Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

II. — Partie : identifier et représenter

La carte, l’espace et le territoire

Jean-Paul Bord

Texte intégral

  • 1 Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Urbanisation du Monde Arabe (URBAMA), université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

2L’objet de cette communication est d’analyser le lien, la relation qui existe, pour les géographes, entre les notions ou concepts d’espace, de territoire et de carte, instrument de représentation. Comment cet outil, ce langage est-il utilisé pour restituer l’espace terrestre, espace où nous vivons, et le territoire (ou les territoires) ?

3Ces interrogations nous renvoient, en premier lieu, aux définitions de ces notions ou concepts et à leur prise en compte dans toute leur dimension géographique, aujourd’hui. Dans un second temps, à travers quelques exemples, de voir comment ils sont traduits par les cartes. Enfin, dans une troisième partie, de confronter ce qui est dit à ce qui est montré, pour rendre compte de nos façons de faire et prendre conscience des différences, voire des contradictions, qui peuvent exister entre le discours et l’image.

  • 2 Le mot épistémologie n’est, par exemple, pas répertorié dans le Dictionnaire de la géographie de P (...)

4« La carte symbolise l’espace géographique, parfois le territoire [...]. Elle crée le territoire tout autant qu’elle représente son espace» nous dit G. Di Méo (1998, p. 183). En tant que langage, comme moyen utilisé par les géographes, la carte joue un rôle de médium entre l’individu, la société et ses espaces et ses territoires. Et si la carte est un objet à voir et si ce qui est vu a effet de vérité, qu’en est-il de l’espace et du territoire qu’elle représente ? Autrement dit, représenter l’espace ou les espaces et le ou les territoires par la carte, c’est donner à voir quoi ? Qui ? Comment ? Où ? Quand ? Vaste débat qui nous engage dans les dédales d’une géographie aujourd’hui en pleine recomposition et qui réfléchit sur ses objectifs ; l’histoire récente de l’épistémologie de la géographie est là pour en attester2.

QUE SONT ESPACE(S) ET TERRITOIRE(S) EN GÉOGRAPHIE ?

5Sans rentrer dans un lot de définitions aussi nombreuses qu’il existe de géographes, le premier point à soulever est la polysémie de ces termes. Si l’acception de ces deux mots est extrêmement large, dans le langage courant territoire et espace apparaissent comme quasiment synonymes. Qu’en est-il pour les géographes ?

6Le terme espace, employé couramment dans certaines expressions (organisation de l’espace, aménagement de l’espace, etc.) est, la plupart du temps, accompagné d’un qualificatif : on parle ainsi d’« espace géographique » et de catégories le concernant : espace vécu, espace de vie, espace perçu, espace représenté, espace produit, espace social, etc. ; ces catégories sont « simplement des modalités différentes de sa prise en compte : modalité de l’action pour l’espace produit par les sociétés, modalité de la connaissance ou de la cognition (faculté pour l’esprit humain d’enregistrer des informations) pour l’espace perçu et représenté, modalité de l’existence humaine pour l’espace vécu » (Di Méo, 1998, pp. 27).

7Pour le géographe, l’espace est, au sens le plus banal du terme, un lieu ou une étendue délimitée, donc cartographiable, de la Terre (ne parle-t-on pas de l’espace terrestre ?) ou de l’une de ses parties (espace urbain, espace rural, espace régional, espace maritime, etc.). Cet espace des géographes, H. Chamussy (1986) le définit comme « un espace dont les composantes sociales et physiques sont indissolublement liées, vues dans un même système dont l’étude scientifique n’est possible qu’à travers celle des sociétés qui le désignent, lui donnent sa spécificité et son sens ».

8Cette approche rend compte d’un agencement d’éléments que G. Di Méo (1998) soulève également en s’appuyant sur la pensée de Jürgen Habermas (1998), lequel imagine un monde (espace et société) riche de trois composantes confondues :

  • le monde objectif, à dominante d’éléments concrets et matériels ;
  • le monde social, c’est-à-dire « l’ensemble des relations interpersonnelles fondées sur des règles légitimes » ;
  • le monde subjectif formé des évènements vécus.

9La coexistence de ces trois registres paraît essentielle pour rendre compte de l’espace géographique, « fusion dialectique des mondes concrets, matériels et des représentations qu’ils induisent, mais aussi, des valeurs plus globales qui les gouvernent à la surface de la Terre, au sein d’ensembles socio-spatiaux singuliers et repérables, identifiables» (Di Méo, 1998, pp. 35). Cet espace, ainsi approché, nous invite à prendre conscience de sa richesse et de sa diversité.

10Pour ce qui est du territoire, la définition la plus utilisée est qu’il reste un espace contrôlé, un espace approprié, « une étendue de terre qui dépend d’un Empire, d’une province, d’une ville, d’une juridiction » (Littré, 1971), en bref, une portion de l’espace terrestre borné par des limites, des frontières. Ne parle-t-on pas d’ailleurs « de l’espace mondial formé par le pavage des États territoriaux » ? (Dollfus, 1986).

11Cette conception du territoire juridico-politique rappelle les territoires de l’éthologie (la seule donnée d’ailleurs dans 1’Encyclopoedia Universalis, 1988), espace défendu par tout animal confronté à la nécessité de se protéger, d’assurer la sécurité de sa progéniture et de contrôler les ressources indispensables à la survie. Ces territoires (celui de l’éthologie et celui du politique) ne sont toutefois pas transférables et le territoire, au point de vue géographique, présente bien d’autres facettes qui en élargissent et en complexifient le sens en conférant une grande importance à des facteurs usuellement délaissés. La plupart des auteurs (Raffestin, Ferrier, 1984, Piolle, 1991, Bonnemaison, 1981, 1996) « insistent tous sur la double dimension, matérielle et idéelle, écologique et symbolique du territoire » et B. Debarbieux (1999, p. 36-37) poursuit : « le territoire est progressivement devenu l’outil conceptuel privilégié d’une problématique combinée des réalités matérielles et des processus spatiaux d’un côté et des constructions socio-symboliques de l’autre ». J. Bonnemaison (1996) souligne ainsi : « la territorialité humaine se définit beaucoup plus par la relation culturelle qu’un groupe ou une ethnie entretient avec [...] le maillage des lieux et le système d’itinéraires qui quadrillent son espace, que par la référence aux concepts biologiques fermés d’appropriation et de frontières ». Cela s’est toujours vérifié et se vérifie de plus en plus. Le territoire est souvent discontinu, fait de lignes et de points et non une surface hermétiquement close. Les territoires des nomades sont, par exemple, avant tout, ceux de la mobilité et de la solidarité. « En Mauritanie [...], ces territoires s’articulent dans le temps et l’espace. Ce sont des territoires-attributs où s’exercent des stratégies de mobilité spatiale. Ce sont aussi des espaces sociaux de solidarité où les lieux sont des lieux de référence de l’individu dans le cadre de sa famille, de son groupe de base fondé sur la parenté et la filiation » (Frérot, 1997). Le territoire des peuples en diaspora, comme le cas palestinien et tant d’autres aujourd’hui (kurde, libanais, etc.) se présente également comme une série de discontinuités temporelles, spatiales, identitaires et donc, comme des territoires sans cesse recomposés. Dans nos sociétés de plus en plus mouvantes, où les mobilités humaines s’intensifient, où les phénomènes de réseaux se multiplient, peut-on aller jusqu’à parler de « la fin des territoires » ? B. Badie (1995) l’évoque en montrant comment le territoire est doublement mis au défi :

  • d’abord, par les flux transnationaux (réseaux financiers, culturels, démographiques) ;
  • et, d’autre part, par le retour en force de l’ethnicisme, avec les particularismes communautaires qui prennent le dessus par rapport à cette logique territoriale qui avait précisément pour vocation de transcender les différences et les particularismes.

12Le territoire se présente donc comme « le fruit toujours fécond d’une immuable dialectique sociale du matériel et de l’idéel » (Di Méo, 1998).

13Ces concepts géographiques d’espace et de territoire apparaissent donc riches de sens et traduisent la complexité qu’il y a à les saisir. Face à la pluralité des acceptions et de leur charge (scientifique ou autre), est-il encore possible de les cartographier « simplement » ?

2. ESPACE ET TERRITOIRE ET LEUR TRADUCTION PAR LA CARTE

14Si la carte est un outil couramment utilisé, connu, il n’en demeure pas moins, tout comme les concepts d’espace et de territoire, difficile à dire ce qu’il est. Deux exemples pourraient l’illustrer par le biais de définitions :

  1. « La carte géographique est une image codifiée de la réalité géographique, représentant une sélection d’objets ou de caractéristiques, relevant de l’effort créateur de son auteur par les choix opérés et destinée à être utilisée lorsque des relations spatiales ont une pertinence essentielle » (A.C.I., 1995, cité par S. Rimbert, 1998) ;
  2. « La carte est une projection graphique d’une image de la Terre, qui est une création intellectuelle, artefact reflétant une vue de l’esprit, plus que décalque d’une réalité insaisissable par le regard concret » (Jacob, 1992).

15Dans le premier cas, la définition officielle donnée par l’Association Cartographique Internationale, la relation avec la réalité est mise en avant, dans le second, la carte est vue comme un artefact (« phénomène d’origine humaine, artificielle », Petit Robert, 1991). Ces deux exemples illustrent, ici encore, la difficulté à dire ce qu’est cet instrument, ce langage qui est un médium entre la société et l’espace ou le territoire. Néanmoins, la carte contribue, selon l’expression de G. Di Méo (1998), à créer le territoire en lui donnant un corps, elle symbolise l’espace géographique. Mais, qu’est-ce qui est mis en avant dans cet acte de re-présentation ? La carte traduit-elle la richesse des sens et la complexité des concepts d’espace et de territoire soulevés dans la première partie ?

16Certes, nous savons que la carte enregistre toujours une perte d’information par rapport au modèle réel, c’est-à-dire, l’espace géographique qu’elle représente. Mais, dans cette sélection-schématisation-généralisation-synthèse... qu’est-ce qui reste ? Et qu’est-ce qui est privilégié ? Sans faire une étude exhaustive sur les cartes, je me suis attaché à étudier la relation entre cette représentation qu’est la carte et les concepts d’espace et de territoire, sur un ouvrage de vulgarisation qui est l’œuvre de géographes, dans le livre premier du tome 8 de la Géographie Universelle, sous la direction de R. Brunet : Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde Indien et sur la carte des « Territoires vécus » (1998) publiée par la DATAR.

17Sur les cartes de la Géographie Universelle, le terme territoire n’apparaît que deux fois en titre :

  • La construction du territoire en Arabie Saoudite (carte 11-1, p. 141)
  • Palestine et Territoires occupés (carte 13-6, p. 199).

18En légende, les auteurs énoncent les expressions de territoires maîtrisés, territoires revendiqués, territoires occupés, territoires autonomes (cartes sus-mentionnées), voire de Territoire (carte 12-5, p. 183) tout court, «espaces confessionnels homogènes » (p. 183) occupés par les Maronites, Druzes, Chiites et Sunnites. Dans tous les cas, ces territoires sont bien délimités à l’intérieur de zones coloriées ou hachurées.

19Le terme espace apparaît par contre dans de nombreux titres de cartes :

  • L’espace politique contemporain (1-5, p. 16)
  • Modèle de l’organisation de l’espace marocain (6-3, p. 81)
  • Les structures de l’espace tunisien (8-1, p. 109)
  • Dynamiques de l’espace tunisien (8-2, p. 112)
  • L’espace de la Libye (9-1, p. 120)
  • L’organisation de l’espace en Arabie Saoudite (11-2, p. 144)
  • L’organisation de l’espace de la Syrie (12-4, p. 177)
  • Modèle de l’espace iranien (15-5, p.231)
  • Les structures de l’espace afghan (16-1, p. 240).
  • 3 S’il existe plusieurs types de cartes de synthèse, celles proposées par la G. U. sont, selon la dé (...)
  • 4 Une collection de cartes est la combinaison de plusieurs cartes pour expliquer un phénomène.

20Il s’agit, dans tous les cas, soit d’une carte de synthèse3, soit d’une collection de cartes4 (pour la Tunisie et l’Iran, notamment).

  • 5 Les modèles sont « une représentation schématique de la réalité en vue d’une démonstration » (Hagg (...)

21Dans les neuf cas proposés, soit sous la forme de cartes, soit sous la forme de modèles5, ce sont les États, à l’intérieur de frontières, qui sont cartographiées. Aux frontières de l’espace étudié s’arrêtent, dans la grande majorité des cas, figurés, lignes, couleurs... Les espaces (tunisien, libyen...) correspondent ici, point par point, à une étendue délimitée de la surface terrestre, en l’occurrence le territoire national.

22Sur la carte des « Territoires vécus » (DATAR, 1998), deux sous-titres en caractères plus faibles nous donnent déjà un aperçu plus précis du contenu ; le premier, « Organisation territoriale de l’emploi et des services », montre « le territoire concerné par l’emploi d’une ville, mais également, l’attraction d’un certain nombre de commerces ou services dits intermédiaires [...]» (Terrier, 1999) et, le deuxième, « Inventaire communal de 1998 » indique que le cadre de référence de base est la commune. Ce sont donc ici les communes regroupées qui donnent les taches de couleur représentant « les différents niveaux d’organisation urbaine qui ont été déterminés par la mesure de l’emploi et des déplacements des gens entre leur domicile et leur lieu de travail » (Terrier, 1999).

  • 6 Chaque région est étudiée dans ses limites administratives et ce cadre n’est guère dépassé.

23Ainsi, à travers ces quelques exemples étudiés, il est significatif de constater que les concepts d’espace et de territoire se retrouvent sous la forme de cartes regroupés sous un même sens : celui qui s’arrête soit, aux frontières d’États reconnus (Tunisie, Syrie, Iran...) ou en gestation (Palestine), soit aux limites de communes ; l’exemple des cartes parues dans les Atlas régionaux français dans les trois ou quatre dernières décennies serait tout aussi significatif6.

24Le premier constat qui s’impose est donc simple : la carte ne peut, à l’évidence, tout au moins à cette échelle, exprimer toutes les nuances, la richesse des concepts géographiques définis précédemment. On constate aussi que le géographe se laisse « enfermer » dans des limites, mais par qui ? Pourquoi ? Comment ? Ceci pose le problème du passage entre la réflexion théorique sur les concepts et la réalisation technique de la carte. Qu’est-ce qui peut expliquer le décalage entre, d’une part, la richesse de « ce qui est dit et écrit » et, d’autre part, la faiblesse, voire la pauvreté des représentations ? Est-ce une difficulté technique, matérielle, une façon de faire incapable de visualiser certains éléments, ou un espèce de blocage initié par les hommes qui réalisent ces cartes ? Voire un savoir-faire culturel qui se perpétue ?

25Il faut donc s’attacher maintenant à dire ce que la carte ne dit pas, à formuler la différence qu’il y a entre le discours sur les concepts et leur représentation, à en expliquer les raisons et à essayer de formuler les non-dits qui se cachent dans le « dessous des cartes ».

3. TENTATIVES D’EXPLICATION

26Formuler la différence qu’il y a entre ce que les géographes disent des concepts dans leur discours et ce qui est représenté sur la carte, n’est pas facile. Cette difficulté vient, et de la polysémie des concepts étudiés selon les auteurs, mais aussi, du fait que les exemples choisis pour notre démonstration ne rendent compte que partiellement des représentations possibles. Néanmoins, ils sont un échantillon très emblématique des savoir-faire géographiques, des thématiques prises en compte et des types de cartes que l’on rencontre. Dans cette chaîne de réalisation qui amène à la carte produite, « l’enfermement » est initié par la problématisation développée au départ. Pour la Géographie Universelle, R. Brunet (1990) écrivait dans le tome I : « On s’est fondé sur les États, qui restent ou sont devenus la plus présente des organisations territoriales ».

  • 7 « Le zonage de pouvoir est le découpage en territoires sur lesquels s’exerce le pouvoir. En France (...)

27Pour la carte des Territoires vécus, même si Ch. Terrier (1999) distingue zonages de pouvoir et zonages de savoir7, force est de constater que la commune sert de base aux regroupements et donne à voir « des territoires à vivre » (selon le titre de l’article de Ch. Terrier).

28Cette problématisation explicite est présentée comme un postulat qui est, pour le moins, partiel et partial. Cette délimitation précise, à l’intérieur de limites administratives ou de frontières, est, cependant, le lot de quantités de cartes depuis le local (quartiers, communes...) jusqu’au mondial (États, le plus souvent). Elle s’inscrit, à l’amont de la production, dans le choix de fonds de cartes et des informations (souvent statistiques) disponibles et donc, plus facilement cartographiables. Les fonds de cartes se limitent, pour les exemples retenus, à l’intérieur des frontières d’États, ou de limites administratives. Le seul exemple qui vient contrarier cette façon de faire est la carte sur « Beyrouth et le littoral du Liban » (G.U., 1995) pour localiser les « territoires “idéologiques” » (cité en légende) sur le littoral libanais. Également, aux frontières de ces États, s’arrête l’information visualisée ; hormis, ici encore, une carte, celle de l’Afghanistan (G.U., 1995), où des « aires d’accumulation des réfugiés » sont localisées sommairement par-delà les frontières, au Pakistan et en Iran. A une époque où les échanges, les flux de population s’accroissent, où les individus sont de plus en plus mobiles, qu’est-ce qui peut expliquer cette inscription dans des limites et peut-il en être autrement à cette échelle de travail ? L’organisation ou les structures d’un espace, peuvent-ils s’expliquer seulement par ce qui se trouve à l’intérieur de limites ou de frontières, ou doivent-ils aussi prendre en compte les dynamiques provenant de l’extérieur ? Cette impossibilité à sortir du cadre défini par les études est-elle inhérente aux techniques mises en œuvre, aux données disponibles, à des façons de faire propres aux géographes ou aux contraintes imposées par la carte.

  • 8 Cet espace cartésien est fait d’une grille de coordonnées en latitude et longitude qui positionne (...)
  • 9 A l’échelle des États, par exemple, ces données sont, soit fournies par les statistiques, soit par (...)

29Il est facile de constater que les informations spatialisées sur la carte sont figées et s’arrêtent à des localisations précises de thématiques bien circonscrites. Cette action de fixer, d’immobiliser une information toujours partielle est, à mon sens, imposée par l’outil qu’est la carte sur papier, élément qui localise des données dans l’espace cartésien8 et par les thématiques définies par les géographes. Ces thèmes géographiques dont certains apparaissent largement dominants (population – des villes surtout – voies de communication, quelques aspects de l’économie-agriculture/industries/ressources minières, milieu physique – relief, emploi), limitent en eux-mêmes l’information d’un espace ou d’un territoire à des aspects statiques d’une réalité humaine sans cesse en mouvement dans le temps et l’espace. Ces façons de faire, spécifiques aux géographes, forts producteurs et utilisateurs de cartes, sont aussi inhérentes aux données à disposition9 qui, par les choix opérés, vont mettre en avant certains phénomènes et en occulter d’autres qu’il est peut-être plus difficile, voire impossible de représenter spatialement sur une carte. Ainsi, si les concepts d’espace et de territoire s’accordent à insister sur la pluralité des composantes qui en assurent la validité (le plus souvent la combinaison d’éléments concrets/matériels et d’éléments idéels/subjectifs/ sociaux...), la carte ne montre qu’un des aspects de cette complexité en mettant en avant la composante concrète et matérielle de la réalité géographique. Il faut toutefois nuancer notre propos en fonction des types de visualisation proposés. Si les cartes de synthèse (cartes de corrélation, schémas, croquis) s’inscrivent tout à fait dans ce qui vient d’être explicité, par contre, les modèles (notamment pour ce qui concerne l’étude de la G.U. pour la Tunisie et l’Iran) rendent mieux compte de l’imbrication des dimensions multiples de cet espace géographique. Ces « raisonnements en images » selon l’expression de C. Grataloup (1996) sont une explication possible de l’espace étudié et non sa simple représentation simplifiée. Ils participent à l’émergence des idées fortes qui sous-tendent l’explication, troisième temps majeur de la réalisation de l’image qui se situe à l’aval. Par leur multiplicité (huit modèles sur la Tunisie, dix sur l’Iran) et la prise en compte de variables plus nombreuses (historiques, physiques, socio-démographiques, relations internationales...) s’en dégage une approche plus large et plus complexe de ce qui fait l’espace géographique sans toutefois opposer, ici encore, les concepts d’espace et de territoire. L’inconvénient essentiel, pour reprendre J. Lévy (1994) « c’est que, de cette façon, on n’est pas du tout certain de repérer l’ensemble des phénomènes spatiaux pertinents dans le monde réel. Le choix analytique a le grand défaut, en sciences sociales, de couper en morceaux les processus et de les approcher que par lambeaux ou par bribes ». Mais peut-il en être autrement ? Ne touche-t-on pas là les limites de cet outil qui n’est qu’une approche partielle et partiale d’une réalité pour laquelle le discours doit nécessairement venir à la rescousse en se plaçant au premier plan ? Si la carte est universelle (elle s’adresse à tous), rapide et facile à mémoriser (notamment si les règles de la sémiologie graphique sont correctement utilisées), le commentaire écrit est nécessaire pour porter plus loin l’analyse, pour mieux faire comprendre toute la complexité et la finesse des réalités géographiques. Nous pouvons suivre C. Caujolle (1998) quand il affirme :

30« [... ] contrairement à ce qui se dit, nous ne vivons pas dans la “civilisation de l’image” mais toujours dans la civilisation de l’écrit. Nous vivons un moment particulier de la civilisation du texte dans laquelle les images sont omniprésentes et, parce que la majorité de ceux qui vivent dans cette civilisation ne savent pas les lire, elles sont devenues un énorme enjeu de pouvoir pour ceux qui sauront en contrôler la production et la distribution ».

31Objet de pouvoir, la carte l’est assurément lorsque, pour les exemples que nous avons développés, elle met en avant l’État, en tant qu’entité territoriale ou spatiale au détriment des hommes qui y vivent. La carte thématique, produite et utilisée par les géographes, est, en effet, selon les dires de G. P. Torricelli (1990) « un modèle très particulier, qui utilise le langage des formes spatiales pour décrire les formes sociales ». Or ces formes spatiales sont exclusivement de l’ordre du concret et du matériel et représentent des faits visibles (de l’ordre de la localisation : relief, hydrographie, villes, industries...) ou invisibles (limites, méridiens, parallèles...) qui sont autant de repères matérialisables conditionnant la présence d’autres thématiques (population notamment). Par ce biais, les formes sociales sont insérées dans des mailles (l’État, par exemple) qui correspondent de moins en moins à une réalité de plus en plus mobile, où les Hommes s’ancrent « dans un réseau complexe de lieux et de territoires disséminés [...] structure complexe de nébuleuses, se concentrant ça et là en nodosités territoriales » (Di Méo, 1998, p. 7). Dans cette forme de représentation-domination des formes spatiales (c’est-à-dire, qui se rapportent à l’espace et qui sont localisables grâce à la grille imposée par la mesure de la Terre), les formes sociales ne prennent la forme que d’un décalque de la première. Or sans inverser les choses comme les sociologues pour qui « l’organisation sociale sert de modèle à l’organisation spatiale » (É. Durkheim, 1912, cité par G. Di Méo, 1998, p. 24), G. Di Méo (1998) propose la fiction d’un espace intermédiaire où si les lois de la nature régissent l’espace, « les société y inscrivent leur action selon des formes qui respectent leurs propres lois » (p. 26).

32La carte ne peut à l’évidence s’inscrire dans ce schéma et si elle est encore fortement utilisée, quelques raisons peuvent l’expliquer, parmi lesquelles :

  • la relation historique qu’il y a eu entre la carte et la géographie10 ;
  • la facilité qu’il y a à réaliser des cartes, notamment depuis quelques décennies avec l’aide de l’informatique ;
  • l’impact de l’image (et pas seulement la carte, d’ailleurs) auprès du public, ce qui rejoint par là son rôle de médium et sa force de communication ;
  • et enfin, la prégnance du déterminisme et d’un certain positivisme dans les faits qui remontent à la naissance de la géographie, au moins, depuis les xvii-xviiie siècles.

33La carte apparaît donc non seulement comme un outil de représentation réducteur, voire pauvre, des dimensions géographiques, mais plus encore comme instrument qui oriente les façons de faire et l’acte de voir dans l’axe du Pouvoir, en l’occurence pour les exemples étudiés, en montrant l’État-territoire seulement.

  • 11 Ce classement n’est pas à prendre dans l’ordre ; tous ces éléments influent de façon combinée.

34Quelques éléments que j’ai essayé de classer11, peuvent expliquer cette prégnance et induire des biais récursifs :

  1. La notion de territoire, espace borné, est une invention de l’Occident (État/nation avec le territoire pour support) ; nous l’avons exporté, imposé et il est encore à la base du pouvoir ; ces pouvoirs sont à des échelles différentes et instaurent des zonages (communes, régions, États...) qui se légitiment notamment par les productions cartographiques (l’exemple des régions françaises et des Atlas régionaux est très significatif sur ce point) ;
  2. Ces productions sont, d’autre part, une solution plus simple (fonds de carte disponibles, données statistiques facilement accessibles) et rapide (ce que l’outil informatique permet à beaucoup aujourd’hui) ; et comme ceux qui réalisent ces cartes (notamment les cartographes pour les cartes publiées) n’ont guère une réflexion poussée sur ces notions ou concepts, ils exécutent ce qui est commandé ;
  3. La notion d’ouverture (réseaux, flux transnationaux, mobilité humaine...) est certes ancienne mais elle n’a pris une grande ampleur que récemment d’où le dialogue entre cartographes/géomaticiens, géographes ou autres et les décideurs (DATAR, par exemple) ; le projet CartogrAm, quelle cartographie pour l’aménagement du territoire ?, me semble aller tout à fait dans ce sens12.
  4. La carte privilégie les localisations et la répartition de phénomènes (physiques, humains) à la surface de la Terre, ce qui n’est certes pas si mal ; cela a donné naissance à l’analyse spatiale, la science régionale, mais elle oublie – ou ne peut – représenter l’autre facette de l’espace et du territoire, c’est-à-dire celle qui n’est pas matérielle ; par ce biais, la dimension idéelle est évacuée : la carte se révèle défaillante lorsqu’il s’agit de rendre compte du rapport social dans sa dimension spatiale et territoriale.
  5. D’autre part, ce positionnement des lieux, des territoires, instaure une survalorisation de la contiguité et de la proximité. Or, aujourd’hui, les espaces d’usage des individus se composent de lieux attractifs éloignés les uns des autres avec des points forts (nœuds) et des couloirs entre, à peu près ignorés. Les organisations en réseaux, exclusivement topologiques, ne souffrent ni de limites, ni d’une dépendance à l’égard des distances euclidiennes physiques. Ces réseaux sont souvent, en outre, des réseaux ouverts (« rhizomes ») sans frontières claires. Est-il possible alors de produire des cartes à la fois lisibles, utilisables, pertinentes, pour représenter les espaces complexes d’aujourd’hui ?
  6. Enfin, ces espèces de limites que nous imposons à nos cartographies ne sont-elles pas, quelque part, le miroir de nos propres limites ? La lecture critique des cartes produites par les géographes, mais de plus en plus par une multitude de cartographes autonomes, n’est-elle pas plus (sinon autant) riche que leur stricte production ?

CONCLUSION

  • 13 Dans ce cadre peuvent s’inscrire les outils mathématiques et statistiques (géomatique), les différ (...)
  • 14 Cependant, si la modélisation graphique s’est fortement développée à partir des années 1980, aujou (...)
  • 15 Cette pluralité des modalités de mesure de la distance vient non seulement du fait qu’elles varien (...)

35Les réflexions menées en géographie sur l’espace et le territoire ne touchent guère le domaine de la cartographie si ce n’est la recherche de pointe, tout au moins dans la majorité des cartes encore rencontrées. Certes, dans quelques domaines de recherche plus poussés13, on tente de relier (et l’exemple sur les modèles l’a démontré14) les théories sur l’espace/les territoires et la fabrication de cartes. Une nécessité de plus en plus forte se fait sentir pour dessiner des cartes qui assument le décalage entre des aires limitées (comme celles des États) et les spatialités sans borne de ceux qui y vivent. Cette nécessité vient du fait qu’il existe une infinité de modalités de mesure de la distance15 et que les espaces sont de plus en plus discontinus, les territoires à recouvrement partiel et à durée de vie limitée. De plus, les changements d’échelle en cours font apparaître avec une acuité inédite la prégnance des réseaux, souvent ouverts et sans frontière nette. Dans ces conditions, la carte est-elle encore un outil crédible ? Les possibilités techniques qu’avait laissé entrevoir l’informatique se sont le plus souvent bornées à des cartographies qui n’ont guère dépassées la cartographie traditionnelle. L’un des éléments positifs me paraît être cependant, d’une part la prise de conscience du décalage entre ce qui est fait et les réalités géographiques actuelles et, d’autre part, une certaine écoute, une volonté d’ouverture, entre les praticiens (cartographes, géomaticiens) et les thématiciens (géographes entre autres) ce qu’ont bien montré les contributions au colloque « Cartographie, géographie et sciences sociales » (2000) qui s’est tenu à Tours.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Badie (Bertrand), 1995, « La fin des territoires » (entretien), revue Qantara, magazine des cultures arabe et méditerranéenne, Institut du Monde Arabe, Paris, pp. 20 à 25.

Bonnemaison (Joël), 1996, Gens de Pirogue et gens de la terre, Paris, Éd. de l’ORSTOM.

Brunet (Roger), 1990, Le déchiffrement du monde, Livre 1, Géographie Universelle, tome I, Mondes nouveaux, Éd. Hachette/Reclus, pp. 9 à 271.

Brunet (Roger), 1995, sous la dir. de, Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde Indien, Géographie Universelle, Éd. Belin-Reclus, Livre Premier dirigé par G. Mutin, pp. 5 à 244.

Caujolle (Christian), 1998/juillet, « Leurres de la photographie virtuelle », Le Monde diplomatique, p. 26.

Datar, 1998, Territoires vécus, Organisation territoriale de l’emploi et des services, Inventaire communal de 1998, carte couleur publiée par la DATAR, conçue par INSEE-IGN, Cartographie et décision, Paris.

De Dainville (François), 1964, Le langage des géographes, termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500-1800, Éd. Picard, Paris, 392 p.

Debarbieux (Bernard), 1999, Le territoire : histoire en deux langues, in Discours scientifiques et contextes culturels, sous la dir. de C. Chivallon, P. Ragouet et M. Samers, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Talence, pp. 33 à 46.

Di Méo (Guy), 1998, Géographie sociale et territoires, Éd. Nathan Université, collect. Fac géographie, Paris, 320 p.

Dollfus (Olivier), 1986, Lire l’espace, faire la carte, voir la carte, in Géopoint, La carte pour qui ? La carte pourquoi ?, Groupe Dupont, Université d’Avignon, pp. 45 à 46.

Frérot (Anne-Marie), 1997, « Territoires nomades réinventés ? Le cas mauritanien », Bulletin de l’AGF, Paris, pp. 111 à 125.

Grataloup (Christian), 1996, « Modélisation spatiale », TIGR, Travaux de l’Institut Géographique de Reims, n° 95-96, Vol. 24, 102 p.

Haggett (Peter), 1973, L’analyse spatiale en géographie humaine, Éd. A. Colin, Paris, 390 p.

Jacob (Christian), 1992, L’Empire des cartes – Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Éd. Bibliothèque Albin Michel Histoire, 532 p.

Joly (Fernand), 1976, La cartographie, Éd. Magellan PUF, 276 p.

Lévy (Jacques), 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 442 p.

Lévy (Jacques), (responsable scientifique), 2000, Projet CartogrAm, quelle cartographie pour l’aménagement du territoire ?, appel d’offres du groupe de prospective n° 7 de la DATAR, 10 p.

Rimbert (Sylvie), 1998, « Quand les progrès techniques conduisent à la théorie de la cartographie », Comité Français de Cartographie, Bulletin n° 158, Paris, pp. 40 à 45.

Torricelli (Gian Paolo), 1990, Le rôle de la carte en géographie : hypothèses et exemples. Ritter et Humboldt ou la carte comme moyen de re-connaissance, in Modèles graphiques et représentations spatiales, Éd. Anthropos/Reclus, pp. 79 à 109.

Terrier (Christophe), 1999, Des territoires à vivre, interview de Ch. Terrier, chargé de mission DATAR par M. Feltin, site internet : « http://perso.club-internet.fr/cter-rier/Terravivre.htm#texteterri », 4 p.

Notes

1 Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Urbanisation du Monde Arabe (URBAMA), université de Tours.

2 Le mot épistémologie n’est, par exemple, pas répertorié dans le Dictionnaire de la géographie de P. George en 1974 ; il faut attendre la décennie 1970-80 pour que les géographes en parlent. En 1972, le premier éditorial de la revue L’Espace géographique dénonçait justement les carences dans le questionnement épistémologique en géographie et, en 1978, H. Isnard dans un ouvrage sur L’espace géographique intitulait son introduction : « A la recherche d’une épistémologie de la géographie ».

3 S’il existe plusieurs types de cartes de synthèse, celles proposées par la G. U. sont, selon la définition de F. Joly (1976), des cartes de corrélation, c’est-à-dire, des cartes qui combinent sur un même fond les variables multiples dont on veut expliciter les rapports. Elles facilitent la recherche de zones homogènes qui sont à la base de la régionalisation.

4 Une collection de cartes est la combinaison de plusieurs cartes pour expliquer un phénomène.

5 Les modèles sont « une représentation schématique de la réalité en vue d’une démonstration » (Haggett, 1973).

6 Chaque région est étudiée dans ses limites administratives et ce cadre n’est guère dépassé.

7 « Le zonage de pouvoir est le découpage en territoires sur lesquels s’exerce le pouvoir. En France, on peut penser essentiellement aux communes, départements et régions [...]. Les zonages de savoir ont été créés par le monde de la statistique et de la recherche pour permettre l’étude du territoire sur les bases adaptées à la réalité actuelle... » (Terrier, 1999, p. 1).
Il est quand même surprenant de constater que c’est la commune (mentionnée comme zonage de pouvoir) qui a servi de cadre à ces « zonages de savoir » dont parle Ch. Terrier.

8 Cet espace cartésien est fait d’une grille de coordonnées en latitude et longitude qui positionne des points, des lignes et des zones à la surface de la Terre ; cette mesure de la Terre a commencé avec les Grecs (Ératosthène et la mesure de l’arc de cercle d’Alexandrie à Syène en Haute Égypte), s’est développée au xvie siècle (avec Mercator et les projections) et s’est affirmée au xviie (le siècle de la mesure de la Terre, avec Descartes...) et xviiie siècles (la mesure d’un arc du méridien terrestre de Dunkerque à Collioure et la première grande carte topographique réalisée par la dynastie des Cassini de 1744 à 1789, la fameuse carte du royaume de France). Cette mesure basée sur la géométrie fait entrer le Monde dans un cadre d’intelligibilité, d’abstraction née de la réflexion humaine.

9 A l’échelle des États, par exemple, ces données sont, soit fournies par les statistiques, soit par d’autres cartes thématiques produites par des services spécialisés ; les données sur le pétrole et le gaz naturel sont ainsi produites, par l’Institut Français du Pétrole qui, par ses services de documentation offre des informations tirées de International Petroleum Encyclopædia, Éd. Pennwell, Arab Oil and Gaz Directory – Arab Petroleum Research Centre, Paris, revue Pétrole Gaz Arabes (P.G.A.)... Il est significatif de constater que ces informations vont se focaliser sur l’aspect matériel des choses (localisation des gisements, acheminement – oléoduc, gazoduc – terminal pétrolier) et non sur l’aspect humain (origine, importance, diversité des hommes qui y travaillent). Pourtant, en Arabie Saoudite et dans les pays du Golfe, la population étrangère (constituée majoritairement de travailleurs immigrés en provenance des pays arabes – Égypte, Yémen... et des pays d’Asie du Sud-Est) représentait presque 50 % de la population de ces États pétroliers. Cette masse d’hommes ne participe-t-elle donc pas à l’organisation de l’espace ? Pourquoi est-elle passée sous silence ?

10 F. de Dainville (1964) dans une étude sur Le langage des géographes de 1500 à 1800 soulignait que « savoir la carte et savoir la géographie était tout un ».

11 Ce classement n’est pas à prendre dans l’ordre ; tous ces éléments influent de façon combinée.

12 « Ce projet de recherche cartographique répond à l’appel d’offres du groupe de prospective n° 7 de la DATAR, “Complexité territoriale, NTIC et sémiologie graphique”. Il se situe dans la perspective d’une contribution à un renouvellement de la prospective en matière d’aménagement du territoire, tel que la DATAR l’a souhaité en lançant les groupes de prospectives. Il entre très nettement en cohérence avec la problématique propre du groupe 7, “Représentations et complexité territoriale”.
Le projet est présenté par un groupement d’équipes de recherches publiques. Le responsable scientifique du projet est Jacques Lévy » (présentation du projet CartogrAm).

13 Dans ce cadre peuvent s’inscrire les outils mathématiques et statistiques (géomatique), les différents types d’anamorphoses (travaux de C. Cauvin à Strasbourg), la cartographie en couches indépendantes de logiciels de Système d’Information Géographique, la modélisation graphique.

14 Cependant, si la modélisation graphique s’est fortement développée à partir des années 1980, aujourd’hui, cette recherche semble marquer le pas.

15 Cette pluralité des modalités de mesure de la distance vient non seulement du fait qu’elles varient selon les acteurs, individuels et collectifs, mais aussi parce que pour chacun d’eux, il s’agit d’un système complexe et mouvant.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable