Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

I. Le combat républicain en Indre-et-Loire à l’époque de la Séparation (1880-1905)

Texte intégral

1Républicain Conséquent, défenseur de la laïcité et de la cause ouvrière, Sigismond Losserand appartient au quart de siècle qui va de 1880 à 1905. Si la mort précoce fait que sa présence à Tours couvre à peine la première décennie de cette période, le sens de sa vie publique et sa mémoire s’inscrivent dans une continuité, qui trouvera sa conclusion au début du xxe siècle, dans les deux événements majeurs que sont l’unité socialiste et la loi sur la séparation des Églises et de l’État (23-26 avril et 9 décembre 1905). Pour camper notre personnage, il conviendra donc de tenir compte de ces repères larges, et d’autant plus que bien des facteurs constitutifs de l’ambiance morale et politique de l’époque (idée laïque, question sociale, irréligion, cléricalisme et anticléricalisme, etc.) relèvent de la longue durée.

  • 1 Louis Paul, Histoire du socialisme en France 1789-1945, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1946, p. 213- (...)

2L’unité des années 1880-1905 a été soulignée à plus d’un titre. Ce sont, d’une part, les décennies qui suivent l’écrasement de la Commune, où le prolétariat français disloqué, désorganisé plus qu’il n’avait été après les journées de juin 1848, construit son unité à travers « ses conflits internes les plus violents » ; celles, d’autre part, où, en lien intime avec l’établissement de la République, se développe « la dynamique de la séparation1 ».

L’esprit républicain en Indre-et-Loire : défense d’un héritage

3Quand on arrive aux années 1880, les républicains français ont déjà derrière eux près d’un siècle mouvementé, marqué par des combats communs et, plus encore, des trahisons. Toutefois, malgré la fusillade du Champ-de-Mars (17 juillet 1791), les journées insurrectionnelles de 1848 (23-26 juin) et les massacres de la Semaine Sanglante (21-28 mai 1871), pour ne citer que les moments les plus tragiques, la partie fortunée de l’ancien Tiers-État, que Saint-Simon avait appelé jadis « la vile bourgeoisie », ne peut pas se passer du concours des héritiers des Sans-culottes, tant le cléricalo-monarchisme a conservé d’influence et de puissance. Pour Clemenceau, très sensible à cette réalité, « l’ancien régime est toujours parmi nous » (Fig. 2).

4C’est dans cette perspective classique qu’il semble utile de situer l’engagement de Losserand, ou du moins la période qu’il a vécue à Tours. Sans reprendre ici le tableau habituel du département, que le lecteur peut consulter dans les ouvrages d’histoire locale, on cherchera ce qui est susceptible d’éclairer la place et l’action de notre personnage, comme les diverses manifestations de l’esprit républicain face aux habitudes religieuses et au cléricalisme, ou encore le poids des questions sociales dans la vie publique. L’esprit républicain est une notion complexe, où sont assimilés à l’époque plusieurs termes quasi synonymes, comme Libre-Pensée, laïcité, anticléricalisme, liberté, et même socialisme.

  • 2 Dans l’ordre des citations, Tours-Journal, 1er mars 1887, L’Union Libérale, 24 avril 1880, Journal (...)

5Ainsi, pour les radicaux de Tours, qui dit République prononce le mot liberté. La République doit aux gouvernés les réformes politiques et sociales. Selon la tendance plus modérée, à mesure que les idées républicaines se répandent, le peuple se fait plus réfléchi, il délaisse les amusements futiles, apprend à penser mieux, à voir plus haut et plus juste. Organe réactionnaire, le Journal d’Indre-et-Loire adopte de son côté un point de vue plus strictement politique quand il condamne la République dans sa diversité. Selon lui, l’électeur qui a affaire à un républicain est placé devant un triple choix : se faire voler par l’opportunisme, manger par le radicalisme, ou fusiller par le socialisme2.

6À côté du phénomène sémantique précité, on observe que pour l’homme de la fin du xixe siècle la notion de république se situe spontanément par opposition à l’ancien régime monarchique et clérical (Fig. 3). Il a donc un sens aigu de tout ce qui découle de l’acceptation ou du rejet de ces deux ordres de réalités, qu’il s’agisse de l’origine et de l’exercice des pouvoirs, de l’égalité civile et de l’égalité réelle ou des représentations individuelles.

  • 3 Testu Jean-Marie et Chollet Claude, Le socialisme en Touraine, Tours BM, 1956, Texte dactylographié (...)

7Sens encore plus développé quand on a la chance d’appartenir à une contrée pouvant revendiquer d’illustres fondateurs. Des plus modestes aux plus connus, des auteurs tourangeaux ne manquent pas en effet de souligner les origines locales de certaines caractéristiques propres à l’esprit républicain. On lit, par exemple, dans un texte non publié que « la Touraine a cette particularité d’avoir surtout produit des hommes de science et d’analyse : Rabelais, Descartes, Balzac, P.-L. Courier, etc. Ces hommes étaient imprégnés de scepticisme, et il émane en quelque sorte du terroir où ils sont nés ce puissant effort de critique qui a fait de la Touraine un pays d’esprit libre et de réforme3. »

Fig. 2. Le prêtre, symbole de l'Ancien régime. EDIL, 10 mai 1888.

Fig. 3. Le peuple souverain, fondement de la République. EDIL, 5 mai 1889.

  • 4 L’Union Libérale, 7 juillet 1882.
  • 5 Cela est arrivé, rappelle Dupré, peu de temps après que Louis Berquin eût été brûlé en place de Grè (...)

8Parmi les grands ancêtres cités dans ce texte, Rabelais est à l’honneur au début des années 1880. L’inauguration de sa statue à Chinon est un événement national et donne lieu à trois jours de « grandes fêtes », les 1er, 2 et 3 juillet 1882 (Fig. 4). Dans un discours long et précis, le sénateur Dupré, doyen de la faculté de médecine de Montpellier, exprime sa fierté d’appartenir à « la seconde patrie de cet homme illustre4 ». Il place l’œuvre et la carrière de Rabelais dans « le mouvement général » de la première moitié du xvie siècle : « Rabelais paraît au moment où le feu qui couvait sous la cendre se rallume, où tout est vie et mouvement. » Fuyant ses persécuteurs5, il arrive en septembre 1530 à Montpellier, où il a étudié et enseigné, et où sa mémoire a été honorée et « son souvenir pieusement conservé ».

9Pour les républicains d’Indre-et-Loire, les fêtes inaugurales de ces journées sont l’occasion de remettre en mémoire l’origine commune, roturière, du peuple, les « injustices des souverains », endurées par « le bourgeois oppressé […] que Rabelais a introduit dans son œuvre ». Et comme Dupré, le journal républicain, L’Union Libérale, loin de présenter « le grand prophète » comme un héritage provincial, fête en lui le caractère national et le messager de l’universel.

  • 6 L’Union Libérale, 5 juillet 1882.

Rabelais, en effet, est la personnification de la France populaire et bourgeoise […], pressentant, préparant déjà la grande révolution philosophique et sociale qui s’accomplira deux siècles plus tard. Rabelais, c’est le mouvement de la réforme se produisant en France avec les formes propres au génie et au caractère français, c’est l’auteur dont le rire […] retentit d’un éclat si sonore et si puissant qu’on en trouve l’écho dans les pages si graves pourtant où Descartes émet son doute méthodique, en attendant qu’on le trouve dans le Pascal des « Provinciales », dans le Montesquieu des « Lettres persanes » et dans tout Voltaire. Rabelais, ce rieur qui prédisait […] toutes ces merveilles qui suppriment aujourd’hui les distances de l’univers physique et rapprochent tous les peuples […]. « Et m’esbahi comment l’invention de tel usage ha esté par tant de siècles célé aux antiques philosophes, vue l’utilité impréciable qui en provient […], les nations, que nature sembloit tenir absconses, imperméables et incognues, à nous venues, nous à elles : choses que ne feroient les oilseaulx, quelque légerté en pennage qu’ils ayent, et quelque liberté de nager en l’aer leur soit baillée par nature […] ».6

10La commémoration unit et sépare. Pour les réactionnaires de Chinon, ce sont les « libres-penseurs, disciples de Bacchus et boustifailleurs » qui se donnent rendez-vous devant la statue de Rabelais, où « les francs-maçons surtout s’agitent comme des possédés », tandis que l’organe républicain conclut sobrement : « Qui s’étonnerait à présent, que, dans notre France républicaine, l’inauguration de la statue de Rabelais ait eu le caractère d’une fête nationale : pour cette France moderne, la statue de Rabelais est celle d’un ancêtre. »

11De fait, quel que soit l’homme illustre, il est nécessairement local par son enracinement originel. Par le truchement de la commémoration la nation se l’approprie, et c’est ainsi qu’il participe à la fondation de la République. Une autre preuve en est la collecte lancée spontanément à travers la France quand il est question d’ériger un monument à la mémoire de Victor Hugo, du général Chanzy et de bien d’autres, les conseils municipaux se faisant une question d’honneur de voter alors des subventions.

  • 7 Baal Gérard, Histoire du radicalisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1994, p. 4-5.

12On a affaire à un phénomène semblable à la fête de la Fédération de l’été 1790, qui devait consacrer l’union des 83 départements et l’égalité de tous les Français devant la loi par l’effacement des cadres provinciaux, mais dont le dessein ne pouvait être vraiment mené à bien depuis un siècle. C’est en ce sens que les radicaux, qui incarnent par excellence l’esprit républicain, se disent les héritiers les plus conséquents de la grande Révolution7.

13La symbiose entre le fait local et national (et international…) est le mieux assurée par la presse, dont l’essor prodigieux pendant ces années 1880 a souvent été souligné. En Indre-et-Loire aussi, des nouveaux titres, parfois éphémères, viennent enrichir le répertoire ancien. La plus modeste feuille comporte en première page (continuées souvent en deuxième) des nouvelles provenant d’un peu partout en France et des pays étrangers. Mais Paris est un foyer exceptionnel. « Tout nous vient de Paris, hélas ! le bon et le mauvais. Le mauvais surtout [déplore] le Journal d’Indre-et-Loire [du 5 avril 1885 en dénonçant] les libres-penseurs de province qui n’ont point voulu rester en retard sur leurs frères aînés, à l’occasion du “vendredi gras” […], dans notre bonne ville de Tours. »

Fig. 4. Rabelais, personnification de la France populaire. EDIL, 13 avril 1889.

  • 8 Mayeur Jean-Marie, La séparation des Églises et de l’État, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1991, p. (...)

14Celle-ci possède, toute proportion gardée, son petit père Combes, en la personne du curé défroqué A.-C. Bertrand, qui incarne, comme l’ancien séminariste Émile Combes, « cette province de petites gens qui fit la fortune du radicalisme8 ».

15Sur l’ex-abbé Bertrand pèse encore la structure sociale sacralisée de l’Ancien régime, et il s’en plaint amèrement. Quand Tours-Journal, dont il est rédacteur en chef, devient quotidien, il s’adresse en effet ainsi à ses abonnés :

Mes chers concitoyens,
Quand je pris, en 1883, la direction politique de Tours-Journal, je vis se former contre moi la coalition des cléricaux, des monarchistes et des faux républicains, troupe nombreuse et puissante en Indre-et-Loire, à laquelle vint s’adjoindre le bataillon toujours redoutable des gens à préjugés. Je devais succomber.

Un notaire peut devenir cordonnier ; un cordonnier notaire ; un médecin préfet ;
un préfet conducteur de fiacre.

Au nom des principes du moyen âge, un curé doit crever dans sa peau.

Le curé peut, comme tout autre, ne pas avoir trouvé sa voie, s’être égaré dans une route ténébreuse, avoir été embrigadé, à l’âge où la conscience éclôt à peine […] ; il y est, il faut qu’il y reste !

  • 9 Tours-Journal, 17 novembre 1887.

Vainement la Révolution a proclamé la liberté de la conscience humaine ; vainement la Révolution a implanté sur le sol de l’Europe le principe de la libre possession de soi-même. Un jour, on t’a fait romain et papalin ; romain et papalin tu resteras […]. J’ai voulu vivre […].9

  • 10 Collaborateurs de la feuille de Bertrand : Édouard Achard, publiciste, correspondant du Patriote de (...)
  • 11 Tours-Journal, 1er mars et 13 octobre 1887.

16Bertrand rappelle sans relâche aux 900 abonnés de Tours-Journal10 les grandes dates de la République. En 1887, à l’approche de l’anniversaire de la Semaine sanglante, il écrit dans un article intitulé Monarchies et Républiques, après avoir fait l’historique du pays depuis 1789 : « L’histoire portera son jugement sur la répression de 1871, mais elle dira aussi que ces colères avaient pour origine l’indignation, la répulsion qu’inspirait la monarchie, l’empire, au peuple de Paris, et que si la République est aujourd’hui le gouvernement légal de la France, Paris, la grande cité, réunion des forces intellectuelles de la nation, a scellé de son sang les bases de ce gouvernement » ; à l’automne, dans l’article L’anniversaire du 20 septembre, la cause républicaine retrouve sous sa plume les accents du Printemps des peuples : « Comme les années précédentes, Paris a célébré le double anniversaire de la chute du pouvoir temporaire du pape par la prise de Rome en 1870 et de la bataille de Valmy en 179211. »

  • 12 « Les conservateurs retrouvaient pratiquement leurs chiffres et leurs bastions de 1877. Ils obtenai (...)
  • 13 Travail, 13 décembre 1885.

17Outre le souvenir des grandes épreuves historiques sans cesse remémorées (surtout la Restauration et les deux coups d’état bonapartistes), certaines échéances électorales et la crise boulangiste donnent, comme partout ailleurs en France, un élan renouvelé au sentiment et à la combativité républicains. Ainsi, les résultats des législatives d’octobre 188512 sont ressentis comme la République en danger. C’est le titre d’une conférence importante que S. Paulard, rédacteur en chef du Travail, journal socialiste de Châteauroux, est venu faire au Cirque de la Touraine, le 6 décembre 1885. Lui aussi, il expose d’abord l’historique des républiques en France, puis fait état des confiances déçues, des promesses non satisfaites, des « ambitions », et des « Folies coloniales », pour expliquer pourquoi « le peuple a prêté une oreille complaisante aux boniments des monarchistes ». Il examine successivement les mesures qui devraient être prises dans les différents domaines : enseignement, armée, « travail national », impôt, etc., avant de conclure que « la République ne peut être sincèrement défendue que par les travailleurs13 » (Fig. 5).

  • 14 Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République…, op. cit., p. 60.
  • 15 À propos des « attaques et des injures de Jules Delahaye », le journal L’Union Libérale écrit le 12 (...)

18Si la crise sociale en Indre-et-Loire n’a pas la même ampleur que dans les parties plus industrialisées de la France, le marasme économique, qui caractérise précisément la période de 1883 à 189614, n’en produit pas moins des effets visibles et dramatiques dans ce département aussi. Toujours aux aguets pour dénoncer le régime15, le Journal d’Indre-et-Loire rapporte, par exemple le témoignage suivant, le 16 décembre 1885 : « Dimanche soir vers cinq heures, à la caserne Guise, plus de trente pauvres, hommes et femmes, se sont présentés à l’heure de la soupe pour demander à manger les restes des soldats. C’est là en vérité un spectacle lamentable, ajoute-t-il, qui nous prouve combien grande est la misère à Tours ». En 1888, il signale les petits mendiants à Tours et, ironisant sur la prospérité républicaine, il fait état de la stagnation des affaires : « Nos commerçants se plaignent vivement du ralentissement des affaires et chez certains chefs d’industries, des ouvriers ne trouvent plus de travail. Enfin, le nombre d’ouvriers de passage se multiplie de plus en plus. On peut s’en rendre compte aux marchés où ils viennent demander secours aux vendeurs et aux acheteurs. »

Fig. 5. Crises et scandales du « gouvernement réel » de la République. EDIL, 9 mars 1889.

  • 16 Journal d’Indre-et-Loire, 16 au 16 janvier et 26 novembre 1888 ; Tours-Journal, 3 mars 1888.

19Le journal radical confirme ces observations et saisit l’occasion pour dénoncer la « concurrence déloyale » du Refuge de Tours, tenu par les religieuses. Défenseur des petits propriétaires, il rappelle qu’« il n’y a point que les ouvriers qui vont se faire inscrire à la mairie qui soient dans la misère, il y a surtout des petits patrons, boutiquiers, débitants, tailleurs, etc., qui sont véritablement rongés par le besoin. Nous connaissons une famille de 6 personnes, obligée de vivre avec 0,75 F par jour et qui demain n’aura même plus cette modique ressource16 ».

  • 17 En décembre 1887, une manifestation organisée par le comité régional de la Ligue des Patriotes et p (...)

20Atteints dans leur existence et sollicités par la propagande nationaliste, ouvriers et petites gens sont tentés, à l’heure du boulangisme, de rejeter une république très en retard sur ses promesses (Fig. 5). Beaucoup d’entre eux regardent vers l’homme providentiel, le général Boulanger paraissant incarner à leurs yeux la tradition jacobine de 179317 : sentiment national, souveraineté populaire et aspirations sociales égalitaires. L’illusion boulangiste alimente des passions bruyantes, que les défenseurs du régime doivent affronter. Tâche d’autant plus difficile que, selon une habitude maintenant bien rodée, l’argumentaire repose chaque fois sur l’exposé de l’expérience du passé et que les publics survoltés, impatients, supportent mal les leçons d’histoire.

21Quand le citoyen Girault, porte-parole des socialistes indépendants de Tours vient prendre la parole dans un meeting « afin de prouver aux républicains sincères, aux travailleurs », pourquoi lui et ses camarades sont anti-boulangistes, son discours est tout le temps interrompu par des cris : « À la question ! À la question ! Pas d’histoire. Vive Boulanger ! Assez d’histoire, à la question, vive Boulanger ! » Arthur Girault cite les documents reproduits par le journal parisien Le Radical, qui prouvent que Boulanger est un fusilleur du peuple : « il a mitraillé nos frères de Paris en 1871, étant à ce moment colonel au 114e de ligne » ; il a écrit ensuite à Thiers pour se plaindre de l’ingratitude du gouvernement des services rendus contre la Commune de Paris, bien que, en récompense, il ait été nommé grand commandeur de la Légion d’honneur… Girault rappelle que la nation, en 1792 et 1793, a sauvé la République avec l’armée des sans-culottes, en repoussant les rois coalisés contre la révolution.

  • 18 Tours-Journal, 19 septembre 1888. Quelques mois auparavant, Jules Delahaye, porte-parole de la réac (...)

À cette époque le peuple n’avait pas mis sa destinée entre les mains d’un sauveur. Rappelez-vous la chute de Robespierre, soupçonné calomnieusement de briguer la dictature ; ce soupçon le perdit dans l’esprit public égaré ; vous verrez alors quelle horreur inspirait à nos frères le pouvoir d’un seul homme […]. Ce fut las des orgies du directoire, que le peuple revenu à l’ignorance se jeta dans les bras du général Bonaparte qui lui aussi a été un jacobin, un républicain ; ils le prirent pour un sauveur et au lieu de sauver la République il la tua […] son cher neveu Louis Napoléon Bonaparte […], lui aussi était un républicain et même socialiste […]. Et aujourd’hui après 17 ans de République […] on viendrait encore nous apporter un sauveur dans la personne du général Boulanger ! Et que dit cet homme […] citoyens, que le peuple est un enfant qu’il faut guider, moi seul peut faire renaître la confiance dans les affaires […]. Croyez-vous, citoyens, que la misère actuelle peut disparaître parce qu’un homme a su inspirer une certaine confiance […]. Un dernier mot, citoyens, chassez loin de votre pensée cette idée de vous reposer sur un homme tant intelligent et honnête soit-il […], vous ne laisserez pas détruire par un sabreur, aidé de tous les partis monarchiques, vos libertés que 4 révolutions vous ont données et qui ont été si chèrement payées […].18

  • 19 Tours-Journal, 29 mars 1888.

22L’usage des références historiques peut prendre des formes imagées, mais chaque fois les événements du siècle structurent les discours et servent de leçons. « N’oubliez jamais les cruelles leçons de l’histoire », prévient son auditoire le citoyen Letertre lors d’une « petite conférence improvisée », à l’occasion d’un enterrement civil19. Parlant des « aventuriers empanachés » du 18 brumaire et du 2 décembre, il exprime le sentiment de cette fraction populaire du camp républicain qui, malgré tout, défend le régime : « si mauvaise que soit notre troisième République, elle est encore préférable à la meilleure des dictatures […], ne redevenons pas sujets. »

  • 20 Nicolet Claude, L’idée républicaine en France (1789-1924), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1994, p (...)

23Mais l’exclamation « Vive la République démocratique et sociale ! », qui accompagne ce discours montre aussi que le jeu des antagonismes est devenu plus compliqué. À la république tout court, qui se définit par opposition à la monarchie, viennent se superposer ou s’y imbriquer, les contradictions internes du parti républicain. Comme l’écrit Claude Nicolet, « désormais c’est à l’épreuve non plus d’une révolution contre une monarchie ou un despotisme, mais du gouvernement réel d’une République, que les républicains auront à s’unir ou à se diviser […]. De là, provient, essentiellement, l’opposition entre deux tendances qui se cristallisent à peu près clairement, dans les années 1875-1885, sous les deux noms d’“opportunistes” et de “radicaux” »20.

24Si à certains moments, la conciliation de la solidarité de classe et de la solidarité républicaine apparaît naturelle, la réalité sociologique et culturelle est loin de rendre structurelle ou même durable une telle coïncidence. Quoi qu’il en soit, le dénominateur commun le plus large pour l’union des républicains demeure le combat contre l’Église catholique et le cléricalisme en général.

Diffusion du républicanisme et lutte anticléricale

25Après les traits généraux du combat républicain, on cherchera ici à repérer les causes et les conditions qui ont favorisé l’extension du républicanisme en Indre-et-Loire. Seront envisagées, dans la mesure où elles sont accessibles, les attitudes individuelles et collectives, ainsi que les prises de position et les aspects institutionnels de la question, ces derniers impliquant avant tout les débats sur la laïcité et sur la séparation.

Les précurseurs

26Les pionniers de la République telle qu’on l’entend dans les années 1880 sont d’anciens opposants au coup d’État du 2 décembre 1851, qui ont conservé cette attitude envers le IIe Empire. Sous bénéfice d’inventaire, l’historiographie locale ne comporte pas d’étude de type prosopographique consacrée à ces précurseurs en Indre-et-Loire. Il est clair par ailleurs qu’il existe un tronc commun à ceux dont la carrière va s’insérer dans la vie institutionnelle de la République instaurée, et à ceux dont le républicanisme sera une référence pour les groupes socialistes.

  • 21 Leveel Pierre, Histoire de Touraine et d’Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, 1988, p. 694.
  • 22 Bailleul Raymond, « L’Indre-et-Loire », dans Croubois Claude (dir.), La Touraine des origines à nos (...)

27Parmi les plus illustres, l’« ardent républicain » Auguste Blanqui, s’il n’était pas tourangeau d’origine, a inquiété l’archevêque et exercé, après son transfert à l’hôpital de Tours en février 1844, une influence directe sur les ouvriers de la ville, « fort admiratifs pour “l’Enfermé, le Martyr”21 ». L’enracinement local de ce républicanisme plébéien repose dans les années 1840 sur « tout un noyau d’artisans et de petits commerçants “électrisés’’ par la doctrine icarienne », que diffusent le médecin Louis Desmoulins et l’ouvrier Habert. Le journal Le Populaire fondé par l’auteur du Voyage en Icarie, Étienne Cabet, a 26 abonnés à Tours, et les idées à la fois républicaines et utopistes ont leurs « commis voyageurs » surveillés par la police22.

  • 23 Labussière Jacqueline, dans Chevalier Bernard (dir.), Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. (...)
  • 24 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 31 mars - 1er avril 1889.

28En février 1848, c’est Desmoulins qui exige que 16 ouvriers soient intégrés dans la commission administrative provisoire de Tours où, au demeurant, le républicanisme n’aurait suscité que peu d’élan. La ville a approuvé par 79 % des voix le coup d’État, et le département par 82 %23. « Républicain d’avant-garde, intègre, incorruptible, Desmoulins […] médecin des déshérités de la fortune […] fut arraché à sa vie d’abnégation pour aller souffrir les horreurs du bagne à Lambessa […], victime de l’Empire plébiscitaire, traqué, martyrisé par les sbires de celui qui fut Napoléon III […]. Il en revint, vieilli, brisé, mais toujours bien faisant et dévoué pour tous jusqu’à son dernier souffle. Il mourut pauvre le 14 octobre 185824 ».

  • 25 Laurencin Michel, L’opinion publique en Indre-et-Loire dans les élections législatives de 1869 et l (...)

29Au-delà des combats individuels et des nébuleuses plus ou moins attestées, les recherches ont fait état de mouvements plus étoffés, mieux organisés pour maintenir et diffuser le républicanisme25. C’est d’abord la Marianne, société secrète républicaine qui aurait commencé à s’organiser peu après le coup d’État et « qui a le plus marqué la vie politique de l’Empire en Touraine ». Localisé pour l’essentiel dans la vallée de la Loire et l’agglomération tourangelle, le mouvement avait des points d’ancrage entre Langeais et Candes, en particulier à La Chapelle-sur-Loire, à Chinon, à Bourgueil et à Candes. À l’heure des arrestations en 1853, l’association secrète aurait compté de 800 à 1 000 membres. Pendant le procès, l’un d’entre eux a déclaré : « nous ne devions nous lever que pour faire reparaître la République ». Sur 60 adhérents connus pour leurs professions, il y avait 50 ouvriers (cordonniers, tisseurs, menuisiers, charpentiers…), 4 professions libérales, 3 commerçants et 3 vignerons.

30Une autre organisation bien identifiée par le préfet est signalée en janvier 1868. Il s’agit d’une association de Libres-Penseurs ou Solidaires, qui se propose de combattre l’influence des prêtres dans la société, et qui refuse le baptême et les sacrements. Le chef en est l’avocat Armand Rivière (1822-1891), qui s’est fait remarquer dès janvier 1865 comme un propagateur des idées anticléricales et ardent partisan de la séparation de l’Église et de l’État. Dans ces années 1860, il est l’auteur de plusieurs publications, dans lesquelles il fustige et ridiculise l’Église catholique : Les miracles de saint Martin, le grand thaumaturge des Gaules devant le Conseil municipal de Tours (1861, 1865) ; L’Église et l’esclavage (1864) ; Pétitions et processions (1862).

31Avec Victor Luzarche, ancien maire de Tours en 1847-1848 et Victor Lefebvre, avocat, auteurs respectivement de brochures intitulées De la propagande cléricale (1862) et Processions et catastrophes (1868), ces trois hommes animent un mouvement anticlérical influent. Le nombre de voix obtenues par Rivière le prouve, même s’il n’est pas élu aux élections législatives, où il se présente en 1863 et 1869. Dans sa profession de foi électorale du 9 mai 1863, il écrivait : « Je suis un homme nouveau, de la plus humble origine. Je suis fils de la Révolution et cette mère-là vaut bien les plus illustres, car elle nous a donné pour sœur l’Égalité et la Liberté. La France est la première nation de l’Europe parce que 1789 l’a mise en possession de l’égalité qui manque à la libre Angleterre. »

32En 1869, « il réclame la liberté de la presse, la liberté de réunion, la gratuité et l’obligation de l’instruction, la séparation de l’Église et de l’État, la suppression du budget du ministre des Cultes, l’abolition de la conscription et son remplacement par des milices nationales, la suppression des octrois, l’éligibilité de la magistrature et une répartition plus équitable de l’impôt ».

33Élu en 1865 conseiller municipal de Tours avec six de ses amis sur une liste républicaine, « Rivière fit rapidement figure de chef local des libres-penseurs et ne manquait jamais de se manifester lors des obsèques civiles de personnages de la société locale. » Lors du plébiscite du 8 mai 1870, il préconise le Non, et au cours des réunions publiques qu’il organise pour faire connaître ses idées, le public est chaque fois plus nombreux, passant de 500 à 1 800 personnes (Bléré, Amboise et Tours deux fois). Quand le 9 octobre 1870 Garibaldi vient à Tours, il l’accueille au nom des républicains tourangeaux par un discours qu’il termine par une formule devenue célèbre : « Vive Garibaldi ! vive l’Italie ! Vive la République universelle ! »Dès la chute de l’Empire le 5 septembre 1870, Rivière s’est mis à la tête d’une manifestation pour exiger la démission du Préfet, et, le 13 septembre, celle du Conseil municipal de Tours.

  • 26 Journal d’Indre-et-Loire, 1er juillet et 20 octobre 1880.

En 1875, Antoine-Dieudonné Belle, avocat né à Montlouis, partisan auparavant de l’Empire et rallié à la République, est élu maire de Tours, ce qui satisfait peu Rivière. Belle démissionne de cette fonction en novembre 1879 et Rivière lui succède, nommé par décret du président de la République. « Radical ardent et très anticlérical, il expulse les Jésuites et les Oblats desservant la chapelle provisoire de Saint-Martin et il interdit les processions sur la voie publique. Il expulse également les Oratoriens de Tours. Reconduit dans ses fonctions à la tête de la municipalité en juillet 1881 […], il démissionne en février 1882 et est remplacé […] par François-Jules Charpentier. » Le quotidien de Delahaye a décrit par le menu l’« émeute » qui s’est produite devant le portail du collège des Jésuites lors de leur expulsion en octobre 1880.26

34Aussi réduite qu’elle fût par le nombre, l’opposition républicaine n’était donc pas absente en Indre-et-Loire, même si les réactions après le coup d’État du 2 décembre avaient été moins nombreuses ici que dans les départements voisins. Comme dans le reste du pays, cette résistance s’appuie fréquemment sur quelques avocats et médecins. Ceux qui n’allaient pas se manifester ouvertement après le 2 décembre, tel Claude-Théodore Chauvelin, avocat de Chinon, n’en continuaient pas moins à incarner l’esprit républicain.

  • 27 Le 26 décembre 1847, « à l’issue d’une cérémonie, le vénérable Charpentier expliqua le sens du nouv (...)

35Cela peut être observé dans l’évolution de la Franc-maçonnerie tourangelle sous l’Empire, et particulièrement chez les Démophiles. Cette loge, dont la dénomination elle-même traduit l’aspiration démocratique27, n’échappe pas à l’autorité maçonnique instituée par le pouvoir. Mais si l’apolitisme et la résignation l’emportent sur la volonté d’une opposition affirmée, les frères républicains ne tardent pas à quitter la loge dès les premières années du régime, l’effectif des Démophiles tombant de 61 en 1851 à 49 en 1853, et à 27 en 1854. À la même époque, une action efficace est menée en faveur de l’enseignement populaire par Jules Charpentier, vénérable avec des interruptions pendant dix-sept ans, entre 1854 et 1889. Cette initiative débouche sur un processus de laïcisation, dans la mesure où l’Église catholique réagit avec hostilité.

  • 28 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 225-229.

36Dans les années 1860, l’idée progresse que l’émancipation du peuple se fera par l’enseignement. En 1866, à la suite d’un discours de Jean Macé, fondateur de la Ligue de l’Enseignement, qui affirme le lien entre Franc-maçonnerie et instruction, les Démophiles de Tours prennent l’initiative de créer « une école gratuite, libre, laïque et professionnelle pour les filles » et demandent aux Persévérants Écossais de participer à cet effort. Ainsi, « au-delà de la volonté d’une éducation généralisée se profile la nécessité de séparer l’école de l’Église et de donner à la femme l’instruction à laquelle elle a droit. Le combat pour l’école devient également un combat pour la laïcité28 ».

37Autant dire que les fermentations républicaines de l’époque impériale auront libre cours et porteront leurs fruits au cours des décennies qui suivent l’instauration de la IIIe République. En termes électoraux, le tournant se produit en 1885 : aux élections législatives du 20 février 1876, l’Indre-et-Loire fait partie, avec le Maine-et-Loire, l’Indre et la Vienne, des départements où les suffrages républicains par rapport aux voix exprimées sont de 40 à 50 %, alors que neuf ans plus tard, aux législatives du 4 octobre 1885, les voix républicaines se situent entre 60 et 70 %. D’autre part, le 25 janvier 1885, des sénateurs républicains ont été élus pour la première fois en Indre-et-Loire.

  • 29 Le rédacteur du Travail, S. Paulard, constate au cours de sa conférence à Tours en décembre 1885 qu (...)
  • 30 Gorgues André, Quand la Touraine devient républicaine : les scrutins politiques en Indre-et-Loire d (...)

38Malgré les divisions du camp républicain et la coalition de la droite réactionnaire, et en dépit aussi de ses déceptions envers le régime29, l’électorat a préféré les opportunistes à un éventuel retour au passé. « Dans ce département rural, évoquer le retour à l’Ancien Régime féodal et celui de la dîme, prévoir la domination du maire par le curé, agiter devant les paysans l’éventualité du retour de leurs terres à leurs anciens propriétaires, c’était faire trembler30. »

39Pour transformer une opinion électorale en réalité sociale, les républicains ont désormais un cadre légal. Mais sans l’action multiforme qu’ils poursuivent inlassablement, ce cadre serait resté dans bien des cas une promesse sans portée réelle. Certes, le parti républicain est divisé, mais la discipline républicaine corrige en général ce défaut en période électorale, et la diversité permet une diffusion plus large des idées et des pratiques.

Diversité et divisions du camp républicain

  • 31 Il recense 16 variétés de républicains : modérés, centre droit, centre gauche, opportunistes, radic (...)
  • 32 Journal d’Indre-et-Loire, 8 mai 1884, 27-28 juillet et 23 septembre 1885.

40Reprenant un article du Moniteur Universel, qui, après avoir examiné leurs professions de foi, « a calculé le nombre des nuances ou des fractions dissidentes qui composent le parti républicain31 », le Journal d’Indre-et-Loire constate, sans déplaisir, à la suite d’une réunion électorale mouvementée organisée par le Comité radical, qu’il est « prouvé une fois de plus que les républicains étaient aussi divisés dans notre ville que partout ailleurs ». Deux semaines avant les élections d’octobre 1885, le parti républicain n’existerait plus, il aurait été remplacé par « trois partis absolument distincts, absolument irréconciliables, sinon pour les principes, du moins pour les ambitions et les appétits […] : l’opportunisme, le radicalisme et le socialisme révolutionnaire32 ».

41Selon le classement « par rang d’importance », effectué en 1886 par la Touraine républicaine, les groupes qui constituent en Indre-et-Loire le parti républicain sont les suivants : la Libre-Pensée, le Grand-Cercle républicain, le Cercle de l’Union républicaine, la Loge des Démophiles, la Loge des Persévérants Écossais, le Comité radical (anciennement Villes et Campagnes) et La Sentinelle. « Il va sans dire, observe le Journal d’Indre-et-Loire, que c’est la Franc-maçonnerie qui y est la maîtresse. »

  • 33 Il s’est formé à Tours une Fédération des groupes républicains de Tours et du département d’Indre-e (...)

42En tout cas, la liste ne semble aligner que les principaux groupes. Elle ne fait pas apparaître, par exemple la Ligue radicale de l’ex-abbé Bertrand (qui compte selon lui cent adhérents en 1887), ni le Cercle radical ou le groupe Voltaire, logé place du Grand Marché et distinct de la Libre-Pensée de la place d’Aumont33. Dans l’espèce de scissiparité qui fait multiplier les groupes républicains, les rivalités de personnes semblent jouer assez souvent. En témoigne une lettre du groupe Voltaire, adressée « aux citoyens de la Libre-Pensée de la place d’Aumont », à l’occasion de la venue à Tours, en novembre 1887, de l’architecte parisien Schacre pour donner une conférence sur la République et l’Église :

  • 34 Journal d’Indre-et-Loire, 23 septembre 1886. Tours-Journal, 11 septembre et 6 novembre 1887.

Professant les mêmes doctrines que vous, le groupe Voltaire, sans attenter en rien à votre indépendance, a pensé qu’il était dans son devoir de vous convoquer à cette conférence ; comme il sera heureux de l’être à son tour par votre groupe comme pour tous les groupes républicains, quand il s’agira de manifester hautement, et au grand jour, en faveur de l’affranchissement moral et matériel de l’humanité. Que vous vouliez conserver votre autonomie, personne n’a songé à la détruire ; mais nous ne saurions croire que faisant passer les questions de personne avant l’intérêt général, vous soyez dans l’intention de vous isoler entièrement, de faire bande à part, alors que la cohésion de tous les républicains est nécessaire plus que jamais pour la défense de la république en face du cléricalisme et de la réaction réunis contre elle. C’est en nous plaçant sur ce terrain de lutte, en laissant loin en dessous de nous les rivalités de personnes et d’influence que nous vous convions à participer à la cause commune.34

43Dans le chapitre des conflits de personnes, l’ex-curé Bertrand a fait l’objet de divers rappels à l’ordre cinglants, après qu’il eut lui-même harcelé de vieux républicains patentés, mais visiblement fatigués. Après une réunion publique au Cirque le 27 septembre 1885, où les candidats à la députation devaient répondre aux électeurs, la feuille de Bertrand annonce l’« Enterrement de première classe […] du sieur Armand Rivière, passé avec armes et bagages au parti opportuniste. La démocratie tourangelle invite tous les républicains véritablement dignes de ce nom à assister à cette imposante cérémonie ».

  • 35 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 19, 24 et 27 septembre 1885.

44Ce sont d’abord deux opportunistes, Pinot et Ducrot, qui réagissent. Défendant les réformes possibles et l’intérêt de « ceux qui possèdent déjà », ils accusent Bertrand, « chassé du milieu où il a toujours vécu, de vouloir se refaire une virginité morale en exploitant le parti républicain ». L’ex-abbé est ensuite véritablement exécuté par Rivière, qui finit par lui écrire à son tour. Il lui reproche son manque de modestie et de désintéressement, qui met en doute la sincérité de sa conversion (assez récente, vers 1882 ou 1883). À peine a-t-il jeté son froc aux orties, renié sa foi et ses opinions professionnelles, « voilà que d’un bond prodigieux il s’élève au rôle de Père de la foi… républicaine », attaque les citoyens d’un républicanisme éprouvé, s’ingénie à exciter les citoyens les uns contre les autres et à semer la discorde dans les rangs de la Démocratie tourangelle35.

  • 36 Né en 1840 à Paris, Daniel Wilson a hérité de son grand-père, un industriel anglais établi en Franc (...)

45Mais c’est de loin l’affaire Wilson qui a semé le plus de troubles parmi les républicains du département et divisé leurs rangs, à travers les scandales et les péripéties judiciaires relatées pratiquement par tous les livres d’histoire qui traitent de l’époque36. Wilson ayant refusé de se retirer lui-même du Cercle républicain d’Indre-et-Loire, une demande de radiation, constatant « ses agissements inqualifiables », est déposée le 18 mai 1888 sur le bureau du Cercle, avec neuf signatures. Après le rejet des explications de Wilson par sept voix contre deux, une réunion plénière est convoquée pour le 1er juin qui se termine par la radicalisation du cercle républicain d’Indre-et-Loire.

  • 37 L’Union Libérale, 29 avril 1880.

46Le cas de Wilson illustre bien la tentation qui existe pour les plus habiles et les moins scrupuleux d’accaparer la chose publique à des fins de réussite et de profit personnels (Fig. 6). Pour les républicains sincères, il ne peut y avoir qu’une saine et utile émulation. Rivière écrit à ce propos que les divisions « n’existent pas entre nous quand il s’agit de principes et que les divergences ne peuvent apparaître que sur l’opportunité de leur application37 ».

47Celle-ci passe avant tout par l’enracinement de la législation républicaine. Il y a certes l’administration, et les débats municipaux montrent combien ce processus est vivant. On remarque la souplesse, souvent trop grande, de l’administration. S’agissant par exemple des emblèmes religieux et des processions sur la voie publique, interdites par la loi, mais tolérées dans nombre de communes, une Lettre de Paris de L’Union Libérale (21 mai 1880) pose la question : « Si les catholiques étaient au pouvoir et que des protestants, des Israélites, des libres-penseurs voulussent eux aussi exprimer publiquement les sentiments de leur conscience, jouiraient-ils de la même liberté ? »

  • 38 Huissier, militant radical, enfant terrible et plusieurs fois membre du Conseil municipal de Tours, (...)
  • 39 Journal d’Indre-et-Loire, 11-12 mai, 5 et 6-7 juillet, 8 et 9 août, 4, 5, 6 et 7-8 septembre 1885.

48À Tours, la reconstruction de la chapelle Saint-Martin a mis à jour une sorte de trinité, peu exigeante quant aux principes républicains. Les péripéties de cette affaire ont été retracées devant le Conseil municipal par le conseiller radical Royer38, dans un discours dont le Journal d’Indre-et-Loire a rendu compte en plusieurs numéros39. Celui-ci rappelle cependant que « respectueux avant tout de l’autorité ecclésiastique outragée en des termes d’une crudité révoltante par le fougueux adversaire de la chapelle Saint-Martin », il ne veut reproduire que sous la forme d’« un aperçu épuré » le discours en question.

Fig. 6. Daniel Wilson incarne le « tripoteur » sous la République opportuniste. EDIL, 17 novembre 1887.

49Royer nous apprend que le projet fut conçu en 1858 par un certain Dupont, « un pauvre homme confit en dévotion, mais aux facultés mal équilibrées, sorte d’épileptique religieux, d’une exaltation qui confinait à la folie ; lequel avait la prétention étrange de guérir les maladies les plus incurables [donc] le bienheureux Dupont, entre autres extravagances, rêva la reconstruction de la grande basilique de Saint-Martin » sur ses fondations séculaires. Mais le projet d’un grand édifice fut abandonné à la suite des protestations de 228 propriétaires qui s’opposèrent absolument à la construction projetée, et, en 1865, Armand Rivière porta « le dernier coup aux amateurs de cette haussmanisation pieuse ».

  • 40 Journal d’Indre-et-Loire, 8 et 9 août 1885.

50Toutefois, les cléricaux ne se déclarent pas vaincus, entretiennent l’affaire au fil des années, par des processions notamment, en « chantant sur tous les tons : Sauvez Rome et la France au nom du Sacré-Cœur » et l’idée d’une chapelle refait surface en 1885. De fait, l’affaire suivait son cours quand Daunassans, Préfet de l’Indre-et-Loire, par deux lettres successives adressées au maire (les 23 avril et 23 juin 1885), pressa le Conseil municipal de Tours de la régler au plus vite. Royer s’interroge et met en lumière « une conspiration qui s’est ourdie entre […] trois individualités : Mgr l’archevêque de Tours, le préfet, le gouvernement40 » (Annexe 1).

  • 41 « M. Oudin estime que […] il ne s’agit point de se placer au point de vue anti-clérical. Il faut la (...)

51Dans le débat, aux partisans du projet, qui parlent des avantages que les ouvriers et la ville pourraient tirer des travaux proposés et des pèlerinages41, il est répondu que sur les 4-500 000 F, l’essentiel est destiné pour les travaux d’art et qu’il ne resterait qu’environ 200 000 F de main-d’œuvre à partager « entre des ouvriers choisis certainement parmi les bien-pensants, ou ceux qui voudraient le devenir ; songez donc ! un libre-penseur travaillant à cet édifice en amènerait certainement l’effondrement ». Quant aux pèlerins, répond Royer, ce sont en général « de pauvres diables peu favorisés ni de la fortune ni de l’intelligence que le fanatisme pousse en avant. Beaucoup d’entre eux ne peuvent même pas payer les frais de voyage, portent avec eux leur nourriture, reçoivent l’hospitalité de personnes pieuses, séjournent rarement dans les hôtels, donnent les quelques sous qu’ils possèdent au saint, afin de se le rendre favorable ; les bénéfices qu’en retirent les villes sont maigres et sont loin de compenser les désagréments qu’entraînent à leur suite les pèlerinages. »

52La majorité du Conseil répond donc au gouvernement :

Si vous êtes républicains vous ne pouvez pas nous demander de faire litière de nos principes […]. À l’heure où la séparation de l’Église et de l’État s’impose à tout vrai républicain, unissons nos efforts pour réduire à l’impuissance le parti politique dont le chef est à Rome, les généraux dans chacune de nos villes et les soldats dans chacune de nos communes […].

Considérant que le besoin de reconstruction de la chapelle dite de Saint-Martin ne ressort nullement ni de l’état actuel des croyances, ni du désir de la population ; Considérant que cette construction a pour but de ranimer la foi, d’accentuer par la suite la division qui existe entre les partis politiques et de porter atteinte à la liberté de conscience ;

  • 42 Journal d’Indre-et-Loire, 5 septembre 1885.

Le Conseil municipal de Tours, ne pouvant prononcer un désaveu de ses propres principes, donne un avis entièrement défavorable à la reconstruction de la chapelle Saint-Martin, et donne également un avis défavorable à la demande d’acquisition faite dans le même but.42

Moyens de diffusion et thèmes du républicanisme

53C’est donc en tenant compte des divisions politiques des républicains, des conflits de personnes, des scandales et des complaisances de telle ou telle autorité qu’il faut voir la diffusion du républicanisme non pas comme un processus linéaire, mais comme une évolution aux multiples aspects. De même, les moyens de la diffusion sont divers, bien que les journaux y occupent sans doute la première place.

54On a rappelé plus haut le développement étonnant de la presse au xixe siècle. Organes éphémères d’une saison électorale ou fondations robustes, les journaux atteignent un plus grand nombre de personnes que les divers cercles, associations, sociétés ou encore les bibliothèques populaires. Ils cherchent à orienter l’opinion des lecteurs et à dire publiquement ce qu’on peut penser tout bas dans un département rural, dont la population est méfiante par définition. Eu égard à la diffusion du républicanisme, les journaux, favorables ou non à cette cause, répercutent en les commentant les décisions du gouvernement et des assemblées et publient des articles de fond inspirés de l’actualité.

  • 43 Très souvent, les questions touchant à la laïcité que soulève la presse sont également discutées en (...)
  • 44 Titres relevés dans L’Union Libérale des années 1880 et 1882.

55Sont ainsi expliqués, surtout dans L’Union Libérale, la signification de la liberté de conscience et les principes de base de la laïcité, comme la distinction entre domaines public et privé ou l’importance des emblèmes religieux exhibés43 (Annexes 2-3). Des arguments historiques et juridiques sont apportés pour éclairer les débats qui se font aux différents échelons de la vie publique, et notamment pour justifier les prérogatives de l’État dans les matières controversées : enseignement, congrégations religieuses… (Annexe 4). La fréquentation de la presse permet au lecteur de comprendre que la laïcité ne se réduit pas au seul domaine de l’enseignement ; il peut repérer les secteurs où la question se pose (armée, hôpitaux, justice…), à la fois par les documents officiels présentés (lois, circulaires, etc.) et à travers les innombrables incidents où sont impliqués les membres du clergé, les autorités et les populations locales. Ces faits divers anticléricaux pris dans le département ou d’autres régions de la France, portent des titres caractéristiques : Douceur cléricale, Fantaisies cléricales, Enseignement pieux, Dévouement congréganiste, Bouffonnerie cléricale, Merci, Évêque, Niaiseries cléricales, Nos doux pasteurs, Le Doigt de Dieu44, etc. (Annexes 5-8).

  • 45 « Il est scandaleux qu’on ait écrit l’histoire de l’anticléricalisme (Rémond René, L’anticléricalis (...)

56Il convient de noter que cette production journalistique n’a pas été quelque chose d’unilatéral. Dans l’ensemble, elle est même plutôt une réaction45 à l’histoire récente et aux attaques et dénigrements incessants des cléricaux contre l’école laïque, les infirmières laïques, la solidarité républicaine, contre le 14 juillet, la Marseillaise… De même, la presse réactionnaire affectionne le rabaissement des élus municipaux. Après les élections de mai 1884, le quotidien bonapartiste présente le nouveau Conseil sous le titre de La chopine en travail ! ; les élus sont « 32 nourrissons goitreux », et le « père Malécot », doyen de l’assemblée, « le conseiller mal Éclos, digne patriarche de la Chopine », qui secoue « les 84 derniers poils de sa crinière démocratique ». Il est reproché au « bon peuple » d’avoir fait réussir « dans toutes leurs entreprises » Bouffeteau et Corbeau ; et de poursuivre :

Coursière qui n’était pas capable de faire un avoué, a été jugé digne de devenir un magistrat opportuniste.

M. le Dr Ernous, Marcel pour les dames, semble gêné au milieu des 30 copains qui siègent à la mairie. Enveloppé d’un vaste pardessus garni de fourrure, le nouveau venu jette un coup d’œil scrutateur sur ses collègues […]. Dame ! il faut avoir du courage pour siéger près d’une table ronde autour de laquelle se trouvent des orateurs comme le socialiste Dufour, le tailleur Robert, le limier Losserand et les bavards Corbeau et Ducrot [ce savetier, qui se croit homme de génie, ajoutera le Journal d’Indre-et-Loire]. – C’est un millionnaire que M. Ernous, disait un prolétaire en passant près de nous. – Tant mieux, répond un individu à barbe sale, le citoyen Ernous sera notre banquier.

  • 46 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 11 et 13 décembre 1884. Voir aussi L’Indépendant d’Indre-et-Loire 1 (...)

Chacun a son maître au Conseil municipal. Losserand a Joffrin, Corbeau et Ducrot sont les serviteurs de M. le Maire, M. Royer ne jure que par M. Rivière, etc. M. Belle peut être satisfait à son tour, son protégé Gaudin a réussi à faire passer « le petit Pineau » 3e adjoint […].46

57Face à ces attaques, on comprend les titres précités de la presse républicaine, dont la richesse thématique et événementielle est au demeurant bien plus large. C’est dans ses pages qu’on lit notamment les comptes rendus des congrès, des conférences, ou les discours prononcés lors des enterrements civils et des inaugurations. En dehors des journaux, les recherches qui concernent de près ou de loin notre sujet, ou de façon plus générale l’opinion publique, soulignent à juste titre le rôle des organisations : loges maçonniques, sociétés et associations diverses.

  • 47 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 229-262 ; Id., Francs-Maçons et Sociétés (...)
  • 48 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 257-258.

58Parmi les loges en activité en Indre-et-Loire dans la seconde moitié du xixe siècle : les Persévérants Écossais, l’ordre de Misraïme, les Enfants de Rabelais et les Démophiles, ce sont ces derniers qui forment l’avant-garde du combat républicain47. En septembre 1877, le Grand Orient dont relève la loge les Démophiles abandonne la formule À la gloire du Grand Architecte de l’Univers qui reposait sur la croyance en Dieu et l’immortalité de l’âme, et qui authentifiait les documents maçonniques. Il est significatif que ce passage à la pensée libre ait été bien accepté, sans provoquer de départs nombreux. Cet événement est à l’origine dans les loges d’un « agnosticisme profond » et débouche sur un athéisme et un anticléricalisme militants. Le recrutement se modifie aussi, avec un renforcement des classes moyennes (les enseignants commencent à faire leur entrée avec les premières lois scolaires), tandis qu’artisans, négociants et commerçants les quittent. La loge devient une tribune où l’on peut exprimer librement son opposition à une république conservatrice et cléricale : des orateurs vont y trouver un public tolérant et s’exercer à la joute oratoire avant d’aller affronter leurs adversaires politiques. Les avocats commencent à garnir les colonnes du Temple entre 1871 et 189248.

  • 49 Ibidem, p. 229.

59Le combat pour l’école républicaine restant au cœur du projet maçonnique des Démophiles, les contacts entre Jules Charpentier et Jean Macé aboutissent, le 7 novembre 1880, à la création du Cercle tourangeau de la Ligue de l’Enseignement. Inauguré et présidé par Belle, député et maire de Tours, le Cercle organise des conférences, crée une bibliothèque populaire, et ses congrès deviennent une tribune familière de la vie publique républicaine. « La violente réaction cléricale49 » que suscite la mise en œuvre de l’école primaire laïque et obligatoire amène Jean Macé de faire de la question laïque une priorité.

  • 50 Ibid., p. 235.

60En octobre 1891, la loge apporte son soutien à la pétition nationale sur l’abolition du budget des cultes et la dissolution des congrégations, et adopte la résolution d’une loge de Toulouse décidant d’« exclure de la Franc-maçonnerie, les députés, sénateurs et autres élus qui ne voteront pas en faveur de la séparation de l’Église et de l’État ». Le 20 octobre 1892, deux à trois mille personnes assistent à une conférence au Cirque de la Touraine organisée par les Démophiles et les Persévérants Écossais, où le frère Pichon, député de Paris « Fait le procès du cléricalisme et conclut à la nécessaire séparation des Églises et de l’État ». Au cours du banquet qui suit la réunion, il est question de « la conquête morale de la femme pour l’arracher à la domination morale des prêtres50 ».

61Réagissant à certaines pratiques, comme la fermeture des écoles pendant la cérémonie de confirmation, décidée par un inspecteur primaire de Rouen, les Démophiles interviennent auprès du gouvernement par la voie des députés francs-maçons, qui transmettent leur motion :

Considérant qu’un grand nombre d’instituteurs complaisent à des personnages politiques réactionnaires, maires, conseillers généraux, conseillers municipaux, descendants influents de familles nobles ; considérant que ces instituteurs organisent dans l’école même des prières et des études religieuses ; considérant qu’ils n’observent pas intégralement les lois scolaires non parce qu’ils sont cléricaux, mais bien pour s’éviter la suppression des suppléments municipaux ou le risque d’un déplacement à la suite de désaccord avec les hommes influents quoique ennemis de la République…

  • 51 Ibid., p. 234-235.

Demande : l’indépendance de l’instituteur (dont le rôle est considérable) et de l’attacher aux institutions républicaines, un traitement suffisant (sans autre secours que celui de la République) […].51

  • 52 Ibid., 1986, p. 227.

62La cause de la laïcité se confondant avec la défense de la République, les francs-maçons entrent en politique. Ils accèdent aux tribunes des luttes électorales et des fonctions électives, ce qui élargit leur possibilité d’action. Dès 1883, ils sont associés par le Comité républicain du département au choix des candidats aux différents scrutins et, en 1885, 30 % des conseillers municipaux de Tours sont des maçons, « résolument anticléricaux52 ». La reconquête du terrain perdu cette année-là aux législatives d’octobre, est un des thèmes de la conférence précitée du 20 octobre 1892, organisée en coopération avec les républicains radicaux. Par ailleurs, la présence de J. Charpentier et du Dr Fournier (initié aux Démophiles en 1888) illustre le poids des loges dans la vie politique locale.

63Plus occasionnels, mais d’une efficacité certaine pour le rayonnement du républicanisme, sont les banquets républicains, les inaugurations, les fêtes maçonniques, les obsèques civiles, ou encore les événements comme la préparation du Centenaire de 1789 et la campagne en faveur du général Peigné. Celui-ci, commandant du 9e Corps d’Armée en garnison à Tours, fut mêlé avec le général André à l’affaire des fiches, visant à débarrasser le corps des officiers de la gangrène congréganiste. La défense de Peigné a mobilisé dans une action commune le Conseil municipal de Tours ainsi que les groupes radicaux et socialistes.

  • 53 Ibid., p. 300.

64« La Franc-maçonnerie disposant d’une organisation structurée, se fit l’auxiliaire naturel du parti radical pour réaliser la conquête de la République en lui fournissant des renseignements sur la vie politique et administrative locale et en offrant tout le poids de son influence. Elle apparut comme une chambre de réflexion qui fournit aux radicaux des objectifs politiques et tout un arsenal d’arguments53 ».

  • 54 Ibid., p. 277.
  • 55 Dans Chevalier B., Histoire de Tours…, op. cit., p. 322.

65La séparation des Églises et de l’État et la suppression des congrégations ayant été concrètement envisagée depuis les années 1890, la loge des Démophiles dresse en 1898 « un catalogue chiffré des biens appartenant aux congrégations religieuses à Tours. La fortune immobilière est estimée à dix-huit millions de francs54 ». Ce sont surtout des communautés féminines, totalisant 527 membres. Selon J. Labussière, leurs biens « attisent les convoitises : une société immobilière dirigée par un franc-maçon se constitue en 1905 en vue de les racheter à bas prix pour édifier des immeubles de rapport sur leur emplacement55 ».

66Il est certain que l’intérêt et l’argument financier ne sont pas absents quand on revendique la séparation. Bien au-delà des loges, le budget des cultes est considéré comme une source de dépenses inutiles et la demande de sa suppression est largement partagée. Mais les préoccupations matérielles ne constituent qu’un argument secondaire à côté de la force des principes et la sincérité des convictions. Ainsi la thématique républicaine de la Franc-maçonnerie où sont inscrits l’instruction du peuple au nom de la science et de la raison, et le rejet du nationalisme revanchard au nom de la paix entre les nations et de la fraternité universelle, apparaît comme une preuve de courage de cette bourgeoisie radicale qui a cherché à achever la grande Révolution.

  • 56 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., 1981, p. 257.

67Si les francs-maçons, et en particulier les Démophiles, paraissent omniprésents (Jules Charpentier, l’illustre vénérable fait partie de quinze sociétés !), ils n’ont pas sur le front de la défense républicaine le monopole de cet engagement. Il se produit même un mouvement de reflux, comme le note J. Feneant : « La laïcisation de la maçonnerie, l’incompréhension de plus en plus grandissante devant la pratique rituélique, le sentiment que le combat devenait plus efficace dans les cercles républicains, les ligues de l’enseignement ou de la Libre-Pensée, provoquèrent un départ massif des frères – plus de la moitié des effectifs – entre 1883 et 1890, sans compter ceux qui n’étaient pas d’accord avec l’orientation prise par l’atelier grâce à l’influence de Charpentier56. »

68Inversement, les cercles républicains et les groupes de libres-penseurs constituent désormais les milieux où se déploie l’activité des loges. Ainsi, les Enfants de Rabelais, une vingtaine en tout, nés en 1880, sont les principaux animateurs d’une société de Libre-Pensée et d’un comité républicain à Chinon. Ce sont eux notamment qui organisent la souscription pour réaliser la statue de Rabelais, inaugurée en juillet 1882.

  • 57 AD, 4 M 294.
  • 58 L’Union Libérale, 21 juin 1882.

69L’instauration de la République a vu éclore à travers la France une deuxième génération de sociétés de Libre-Pensée, après celle de 1848. En Indre-et-Loire où le mouvement a eu comme précurseur connu Armand Rivière, une dizaine de sociétés naissent à partir de 1880. Leur existence est attestée par quelques demandes d’autorisation et de listes d’adhérents57, ainsi que par les journaux qui, au hasard des circonstances, font état de leurs activités. Le 18 juin 1882, se tient par exemple la « réunion générale semestrielle, dans son local ordinaire de la rue de la Serpe », de la Libre-Pensée de Tours. Le bureau formé d’un président (Niepceron), d’un trésorier (Brédif) et d’un secrétaire (Chevallier) accueille un public où figurent nombre de femmes et que « la salle suffisait à peine à contenir »58. On discute surtout les modalités des enterrements civils, car certaines familles ne respectent pas les dernières volontés des sociétaires. La « Commission administrative » déléguera donc auprès des familles les exécuteurs testamentaires désignés par les libres-penseurs de leur vivant. Une autre commission présidée par « le citoyen Vallet, ancien élève de Ingres », devra étudier la question des monuments funéraires.

  • 59 Ibidem.

70Comme les francs-maçons, les libres-penseurs travaillent en symbiose avec les groupes républicains. Sur la proposition du citoyen Blanchard, l’assemblée vote à l’unanimité une somme qui sera versée dans la caisse du Cercle de l’union républicaine et destinée à subvenir aux frais de la lutte électorale dont celui-ci a pris l’initiative aux élections municipales dernières. Un autre vote, « par acclamation », est acquis pour illuminer le local de la Société à l’occasion de la fête nationale du 14 juillet. La réunion se termine par « une allocution du citoyen Dambricourt, ancien officier de l’armée des Vosges, rappelant, avec cette chaleur de sentiment et cette verve de diction que lui connaît le public tourangeau, le grand deuil international qui, sur la tombe de Garibaldi, vient de réunir, dans une fraternelle étreinte, les démocrates et libres-penseurs de l’un et l’autre côté des Alpes […]59 ».

  • 60 AD, 4 M 294. L’Union Libérale, 10 septembre 1882.

71Des réunions sont également improvisées à l’issue de certains enterrements civils, dont il sera question plus loin. Ces occasions peuvent se solder par de nouvelles adhésions. Quant à l’origine sociale des membres, elle est, d’après les listes disponibles, à prédominance « populaire ». À Amboise, par exemple, parmi les 46 membres fondateurs de la Société de Libre-Pensée, on rencontre 14 paysans (des vignerons en majorité), 10 artisans, 9 ouvriers et 7 commerçants. À Loches, « malgré le mauvais temps, un grand nombre de membres de la Société, habitant les communes les plus éloignées de l’arrondissement », ont tenu à assister à la réunion fondatrice de la Libre-Pensée lochoise en septembre 1882. La séance démarre sur la citation de la fameuse phrase de Gambetta : Le cléricalisme c’est l’ennemi et, pour bien marquer sa vocation, le groupe prend trois ans plus tard le nom de Société anticléricale lochoise60.

  • 61 Testu J.-M. et Chollet Cl., Le socialisme en Touraine…, op. cit., p. 65.

72Du fait même de ses imbrications avec le mouvement républicain, la Libre-Pensée en subissait les divisions. À Tours, elle partageait au début avec le groupe tourangeau de l’Union républicaine le local situé rue de la Serpe. Ces deux organisations, « composées surtout des dirigeants de la majorité, ouvriers et bourgeois, auraient eu absolument la haute main dans les élections municipales », grâce à l’appui des ouvriers de chemins de fer, des tisseurs et des ouvriers en chaussure61. Au lieu de dire ouvriers et bourgeois, le journal bonapartiste parle dès le premier succès municipal de la liste anticléricale, d’une division entre « les Rabelaisiens et les Chopinards », la victoire de ces derniers étant couronnée par l’élection de J. Charpentier, maire, avec Coursière, Ernous et Fossembas comme adjoints.

73Au sein de la Libre-Pensée de Tours, c’est au printemps 1885, à propos du « vendredi gras », qu’une scission est signalée. Tout en dénonçant « le hideux spectacle que nous offrent les groupes réunis tous les ans pour avaler saucisses et boudins dans les estaminets de la capitale », le Journal d’Indre-et-Loire écrit le 5 avril que « dans notre bonne ville de Tours », les organisateurs du banquet se sont divisés. « Tout d’abord, il était bien convenu qu’on mangerait en commun le gras-double traditionnel ; mais des difficultés étant survenues, on convint qu’une scission serait faite et que tandis que les indépendants dégusteraient sur le Grand-Marché, les libres-penseurs iraient en d’autres lieux. »

74Dès lors, ces derniers sont appelés Libre-Pensée de la place d’Aumont, et les indépendants prennent le nom de Groupe Voltaire, leur siège social étant situé place du Grand-Marché. Les deux groupes se réunissent et se font représenter séparément dans les enterrements civils et font appel à des conférenciers distincts. Il semble que ceux de la place d’Aumont poursuivent un travail qui porte davantage sur les idées, alors que le Groupe Voltaire chercherait à lier plus directement le projet de la Libre-Pensée à l’action politique et à la nécessité de la révolution sociale.

  • 62 Tours-Journal, 8 novembre 1887.

75Après la conférence précitée de l’architecte parisien Schacre (novembre 1887), organisée par le Groupe Voltaire, l’ordre du jour voté insiste sur l’unité d’action, sur la « volonté bien arrêtée de ne prendre comme mandataire que les citoyens résolus à hâter, par leurs paroles et par leurs actes, l’accomplissement intégral du programme anti-clérical et social, réclamant la suppression immédiate du budget des cultes62 ». Le sous-entendu est clair, salut aux bons entendeurs de la place d’Aumont. Le vote est suivi d’un banquet de 40 couverts, agrémenté de chants patriotiques, de saluts fraternels et de plusieurs discours (prononcés par Schacre, Mialhe, Trévaré et Losserand). On reconnaît là cette sociabilité qui caractérise les soirées familiales du groupe socialiste La Sentinelle.

76En avril 1888, à l’occasion du Vendredi Saint, la réunion du Groupe Voltaire se reconnaît toujours par son banquet fraternel et le thème de la révolution sociale, alors que place d’Aumont, « de nombreux citoyens ont fêté l’indépendance et la liberté ». Dans un long discours, le citoyen Lehoux dénonce la crédulité populaire et « l’abrutissement de l’espèce humaine […] au nom d’un Dieu qui n’existe pas », avant de rappeler les martyrs de Jeanne d’Arc et de « Campanella coupable d’avoir pénétré dans le secret de la création et la pluralité des mondes ». Mais dans la dernière période de son allocution, deux forts passages visent de toute évidence les libres-penseurs dissidents du Groupe Voltaire.

Beaucoup de libres-penseurs, dit l’orateur, ont bien renoncé aux croyances qu’une éducation catholique leur avait inculquées, mais ils ont conservé à leur insu l’esprit catholique. Ils sont fanatiques et intolérants, et prêts à imposer leur incrédulité, comme les croyants leurs croyances. Tant de générations ont accepté cette domination morale, elle a pénétré si profondément dans les mœurs et dans les idées, que les esprits les plus cultivés et les plus larges ont peine à s’en défendre.

  • 63 Tours-Journal, 10 novembre 1887 et 1-2-3 et 5 avril 1888.

Nous ne concevons qu’à la réflexion que les idées vraies puissent être exprimées, propagées, défendues, sans un pouvoir organisé qui en ait la garde ; nous ne parvenons pas facilement à nous défaire de cet idéal catholique : l’unité absolue des croyances, avec des excommunications et des châtiments pour les dissidents ; l’influence héréditaire de la foi de nos ancêtres nous obsède, et souvent les plus ardents libres-penseurs ne sont que des catholiques mal convertis.63

77Ces deux discours, situés approximativement, dans les limites d’une documentation fragmentaire, appellent quelques observations.

78Dans l’abstrait, on pourrait dire qu’on a affaire à deux sensibilités qui se complètent utilement, au bénéfice de la Libre-Pensée. D’un côté, ceux qui savent qui fut Campanella, de l’autre, des hommes ayant plutôt le goût de l’action politique. De même, l’appel à plus de circonspection dans les propos de ceux que les bien pensants de tous les temps appellent les esprits forts, ne pourrait être, en soi, que bénéfique pour la cause du libre examen.

79Et en effet, les documents existants permettraient de poser la question de cette façon, car la Libre-Pensée de Tours qui se reconstitue officiellement en avril 1891, avec 44 adhérents, apparaît, sous l’angle de l’âge, comme une assemblée de sages, puisqu’on y rencontre un homme de 92 ans, trois octogénaires (80, 82 et 85 ans) et trois autres membres de plus de 70 ans. Figurent aussi dans cette Société reconstituée plusieurs rentiers et propriétaires (à côté de 19 artisans), alors que les 49 adhérents du Groupe Voltaire sont dans l’ensemble plus jeunes et la majorité est constituée d’ouvriers et employés.

  • 64 AD, 4 M 494. Sociétés de Libre-Pensée. États nominatifs et autorisations administratives.

80Ce groupe comprend aussi six ouvrières, et les statuts modifiés prévoient le recrutement à Tours et dans tout le département des citoyens non seulement de tout âge, mais aussi « de toute nationalité », ce qui est bien souligné et marqué d’une croix par le gros crayon bleu du Cabinet du préfet. L’article 1er dit en outre explicitement qu’il s’agit d’une « société Anticléricale » ayant pour devise : « Agis comme tu penses. » À bon entendeur salut. Le groupe concurrent a également modifié les statuts de « l’ancienne société », car l’article 2 prévoit la possibilité d’« organiser des discussions politiques et religieuses » ; question visiblement grave, amenant le préfet à sonder à ce sujet la Direction de la Sûreté générale de son ministère64.

  • 65 On peut rapprocher cette évolution du passage suivant d’un livre posthume de Zola : « On a vu un pa (...)

81Au-delà de cette identification rapide des deux groupes, il importe de noter, dans le discours du « citoyen Lehoux », l’argument contre les libres-penseurs « Fanatiques et intolérants », qui ne seraient que des « catholiques mal convertis ». Ce n’est pas faire de l’anachronisme que de constater l’ancienneté de cette accusation. Or aussi plaisante et originale qu’elle paraisse, cette analogie apparaît faible pour un raisonnement plus attentif et surtout quand on observe son cheminement historique. Il s’avère en effet qu’elle a été dictée beaucoup moins par la voix de la sagesse que par le désir, conscient ou inconscient, de justifier un glissement jalonné par toute une gradation d’attitudes : apaisement, tolérance, compréhension, complaisance, compromissions, abdication65

82La question du fond et de la forme, leur confusion, peut retenir l’attention. Car, contrairement à ce qui est dit dans le discours incriminé, le catholicisme, et les appartenances confessionnelles en général ne se définissent pas par le fanatisme ou la véhémence des discours. C’est une question de style, de niveau d’instruction et de tempérament individuels que de pouvoir exposer ses convictions et critiquer celles des autres ; et ce qui distingue Libre-Pensée, religion et cléricalisme se situe dans un autre ordre d’idées.

83Quoi qu’il en soit, outre les facteurs proprement locaux, les relations avec Paris et la tenue de congrès mondiaux contribuent à nourrir le dynamisme des militants les plus radicaux. En 1885, le « congrès des libres-penseurs récoltés dans toutes les parties du monde » est annoncé pour le 30 mai à Rome, en liaison avec la célébration d’une fête en l’honneur de Voltaire et de Garibaldi. Réagissant à l’événement, la presse romaine apprend que la manifestation garibaldienne par laquelle les organisateurs voulaient terminer leur congrès, en la faisant coïncider le 4 juin avec la fête du Corpus Domini, a été interdite par le commandant Serrao.

  • 66 Victor Hugo est mort le 22 mai 1885, à 13 h 30. Le 21 mai, le cardinal Guibert, archevêque de Paris (...)

84Cependant à Tours, les libres-penseurs ont collé sur les murs de larges affiches rouges, annonçant pour le 31 mai un panégyrique de Victor Hugo, « à la suite des conférences qui ont été organisées au Cirque par les athées tourangeaux en communion avec ceux du congrès anticlérical de Rome ». Le Journal d’Indre-et-Loire du 29 mai trouve « ridicule et scabreux » qu’on prenne le « poète spiritualiste » pour un athée et un libre-penseur66.

85Deux ans plus tard, le congrès international est tenu à Londres, les 10, 11 et 12 septembre 1887, dans la salle des Sciences. Pratiquement, toutes les nations d’Europe occidentale sont représentées, ainsi que les États-Unis et l’Amérique du Sud. L’enseignement laïque doit-il être neutre, c’est-à-dire indifférent aux dogmes religieux ou doit-il être nettement hostile aux croyances religieuses ? Qu’est-ce que la Libre-Pensée ? Peut-on séparer la Libre-Pensée de la question sociale ?, ce sont les trois grands sujets débattus par les congressistes.

  • 67 Tours-Journal, 11 octobre 1887.

86Le groupe français de la Fédération de la Libre-Pensée socialiste s’élève avec vigueur contre l’idée de l’indifférence. Toutefois, malgré les acclamations qu’il reçoit, la majorité se prononce en faveur de l’enseignement neutre. La troisième question fait l’objet de très longs débats et aboutit au constat que la question sociale et la Libre-Pensée sont intimement liées et ne peuvent être envisagées séparément. Le banquet se termine par la Marseillaise, chantée en français et en anglais. Pour 1889, année du centenaire, les congressistes choisissent Paris pour se retrouver ensemble67.

  • 68 Le troisième congrès annuel de la Fédération internationale des libres-penseurs avait eu lieu au Gr (...)

87Les sociétés de Libre-Pensée et les loges maçonniques68 se recoupent plus ou moins avec les trois grands courants républicains (opportunistes, radicaux et socialistes) qui forment alors la Gauche politique face à la Droite réactionnaire (clérico-monarchistes, bonapartistes et une frange des républicains opportunistes ou autoritaires). La spécificité du mouvement ouvrier mise à part, ces courants sont en vérité les relais du pouvoir central. Consensuels ou récalcitrants, ils défendent les institutions républicaines, participent à leur enracinement et favorisent la naissance d’une sociabilité laïque. Lors des saisons électorales, ils organisent des plates-formes pour s’accorder sur les noms des candidats : délégations républicaines, congrès, fédérations, ententes, concentrations…

  • 69 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 21-22 septembre 1885.

88Ce sont des lieux de fortes agitations. Par exemple, au congrès républicain départemental de l’automne 1885, réuni en vue des législatives et des sénatoriales, « les bataillons Wilsoniens renforcés par les ouvriers de l’imprimerie Arrault69 », empêchent littéralement de s’exprimer les radicaux, qui semblent pourtant former la majorité des quelque 650 personnes présentes au Cirque de la Touraine. « Les opportunistes commandés et conduits par Wilson » parviennent ainsi à ne pas discuter le programme républicain en public.

  • 70 Ibidem ; Tours-Journal, 3 mars et 9 mai 1888.

89Au printemps de 1888, à la veille des élections municipales, le même genre de situation se présente dans le cadre des Délégations, qui « ont l’intention de mettre à la porte du Conseil tous les anticléricaux, tous les radicaux et de garder les incapacités ». L’ex-curé Bertrand, porte-parole à Tours des radicaux, s’élève avec indignation contre ceux qui veulent rétablir les processions et l’aumônier à l’hospice. Il lance un appel aux socialistes de venir rejoindre le camp radical et anticlérical. Mais « la concentration créée par le citoyen Ducrot, président du Cercle Radical » n’arrive pas à prendre forme. À peine les délégués des différents groupes sont-ils convoqués « en vue d’une entente » (Cercle Radical, Ligue Radicale, Sentinelle, Groupe Voltaire, Libre-Pensée, Grand-Cercle, Loges maçonniques) qu’on découvre des « roublards » et autres « républicains à l’eau de rose », et le groupement s’effiloche70.

  • 71 L’idée des cercles remonte à l’automne 1848 quand Ledru-Rollin fonde le mouvement dit solidarité ré (...)
  • 72 AD, 4 M 270, 295.

90Au-delà du maquis de ces groupements mouvants, les comités et les cercles71 sont destinés à durer. Il s’en forme à travers le département pendant toute la période : Cercle de l’Union ouvrière de Sainte-Maure (1er mai 1880), Comités Républicains Radicaux (Montlouis, Rillé, Saint-Aubin, Céré…), Comité républicain (Restigné, 9 avril 1905), Grand-Cercle Républicain d’Indre-et-Loire (statuts discutés le 13 mars, autorisation administrative le 25 mars 1886), Cercles de Chinon et de Loches (1891)72

  • 73 AD, 4M 294, lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 17 février 1891.
  • 74 AD, 4M 295, Assemblée générale, 13 mars 1886.

91Pour respecter la décision ministérielle du 29 avril 1880 (mentionnée par le préfet lors de la demande de modification des statuts de la Libre-Pensée de Tours), tous ces groupes s’interdisent les discussions politiques et religieuses73, mais leur action se situe sur ce terrain. Que ce soit le Grand-Cercle ou les Comités radicaux, ils militent pour le développement des idées républicaines, de l’instruction laïque et, en général, pour « tous les progrès matériels et intellectuels du département74 ».

  • 75 Ibidem, Statuts.
  • 76 AD, 4M 270, Statuts.

92Au demeurant, l’action politique proprement dite va de soi dans le cadre de l’électoralisme : le groupement de Céré a pour but « de propager parmi les électeurs de la commune les idées républicaines75 » et d’aider à leur réalisation ; le comité de Restigné fait appel à « tous les électeurs Républicains sincères de la commune76 ». Selon l’article 8 de ses statuts, « le Comité a pour mission de préparer les élections municipales et de se joindre à tous les autres groupements républicains du canton, de l’arrondissement et du département, en vue des élections cantonales et législatives, en un mot, quand il jugera utile d’intervenir. Il pourra organiser des conférences utiles et instructives ».

93L’énumération qui précède n’implique pas que chaque groupe mentionné soit du même ordre. Le Grand-Cercle de Tours et le Cercle Républicain de Chinon qui est fondé sur son modèle en 1891, sont en particulier les lieux de rencontre de la bourgeoisie républicaine, où les cotisations sont élevées (30 F annuels à Tours, 80 F à Chinon) et où se côtoient députés et élus locaux, ainsi que les représentants de la fortune, du talent et de la fonction (banquiers, notaires, hommes de justice…).

  • 77 Aux élections législatives d’octobre 1885, Armand Rivière estimant qu’il avait peu de chance d’être (...)

94Mais ce ne sont pas toujours des havres de la concorde politique et privée, les tractations et les inimitiés caractérisant autant ces retrouvailles que les affinités politiques et une franche camaraderie. On a vu plus haut que l’exclusion de Wilson ne s’est pas faite dans la sérénité et, en général, les périodes électorales rendent visiblement le climat du Grand-Cercle agité. Le Cercle de l’Union républicaine, où s’exerce l’influence des radicaux, n’échappe pas non plus à la conjoncture. Fin 1886 ou début 1887, par exemple, Rivière est invité « à venir pérorer en son sein », bien que « des membres influents du Cercle » l’aient « accusé d’avoir trahi en Touraine la cause du radicalisme, en s’unissant, pour faire la campagne électorale, à des opportunistes77. » A.C. Bertrand, rédacteur en chef et propriétaire de Tours-Journal, transmets avec beaucoup de vie l’ambiance de cette manifestation :

Enfin, n’importe ! ces messieurs ont bien voulu oublier. Or, le sujet choisi par M. Rivière a été l’éloge de Victor Hugo. Nous ne sommes point surpris de voir un député faire de la littérature, mais, en ce moment, nous croyons qu’il était nécessaire de faire de la politique, vu la gravité des circonstances que nous traversons. Nous avions droit, il me semble, d’entendre ce fameux champion de la démocratie, ce terrible lutteur, venir dire aux Tourangeaux, ce qu’il pense de la situation présente.

Telle a été l’opinion d’un certain nombre d’auditeurs, car au bout d’un quart d’heure, alors que l’ennui commençait à se faire sentir, un citoyen s’est écrié : assez, assez, rendez compte de votre mandat !

  • 78 Quelques mois plus tard, le journal de Bertrand écrit : « Deux hommes viennent de tomber sous le mé (...)

Le pauvre Rivière a été abasourdi. Que pouvait-il répondre ? son mandat ! mais c’est celui de MM. Wilson, Belle, Pesson et Joubert, mandat incolore, sans forme, sans précision, sans idées arrêtées, sans nuance déterminée. Aussi quelle a été la conséquence de cette alliance monstrueuse, c’est d’annihiler l’action de Rivière, c’est de la condamner à l’impuissance, c’est d’en faire l’esclave de Wilson, auquel il s’est livré pieds et poings liés78.

Rivière a donc balbutié quelques vagues formules à propos de la politique. Mais son embarras est devenu extrême quand un citoyen lui a posé la question suivante : « Il y a quelques années, monsieur le député, vous nous aviez promis de faire tous vos efforts pour faire partir de Tours le Préfet Daunassans, le plus clérical des préfets de la République. Or qu’avez-vous fait pour tenir votre promesse ? » C’était précis.

    • 79 Le même genre de défaillance a été remarqué pour le compte du docteur Fournier par Royer, son collè (...)
    • 80 Tours-Journal, 11 janvier 1887.

    « Mon Dieu, messieurs, c’est vrai que j’ai promis cela, mais voyez-vous, le changement d’un préfet est une mesure administrative et je suis impuissant ! » Quel aveu ! Eh ! monsieur le Député, vous ne saviez donc pas que c’était une mesure administrative quand vous avez promis. Assez sur ce sujet. Autant vous avez bien combattu pour le triomphe du radicalisme, autant aujourd’hui vous détruisez ce que vous avez édifié79. Ce n’est plus chez vous l’esprit hardi et fier de Rivière qui gouverne c’est l’esprit des Wilson et des Daunassans. Voilà où conduisent les mésalliances !80

  • 81 À l’échelon national, les événements suivants ont jalonné la naissance du Parti radical : fondation (...)

95C’est donc en se livrant souvent à d’âpres débats internes que le camp républicain travaille pour acclimater le nouveau régime. Les journaux et les organisations dont il dispose dans ce combat participent en même temps à la genèse du parti radical81. Dans la société, les progrès de l’instruction ainsi qu’un climat intellectuel et moral favorable au rationalisme, créent un contexte accueillant pour la République.

La religiosité en question

96Bien que tout ce qui touche à l’état et à l’évolution des mentalités constitue un domaine ambigu et incertain, les symptômes sont suffisamment nombreux pour qu’on admette que la diffusion de l’esprit républicain dans notre département allait de pair avec l’affaiblissement de la religiosité.

97Ce processus, qui concerne en raison de sa place dominante l’Église catholique, s’est traduit notamment par une crise de recrutement dans le clergé, par l’anticléricalisme et l’irréligion. Les auteurs ne manquent pas pour souligner la tiédeur du sentiment religieux chez les Tourangeaux au xixe siècle et pour mettre en rapport cet état d’esprit avec l’accueil favorable du républicanisme. Celui-ci « ne prétendait pas uniquement faire passer les principes dans les institutions et dans les faits », écrit M. Laurencin, « il visait aussi à être anticlérical. Exploitant la faible pratique religieuse des populations et leur indifférence, il trouva dans le département de nombreux appuis ».

98Selon Mgr Colet, c’est un « pays froid, apathique, où le clergé ne se recrute pas ». P. Wagret, qui cite le témoignage de cet archevêque venu de la Vendée, constate lui-même :

J’ai pu examiner les registres du Grand Séminaire de Tours : la moitié des élèves au cours du siècle sont étrangers au diocèse, beaucoup viennent de Bretagne ou du Massif Central. État de choses ancien. Sous la Restauration, nombre de prêtres venaient de diocèses plus pratiquants, voire de Pologne, d’Espagne ou d’Irlande […]. Ces étrangers sont mal acceptés […]. P.L. Courier […] dépeint le curé d’Azay-sur-Cher courant vainement auprès quatre paroissiens pour porter le dais le jour de Pâques. L’alliance du trône et de l’autel est mal vue du peuple comme des libéraux qui vitupèrent la puissance occulte de la congrégation – qu’on relise le Curé de Tours ! – Aussi 1830 voit-il un déchaînement contre l’Église. On écrit sur la porte de la cathédrale : « Archevêché à brûler, Dufêtre à pendre, Saint-Gatien à vendre […].

  • 82 Laurencin M., L’opinion publique en Indre-et-Loire…, op. cit., p. 68. Wagret Paul, Tours au xixe si (...)

En 1870, les prêtres sont accusés de cacher des armes, de faire passer aux Prussiens l’argent des quêtes […]. Plus tard, on passe à l’irréligion. En 1906, le vicaire général Danviray évoque ainsi la messe du dimanche à Tours : « Quand je me tourne au Dominus Vobiscum, il m’arrive de surprendre une longue baillée qui s’achève précipitamment sous mon regard ; et je devine que dans la nef, parmi les hommes, les yeux baissés dans le livre favorisent un demi-sommeil, sinon une méditation prolongée sur les toilettes d’alentour. Aussi, quand je me retourne vers l’autel pour chanter l’Oremus, ma voix tremble du mensonge qu’elle profère… Et je réfléchis à ce précepte de l’Église qui est satisfait et qui pourtant n’atteint point son but. »82

99Un autre témoignage intéressant est celui de Léon Berland, vigneron-aubergiste de Veigné. On remarque dans ce texte l’ancienneté du sentiment anticlérical dans le village, quand le cas d’un prêtre réfractaire en 1792 est évoqué. Celui-ci s’étant caché au sud du château de Taffonneau et sa retraite ayant été découverte par les domestiques du manoir, ces gens « ne manquaient jamais de crier “Pas plus de calotte que de perruque”, chaque fois qu’ils passaient à côté ».

  • 83 Audin Pierre, Moi, Léon Berland, vigneron de Touraine. Veigné, village tourangeau dans la seconde m (...)

100Visiblement, la Restauration a laissé un très mauvais souvenir à Veigné. Ainsi, du règne de Charles X, le grand-père de Berland « parlait avec mépris », comme d’un « gouvernement de curés qui, tous les dimanches, imposait aux gardes-champêtres de veiller à la fermeture des cabarets pendant le déroulement de la messe. Les Missionnaires de la Foi, raconte Berland, inspectaient souvent les campagnes, imposaient des processions, et leurs sermons faisaient trembler les habitants ». En 1859 encore, lors d’un conflit au moment de la confirmation quand l’archevêque fit venir les gendarmes de Montbazon et qu’en se plaçant aux pieds du calvaire « prononça d’une voix tonnante […] : “malheur au pays qui m’a insulté dans mon autorité […] !’’ À ces mots, tout le monde tomba à genoux […]83 ».

  • 84 Goudault Françoise, Le catholicisme social en Indre-et-Loire, Tours, 1966, p. 46-47. Jolas-Robin Ch (...)

101Des travaux de recherche font état d’une certaine diversité du comportement de la population d’Indre-et-Loire face à la religion. Bien que, dans l’ensemble, la pratique religieuse relève plutôt du « conformisme saisonnier » (Gabriel Le Bras), celle-ci apparaît plus assidue au sud de la Loire, dans les quatre cantons compris entre l’Indre et la Vienne (Ligueil, La Haye-Descartes, le Grand-Pressigny, Preuilly-sur-Claise), ainsi que dans quelques foyers isolés du nord (Neuvy-le-Roi, Neuillé-Pont-Pierre, et peut-être Vouvray), tandis que les cantons d’Amboise, de Bléré, de Château-Renault, Langeais et Château-la-Vallière se montrent passablement indifférents. « Les enfants non baptisés, les enterrements civils n’y sont pas rares. » Au demeurant, il est question d’une « déchristianisation avancée dans le centre du département » vers 189084.

  • 85 Grandjean Ph., La dynamique de la séparation…, op. cit., p. 47. Pour l’ensemble de la France, J.-M. (...)

102Ce terme de déchristianisation n’est pas toujours partagé. Pour Ph. Grandjean, « il apparaît peu approprié à la situation en Indre-et-Loire […]. Le fait que les populations du département dans leur grande majorité continuent de faire baptiser leurs enfants, de se marier à l’église comme de s’y faire inhumer, c’est-à-dire de procéder aux grandes cérémonies qui jalonnent la vie d’un chrétien, est pour nous la marque de leur attachement au christianisme […]. Le terme de “conformisme saisonnier” occulte […] la religiosité », pense-t-il, en ajoutant qu’il s’agit plutôt d’une prise de distance vis-à-vis de l’Église85. La question peut toujours être posée de savoir si l’observation des pratiques est une preuve de l’adhésion au christianisme, au sens plein, affectif et rationnel du terme. Pour le non croyant libre-penseur, ces pratiques relèvent plutôt de la coutume, qui repose par définition sur l’habitude.

  • 86 Véritable expert dans ce genre d’exercice, René Rémond, considère par exemple l’anticléricalisme co (...)

103En admettant cela, on laisse naturellement de côté la dimension politique et institutionnelle du christianisme, y compris la dialectique inépuisable que rend possible une sorte d’exercice logique sur un corpus bien rodé : Église, foi, cléricalisme, religion, catholicisme, christianisme, croyance religieuse, etc.86 Le « conformisme saisonnier » désigne bien une habitude, une routine, se caractérisant par ce qui est extérieur et formel.

  • 87 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 juillet et 28 juillet 1888.

104D’ailleurs, les observations faites par les républicains les plus lucides à la fin du xixe siècle ne sont pas très éloignées de la plupart des études savantes effectuées un siècle plus tard. Dans L’Électeur, une série d’articles de fond signés Gallus dans le cadre des Études sociales ouvrières, l’auteur pose déjà la question : Le peuple français est-il encore croyant ? Il a remarqué en effet le comportement des « masses ignorantes qui applaudissent avec frénésie aux diatribes anti-religieuses et vont ensuite entendre la messe pour ne point indisposer contre eux ce bon monsieur le curé87. » (Annexe 9).

105Pour entrevoir ce qui pouvait habiter l’esprit des ruraux de la Touraine devant le surnaturel à la fin du xixe siècle, il est intéressant de citer le vigneron de Veigné, Léon Berland, qui avait dix ans en 1857, année de la « Fin du monde » :

  • 88 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 35-36.

La fin du monde fut annoncée par un astrologue célèbre : il avait prédit la destruction, l’anéantissement de notre planète pour le 13 juin à minuit. Beaucoup de gens furent pris de panique, surtout des femmes d’ailleurs. À Veigné, l’église ne désemplit pas de la soirée, les cafés non plus d’ailleurs, il faut bien en convenir ! Cette [certitude] de mourir à jour fixe donna lieu à de joyeuses ripailles, les dévots firent d’importantes donations au clergé dans le but de détourner la colère du ciel. Le lendemain du jour fatal, la terre tournait toujours, ceux qui avaient été traités d’esprits forts ricanèrent devant les crédules de la veille qui retournaient au travail honteux et confus […]. À l’automne suivant, une superbe comète brilla longtemps au nord-ouest […]. Il y eut bien encore quelques astrologues pour annoncer la fin du monde, mais comme l’année précédente la même catastrophe déjà prédite ne s’était pas produite, seuls quelques crédules incurables se laissèrent encore une fois rouler.88

  • 89 Grandjean Ph., La dynamique de la séparation…, op. cit., p. 47.

106Il existe donc un robuste scepticisme paysan à Veigné, et ce qui frappe dans le comportement des croyants c’est qu’ils pensent pouvoir négocier par des dons une décision qui les dépasse, à la manière des antiques pratiques utilitaires. Mais la distance est grande entre un état d’esprit et une tradition millénaire à braver, surtout dans les affaires aussi sensibles que sont les étapes de la vie personnelle. De fait, un des auteurs cités plus haut signale le faible nombre de mariages et d’enterrement civils : « les journaux prennent la peine de les citer, preuve qu’il s’agit là d’événements encore peu fréquents89 ».

Les enterrements civils

  • 90 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887. Tours-Journal, 20 janvier 1887.

107Cette impression n’est pas contredite par le journal radical, quand il écrit que « cela produit toujours un petit événement lorsqu’une cérémonie civile a lieu, surtout dans une bourgade où la moitié des habitants est encore entichée de cléricalisme, et surtout aussi lorsque le pasteur de cette paroisse est un fieffé rageur. Alors on craint de compromettre sa dignité […] ; et, puis, que de gens comptent avec la bulle d’excommunication et le pain du lendemain ». C’est donc à juste titre que le président de la Libre-Pensée de Tours déclare à propos des enterrements civils que « s’ils sont rares, ils sont toujours significatifs90 ».

  • 91 Journal d’Indre-et-Loire, 21 février 1885 et 25 août 1886. Tours-Journal, 13 mars, 6 septembre, 15 (...)
  • 92 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 11 avril 1891.
  • 93 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 19 septembre 1891.
  • 94 Tours-Journal, 29 mars 1888.

108Les exemples peuvent être multipliés91 pour illustrer ces propos, montrant la pression et l’hostilité que rencontrent ceux qui s’écartent des coutumes religieuses (Annexe 10). En 1891, à l’occasion de l’enterrement civil du citoyen Machefer, à Reignac, « commune fameuse pour son château, où règne la féodalité […], une centaine de citoyens et de citoyennes ont tenu par leur présence à montrer au député “clérical” réactionnaire la volonté qu’ils ont de manifester en faveur de la liberté de conscience92 » ; à Tours, la même année, « les obsèques civiles du citoyen Leblanc ont déchaîné contre l’administration municipale et les assistants toute la vermine réactionnaire93 » ; à Cangey, en 1888, « un groupe d’environ 20 personnes […], crurent à propos de manifester leur mépris des funérailles civiles94 ».

  • 95 Tours-Journal, 29 février 1888.
  • 96 Tours-Journal, 15 septembre 1887.
  • 97 Tours-Journal, 15 mars 1887.
  • 98 Tours-Journal, 24 mars 1887.

109L’ambiance est semblable à Montreuil en février 1888, où la marche funèbre « d’un vieux et vaillant citoyen », Jean Renier, est ouverte par l’adjoint au maire. « Sur le parcours du convoi, les dévotes et les cléricafards se cachaient derrière les murs et les haies, pour chuchoter et pour accabler de leurs malédictions le funèbre cortège95 » ; à La Haye-Descartes, en 1887, à propos de l’enterrement civil de Clément Foy, l’orateur parle « des tracasseries, des vexations de toutes sortes auxquelles étaient en butte ceux qui n’avaient pas renié la tradition et la foi républicaine96 » ; la même année, à Restigné, il est dit, après les obsèques du « courageux citoyen » Pierre Hubert, qu’« il fallait qu’il eût du courage de son vivant pour avoir affirmé sa ferme volonté de mourir en homme libre et pour rejeter les cérémonies du clergé, d’autant plus que personne jusqu’ici n’avait eu ce courage97 » ; à Vouvray, l’annonce des obsèques civiles de M. Berruer, « vénérable vieillard de 80 ans », est formulée comme un étonnement : « Oui à Vouvray, ce pays de la réaction98 ! »

  • 99 Tours-Journal, 6 septembre 1887.

110L’acte inédit étant un exploit, le premier pas surtout paraît difficile à franchir : à Saint-Antoine-du-Rocher, le décès de Mme Savault « était le premier enterrement civil qui avait lieu dans cette commune », en octobre 1887. « C’était donc un événement99. » On comprend que les enterrements civils soient présentés par la presse républicaine comme une preuve du courage de ses convictions. Les incidents provoqués par certains curés montrent au demeurant que la désapprobation collective n’est pas aussi spontanée que la laisserait supposer la force de la tradition.

111On assiste parfois à des scènes pénibles, au moment où le convoi funèbre arrive au cimetière. À la Membrolle, le décès de Mme Tabareau, une septuagénaire, donne lieu, le 5 décembre 1887, au premier enterrement civil dans cette commune.

  • 100 Tours-Journal, 6 décembre 1887 ; L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887.

À cette occasion, M. Le Maire s’adressa à M. le Curé pour obtenir le brancard, servant à la translation du corps. Le curé répondit : « Je ne vous le prête pas, je vous le donne, car je ne veux plus qu’il rentre à l’église ». Monsieur le Maire, dont nous plaisons à faire ici l’éloge, quoique réactionnaire, eut du moins un peu plus de pudeur, car il garda l’attitude que lui commandaient ses fonctions et fit, qui plus est, commander à ses frais un brancard destiné à l’avenir exclusivement pour les enterrements civils.100

  • 101 Tours-Journal, 6 septembre 1887.

112Il arrive aussi que le convoi funèbre trouve la porte du cimetière fermée ou que le curé fasse cacher le brancard et les cordes nécessaires pour faire descendre le cercueil dans la fosse. Dans leur presse ou par la voix des curés, les cléricaux désignent ces enterrements par le mot d’« enfouissement ». Le Journal d’Indre-et-Loire appelle les parents à empêcher leurs enfants fréquentant les écoles communales, de participer à une cérémonie civile, quelle que soit la personne ou l’autorité invitantes. À Saint-Antoine-du-Rocher, un lecteur rapporte les propos tenus par le curé lors du décès de Mme Sevault, cité plus haut : « Mes frères, un chrétien est venu me demander s’il pouvait assister à un enterrement civil […]. Je lui ai répondu que non […]. Laissez ces enfouisseurs faire leurs cérémonies et quand ils verront que personne ne les suit ils auront honte d’eux-mêmes. » « Tel est, lecteur [commente le journal radical] le propos qu’a tenu le curé Hardouin desservant la commune de Saint-Antoine-du-Rocher à ses fidèles réunis dans sa boutique à mensonges et à calomnies, le 23 octobre dernier. Qu’il apprenne ce calotin […] que l’on n’a pas à rougir […]. Qu’il apprenne que la Libre-Pensée n’a pas de Saint-Barthélemy dans son histoire101. »

  • 102 Tours-Journal, 25 janvier 1887.

113Une protestation de la Libre-Pensée de Tours montre enfin que certaines familles ne respectent pas la volonté du mort, ou qu’elles gèrent à leur convenance le souvenir de celui-ci. À Savonnières, le citoyen Poitevin « mort et enterré en libre-penseur », a eu droit à plusieurs messes « grassement payées » par sa veuve et sa sœur ; en outre, « elles ont cru devoir impudemment reléguer au tas d’immondices la couronne, témoignage de souvenir de la société dont il était un des membres les plus sincères et les plus estimés102. »

114Sous bénéfice d’inventaire, aucune recherche n’a pris pour objet l’étude des cérémonies civiles en Indre-et-Loire, qui permettrait notamment de nous appuyer sur des données statistiques et géographiques précises. Le « sondage » effectué dans le cadre de cette étude portant sur une quarantaine d’enterrements civils (dont 22 en 1887) apporte néanmoins des renseignements utiles sur divers aspects de ces cérémonies : ambiance générale, composition et effectifs des cortèges funèbres, thèmes des discours.

  • 103 Tours-Journal, 10 mars 1887.
  • 104 Tours-Journal, 14 décembre 1887.

115La « Foule » des participants est le plus souvent « impressionnante », puisqu’on fait état de 400-500 personnes à plusieurs reprises, la moyenne étant environ de 300 participants. Il arrive que des habitants rejoignent spontanément le cortège, et celui-ci revêt un éclat particulier quand il est précédé du maire et des conseillers municipaux. À Limeray, par exemple, on enterre en mars 1887 François Baugé, ancien cocher à l’hôtel du Lion d’Or à Amboise. « Ce citoyen ne faisait point partie de la société de la Libre-Pensée », dit le compte rendu. « Mais bien qu’aucune invitation n’ait été lancée, plus de 100 personnes étaient accourues. En tête du convoi marchaient M. le Maire et M. l’Adjoint de Limeray, accompagnés d’un grand nombre de conseillers municipaux103. » À Nazelles, où il est question d’une « Foule considérable » en décembre 1887, le cortège comprend des membres de la Société de Secours-Mutuels, de la Société des Vignerons et de la société de la Libre-Pensée d’Amboise et d’Indre-et-Loire104.

  • 105 Tours-Journal, 10 mars et 14 décembre 1887 ; 4-5 mars 1888.

116À Loches, l’enterrement du citoyen Dauphin, conseiller municipal et président de la Société anticléricale, prend l’allure d’une manifestation officielle en mars 1888. « Malgré une neige glaciale, qui tombait sans interruption », le cortège devient « une foule immense » quand il arrive au cimetière. Parmi les amis personnels du défunt, on remarque un négociant de Beaulieu, un ancien conseiller municipal de Tours, chevalier de la Légion d’Honneur, le maire de Cormery et le vice-président de la Ligue des Patriotes. Derrière la famille, prennent place le sous-préfet de Loches, le maire de cette ville, ses adjoints et tous les conseillers municipaux, puis les sapeurs-pompiers commandés par leur capitaine105.

117Quant aux sentiments exprimés, ils sont traduits par des expressions comme « émotion sincère, foule silencieuse et recueillie, foule émue… ». Les discours, un ou plusieurs suivant les cas, sont en général prononcés au nom de la Libre-Pensée, qui peut, en outre, se faire représenter par toute une « délégation ». L’orateur évoque les qualités personnelles de la personne décédée qu’on accompagne au « champ de repos : bon et honnête républicain ; bon époux, bon père, excellent voisin ; citoyen toujours bon et doux ; bon vieillard ; sincère républicain ; modeste travailleur ; vénérable vieillard…», et éventuellement les événements marquants de sa vie, ses convictions et les combats qu’elle a menés.

  • 106 Tours-Journal, 13 et 14 mars 1887.
  • 107 Tours-Journal, 6 septembre 1887.

118Selon le président de la Libre-Pensée de Chinon, le citoyen Chéreau, enterré le 8 mars 1887 à Bourgueil, « savait que ceux qui se disent représentants de Dieu sur terre ne sont en réalité que des subtils exploiteurs de l’ignorance et de la crédulité publique106 » ; à Saint-Antoine-du-Rocher, Mme Sevault, « la courageuse femme que nous accompagnons aujourd’hui à sa dernière demeure, a su apprécier la grande évolution du dix-neuvième siècle, le libre arbitre, ou l’affranchissement de la conscience humaine. Elle n’a jamais voulu transiger avec le vieux monde, elle a toujours conservé le ferme espoir qu’un jour l’esprit humain reconnaîtrait comme divinité visible et palpable la fraternité des peuples107 ».

  • 108 Tours-Journal, 15 septembre 1887.
  • 109 Tours-Journal, 29 février 1888.
  • 110 Il s’agit du 16 mai 1877, quand Mac-Mahon, président de la République depuis 1873 (période dite de (...)
  • 111 Tours-Journal, 14 juillet 1887.
  • 112 Tours-Journal, 4-5 mars 1888.

119Cet aspect intime de la pensée libre est bien traduit quand, s’écartant d’un vocable abstrait, l’orateur réussit à évoquer en quelques mots bien sentis la singularité de la personne défunte : celle, par exemple, de Clément Foy à La Haye-Descartes, qui, « ennemis des préjugés encore bien vivaces hélas ! dans nos campagnes […] sut tout en gardant ses convictions respecter celle des autres et n’avoir – chose rare – que des amis108 » ; ou celle de Jean Renier, à Montreuil, « dont les principes d’indépendance et de liberté ne se sont jamais démentis, qui haussait les épaules et plaisantait sur les châtiments ou les récompenses qui nous sont donnés dans un autre monde, suivant le nombre de messes ou de prières dont on a pu s’approvisionner avant de quitter la terre. Il a compris lui, au contraire », ajoute le citoyen Bert, trésorier de la Libre-Pensée d’Amboise, « que le citoyen qui est resté honnête sa vie entière, courbé sous le poids du travail pour les besoins de sa famille n’a rien à craindre des colères d’un Dieu imaginaire, inventé pour faire trembler les vieilles filles et les enfants, et que sa conscience est en repos109 ». L’historicité est une autre caractéristique des discours funèbres, contribuant, quand il y a lieu de citer quelques événements mémorables de la vie des défunts, à éviter ou à atténuer les formules stéréotypées. Ainsi, à Reugny, le 10 juillet 1887, l’un des délégués de la Libre-Pensée de Vernou et d’Amboise déclare sur la tombe d’Eugène Perdriau : « Nous nous souvenons de la campagne qu’il a su mener vigoureusement à l’époque du 16110, et nous espérons que le cas échéant, son exemple sera suivi111 » ; à Loches, J. Coulon rappelle en évoquant la carrière de Dauphin que celui-ci, partisan de la séparation des Églises et de l’État, était « un républicain éprouvé », que l’ennemi rançonnant le pays avait emmené comme otage avec deux autres habitants en février 1871112. Et voici le citoyen Fromiau, mort en décembre 1887 à Nazelles :

  • 113 Tours-Journal, 14 décembre 1887.

Comme tous les travailleurs [il] eut à lutter durant sa carrière contre les nécessités de la vie, néanmoins il fit tout ce qu’il put pour donner à ses enfants l’instruction, ce bien si précieux, et les élever dans l’amour du travail et de l’honnêteté […], mais par-dessus tout il fut un républicain sincère, un des 36 qui, à Nazelles en 1869, votèrent contre l’Empire de néfaste mémoire et lutta jusqu’à son dernier moment contre le cléricalisme […]. Je désire être enterré civilement, disait-il, je compte […] que mes enfants feront pour moi ce que j’ai fait pour mon père.113

120Citons encore, dans cet ordre d’idées, l’un des trois discours prononcés à Tours lors de l’enterrement du citoyen Gaucher, libre-penseur, ancien ouvrier cordonnier devenu patron. L’événement-repère est ici une grève des cordonniers, où le défunt a prouvé la sincérité de son engagement pour la cause ouvrière. L’orateur, Arthur Girault, qui parle devant plus de 500 personnes « au nom des Libres-Penseurs socialistes indépendants et de la corporation toute entière de la cordonnerie tourangelle », rappelle d’abord sans complaisance que Gaucher, « toujours au premier rang pour défendre et soutenir ses camarades », partageait leurs convictions quand il a adopté et propagé « le principe de la coopération pour la production, croyant fermement comme beaucoup de ses camarades qui heureusement sont revenus de leurs erreurs, que là était le vrai remède à apporter pour arriver à l’émancipation de la classe ouvrière. Que cela nous serve d’exemple pour l’avenir », dit Girault, « et que les travailleurs se pénètrent bien que ce n’est que par l’union en masse de leur classe qu’ils arriveront à s’émanciper ». Il évoque ensuite la conduite exemplaire de Gaucher vis-à-vis de sa classe, en toutes circonstances :

  • 114 Tours-Journal, 27 février, 13 et 15 mars, 14 juillet, 6 et 15 septembre, 14 décembre 1887 ; 29 févr (...)

Le citoyen Gaucher, comme patron, eut l’estime de tous les ouvriers et sut conserver l’amitié de ses anciens camarades d’atelier. Il n’avait pas le caractère hautain et autoritaire de l’ouvrier parvenu, qui veut arriver au patronat […]. En 1884, au moment de la grève de cordonnerie de Tours, tes confrères en fabrication de chaussures diminuaient le salaire déjà trop maigre des ouvriers. Tu n’hésitais pas un seul instant entre tes intérêts privés et ceux de la corporation, pour te ranger du côté du droit et de la justice, et tu restas toujours le sincère et fidèle ami des ouvriers en te faisant le défenseur de leurs revendications […].114

  • 115 Tours-Journal, 29 février 1888.

121Chaque enterrement civil est une manifestation anticléricale et les discours funèbres évacuent les thèmes habituels des homélies religieuses. Si l’Église et ses prêtres réagissent si vivement c’est parce que leur fonction d’intercesseur est ignorée. Le lien avec un autre monde dont seul Dieu serait le maître étant rompu, la mort est désacralisée et, par là même, le pouvoir spécifique du prêtre s’évanouit, que cela soit dit explicitement ou sous-entendu (Annexe 7). Le citoyen Bert déjà cité se contente par exemple de dire : « Ceux qui, parmi nous, croient en Dieu, se font une pure illusion, au reste je n’affirme ni ne nie son existence. Je viens ici sans déroger à mon rôle combattre le cléricalisme, qui entrave la raison, la conscience et le progrès, et qui accapare le plus possible de nos richesses115. »

  • 116 Tours-Journal, 29 mars 1888.

122Tout en comprenant, comme tous les protagonistes de la question, qu’il n’y a pas de pouvoir religieux à proprement parler sans le substrat de la croyance, les orateurs civils se montrent tolérants : au-delà du croyant et du chrétien, il y a l’homme. Ainsi, le citoyen Letertre recommande-t-il, dans son discours à Cangey, « la pratique de la plus large tolérance à l’égard des adversaires de la liberté de penser. N’usons jamais de représailles, dit-il, prouvons par nos actes bien plus que par des paroles notre profond respect pour les morts, n’importe à quelle croyance religieuse ils appartiennent. Saluons avec respect les restes d’un des membres de la grande famille humaine116 ».

  • 117 Tours-Journal, 19 juin 1888.
  • 118 Paul Bert venait de mourir et la Société de la Libre-Pensée démocratique de Tours adressa à sa veuv (...)
  • 119 Tours-Journal, 19 juin 1888 et 20 janvier 1887.

123Contrairement au discours du prêtre qui transfère le destin futur du mort dans l’au-delà, le discours civil replace celui-ci dans la continuité de la vie terrestre, cet ancrage se faisant en vue des temps à venir et par l’appropriation de la mémoire des ancêtres, évoqués collectivement ou parfois individualisés. À Véretz, le samedi 16 juin 1888, à l’enterrement du citoyen Desouches, devant plus de 500 personnes, dont « un grand nombre de sociétés » (Azay-sur-Cher, Amboise, Montlouis, Tours, Cormery…), le citoyen Besnard rappelle le souvenir de Paul-Louis Courier, « notre père par la pensée », ajoutant que « c’est un honneur et comme une consolation de reposer près d’un grand homme117 » ; à Tours, lors de l’enterrement du cordonnier Rambourg, le président de la Libre-Pensée cite les noms de Paul Bert118, d’Étienne Dolet, de Galilée : « Oui, il y a loin aussi d’Étienne Dolet l’ouvrier typographe, l’honnête libre-penseur pendu et brûlé en place Maubert, devant une foule ignorante et fanatique, pour avoir critiqué un inepte dogme religieux […]. Sublime union, à travers les âges des grands et des petits, travailleurs et martyrs pour un idéal, la vérité ! », proclame l’orateur avant de souligner l’opposition entre « l’oriflamme fleurdelisée de nos rois […], fanion de l’Église » et les couleurs de la nation républicaine, identifiées avec « l’étendard de la LibrePensée119 ».

124On en vient ici au problème du symbole, que l’on veut distinctif dans sa forme et dans sa signification. Les adhérents en discutent dans leurs réunions et une sorte d’appel publié par Le Travail le 13 décembre 1885 explique :

  • 120 Emblèmes funéraires. Pour tombeaux de libres-penseurs. À chacun ses morts. Le Travail, 13 décembre (...)

Au double point de vue de la propagande républicaine et anti-cléricale, il est nécessaire que tous les partisans de l’affranchissement de la pensée humaine ennemis des préjugés et des superstitions religieuses affirment et manifestent par des démonstrations, leurs convictions libérales. C’est pourquoi nous félicitons notre ami Letertre, fondateur du groupe anti-clérical la Solidarité Union fraternelle du canton d’Amboise, d’avoir eu l’idée de substituer à l’emblème symbolique de persécutions et de supplices, à la croix des catholiques, un emblème funéraire, qui, du moins, a le mérite de ne provoquer aucune croyance religieuse, et d’être en harmonie avec les aspirations nouvelles, la tolérance. Nous ne saurions trop recommander à nos amis et à tous les groupes anti-cléricaux, aux sociétés de libres-penseurs, maçonniques, etc., la vulgarisation de ces nouveaux emblèmes. Il importe que dans le champ de repos où le souvenir des êtres aimés nous amène, chacun reconnaisse les siens, quoi de plus inconséquent de voir sur la tombe d’un de nos amis qui comme nous a lutté à son heure contre l’ennemi commun, le signe distinctif de son incorporation à une secte qu’il a combattue et maudite.120

L’anticléricalisme

125Bien plus évidentes que les questions relevant de la croyance sont les causes et les manifestations de l’anticléricalisme. On a vu précédemment que les journaux républicains, L’Union Libérale en particulier, publient assez régulièrement des faits divers locaux et nationaux du cléricalisme. Pour collecter les affaires de la catégorie opposée, il faut donc s’adresser à la presse conservatrice et réactionnaire. En procédant là aussi par « sondages », c’est-à-dire sans pouvoir prétendre à un travail exhaustif, on constate que la rubrique des manifestations anticléricales est moins étoffée que celle des défenseurs des prérogatives de l’Église catholique.

126Ce sont des incidents ponctuels impliquant un nombre limité de personnes, car, sous bénéfice d’inventaire, on ne rencontre plus de manifestation collective spontanée comme celle qui s’est produite à Tours lors de l’expulsion des Jésuites. Toutefois, malgré l’impression qui pourrait amener à conclure à des incidents isolés, la presse de droite situe chaque fois ces faits dans un contexte général. À propos des « libres-penseurs de Lignières », le Journal d’Indre-et-Loire du 14 avril 1882 parle de « l’athéisme officiel doublé des charmants principes de la Libre-Pensée », sous l’effet duquel « un grand nombre de jeunes gens des campagnes qui jusqu’ici avaient respecté la croyance de leurs pères commencent à s’émanciper d’une bien triste façon, dans la voie des idées antireligieuses ».

127Il s’agit d’« une douzaine des plus beaux échantillons de la jeunesse », qui se livrent à des tapages pendant la messe ; quatre d’entre eux entrent dans l’église en fumant, un autre rince sa main dans le bénitier… Le curé fait évacuer l’église, demande une enquête, et l’incident provoqué vaut à ses auteurs 8-10 jours de prison. « L’un d’entre eux aurait dit qu’il se fera honneur d’aller en prison pour un pareil motif. » À la même époque, le journal cité rapporte un fait semblable à Saint-Épain :

  • 121 Journal d’Indre-et-Loire, 11 mars 1882. L’Indépendant d’Indre-et-Loire du 12 mars rapporte égalemen (...)

Tandis que le vicaire, M. l’abbé Durant, était en chaire, deux jeunes gens entrant dans le temple, se placent au milieu des fidèles. Ils étaient suivis d’un chien qu’ils firent coucher sur une chaise. Un de ces messieurs, la fine fleur du clan républicain de la localité, fumait tranquillement sa cigarette […]. Conservant dans le lieu saint, les habitudes et le sans-gêne qu’ils ont au cabaret, ils se mirent à causer à haute voix. En même temps, des hurlements de chien se faisaient entendre.121

128En ville aussi, la presse attribue l’anticléricalisme irrévérencieux aux milieux populaires. « Dans toutes villes, ces voyous pullulent », écrit L’Indépendant, « et à Tours, comme ailleurs, nous sommes obligés de dire qu’il y a de ces vauriens et même en grand nombre ». Pour preuve, il relate ce qui s’est passé devant la fabrique de limes appartenant à M. Huard, de Portillon (là où travaille notamment S. Losserand). La personne visée était M. l’abbé Lefay, aumônier à la communauté de la Bretèche, où se trouvait la Maison-Mère des sœurs Blanches :

M. l’aumônier passait tranquillement sur le quai de Portillon sans se douter le moins du monde que devant la limerie se trouvaient plusieurs hommes et femmes travaillant à l’usine et qui se disposaient à l’insulter.

  • 122 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 5 juillet 1882.

À peine le digne ecclésiastique avait-il dépassé la fabrique de quelques pas, que plusieurs voyous avinés, femmes et hommes se mirent à imiter le croassement du corbeau et à s’écrier : À bas la calotte ! M. Lefay, voyant l’insulte qui lui était faite par ces chenapans en guenille […], se rendit chez un des propriétaires de l’usine, M. Huard […].122

  • 123 Journal d’Indre-et-Loire, 21 avril 1882 ; L’Union Libérale, 17 avril 1882.

129Deux autres lieux spécifiques de l’anticléricalisme apparaissent autour des religieux défroqués et de l’école laïque, sans qu’on puisse en cerner l’étendue dans le département. Dans le premier cas, le Journal d’Indre-et-Loire laisse deviner un phénomène général quand il évoque l’état d’esprit de « tous les transfuges », à l’occasion de l’enterrement civil à Limeray d’une fillette de l’instituteur communal, « le sieur Dechezelle ». Celui-ci, « ancien élève du séminaire de Tours, neveu d’un curé du diocèse […], est comme tous les transfuges, animé d’une haine sotte et basse pour tout ce qui est catholique », écrit le journal en décrivant et dénigrant à l’extrême l’enterrement civil, « la triste cérémonie […] présidée par un certain Brémond, ardent apôtre et grand étrangleur de chopines »123. Le personnage symbolique des transfuges de l’Église catholique en Indre-et-Loire reste évidemment l’ex-curé Bertrand, propriétaire et rédacteur en chef de Tours-Journal, que le lecteur rencontrera au fil de ce travail dans diverses situations.

130Le problème de l’école laïque est d’une autre importance, bien que, dans notre département, on n’y rencontre guère de manifestation anticléricale explicite. Mais là, c’est l’ensemble de l’institution qui est en cause, et les positions des protagonistes sont bien connues. Le journal précité rappelle que « les catholiques ont déclaré souvent qu’ils ne voulaient pas de l’école neutre parce qu’ils n’y croyaient pas et que l’école neutre serait fatalement irréligieuse ».

  • 124 Journal d’Indre-et-Loire, 12 juin 1884.

131Pour illustrer l’« état mental inquiétant, ou bien une coupable licence d’esprit et de l’imagination » qui régnerait en ces lieux, il reproduit quelques vers « d’une grossière parodie des principales prières de la religion chrétienne », publiés par plusieurs journaux du pays et que le gouvernement n’a pas cru devoir sanctionner124 :

Voici d’abord l’Ave Maria :
Je te salue ô République !
Équitable gouvernement
Gardienne de la paix publique,
De nos droits et de notre argent
Protège l’être qui travaille,
Prier n’avance à rien qui vaille,
Mieux vaut te servir d’un outil,
Ainsi soit-il !
Le Confiteor commence ainsi Je me confesse à toi Voltaire,
Aux libres-penseurs, à la Terre :
J’avoue en toute humilité,
Que bête j’ai longtemps été
De croire à l’Église divine ;
Trois fois je m’en bats la poitrine
Et dis, à l’abri du péril,
Ainsi soit-il !
Citons enfin quelques « Commandements » du décalogue nouveau :
La République garderas
Au prix de ton or, de ton sang.
Prêtres et rois tu maudiras
Et fuiras comme les serpents.
Quatorze juillet fêteras
En bon Français joyeusement.
Ta félicité tu feras
En suivant ces commandements.

132Le journal ajoute que « la dame qui a fait ces beaux vers, a lu évidemment les Commandements de la Patrie, naguère publiés par Marat », et qu’elle devrait « faire grâce à ses élèves de ses exhumations littéraires ».

  • 125 L’Écho d’Indre-et-Loire, 5 janvier 1902.

133Dans le registre littéraire, on trouve aussi un commentaire facétieux d’une prétendue note qu’aurait adressée le cardinal Parocchi « aux Semaines Religieuses et autres petits papiers lus par les curés et desservants, au sujet des Vins de messe125 ». L’article non signé précise :

Cette note soulève un problème étrange. Il paraît que certains négociants en vin sans scrupules vendent aux curés des liquides où il n’y a pas une goutte de jus de raisin.

Alors qu’arrive-t-il ? Les messes ne sont pas bonnes. Pour qu’elles soient bonnes, en effet, il faut que le liquide du calice se transforme en sang de Jésus-Christ, et il ne le peut que si c’est vraiment du vin. Or pas de transformation, pas de messe sérieuse ! Il ne reste qu’une messe blanche, complètement inefficace.

Cependant, cette messe est payée comme les autres bien qu’elle ne délivre pas une âme du purgatoire. Si on savait cela dans les masses, on ne ferait plus dire d’office et la mévente des vins serait remplacée par la mévente des messes. Le cardinal Parocchi veut donc mettre ordre à cela […].

Quant à Dieu qui refuse de descendre dans le calice quand le vin n’est pas bon, il n’a pas tort, pourtant, il lui serait bien facile, puisqu’il vient précisément pour opérer des transformations mystérieuses, de changer d’abord l’eau en vin, comme aux noces de Cana. Il éviterait ainsi des inquiétudes au cardinal Parocchi. D’un autre côté, il est vrai, il ferait tort aux nombreux prêtres qui se livrent au fructueux commerce de vin d’autel.

  • 126 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 28 juillet 1888. Rubrique Études sociales ouvrières.

134Mais les sarcasmes et les quolibets contribuent-ils, au fil du temps, à saper les bases de la crédulité ou, au contraire, n’engendrent-ils pas plutôt une sorte d’accoutumance et de lassitude ? Ce qui semble certain, c’est que du point de vue du pouvoir clérical c’est un peu comme l’eau qui glisse sur les plumes d’un canard, si on peut se permettre cette image. « Quand on en attaque les dogmes, quand on en fait la critique philosophique, ils laissent faire et ne crient que pour la forme, mais quand on touche à la boutique, ils grincent des dents et ils mordent. Si vous voulez les mettre hors d’eux-mêmes, vous n’avez qu’à leur parler de la séparation de l’Église et de l’État, ce qui les priverait d’un revenu de cinquante millions par an. Ils s’accommoderont de tous les régimes, pourvu qu’ils ne leur coupent pas les vivres », écrit Gallus, dans un article déjà cité126.

  • 127 Journal d’Indre-et-Loire, 31 août - 1er septembre 1885.
  • 128 À la suite du célèbre discours de Gambetta contre le cléricalisme le 4 mai 1877, et du renvoi de Ju (...)

135Le journal de Jules Delahaye à lui seul fournit abondamment des arguments pour justifier les propos de Gallus. On retiendra seulement les passages significatifs d’un article paru trois ans auparavant127, intitulé La guerre religieuse et signé Jean Divray. Celui-ci offre une sorte de panorama des récriminations. Il constate d’abord que « la République est divisée en un grand nombre de clans », que seul « le cri de guerre de l’ancien chef des 363 »128 maintient ensemble, à savoir Gambetta et sa phrase historique : Le cléricalisme c’est l’ennemi !

136Cette devise est donc selon l’auteur à l’origine de la « persécution » de toutes les religions, « mais surtout la religion catholique qui a l’honneur d’être la plus détestée ». On lui retire les ressources :

L’Église ne peut acquérir les dons et les legs qu’avec l’autorisation du Conseil d’État […]. Dieu est devenu l’ennemi, son nom ne doit plus être prononcé dans les écoles et on a rédigé les manuels civiques de M. Paul Bert et autres, où le ridicule le dispute à l’odieux ; on a supprimé le nom de Dieu et la formule du serment devant les tribunaux. On dépose ou l’on vote toute une série de lois sur les fabriques pour les détruire ; sur les enterrements civils, pour les encourager ; sur les cimetières, pour les séculariser ; sur le divorce, pour affaiblir les liens du mariage ; sur les associations pour détruire toutes les communautés religieuses, et ainsi de suite […].

  • 129 Journal d’Indre-et-Loire, 31 août-1er septembre 1885.

Ils chassent les religieux des maisons qui leur appartiennent […], mais ils gracient les communards qui ont assassiné l’archevêque de Paris, le vénérable abbé Deguerry et les religieux arrêtés avec eux […]. Ils prennent tout ou partie du traitement d’évêques, de malheureux curés ou de vicaires, mais ils votent 8 millions de pension aux soi-disant victimes de décembre 1851 parmi lesquels il y a nombre de repris de justice, de simples malfaiteurs de grande route, de vulgaires assassins.129

137Quand, pour terminer, on s’intéresse, après ses manifestations, aux causes de l’anticléricalisme, il faut d’abord observer que celui-ci n’est pas essentiellement le produit des journaux et de la politique gouvernementale, comme le laisse entendre L’Indépendant quand il raconte l’incident devant la fabrique de limes, à Portillon : « De nos jours, on rencontre dans une foule de feuilles quotidiennes, des hommes dont les écrits enguirlandés de gravures immondes, appellent la haine du peuple sur le prêtre. »

138Il y a en fait tout un ensemble de causes bien réelles faites d’expériences touchant aux intérêts de la population, ou qui choquent le bon sens et la raison (Annexes 11-13). Dans une hiérarchie des facteurs, les premières places seraient tenues par la puissance matérielle de l’Église catholique en rapport avec le budget des cultes, ensuite la concurrence industrielle déloyale des établissements religieux, puis le fait que le clergé utilise la chaire pour faire de la politique (Fig. 2) ; viendraient ensuite les pratiques archaïques se donnant en spectacle : miracles, habits, pèlerinages… (Fig. 7), l’exemption du service militaire, la multiplication des scandales pédérastiques et enfin les incidents divers répercutés par les journaux (Annexes 6, 8, 14-15).

139Les articles de fond de la presse locale républicaine de diverses nuances touchent, suivant les cas, à l’une de ces causes ou à plusieurs à la fois. Le plus souvent, la question du budget des cultes et de la séparation est soulevée en connexion avec le rôle politique du clergé et l’attitude de l’Église vis-à-vis de la République. Il va de soi que les arguments les plus topiques sont à chercher dans la petite presse radicale, qui ouvre aussi ses rubriques au mouvement socialiste du département, dépourvu de moyen d’expression. Ces feuilles, dont il n’existe souvent que des numéros isolés, illustrent par là même la qualité des textes publiés. C’est le cas des articles parus dans L’Électeur, cités ici nombre de fois. Ils figurent à la rubrique des Études sociales ouvrières et sont signés par Gallus ou Nemo, rédacteur en chef de ce journal.

  • 130 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 août 1888.
  • 131 Quelques années auparavant, la France comptait, selon les chiffres donnés par la direction des Cult (...)

140S’agissant de la puissance matérielle de l’Église catholique130, Gallus passe en revue les transformations intervenues depuis Napoléon Ier, ayant généré notamment l’accroissement des congrégations par la suite de la main-morte. Il explique les différences entre clergés séculier et régulier et meuble ses définitions de données statistiques. Dans la première catégorie, il fait état de 45 156 prêtres, soit 96 archevêques et évêques, 763 chanoines, 187 grands vicaires, 2 428 curés de canton, 29 899 desservants et 10 800 vicaires131. Quant au clergé régulier, il comprend en France 60 espèces d’ordres, « qui comptent 33 000 hommes vivants aux dépens de la crédulité publique […]. De plus, il comprend 125 000 religieuses abêties fanatisées par tous ces moines et qui, sans eux, auraient pu faire de bonnes et honnêtes mères de famille ». Ces 158 000 moines et moinesses acquièrent chaque année une dizaine de millions par donations ou testament, en sorte que la fortune immobilière des congrégations qui était de 43 millions de francs en 1850, s’élève à 421 millions en 1880. À eux seuls, les Jésuites détiennent pour 42 millions et les sœurs de Saint Vincent-de-Paul pour 26,6 millions. En outre, l’État tout en assurant au clergé catholique le prestige d’un pouvoir public et l’exemption du service militaire, alimente un budget énorme, qu’un député aussi opportuniste que Jules Roche, évalue en octobre 1882 à 450 millions par an. L’auteur commente ainsi ces statistiques confessionnelles :

Et c’est en subvenant ainsi à tous ses besoins, que l’État lui permet de diriger toutes ses forces, toutes ses œuvres contre lui, contre son enseignement, contre ses institutions, contre nos libertés. Car ce que l’Église donne à la République en échange de ses bienfaits, c’est la guerre, une guerre acharnée qu’elle lui fait chaque jour du haut de ses 40 009 chaires que nous sommes assez bêtes et assez idiots pour lui fournir, une guerre à outrance.

Eh bien ! le budget des cultes, c’est le budget de l’incrédulité, c’est le budget de l’erreur et du mensonge ; car nous subventionnons aussi les cultes juif, protestant et mahométan. De plus, nous avons des bouddhistes aux Indes, des idolâtres au Tonkin, en Océanie, en Afrique qui, en bonne logique ont tout autant de droit que les premiers à avoir leurs bramines et leurs sorciers rétribués aussi par l’État. Ou alors, ce qui serait beaucoup plus rationnel, les ulémas, rabbins, curés et pasteurs ne devraient plus l’être ; car il est de toute impossibilité que chacun de leurs dieux soit le seul véritable. Et si l’un d’eux est le seul bon, alors les autres ne sont que des contrefaçons et ne valent plus rien. Pourquoi alors dépenser notre argent à propager l’erreur !

  • 132 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 août 1888.

Dans une telle confusion, n’est-il pas plus sage de s’abstenir ? En tout cas, il faut avouer que ce sont de tristes religions que celles qui ont besoin, pour vivre, d’être soldées par l’État.132

Fig. 7. Des processions pour guérir de la République et du phylloxéra. EDIL, 10 novembre 1888.

141Un éditorial du Travail de Châteauroux, daté du 22 août 1886 et signé par le Dr Paul Brousse, leader de la Fédération des Travailleurs socialistes possibilistes apporte des compléments utiles à l’étude précédente, à la fois dans l’ordre politique et statistique. Il constate d’emblée que le rôle actif joué par le clergé pendant les élections d’octobre 1885, au profit des candidats monarchistes, a relancé le débat entre républicains « sur l’opportunité de séparer l’Église de l’État et sur le moyen pratique d’opérer ce divorce ».

142Après l’illusion concordataire, voici l’illusion de la politique de séparation, telle qu’elle est envisagée par la méthode Goblet, le système Guyot ou « la blague libertaire des Rochefort et des Maret », conservant aux prêtres leur traitement viager ou permettant aux communes cléricales de subventionner les cultes. La politique des opportunistes s’est retournée contre ses auteurs. Le Dr Brousse développe ensuite une explication vigoureusement étayée (Annexe 16).

143Au fil des exposés ayant trait au pouvoir matériel et politique du clergé, l’exemption du service militaire apparaît en filigrane. C’est un sujet en effet qui reste en travers du sentiment égalitaire de la classe plébéienne, qui n’en connaît que trop le prix. Ainsi, l’évocation du sang versé par le rédacteur en chef de L’Électeur est toute imprégnée de l’expérience récente de la guerre. Elle témoigne aussi du sentiment et de la conscience populaires devant ce fléau. Dans un article intitulé Recrutement et les curés, paru le 8 décembre 1887, Nemo écrit en effet :

L’inviolabilité sacrée dont les couvrent les lois contre cette fatalité du recrutement à laquelle seuls ils sont soustraits, m’écœure, m’exaspère et m’emporte. Tout français doit être solvable de cette dette sacrée du sang à la Patrie, que chacun de nous acquitte des meilleures années de sa jeunesse.

Certes, rien de bien gai dans ce métier militaire, qui vous saisit indistinctement et vous classe en bétail servile, sans souci de vos facultés ni de votre éducation, – tout fait de vexations idiotes, multipliées chaque jour par l’inintelligence féroce des bas supérieurs, jamais désavoués par des chefs rendus inaccessibles aux récriminations. Cette funeste servitude de 20 à 25 ans est la ruine de bien des carrières, l’abêtissement de bien des facultés.

Mais tout cela est la nécessité impérieuse, le résultat fatal de l’attardement du progrès, impuissant encore à détruire la sinistre invention de la guerre – duel imbécile entre nations, boucherie inutile dans la civilisation, consécration sauvage de la primauté de la force sur le droit. Et puisque le dénombrement des cadavres demeure encore l’unique preuve du droit des peuples, il faut bien se résigner au joug de cette loi fatale, dernier vestige parmi nous de la barbarie des temps anciens […].

Et pendant que sur les champs de bataille, nous roulerons dans les mêlées sanglantes, – blessés, foulés aux pieds, râlant sous la neige glacée ou sous le soleil ardent, lorsque peut-être la patrie elle-même, meurtrie, déchirée, pantelante, sera près de périr.

Eux :
Les prêtres feront des simagrées aux peintures des autels et verseront en chantant le joyeux vin des vignes qu’ils n’ont point cultivées. Les moines repus, gavés, égraineront des chapelets sur leurs bedaines arrondies. Et les ignorantins fesseront les petites filles et souilleront les petits garçons !

144Cette dernière remarque nous conduit à un point qu’on ne saurait ne pas soulever quand il s’agit des causes de l’anticléricalisme, à savoir le travail des enfants, dénoncé de tous côtés, à la fois pour son caractère servile et en raison de la concurrence déloyale qu’il représente pour des ateliers en pleine crise de mévente. Avant que le sujet ne prenne à Tours les dimensions d’un scandale, l’exploitation des enfants a été ébruitée dans diverses localités, à Nancy, à Annonay et à Cholet notamment.

  • 133 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 24 mai 1888.

145À Cholet, qui est lié par nombre de liens à l’Indre-et-Loire par le truchement des mouvements républicains socialistes et libres-penseurs, le couvent dit du Bon-Pasteur comprend 70 religieuses et 200 enfants répartis en trois ateliers133. Jusqu’en 1888, plus de 400 contraventions y ont été relevées pour violation de la loi de 1874 sur le travail des enfants et la sœur supérieure du Couvent avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Cholet pour tentative de corruption de fonctionnaire et contravention à la loi sur l’enseignement primaire. Il a été constaté sur les registres d’expédition de la gare de Cholet que, du 1er janvier au 1er novembre 1887, c’est-à-dire en dix mois, le couvent du Bon-Pasteur avait expédié à des négociants de Rennes et de Paris 20 000 kg de marchandises confectionnées, comprenant des chemises d’hommes, des camisoles et des pantalons de femmes, au total 54 000 objets de lingerie […]. En 1882, le travail des enfants a rapporté au Couvent 51 300 francs.

146Ce travail est purement mécanique, les enfants n’exécutent que des travaux de couture sur un point déterminé de l’objet. La plupart d’entre elles ne savent ni lire ni écrire et sur 200 enfants il n’y a que 33 qui reçoivent une instruction « des plus rudimentaires et fortement saturée de catéchisme ».

147Selon le témoignage d’une jeune fille de seize ans « récemment sortie du Couvent », les enfants se levaient été comme hiver vers 4 h 30 du matin ; elles descendaient ensuite dans l’atelier pour réciter la prière, avant de se mettre à la couture jusqu’à 6 h 30, heure à laquelle elles se rendaient à la messe. Ensuite elles vont au réfectoire, où elles avalent un bol de soupe de maïs avec un morceau de pain ; vers 8 h, retour aux ateliers et travail jusqu’à 11 h 30. Après le dîner (soupe et une portion de viande ou de légumes), retour au travail, de 13 h à 18 h ; de 19 h à 19 h 30, encore de la couture, puis repas du soir (soupe et une portion de légumes), prière et coucher.

  • 134 La Croix de Touraine, 9 novembre 1902.

148À Tours, après plusieurs dénonciations, dans Tours-Journal notamment et devant le Conseil municipal, éclate en 1902 l’affaire du Refuge du monastère de Notre-Dame de la Charité. C’est que le 26 août, le maire a adressé au parquet une lettre transmettant la plainte d’un M. Aubry domicilié à Paris, accusant au nom de sa femme plusieurs religieuses d’avoir exercé des sévices extrêmement graves, tant sur sa femme que sur les autres pensionnaires de l’établissement. Créé au xviie siècle, à l’époque de la renaissance religieuse, le couvent recevait par les soins de l’intendant (ancêtre du préfet) les enfants des membres de la religion prétendue réformée, pour être reconvertis à la foi catholique après la révocation de l’Édit de Nantes. En 1816, l’établissement est à nouveau autorisé et les religieuses se proposent de faire l’éducation des jeunes filles pauvres et orphelines et de recueillir les filles en danger moral. C’est une congrégation autonome, placée sous la surveillance directe de l’archevêque de Tours. Après la loi qui réorganise les maisons de correction, vers 1850, le Couvent est assimilé à un véritable établissement pénitentiaire, caractère que le gouvernement de la République fait supprimer en 1885. L’Assistance publique, le Conseil général, quelques municipalités ainsi que des personnes charitables versent des subventions pour l’entretien et l’éducation des pupilles. Le règlement prévoit que ces jeunes filles ont droit au produit de leur travail, qu’elles récupèrent à leur sortie du Couvent. Mais quand le traitement infligé aux enfants est révélé au public et que la justice suit son cours, le réquisitoire établit que le travail ne rapportait rien à ces jeunes ouvrières. Il souligne que « l’établissement n’ayant pas de main d’œuvre à payer, peut vendre à des prix infimes les lingeries confectionnées. Il fait, de la sorte, une concurrence redoutable aux ouvriers du dehors ». Au cours du procès, les cléricaux soutiennent que seule la Dépêche n’a pas contesté la véracité des faits révélés dans « le soi-disant scandale du Refuge134 ».

  • 135 Feneant J., Francs-Maçons et Sociétés secrètes…, op. cit., p. 301.
  • 136 AD, 8 Bh 177.

149En effet, « anticléricaux, maçons radicaux et membres de la Ligue des Droits de l’Homme confondus d’un côté, cléricaux, nationalistes et anti-dreyfusards de l’autre se déchirèrent à propos du “procès du Refuge”. Le journal radical la Dépêche et G. Clemenceau s’engagèrent aux côtés des premiers135 ». C’est sous l’égide de la Section Tourangelle de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen que la Dépêche allait publier en juin 1903 le « compte rendu sténographié » du procès136. Il est préfacé par Georges Clemenceau, qui situe l’affaire, rapporte les témoignages les plus saisissants, « la parole ingénue, sans récrimination, sans une plainte des malheureuses petites suppliciées », puis il cherche à expliquer « toutes ces abominations » (Annexe 15).

150Dans le corps de l’ouvrage, les témoignages directs parlent des sévices les plus stupéfiants, décrits dans leurs moindres détails : gifles collectives, croix de langue sur le sol, mise en croix, tête maintenue dans un baquet d’eau jusqu’à suffocation, imitation de la passion, au cours de laquelle, après une heure et demie de prosternation à plat ventre sur le bitume de la chapelle, la victime, les mains attachées derrière le dos et la couronne d’épine sur la tête, fait, en plein hiver, le chemin de la croix, et cela par mortification pour le bon Dieu…

151Pour expliquer « toutes ces abominations qui ne sont pas plus nouvelles au Refuge de Tours qu’aux “Bon-pasteur” de Nancy ou Annonay », Clemenceau dénonce la « “chasteté”, cette folie suprême de la révolte de l’être contre sa propre nature […]. La chasteté qui a pour but d’angéliser les créatures en fait des monstres trop souvent […]. C’est la “folie lucide” des couvents. Ces hommes qui se font appeler “Pères” et “Frères” après avoir renoncé aux nobles réalités de ces titres dans la vie ; ces femmes qui se font appeler “Mères” et “Sœurs” après avoir abdiqué l’anoblissante maternité et répudié tous les liens de l’humaine famille ».

  • 137 Les années qui suivent les élections législatives de 1893 (20 août et 3 septembre) sont marquées pa (...)

152Les différentes causes structurelles ou accidentelles sont avivées par la conjoncture. Après le souvenir de l’invasion prussienne, les circonstances politiques comme les élections législatives de 1885 et 1889 (celles de 1893 se feront sur la question sociale), puis l’offensive cléricale dans la dernière décennie du xixe siècle, renforcent par réaction l’anticléricalisme. Sur le terrain politique, le discrédit qui entoure les opportunistes au pouvoir s’accentue dans les flots convergents de l’Esprit nouveau137 et du Ralliement.

153L’Église catholique après avoir confondu ses intérêts avec la cause monarchiste, commence depuis la crise boulangiste à prendre ses distances. Le pape Léon XIII pousse ses ouailles à accepter le régime, à la fois pour faire face à la menace socialiste et pour trouver auprès du gouvernement français un appui au moment où il a des ennuis avec Bismarck en Prusse et Crispi en Italie. L’encyclique Rerum Novarum (1891) est le produit de ces préoccupations. Le rapprochement se fait par la droite républicaine catholique, puisque les royalistes refusent le ralliement, qui est consacré par l’encyclique Au milieu des sollicitudes (20 Février 1892).

  • 138 Cité par Grandjean Ph., La dynamique de la séparation…, op. cit., p. 99.
  • 139 Antonetti Guy, Histoire contemporaine politique et sociale, Paris, PUF, 1995, p. 344 et 355-356.

154Le retournement est accéléré par l’affaire Dreyfus, au terme de laquelle l’Église catholique adhère au nationalisme et à la cause de l’armée : « C’est d’elle après Dieu que nous pouvons attendre le salut », écrit la Croix de Touraine en avril 1898138. Cela se fait d’autant plus aisément que « depuis 1870, le recrutement des officiers est devenu très aristocratique, et, dans l’ensemble, les officiers confondent à la fin du siècle la défense de la patrie avec la restauration du roi, la fidélité à l’Église et l’hostilité aux Juifs139 ».

155Après avoir été le support de la liberté et de la république universelle par la révolution, le patriotisme subit ainsi une transmutation en nationalisme. Alors que les héritiers des patriotes deviennent antimilitaristes, le nationalisme géré par l’État, l’Église et l’Armée entraînent les peuples dans l’engrenage des rivalités impérialistes. À la fin du siècle, cette évolution renforce donc l’anticléricalisme et agit dans le sens du rapprochement entre radicaux et socialistes.

République et socialisme

  • 140 Louis P., Histoire du socialisme en France…, op. cit., chap. ix. 1871-1905. Antonetti G., Histoire (...)

156À côté de ce tronc commun à la république et au socialisme dont il a été question plus haut, il convient de remémorer brièvement la place spécifique du mouvement socialiste, et particulièrement en Indre-et-Loire. Après la défaite de la Commune, quand la classe ouvrière est désorganisée et que même le mot de socialisme est proscrit, la renaissance du mouvement ouvrier se fait selon un processus heurté, à travers l’action réciproque des mouvements politique et professionnel. Dans l’ensemble, les initiatives syndicales ont précédé l’apparition des groupes socialistes140.

Un mouvement à l’image de la Touraine : le « possibilisme »

157Ainsi, le premier congrès ouvrier qui se réunit à Paris en octobre 1876 crée la première fédération nationale des chambres syndicales. Le second se tient à Lyon en 1878, avec une centaine de délégués de chambres syndicales. D’inspiration proudhonienne, ces congrès se caractérisent par la volonté de conserver l’indépendance du mouvement syndical par rapport aux organisations politiques et dans le choix des dirigeants syndicaux. D’autres congrès ouvriers tenus en 1879, 1881 et 1886 jalonnent la renaissance du syndicalisme français.

158Au congrès de Marseille (1879), s’opposant à ce qui a été décidé lors des deux congrès précédents, le marxiste Jules Guesde fait admettre, à côté des délégués de groupements professionnels, des représentants des Cercles d’études marxistes fondés par lui. Il est à l’origine de la Fédération nationale des Chambres syndicales, dont le congrès constitutif se tient à Lyon en 1886. Réunissant 248 groupements professionnels, la Fédération fait figure d’organe de combat du Parti ouvrier : issu du congrès de Marseille, celui-ci vise à transformer la société par l’appropriation collective des moyens de production.

159Un autre type d’organisation professionnelle a pour origine l’initiative du Conseil municipal de Paris. Il s’agit de la première Bourse du Travail ouverte en 1877 grâce à une subvention municipale. Alors que la Fédération des syndicats organise les ouvriers par professions, les Bourses du Travail groupent les syndicats selon les lieux d’implantation de ces derniers. Une Fédération des Bourses se constitue en 1882 au congrès de Saint-Étienne, et dès lors le nombre des Bourses augmente rapidement, passant de 10 en 1892 à 51 en 1898. Entre-temps, les guesdistes perdent la majorité à la Fédération nationale des Syndicats, et celle-ci étant désormais ouverte aux Bourses, donne naissance, au congrès de Limoges en 1895, à la Confédération générale du Travail (CGT).

160Quant à la renaissance du mouvement socialiste, elle s’est faite en quelque sorte, on vient de le voir, en se greffant sur le mouvement syndical. Au congrès de Marseille (1879) se constitue autour de Jules Guesde, le Parti Ouvrier Français. Ancien communard ayant adhéré au marxisme pendant son exil, Guesde explique inlassablement les grands thèmes de la théorie marxiste : les mécanismes de l’exploitation capitaliste, la nécessité de la lutte des classes, etc. De façon significative, son journal L’Égalité, abandonne le sous-titre de républicain socialiste qu’il portait encore en 1877-1878, pour celui de collectiviste révolutionnaire.

161Le Parti Ouvrier ne tarde pas à s’implanter dans les grands centres industriels (textile et métallurgie du Nord) et dans certains bassins miniers (Massif Central, Haute-Vienne, Dauphiné…), mais il se divise très tôt en différents groupes : socialistes indépendants, avec la Revue socialiste qui réunit journalistes, intellectuels et professeurs de tendance réformiste ; disciples de Blanqui, héritiers du jacobinisme et de la Commune de Paris, qui seront divisés à leur tour face au boulangisme (le Comité central révolutionnaire d’Édouard Vaillant en est issu) ; partisans du docteur Paul Brousse, qui se séparent du Parti Ouvrier guesdiste au congrès de Saint-Étienne en 1882, pour fonder la Fédération des Travailleurs socialistes de France (FTSF). Ils sont plus connus sous le nom de « possibilistes », puisqu’ils souhaitent réaliser les réformes « possibles », avant tout par l’action socialiste sur le terrain municipal.

162À la fin des années 1880, ceux-ci sont en perte de vitesse, et la fraction qui trouve les « broussistes » trop modérés s’en sépare. Au congrès de Châtellerault (1890), Jean Allemane et ses amis, dont le poète J.-B. Clément, créent le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire. Tout en conservant le programme législatif et municipal des possibilistes, ils adhèrent pleinement à la lutte des classes et professent un antimilitarisme et un antiparlementarisme vigoureux.

  • 141 Fougère Louis, Machelon Jean-Pierre et Monnier François (dir.), Les communes et le pouvoir. Histoir (...)

163Un des points des désaccords entre la ligne marxiste de J. Guesde et les possibilistes était l’action municipale des socialistes en matière économique et sociale. Pour Pierre Brousse et ses amis, la question communale était « la moitié de la question sociale » : les différentes branches d’activité économique devaient se transformer progressivement en services publics, suivant un mouvement dont le communisme était l’aboutissement nécessaire. Pour en faciliter le déroulement, il convenait d’accélérer le processus d’appropriation publique ; les créations de services en régie directe étaient à multiplier dans les communes, avec gratuité des prestations. Au congrès régional du Centre tenu à Paris en mai 1885, on prévoit : la transformation des monopoles des grandes compagnies (omnibus, tramways, bateaux, eau, gaz) en services publics locaux fonctionnant à prix de revient, ainsi que la municipalisation de greniers, minoteries, boulangeries et boucheries. En octobre 1887, le congrès national de Charleville confirma l’orientation des possibilistes141.

164Ni le courant allemaniste ni les socialistes indépendants menés par Benoît Malon ne sont hostiles à ce municipalisme, et Jules Guesde lui-même qui au départ l’a condamné sans appel finit par y adhérer, en sorte que dans les dernières années du xixe siècle, une sorte de consensus est réalisé entre les divers courants socialistes sur la nécessité de l’action municipale. C’est dans cet esprit, laissant de côté les controverses idéologiques, que le IIIe congrès de la Fédération des conseillers municipaux socialistes de France et des colonies (12-15 juillet 1895), représentant 663 adhérents, élabore un programme municipal en sept points, touchant aux finances, aux biens et services communaux.

165Dans la pratique, le principe de la rupture avec l’ordre établi étant admis, l’intervention des élus socialistes porte sur les sujets les plus divers, y compris ceux qui vont contre les dispositions légales : vœux politiques en faveur des victimes survivantes de la Commune et des condamnés pour fait de grève, délibérations sur les réformes fiscales et sociales, adresses ou contestations formulées au sujet de la Constitution et de l’administration locale, mesures symboliques relevant de l’antimilitarisme et de la lutte contre le clergé (interdiction des processions et du port de la soutane, demande de la suppression du budget des cultes et de la séparation des Églises et de l’État…), vote des secours et des subventions au bénéfice des associations ouvrières ou des ouvriers grévistes, organisation de bourses du Travail, etc.

  • 142 Dommanget Maurice, La Chevalerie du Travail française 1893-1911, Lausanne, 1967, p. 376-377.
  • 143 Mayeur J.-M., « La France bourgeoise devient républicaine… », op. cit., p. 222.

166L’Indre-et-Loire, et en général l’Union fédérative de l’Ouest se reconnaissent de façon prépondérante dans les courants de P. Brousse et de J. Allemane. D’après Maurice Dommanget, « Tours était et resta longtemps acquis au possibilisme. Le groupe local était représenté dans les congrès nationaux par deux groupes : La Sentinelle et le Comité général des intérêts de Tours siégèrent au congrès international de Paris en 1889 (salle Lancry) avec Levrel, Rétif, Dufour, et Fautras. Près de 10 ans plus tard, quand la Fédération socialiste d’Indre-et-Loire, adhérante à la FTSF, se réunira le 23 avril 1899, elle fera venir Paul Brousse, le leader du possibilisme, pour présider le congrès. Et c’est Louis Coignard, peut-être encore secrétaire du Chantier (du Travail), qui siégera à ses côtés142. » Situant le mouvement dans une perspective plus large, J.-M. Mayeur, observe que « les possibilistes trouvent leurs assises dans la France des petits centres industriels, proche du monde rural, à Tours, Châtellerault… Voisins du radicalisme, ils mettent plus d’insistance dans leur anticléricalisme que les guesdistes. Aux heures difficiles, ils choisissent de défendre la République bourgeoise : ainsi lors du boulangisme, le possibiliste Joffrin, député de la Seine, siège avec Clemenceau et Ranc au Comité de la rue Cadet. La maçonnerie assure un lien discret des uns aux autres143 ».

  • 144 Surrault J.-P., Feneant J., Jadis en Touraine : la vie des hommes du Grand siècle à la Belle époque(...)

167Plus que l’ensemble de la population française, celle de l’Indre-et-Loire comporte de ruraux, soit 74,5 % sur 387 916 habitants en 1906 (contre 61 % en France). Dépourvu de grandes industries, Tours a une population ouvrière en partie flottante et les activités artisanales sont dispersées en un grand nombre d’ateliers à travers le département : soieries, passementeries, draperies, ainsi que le travail du cuir, les poteries, le tissage de la toile, l’imprimerie et la reliure sont les fabrications les plus importantes144.

  • 145 AM, 5 F, Rapport du maire de Tours, 30 novembre 1885.

168Dans les années 1880, les tableaux qui présentent la situation industrielle signalent régulièrement les difficultés que connaissent la plupart des branches, à l’exception de l’imprimerie et de la reliure. Pour la 3e trimestre de 1885, par exemple, le maire écrit que la passementerie n’a reçu aucune commande à l’étranger, « le tissage de la soie languit depuis longtemps par suite du malaise général », qui force le consommateur à se fournir d’étoffes revenant à meilleur marché que celle de la soie ; dans la construction mécanique, la production a diminué d’un tiers à la suite de la crise agricole ; dans le bâtiment, plusieurs entreprises ont fait faillite à l’approche de l’hiver ; dans l’industrie des chaussures, on fabrique beaucoup trop par rapport aux possibilités d’écoulement… ; il n’y a guère que les imprimeries qui soient « dans une excellente situation […] par suite de l’impression à Tours tant d’un grand nombre de livres scolaires et de romans que des réclames de toutes sortes faites pour le commerce145 ».

169À Tours, les ouvriers sans travail viennent augmenter le nombre des déracinés et des isolés qui sont légion dans les quartiers populaires proches de la Loire. De même, la ville a hérité d’une population nombreuse de domestiques et de serviteurs de toutes sortes, vivant dans des conditions encore plus pénibles que les ouvriers et qui dépourvus de toute organisation, sont livrés davantage aux patrons et à l’exploitation.

170Les établissements de bienfaisance sont l’ultime recours des déshérités. À Tours, pour un peu plus de 50 000 habitants, on en compte en 1887 plus de vingt, dont 10 salles d’asile, 5 orphelinats et 5 crèches, accueillant 2 219 personnes (1 383 femmes et 836 hommes). Dans l’ensemble du département, 118 communes sur les 282 possèdent en 1884 un bureau de bienfaisance pour secourir les pauvres. On compte par ailleurs, un médecin pour 2 500 habitants en 1880. Le mouvement mutualiste ayant pris naissance à l’époque de la Monarchie de Juillet, les coopératives et les syndicats agricoles et viticoles se développent, en sorte que leur nombre atteint vers 1 900 la centaine. Les bureaux de bienfaisance comme les sociétés de secours mutuels sont des lieux d’affrontements entre cléricaux et leurs adversaires républicains ou socialistes. Léon Berland note qu’à Veigné :

  • 146 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 122-123.

Depuis sa fondation, le Bureau de Bienfaisance était dirigé par le curé et se réunissait au presbytère. Mais dans la région on murmurait que les distributions étaient injustes et que seules les familles bien pensantes bénéficiaient de l’aide de ce Bureau. Après plainte auprès du préfet, celui-ci nomme quatre républicains. Pour la première réunion, le maire fit exprès de nous convoquer au presbytère, ce que naturellement nous avons refusé. Dès le lendemain, notre groupe adressa une lettre de démission collective au préfet, lequel la refusa et enjoignit aussitôt au maire de nous réunir sans délai à la mairie. Nous voilà donc à l’entrée de la salle […]. Aux premiers regards, je pressentis que l’orage ne tarderait pas à éclater […] ». Berland est élu secrétaire par 4 voix contre 3 au curé, « qui [lui] lança aussitôt le registre des délibérations accompagné d’un regard foudroyant. Depuis cette date, il chercha à plusieurs reprises à se venger, et il faut bien dire qu’il y parvint deux ou trois fois ! »146

171Dans le monde ouvrier, on reconnaît les grandes phases de la constitution en classe des travailleurs : époque des grèves et des émeutes de la faim (20 février 1832, octobre-novembre 1833, 21 novembre 1846…), organisation et mouvements conscients, conquête de l’indépendance de classe par rapport aux différentes formes d’association capital-travail (corporatisme patronal, sociétés coopératives, Société du Ralliement des compagnons du Devoir…), cadres naturels en quelque sorte dans les conditions de la production artisanale dispersée.

  • 147 Blot Louis, « Le mouvement ouvrier en Touraine : 1800-1870 », Le Réveil Socialiste, 7 juillet 1962.

172Des diverses influences qui ont marqué le développement du mouvement socialiste dans le département, il a déjà été question à propos des disciples d’Étienne Cabet et de la présence de Blanqui à Tours. Sous le IIe Empire, la loge maçonnique Les Enfants de la Vérité qui compte 15 ouvriers et artisans sur ses 17 adhérents, est signalée par l’administration comme non recommandable par ses idées politiques ; quelques-uns de ses membres auraient d’ailleurs été expulsés de la loge des Démophiles qui, de son côté aurait compté 46 ouvriers et artisans sur une centaine de membres en 1862. À la même époque, en 1869, le Tourangeau Albert Richard a connu Bakounine grâce au révolutionnaire Eugène Varlin (fusillé par les Versaillais). Après son activité à Lyon et son exil en 1871, Richard revient avec son père à Savigné-sur-Lathan et sera, en 1881 et 1883, candidat aux élections cantonales. Rallié pendant son exil au « socialisme bonapartiste, sa candidature jette le trouble dans les rangs des socialistes tourangeaux »147.

  • 148 Dans Croubois Cl. (dir.), La Touraine des origines à nos jours…, op. cit., p. 348-349.

173Si la Commune de Paris n’a pas eu de répercussion politique dans notre département, le Républicain d’Indre-et-Loire fondé par Armand Rivière « se veut l’écho des mécontentements et d’une partie des ouvriers », et soutient les Communards. D’ailleurs, un certain nombre de Tourangeaux ont participé à l’insurrection parisienne. « Une cinquantaine peut-être seront condamnés », note Raymond Bailleul, « notamment Georges Cavalier, né à Tours en 1841, ami de collège de Jules Vallès. Élève de Polytechnique puis des Ponts et Chaussées, il accompagne Gambetta à Tours. Il se rallie à la Commune qui le nomme ingénieur en chef des promenades […]. Charlet, ouvrier né à Tours en 1846, est déporté en Nouvelle-Calédonie ; Chachereau, de Sainte-Maure, serrurier, est condamné à dix ans de travaux forcés. On trouve d’autres condamnés originaires de Chinon, Vernou, Preuilly, etc. »148

174Léon Berland, le chroniqueur de Veigné, évoque lui aussi sa rencontre avec un acteur de la révolution parisienne. En 1874, il fait la connaissance d’un nommé Tédaie, « le meilleur ouvrier d’un maçon de Monts, Eugène Rideau » :

  • 149 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 109.

Les soirées se sont terminées par un bon goûter largement arrosé de vin de l’année, ce qui a délié la langue de notre maçon. Nous avons d’abord parlé de la guerre et des Prussiens puis la conversation s’est orientée tout naturellement vers la Commune […]. C’est alors que Tédaie nous déclara qu’il y avait participé en qualité de lieutenant et qu’il avait fait partie du groupe qui avait fusillé Mgr Darboy l’archevêque de Paris et Bonjean le président du tribunal. Pendant l’incendie de la capitale, il avait réussi à s’échapper avec sa famille et à se réfugier à Saint-Pierre-des-Corps. Il avait été condamné à mort par contumace et se cachait sous un faux nom, mais les trois ouvriers auxquels il a révélé son secret ne l’ont jamais dénoncé149.

  • 150 Testu J.-M. et Chollet Cl., Le socialisme en Touraine…, op. cit. ; Leveel P., Histoire de la Tourai (...)
  • 151 Ibidem, p. 12.

175Les commencements du mouvement ouvrier dans le département150 sont marqués d’abord, dans la décennie 1870-1880, par une série de grèves « alimentaires », celles des tailleurs de pierre notamment. Les premières « chambres syndicales » dateraient à Tours des années 1873-1874. Diverses réunions sont à cette époque signalées par la police : 6, rue de la Cuiller (menuisiers, peintres en bâtiment, tailleurs de pierre) ; 1, rampe de la Tranchée (fondeurs, mouleurs) ; 5, rue des Bons-Enfants (ouvriers cordonniers) ; 16, rue de Bordeaux (ébénistes)151.

176Vers 1880, trois militants, Fautras, Léon Dufour et Arthur Girault groupent les syndicats d’une dizaine de métiers (ouvriers en limes, mouleurs, fondeurs, tailleurs de pierre et plâtriers, ébénistes, menuisiers, tisseurs en soie, cordonniers et ouvriers en chaussures) en une Union syndicale et fondent un groupement politique l’Avant-Garde.

  • 152 Le Travail, 21 et 28 février 1886.

177En 1885, un autre groupe d’études sociales est créé à Tours. Appelé La Sentinelle, il est probablement le résultat de dissensions personnelles, comme il en sera question plus loin dans le cadre des activités de Losserand. L’année suivante, c’est à Amboise que « les travailleurs socialistes de cette localité ont décidé la formation d’un groupe d’études et d’action politique et sociale », à l’initiative de l’ouvrier forgeron Magouet. Le groupe s’appelle Le Travail152.

  • 153 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 26 octobre 1884. Comme le Parti ouvrier guesdiste, le parti de P. B (...)

178On entrevoit que le mouvement socialiste naissant est atomisé et peu étoffé. Parlant du congrès ouvrier de Rennes de 1884, le journal bonapartiste affirme qu’« on rencontre dans ses rangs autant de groupes et de sous-groupes, de divisions et de subdivisions que dans la Chambre des députés. C’est un vrai fouillis. On y trouve des Collectivistes, des Marxystes [sic], des Guesdistes, des anarchistes, des communistes, des possibilistes, et bien d’autres groupes en istes. Telle est la pétaudière qui voudrait conjurer la crise ouvrière », dit le texte fort ironique signé Albert Renard153.

179Il se trouve que c’était le délégué de Tours, Arthur Girault, qui devait préparer le « rapport général sur les moyens propres à conjurer » la crise en question.

180On y reconnaît quelques-uns des thèmes du programme possibiliste : socialisation du sol, du sous-sol, des matières premières et des moyens de production, ainsi que des échanges nationaux et internationaux ; économie dans les finances nationales, et notamment suppression du budget des cultes ; réforme fiscale ; exploitation en service public des chemins de fer et des autres moyens de transports ; suppression des octrois ; réduction importante sur les rentes ; impôt progressif sur les héritages dépassant 6 000 F et sur les revenus supérieurs à 4 000 F ; abolition des armées permanentes et armement du peuple ; révision des traités de commerce.

  • 154 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 26 octobre 1884.
  • 155 « Une honte, alors que le Conseil municipal a refusé un sou pour offrir à l’amiral Courbet une épée (...)

181L’Indépendant rappelle aussi les altercations, les disputes et les dissensions qui ont accompagné les travaux du congrès, ainsi que le nombre réduit de délégués et les « anciens clichés que l’école dite collectiviste a empruntés à Proudhon, à Karl Marx et à Lassalle »154. Tout cela pour regretter les 200 F que le Conseil municipal de Tours a votés pour permettre à Girault « cette excursion socialiste »155.

182Contrairement à l’organe bonapartiste, dont visiblement le correspondant était présent au congrès de Rennes, son confrère du Journal d’Indre-et-Loire cite le rapport que Girault a fait au cours d’une conférence socialiste donnée par S. Paulard, rédacteur en chef du Travail de Châteauroux. La séance était présidée par Dufour et environ 200 personnes se trouvaient dans la salle. On lit dans le compte rendu :

Le citoyen Girault est un bien vilain monsieur. Il daube tour à tour les journaux opportunistes, monarchistes et radicaux qui, dit-il, sont aussi menteurs les uns que les autres. Si nous avons bien compris, il n’y aurait que le Cri du Peuple et ses confrères en prolétariat à dire la vérité. C’est là au moins une petite exagération.

  • 156 Journal d’Indre-et-Loire, 2-3 février 1885.

Nous avons écouté jusqu’au bout le rapport du citoyen socialiste et nous y avons remarqué certaines reparties assez brutalement exprimées, mais justes, quant au fond. Nous n’en saurions dire autant des résolutions adoptées par le congrès de Rennes, et dont voici les plus bénignes : Suppression du budget des cultes. – Remise des loyers arriérés. – Abolition de l’armée permanente et armement général du peuple. – Demande de subsides à la bourgeoisie. – Création d’ateliers municipaux, etc., etc. En résumé, le citoyen Girault veut l’application de la formule : « Tous pour un ». « Un pour tous ».156

183À propos de cette conférence, le journal laisse entendre que l’auditoire était réduit, « deux cents personnes tout au plus ». Or si on considère que les militants actifs à Tours ne comptaient probablement que quelques dizaines de personnes (c’est ce qui apparaît notamment lors d’une pétition en faveur des mineurs de Decazeville), ce chiffre semble assez remarquable.

  • 157 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 15 juin 1888.

184Mais l’organisation est pauvre, ce qui se ressent au moment des élections et, en général, par le fait qu’il n’y a pas de journal socialiste à proprement parler. « Considérant que chaque fois qu’il y a lieu d’entrer en lutte électorale, le Parti ouvrier est obligé de restreindre son action fautes des sommes nécessaires à la lutte », La Sentinelle décide en juin 1888 de créer un comité chargé de recueillir les souscriptions et de faire une caisse spéciale. Les trois membres de la commission (Leprince, Levrel et Taureau), dont un trésorier, sont chargés d’organiser notamment des conférences et de tenir à jour les souscriptions157.

  • 158 Le Travail, 25 février 1885. AD de Châteauroux, PR 757-1.

185En ce qui concerne la presse, il semble qu’au début des années 1880 seul le journal Le Travail de Châteauroux accueille les socialistes d’Indre-et-Loire. Journal Socialiste Hebdomadaire – Organe des Syndicats, Cercles et Groupes Ouvriers du Centre et de l’Ouest, paraissant le Mercredi, Le Travail a pour principaux collaborateurs à Paris : J. Allemane, typographe ; Paul Brousse, docteur en médecine ; Jean-Baptiste Clément, publiciste ; J. Joffrin, mécanicien ; J. Labusquière, publiciste ; L. Martellet, peintre-décorateur ; V. Marouck, correcteur-typographe ; J. Vaidy, employé. Le journal a des correspondants à Orléans, Tours (Léon Dufour), Châteauroux, Limoges, Angers, Trélazé, Rennes, Brest, Châtellerault, et peut-être dans quelques localités moins importantes158.

  • 159 Le n° 8 du 25 février 1885 est indiqué comme étant de la 2e année, mais au moment où il annonce son (...)

186Le rédacteur-gérant du journal, S. Paulard, vient souvent à Tours pour faire des conférences. Après deux ans ou huit mois seulement d’existence159, Le Travail annonce le 6 septembre 1885, qu’à la suite de difficultés financières, les frais du journal n’étant pas soldés par le produit des abonnements et de la vente au numéro, il fusionne avec le Démocrate du Loiret, organe socialiste local créé cinq ans auparavant. Le nouveau titre sera Le Démocrate – Organe de la République ouvrière dans le Centre et l’Ouest. Toutefois, dès le 29 novembre suivant Le Travail reparaît avec son propre titre.

  • 160 Le no 1 paraît le jeudi 22 septembre 1887. Rédacteur en chef et directeur politique : H. Nemo. Secr (...)

187À l’approche des élections municipales de 1888, L’Électeur d’Indre-et-Loire, journal radical récemment fondé160, offre une tribune au Parti ouvrier possibiliste, et précisément au groupe socialiste La Sentinelle. Dans son no 6 daté du 16 octobre 1887, L’Électeur définit sa place dans la presse républicaine de Tours et se démarque de façon assez claire du boulangisme qui exploite « l’aveuglement d’un peuple égaré », ainsi que du « nivellement furieux » de J. Guesde et du « nihilisme implacable » des anarchistes (Annexe 17).

  • 161 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 17-18 juin 1888.

188Après les municipales, La Sentinelle adopte dans sa séance du 9 juin 1888, la proposition suivante faite par Leprince : « En attendant que l’organisation du Parti ouvrier soit complète et que ses ressources lui permettent d’avoir un organe officiel, le groupe d’études sociales et d’action politique La Sentinelle décide qu’une démarche nouvelle sera faite auprès du directeur du journal L’Électeur pour lui demander son concours ». Tenant à donner « une réponse officielle » à cette motion, L’Électeur réaffirme sa sympathie et son dévouement pour la cause ouvrière et conclut en ces termes : « Nous ne pouvons donc que renouveler […] l’affirmation énergique de notre foi strictement radicale et notre attachement inébranlable aux intérêts des ouvriers républicains161. »

189Si les grands quotidiens, surtout le Journal d’Indre-et-Loire, font état assez régulièrement de certaines activités socialistes, en particulier des conférences et des réunions publiques (tous les orateurs possibilistes réputés : J. Allemane, P. Brousse, J.-B. Clément, J. Joffrin, Paulin… sont venus à Tours), c’est sur les pages de L’Électeur que paraissent, tels que les numéros subsistants permettent de le constater, les textes plus strictement politiques ou touchant à l’organisation. Par exemple, un Appel aux socialistes de la région de l’Ouest décidé dans la réunion de La Sentinelle où il a été question d’une caisse spéciale, témoigne du retard dans cette partie de la France en matière d’organisation socialiste. Ce texte publié par le journal le 16 juin 1888, ainsi que la préparation du congrès, étaient confiés à une commission d’initiative, qui comprenait au départ : Leprince, Levrel, Losserand, Rétif et Taureau (Annexe 24).

  • 162 Testu J.-M., Chollet Cl., Le socialisme à Tours…, op. cit., p. 89.
  • 163 La Rédaction comprend : Millerand, député ; le Dr Paul Brousse, vice-président du Conseil municipal (...)

190Le congrès régional en question se réunit en septembre 1892, sous l’égide des possibilistes. Ces derniers ont organisé entre-temps des groupes en dehors de Tours et d’Amboise, dans plusieurs localités : Loches, Château-Renault, Chinon, Vouvray. « Un militant de valeur des organisations possibilistes, Ludovic Plais » fonde en 1890 un hebdomadaire ouvrier L’Éclaireur de l’Ouest162. On ne voit pas bien le rapport entre cet organe et L’Éclaireur d’Indre-et-Loire – Journal républicain radical (52, rue Saint-Lazare à Tours), qui a pour administrateur-gérant l’ancien conseiller municipal Corbeau et dont le premier numéro paraît en août 1890163.

  • 164 Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 778-779.

191En tout cas, c’est L’Éclaireur d’Indre-et-Loire qui « lance un appel le 30 août 1890 pour que se forme une Fédération des syndicats ouvriers d’Indre-et-Loire […], et que celle-ci une fois constituée, institue une Bourse du Travail à Tours […]. C’est le serrurier Pommier, secrétaire de la Fédération, qui fit au maire de Tours la demande d’un local pour y tenir la future Bourse sur le modèle de celle de Paris qui existait depuis 1887 ». La Bourse publie un Bulletin et représente selon les années entre 2 000 et 3 000 cotisants164.

  • 165 AD, 1 M 115, Rapports du Préfet et du Commissaire spécial de Tours, 7 et 8 mai 1891.
  • 166 Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 779.

192Le 1er mai 1891, le groupe socialiste de Tours organise un meeting de protestation contre les fusillades de Fourmies et pour demander aux pouvoirs publics l’amnistie pour les condamnés. Il y a plus de 500 personnes au Manège, dont la moitié des femmes et des enfants, selon la police. L’assemblée est présidée par l’ancien conseiller municipal Blanchard, assisté de Laisné, de Plais et de Martinet, « rédacteur du journal L’Éclaireur ». Les anarchistes présents dans la salle ne sont pas d’accord ; l’un d’entre eux, l’ébéniste Levrel (dont on vient de citer le nom dans un autre contexte…) monte à la tribune et propose l’ordre du jour suivant : « Les révolutionnaires de Tours prennent l’engagement de s’organiser pour prendre la revanche des fusillades et venger les morts de Fourmies. » Un autre, nommé Erbel, galochier, « dit que les socialistes ne sont pas des hommes, que ce qu’il faut à la France, c’est un 89 ouvrier ». Martinet rejette « toutes ces théories haineuses » et y oppose l’organisation des travailleurs et les manifestations comme celle du 1er mai165. Il semble qu’à Tours, ce genre d’incident entre socialistes et anarchistes n’était pas rare ; en revanche, les conflits des broussistes avec les guesdistes ou les allemanistes n’apparaissent guère. Cela s’expliquerait dans la mesure où ces derniers ont pratiquement résorbé la tendance modérée. D’après P. Leveel, « avant la fin du xixe siècle, la plupart des syndicalistes avaient quitté la ligne modérée pour former une Fédération des Ouvriers Socialistes Révolutionnaires ; plusieurs furent élus conseillers municipaux en mai 1900166 ».

  • 167 Février 1905. « Grand meeting de réprobation publique » de 600-700 personnes environ, en salle de M (...)

193La période de 1890-1905 est très riche à Tours en congrès, conférences et réunions167 publiques qui jalonnent la naissance de la SFIO. Certains de ces événements seront évoqués dans le chapitre consacré à la mémoire de Losserand. Ce qu’il convient de souligner dès maintenant, c’est la reconnaissance exceptionnelle dont ce militant fera l’objet dans le mouvement ouvrier du département. Au-delà des qualités personnelles du personnage, cela s’explique certainement par sa capacité d’avoir su participer à la renaissance de ce mouvement en tenant compte à la fois de l’héritage républicain et des perspectives du socialisme, sans altérer le sens ni de l’un ni de l’autre.

Le socialisme, rempart de la République

194Le mouvement socialiste, loin de séparer la cause ouvrière du sort de la République, se déclare le défenseur le plus conséquent de celle-ci. Quelques mois après la fondation de la SFIO, et le jour même de l’adoption de la loi sur la Séparation, l’Organe des Fédérations Socialistes Autonomes du Cher et de l’Indre, équivalent de L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, publie dans son éditorial une sorte de mise au point, où sont rappelés les moments critiques pour la survie de la République pendant les trois dernières décennies du xixe siècle. On lit dans cet éditorial intitulé République et Socialisme :

  • 168 Le Parti Socialiste, 9 décembre 1905.

Et sans remonter bien loin dans notre histoire, chaque fois que la forme républicaine a paru menacée en ce pays de France depuis 30 ans, chaque fois qu’a éclaté une de ces crises troubles qui ne sont dangereuses que parce que la faillite des engagements et des programmes républicains sèment le découragement, la désillusion, le scepticisme politique dans les masses, – à l’ordre moral, au boulangisme, lors du renouveau nationaliste, – qui donc s’est levé , qui donc s’est jeté au premier rang dans la bataille, qui donc a sauvé la République, si ce n’est cette avant-garde du prolétariat conscient et organisé qui s’appelle le Parti socialiste.168

  • 169 Nicolet Cl., L’idée républicaine en France…, op. cit., p. 470-473.

195Certes, comme le montre Cl. Nicolet169 en analysant « la critique socialiste de la République », associer sinon identifier les deux concepts, pose problème, surtout à la lumière de la théorie marxiste : comment œuvrer à la disparition du capitalisme tout en revendiquant l’une des formes politiques qui en dérivent. La contradiction est aussi sociale et historique. Dans la perspective de la lutte des classes, il y a comme une incohérence à faire cohabiter sous le même drapeau la grande bourgeoisie, les diverses catégories de plébéiens et le prolétariat moderne constitué en classe ; d’autant plus que dans l’histoire séculaire de la République, la bourgeoisie a couvert la plupart des répressions, du Champ-de-Mars à la Semaine sanglante.

196Mais d’une part, « la critique du régime républicain ne peut être entièrement négative », pense l’auteur, « car la République est en un sens opposable au marxisme lui-même, puisqu’elle en est une des sources » ; d’autre part, au-delà d’un marxisme « mal digéré », sonnant à chaque génération le glas de la République bourgeoise, « une partie des socialistes, marxistes malgré eux, comme Jaurès », cherchent à « s’intégrer dans la continuité républicaine », en s’efforçant de dépasser le point ultime jusqu’où la bourgeoisie a conduit le régime. Ainsi, « à la réponse méditée et codée de Ferry, – “Mon but, c’est d’organiser l’humanité sans dieu et sans roi” –, Jaurès, socialiste idéaliste frotté de marxisme, rétorque qu’il suffisait d’ajouter “et sans patron”, pour avoir tout dit ».

197Dans la perspective du débat théorique et tel que cela se dégage de l’observation, on pourrait dire que les sentiments des ouvriers tourangeaux conscients vis-à-vis de la République peuvent être interprétés en trois termes : en termes de restauration, de conservation et de dépassement.

198Quand le journal Le Travail en fusionnant avec le Démocrate du Loiret se présente comme l’organe de la République ouvrière, on y reconnaît et le « retour aux sources » (le Club des Cordeliers où l’idée de la république a été lancée) et la volonté de se distinguer de la République bourgeoise existante : l’expression confond donc en une seule entité ce que nous appelons restaurer et dépasser la République. Mais en observant un certain nombre de cas, on peut identifier séparément les trois attitudes en question.

199Pour ce qui est de la « restauration », il est assez clair que la demande de la suppression des armées permanentes n’est pas un vœu spécifiquement prolétarien, mais qu’elle renvoie aux soldats de l’An II. Or ce que dit Joffrin dans une conférence à Châtellerault, prononcée devant 1 200 personnes, dont mille ouvriers au moins, est un sentiment général dans le monde ouvrier, avant que la propagande impérialiste et chauvine n’empoisonne les esprits :

  • 170 Le Travail, 6 mai 1885.

On demandait en 1869 […], la suppression des armées permanentes, ce qui ne consiste pas comme le prétendent les partisans des armées prétoriennes, à livrer sans défense la France à l’étranger, mais bien au contraire, à nationaliser l’armée et la rendre invincible, car sans être patriote à la Déroulède, nous aimons cette France, berceau de la Révolution, et nous la voulons forte et respectée, mais nous ne voulons pas de ces armées, qui permettent de mettre la force aux services tunisiens et tonkinois […] au détriment de la République et de la classe ouvrière, qui souffre de ce gaspillage.170

  • 171 AD, 1 M 115, Rapport de police, 2 septembre 1894.

200On retrouve encore cette aspiration à rétablir, non pas un âge d’or imaginaire, mais une réalité qui a été altérée par la volonté politique, dans l’opposition faite par un orateur sur la tombe de Losserand, entre l’esprit nouveau (les concessions au cléricalisme) et l’esprit ancien : « Nous voulons rester Français avec l’esprit ancien des Rabelais, des Joffrin et des Chabert ! », dit cet orateur171.

201Dans l’ordre symbolique, la presse ouvrière explique à ses lecteurs l’anachronisme de la couleur blanche dans le drapeau tricolore, puisqu’elle incarnait le pacte entre l’ancien régime et le nouveau. Or le roi a trahi le pacte, il a été condamné :

Le drapeau tricolore doit être considéré comme nul et non avenu [Qui plus est, au bout de ce drapeau], les philippistes ont adopté leur chapon, les impérialistes leur vautour, voyez-vous de prétendus républicains le revendiquer aujourd’hui non pas avec un bonnet phrygien, ce qui avait une signification, mais avec une lance, ce qui n’a aucun sens, à moins que celui de lancer des affaires dont la Tunisie et le Tonkin nous ont fourni les échantillons.

  • 172 Le Travail, 19 juillet 1885.

Le bonnet phrygien, de couleur rouge, symbole de l’émancipation, est donc associé au drapeau rouge, souvenir sanglant de tous les massacres dont le peuple a été victime et dont les autoritaires ne tolèrent pas l’exhibition.172

202La Commune de Paris et « l’assassinat de tout un peuple » ont puissamment contribué à raviver le sentiment républicain, tel qu’il a pris naissance à partir de l’été 1791, dans sa dimension patriotique et sociale. Le rapprochement s’impose puisque les Prussiens étaient là comme les Autrichiens avaient menacé Paris en septembre 1792, et comme à ce moment là, la complicité du gouvernement a exaspéré le peuple de la capitale. Chaque année, le dix-huit mars, les héritiers se souviennent avec ferveur de la Semaine sanglante et, dans le camp des fusilleurs, on renouvelle la peur sociale et la haine de classe.

  • 173 On peut comparer notamment les comptes rendus de L’Indépendant du 19 mars 1882 et du Journal d’Indr (...)

203Le journal bonapartiste, défenseur de l’armée, dépasse ici de loin, au chapitre du dénigrement, le grand quotidien clérical qui, nous semble-t-il, rapporte de façon objective le déroulement des manifestations au Père-Lachaise, regrettant seulement la faiblesse du gouvernement opportuniste, sa bête noire173.

  • 174 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 30 mai 1888.

204Dans les années 1880, les comptes rendus, quand ils portent sur les faits, sont d’autant plus détaillés que les groupes politiques qui défilent au Mur des Fédérés, les orateurs et les thèmes de leurs discours sont des choses familières à Tours. Au 17e anniversaire, à un moment où l’étoile du général Boulanger est en pleine ascension, la tension est grande entre les différentes sensibilités socialistes. Alors que pratiquement toutes sont présentes (possibilistes, allemanistes, blanquistes, indépendants, anarchistes…), Joffrin doit se justifier pour s’être allié avec Ranc et Clemenceau : « C’est pour sauver la République, menacée par toutes les réactions. La fin de la République, c’est le recul de toutes les espérances socialistes ; sauvons-la d’abord. » De son côté, l’anarchiste Lucas tire sur le blanquiste Rouillon qui s’apprête à placer la couronne offerte par le journal l’Intransigeant, en criant : « Tu n’accrocheras pas cette couronne d’un journal, qui, comme toi, s’est rallié à un fusilleur de la commune174. »

  • 175 L’Union Libérale, 11-12 décembre 1882.

205La bourgeoisie républicaine a commencé à intégrer la mémoire de la Commune en votant l’amnistie des communards en juillet 1880, peu de temps avant l’institution du 14 juillet comme fête nationale. Si dans l’immédiat, cette mesure n’était pas désintéressée, puisque Gambetta voulait ainsi éviter la perte des voix parisiennes, il existe des traces, permettant de deviner un mouvement plus profond. Le plus intéressant à cet égard est un article de fond de L’Union Libérale, publié au lendemain de la mort de Louis Blanc et intitulé Terreur rouge et terreurs blanches. Acceptant la mise en parallèle, le journal radical réfute en des phrases cinglantes la confusion entre les massacres de septembre motivés par le réflexe de défense de la Révolution trahie et les basses vengeances de la réaction : « Les révolutionnaires ont été des lions : les royalistes n’étaient que des hyènes […]. Les septembriseurs, les communards de 1871 n’ont jamais exercé des vengeances aussi lâchement féroces. Les descendants de ceux qui firent la St-Barthélemy sont restés les mêmes175. »

  • 176 Journal d’Indre-et-Loire, 25 septembre 1886.

206Le consensus conservatoire entre républicains et socialistes peut encore être repéré dans le refus commun du corporatisme, dont le ciment est, par définition, la religion et l’Église catholiques. Alors que la pratique religieuse paraît une question quasi obsolète, c’est à travers le rapport social fondamental qui est l’organisation du travail, que le clergé entreprend de saper les bases du régime. On est surpris, en tombant sur un article du Journal d’Indre-et-Loire intitulé Le bon Dieu et l’huissier Gorce176, de la réaction épidermique émanant du texte qui commente l’intervention du conseiller municipal radical de Tours lors d’un congrès à Lyon de la Fédération coopérative de la Boulangerie. L’article reprend les comptes rendus du Temps et du Journal des Débats pour attaquer Émile Gorce :

[Il] ne peut souffrir que les catholiques travaillent à l’œuvre de l’association coopérative. C’est ainsi qu’il entend l’association du capital et du travail. Arrière le capital catholique, arrière le travail clérical ! Plus de société qui prenne un saint pour patron et dont les membres aillent à la messe « reconnaissant ainsi que Dieu est la source des biens temporels non moins que des biens spirituels ». Ainsi parla l’huissier Gorce […].

Au demeurant, les sociétés coopératives qui ont un saint pour patron et qui vont à la messe, ont du bon, puisque la Boulangerie coopérative de Tours n’a guère fait que copier, a-t-on dit au congrès, les statuts de la Société coopérative de la corporation chrétienne du Val-des-Bois, que ne peut souffrir M. Gorce […].

Et puis, l’honorable huissier […] ne saurait ignorer que le système économique du christianisme est assez estimé même des économistes les plus républicains. Il pourrait lire là-dessus dans Bastiat, Michel Chevalier, et même Proudhon, des pages qui calmerait son effervescence anti-cléricale.

207C’est que dans la dernière séance du congrès en question, le délégué de Tours s’est élevé, à propos de la société du Val-des-Bois, près de Reims, contre le fait que celle-ci exige de ses adhérents « certaines pratiques religieuses » et qu’elle manque ainsi au règlement de la Fédération. La feuille de Jules Delahaye estime en fin de compte que « ces appréciations vaudront peut-être à M. Gorce l’estime de M. Corbeau ou de M. Losserand, mais non celle des économistes sérieux, parmi lesquels l’huissier tourangeau aspire à être rangé ».

208À Tours même, les radicaux et les socialistes ont maille à partir avec les promoteurs de l’association capital-travail sous le drapeau de la religion. Dans une mise au point des thèmes de sa conférence, l’abbé Garnier, « Fougueux prédicateur, apôtre fameux du socialisme chrétien », précise que seule la religion étant capable de faire cesser l’antagonisme des classes, il faut rétablir « les institutions corporelles [c’est-à-dire corporatives] et professionnelles analogues à celles que brisa la Révolution française en 1791 ».

209À la suite d’une conférence dans l’imprimerie Mame, où « bon gré mal gré, tous les ouvriers qu’ils en soient ou non partisans, durent entendre les théories du prédicateur », le propriétaire adresse une circulaire à chaque ouvrier et employé de la maison, « qui n’a pas été sans produire une certaine émotion » :

  • 177 L’Union Libérale, 21 novembre et 16 décembre 1888.

Un groupe d’employés et d’ouvriers de la maison Mame se sont réunis à la suite de la conférence de M. l’abbé Garnier, dans le but de rechercher des adhésions au mouvement dont il est le promoteur. Ils vous demandent de vous associer à leurs efforts en signant le bulletin ci-joint [Le bulletin est ainsi conçu] : Je soussigné donne mon adhésion à l’association catholique de l’industrie du Livre, à établir dans la Maison Mame, dans le but de rapprocher le Patron et l’Ouvrier, par la Religion, qui seule peut assurer à tous l’Union […]. Et demande, pour atteindre ce but, l’établissement dans la Maison d’une salle de réunions. Nom et prénom. Adresse.177

  • 178 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 30 mai 1888.

210L’indignation implicite du quotidien radical devant cette altération de la liberté de conscience rejoint les critiques socialistes, qui sont d’autant plus vives que c’est par la mainmise sur la conscience ouvrière que l’on met en cause un des principes fondamentaux de la République. Reconnaissant qu’on connaît mal l’organisation et les forces du cléricalisme, Gallus prévient les ouvriers : « De toutes ses créations modernes, celles des cercles catholiques ouvriers est la plus audacieuse, la plus redoutable, la plus ignorée. Il ne faut pas se fier à son étiquette sainte-nitouche. En apparence, quoi de plus innocent qu’un cercle? Voici le prétexte : Réunir d’une manière bien inoffensive des ouvriers pour les distraire après leur travail178. »

211Quelques mois après l’encyclique Rerum novarum, c’est L’Éclaireur qui dans un éditorial intitulé Le Catholicisme socialiste, propose une véritable mise en perspective historique, manifestant sa volonté de préserver la République par la seule liberté de conscience qu’un ouvrier puisse avoir : la conscience de classe. Voici ce texte qui, plus d’un siècle après, garde toute la fraîcheur de son message :

On peut discuter les doctrines socialistes, les adopter ou les rejeter ; il est impossible de nier qu’elles sont une des plus puissantes manifestations de la pensée moderne. Pratique en Angleterre et en Amérique, révolutionnaire en Espagne, conspirateur en Italie, Scientifique en Allemagne, c’est sous cette dernière forme aussi qu’il se manifeste en France. Aujourd’hui le grand avancé du socialisme français s’inspire des doctrines de Karl Marx. Depuis bien longtemps, le catholicisme exploite le monde et embrasse avec une prudence hors ligne le parti du plus fort. Pendant des siècles, il a été l’allié fidèle du despotisme […].

C’était le fer et le feu, les massacres des Albigeois, les boucheries de l’Inquisition, la Saint-Barthélemy, les dragonnades de Louis XIV. Mais l’idée était-elle vivace, renaissait-elle comme le phénix de la cendre des bûchers ? Le baptême de sang, dont l’Église a été plus prodigue encore que du baptême de l’eau lustrale, lui don-nait-elle une nouvelle vigueur ? Alors on transigeait, on cherchait à faire sienne cette ennemie dangereuse et à l’embrasser pour mieux étouffer.

Il en est ainsi aujourd’hui pour le socialisme […]. Aujourd’hui qu’il voit le rapide progrès du socialisme scientifique et impie, le catholicisme commence à s’alarmer. Il sent que c’est là qu’est le danger véritable, et c’est de ce côté qu’il dirige ses coups […]. De là leurs ligues, leurs comités, leurs coopératives. Bizarre mélange de religion et d’économie politique.

Malheureusement pour cette religion de fraternité et d’amour qui s’empare tout à coup des cléricaux pour les Travailleurs, depuis bientôt 2 000 ans que cette religion règne dans le monde, c’est sous son ombre que les iniquités sociales les plus monstrueuses ont grandi. Et c’est dans le camp des impies et des sceptiques que sont nées les premières revendications, et de leurs rangs que sont parties les éloquentes protestations et les cris d’indignation contre les injustices […].

  • 179 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 24 octobre 1891.

Travailleurs, n’oubliez jamais que toutes les armes sont bonnes au cléricalisme pour atteindre son but, dut-il pour cela se servir de celles de ses ennemis ; et que pour mieux combattre le Progrès, il sait au besoin en prendre habilement le masque. Attendons-nous à voir, sous peu, les cléricaux se dire socialistes179.

212En un sens, ces remarques comportent la réponse au troisième aspect des rapports république/socialisme tels qu’ils ont été soulevés plus haut : à savoir que c’est seulement en conservant à la République son identité propre que le dépassement en soit possible. Bien des débats entre socialistes et radicaux du département montreraient que l’ultime point jusqu’où ces derniers peuvent suivre les premiers, c’est la question de la propriété : là où s’arrête la propriété commence le dépassement de la République, ou plutôt son achèvement, si on veut se souvenir du mot de Jaurès, avec l’organisation de l’humanité sans patron.

Notes

1 Louis Paul, Histoire du socialisme en France 1789-1945, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1946, p. 213-214. Grandjean Philippe, La dynamique de la séparation de l’Église et de l’État en Indre-et-Loire (1880-1905), Tours, Université François-Rabelais, 1991, Mémoire de maîtrise, 218 p.

2 Dans l’ordre des citations, Tours-Journal, 1er mars 1887, L’Union Libérale, 24 avril 1880, Journal d’Indre-et-Loire, 23 septembre 1885.

3 Testu Jean-Marie et Chollet Claude, Le socialisme en Touraine, Tours BM, 1956, Texte dactylographié, p. 66.

4 L’Union Libérale, 7 juillet 1882.

5 Cela est arrivé, rappelle Dupré, peu de temps après que Louis Berquin eût été brûlé en place de Grève, accusé d’hérésie. Rabelais « avait en effet attaqué violemment les moines, médit des gens d’Église, abandonné successivement deux couvents, changé son habit monacal contre celui de prêtre séculier. L’irrégularité de sa vie ecclésiastique l’exposait à toutes les conséquences d’un jugement sévère : il redouta le sort de Berquin et s’éloigna ».

6 L’Union Libérale, 5 juillet 1882.

7 Baal Gérard, Histoire du radicalisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1994, p. 4-5.

8 Mayeur Jean-Marie, La séparation des Églises et de l’État, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1991, p. 17.

9 Tours-Journal, 17 novembre 1887.

10 Collaborateurs de la feuille de Bertrand : Édouard Achard, publiciste, correspondant du Patriote de la Nièvre, Paris ; Achille Boulogne, homme de lettres, président de plusieurs sociétés parisiennes ; De Charrier, avocat à Montpellier ; Triballou, jardinier à Monnaie (I-et-L) ; « Jouvenal », poète satirique ; Emmanuel de Reinroff, lauréat des jeux floraux ; Paul Black, écrivain tourangeau ; X, vigneron d’Esvres (I-et-L). Tours-Journal, 8 février 1887.

11 Tours-Journal, 1er mars et 13 octobre 1887.

12 « Les conservateurs retrouvaient pratiquement leurs chiffres et leurs bastions de 1877. Ils obtenaient les voix des anciens abstentionnistes de 1881 et d’un certain nombre d’électeurs républicains. Au premier tour, les conservateurs avaient 176 sièges contre 127 républicains […]. Au total, la nouvelle Chambre comptait 383 républicains […] pour 201 conservateurs. Ceux-ci étaient deux fois plus nombreux qu’en 1881 ». Tout en gardant leur autonomie, les bonapartistes et les royalistes ont formé une Union des droites. Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République…, op. cit., p. 163-164.

13 Travail, 13 décembre 1885.

14 Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République…, op. cit., p. 60.

15 À propos des « attaques et des injures de Jules Delahaye », le journal L’Union Libérale écrit le 12 février 1880 : « La direction du Journal d’Indre-et-Loire a été imprudemment confiée depuis un an à un jeune homme bileux et rageur qui, inhabile à traiter les questions de principe, se rattrape en insultant quelqu’un tous les matins. Il est peu de jours, en effet, où on ne trouve dans les colonnes de ce journal une diatribe à l’adresse d’un fonctionnaire de l’État ou d’un personnage quelconque de notre département ». Anne Le Gall, qui relève le « caractère très tranché » de Jules Delahaye, pense que l’influence de ce « personnage bruyant […] n’est sûrement pas aussi forte que voudrait le laisser croire le ton de sa voix ou la violence de ses écrits » (Le Gall Anne, Jules Delahaye (1851-1925). Du royalisme au boulangisme : la carrière tourangelle d’un député réactionnaire à la fin du xixe siècle (1879-1895), Tours, Université François-Rabelais, mémoire de maîtrise, 1988, p. 261).

16 Journal d’Indre-et-Loire, 16 au 16 janvier et 26 novembre 1888 ; Tours-Journal, 3 mars 1888.

17 En décembre 1887, une manifestation organisée par le comité régional de la Ligue des Patriotes et par les Sociétés de tir et de gymnastique du département, au cimetière de Monnaie sur la tombe des « soldats français morts pour la patrie » au combat du 20 décembre 1870, réunit environ 1 500 personnes. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 25 décembre 1887.

18 Tours-Journal, 19 septembre 1888. Quelques mois auparavant, Jules Delahaye, porte-parole de la réaction dans le département, écrivait : « Le boulangisme ne m’effraye pas absolument. J’y veux voir autre chose que le personnage, j’y veux voir le coup de pioche, que sous l’irrésistible poussée du pays, il donnera à la citadelle parlementaire ». Journal d’Indre-et-Loire, 18 mars 1888.

19 Tours-Journal, 29 mars 1888.

20 Nicolet Claude, L’idée républicaine en France (1789-1924), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1994, p. 183.

21 Leveel Pierre, Histoire de Touraine et d’Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, 1988, p. 694.

22 Bailleul Raymond, « L’Indre-et-Loire », dans Croubois Claude (dir.), La Touraine des origines à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Éd. Bordessoules, 1982, p. 329.

23 Labussière Jacqueline, dans Chevalier Bernard (dir.), Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 278, 282.

24 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 31 mars - 1er avril 1889.

25 Laurencin Michel, L’opinion publique en Indre-et-Loire dans les élections législatives de 1869 et le plébiscite de 1870, Tours, Université François-Rabelais, mémoire de maîtrise, 1966, p. 65-70 ; Id., Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, 1990, p. 510-512.

26 Journal d’Indre-et-Loire, 1er juillet et 20 octobre 1880.

27 Le 26 décembre 1847, « à l’issue d’une cérémonie, le vénérable Charpentier expliqua le sens du nouveau titre “Les Démophiles” en ces termes : “Nous sommes du peuple, nous sommes les amis du peuple. Le maçon a effacé de son cœur l’antique et frivole noblesse des parchemins’’ ». Feneant Jacques, Histoire de la Franc-Maçonnerie en Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, 1981, p. 222.

28 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 225-229.

29 Le rédacteur du Travail, S. Paulard, constate au cours de sa conférence à Tours en décembre 1885 que « la 3e République fut fondée par une poignée d’avocats ardents à réclamer les réformes populaires quand ils étaient dans l’opposition et qui une fois au pouvoir ont oublié toutes leurs promesses. Ce sont ces avocats qui ont fait entrer au Parlement le 4 octobre dernier, 200 députés conservateurs. Ce sont ceux qui détiennent le pouvoir actuellement encore qui en feront entrer 3 ou 400 aux prochaines élections ». Journal d’Indre-et-Loire, 7-8 décembre 1885.

30 Gorgues André, Quand la Touraine devient républicaine : les scrutins politiques en Indre-et-Loire de 1870 à 1879, Mém. de sc. politiques, Poitiers, 1964-1969, cité par Jolas Robin Christine, L’opinion politique en Indre-et-Loire aux élections législatives de 1881 et 1885, Tours, Université François-Rabelais, 1990, mémoire de maîtrise, p. 159.

31 Il recense 16 variétés de républicains : modérés, centre droit, centre gauche, opportunistes, radicaux, libéraux-radicaux, intransigeants, anticléricaux, socialistes, socialistes-révolutionnaires, possibilistes, autonomistes, anarchistes, républicains du parti ouvrier, radicaux progressistes, progressistes rationalistes…

32 Journal d’Indre-et-Loire, 8 mai 1884, 27-28 juillet et 23 septembre 1885.

33 Il s’est formé à Tours une Fédération des groupes républicains de Tours et du département d’Indre-et-Loire ayant pour objet la concentration de tous les républicains sans distinction de nuances, afin d’assurer la conservation et la défense de la République, annonce L’Électeur d’Indre-et-Loire des 14-15 octobre 1888. Les groupes signalés qui reçoivent à Tours les adhésions sont les suivants :

      1. Le Grand-Cercle républicain, rue Nationale ;

      2. Le Cercle radical, rue de la Scellerie ;

      3. La Ligue radicale, rue du Change ;

      4. Le groupe Voltaire, place du Grand-Marché ;

      5. La Libre-Pensée, place d’Aumont ;

      6. Les Loges maçonniques.

34 Journal d’Indre-et-Loire, 23 septembre 1886. Tours-Journal, 11 septembre et 6 novembre 1887.

35 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 19, 24 et 27 septembre 1885.

36 Né en 1840 à Paris, Daniel Wilson a hérité de son grand-père, un industriel anglais établi en France. Il fonde à Tours, en association avec le conservateur Flavigny et le demi-libéral Georges Houssard, L’Union Libérale, journal républicain et anticlérical. Député plusieurs fois de Loches à partir de 1869 ; sa sœur possède le château de Chenonceaux. Sous-secrétaire d’État aux Finances à partir de 1880, Wilson est ensuite directement impliqué dans le scandale du trafic des décorations (1886-1887), qui entraîne la démission du président Jules Grévy, son beau-père. En 1887, Wilson possédait 20 journaux et c’est en incitant les futurs décorés à souscrire des actions pour ses journaux qu’il a fini dans le scandale. Il a également utilisé les services présidentiels de l’Élysée à des fins personnelles.

37 L’Union Libérale, 29 avril 1880.

38 Huissier, militant radical, enfant terrible et plusieurs fois membre du Conseil municipal de Tours, Henri Royer a été le 5 juilllet 1878, l’un des trois conseillers (avec Rivière et Ernous) « à admettre l’idée d’une séparation entre l’Église et l’enseignement ». Il obtient le changement du nom de la rue Bonaparte, qui « rappelle trois invasions et le démembrement de la France ». Décédé en 1903 et enterré civilement, Henri Royer a légué toute sa fortune à la ville de Tours. En 1905, son nom fut donné à la rue qui relie les rues de l’Arbalète et de Châteauneuf. Aron Émile, Tours en 1880 : mémoire d’une ville, Chambray-lès-Tours, CLD, 1981, p. 107-108.

39 Journal d’Indre-et-Loire, 11-12 mai, 5 et 6-7 juillet, 8 et 9 août, 4, 5, 6 et 7-8 septembre 1885.

40 Journal d’Indre-et-Loire, 8 et 9 août 1885.

41 « M. Oudin estime que […] il ne s’agit point de se placer au point de vue anti-clérical. Il faut laisser de côté les questions irritantes et envisager simplement ce projet de reconstruction au point de vue municipal […]. M. Losserand croit au contraire qu’il s’agit de manifester une fois de plus les sentiments anti-cléricaux du Conseil ». Séance du 7 août 1885.

42 Journal d’Indre-et-Loire, 5 septembre 1885.

43 Très souvent, les questions touchant à la laïcité que soulève la presse sont également discutées en Conseil municipal. Autant dire qu’il paraît erroné d’opposer une sorte d’extrémisme des milieux journalistiques à l’apparente modération de l’opinion publique chez les Tourangeaux. S’agissant précisément des emblèmes religieux, on relève par exemple la communication suivante signée par sept conseillers municipaux (Corbeau, Garnier, Ducrot, Brédif, Degorce, Dr Fournier et Gaudin) et présentée en conseil le 30 mars 1883 : « Considérant qu’un Conseil municipal véritablement républicain doit avoir pour principe de faire respecter la liberté de conscience dans les établissements sous son contrôle. Considérant en outre que les emblèmes religieux qui existent encore dans nos écoles communales sont de nature à froisser le sentiment des parents ayant une religion autre que celle représentée par ces emblèmes. Qu’il importe au Conseil de faire cesser cette situation anormale et de faire respecter toutes les convictions. Les soussignés conseillers municipaux invitent l’administration municipale à faire les démarches nécessaires pour faire enlever le plus promptement possible tous les emblèmes religieux restant encore dans les écoles communales de Tours. » AM, 1 D 71, Registre des procès-verbaux du Conseil municipal.

44 Titres relevés dans L’Union Libérale des années 1880 et 1882.

45 « Il est scandaleux qu’on ait écrit l’histoire de l’anticléricalisme (Rémond René, L’anticléricalisme en France. De 1815 à nos jours, Bruxelles, Éd. Complexe, 1985) ou de la laïcité (Caperan L., Histoire de la laïcité républicaine…) sans rappeler d’abord la chape de plomb qu’a été le cléricalisme français entre 1850 et 1906. » Nicolet Cl., L’idée républicaine…, op. cit., p. 271, note 1.

46 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 11 et 13 décembre 1884. Voir aussi L’Indépendant d’Indre-et-Loire 19-20 janvier et 2 septembre 1885.

47 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 229-262 ; Id., Francs-Maçons et Sociétés secrètes en Val de Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, 1986, p. 218-301.

48 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 257-258.

49 Ibidem, p. 229.

50 Ibid., p. 235.

51 Ibid., p. 234-235.

52 Ibid., 1986, p. 227.

53 Ibid., p. 300.

54 Ibid., p. 277.

55 Dans Chevalier B., Histoire de Tours…, op. cit., p. 322.

56 Feneant J., Histoire de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., 1981, p. 257.

57 AD, 4 M 294.

58 L’Union Libérale, 21 juin 1882.

59 Ibidem.

60 AD, 4 M 294. L’Union Libérale, 10 septembre 1882.

61 Testu J.-M. et Chollet Cl., Le socialisme en Touraine…, op. cit., p. 65.

62 Tours-Journal, 8 novembre 1887.

63 Tours-Journal, 10 novembre 1887 et 1-2-3 et 5 avril 1888.

64 AD, 4 M 494. Sociétés de Libre-Pensée. États nominatifs et autorisations administratives.

65 On peut rapprocher cette évolution du passage suivant d’un livre posthume de Zola : « On a vu un pape politique mener ce mouvement tournant qui devait chasser la révolution de chez elle, en faisant siennes ses conquêtes au nom de la liberté. Alors les républicains de la veille ont eu la naïveté de se croire vainqueurs devant ce prétendu désarmement de l’Église, et de lui sourire par un excès de tolérance ; et ils ont célébré l’esprit nouveau d’apaisement, d’union de toutes les croyances […]. Puisque la république triomphait, pourquoi n’aurait-elle pas accueilli tous ses enfants, même les rebelles qui avaient toujours voulu l’étrangler… Mais grâce à cette belle grandeur d’âme, l’Église continuait à cheminer sous terre ; l’éternelle besogne d’envahissement et d’asservissement se poursuivait sans une heure de repos […]. » Émile Zola, Vérité, Paris, Le Livre de Poche classique, 1995, p. 179-180.

66 Victor Hugo est mort le 22 mai 1885, à 13 h 30. Le 21 mai, le cardinal Guibert, archevêque de Paris, a fait une démarche auprès de Mme Edouard Lockroy, belle-fille de V. Hugo, lui annonçant : « J’ai bien prié au saint sacrifice de la messe pour l’illustre malade. S’il avait le désir de voir un ministre de notre sainte religion […], je me ferais un devoir bien doux d’aller lui porter les secours et les consolations dont on a si grand besoin dans ces cruelles épreuves. Mme Lockroy remercie l’archevêque, et répond notamment : Quant à M. Victor Hugo, il a déclaré ces jours-ci encore qu’il ne voulait être assisté, pendant sa maladie, par aucun prêtre d’aucun culte. Nous manquerions à tous nos devoirs si nous ne respections pas sa volonté. ». L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 24 mai 1885.

67 Tours-Journal, 11 octobre 1887.

68 Le troisième congrès annuel de la Fédération internationale des libres-penseurs avait eu lieu au Grand-Orient de France, les 1er, 2 et 3 septembre 1882. Le grand banquet prévu au Palais-Royal aurait dû être présidé par « le célèbre député libre-penseur de Northampton, M. Charles Bradlaugh ». Or peu avant le congrès, Ch. Bradlaugh écrit au journal La Vérité pour exprimer son « profond regret d’être empêché de quitter l’Angleterre par le procès qui se poursuit en ce moment contre moi pour cause de blasphème ». L’Union Libérale, 25 août 1882.

69 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 21-22 septembre 1885.

70 Ibidem ; Tours-Journal, 3 mars et 9 mai 1888.

71 L’idée des cercles remonte à l’automne 1848 quand Ledru-Rollin fonde le mouvement dit solidarité républicaine, « auquel adhèrent certains socialistes, amis de Louis Blanc […]. En Indre-et-Loire, la police perquisitionne début avril 1849 aux domiciles des sieurs Vincent, Pesson et Mariau pour y chercher la preuve de leur participation à la “solidarité républicaine”. Elle trouve chez Vincent tous les documents constituant l’organisation de cette société dont il est le président pour Tours, et chez Pesson des dossiers prouvant qu’il en est membre […] beaucoup des hommes incriminés dans cette affaire appartiennent au cercle Moreau qui s’est justement formé en 1848. Moreau a d’ailleurs été traduit devant la cour d’Assise d’Indre-et-Loire en compagnie de Vincent et Dubrac, pour association illicite ; ils ont été acquittés par décision du Jury le 10 juin 1850 ». Cheville Valérie, Les cercles et associations : sociabilité et démocratie dans le département d’Indre-et-Loire 1848-1901, Tours, Université François-Rabelais, mémoire de maîtrise, 1988, p. 81.

72 AD, 4 M 270, 295.

73 AD, 4M 294, lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 17 février 1891.

74 AD, 4M 295, Assemblée générale, 13 mars 1886.

75 Ibidem, Statuts.

76 AD, 4M 270, Statuts.

77 Aux élections législatives d’octobre 1885, Armand Rivière estimant qu’il avait peu de chance d’être élu sur la liste du Comité radical des Villes et des Campagnes, s’est présenté sur la liste opportuniste.

78 Quelques mois plus tard, le journal de Bertrand écrit : « Deux hommes viennent de tomber sous le mépris public : Grévy et Wilson. Wilson pour avoir trafiqué de l’honneur au palais même de l’Élysée, Grévy pour s’être prêté à ce jeu misérable et pour avoir voulu couvrir son gendre. Or […], il se trouve que Rivière, député d’Indre-et-Loire, s’est fait le défenseur acharné du beau-père et du gendre et pendant que les hommes de tous les partis, pendant que la presse de toute nuance, pendant que l’opinion publique, pendant que la France entière se levaient pour accabler Wilson, seul, le vieux Rivière le proclamait innocent et immaculé. Comment expliquer cette conduite? […] Déjà les députés ses collègues de la gauche radicale l’ont montré au doigt et le tiennent pour un petit caractère […]. » Tours-Journal, 7 décembre 1887.

79 Le même genre de défaillance a été remarqué pour le compte du docteur Fournier par Royer, son collègue radical, au moment où il était question de donner le nom de l’ancien maire de Tours à la passerelle du chemin de fer et à la rue des Rotondes qui lui fait suite. Royer (sans vouloir critiquer les éloges prononcés par le rapporteur, dit-il) : « Pendant qu’on y est, qu’on donne le nom de M. Fournier à tout le quartier ! […] Pendant qu’on y est, pourquoi n’élèverait-on pas une statue à M. Fournier. Il a eu d’excellentes idées, mais il était sujet à variation et n’a pas toujours été très ferme dans ses opinions. De libre-penseur qu’il était, vous savez tous comment il a fini. Nous ignorons par quelle manigance il se trouve avoir brûlé ce qu’il avait adoré. » AM, 1 D 88, Registre des délibérations du Conseil municipal, Séance du 27 avril 1898.

80 Tours-Journal, 11 janvier 1887.

81 À l’échelon national, les événements suivants ont jalonné la naissance du Parti radical : fondation en novembre 1894 d’un Comité central d’action républicaine se proposant de maintenir la liaison entre les comités radicaux dans le pays, les loges maçonniques et la presse locale d’inspiration radicale ; en novembre 1895, ce Comité fusionne avec l’Association pour les réformes républicaines qui réunissait des parlementaires : le Comité d’action pour les réformes républicaines ainsi réalisé (avec 70 comités, 53 loges maçonniques et 62 journaux) est à l’origine de la constitution du Parti radical. Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République…, op. cit., 1973, p. 218-219.

82 Laurencin M., L’opinion publique en Indre-et-Loire…, op. cit., p. 68. Wagret Paul, Tours au xixe siècle, Conférence, 13 février 1974, AD, 4 Bh 527.

83 Audin Pierre, Moi, Léon Berland, vigneron de Touraine. Veigné, village tourangeau dans la seconde moitié du xixe siècle, Chambray-lès-Tours, CLD, 1995, p. 17, 19 et 36.

84 Goudault Françoise, Le catholicisme social en Indre-et-Loire, Tours, 1966, p. 46-47. Jolas-Robin Christine, L’opinion politique en Indre-et-Loire…, op. cit., reprend l’analyse de F. Goudault dans le cadre des « attitudes de la société tourangelle ».

85 Grandjean Ph., La dynamique de la séparation…, op. cit., p. 47. Pour l’ensemble de la France, J.-M. Mayeur observe que « la déchristianisation du monde rural est ancienne et traduit des phénomènes de longue durée antérieurs à la Révolution française. Cependant elle s’est accélérée dans maintes régions entre 1860 et 1880, ainsi du Bassin parisien […]. La Champagne et la Bourgogne, la Touraine, l’Orléanais connaissent la même évolution. Elle s’affirme entre 1875 et 1885 » (Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République…, op. cit., 1973, p. 135-137). La lettre d’un libre-penseur de Langeais montrerait que la prise de distance vis-à-vis du clergé va de pair avec le non respect des interdits religieux. Cet homme écrit en effet : « Les vignerons avaient l’habitude de faire dire une messe le jour du Saint-Vincent. L’année dernière, le frocard s’est refusé à dire cette messe, qui leur coûtait pourtant bien 25 fr, sous prétexte que la Saint-Vincent tombait un vendredi, jour où il est défendu de manger de la viande et de danser. Les vignerons, se moquant de ces prétextes dérisoires ont mangé et dansé le vendredi et se sont passés de la messe. Cette année, un certain nombre de vignerons ont désiré avoir la messe, d’autres s’y sont opposés. Bref, il a fallu voter. Eh bien ! les deux tiers des vignerons ont voté contre la messe et l’autre tiers pour. » L’auteur de la lettre conclut qu’« il est temps de séparer l’Église de l’État ». Tours-Journal, 25 janvier 1887.

86 Véritable expert dans ce genre d’exercice, René Rémond, considère par exemple l’anticléricalisme comme « presque une foi, sinon une religion ». Rémond R., L’anticléricalisme en France…, op. cit., p. 7.

87 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 27 juillet et 28 juillet 1888.

88 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 35-36.

89 Grandjean Ph., La dynamique de la séparation…, op. cit., p. 47.

90 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887. Tours-Journal, 20 janvier 1887.

91 Journal d’Indre-et-Loire, 21 février 1885 et 25 août 1886. Tours-Journal, 13 mars, 6 septembre, 15 septembre, 6 décembre 1887 et 29 février, 29 mars 1888. L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887. L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 11 avril et 19 septembre 1891.

92 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 11 avril 1891.

93 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 19 septembre 1891.

94 Tours-Journal, 29 mars 1888.

95 Tours-Journal, 29 février 1888.

96 Tours-Journal, 15 septembre 1887.

97 Tours-Journal, 15 mars 1887.

98 Tours-Journal, 24 mars 1887.

99 Tours-Journal, 6 septembre 1887.

100 Tours-Journal, 6 décembre 1887 ; L’Électeur d’Indre-et-Loire, 11-12 décembre 1887.

101 Tours-Journal, 6 septembre 1887.

102 Tours-Journal, 25 janvier 1887.

103 Tours-Journal, 10 mars 1887.

104 Tours-Journal, 14 décembre 1887.

105 Tours-Journal, 10 mars et 14 décembre 1887 ; 4-5 mars 1888.

106 Tours-Journal, 13 et 14 mars 1887.

107 Tours-Journal, 6 septembre 1887.

108 Tours-Journal, 15 septembre 1887.

109 Tours-Journal, 29 février 1888.

110 Il s’agit du 16 mai 1877, quand Mac-Mahon, président de la République depuis 1873 (période dite de l’Ordre moral), dissout la Chambre des députés, suite aux élections de février 1876 qui ont été largement favorables aux républicains. En octobre 1877, le scrutin ayant à nouveau donné la majorité aux républicains, il ne restait plus à Mac-Mahon qu’à se soumettre ou à se démettre, selon la phrase célèbre de Gambetta.

111 Tours-Journal, 14 juillet 1887.

112 Tours-Journal, 4-5 mars 1888.

113 Tours-Journal, 14 décembre 1887.

114 Tours-Journal, 27 février, 13 et 15 mars, 14 juillet, 6 et 15 septembre, 14 décembre 1887 ; 29 février et 4-5 mars 1888.

115 Tours-Journal, 29 février 1888.

116 Tours-Journal, 29 mars 1888.

117 Tours-Journal, 19 juin 1888.

118 Paul Bert venait de mourir et la Société de la Libre-Pensée démocratique de Tours adressa à sa veuve, à Auxerre, une lettre de condoléances très chaleureuses au nom d’« un groupe de libres citoyens, modestes travailleurs de notre belle Touraine », où il est écrit notamment : « Nous, Lutteurs populaires pour la liberté de conscience, nous nous souviendrons que votre illustre époux fut l’apôtre de nos principes. » Tours-Journal, 20 janvier 1887.

119 Tours-Journal, 19 juin 1888 et 20 janvier 1887.

120 Emblèmes funéraires. Pour tombeaux de libres-penseurs. À chacun ses morts. Le Travail, 13 décembre 1885.

121 Journal d’Indre-et-Loire, 11 mars 1882. L’Indépendant d’Indre-et-Loire du 12 mars rapporte également l’incident : Un scandale dans une église à Saint-Épain.

122 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 5 juillet 1882.

123 Journal d’Indre-et-Loire, 21 avril 1882 ; L’Union Libérale, 17 avril 1882.

124 Journal d’Indre-et-Loire, 12 juin 1884.

125 L’Écho d’Indre-et-Loire, 5 janvier 1902.

126 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 28 juillet 1888. Rubrique Études sociales ouvrières.

127 Journal d’Indre-et-Loire, 31 août - 1er septembre 1885.

128 À la suite du célèbre discours de Gambetta contre le cléricalisme le 4 mai 1877, et du renvoi de Jules Simon le 16 mai suivant (voir note 110, p. 64), 363 députés républicains sont unis pour publier un manifeste, dénonçant la « politique de réaction et d’aventures » de Mac-Mahon. Ensuite, par 363 voix contre 158, la Chambre vote un ordre du jour de défiance contre le gouvernement Broglie.

129 Journal d’Indre-et-Loire, 31 août-1er septembre 1885.

130 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 août 1888.

131 Quelques années auparavant, la France comptait, selon les chiffres donnés par la direction des Cultes, 55 385 ecclésiastiques, dont archevêques et évêques : 87 ; vicaires généraux et titulaires : 182 ; chanoines : 751 ; secrétaires d’évêchés : 130 ; curés : 3 397 ; desservants : 29 752 ; vicaires : 10 379 ; prêtres auxiliaires : 4 617 ; aumôniers : 2 486 ; supérieurs, professeurs de grands séminaires : 703 ; directeurs et professeurs d’écoles secondaires ecclésiastiques : 3 101. Cité par L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 12 mars 1885.

132 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 3 août 1888.

133 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 24 mai 1888.

134 La Croix de Touraine, 9 novembre 1902.

135 Feneant J., Francs-Maçons et Sociétés secrètes…, op. cit., p. 301.

136 AD, 8 Bh 177.

137 Les années qui suivent les élections législatives de 1893 (20 août et 3 septembre) sont marquées par une grande instabilité ministérielle et par des attentats anarchistes. Outre les mesures répressives, les ministères de Casimir Périer et Charles Dupuy réaffirment la politique d’apaisement en matière religieuse, inaugurée par le cabinet Rouvier en 1887. Lors d’un important débat à la Chambre, le 3 mars 1894, le ministre de l’Instruction publique, Eugène Spuller (ami de Gambetta, avec qui il avait rejoint la délégation de Tours en octobre 1870) déclare qu’il est temps de « Faire prévaloir en matière religieuse un véritable esprit de tolérance ». Il définit « l’esprit nouveau comme “l’esprit qui tend, dans une société aussi profondément troublée que celle-ci, à ramener les Français autour des idées de bon sens, de justice et de charité qui sont nécessaires à toute société qui veut vivre” ». Comme le souligne l’historien J.-M. Mayeur, « sous le vague du propos apparaît bien le désir de «réconcilier tous les citoyens » face au péril socialiste » (Mayeur Jean-Marie, La vie politique sous la IIIe République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, coll. « Points (Histoire) », 1975, p. 161-162.

138 Cité par Grandjean Ph., La dynamique de la séparation…, op. cit., p. 99.

139 Antonetti Guy, Histoire contemporaine politique et sociale, Paris, PUF, 1995, p. 344 et 355-356.

140 Louis P., Histoire du socialisme en France…, op. cit., chap. ix. 1871-1905. Antonetti G., Histoire contemporaine…, op. cit., p. 346-350. Mayeur Jean-Marie, « La France bourgeoise devient républicaine et laïque (1875-1914) », dans Parias Louis-Henri (dir.), Histoire du peuple français. Vol. 5. Cent ans d’esprit républicain, Paris, Nouvelle Librairie de France 1967, p. 220-227 ; 1973, p. 180-192.

141 Fougère Louis, Machelon Jean-Pierre et Monnier François (dir.), Les communes et le pouvoir. Histoire politique des communes françaises de 1789 à nos jours, Paris, PUF, 2002, p. 423-424 sq.

142 Dommanget Maurice, La Chevalerie du Travail française 1893-1911, Lausanne, 1967, p. 376-377.

143 Mayeur J.-M., « La France bourgeoise devient républicaine… », op. cit., p. 222.

144 Surrault J.-P., Feneant J., Jadis en Touraine : la vie des hommes du Grand siècle à la Belle époque, Chambray-lès-Tours, CLD, 1988, p. 133-150, donne une description détaillée du travail et des travailleurs en Indre-et-Loire au xixe siècle.

145 AM, 5 F, Rapport du maire de Tours, 30 novembre 1885.

146 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 122-123.

147 Blot Louis, « Le mouvement ouvrier en Touraine : 1800-1870 », Le Réveil Socialiste, 7 juillet 1962.

148 Dans Croubois Cl. (dir.), La Touraine des origines à nos jours…, op. cit., p. 348-349.

149 Audin P., Moi, Léon Berland…, op. cit., p. 109.

150 Testu J.-M. et Chollet Cl., Le socialisme en Touraine…, op. cit. ; Leveel P., Histoire de la Touraine…, op. cit., p. 778-781. Lemarie François et Guillon Jean-Claude, 1895-1995. Un siècle d’actions syndicales. La CGT en Indre-et-Loire, Tours, VO Éditions, 1995, p. 9-26.

151 Ibidem, p. 12.

152 Le Travail, 21 et 28 février 1886.

153 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 26 octobre 1884. Comme le Parti ouvrier guesdiste, le parti de P. Brousse se réclame des premiers congrès tenus depuis 1876, et son congrès national réunis à Paris en 1883 est le 7e. Le 8e, en 1884, se tient à Rennes, avec environ 130 groupes ou syndicats. Pour l’Indre- et-Loire, Tours et Blois y sont représentés. Ensuite, deux congrès régionaux sont réunis à Paris en 1885 et 1886 (de même, les années 1884-1890 étant « une période de ralentissement socialiste », les guesdistes ne tiennent pas de congrès nationaux). Le 9e Congrès national se tient à Charleville en 1887, « au centre de cette région industrielle des Ardennes qui depuis 1882 était restée attachée à la FTSF » : 72 groupes y sont représentés et 3 questions discutées : la lutte des classes (qui reçoit « une affirmation plus nette »), l’organisation du travail et les services publics. Le 10e Congrès se réunit à Troyes (1888), puis un congrès régional en 1889 à Paris (Salle Lancry). En 1890, sont réunis à la fois le congrès régional du Centre et le congrès national de Châtellerault, « où se produira la douloureuse scission entre les broussistes et les allemanistes ». Humbert Sylvain, Les possibilistes, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1911.

154 L’Indépendant d’Indre-et-Loire, 26 octobre 1884.

155 « Une honte, alors que le Conseil municipal a refusé un sou pour offrir à l’amiral Courbet une épée d’honneur », s’écrie le publiciste de L’Indépendant, après le vote des 200 F pour le congrès de Rennes. 6-7 octobre 1884. Le 8 octobre, il revient à la charge : « Les édiles ont voté sans mot dire les conclusions du rapport Dufour […]. Ce vote a été enlevé à la pointe de la baïonnette ; aucun conseiller n’a osé prendre la parole et dire à MM. Dufour, Dry et Losserand que les chambres syndicales des ouvriers sont chargées ordinairement de payer leur délégué. »

156 Journal d’Indre-et-Loire, 2-3 février 1885.

157 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 15 juin 1888.

158 Le Travail, 25 février 1885. AD de Châteauroux, PR 757-1.

159 Le n° 8 du 25 février 1885 est indiqué comme étant de la 2e année, mais au moment où il annonce son interruption, le 6 septembre 1885, le journal remercie ses collaborateurs pour leur concours « pendant les huit mois de son existence ».

160 Le no 1 paraît le jeudi 22 septembre 1887. Rédacteur en chef et directeur politique : H. Nemo. Secrétaire de la Rédaction : H. Cormeau.

161 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 17-18 juin 1888.

162 Testu J.-M., Chollet Cl., Le socialisme à Tours…, op. cit., p. 89.

163 La Rédaction comprend : Millerand, député ; le Dr Paul Brousse, vice-président du Conseil municipal de Paris ; Lavy, instituteur « socialiste ardent », député de Montmartre (1890-1898), conseiller municipal de Paris ; Fournière, publiciste, rédacteur à la Bataille ; Victor Sadoul, publiciste, rédacteur au Parti ouvrier ; Leleu, conseiller général de Loir-et-Cher ; Garnier, publiciste à Poitiers, et plusieurs militants de Touraine : Letertre, Corbeau, Leprince, Rude, Nerain et Decoudin.

164 Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 778-779.

165 AD, 1 M 115, Rapports du Préfet et du Commissaire spécial de Tours, 7 et 8 mai 1891.

166 Leveel P., Histoire de Touraine…, op. cit., p. 779.

167 Février 1905. « Grand meeting de réprobation publique » de 600-700 personnes environ, en salle de Manège à Tours, organisé par l’Union des comités socialistes révolutionnaires, la Fédération socialiste révolutionnaire autonome et l’ensemble des Syndicats ouvriers d’Indre-et-Loire, « contre l’attentat du tsar de Russie sur son peuple ». Décembre 1905. Réunion publique d’environ 500 personnes, organisée « Pour le Peuple russe » par la Ligue des Droits de l’Homme et les associations républicaines. Dans l’ordre du jour adopté, « ils flétrissent les odieux massacres dont sont victimes en Russie les intellectuels, les libéraux, les socialistes et les juifs, avec la complicité des agents du tsarisme, envoient l’expression de leur sympathie chaleureuse au peuple russe qui combat pour la conquête de ses libertés ». L’assemblée invite le président de la République à ne pas favoriser en France l’émission d’aucun emprunt par le gouvernement tsariste. AD, 1 M 117, Rapports de police.

168 Le Parti Socialiste, 9 décembre 1905.

169 Nicolet Cl., L’idée républicaine en France…, op. cit., p. 470-473.

170 Le Travail, 6 mai 1885.

171 AD, 1 M 115, Rapport de police, 2 septembre 1894.

172 Le Travail, 19 juillet 1885.

173 On peut comparer notamment les comptes rendus de L’Indépendant du 19 mars 1882 et du Journal d’Indre-et-Loire des 29-30 au 30 mai 1882 et du 26 mai 1886.

174 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 30 mai 1888.

175 L’Union Libérale, 11-12 décembre 1882.

176 Journal d’Indre-et-Loire, 25 septembre 1886.

177 L’Union Libérale, 21 novembre et 16 décembre 1888.

178 L’Électeur d’Indre-et-Loire, 30 mai 1888.

179 L’Éclaireur d’Indre-et-Loire, 24 octobre 1891.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Le prêtre, symbole de l'Ancien régime. EDIL, 10 mai 1888.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 3. Le peuple souverain, fondement de la République. EDIL, 5 mai 1889.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 4. Rabelais, personnification de la France populaire. EDIL, 13 avril 1889.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1855/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 5. Crises et scandales du « gouvernement réel » de la République. EDIL, 9 mars 1889.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1855/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 6. Daniel Wilson incarne le « tripoteur » sous la République opportuniste. EDIL, 17 novembre 1887.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1855/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 7. Des processions pour guérir de la République et du phylloxéra. EDIL, 10 novembre 1888.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1855/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 514k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540