Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

III. — Partie : espace et territoire

Lectures des territoires

Quels usages de l’espace et des territoires ?

Guy Di Méo

Full text

  • 1 Professeur, université Michel de Montaigne, Bordeaux III.

1Note portant sur l’auteur1

INTRODUCTION

2Existe-t-il une différence conceptuelle réelle et majeure entre l’espace (géographique, social) et le territoire ? Si cette distinction entre les deux termes revêt le moindre sens, qu’implique-t-elle du point de vue de la pratique sociale, de l’action politique et des représentations culturelles ? C’est à ces questions que je souhaiterais apporter quelque éclairage, au début de cette ultime séance de travail.

3L’espace géographique peut s’appréhender selon trois axiomatiques qui correspondent à trois entrées pour une démarche scientifique. L’espace kantien, à la fois le plus abstrait et le plus lointain (en apparence) des préoccupations du géographe, me paraît pourtant mériter une attention particulière et prioritaire. Kant estimait en effet que l’aptitude humaine à concevoir l’espace en tant que contenant, en tant que capacité de donner place et lieu à toute chose, en tant que forme à trois dimensions, constitue une sorte de disposition mentale innée, une propriété de la conscience. Cette interprétation ouvre la voie théorique d’un espace existentiel, au sens d’espace indissociable de l’existence humaine. Un tel espace intériorisé fournit les bases de notre rapport personnel au monde, à la réalité géographique. C’est forcément un espace subjectif (du sujet) et un espace vécu. Bref, on voit comment la phénoménologie et l’humanisme ont pu trouver un terrain théorique d’élection dans cette représentation de l’espace assimilé à une forme a priori de la conscience.

4L’espace classique de la géographie est pourtant d’une autre nature conceptuelle. Il me semble qu’il doit beaucoup à la vision cartésienne de “l’étendue”. Descartes a effectivement instauré un dualisme, une séparation radicale entre l’ordre du logos (de la conscience et de la pensée) et celui du couple étendue (espace)-matière. Ainsi rendu autonome, objectivé en dehors de la conscience humaine, l’espace peut être soumis à deux séries de lois. Celles de la nature bien sûr, mais aussi celles de l’homme et de ses sociétés. Reste que celles-ci ont très vite refusé le risque potentiel de naturalisation des espaces sociaux que contient le dualisme cartésien.

5D’où une troisième lecture axiomatique de l’espace géographique. Je la qualifierai de durkheimienne au sens où elle pose le principe que tout fait social (et l’espace géographique est incontestablement, d’une certaine façon, une réalité sociale) ne s’explique que par des causes sociales. Dès lors, selon ce point de vue, au fur et à mesure que l’espace géographique et que l’écoumène se recouvrent, leur nature de double produit social s’impose : produit en tant que matérialité (celle de l’espace occupé, aménagé ou simplement contrôlé), mais aussi produit en tant que représentation et qu’idéologie. Cette lecture de l’espace géographique ne récuse pas l’idée de nature, mais elle l’inscrit dans une représentation sociale. Quant à l’espace social, conçu comme le tissu, l’entrelacs des rapports sociaux et spatiaux, il ne se confond pas, non plus, avec l’espace géographique. Ce dernier constitue le concept le plus général. En fonction des axiomes que l’on retient, on peut le décliner de trois manières : en tant qu’espace existentiel et vécu (axiomatiques kantienne et phénoménologique), en tant qu’objet et qu’articulation de rapports écologiques (axiomatique cartésienne), en tant que produit et que représentation d’essence purement sociale (axiomatique durkheimienne).

6Un tel espace géographique complexe me paraît justiciable de deux traitements, de deux analyses scientifiques. À ce jour, la discipline géographique a surtout privilégié l’analyse spatiale. Cette dernière demeure toujours aussi utile, à la condition toutefois que les travaux qui lui sont consacrés ne s’abîment pas dans une théorisation spatialiste. Ceci dit, il convient aussi, à mon avis, de promouvoir une analyse territoriale. Alors que l’analyse spatiale s’inscrit dans les axiomatiques cartésienne et durkheimienne, l’analyse territoriale est susceptible de jeter un pont entre les trois entrées conceptuelles, plus haut décrites, du discours géographique. Les voies méthodologiques d’une telle démarche empruntent les chemins à double sens du sujet vers l’objet, de l’intériorité vers l’extériorité (selon Bourdieu et la gestion de ce mouvement par l’habitus). Elles s’attachent au repérage du rapport interactif de l’assimilation et de l’accommodation (cf. Piaget) du monde géographique par les individus socialisés. Ainsi théorisée dans un entre-deux actif du sujet et de l’objet, l’analyse territoriale s’engage dans le déchiffrement croisé de deux logiques. L’une s’attache aux territoires des institutions et du pouvoir, expressions d’une volonté politique agissant elle-même comme un facteur d’objectivation et d’imposition de formes, de structures à caractère géographique. L’autre, partant au contraire des personnes, décrit les espaces de vie et les espaces vécus. L’échelle individuelle met en évidence des territorialités plus construites, imprégnées de l’idéologie des territoires légitimes, fruits eux-mêmes de l’actualité, ou legs refaçonnés et resignifiés d’une mémoire collective constamment réinventée au gré des enjeux sociaux du moment.

7Travailler au rapprochement de ces deux voies de l’analyse territoriale me semble, aujourd’hui, indispensable. D’abord parce que dans un pays comme la France où la décentralisation tardive, lente et inachevée progresse en même temps que s’exercent les effets de la mondialisation-globalisation et de la construction européenne, l’intense production de nouveaux territoires politiques et administratifs nécessite une réflexion approfondie sur leurs rapports avec les espaces (réseaux ou bassins) de vie, avec les territorialités vécues du quotidien. La promotion d’une nouvelle citoyenneté est à ce prix. Pour favoriser son éclosion, il importe de rapprocher les territoires (constructions politiques) et les territorialités (rapports individuels et collectifs à l’espace signifié, territorialisé), ou tout au moins de les rendre compatibles. C’est la contribution que la géographie peut sans doute apporter à la conciliation indispensable des intérêts, des projets et des espaces privés et publics.

8À quelles conditions ce rapprochement est-il possible ? Quel rôle peut jouer le géographe-aménageur en tant que chercheur et qu’éveilleur territorial ? En premier lieu, sa mission devrait consister à améliorer notre connaissance de la véritable nature des territoires. Une telle entreprise suppose l’ouverture de trois chantiers : l’un de définition des logiques tant politiques, sociales et culturelles (voire idéologiques) des constructions et du fonctionnement des territoires ; l’autre de décodage des effets de tension-régulation qui les régissent ; le troisième porterait sur l’étude des structures de lieux qui en dessinent le schème symbolique sur le mode tantôt topographique, tantôt topologique.

9En deuxième lieu, la tâche du géographe qui a mesuré le caractère incontournable de la formation des territoires, c’est sans doute de travailler à leur décloisonnement, à leur ouverture et à leur mise en réseaux, mais aussi à leur démystification. L’explication géographique, en portant l’accent sur la nature d’artefact idéologique du territoire contribue à la lutte contre les risques d’exclusion qu’il véhicule. A contrario, le devoir du géographe consiste aussi à œuvrer à la valorisation des ressources de solidarité, de développement et d’innovation socio-culturelles ou économiques que possèdent certains territoires.

10En troisième lieu, le géographe se doit de donner plus de place à l’approche phénoménologique ou vécue de l’espace, en un mot à la territorialité. La connaissance de ce rapport à la fois existentiel et social conforterait une géographie de l’être (bien ou mal) à l’espace, une géographie de la compétence et de la créativité humaines, susceptible d’identifier et de fonder les bases d’une citoyenneté en actes.

11Ainsi peuvent se décliner, à mon sens, quelques utilités de la géographie et de l’aménagement à l’égard des usages de l’espace et du territoire, mots comme choses que nos sociétés pratiquent et produisent aujourd’hui sans grand ménagement.

Notes

1 Professeur, université Michel de Montaigne, Bordeaux III.

Author

Guy Di Méo

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

Loading

Unavailable