Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et territoires

 | 
Patrice Melé
, 
Corinne Larrue
, 
Muriel Rosemberg

III. Inscription territoriale des conflits

Questions sur un conflit d’aménagement : le parvis de la cathédrale d’Amiens

Muriel Rosemberg

Texte intégral

  • 1 EHGO, UMR Géographie-cités, Université de Picardie.

1Note portant sur l’auteur1

2Au début de l’année 2000, le parvis de la cathédrale d’Amiens devint « le parvis de la discorde » : une association de défense de la cathédrale s’opposa à l’aménagement conçu par l’architecte B. Huet, et la médiatisation (la presse régionale et quelques articles dans la presse nationale) transforma la contestation en « conflit ».

3Pour contribuer à une réflexion qui s’engageait dans l’équipe « Politiques publiques et territoires » de VST sur la problématique du conflit comme instrument d’analyse des territoires, l’étude du cas amiénois semblait pertinente. En effet, outre la connaissance de la politique urbanistique de la ville [Rosemberg, 2000], l’accès à une enquête menée par le quotidien régional auprès de ses lecteurs sur cet aménagement (211 lettres) pouvait faciliter la compréhension du « conflit ».

4La lecture géographique d’un aménagement urbain contesté semble légitime : il s’agit d’apporter un éclairage sur les enjeux qui se nouent dans la production de la ville. Mais bien que l’objet de la contestation soit un aménagement localisé peut-on pour autant qualifier le conflit de spatial ?

5Dans l’affaire du parvis de la cathédrale d’Amiens il semble bien que pour les protagonistes de l’association l’espace soit un alibi, le motif et non le mobile de leur action (§ 1). Pourtant dans cette mise en cause d’un aménagement se révèlent des conceptions urbaines divergentes : la cathédrale haut lieu de la ville ou lieu dans la ville (§ 2) ? Et le conflit semble également l’occasion d’une mise en cause de la « démocratie locale » (§ 3). A partir d’une interprétation, au demeurant partielle, d’un conflit dans lequel l’espace joue un rôle bien limité, est-on en droit d’émettre des doutes sur la pertinence d’une analyse des conflits à la compréhension de l’espace ? Du moins peut-on s’interroger.

I. LE PARVIS : ALIBI OU ENJEU ?

6Si l’on s’en tient à la chronologie des événements, ce conflit apparaît comme une tempête dans un verre d’eau et l’aménagement du parvis un alibi plus qu’un enjeu.

  • 2 APECA 80, en référence à l’APECA fondée trente ans avant pour défendre la cathédrale menacée par l (...)
  • 3 Selon l’expression du Nouvel Observateur et de l’Express de février 2000.

7Le 23 décembre 1999, Maxime Gremetz, député communiste de la Somme, lance officiellement un comité pour la préservation de l’environnement de la cathédrale d’Amiens. « Il s’agit de mettre un terme à ce qui apparaît aujourd’hui comme une véritable infâmie ». « Pour ma part je suis prêt à aller démonter moi-même le machin ». Tels sont les propos tenus par le député. Le même jour, Francis Lecul, conseiller municipal de l’opposition socialiste, donne une conférence de presse pour annoncer qu’il lance un collectif de défense du parvis de la cathédrale. Quelques jours plus tard on apprend par un communiqué de presse la fusion du comité et du collectif, et la naissance de l’association de protection de l’environnement de la cathédrale (APECA 80)2. Le parvis de la cathédrale est désormais « le parvis de la discorde »3.

8Quel est l’objet du délit ? C’est le bâtiment construit par B. Huet sur la rive sud du parvis. On lui reproche de masquer la vue sur la cathédrale et d’avancer trop près du monument. Une guerre de perspectives donc ?

9Qu’en est-il ? La cathédrale est masquée lorsqu’on se tient au niveau de « la maison de verre », comme elle était masquée hier lorsqu’on se tenait quelques mètres en amont dans la rue Dusevel. Pour le spectateur situé rue Henri IV, la cathédrale est masquée sur la gauche par une maison d’angle construite au début du siècle dernier, et sur la droite désormais par le bâtiment Huet. La cathédrale reste visible en certains points de la rue Dusevel. Et la découverte du monument se fait désormais quelques mètres plus en aval, au débouché d’une placette qui masque « la maison de verre », ce qui précisément est un objectif de l’aménagement contesté et une requête des protecteurs de la cathédrale depuis 1971 (Fig. 2).

  • 4 L’architecture néo-gothique de R. Krier est récusée.

10De fait cet aménagement a une histoire, il n’est pas le résultat d’une décision inattendue mais l’aboutissement d’un projet conçu au milieu des années 80 par l’architecte Rob Krier. Approuvé dans ses grandes lignes en 1987 (la municipalité est alors dirigée par le maire communiste René Lamps), le projet est modifié au cours des années 90 lorsque la nouvelle municipalité Robien se sépare de R. Krier et le remplace par B. Huet4.

11L’aménagement du parvis s’inscrit dans un projet d’ensemble et vise à résoudre des problèmes qui se posent à différentes échelles :

  • La ZAC Cathédrale : il s’agit de reconstruire un quartier détruit en 1940, largement vacant depuis cette date, et d’y étendre la centralité. Dans cet espace situé en contrebas de la cathédrale, contigu au quartier St-Leu restauré et devenu un petit « quartier latin », ont été construits pour l’essentiel des équipements universitaires et des logements. Densification et animation doivent faire de cette marge urbaine un espace central.
  • Le parvis, sous-ensemble de la ZAC : le projet veut transformer le parvis encadré par des voies de circulation en une place, afin de faire d’un lieu de passage un lieu d’arrêt, d’un lieu évité, à l’écart, un moment d’un parcours menant du cœur commerçant au quartier universitaire. Le parvis est piétonnisé, en continuité avec les rues piétonnes du cœur commerçant, et il est fermé partiellement au nord et au sud. On notera que dans le projet initial de R. Krier la fermeture du parvis était totale et la cathédrale beaucoup plus enserrée qu’elle ne l’est avec l’aménagement de B. Huet. (fig. 1)
  • La rive sud et le bâtiment Huet : l’objectif est de masquer « la maison de verre » et de combler la dent creuse laissée par l’inachèvement du projet de 1969-1971. Un ensemble immobilier devait être construit à la place de maisons du xviie siècle et d’un immeuble du début du xixe. Mais sous la pression de la première APECA et à la suite du changement de municipalité, le projet en partie réalisé est arrêté. Le bâtiment Huet achève donc un projet abandonné depuis trente ans et supprime une friche en s’insérant entre ce qui n’a pas été détruit et ce qui a été construit en 1970. (Fig. 3)
  • La rive nord est à l’étude : sur le bas parvis occupé aujourd’hui par un parking on prévoit un musée de l’art gothique, des logements et des commerces. S’établirait ainsi une continuité entre la cathédrale et le quartier des facultés.

Fig. 1 – Trois plans du parvis (service d’urbanisme de la ville d’Amiens)

12Un conflit sur un projet dont les enjeux urbains sont importants, puisqu’on reconfigure la ville, on déplace la centralité, on construit un morceau de ville, peut-il être qualifié de tempête dans un verre d’eau ? Malgré les efforts de l’APECA : manifestation, pétition, intervention auprès du ministre de la Culture et du Premier ministre, intervention à l’Assemblée Nationale, recours en justice, Amiens ne s’est pas enflammée. Six mois après le début du conflit, l’immeuble contesté est achevé. Indifférence des Amiénois, dysfonctionnement de la démocratie locale ou banale question de politique locale ?

13Politique, le conflit l’est assurément. A un an des élections municipales, l’occasion est trop belle d’en découdre avec G. de Robien maire depuis 1989. A Amiens les mobiles électoraux de la contestation ne font aucun doute : on se souvient d’un précédent, tellement similaire. Trente ans plus tôt, la construction de « la maison de verre » sur le même parvis avait provoqué un conflit qui serait responsable, croit-on, de la défaite électorale de la municipalité en exercice alors et de la victoire du candidat communiste.

14Mais dès lors, dans cette perspective électoraliste, pourquoi l’opposition à G. de Robien a-t-elle engagé le conflit aussi tard, c’est-à-dire un an après que le projet contesté a été voté en conseil municipal ? Pourquoi contester un projet incontestable sur le plan légal ? En effet, le projet a reçu un avis favorable du Ministère de la Culture en 1994 puis en 1996, et la concertation a été faite (présentation publique en conseil municipal, réunion des riverains, exposition de la maquette pendant 13 mois, enquête publique). L’information sur le projet était disponible dans la presse municipale (Journal Des Amiénois), sur le site internet de la ville, dans la presse régionale (Le Courrier Picard). L’APECA en est réduite du reste à requérir contre un défaut présumé d’affichage sur le chantier. La passivité dans l’année précédant le conflit s’explique mal ou le conflit est surprenant.

  • 5 L’enquête se déroule en deux temps : en début de conflit (janvier), lorsque la rive sud du parvis (...)

15Il semble bien qu’une « émotion populaire » soit le déclencheur de l’affaire. Le parvis redessiné et piétonnisé attire les promeneurs venus nombreux en cette période de Noël pour admirer la cathédrale qui a recouvré sa blancheur et pour assister au spectacle de colorisation du porche. La vision des parpaings qui s’élèvent à côté de la cathédrale embellie produit le choc. Des riverains mécontents l’amplifient en alertant les élus de l’opposition. Et la controverse acquiert une dimension collective par la médiation du quotidien régional qui couvre le sujet (trente articles publiés sur la question pendant les six mois que dure le conflit) et qui lance une enquête auprès de ses lecteurs5. A la question posée par le journal : « Et vous qu’en pensez-vous ? », plus de deux cents lecteurs ont répondu. Ces lettres sont un indice autorisant à penser que la question du parvis à Amiens n’est pas seulement un alibi, que le conflit électoraliste en cache un autre.

Fig. 2 – Quelques visions « amputées » de la cathédrale (Muriel Rosemberg, 2000) immeuble Huet

Fig. 2 – Quelques visions « amputées » de la cathédrale (Muriel Rosemberg, 2000) immeuble Huet

2a – Rue Henri IV : une vue déjà amputée par la maison d’angle (à gauche de la photo)

2b – Vue prise à l’entrée de la rue Dusevel

2c – Placette aménagée au débouché des rues Dusevel et Henri IV

Fig. 3 – La rive sud du parvis après l’aménagement

Fig. 3 – La rive sud du parvis après l’aménagement

II. DES CONCEPTIONS DIVERGENTES DU PARVIS ET DE LA VILLE

16L’intérêt de ces lettres, mais c’est leur limite aussi, tient à la situation de conflit. Leur analyse permet de révéler comment l’aménagement somme toute modeste et modéré d’un haut lieu a pu cristalliser des prises de position sur la politique urbaine, c’est-à-dire sur les choix urbanistiques et sur le mode d’action des décideurs urbains. Cependant, la forme de l’enquête du Courrier Picard : une question ouverte, des réponses spontanées, rend difficile une analyse rigoureuse des textes, et l’interpétation des résultats doit rester prudente.

  • 6 « (…) le fait de discuter, ou même de propager des arguments, a toujours pour effet de rendre sail (...)

17Il ne s’agit pas d’un échantillon représentatif de la population amiénoise puisque les réponses sont spontanées et leurs auteurs, sauf exception, ne fournissent pas d’information d’ordre socio-culturel sur eux-mêmes. Mais ces lettres sont représentatives de la situation conflictuelle : elles émanent de ceux qui se sont sentis impliqués par la controverse, puisqu’ils manifestent par leur lettre qu’ils accordent de l’importance au problème proposé au débat. Devait-on considérer ces textes comme une pré-enquête à poursuivre méthodiquement ? Une enquête centrée sur la question du parvis, une fois le conflit achevé, n’aurait pu collecter des informations comparables. En effet dans le débat les positions d’un groupe tendent à polariser vers des valeurs dominantes, non à s’orienter vers un choix modéré6 [Moscovici 1992]. Or, bien que le groupe dans notre cas soit virtuel, chacun ayant répondu séparément à l’enquête du Courrier Picard, il s’agit bien d’un débat entre deux « groupes » aux positions divergentes. Chaque lettre expose des arguments en réponse à des arguments opposés qui sont connus, chacun exprime une opinion qu’il sait être partagée ou contredite par d’autres. L’enquête est appelée explicitement par le journal à nourrir un débat public, et les réponses apparaissent nettement comme une contribution à une discussion collective, non comme l’expression d’un point de vue. Quelques lecteurs croient même pouvoir influencer le cours des événements, confondant l’initiative du journal avec un référendum.

18D’autre part, les réponses sont de forme et d’extension diverses, allant du simple énoncé d’un avis favorable ou défavorable à une argumentation complexe combinant quatre arguments ou plus (c’est le cas de 13 lettres pour et de 28 lettres contre). Les arguments sont parfois implicites ; des formulations nuancées imposent de différencier des arguments apparemment similaires : « le parvis, un lieu de la ville, un lieu de vie »/« le parvis inscrit dans un ensemble de réalisations qui ont métamorphosé la ville » (Tableau 1). Les énoncés retenus résultent donc d’une traduction. Mais la récurrence de types d’arguments se lit nettement, permettant d’établir un argumentaire pour chacun des deux groupes de lettres (Tableau 1).

  • 7 Les lettres portent l’indication de la date.

19L’analyse longitudinale (distribution des arguments cités) puis l’analyse transversale (distribution de la combinaison des arguments dans chaque lettre) ont été menées sur les deux « séries » de lettres : 172 collectées en janvier parmi lesquelles 105 sont opposées au projet et 67 sont favorables ; 39 collectées en juin dont 31 contre et 8 pour. On notera que, en janvier comme en juin, les partisans du projet Huet se sont manifestés quelques jours après les opposants7. Doit-on comprendre que ceux qui ne prennent pas la parole parce qu’ils consentent se sont sentis obligés de participer à un débat marqué jusque-là par la contestation ?

  • 8 « lui » désigne G. de Robien

20Dans l’enquête de janvier, ce qui domine chez les opposants est la question de la vue en perspective sur la cathédrale : le bâtiment Huet a supprimé cette vue. On lui reproche aussi d’être mal intégré au parvis : il est « trop proche », « il est laid ». Dans les lettres plus argumentées, la défense de la perspective est associée à la défense du tourisme et du patrimoine. La cathédrale pour être admirée et photographiée doit être dégagée. Il faut préserver le seul joyau d’Amiens, il est interdit de toucher au patrimoine mondial. Curieusement, pour sauver la cathédrale on défend un héritage récent puisque le dégagement du parvis date de la seconde guerre ; et l’on accorde aux Amiénois une légitimité qu’on refuse aux élus : « la ville ne lui8 appartient pas », en affirmant qu’il s’agit tout à la fois du patrimoine des Amiénois et de l’humanité.

21A l’inverse, les partisans du projet parlent peu du bâtiment et de l’angle de vue. Il semble qu’on se refuse à juger un édifice en cours de construction, et plus encore à dissocier dans le débat l’immeuble et l’aménagement du parvis, le parvis et l’action globale sur la ville que l’on approuve : « le parvis devenu un lieu de vie », « des actions qui ont métamorphosé la ville ». Mais la perception de cet aménagement comme une composante du projet urbain de la ville n’est explicite que dans un petit nombre de réponses, qui présentent par ailleurs quatre arguments ou plus. Dans les lettres à un ou deux arguments, ce qui domine c’est la satisfaction que « la verrue soit éradiquée », sentiment associé à l’expression de la confiance dans l’action du maire, dans ses réalisations antérieures (dont on donne parfois des exemples).

22Un point commun aux opposants et aux défenseurs du parvis : une approche sensible du lieu, qui réduit la question de l’aménagement à un angle de vue (la perspective) ou à un fragment de façade (la verrue éradiquée). Mais le regard n’est pas focalisé sur le même point selon la signification que chacun accorde au patrimoine. Pour les uns, la valeur patrimoniale de la cathédrale n’est pas dissociable de sa fonction touristique ; pour les autres, la cathédrale est une composante du patrimoine urbain, un lieu dans et de la ville. Un compromis semble impossible. Les uns et les autres ne parlent pas de la même chose : une vision patrimoniale d’un haut lieu en soi, aspatial ; une vision de la ville qui doit intégrer un espace délaissé. La discordance est totale. Et cette discordance est renforcée dans l’enquête de juin, lorsque le bâtiment Huet est achevé. Les critiques ou les éloges sont plus nets, centrés autour d’une argumentation qui associe la perspective/l’immeuble/le patrimoine ou l’immeuble/le parvis/la ville. Et le regard porté sur l’aménagement du parvis semble s’étendre à l’ensemble de la politique urbaine : « Amiens a retrouvé son identité », c’est « ce que nous voulions pour notre ville », « le formidable changement que nous connaissons depuis dix ans » ; chez les opposants, la critique des transformations urbanistiques devient significative (12 % dans les réponses de juin contre 4 % en janvier) à côté d’une opposition politique au maire (« le fait du prince », le manque de concertation).

23Dans quelle mesure l’adhésion ou l’opposition à G. de Robien influence-t-elle la perception de l’aménagement du parvis ? Dans quelle mesure donc ces lettres apportent-elles sur l’objet du conflit un autre éclairage que les textes émanant des protagonistes : l’APECA et les acteurs urbains ? La corrélation éloge du maire/éloge du parvis ou opposition au maire/opposition au parvis est loin d’être claire. La confiance accordée au maire, bien qu’elle tourne parfois à la dévotion en constituant l’unique argument, signifie aussi une adhésion à la transformation de la ville, les deux arguments étant associés (dans 18 % des lettres) ou le second seul étant exprimé (14 % des lettres). Et le reproche adressé par les adversaires du projet : « le fait du prince » est peut-être moins connoté politiquement qu’il n’y paraît. Il est certes cité dans 36 lettres (sur 105), mais n’apparaît que quinze fois dans les lettres faiblement argumentées (1 à 3 arguments) qui représentent les trois quarts des réponses. Et il est associé à l’argument patrimonial (seize fois) davantage qu’à la critique de « l’affairisme » (quatre fois). Cette accusation (affairisme/spéculation immobilière) présente en bonne place dans les textes de l’APECA 80 est marginale dans les lettres : cinq citations au total, dont trois dans des textes qui relèvent du plus grossier poujadisme. Bien plus, parmi les opposants au parvis réaménagé, on note un nombre significatif de lettres qui approuvent les autres réalisations accomplies dans la ville, qui dénoncent « la manœuvre électorale de Gremetz-Lecul » ou leur « réveil tardif », qui accusent la municipalité précédente d’immobilisme et d’incurie. Les réponses des opposants à l’enquête semblent donc l’expression d’un intérêt pour la question de l’aménagement urbain, ne se réduisent pas, loin s’en faut, à un parti pris politique.

  • 9 C’est la part d’un énoncé dans l’ensemble du discours – la somme des paroles énoncées – qui est év (...)

24C’est ce qui apparaît nettement si l’on compare l’argumentation respective des partisans et des opposants en regroupant les arguments cités dans les lettres en deux grandes catégories : le parvis, la question politique (Tableau 2). Afin d’atténuer la surreprésentation des lettres à un ou deux arguments, on a choisi d’évaluer la part d’un argument parmi l’ensemble des arguments cités. On s’intéresse alors à l’occurrence d’un argument dans la somme des arguments énoncés9. Chez les uns et les autres, les critiques et les éloges ne sont pas de même nature, et l’appréciation d’une même réalité est divergente (arguments 10-2-9 des lettres favorables/arguments 3-1-2 des lettres défavorables par exemple). Il apparaît que la question politique occupe un poids très important chez les partisans, faible chez les opposants pour qui la question du parvis domine. Les premiers répondent aux critiques portées contre l’aménagement en contre-attaquant sur le terrain politique (particulièrement les arguments 1-5-6). Les seconds réagissent davantage dans l’ordre de la sensibilité, l’image du parvis et de la cathédrale (arguments 1-2-3-5 notamment) dominant toute autre considération.

  • 10 Journal Des Amiénois, hebdomadaire de la municipalité.

25L’intérêt pour la cathédrale ou pour la ville est certes formulé dans les lettres en des termes très proches du discours émanant de la ville ou de l’association opposée au projet. Les deux conceptions du parvis comme lieu de vie articulé à la ville, comme haut lieu du patrimoine mondial à préserver intact, sont exposées dans des articles de JDA10, dans les tracts de l’APECA, et les articles du Courrier Picard consacrés au projet puis au conflit ont diffusé les idées et les mots. Mais par-delà les représentations dominantes – véhiculées par ceux qui ont la parole –, on repère dans les lettres de façon significative l’expression d’une relation personnelle à l’espace (ce à quoi l’enquête n’incitait pas) : dans 30 % des lettres pour, 10 % des lettres contre. Bon nombre de notations révèlent une perception des signes de l’urbain (« il faut créer de vraies rues », « une place c’est fait pour les habitants, ce n’est pas un parc ») ; une compréhension que la ville n’est pas immuable (« il est bon de marier les époques », « il faut structurer en assurant les héritages », « il faut combler les vides », « former un ensemble harmonieux et pas seulement une vue ») ; une approche de la ville par le parcours (« l’Horloge Dewailly guide les pas », « la piétonnisation donne envie d’aller jusqu’au parvis »). Cette relation à la ville, on l’observe aussi dans quelques lettres opposées à l’aménagement du parvis. On y parle ainsi de l’émotion produite par la cathédrale au débouché d’une rue, de sa découverte par étapes en différents lieux du parcours ; dans ces lettres, la défense de l’environnement de la cathédrale apparaît nettement comme la défense d’un espace vécu. Mais d’autres lettres expriment une approche pour le moins surprenante de la ville, qui en nie le caractère urbain. On propose par exemple de « dégager une perspective depuis le parc de la Hotoie », situé à plus d’un kilomètre à l’ouest du parvis, ou encore de placer la cathédrale « dans un écrin de verdure et non au milieu des pierres ». On souhaite « des espaces libres », « de vastes espaces où se rencontrer, circuler ». La demande de « respiration urbaine » a de quoi surprendre dans une ville telle qu’Amiens qui ne manque ni d’espaces verts ni d’espaces vacants : expression d’une relation à un espace vécu ou représentation convenue de la ville ?

  • 11 Divergence qui mériterait d’être précisée par une enquête sur les représentations que les Amiénois (...)
  • 12 Enquête menée en janvier-février 1997 : « Les Amiénois et leur architecture ». Il était demandé au (...)
  • 13 Opposition dont on ignore l’ampleur et à laquelle les circonstances ne sont peut-être pas étrangèr (...)

26Cette divergence d’appréciation de ce qui fait la ville11 ne s’est pas manifestée au cours des opérations d’urbanisme qui ont profondément modifié Amiens dans la décennie précédente. Ces réalisations, si l’on en croit une enquête menée par le Courrier Picard12, ont été favorablement accueillies. Si la cathédrale a pu catalyser une opposition latente à la transformation d’Amiens13, c’est qu’elle est un haut lieu bien sûr mais plus encore peut-être un lieu de mémoire.

27Deux représentations de la cathédrale, non spécifiques d’Amiens du reste, alimentent les controverses qui renaissent depuis cent cinquante ans lors de tout projet d’aménagement du parvis. La cathédrale doit-elle être dégagée ou enserrée, vue en perspective ou découverte de près soudainement, objet de spectacle ou lieu de vie ? Enracinées dans la mémoire collective, les représentations sont indissociables du lieu qu’elles sacralisent, au sens qu’elles le rendent intouchable. Et à Amiens plus qu’ailleurs peut-être. « La cathédrale a été providentiellement dégagée par la guerre » peut-on lire sous la plume de l’APECA et en des termes voisins dans quelques lettres. Provocation ? Non si l’on songe que les quartiers « providentiellement détruits » par les bombes en 1940 ont été maintenus à l’état de friches urbaines (à peu de choses près) pendant près de soixante ans. Ce qui est en jeu dans cette véritable crispation autour de la cathédrale, c’est moins le respect du patrimoine ou de la vue sur le monument que le respect de la mémoire des destructions. Et c’est cette image de la ville rasée dont émerge seule la cathédrale épargnée, qu’on veut préserver, qui fait préférer les lambeaux de la ville à tout projet urbain qui ne rendra pas la ville. A moins qu’il ne s’agisse d’un refus de l’urbanité : lors de la présentation publique du premier projet de la ZAC Cathédrale en 1987 (le projet R. Krier), des voix s’étaient élevées contre la densification du centre ville, contre l’animation que l’arrivée d’une population étudiante ne manquerait pas de produire. Il serait certes incongru de prêter aux opposants du projet Huet les conceptions du courant architectural qui, autour des années quarante met en pratique dans les universités américaines le laisser faire, récusant le projet urbain au nom de la liberté architecturale et de l’incertitude de l’évolution urbaine [Turner 1984]. Du moins peut-on s’interroger sur la préférence à voir un projet urbain inachevé autour de la cathédrale. La mobilisation des années 70 avait interrompu un projet engagé, les opposants actuels promettent d’empêcher l’achèvement du projet Huet sur la rive nord du parvis ; déjà après la guerre, la reconstruction des abords de la cathédrale avait donné lieu à des propositions successivement abandonnées et le projet retenu fut tronqué, faute de crédits semble-t-il [Breitman et Krier 1989]. Dans cette modalité de défense du haut lieu, ne peut-on lire un « refus » de la forme urbaine ? La logique urbanistique qui redessine cette partie d’Amiens entre nécessairement en conflit avec ceux pour qui la ville est une juxtaposition de constructions et les espaces vides des espaces vacants, non des éléments de la composition urbaine.

28En faveur de cette interprétation, la relation observée entre le regard porté sur l’aménagement de la cathédrale et l’inscription de l’observateur dans l’espace urbain. On peut en effet esquisser une distribution spatiale des réponses à l’enquête dans la mesure où l’adresse de l’auteur figure dans près de 90 % des lettres (189 sur 211). Que « les beaux quartiers » d’Amiens (le centre et le quartier résidentiel aisé d’Henriville) représentent plus d’un tiers des réponses et que les quartiers de grands ensembles soient absents est attendu. Plus significatifs pour notre propos, la surreprésentation des Amiénois, des Amiénois des quartiers centraux, parmi les lettres favorables au projet (80 % des pour sont d’Amiens, 40 % sont du centre d’Amiens) et le poids des communes périphériques ou de petites villes de Picardie parmi les opposants (40 % des contre en proviennent). D’autre part, si l’on élimine les réponses qui ne proviennent pas d’Amiens (35 % du total des lettres), l’avantage des opposants à l’aménagement du parvis s’estompe singulièrement : les pour et les contre s’équilibrent (46 % et 54 %) alors que sur le total des lettres les proportions étaient respectivement de 38 % et 62 %. Peut-on penser que la médiocrité des villes (et de l’urbanité ?) en Picardie joue un rôle dans cette contestation de l’aménagement de la cathédrale ? Il faudrait une autre enquête et une autre analyse pour établir une corrélation entre l’accueil donné aux aménagements urbains et la distance à la ville, entre la conception de l’urbain et le profil des villes.

29La dimension spatiale du conflit ne permet pas pour autant de le qualifier de territorial. Le parvis de la cathédrale met en jeu des conceptions divergentes de la ville, il ne constitue en aucune manière un territoire. Il est un espace : l’intervalle entre le monument et le spectateur, ou un lieu qui peut devenir un lien entre la ville haute et la ville basse, une transition entre deux pôles, l’axe des commerces et le quartier étudiant. Mais jamais l’on n’évoque un quartier de la cathédrale, identifiable par le bâti, les activités, des indices propres à conférer une identité, à permettre une appropriation. Signe de la mémoire de la ville ou de sa renaissance, la cathédrale n’est pas confondue avec la ville ; elle doit rester un lieu à part, ou réintégrer la ville. Enjeu électoral, enjeu de représentations, l’aménagement du parvis n’est certainement pas un enjeu territorial.

III. LA DÉMOCRATIE LOCALE : UN AUTRE ENJEU DU CONFLIT ?

30Un aspect du conflit semble devoir nuancer cette affirmation : la mise en cause des pratiques politiques de G. de Robien, par des opposants au projet pour l’essentiel, par le Courrier Picard également, revêt peut-être une signification territoriale.

  • 14 Elle est marginale chez les partisans du projet : trois lettres seulement évoquent l’insuffisance (...)

31La contestation politique se traduit sous deux formes, parfois associées : la consultation sur le projet est insatisfaisante, les décisions du maire sont assimilées au « fait du prince ». La question de la démocratie locale apparaît significative. Présente dans plus de 20 % des lettres opposées au projet, dans l’enquête de janvier comme dans celle de juin14, elle est formulée en des termes qui traduisent moins une critique qu’une attente. Ce qui frappe avant tout, c’est la gratitude exprimée au Courrier Picard qui a donné la possibilité à ses lecteurs de prendre la parole. Car si dans l’ensemble on reconnaît la réalité de l’information municipale sur le projet, on juge la concertation insatisfaisante. L’impression qui domine peut être formulée ainsi : « Le maire nous entend mais ne nous écoute pas ». Le journal au contraire rend possible le débat, il « demande l’avis », « incite à prendre la parole ». L’enquête est parfois assimilée à « une consultation démocratique », à un « référendum » même (7 lettres).

  • 15 Cette enquête ne concerne que les modifications apportées au projet Huet de 1993, ce qui explique (...)
  • 16 La procédure de l’enquête publique « demeure une procédure d’information et de consultation, d’aid (...)

32Que penser de cette mise en question de la concertation dans une ville où la « démocratie locale » semble active avec les comités de quartiers, les réunion mensuelles « La Parole aux Amiénois », les réunions de concertation sur chaque projet urbain ? « Les gens avaient les moyens d’être informés du projet. Et ceux qui ont fait l’effort de s’informer ne sont pas étonnés du projet actuel » répond G. de Robien au Courrier Picard qui le questionne sur l’affaire du parvis. Le décalage est net entre la demande de parole, d’écoute, exprimée dans un certain nombre de lettres, et le droit à l’information organisé dans le cadre de la concertation légale. Quelle ne serait la surprise de ceux qui participent à une enquête publique s’ils prenaient connaissance du rapport du commissaire enquêteur ? Sur les onze observations consignées lors de l’enquête de novembre 9815, sept concernent le projet, mais une seule a été retenue comme pertinente. Les autres sont « hors sujet » d’un point de vue strictement légal, puisqu’elles portent non pas sur les modifications techniques concernées par l’enquête, mais sur le projet dans son ensemble16.

  • 17 « La légitimité de proximité relèverait d’individus à la fois usagers d’un territoire et citoyens, (...)

33L’écart entre le droit à la parole – ou le droit à poser des questions ? – et le pouvoir de la parole doit être également souligné. Pouvoir de la parole que détiennent les experts : les plans, la maquette du parvis, lisibles par ceux qui les produisent, ont-ils été compris par ceux à qui ils semblent destinés ? Et que peut signifier la prise de parole si elle ne conduit pas à la prise de décision ? A l’inverse que signifie-t-elle si elle ne vise qu’à empêcher la décision ? Dans trois lettres très argumentées, on affirme la nécessité d’établir un dialogue entre les citoyens, les élus et les experts pour mettre en place un urbanisme démocratique ; on insiste sur la responsabilité qui incombe à l’opposition de susciter le débat, à l’opinion publique de participer aux affaires publiques. Sans qu’elle soit formulée aussi clairement, l’exigence de démocratie est bien sous-jacente dans les lettres qui associent critique de l’information municipale et fierté patrimoniale : une décision qui concerne tous les Amiénois doit être discutée. Mais la critique de la consultation peut n’être aussi (12 % des lettres) qu’un prétexte à une mise en cause de la personne du maire, de sa personnalité ou de sa fonction d’élu : on lui refuse le droit d’agir sur la ville, qui ne lui appartient pas. « Légitimité de proximité »17 qui s’affirme contre la légitimité politique ? L’affirmation d’une appartenance amiénoise ou picarde aux tonalités localistes et xénophobes en fait douter.

34« Amiens championne de la démocratie locale ? ou de la supercherie érigée en système de gouvernement ? ». Tel était le titre accusateur d’un des articles du Courrier Picard consacrés à l’affaire du parvis. Mais la question dépasse le cas amiénois : l’absence de transparence des processus de décision, l’absence de dialogue, sont des critiques récurrentes observées dans les conflits d’aménagement et les conflits environnementaux [Dziedzicki 2001]. La concertation organisée dans le cadre légal ne comble pas l’attente de « démocratie participative » : le sentiment que les jeux sont faits, que « la participation est tolérée dans une logique d’adhésion au projet », est largement partagé dans tous les conflits [Dziedzicki 2001]. Et les pratiques de consultation et de concertation, l’enquête publique comme les forums de débat public, semblent inaptes à désamorcer la contestation, l’alimenteraient même.

  • 18 Interviewé par nous.
  • 19 Toutes les expressions entre guillemets dans ce paragraphe sont des citations du Courrier Picard.
  • 20 Le président de l’APECA est un riverain.
  • 21 Le Courrier Picard est, par son héritage et quelques-un de ses journalistes, proche du Parti Commu (...)
  • 22 F. Barré occupait alors la fonction de Directeur de l'Architecture et du Patrimoine au Ministère d (...)

35L’échec du débat a surpris le journaliste18 chargé du dossier cathédrale. Croyant « contribuer à la démocratie locale »19, sujet de ses griefs avec la municipalité, soucieux de « dépassionner le débat » sur un aménagement qu’il approuve, il alimente de fait la polémique et participe indirectement à légitimer l’initiative de l’APECA qu’il désapprouve. En effet, le débat étant devenu public grâce à l’enquête lancée par le journal, la contestation n’est plus le fait d’un groupe politique ou d’un groupe de riverains20, elle semble émaner de simples citoyens. Mais si le journal n’a pas davantage « nourri la réflexion », ce n’est pas faute d’avoir essayé. Dépassant le rôle d’information sur le local joué par la presse régionale, s’écartant de la critique qui conclut habituellement tous les articles relatifs à la politique amiénoise21, le journal a dans cette circonstance indéniablement cherché à arbitrer le débat, à éclairer l’opinion. Il multiplie les points de vue, met en perspective le choix d’aménagement afin « que chacun s’attache à élever et à approfondir le débat ». Les principaux acteurs de la controverse sont interviewés et leurs propos cités largement : B. Huet, F. Barré22, l’inspecteur général des monuments historiques, les leaders de l’APECA. On ne se limite pas à rapporter des propos, on les questionne. Ainsi ces questions (im)pertinentes posées au président de l’APECA : « Vous n’avez pas l’impression de vous réveiller trop tard ? Au Moyen-Age la cathédrale était enserrée d’immeubles. Est-ce si choquant ? Votre collectif regroupe surtout des riverains ». Ainsi la publication d’un entretien avec l’évêque en réponse à l’accusation de l’opposition : « Le parvis livré aux marchands du temple ». Et par le rappel des faits, on espère déplacer les termes du débat, éliminer les critiques de circonstances pour poser le vrai problème. On rappelle que l’opposition d’aujourd’hui a voté hier un projet de fermeture du parvis (le projet Krier) bien moins modéré que le projet Huet, que la réaction des opposants a été bien tardive, que l’information a été faite. Poser le vrai problème revient à poser la question : « que fallait-il faire du parvis ? ». Les photographies du parvis avant la guerre, avant le projet Huet, une fois le projet réalisé, et les commentaires qui les accompagnent, apportent indéniablement une réponse : un aménagement était nécessaire. Les différentes propositions d’aménagement et positions sur le parvis « idéal » depuis le xviiie siècle relativisent le débat, montrent la difficulté à produire une réponse consensuelle. On aura remarqué que le « dossier cathédrale » met en question le conflit plus qu’il ne conteste des pratiques politiques municipales, et place au centre du débat la question urbanistique. Le journal démontre ainsi sa capacité à jouer un rôle actif dans l’(in)formation de l’opinion publique, en produisant les éléments d’un vrai débat. Leçon de démocratie à ceux qui semblent réduire l’information à la communication (municipale), aux élus d’opposition qui remplissent mal leur fonction en préférant le conflit au débat, en soutenant les partisans de l’inertie contre l’avenir de la ville ?

36S’il est une dimension territoriale dans ce conflit, c’est là qu’elle se noue : l’avenir de la ville est le vrai débat. C’est le sens très clair de la déclaration de J. Brunet, maire communiste de Longueau, après l’annonce faite par l’APECA d’empêcher l’achèvement du projet (construction d’un Institut du monde gothique sur la rive nord du parvis). Le maire de Longueau dénonce « une querelle récurrente depuis 150 ans qui ressurgit au gré du calendrier électoral » et prend position en faveur de l’Institut, « sur le parvis, le plus près possible de la cathédrale ». Son appel à « la lucidité » manifeste qu’il a perçu l’enjeu de la politique urbaine menée à Amiens. L’Institut est « une chance à saisir pour la capitale picarde d’être au cœur d’un réseau d’échanges tout à fait exceptionnel » comme, par ailleurs, la communauté d’agglomération est une occasion de constituer une véritable métropole. Le rapprochement n’a rien de saugrenu. Sur l’organisation de la communauté d’agglomération, sur l’implantation du « 3e aéroport » à proximité d’Amiens et les choix de développement économique, sur la politique urbanistique et culturelle, comme sur la question limitée du parvis, l’affrontement est de même nature. Ce qui est en jeu est le statut d’Amiens : une ville moyenne au nord de Paris, certes dotée de fonctions régionales, dont on voudrait limiter le déclin, ou la métropole de la Picardie, engagée dans le processus de la métropolisation, se dotant d’activités nouvelles et diversifiées ?

CONCLUSION : LE CONFLIT, UN OBJET GÉOGRAPHIQUE ?

37Dans le cas amiénois, comme dans la plupart des conflits d’aménagement, plusieurs dimensions conflictuelles s’expriment : le contenu de la décision, le processus de décision, les fondements de la décision sont contestés. Mais la dimension géographique du conflit n’est pas certaine. Comme l’observe C. Lacour, « si l’espace est devenu un objet de contestation concret et immédiat à travers l’opposition à des projets d’aménagement, il est aussi un prétexte à une contestation plus générale » [Lacour 1995].

38Les aménagements urbanistiques sont la cible fréquente de la contestation dans les villes où une action volontaire sur l’espace est menée. L’espace était hors jeu lorsqu’il était vacant ; valorisé par le projet d’aménagement qui lui donne forme, devient-il enjeu, objet de l’affrontement de conceptions urbaines soudainement révélées, ou n’est-il qu’une « ressource » pour un jeu d’acteurs dont la logique peut n’être ni locale ni spatiale ? Les exemples sont nombreux de bâtiments inoccupés ou délabrés, d’espaces vacants et sans usage, promus soudainement au cœur du débat : le garage Citroën, l’îlot Yvert, l’étang St-Pierre, la friche St-Germain à Amiens. Dans ces exemples, la contestation ne renseigne que sur l’aptitude de groupes à se saisir de l’espace comme argument du discours.

39De fait l’espace n’est parfois qu’un prétexte, et l’usage du mot ne renvoie pas toujours à une représentation de la chose. Si l’analyse des représentations passe par l’analyse du discours qui les véhicule et les met en forme, on ne peut pour autant considérer comme une réalité indistincte représentation et discours. Un « discours est lui-même un comportement, souvent un comportement de répétition autant que de communication, un comportement qui doit être compris à partir des croyances et des intentions qui le sous-tendent ; il n’est pas à lui-même sa propre explication » [Sperber 1989]. L’espace, l’environnement, le patrimoine sont aussi des arguments dans une polémique particulière parce qu’on sait qu’ils constituent des enjeux d’ordre général et parce qu’ils sont des mots en usage.

40Si les représentations que véhiculent les mots ont une signification territoriale, si donc leur distribution spécifie un espace, rendant compte de comportements qui constituent un indicateur socio-spatial, comment espérer les saisir par le conflit dont l’inscription spatiale et temporelle est fugace ? On objectera qu’un conflit fait émerger des représentations déjà là. Comme moment d’expression d’une représentation mentale sous la forme d’une représentation publique, le conflit intéresse sans doute le psychosociologue, peut-être moins le géographe. Car s’il s’agit bien pour lui de saisir la société par l’espace, ce sont les tensions dans lesquelles l’espace est au cœur, « entretient, génère, organise des contradictions sociales », en même temps qu’il résulte de ces contradictions [Auriac 1986], qui sont objets d’étude.

41Mais dès lors peut-on espérer saisir le conflit par lui-même, sans la connaissance préalable de l’espace qui en rend compte ? Attribuer une dimension géographique à un conflit c’est en effet signifier qu’il est inscrit dans la transformation d’un territoire, que les transformations de l’espace et le changement d’appropriation impliquent le conflit. La connaissance du territoire explique le conflit, la proposition inverse n’est pas vraie. A moins qu’on ne définisse le territoire comme la portion d’espace où se déroule le conflit.

42Il me semble qu’un double implicite guide l’intérêt renouvelé pour les conflits abusivement qualifiés de territoriaux parce qu’ils se déroulent sur un territoire. Sous le conflit, c’est le local qu’on pose comme échelle pertinente à rendre compte des logiques de l’action et des tensions, et c’est la contestation qu’on valorise comme signe de la démocratie locale. Si les conflits d’aménagement se multiplient, facilités par la procédure de concertation, ils peuvent ne mobiliser que des groupes, non le territoire, ce dont témoigne du reste la forme juridique à laquelle ils se réduisent parfois. Le regard est focalisé sur quelques acteurs, leaders de groupes dont la relation au territoire mériterait d’être précisée.

43L’analyse des conflits est-elle un instrument pertinent de la compréhension géographique des territoires ? Cette question ne cherche pas à justifier les lacunes d’une lecture partielle du conflit amiénois. Elle témoigne d’une interrogation sur le bien-fondé d’une géographie qui s’approprierait tout fait social dès lors qu’il est localisé ou se réfère, fût-ce verbalement, à l’espace.

Tableau 1 – Représentation des arguments dans les lettres (enquête de janvier)

Tableau 1 – Représentation des arguments dans les lettres (enquête de janvier)

% de lettres (dans l’ensemble des lettres pour, ou dans l’ensemble des lettres contre) dans lesquelles l’argument retenu (de 1 à 10) apparaît

Tableau 2 – Représentation des arguments dans l’ensemble des arguments cités (enquête de janvier)
Lettres favorables (145 arguments cités dans les 67 lettres)

Tableau 2 – Représentation des arguments dans l’ensemble des arguments cités (enquête de janvier)Lettres favorables (145 arguments cités dans les 67 lettres)

Lettres défavorables (278 arguments cités dans les 105 lettres)

Lettres défavorables (278 arguments cités dans les 105 lettres)

% de chaque argument dans la somme des arguments cités dans les lettres (pour ou contre)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Auriac F., Brunet R. [1986], Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard.

Breitman M., Krier R. [1989], Le Nouvel Amiens, Bruxelles, Mardaga.

Dziedzicki J-M. [2001], Gestion des conflits d’aménagement de l’espace : quelle place pour les processus de médiation ?, Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours.

Lacour C., [1995], « Les fondements théoriques de l’intégration de l’aménagement et de l’environnement », in Carriere (JP.), Mathis (P.) (dir.), L’aménagement face au défi de l’environnement, ADICUEER : 21-39.

Moscovici S., Doise W. [1992], Dissensions et consensus, Paris, PUF.

Rosemberg M. [2000], Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Economica.

Sperber D., « l’étude anthropologique des représentations », dans, Jodelet D. (dir), [1989], Les Représentations sociales, Paris, PUF.

Turner P. V., [1984], Campus : An American Planning Tradition, New York, The Architectural History Foundation, MIT Press.

Notes

1 EHGO, UMR Géographie-cités, Université de Picardie.

2 APECA 80, en référence à l’APECA fondée trente ans avant pour défendre la cathédrale menacée par la construction d’un immeuble, surnommé « la maison de verre » à cause de sa façade en verre fumé.

3 Selon l’expression du Nouvel Observateur et de l’Express de février 2000.

4 L’architecture néo-gothique de R. Krier est récusée.

5 L’enquête se déroule en deux temps : en début de conflit (janvier), lorsque la rive sud du parvis est achevée (juin).

6 « (…) le fait de discuter, ou même de propager des arguments, a toujours pour effet de rendre saillantes et mieux définies les alternatives ». (…) « plus les membres d’un groupe adhèrent à une opinion, à une décision, plus ils ont confiance en elle et en eux-mêmes, et moins ils sont disposés au compromis (…) » [Moscovici 1992 : 63].

7 Les lettres portent l’indication de la date.

8 « lui » désigne G. de Robien

9 C’est la part d’un énoncé dans l’ensemble du discours – la somme des paroles énoncées – qui est évaluée, non plus la proportion des « orateurs » qui utilisent un argument.

10 Journal Des Amiénois, hebdomadaire de la municipalité.

11 Divergence qui mériterait d’être précisée par une enquête sur les représentations que les Amiénois se font de la ville et de leur ville, mais l’on sortirait du cadre de l’analyse du conflit.

12 Enquête menée en janvier-février 1997 : « Les Amiénois et leur architecture ». Il était demandé aux lecteurs du Courrier Picard de juger les réalisations architecturales ou urbanistiques des dix années écoulées.

13 Opposition dont on ignore l’ampleur et à laquelle les circonstances ne sont peut-être pas étrangères.

14 Elle est marginale chez les partisans du projet : trois lettres seulement évoquent l’insuffisance de la consultation.

15 Cette enquête ne concerne que les modifications apportées au projet Huet de 1993, ce qui explique en partie sans doute la faiblesse de la participation.

16 La procédure de l’enquête publique « demeure une procédure d’information et de consultation, d’aide à la décision publique, sans pouvoir décisionnel conféré au public » et « conserve fondamentalement une fonction de légitimation a posteriori de projets élaborés et techniquement bouclés qui ne peuvent faire l’objet d’amendements que tout à fait marginalement », [Hostiou, 1993] cité par [Dziedzicki, 2001].

17 « La légitimité de proximité relèverait d’individus à la fois usagers d’un territoire et citoyens, et tenterait de se substituer aux légitimités technique, scientifique et à la représentation politique », [Dziedzicki, 2001].

18 Interviewé par nous.

19 Toutes les expressions entre guillemets dans ce paragraphe sont des citations du Courrier Picard.

20 Le président de l’APECA est un riverain.

21 Le Courrier Picard est, par son héritage et quelques-un de ses journalistes, proche du Parti Communiste.

22 F. Barré occupait alors la fonction de Directeur de l'Architecture et du Patrimoine au Ministère de la Culture.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Trois plans du parvis (service d’urbanisme de la ville d’Amiens)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 2 – Quelques visions « amputées » de la cathédrale (Muriel Rosemberg, 2000) immeuble Huet
Légende 2a – Rue Henri IV : une vue déjà amputée par la maison d’angle (à gauche de la photo)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende 2b – Vue prise à l’entrée de la rue Dusevel
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende 2c – Placette aménagée au débouché des rues Dusevel et Henri IV
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 3 – La rive sud du parvis après l’aménagement
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 1 – Représentation des arguments dans les lettres (enquête de janvier)
Légende % de lettres (dans l’ensemble des lettres pour, ou dans l’ensemble des lettres contre) dans lesquelles l’argument retenu (de 1 à 10) apparaît
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Tableau 2 – Représentation des arguments dans l’ensemble des arguments cités (enquête de janvier)Lettres favorables (145 arguments cités dans les 67 lettres)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Lettres défavorables (278 arguments cités dans les 105 lettres)
Légende % de chaque argument dans la somme des arguments cités dans les lettres (pour ou contre)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

Maître de conférences de géographie, Université d’Amiens, chercheur à l’équipe E.H.G.O – UMR Géographie-cités, associée à VST, équipe Politiques publiques et territoires. Après avoir travaillé sur les projets urbains et les projets de ville, ses recherches actuelles portent sur la question des représentations géographiques. Parmi ses publications récentes : [2000], Le marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Economica.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540