Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et territoires

 | 
Patrice Melé
, 
Corinne Larrue
, 
Muriel Rosemberg

II. Conflits et valeurs territoriales

Valeurs environnementales entre identité et conflit : Le Parc National du Gran Sasso et des Monts de la Laga (Italie)

Cristina D’Alessandro

Texte intégral

  • 1 Centre de recherche « Ville, Société, Territoire », Université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Loi 6 décembre 1991, « Loi-cadre sur les aires protégées ». La création du PNGSL ne deviendra effe (...)
  • 3 Le territoire du PNGSL touche trois régions italiennes ; cependant 84 % du Parc se situe dans les (...)
  • 4 Ce texte est fondé sur mon mémoire de maîtrise, auquel on peut se reporter pour plus de renseignem (...)

2Institué en 1991 par la loi-cadre italienne sur les aires protégées2, le Parc National du Gran Sasso et des Monts de la Laga (PNGSL) fait partie de la chaîne montagneuse des Apennins « au cœur » de l’Italie. Les 150 000 hectares de la montagne des Abruzzes3 forment un ensemble territorial hétérogène, composé de trois massifs (le Gran Sasso, les Monts de la Laga et les Monts Gemelli) très différents du point de vue morphologique, géologique et… humain4.

3L’analyse de ce cas empirique, nous permet d’interpréter « en géographe » les dynamiques sociales et territoriales complexes qu’engendre l’application de dispositions législatives environnementales sur un territoire. Dans ce cadre, nous prêterons une attention particulière à la notion de conflictualité environnementale, montrant par là que celle-ci n’est ni opposée ni inconciliable avec celle d’identité territoriale.

I. LE PARC NATIONAL DU GRAN SASSO

  • 5 Gabriel Rougerie, en faisant référence à la Côte d’Ivoire, parle de « triomphe de l’horizontalité  (...)

4Le Gran Sasso se caractérise par des sommets aigus, des plateaux karstiques et des cuvettes. Dans l’ensemble le manque de végétation spontanée et l’absence presque totale de rivières donnent lieu à un « paysage “ lunaire ” d’une désolation terrible » [Vitte, 1995 : 29]. Plusieurs sommets dépassent 2 000 mètres, avec des pentes abruptes, couvertes d’une pelouse pelée et encombrée de pierres. En renversant une expression de Gabriel Rougerie, ces sommets nus et escarpés sont le triomphe de la verticalité5. Par contraste, les Monts de la Laga ont des sommets arrondis, verdoyants et riches en eau. Les paysages de la Laga se caractérisent par des vallées encaissées, creusées par les cours d’eau, les fréquentes ruptures du profil de ces vallées donnant lieu à des cascades. Situés au nord-est du Parc, les Monts Gemelli forment un groupe montagneux de dimensions très réduites par rapport aux deux précédents ; d’un point de vue morphologique ces montagnes ressemblent à celles du Gran Sasso et les phénomènes karstiques sont très fréquents.

5Le PNGSL étant constitué de groupes montagneux bien identifiés et différents du point de vue physique, nous pouvons donc supposer que le territoire qu’il recouvre n’est pas homogène, mais qu’il est plutôt l’objet (et la condition) d’un processus de territorialisation différent [Turco, 1998]. Malgré cette diversité, on peut dire que le trait commun des villages du Parc est une territorialisation traditionnelle fondée sur l’agriculture et l’élevage confrontée à une montagne « difficile », où le climat est une contrainte majeure. A ce panorama se superpose récemment un autre acteur social et territorial, le PNGSL, porteur de sa propre logique sociale, désireux de légitimer sa présence et son action sur le territoire et de mettre sur pied à son tour un processus de territorialisation. Cela engendre plusieurs conflits entre les acteurs.

6Les dynamiques en jeu étant multiples et imbriquées entre elles, une grille méthodologique de lecture nous semble indispensable. C’est sur cette méthode d’analyse des conflits territoriaux liés à la protection environnementale que nous concentrerons maintenant notre attention.

II. LE PARC EN TANT QUE VALEUR ENVIRONNEMENTALE : UNE PERSPECTIVE GÉOGRAPHIQUE

7D’un point de vue juridique, le PNGSL est le résultat de l’application de la loi italienne en matière environnementale, qui lui a donné son statut, sa réglementation et sa légitimité d’acteur social et territorial. Cependant nous pouvons considérer le parc comme une valeur environnementale (VE). « Au premier abord, une valeur environnementale peut être définie comme un lieu ayant un trait significatif : une qualité localisée, qui peut avoir une signification “ culturelle ” plus ou moins marquée (un centre historique, une bastide d’Aquitaine, une habitation antillaise, le théâtre grec de Syracuse, une usine proto-industrielle, etc.) ou “ naturelle ” (un cours d’eau, une formation végétale, un plateau calcaire etc.) » [Turco, 1998 : 6-7]. Dans cette acception le parc est une valeur environnementale tant naturelle que culturelle, car c’est un territoire, c’est-à-dire « un espace sur lequel s’est exercé un travail humain » [Turco, 1995 : 15]. Dans ce sens, cependant, la naturalité d’une valeur environnementale est toujours relative, car tout espace est le résultat d’une action humaine et, même lorsqu’elle est cachée (dans les paysages de « nature sauvage »), l’empreinte de l’homme est toujours présente.

8Mais toute action humaine sur un espace est une action sociale, dont la valeur environnementale, c’est-à-dire le parc, est conditionnée par la société qui l’a conçue et par les logiques sociales qui l’orientent. « Non seulement cette valeur [environnementale] est vécue, perçue et jouie, mais elle est aussi transmise, selon des modalités particulières – artistiques, par exemple – en fonction des moyens de transmission ainsi que de la personnalité et des intentions des agents de la communication » [Turco, 1998 : 8]. Il en découle qu’à l’intérieur même de la société qui a conçu et créé le PNGSL, nous pouvons retrouver plusieurs façons de vivre et de se représenter le Parc, non seulement entre les individus en fonction de la personnalité et de la sensibilité de chacun, mais aussi à cause du rôle social et des intérêts dont le sujet est porteur.

9Nous avons essayé de reconstruire le lien entre la valeur environnementale et la société qui l’a produite tant d’un point de vue législatif que territorial (Fig. 1). La société, identifiée par un projet, une distribution du pouvoir et un ensemble de ressources, est régie par un dispositif de contrôle qui en garantit l’existence et l’évolution. Le dispositif de contrôle, à son tour, tire son fondement d’un « réservoir métaphysique », c’est-à-dire un ensemble de mythes et croyances qui fournissent les valeurs agrégatives sur lesquelles la société s’appuie et qui la font continuer à exister. « Nous pouvons dire que l’idéologie actualise le potentiel moral dans le sens qu’elle tire de son réservoir métaphysique un ensemble de principes d’orientation de la praxis ; ceci vise à défendre les intérêts des groupes sociaux dominants ou du moins ayant des privilèges. Dans la pratique, l’idéologie a la fonction technique de rendre les pouvoirs hypostatiques ; ainsi, la fausse conscience qu’elle crée conditionne l’accès aux ressources et les projets (les deux autres caractéristiques de la société que nous venons d’évoquer) » [Turco, 1988 : 17]. Dans ce sens, nous pensons qu’à l’intérieur de l’idéologie générale nous pouvons identifier une « idéologie environnementale », c’est-à-dire un ensemble de valeurs qui règlementent et orientent les questions environnementales en conformité avec les pressions de certains groupes sociaux et des intérêts dont il sont porteurs. Cette idéologie environnementale s’actualise selon deux directions : le domaine législatif, avec la formation d’instruments juridiques aptes à instituer et réglementer les aires protégées (ce qui donne lieu dans notre cas à la valeur environnementale « Parc ») et les comportements institutionnalisés, c’est-à-dire des actions collectives par lesquelles s’identifie la territorialisation.

Fig. 1 – La valeur environnementale dans l’action sociale

10Dans la pratique, les processus juridique et territorial sont strictement liés, car chacun des deux s’appuie sur l’autre pour se concrétiser dans un milieu social donné et le parcours juridique « se projette au sol » sur un territoire. Leur action combinée donne lieu, en dernière instance, au Parc. Mais arrêtons nous un instant sur la terminologie que les deux parcours déploient : la diversité des termes met en évidence deux façons différentes de concevoir la protection environnementale (Fig. 2). La loi italienne sur les aires protégées vise à la « conservation » d’un espace, c’est-à-dire à la sauvegarde des caractéristiques physiques du territoire et identifie, sur la base de ces critères, les régions sur auxquelles appliquer des limitations. Du point de vue géographique qui est le nôtre, par contre, le parc est un territoire particulier, c’est-à-dire une région à protéger à long terme dans sa fonctionnalité, en tenant compte des sociétés qui ont construit et transformé dans le temps ce même territoire en évolution continue. C’est ainsi que pour nous un territoire devient une valeur environnementale reconnue (du moins par certains acteurs sociaux) et donc un Parc.

Fig. 2 – Le parc sous les perspectives législative et géographique

11En essayant de schématiser le processus qui va de l’identification d’une valeur environnementale jusqu’à l’institution conséquente d’un parc ainsi que son évolution (Fig. 3), nous pouvons mettre en évidence l’existence de trois moments distincts :

  1. un moment pré-juridique, au cours duquel un acteur social identifie une valeur environnementale qui commence à prendre corps et, progressivement, à se décliner sur le territoire ;
  2. un moment juridique, au cours duquel se met en place la légitimation progressive du projet qui débouche sur l’institution du parc, c’est-à-dire la création de la structure, la démarcation de ses frontières et la mise sur pied de son zonage intérieur ;
  3. un moment post-juridique, qui commence lors de la création du Parc qui développe, comme toute autre structure territoriale, une autoréférence structurale spécifique. Selon le degré d’autoréférence plus ou moins élevé, nous assisterons à la mise en place de processus conflictuels et/ou de processus identitaires.

Fig. 3 – L’« histoire » du parc

III. ENVIRONNEMENT ET CONFLITS ENVIRONNEMENTAUX

12Le terme « environnement » peut avoir de multiples significations et, pour cette raison, il est plutôt indéterminé, variable dans son usage et son interprétation. Cette caractéristique fait que les différentes significations qu’il peut prendre dans le domaine social semblent changer en fonction des circonstances et des intérêts des acteurs dans toute situation contingente. L’environnement permet aux acteurs sociaux de se positionner et d’agir en fonction d’un enjeu clair seulement en apparence [Lussault, 1995]. Les représentations de ce que l’on appelle environnement donnent donc des informations et orientent l’action. La multiplicité des représentations et des pratiques territoriales qui sont liées à l’environnement déclenchent, par conséquent, des dynamiques conflictuelles entre les acteurs sociaux qui s’en font porteurs. La conflictualité qui se produit dans un environnement protégé est en rapport avec l’idéologie, cet univers immatériel strictement lié au territoire, qui permet à la valeur environnementale de se former et, grâce à elle, aux acteurs sociaux de se représenter le Parc. Il en découle que l’analyse de la conflictualité environnementale ne peut pas avoir la présomption de vouloir décider qui a raison et qui a tort dans une situation donnée, ou bien d’aller à la recherche d’un « coupable ». Au contraire, elle doit viser à reconstituer la mosaïque des acteurs, de leurs motivations et de leurs actions, pour chercher à comprendre pourquoi et comment le conflit a eu lieu dans le contexte en question.

  • 6 L’individu est donc pris en considération en tant que membre d’un groupe, porteur de valeurs socia (...)

13La conflictualité environnementale est donc une dynamique sociale locale, une des issues du processus de territorialisation « ayant une complète autonomie tant problématique qu’analytique » [Turco, 1998]. Pour que le conflit environnemental se déclenche, il faut donc qu’il existe des individus ou des groupes d’individus (c’est-à-dire des acteurs sociaux6) porteurs de logiques différentes et un objet de contentieux, c’est-à-dire une région à protéger. Néanmoins, cette dynamique complexe peut être analysée, à notre avis, sous une double perspective : d’un côté celle du discours (c’est-à-dire de la représentation et de la communication) et de l’autre celle de l’action sur le territoire. C’est pour cette raison que nous distinguons un niveau axiologique et un niveau praxéologique du conflit.

IV. LE NIVEAU AXIOLOGIQUE ET LE NIVEAU PRAXÉOLOGIQUE DU CONFLIT

14La distinction que nous faisons dans ce contexte entre ces deux niveaux est purement heuristique : il suffit de faire appel à Ludwig Wittgenstein et à la philosophie du langage pour se rendre compte que la communication ne peut pas être séparée de l’action, étant elle-même une action, ou pour mieux dire un « agir communicationnel », pratiquée par le biais du langage [Arielli, Scotto, 1998 : 102]. Dans ce sens, et encore plus dans un contexte de conflictualité sociale, toute énonciation des acteurs doit être considérée comme un agir social stratégique suivi d’effets et, pour utiliser la terminologie de Michel Lussault, les énoncés ne sont pas simplement constatifs, mais aussi performatifs [Lussault, 2000].

  • 7 La distinction que nous adoptons ici est celle entre contradiction de base, comportement et attitu (...)

15Le niveau axiologique est celui qui met en évidence la contradiction de base7, c’est-à-dire l’opposition des acteurs entre eux (Fig. 4). Cet ensemble de positions incompatibles et en connexion entre elles, aboutit à la formation d’un discours lors de la communication : ce n’est donc pas l’« acte linguistique » pris en tant que tel qui nous intéresse, mais plutôt le tissu de rapports entre un acte communicatif et les réponses multiples qu’il engendre qui, à leur tour, provoquent d’autres actes communicatifs et ainsi de suite en compliquant toujours plus le panorama. Il en découle que « la production d’un discours apparaît comme une sélection continue des possibles, se frayant la voie à travers des réseaux de contraintes » [Greimas, Courtés, 1993 : 106] et dans laquelle nous cherchons à nous orienter. Les représentations que les discours véhiculent ne se limitent donc pas seulement à fournir des descriptions subjectives du monde, mais le modifient aussi par le biais des images qu’ils donnent de lui. Dans ce sens, nous pouvons dire que le discours donne lieu à une sémiosis, c’est-à-dire un processus par le biais duquel quelque chose (dans notre cas un texte) fonctionne comme un signe pour quelqu’un (un acteur impliqué dans le conflit) qui doit l’interpréter. « Ceci permet, en effet, de saisir par quels moyens les choses prennent signification dans la communication et, en ce qui nous concerne de plus près, pousse à souligner les issues de l’interposition des moyens de transmission dans le processus communicatif » [Casti, 1998 : 37]. Donc l’importance du discours est due au fait que sa reconstruction permet d’identifier les valeurs, les représentations et les prises de position, c’est-à-dire l’idéologie des acteurs impliqués dans le conflit au moment où il est communiqué.

16Le niveau praxéologique c’est le comportement, c’est-à-dire « l’ensemble des actions observables par lesquelles les acteurs envisagent de mener le conflit pour poursuivre leurs objectifs et/ou empêcher la partie adverse de poursuivre les siens » [Arielli, Scotto, 1998 : 20]. Il s’agit du conflit stricto sensu, c’est-à-dire l’ensemble des actions sociales et plus spécifiquement territoriales qui retracent la naissance et l’évolution du conflit jusqu’à son aboutissement éventuel.

Fig. 4 – Le niveau axiologique et le niveau praxéologique des dynamiques conflictuelles

V. LES DISCOURS DE PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

17En ce qui concerne le discours, il faut préciser, en suivant Michel Foucault, que sa production et sa circulation ne sont pas libres et anarchiques, mais réglementés par la société dans laquelle il accomplit son action. « Dans toute société la production du discours est à la fois contrôlée, sélectionnée, organisée et redistribuée par un certain nombre de procédures qui ont pour rôle d’en conjurer les pouvoirs et les dangers, d’en maîtriser l’événement aléatoire, d’en esquiver la lourde, la redoutable matérialité » [Foucault, 1971 : 10-11]. Chaque discours est, donc, une unité complexe, liée aux mécanismes sociaux ; pour analyser les dynamiques discursives nous adoptons une conception interactionnelle du discours au sens de Lorenza Mondada. « Cette position considère que les discours nous disent quelque chose de la réalité sociale, pas du tout en tant que reflets plus ou moins déformés, mais en tant que relevant d’activités situées, organisées de façon endogène et contextuelle par des acteurs sociaux interagissant entre eux et rendant mutuellement disponibles de façon publique leurs orientations » [Mondada, 2000].

18Pour nous chaque discours est formé d’un certain nombre de textes (car nous faisons référence seulement à la technique discursive de l’écriture) en rapport entre eux. Chaque texte est identifié par l’objectif (énoncé plus ou moins explicitement) dont l’auteur se fait porteur et des motivations qui le poussent à écrire. Le texte, c’est-à-dire l’unité discursive, produit donc des résultats qui, à leur tour, peuvent être plus ou moins conformes à l’objectif initial que l’auteur s’était préfixé.

19Cependant, comme le texte ne peut pas être neutre, au-delà des contenus qu’il véhicule, il nous semble important de mettre en évidence aussi la manière dont la transmission s’accomplit. C’est pour cela que nous distinguons un niveau rhétorique et un niveau logique des motivations, porteurs réciproquement du désir et du pouvoir qui, selon Michel Foucault, sont liés au discours même : « le discours n’est pas simplement ce qui traduit les luttes ou les systèmes de domination, mais ce pour quoi, ce par quoi on lutte, le pouvoir dont on cherche à s’emparer » [Foucault, 1971]. En effet, les textes qui composent les discours dont nous nous occupons, utilisent un langage qui, dans ce cas particulier, est celui de la langue italienne. « Le langage, en tant que système sémique, n’est pas le lieu du pouvoir mais, en compensation, il manifeste un pouvoir. C’est le moyen de mettre en scène le spectacle du pouvoir. Ceci permet de tirer une première conclusion, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de conflits linguistiques au sens banal du terme, mais des conflits plus profonds qui découlent de la reproduction sociale et qui s’expriment éventuellement sous forme linguistique, bien entendu ceci ne diminue pas le caractère nécessaire de la langue et sa fonction dans les relations » [Raffestin, 1981]. Le discours est donc une des manières de se confronter au conflit ; il permet de mieux saisir les dynamiques sociales que le conflit sous-tend.

20Après avoir pris en considération chaque texte, le passage successif, celui qui l’introduit à plein titre dans le discours, c’est la reconstruction de la dynamique que le texte produit. Ceci équivaut à dire que, par le biais du texte, l’auteur s’oppose à un antagoniste, c’est-à-dire à un acteur social opposé à lui. L’antagoniste, à son tour, peut être un acteur paradigmatique, c’est-à-dire un acteur « neutre », qui n’est pas actif dans le conflit et qui est donc relativement « objectif » (c’est pour cette raison qu’il représente l’état des choses). Au contraire, l’antagoniste peut être aussi un acteur syntagmatique, c’est-à-dire un acteur qui intervient dans le conflit et qui prend position, se faisant porteur d’un certain programme.

21La position en question peut aussi donner lieu à un second texte qui forme une espèce de réponse au premier et qui, à son tour, aura un antagoniste et ainsi de suite. Ainsi le panorama se complexifie jusqu’à former un réseau, dans lequel chaque texte est en connexion avec les autres et inséré dans une trame plus vaste.

VI. LES CONFLITS PROPREMENT DITS

22Le conflit environnemental stricto sensu, strictement relié au discours, est donc lui aussi le produit des dynamiques sociales et, en tant que tel, conditionné par un certain nombre de facteurs. Puisque nous nous trouvons face à un processus très complexe, nous voulons chercher à en rendre compte de façon le plus possible flexible. Pour cette raison, par analogie avec ce que nous avons fait pour les discours, nous proposons un schéma d’analyse des conflits.

23Nous distinguerons cinq formes de conflits :

  1. conflit idéologique : c’est celui qui découle de la présence d’un certain nombre d’acteurs ayant des positions contrastée pour des raisons liées aux valeurs, aux représentations, etc.
  2. conflit juridique : il est lié au plan normatif et plus précisément il peut tirer son origine de : a) la contestation d’une loi ; b) la contestation de l’interprétation d’une loi ; c) la contestation de l’application d’une loi ;
  3. conflit politique : il est dû aux oppositions entre les partis politiques (ou les coalitions) qui, en raison de leur positionnement et de leur fonction institutionnelle, défendent, attaquent, entreprennent ou bloquent certaines actions ;
  4. conflit économique : il est dû à des raisons de production, de distribution ou financières, pour lesquelles les acteurs prennent position et déclenchent une dynamique conflictuelle ;
  5. conflit scientifique : c’est celui dans lequel au moins une des parties impliquées dans le conflit est formée par un groupe de chercheurs qui utilise des instruments scientifiques (aussi de type conceptuel) pour supporter sa thèse.

24La distinction en types adoptée ici répond à une exigence de simplification pour saisir et exposer la dynamique conflictuelle. Compte tenu des différents points de vue à partir desquels la situation peut être analysée et considérant aussi les changements qui surviennent le long de l’évolution des conflits, chacun d’eux est inséré dans une des catégories citées, mais en réalité il pourrait être introduit aussi dans d’autres.

  • 8 Cf. à ce sujet, de E. Arielli, G. Scotto [1998 : 27-31], mais par rapport à ces auteurs, nous ne p (...)

25L’objet du conflit est, banalement, la cause déchaînant toute la dynamique. Le protagoniste (mais il peut y en avoir plus d’un et dans ce cas on aura P1, P2, P3, …) c’est l’acteur social dont l’action donne lieu au conflit. En effet, cette action provoque la réaction d’un antagoniste (ou plusieurs antagonistes A1, A2, …). Au-delà de l’action des différents acteurs impliqués dans le conflit, nous considérons aussi le type de rapport qui les relie8.

26Nous identifions, donc, trois types de relations :

  • divergence : une action qui devrait être coordonnée entre deux (ou plusieurs) acteurs mais qui, par contre, diverge et tend vers des objectifs différents ;
  • concurrence : une action qui vise un objectif disputé ;
  • contraste : une action dirigée contre l’action d’un autre acteur.

27Des actions respectives du protagoniste et de l’antagoniste découlent toute une série d’autres actions qui constituent l’évolution du conflit qui, selon les cas, peut se terminer mais ne pas se résoudre, ou bien se terminer en se résolvant. Cette phase terminale est l’issue du conflit.

VII. LES DYNAMIQUES CONFLICTUELLES DU PARC NATIONAL DU GRAN SASSO ET DES MONTS DE LA LAGA

  • 9 Les structures de légitimité, selon l’usage que nous faisons ici de cette expression, sont théoris (...)

28Le Parc, comme nous l’avons déjà vu, est institué sur un territoire où vivaient déjà depuis longtemps des groupes sociaux ayant leurs propres dynamiques et leurs processus de territorialisation. L’insertion sur le territoire d’un nouvel acteur social et territorial (le PNGSL) modifie le scénario pluriel de la montagne des Abruzzes dans lequel il se situe mais, en même temps, le Parc cherche aussi à mettre en route un processus de territorialisation, qui lèse les modèles identitaires des sociétés de la montagne des Abruzzes. On remet en discussion, pour utiliser une expression de Bruno Charlier, les légitimités traditionnelles d’organisation de la montagne, en augmentant leur fragilité déjà importante, par l’introduction d’un ensemble de restrictions conservatrices [Charlier, 1995 : 29-35]. On crée ainsi une nouvelle structure de légitimité9 qui a besoin pour survivre d’introduire une nouvelle forme d’organisation du territoire, par le biais d’un nouvel ordre, qui descend de son autorité et d’une nouvelle subdivision du pouvoir. Tout cela produit irrémédiablement une série de conflits.

29Les dynamiques conflictuelles sont déclenchées avant l’institution du Parc, plus précisément dans le moment pré-juridique au cours duquel la valeur environnementale est en train de prendre forme, de se délinéer et, dans un second temps, de se consolider. Dans le cadre de la formation de la valeur environnementale se situe également une première tentative inaboutie d’institution de deux parcs respectivement pour le Gran Sasso et les Monts de la Laga. Par la suite on retrouve tous les conflits qui concernent l’institution du PNGSL : ils concernent le moment juridique, lors des tentatives de légitimation de la valeur environnementale pour l’institution du Parc, mais aussi la période qui suit immédiatement, au cours de laquelle l’instrument législatif impacte sur le territoire.

30Une autre typologie de dynamiques conflictuelles est due à l’action sur le territoire d’acteurs sociaux qui contraste avec les principes de conservation de l’environnement fixés par la législation en la matière. Au centre de ces conflits nous pouvons retrouver l’inadéquation de l’instrument législatif promulgué par l’État sans tenir compte des réalités territoriales locales : la loi entrave et inhibe l’action territoriale engendrant inévitablement des conflits.

31D’autres conflits sont dus aux acteurs sociaux porteurs de logiques différentes par rapport à celle de conservation que le Parc soutient : chacun de ces acteurs est porteur d’intérêts qui se heurtent à ceux du Parc. Ce type de conflit, contrairement au précédent, est dû à des raisons strictement locales idéologiques et politiques.

32Il ne reste qu’un dernier type de conflit, c’est-à-dire celui qui a lieu lorsque c’est le Parc qui agit sur le territoire ou qui veut orienter l’action et, dans ce cas, d’autres acteurs viennent s’opposer à la pratique de conservation. Cependant, comme l’organisme de gestion du Parc est en train de commencer à agir sur son territoire de compétence, ce dernier type de conflit est encore dans un stade « embryonnaire ».

VIII. DU CONFLIT ENVIRONNEMENTAL AU DISCOURS IDENTITAIRE

33Intuitivement on pourrait avoir l’impression que l’identité et le conflit sont deux processus antithétiques qui se déroulent simultanément sur le même territoire ou qui, du moins, ne sont pas liés l’un à l’autre. Notre point de vue est différent.

34Tout d’abord nous ne nous occupons pas de l’identité en soi, en tant que fait de culture ou sous l’aspect psychologique (des individus pris individuellement) mais des dynamiques identitaires en tant que processus d’évolution et de transformation complexes qui investissent le territoire à différentes échelles. En analogie avec ce que nous avons dit pour le conflit, les dynamiques identitaires aussi peuvent être analysées sous un double angle : un niveau axiologique, constitué par le discours identitaire, c’est-à-dire un jeu linguistique mis en acte par la communication des valeurs et des idéologies ; et un niveau praxéologique, formé par ce que nous pourrions appeler l’identité stricto sensu, c’est-à-dire la forme sociale et territoriale de cette dynamique.

35Suivant ce parcours, l’identité et le conflit s’interpénètrent et cohabitent sur le même territoire, elles se montrent en tant que dynamiques engendrées par les mêmes actions sociales et territoriales. En d’autres termes, nous pouvons imaginer que le conflit se dégage lorsque le territoire est investi par des dynamiques identitaires différentes, qui engendrent des discours et des actions en conflit entre eux, ou bien lorsque un nouveau discours identitaire cherche à s’imposer et à se légitimer. Ceci dit, nous pouvons synthétiser en affirmant que les dynamiques identitaires ont le rôle spécifique d’assurer « l’unité symbolique d’une formation sociale donnée, en préservant en même temps l’intelligibilité et donc la cohérence sémiotique de son organisation » [Turco, 1995 : 4].

36Les conditions les plus favorables pour l’émergence de ce type de dynamique sont donc celles où le territoire est investi par des éléments de crise, car c’est précisément dans ces moments que les acteurs sociaux ressentent le besoin de créer l’image d’une société forte et unie, douée d’un réservoir métaphysique solide, capable de satisfaire les besoins tant symboliques que matériels des individus. Les dynamiques identitaires et les discours auxquels elles donnent lieu sont donc des créations : loin d’être des données de fait, comme le montre Jean-François Bayart, elles sont des constructions idéologiques auxquelles les acteurs sociaux prennent part pour les raisons les plus disparates.

37« Il n’y a que des stratégies identitaires, rationnellement conduites par des acteurs bien identifiables […] et des rêves ou des cauchemars identitaires auxquels nous adhérons parce qu’ils nous enchantent ou nous terrorisent » [Bayart, 1996 : 10].

38C’est ce qui se passe aussi dans le cas dont nous nous occupons ici. Bien avant l’institution du PNGSL, cette partie de la montagne des Apennins était frappée par une profonde crise économique et politique. Suite à la naissance de la valeur environnementale, la situation se complexifie encore plus : nous avons déjà vu comment cela engendre des conflits, mais cet événement est aussi la matrice d’une nouvelle identité. « Les mécanismes identitaires naissent des valeurs environnementales et s’alimentent par le biais des pratiques discursives. Celles-ci, engendrant des représentations spatiales, des conceptions esthétiques, des sentiments d’appartenance, des mythes topomorphiques, activent des comportements qui, en exprimant une anxiété d’enracinement, un besoin de territoire, en restaurent la culture à travers des patterns productifs, des fonctions touristiques, des choix résidentiels, des attitudes politiques, des mouvements écologistes et des revendications d’authenticité » [Turco, 1998]. Ce coin de montagne, longtemps considéré comme défavorisé et marginal est donc investi par un nouveau discours identitaire (Fig. 5).

39Cette nouvelle matrice d’identité, véhiculée par le Parc, est fondée sur l’environnement, sur ce terme dont nous avons déjà souligné la signification générique et qui, précisément du fait de cette flexibilité, peut seconder les différentes stratégies des acteurs qui se réfèrent à lui. Cependant, pour le Parc et pour les acteurs qui le représentent, le terme « environnement » est utilisé pour indiquer la dimension physique du territoire, à son tour décrit en tant que « nature », en faisant référence tout particulièrement à la flore et à la faune qui peuplent le territoire. Il en découle que c’est à ces ressources que les discours du Parc font référence : les ressources naturelles de la montagne sur lesquelles se fonde la stratégie identitaire de la conservation (possible grâce à la réglementation législative nationale et régionale).

40A côté de ce discours, fort grâce à ce noyau énonciatif, qui déploie ses argumentations et ses actions, il en existe un autre que Angelo Turco définit comme fonctionnaliste [Turco, 1995], auquel fait encore référence un grand nombre d’acteurs économiques et politiques. Il a ses racines dans la tradition de la montagne des Abruzzes, une tradition qui, comme l’identité, n’est pas une donnée de fait, mais plutôt fruit d’un discours, et donc de stratégies communicationnelles, qui en valorisant l’authenticité et l’originalité de sa propre culture inventent une image contemporaine du passé et de l’histoire. « La caractérisation de ce qui est (ou n’est pas) “authentique” est toujours problématique. L’authenticité ne s’impose nullement par les propriétés immanentes du phénomène ou de l’objet que l’on considère. Elle résulte du regard, lourd de désirs et de jugements, que l’on porte sur le passé, dans le contexte, éminemment contemporain, dans lequel on se situe : « Il s’agit en fait d’une construction sociale, d’une convention, qui déforme partiellement le passé » [Bayart, 1996]. Ce discours qui a comme pivot la tradition, adopté par une partie de la classe politique et des acteurs économiques engagés à l’intérieur des frontières du PNGSL, a pour objet le territoire, avec ses multiples facettes symboliques et matérielles, mais plus spécifiquement ses ressources économiques, qui forment les valeurs auxquelles faire appel et sur lesquelles fonder le développement de la montagne. L’action qui en découle est donc basée sur la transformation, sur la volonté d’utiliser la tradition comme source de développement surtout économique : c’est dans cette direction que vont, par exemple, les tentatives de faire revivre l’artisanat traditionnel, longtemps pénalisé par la production industrielle et aujourd’hui récupéré (que l’on pense au céramiques de Castelli pour ne citer que les plus connues), mais aussi les stratégies de revitalisation d’activités plus récentes, elles aussi considérées dans un certain sens comme « traditionnelles », comme le tourisme d’hiver lié à la neige (à Campo Imperatore, par exemple, qui remonte au début du siècle).

41Ces deux discours identitaires, en se déployant, donnent lieu aussi à des actions sur le territoire qui prennent corps par le biais de processus de territorialisation, pour la plus grande part inconciliables l’un l’autre, débouchant inévitablement sur les dynamiques conflictuelles dont nous avons déjà parlé.

42L’étude des dynamiques du PNGSL nous a mené à identifier deux raisons de conflits : d’un côté l’inadéquation de la législation nationale en matière environnementale qui favorise la naissance d’aires protégées vouées essentiellement à la conservation de la « nature » et déclenche les conflits avec les habitants ; d’un autre côté, et par conséquent, l’action de l’organisme de gestion du PNGSL qui s’adonne à un processus de territorialisation congruent avec la loi et déclenche le conflit avec les acteurs économiques, dont l’action est alors inhibée.

43Pour conclure, tout ce que nous avons dit pose encore une fois le problème de la protection environnementale dans des contextes habités par des hommes. Aucune intervention protectionniste ne peut donc être menée sans le consensus et la participation active des populations locales. Dans ce cas, parler de développement durable a un sens : valoriser par le biais de cette locution le Parc, un « complexe évolutif » en devenir constant et progressif.

Fig. 5 – Les discours identitaires du PNGSL

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Arielli E., Scotto G., I conflitti. Introduzione a una teoria generale, Mondadori, Milan, [1998].

Bayart J.-F. [1996], L’illusion identitaire, Fayard, Paris.

Casti E. [1998], L’ordine del mondo e la sua rappresentazione. Semiosi cartografica e autoreferenza, Unicopli, Milano.

Charlier B. [1995], « Les conflits environnementaux dans les Montagnes Méditerranéennes. Localisation. Premiers éléments d’analyse et de réflexion », Montagnes méditerranéennes, n°1, 1995 : 29-35.

D’Alessandro C. [1999], Valori ambientali tra identità e conflitto : il Parco Nazionale del Gran Sasso et dei Monti della Laga, sous la direction de Angelo Turco, Université de L’Aquila (Italie), Année Académique 1998/99.

Greimas A.-J., Courtés J. [1993], Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette, Paris.

Lussault M. [1995], « L’objet environnemental dans l’action territoriale », Montagnes méditerranéennes, n°1, p. 75-81.

Lussault M. [2000], « Action(s) ! », J. Lévy, M. Lussault (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Belin, Paris.

Foucault M. [1971], L’ordre du discours, Gallimard, Paris, p. 10-11.

Mondada L. [2000], « Pratiques discursives et configuration de l’espace urbain », J. Lévy, M. Lussault (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Belin, Paris : 165-175.

Raffestin C. [1981], Per una geografia del potere, Unicopli, Milan.

Turco A. [1988], Verso una teoria geografica della complessità, Unicopli, Milan.

Turco A. [1995], « Ambiente e discorso identitario nell’Appennino contemporaneo », Bollettino del C.A.I., III série, n°32 (160), décembre : 3-13.

Turco A. [1998], Cultura del territorio, valori ambientali, modelli identitari : analisi critica e reti concettuali, Projet Biens Culturels du Conseil National de la Recherche, Sous-projet 4.2.6, mai 1998/

Turco B. [1998], « Strutture di legittimità nella territorializzazione malinké dell’alto Niger (Rep. di Guinea) », E. Casti, A. Turco, Culture dell’alterità. Il territorio africano e le sue rappresentazioni, Unicopli, Milano, 13-59.

Vitte P. [1995], Le campagne dell’alto Appennino, Unicopli, Milan.

Notes

1 Centre de recherche « Ville, Société, Territoire », Université de Tours.

2 Loi 6 décembre 1991, « Loi-cadre sur les aires protégées ». La création du PNGSL ne deviendra effective que 4 ans après la promulgation de la Loi, lorsque l’office du Parc sera créé par le D.P.R. du 5 juin 1995 « Institution de l’Office du Parc National du Gran Sasso et des Monts de la Laga ».

3 Le territoire du PNGSL touche trois régions italiennes ; cependant 84 % du Parc se situe dans les Abruzzes, ce qui permet de dire qu’il relève principalement de cette région.

4 Ce texte est fondé sur mon mémoire de maîtrise, auquel on peut se reporter pour plus de renseignements, notamment en ce qui concerne la géographie physique du Parc : [D’Alessandro, 1999].

5 Gabriel Rougerie, en faisant référence à la Côte d’Ivoire, parle de « triomphe de l’horizontalité », dû à la ténacité de l’œuvre humaine d’aplanissement et à la grande planitude du sol qui frappe le regard.

6 L’individu est donc pris en considération en tant que membre d’un groupe, porteur de valeurs socialement partagées, c’est-à-dire pour le « rôle » qu’il joue (par ex. : porte-parole d’un parti politique, dirigeant administratif, membre d’une association écologiste, etc.). [Turco, 1988 : 32-35].

7 La distinction que nous adoptons ici est celle entre contradiction de base, comportement et attitudes, que l’on peut retrouver dans toute situation conflictuelle, mais nous délaissons la troisième composante (celle des attitudes), car nous ne prenons pas en considération la dimension psychologique individuelle.

8 Cf. à ce sujet, de E. Arielli, G. Scotto [1998 : 27-31], mais par rapport à ces auteurs, nous ne prenons pas en considération le quatrième type de rapport, celui de l’agression physique, d’un acteur vis-à-vis d’un autre, qui n’a pas lieu dans notre cas d’étude.

9 Les structures de légitimité, selon l’usage que nous faisons ici de cette expression, sont théorisées dans [Turco, 1998].

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La valeur environnementale dans l’action sociale
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 2 – Le parc sous les perspectives législative et géographique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 3 – L’« histoire » du parc
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 4 – Le niveau axiologique et le niveau praxéologique des dynamiques conflictuelles
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 – Les discours identitaires du PNGSL
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteur

Doctorante en géographie, Université de Tours, centre de recherche « Ville, Société, Territoire », équipe Politiques publiques et territoires. Son travail de thèse comme titre Géographes en brousse : discours et pratiques d’un métisssage spatial. Elle s’intéresse aux pratiques des géographes français en Afrique francophone sub-saharienne. Ses recherches portent sur l’ailleurs et l’altérité, plus précisément sur la géographie africaniste, par le biais de la sociologie des sciences et des techniques.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable