Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et territoires

 | 
Patrice Melé
, 
Corinne Larrue
, 
Muriel Rosemberg

II. Conflits et valeurs territoriales

Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits

Maria Gravari-Barbas et Vincent Veschambre

Texte intégral

  • 1 UMR ESO « Espaces Géographiques et Sociétés », Université d’Angers.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Table ronde « Les conflits patrimoniaux », organisée dans le cadre du colloque « Regards Croisés s (...)

2Il peut paraître a priori surprenant d’envisager le conflit à travers la thématique patrimoniale. Quelles images plus consensuelles que ces journées du patrimoine durant lesquelles les villageois peuvent déambuler à travers les salles du château et les parisiens les plus patients, pénétrer à l’intérieur des salons de Matignon ? C’est pourtant sous un intitulé « patrimoine et environnement : les territoires du conflit » [Norois, 2000] que le groupe de recherche auquel nous appartenons a publié les résultats de ses travaux, après avoir organisé une table ronde sur les « conflits patrimoniaux »2, dans le cadre colloque « Regards croisés sur le patrimoine dans le monde ». Il s’agit d’exposer ici les raisons qui nous ont conduit à considérer la question du patrimoine comme éminemment conflictuelle et à envisager dans la dimension spatiale différents types de conflits, dans le cadre de la société française, mais également à travers quelques exemples étrangers.

I. PATRIMOINE : LA RÉFÉRENCE AU CONSENSUS

  • 3 Le terme « d’iconoclasme » a aussi été utilisé (est l’est aussi toujours par certains chercheurs).

3Pour la plupart des auteurs, le patrimoine est du côté du bien commun, du collectif, du lien social [Di Méo, 1995]. Selon P. Béghain, l’idée d’héritage culturel (d’abord sous l’angle de l’héritage architectural avec la notion de monument) a été dans le contexte français révélatrice de luttes idéologiques, depuis la Révolution qui l’a fait émerger, jusqu’à la séparation de l’Eglise et de l’État [Béghain, 1998]. C’est ainsi que le néologisme de vandalisme3 a été introduit par l’Abbé Grégoire le 31 août 1794, afin de décrire précisément les actes systématiques de destruction, notamment du patrimoine religieux. Mais depuis la loi de décembre 1913, il y aurait consensus, au moins à l’échelle nationale, dans le registre idéologique et l’idée patrimoniale fonctionnerait avant tout comme instrument du lien social.

  • 4 L’abondante bibliographie patrimoniale des années 1980 et 1990, qui contraste avec le nombre peu i (...)

4L’émergence de la notion de patrimoine proprement dite4, à partir essentiellement des années 1970 et la grande vulgarisation qui s’en est suivie (articles de journaux, diverses célébrations ou journées « du patrimoine », voire foires aux antiquités) met l’accent sur une vision consensuelle et festive de celui-ci. Le patrimoine est présenté comme un bien commun, appartenant à tous, ou en tous cas au plus grand nombre. Il fait référence à un héritage commun, à un ensemble de plus en plus vaste, qui, dans sa dimension la plus large – celle du patrimoine mondial – peut être l’ensemble de la communauté humaine.

  • 5 Plusieurs chercheurs ont constaté ce mouvement de la mémoire nationale vers des mémoires plurielle (...)

5Cette approche patrimoniale consensuelle met l’accent, pour ce qui est du « grand patrimoine » sur sa valeur esthétique, sur son côté pédagogique (dans le sens de la pédagogie du regard ou du sentiment) ; pour ce qui est du « patrimoine de proximité », elle fait référence à sa dimension de créateur de lien social : le patrimoine est le trait d’union commun, autour duquel se fondent des projets communs, voire des identités partagées5.

  • 6 L’extension du champ patrimonial est en effet accompagnée d’une évolution considérable de l’enviro (...)

6Il y a bien entendu du vrai dans tout cela. Le patrimoine, et notamment le patrimoine de proximité, a effectivement fonctionné comme un moyen « de faire ensemble », comme un formidable élément rassembleur. Le très important mouvement associatif autour du patrimoine peut témoigner de cette effervescence de projets patrimoniaux dans des contextes divers et à des échelles différentes6.

  • 7 A propos de cette lecture globalisante qui est d’ailleurs de même nature dans l’usage de territoir (...)

7Mais en privilégiant l’idée selon laquelle le patrimoine représente un ensemble de repères communs qui génèrent du lien social et permettent de « vivre ensemble », on alimente un discours politique « qui cherche à construire, au delà des clivages politiques, une idéologie du rassemblement » [Di Méo et alii, 1993]. Cette conception du patrimoine7 tire donc vers une lecture globalisante (ou en terme savant « holiste ») des rapports sociaux. Elle est promue par ceux qu’Alain Bourdin appelle les « entrepreneurs de localisation », « ceux qui ont intérêt à ce que des individus, des groupes ou des entreprises s’attachent à un lieu ou lui demeurent attachés » (Bourdin, 1992). Le fait d’invoquer le patrimoine contribue à susciter l’adhésion du plus grand nombre à un espace, et par là même à ceux qui y exercent le pouvoir (Gravari-Barbas, Violier, 1999, 2003).

  • 8 F. Delbos, communication présentée au colloque « Regards croisés sur le patrimoine », op. cit.

8Il s’agit donc d’opérer une déconstruction de ce discours consensuel sur le patrimoine en tant qu’héritage collectif, afin de déterminer quels sont les intérêts particuliers qu’il sert et par là même, de mettre en évidence des conflits d’intérêts : « Tout patrimoine n’est-il pas conçu et géré pour être accumulé plutôt que partagé ? »8

II. AU DELÀ DU CONSENSUS, DES ENJEUX D’APPROPRIATION DE L’ESPACE

  • 9 Expression revendiquée par l’association d’habitants qui s’est opposée à la fermeture de la moitié (...)

9Après avoir insisté sur la construction d’un consensus patrimonial à l’échelle française au début du xxe siècle, P. Béghain reconnaît qu’à l’échelle locale, le « combat » continue « de rue à rue, de tour à tour, de quartier à quartier » : on a ainsi pu parler de « luttes urbaines » à propos de conflits ouverts cristallisés autour du patrimoine, au cours des années 1970 et au début des années 19809. L’auteur ne peut que constater que le patrimoine est devenu enjeu de développement économique et de légitimation politique : « il est mis à toutes les sauces, électorales ou publicitaires, dès lors qu’il s’agit de vendre ou de rassurer, de revendiquer ou de contester » [Béghain, 1998]. Et qui dit enjeux politiques, économiques, dit bien entendu conflits potentiels.

  • 10 Le groupe « Patrimoine, paysage, Environnement », regroupe une dizaine de chercheurs de l’UMR ESO, (...)

10C’est à propos de cette mise en évidence des enjeux sociaux que nous pouvons faire référence au travail collectif d’un groupe de l’UMR ESO qui s’intéresse à la notion de patrimoine depuis environ cinq ans10. Notre démarche initiale a consisté à nous saisir d’un mot, tel qu’il a été diffusé très largement dans la société, sans chercher à le ranger du côté des outils conceptuels de notre discipline. Nous avons considéré que le patrimoine n’existait pas a priori [Leniaud, 1992] mais qu’il a émergé en tant que question sociale, à partir du moment où certains groupes ont réussi à l’imposer comme norme, à travers leurs revendications et leurs interventions. Mais en quoi le géographe est-il habilité à traiter de cette question sociale qu’est le patrimoine ?

11La dimension spatiale nous est apparue inhérente à cette notion, telles qu’elle a évolué et s’est diffusée récemment. Si nous prenons les mesures de protection comme reflet de l’évolution des normes en la matière, nous pouvons constater un processus de dilatation spatiale : du donjon médiéval au centre-ville ancien dans le domaine du patrimoine culturel/architectural, du parc de château au massif forestier en matière de patrimoine naturel ou paysager [Veschambre, 1998]. La sensibilité patrimoniale a tendance à englober des espaces de plus en plus étendus et de plus en plus proches de la vie quotidienne, à la faveur de la « désaffectation » d’espaces productifs, agricoles, industriels notamment, mais aussi d’espaces liés à la défense nationale [Garat, 2001], à l’activité commerciale...

12Cette dilatation spatiale qui s’opère dans le cadre du processus de patrimonialisation ne va pas de soi, car elle entre en opposition avec d’autres pratiques et d’autres conceptions de l’espace. C’est au cours des années 1980 que s’est joué par exemple le sort de l’Unité d’habitation Le Corbusier de Firminy, dont la moitié nord a été fermée, mais dont la reconnaissance patrimoniale, portée par l’association des habitants, a fini par l’emporter face aux logiques gestionnaires d’un office HLM qui souhaitait réduire le nombre de logements vacants. Durant la même période, le débat a été vif à Nantes à propos des anciens chantiers navals de l’Ile Sainte-Anne, entre les tenants de la table rase, soucieux de valoriser des opportunités foncières bien placées et les tenants de la patrimonialisation, qui se sont réclamés de la mémoire ouvrière. Dans un autre registre, O. Etcheverria [2003] décrit la perte d’intérêt fonctionnel des chemins ruraux qui suscite après la seconde guerre mondiale la privatisation, le démantèlement ou l’abandon, mais aussi depuis le début des années 1960, un regain d’intérêt de la part des randonneurs, le plus souvent extérieurs au monde rural, et donc corrélativement la naissance de conflits d’usage ordinaires.

13Revendiquer la protection et la valorisation d’un espace donné, en mettant en avant des qualités patrimoniales, c’est tenter de le défendre et de se l’approprier, réellement ou symboliquement. C’est tenter d’acquérir une légitimité et d’exercer une forme de pouvoir sur cet espace. Le patrimoine s’inscrit désormais parmi ces normes qui contribuent à légitimer le pouvoir des élites, qu’elles soient internationales (UNESCO), nationales (président de la République) ou locales (chefs traditionnels) comme le constate A. Ouallet [2003] dans une étude consacrée au Mali.

14La référence au patrimoine apparaît donc intimement liée à des enjeux d’appropriation de l’espace et par là même, à des conflits entre groupes sociaux qui cherchent à se placer, à faire valoir leurs revendications, à construire ou à contrôler des territoires, bref, à construire la société. Horst Bredekamp emploie en 1975 le terme de Bildersturm afin d’étudier « l’art comme matière (medium) de conflits sociaux... » [cité in Gamboni, 1994] : nous pensons que le patrimoine constitue précisément un medium pertinent pour l’étude des rapports sociaux entre acteurs, entre groupes.

  • 11 Orwell G.H. dans « 1984 ».

15Au bout du compte, cet angélisme patrimonial ambiant (cultivé parailleurs en France par l’État et le Ministère de la Culture à travers un ensemble de fêtes et de manifestations sectorielles), a tendance à masquer le fait que d’une part le patrimoine n’est pas uniformément et consensuellement accepté par le plus grand nombre : « la notion de patrimoine ne se fonde pas sur un véritable consensus et demeure au contraire au centre de débats d’opinion larvés » [Andrieux, 1997]. Les acceptions patrimoniales des uns, non seulement se juxtaposent mais aussi s’opposent à celles des autres. Pire, certains conflits armés récents, ont démontré que l’affirmation identitaire et patrimoniale d’un groupe se fait par l’intermédiaire de la destruction des marqueurs patrimoniaux d’autres groupes. Cette destruction, souvent systématique, du patrimoine d’un ensemble d’individus, est sensée attaquer sa mémoire profonde, les fondements de son identité. Après tout, « celui qui contrôle le passé contrôle le futur, celui qui contrôle le présent contrôle le passé »11.

16L’idée de consensus et de lien social masque d’autre part le fait que que le patrimoine n’est pas approprié de manière égalitaire. L’accessibilité et donc la jouissance des édifices patrimoniaux, parcs, jardins, etc., est très inégalitaire, en dehors de ce « carnaval patrimonial » (les journées du patrimoine) durant lequel s’abolissent fugitivement et symboliquement les hiérarchies sociales. C’est ainsi que le parc monumental de la ville d’Angers, constitué de nombreux édifices prestigieux des époques médiévale, renaissance ou classique, est de fait réservé à une élite qui fréquente les cérémonies officielles, les congrès savants ou les associations reconnues [Gravari-Barbas, 1997].

  • 12 L’histoire a démontré que le rôle du patrimoine, dans l’élaboration des iconographies nationales, (...)
  • 13 Nous sommes, en tout cas dans les pays occidentaux, dans un contexte où l’arsenal législatif est s (...)

17Autour de ces enjeux d’appropriation, les conflits « musclés12 » ne sont qu’une dimension (certes la plus douloureuse) des conflits qui se situent aujourd’hui autour du patrimoine. Dans la société française les oppositions autour du patrimoine prennent des dimensions beaucoup plus feutrées13, même si, au cours des dernières années, plusieurs cas ont défrayé la chronique, soit en opposant une conception du patrimoine plus locale à une conception régalienne, héritée du 19e siècle et en mettant en cause la suprématie des savoir faire des techniciens de l’État central, soit en révélant des intérêts économiques et politiques différenciés, notamment lorsqu’il s’agissait d’espaces stratégiquement placés (Les Halles à Paris ou les chantiers navals de l’île Ste Anne à Nantes) et/ou caractérisés par une forte charge symbolique (les édifices Le Corbusier liés à la municipalité Claudius-Petit à Firminy)...

III. CONFLITS PATRIMONIAUX : DE LA DÉFINITION À L’USAGE

18Le processus de reconnaissance patrimoniale (patrimonialisation) apparaît bien souvent lié à un changement de mode de production et d’organisation sociale. Nous pourrions définir ce processus comme un mode de recyclage spatial et par là même, de réappropriation de l’espace. Ces conflits de la réappropriation peuvent être décomposés grossièrement en deux temps :

Tout d’abord des conflits de définition ou de « construction » patrimoniale

19Le patrimoine est généralement défini comme l’ensemble des biens transmis par des ascendants que les héritiers, groupe ou individus, doivent à leur tour transmettre à leurs descendants. Cet acte de transmission, qui présuppose un tri, et donc une assimilation des éléments à transmettre, est particulièrement important, notamment dans les sociétés européennes ; selon Chastel, « il explicite une relation particulière entre le groupe juridiquement défini et certains biens matériels tout à fait concrets : un espace, un trésor, ou moins encore » (Chastel, 1985).

20Il permet au patrimoine de jouer le rôle de « ciment identitaire » d’un groupe : la reconnaissance des individus dans un ensemble d’éléments formant leur patrimoine commun, leur permet de s’identifier en tant que groupe, tout en se démarquant des autres, ceux avec qui ce dit patrimoine n’est pas partagé. La construction patrimoniale s’inscrit dans le temps long et constitue un élément essentiel de l’iconographie d’un groupe. Et plus peut-être que d’autres éléments de celle-ci, elle « érige des cloisons, d’abord dans les « esprits » et ensuite sur le terrain » [Gottmann, 1955].

21En effet, « les rapports entre les groupes sociaux et l’espace sont complexes et dialectiques. Un groupe prend possession d’un espace et le transforme à son image, il ratifie les espaces sociaux dit-il, mais il s’enferme du coup dans l’espace qu’il a construit » [Boumaza, 2003].

22Dans leur étude de la grande bourgeoisie, M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot [1989, 1998] montrent que la légitimité de la position et des privilèges de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie passe par l’inscription dans un patrimoine (le château de famille), dans un terroir (la terre des ancêtres), dans un espace résidentiel (les « beaux quartiers »).

23Mais alors que les groupes sociaux possédants et dominants peuvent ainsi matérialiser leur existence et leur position sociales dans les espaces les plus prestigieux (qu’ils s’approprient ou même produisent « sur mesure » voire « à leur image »), les groupes les plus démunis et dominés ne peuvent laisser que peu de traces « patrimonialisables », ces traces modestes étant le plus souvent reléguées dans des espaces périphériques et/ou dévalorisés. Pour reprendre les termes de M. Verret, une ligne importante de clivage apparaît entre ceux qui peuvent accéder « au conservatoire de l’espace » [Verret, 1995] et les autres. Plus précisément entre ceux qui possèdent une « mémoire morte », c’est à dire dont le passé s’est inscrit dans les espaces matériels, dans les choses et même les écrits, et ceux qui n’ont qu’une « mémoire vivante », dont le passé ne peut s’inscrire que dans les corps, qui n’ont que leurs paroles et leurs gestes pour manifester leur existence. Lors de la fermeture de la Société Métallurgique de Normandie dans l’agglomération de Caen, les ouvriers tentèrent une forme de patrimonialisation/manifestation en déposant une poche d’acier au centre du rond point situé à l’entrée du Conseil régional (ancienne abbaye aux Dames), dont le pavillon d’entrée subit à l’occasion quelques dégradations. Les communiqués de presse qui ont suivi la manifestation indiquent que pour les uns, le patrimoine, ce sont les bâtiments du Conseil régional, alors que pour les autres (syndicats), la SMN appartient elle aussi au « patrimoine régional ». Cette volonté des ouvriers de laisser une trace patrimoniale, à travers un objet issu du monde de la production, et cette tentative d’appropriation d’un lieu symbolique par un groupe social « dominé », ont fait long feu puisque la poche a été escamotée au bout de quelques mois, une fois retombée l’émotion suscitée par la fermeture du site [Valognes, 2002]. La capacité à « construire » du patrimoine, à imposer ses normes patrimoniales apparaît ainsi inégale selon les groupes, à l’intérieur d’une même société. Mais cette question des normes patrimoniales se pose de manière souvent très prononcée à l’échelle internationale entre sociétés. Elle suscite des conflits que nous pouvons qualifier de conflits « de sens ».

24Plusieurs chercheurs ont en effet opposé la conception occidentale du patrimoine, fondée essentiellement (pour ce qui concerne le patrimoine bâti) sur l’authenticité de la « substance », de la matière dans laquelle le patrimoine est construit et les conceptions en vigueur dans le contexte extrême oriental ou dans le contexte africain [Ouallet, 2003] où cette substance a finalement peu d’importance comparativement au savoir-faire, aux gestes, à la culture...

  • 14 « La restauration (...) a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiqu (...)

25Le corps des architectes des Monuments Historiques en France et toutes les entreprises qui gravitent autour, fondent leur expertise d’une part sur la connaissance morphologique et formelle du patrimoine, et d’autre part sur leur savoir-faire en termes d’intervention sur des matériaux anciens. La charte de Venise14, doctrine de référence en terme de restauration des monuments historiques, insiste sur cette importance de la matière. On se situe ici dans une logique diamétralement opposée à celle qui gère l’approche patrimoniale dans plusieurs autres contextes extra-occidentaux.

26P. Bonnenfant insiste ainsi, dans son étude de Zabid (Yémen), sur le désintérêt pratique à l’égard des vestiges du passé : « dans le cœur des habitants est profondément ancrée la conviction que le passé comme l’avenir appartient à Dieu. La plupart du temps, on détruit sans état d’âme les bâtiments du passé pour bâtir du neuf » [Bonnenfant, 2003].

27Des organismes et des labels internationaux, tels que le « patrimoine mondial » de l’UNESCO, affirmation de la volonté de créer des normes internationales en termes de patrimoine, se trouvent confrontés souvent à des situations schizophréniques du fait de la différence de sens attribué au patrimoine par des locaux d’une part, par les experts internationaux d’autre part. Prenons le cas des villages Pueblo au Colorado : il s’agit incontestablement d’un patrimoine, reconnu comme tel à la fois par les Pueblo et les anglo-saxons. Mais si pour ces derniers les ruines de ces villages sont des biens culturels par l’architecture et les artefacts qu’ils renferment et un cultural heritage qu’il convient de protéger et de léguer aux générations futures, pour les Pueblo ces ruines sont peu intéressantes dans leur matérialité ; elles représentent bien plus que des objets scientifiques ou esthétiques : « elles renferment les tombes de leurs pères et mères, elles portent les stigmates des errances de chaque clan, elles contiennent des lieux de cultes toujours puissants et vénérés, elles sont le lieux de pèlerinage... » [Pérez, 2003].

28Au bout du compte, la conservation et la patrimonialisation des objets et monuments est une démarche essentiellement occidentale, qui tend à s’imposer à travers la notion de patrimoine mondial de l’humanité, à laquelle s’opposent d’autres traditions (celles du Japon ou de la Chine, celles du Monde Arabe ou de l’Afrique), toutes différentes mais toutes portées par le primat du symbolique sur le matériel.

29Que ce soit à l’échelle de la société française, ou à l’échelle internationale, le processus de patrimonialisation et donc la production de normes supposent des conflits de définition entre groupes en présence : le patrimoine ainsi reconnu apparaît comme le résultat de rapports de force.

30Par delà même le « consensus » construit au cours du processus de patrimonialisation, des conflits peuvent surgir autour de l’appropriation des espaces ou des édifices ainsi reconnus, en terme de mise en valeur (restauration, mise en scène) ou de gestion.

Conflits de restauration, de mise en valeur et de gestion

31On pourrait reprendre une partie des arguments ci-dessus pour souligner les différences d’approche en matière de restauration du patrimoine, qui sont justement dues aux différentes acceptions patrimoniales. La variation du sens attribué ne peut qu’induire des traitements et des projets de restauration divergents, voire antinomiques, d’un groupe à l’autre, d’une société à l’autre.

32Mais les conflits de restauration éclatent aussi, souvent de manière retentissante, dans des contextes où une doctrine commune est sensée exister, les cas de Saint-Sernin ou de Falaise peuvent en témoigner.

33Plus modestes, mais tout aussi révélateurs, les micro-conflits autour du fleurissement témoignent de la volonté de certaines populations, de certains maires, de se réapproprier symboliquement des monuments dont la conservation reste aux mains du pouvoir central [F. Hamon, 2003]. G. Capron et alii [2003] nous montrent que ce type de conflits entre pouvoir central et pouvoir local est tout à fait transposable à d’autres sociétés que la nôtre : le patrimoine est l’un des supports choisis par des municipalités comme Mexico ou Buenos Aires pour s’imposer face au pouvoir central.

34Parallèlement aux conflits de traitement ou de restauration, d’autres se manifestent autour de la gestion du patrimoine, souvent en opposant deux logiques différentes : préservation versus exploitation, appropriation locale versus mise en tourisme.

  • 15 Le banco est un mélange de terre et de divers végétaux.

35A Djenné, le conflit se situe entre les tenants de la conception occidentale du patrimoine qui privilégient le respect des matériaux traditionnels et certains acteurs locaux, favorables à la modernisation de leur cité [Ouallet, à paraître]. Le principe du « tout banco »15, conforme à l’esprit de la charte de Venise, interdit la construction d’une école « en dur », réclamée par les habitants du quartier de la mosquée Sékou Amadou.

IV. DIMENSION SPATIALE DU CONFLIT TERRITORIAL : LES DIFFÉRENCES D’ÉCHELLE

36Dans le cadre franco-français, deux exemples peuvent être développés pour illustrer la superposition des échelles de conflit, cette entrée par les échelles représentant une autre grille de lecture possible de ces conflits.

  • 16 Paul Germain. Le maire qui lui succède, Claude Leteurtre (UDF-PR), est sur la même longueur d’onde (...)
  • 17 Planchers en dalles de verre, toitures en téflon tendues par des armatures métalliques, châssis mé (...)

37Le cas du donjon de Falaise, seul édifice presque complet de place forte du xie siècle en Normandie et lieu qui a vu naître Guillaume le Conquérant, est assez représentatif de l’enchevêtrement des échelles de conflit patrimonial. Il s’agit à l’origine (1986), et conformément à la volonté du maire de l’époque16 de « retrouver l’allure des gravures imaginaires publiées au siècle dernier ». Autrement dit, il s’agit de se réapproprier, à des fins essentiellement touristiques, ce château à l’état de ruine. La fréquentation de 10 000 visiteurs annuels est effectivement jugée insuffisante pour un monument d’une telle portée historique. La municipalité, propriétaire des lieux, espère décupler le nombre des visiteurs grâce à une restauration osée, couplée à un projet muséographique. Conformément à la procédure du Service des Monuments Historiques, c’est l’architecte en chef du département17 qui assurera la restauration. Celle-ci durera plus de 10 ans et dotera le château de plusieurs nouveaux attributs et notamment d’un avant-corps en béton, par qui le scandale arrive. Quatre associations porteront l’affaire devant les tribunaux ; la remise en état du monument et la destruction des rajouts dus à la restauration ne constitue qu’une partie des revendications des plaignants. Elles cherchent en parallèle à « donner un avertissement à l’administration, car les citoyens ne peuvent laisser bafouer les lois et les règlements par ceux-là même qui sont chargés de les faire appliquer ». Il s’agit aussi « d’éviter que de pareilles erreurs se renouvellent à l’avenir » [MOMUS, 1997].

  • 18 Selon le maire C. Leteutre « on a le droit de ne pas aimer, mais nous avons sauvé une ruine. Cet o (...)

38On voit ainsi qu’au moment où le château fait l’objet d’un projet de valorisation, donc de changement de son statut de « ruine » à celui de « l’outil »18, sous-entendu touristique, le milieu local s’éveille. Sa sensibilité, peu émue par l’état du monument avant la restauration, est heurtée par un projet de restauration qui est finalement plus un acte de création contemporaine. Si cependant la réaction locale est incontestablement importante (une pétition locale a recueilli plus de 12 000 signatures dans une cité de 9 000 habitants), on arrive très rapidement à un conflit national, voire international. Parmi les quatre associations plaignantes, l’une, parisienne, est en effet animée par des intellectuels qui mettent plus généralement en cause le pouvoir du service des monuments historiques. Elle devient rapidement la porte-parole du conflit et le relais avec d’autres scientifiques et intellectuels européens, notamment anglais. Tout en étant préoccupée de la restauration du château en question, il s’agit surtout pour elle de se saisir de ce terrain pour contester le « monopole » des architectes en chef. Le conflit local est ainsi utilisé comme tremplin vers un conflit national et la revendication spatiale initialement localisée à Falaise se dilate.

  • 19 C’est E. Claudius-Petit, ancien ministre de la Reconstruction, qui a fait venir son ami Le Corbusi (...)

39A Firminy, commune industrielle et ouvrière de la banlieue stéphanoise qui possède un ensemble Le Corbusier19, les deux échelles sont présentes dès le début du processus de patrimonialisation : le mot patrimoine apparaît la même année (1980) sous la plume de C. Delfante, dans la revue Architectures [Delfante C., 1980] et dans un tract de l’association des habitants de l’Unité d’habitation Le Corbusier. A l’échelle communale, il ressort que chaque groupe identifié au cours du processus de patrimonialisation défend des intérêts bien compris, dans une compétition pour s’imposer sur la scène politique locale, défendre ses valeurs culturelles, manifester son existence sociale. Les membres de l’association des habitants de l’Unité d’habitation, issus pour la plupart de la petite bourgeoisie (enseignants, personnels de santé, travailleurs sociaux...) et généralement proches de la CFDT et du parti socialiste, cherchent à récolter les bénéfices symboliques d’une reconnaissance patrimoniale de leur lieu de résidence, longtemps dévalorisé et marginalisé en tant que symbole de l’urbanisation des années 1960. Ils se démarquent ainsi d’un parti communiste dominant qui essaie depuis 1971 à travers les édifices Le Corbusier (Unité, mais aussi Maison de la Culture et chantier de l’église St Pierre) d’occulter le symbole de l’action municipale précédente, en faisant fermer la moitié de l’Unité d’habitation (1983-84) et en cherchant à se débarrasser du chantier de l’église. Il s’agit bien d’une lutte politique à l’intérieur de la majorité municipale de gauche, qui se déplace au cours des années 1980 du registre socio-économique vers le registre patrimonial.

  • 20 Regroupés dans l’association Le Corbusier pour l’église de Firminy-Vert
  • 21 A travers la délimitation d’un site classé.

40Ce conflit à dominante locale conserve potentiellement une dimension nationale, voire internationale, compte tenu de l’intérêt d’architectes pour cet ensemble Le Corbusier20. Suite à l’intervention de certains d’entre eux, J. Lang a imposé la protection de l’Unité d’habitation et celle du chantier de l’église en 198421 : le conflit local PS/PC est alors entré en résonance avec celui qui se jouait au plan national au même moment au sein de la gauche.

CONCLUSION

41Nos travaux se fondent ainsi sur l’assertion que la notion de patrimoine ne fait pas partie d’une entité universelle ni d’une acception uniformément partagée par tous (celle d’un « beau » et d’un « bon » universel). Nous prenons du recul par rapport à un discours dominant (qui est finalement celui des technocrates internationaux) qui cherche à définir LE patrimoine, de manière abstraite, univoque et universelle.

42Il nous semble au contraire que le patrimoine (comme d’ailleurs d’autres notions sur lesquelles nous travaillons, telles que le paysage) ne prend son sens en tant qu’objet géographique que si on le considère comme une notion qui, loin d’être fixe, reflète la société qui la produit. C’est justement ce processus de production qui concentre notre attention : loin d’être neutre, « naturelle » « spontanée », nous la saisissons comme le produit de négociations, d’arbitrages, d’enjeux de pouvoir et, inévitablement, de conflits : l’assise spatiale, les temporalités, l’enchevêtrement des échelles nous semblent constituer une approche pertinente de la manière dont les groupes sociaux construisent la société.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andrieux J.-Y. [1997], Patrimoine et histoire, Belin, Paris.

Béghain P. [1998], Patrimoine et lien social, Presses de Sciences Po.

Bonnenfant P. [2003], « Zabid, ville Yéménite classée au patrimoine mondial. Sociologie d’un échec », in M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Boumaza N. [2003], « Expérience occidentale et construction maghrébine d’une approche du patrimoine », in M.Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Bourdin A. [1984], Le patrimoine réinventé, Presses Universitaires de France, Paris.

Bourdin A. [1992], « Patrimoine et demande sociale », in Neyret R. (dir.), Le patrimoine, atout du développement, Presses universitaires de Lyon, Lyon : 21-25.

Capron G. et al [2003], « Les politiques municipales du patrimoine en Amérique Latine dans les années 90. Rupture ou continuité ? », in M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Chaslin F. [1997], Une haine monumentale, Paris Descartes et Cie.

Chastel A. [1985], « La notion de patrimoine », in Nora, Les lieux de mémoire, Tome II, La Nation : 405-450

Cohen S.E. [1993], The politics of planting. Israeli-Palestinian competition for control of land in the Jerusalem periphery, University of Chicago, Gography Research Paper No 236, Chicago.

Delfante C. [1980], « La faute à Corbu », Architectures, n° 15 : 3.

Di Méo G., Castaings J. P., Ducourneau C. [1993], « Territoire, patrimoine et formation socio-spatiale (exemples gascons) », Annales de Géographie, no 573, Paris : 472-502.

Di Méo G. [1995], « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », in Espaces et Sociétés, Méthodes et enjeux spatiaux, n° 78, L’Harmattan : 15-34

Etcheverria [2003], « Le chemin rural, quel patrimoine ? », in M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Gamboni D. [1994], « Le renversement des monuments communistes et l’histoire des destructions d’oeuvres d’art », in Y. Lamy (dir), L’alchimie du patrimoine, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine : 349-368

Garat I. [2001], « Qu’est-ce qui fait ou ne fait pas “ patrimoine ” ? l’exemple du domaine militaire du “ Château-Neuf, casernes de la Nive ” à Bayonne », Norois, N° 185 : 139-150.

Gottmann J. [1955], Eléments de géographie politique, Les Cours du Droit, fascicule II, Paris.

Gravari-Barbas M. [1996], « Le sang et le sol. Le patrimoine, facteur d’appartenance à un territoire urbain », in Géographie et Cultures N° 20 : 55-68.

Gravari-Barbas M. [1997], « Gestion – valorisation du patrimoine historique bâti et tourisme urbain à Angers », Les villes moyennes : Espace, Société, Patrimoine, sous la direction de Nicole Commerçon et Pierre Goujon, éditions Presses Universitaires de Lyon, Lyon : 397-410.

Gravari-Barbas M., Violier PH. [1999], Politiques de patrimoine et de tourisme urbain à Bourges ; tendances globales et acteurs locaux, in Les acteurs de tourisme et l’espace local, sous la direction de Ph. Violier, Presses Universitaires de Rennes : 153-165

Gravari-Barbas M., Violier PH. [2003], « Lieux de Culture – Culture des lieux. Production culturelles locales et émergence des lieux : Dynamiques, acteurs, enjeux », Presses Universitaires de Rennes.

Guerrin M., de Roux E. [1997], « Falaise, son château, son architecte et son béton de la discorde », in Le Monde, 26 avril 1997.

Hamon F. [2003], « L’enjolivement municipal du patrimoine », in M.Gravari-Barbas et S.Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Impey E. [1997], « Le donjon de Falaise : commentaires sur sa restauration », in Momus, N° 9-10, Mars-Avril 1997.

léniaud J.M. [1989], « Mémoire républicaine, mémoires plurielles », in Monuments Historiques, N° 161 : 29-35.

Léniaud J.M. [1992], « La mauvaise conscience patrimoniale », in Le Débat, No 78, janvier-février 1994 : 168-178.

Léniaud J.M. [1992], L’utopie française, essai sur le patrimoine, Mengès, Paris.

Ouallet A., [2003], « Perception et réutilisations patrimoniales en Afrique. Quelques exemples maliens », in M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Pérez P. [2003], « L’enjeu des ruines en pays pueblo », in M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Pinçon M., Pinçon-Charut M., [1989], Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil.

Réau L., [1994], Histoire du vandalisme : les monuments détruits de l’art français, Ed. Laffont, Paris, (1re édition 1959).

Ripoll F., Veschambre V. [2002], « Face à l’hégémonie du territoire, éléments pour une réflexion critique », in Jean Y. et Calenge C., Lire les territoires ?, Collection perspectives « Villes et territoires », n° 3 : 261-288.

Saint-Pulgent M. [1992], « Patrimoine : le complexe de Noé », in Le Point, 3 octobre 1992.

Schmitt O. [1993], « Le patrimoine perdu de l’ex-Yougoslavie », in Le Monde, 20 octobre 1993.

Valogne S. [2002], De l’espace usinier aux nouveaux territoires urbains : mémoires collectives, projets urbains, appropriation de l’espace, thèse de doctorat de sociologie, EHESS.

Verret M. [1995], Chevilles ouvrières, Les Éditions de l’Atelier /Éditions ouvrières, coll. Mouvement social, Paris, 254 p.

Veschambre V. [1998], « Le patrimoine : de la pierre au paysage., in Fournier Jean-Marc, Raoulx Benoît (dir.), « Environnement, aménagement, société en Basse-Normandie », Documents de la MRSH, n° 6, avril : 55-76.

Veschambre V. [2000], « Firminy-Vert et le site Le Corbusier : vers une esthétisation du grand ensemble ? », Les Cahiers de la Méditerranée, n° 60 : « Paysages urbains (XVIe-XXe, tome II) », juin : 133-156.

Notes

1 UMR ESO « Espaces Géographiques et Sociétés », Université d’Angers.

2 Table ronde « Les conflits patrimoniaux », organisée dans le cadre du colloque « Regards Croisés sur le Patrimoine à l’aube du xxie siècle » (UMR ESO, laboratoire Espace et Culture, CREOPS, 7-9 octobre 1999, Sorbonne), in, Revue ESO, 2001.

3 Le terme « d’iconoclasme » a aussi été utilisé (est l’est aussi toujours par certains chercheurs).

4 L’abondante bibliographie patrimoniale des années 1980 et 1990, qui contraste avec le nombre peu important d’ouvrages, textes ou articles de la période précédente, est également significative de cette « percée » patrimoniale dans les problématiques scientifiques, notamment dans les disciplines comme l’histoire. Au sujet de l’émergence du patrimoine chez les géographes, voir : Garat I., Gravari-Barbas, M. et Veschambre, V., « Émergence et affirmation du patrimoine dans la géographie française : le rôle de la géographie sociale », actes du colloque « Faire la géographie Sociale », Presses Universitaires de Caen, 2001, p. 31-40.

5 Plusieurs chercheurs ont constaté ce mouvement de la mémoire nationale vers des mémoires plurielles. Certains sont même tentés de parler d’une « balkanisation » culturelle et patrimoniale [Léniaud 1989].

6 L’extension du champ patrimonial est en effet accompagnée d’une évolution considérable de l’environnement associatif. Si le patrimoine est certainement un des secteurs culturels qui compte les plus anciennes associations, dont certaines remontent à la Première Guerre mondiale, le nombre de celles-ci s’est considérablement accru à partir du septennat 1974-1981 [Leniaud, 1992]. Parallèlement aux grandes associations à vocation nationale, émanant généralement d’une élite aristocratique, intellectuelle ou scientifique, un grand nombre d’associations est créé à un échelon local. L’année du patrimoine, en 1980, fut sans doute à l’origine de leur multiplication [Gravari-Barbas, 1996].

7 A propos de cette lecture globalisante qui est d’ailleurs de même nature dans l’usage de territoire, cf. [Ripoll, Veschambre, 2002].

8 F. Delbos, communication présentée au colloque « Regards croisés sur le patrimoine », op. cit.

9 Expression revendiquée par l’association d’habitants qui s’est opposée à la fermeture de la moitié nord de l’Unité d’habitation Le Corbusier en 1983/84 [V. Veschambre, 2000].

10 Le groupe « Patrimoine, paysage, Environnement », regroupe une dizaine de chercheurs de l’UMR ESO, Espaces géographiques et Sociétés. (6590)

11 Orwell G.H. dans « 1984 ».

12 L’histoire a démontré que le rôle du patrimoine, dans l’élaboration des iconographies nationales, peut être éminemment politique. Cela a été confirmé récemment, d’une manière extrêmement douloureuse, dans l’ex-Yougoslavie, où des éléments ont été délibérément détruits afin d’attaquer la mémoire collective d’autres communautés ou bien afin d’effacer une partie de sa propre histoire. En Bosnie-Herzégovine, les territoires occupés par des forces adverses ont été systématiquement nettoyés de leurs minarets, et les mosquées ont été dynamitées une à une, (de Banja-Luka au nord-ouest de la République à Trebinje (au sud-ouest) en passant par Bijelina (au nord est) et Pale, même celles inscrites sur l’inventaire du patrimoine mondial de l’Unesco (C’est le cas de Ferhadija et Arnaudija, deux mosquées historiques de Banja-Luka édifiées au 16e siècle et classées par l’UNESCO). O. Schmitt, 1993 ; F.Chaslin, 1997. Les exemples côté serbe sont tout aussi nombreux. Il y aurait donc, au sein de l’Europe, des patrimoines qui ne se partageraient pas.

13 Nous sommes, en tout cas dans les pays occidentaux, dans un contexte où l’arsenal législatif est sensé protéger le patrimoine des actes que l’on peut qualifier de vandalisme. Certains pensent au contraire que nous sommes désormais dans une logique de surprotection, de trop de patrimoine [Saint-Pulgent, 1992]. Ce n’est pas pour autant que les conflits ont disparu.

14 « La restauration (...) a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques ». Charte de Venise, ICOMOS, 1964.

15 Le banco est un mélange de terre et de divers végétaux.

16 Paul Germain. Le maire qui lui succède, Claude Leteurtre (UDF-PR), est sur la même longueur d’ondes que son prédécesseur.

17 Planchers en dalles de verre, toitures en téflon tendues par des armatures métalliques, châssis métalliques aux fenêtres, gargouilles en cuivre, etc.

18 Selon le maire C. Leteutre « on a le droit de ne pas aimer, mais nous avons sauvé une ruine. Cet outil est exceptionnel », cité dans Le Monde, 26/04/1997.

19 C’est E. Claudius-Petit, ancien ministre de la Reconstruction, qui a fait venir son ami Le Corbusier dans la ville dont il a été maire entre 1953 et 1971.

20 Regroupés dans l’association Le Corbusier pour l’église de Firminy-Vert

21 A travers la délimitation d’un site classé.

Auteurs

Professeure de géographie à l’ESTHUA, Université d’Angers, UMR CNRS ESO (Espaces géographiques et sociétés). Ses travaux portent d’une part sur les politiques patrimoniales urbaines et sur la relation entre patrimonialisation et territorialisation pour appréhender le patrimoine en tant qu’élément d’appartenance au territoire, les rapports entre patrimoine et lien social et les modalités de « production » du patrimoine. Elle s’intéresse d’autre part à la manière dont les événements culturels ou festifs (fêtes, animations, festivals) s’inscrivent dans leur territoire d’accueil, aux transformations qu’ils induisent, aux enjeux politiques ou économiques. Parmi ses publications récentes : avec S.Guichard-Anguis, [2003], dir, Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du xxie siècle, Presses Universitaires de la Sorbonne ; [2002], « Tourism Policies in French-post-2nd-World-War reconstructed cities : Saint-Nazaire, Le Havre and Lorient », dans, Karl Wöber (ed), City Tourism, Springer Vienne, New York ; avec I. Garat, V. Veschambre, [2001], « Emergence et affirmation du patrimoine dans la géographie française : la position de la géographie sociale », dans, Faire la géographie sociale aujourd’hui, Presses Universitaires de Caen.

Maître de conférences de géographie, Université d’Angers, membre du CARTA et de l’UMR Espace et société, groupe « politiques patrimoniales ». Ses recherches actuelles portent sur les enjeux sociaux de l’appropriation symbolique de l’espace, à travers notamment les processus de patrimonialisation. Parmi ses publications récentes : [2000], « Patrimonialisation et enjeux politiques : les édifices Le Corbusier à Firminy », Norois, n° 185 ; avec I. Garat et M. Gravari-Barbas, [2001], « Emergence et affirmation du patrimoine dans la géographie française : la position de la géographie sociale », dans Faire la géographie sociale aujourd’hui, Presses Universitaires de Caen ; [2002] « Une mémoire urbaine socialement sélective, réflexions à travers l’exemple d’Angers », Les Annales de la recherche urbaine, n° 92.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable