Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et territoires

 | 
Patrice Melé
, 
Corinne Larrue
, 
Muriel Rosemberg

III. Inscription territoriale des conflits

La revendication électorale identitaire sancerroise : potentialités et limites du paradigme conflictuel

Jean-Philippe Roy

Texte intégral

  • 1 Centre d’Étude du Débat Public, Université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

« Un des postulats de l’anthropologie interprétative est, on le sait, l’altérité radicale de l’objet d’étude, altérité qui peut être capturée par l’historien à travers le déchiffrement des systèmes de signification enracinés dans les comportements, dans les textes, dans chaque forme de vécu social » C. Geertz [1986].

2Aborder la notion de conflit en science politique commande, même si l’exercice paraît quelque peu convenu, un détour sémantique initial. Les synonymes proposés sont la lutte, le combat. On est donc, dès l’abord dans un contexte proprement agonistique. Les définitions du sens commun nuancent ensuite ce premier point de vue. On parle, en effet, d’une rencontre d’éléments, de sentiments contraires, qui s’opposent ; de contestation entre deux puissances qui se disputent un droit ; voire de contestation de compétence entre juridictions. Cette dernière acception semble due au xviie siècle qui avait situé l’antagonisme sur le plan abstrait entre forces intellectuelles, morales, affectives, sociales, et ainsi, également sur le terrain juridique.

3Le xixe, puis le xxe siècle vont faire évoluer la notion, sous les auspices, bien évidemment, du marxisme et de sa sociologie. Il s’agirait alors, de l’expression d’antagonismes entre des individus où des groupes pour l’acquisition, la possession et l’utilisation de biens matériels ou symboliques (richesses, pouvoirs, prestiges) ; l’objet de tout conflit ouvert étant de modifier le rapport de forces existant entre les parties. Ainsi, on voit naître deux catégories : les conflits ouverts et latents. Interviendrait alors, la notion d’ordre social qui, selon H. Mendras [Mendras, Forse, 1983], trouverait son fondement dans des conflits résolus. Une mobilisation collective, pouvant parfois aller jusqu’à des manifestations violentes, relève t-elle d’un conflit social ? A. Touraine [Touraine, 1982] propose de soumettre le phénomène à la satisfaction de trois critères pour répondre positivement. Tout d’abord, un principe d’identité, les acteurs doivent avoir conscience d’eux-mêmes ; ensuite, un principe d’opposition, ils doivent savoir contre qui ils luttent ; enfin, un principe de totalité : ils doivent avoir conscience de ce au nom de quoi ils luttent. Ces considérations rappellent que, chez Marx, comme chez Tocqueville, face au problème de la régulation sociale, le conflit est au cœur de l’intégration et de la désorganisation. A l’inverse, chez Durkheim, on a, ou conflit, ou régulation sociale. Weber et Simmel, quant à eux, en font une forme inhérente à la société et, de ce fait, le conflit devient un bon analyseur de celle-ci. Dahrendorf, Touraine, et même Bourdieu tentent des synthèses, et, ce faisant, insistent sur le primat du symbolique et du culturel comme champ électif des conflits actuels [Aron, 1967].

4Pour Weber, se situer du point de vue des acteurs amène logiquement à chercher à comprendre ce qui conduit au conflit. Quelles sont les raisons pour les acteurs sociaux d’y participer ? d’y mettre fin ? Les enjeux des conflits se polarisent autour des intérêts matériels, du prestige et du pouvoir, le pouvoir étant un trait structurel de tout conflit. Se trouvent ainsi posées les bases d’une investigation socio-politique du conflit comme témoin de l’action collective. Il reste à savoir si le conflit ouvert constitue la manifestation d’un conflit latent permanent ou l’échec provisoire du contrôle social (entendu comme l’ensemble des moyens et des processus par lesquels une société parvient à faire respecter ses normes) ou bien encore le moyen par lequel se construisent de nouvelles formes de régulation sociale.

5Dans cette dialectique de l’ordre et du désordre, la politique a une place de choix, si l’on est d’accord pour entendre que sa mission est de pacifier les contextes sociaux, ou du moins de les canaliser. Il s’ensuit ainsi que, dans un contexte pluraliste, elle se doit, à la fois de circonscrire les risques de désordre et de permettre, notamment par des procédures considérées comme socialement acceptables, une certaine expression des conflits existant à l’état latent. Ces derniers étant l’un des moteurs de l’expression citoyenne, elle se doit même d’aller jusqu’à un certain entretien de ceux ci. Les travaux de sociologie des partis politiques [Seiler, 2000] montrent ainsi qu’ils peuvent être entendus comme des manifestations institutionnelles de clivages sociaux qu’ils vont se charger de réguler en les mettant en scène selon un scénario bien connu : le rituel électoral [Ihl, 1996 ; Deloye, 2001].

6Les questions qui surgiront, dès lors, et qui sont au cœur des problématiques de l’analyse électorale, sont en partie construites par l’histoire-même de la discipline et des tentatives explicatives qui se sont succédées, notamment en France.

7Ainsi, parmi les modèles a-déïctiques au sens de Jean-Claude Passeron [Passeron, 1994 : 100-108], celui de la géographie électorale constitue, d’une certaine façon, un archétype. Revenir sur les points de convergence et d’opposition des deux principaux concepteurs du modèle sera riche d’enseignements pour notre problématique.

8Qu’il s’agisse d’A. Siegfried ou de P. Bois, la prégnance de la structure est primordiale et constitue l’essence même de leur recherche. Ainsi, Siegfried dit, au début du « Tableau politique de la France de l’Ouest » [Siegfried 1913, rep. 1995 : 39] : « J’ai remarqué souvent, dans les élections, que les opinions politiques sont sujettes à une répartition géographique. Chaque parti ou plus exactement chaque tendance a son domaine, et avec un peu d’attention l’on distingue qu’il y a des régions politiques comme il y a des régions géologiques ou économiques, et des climats politiques comme il y a des climats naturels. (...) Sous l’apparence mouvante des élections se précisent donc des courants stables et se dessinent des tempéraments politiques régionaux. Il y a ainsi des tempéraments provinciaux, départementaux, cantonaux, communaux, il y a plus exactement encore (car les divisions administratives sont souvent factices) des tempéraments politiques répondant à ces profondes individualités que sont les « pays » de France ». P. Bois, quant à lui, pour justifier à la fois de la filiation et de l’originalité de son oeuvre, va critiquer Siegfried dès l’introduction de « Paysans de l’Ouest » [Bois 1978 : 5-6] : « En effet, (...) les interprétations de Siegfried butaient sur d’insurmontables objections (...). Mi-géographe, mi-sociologue, il ne se tournait jamais vers le passé, il se contentait de l’émergence du phénomène, par ailleurs admirablement décrit, mais négligeait sa genèse ; il avait une vue purement statique, ce qui lui avait permis d’étendre son enquête au vaste ensemble de l’Ouest français, c’est-à-dire quelques 14 départements (...). La marche à suivre pourra surprendre. L’ouvrage n’étant pas un récit, mais une véritable enquête, la seule méthode scientifique acceptable imposait de partir du connu vers 1’inconnu, c’est-à-dire du présent vers le passé, vers ce passé sans lequel il apparaît, en fin de compte, que le présent est inintelligible ».

9Dans cette controverse, deux facteurs justifient et relativisent la critique de Bois. D’une part, il est vrai que l’absence de référence historique pose problème, car c’est une dimension essentielle, sans laquelle beaucoup de phénomènes sociopolitiques seraient proprement indéchiffrables. Cependant, on observe aussi chez lui un cheminement rétrospectif. En d’autres termes, il s’agit d’enquêter sur la permanence d’une structure sociopolitique, en remontant dans le passé, tant qu’elle semble présente ou, en tout cas, objectivable sur une carte. Ce qui délimite donc le champ de la recherche, c’est la présence rétrospective identique de la structure géographique et politique. Cette démarche sous-entend ainsi un « avant » et un « après », et donc un acte fondateur, une fracture : le trauma historique. Qu’on le veuille ou non, cette remontée vers les origines plaque le présent sur le passé. N’est-elle pas ainsi quelque peu frappée d’anachronisme ? En effet, l’origine devient alors événementielle, et le présent doté par le chercheur d’un pré-requis : une force transcendante artificielle imputée par le cheminement rétrospectif. On aboutit, du coup, à la découverte séduisante, mais réductrice, d’une cause historique unique. D’autre part, Bois insiste dans l’extrait précité sur une contradiction qu’il trouve, fort justement chez Siegfried : l’affirmation de possibles « climats » électoraux à tous les niveaux territoriaux tout d’abord, puis le choix d’un vaste espace d’investigation, obérant ainsi la possibilité de porter les recherches vers ces particularismes locaux qui justifieraient, pourtant, sa géniale intuition.

10A ce reproche, il adjoint une proposition : la réduction de l’espace de recherche. En fait, derrière l’aisance accrue pour la maîtrise des différentes variables en jeu, se cache le recours à un concept communément employé, mais peu ou obscurément défini : le territoire. Derrière la surdétermination de la structure se cache le refus de considérer que ce sont les habitants, à l’échelle individuelle, puis sociale par la vertu de leurs interactions, qui construisent ces réalités politiques identitaires et conflictuelles. La recherche d’une homothétie morpho-politique avec une permanence géographique ou une continuité historique est donc probablement en partie fortuite. Le modèle de Bois doit donc être relativisé. Le canton de Sancerre peut nous en donner l’occasion.

11En effet, le 21 mars 1993, une fois encore, le canton de Sancerre offrait au Front national un score supérieur à la moyenne du département du Cher. Lors de travaux antérieurs, nous avions émis un certain nombre d’hypothèses le concernant [Roy, 1993 : 265-276]. En ne reprenant que les premiers tours des élections législatives 1986, 1988 et 1993, on illustre aisément ce cas de figure (Tab. 1). Signalons, de plus, que ce phénomène est récurrent, tout type d’élection confondu depuis 1984. Examinant les ressorts historiques de cette originalité, il était tentant de se livrer à une inférence. En effet, lors de la révolution eut lieu une mini-révolte monarchiste, dite « petite Vendée Sancerroise », touchant spécifiquement cette région. La mise en relation des deux événements paraissait s’imposer, et le modèle traumatico-historique de Bois suffisamment séduisant pour fournir une explication du phénomène. Le contexte Sancerrois nous tend, pourtant, deux guets-apens : d’une part, la localisation très distale du canton peut amener à s’interroger sur son insertion dans le tissu départemental (Fig. 3). D’autre part, plaquer, comme nous l’avons fait en d’autres temps, le modèle de Bois, implique d’avérer le caractère authentiquement fondateur de l’événement. Or, les données historiques et sociales antérieures permettent d’inscrire ce fait dans une continuité et non dans le cadre d’une fracture. Tous ces éléments nous incitent donc à prendre distance vis à vis de Bois, de relativiser son modèle. Au demeurant, on ne peut réduire le canton de Sancerre à un simple découpage administratif formel. Il s’agit également d’un cadre électoral dans lequel, depuis longtemps (Ve république, IVe toute la IIIe et même avant) se sont bâtis des modes de sociabilité politique. Le choisir comme environnement d’étude n’est donc pas incongru. De plus, en dernière analyse, la réalité urbaine de Sancerre, constituée très tôt, et l’influence de ce pôle sur un espace unifié autour de la production viticole, lui confère une autonomie qui autorise à considérer avec une certaine faveur son identité territoriale. Forte de ces précautions, cette nouvelle démarche impose donc, en fin de compte, de reconsidérer l’hypothèse siegfriedienne.

12L’opposition de paradigmes, géographique d’un côté, historique de l’autre, cache en réalité une quête scientifique qui semble pouvoir trouver son sens dans l’idée même de conflit. La géographie électorale enregistrerait ainsi la matérialisation territoriale d’un ou plusieurs conflits latents, plus ou moins historiquement enracinés, dont les candidatures, dans leur dimension idéologique et/ou partisane, seraient les médiations. On retrouve là l’hypothèse de Lipset et Rokkan [Lipset, Rokkan, 1967]. Par ailleurs, le maintien d’une structure géoélectorale participerait également à l’entretien de ces conflits, ou au moins à celui de leur mémoire. Ce qui suscite alors, bien évidemment, l’intérêt du politiste pour les bouleversements récents qu’apportent les projets de réorganisation territoriale dans le cadre des EPCI (établissements publics de coopération intecommunale), comme préfiguration de nouvelles structures politico-administratives, et surtout socio-politiques.

13A l’aide de sources historiques, d’études scientifiques et de l’observation de 25 tours d’élections législatives, de 1876 à 1993, on s’autorisera un aller et retour épistémologique. Ce va-et-vient nécessaire nous permettra d’attester, sous les auspices séminaux des intuitions de Siegfried, l’originalité identitaire de Sancerre dont le vote protestataire est probablement une manifestation pertinente, mais qui connaît dans l’actualité récente un infléchissement lié à la redistribution des cartes territoriales, administratives, sociales, et donc politique.

I. S’AFFRANCHIR D’UN MODÈLE EXPLICATIF PRÉCONSTITUÉ

14Cette première partie se donne comme perspective un double objectif : tout d’abord placer notre problématique en adéquation avec la réalité des résultats électoraux. Par-là même, il s’agit d’éviter un écueil : réduire l’étude d’une implantation électorale à l’existence d’élus de la tendance considérée. Ensuite, cette première étape réalisée, on pourra plus facilement tester (et invalider pour le cas considéré) l’hypothèse traumatico-historique.

L‘autonomie relative du cadre géoélectoral sancerrois

15Avant d’aller plus loin, il convient de replacer l’objet de notre recherche dans sa juste proportion. Le canton de Sancerre se trouve situé aujourd’hui dans la première circonscription du Cher, qui correspond approximativement au quart nord-est du département. Le découpage a fait qu’elle contient aujourd’hui la majeure partie de l’agglomération berruyère : trois des cinq cantons de Bourges (Bourges 2, 4, et 5) [Gaudillere, 1995]. Par conséquent, la masse électorale est évidemment concentrée sur la capitale urbaine, et plus disséminée dans la campagne. Certes, la localisation de Sancerre, à l’extrême est du département, le long de la Loire, en fait une frontière et une zone de passage, mais la barrière du fleuve rattache indiscutablement les Sancerrois à Bourges. Au demeurant, la présence d’infrastructures les incite à franchir cette « frontière » quand cela est nécessaire. Au plan politique et administratif, on remarquera que les maires de Sancerre qui se sont succédés sont plutôt de tendance conservatrice, mais sans dimension protestataire. Les députés ont été souvent, quant à eux, de tendance radicale. De même, le statut administratif de Sancerre est à relativiser, car si elle fut sous-préfecture depuis 1848 jusqu’en 1973, elle a désormais perdu ce titre, et ainsi, cette ville moyenne du Cher fait figure de parente pauvre vis à vis de Vierzon et Saint-Amand-Montrond. On peut donc conclure que Sancerre est un faible enjeu géopolitique. A titre d’illustration, le tableau comparatif (Tab. 2) entre les résultats du canton de Sancerre et la 1ère circonscription du Cher aux premiers tours des législatives de 1988, 1993 et de 1997 nous permet cette relativisation. Il apparaît un net anticommunisme et une attitude d’accompagnement aux grandes évolutions électorales. Cependant, même si le PS fait chaque fois un peu mieux que dans l’ensemble de la circonscription, la sanction du socialisme gouvernemental est inscrite dans la distribution des votes. A l’inverse, on observera que si les différentiels (positifs ou négatifs) du PCF, du PS et de la droite modérée tendent à se rétrécir, seul celui du FN augmente jusqu’en 1993. Hormis cette dernière remarque, le canton de Sancerre semble donc, à sa manière, suivre l’économie générale des grands mouvements politiques de sa circonscription. Ainsi, 1997 semble figurer un tournant, annonçant un tassement des performances de l’extrême droite, au profit de la droite républicaine.

16Ces quelques éléments permettent de reformuler notre interrogation : le vote FN dans le canton de Sancerre a assez peu modifié l’orientation politique générale de ce dernier si on l’envisage, sous l’angle de la production d’élus. Ce canton manifeste, pourtant, une certaine sensibilité, plus forte qu’ailleurs dans le Cher, à son introduction dans l’offre politique. Celle-ci semble pérenne d’après les résultats électoraux. L’histoire est-elle la cause de cette permanence ?

La recherche naïve d’une cause historique unique : limites du modèle de P. Bois

17Lors de précédentes recherches, nous avons découvert l’existence d’un événement historique, sous la révolution : un soulèvement monarchiste, conçu comme un relais possible des guerres de Vendée, qui donna lieu à une insurrection assez vite résorbée. Parallèlement, les communes du canton de Sancerre furent touchées, en 1793-1795, par une forte répression à l’égard de prêtres qui avaient refusé le serment civique. Ils furent déportés dans les cales de Carrier, voire (pour certains d’entre eux) participèrent et moururent dans le cadre-même de cette « petite Vendée sancerroise » [Caillaud, 1857]. Ayant remarqué qu’il existait encore des manifestations commémoratives de l’événement et un cercle royaliste implanté dans une commune de la Nièvre proche de Sancerre, le rapprochement des deux facteurs semblait plausible. Dans nos précédentes réflexions, nous envisagions donc cette possibilité, mais comme une simple piste de recherche [Roy, 1993 : 276].

18Depuis, nous avons pu récupérer 25 tours d’élections législatives de 1876 à 1988. Pour des raisons techniques, nous n’avons pas pu traiter les législatives des 5/10/1885, 16/11/1919 et 11/5/1924. On connaît en effet, l’atypisme de leurs modes de scrutin. En ce qui concerne les élections au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, nous n’avons, bien sûr, sélectionné que le premier, afin de saisir toute la richesse de l’offre. De ceux-ci, on en a retenu 17 où un (ou plusieurs) candidat(s) présente(nt) les deux critères suivants :

  • Se placer à droite de l’offre politique
  • Se présenter avec une étiquette contestant le régime, le système politique, ou prônant l’indépendance comme identité personnelle ou partisane du candidat.

19Le second critère doit s’apprécier en fonction du contexte de l’époque. Ainsi, dès 1876, mais plus encore en 1877, alors que la crise du 16 mai a instauré la république de façon stable, l’étiquette « légitimiste » nous semble satisfaire les deux impératifs. De même, en 1945, l’étiquette « paysan », signale un candidat qui, derrière la connotation catégorielle, revendique un certain nombre de valeurs en contradiction avec les choix politiques et économiques de la libération, au nom de la sauvegarde d’un patrimoine socio-économico-culturel. Enfin, pour prendre un dernier exemple, la candidature de défense des contribuables, en 1951, relève du même cas de figure et marque les débuts du poujadisme. La méthode de P. Bois suppose une double homothétie, politique et spatiale. Les deux conditions précitées nous permettent de satisfaire la première, il s’agit donc, en conséquence, de vérifier si les répartitions spatiales sont identiques. A partir de là leurs résultats électoraux, on peut produire une taxinomie des communes, selon le nombre d’occurrences qui dépassent la moyenne du canton (Tab. 3). Le tableau nous présente ainsi quatre classes de communes selon le degré de permanence d’une tendance à voter plus fortement « anti-système » que la moyenne du canton. On retiendra la première classe, constituée des communes sensées être les plus idéales-typiques de cette continuité, puis on va construire un tableau (Tab. 4) qui, pour chaque tour d’élection, va tester la permanence de cette structure géographique. Pour chaque élection considérée, on fera figurer, parmi les cinq communes, le nombre de celles dépassant la moyenne cantonale. On constate, avec ces deux derniers tableaux (Tab. 3 et 4), que l’homothétie spatiale est loin d’être satisfaite sur le temps long, ce qui prouve que l’élément explicatif du phénomène n’est pas à rechercher dans cette direction. Les deux cartes (Fig. 1 et 2) illustrent cette constatation il ne s’agit pas de la même structure. Les différents traitements obligent à conclure, en l’espèce à l’inadéquation du modèle de P. Bois.

20L’échec de cette méthode s’explique, probablement, par la mythification de la structure, qui en est la caractéristique et la limite. Car, en recherchant dans l’histoire des sociabilités, des stratégies sociales et de leurs traductions aujourd’hui, toute une série de ressources permettent d’affirmer une originalité sancerroise, pour peu qu’on l’analyse « vue d’en bas ». Et peut-être est-ce ainsi que se construit une spécificité sociale et territoriale qui nous autorise, ainsi, à retourner vers Siegfried, avec des outils plus affûtés pour valider ses intuitions.

II. AFFIRMER LA CONSTRUCTION POSSIBLE D’UNE ORIGINALITÉ POLITIQUE TERRITORIALE

21Avant d’aller plus loin, il est indispensable de revisiter, un concept fort usité actuellement, parfois brouillé par une certaine mode socio-intellectuelle : le territoire. Qu’en est-il donc, en fait, de cette notion ? Nous retiendrons, pour répondre, trois grandes orientations sémantiques : il s’agit, tout d’abord, de « l’étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain, et spécialement, une collectivité politique nationale ». Ainsi, en droit, le territoire est « un élément constitutif de la collectivité et une limite de compétence ». Il peut s’agir aussi « d’une étendue de pays sur laquelle s’exerce une autorité, une juridiction ». Elle possède donc « une personnalité propre, mais ne constitue pas un État souverain ». Enfin, en zoologie, le territoire est « la zone qu’un animal se réserve et dont il interdit l’accès à ses congénères ». On observe une opposition entre la première définition qui procède d’une objectivation du concept, et les deux autres qui le lient à un certain patrimonialisme. Ainsi, ces dernières réservent les fruits ou productions du territoire à son possesseur, et, par là même, entraînent le sentiment de consubstantialité entre le domaine et celui qui profite du monopole de son exploitation. A l’inverse, la définition objective du territoire place l’Homme au centre du concept. Sans vécu sur le terrain, il n’y aurait pas de territoire. On est là, au cœur d’une vieille opposition qui transparaît dans l’histoire des idées constitutionnelles [Bourjol, 2000]. Elle sépare la conception restrictive du citoyen, électeur finalisé pour la sélection des représentants de la Nation, et celle du citoyen détenteur d’une part de la souveraineté, appelé par son vote à exercer un droit. Dans la première, le citoyen est défini de façon très restrictive et peut aboutir, même, à la justification du vote censitaire. Dans la seconde, il se définit par le fait de vivre en un lieu, la circonscription, qui lui confère le droit de voter, c’est-à-dire d’exercer sa souveraineté.

22La résurgence de l’appel à la notion de territoire n’est pas seulement liée aux effets de la crise de sociabilité actuelle. Elle est aussi induite par le cadre de notre loi fondamentale qui est fort évasive. En son article 3, notre constitution dispose en effet : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » [Renoux de Villiers, 1994 : 227-234]. Au delà des querelles d’experts juridiques, on notera simplement que l’ambiguïté des termes ouvre un champ dans lequel peuvent être utilisés alternativement comme ressource les deux acceptions du territoire. Mais, il est bien évident que, d’un point de vue sociologique et historique, c’est la définition objective qui semble la plus appropriée et que nous emploierons par la suite.

23Ces prémisses ainsi posées, on constate un certain nombre de facteurs historiques et sociaux concentrés à Sancerre qui procurent à notre terrain de recherche un particularisme indéniable. A partir de celles-ci, il devient donc possible d’envisager les processus de construction d’une spécificité politique sancerroise, dont on n’a, jusqu’ici, que constaté les effets.

Les ressources socio-historiques sancerroises

24Quelques repères peuvent contribuer à l’ébauche d’une anthropologie sancerroise qui constituerait l’explication des constats effectués dans la première partie.

25Tout d’abord, il faut remonter aux guerres de religion. Auparavant, l’université de Bourges a joué un rôle majeur. Alcuin et Cujas participent de la renommée d’un centre intellectuel consacré essentiellement à la théologie et au droit. Ils sont porteurs d’idées nouvelles et, plus particulièrement, les précurseurs de la méthode exégétique. Très en avance sur leur temps, ils confèrent à l’institution où ils enseignent une aura qui dépasse les limites du royaume de France. C’est ainsi que Calvin fut étudiant à Bourges et qu’il put y nourrir ses réflexions sur la réforme. En retour, il développera très tôt dans le Berry ses conceptions qui obtinrent un franc succès dans les villes. Certes Bourges fut touchée, mais la présence de fortes autorités catholiques (elle est le siège de la primatie des Aquitaines), atténua vite cette influence. A l’inverse, Sancerre possède déjà à cette époque le statut de ville, et, étant relativement éloignée de la capitale diocésaine, la réforme s’y implante plus solidement et durablement qu’ailleurs. Comme dans la plupart des lieux concernés par le calvinisme, cette empreinte touchera naturellement une bourgeoisie locale marchande qui sera le cœur de cette nouvelle catégorie sociale (en opposition avec une noblesse restée farouchement catholique). Notons, néanmoins, que ce phénomène reste essentiellement urbain. Sancerre sera un foyer extrêmement virulent pendant les guerres de religion [Nakam et Levy, 1975] et, au xviie puis au xviiie siècle, constituera un objectif prioritaire pour la contre-réforme. La hiérarchie catholique enverra ainsi dans les campagnes des prêtres particulièrement actifs. On retrouve la trace de ces phénomènes inscrite au sein-même des comportements sociaux Sancerrois au début du xixe siècle.

26Dans une thèse consacrée à la sociabilité dans le Cher de 1830 à 1855, Alain Pauquet écrit : « Dans l’ensemble du Berry la pratique et la croyance religieuse n’avaient pas un grand impact sur la vie sociale (...). De fait, nos sources militaires reflètent largement cette tiédeur, mais à trois exceptions près (...) dans tout le Pays Fort, mais aussi dans le Sancerrois, et le canton de Léré, on nous signale des habitants fort attachés à la religion catholique et très hostiles aux « dissidents » protestants de Sancerre et de Bourges. On parle même d’un fanatisme d’où la superstition là non plus n’est pas absente. (...) Concernant les pays de ferveur catholique, nous pouvons supposer qu’ils résultent de la « reconquête des âmes » entreprise par I’Eglise dans le cadre de la contre-réforme... Dans cette hypothèse, leur géographie serait liée à la présence locale ou périphérique de l’ennemi protestant... Or c’est bien le cas puisque la réforme, dès les années 1540 était implantée à Bourges, Saint Amand, et au nord jusqu’à la Loire à Sancerre » [Pauquet, 1993 : 98-99]. Et l’auteur de conclure qu’aux xviie et xviiie siècles, l’Eglise catholique a dû concentrer ses efforts de reconquête sur les villes d’influence protestante et leur périphérie, réussissant à la fois à marginaliser les réformés et à accroître la ferveur catholique. Du coup, on voit bien que la « petite Vendée sancerroise » se produit au cours d’un processus plus vaste. Il ne s’agit donc pas d’un trauma, mais d’un phénomène qui s’inscrit dans un développement historique où la sociabilité s’est peu à peu construite. Néanmoins, cette ferveur catholique emprunte un schéma de rébellion contre le milieu urbain, ce qui explique, peut-être, que dans les cinq communes archétypiques de notre échantillon (Verdigny, Bué, Saint Bouise, Sury en Vaux et Bannay) (Tab. 3) ne se trouve pas Sancerre. D’autant plus que, dès le début de la révolution, les terres vinicoles nobles ou appartenant au clergé ont été partagées en petites parcelles au profit des viticulteurs. Il en est résulté une sorte de démocratie vigneronne qui explique leur stratégie d’insertion sociale décrite ensuite par Pauquet et, probablement, l’attachement très fort de ces petits propriétaires à leurs lopins. Au-delà de cette constatation, la présence d’oppositions sociales (ville-campagne), religieuses (catholiques-protestants), économiques (vignerons-artisans-nobles), façonne un milieu qui possède en 1848 des caractéristiques propres. Sur cette question. A. Pauquet nous dit : « Le peuple et la bourgeoisie formaient ici deux ensembles homogènes, et relativement distants l’un de l’autre. (..) Même si certaines amitiés populaires manifestaient des préférences, celles-ci résultaient plus du hasard ou du voisinage que de véritables clivages sociaux. Par exemple les vignerons qui formaient le tiers de la population en Sancerrois étaient ici bien intégrés alors qu’ailleurs, ils étaient généralement en situation marginale. Les artisans avaient comme ailleurs un rôle central dans la sociabilité locale ; ils recherchaient l’amitié des gens de classe moyenne. Ceux-ci ambitionnaient à leur tour l’affection des riches bourgeois de Sancerre. Tout cela reflétait donc plutôt une sociabilité ascendante » [Pauquet, 1993 : 397]. Ainsi, après un test sociométrique effectué à partir de données de 1845, il construit une typologie des modes de sociabilité : égalitaire, hiérarchique, solidaire et ségrégatif. C’est à cette dernière catégorie que semble, d’après Pauquet, se rattacher le Sancerrois. En résumé, les deux caractéristiques de ce territoire sont : une forte distance sociale entre le peuple et la bourgeoisie et une sociabilité ascendante, c’est-à-dire, une population attirée par les classes sociales supérieures [Pauquet, 1993 : 403]. A partir de ces hypothèses, on peut donc tenter une esquisse historique et politique sancerroise qui fait de ce canton un véritable « territoire » identitaire.

La reconstitution possible d’un processus sociopolitique sancerrois original

27Dès 1848, la droite obtient ses meilleurs scores dans les cantons de Sancerre et de Léré, deux lieux correspondant aux types ségrégatifs à sociabilité ascendante. Et l’auteur de conclure : « La mise en relation des opinions politiques et des variables relatives aux rapports de classe montre que les opinions ne dépendent ni de 1’amicalité ou du degré de sociabilité, ni de 1’homophilie, ni de la distance sociale, mais qu’elles sont plutôt liées à l’attraction sociale. La sociabilité ascendante (attraction des milieux supérieurs) semble en relation avec 1’opinion de droite surtout lorsque la distance est forte, c’est-à-dire dans le mode ségrégatif » [Pauquet, 1993 : 406].

28Si l’on tient compte de cette donnée, qui semble expliquer une tendance au vote à droite dès 1848 [Pauquet, 1993 : 406], et qu’on rajoute l’attachement à la terre qui paraît cristalliser toutes les énergies pour l’affirmation de soi en tant qu’être social, on a, sans doute, les deux variables construites par le vécu antérieurement à l’ère électorale et qui participent à l’élaboration du comportement spécifique sancerrois. Prenons, par exemple les élections de 1877, 1881, 1889, 1902 et 1906. Pour ces cinq tours, les candidats « anti-système » sont minoritaires face, la plupart du temps aux radicaux ou radicaux-socialistes, mais leurs scores importants témoignent à la fois, de l’attachement à la tradition monarchiste liée au catholicisme (dans un premier temps), puis du relais pris par la protestation autoritaire (Bonapartisme et nationalisme). Un seul tour paraît atypique : celui de 1889, où un « rallié » ne paraît pas correspondre à cette grille d’analyse. Auparavant, en 1876, la victoire de l’orléaniste (53,56 % des suffrages exprimés) sur le légitimiste (39,98 %) devait surtout s’analyser comme la lutte d’influence entre deux familles en lice dans cette circonscription législative et qui habitaient toutes les deux le canton de Sancerre. Mais surtout, la dimension nationale du candidat orléaniste, Duvergier de Hauranne, par rapport à celle, plus locale, de Chabaud-Latour, paraît primordiale. L’effet personnel de Duvergier disparaît d’ailleurs dès 1877, car le second est seul en lice face à Mingasson (radical). Certes, ce dernier fait un meilleur score (53,22 % contre 46,78 %) ; mais de Chabaud réalise, en moyenne 4 points de mieux que dans l’ensemble de la circonscription. A ce stade, on note donc que Sancerre épouse déjà globalement les grandes tendances de son temps mais se signale encore par une certaine nostalgie vis-à-vis de la monarchie. Dans le contexte de l’époque, on dira que c’est sa façon de protester contre l’état central, en mobilisant une ressource qui lui est facile à mettre en jeu : la ferveur catholique qui va de pair avec une nette tendance au monarchisme, renforcée par l’attrait (sociabilité ascendante) pour le hobereau local. En 1881, la controverse sur le régime (monarchie-république) semble éteinte, le potentiel protestataire va se porter sur Cassier, candidat bonapartiste qui, dans sa campagne, mettra déjà à profit les ressources « revanchardes » qui feront le succès de Boulanger sept ans plus tard. On note, cependant, que le candidat radical sortant l’emporte (57,01 % contre 42,99 %), mais que le bonapartiste réalise dans le canton de Sancerre sept points de mieux que dans l’ensemble de la circonscription. Au demeurant, on est forcé de remarquer que les grandes fractures historiques nationales sont souvent atténuées par des singularités locales qui brouillent la logique de l’offre. Ainsi, en 1889, on pourrait s’interroger sur le choix du candidat « rallié », M. de Vogüe, qui ne semble pas remplir le critère protestataire proposé précédemment. En fait, là aussi, ce sont les réalités de proximité qui jouent. Il s’agit d’un représentant de la noblesse, orléaniste, « converti » à la république, ancêtre d’une grande famille industrielle qui fondera les usines Saint Gobain, et qui est possesseur de toutes les petites unités sidérurgiques du Cher (les fonderies de Mazières en particulier). Même s’il se rallie à la république, il incarne les valeurs de la tradition et du catholicisme, c’est, par conséquent naturellement sur lui que se reporteront une partie des votes. En revanche, on observe là a contrario qu’il y a bien dans le phénomène global Sancerrois une dimension protestataire, car c’est le seul contre-exemple où le canton vote moins que la moyenne de la circonscription en faveur du candidat de droite. Ainsi, de Vogüe ne réalise que 49,97 % contre 50,03 % au candidat radical, alors qu’il sera élu dans la circonscription avec 51 %. Le « virus » protestataire, pour reprendre la métaphore de Siegfried, réapparaît ensuite, et ce de façon très claire en 1902 et 1906. La montée en puissance du thème de la récupération de l’Alsace-Lorraine et les conséquences immédiates de la loi de séparation de l’Église et de l’État provoquent une fièvre protestataire : en 1902, le candidat nationaliste Cantin réalise 39,46 % des suffrages exprimés contre 31,5 % en moyenne dans la circonscription et en 1906, il se représente et réalise 30,4 % dans le canton, alors que dans l’ensemble de la circonscription, son score est de 16 %. Notons, de plus, qu’il eut à affronter un autre nationaliste suscité pour atténuer son empreinte, Rix, qui n’obtient que 0,84 %.

29A l’aide de ces exemples, on voit comment l’affirmation dans les urnes d’une revendication identitaire se construit, à l’aide de ressources conjoncturelles de nature souvent hétérogène mais qui semblent bien constituées par deux éléments : l’acceptation de la hiérarchie sociale induite localement par la religion catholique, donc l’aspiration à s’élever vers son sommet et la tendance à la protestation immédiate pour défendre des biens chèrement acquis, d’autant plus précieux qu’ils sont relativement limités.

30C’est, par exemple, ce qui expliquera également, en 1956, les scores de la liste « indépendante » : 31,86 %, mais surtout le total des trois listes UDCA (agriculteurs, consommateurs et commerçants) qui feront respectivement 2,22 %, 0,78 % et 11,74 %, soit au total 14,74 %, trois points de mieux que la moyenne du département. Il est vrai qu’au demeurant, la structure historico-électorale est brouillée par une offre complexe selon les critères que nous avions retenus. En particulier, la distribution des votes dans les communes du canton de Sancerre indique que l’UDCA remporte ses succès essentiellement à Sancerre, avec pour base une classique grogne des petits commerçants urbains, alors que le candidat indépendant satisfait plus les électeurs ruraux.

31Depuis 1986, la carte du FN semble reprendre la logique historico-politique étudiée, mais probablement s’est-elle enrichie de celle qui avait sous-tendu le vote UDCA en 1956. Ce qui expliquerait la différence des structures politico-historiques mise en évidence précédemment.

32En dernier lieu, et pour renforcer notre hypothèse, on observera que le canton de Sancerre est peu touché par l’exode rural. En effet, son agriculture étant axée sur l’une des rares productions rentables, le vin d’appellation contrôlée, elle bénéficie là d’un atout très important. Signalons, par exemple, qu’au palmarès INSEE 1990 des communes de la région Centre possédant les plus gros revenus moyens par habitant, deux municipalités du canton de Sancerre sont parmi les trois premières : Bué et Verdigny. Cette logique viticole est totalement opératoire en 1993. Le FN réalise, en effet, dans le canton un score de 14,85 % contre 12,33 % pour l’ensemble de la circonscription. Là encore, aucune homothétie géographique, mais une attitude probablement liée à cet univers socio-économico-culturel. On peut vérifier cela, en comparant avec le canton de Saint Martin d’Auxigny, dans lequel seule la commune de Ménetou-Salon est viticole : globalement, le candidat FN fait 12,13 % et à Ménetou 14,17 % (à l’inverse, à Fussy ou Saint Palais : 10,52 % et 8,19 %). Du point de vue de la mobilité, notons que le taux moyen de variation annuel de la population entre 1968 et 1990 est de - 0,3 % à Sancerre, ce qui est relativement faible. Il est de + 0,35 % on moyenne dans l’ensemble du Cher. Ces chiffres vont dans le sens d’une conservation, voire d’une concentration des ressources patrimoniales qui suscite, sans doute, la linéarité et la prorogation des attitudes politiques. De ce point de vue, les catégories de sociabilité décrites par Pauquet se retrouvent totalement sur la carte électorale du FN. En effet, à part La Chapelle d’Angillon (16,26 %). où le candidat, J. d’Ogny, bénéficie d’un effet friends and neighbours [Key, 1949], seul le canton de Léré, considéré par Pauquet comme relevant du même type de sociabilité que Sancerre, réalise un score comparable : 14,94 %. Notre modèle s’estompe à l’élection présidentielle de 1995, où, pour la première fois, le canton de Sancerre (14,66 %) n’est pas le plus lepéniste du département. Il est largement dépassé par des cantons habituellement de culture ouvrière urbaine de gauche : Bourges 1 (15,77 %), Vierzon 1 (16,32 %), et, entre autres, Vierzon 2 (15,47 %). Outre le fait qu’il ne s’agit pas d’enjeux comparables, on note là le bouleversement fondamental récent de l’électorat du FN que P. Perrineau nomme le « gaucho-lepénisme » [Perrineau, 1995 : 243-261]. Les résultats de 1997 vérifient également, mais dans une moindre mesure, cette logique (Tab. 2).

Le caractère multidimensionnel des clivages sociaux traditionnels face au bouleversement de la structure géopolitique.

33Si l’on résume l’ensemble des avatars que nous avons développés précédemment, on peut tirer deux constats. Premier constat, le fait que Sancerre emprunte des voies diverses, variées, conjoncturelles, pour exprimer sa protestation et affirmer son identité. Cet exemple montre donc bien, à l’instar de Parsons, puis de Rokkan [Parsons, 173 ; Rokkan, 1967], que deux clivages semblent être la matrice fondamentale des attitudes sancerroises : les conflits Eglise-État et Centre-Périphérie. Au demeurant, dans le contexte, on n’observe pas de manifestation institutionnelle de ces clivages. On n’en mesure l’existence qu’à partir du moment où l’offre politique en autorise l’expression. Il s’agit donc, à proprement parler, d’une attitude électorale, dépendante, pour son expression, des occurrences de l’offre (candidatures). Cette dernière réflexion explique sans doute le caractère éminemment labile du phénomène.

34Il semble logiquement lié, pour perdurer, à deux impératifs. Le premier est de nature anthropologique, il s’agit du maintien d’un « fil d’Arianne » dans les mentalités qui incite à s’exprimer, plus ou moins, au nom d’une identité Sancerroise. On retrouverait là les facteurs décrits par A. Touraine, en matière de mobilisation collective. Le second serait plus lié à la solidité de la structure politico-administrative. Or, la suppression de la sous-préfecture, attente fortement à l’image de Sancerre. Mais, là n’est pas l’essentiel. De ce point de vue, un nouveau facteur vient profondément bouleverser la carte géopolitique du Cher et préfigure, peut-être, le nouveau visage du département (Fig. 3). Il s’agit du découpage des « pays » issus de la loi du 25 juin 1999. On y voit cinq pôles, et cette carte, en réalité, évoque l’analyse suivante : on note la réduction du pays de Vierzon à l’aire de développement économique de la ville, son bassin d’emploi en quelque sorte. Cette ville qui, traditionnellement, portait son influence sur toute la partie solognote du Cher, voit son territoire de résonance notablement réduit. En revanche, la ville de Bourges semble jouer la carte d’un pays matrice de toute la part centrale du département. Le Saint-Amandois affirme nettement son identité territoriale et le pays « Loire-Val d’Aubois » apparaît comme un territoire résiduel. Quant au pays dit « Sancerre-Sologne », il semble enregistrer la perte de spécificité du sancerrois qui se voit rattaché à un vaste ensemble au nord, dont l’homogénéité culturelle et économique apparaît discutable. Oublier la dimension politique semble difficile, face à une telle carte. On y lit notamment l’influence du maire de Vierzon, Jean Rousseau (DVD), ardent défenseur de la plate-forme multimodale de transport et de développement économique qu’il développe et souhaite voir devenir l’un des points majeurs d’essor de ce qu’on appelle encore la « diagonale rouge » (Châteauroux-Issoudun-Vierzon-Bourges) [Robin, 1999]. En ce qui concerne le pays « Berry-Saint-Amandois », organisé autour de l’agriculture extensive de la Champagne berrichonne et de la ville de Saint-Amand, on devine l’influence du sénateur Vinçon (DVD). Pour le vaste pays de Bourges, à la structure au combien étonnante (on aurait pu s’attendre à voir se développer une communauté d’agglomération autour de la capitale du Cher), une alliance objective semble s’être scellée entre le sénateur-maire S. Lepelletier (RPR) et le jeune député de la troisième circonscription, Yann Gallut (PS), battu depuis, lors des dernières élections législatives de 2002. Le pays « Loire-Val d’Aubois » semble faire les frais de cet accord. Enfin, le pays « Sancerre-Sologne » apparaît comme le fruit de l’influence du député-maire d’Aubigny-sur-Nère, Y. Fromion (RPR) qui se taille là une belle ère d’influence.

35Deuxième constat, notre spécificité sancerroise voit donc là une des conditions majeures d’expression de son originalité disparaître : la relation conflictuelle qui s’était instaurée depuis des lustres entre Bourges et Sancerre est coupée. Par ailleurs, fondue dans un ensemble vaste et hétérogène, l’originalité sancerroise est singulièrement atténuée. Et, d’une manière générale, les thématiques de recherches telles que celle dont on vient de suivre l’histoire, et peut-être l’issue, sont aussi les héritages des structures politico-administratives traditionnelles de la France d’après 1789. On peut ainsi légitimement s’interroger sur la survie du clivage Centre-Périphérie, dans un cadre de réorganisation territoriale générale (de la commune à l’Europe) qui semble s’appuyer désormais sur des concepts tels que la synergie et la subsidiarité. A terme, dans un tel contexte, qui n’emprunte pas les voies classiques de l’affrontement électoral (ces « pays » ne sont pas des circonscriptions de vote), les antagonismes ne vont-ils pas se jouer sur d’autres terrains, et en particulier sur celui des politiques publiques ? Ce qui, à l’évidence, vient ajouter à la complexité de la situation, des modes fonctionnels qui relèvent plus directement de la logique économique.

36Hérité, en partie, de Marx, le paradigme conflictuel, comme soubassement des transactions politiques ne se voit-il pas concurrencé par d’autres modes d’explication, dont les prolégomènes idéologiques libéraux pourraient être l’essence ? Certains voient même là la concurrence de deux conceptions opposées de l’État, et dans ces bouleversements, la supposée victoire de la conception allemande : une vision ethno-politique des peuples [Bourjol, 2001].

37Pour rejoindre les tenants de la micro-histoire [Barth, 1981 ; Revel, 1996], il apparaît, en tout cas, qu’à partir d’un cas territorialement extrêmement circonscrit, on voit apparaître des enjeux qui sont à rapprocher de logiques politico-territoriales, où la clef de compréhension semble de moins en moins dialectique et de plus en plus systémique et complexe. L’analyse électorale semble donc devoir être couplée désormais avec celle des politiques publiques pour prendre tout son sens. Et du coup la question des identités historico-politiques se voit profondément bouleversée. Les électeurs suivront-ils cette évolution ? Telle est l’une des questions majeures des analyses à suivre dans les années futures.

  • 2 L’indice est fabriqué, pour le canton de Sancerre, à partir de l’hypothèse où le score département (...)

Tableau 1 – Comparaison des résultats du FN dans le Cher et dans le canton de Sancerre2

Tableau 1 – Comparaison des résultats du FN dans le Cher et dans le canton de Sancerre2

Tableau 2 – Comparaison du vote dans le canton de Sancerre et dans l’ensemble de la première circonscription aux 1ers tours des législatives 1988 et 1993

Tableau 2 – Comparaison du vote dans le canton de Sancerre et dans l’ensemble de la première circonscription aux 1ers tours des législatives 1988 et 1993

Tableau 3 – Classement des communes du canton de Sancerre selon le nombre de fois qu’une candidature « anti-système » dépasse la moyenne cantonale

Tableau 3 – Classement des communes du canton de Sancerre selon le nombre de fois qu’une candidature « anti-système » dépasse la moyenne cantonale

Tableau 4 – Récapitulation du nombre de communes dépassant la moyenne cantonale de vote anti-système, parmi les cinq qui satisfont le plus souvent ce critère entre 1876 et 1988

Tableau 4 – Récapitulation du nombre de communes dépassant la moyenne cantonale de vote anti-système, parmi les cinq qui satisfont le plus souvent ce critère entre 1876 et 1988

Fig. 1 – Fréquence des dépassements de votes FN entre 1984 et 1989 (quartèles) par rapport à la moyenne de la circonscription

Fig. 1 – Fréquence des dépassements de votes FN entre 1984 et 1989 (quartèles) par rapport à la moyenne de la circonscription

Fig. 2 – Occurences de votes anti-systèmes dans le canton de Sancerre entre 1876 et 1988 (quartèles) par rapport à la moyenne cantonale

Fig. 2 – Occurences de votes anti-systèmes dans le canton de Sancerre entre 1876 et 1988 (quartèles) par rapport à la moyenne cantonale

Fig. 3 – Découpage géopolitique du département du Cher

Fig. 3 – Découpage géopolitique du département du Cher

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aron R. [1967], Les étapes de la pensée sociologique, coll. Tel, Gallimard.

Bourjol M. [2000], Statut constitutionnel, Sources, juris-classeur collectivités territoriales, fasc. 20, éd. du juris-classeur

Bourjol M. [2001], Statut constitutionnel, Collectivités territoriales dans l’Union européenne, fasc. 22, éd. du juris-classeur

Barth F. [1981], Process and Form in Social Life. Routledge and Kegan Paul, Londres.

Bois P. [1978], Paysans de l’Ouest, coll. Champs. Flammarion, Paris.

Caillaud (ABBÉ) [1857], Martyrs du diocèse de Bourges pendant la révolution de 1793, Bourges, Pigelet.

Deloye Y. [2001], « Acte électoral », dans Dictionnaire du vote, Perrineau P. et Reynié D. s/d, Paris, P.U.F., p. 8-12

Gaudillere B. [1995], Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, coll. Hautes Études Médiévales et Modernes Genève, Paris, Droz-Champion

Geertz C. [1986] Savoir local, savoir global, Paris, PUF

Ihl O. [1996], Le vote, coll. Clefs, Paris, Montchrestien

Key V. O. [1949], Southern politics in state and nation, A. Knopf and Random House, lére éd, New York.

Lipset S., Rokkan S. [1967], Party-Systems and Voters Alignments : Cross-National Perspectives, New York, Free Press

Mendras H., Forse M. [1983], Le changement social, Paris, A. Colin

Nakam G., Levy J. [1975], Au lendemain de la Saint Barthélémy : guerre civile et famine, histoire mémorable du siège de Sancerre, 1573, Paris, Anthropos Editions

Parsons T. [1973], Sociétés : essai sur leur évolution comparée (traduit par G. Prunier), Paris, Dunod.

Passeron J.-C. [1994], « De la pluralité théorique en sociologie : théorie de la connaissance sociologique et théories sociologiques », Revue européenne des sciences sociales, n° 99, Droz, Genève : 100-108.

Pauquet A. [1993], La société et les relations sociales en Berry au milieu du xixême siècle, essai d’une histoire globale de la sociabilité dans le département du Cher de 1830 à 1855, Thèse d’État, sous la direction de M. Agulhon, U.F.R. d’histoire Univ. de Paris 1, multigraph.

Perrineau P. [1995], La dynamique du vote Le Pen : le poids du gaucho-lepénisme. in Perrineau et Ysmal (dir.), Le vote de crise, l’élection présidentielle de 1995. D.E.P. du Figaro et Presses de la F.N.S.P.. Paris, p. 243-261.

Renoux T.S., De Villiers M. [1994], Code constitutionnel. Litec, Paris.

Revel J. [1996] dir., Jeux d’échelles, la microanalyse à l’expérience. Paris. coll. Hautes Études. Gallimard-Le Seuil.

Robin C. [1999], Evaluation comparative des politiques publiques de la ville dans la « diagonale rouge » – Châteauroux, Issoudun, Bourges, Vierzon, Étude du référentiel socio-historique : les mutations et transformations économiques et socio-politiques des villes du Berry, Mémoire de DEA Sciences de la Ville, Roy J.-P. s/d, Tours, MSH « Villes et Territoires », Mutigraph.

Roy J-P. [1993], Le Front National en région Centre, 1984-1992, L’Harmattan. Paris.

Seiler D.-L. [2000], Les partis politiques, coll. Compact, 2e éd., A. Colin

Siegried A. [1995, 1ère éd. 1913], Tableau politique de la France de I’Ouest, coll. Acteurs de l’histoire, Imprimerie nationale.

Touraine A. (dir) [1982], Les mouvements sociaux d’aujourd’hui : acteurs et analystes, Colloque de Cerisy-la-Salle, 1979, Paris, Les Éditions Ouvrières – Économie et Humanisme.

Notes

1 Centre d’Étude du Débat Public, Université de Tours.

2 L’indice est fabriqué, pour le canton de Sancerre, à partir de l’hypothèse où le score départemental vaut 100.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Comparaison des résultats du FN dans le Cher et dans le canton de Sancerre2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 2 – Comparaison du vote dans le canton de Sancerre et dans l’ensemble de la première circonscription aux 1ers tours des législatives 1988 et 1993
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Tableau 3 – Classement des communes du canton de Sancerre selon le nombre de fois qu’une candidature « anti-système » dépasse la moyenne cantonale
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 4 – Récapitulation du nombre de communes dépassant la moyenne cantonale de vote anti-système, parmi les cinq qui satisfont le plus souvent ce critère entre 1876 et 1988
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 1 – Fréquence des dépassements de votes FN entre 1984 et 1989 (quartèles) par rapport à la moyenne de la circonscription
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 2 – Occurences de votes anti-systèmes dans le canton de Sancerre entre 1876 et 1988 (quartèles) par rapport à la moyenne cantonale
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 3 – Découpage géopolitique du département du Cher
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1835/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

Auteur

Maître de conférences de science politique, Centre d’Études du Débat Public, Directeur de la filière doctorale « Villes et Territoire », école doctorale SHS de l’Université de Tours. A l’origine, spécialiste de l’analyse électorale et des extrémismes politiques, il travaille désormais, en collaboration avec des enseignants-chercheurs de sciences de l’information et de la communication, sur les procédures délibératives, la communication politique et institutionnelle en général. Parmi ses publications récentes : [2001], « Tours, la ville dont le maire est invisible, mesure des effets de communication d’un article de presse nationale sur un contexte électoral local », dans, J. Gerstlé, dir, Les effets de communication, Paris, L’Harmattan ; [2001], « Entre héritage et rupture, la vie politique tourangelle aujourd’hui », dans, M Lussault, dir., Tours, Paris, Autrement ; [2002], « Tours, la fin de l’ère Royer, le début de l’ère Germain ? », dans, B. Dollez et A. Laurent, dir., Le vote des villes, Presses de Sce Po.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540