Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conflits et territoires

 | 
Patrice Melé
, 
Corinne Larrue
, 
Muriel Rosemberg

Avant-propos

Corinne Larrue

Texte intégral

  • 1 Centre de recherche « Ville, Société, Territoire », Université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

2L’inscription territoriale de l’action publique donne lieu à des conflits dont les manifestations et les objets sont variables. On peut identifier plusieurs ordres de conflits et de controverses : le contentieux entre habitants et acteurs publics, les conflits prenant la forme d’opposition entre groupes et acteurs politiques ou administratifs, les manifestations d’opposition ou de revendications d’habitants ou usagers ; les controverses entre acteurs impliqués dans une action conjointe (action publique contractuelle, relations entre acteurs publics et privés), etc. L’inscription des politiques publiques sur les territoires donne lieu à des débats (plus ou moins) publics avec la société civile notamment locale.

3Quelles sont les modalités de participation de ces acteurs ? Quelles sont les conséquences sur les décisions prises, sur l’adhésion des groupes affectés par la politique ? Quelles relations peut-on constater entre l’émergence de ces nouveaux acteurs et la constitution de nouveaux territoires de politiques publiques ? Ainsi l’analyse des conflits territoriaux constitue une entrée intéressante pour comprendre les modalités d’inscription territoriale de l’action publique.

  • 2 Ce séminaire devenu depuis annuel vise à investir les différentes problématiques qui émergent à l’ (...)

4L’idée de cet ouvrage est issue d’un séminaire organisé en 2001 par l’équipe « Politiques publiques et territoires »2 du Centre de recherche « Ville, Société, Territoire » sur le thème conflits et territoires ou comment analyser les conflits territoriaux ? Des géographes, des chercheurs en aménagement, des sociologues, des politistes ont ainsi proposé leur propre lecture des conflits liés au territoire, confrontant les interprétations, les théories et les entrées de cet objet commun. Pour la plupart discutés dans une première version lors de ce séminaire, les textes présentés ici, reflètent la diversité des points de vue à la fois en terme de discipline, de conflits analysés ou en terme d’échelle spatiale considérée. Mais tous les chercheurs interpellés ont joué le jeu : ils ont tenté de questionner le croisement entre conflit et territoire.

5En introduction de l’ouvrage, P. Melé confronte les travaux publiés ici aux différentes approches des sciences sociales sur les « conflits territoriaux » et souligne le rôle des conflits dans les relations entre habitants et l’espace proche de leur logement, dans une certaine forme de production territoriale. Plus précisément, quatre grandes entrées ont été privilégiées dans ce livre :

I. CONFLITS ET PROJETS D’AMÉNAGEMENT

6Dans un premier temps J. M. Dziedzicki (Université de Tours, VST) nous propose une analyse du conflit d’aménagement : l’auteur définit le conflit d’aménagement comme un conflit lié à la réalisation d’un projet d’aménagement qui suscite une réaction d’opposition de la part des populations concernées par ses impacts potentiels. Il propose une grille de lecture des principales attentes exprimées par les opposants à l’occasion de ces conflits. En recourant à une grille de lecture proposée par M. L. Poirier Elliott, sont ainsi identifiés les enjeux apparents mais aussi sous jacents de ces conflits. On peut ainsi distinguer les conflits fondés sur la perception des risques ou incertitudes liés aux conséquences d’un aménagement ; les conflits substantiels qui traduisent un désaccord sur le contenu de la décision, les conflits de procédure qui remettent en cause le processus de décision sans préjuger de son contenu, et enfin les conflits structurels fondés sur une remise en cause des fondements mêmes de l’action publique.

7Ainsi identifiées ces dimensions du conflit permettent de proposer une grille de lecture des revendications exprimées par les populations locales à l’endroit d’un projet d’aménagement qu’elles contestent.

II. CONFLITS ET VALEURS TERRITORIALES

8La seconde entrée privilégiée dans ce livre nous conduit à préciser et illustrer plusieurs des dimensions précédemment identifiées. Ainsi, trois contributions vont tenter de cerner les valeurs en conflit dans des controverses de différents types.

9M. Gravari-Barbas et V. Veschambre (Université d’Angers, UMR Espaces Géographiques et Sociétés) nous éclairent sur les enjeux d’appropriation de l’espace qui sont au centre des conflits dits de patrimoine : la protection et la valorisation d’un espace donné conduisent à l’appropriation réelle ou symbolique d’un espace par une catégorie de population spécifique. Car la capacité à imposer des normes patrimoniales apparaît inégales selon les groupes sociaux, le patrimoine permettant de saisir et étudier les rapports sociaux entre groupes et entre acteurs.

10De même C. D’Alessandro (Université de Tours, VST) identifie les valeurs environnementales en conflit dans un processus de création d’un parc national protégé dans les Apennins en Italie. Pour l’auteure, la création du parc produit un nouveau discours identitaire fondé sur l’environnement qui entre en opposition avec les discours identitaires préexistants fondés sur le territoire. L’analyse des discours permet ainsi de saisir les valeurs en conflits dans ce processus de création d’un nouvel acteur social.

11Enfin, le texte de P. Melé (Université de Tours, VST), sur les conflits urbains pour la protection de la nature dans une métropole mexicaine met en évidence l’utilisation de l’argument environnement/nature dans des conflits opposants populations locales et promoteur immobilier. L’analyse met en évidence la mobilisation d’un discours sur la protection de la nature et la volonté de préserver un espace résidentiel exclusif. Mais elle permet aussi d’analyser la demande sociale de nature comme une revendication de nature artificialisée sous la forme d’espaces verts aménagés. Cette demande sociale conduit néanmoins à la diffusion d’une valeur patrimoniale de la montagne qui permet en retour la mise en œuvre de procédures de protection de l’environnement favorisant une stabilité des usages des différents espaces.

III. INSCRIPTION TERRITORIALE DES CONFLITS

12La troisième entrée privilégiée dans cet ouvrage est celle du territoire comme valeur mobilisée implicitement ou explicitement lors de conflit.

13Dans un premier texte, J. P. Roy (Université de Tours, Centre d’étude du débat public) nous propose une lecture des résultats électoraux du canton de Sancerre depuis 1872 au regard d’une identité contre révolutionnaire dont le vote serait la traduction. L’hypothèse développée par l’auteur est que les résultats électoraux anti-système constatés dans ce canton seraient la traduction d’une originalité historico-politique érigée en « identité territoriale ».

14Ensuite J. Lolive (UMR SET) nous apporte un autre éclairage sur la question du territoire mobilisé dans le cadre de conflits. Dans le cadre d’un processus de contestation de grands projets publics, l’auteur analyse l’argumentation mobilisée par les associations en terme de référence à des entités territoriales. Il distingue ainsi 4 modalités de justification territoriale : la territorialité réactive c’est-à-dire l’affirmation ou la réactivation d’identités territoriales perturbées par le projet incriminé ; la saisie d’opportunités environnementales qui s’appuie sur les potentiels existants (zones inondables, flore ou faune protégées, etc.) ; le paysage dont la mobilisation renvoie à un attachement au territoire ; enfin, la qualification du territoire alpin en « éco-région » constitue le dernier type de justification territoriale qui va jusqu’à fabriquer de toute pièce cette identité territoriale.

15Le troisième texte, de M. Rosemberg (Université de Picardie, EHGO) permet de compléter notre analyse du territoire mobilisé ou produit par le conflit en s’attachant à une échelle spatiale plus fine. L’auteure analyse la controverse née à l’occasion de l’aménagement du parvis de la cathédrale d’Amiens, à partir des lettres reçue par le journal régional en réponse à une question ouverte posée à ses lecteurs. L’analyse de ces lettres permet de révéler les conceptions divergentes du parvis et plus généralement de la ville. L’analyse permet aussi de mettre en question la dimension territoriale de ce conflit d’aménagement.

IV. CONFLITS D’USAGES ET CONTENTIEUX

16La dernière entrée privilégiée dans cet ouvrage est celle des conflits d’usage de l’espace et de leur régulation notamment juridique.

17C. Rialland, (Université de Tours, VST) présente les conflits d’usage de l’espace liés à l’arrivée d’une nouvelle population dans une commune de l’agglomération de Nantes. Plus précisément, l’auteure analyse l’opposition entre les tenants d’une agriculture intensive et une population locale majoritairement d’origine urbaine sur une catégorie particulière d’espace : le périurbain. A partir d’une étude de cas, sont ainsi présentés le système des acteurs, les facteurs et les enjeux qui engendrent une situation de tension, et ce à différentes échelles.

18Enfin, le texte de N. Lerousseau (Université de Tours, LERAD) illustre une vision plus juridique du conflit. L’auteure nous expose une analyse du contentieux en urbanisme qu’elle présente comme un mode de révélation des conflits et des intérêts divergents voire des conceptions opposées des territoires. L’entrée juridique permet une analyse des difficultés de conciliation entre intérêt(s) public(s) et intérêts privés qui sont souvent au centre des conflits d’usage du sol.

19Ainsi, l’ensemble des travaux de recherche publiés ici conduisent à mettre en évidence les modalités du conflit comme instrument d’analyse des territoires, comme approche privilégiée pour l’analyse de la territorialisation de l’action publique.

Notes

1 Centre de recherche « Ville, Société, Territoire », Université de Tours.

2 Ce séminaire devenu depuis annuel vise à investir les différentes problématiques qui émergent à l’interface entre action publique et territoire, il s’est intéressé par la suite à la question du Zonage et de la planification spatiale et des Logiques professionnelles et action publique locale.

Auteur

Professeure d’aménagement de l’espace-urbanisme, Université de Tours, directrice du centre de recherche « Ville, Société Territoire », membre de l’équipe Politiques publiques et territoires. Elle est spécialiste de l’analyse des politiques d’environnement et d’aménagement en France et en Europe. Ses travaux de recherche l’ont amené à s’intéresser à différents champs de l’environnement : la protection de la nature, la gestion de l’eau, la pollution de l’air, et plus récemment à la mise en oeuvre locale et régionale des politiques de développement durable. Parmi ses publications récentes : avec P. Knoepfel et P. F. Varone, [2001], Analyse et pilotage des politiques publiques, Bâle, Helbing & Lichtenhahn ; [2000], Analyser les politiques d’environnement, Paris, L’harmattan.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540