Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

Avant-propos

Texte intégral

1Ce travail a été réalisé dans le cadre des activités de la Libre-Pensée. Depuis quelques années, sous l’impulsion de son président, Alain Jouannet, la Fédération d’Indre-et-Loire a renoué avec une tradition présente dans la vie des premières générations de libres penseurs, mais qui s’était effilochée avec le temps. Il s’agit de l’hommage public que l’organisation tient à rendre périodiquement aux précurseurs, qui, à titres divers, ont œuvré contre la persécution religieuse, l’oppression morale et matérielle. C’est ainsi que chaque année, une réunion amicale fournit l’occasion de rappeler la mémoire de ceux dont les noms jalonnent ce combat dans notre département : Rabelais, Paul-Louis Courier, Anatole France…

2En cherchant à renouveler sa mémoire, la Libre-Pensée ne vise aucunement à perpétuer un rituel stéréotypé, mais s’efforce à répondre à deux exigences qui paraissent nécessaires pour assurer les conditions d’une mémoire vivante : d’une part, la compréhension des enjeux de la situation présente, le travail d’information et de résistance organisée pour défendre la laïcité institutionnelle, son principe et ses fondements ; d’autre part, un travail contre l’amnésie, ce devoir de mémoire indispensable qui, en réalité, doit être un devoir d’histoire : l’appropriation de l’expérience du passé par la connaissance, qui féconde et encourage l’action dans le présent, la découverte des liens, qui font comprendre que les ouvriers d’une cause donnée ne font qu’un avec leurs morts.

3Le présent travail sur S. Losserand souhaite participer à cette découverte. Il expose l’engagement et l’action d’un homme de bien, peu connu, au cours de la période fondatrice des institutions dont la défense reste au cœur des combats de la Libre-Pensée.

4En effet, de par les questions qu’elle a soulevées, résolues ou laissées ouvertes, peu d’époques de notre passé entretiennent avec l’actualité des rapports aussi directs et vivants que le quart de siècle qui va, en gros, de 1880 à 1905. Il n’est point nécessaire de forcer la comparaison entre cette fin du xixe siècle et le tournant du siècle suivant pour voir combien les grands sujets vitaux possèdent en commun plus qu’un air de famille, au-delà des innovations sémantiques. Car tout en dénonçant cet abus, notre temps continue à produire à profusion des mots et expressions qui servent avec plus ou moins de bonheur à cacher des situations dont le vocabulaire vigoureux du siècle précédent cernait avec plus de netteté la réalité. Des termes plus ou moins euphémiques, comme restaurant du cœur, plan social, partenariat social, laïcité ouverte, et bien d’autres, ont ainsi envahi l’espace public, mais est-ce pour autant que la soupe populaire du siècle de Dickens ait changé de goût, que la course effrénée au profit et la collaboration de classe aient changé d’intensité et de nature, ou que les obscurantismes aient renoncé à régenter les âmes ?

5Autant dire que revisiter les années 1880, où la vitalité de la république bourgeoise se manifeste encore par une œuvre aussi puissante et courageuse que la laïcisation des grands services publics et la séparation des Églises et de l’État, c’est aussi découvrir, sans une gangue de verbiage, des rapports sociaux qui régissent toujours la vie des hommes. Peut-être d’ailleurs est-ce pour cela que l’époque en question n’est pas toujours en odeur de sainteté, c’est le cas de le dire, dans notre historiographie. Voici un peu plus de trente ans qu’un historien de la période écrivait :

  • 1 Mayeur Jean-Marie, Les débuts de la IIIe République 1871-1898, Paris, Le Seuil, 1973, p. 7-8.

Des années 1880 au début du siècle, une époque pourtant essentielle de l’histoire de la France contemporaine demeure frappée d’un relatif ostracisme. Ce monde libéral, anticlérical, « démocrate à l’ancienne » n’attire guère. Sans doute souffre-t-il d’avoir été élevé à la hauteur d’un mythe et de ne plus guère s’accorder avec les courants dominants de notre temps. L’historiographie privilégie de façon significative, en France comme en Italie, le mouvement catholique ou socialiste, ceux qui refusèrent la société libérale.1

6Faut-il rappeler que « les courants dominants de notre temps », c’est-à-dire les décennies qui s’ouvrent avec les années 1970, où l’historien catholique publie l’ouvrage cité, c’est l’époque de la grande convergence, dans la perspective d’Épinay, où « le gros des nouveaux adhérents potentiels [au Parti socialiste] était constitué par les chrétiens de gauche », comme s’en réjouissait un article de Témoignage Chrétien, le 10 juin 1971. La mainmise cléricale sur l’héritage socialiste et républicain a engendré des contaminations et des confusions de toutes sortes. Elle est notamment à l’origine de tout un courant bien pensant, qui voudrait accréditer la vision selon laquelle la fidélité à la République sociale et laïque est l’affaire d’une minorité d’intégristes ou d’ayatollahs de la laïcité.

7Ce rejet des démocrates et de la société libérale « à l’ancienne » semble avoir ses racines dans de vieilles rancunes : la haine de la bourgeoisie voltairienne et du radicalisme français qui, achevant l’œuvre de la grande Révolution, ont expulsé Dieu et le clergé de l’espace public et inscrit dans les institutions l’égalité des droits, chemin toujours ouvert vers l’égalité réelle, à l’encontre des aspirations communautaires et du provincialisme. Bien qu’elle eût prôné durant des siècles la résignation, l’Église, dès l’époque révolutionnaire lorgnait vers le peuple, tel évêque déclarant que les brouettes de l’Ancien régime étaient moins lourdes que la misère du prolétaire des temps nouveaux. En réalité, le clergé et la religion allaient faire bon ménage avec le monde capitaliste (Fig. 1).

8S’il n’est pas question de reprendre ici ne serait-ce que les plus grands moments de cette concorde, il faut souligner que la convergence citée plus haut, dont l’esprit conditionne toujours la vision dominante sur les années 1880 et sur leurs héritiers, a produit pendant les dernières décennies du xxe siècle une représentation du capitalisme en terme d’harmonie, de rationalité, de culture d’entreprise, alors que celui-ci a instauré un état de nature par le truchement du libéralisme pris cette fois dans la plus mauvaise acception du terme.

9Il convient toutefois de reconnaître que dans le passé aussi, certains courants du mouvement ouvrier en France avaient eu tendance à considérer l’anticléricalisme et le combat pour la laïcité comme une diversion manigancée par cette classe bourgeoise. C’est précisément dans les années 1880 (et jusqu’au moment de l’affaire Dreyfus !) que l’idée commence à faire son chemin, et on la retrouve dans les débats qui accompagnent l’action et le cheminement politique de S. Losserand, objet principal du présent travail.

  • 2 La surprise la plus désagréable se présente quand un titre convoité existe, mais reste incommunica (...)

10Au-delà des caractéristiques de l’époque, on voudrait en effet sortir de l’anonymat l’ouvrier exceptionnel, qui incarne si bien les années en question, et dont une rue de Tours porte le nom. Celui-ci n’en reste pas moins obscur, et la recherche n’est guère favorisée par les sources, puisque le mouvement ouvrier en ses débuts à Tours et en Indre-et-Loire a laissé très peu de traces directes. Dans le cas de Losserand, l’effort est néanmoins récompensé, dans la mesure où cet ouvrier a appartenu pendant des années au Conseil municipal, dont les procès-verbaux constituent un ensemble homogène. Ces registres et la presse locale permettent une certaine reconstitution, bien que la petite presse ouvrière dont il est fait mention ici et là, soit très lacunaire2.

11Cela est d’autant plus regrettable que la vie de Losserand à Tours ne s’étend que sur dix ans, de 1878 à 1888, et que seule une chronologie serrée permettrait de suivre et de comprendre son insertion dans le mouvement ouvrier, syndical et socialiste, local. Car si on en repère les étapes principales, il semble que plusieurs de ses engagements ont connu des chevauchements pendant plus ou moins longtemps. D’après son propre témoignage, Losserand a adhéré d’abord à toutes les nuances de la IIIe République naissante, et cela pour rester près de sa classe, animé par la volonté de participer à la réalisation des promesses politiques et sociales du régime.

12Radical en politique, dans la tradition gambettiste, Losserand est socialiste en matière sociale et économique. Très visiblement, il est de ceux qui ont suivi après le congrès de Saint-Étienne en 1882 le docteur Paul Brousse, fondateur avec d’autres dirigeants comme Joffrin et Allemane, du courant dit possibiliste du socialisme français. Selon les broussistes, le combat socialiste doit être mené pour la propriété collective et pour la conquête des services publics, ce qui explique l’engagement de Losserand et de ses camarades de Tours dans les débats électoraux. En tout cas, quand il devient conseiller municipal en 1882, celui-là est déjà un militant républicain et ouvrier aguerri, possédant des qualités humaines et intellectuelles, que même ses adversaires ne cesseront de lui reconnaître.

13Dans son action politique et municipale, la défense des déshérités reste inséparable de la lutte anticléricale. Comme conseiller municipal de la ville de Tours, à une époque où les édiles radicaux et ouvriers sont l’objet de toutes sortes de sarcasmes des réactionnaires, Losserand est souvent dénoncé parmi les laïciseurs. Sachant par expérience que la misère est honteuse et la charité humiliante, il déploiera ainsi un effort tenace pour laïciser le Bureau de bienfaisance ; mais, en dépit de la détresse causée par le chômage qui sévit à Tours, il s’opposera de toutes ses forces à la reconstruction de la chapelle de Saint-Martin, dont les promoteurs avancent l’ultime argument de la possibilité d’occuper les ouvriers sans emploi. Il met en revanche une grande énergie, malgré sa santé précaire, dans l’accomplissement de son mandat, en poussant l’administration à engager des travaux utiles. Connaissant les effets de la division, il apporte son concours chaque fois qu’il faut encourager les ouvriers à l’action organisée : syndicat, organisation des chômeurs, élections prud’homales, etc.

14Mais comprenant à travers son expérience municipale, et dans le cadre de l’alliance où il est contraint d’agir, que ce terrain ne suffit pas pour mener à bien le projet d’une république sociale, Losserand finit par admettre la nécessité de la lutte des classes. Il revient armé de cette conviction du congrès de Charleville, à l’automne 1887, où il a représenté son groupe socialiste de Tours, La Sentinelle. Aux élections municipales de l’année suivante, il se sépare des radicaux, et s’engageant sur le chemin de l’indépendance de classe, il présente une liste purement ouvrière. Si au deuxième tour il se dépense avec une grande détermination, dans l’esprit de la discipline républicaine, pour barrer l’accès de la Mairie de Tours aux cléricaux, l’échec de sa propre liste contribue, avec la maladie, à une rapide détérioration de sa santé et à une mort prématurée. Toutefois, les années suivantes, au cours du processus d’unification du mouvement socialiste, le nom de Losserand, associé au drapeau rouge de la Commune de Paris, réapparaîtra à plusieurs reprises, et sa tombe sera un lieu de manifestation. Peu après sa mort, une collecte fut lancée pour ériger un monument à sa mémoire, et le buste qui surmonte la sépulture garde le souvenir de plusieurs organisations donatrices.

Fig. 1. Victoire républicaine : frayeur des actionnaires et des cléricaux. EDIL, 16 mai 1888.

Notes

1 Mayeur Jean-Marie, Les débuts de la IIIe République 1871-1898, Paris, Le Seuil, 1973, p. 7-8.

2 La surprise la plus désagréable se présente quand un titre convoité existe, mais reste incommunicable en raison du mauvais état du papier. C’est le cas notamment de L’Éclaireur Organe de la Démocratie socialiste d’Indre-et-Loire, non consultable aux Archives départementales et non plus aux Archives nationales, où, en plus, la réponse négative est donnée au terme de démarches longues et coûteuses en temps et en argent. On peut seulement espérer que la restauration de ces documents soit effectuée avant qu’il ne soit trop tard.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Victoire républicaine : frayeur des actionnaires et des cléricaux. EDIL, 16 mai 1888.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 689k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable