Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil du socialisme à Tours

 | 
Julien Papp

Préface

Texte intégral

1Assis dans la même salle de réunion de la mairie de Tours, Sigismond Losserand et Jules Charpentier rêvent ensemble d’une complète sécularisation de l’État. À quand une nation laïque, libérée de l’emprise des religions ? L’Édit de Nantes, puis la Révolution française en sont les prémices et l’affirmation. La loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État en sera l’aboutissement. Dans la République de Jules Grévy des années 1880, nos deux personnages vont façonner la société à l’image de leur idéal commun.

2Initié à la Franc-maçonnerie en 1837, Jules Charpentier (1814-1892) reste aujourd’hui la figure emblématique de la loge du Grand Orient de France qu’il fonde à Tours en 1847 : Les Démophiles. Il la préside dix-sept années sur quatre périodes. Sous le second Empire, il imprime à ses membres une conscience civique. La loge devient pour les frères des Démophiles un lieu d’enseignement et de réflexion. Ils créent une bibliothèque ouverte au public. Ils se préparent à agir dans la cité en se mettant, le moment venu, au service de la République laïque.

3La loge accueille avec enthousiasme les lois de 1875 qui instaurent définitivement la République. Deux ans plus tard, le Grand Orient de France affirme dans sa Constitution son caractère adogmatique et par conséquent laïque. Il remplace en effet le principe de l’existence de Dieu et de l’immortalité de l’âme par celui du respect absolu de la liberté de conscience. Une révolution pour les francs-maçons mais aussi un exemple à suivre pour les républicains. Même si les frères évitent en loge les débats de politique politicienne, ils espèrent que ces évolutions morales et institutionnelles vont asseoir la République laïque.

4Malgré ses détracteurs réactionnaires ou cléricaux qui s’acharnent contre elle dans la presse, les réunions publiques ou les prêches, la loge travaille méthodiquement pour que la vie quotidienne en société soit marquée du sceau de la Libre-Pensée. Jules Charpentier se fait très vite remarquer pour la qualité de ses discours dont l’un des premiers traite de la liberté morale bien comprise. À son initiative, la loge organise dans ses locaux des conférences publiques hebdomadaires sur des sujets scientifiques. Suivant l’exemple du frère Jean Macé, fondateur de la Ligue de l’Enseignement, et avec son aide, Jules Charpentier crée après la guerre de 1870 le Cercle tourangeau de la Ligue de l’Enseignement afin de propager l’instruction par tous les moyens possibles. La loge est à l’initiative de la création à Tours de la première école gratuite, libre, laïque et professionnelle pour les filles. Ami d’Émile Littré et de Jules Ferry, il conduit une délégation des Démophiles à la cérémonie d’initiation des deux hommes à Paris en 1875, en présence des frères Léon Gambetta, François Arago, Louis Blanc, Adolphe Crémieux ou Jules Simon. L’influence de ces hommes confirme Jules Charpentier dans la démarche positiviste qui est la sienne dont les piliers sont l’étude scientifique, la prise de conscience politique et l’engagement maçonnique voué à la recherche de la Vérité et au progrès de l’Humanité. Membre de nombreuses sociétés savantes et sociales, adjoint au maire depuis 1879, il est élu maire de Tours en 1882 dans un contexte national où le duel entre la République et les congrégations religieuses fait rage depuis deux ans. Conseiller municipal, l’ouvrier Sigismond Losserand épaule vigoureusement Jules Charpentier dans ce combat républicain.

5Nombreux sont les frères des Démophiles qui le suivent désormais dans l’arène politique. Sous la Troisième République, ils sont nommés président du Conseil, ministres ou préfet, élus parlementaires, maires, conseillers généraux ou municipaux. Chacun à son époque apporte sa pierre à l’Édifice républicain, laïque et social, dont les structures restent ô combien vulnérables aujourd’hui ! Les ennemis de la République à la française sont toujours présents.

6Les valeurs pour lesquelles ont combattu Jules Charpentier et Sigismond Losserand sont universelles. C’est la raison pour laquelle notre loge a contribué à la parution de cet ouvrage qui dépeint l’engagement politique et social de Sigismond Losserand dans un environnement souvent hostile. À travers l’homme et les débats municipaux, c’est la période où se construit la laïcité jusqu’à sa forme aboutie de 1905, celle où la République échoit aux Républicains, où le divorce est rétabli, où se met en place la laïcisation de l’école et du personnel enseignant…

7Nous remercions M. Julien Papp de nous faire partager ses recherches menées avec toute la rigueur scientifique que nous lui connaissons. Le livre met en lumière la force des convictions et le sens des responsabilités d’un homme impliqué dans une société en pleine mutation. Il revient au lecteur de comparer les défis d’hier avec ceux posés par nos contemporains.

8Le Président des Démophiles

© Presses universitaires François-Rabelais, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540