Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

III. — Partie : espace et territoire

Une approche pragmatique de la transformation des territoires

Laurent Devisme

Texte intégral

  • 1 Doctorant, centre de recherche V/S/T, université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 En écho au livre salutaire pour les sciences sociales de C.W. Mills, L’imagination sociologique (1 (...)

2Commençons par un croisement de problématiques. D’un côté une thèse sur le déplacement de la centralité et les univers urbanistiques concernés par cette question ; d’un autre côté une réponse collective faite à un appel d’offre, intitulée « cultures territoriales et sociabilités dans le mouvement ». Deux tensions analytiques correspondent à ces moments : celle consistant à rendre compte d’ascensions territoriales impliquant les sphères urbanistiques et celle cherchant à restituer la constitution en actes d’un territoire, fabrication ne passant pas par les filtres de l’assignation à résidence que sont l’identité, la fixité et la stabilité. Comment construire une intersection entre ces deux visées ? Ce court texte s’inscrit dans une série trop peu pratiquée de restitution de recherches non abouties, texte de doute et d’expression de cheminements. Que l’on ne s’attende pas ici à des « résultats de recherche », il s’agit seulement de pointer des territoires de l’imagination sociologique2.

Les terrains de recherche dans le cadre de la thèse relèvent de configurations urbanistiques caractéristiques d’un mouvement de transformation d’un territoire périphérique en territoire central. Les enjeux politiques liés à ce mouvement ont déjà pu être mentionnés concernant par exemple Hérouville-Saint-Clair dans le Calvados ou bien le Vaudreuil / Val de Reuil en Normandie. Ce mouvement peut être qualifié d’ascension territoriale. Le repérage de territoires en voie de reconnaissance suit souvent une thématique du pouvoir dans laquelle le territoire est vu comme corrélat spatial obligé de souveraineté. Il s’agit alors d’analyser une institutionnalisation progressive, une affirmation d’attributs usuels du « centre de figure » : un hôtel de Ville, une place publique, un mail structurant. Il s’agit de voir de façon plus générale la portée de la mobilisation de formes urbaines pour la régulation ou la visibilisation des forces sociétales à l’œuvre.
Mais la métropolisation tend à modifier ces références et d’autres territoires, à une autre échelle, sont en voie de constitution ou / et à constituer. Comment les lire et poser leurs enjeux ? Comment passer à un niveau prenant en compte les sociabilités cursives au niveau de régions urbaines, sociabilités qui – hypothèse à tester – ont des effets territoriaux ? A l’horizon se signale le dépassement de certains couples d’opposition (réseau vs territoire) et le refus de visions tranchant trop vite avec les héritages conceptuels, visions de l’espace comme « mosaïque » ou comme « ville-archipel ».

3Les acquis de la conception du territoire selon C. Raffestin en 1980 étaient certains. On peut la rappeler brièvement : «Il y a donc un procès du territoire à l’occasion duquel se manifestent toutes sortes de relations de pouvoir qui se traduisent par des maillages, des réseaux et des centralités dont la permanence est variable mais qui constituent des invariants en tant que catégories obligées. Le territoire est aussi produit “consommé”, ou si l’on préfère vécu par ceux-là même qui, sans avoir participé à son élaboration, l’utilisent comme moyen. С’est alors tout le problème de la territorialité qui fait irruption, permettant de vérifier le caractère symétrique ou dissymétrique des relations de pouvoir. La territorialité reflète très sûrement le pouvoir qui se donne à consommer à travers ses “produits”. » (Raffestin, 1980, pp. 3-4). Pour autant, les deux faces ici exposées – territoire produit, territoire consommé – sont sûrement plus perméables. Ceux qui utilisent le territoire comme « moyen » créent par leurs pratiques d’autres territoires et ne sont pas seulement des usagers de formations socio-spatiales qui leur préexistent : même la reproduction du territoire suppose une activité qui actualise la référence. La reproduction n’est pas une duplication.

4Peut-on alors avancer d’autres approches du territoire ? Aux enjeux heuristiques sont couplés des enjeux de critique de certains actes urbanistiques : la notion de « territoire pertinent » dont sont friands les urbanistes n’est-elle en effet pas un leurre, tournant toujours autour de l’idée de l’adéquation entre territoire politique et « territoire fonctionnel », entre référent symbolique et référent pratique. Une analyse de type pragmatique permettrait-elle de sortir de ce va-et-vient convenu et de réhabiliter – paradoxalement – le registre du politique ? Sans avancer vraiment de réponse ici, voyons comment travailler la question. Et reprenons d’abord celle posée à l’occasion du colloque.

PEUT-ON LIRE LES TERRITOIRES ?

  • 3 Plus précisément, on peut lire Zones de Jean Rolin, Les passagers du Roissy-express de François Ma (...)

5Oui. Si l’on considère le territoire à la suite de Raffestin comme « de l’espace informé par la sémiosphère... relevant d’un processus d’ecogénèse terrritoriale », alors les méthodes de l’analyse sémiologique permettent de décrypter les territoires et leurs emblèmes, publicités, repères. Les territoires périphériques d’agglomération coupés par des logiques infrastructurelles ne sont pas à l’écart de telles lectures ; des écrivains en quête de description d’attributs parcourent l’espace et rendent compte de territoires qui sont souvent loin de relever de non-lieux : citons J. Rolin, F. Maspéro, D. Daeninckx3. Ils lisent, en compagnie de sociologues, anthropologues, ethnologues, un espace vécu différent de l’espace projeté des politiques et des urbanistes. C’est du reste la lecture du territoire projeté qui est souvent aporétique.

Cette difficulté n’est-elle pas finalement un atout ? Et si l’on pouvait ne pas lire les territoires projetés ? Cette « réticence » permettrait de prendre quelque distance avec les histoires que l’on se raconte, de déconstruire les univers lexicaux de l’urbanisme qui établissent encore fréquemment une analogie entre espace projeté et espace vécu (surtout en un temps où les croquis et dessins d’urbanisme reprennent de l’importance). Cette réticence est une mise en suspens de l’illusion professionnelle afin de pouvoir notamment prendre les mesures des défaillances contemporaines de la parole planificatrice. Et de voir à quel point les pratiques urbanistiques héritées du socialisme municipal sont aujourd’hui problématiques, dans un monde devenu connexionniste avec un poids grandissant des forces transcendant les territoires constitués. Ces forces contribuent certes à une diffusion des implantations spatiales et incitent le politique à rendre visibles des échelles spatiales encore non traduites par le travail de projettation. Mais ces forces indiquent surtout des modifications affectant les principes mêmes de localisation et les rapports des sociétés aux territoires (Devisme, 2001).

  • 4 Citons ces « territoires de la marchandise » évoqués lors d’une série de Nuits magnétiques (émissi (...)

6Ne doit-on pas chercher alors à lire les effets territoriaux de ces forces transcendantes ? Elles bousculent en effet nombre de repères et de clés de lecture4. Si les logiques de marché tendent à se dissocier des logiques territoriales, il faut rappeler, remettre dans l’espace public, toutes les catégories sur lesquelles elles reposent. « Nous appelons grandeur une qualité des êtres qui se révèle dans des épreuves dont la mise en œuvre repose sur la catégorisation. Nous appelons force une qualité des êtres qui se manifeste dans des épreuves dont le surgissement repose sur un déplacement. On dira donc que les forces sont, dans un régime de déplacement, la résultante du jeu des différences qui assure le succès des épreuves sans avoir fait l’objet d’un travail d’identification ni de généralisation. Ou encore, plus laconiquement, que les forces sont ce qui se déplace sans contraintes d’ordre normatif, conventionnel ou juridique, c’est-à-dire en faisant l’économie de la catégorisation. » (Boltanski, Chiapello, 1999, p. 411). Le travail de recherche se doit alors de découvrir les liens qui unissent transcendance et immanence (Barel, 1987), pratiques mobiles et immobiles, logiques du déplacement et de la catégorisation. « Dans un monde connexionniste, où la grandeur suppose le déplacement, les grands tirent une partie de leur force de l’immobilité des petits, qui est la source de la misère de ces derniers. Or les acteurs les moins mobiles sont un facteur important de la formation des profits que les mobiles tirent de leurs déplacements. » (Boltanski, Chiapello, 1999, p. 446).

7Deux paradigmes de référence se présentent alors pour élaborer des logiques d’investigation :

  • un paradigme critique, dans la poursuite des travaux des sociologues précédemment cités, interrogeant l’hypothèse que le monde connexionniste amenuise le monde domestique ;
  • un paradigme pragmatique. C’est celui dont on peut décrire plus facilement les méthodes d’enquête. Dans ce sens on se rapproche d’une définition proche de l’écologie urbaine, voyant le territoire comme « région morale », intégrant des temporalités différentes, des flux, des principes de contagion. Le territoire se fait alors espace beaucoup plus plastique que dans le cas d’une définition par le biais du pouvoir politique.

8Ces paradigmes ne sont pas nécessairement antagonistes mais peinent à se recouvrir. Dans le cadre d’une recherche collective qui commence, nous avons proposé d’entrer par des méthodes relevant du deuxième, sans pour autant abandonner la perspective du premier. C’est de cette recherche dont il est désormais question et plus précisément d’un des quatre terrains retenus.

UNE RECHERCHE COLLECTIVE

  • 5 Jérôme Boissonade, mandataire de la recherche, Johan Stavo-Debauge, Nicolas Auray et Laurent Devis (...)

9Nous – un groupe de quatre jeunes chercheurs5 – allons chacun apporter des données de première main sur des terrains d’ordre différents problématisant la question des cultures territoriales comprises comme cultures embarquées dans le mouvement. Notre premier objectif est de qualifier les effets territoriaux et leurs potentiels de mobilisation par une analyse pragmatique des sociabilités en mouvement. Cette approche considère l’insertion des individus dans les pratiques collectives, non comme cristallisant des territoires en mosaïque où chaque groupe se définirait par son caractère autonome, mais comme participant à des flux interactionnels. Prendre en compte ces flux permet de saisir à la fois les interactions qui peuvent se développer au cours d’un mouvement, et les horizons situationnels (associant les déplacements et les relations), qu’ils rendent possibles.

  • 6 Ce qui est une caractéristique des objets de la microsociologie. Cf. I. Joseph, 1998, p. 8.

10Les interactions ne sont donc pas seulement constamment émergentes6 ; certaines de leurs caractéristiques leur permettent une inscription dans un bien commun nécessaire au déroulement de toute vie sociale mais constamment renégocié. Les conditions d’émergence de ce bien commun varient selon les types de flux considérés. Aussi, nous avons privilégié pour chaque type retenu, un axe d’étude. Quels sont les quatre types retenus et les terrains qui leur correspondent ?

11Nous avons choisi d’analyser des embrayeurs de mobilité que représentent les « seuils » articulant la salle d’échange RATP et le Centre Commercial du Forum des Halles. Il s’agit alors d’analyser les pratiques cursives présentes en ces lieux et l’inscription de ces lieux dans les mobilités (J. Stavo-Debauge).

12Un autre type de flux peut être appelé nœuds de familiarité en milieu dense, et s’observe dans les pratiques de rassemblement et de cabotage urbain de jeunes sur Bobigny, Créteil et Nanterre. L’axe d’étude principal consiste à savoir comment se déroulent les interactions entre publics différents (J. Boissonade).

13Des affinités réticulaires sont étudiées par le prisme des « performances publiques » locales et internationales où des « hackers » (pirates informatiques) se retrouvent physiquement. Les interactions qui se manifestent alors sont d’ordre horizontal au sein d’un public de pairs (N. Auray).

14Enfin, des frottements entre culture métropolitaine et identité locale sont traqués, produisant des sociabilités déplacées : pratiques supra-locales traversant et travaillant un territoire institué, observées « en campement » à Saint-Florent-le-Vieil.

15Les quatre situations d’enquête sont évidemment fort différentes, afin de montrer combien l’apprentissage de la ville est multimodal (territorial, réticulaire, délocalisé) et multiscalaire. Il s’établit au cours de tensions, nécessite une pluralité de ressources et relève d’une négociation jamais achevée. Cet apprentissage doit donc être analysé sans faire référence à une construction théorique trop prégnante (notamment relative au territoire) et en évitant plus généralement les occurrences spatiales de l’appropriation (le « quartier », la « zone » d’une « tribu »). Voyons comment se présente l’étude sur le terrain de Saint-Florent.

UN CHERCHEUR À SAINT-FLORENT-LE-VIEIL

16Saint-Florent-le-Vieil, 2.600 habitants au recensement de 1999, est apparemment un territoire enclavé plus qu’en mouvement, institué comme haut-lieu touristique des Mauges (« pays » du « pays d’Anjou »), haut-lieu de l’histoire locale (promontoire sur la Loire, lieu-charnière des guerres de Vendée) ce qui en fait un territoire figé dans une place et des entités : un « site remarquable » à l’identité bien établie, au croisement des ensembles urbains d’Angers, Nantes et Cholet. Les sociabilités repérables à Saint-Florent-le-Vieil semblent signaler l’omniprésence du monde domestique. Les « autochtones » y semblent non seulement étrangers aux « touristes » (ce qui n’est pas un phénomène nouveau) mais aussi aux autres cultures, aux investissements plus brefs, moins ancrés. Ce territoire est ainsi traversé de sociabilités dé-placées et nous suggérons que ces pratiques en mouvement questionnent l’identité territoriale qui leur tient lieu de cadre d’effectuation. Si cette commune n’est au premier abord concernée ni par la métropolisation, ni par un élargissement de la centralité propre à l’une des agglomérations mentionnées (chacune distante d’au moins 40 kilomètres), elle abrite cependant, et en partie en raison de cette situation quasi barycentrale, des sociabilités dans le mouvement posant la question du différentiel mobile / immobile. Quels agencements ces pratiques nécessitent-elles pour exister et quelles modifications engendrent-elles sur la formation territoriale ? Notre étude doit permettre de voir ce que le corps commun fait au bien commun. Deux rapports sont plus précisément analysés :

  • le premier rapport porte sur un axe déambulatoire : « autochtones / touristes » ;
  • un deuxième rapport opère sur un axe habitant : « natifs / d’ailleurs ».

17Les méthodes d’investigation concernant ces deux rapports peuvent être précisées.

18Pour l’analyse du premier rapport, il s’agit de procéder à des observations participantes, pratiquées dans des cours d’action (par coups de sonde), de la perception du territoire par des regards étrangers aux lieux et d’analyser les effets éventuels de cette perception sur les agencements d’objets participant de la visibilité du territoire (aménagement de petits espaces publics, signalisation...). A cet égard, l’observation in situ des sociabilités manifestées lors du festival culturel des « Orientales » permet de considérer ce que certaines pratiques non familières font au territoire. Cela suppose une observation approfondie de certains lieux destinés aux rassemblements montrant les rapports touristes / autochtones et questionnant par extension un régime interactionnel de familiarité.

19Pour l’analyse du deuxième rapport, il s’agit de repérer certains « migrants pendulaires » et d’analyser par entretiens leurs rapports au territoire. Une caractérisation territoriale est demandée aussi bien à des « natifs » qu’à des « parachutés » : quelles sont leurs pratiques spatiales et donc quelles sont les échelles de l’habiter qui leur sont communes ? Nous pourrons par ce biais questionner la notion de société locale.

20Ce terrain relève donc a priori d’un territoire fortement catégorisé. Mais le nouvel habitant s’aperçoit rapidement des difficultés du politique en place à négocier cette caractérisation avec les sociabilités déplacées que ce territoire accueille : la modalisation du politique tend à ignorer les épreuves ainsi occasionnées. Il semble que le maintien de la « vieille ville » (le bourg) avec sa continuité et son ancienneté postulées, dépende d’un extérieur très contemporain fait de rassemblements dans le mouvement et d’imbrication d’échelles spatiales fort différentes. Qu’est-ce que cette extra-territorialité produit alors comme effets territoriaux ? Afin d’avancer des éléments de réponse, nous sommes pour l’instant engagés dans une recension de la presse locale reflétant une identité figée, dans un repérage et une typologie des événements se manifestant dans la ville, dans une qualification des lieux de rassemblement ordinaires. En tant qu’habitant, nous essayons d’être attentif aux situations-charnière de la vie quotidienne et particulièrement celles qui donnent à voir les frottements entre culture urbaine et identité locale.

  • 7 Que l’on se réfère à des propos du politique en place ou de brigadiers relatifs aux rodéos de jeun (...)

21Il peut apparaître incongru de parler de culture métropolitaine à Saint-Florent-le-Vieil ; c’est bien cette perspective par incongruité qui nous intéresse, permettant non pas de parler de la ville à venir en analysant toujours ses formes les plus nouvelles (« entrées de ville », « villes génériques » comme celles décrites par Koolhas) mais en allant voir du côté de ce qui est encore perçu comme un autre de la civilisation urbaine7, cet autre étant vu comme un ailleurs temporel « menacé » et inspirant plus d’un programme politique pour des communes de première couronne d’agglomération (villes vertes, villes à la campagne, fête du battage à l’ancienne...).

RETOUR SUR LA PERSPECTIVE PAR INCONGRUITÉ

22Un projet de recherche de cet ordre n’est pas solitaire et la perspective par incongruité retrouve paradoxalement et en première analyse des travaux essentiellement menés dans les années 1950, 1960 relevant de la sociologie rurale et tournant autour de la fin des paysans et de l’irruption de la modernité. Les perspectives de E. Morin, H. Lefebvre, L. Wylie peuvent être brièvement rappelées.

23Edgar Morin fut sollicité pour aller travailler au pays bigouden, à Plozevet. Parti sans enthousiasme, il y découvre un nœud de problèmes sociétaux décisifs et il publie un livre à la suite d’un séjour d’un an sur place : Commune en France, la métamorphose de Plozevet. Ce moment scientifique, à la fin des années 1960, est pour lui douloureux à l’égard de la communauté scientifique : il s’affronte alors à l’alliance des mandarins et des « chercheurs esclaves ».

  • 8 Dans la biographie de Lefebvre, R. Hess pointe l’arrivée de H. Mendras au CNRS (l’auteur connu de (...)

24Henri Lefebvre qui s’est fait subtiliser le manuscrit d’un traité de sociologie rurale a toutefois publié en 1963 La vallée de Сатрап. Etude de sociologie rurale, issu de sa thèse. Quelques années plus tard, dans les Pyrénées Atlantiques, l’émergence de Mourenx destinée à loger la population ouvrière de Lacq lui fait prendre conscience de la force du phénomène urbain. L’urbain tend à recouvrir le rural8.

25Laurence Wylie, ethnologue américain travaillant dans les années 1960 sur un village de 1200 habitants de l’Anjou, Chanzeaux, y trouve un prisme pour traiter de la société française et des mutations qu’elle connaît : c’est la fonction miroir de Chanzeaux. Dès l’introduction cependant, l’ethnologue rend aporétique la catégorie des « Chanzéens », distinguant « fichier statistique » et « communauté de cœur ». Derrière un lexique daté, la direction est intéressante : « La seule solution pratique au problème de la définition du concept, est d’accepter au départ que nous avons affaire à une population mouvante, dynamique, à l’intérieur de limites arbitrairement fixées. Notre effort pour éviter de donner de Chanzeaux une image statique, en insistant sur le caractère perpétuellement mouvant de ses limites sur le plan humain, revêt une importance fondamentale pour l’interprétation que nous cherchons à trouver de cette communauté. » (Wylie, 1966, p. 19).

26Depuis trente ans, des concepts comme ceux de « rurbanisation » (Bauer, Roux) ont fait leur chemin. Des études moins connues comme celle de T. Regazzola sur Aurillac, chef-lieu urbain d’un territoire rural, ont cherché des pistes pour le dépassement conceptuel de l’opposition entre territoires urbain et rural. C’est cette veine qu’il faut approfondir, avec des façons de voir et de faire réclamant naïveté de l’observation et attention extrême aux situations comme celles dont nous avons esquissé le profil.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barel, Y., (1987), La quête du sens. Comment l’esprit vient à la cité, Paris, Seuil.

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Devisme, L., (2001), « Le phénomène urbain et la dialectique des forces et des formes » in Espaces et Sociétés n°104, 2001, pp. 127-144.

Joseph, І. (1998), Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF.

Lannoy, P., (1996), Le village périphérique, un autre visage de la banlieue. Spatialisation du quotidien et représentations sociales, Paris, L’harmattan, 217 p.

Lefebvre, H. (1963). La vallée de Саmраn. Etude de sociologie rurale. Paris, PUF.

Marie, M. (1989), les terres et les mots, Paris, Méridiens Klincksieck.

Morin, E. (1967), La métamorphose de Plozevet. Commune en France, Paris, Fayard.

Raffestin, С. Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1980.

Regazzola, T. (1990), Nœuds urbains et étendues territoriales. La ville mineure aux prises avec son espace. Le cas d’Aurillac, chef-lieu urbain d’un territoire rural, Paris, Plan Urbain.

Wylie, L. (1966-1970), Chanzeaux, village d’Anjou, Paris, Gallimard.

Notes

1 Doctorant, centre de recherche V/S/T, université de Tours.

2 En écho au livre salutaire pour les sciences sociales de C.W. Mills, L’imagination sociologique (1967).

3 Plus précisément, on peut lire Zones de Jean Rolin, Les passagers du Roissy-express de François Maspero, En marge de Didier Daeninckx.

4 Citons ces « territoires de la marchandise » évoqués lors d’une série de Nuits magnétiques (émission de France Culture) autour de la zone d’activités de Paris-Nord II.

5 Jérôme Boissonade, mandataire de la recherche, Johan Stavo-Debauge, Nicolas Auray et Laurent Devisme.

6 Ce qui est une caractéristique des objets de la microsociologie. Cf. I. Joseph, 1998, p. 8.

7 Que l’on se réfère à des propos du politique en place ou de brigadiers relatifs aux rodéos de jeunes et imputant un grand nombre de méfaits sociaux à la grande ville.

8 Dans la biographie de Lefebvre, R. Hess pointe l’arrivée de H. Mendras au CNRS (l’auteur connu de La fin des paysans) comme étant celle d’un rival direct de Lefebvre, recruté pour faire pièce à ses thèses.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540