Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

III. — Partie : espace et territoire

Que faire du territoire ?

Guy Di Méo

Texte intégral

1Les interventions que nous venons d’écouter m’ont paru, globalement, remettre en question la validité tant scientifique que pratique du concept territorial. Or, chose curieuse, contesté de la sorte dans sa réalité et dans sa substance, le territoire a été néanmoins mis en accusation en tant que fauteur d’exclusion et de conflits d’appropriation. Dès lors, que faire du territoire ? Comment le définir et comment le traiter ? Comment le construire en tant qu’objet scientifique porteur de ses propres limites ? Au bout du compte, il conviendra aussi de marquer les bornes d’une critique du territoire qui l’accable de tous les maux tout en niant (contradiction ?) sa propre existence ! Ce sera l’occasion de se livrer, si l’on veut, à une sorte de critique des critiques formulées au cours de cette séance.

1. LE TERRITOIRE EN ACCUSATION

2Finalement, dans ce registre, quatre thèmes majeurs ont été évoqués par les intervenants. Trop de territoire, on parle décidément trop du territoire ! Sa réification, la prétention à vouloir expliquer l’espace social à l’aide de ce concept posent problème. Un tel succès du territoire, aux connotations et aux accents ambigus, ne s’explique-t-il pas par l’artifice d’une collusion d’intérêts entre chercheurs et politiques en quête de légitimité et de pouvoir ? Mais surtout, le territoire ne fonctionne-t-il pas comme un redoutable instrument de régulation sociale masquant délibérément la réalité conflictuelle des rapports et des enjeux de classes (sociales ou socio-spatiales) ?

– Trop de territoire !

3De fait, on assiste à une inflation sémantique des usages de ce terme (territoire). Ses utilisateurs sont sans cesse plus nombreux. Issu du vocabulaire juridique et politique, employé en référence à l’espace contrôlé par l’État-nation et par ses sous-ensembles (communes, départements, régions), le vocable s’étend aujourd’hui à d’innombrables domaines de la vie sociale, économique et culturelle. La géographie en propose, comme nous l’avons vu, une définition spécifique dans laquelle entrent l’appropriation collective d’un espace, mais aussi les affects, les représentations symboliques du rapport spatial. Le territoire gagne de la sorte, dans le giron d’une approche géographique rénovée, les sphères privées de la psyché individuelle. Il investit les domaines plus abstraits de la vie culturelle et sociale : ne parle-t-on pas du territoire de la musique ou de celui de la littérature, du territoire des arts ? Ces incontestables débordements nuisent à la crédibilité du terme. Ce flou sémantique, la polysémie du concept territorial créent une incontestable confusion et tendent à le décrédibiliser en tant qu’objet scientifique.

4Plusieurs intervenants se sont refusé à voir et à identifier du territoire partout, même si le processus, admettons-le, paraît universel (ce qui reste tout de même à prouver). Ceci dit, on ne saurait affirmer que la recherche géographique, a fortiori celle qui s’intéresse aux sciences sociales, économiques et humaines, malgré le nombre croissant des équipes et des travaux qui l’affichent comme leur préoccupation centrale, est absolument submergée par les préoccupations territoriales. Bénédicte Florin, dans son intervention, a bien souligné que les études sur la mobilité abondent aussi, balançant quelque peu l’attention accordée au fait territorial.

– Non à la réification territoriale.

5Réifié, érigé à l’état de substance, doté du pouvoir quasi totalitaire d’emprisonner les territorialités des individus qui composent ses groupes sociaux identitaires, le territoire devient un dangereux outil du pouvoir, une arme redoutable d’exclusion et, dans quelques cas extrêmes, d’épuration ethnique. Or, parfois, il faut peu pour l’engendrer. La simple performativité du langage et du discours suffit, dans certaines conditions, à créer le territoire en le suggérant. De même, la production effective des territoires au travers de leurs représentations et d’une pure idéologie se vérifie fréquemment. La genèse territoriale, dans ses grandes lignes, épouse ce modèle de production (politique et idéologique) : des représentations à la pratique.

– Le territoire outil de légitimation politique et scientifique.

6Plusieurs interventions ont donc mis l’accent sur l’artifice de l’inflation territoriale actuelle. Elle résulterait d’une association d’intérêts suspects : ceux des politiques et des chercheurs, deux groupes s’efforçant de se légitimer mutuellement en inventant des objets territoriaux. Pour les premiers, le territoire fournit une assise électorale. Sa valorisation contribue à les identifier et à les distinguer, à les hisser au rang de leaders certifiés par une véritable onction symbolique, historique (mémoire collective) et identitaire, soit autant de facteurs efficaces, aptes à favoriser la reproduction de leur pouvoir. Pour les seconds, le discours territorial, outre qu’il leur assure une caution politique toujours utile et monnayable, présente l’avantage de fournir un objet de recherche commode, propice qui plus est à établir des coopérations fructueuses avec les acteurs de la vie socio-économique et culturelle. Bref le territoire, même inventé de toutes pièces par de petits groupes d’élus et de chercheurs, offrirait de nombreux avantages : les racines et les identités auxquelles il réfère ne sont-elles pas porteuses de rémunération en termes de notoriété, de moyens et de pouvoir ? En réalité, le défaut majeur de cette démonstration réside dans le fait souvent observé qu’il n’y a pas forcément accord sur la nature du territoire entre les élus et les chercheurs. Quant à sa forme et à ses dimensions, elles ne font pas plus l’unanimité.

– Le territoire outil de régulation sociale et politique.

7Selon cette interprétation, également ressortie des interventions de ce colloque, le territoire, instrument de domination, serait utilisé par les détenteurs du pouvoir comme un outil de régulation des rapports sociaux et politiques. Il masquerait les conflits de classes et les contradictions sociales derrière l’écran, derrière l’apparence d’une adhésion et d’une identité territoriales collectives. Il y a là un risque de nature holiste, tenant à la prétention de globalité, à l’ambition de tout vouloir expliquer, dans les domaines sociaux, politiques et culturels, par un recours unique et récurrent au territoire. Ainsi conçu, le territoire renvoie en effet à une collectivité humaine localisée, considérée comme un corps social homogène, s’identifiant comme tel (territoire « en soi » et « pour soi ») et agissant d’un seul élan. Cette personnalisation-anthropomorphisation du territoire tend parfois à effacer la représentation des clivages sociaux réels qui le fragmentent, sous le couvert d’une unité socio-géographique de lieu ancienne ou retrouvée. De plus, la lecture systémique d’un tel territoire, en imposant un principe de clôture et d’équilibre de l’univers qu’il constitue, pousse à la recherche de modes de régulation susceptibles de maintenir le territoire-système considéré dans un état d’homéostasie, état conçu comme l’objectif d’aménagement et de gestion à atteindre.

8S’il y a, souvent, de fortes présomptions pour que le territoire joue effectivement ce rôle régulateur, l’observation territoriale n’interdit pas au chercheur d’être attentif à ces jeux et à leurs effets de dissimulation des véritables enjeux, voire d’occultation des structures et des stratégies sociales réelles que véhicule une telle conception du territoire. Au demeurant, sauf à considérer le chercheur comme un démiurge, ce qui peut se révéler à plus d’un titre excessif, on peut difficilement lui attribuer la responsabilité des situations territoriales qu’il observe et qu’il décrit. Ajoutons que le territoire fonctionne aussi parfois comme une arme braquée contre la domination et contre l’hégémonie. L’exemple de certaines formes de dissidence, de protestation, ou plus globalement d’action revendicative ou contestataire, menées à l’échelle d’un territoire s’affirmant en tant qu’espace de légitimité collective va dans ce sens. En somme, dans nos sociétés nomades, ceux qui donnent l’impression de ne plus posséder de référence territoriale précise, ce sont bien souvent soit les plus nantis, les surdominants, soit les plus démunis, les surdominés. Si les premiers font du monde leur territoire, les seconds connaissent souvent, en revanche, une perte sévère de territorialité.

9On retiendra aussi que dans la mesure où le territoire revêt surtout et de plus en plus une nature de représentation, à la fois imaginaire, immatérielle et mythique, les cloisons qu’il dresse se trouvent d’abord dans les esprits humains qui le vivent.

2. DANS CES CONDITIONS, QUE FAIRE DU TERRITOIRE ?

10Dans le texte qu’elle a fourni, Hélène Velasco propose de « construire en objet scientifique la rencontre entre le fait territorial et la dynamique du mouvement dans son rapport à la territorialité », que ce soit à partir d’exemples de « pays », de communautés d’agglomération, ou d’autres structures de ce type. C’est aussi, d’une certaine façon, ce que je j’envisageais dans le propos introductif de cette session. Comme l’a rappelé Bénédicte Florin, les travaux reposant sur une théorie du territoire attentive aux rapports espace-mobilité demeurent encore trop rares.

11Une autre suggestion consisterait à inciter la prise en compte, en matière de démarche territoriale, des logiques d’acteurs, des pratiques quotidiennes qu’ils développent ; voire de faire de la géographie une science du sensible, une microgéographie s’appuyant, par exemple, sur une démarche phénoménologique. On mettrait ainsi l’accent sur les territorialités. On sait que partant de l’individu, la territorialité intègre la « géographicité » existentielle (cf. Dardel). Elle s’édifie aussi au rythme de la structuration de nos rapports spatiaux, eux-mêmes façonnés par nos conditions objectives d’existence (cf. Bourdieu). Sans omettre la composante due à notre capacité imaginaire et conceptuelle, celle qui habite l’idée d’espace vécu (cf. Frémont).

12Afin d’éviter une instrumentalisation de la géographie par les pouvoirs publics (risque qui pèse sur certaines approches territoriales), il faudrait avoir le souci d’édifier une zone d’interface, une aire de rencontre des chercheurs et des acteurs. On s’y livrerait à une sorte d’entrecroisement des savoirs. Ainsi on aurait quelque chance d’échapper à l’imposition de ses connaissances par le chercheur, ou à l’effet de caution scientifique apportée aux décisions politiques par le simple fait de sa collaboration.

13Pour Fabrice Ripoll et Vincent Veschambre, il serait urgent de « prendre la notion de territoire et ses usages comme objets de recherche », de « faire l’analyse socio-historique de leur genèse, de leur diffusion, de leur légitimation comme catégorie d’analyse scientifique, de leur construction sociale comme idéologie, de leur hégémonie et de ses conséquences »... Dont acte !

14Comme l’a montré par ailleurs Christian Azaïs, l’étude de l’hétérogénéité socio-économique des territoires, celle de leur place dans la division spatiale (ou socio-spatiale) du travail ouvrent des pistes fécondes pour qui veut comprendre les usages territoriaux de l’espace et du territoire. Surtout si l’on fait l’hypothèse raisonnable que l’organisation du travail exerce un rôle majeur sur celle du territoire (cf. l’intervention de Ch. Azaïs).

3. LIMITES DE LA CRITIQUE OU CRITIQUE DE LA CRITIQUE

15Il me semble que l’on ne peut pas dire aujourd’hui, comme ont eu tendance à le faire certains intervenants, que la recherche géographique sur le territoire s’est orientée vers la mise en évidence d’un maillage idéal. On ne peut pas plus affirmer que les territoires politiques des États-nations souffrent désormais d’un déficit de légitimité et seraient mis (sérieusement) à mal. En revanche, il existe bel et bien (comme ce fut également dit) un risque d’ethnicisation des territoires. En somme, ce n’est pas à la « fin des territoires » que l’on assiste, mais plutôt à la quête de territoires toujours plus exclusifs.

16Par ailleurs, comment peut-on affirmer que les re-créations territoriales actuelles ne font que manifester les archaïsmes d’une sorte d’esprit prémoderne ? On sait que les reconstructions territoriales à l’œuvre, en termes de sens, n’ont que très peu à voir avec le passé. Elles s’impriment au contraire dans un processus plus large d’invention et d’innovation permamentes des valeurs territoriales ; comme le montre d’ailleurs avec éloquence l’exemple du Vimeu cité par Ch. Azaïs. – ce compte, on ne saurait remplacer le territoire par le lieu puisque celui-ci n’est pas de la même nature et que le territoire contient les lieux qui en sont la synecdoque, l’expression et le schème symboliques (cf. Les communications de J.-R Lécureuil et de L. Cailly).

17Quant au pouvoir performatif du discours, véritable prophétie auto-réalisante, dis-crédite-t-il définitivement toute prétentation d’énonciation territoriale, tout usage d’un nom de territoire, y compris dans un but scientifique ? Partager sans réserve ce point de vue reviendrait en définitive à récuser toute science, tant il est vrai que la plupart, sinon la totalité des objets scientifiques n’échappent pas à une telle dénomination créatrice.

18Signalons, pour finir, que la prolifération du patrimoine, comparée fort justement à celle des territoires, n’est pas le seul fait de groupes sociaux dominants, attachés à faire financer par l’argent public de somptueuses et vieilles demeures privées (même si ce mécanisme fonctionne aussi, bien entendu). La patrimonialisation des objets du quotidien, comme celle des lieux et des paysages de la pratique sociale est effectivement à l’ordre du jour. Elle traduit, tant pour ce qui concerne le territoire que le patrimoine, l’épanouissement d’une tendance très profonde de nos sociétés. Un peu comme si le bouleversement du rapport au temps (accélération) et à l’espace (virtualisation) de nos contemporains, associé à leur élévation culturelle indéniable et au caractère toujours plus éphémère des objets de consommation (vite démodés et historicisés) provoquaient l’émergence de nouveaux liens affectifs et nostalgiques (patrimoniaux de fait) avec les choses et les lieux. Comme ces mêmes changements induisent aussi, sur un autre registre, la naissance permanente et active de nouvelles territorialités.

Auteur

Guy Di Méo

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable