Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

III. — Partie : espace et territoire

Les territoires du sociologue

Florence Abrioux

Texte intégral

  • 1 Doctorante, VST université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

2Peut-on lire les territoires ? La forme interrogative exprime un doute concernant la lisibilité de la notion, voire sa pertinence.

3Le présupposé est qu’il n’y a pas une lecture unique, dogmatique, qui s’impose en tant que modèle. Chaque champ disciplinaire possède une manière d’aborder le problème. La conceptualisation et la méthode de recherche utilisées renvoient à des champs particuliers, entre autres celui de l’économiste, de l’urbaniste, du géographe, du sociologue.

  • 2 Cf. le texte de présentation des objectifs de ces journées d’études envoyé en mai 2000.

4Par exemple, l’aménageur comme le géographe, invités par la société politique à réfléchir sur les territoires, chercheront à produire des découpages pertinents2. De fait, le territoire est d’emblée considéré comme un instrument élément pertinent de l’analyse.

5Le sociologue quant à lui, s’il parvient à se dégager de cette « logique de la commande », aura tendance à considérer l’espace comme une boîte, le lieu où se tissent des relations, où prennent corps des organisations, des rapports de domination, des pratiques sociales. Aussi, l’espace peut être considéré comme subalterne et devenir un simple support de l’analyse ; de question centrale, le problème spatial passe au second plan. Si l’intégration d’une réflexion et d’une conceptualisation de l’espace s’avère nécessaire, elle n’est pas la préoccupation première du sociologue qui, la plupart du temps, « bricole » un découpage afin de rendre lisible la dimension spatiale.

6Cette contribution a pour objectif d’élargir l’affirmation de la diversité des conceptualisations de l’espace en montrant qu’à l’intérieur même d’un champ disciplinaire, les positions sont variées. Mieux, la conceptualisation est mobile, elle évolue en même temps que le chercheur modifie son regard et change d’angle ; elle suit les méandres de l’édification de la pensée. Il s’agit d’analyser comment le problème se pose concrètement aux sociologues.

7Le texte est construit en trois mouvements.

8Comparer plusieurs approches sociologiques de l’espace montre la variabilité des positions, mais aussi révèle une constante dans les définitions de l’espace et du territoire. Cela confirmera en outre l’idée que souvent, le sociologue qui travaille sur des territoires précis n’éprouve pas le besoin de « creuser » l’articulation espace / territoire, même si dans les textes présentés, l’espace délimité constitue indéniablement le point de départ.

9Retracer le parcours d’un chercheur montre comment la problématique ainsi que la conceptualisation de l’espace évoluent. Cette lecture plus personnelle a pour objectif d’aborder l’évolution de mon point de vue entre la maîtrise et la thèse. Je propose de prendre cet exemple comme l’étude d’un cas, la réaction d’un individu confronté à ces questions. Bon nombre de chercheurs se retrouveront dans cette démarche hésitante, dans cette construction qui procède par accumulation de connaissances et d’expériences.

10A partir du matériel récolté dans le cadre du travail de thèse, il est possible d’envisager les conséquences sociales de la production de territoires.

11L’exemple de la politique culturelle permet de montrer les incidences du redéploiement territorial sur la dynamique culturelle locale. Cela se traduit notamment par la redistribution et par l’imbrication des lieux de pouvoir, par une modification des relations entre acteurs. Le système culturel se complexifie.

12La conclusion propose une lecture critique de la question spatiale. Si l’on prend le territoire comme un instrument, son rôle est de maîtriser l’espace pour appliquer la règle ; il est aussi instrument de domination. A ce titre, la position des chercheurs dans le champ politique et dans le champ universitaire va orienter la conceptualisation de l’espace. Qui plus est, extraire l’espace du tout social est une démarche courante aujourd’hui, mais dont les incidences sur la conception socio-spatiale sont lourdes.

1. LA DIVERSITÉ DES CONCEPTIONS DE L’ESPACE DANS L’ANALYSE SOCIOLOGIQUE

13Il n’est plus besoin de démontrer l’étroite interdépendance entre structure sociale et structure spatiale. La dimension spatiale n’est pas un simple épiphénomène et en avoir conscience enrichit l’approche du sociologue ; la question de l’espace s’impose, se crée une place, engendre un remaniement de la problématisation. En France, ce travail a été inauguré dans les années soixante par Henri Lefebvre.

14Les réactions peuvent être différentes face à cette évidence. Nous pouvons citer quelques unes des attitudes, comme autant de points identifiables et idéaux-typiques parmi une infinité de positions possibles :

  • la relégation (le refus d’évoquer précisément ces aspects) ;
  • la prise en compte minimaliste (lui accorder un moment de la réflexion) ;
  • l’intégration au cœur de la recherche (l’envisager comme un élément clef de la problématique).
  • 3 Tout objet de recherche est localisé ou localisable ; la question de l’espace tout comme son doubl (...)

15A bien y regarder, il n’est pas sûr que l’omniprésence de la question spatiale3 conduise systématiquement à l’intégration de celle-ci dans le modèle d’analyse, ou même à une conceptualisation maîtrisée.

16Le thème des journées d’études m’a conduite à observer d’un autre œil les divers travaux sociologiques (articles, thèses, enquêtes...).

17Il apparaît que la centralité de la question spatiale n’est pas le propre du sociologue ; ce positionnement lui semble réducteur, d’où sa propension à la réduire au néant. Seuls quelques sociologues « spécialistes » ou héritiers de la pensée forgée par Marx conçoivent l’espace comme un des éléments premiers de l’analyse et refusent de séparer les différents pôles du tout social.

18Notre propos vise à resituer le problème de la centralité de la question spatiale dans les différentes théories à l’œuvre au niveau disciplinaire et de montrer ce qui les sépare, l’existence éventuelle de passerelles, mais aussi de souligner la richesse paradoxale des rigidités conceptuelles propres à chaque champ.

19Le « point de vue spatial » de cinq livres ou articles sert de support à la démonstration. Les lectures n’ont pas été choisies dans le but de forcer la démonstration, j’utilise un matériel spontané. Il s’agit de lectures aléatoires qui semblaient se prêter au jeu en raison même de leur diversité : trois analyses politiques, deux études des pratiques ; l’une part de la problématique spatiale, deux partent d’une échelle territoriale donnée, deux autres analysent les pratiques sociales observées dans des espaces délimités.

1.1. Espace et tout social : l’espace n’est pas neutre

20Alain Lipietz, dans Le capital et son espace, transpose l’analyse hégélienne / althussérienne du temps à l’espace. Il critique la conception empiriste qui tient l’espace pour une réalité délimitée, identifiable, perceptible (position des géographes) ou pour une entité abstraite (conception des mathématiciens). Il applique une lecture althussérienne à l’espace afin de dépasser la conception empiriste, ce qui permet d’étudier les relations entre capitalisme, modes de production et structuration de l’espace.

21Alain Lipietz montre comment les espaces régionaux traversent ce processus où les modes de production dominants s’imposent comme modes de fonctionnement, où les disparités des situations s’inscrivent dans des rapports de force, produisant ainsi des inégalités.

22Il reprend le concept de tout social qui lui permet d’articuler le social au spatial. La combinaison des rapports entre les trois instances (économique, politico-juridique, idéologique) et les rapports de production, le processus de domination du moyen de production qui en résulte, fournissent les clefs de lecture. Il définit ainsi l’espace :

  • 4 A. Lipietz, op. cit. p. 20.

« Cet espace concret, que nous appellerons espace social ou socio-économique, est un « concret-de-pensée » qui reproduit dans la pensée la réalité sociale dans sa dimension spatiale (...) Je pense en effet que l’espace socio-économique concret peut lui même s’analyser en terme d’articulation des spatialités propres aux rapports définis dans les différentes instances des différents modes de production présents dans la formation sociale. En quoi consiste cette « spatialité » ? Elle n’est rien d’autre que la dimension spatiale de la forme d’existence matérielle que régit le rapport considéré. Elle consiste en une correspondance entre « présence/éloignement » (dans l’espace) et « participation/exclusion » (dans la structure ou le rapport considéré) ou encore entre la distribution des « places » dans l’espace et la distribution des « places » dans le rapport. »4

23Pour Marx, il n’y a pas, si on regarde l’ensemble de l’histoire, de primauté qui revienne de droit et nécessairement à tel ou tel secteur particulier de la vie sociale. Celle-ci constitue toujours une totalité structurée. L’espace ne peut être saisi indépendamment des mouvements propres au capital dans une formation sociale telle que la nôtre ; c’est la thèse développée à cette époque par A. Lipietz.

24Sur le rapport décisif entre Hegel et Marx au niveau de la méthode, G. Lukacs s’exprimait ainsi dans son ouvrage de 1923 :

  • 5 G. Lukacs, Histoire et conscience de classe. Paris, Éditions de Minuit, 1970, pp. 47-48.

« Ce n’est pas la prédominance des motifs économiques dans l’explication de l’histoire qui distingue d’une manière censée le marxisme de la science bourgeoise, с’est le point de vue de la totalité. La catégorie de la totalité, la domination, déterminante et dans tous les domaines du tout sur les parties constitue l’essence même de la méthode que Marx a empruntée à Hegel et qu’il a transformée de manière originale pour en faire le fondement d’une science entièrement nouvelle. La prédominance de la catégorie de la totalité est le support du principe révolutionnaire de la science. »5

25Sans porter de jugement sur la pertinence de cette position théorique, il faut remarquer qu’aujourd’hui l’hypostase de la partie dans le tout ne semble plus à l’ordre du jour et Alain Lipietz lui même s’est plié à cette nouvelle mode en « oubliant » l’importance fondamentale de la dialectique qui sous tend les concepts de totalité, de totalité structurée, de tout social. L’espace, élément du tout social, tend à devenir aujourd’hui élément premier.

1.2. Incidence du découpage territorial sur les politiques

26Pour Guy Saez et Mireille Pongy, dans Politiques culturelles et régions en Europe, la région est pensée comme un maillon pertinent du développement européen. Les auteurs analysent comment les régions de différents pays européens interviennent dans le champ culturel et développent des politiques culturelles variant considérablement selon les pays (ils parlent « d’Europe culturelle à deux vitesses »), c’est-à-dire selon l’ancienneté de la politique régionale, et/ou selon le poids des régions en tant que niveau politique. Le livre est une approche comparée de la politique culturelle de quatre régions d’Europe. Parmi un ensemble de questions plutôt portées par les concepts de la sociologie des organisations, l’enjeu spatial est évoqué à deux moments, avec :

  • une réflexion sur les Régions comme maillon intermédiaire (relais) entre communes et État ; les relations entretenues avec les autres maillons territoriaux sont analysées afin de situer la position de la Région dans le système des politiques culturelles.
  • une esquisse d’analyse de l’influence de l’échelle territoriale d’action sur le contenu de la politique et la mise en œuvre.

27Le territoire régional est saisi comme unité pertinente de l’analyse, le projet est de comparer les productions de plusieurs régions, sans questionner la « création » régionale ou « l’entité » territoriale en tant que telle.

28L’espace régional est un donné, un construit politique, il devient un territoire-cadre-fixe dont on mesure les effets sur l’intervention dans le domaine culturel. Le texte met en exergue les différences régionales de l’action en fonction des contextes politico-historiques. Du moins ces différences apparaissent-elles à la lecture du texte, car l’analyse des auteurs n’est pas pleinement orientée dans cette perspective ; rappelons qu’elle privilégie les questions organisationnelles classiques (acteurs – enjeux – contraintes – intérêts, etc.)

1.3. Le territoire contenant, un espace non pensé

29Le même genre de travail est présenté par Jacques Lepage et Jacqueline Mengin dans Le rôle culturel du département. L’analyse porte cette fois sur le territoire d’action départemental et reste cantonnée à un cadre national ; il s’agit de prendre en compte la situation de plusieurs départements pour produire une analyse type des réalités départementales. Par contre, cette enquête ne pose aucune question de fond sur l’échelle territoriale prise en compte, alors que le département sert de point de départ pour l’analyse.

30L’objectif est plutôt descriptif ; il est dressé un inventaire des fonctions des départements en matière culturelle. Les auteurs observent la manière d’intégrer cette politique particulière dans la politique départementale ainsi que sa mise en œuvre. Ils terminent en proposant, par anticipation, un modèle du « rôle culturel du département », notamment dans l’articulation de son action avec les autres collectivités territoriales.

31La question de l’instrument-territoire s’impose là où les auteurs terminent leur enquête : comment s’articulent les politiques des différents territoires, l’un englobant l’autre ? Autonomie ou dépendance ? Nouvelle impulsion ou redondance ? Coopération ou concurrence ?

32La liste des interrogations que je formule à partir de ce travail est loin d’être exhaustive ; elle montre la nécessité de s’interroger sur les conséquences du découpage territorial en terme d’action (production de politiques fixant de nouvelles règles du jeu ; pratiques des individus citoyens dans ce cadre renouvelé).

33Les deux articles qui suivent sont notoirement différents, ils abordent des espaces spécifiques (la piscine et la rue) et cherchent à décrypter les pratiques sociales et les appropriations de ces lieux. Nous passons du territoire politique à l’espace citoyen vécu et approprié.

1.4. Les incidences réciproques : espace, pratiques de l’espace, définition de l’espace

  • 6 C.A. Rouca, op. cit. p. 123.

34Caroline-Arlette Rouca recense la pluralité des manières d’utiliser un même lieu. Elle travaille sur un équipement, localisé et déterminé, celui de la piscine : « la piscine, comme équipement public, dévolu généralement à des formes d’exercices dans l’eau, est parfois suppléée par des espaces d’eau plus privés, plus ludiques ou plus axés sur la forme et sur l’entretien. »6

35L’espace en soi est un contenant au sein duquel les pratiques et relations sociales sont observées. L’auteur part de l’hypothèse que les formes d’appropriation d’un lieu conventionnel sont nombreuses – des formes d’utilisation distinctes de l’espace piscine coexistent – et qu’elles se sont modifiées, en lien avec les changements sociaux et l’émergence de nouveaux référents qui déterminent la création de nouveaux besoins. Pour étayer la thèse du changement, elle compare deux enquêtes similaires, l’une réalisée en 1985, l’autre en 1991.

36La piscine est un lieu regroupant des populations hétérogènes, où l’on observe une diversification des pratiques. Si le centre d’intérêt est la diversité des pratiques d’un même espace, la piscine n’est pas pour autant coupée du monde social « extérieur », elle n’est pas un isolat ou un micro-univers sur lequel l’auteur va braquer l’objectif. Le choix des piscines de l’échantillon n’est pas aléatoire. Il permet d’évaluer dans quelle mesure son inscription dans un quartier modifie le public et les pratiques.

37Par ailleurs, elle envisage la prolongation de la réflexion spatiale : la forme de la piscine influence-t-elle la pratique ? quel est l’avenir architectural de ces lieux ? Ces questions se posent d’autant plus que l’on sait que les usages dominants se sont déplacés vers d’autres formes de pratiques.

38Pendant longtemps, la construction de piscines relevait de « standards architecturaux », mais deux éléments permettent de douter de la continuité de ce modèle.

39D’une part parce que l’on observe déjà l’émergence d’espaces spécifiques, conçus pour des pratiques autres que sportives au sens strict ; par exemple, si les bassins municipaux continuent dans leur majorité à être standards et pensés pour la compétition (leur aménagement s’est peu transformé dans le temps), les piscines privées sont des espaces plus ludiques et/ou de mise en forme, renvoyant à d’autres usages de l’eau et du corps.

40D’autre part, aujourd’hui les programmes et projets publics se sont diversifiés. C.A. Rouca cite quelques uns des critères de la diversification : espace sportif / ludique, couvert / de plein air, isolé / intégré à un complexe, public / privé, etc.

41La tendance actuelle est à questionner l’architecture de la piscine de demain. Il semble que le législateur cherche à comprendre les modalités de la pratique contemporaine pour renouveler la conception de cet espace-équipement (services qu’il rend, architecture, aménagement, horaires, etc.). Le bassin australien des J.O. est un bon exemple : il est moderne en ce sens qu’il intègre toutes les innovations techniques (amorti des vagues, traitement des eaux, etc.) et par ses dimensions ; mais il reste proche des piscines que l’on connaît, puisque sa vocation première est d’être un espace de compétition. Nous sommes toujours dans la configuration sportive, mais médiatisée par le souci de faire de la compétition un spectacle.

42L’espace piscine s’est spécialisé, sa conception est guidée par cette fonctionnalité spectaculaire ; toutes les innovations (gradins, tribunes) visent la chute attendue des records.

43Produire des lieux plus spécifiques peut conduire à une consommation uniformisée de l’espace, ce qui revient à limiter l’invention de nouveaux usages. L’équipement risque de filtrer à l’entrée en n’attirant que la fraction de la population pour laquelle le concept « parle ». Ou bien, s’il parvient à conserver un recrutement social large, il risque de réduire les formes d’expression à une pratique dominante, confortant la tendance à l’émergence d’un homme « unidimensionnel ».

44L’invention permanente de nouveaux usages des espaces, alors transformés en territoires puisqu’ils sont l’affirmation d’une appropriation, doit nécessairement être lue comme une expression de la diversité des groupes et des codes sociaux. La dialectique que l’on devine entre volonté politique de rationaliser et appropriation marginale qui détourne de la fonctionnalité prévue conduit alors à se poser une question simple : faut-il redouter la pluralité des pratiques sur un même espace ?

45Les espaces trop bien pensés pourraient s’avérer hégémoniques, épuisant la richesse née de l’altérité en posant les pratiques dominantes comme un modèle universel.

1.5. L’espace des pratiques

46Enfin, dernier exemple, l’article de Claire Calogirou et Marc Touche intitulé Sport-passion dans la ville : le skateboard présente des similitudes avec le texte précédent. L’espace étudié est un espace de pratiques, dont on cherche à rendre compte des dimensions vécues et des modalités d’appropriation. Mais cet espace est moins délimité que la piscine, il s’agit de la rue en tant que terrain de la pratique du skateboard. L’investissement de la rue par les skateurs est conçu comme « un excellent support de l’analyse de la culture urbaine. »

47L’analyse porte sur la manière dont les jeunes investissent l’espace public et le sens qu’ils donnent à leur pratique, révélatrice d’un marquage / détournement de l’espace urbain dans le but de provoquer et/ou de créer une identité. Le détournement de l’espace par rapport à des usages convenus confère aux skateurs une identité (appartenir à la culture skate qui possède ses vêtements, sa musique, son vocabulaire), une visibilité. Pour les auteurs, il s’agit d’un exemple de contre-culture dont l’objectif est la distinction. La pratique est extrêmement codifiée, elle comprend ses lois et ses règles. Entrer dans cet univers du skate de rue nécessite un apprentissage. Les skateurs se distinguent par leur « culture de la rue » qui n’a rien en commun avec le « bon usage de la rue », c’est-à-dire l’usage convenu, pré-codifié et réglementé par les politiques.

48Ce texte montre comment l’espace urbain peut être approprié de manière non prévue par la règle tacite. Les auteurs optent pour la thèse de la diversité culturelle. Celle-ci autorise à croire à la liberté d’expression, à la créativité ; les formes d’appropriation donneraient un sens particulier à l’espace. Lorsque le sociologue choisit l’approche ethnologique, il se positionne et affirme l’existence de « cultures » ou de « groupes sociaux » indépendants, capables d’imposer leur point de vue. De ce fait, la multiplicité des pratiques est envisagée comme une richesse, comme la démonstration de la présence d’identités distinctives et autonomes. L’espace pris en compte semble dès lors concentrer des formes sociales variées, il paraît complexe et difficile à modéliser.

  • 7 De nouveaux panneaux sont apparus, figurant l’interdiction de « circuler avec un skateboard ».

49A nouveau, nous voyons que l’espace des pratiques devient territoire approprié. Ici, l’articulation espace / territoire est tangible, mais les auteurs ne s’attachent pas à la dimension spatiale du problème. Cette forme d’appropriation de l’espace, illégitime pour les producteurs des règles, nous fait entrer dans l’univers politique. Les auteurs pensent que l’usage de l’espace devient signifiant, il produit signe et sens. La symbolique a tout d’une contre-culture, vite réprouvée par les autorités : la pratique est dite dangereuse, perturbant l’ordre public, elle est parfois prohibée7.

50Mais les autorités publiques contrôlent rapidement le mouvement en délimitant des zones de pratique autorisée, en créant des parcs. La revendication identitaire, l’exhibitionnisme contestataire retournent vite dans le giron des pratiques normalisées propres à notre formation sociale : pratique spectaculaire, de masse, encadrée, commercialisée. Les « contre culture » ou « sous culture » sont domptées et deviennent acceptables, elles se métamorphosent en images consommées conformément au modèle social omniprésent. La « contre-cuture » n’a pas le temps de s’affirmer, elle est asphyxiée par un retour dans « l’ordre des choses ».

51L’article précédent permettait d’envisager l’espace comme un lieu de normalisation et d’uniformisation des pratiques. La diversité apparente des pratiques est un masque puisqu’elles sont en réalité sous tendues par le même système.

52Dans ces différents textes, les prises de position des sociologues varient, déplaçant d’autant la prépondérance de la dimension spatiale dans l’analyse. Cela va de la problématisation de la question spatiale (utilisation du concept de tout social) jusqu’à l’oubli de questionner la dimension spatiale des pratiques. La conception la plus fréquente aujourd’hui dissocie le contenu social du cadre spatial. Cette séparation opérée entre les différentes parties du tout dénature la lecture des rapports sociaux. La question embarrassante de « l’aliénation » se voit rejetée dans une formation sociale où l’individu est proclamé libre et autodéterminé. La diffusion de cette image de l’homme responsable rejaillit sur la pratique des chercheurs ; la conceptualisation de l’espace en fournit un bon exemple.

53Le tableau synthétise les différentes polarités remarquées dans l’approche sociologique de l’espace.

2. DE L’ESPACE AUX TERRITOIRES, DES PRATIQUES AUX POLITIQUES

54Je vais poursuivre l’exercice de l’analyse distanciée sur les manières de prendre en compte l’espace et le territoire dans les recherches sociologiques en l’appliquant à un autre support : mon travail de recherche, de la maîtrise à la thèse. Il s’agit d’une étude longitudinale permettant de restituer l’évolution de la conception de l’espace et son intégration au fil des recherches.

55La problématique passe progressivement d’une analyse des pratiques à une étude politique. La conceptualisation de l’espace connaît aussi une évolution : relativement oubliée au départ, elle devient par la suite un élément de la recherche à part entière.

2.1. Les représentations du sport contre l’espace

56Le travail de maîtrise (1993) s’apparente à la démarche de C.A. Rouca. C’est une analyse de pratiques sportives organisées. En revanche, la dimension spatiale est lointaine, presque étrangère. Les espaces sont plus flous, ils sont constitués par les associations sportives observées, délimités par les lieux de la pratique.

  • 8 Cf. les textes de Christian Pociello et d’Alain Loret. Les auteurs ont utilisé la notion de « spor (...)

57La recherche porte sur la comparaison de deux pratiques nautiques (le canoë kayak et l’aviron) par rapport à un référent, le sport au sens strict. L’une des disciplines fait directement référence au modèle sportif, l’autre intègre le courant dit « californien »8. Au plan des pratiques, l’analyse fait en outre ressortir les ingrédients présents dans l’article sur les piscines : hétérogénéité de la structure de la population, diversité des pratiques d’une même discipline, évolution des matériels, etc.

58Le rapport espace / temps n’est pas neutre même s’il n’a pas été clairement présenté et conceptualisé dans ce travail. L’espace est celui de la nature, de l’eau, mais là encore les deux disciplines en possèdent une vision (qui correspond à une forme d’appropriation) distincte, voire opposée.

59L’espace fluvial du rameur doit être calme, stable, maîtrisé ; la nature est domptée. Des bassins artificiels sont créés, grandes lignes droites de plus de deux kilomètres (Bourges, Mantes-la-Jolie, etc.).

60Pour le kayakiste selon la pratique, puisque l’hétérogénéité des pratiques est plus marquée que chez les rameurs, les espaces « sauvages », les éléments (vent = vagues) seront des garants du retour à la nature, donc de l’évasion. Pour certains pratiquants, la proximité avec le modèle californien est proche.

61Nous sommes dans la logique des espaces appropriés, certains recherchant des lieux de pratiques domestiqués, d’autres le côté sauvage et indomptable, sorte de poche de nature en milieu urbain.

  • 9 Citons par exemple le retour en force de l’aviron de mer, de l’aviron de loisir dont le succès des (...)
  • 10 La diversité des manières de pratiquer un même sport avait déjà été introduite dans le fonctionnem (...)

62Cette dichotomie s’avérait déjà trop réductrice, notamment pour l’aviron. Elle ne correspond qu’à une tendance dominante doublée d’autres usages, hétérodoxes par rapport à la pratique sportive de référence, pérennisée par une tradition soigneusement protégée par la caste des dirigeants et par une structure fédérale construite sur un modèle hiérarchique pyramidal. La nécessaire ouverture pour continuer à faire partie des disciplines vivantes a conduit à accepter progressivement l’intrusion de ces pratiques hétérodoxes9, renvoyant à d’autres appréhensions du monde, d’autres systèmes d’attentes, d’autres valeurs. L’unicité du modèle se fissure sous le coup de la démocratisation de la pratique sportive, de la montée du sport de masse qui voit affluer de « nouvelles populations » de sportifs10. Des conceptions s’affrontent, des clans se créent. Cela a particulièrement été discerné dans le cas de l’aviron où le monolithe fédéral directement issu des origines aristocratiques du mouvement sportif, dans la plus pure tradition coubertinienne, a dû changer de stratégie et de politique. Le cercle relativement fermé, élitiste, ne suffit plus pour perpétuer la discipline. Les changements sont orchestrés par une division du travail en fonctions spécifiques : les politiques, les cadres et les sportifs. Que l’on ne s’y trompe pas, l’ouverture concerne surtout le groupe des sportifs !

63Les pratiques physiques actuelles favorisent d’autres valeurs. Aussi, des adaptations ont vu le jour dans le système sportif.

64L’espace des pratiques se meut rapidement en territoire politique, enjeu de domination, si l’on passe de l’analyses des pratiquants aux actions des dirigeants. Le seul fait d’aborder l’articulation pratiquants / encadrement mène à ce saut dans le découpage de l’espace ; l’espace devient un territoire politique de maintien et de reproduction d’un système, de parcelles de pouvoir.

2.2. La rencontre entre les pratiques et les politiques : la nécessaire spatialisation de l’action

65Le D.E.A. (1994) a amorcé un autre type de réflexion, en rupture radicale avec l’analyse des pratiques. L’objet sport est conservé, mais il s’agissait cette fois d’étudier les politiques sportives locales, les relations entre une offre et une demande au sein de l’espace de la commune. L’échelle est redimensionnée, l’espace flirte avec le territoire, c’est celui de l’action politique. Le territoire politique n’est pas celui des associations ou du mouvement sportif organisé, c’est celui de la municipalité. L’objectif était de voir comment les différents acteurs, politico-administratifs et associatifs parvenaient à trouver des terrains d’entente et à négocier. Comment la municipalité établit une politique sportive ? comment celle-ci s’insère-t-elle dans la politique de la ville ?

66L’action sportive municipale semblait à ce moment en cours de structuration, certaines règles étant parfaitement établies, codifiées et normalisées par l’administration, d’autres relevant plus du jeu des réseaux sociaux et des affinités. Le discours politique sur le sport contraste notoirement avec l’éclatement des projets. Le territoire politique donne à voir, il produit des images, il tente d’accompagner au mieux le développement du sport. Mais les espaces sportifs demeurent très inégaux.

67La recherche donne un éclairage sur la nature des compromis dans un contexte de dépendance réciproque privé / public. C’est le processus de décision politique qui est analysé, avec l’hypothèse que les représentations qu’ont les élus du sport sont un élément non négligeable dans les choix.

68La problématique de l’espace constitue une toile de fond pensée au minimum.

69Néanmoins, l’analyse a rappelé que l’action municipale dans les quartiers n’est pas exempte de connotations ; le choix du type d’action est guidé par la représentation politique des espaces et par le jeu des rencontres, des pressions. Pour les équipements par exemple, on peut privilégier des espaces conventionnels d’entraînement, des espaces de compétitions et de spectacles sportifs, des espaces d’entraînement de haut niveau à vocation départementale (ou plus), des espaces ludiques, des espaces socio-sportifs. La distribution de ces différents types d’équipements sur l’espace de la ville est liée à l’image sociale attribuée au quartier ; comme si chaque quartier représentait un territoire original aux frontières marquées, au contenu déterminé.

70Toutes ces questions restent entières, occultées par un autre problème, l’incidence de la position des élus dans le système et de leur représentation du sport sur les décisions. L’espace est mis entre parenthèses au profit de l’analyse des discours, des représentations, associés aux interactions avec d’autres acteurs.

2.3. Les territoires et les politiques, l’élargissement de la question spatiale

71Enfin, le travail de thèse prolonge cette réflexion. Les politiques culturelles et sportives sont analysées dans la perspective d’échanges entre différents acteurs (l’acteur politique, l’acteur économique et l’acteur social) et différents niveaux d’action (niveau national, régional, départemental ou communal de production de règles, dans l’univers politique comme dans l’univers des fédérations dans le cas du sport). L’étude de l’interférence entre différents systèmes n’exclut pas l’existence de contraintes. Ces dernières vont orienter le changement dans les relations entre acteurs / agents. Il s’agit d’une analyse du changement du système culturel local, sans opter pour une problématique localiste. La redéfinition des relations dans le système culturel local, les stratégies et les décisions sont élaborés dans un mouvement complexe entre local et national, stratégies et contraintes.

72La question des territoires s’impose, elle devient un élément important de l’analyse. C’est l’interférence entre des logiques locales et des logiques relevant d’autres niveaux territoriaux qui nous intéresse, chacun défendant son niveau d’action, cherchant des alliances pour renforcer sa position, mais à condition qu’elles soient conciliables avec ses intérêts.

73Les territoires pris en compte sont élargis puisque l’on considère les enchevêtrements entre les différents niveaux de production de politiques culturelles et sportives. En effet, depuis une vingtaine d’années, ils deviennent des champs d’action politique à part entière, appropriés plus ou moins rapidement par les collectivités territoriales. C’est l’ensemble de ces différents niveaux politiques qui va concourir à définir l’action locale, redéfinissant les relations entre acteurs du système culturel local.

74La recherche précédente (D.E.A.) montre que l’échelle de la ville est une unité pertinente d’analyse parce qu’elle est construite, découpée, parce qu’elle est le lieu où les actions vont prendre forme. Mais cette échelle s’avère impropre à dévoiler le jeu des politiques, c’est-à-dire l’enchevêtrement des systèmes. Dans la conduite des politiques, à savoir pour concrétiser des actions, la ville n’est pas isolée des autres territoires, elle est au contraire en relation permanente avec ceux-ci.

  • 11 In Développement culturel. Hors série, juillet 1996. Les dépenses culturelles des collectivités te (...)

75Dans le financement public de la culture, les dépenses sont équilibrées entre l’État (36,4 milliards de francs)11 et les collectivités territoriales (36,9 milliards de francs). Parmi ces dernières, les communes assument l’essentiel des dépenses. Elles « profitent » cependant des programmes et des financements de l’État et des autres collectivités territoriales (7,4 % pour les départements et 2 % pour les régions).

76Il est cette fois question de « territoires ». Le territoire est une catégorie politique, celle qui pose des actes, des règles, impose des sens. Il n’est plus question d’appropriation d’espaces mais d’actions visant à organiser, gérer, développer des espaces définis. De l’espace des sports nautiques, de l’espace urbain investi, nous sommes passés aux territoires, lieux de la production de politiques.

77Le tableau ci-dessous retrace l’évolution des thématiques sociologiques et de la conceptualisation de l’espace.

78Il s’agit maintenant d’observer comment se construit la politique et comment elle est mise en œuvre localement, à savoir comment la machine politico-bureaucratique-rationnelle fonctionne, dans la confrontation à d’autres acteurs, d’autres logiques, et dans une perspective de changement social.

3. DÉCOUPAGE TERRITORIAL ET POLITIQUES CULTURELLES : L’APPRENTISSAGE DES NOUVEAUX ENJEUX

79La transition espace / territoire s’est imposée avec l’introduction de la dimension politique.

80Le travail de thèse montre, entre autres, que le renouveau du découpage territorial de l’action politique produit de nouvelles dynamiques.

81Nous allons donner un aperçu des conséquences de l’affirmation de cet échiquier institutionnel moderne où s’enchevêtrent les différents niveaux politiques d’action. Les déséquilibres et rapports de domination étudiés sont ceux qui interviennent au sein du système local. C’est la capacité des différents agents / acteurs à mobiliser l’un ou l’autre des champs produisant une norme culturelle qui va définir l’accessibilité au système local, ou à une reconnaissance nationale dans le meilleur des cas.

82La sociologie politique semble un point de départ acceptable pour envisager le changement dans le système culturel. Les questions de l’espace et des territoires peuvent êtres analysées comme des manières d’appréhender l’action politique, le rapport entre société locale et société globale.

83L’histoire des institutions de notre pays n’est pas étrangère à la problématique spatiale et à l’objet local.

84La tradition, installée et renforcée au fil des siècles d’un pouvoir central fort a eu des répercutions sur l’analyse socio-politique de l’espace. Le dernier avatar du cadre institutionnel, la politique de décentralisation, associée à (ou portée par) un mouvement de fond a occasionné des changements dans le fonctionnement du système.

85Je présente ici quelques aspects de la partie du travail qui explore l’articulation entre les différents niveaux politiques. Les articulations espaces / territoires, pratiques / politiques sont provisoirement mises de côté. Par contre, nous allons examiner d’autres réalités : les principes d’articulation, de négociation, l’affirmation de nouveaux territoires de l’action politique.

86Nous nous limiterons à fournir quelques exemples des conséquences de la redistribution des compétences des institutions à partir du champ culturel, sans chercher à ordonner ou à pondérer l’importance de chacune.

3.1. Changement des relations entre les différents niveaux politiques

87Chaque niveau territorial cherche à imposer et à conserver son autonomie ; il cultive sa parcelle d’action dans le même temps que les interventions croisées se révèlent nécessaires, encouragées par la politique de l’État, pour viabiliser des actions qui seraient sans cela sans portée, ponctuelles, partielles, sélectionnées, etc. Effectivement, depuis les années 1970, l’État développe la contractualisation entre État et collectivités territoriales comme mode d’action visant à encourager la responsabilité des collectivités territoriales. Cette collaboration devait s’appliquer aux principaux secteurs d’intervention politique, notamment les secteurs économiques et sociaux. Le secteur culturel figurait parmi les pionniers de cette nouvelle modalité d’action avec les chartes culturelles.

88Ainsi, avec le temps, l’incitation de l’État à l’engagement des collectivités territoriales conduit à l’élaboration de politiques régionales, départementales, à la multiplication des interventions et à la prise de conscience de l’enjeu culturel. Les collectivités investissent le champ culturel et leur intervention se professionnalise progressivement. Mais elles doivent aujourd’hui simultanément défendre leur secteur d’intervention, se constituer comme un acteur culturel indépendant et agir par le biais des contrats. Leur marge d’action financière n’est pas suffisante pour qu’elles puissent agir seules, excepté pour quelques actions ponctuelles ou isolées.

89C’est un premier paradoxe qui rend le mouvement possible parce qu’il évite les blocages. Chaque collectivité a besoin des autres pour agir, la négociation s’impose. La « contrepartie » devient donc un élément moteur du système. Il s’agit d’un système d’échange, car son fonctionnement et son équilibre reposent sur la règle du « donnant-donnant ».

3.2. Changement des relations entre les acteurs politiques et les acteurs culturels

90La négociation s’effectue entre des personnalités porte-parole de chaque organisation. Ces acteurs sont reconnus de part et d’autre comme appartenant au système et sont en cela des interlocuteurs disposant d’un pouvoir de négociation. Par ailleurs, ces « acteurs participants » sont dans des configurations déterminées par des rapports de force et/ou par un niveau de reconnaissance plus ou moins élevé ; la légitimité de la reconnaissance dépend de l’habilitation culturelle du « reconnaisseur » : le corps des experts de l’administration centrale du ministère de la culture demeure encore une référence, bien que certains domaines culturels constituent des systèmes de références parallèles et autonomes.

91Dans une perspective temporelle, la capacité de l’acteur à pénétrer le système et à progresser dans la « hiérarchie de la reconnaissance » est conditionnée par des dispositions autant que par l’apprentissage du jeu.

92Le système se complexifie, s’étend, se diversifie. La pluralité des acteurs et des individus est incontestable, mais les négociations interviennent entre quelques individus intégrés au système, en voie d’intégration, ou constituant un pouvoir parallèle. La relation est de type interpersonnel, mais chacun véhicule une logique différente et défend des aspects distincts dans les projets ; si le but poursuivi peut être similaire, les logiques d’action et les intérêts sont divergents. De fait, les chemins de la négociations sont incertains compte tenu du nombre élevé d’interlocuteurs ; le jeu s’est ouvert, offrant de nouvelles possibilités, perçues par les opportunistes du système ou aux portes du système.

3.3. Les conséquences des enchevêtrements des pouvoirs des collectivités territoriales sur l’action

  • 12 Les lois de décentralisation ignorent globalement la compétence des collectivités locales en matiè (...)

93Chaque niveau territorial a des prérogatives propres, en lien avec l’échelle d’action, bien qu’il n’y ait pas ou peu de compétences des collectivités territoriales en matière culturelle12. Néanmoins, les actions se recoupent en certains endroits frontaliers, d’autant que le champ culturel prédispose à l’action sectorielle. Il est découpé en deux dimensions, les secteurs d’intervention que sont par exemple la musique, la danse, le patrimoine, l’art contemporain, etc., et les fonctions, à savoir la conservation, la diffusion, la formation, la création et l’animation. Chaque collectivité territoriale va donc élaborer une politique par secteur, différente ou redondante avec les politiques des autres territoires. En outre, un certain nombre d’acteurs culturels sont les mêmes : ils sont implantés dans une ville, elle-même inscrite dans un département qui appartient à une région. Cette construction apparentée au principe des poupées gigognes oblige le recoupement des interventions et instaure une pluralité des contreparties exigées pour un même acteur du champ culturel.

94Une forme de concurrence existe entre les collectivités, notamment en terme de création d’une identité (orientation donnée à l’action culturelle), de communication (visibilité). Chaque collectivité inscrit son action dans un programme de plus en plus autonome et élaboré, comme nous venons de le voir. Cette situation conduit à faire éclater la contrepartie au financement en de nombreux volets, pas toujours compatibles ou réalisables selon les situations.

  • 13 C.D.N.O. : Centre Dramatique National d’Orléans ; C.C.N.O. : Centre Chorégraphique National d’Orlé (...)

95Les exemples sont nombreux en région. Citons en quelques uns pour illustrer l’ambiguïté de l’enchevêtrement et la difficulté de l’harmonisation des règles qui en résulte. Des acteurs para-municipaux comme le Centre Dramatique Régional de Tours (C.D.R.T.) sont réticents à accepter des contraintes de plus en plus précises et éclatées. Or, chaque « financeur », notamment la région et le département, demande des contreparties toujours plus précises à leur engagement financier ; le temps de la distribution sans contrepartie est lointain. Ces demandes d’actions sont contractualisées, elles s’ajoutent aux fonctions initiales dévolues aux Centres Dramatiques définies par le ministère de la culture. A Tours, la taille de la structure, les obligations administratives croissantes, les contraintes budgétaires ne permettent pas de développer à l’infini les actions et toute commande supplémentaire est perçue comme impossible à réaliser sans rogner la qualité du travail ou amputer les autres actions déjà en place. La négociation est âpre. Le cumul des activités apparaît une surenchère invivable. Alors que d’autres structures de même type, le C.D.N.O. ou le C.C.N.O.13 ont davantage la possibilité de répondre à ces diverses injonctions du fait de leur situation atypique dans le monde des Centre Nationaux : dégagées d’une partie du travail administratif, de la gestion des salles et des personnels, elles disposent d’une plus grande marge d’action.

96Pour les associations, la démarche peut être inversée, l’intérêt est parfois de démultiplier les contrats pour asseoir une notoriété (reconnaissance municipale, puis départementale, puis régionale) et aussi pour pérenniser leur rôle dans le système local.

97Le même schéma politique, défini par la région et appliqué à des structures comparables n’a pas les mêmes effets et ne génère pas les mêmes difficultés. Effectivement, d’une ville à l’autre, les programmes nationaux sont revisités, adaptés aux particularités (et aux exigences) locales ; Centres Dramatiques et Centres Chorégraphiques n’ont pas la même histoire d’une ville à l’autre, ils sont le fruit de négociations individualisées entre l’État et les communes.

98Les logiques bureaucratiques régionales ou départementales demeurent encore impuissantes face à ces situations. Les collectivités territoriales doivent trouver leur place dans le système. Elles se situent encore à mi-chemin entre la règle générale et l’adaptation locale ; les relations entre acteurs politiques et culturels doivent s’individualiser, les administrateurs se professionnaliser pour que la négociation trouve une efficacité.

3.4. Conséquence des enchevêtrements des collectivités territoriales sur le contenu de la politique

99La pression de la demande (acteur culturel privé) sur l’élaboration du projet politique décroît avec l’éloignement territorial. Les élus municipaux ont à composer avec les attentes des citadins qui peuvent sanctionner les actions jugées inadaptées. La pression exercée par les « citoyens » est d’autant plus forte que le public culturel est important, déterminé et organisé. Inversement, l’autonomie dans la définition d’une politique d’action culturelle régionale paraît plus grande. Le rapport de proximité est probablement une raison expliquant la différence des pressions, mais il ne faut pas sous-estimer l’action d’un autre facteur : la nouveauté de l’implication de ces collectivités dans le champ culturel.

100Il semble donc que plus l’on gravit les échelons territoriaux, plus l’aide est perçue comme une manne financière et la négociation en sera facilitée, excepté pour les associations culturelles prestigieuses, reconnues par l’État. Le pouvoir de pression de la société civile s’exerce davantage au niveau d’action le plus proche, la commune. Les autres collectivités ne sont pas encore tenues pour autonomes et responsables, elles sont assimilées à des acteurs complémentaires, à des partenaires financiers plus qu’à des partenaires culturels (i.e. producteur de références).

101Ces remarques soulignent l’importance des découpages de l’espace. Ils redéfinissent largement les lieux de pouvoir, les politiques ; ainsi, c’est l’ensemble du système qui paraît bouleversé. Cela requiert, au niveau local, l’apprentissage des nouvelles règles du jeu.

102La question des territoires, si elle est tenue pour subalterne au départ, s’avère après analyse modifier profondément les pratiques sociales à partir de l’interaction production politique / pratiques des individus.

103L’ensemble des éléments présentés ici justifie une conclusion critique, dont l’objectif est de (re)poser quelques uns des problèmes que soulève l’analyse spatiale.

  • 14 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas ». in Questions de sociologie, Paris, Éditions (...)

104Il faut rappeler que toute construction de l’espace comporte des présupposés et que l’approche ne peut être que partielle, se faisant l’écho d’une vision du monde ; comme Pierre Bourdieu l’expliquait à propos de l’opinion14, on soumet brutalement aux individus des problèmes qu’ils ne se posent pas. Il est des espaces non appropriés, non appropriables, il est des territoires d’action politique qui laissent indifférents tant ils paraissent lointains et inaccessibles.

  • 15 Op. cit. « Une science qui dérange », pp. 19-36.

105Il faut également situer quelle est la position institutionnelle du chercheur, ce qu’il compte accomplir pour lui même par son travail de recherche. Pierre Bourdieu l’exprime dans le même livre, le chercheur n’est jamais désintéressé, son travail est guidé par la recherche de profits et de gains monnayables sur un marché spécifique ; l’intérêt scientifique pour soi n’existe pas15.

106Le sociologue désenchante en rappelant des vérités que l’on préférerait oublier, refouler, il s’interroge et interroge les autres, renvoyant chacun dans les ténèbres des non-dits. La question de la position du chercheur est plus délicate. La problématique d’un chercheur répondant à un appel d’offres ou travaillant pour une institution (ministère, entreprise...) ne peut être identique à celle construite par un chercheur qui se situe délibérément dans une démarche critique.

CONCLUSION. Le territoire comme instrument ; quelle position des chercheurs ?

107De l’espace à soi au territoire politique, quelles sont les incidences théoriques, quelles implications dans la construction de l’analyse ?

108Nous avons souligné à plusieurs reprises l’évidente articulation entre social et spatial, le chercheur privilégiant tantôt l’un, tantôt l’autre. L’espace est un construit à géométrie variable selon les représentations des individus. Il renvoie à des pratiques, des perceptions, des représentations. Il n’est pas toujours « appropriable », certains espaces semblent inaccessibles à l’individu. Or, souvent l’analyse ne tient compte que des perceptions dominantes, imposées par une sorte de mimétisme social motivé par la course à la distinction.

109Une des missions du chercheur consiste à produire des cadres fixes permettant de maîtriser le social, de produire une lecture rationnelle de l’espace et de la société. C’est le premier dilemme, car le chercheur ne peut prendre en compte que l’articulation principale, confortant ainsi les rapports de domination.

110Le territoire, quant à lui, est pensé par les catégories politiques qui en fixent le rôle dans les rouages institutionnels nationaux ; le découpage apparaît artificiel, il est souvent non approprié par les « individus-citoyens » (des collectivités territoriales comme les régions et les départements restent des catégories floues pour beaucoup de nos concitoyens).

111Le territoire est un instrument qui permet de rationaliser, dont l’objectif est d’aseptiser l’action politique. Cette instrumentalisation est la conséquence d’un processus séculaire en faveur de l’organisation administrative, dans un élan porté par la rationalité de l’action et par l’égalité. L’on est passé d’une domination du Prince à une domination des Experts, dont font partie les géographes et les sociologues, convoqués pour garantir l’efficacité des choix politiques. En effet, la rationalité bureaucratique confère une légitimité à l’action politique. Les risques encourus lors des choix politiques sont diminués (il s’agit d’une décision « étudiée », d’une action « nécessaire »), masqués par la caution que représente le travail des techniciens.

112L’instrumentalisation du territoire est au service d’une redistribution du pouvoir et du contrôle social. De fait, le chercheur participe au renforcement des rapports de domination. Selon qu’il s’inscrit dans l’appareil institutionnel ou bien dans une démarche critique, cela change nécessairement le point de vue...

  • 16 Daniel Gaxie montre bien que la compétition pour la reconnaissance politique se joue sur deux fron (...)

113Lassés de la politique, désabusés au fur et à mesure qu’elle se rapproche et qu’elle s’humanise16, se démythifie et se démystifie, les citoyens sont anesthésiés par une politique qui les sollicite, plus proche, qui ne dit plus son nom, mais qui continue à produire du sens, des espaces, des règles qui s’appliquent au plus grand nombre. Pères des territoires, les hommes politiques monopolisent les règles, modifient les zones de pouvoir, modèlent les cadres de l’action.

114Les nouvelles configurations de l’échange entre politiques et citadins sont conceptualisées de diverses manières, reflétant plus ou moins le discours politique dominant sur la démocratie, sur la politique « partagée » appelée politique « citoyenne ». Cela peut être dans la négociation pour les uns (Jean-Pierre Gaudin), ou dans la citoyenneté (Alain Caillé). Cela peut encore être analysé comme un jeu de dupe total pour les tenants du dernier bastion de la sociologie critique (Jean-Pierre Garnier). Tout dépend de l’angle d’observation, de la façon dont on braque l’objectif sur tel ou tel élément du système. Mais les conséquences du découpage territorial sur la redéfinition des rapports de pouvoir demeurent une préoccupation constante.

115L’espace est parfois envisagé comme une boîte vide, mais il n’est pas neutre. Ne le laissons pas peupler par les fantasmes des sociologues non conscients des problématiques qui les habitent.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bourdieu Pierre, Questions de sociologie. Paris, Éditions de Minuit, 1984, 277 p.

Caille Alain, Le Goff Jean-Pierre, Le tournant de décembre. Paris, La Découverte, 1996, 165 p.

Calogirou Claire et Touche Marc, « Sport-passion dans la ville : le skateboard », in Terrain intitulé « Des sports », n° 25 septembre 1995 (pp. 37-48).

Fontaine Joseph, Le Bart Christian (sous la dir.), Le métier d’élu local. Paris, l’Harmattan, 1994, 225 p.

Loret Alain, Génération glisse. Paris, Autrement, 1995.

Gaudin Jean-Pierre, Gouverner par contrat. L’action publique en question. Paris, Presses de la fondation nationale de sciences politiques, 1999, 233 p.

Garnier Jean-Pierre, Des barbares dans la cité. Paris, Flammarion, 1996, 381 p.

Gaxie Daniel, Lehingue Patrick, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale. Paris, PUF, 1984, 210 p.

Lefebvre Henri, La production de l’espace. Paris Anthropos, 2e édition 1981, 306 p.

Lepage Jacques, Mengin Jacqueline, Le rôle culturel du département. Paris, Ministère de la culture et de la communication (DEP), 1984, 167 p.

Lipietz Alain, Le capital et son espace. Paris, La Découverte / Maspero, collection Économie et socialisme n° 34, 1983 (1re édition en 1977), 178 p.

Pociello Christian et al., Sports et société. Approche socio-culturelle des pratiques. Paris, Vigot, collection Sport + Enseignement, 1985, 377 p.

Rouca Caroline-Arlette, « Des équipements urbains pour le plaisir ? piscines et pratiques sportives à Paris ». in Les annales de la recherche urbaine intitulé « Lieux culturels », n° 70 1996 (pp. 124-130).

Saez Guy, Pongy Mireille, Politiques culturelles et régions en Europe. Paris, l’Harmattan, 1994, 264 p.

Notes

1 Doctorante, VST université de Tours.

2 Cf. le texte de présentation des objectifs de ces journées d’études envoyé en mai 2000.

3 Tout objet de recherche est localisé ou localisable ; la question de l’espace tout comme son double, la dimension temporelle, sont incontournables et participent à la définition du cadre de la recherche.

4 A. Lipietz, op. cit. p. 20.

5 G. Lukacs, Histoire et conscience de classe. Paris, Éditions de Minuit, 1970, pp. 47-48.

6 C.A. Rouca, op. cit. p. 123.

7 De nouveaux panneaux sont apparus, figurant l’interdiction de « circuler avec un skateboard ».

8 Cf. les textes de Christian Pociello et d’Alain Loret. Les auteurs ont utilisé la notion de « sport californien » pour rendre compte des nouvelles pratiques physiques non sportives apparues au début des années quatre-vingts. Ce sont des pratiques ludiques, sans contrainte, de glisse, pour soi, avec primauté des sensations, de l’extrême, rébellion....

9 Citons par exemple le retour en force de l’aviron de mer, de l’aviron de loisir dont le succès des descentes de rivières est une preuve.

10 La diversité des manières de pratiquer un même sport avait déjà été introduite dans le fonctionnement du système des sports modélisé par Christian Pociello ; c’est ce qu’il appelle la plasticité de la logique interne. Entendons par là qu’une discipline peut donner lieu à des pratiques différentes, sorte de poly fonctionnalité. Cette tendance s’est renforcée au cours des vingt dernières années et concerne des sports jusque là restés à faible plasticité.
Christian Pociello, La force, l’énergie, la grâce et les réflexes. Le jeu complexe des dispositions culturelles et sportives in Sports et société, op. cit.

11 In Développement culturel. Hors série, juillet 1996. Les dépenses culturelles des collectivités territoriales en 1993. Paris, ministère de la culture, DAG, bulletin du DEP.

12 Les lois de décentralisation ignorent globalement la compétence des collectivités locales en matière culturelle, et encore plus en matière sportive, à quelques points près. Par exemple, pour la culture, par rapport à l’ampleur du champ, la région possède des compétences très limitées telles que la capacité à gérer des établissements (musées régionaux, enseignement des arts), l’obligation du 1% des sommes consacrées à la construction d’édifices publics pour l’intégration d’œuvres d’arts, l’obligation de prendre en charge les archives. La situation des départements est sensiblement différente, ils ont acquis quelques compétences ; ils sont responsables des Bibliothèques Centrales de Prêt (BCP) et des archives départementales. Dans un article de Institutions et vie culturelles, Mireille Pongy synthétise ainsi ce constat : « Les régions, plus encore que les départements, sont des collectivités territoriales jeunes. La montée en puissance de leurs responsabilités dans le domaine culturel débute, de manière inégale selon les régions et selon les départements, avec les lois de décentralisation. Leur engagement repose sur une volonté politique, stimulée par les conventionnements avec l’État, beaucoup plus que sur une répartition claire des compétences. » (p. 37).
Cf. Institutions et vie culturelles, Paris, Les Notices de La Documentation Française, 1996. Notamment les articles du chapitre « L’action des collectivités territoriales », pp. 29-56.

13 C.D.N.O. : Centre Dramatique National d’Orléans ; C.C.N.O. : Centre Chorégraphique National d’Orléans.

14 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas ». in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, pp. 222-235.

15 Op. cit. « Une science qui dérange », pp. 19-36.

16 Daniel Gaxie montre bien que la compétition pour la reconnaissance politique se joue sur deux fronts ou deux « marchés », le marché interne et fermé, soit le champ institutionnel, celui des partis et le marché externe, élargi, composé des électeurs à séduire. Le discours politique est adapté aux attentes des électeurs. Ainsi, l’élu local ne tiendra pas le même discours s’il s’adresse à un auditoire politique ou aux citadins. Ce rapport de séduction contribue à briser l’intensité et la dramaturgie politique. C’est encore plus vrai au niveau local où les citadins ont des exigences relevant avant tout de la vie quotidienne.
Christian Le Bart montre que le profil de l’élu local s’est profondément modifié, il glisse vers la professionnalisation tant les connaissances sont nécessaires pour remplir cette fonction dans les grandes villes. Philippe Garraud (in Le métier d’élu local, op. cit.) le présente comme un médiateur, Jacques Le Bohec (idem) parle de mobilisation d’une clientèle (les électeurs), dont il recense deux formes : l’utilisation des relais associatifs et la dénégation de l’intérêt personnel.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540