est lui aussi contre parce que « dans les écoles congréganistes on ne manque pas de couronner chaque élève », alors que Losserand dit qu’il a l’habitude de consulter « le sentiment général » chaque fois qu’un intérêt de ce genre est en cause : « On peut affirmer que sur 50 pères de famille, on n’en trouverait pas six qui soient satisfaits du mode de distribution qu’on emploie. Il faut revenir à la distribution solennelle […], il faut avant tout tenir compte du sentiment public125. »

232Dans le vieux débat sur l’instruction musicale par la méthode Chevé, il est en revanche parmi ceux qui n’hésitent pas à s’opposer à un certain « élitisme » pour favoriser l’éducation populaire. Ce débat est consécutif à une proposition signée le 23 octobre 1884 par 12 conseillers (Cantagrel, Oudin, Gaudin, Letellier, Losserand, Robert, Béchu, Degorce, Michelin, Jallier, Voisin, Trougnou) pour demander que la somme de 2 400 F qui était destinée au paiement des professeurs de musique dans les écoles de Tours, et que l’Administration a supprimée, soit rétablie au budget pour la mise en pratique de la méthode citée plus haut.

  • 126 Présenté pour la première fois en 1742 par J.-J. Rousseau à l’Académie des sciences, « pour rendre (...)

233Après l’exposé de Gaudin qui décrit l’origine et la diffusion de la méthode Chevé126, Losserand témoigne de sa propre expérience et de celle des soldats de l’École de gymnastique de Joinville-le-Pont, où l’on enseignait le chant à 320 élèves envoyés de tous les régiments :

  • 127 AM, 1 D 71, Registre des procès-verbaux du Conseil municipal, Séance du 10 novembre 1882. Bulletin (...)

Après les exercices fatigants qui leur étaient imposés, ils eussent bien mieux aimé se coucher que d’étudier le chant. Deux leçons de deux heures chacune leur étaient données chaque semaine, sans le secours d’aucun instrument, d’après la méthode Chevé, et après six mois seulement, ces élèves, devant un jury spécial, composé de professeurs du Conservatoire, chantaient des chœurs assez difficiles de Félicien David et de Laurent de Rillé […].
[Losserand maintient ainsi l’opinion qu’il avait développée deux ans auparavant, faisant observer que] tous les professeurs de musique décrient la méthode Chevé parce qu’elle supprime toutes les difficultés de sa devancière qui leur a été enseignée, qu’ils ont mis un grand nombre d’années à apprendre, et qu’il leur serait extrêmement désagréable de faire table rase des connaissances, qu’ils ont acquises péniblement et à l’étude desquelles ils ont consacré toute leur jeunesse.127

  • 128 Les bataillons scolaires et les exercices de tir furent introduits dans l’emploi du temps des garç (...)

234Comme très souvent, c’est en interprétant le sentiment du public qu’il interpelle aussi l’Administration pour savoir si le nombre d’enfants armés des bataillons scolaires a été augmenté128. Mais on aurait tort de soupçonner chez lui, dans son patriotisme ardent qui perce souvent, un penchant militariste ou chauvin. Au risque de rester isolé, il exprime nettement sa pensée à cet égard, quand une demande de souscription est présentée au Conseil « en vue d’offrir un sabre d’honneur à l’amiral Courbet, le vainqueur de Son-Tay et Fou-Tchéou ». Avec Gaudin, il propose de passer à l’ordre du jour, suscitant les protestations de leur collègue Oudin, rallié par Ducrot. Losserand déclare alors :

  • 129 Bulletin municipal, 1884, p. 309-310, Séance du 1er juillet ; p. 654-655, Séance du 3 octobre. Los (...)

Nul plus que moi ne rend justice aux marins et à l’amiral ; mais la France a, comme d’autres puissances, l’habitude de porter trop haut ses généraux. Ceux-ci aussi prennent vite le goût des honneurs et le dédain du peuple ; on s’en fait alors non des serviteurs, mais des maîtres […] ; il n’est pas légal de s’occuper dans les délibérations du Conseil d’affaires politiques, et cependant malgré nous nous y touchons. Comment, en effet, porter nos remerciements à nos marins qui sont dans les mers de Chine sans par le fait approuver le ministère ». Je ne suis pas partisan d’aller chez d’autres peuples imposer une oppression, une tyrannie quelconque, tyrannie militaire, commerciale ou industrielle. Nous nous plaignons encore de l’envahissement de notre pays par les Allemands et nous faisons tout juste ce que nous leur reprochons. Je ne puis donc de près ou de loin m’associer à une marque d’approbation pour ces guerres lointaines que je réprouve129.

235Réceptive aux contacts internationaux qui caractérisent les mouvements culturels et intellectuels de l’époque, la municipalité de Tours apporte son aide pour que les instituteurs laïques puissent se faire représenter notamment à un congrès international tenu au Havre en 1885. Après le maire qui a souligné lors de la séance du 9 mai 1885 le dévouement des maîtres à la cause de l’enseignement et proposé 150 F, Losserand estime que cette somme est insuffisante en raison des frais du chemin de fer et demande qu’on porte le crédit en question à 200 F, ce qui est adopté.

  • 130 La Commission scolaire est composée des délégués du Conseil municipal (trois membres) et de l’auto (...)
  • 131 Par exemple, dans la séance du 1er mai 1885, Blanchard fait état de plusieurs protestations de par (...)

236De par ses représentants à la Commission scolaire, le Conseil municipal est directement renseigné sur les événements, petits et grands, qui touchent à la vie des écoles communales130. Outre ceux qui ont un caractère accidentel131, le fonctionnement de ladite commission, l’absentéisme des élèves et la responsabilité afférente des parents donnent lieu à un débat copieux et assez vif dans la séance du 10 juin 1887.

237D’abord, en sa qualité d’huissier de simple police, Royer observe, à propos de deux jugements récents prononcés par le Juge de paix, « renvoyant des fins de la plainte les parents d’enfants ne fréquentant pas régulièrement l’école », que la majorité de la Commission scolaire brille le plus souvent par son absence, ce qui fait que ses décisions peuvent être attaquées devant la justice. C’est scandaleux, dit-il, de la part de gens qui sont chargés de donner le bon exemple, et étant donné les sacrifices consentis par la Ville pour l’enseignement primaire (au moins 260 000 F de dépenses prévues dans le prochain budget). Il ne le regrette pas, « mais à la condition de voir les parents en faire profiter leurs enfants, et ne pas oublier qu’ils leurs doivent la nourriture intellectuelle comme celle du corps. On a si bien compris cette obligation que, pour les parents peu soucieux de l’intérêt de leurs enfants, on a dû faire une loi qui stimule la sollicitude paternelle et punit, quand il en est besoin, ceux qui oublient leurs devoirs. Cette loi utile, indispensable, vivement approuvée par tous les républicains, a rendu l’enseignement obligatoire ; c’est un bienfait […] ».

238Letellier qui, remplaçant le plus souvent le maire, préside la Commission, prend la défense de celle-ci. Il assure que grâce à son action, les absences très nombreuses dans le passé diminuent progressivement : en 1886, on a dû convoquer à la mairie de 80 à 100 parents, alors que ces chiffres se réduisent en 1887 à 50 ou 60, sans qu’il ait été nécessaire de prononcer des sanctions excessives. Contre son collègue Oudin, qui accuse Royer d’être un sans-cœur, Letellier précise que la peine de l’affichage n’est infligée qu’aux parents qui refusent de se rendre aux convocations, et que la réprimande ne s’applique que dans 10 % des cas. Pour les absences motivées par la maladie, on demande seulement un certificat du médecin, et contre les enfants qui s’absentent parce qu’ils manquent de vêtements ou de chaussures, aucune sanction n’est pratiquée, répond-il à son collègue Condé, membre démissionnaire de la Commission.

239Ce dernier n’en continue pas moins d’affirmer qu’on est en présence d’une sorte de tribunal, dont les membres font des observations souvent inutiles et offensantes pour la dignité des pères de famille qui défilent devant lui. Qui plus est, la sévérité de la loi ne s’exerce que dans les écoles communales ; dans les pensionnats, elle est éludée, en sorte que « ce sont toujours les pauvres diables qui sont frappés ». Finalement, Condé maintient sa démission comme délégué en affirmant que la Commission scolaire fait de la loi un instrument d’oppression.

240Avant que la séance ne s’achève par une série de répliques, l’intervention de Losserand justifie les arguments des deux parties. Il déclare en effet :

  • 132 Bulletin municipal, 1887, p. 370-379, Séance du 10 juin.

J’ai fait partie de l’ancienne Commission scolaire, j’assistais exactement aux séances et ce que j’ai vu m’a profondément touché.
Il y avait une manière d’accusateur public, M. Javary, inspecteur primaire, un juge, M. Coursière. Quand les parents se présentaient, on les recevait avec raideur, en accusés, comme l’eût fait un juge peu gracieux et, la loi à la main, on transformait en épouvantail les faits les plus simples. Assurément, c’était excessif.
Je ne désire cependant pas qu’on soit indulgent pour les réfractaires à la loi, mais il y a une marge entre la sévérité et l’indulgence ; il me semble que la Commission doit sentir cela et éprouver le besoin d’agir dans ce sens.
Et puis, ce n’est pas en présence d’étrangers que les parents cités devant la Commission doivent être réprimandés ; ce n’est pas non plus aux membres de cette Commission qu’il appartient de poser des questions, de faire des remontrances et souvent d’un ton très sec et peu convenable pour des gens instruits et bien élevés. Le président seul interroge, la Commission entend les réponses, délibère et statue ensuite.
Républicains de toutes nuances, des plus modérés aux plus avancés, tous nous avons voulu assurer aux enfants du peuple le pain intellectuel ; nous l’avons mis à leur disposition et les parents n’ont pas le droit de les en priver, pas plus que de la nourriture corporelle. Aussi, je ne saurais trop de le dire, l’indulgence ne doit pas aller jusqu’à la faiblesse ; il faut sévir quand on se trouve en face d’un mauvais vouloir évident. L’intérêt des enfants commande parfois une action énergique.
Et j’en connais de ces enfants abandonnés à leurs caprices, sans direction ni surveillance, adonnés à la paresse, – devenant, passez le mot, de petits voyous errants et malfaisants. Contre leurs parents l’indulgence serait mauvaise, j’agirais sans pitié, je les poursuivrais et les rappellerais aux sentiments de leurs devoirs par la répression, car je n’admets pas qu’ils fassent ainsi litière de leurs obligations les plus naturelles, les plus sacrées, qu’ils ne comprennent pas que c’est criminel de priver leurs enfants d’instruction et de bons conseils.132

241La conviction de Losserand qu’il faut donner la priorité à l’instruction du peuple définit encore sa ligne de conduite à travers les délibérations portant sur la reconstruction du Théâtre de Tours, détruit par un incendie le 15 août 1883. Il n’est pas question de suivre ici toutes les péripéties de cette affaire qui commence avec la mise en place d’une commission le 3 octobre 1883 et qui fait encore l’objet de vifs débats au printemps de 1887.

  • 133 Bulletin municipal, 1884, p. 86, Séance du 18 février.
  • 134 Bulletin municipal, 1884, p. 89, Séance du 8 mars.

242La lecture du rapport Meneu le 18 février 1884, cinquième acte depuis la création de la commission, constitue le véritable point de départ de l’histoire. Le maire s’impatiente : depuis six mois on « tourne autour du pot »133, dit-il, tandis que Losserand insiste que deux mois et demi seulement séparent le Conseil des élections et qu’il faut attendre l’avis des nouveaux élus. En tout cas, « opposé aux constructions de luxe, il ne votera la réédification du théâtre que s’il ne doit rien coûter à la ville en dehors de l’indemnité versée par les Compagnies d’assurances, parce qu’en présence de la misère des ouvriers il n’est pas admissible qu’on puisse prélever sur le budget la moindre ressource pour l’affecter à une dépense somptuaire134 ».

243Il établit à cette occasion le budget d’une famille d’ouvriers, en prenant pour base un ménage composé du père, de la mère et de deux enfants. Après avoir déduit toutes les dépenses nécessaires (loyer, chauffage, habillement, etc.) des 1 200 F annuels (4 F par jour et 300 jours de travail), il obtient un reste de 451 F ; cette somme divisée par 4 donne 112,75 F, qui, répartis sur 365 jours, laissent 0,31 F par jour à chaque membre de la famille d’ouvriers pour subvenir aux besoins de l’alimentation.

244Après la séance du 3 juin suivant, où les conseillers par 15 voix contre 15 ne parviennent pas à trancher, Losserand dépose le 1er juillet le projet suivant signé par lui-même, ainsi que par Dry, Degorce et Ernous :

  1. Le Conseil municipal décide que le sol et ce qui reste du Théâtre incendié seront mis à la disposition d’une société ayant pour objet la reconstruction du théâtre, sur des plans fournis par la ville, et ce à titre de subvention ;
  2. La ville concédera le théâtre ainsi reconstruit, pour une période de 50 années, après lesquelles le théâtre reviendra à la ville en toute propriété, et sans aucune indemnité en retour ;
  3. Le public sera informé de la présente délibération par voie d’affiches, dans le plus bref délai possible ; et dès que des offres sérieuses seront faites, le Conseil municipal sera saisi du projet de traité à intervenir entre les parties intéressées.135

245Pour dix-neuf conseillers qui pressent à aborder les discussions de fond (un programme a été adopté le 11 mars), il s’agit là d’une diversion, d’une tentative d’ajournement infini, dont l’auteur proposera demain une autre combinaison. Losserand réagit avec détermination :

  • 136 Ibidem.

Puisque on le met en demeure de formuler sa pensée, il déclare formellement n’être pas partisan d’un théâtre municipal, et il regrette qu’on se lance dans des dépenses aussi considérables pour un objet de plaisir, alors qu’on marchande avec rigueur quelques milliers de francs pour l’instruction du peuple. Que ceux qui désirent se livrer aux divertissements en supportent les frais ; il estime, quant à lui, qu’il n’appartient pas à la commune d’intervenir, et c’est avec peine qu’il voit la ville entrer dans une voie aussi préjudiciable à ses intérêts.136

246Selon Royer, Losserand commet l’erreur de croire que la population ouvrière ne fréquente pas le théâtre. D’ailleurs, que lui-même et ses amis sachent que le Conseil municipal ne représente pas seulement la classe ouvrière, mais aussi la classe bourgeoise, et même les électeurs qui ne les ont pas nommés. Qui plus est, pour Royer cette distinction de classes n’existe plus depuis 1789 !

De tout temps, on a aimé le théâtre, et jadis on disait : « Panem et circenses », nous n’avons rien changé et nous disons : du pain d’abord et du théâtre ensuite, poursuit l’élu républicain modéré. Le théâtre est en général moral, bien que parfois on y représente des sujets qui laissent à désirer sous certains points de vue. Qui n’éprouvera une satisfaction véritable à voir jouer les pièces de nos grands génies, les Molière, les Racine, les Corneille, et dans les temps plus rapprochés, les Victor Hugo et autres immortels auteurs des temps modernes et contemporains. »

  • 137 Royer combat aussi « le projet gigantesque » de son collègue Coursière (homme de la sphère judicia (...)

Et vous voudriez priver de ces jouissances de l’esprit, Tours, la ville coquette par excellence, qui attire les étrangers tant par la beauté de son climat que par les merveilleux sites de ses environs ! Vous osez soutenir que le peuple ne va pas au théâtre. Quelle erreur ! Allez dans les théâtres de Paris, allez dans les théâtres de province et même des plus petites villes, quel est donc le public qui hante le théâtre, si ce n’est cette partie de la population que vous qualifiez de classe populaire ? […].
Oui, il y a parmi les ouvriers et parmi les bourgeois des personnes qui ne fréquentent pas le théâtre ; mais en revanche, on les trouve souvent chez le marchand de vin. Combien d’ouvriers égarés s’oublient jusqu’à laisser leur raison au fond d’un broc, sans se préoccuper si la femme et les enfants ont du pain ! Oh ! ceux-là ne font pas d’économie et partant ne vont pas au théâtre ; ils ne font qu’une chose, c’est le lundi. Eh bien ! M. Losserand, quoique opposé à la reconstruction du théâtre, je suis entièrement convaincu que vous préférez l’ouvrier qui va se réjouir au théâtre à l’ouvrier qui s’étourdit au cabaret.137

247Répondant à son collègue, Losserand affirme de ne point agir par intérêt électoral. On retrouve là encore l’homme des principes, sans doctrine figée et sans démagogie, qui refuse de suivre le mouvement :

  • 138 Ibidem, p. 339-340.

J’agis uniquement selon ma conscience. Je sais bien en effet que nombre de mes électeurs ne partagent pas ma façon de voir ; si je me trompe, ils sauront bien me le faire sentir ; c’est l’intérêt général qui me guide et la franchise a toujours été ma règle. On m’a fait un gros grief de ma campagne contre les théâtres municipaux en me disant que j’enlevais au peuple un élément d’éducation et d’instruction.
S’il est vrai que les représentations théâtrales répondent à cette double destination, j’estime qu’elles ne peuvent être que le couronnement et non point le commencement du système d’instruction populaire. Or, qu’a-t-on fait encore pour que le peuple puisse comprendre et tirer profit de ce qu’il voit et entend au théâtre ? Je pense que les 40 000 F qui seront consacrés aux subventions futures seraient plus utilement employés d’abord à donner du pain à ceux qui n’en ont pas et ensuite à compléter notre système scolaire, et si nous étions pourvus sous ces deux rapports, j’estime qu’il conviendrait de les employer à donner à la classe ouvrière le moyen de comprendre les pièces qu’elle verrait représenter.138

  • 139 Journal d’Indre-et-Loire, 8 juillet 1885.

248Avec le temps, la lassitude semble s’installer. Le 8 mai 1885, énième grand débat sur la reconstruction du théâtre : on discute travaux de terrassement, de maçonnerie, de décoration intérieure ; la partie du Conseil favorable au projet assure que l’ensemble tiendra dans les 500 000 F prévus. Losserand, au nom de la Commission de l’instruction et des objets divers évoque les concurrents susceptibles de participer à l’adjudication ; quant aux dépenses, personne n’oserait dire si elles n’atteindront pas les 800 000 F. Visiblement exaspéré, il s’écrie : « Le théâtre, je m’en moque ! Il y a assez longtemps qu’on nous en corne les oreilles, j’en ai assez ! Si j’en parle, c’est à cause de la misère publique, c’est au nom des ouvriers sans travail qui ne peuvent attendre […]. Si, en dernière analyse, j’ai appuyé le projet de restauration du théâtre, c’était pour donner du pain à ceux qui en manquent, et je ne comprends pas qu’on vienne maintenant mettre des bâtons dans les roues et retarder l’exécution139. »

  • 140 Journal d’Indre-et-Loire, 12 juillet 1885.

249Sur sa proposition, on crée une commission de surveillance (cinq conseillers plus l’architecte de la ville), qui veillera « à la stricte exécution des plans et devis, à la bonne exécution des travaux et à la qualité des matériaux employés »140. Le 12 mars 1886, le maire fait savoir que les travaux restant à confier aux entrepreneurs ont été répartis en deux catégories ; ceux qui seront mis en adjudication, et ceux qui feront l’objet de traités amiables. Au cours de l’été suivant, grand débat sur les travaux de sculpture (vases, amortissements, tables, clefs de fenêtres, consoles, balcons, balustrades…) et sur la compétence de la Commission de surveillance. Apparemment contrarié, Losserand intervient :

  • 141 Journal d’Indre-et-Loire, 27-28 septembre 1886.

Je fais appel aux souvenirs de nos collègues, afin de bien établir que cette commission n’a nullement dans ses attributions le droit d’approuver les traités, pas plus que celui d’autoriser aucune dépense. Ce sentiment, je l’ai fait connaître en maintes circonstances. Notre rôle, comme membres de la Commission de surveillance, est parfaitement limité au contrôle des fournitures et à l’exécution des conditions du cahier des charges […]. Aussi, malgré les convocations faites, me suis-je volontairement abstenu de me rendre aux séances de la Commission du théâtre.141

250En novembre, c’est la subvention nécessaire au fonctionnement du nouveau théâtre qui est sur le tapis ; le rapporteur n’omet pas d’ajouter que les ouvriers n’ont pas été oubliés : le prix du billet sera abaissé d’un franc à 0,75 F, ils pourront se rendre au théâtre, au lieu d’aller au cabaret. Se sentant visé, Losserand reprend ses arguments initiaux contre le théâtre municipal (Annexe 31).

  • 142 « Lauréat, jeune homme plein d’avenir, enfant du pays, toutes nos sympathies vous étaient acquises (...)

251En 1887, les discussions sur le théâtre se remarquent par leur âpreté. Le retrait de la direction des travaux à l’architecte Hardion est l’occasion de rappeler les défauts de la construction : certains planchers manquent de solidité et on ressent des trépidations inquiétantes, les places sont mal distribuées, le grand escalier n’est pas dans l’axe de sa cage… Et, par dessus tout, le coût dépasse d’ores et déjà de 414 631,65 F la somme prévue. Si le nouvel architecte, M. Diosse, s’engage à livrer le théâtre pour le 1er avril 1888, en acceptant de payer une pénalité de 500 F par jour de retard, et alors que le Conseil cherche à se donner bonne conscience en accablant Hardion142, Losserand s’étonnant que personne, ou presque, ne veuille prendre la parole, entreprend une longue explication.

252Il commence par rappeler que la majorité du Conseil a, elle aussi, sa part de responsabilité parce qu’elle n’a pas voulu écouter les avis de la minorité. Il apprend surtout que le théâtre était déjà à l’ordre du jour à l’époque du Conseil opportuniste, en connexion avec le lycée de filles :

  • 143 Bulletin municipal, 1887, 266-267, Séance du 6 mai 1887.

Des démissions se produisirent, alors que M. Charpentier, maire à cette époque, ne crut pas devoir soumettre au Conseil la question du lycée de filles ; mais il eut bien le soin de régler l’affaire du théâtre (en spécifiant un maximum de dépense de 500 000 fr).
Des élections eurent lieu et la plupart de ceux qui avaient préféré le théâtre au lycée de filles ne revinrent pas ; quant à l’autre fraction de l’ancien Conseil, elle resta, les électeurs lui conservèrent leur confiance. C’était un avertissement ! Les nouveaux élus, les membres du Conseil actuel auraient bien dû être mis en défiance, et tout au moins ceux qui n’avaient point fait partie de l’ancien Conseil auraient dû, avant de se prononcer, éprouver le besoin d’étudier à fond cette question du théâtre.143

253La responsabilité du Conseil est d’autant plus lourde, poursuit l’orateur, que de tout côté les architectes de Tours ont protesté, affirmant que les dépenses de la reconstruction s’élèveront de 800 000 à un million. Losserand reproche également que la majorité favorable à l’affaire a beaucoup compté sur le secret, « alors qu’il eût fallu saisir l’opinion publique afin de s’appliquer à recueillir, puis à traduire son sentiment ». Au lieu de cela, on a cherché à « aider M. Hardion à se faire une réputation, à se créer un avenir brillant sur le dos des contribuables ». Après avoir développé à nouveau les conditions où l’affaire avait été lancée, l’orateur conclut :

Avouons-le : c’est d’une mauvaise administration, c’est déplorable à tous les points de vue, parce qu’on nous empêche ainsi de réaliser les promesses faites en vue de créer des écoles et d’exécuter de nombreux projets de la plus urgente utilité […]. Je me souviens que deux des membres du Conseil ont déposé, il y a plus de deux ans, un projet de construction de maisons ouvrières. MM. Ducrot et Dufour en étaient les auteurs ; on devait s’en occuper sérieusement et on a, je ne sais pourquoi, abandonné l’affaire.

  • De son côté, M. le Maire avait étudié la création d’un asile de nuit ; mais trop absorbé par d’autres questions et par l’érection de la statue de Balzac, M. le Maire, dis-je, n’a pas encore fait aboutir son projet.
  • D’autres, parmi nos collègues, avaient projeté de créer les cantines scolaires, déjà sous le mairat de M. Rivière, il fut question de construire un asile pour les vieillards ; sous M. Charpentier, l’étude en fut continuée, des renseignements furent recueillis qu’il serait facile de retrouver ; plusieurs des membres du Conseil sont intervenus pour réclamer l’urgence et la mise en exécution, ce fut en vain. D’autres enfin sont venus réclamer des fourneaux économiques, des refuges pour les enfants abandonnés et on insistait pour la réalisation de [tous ces projets] philanthropiques. Rien de tout cela n’a été fait et depuis quatre ans on s’occupe du théâtre et de la statue de Balzac qui n’aboutira peut-être pas.

254Pour terminer, Losserand fait allusion aux préoccupations électoralistes de ses adversaires, ce qui fait sursauter plus d’un. Oudin ironise sur les divers projets de Losserand, comme si « jamais le désir de popularité n’[avait] hanté l’esprit de notre collègue ».

255De son côté, Royer s’attache au problème des responsabilités et veut confondre Losserand par un raisonnement qui paraît passablement boiteux, dans la mesure où il isole un moment dans l’argumentaire de son adversaire :

Nous savons que M. Losserand ne veut pas de théâtre municipal et qu’il n’aime pas le bourgeois, c’est son cauchemar. Aussi comme il sent bien qu’il serait inutile, peut-être impopulaire de s’opposer à la reconstruction projetée, il s’arrête à un moyen intermédiaire : il fait de l’obstruction.
Que notre collègue veuille bien se souvenir que la reconstruction du théâtre ayant été votée, il est intervenu pour demander qu’on mît les ouvriers à l’œuvre et que les travaux fussent menés rapidement. L’appel de M. Losserand m’est resté dans la mémoire et son attitude actuelle me fait penser que quand tout va bien, M. Losserand se hâte d’en profiter et que, comme aujourd’hui, lorsqu’on est en face d’une situation difficile, loin de chercher à la résoudre, il essaie de la faire traîner en longueur et dépose dans ce but des propositions ayant pour conséquence un enterrement de 1re classe.

256En réponse, Losserand proteste énergiquement contre les paroles de Royer et restitue correctement le contexte des débats :

  • 144 Bulletin municipal, 1884, p. 311-313, 336-337, Séances des 1er et 11 juillet ; 1886, p. 810-812, S (...)

J’ai dit, en effet, que je n’étais pas partisan de voir la ville consacrer une somme énorme pour construire un théâtre ; que cependant, le Conseil s’étant prononcé dans le sens contraire, il fallait faire marcher rondement les travaux, j’ajoutais : Je me moque de la dépense qu’elle soit de 1 million ou moins, peu m’importe ; vous avez décidé que la ville reconstruirait son théâtre, subissez les conséquences de votre résolution, quant à moi, je l’ai dit, je ne m’associerai pas à un projet semblable, aussi longtemps qu’on n’aura pas d’asile pour les enfants abandonnés, aussi longtemps que les vieillards n’auront plus qu’à mourir dans la rue, faute de place dans les hospices. Je suis resté dans cette même conviction.144

Le centenaire de 1789 et les libertés communales

  • 145 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 378 sqq(...)

257Indépendamment des questions à l’ordre du jour des séances municipales, le caractère contradictoire ou même mouvementé des débats s’explique par plusieurs facteurs, dont certains relèvent de la loi du 5 avril 1884145. Il y a d’abord le difficile équilibre que le maire doit maintenir dans sa fonction, s’exerçant à la fois « pour le compte de la commune et accessoirement comme agent de l’État ».

258Responsable de l’Administration locale, c’est-à-dire chef du pouvoir exécutif communal, le maire préside les réunions du Conseil municipal et un grand nombre de commissions, alors qu’il est censé pouvoir répondre à toutes questions ou interpellations.

  • 146 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 390.
  • 147 Ibidem, p. 390-391.

259La dynamique des séances est entretenue ensuite par le flou que la loi a maintenu dans la question des compétences de la commune. Si elle dit que « le Conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune […], il n’est nulle part indiqué quelles sont les affaires de la commune. Aucune frontière n’est tracée par la loi entre l’intérêt communal qui permet de les identifier et l’intérêt général »146. Portant la marque d’une affirmation de Waldeck-Rousseau, ministre de l’Intérieur, à savoir que « les communes n’ont pas de droits absolus, propres, à la différence des individus », celles-ci seront en effet « cantonnées dans des tâches purement administratives. Si elles sont bien reconnues par la loi comme des institutions publiques, gérant des intérêts publics, l’“autonomie”, qui relèverait de la décentralisation “politique”, leur est refusée ; contrairement à la décentralisation “administrative”, elle porterait atteinte à l’unité nationale et à l’autorité de l’État147 ».

  • 148 Bulletin municipal, 1885, p. 95, Séance du 23 janvier.
  • 149 Par exemple, au cours du « débat animé » sur le changement des noms de rues de la Harpe, St-Martin (...)

260L’ambiance des débats municipaux s’explique aussi par l’hétérogénéité politique du conseil. Ainsi, pour justifier les différends surgis autour d’une indemnité à accorder au receveur municipal (et on retrouve ce genre de désaccord quand, par exemple, certains conseillers veulent étendre aux membres de la famille une concession perpétuelle au cimetière accordée à un artiste de la ville), Royer n’hésite pas à déclarer : « Dans le Conseil municipal, n’avons-nous pas des ultra-radicaux, des radicaux, des opportunistes et des membres du Centre-gauche. Chacun de nous appartient à l’une ou l’autre de ces catégories148. » Il faut ajouter à tout cela la diversité des tempéraments, du niveau d’instruction et des capacités oratoires de chacun, un sujet qui amuse souvent la presse réactionnaire et qui peut donner lieu à des altercations pénibles au sein du Conseil149.

  • 150 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 388.

261Or, l’influence des débats sur l’opinion ne saurait être négligée, dans la mesure où ceux-ci sont directement accessibles au public, le législateur républicain ayant opté, pour des raisons démocratiques, semble-t-il, pour la publicité des séances des conseils municipaux150.

262Dans le cadre de ces données de la vie municipale, on retiendra pour le compte de Losserand d’abord un parti pris évident pour que tout ce qui touche aux intérêts de la ville soit discuté au grand jour. Des situations où il s’exprime en ce sens, nous retiendrons deux exemples caractéristiques. La première se produit dans la phase aiguë de la reconstruction du théâtre, quand Oudin soulève que l’architecte semble remplacer les pierres dont le choix lui a été imposé dans le cahier des charges par des pierres de qualité inférieure ; alors que le maire ne sait que répondre et que selon Cador « cela ne regarde pas le public », Losserand provoque un nouvel incident en lisant le texte d’une proposition tendant à ce que « tous les membres du Conseil s’interdisent désormais tout travail et toute fourniture pour la ville, soit directement, soit par une voie détournée ». Il s’ensuivra d’ailleurs plusieurs démissions de conseillers.

263Le second exemple concerne le Service des eaux, dont les aspects techniques et la réglementation ont donné lieu à une longue série de débats. À propos du nouveau règlement, difficile à faire aboutir, Losserand déclare :

  • 151 Journal d’Indre-et-Loire, 26 septembre 1886. Bulletin municipal, 1885, p. 637-662, Séance du 28 ao (...)

Au fond du débat, il me semble que s’agitent des personnalités, qu’on ne veut pas mettre en jeu. D’un côté, il y a l’intérêt de la ville à sauvegarder, d’un autre, des intérêts particuliers ; ces derniers ne sont pas aussi menacés qu’on paraît le croire, car depuis dix ans le remaniement du règlement des eaux était annoncé, et les concessionnaires devaient bien s’attendre à le voir appliquer […]. Enfin vous venez de voter l’ajournement et l’enquête. On propose maintenant de résoudre la question en séance officieuse. Non, Messieurs, cela ne doit pas être. C’est au grand jour, devant le public que nous devons discuter. Il ne faut pas de ces petites guerres sourdes qu’on ne s’explique pas et qui ne sauraient mener à rien. Je demande énergiquement que l’affaire soit traitée en séance publique.151

264C’est que pour ce conseiller, la notion de service public va de pair avec la publicité des affaires. Si l’expression de socialisme municipal n’apparaît à aucun moment dans son argumentaire, ni d’ailleurs dans celui de ses contradicteurs, dans la réalité quotidienne il défend toujours les usagers et les intérêts de la Ville. Dans les conditions données de l’économie capitaliste, il cherche chaque fois à faire jouer la concurrence au service de l’intérêt collectif, seule finalité qui justifie le monopole.

  • 152 Depuis des années 1860, l’expansion urbaine connaît un développement rapide en sorte que 2-3 décen (...)

265On voit donc Losserand batailler sur tous les fronts des équipements collectifs : transports urbains, éclairage public, distribution des eaux152. Il presse l’exécution de certains travaux, autant pour leur utilité que pour embaucher les chômeurs. S’agissant, par exemple, dans la séance du 21 juin 1884, de travaux de curage et d’entretien des égouts, il « regrette que pour un but aussi utile le crédit qu’on demande (5 000 F) soit aussi restreint ».

266À la même époque, un rapport de Corbeau lance un grand débat sur la Compagnie des Tramways. Il s’avère que celle-ci est en retard de plusieurs années (1882, 1883, 1884) pour ses redevances dues à la Ville, soit 7 200 F. S’agissant de l’unification des tarifs d’une station à l’autre, en les abaissant, Losserand dit avoir « toujours observé que la ville faisait les grands sacrifices et n’en imposait que de petits à la Compagnie, dont on a trop souvent constaté le mauvais vouloir […]. Les Compagnies sont généralement très peu disposées à prendre d’elles-mêmes une mesure en faveur du public, observe-t-il en soulignant qu’il ne saurait admettre qu’on fît des avantages aux Compagnies qui monopolisent les services publics ».

  • 153 Bulletin municipal, 1884, p. 301-306, Séance du 1er juillet ; 1887, p. 702-703 et 777-778, Séances (...)

267Il relève par ailleurs (après l’avoir éprouvé lui-même sur le trajet entre la place Thiers et l’hôtel de ville) que la Compagnie concessionnaire ne respecte pas la durée des services journaliers. Or « il importe de le savoir, car étant donné que la ville de Tours lui a concédé un monopole, le cahier des charges a dû stipuler une pénalité pour chaque infraction, autrement c’eût été livrer un service public au bon plaisir d’une Société153 ».

  • 154 Journal d’Indre-et-Loire, 7-8 décembre 1885.

268Cette question des services publics réapparaît souvent dans les interventions de Losserand, et elle est présente, on l’a vu, dans ses combats électoraux, et fait aussi l’objet de certaines conférences. En décembre 1885, il examine successivement devant quelque cinq cents personnes réunies par La Sentinelle, la question des eaux, celles de la police et de l’instruction publique154. Parmi les services moins fondamentaux, on s’arrêtera devant le cas de la Bibliothèque municipale. En effet, plusieurs débats ont eu lieu au sujet des prêts, hors de Tours, de manuscrits, dont l’établissement renferme des plus précieux.

269En octobre 1884, c’est le Dr Schepps de Vienne qui demande, par l’intermédiaire du ministère de l’Instruction publique, les documents no 300 et 803, contenant les œuvres de Boëce. Le Comité consultatif de la Bibliothèque est favorable, mais Losserand remarque :

  • 155 Bulletin municipal, 1884, p. 684, Séance du 17 octobre.

Toutes les fois qu’on prête un manuscrit on l’envoie à Paris. Il serait cependant plus rationnel aux personnes qui sollicitent les prêts, de venir à Tours consulter les ouvrages qui les intéressent et les riches collections renfermées à la Bibliothèque : car si pendant la durée de la communication, un habitant de Tours ou un habitant d’une autre contrée de la France, demande l’ouvrage absent, il serait contraint d’en attendre le retour, ou d’aller à Paris. Cela n’est pas admissible. En conséquence, M. Losserand propose de repousser la demande du docteur Schepps. Le Conseil adopte cette proposition.155

  • 156 De même, la demande d’un manuscrit d’Ovide par S.G. Owen, lecteur classique au Collège de Manchest (...)

270Il semble que son vote a créé un précédent, car l’année suivante il faut la lettre personnelle du ministre Fallières pour que le Conseil change d’avis concernant une demande de manuscrit pour M. Paul Meyer, directeur de l’École des Chartes156. Après la lecture de la lettre en question par Letellier, qui conclut aussitôt que « le ministre pourrait à son tour user de représailles », une discussion s’engage, qu’il semble intéressant de reproduire, tant elle illustre à sa manière que le localisme relève plus de la sensibilité idéologique de tel ou tel conseiller que d’un éventuel égoïsme municipal sui generis. Losserand était absent de cette séance du 4 mars 1885, mais le débat est bien dans la suite de son intervention précitée, et l’on voit aussi que le service rendu à des savants allemands est resté en travers de la gorge de plus d’un (Annexe 32).

271Le fonctionnement et les conditions matérielles de la Bibliothèque de Tours ont fait l’objet d’autres débats. Losserand « partage absolument les vues » critiques de Gaudin (ouverture journalière trop courte, fermeture annuelle trop longue, nombre de places trop réduit, etc.), et attire l’attention, avec d’autres conseillers, sur les dangers d’incendie ; il pense qu’il serait possible de parer à ce danger en installant l’éclairage électrique. Royer ajoute « que la bibliothèque, située sur une rue admirée par les étrangers, forme un contraste attristant avec les immeubles avoisinants ; on jurerait d’une maison abandonnée et délabrée ; il y a des réparations qui s’imposent, un peu de peinture aux persiennes et aux portes ne serait pas de trop ; utile aussi serait la disparition des affiches qui s’étendent jusqu’au toit, sans respecter les croisées qu’on ne peut plus ouvrir. Franchement il est inadmissible de laisser les choses dans cet état », conclut-il.

  • 157 Bulletin municipal, 1884, p. 684, Séance du 17 octobre ; 1885, p. 194-197, Séance du 4 mars ; 1887 (...)

272La critique de cet affichage sauvage soulève la question de la publicité. Ducrot insiste sur les abus, alors que selon Losserand il ne faut pas restreindre la liberté de l’affichage. « Plus que jamais, la publicité est devenue nécessaire [pense-t-il] le moindre commerçant est obligé d’y recourir. » Il propose d’établir un règlement et un tarif pour que la ville tire profit de la faculté d’afficher157.

273De fait, avec l’instauration des libertés collectives (liberté de réunion, loi du 30 juin 1881 ; liberté de la presse, loi du 29 juillet 1881 ; légalisation des syndicats, loi du 21 mars 1884), la vie publique s’inscrit plus que jamais dans des formes organisées. Dans le débat qui porte sur la transformation du Manège de Tours, Losserand se réfère à la fois au cadre légal et à la tradition républicaine quand il déclare : « Puisque la liberté de réunion existe […] nous ne devons pas nous montrer moins libéraux que les législateurs. Notre mission, nos principes, nous font un devoir de faciliter l’exercice de ce droit. »

274Pour répondre aux besoins qui se manifestent chaque jour, et étant donné l’encombrement des grandes salles de l’hôtel de ville par des concerts, représentations diverses, réunions de Sociétés de secours mutuels et autres conférences, le Conseil entreprend en effet, en 1887, la transformation de l’ancien Manège municipal en salles de réunions, pouvant contenir de 800 à 1 000 personnes. Aux contradicteurs il est répondu qu’en 1848, les citoyens qui y tenaient alors un club, « s’en servaient tel quel et ils sont satisfaits du projet en discussion ».

275Comme la grande réunion mouvementée en présence de Wilson venait d’avoir lieu le 28 octobre, non sans quelques dégâts matériels, Losserand utilise cet argument pour qu’on crée un lieu plus approprié à l’usage du peuple assemblé :

  • 158 Bulletin municipal, 1887, p. 809-815, Séance du 12 novembre. Bailleul R., La salle du Manège à Tou (...)

Dans les réunions publiques tenues à Tours, je ne sais si cela tient au climat, généralement les spectateurs sont calmes ; mais il peut arriver, et on l’a vu récemment, que la réunion devienne houleuse, qu’une bousculade se produise, brisant et détériorant le matériel, c’est pour ce motif que nous n’avons pas demandé de luxe, mais du solide et du bon marché. Si […] on employait le cirque, les banquettes, les sièges, les décors pourraient être détériorés, et, puisque la ville servirait d’intermédiaire, c’est elle qui paierait les dégâts. Ne vaut-il pas mieux se mettre à l’abri de semblables éventualités ?158

276Le jour même de la fameuse réunion au Cirque, une session extraordinaire du Conseil se penche sur la question des dégradations matérielles, Royer s’étant levé contre le fait que la Ville prête son mobilier (mâts, écussons, drapeaux, tables, chaises, etc.) pour des réunions publiques, lors même que celles-ci sont organisées par l’initiative privée. Oui, réplique Blanchard, mais si la présidence de telles réunions est proposée au maire… ; que M. Royer se rassure ! Et a-t-il protesté deux ans auparavant quand on a prêté le concours de la Musique municipale pour l’inauguration du Grand Cercle républicain ! Losserand intervient :

  • 159 Journal d’Indre-et-Loire, 5 janvier 1888.

Je demande la permission de faire remarquer au Conseil, que nombre de fois le matériel de la ville a été prêté pour l’usage de réunions publiques sans avoir donné lieu à réclamations et sans qu’il en soit résulté de désagréments. Personne n’a élevé la moindre plainte, bien au contraire, le public s’en montre satisfait ! Quoi ! dans un cas imprévu, une circonstance exceptionnelle, les tapis de nos tables ont reçu quelques accrocs, est-ce un motif sérieux de revenir sur une bonne mesure »
Nous ferions un acte anti-libéral et ce ne serait pas la peine d’avoir la liberté de réunion, si pour chaque séance, les organisateurs qui défendent les droits populaires, sont astreints à louer les objets indispensables. Je demande qu’on continue comme par le passé le prêt du mobilier municipal.159

277Mais Royer, soutenu par ses collègues Pineau et Condé, ne se laissant pas démonter, soulève une autre objection : « Que feriez-vous si la réunion est organisée par des réactionnaires » Cela s’est vu tout récemment encore, M. Calla, qui n’est point républicain, a fait une conférence. Lui auriez-vous prêté des tables et des sièges ? » Et puisque Pineau renchérit et cite une récente réunion où il s’agissait de créer un journal politique, le docteur Fournier fait une mise au point énergique : le Conseil municipal a bien adopté des résolutions décidant qu’une salle « serait affectée aux réunions de diverses Sociétés de secours mutuels, syndicats et autres pour leur fournir les moyens de discuter de leurs intérêts. Jamais, j’imagine, il n’est entré dans votre esprit de déterminer les objets de leurs discussions : aussi n’avons-nous pas à les contrôler ; cela les regarde et il ne pouvait venir à la pensée de personne ici de restreindre la liberté des Sociétés auxquelles vous donnez l’hospitalité ».

  • 160 Journal d’Indre-et-Loire, 5 janvier 1888.

278Finalement, Losserand ayant proposé le maintien du statu quo, cette proposition est adoptée160. L’exercice de la liberté communale elle-même a donné lieu à des discussions instructives, où Losserand n’est jamais absent. Si dans l’élaboration du Règlement du Conseil municipal, consécutive à la loi de 1884, son rôle est épisodique (on relève 7-8 interventions assez brèves de sa part lors de la mise au point des 30 articles du projet), il occupe l’essentiel de la séance qui clôt les controverses de la Commission du budget concernant « les Fonds à la disposition du maire pour cas urgents et dépenses exceptionnelles ». C’est l’indemnité à verser aux élus infortunés qui est en cause, un sujet aussi ancien que la démocratie. Se référant à l’article 74 de la loi du 5 avril 1884 et à l’exemple d’un certain nombre de villes (Lyon, Bordeaux, Châteauroux, Troyes), il rappelle :

  • 161 Bulletin municipal, 1884, p. 226-243, Règlement du Conseil municipal, Séance du 21 juin ; 1887, p. (...)

Aux élections de 1884 […] lorsque les délégués républicains, au nombre de 800, ayant élaboré un projet de programme municipal, législatif et économique [ils] y avaient inséré un article portant rétribution de toutes les fonctions électives.
Or ce programme fut approuvé dans une réunion tenue au Cirque où s’étaient réunis plus de 2 000 électeurs ; mais quand les délégués se virent porter comme candidats au Conseil municipal, ils demandèrent de leur propre mouvement le retrait de cet article, ne voulant pas qu’on pût supposer qu’ils l’avaient inscrit à leur profit personnel, c’est ainsi que le programme sur lequel nous avons été élus est muet quant à la rétribution des mandats électifs ; mais on peut dire que les électeurs ont été consultés et qu’ils se sont prononcés affirmativement sur la question […].
Puisque le débat est ouvert [il l’a été à propos des fêtes publiques], continue l’orateur, il faut lui donner tous les développements utiles ; il touche en effet un principe essentiel dans une démocratie qui veut permettre aux plus méritants et aux plus dévoués d’arriver à la gestion des affaires publiques. Comment peut-on espérer l’application sincère de ce principe si on conteste la nécessité d’une indemnité aux fonctions électives, surtout quand nous voyons tant d’exemples qui militent en faveur de notre thèse.161

  • 162 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 391-392

279La pratique des libertés communales produit sans cesse des situations nouvelles et on rencontre inévitablement des questions qui touchent aux rapports avec l’État et portent les élus locaux à faire de la politique. Les protagonistes y sont d’autant plus sensibles qu’avec le mode de désignation du maire et les compétences de la commune, « la contradiction entre un discours toujours décentralisateur et une volonté de “centralisation politique” » n’a cessé d’animer les débats qui ont précédé la loi du 5 avril 1884. Dans ses rapports, le ministre de l’Intérieur, Émile de Marcère, avait déclaré sans ambages que «“les corps municipaux ne peuvent, ne doivent pas s’occuper de politique” et, dans cet esprit, la loi “interdit à tout Conseil municipal soit de publier des proclamations et adresses, soit d’émettre des vœux politiques, soit, hors les cas prévus par la loi, de se mettre en communication avec un ou plusieurs conseils municipaux”162 ».

280Or, à l’approche du 14 juillet 1884 (Fig. 3, 4), quand un rapport lu par le conseiller Michelin demande, comme il est de coutume désormais, les crédits nécessaires pour commémorer « avec toute la splendeur […] le glorieux anniversaire que la République a choisi comme fête nationale », le conseiller socialiste Dufour présente un texte, demandant l’amnistie pour les prisonniers politiques, à l’occasion de l’anniversaire de la prise de la Bastille. L’essentiel du vœu est ainsi formulé :

  • 163 Bulletin municipal, 1884, p. 246, Séance du 21 juin.

Le Conseil municipal : Considérant qu’il serait détestable qu’en République une justice distributive condamne de préférence des républicains ; que les partis monarchistes jouissent d’une liberté qui leur permet de travailler sans danger au renversement de la République ;
Considérant qu’un prétendant, foulant aux pieds les lois de son pays, a trouvé un appui dans la mansuétude du gouvernement et fut remis en liberté ;
Considérant que toutes les monarchies accordaient des grâces d’amnistie et qu’il ne saurait rester dans nos prisons aucun homme condamné pour faits politiques ;
Le Conseil municipal émet le vœu : qu’une amnistie pleine et entière soit donnée à tous les détenus politiques à l’occasion de la fête nationale du 14 juillet.163

281Après avoir fait constater que la proposition est appuyée par 16 signataires, Losserand déclare reprendre ce vœu pour son compte personnel et demande qu’il soit adopté avant le vote du crédit prévu pour la commémoration. Coursière, soutenu par plusieurs de ses collègues, montre alors qu’« en fait on critique le Gouvernement et l’autorité judiciaire ; il y a là une illégalité », dit-il, « et un moyen peu favorable à la réalisation de l’idée émise ». Oudin abonde dans le même sens et précise que « cette proposition n’est au fond qu’un vœu politique, que l’article 72 de la loi municipale interdit au Conseil d’émettre valablement, et, bien qu’il partage la pensée généreuse qui l’a dicté, il ne pense pas qu’on puisse l’accueillir sous sa forme actuelle […]. Dans le rapport, il s’agit d’une question de crédit, sur laquelle on ne peut greffer un vœu politique », ajoute-t-il. « Les deux questions doivent rester disjointes. »

  • 164 Bulletin municipal, 1884, p. 244-248, Séance du 21 juin.

282Dufour insiste que les deux textes forment un seul ensemble, et Losserand menace qu’il ne votera pas le crédit si le vœu n’est pas d’abord adopté. Pour Oudin, ce qui est particulièrement gênant c’est qu’« on paraît dire qu’il n’y a comme condamnés politiques que des républicains, et on le reproche à un gouvernement républicain ». Finalement, l’accord se fait pour modifier le texte, qui n’en reste pas moins un vœu politique : « Le Conseil municipal de Tours émet le vœu qu’à l’occasion de la fête du 14 juillet 1884, une amnistie pleine et entière soit accordée aux détenus politiques. » Ainsi formulé, le texte est mis aux voix et il est adopté164.

283Une autre affaire mettant directement en cause les rapports entre la commune et la République est venue semer le trouble au sein du Conseil municipal de Tours, dans la perspective de la préparation du centenaire de la Révolution de 1789.

  • 165 Bulletin municipal, 1887, p. 563, Séance du 26 août 1887.

284C’est que, dans sa séance du 27 juillet 1887, le Conseil municipal de la ville de Paris décide de réunir dans un congrès les représentants des conseils municipaux de France. Ce « Congrès des communes de France » devrait se tenir à l’hôtel de ville de Paris, à la date du 22 septembre, 95e anniversaire de la proclamation de la première République. Il durera cinq jours et aura pour objet de « donner à la célébration du Centenaire de 1789 sa véritable signification ». La lettre d’invitation adressée le 22 août aux maires et conseillers municipaux du pays se remarque d’emblée par son parti pris pour la démocratie directe : puisque le peuple entier ne pouvait être « appelé à se concerter et à délibérer, il n’est pas de représentation plus directe, en la circonstance que celle des communes »165.

285Ensuite, s’il y est question de faire « vibrer l’âme de la Nation », ce sont les préoccupations politiques, sociales et historiques qui dominent : « Il importe de donner à la grande fête patriotique un caractère uniforme dans ses réjouissances, ses manifestations et ses revendications », peut-on lire dans ce document, qui proclame spontanément le lien entre 1789 et l’an II, entre la République et les communes, entre le peuple français et tous les peuples, entre la Déclaration et la justice sociale :

  • 166 Ibidem, p. 563-564.

Le retentissement de la révolution de 1789 a été universel ; tous les peuples ont le même droit d’en réclamer la glorification, mais, initiateur, le Peuple français qui a répondu aux agressions monarchistes et rétrogrades par la Déclaration des droits de l’homme et par les prodiges de l’an II, a plus spécialement qualité pour compléter son œuvre.
C’est à la France républicaine, représentée par les délégués des communes, qu’il appartient d’établir le bilan du siècle dont le terme approche. Il lui appartient de donner forme aux aspirations comprimées par les réactions successives, et de rappeler quel est le chemin du droit, du devoir, de la justice sociale et humanitaire.
Le Conseil municipal de Paris adresse un chaleureux appel à toutes les communes dévouées à la République et au progrès. Il espère, Monsieur le Maire, Messieurs les Conseillers, que votre adhésion ne lui fera pas défaut.
Vous tiendrez à honneur de participer à une grande œuvre républicaine et démocratique, en vous unissant à nous pour préparer dignement et pacifiquement le Centenaire de 89.166

  • 167 Mayeur J.-M., La vie politique…, op. cit., p. 90.

286La lettre est signée par sept conseillers parisiens, en premier lieu par Abel Hovelacque, président du Bureau du Conseil municipal de Paris ; proche de Clemenceau, il était parmi les fondateurs d’une Alliance socialiste républicaine avant les élections législatives de 1881, « cherchant à faire le pont entre le radicalisme et un socialisme non marxiste dans la tradition républicaine167. » Chaque Conseil municipal pouvait fixer le nombre de ses délégués, et plusieurs conseils pouvaient se faire représenter par un seul délégué, sans exclure les grands élus, sénateurs, députés, conseillers généraux.

287Il est encore signalé qu’« aucune loi n’interdit aux Conseils municipaux de prendre des mesures pour donner un caractère uniforme à une fête patriotique. L’usage a consacré le droit d’une commune d’inviter les autres communes à se faire représenter pour les fêtes, inaugurations, érection de monuments, etc. La loi de septembre 1792, la constitution du 5 fructidor an III, pas plus que la loi du 5 avril 1884 ne s’opposent à la réunion des délégués des conseils municipaux pour préparer la fête du Centenaire de 1789 ».

288Telle ne fut pas l’opinion du gouvernement, qui dès le 24 août publie dans le Journal Officiel un décret d’annulation et adresse des instructions aux préfets et sous-préfets d’« annuler impitoyablement toutes délibérations qui seraient prises par les Conseils municipaux à l’effet de répondre à l’invitation de la municipalité parisienne ».

289Celle-ci n’en persiste pas moins, reportant seulement le congrès à une date ultérieure, « étant donné les actes de pression du gouvernement et les entraves de toutes sortes apportées à la réunion projetée ». Le 10 septembre, le Bureau du Conseil municipal de Paris déclare en effet : « Les Communes ne se laisseront pas intimider par les agissements d’un ministère qui ne vit que grâce à l’appui et au bon vouloir des ennemis de la République. Le gouvernement qui n’applique pas, avec raison, d’ailleurs, l’article 292 du Code pénal à des associations opportunistes, trahirait la cause républicaine s’il s’opposait à une réunion des délégués des communes délibérant sur les libertés publiques. »

  • 168 Ibidem, p. 562.

290C’est deux jours après le décret d’annulation, dans la séance du 26 août, que la lettre parisienne a été lue à Tours, sur la demande expresse du conseiller socialiste Dufour168. Royer parle aussitôt de la décision du gouvernement et insiste sur la gravité de l’affaire. Visiblement, pour s’en débarrasser, il en propose le renvoi à une commission. Oui, mais, s’élève Oudin, « si on nomme une Commission spéciale, c’est prendre en quelque sorte la pétition en considération ». On opte finalement pour la Commission de l’Instruction publique.

291Dans son journal, l’ex-curé Bertrand, bien connu pour son radicalisme fervent, rapporte la décision du « ministère réactionnaire » et apprécie le courage du Conseil municipal de Paris. Mais surtout il interroge ceux de la Touraine :

  • 169 Tours-Journal, 30 août 1887.

Que vont répondre nos municipalités tourangelles ? Que va surtout répondre le Conseil municipal de Tours ?
Nous devons dès maintenant éclairer sa religion. Tout d’abord que peut craindre le gouvernement en s’opposant à ce congrès ? Peut-il redouter une révolution ? Mais les conseils municipaux de France ne sont point des révolutionnaires : ils sont les élus du suffrage universel. Vous viendrez me dire : c’est contraire à la loi. Allons donc ! Si vous défendiez tout ce qui est contraire à la loi vous arriveriez à un résultat merveilleux. Il est contraire à la loi de payer les chanoines et les évêques non concordataires et cependant vous les payez. Il est contraire à la loi que les Jésuites enseignent en France et vous les tolérez ! ?169

292En résumant la circulaire de Fallières aux préfets, Bertrand s’adresse directement aux élus locaux : « Voyons Messieurs les maires, qu’allez-vous faire ? Que va faire M. le Maire de Tours ? Que vont faire MM. Dufour, Malécot, Losserand, Dry, Béchu, Oudin, Royer, Condé, etc. ? » Apprenant que l’affaire a été renvoyée à une commission, il s’exclame : « C’est un enterrement de première classe ! »

293Il presse donc le Conseil municipal de Tours de faire preuve de virilité et d’indépendance : « De ce que le préfet annulera votre délibération est-ce qu’il vous est interdit de délibérer ? […] Ce qui vous grandira diminuera d’autant l’autorité du préfet et du ministère réactionnaire Rouvier. »

294Le 9 septembre, quand le sujet réapparaît devant le Conseil, il s’avère que la lettre de Paris est restée dans le dossier et que le maire a « oublié » de convoquer la Commission. « Il fallait vous convoquer vous-mêmes », répond-il à Royer, alors que d’habitude il tient tellement à présider lui-même chaque séance de Commission. Au cours du débat très mouvementé, Dufour et Losserand appellent le Conseil à statuer sur le champ pour désigner un délégué, Royer lutte pour le renvoi de la question à la Commission et le maire veut qu’on cesse de discuter le sujet puisqu’il n’était pas prévu à l’ordre du jour (mais, remarque-t-on, un grand nombre de sujets sont discutés chaque fois en dehors de l’ordre du jour…).

295Bien plus que le procès-verbal de séance, Tours-Journal restitue l’ambiance de la réunion, avec des détails parfois qui n’apparaissent pas dans le compte rendu officiel. Dans l’article La capitulation du Conseil municipal de Tours, daté du 11 septembre 1887, on apprend ainsi que les députés Wilson et Pesson assistaient à la séance, pour « voir si les conseillers allaient avoir l’audace de délibérer sur cette affaire […]. On dit que le préfet […] avait déclaré qu’il casserait l’administration municipale si elle laissait voter sur cette question. Ce n’est pas vrai [affirme Bertrand] le préfet n’a pas dit cela, mais les peureux du Conseil font circuler les bruits afin d’obéir plus facilement [Il explique ensuite :] Il y a des choses qu’il importe de bien distinguer : le pouvoir exécutif et le pouvoir municipal. Le pouvoir municipal, d’après la loi est absolument maître de l’hôtel de Ville […]. Quand sa délibération est prise, il la prend et la porte au pouvoir exécutif, à la Préfecture, laquelle approuve ou désapprouve ».

296C’est ce que dira en substance Losserand, à plusieurs reprises au cours du débat. À celui-ci, Bertrand a consacré, outre l’explication qui précède, un Supplément de Tours-Journal, intitulé La grande comédie municipale jouée à l’Hôtel de Ville. On parle de la démission de M. le Maire. Cela devait être d’autant plus spectaculaire qu’un des points de la réunion portait sur le travail des chômeurs et qu’une foule considérable, composée surtout d’ouvriers, était présente (Annexe 33).

  • 170 Bulletin municipal, 1887, p. 562-565 et 590-595, Séances des 26 août et 9 septembre.

297Il était annoncé que le soir du 18 septembre Losserand présenterait un rapport sur « la circulaire du Conseil municipal de Paris », mais visiblement cette intervention n’a pas eu lieu170.

  • 171 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 361.
  • 172 Ibidem, p. 362.

298Quoi qu’il en soit, la promptitude avec laquelle le gouvernement a réagi à l’initiative parisienne est en elle-même un signe révélateur. La référence à l’an II, à la justice sociale, aux revendications, et surtout le spectre de la Commune de Paris a dû effrayer le ministère de défense sociale de Rouvier. Si les mouvements communalistes lancés à la suite de l’insurrection parisienne du 18 mars 1871 « n’étaient nulle part représentatifs d’une tendance profonde171 », semble-t-il, ils étaient porteurs d’une autre légitimité que celle de l’Assemblée nationale réunie à Versailles et, en tout cas, ils se sont montrés assez puissants pour jouer le rôle de détonateurs. Le « “congrès des délégués des villes de France”, organisé avec le concours des loges maçonniques pour préparer une médiation entre Paris et Versailles172 », et interdit par Thiers le 7 mai 1871, posait le même problème de légitimité.

299Il est certain que les anciens gambettistes au pouvoir, tout occupés à réaliser l’apaisement social et religieux, n’ont pas oublié ces antécédents quand, aussi républicains qu’ils fussent, ils ont interdit le congrès des communes convoqué à Paris pour le 22 septembre 1887. On était d’ailleurs en pleine crise boulangiste (Fig. 5) et le congrès en question n’aurait certainement pas contribué à apaiser le climat politique.

300Est-ce pour se rattraper sur le ventre de ses élus pour ce qu’il a refusé à l’intelligence politique du peuple que le gouvernement républicain a invité les maires, en juin 1889, année du Centenaire et de l’exposition universelle, au banquet des maires de France, en présence du Président Sadi Carnot.

  • 173 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 147-148.

Onze mille maires participèrent à un repas pantagruélique, sous une immense tente dressée dans le jardin des Tuileries, le tout au frais de la municipalité parisienne. Le maire de Cormery y avait emporté un vieux drapeau de 1791 que possède la ville et n’en vit, là-bas, qu’un seul autre aussi ancien. Il nous raconta comment on y dévora 200 saumons, 2 tonnes de filets de bœuf et 4 000 poulets, le tout arrosé de 25 000 bouteilles. Messieurs les maires, ainsi gavés par la République, durent considérer que le régime avait du bon !173

La cause ouvrière

301Il y avait quelque chose de grimaçant dans cette promotion du manger, car les années qui ont précédé le Centenaire étaient précisément celles de la détresse matérielle et alimentaire pour un grand nombre de Français. Losserand, et des milliers de ses semblables à travers le pays, donnent alors le meilleur d’eux-mêmes pour obtenir les moyens de survie pour ceux qui, en général, avaient été les plus intéressés dans l’instauration de la République.

  • 174 Voir ci-dessus, p. 107-146.

302De ce combat de Losserand il a déjà été question plus haut, dans le cadre de son action politique174. De fait, la cause ouvrière avait été un des ressorts de son engagement dans les luttes électorales et de l’accomplissement de son mandat municipal. Il importe donc d’y revenir en conclusion de ce chapitre.

303Efficace et modeste, dévoué sans limites à la cause des travailleurs, ce sont quelques-uns des qualificatifs employés par ses camarades et ses collègues pour caractériser son travail municipal. Il se trouve que l’année de sa réélection en 1884 coïncide avec l’aggravation de la crise de l’emploi, et que cette question soit, de façon à peu près continue, à l’ordre du jour des réunions du Conseil municipal de Tours. Autant dire qu’on ne saurait attribuer à Losserand seul et à ses camarades au Conseil, Dry et Dufour, la volonté de prendre en main le sort des ouvriers sans travail.

304On lit, par exemple dans le compte rendu du 9 septembre 1887 qu’une délégation d’ouvriers sans travail, « par suite du chômage d’un grand nombre d’ateliers », s’étant rendue à la mairie, « M. le Maire a reçu les délégués avec sa bienveillance ordinaire, promettant de saisir de suite le conseil de cette affaire et de faire tous ses efforts pour la faire agréer, si l’état de nos finances et les besoins de la ville le permettent ». Et on remarque effectivement que dans cette séance du 9 septembre, presque tous les conseillers présents, soit 21 élus locaux, votent le crédit supplémentaire demandé, à l’exception de Royer, qui s’abstient.

  • 175 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 novembre 1887.

305Mais le très long débat illustre aussi le poids énorme du « si » qu’on relève dans la réponse précitée du maire aux délégués de chômeurs. À la même époque d’ailleurs, L’Électeur, qui défend les intérêts ouvriers, ne manque pas de noter que des questions « fort oiseuses » ont l’honneur de longues discussions alors que d’autres, « fort intéressantes, soulevées la plupart par M. Losserand », sont écartées « avec presque sans attention, traitées dédaigneusement par les représentants de la bourgeoisie qui semblent se soucier comme d’une guigne des intérêts de la masse ouvrière175 ».

306Ce jugement peut être atténué si on n’oublie pas le geste comme la subvention votée aux délégués ouvriers désignés pour se rendre aux congrès nationaux : Girault à Rennes, en 1884 et Losserand à Charleville, en 1887, pour ne citer que les congrès qui ont eu lieu pendant la présence de Losserand au Conseil municipal. Celui-ci accorde donc chaque fois 200 F pour couvrir les frais de voyage et de séjour pendant une bonne semaine, afin d’assurer « la représentation du prolétariat tourangeau ». Et encore, dans le cas de Girault, Malécot ne proposa-t-il pas le vote secret, incitant Dufour à rappeler « que les conseils municipaux précédents, d’opinions plus timides, appelés à se prononcer sur des demandes semblables […] n’ont jamais recouru au mode de vote réclamé par l’honorable Malécot ».

307Néanmoins, ce genre de situation apparaît secondaire par rapport à l’organisation et au financement des travaux à proposer aux chômeurs, qui, en effet, veulent travailler pour leur argent, au lieu de toucher simplement des secours. Les crédits votés s’épuisent vite, la question s’installe à demeure, en quelque sorte, elle irrite et elle lasse. Devant cet état d’esprit, Losserand se distingue par sa ténacité et son courage, opposant sans cesse un solide humanisme à la logique de la libre entreprise et aux chiffres de la comptabilité.

  • 176 Bulletin municipal, 1887, p. 580-581, Séance du 9 septembre.

308Avec une précision impeccable, il explique comment il faut organiser le roulement des équipes d’ouvriers, et pourquoi le comptable de la Ville, M. Verna, a une vision mesquine des ressources budgétaires. S’il n’est pas favorable aux fêtes, aux subventions motivées par la « statuomanie », et en général aux dépenses somptuaires, il se montre dépensier quand il s’agit du droit à l’existence. « On crie très haut : les fonds nous manquent », répond-il à son collègue Saint-Hérant qui rapporte les arguments du comptable municipal, à propos d’un crédit supplémentaire destiné à l’emploi continu des chômeurs. « C’est une formule qu’on emploie chaque fois qu’on désire faire échouer une demande de crédit. Dans le cas présent, allons au fond et voyons ce que vaut l’argument »176. Il passe alors en vue les différentes ressources disponibles et attendues (encaisse à l’ouverture de l’exercice en cours, excédents de recettes, restes non utilisés, produit de l’octroi, etc.) et s’exclame : « Ah ! s’il était question de crédits pour toute autre chose, pour le théâtre, par exemple, on trouverait bien les fonds… ; mais je dis encore : Si vous voulez, vous pouvez. »

309S’agissant de la couverture du ruisseau de l’Archevêque et des assainissements annexes, au sud-ouest de la ville, qui font partie d’une douzaine de travaux urgents à exécuter pour la voirie, Losserand propose (séances des 21 août et 17 octobre 1884) de diviser la besogne en 10 ou 15 lots, pour favoriser autant de petits entrepreneurs. La discussion va dans tous les sens (tel craignant pour les intérêts de la ville, tel autre pour « le principe de la liberté du travail qu’on menace et qu’on veut entraver »), mais il semble bien que le plan de Losserand est fondé sur l’idée que les petits entrepreneurs se trouvant dans l’impossibilité de verser les cautionnements exigés lors de l’adjudication, la concurrence pourra être évitée, permettant l’utilisation de toute la somme prévue et l’embauche du plus grand nombre possible de travailleurs. Au fil de ses explications, il le dit ouvertement :

  • 177 Bulletin municipal, 1884, p. 680, Séance du 17 octobre.

Oui, je tiens à multiplier les lots pour satisfaire à l’activité du plus grand nombre possible de petits entrepreneurs, par ce fait que si on opère autrement, il arrivera à Tours des ouvriers du dehors qui viendront grossir bien inutilement le stock de ceux qui sont sans ouvrage actuellement. On a parlé des intérêts de la ville ! il y en a d’autres, sinon plus considérables du moins aussi respectables. Ce sont ceux de la majorité de la population ouvrière qui souffre et qui doit compter sur notre appui.177

310Il est clair que ce serait le prix à payer par la Ville, qui perdrait ainsi l’avantage possible tiré de l’adjudication, et, naturellement, le gros entrepreneur n’aurait pas accès aux bénéfices qu’il tire habituellement de la sous-traitance des commandes obtenues, en engageant notamment des travailleurs ruraux qui acceptent des salaires encore plus réduits que ceux de Tours.

311Cet exemple confirme derechef le pragmatisme de Losserand : il n’envisage pas la concurrence en elle-même, mais en fonction de sa finalité, c’est-à-dire du point de vue des intérêts ouvriers. Mais comme ces intérêts sont irréconciliables avec ceux du profit, le défenseur des premiers ne cesse de faire figure d’empêcheur de danser en rond, pour reprendre la célèbre expression de Paul-Louis Courier.

  • 178 Journal d’Indre-et-Loire, 18 octobre 1885, Séance du 21 août 1885.

312Ceux qui avaient pris Losserand pour un démagogue devaient eux aussi s’étonner de voir que celui-ci n’était guère complaisant envers les ouvriers quand il s’agissait de discipline de travail. Apercevant un jour d’octobre 1885, dans les quartiers de l’ancienne commune de Saint-Étienne, que des ouvriers auxiliaires font sentinelle à l’angle d’une rue pour prévenir de l’arrivée du surveillant leurs camarades qui sont couchés, il trouve que « c’est regrettable et triste. Si nous imposons des sacrifices à la ville, ceux pour qui nous les faisons devraient bien s’en montrer dignes […]. Mon désir n’est pas, ajoute-t-il, qu’on réclame des auxiliaires un travail au-dessus de leurs forces, mais qu’ils ne refusent pas l’effort qu’ils sont capables de faire »178.

313Il ne s’agit apparemment pas d’un problème accidentel, puisque la nécessité d’une surveillance plus efficace réapparaît (séance du 16 septembre 1887) à propos des ouvriers employés au repiquage des pavés, qui mettent trop de temps à exécuter « un travail de peu d’importance […], au grand détriment de la circulation et des habitants riverains ». Là encore, la question a été soulevée par Losserand, probablement aussi pour devancer les critiques, qui étaient déjà en train d’assimiler les travaux exécutés par les chômeurs aux ateliers nationaux de 1848. Un de ses collègues, Cador, saisit d’ailleurs l’occasion (séance du 7 janvier 1888) pour proposer qu’on distribue, autant que possible, les travaux à la tâche :

  • 179 Bulletin municipal, 1888, p. 5, Séance du 7 janvier.

Je dis cela parce que j’en ai fait moi-même l’expérience, raconte-t-il. En 1848, j’étais jeune alors, j’avais 2 500 ouvriers à diriger, on les payait 1 fr 50 par jour (rumeur dans l’auditoire), pour certains c’était trop ; ils ne gagnaient pas 10 centimes par jour, pour d’autres ce n’était pas assez. Eh bien ! j’usai du système dont je parle ; nombre d’ouvriers furent mis à la tâche et gagnèrent 5 ou 6 fr au lieu de 1 fr 50 par jour. Ce résultat, j’en suis persuadé, vous l’obtiendrez encore, les ouvriers en profiteraient, chacun serait payé en raison de ce qu’il produirait et la ville s’en trouverait bien.179

314Personne au Conseil ne semble prêt à adopter la méthode proposée. Parmi les contradicteurs, le maire fait voir qu’une telle pratique bouleverserait les prévisions fondées sur un salaire uniforme, 2,40 F par jour, que les ouvriers ont accepté dès le début, comprenant que la ville ne pouvait pas donner plus. Qu’adviendrait-il d’ailleurs de la majorité des ouvriers, interroge le docteur Fournier, si un petit nombre de leurs camarades absorbait la totalité des crédits prévus ?

315Losserand à son tour, combattant la proposition de Cador, montre les implications possibles du travail à la tâche sur la conscience de classe des ouvriers :

  • 180 Bulletin municipal, 1888, p. 5, Séance du 7 janvier.

Les demandes soumises au Conseil, les crédits votés, la pétition qu’on vient de lire, constituent une sorte de reconnaissance de la solidarité qui unit les trop nombreuses victimes d’une crise terrible. Est-ce à nous qu’il peut convenir de rompre ce lien ? Non ; ce serait mettre parmi les travailleurs frappés uniformément par la misère, des points de jalousie, créer des catégories, l’antagonisme, la division, ce serait aller contre leur propre sentiment. Je suis sûr, en effet, que s’ils pouvaient être consultés en nombre, sur l’offre de M. Cador, ils la repousseraient.
Ceux qui travaillent mieux et plus que leurs camarades produisent pour ceux dont le labeur est insuffisant. Ils le savent bien tous et ne s’en plaignent pas.180

  • 181 Comme la nécessité du contrôle du poids et du prix du pain, qui, après avoir été soulevée par Loss (...)

316Mais si dans la question du chômage, Losserand et ses camarades socialistes peuvent la plupart du temps compter sur le soutien du maire, c’est-à-dire de l’administration municipale, il est d’autres initiatives qui sont reçues avec aigreur, ou débouchent sur des considérations sans relief181, ou encore sur une fin de non-recevoir. Ici, le cas mémorable a été la pétition et la demande de secours pour les mineurs grévistes de Decazeville.

317Cette affaire qui a passablement avivé l’opinion réactionnaire dans le département et qui a fait apparaître une ligne de partage majeure au sein du Conseil municipal de Tours, a également contribué à modifier l’attitude politique de Losserand vis-à-vis de ses alliés électoraux. Pour planter les décors et faire apparaître les sentiments engendrés par les événements de Decazeville en milieu bourgeois et conservateur, rien de mieux que les articles du Journal d’Indre-et-Loire du mois d’avril 1886.

318Quatre mois après la grève des mineurs, le journal sortant du cadre local et national, restitue la véritable dimension, idéologique et géographique, de la crise sociale. Il juge bon de s’appuyer sur les œuvres d’Octave Feuillet, un auteur moralisateur très apprécié de l’impératrice Eugénie, dont une étude plus récente met à jour les conséquences de l’éducation sans religion, conséquences particulièrement redoutées depuis que la République a créé des lycées de filles :

Aujourd’hui, dans un ordre d’idées analogue, les faits qui se sont passés depuis quelques semaines à Decazeville, à Londres et surtout en Belgique, offrent à l’Europe un exemple terrible des conséquences, au point de vue social, de la destruction des idées religieuses parmi les peuples [affirme un article paru le 6 avril, avant d’évoquer l’âpreté des luttes sociales].Semblables à des bandes de loups furieux, on a vu les mineurs parcourir les campagnes flamandes, précédés par la terreur, suivis par l’incendie et la dévastation ; la terre trempée de pétrole et de sang ; la fusillade répondre aux coups de la dynamite, et les bons citoyens obligés de s’armer pour préserver leurs foyers. L’anarchie dans toute son horreur a régné plusieurs jours […].
Voilà où nous en sommes, dans ce siècle de progrès ! Voilà où en est l’humanité, sous le règne des doctrines scientifiques du positivisme et de la sociologie ! […]. Il y a longtemps déjà que les publicistes chrétiens ont jeté le cri d’alarme, et développé cet aphorisme célèbre : pas de société sans religion […]. La religion qui a inventé la charité, enseignait au riche la compassion, au malheureux la résignation, et la société chrétienne existait, unissant tous ses membres dans la vraie fraternité. Alors sont venus avec Voltaire les ennemis de cette religion qui avait civilisé l’Europe; ils se sont formés en sociétés secrètes, et ils ont sapé avec rage tout ce que leurs ancêtres avaient aimé pendant dix-huit siècles; ils ont enlevé l’espérance au cœur du malheureux, lui laissant l’envie et la haine ; ils lui ont supprimé tout idéal […] et ils l’ont abandonné à ses passions ardentes, à toutes les fureurs de la convoitise, aux âpres désirs de la jouissance.

319Dans un autre article, le 10 avril, le journal revient sur la dimension internationale de la crise :

  • 182 Charles Freycinet (1828-1923) fut un des collaborateurs de Gambetta dans le gouvernement de la Déf (...)

Dans les journaux, les mots qu’on rencontre le plus souvent, ce sont ceux de Révolution sociale, les idées qu’on y défend et qu’on y combat surtout, ce sont celles de la Révolution sociale qui hante tous les esprits comme la pensée d’un commun danger. Et ce n’est pas seulement en France qu’on en parle et qu’on la craint. En Italie et en Allemagne on s’arme contre elle. En Angleterre, on a peine à la contenir ; les grèves y sont des émeutes. En Belgique, les grèves sont des jacqueries. Bismarck s’en inquiète. On dit que c’est lui qui a donné à M. Freycinet l’ordre de mettre un terme à l’audace des Roche et des Duc Quercy.182

  • 183 Journal d’Indre-et-Loire, 8 et 10 avril 1886.

320Précisément, alors que le « petit Franchet » se réjouit que « 3 000 baïonnettes » soient envoyées à Decazeville et que son rédacteur en chef, Jules Delahaye, déclare par Guizot interposé que « rien n’est aussi dangereux qu’un prolétaire éloquent »183, au Conseil municipal de Tours, l’ouvrier socialiste Dufour défend une pétition portant 31 signatures, qui dénonce la répression et invite le Conseil à voter un secours qui sera remis au « comité de résistance » de Decazeville (séances des 30 avril et 15 mai 1886).

321Il explique dans son rapport que la grève a été provoquée par une réduction de salaires, « due entièrement à la rapacité de la Compagnie réactionnaire, qui voudrait faire supporter aux ouvriers le poids de sa mauvaise administration ». Il montre que le droit de coalition reconnu par une loi de 1864 est annulé par les articles 414 et 415 du Code pénal, puisque « des juges retors, élevés et éduqués sous le régime de Décembre » condamnent sévèrement tous ceux qui osent résister aux exigences du capital tout puissant : « Malgré toutes les phrases sonores en faveur de la liberté, nous maintenons [dit-il] qu’ils ne sont pas libres ceux qui ne possèdent pas le pain nécessaire à leurs familles. »

322Il cite longuement le conseiller municipal parisien Richard pour retracer l’historique de la Compagnie des Houillères et Fonderies de l’Aveyron. On y apprend notamment que le « capital actions, hors de proportion avec la valeur réelle qu’il représentait, a été la cause de tous les embarras de la Compagnie », qui, au demeurant, n’a publié depuis 1868 ni bilan ni compte rendu, violant outrageusement la loi. Elle « spécule même sur les denrées nécessaires à l’alimentation de ses ouvriers, elle leur vend de tout, pain, viande, épiceries, vêtements, chaussures et logements, ce qui détruit et empêche de se développer le petit commerce du pays qui est absorbé en grande partie par le trafic de la Compagnie ».

323Le rapporteur cite également le docteur Layet, dont les chiffres « prouvent que sur cent houilleurs qui ont la chance de mourir naturellement, c’est-à-dire que la mine n’écrase, n’étouffe, ou n’asphyxie pas, cinquante-trois sont emportés par les maladies des organes de respiration et quarante-sept par l’asthme professionnel ; aucun ne meurt de vieillesse ».

324Finalement, une somme de 500 F est demandée à la ville de Tours, qui serait adressée au maire de Decazeville, et non pas au « comité de résistance », afin de venir en aide aux victimes de la grève des mineurs. Le débat sera dominé par deux longues interventions : celles de Royer et de Losserand, qui répond à son collègue en reprenant les principaux arguments de son discours. En marge de cette joute verbale, on retient surtout les mots d’Oudin insistant sur l’incompétence du Conseil pour apporter son soutien à Royer, et ceux de Maillard qui est pour Losserand et apporte son témoignage de vieux républicain :

En 1830 lorsque nous avons combattu contre le gouvernement monarchique, nous avons, parmi d’autres réformes, réclamé la révision des lois qui régissent les mines. Comme enfant de Paris et comme combattant de 1830, je puis en parler. Nous avons versé notre sang. Avions-nous tort de le verser, ce sang ? Nous voulions que les mines ne cessassent pas d’être propriété nationale et que l’État ne pût jamais les mettre aux mains des Compagnies opprimant et exploitant les ouvriers.

325Maillard s’indigne aussi devant le fait que l’article 114 du Code pénal ne soit appliqué qu’aux ouvriers et pas aux Compagnies.

326Quant à Royer, on peut dire que son discours résume ce que la majorité du Conseil pense ou ressent face aux événements de Decazeville, même si cet orateur possède un style bien à lui. Ainsi, il commence son attaque contre Dufour par une longue introduction ironisant sur les qualités de ce dernier, ironie qu’on retrouvera encore plus appuyée dans le Journal d’Indre-et-Loire. Royer ajoute à ses sarcasmes des insinuations, faisant allusion au casier judiciaire des pétitionnaires, tous « collectivistes, positivistes, anti-positivistes, étatistes et anti-étatistes, révolutionnaires surtout et généralement anarchistes. Tous appartiennent [assure Royer] à deux Sociétés bien connues à Tours, l’“Avant-garde” et la “Sentinelle”. Ils ne sont pas nombreux [précise-t-il], mais la quantité est largement compensée par la qualité, et s’ils ne sont que quarante, ils font du bruit comme mille ».

327Royer montre ensuite le caractère politique de la pétition, qui attaque le ministère « pour donner une leçon à nos gouvernants », et qui veut faire des conseillers municipaux de Tours « les complices des grévistes de Decazeville ». La preuve en est selon lui le fait que les listes de souscription sont patronnées par les journaux l’Intransigeant et le Cri du Peuple.

328Citant les paroles que Losserand a prononcées au sein de la Commission où le texte a déjà été discuté, à savoir qu’« il ne s’agit pas de secours, mais d’une belle et bonne protestation », l’orateur opportuniste affirme que le secours n’est qu’un prétexte, bien que les pétitionnaires se soient finalement rétractés pour se contenter d’un simple secours. Poursuivant son argumentation, il dénonce le « violent réquisitoire » de Dufour contre les Compagnies minières, son appel à la résistance nationale, où se dessine, dit-il, la guerre civile, à laquelle les élus de Tours devraient prêter leur concours. Royer traite d’« énergumènes [les] agités de la presse ultra-intransigeante » et condamne les théories qui partagent la société entre ceux qui possèdent et qui ne possèdent pas, ainsi que les dits énergumènes pour qui le travail et le capital sont deux ennemis irréconciliables.

Tout au contraire le travail et le capital sont appelés à vivre côte à côte, en frères. L’un est à l’autre ce que l’âme est au corps ; la mort seule peut les séparer. Le travailleur a toutes les audaces, tous les courages. Le capitaliste est d’un naturel timide ; la moindre chose, son ombre même, l’effraie. Parlez trop haut, il fuit, mais faites-lui bon accueil, il s’ouvre à vous et vous vient en aide. Donc, par la force des choses, capitalistes et travailleurs sont appelés à vivre dans la meilleure intelligence.

329Ces paroles sont suivies de poncifs concernant les « orateurs venus du dehors », véritables commis voyageurs de la subversion, qui « se gobergent grassement dans les meilleurs hôtels », qui voyagent en wagons de luxe et « qui se servent des ouvriers comme de marchepied pour satisfaire leur ambition » ; et ces « braves ouvriers, la plupart inconscients », au lieu d’attendre le verdict du suffrage universel, s’échinent à assimiler des « doctrines, produit de cerveaux malades ».

330Pour Royer, l’article 414 du Code pénal est excellent, et Dufour a tort de voir partout « des juges retors, des magistrats prévaricateurs ». La partie entre mineurs et compagnie est-elle inégale ? Mais que faire ? Ils n’ont qu’à régler leur différend. Le gouvernement a fait son devoir en rétablissant l’ordre, mais il a commis l’erreur d’avoir voulu se poser en médiateur. Cela n’a fait qu’envenimer les choses. Enfin, admettons qu’oubliant tout ce qui précède le Conseil vote les 500 F demandés. Ce serait un précédent déplorable, car de tous côtés de la France on recevrait bientôt des listes de souscription. Et ce n’est pas parce que Paris et d’autres municipalités ont donné qu’on puisse parler d’un mouvement général comme le dit Dufour : il y a 37 ou 38 mille communes en France et les mairies en question ne sont qu’au nombre de 21 ou 22. Royer conclut donc son intervention de la façon suivante :

Outre que nous sommes incompétemment saisis et qu’en votant les 500 fr demandés nous serions, avec raison, sévèrement blâmés par la population des intérêts de laquelle nous sommes chargés, je ne crains pas de dire que l’abstention s’impose à nous, comme une nécessité ; agir autrement serait de notre part, non seulement une faiblesse, mais une maladresse, que dis-je ? une mauvaise action ?

331Répondant aux divers arguments de Royer, Losserand s’étonne d’abord que celui-ci trouve extraordinaire qu’on discute en Conseil des questions politiques. Ne se souvient-il pas que « ce ne sont pas les socialistes qui, les premiers, ont fait des conseils municipaux juges de questions politiques, ce sont les opportunis tes devenus radicaux. Ceci ne date pas d’assez loin pour que chacun de nous ne sache que les luttes municipales se sont produites sur le terrain politique et que les Conseils issus de ces luttes ont eu souvent à se prononcer, à émettre des vœux ayant une portée et une signification politiques et personnelles. Je n’admets pas, par conséquent [dit-il] le reproche dirigé sur ce point contre les socialistes ». Il justifie ensuite son changement d’attitude qui a déterminé son ralliement à la demande de secours (au lieu de la protestation) :

À mon avis, chaque fois que le succès est subordonné à la forme et non au fond, il y a lieu de faire abstraction des idées absolues afin d’atteindre le but. C’est de la conciliation, en un mot. Je ne crois pas qu’on doive me blâmer d’avoir fait une tentative propre à rapprocher tout le monde.
À propos des commis voyageurs en grève : C’est là un bien pauvre argument. Si, en effet, nous avons, nous, socialistes, des commis voyageurs qui vont répandre nos doctrines au loin, on nous en a donné l’exemple qui nous vient encore des opportunistes et des radicaux. C’est aussi parce que nous nous sentons en mesure de défendre nos droits, nos aspirations et nos revendications, ce que personne ne peut trouver mauvais.
Notre collègue a fait aussi un touchant tableau du travail et du capital ; d’après lui, ce sont deux facteurs inséparables de la production, unis comme les cinq doigts de la main. Ce qui devrait être. Mais déduire de là que le travail et le capital vivent en parfaite intelligence, est malheureusement contraire à la vérité. Partout il y a entre eux des tiraillements ; lorsqu’ils se produisent, c’est toujours, on peut le dire, le travail qui succombe. La lutte n’est du reste pas égale. Si le capital s’arrête, l’ouvrier manque de pain, lui et sa famille souffrent la faim, les privations ; ils n’ont plus que le bureau de bienfaisance ; tandis que le capital, lui, continue à bien vivre, il va toujours son train, ses voitures roulent quand même, il peut attendre.
Donc pas d’égalité. D’autre part, comme, dans les sphères gouvernementales, nombre de gens ont des intérêts directs dans les questions capitalistes, soit comme administrateurs, soit comme actionnaires de Compagnie, et qu’ils ont pour mission de faire exécuter les lois, ils le font de préférence en faveur du capital, et il devient par conséquent impossible au travail de résister à son auxiliaire devenu son ennemi.
Je sais bien qu’on nous dit que les lois sont faites par les représentants du peuple. Hélas ! non. Les élus du suffrage ne représentent pas souvent les intérêts ouvriers ; nous n’avons pas toujours le moyen d’envoyer aux Chambres des défenseurs de nos idées pour les produire, les affirmer, les faire triompher, et nous sommes encore à cause de cela obligés de nous incliner devant le capital.

332Après avoir rappelé l’inutilité du « vœu » auquel Royer s’associerait volontiers (et que 30 000 des 36 000 communes de France n’hésiteraient pas à émettre, puisque « ça n’engage à rien »… ), et affirmé que la législation ne peut être améliorée que par la résistance populaire, Losserand revient sur la situation respective des ouvriers et des Compagnies : ces dernières ont accumulé d’énormes bénéfices grâce à la main-d’œuvre ouvrière, sans pour autant accorder de meilleurs salaires quand les affaires marchaient bien ; et à présent, elles cherchent à réduire ces maigres rémunérations, que les mineurs tiennent à conserver aux taux antérieurs à la grève, puisque l’existence de milliers de familles en dépend.

Dans cette lutte du droit contre la force, il n’y pas d’égalité des chances ; le dernier mot restera à la force, les vaincus seront les ouvriers. Que voulez-vous donc qu’il arrive ? Las de faire appel à la justice, au droit, à la raison, lorsque les travailleurs n’auront plus de pain, plus d’espoir, réduits à la dernière extrémité, je vous demande ce que vous entendez faire pour résoudre le problème. Avez-vous un moyen à nous proposer, Monsieur Royer ? Nous, socialistes, nous croyons que le remède se trouve dans la socialisation des moyens de production.

333On procède ensuite au vote par appel nominal, et la demande du crédit au bénéfice des mineurs de Decazeville est repoussée par 18 voix contre (en commençant par le maire et ses trois adjoints, Gorce, Pineau et Letellier) et 9 pour (Dry, Losserand, Blanchard, Bouffeteau, Dr Ernous, Maillard, Dufour, Corbeau et Ducrot).

Notes

1 Eyschen Christian, La Libre-Pensée contre l’Église, Tours, Édition de l’auteur, 1999, p. 23.

2 Par exemple, Adolphe Crémieux, ancien député, est originaire de Nîmes ; Armand Rivière, député maire de Tours, est angevin ; Daniel Wilson, maire de Loches et deux fois député, est le fils d’un Écossais installé à Paris ; Drake del Castillo, dont le père vient d’Espagne, a été maire de Monts et conseiller général ; le docteur Fournier, maire illustre de Tours, est de l’Orne… À propos de Camille Chautemps, Pierre Leveel souligne que « la forte implantation de la famille savoyarde des Chautemps en Indre-et-Loire apportait une preuve, parmi d’autres, que les Tourangeaux ne trouvent pas aisément chez eux des leaders politiques ou économiques, et se laissent volontiers conduire par des meneurs d’hommes venus d’ailleurs ». Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 804.

3 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 27 juillet 1882. Une première de M. Losserand.

4 Informations puisées dans Maitron Jean (dir.), Dictionnaire du mouvement ouvrier français, Paris, Les Éditions ouvrières, 1974 (Troisième partie : 1871-1914. De la Commune à la Grande Guerre, Tomes x-xv). Dommanget M., La Chevalerie…, op. cit. Notice biographique de Losserand établie par Pic-Paris, maire de Tours, citée par Jeanson Denis, Tours 1880-1914. Sites et Monuments, 6, Tours, Denis Jeanson, 1990, p. 334. AM, Dossier no 14 (Rue Losserand). Gascuel Geneviève, Les noms de rues de Tours, Tours, 2003. Vialles Hélène, Tours pas à pas. Ses rues. Ses monuments. Ses hommes célèbres, Roanne, Éditions Horvath, 1985. Bailleul Raymond, La Salle du Manège à Tours, son histoire. Aspects de la vie démocratique à Tours, Archives municipales de Tours, 2004, p. 13. Lemarié F., Guillon J.-Cl., Un siècle d’actions syndicales…, op. cit., p. 14, 23. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 19-20 février et 18-19 novembre 1888. Le Travail, 10 janvier 1886.

5 Le Travail, 3 janvier 1886.

6 Le Travail, 10 janvier 1886.

7 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884.

8 Journal d’Indre-et-Loire, 6 mai 1885.

9 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884, 6 mai et 7-8 décembre 1885.

10 Journal d’Indre-et-Loire, 3-4 juin 1888.

11 Le Travail, 13 décembre 1885, L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 novembre 1887.

12 Lucie de Lammermoor, opéra bien connu de Donizetti (1835) ; Charles VI, opéra en 5 actes de Fromental Halévy (1843), d’après le livret de Germain et Casimir Delavigne. Le chant national qui ouvre et clôt l’ouvrage, fut accueilli avec enthousiasme et allait devenir une « espèce de Marseillaise des Parisiens du temps » selon Th. Gautier.

13 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 19-20 février 1888.

14 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 25-26 et 30 novembre 1888.

15 AD, 1 M 124 (cote provisoire) (Annexe 18).

16 La loi du 30 juin 1881 permet de tenir des réunions publiques sans autorisation. Elle impose seulement une déclaration préalable et la constitution d’un bureau. La présence d’un commissaire ou d’un inspecteur de police est signalée dans chaque rapport.

17 Au nom de plusieurs groupes républicains du département d’Indre-et-Loire, l’appel au « grand meeting », signé par Blanchard, conseiller municipal de Tours, souligne qu’« il est indispensable de savoir jusqu’à quel point l’honorabilité de notre député M. Wilson est compromise, dans les scandaleuses affaires, où son nom se trouve mêlé. Il va non seulement de la dignité du parti républicain mais encore de celle du département d’Indre-et-Loire tout entier ». L’Électeur d’Indre-et-Loire, 23 octobre 1887.

18 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 octobre 1887.

19 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 140-142.

20 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 25-26 novembre 1888.

21 Ses réunions sont annoncées pour tous les samedis soirs, à 8 h, « en son local, Café Strasbourg, 21, rue des Cognées ».

22 Le Travail, 5 juillet 1885.

23 Journal d’Indre-et-Loire, 15-16 juin et 12 septembre 1885.

24 Le Travail, 15 juillet 1885.

25 Journal d’Indre-et-Loire, 18 juin 1885.

26 Le Travail, 24 janvier 1886.

27 Tours-Journal, 18 août 1887.

28 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887.

29 Tours-Journal, 8 et 13 septembre 1887.

30 Rapportant la séance du 17 octobre des ouvriers sans travail, L’Électeur demande des comptes : « Nous tenons de bonne source, écrit-il, que sur 101 ouvriers qui sont portés sur la liste et doivent travailler du mardi 18 au mardi 25 courant, 80 seulement ont répondu à l’appel mardi matin. Et les 21 autres, où sont-ils ? Combien y a-t-il de fois que la même chose arrive ? Pourquoi la Commission nommée par les ouvriers ne fait-elle pas un rapport hebdomadaire et ne précise-t-elle pas la situation ? » […].

31 On note par exemple qu’après le « terrible incendie » qui détruit le 6 novembre 1887 la scierie Jacquemot à Tours, alors que la presse fait appel aux habitants pour venir en aide aux 80 pères de famille touchés par le sinistre, « de tous côtés viennent les protestations des ouvriers sans travail contre la souscription lancée en faveur des ouvriers de l’usine Jacquemot », arguant que ces hommes seront occupés à déblayer les décombres. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 17 novembre 1887.

32 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 24 novembre 1887.

33 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 4 décembre 1887.

34 Tours-Journal, 8 septembre 1887. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 1er décembre 1887.

35 Tours-Journal, 8 septembre 1887.

36 Tours-Journal, 8 septembre et 8 décembre 1887.

37 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 18-19 novembre 1888.

38 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 6 novembre 1887.

39 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 18-19 janvier 1888.

40 Rappelons que l’administration municipale réorganisée sous Thiers par la loi du 14 avril 1871 soumet Paris à un régime spécial, sans maire. Ailleurs, les conseillers municipaux élus au suffrage universel masculin choisissent le maire, sauf dans les villes de plus de 20 000 habitants, dans les préfectures et les sous-préfectures, où le maire est désigné par le gouvernement. La loi municipale du 5 avril 1884 confirmera le principe d’élection du maire et ses adjoints par le Conseil municipal, dont les compétences sont élargies. Mais Paris reste soumis à un statut spécial et la tutelle préfectorale est maintenue sur les communes en matière financière. Antonetti G., Histoire contemporaine…, op. cit., p. 316 et 335.

41 Journal d’Indre-et-Loire, 4 juin 1882.

42 Journal d’Indre-et-Loire, 3 juin 1882.

43 Journal d’Indre-et-Loire, 11 juin 1882.

44 Journal d’Indre-et-Loire, 5-6, 11 et 12-13 juin 1882.

45 Le décès de Mgr Colet intervenu le 27 novembre 1883 a eu d’autres implications, comme la réapparition du débat sur les rapports entre le monde politique local et les milieux catholiques sous l’angle des querelles autour de la basilique Saint-Martin. D’autre part, les milieux en question redoutent la nomination à Tours de l’évêque de Poitiers, Mgr Bellot des Minières, en conflit grave avec son chapitre. Selon le Journal d’Indre-et-Loire, le député d’Indre-et-Loire, Daniel Wilson, serait à l’origine de cette proposition dans le dessein de pouvoir mieux contrôler le nouveau titulaire du siège, « un prélat républicain » selon le journal. Laurencin M., Dictionnaire biographique de Touraine…, op. cit., p. 194.

46 Journal d’Indre-et-Loire, 5 juin 1884.

47 Henry Faye (1852-1909), d’origine auvergnate, entre à l’École de Saint-Cyr en 1872, après ses études au lycée de Tours. Il quitte l’armée en 1878 et passe sa licence en droit. Inscrit au barreau de Tours, membre du Conseil de l’Ordre des avocats. Il est resté connu surtout pour ses travaux historiques sur la Touraine à l’époque révolutionnaire. Georges Houssard est né en 1841, à Chanceaux-sur-Choisille. Fils du sénateur de ce nom, avocat au barreau de Tours, conseiller général, il était aussi membre du Conseil d’administration de la Colonie agricole de Mettray et de la Société archéologique de Touraine. Il était propriétaire du château de la Motte.

48 Journal d’Indre-et-Loire, 9 mai 1884.

49 Ibidem.

50 Ibidem.

51 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884.

52 Journal d’Indre-et-Loire, 10 mai 1884.

53 Journal d’Indre-et-Loire, 23 et 30 septembre 1885.

54 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 21-22 septembre 1885. Seront élus les candidats de liste opportuniste : Pesson, Rivière, Wilson, Belle, puis Joubert.

55 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 novembre 1887.

56 Tours-Journal, 6 décembre 1887.

57 Selon la loi électorale de novembre 1875, le Sénat est élu au suffrage universel (masculin) indirect, par les élus locaux, pour neuf ans, renouvelable par tiers tous les trois ans.

58 Tours-Journal, 27 et 30 décembre 1887.

59 À Tours, la conférence fut suivie d’une « soirée familiale très gaie, très animée par des chansons ». Elle rassemblait des socialistes et des libres-penseurs de la ville. En revanche, le public n’était pas assez nombreux aux conférences. « Malheureusement [constate L’Électeur] sans doute à cause, soit du froid, soit de l’esclavage dans lequel les ouvriers sont tenus par leurs patrons, soit de la trop rapide organisation des deux réunions […], les travailleurs n’étaient pas venus assez nombreux aux conférences. Nous aurions aimé à voir tous les ouvriers sans exception, venir apprendre à défendre leurs intérêts ». La Petite France a commenté à sa manière la conférence de Tours, en écrivant : « On grelottait quelque peu dans la salle du Cirque. Les assistants auraient préféré se servir du pétrole distillé par le conférencier, pour se réchauffer que pour les usages révolutionnaires auxquels les Clément et les Losserand voudraient le réserver. » Le journal ouvrier ne reste pas sans réagir à l’« entrefilet mal inspiré des gens de Wilson et de la tripoteuse Limousin : Encore un bourgeois qui blague les travailleurs, parce qu’ils crèvent de froid et qu’ils n’ont pas le moyen de se chauffer […]. Disons toutefois [ajoute-t-il] – puisque la Petite France tient à traiter les socialistes de pétroleurs, alors qu’il n’a pas été le moins du monde question d’anarchie dans la conférence de dimanche – que le pétrole serait en effet très utile, et qu’il devient nécessaire de s’en servir contre certaines choses, et certains journaux, étant donné que le feu purifie tout ». L’Électeur d’Indre-et-Loire, 29 décembre 1887.

60 Archives Nationales, F 7/12 490.

61 Il consistait en un article unique : « Il convient en se ralliant au principe de la lutte des classes et à la tactique suivie jusqu’à ce jour suivie par le (Parti ouvrier), de tenir compte des différences de milieux et de réserver à l’appréciation des groupes tous les points de détails qui, sans attaquer le principe, sont susceptibles de servir la cause des travailleurs, et ne constituent en somme, qu’une question de tactique en matière électorale ».

62 LÉlecteur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

63 LÉlecteur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

64 LÉlecteur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

65 Journal d’Indre-et-Loire, 28 avril 1888.

66 Tours-Journal, 9 mars 1888.

67 Jablochkov (1847-1894), physicien russe, inventeur de la bougie électrique portant son nom.

68 En raison probablement d’une erreur de transcription, le journal ne signale que six groupes, mais les délégués sont bien au nombre de 47 (21+26).

69 Mercredi 2 mai 1888, signé Losserand. L’Électeur d’Indre-et-Loire.

70 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 5 mai 1888.

71 Tours-Journal, 5 mai 1888.

72 Journal d’Indre-et-Loire, 2 mai 1888.

73 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 avril 1888.

74 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 28 avril. Tribune Publique.

75 Ibidem. En un PS, Losserand, promettant de commenter une autre fois le programme que les travailleurs auront à opposer aux bourgeois de toutes nuances, ajoute la remarque suivante : « À propos de bourgeois, ce ne sont pas toujours ceux qui en portent l’habit qui le sont le plus. On trouverait parmi eux de braves gens qui ne demandent pas mieux mais qui ne savent pas. Mais ce qu’il y a de plus drôle, et sérieusement de plus illogique c’est qu’on rencontre des travailleurs qui n’ont rien à perdre à un changement, plus conservateurs de leur bourse vide que Rothschild de son coffre-fort. »

76 Électeur d’Indre-et-Loire, 3 mai 1888.

77 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 27 avril 1888.

78 Journal d’Indre-et-Loire, 7-8 mai 1888.

79 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 15 mai 1888.

80 Voir note 3, p. 100.

81 Peu après l’adoption de la loi de 1882 par exemple, l’imprimeur Alfred Mame adresse une lettre à la mairie de Tours rappelant l’acte du 29 juin 1872 par lequel il a fait don à la ville de 100 000 francs pour acquérir un immeuble de la rue Racine, au no 11, afin d’y installer une crèche, un asile, une école et un ouvroir, sous la direction des Sœurs de la Présentation. Or, constate-t-il, la majorité du Conseil municipal « ne supporte qu’avec une grande répugnance l’obligation d’entretenir avec les congrégations », et demande que l’établissement qu’il a donné à la ville lui soit rendu par la résiliation pure et simple du contrat. AM, 1 D 71, Registre des procès-verbaux du Conseil municipal, Séance du 10 novembre 1882.

82 Journal d’Indre-et-Loire, 15 septembre 1882.

83 Journal d’Indre-et-Loire, 15 septembre 1882.

84 AM, 1 D 71, Séance du 15 septembre 1882.

85 L’Union Libérale, 6 et 7 septembre 1882.

86 Bulletin municipal, 1884, p. 134-146, Séance du 4 avril.

87 Bulletin municipal, 1884, p. 134-146, Séance du 4 avril.

88 Journal d’Indre-et-Loire, 24 avril 1884.

89 Journal d’Indre-et-Loire, 9 et 10 mai 1884.

90 Journal d’Indre-et-Loire, 26 septembre 1886.

91 Nous sommes donc loin de cette « conception libérale de la laïcité » que Mona Ozouf, par exemple, attribue à cette période de la République, dans L’idée républicaine aujourd’hui. Guide républicain, Paris, CNDP, 2004, p. 40.

92 Rue du Sergent Bobillot, face au Quartier Rannes, c’est l’Institut Sainte-Jeanne d’Arc qui occupe les lieux. Accueillant des enfants de deux à seize ans, il dessert l’endroit dont il est probablement question dans le rapport de Losserand.

93 Bulletin municipal, 1885, déclaration de Gaudin dans la séance du 23 octobre.

94 Feneant Jacques, dans Surrault J.-P. et Feneant J., Jadis en Touraine…, op. cit., Chambray-lès-Tours, CLD, 1988, p. 153.

95 L’Union Libérale, 31 août 1882, Séance du Conseil municipal du 19 août 1882.

96 L’Union Libérale, 2 septembre 1882, Séance du 19 août 1882.

97 Ibidem.

98 L’Union Libérale, 31 août et 2 septembre 1882.

99 Journal d’Indre-et-Loire, 18 janvier 1885.

100 Journal d’Indre-et-Loire, 17 janvier 1885.

101 Ibidem.

102 Journal d’Indre-et-Loire, 17 et 18 janvier, 1er et 4 février 1885.

103 La vigilance et l’effort des élus radicaux pour endiguer la mainmise cléricale qui s’exerce sur le corps social par le truchement des dons privés, apparaissent bien dans un cas où le testataire n’a pas imposé de conditions particulières en dehors de l’emploi. Il s’agit de Henry-François Aury, ancien représentant de commerce qui, décédé le 1er octobre 1885 à Tours, laisse deux testaments, d’une part, au bénéfice de l’orphelinat de Tours et de la société protectrice de l’Enfance d’Indre-et-Loire, d’autre part à l’école d’apprentis créée par la famille Tonnelé à Saint-Cyr-sur-Loire. Les 5 000 F qui échoient à cette dernière devront être placés « en rente française, pour que tous les ans l’intérêt soit donné en deux carnets de caisse d’épargne, de somme égale ; l’un à un apprenti, l’autre à une apprentie les plus méritants pour leur assiduité au travail et leur bonne conduite ». Comme le rappelle Ducrot dans la séance du 12 décembre 1885, « c’est la première fois qu’un legs sans condition est fait à la ville […]. Je demande que la somme de 5 000 francs ne soit pas mélangée avec les autres fonds et ressources de cette maison ». Losserand précise que conformément au vœu de la famille Tonnelé, le règlement de l’école impose comme condition d’admission à l’apprentissage, l’obligation d’avoir fait la première et la seconde communion ; « ceci équivaut pour certains à une cause d’exclusion ». Pour libérer le don en question du carcan religieux, il propose « l’étude d’une modification au règlement actuel et de faire servir le legs de M. Aury à l’entretien des apprentis qui satisferaient à ce nouveau règlement ». Journal d’Indre-et-Loire, 5 mars 1886.

104 Journal d’Indre-et-Loire, 2-3 février, 6 mai, 22-23 juin 1885.

105 Journal d’Indre-et-Loire, 4-5 janvier 1886.

106 Bulletin municipal, 1887, p. 684-685, Séance du 26 septembre 1887.

107 Bulletin municipal, 1884, p. 523-534, Séance du 21 août 1884.

108 Surreault J.-P., Feneant J., Jadis en Touraine…, op. cit., 1988, p. 153, 172, 174 et 175.

109 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 8 mai 1888.

110 Une lettre venant d’Amboise et rédigée par L. Van-Heyden, au sujet des Sociétés de secours mutuels et des hospices, témoigne d’une évolution caractéristique de ces établissements. « Que sont les hospices et en quelles mains sont-ils livrés ? » s’interroge l’auteur de la lettre. « Ils sont, je parle surtout des hospices des petites villes sous la domination presque exclusive du clergé par l’intermédiaire de celles que la bêtise publique appelle les bonnes-sœurs. Dans cette maison du pauvre il n’y a de soins justifiant un peu ce nom que pour ceux qui, relativement plus fortunés, peuvent les acheter, le pauvre réel ayant été, sinon chassé, du moins relégué à l’arrière plan d’un asile […]. On est donc justement fondé à prétendre qu’aujourd’hui, ces établissements, originairement de charité publique, ne sont plus, par l’exploitation dont ils sont l’objet et l’aptitude en ces matières des chères filles de Dieu, qu’autant de maison de santé, d’hôtels garnis, de pensions bourgeoises, de boutiques à trafic enfin, dans lesquelles, pour faire croire à une charité absente, sont tolérés quelques malades indigents soignés, suivant l’expression populaire, pour l’amour de Dieu. Quel remède à une perversion à ce degré préjudiciable […]. Donner aux mandataires municipaux, avant l’élection bien entendu la mission de :

  1. Remettre les pauvres en possession de leur asile ;
  2. S’opposer à l’admission de malades payants et de pensionnaires, – comme étant chose de négoce, étrangère à la charité publique, et de nature à faire naître, là où tous doivent être égaux, des préférences engendrées par l’inévitable cupidité ;
  3. Laïciser le personnel ;
  4. Interdire l’entrée du prêtre dans les salles sans une demande formelle d’un malade ;
  5. Enfin, empêcher, par une surveillance sévère, le retour des abus ». Tours-Journal, 6 mars 1887.

111 Journal d’Indre-et-Loire, 16 janvier 1885, Séance du 21 novembre 1884.

112 Les antécédents de cette affaire sont relatés avec beaucoup de détails par Franchet dans l’édition du 17 novembre 1886 de son journal, dans un article intitulé À l’hospice général de Tours.

113 Bulletin municipal, 1886, p. 667, 782-784, 906-908, Séances des 8 octobre, 26 novembre et 3 décembre ; 1887, p. 684, Séance du 26 septembre.

114 Bulletin municipal, 1887, p. 684, Séance du 26 septembre.

115 Bulletin municipal, 1888, p. 203-207, Séance du 29 mars.

116 Bulletin municipal, 1888, p. 203-207, Séance du 20 avril.

117 Tours-Journal écrit le 3 mars 1888 : « Il y a, à Tours, le Refuge tenu par les religieuses. Or, ces dames s’en vont arracher l’ouvrage dans les principales maisons de Tours, à des prix dérisoires. Nous connaissons une maison qui a dit à des maîtresses ouvrières : “Nous n’avons point d’ouvrage à vous donner, nous en avons chargé les religieuses de la rue de La Riche qui me font des prix très bas” […]. Voilà le bénéfice que procurent à Tours ces fameuses communautés qui ruinent les travailleurs. Ces communautés ne paient point de patente et encaissent de beaux bénéfices. Demandez aux religieuses bigotes qui tiennent une fabrique d’ornement ce qu’elles paient de patente. Elles n’en doivent point payer. Le privilège ! »

118 L’Union Libérale, 31 août et 17 septembre 1882.

119 Bulletin municipal, 1886, p. 774, Séance du 29 octobre ; 1887, p. 429-430 et 759-760, Séances des 1er juillet et 28 octobre.

120 Bulletin municipal, 1886, p. 774, Séance du 29 octobre 1886; 1887, p. 429-430 et 759-760, Séances des 1er juillet et 28 octobre.

121 Journal d’Indre-et-Loire, 9 août 1885 et 13 novembre 1886.

122 Bulletin municipal, 1887, p. 756-757, Séance du 26 octobre.

123 Faisant état du manque des maîtres dans les écoles, Gaudin déclare dans un rapport : « On veut économiser sur l’instruction ; après avoir poussé les villes aux dépenses scolaires, on leur coupe les vivres, c’est ainsi que quatre créations adoptées par la Conseil municipal […] sont restées en souffrance au Ministère. » Au cours d’une autre séance, constatant que les travaux à faire dans les écoles n’avancent pas, Losserand fait le même genre de remarque : « Il est fâcheux de voir le Parlement, qui nous a lancés à toute volée dans la voie des dépenses pour l’enseignement, nous lâcher ainsi […]. Ce n’est certes pas une preuve de libéralisme. » Journal d’Indre-et-Loire, 2 septembre 1885 et 11 février 1886. À noter que le terme de libéralisme, que l’on rencontre d’ailleurs assez souvent, a été complètement inversé depuis quant à sa signification.

124 Bulletin municipal, 1885, p. 808-810, Séance du 23 octobre.

125 Bulletin municipal, 1884, p. 510, Séance du 21 août.

126 Présenté pour la première fois en 1742 par J.-J. Rousseau à l’Académie des sciences, « pour rendre la musique plus commode à noter, plus aisée à apprendre et beaucoup moins diffuse », le projet est repris au xixe siècle, sous les régimes républicains, par Pierre Galin, Aimé Paris et Émile Chevé, puis par le fils de ce dernier, Armand Chevé. « La nécessité d’abréger et de simplifier est partout comprise…, la Suisse, l’Allemagne, la Hollande, l’Angleterre, la Russie et une partie de la Belgique sont entrées dans la voie d’innovations » qu’en France les « Conseils municipaux républicains progressistes » cherchent à promouvoir : Lyon, Marseille, Alger, Brest, Charleville, Montargis, et surtout Toulouse et Paris sont les exemples les plus connus. Le Conseil municipal de Paris subventionne vingt ou trente cours Chevé pour adultes.

127 AM, 1 D 71, Registre des procès-verbaux du Conseil municipal, Séance du 10 novembre 1882. Bulletin municipal, 1884, p. 1 008-1 020, Séance du 30 décembre.

128 Les bataillons scolaires et les exercices de tir furent introduits dans l’emploi du temps des garçons par un décret du 6 juillet 1882, prévoyant treize fusils par école. En Indre-et-Loire, « seule Tours, ville républicaine, posséda un véritable bataillon scolaire ». Surrault J.-P., Feneant J., Jadis en Touraine…, op. cit., 1988, p. 130.

129 Bulletin municipal, 1884, p. 309-310, Séance du 1er juillet ; p. 654-655, Séance du 3 octobre. Losserand s’est opposé également à ce qu’une école d’enfants de troupe, semblable au prytanée militaire de la Flèche, soit créée à Tours. Avec plusieurs de ses collègues il constate que la ville a déjà du mal à construire des écoles primaires et que les enfants de troupe peuvent, comme ceux des habitants, être instruits dans ces établissements. AM, 1 D 71, Registre des procès-verbaux du Conseil municipal, Séance du 8 novembre 1882.

130 La Commission scolaire est composée des délégués du Conseil municipal (trois membres) et de l’autorité académique, le maire ou son représentant la préside et l’inspecteur primaire en fait partie de droit. C’est une sorte d’organe de conciliation.

131 Par exemple, dans la séance du 1er mai 1885, Blanchard fait état de plusieurs protestations de parents d’élèves : dans une école maternelle laïque, on demande aux enfants une participation pour acheter un fauteuil à la directrice, qui est logée et chauffée (coût de 2 000 F) et touche 1 800 F mensuel ; dans une école primaire, il est demandé une cotisation « pour l’achat d’une robe de soie à Madame la Directrice, en l’honneur de la Saint-Joseph… » Il en a résulté que de ces deux établissements plus de la moitié des élèves ont été retirés par leurs parents pour être conduits chez les religieuses. (voir aussi l’Annexe 30).

132 Bulletin municipal, 1887, p. 370-379, Séance du 10 juin.

133 Bulletin municipal, 1884, p. 86, Séance du 18 février.

134 Bulletin municipal, 1884, p. 89, Séance du 8 mars.

135 Bulletin municipal, 1884, p. 311-313, Séance du 1er juillet.

136 Ibidem.

137 Royer combat aussi « le projet gigantesque » de son collègue Coursière (homme de la sphère judiciaire lui aussi, de par sa profession), qui « n’y va pas de main morte ». Il ne veut rien moins que d’ouvrir une vaste rue partant du portail de la cathédrale pour aboutir place du Grand-Marché, puis jusqu’à Sainte-Anne… Pourquoi n’irait-on pas jusqu’à Saint-Genouph ? s’interroge-t-il. Parlant d’haussmanisation de la ville, il rappelle qu’en 1852 déjà, lors de la visite de l’empereur, un « cerveau brûlé » a fait circuler une pétition avec 700 signatures en faveur d’une rue monumentale ; le projet fut présenté devant le Conseil par M. Mame, maire de l’époque, et approuvé par M. Meffre, architecte. « Faut-il s’en étonner […] tous les architectes auront toujours une approbation toute prête aux projets grandioses lors même qu’ils seraient ruineux pour la ville ou les particuliers. » Bulletin municipal, 1884, p. 336-337, Séance du 31 juillet.

138 Ibidem, p. 339-340.

139 Journal d’Indre-et-Loire, 8 juillet 1885.

140 Journal d’Indre-et-Loire, 12 juillet 1885.

141 Journal d’Indre-et-Loire, 27-28 septembre 1886.

142 « Lauréat, jeune homme plein d’avenir, enfant du pays, toutes nos sympathies vous étaient acquises. Il n’est pas un seul d’entre nous qui ne voulût contribuer à votre gloire ; toutes les mains vous étaient tendues, aujourd’hui toutes ces mains vous sont retirées. Ah ! c’est que, grisé par vos premiers succès, vous avez été impatient de réputation et de fortune, vous êtes monté trop tôt au Capitole, d’où vous n’avez pas tardé à être précipité. » Bulletin municipal, 1887, p. 265-266, Séance du 6 mai.

143 Bulletin municipal, 1887, 266-267, Séance du 6 mai 1887.

144 Bulletin municipal, 1884, p. 311-313, 336-337, Séances des 1er et 11 juillet ; 1886, p. 810-812, Séance du 26 novembre ; 1887, p. 269-270, 289, 310, Séance du 6 mai. Journal d’Indre-et-Loire, 8 juillet 1885 et 24, 26, 27-28 septembre 1886.

145 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 378 sqq.

146 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 390.

147 Ibidem, p. 390-391.

148 Bulletin municipal, 1885, p. 95, Séance du 23 janvier.

149 Par exemple, au cours du « débat animé » sur le changement des noms de rues de la Harpe, St-Martin et des Halles, suite à une pétition de 100 signataires, Royer se lance dans une longue digression, comme s’il s’agissait d’une affaire d’État. À un moment, « un vif incident se produit. M. Dufour s’étant plaint de la longueur des discours de M. Royer, celui-ci relève vivement son collègue dont il a toujours supporté, dit-il, avec patience, les longues élucubrations. Dufour. – Elles étaient du moins honnêtes ! M. Royer. – Vous êtes un maladroit et un grossier personnage. » Journal d’Indre-et-Loire, 1-2-3 novembre 1886. Lors d’un autre incident, Royer traite son collègue Oudin d’« avocat », alors que celui-ci l’est réellement.

150 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 388.

151 Journal d’Indre-et-Loire, 26 septembre 1886. Bulletin municipal, 1885, p. 637-662, Séance du 28 août.

152 Depuis des années 1860, l’expansion urbaine connaît un développement rapide en sorte que 2-3 décennies plus tard, Tours quadruple sa superficie. « Les édiles raisonnaient de plus en plus en termes de salubrité publique […]. Le problème de l’approvisionnement en eau potable conduit les municipalités et les hygiénistes à reconsidérer les installations existantes […]. L’éclairage de la ville […], préoccupa la municipalité tourangelle. On installa, en 1840, des réverbères entretenus par la “Société d’Eclairage de la Ville de Tours par le gaz” […]. La fée électricité vint timidement au secours des becs de gaz avant la guerre de 1914. » Surreault J.-P., Feneant J., Jadis en Touraine…, op. cit., 1988, p. 165, 167, 168-169.

153 Bulletin municipal, 1884, p. 301-306, Séance du 1er juillet ; 1887, p. 702-703 et 777-778, Séances des 14 et 28 octobre.

154 Journal d’Indre-et-Loire, 7-8 décembre 1885.

155 Bulletin municipal, 1884, p. 684, Séance du 17 octobre.

156 De même, la demande d’un manuscrit d’Ovide par S.G. Owen, lecteur classique au Collège de Manchester, est refusée par le Comité de surveillance de la Bibliothèque, car « il y aurait inconvénient à autoriser l’envoi d’un tel manuscrit en pays étranger ». Bulletin municipal, 1885, p. 761, Séance du 9 octobre.

157 Bulletin municipal, 1884, p. 684, Séance du 17 octobre ; 1885, p. 194-197, Séance du 4 mars ; 1887, p. 753-756, Séance du 28 octobre.

158 Bulletin municipal, 1887, p. 809-815, Séance du 12 novembre. Bailleul R., La salle du Manège à Tours…, op. cit., p. 13.

159 Journal d’Indre-et-Loire, 5 janvier 1888.

160 Journal d’Indre-et-Loire, 5 janvier 1888.

161 Bulletin municipal, 1884, p. 226-243, Règlement du Conseil municipal, Séance du 21 juin ; 1887, p. 762-767, Séance du 28 octobre.

162 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 391-392.

163 Bulletin municipal, 1884, p. 246, Séance du 21 juin.

164 Bulletin municipal, 1884, p. 244-248, Séance du 21 juin.

165 Bulletin municipal, 1887, p. 563, Séance du 26 août 1887.

166 Ibidem, p. 563-564.

167 Mayeur J.-M., La vie politique…, op. cit., p. 90.

168 Ibidem, p. 562.

169 Tours-Journal, 30 août 1887.

170 Bulletin municipal, 1887, p. 562-565 et 590-595, Séances des 26 août et 9 septembre.

171 Fougère L., Machelon J.-P. et Monnier F. (dir.), Les communes et le pouvoir…, op. cit., p. 361.

172 Ibidem, p. 362.

173 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 147-148.

174 Voir ci-dessus, p. 107-146.

175 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 novembre 1887.

176 Bulletin municipal, 1887, p. 580-581, Séance du 9 septembre.

177 Bulletin municipal, 1884, p. 680, Séance du 17 octobre.

178 Journal d’Indre-et-Loire, 18 octobre 1885, Séance du 21 août 1885.

179 Bulletin municipal, 1888, p. 5, Séance du 7 janvier.

180 Bulletin municipal, 1888, p. 5, Séance du 7 janvier.

181 Comme la nécessité du contrôle du poids et du prix du pain, qui, après avoir été soulevée par Losserand, fait l’objet d’une longue discussion passablement soporifique, ou l’interpellation au sujet des soldats employés à des travaux de terrassement à la place des ouvriers sans travail, donnant lieu à des explications oiseuses, ou encore le projet de construction des maisons ouvrières, présenté par Dry et Dufour ; projet fondé sur une argumentation pertinente et dénoncé avec virulence par les conservateurs. Pour les éléments utilisés dans cette partie concernant Losserand et la cause ouvrière devant le Conseil municipal de Tours, voir : Bulletin municipal, 1884, p. 249-250, 629-633 et 675-681, Séances des 21 juin, 21 août, 3 et 17 octobre. Journal d’Indre-et-Loire, 18 octobre 1885 ; 7, 8, 10 et 21 avril, 2 et 17-18 mai, 17, 28 et 29 juillet 1886. Bulletin municipal, 1886, p. 356-385, Séance du 15 mai. Bulletin municipal, 1887, p. 361-365, 443-448, 520-521, 572-585, 629-630, 660-661, 776-777, 799-807, Séances des 10 juin, 1er et 29 juillet, 19 août, 9, 16 et 26 septembre, 28 octobre, 12 novembre. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 novembre 1887. Bulletin municipal, de 1888, p. 2-8, Séance du 7 janvier.

182 Charles Freycinet (1828-1923) fut un des collaborateurs de Gambetta dans le gouvernement de la Défense nationale (1870-1871). Sénateur, ministre et président du Conseil à plusieurs reprises, il accepte la nomination de Boulanger comme ministre de la Guerre (1886), mais prend ensuite position contre le boulangisme. Duc-Quercy, journaliste, socialiste indépendant, proche des guesdistes. Ernest Roche, député socialiste. À la tribune du Palais-Bourbon, il a fait le récit du 1er mai à Fourmies, déployant une chemise ensanglantée face aux députés, une chemise percée de six balles. « S’il y avait une justice en France [lança-t-il], M. Constans, ministre de l’Intérieur, paierait de sa personne la mort de ces innoçents ». Max Gallo, Le grand Jaurès, R. Laffont, 1984, p. 116.

183 Journal d’Indre-et-Loire, 8 et 10 avril 1886.

Table des illustrations

Légende Fig. 8. Losserand à son établi, interpellé par le bourgeois au lendemain du deuxième tour des municipales en mai 1888. EDIL, 3-4 juin 1888.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Légende Fig. 9. Losserand sur son lit de mort. EDIL, 18-19 novembre 1888.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 445k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540