Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et territoires

 | 
Patrice Melé
, 
Corinne Larrue
, 
Muriel Rosemberg

Les auteurs

Texte intégral

1Cristina D’Alessandro : doctorante en géographie, Université de Tours, centre de recherche « Ville, Société, Territoire », équipe Politiques publiques et territoires. Son travail de thèse comme titre Géographes en brousse : discours et pratiques d’un métisssage spatial. Elle s’intéresse aux pratiques des géographes français en Afrique francophone sub-saharienne. Ses recherches portent sur l’ailleurs et l’altérité, plus précisément sur la géographie africaniste, par le biais de la sociologie des sciences et des techniques.

2Jean-Marc Dziedzicki : docteur en aménagement et urbanisme, membre associé de VST, équipe Politiques publiques et territoires. Il a achevé sa thèse en 2001 (édition aux Presses Universitaires de Rennes en 2004) au sein du Centre d’Etudes Supérieures d’Aménagement (Université de Tours) sur les thèmes de la nature des conflits d’aménagement et celui de leur gestion via les démarches de participation du public et de médiation des acteurs territoriaux dans cinq pays. Ses travaux portent sur l’analyse des jeux d’acteurs, les principes et pratiques de concertation ainsi que les modes de participation du public. Il est aujourd’hui en charges des questions de concertation et de débat public sur les projets ferroviaires financière au sein du réseau ferré de France. Parmi ses publications récentes : [2003] « Médiation environnementale : des expériences internationales aux perspectives dans le contexte français », dans, R. Bille, L. Mermet, dir., Concertation, décision et environnement : regards croisés, Paris, La Documentation Française ; [2002], « La situation particulière de la France dans le panorama international », Les Cahiers du Conseil, n° spécial « Débat Public : vers un aménagement plus durable », n° 6, Conseil Général des Ponts et Chaussées, p.36-39.

3Maria Gravari-Barbas : professeure de géographie à l’ESTHUA, Université d’Angers, UMR CNRS ESO (Espaces géographiques et sociétés). Ses travaux portent d’une part sur les politiques patrimoniales urbaines et sur la relation entre patrimonialisation et territorialisation pour appréhender le patrimoine en tant qu’élément d’appartenance au territoire, les rapports entre patrimoine et lien social et les modalités de « production » du patrimoine. Elle s’intéresse d’autre part à la manière dont les événements culturels ou festifs (fêtes, animations, festivals) s’inscrivent dans leur territoire d’accueil, aux transformations qu’ils induisent, aux enjeux politiques ou économiques. Parmi ses publications récentes : avec S.Guichard-Anguis, [2003], dir, Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne ; [2002], « Tourism Policies in French-post-2nd-World-War reconstructed cities : Saint-Nazaire, Le Havre and Lorient », dans, Karl Wöber (ed), City Tourism, Springer Vienne, New York ; avec I. Garat, V. Veschambre, [2001], « Emergence et affirmation du patrimoine dans la géographie française : la position de la géographie sociale », dans, Faire la géographie sociale aujourd’hui, Presses Universitaires de Caen.

4Corinne Larrue : professeure d’aménagement de l’espace-urbanisme, Université de Tours, directrice du centre de recherche « Ville, Société Territoire », membre de l’équipe Politiques publiques et territoires. Elle est spécialiste de l’analyse des politiques d’environnement et d’aménagement en France et en Europe. Ses travaux de recherche l’ont amené à s’intéresser à différents champs de l’environnement : la protection de la nature, la gestion de l’eau, la pollution de l’air, et plus récemment à la mise en oeuvre locale et régionale des politiques de développement durable. Parmi ses publications récentes : avec P. Knoepfel et P. F. Varone, [2001], Analyse et pilotage des politiques publiques, Bâle, Helbing & Lichtenhahn ; [2000], Analyser les politiques d’environnement, Paris, L’harmattan.

5Jacques Lolive : chercheur (CR1) en science politique et aménagement, laboratoire « Société Environnement Territoire » (SET UMR CNRS). Ses recherches actuelles portent sur l’émergence des « cosmopolitiques », cette variété de politiques publiques qui place la question environnementale au cœur de son action. Parmi ses publications récentes : [1999], Les contestations du TGV Méditerranée : projet, controverse et espace public, Paris, L’Harmattan ; [1999], « Comment prévenir les controverses environnementales ? », Aménagement et Nature, n° 134, septembre ; avec Anne Tricot, [2001], « L’expertise associative issue de la contestation des grandes infrastructures publiques de transport en France » (avec Anne Tricot), Cahiers de Géographie du Québec, vol 45, n° 125, septembre.

6Nicole Lusson-Lerousseau : professeure de droit public, Université de Tours, directrice du Laboratoire d’Étude des Réformes Administratives et de la Décentralisation, chargée d’enseignement à l’École nationale supérieure de la nature et des paysages de Blois. Ses travaux portent sur le droit communautaire, le droit administratif et le droit de l’urbanisme, Parmi ses publications récentes, [2003] « Le transfert des compétences d’urbanisme à l’exécutif local : le maire et les actes d’urbanisme » in colloque Les élus locaux de la Décentralisation à la démocratie de proximité, éd. Conseil général d’Indre-et-Loire, [2003] « Les Agences d’urbanisme », in Droit de l’Aménagement de l’urbanisme et de l’habitat, éd. le Moniteur, [2003] « Domaine privé de l’État », Répertoire civil, Encyclopédie Dalloz.

7Patrice Melé : maître de conférences de géographie, Université de Tours, Centre de recherche « Ville, Société, Territoire », équipe Politiques publiques et territoires. Il travaille actuellement sur les dimensions territoriales des qualifications patrimoniales et environnementales ; sur le rôle des conflits et controverses dans la territorialisation de l’action publique et sur la diffusion internationale du paradigme environnemental. Il a développé des recherches sur le pouvoir local et le rôle des actions publiques dans la production des espaces urbains sur des terrains mexicains, français et européens. Parmi ses publications récentes : [1998], Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, Paris, Editions de l’IHEAL, Presses de la Sorbonne Nouvelle ; [2001], coordination avec Mario Bassols, Medio ambiente, ciudad y orden juridico, Mexico, Miguel Angel Porrua, UAM. ; [2002], « Paradigme environnemental et action publique urbaine à Monterrey (Mexique) », Autrepart, Gérer la ville entre global et local, N° 21, Paris.

8Cécile Rialland-Juin : maître de conférences de géographie, Université de Tours, chercheur du Groupe d’Études des Dynamiques Environnementales et Paysagères, associée à VST. Après avoir travaillé sur les installations agricoles dans les Pays de la Loire et au Québec, elle s’intéresse aujourd’hui à la diversification agricole, aux nouvelles fonctions des espaces ruraux et aux conflits d’usage et participe aux réflexions du GEDEP sur le paysage et l’environnement. Parmi ses publications récentes : « Les conflits autour des hors-sol agricoles en Loire-Atlantique », Cahiers Nantais, Université de Nantes, 2003, « L’agriculture diversifiée dans l’Ouest, dynamiques, enjeux et freins », Campagnes Vivantes, Nantes, mai 2000.

9Muriel Rosemberg : maître de conférences de géographie, Université d’Amiens, chercheur à l’équipe E.H.G.O – UMR Géographie-cités, associée à VST, équipe Politiques publiques et territoires. Après avoir travaillé sur les projets urbains et les projets de ville, ses recherches actuelles portent sur la question des représentations géographiques. Parmi ses publications récentes : [2000], Le marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Economica.

10Jean-Philippe Roy : maître de conférences de science politique, Centre d’Études du Débat Public, Directeur de la filière doctorale « Villes et Territoire », école doctorale SHS de l’Université de Tours. A l’origine, spécialiste de l’analyse électorale et des extrémismes politiques, il travaille désormais, en collaboration avec des enseignants-chercheurs de sciences de l’information et de la communication, sur les procédures délibératives, la communication politique et institutionnelle en général. Parmi ses publications récentes : [2001], « Tours, la ville dont le maire est invisible, mesure des effets de communication d’un article de presse nationale sur un contexte électoral local », dans, J. Gerstlé, dir, Les effets de communication, Paris, L’Harmattan ; [2001], « Entre héritage et rupture, la vie politique tourangelle aujourd’hui », dans, M Lussault, dir., Tours, Paris, Autrement ; [2002], « Tours, la fin de l’ère Royer, le début de l’ère Germain ? », dans, B. Dollez et A. Laurent, dir., Le vote des villes, Presses de Sce Po.

11Vincent Veschambre : maître de conférences de géographie, Université d’Angers, membre du CARTA et de l’UMR Espace et société, groupe « politiques patrimoniales ». Ses recherches actuelles portent sur les enjeux sociaux de l’appropriation symbolique de l’espace, à travers notamment les processus de patrimonialisation. Parmi ses publications récentes : [2000], « Patrimonialisation et enjeux politiques : les édifices Le Corbusier à Firminy », Norois, n° 185 ; avec I. Garat et M. Gravari-Barbas, [2001], « Emergence et affirmation du patrimoine dans la géographie française : la position de la géographie sociale », dans Faire la géographie sociale aujourd’hui, Presses Universitaires de Caen ; [2002] « Une mémoire urbaine socialement sélective, réflexions à travers l’exemple d’Angers », Les Annales de la recherche urbaine, n° 92.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable