Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

Conclusion

Territoires et jeux d’échelle

Annie Guédez

Texte intégral

  • 1 Professeur de sociologie, EAD-ICOTEM, université de Poitiers.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 G. Sautter, La géographie comme idéologie ? Cahiers de géographie du Québec, 1985.

2De prime abord, le « territoire » a mauvaise presse. Notion ambigüe, polysémique, inflationniste, oscillant du statut de concept à celui de catégorie de l’action publique, voire de slogan, tour à tour enjeu de savoir et de pouvoir, elle suscite la critique au point d’entraîner parfois sa réfutation au profit d’un vocabulaire plus apte à rendre compte des diverses modalités par lesquelles se manifestent les rapports complexes et dynamiques que les hommes en société tissent à leur espace : comme l’ont suggéré plusieurs intervenants, lieu, territorialités, territorialisation pourraient dès lors se révéler plus pertinents que le terme de « territoire », tout à la fois victime d’un effet de mode qui en brouille les définitions initialement singularisées par discipline (le territoire pensé par l’ethnologue n’étant pas du même ordre que celui pensé par le sociologue, le géographe, l’économiste ou l’aménageur) et entaché de cette « idéologie géographique »2 qui conduit à appréhender l’espace en termes d’étendue et de limites plutôt que par le mouvement, la fluctuation, l’indétermination.

  • 3 J. Scheibling, Une union paradoxale, Espaces Temps 68/69/70, 1998.
  • 4 J. Scheibling, Réponse à Henri Reymond, L’Espace géographique n° 4, 1996.
  • 5 La région espace vécu, PUF.

3Et pourtant, le mot résiste : guère de titre de communication qui n’en fasse explicitement mention, guère d’analyse qui ne s’y arc-boute, même quand des guillemets introduisent de la distance et de la prudence. Faut-il voir dans ce jeu de langage une simple soumission à l’intitulé du colloque, ou bien ne doit-on pas admettre qu’on est ici confronté à ce que les pragmatistes appelaient un « concept d’attente » qui, faute peut-être de mieux, permet à l’ensemble des sciences sociales, quels que soient par ailleurs leurs objectifs et méthodes spécifiques, de tenir ensemble l’assise matérielle des sociétés et le registre de la production idéelle ? Car c’est bien dans l’accord unanime sur la nécessité de penser à la fois l’espace, ses pratiques, sa symbolique, ses sédimentations diachroniques, ses modes de construction et d’appropriation, que s’établit le dialogue de toutes les disciplines ici représentées : de l’économiste au sociologue ou au démographe, de l’aménageur au géographe, de l’historien à l’anthropologue, il y a d’emblée accord sur le fait que la notion de territoire permet « de lier à la fois processus, structure et fonctionnement d’un espace »3, qu’elle désigne « l’espace historisé qu’on peut décliner aux différentes échelles, qui incorpore la nature telle qu’elle est utilisée par les hommes, qui garde en mémoire des cultures et des structures sociétales passées, qui bougent sans cesse en réinventant des nouvelles formes et de nouvelles structures »4. Ainsi entendu, dans le droit fil des définitions proposées par R. Brunet, et avec une insistance accrue sur sa dimension temporelle, le « territoire » fait écho à ce « retour de l’acteur » qui marque toutes les sciences sociales depuis les années 1980, conduisant à mettre l’accent, comme y invitait Armand Frémont dès 19765, sur la façon dont les hommes « vivent » les lieux qu’ils habitent et infléchissant les analyses de l’espace vers la compréhension de ses usages sociaux et des processus de fabrication de ses significations symboliques.

  • 6 Le tournant géographique, Belin, 1999.

4Dès lors, il s’agit bien aussi, au delà d’approches spécifiées par discipline, de prendre épistémologiquement la mesure de l’usage d’un concept qui, tirant sa force de ses dimensions transversales, pose un véritable défi par rapport aux clivages classiques des champs disciplinaires. Il ne s’agit plus, face à un objet commun, de s’informer des apports respectifs des travaux des autres pour en tirer éventuellement parti en réintroduisant certains questionnements « à la marge » dans sa problématique propre, mais de comprendre de quelle façon, sur quelles bases théoriques et méthodologiques peut s’opérer la conjonction. Et l’un des principaux apports de ce colloque est sans nul doute, à partir d’une interrogation critique sur le terme, d’avoir fondé le « territoire » comme un concept transdiciplinaire, de l’avoir reconnu comme une catégorie relevant de ce que Jacques Lévy a nommé « la maison commune des sciences de l’homme »6, appelant de la sorte d’autres manières d’en faire la lecture : non pas en juxtaposant des regards mais en combinant des points de vue.

  • 7 Tractatus logico-philosophique, 1918, trad. Gallimard 1961.

5Un tel apport n’exclut certes pas des divergences de compréhension initiale liées aux postures de recherche propres à chaque discipline. Tant il est vrai que, selon la métaphore de Wittgenstein chacune tend à produire « un maillage de filet » correspondant à son système de description : « représentons-nous une surface blanche couverte de tâches noires irrégulières. Et nous dirons : quelle que soit l’image qui en résulte, je puis toujours en donner la description approximative qu’il me plaira, en couvrant la surface d’un filet adéquat à mailles carrées et dire de chaque carré qu’il est blanc ou noir. De cette manière j’aurai donné une forme unifiée à la description de la surface. Cette forme est arbitraire, car j’aurais pu tout aussi bien me servir d’un filet à mailles triangulaires ou hexagonales et obtenir un résultat non moins satisfaisant »7. De fait, on a bien été ici en un premier temps confronté à diverses « possibilités de description » étroitement dépendantes d’un « maillage » spécifique. Mais au-delà de la diversité des communications, s’imposent des manières communes d’appréhender la question du territoire, particulièrement manifestes dans la prise au sérieux des représentations et des légitimations que les acteurs construisent de leurs pratiques territoriales comme dans le choix de mener l’analyse à des niveaux et des échelles variables pour faire apparaître la complexité et l’imbrication des phénomènes étudiés

  • 8 Les objets fractals, 2e édition 1984.

6D’évidence, la centration, toutes disciplines confondues, sur les acteurs sociaux tout autant que la référence obligée aux dimensions spatiales du social conduit à poser en termes sensiblement nouveaux la question des différences échelles de l’observation : où faire porter le regard pour prendre en compte simultanément les lieux et les hommes ? quels sont les niveaux d’analyse les plus pertinents pour rendre compte des pratiques territoriales, sachant que la notion de « territoire » justement ne ressortit pas d’une dimension mais de propriétés et d’interactions ? Autant d’interrogations qui, corrélées à une problématique proprement dialectique, ne peuvent se résoudre par le partage binaire (entre disciplines ou à l’intérieur d’une même discipline) entre « petit »/« grand », « détail »/« ensemble », « local »/« global », « micro »/ « macro ». Pas davantage par le recours à une simple constellation de niveaux différents de l’analyse : à la faveur notamment du développement des épistémologies constructivistes, et par les travaux, entre autres de Bernard Lepetit, Jacques Revel, Bernard Lahire, on sait que, selon le point de vue adopté, selon la « focale de l’objectif », on n’a pas accès aux mêmes informations pertinentes ; partant, on n’étudie pas la même chose. Mais la prise en compte de cette idée impose la nécessité de s’interroger aussi sur le langage utilisé pour rendre compte des résultats, sur l’adéquation de l’appareillage conceptuel en jeu dans la mesure où la pertinence même de cet appareillage devient lui-même fonction de la focale – ce qu’avait bien pressenti Mandelbrot8 : « lorsqu’une baie ou une péninsule qu’on avait retenue sur une carte au 1/100 000 est redessinée sur une carte au 1/10 000 on aperçoit sur son pourtour d’innombrables sous baies et sous péninsules ; sur une carte au 1/1 000 on voit aussi apparaître des sous sous baies et des sous sous péninsules et ainsi de suite « (...) et aux échelles extrêmement petites, le concept de côte cesse d’appartenir à la géographie ».

  • 9 J. Revel, dir, Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.
  • 10 C. Bromberger, L’ethnologie de la France et ses nouveaux objets, Ethnologie Française 3, 1997.

7Or la notion de « territoire » telle qu’elle a été utilisée lors de cette rencontre appelle justement à poser d’une autre manière encore la question de l’échelle. Dans la mesure où il s’agit bien de penser l’espace comme le « lieu » des hommes, on pourrait être tenté de considérer que le seul niveau pertinent de l’analyse soit le niveau micro-scalaire : correspondant aux différents espaces de l’intimité ou de la proximité il permet en effet d’appréhender de manière particulièrement fine aussi bien les pratiques socio-spatiales que les représentations – ce que vise précisément la « lecture d’un territoire ». – Pourtant le risque est grand à s’en tenir à lui seul de ne plus faire de l’espace qu’« une » ombre portée de la configuration sociale9. Mais dès lors qu’on les conçoit aussi dans toute leur complexité comme le produit d’interactions multiples entre les lieux et les hommes, comme des ensembles dynamiques, en tension permanente entre l’ancien et le nouveau, le macro et le micro, soumis à d’incessants processus de décompositions et recompositions, les territoires ne peuvent pas être l’objet d’appropriations théoriques et méthodologiques parcellisées et hiérarchisées (de la plus à la moins pertinente). Leur compréhension appelle tout au contraire « une approche croisée » à échelles multiples et combinées, mettant en œuvre un comparatisme raisonné à la fois intra- et transdiciplinaire. De ce point de vue, parce qu’elle part justement du principe que la « lecture d’un territoire » doit tenir ensemble spatialité et logiques sociales dans toute leur complexité et leurs incertitudes, ce qui exclut aussi bien le « spatialisme » que le « sociologisme », la proposition faite par plusieurs communicants à la fois de réhabiliter l’échelon du « méso », longtemps exploré par les seuls économistes, et de privilégier une lecture « transcalaire », un « va et vient »10 à échelles multiples non pas juxtaposées mais combinées, se révèle sans aucun doute comme un principe méthodologique particulièrement efficace.

Notes

1 Professeur de sociologie, EAD-ICOTEM, université de Poitiers.

2 G. Sautter, La géographie comme idéologie ? Cahiers de géographie du Québec, 1985.

3 J. Scheibling, Une union paradoxale, Espaces Temps 68/69/70, 1998.

4 J. Scheibling, Réponse à Henri Reymond, L’Espace géographique n° 4, 1996.

5 La région espace vécu, PUF.

6 Le tournant géographique, Belin, 1999.

7 Tractatus logico-philosophique, 1918, trad. Gallimard 1961.

8 Les objets fractals, 2e édition 1984.

9 J. Revel, dir, Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.

10 C. Bromberger, L’ethnologie de la France et ses nouveaux objets, Ethnologie Française 3, 1997.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540