Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

II. — Partie : identifier et représenter

De la lecture des territoires

Jean-Pierre Lécureuil

Texte intégral

1Les participants invités au débat doivent, à côté des « universitaires », représenter des acteurs spatiaux singuliers (concepteurs, législateurs, décideurs, aménageurs de territoire). Ces derniers ont classiquement pour tâche d’animer et parfois de structurer, de diriger des processus économiques, politiques, sociaux déployés et rapportés à des espaces limités. Soient des d’aires repérées en fonction de métriques, de positionnements au nom de phénomènes de production de services, de constructions d’équipement, d’harmonisation de socialités ; mais aussi au nom d’image, et d’identité. Il est ainsi des données multiples, toutes qualificatives d’espaces prétendument singuliers. Ces données sont souvent choisies et attribuées, mais, non moins souvent elles sont aussi induites ou héritées. Nous ne pouvons pas toutes les citer et ce serait ici sans intérêt. Signalons qu’elles ont vocation à caractériser et/ou valoriser des ressources locales, des flux, des valeurs.

2Mais, la session de l’Université de Tours convoquera-t-elle les humains qui se servent pour leur vie commune, hypothétiquement de ces espaces ainsi qualifiés ? Nous pensons à ces autres acteurs, sans lesquels point n’est possible de concevoir les espaces en territoire(s), avant même d’envisager de les lire ?

  • 1 Raffestin С. in Auriac F., Brunet R., Espaces jeux et enjeux, Fayard, 1986.
  • 2 Dory D., La géographie fondamentale : de l’expérience au projet, in Espaces/Temps n° 40-41, 1989.

3Car, « le territoire est une réordination de l’espace »1 nous indique C. Raffestin. Le territoire « se trouve ainsi pris dans sa dualité intrinsèque : à la fois résultante instable d’une action transformatrice et des multiples pratiques sociales, et objet d’un premier savoir qui à son propos se constitue, afin d’en expliquer tant les formes que l’organisation et les variances »2 (Dory D., 1989, p. 23).

4Nous comprenons qu’il convient, au nom d’une approche phénoménologique de l’espace, pour le lire comme territoire, de tenir autant le pôle « sujet » des individus qui pratiquent l’espace, que le pôle « objet », pour ce qu’il donne potentiellement des pratiques possible de l’espace. Les élus, les développeurs sont en tâche, principalement sur le pôle « objet », sur lequel d’ailleurs ils fondent la promotion, ou l’évaluation de leur action sur l’espace (tout en affirmant qu’ils cherchent à agir en pensant aux autres). Les autres sont les possibles pratiquants de l’espace envisagés comme « sujets », mais des « sujets » alors quelque peu contraints (au regard du travail de ceux qui opèrent sur l’objet). Des écarts entre des propositions et des usages et pratiques appropriées/appropriatives de l’espace formant hypothétiquement territoire, peuvent exister.

5Nous intégrons qu’il est suggéré par l’appel à contrubution et la compréhension de la citation de Dory, une lecture d’une double notation d’une composition, telle la partition pour piano dans l’orchestre : la main droite en clé de sol et la main gauche en clé de fa, en respect des autres instrumentations.

6Peut-on imaginer que cette métaphore musicale et pianistique permette d’envisager :

  • d’une part, la double écriture de la chose spatiale. Sur l’une des portées nous trouvons la partition attribuée aux décideurs et aménageurs, et sur l’autre une partition aussi, mais écrite sur une clé différente ; elle stipule les pratiques de l’espace ainsi utilisé, vécu et de ce fait, ordonné,
  • d’autre part, l’orchestration dont le sens reste à analyser, à comprendre, pour ces effets interprétés par les concertants.

7Autrement dit, pour retrouver « l’espace » et sa (ses) possible(s) conversion(s) en « territoire(s) », multiplions les contournements et évitons les simplifications de lectures automatiques ou dirigées.

  • 3 Certeau M., L’invention du quotidien, I – Manières de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1980).

8Nous procéderons par analogie avec l’historien Michel de Certeau. Il avait suggéré il y a déja deux décennies une piste de réflexion3 qui peut être rappelée pour comprendre une sorte de détour que nous suggérons et permettre l’étude de l’espace.

9A propos de la ville – incluant les professionnels à son chevet – il distinguait en substance, le diagnostic (pessimiste) la concernant, de celui (incertain) portant sur les populations urbaines. De son point de vue, on ne peut déduire l’un de l’autre, ce que bon nombre d’observateurs faisaient et font toujours. Une autre manière de redonner la possibilité de parler de la ville, lui semblait consister à se placer, au plus près « des pratiques microbiennes, singulières, plurielles » des citadins.

10L’entendement des processus « d’interprétation » et « d’orchestration » – pour reprendre la métaphore musicale – des phénomènes spatiaux formant hypothétiquement du territoire, réside dans l’analyse des micro/méso-pratiques des individus in situ. Nous voyons là se dessiner les fonctions et les rôles du chercheur, géographe, sociologue, anthropologue, convoqué utilement.

11Réfléchir aux conditions d’un déchiffrement de l’espace pour le lire comme territoire, c’est appréhender un espace en actes et d’abord le revisiter, pour remettre en cause le cas échéant, des conceptions affichées par l’aménageur, le décideur ; en tous cas soumettre des usages d’un espace à une étude spécifique.

12La réflexion qui nous anime, tient à une approche géographique qui s’intéresse plus particulièrement à l’analyse de l’articulation entre « espace » et « territoire », via des jeux effectifs d’usages. Nous convoquons pour cela deux identités et expériences :

  • à titre professionnel, pour une participation à des programmes d’aménagements des organisations de vie sociale à partir de la vie scolaire, structurée par les institutions locales et d’état, pour les habitants d’une commune, d’un bassin, de regroupements d’entités territoriales,
  • au titre de la recherche, à travers le traitement des spatialités des adolescents et des éducateurs (enseignants, parents, animateurs...) pour examiner en quoi elles forment du territoire.

13Les identités et expériences sont toutes deux engagées sur un même type de champ pratique. Le chercheur a dû se construire dans la distanciation de l’engagement du professionnel. Pour traiter du sujet des journées d’études, c’est plutôt en procédant à une analyse comparée des expériences du professionnel et du chercheur, que nous comptons tirer enseignement.

LES CONSTRUCTIONS DE L’ESPACE ET LA PERSPECTIVE DU TERRITOIRE

  • 4 Raffestin С. in Casse M.-С, voir réf. cahier citation, ou, « Pour une géographie du pouvoir », 198 (...)

14Si « le territoire peut être considéré comme de l’espace informé », comme l’énonce C. Raffestin4 (1986, p. 117), comment permettre aux espaces, de se révéler derrière, dessous, en creux de la vie réelle qu’ils catalyseraient jusqu’à construire du territoire ?

15Nous faisons l’hypothèse, selon l’analogie avec la piste que propose Michel de Certeau en matière de pratiques affectées au citadin, qu’un ensemble d’exemples singuliers d’actes spatialisés, pris sur le vif, représente la meilleure option de saisie des spatialités qui peuvent être productrices de territorialités.

  • 5 Qu’on prête à ces totalités, noms de « pays », de « syndicats », de « communes » ou de « communaut (...)

16La démarche générale d’étude que nous présentons s’appuie sur les lieux que les acteurs spatiaux eux-mêmes occupent, et non en premier, d’une entité spatiale déclarée comme totalité5. Nous ne ferons pas un a priori, des aspects institutionnels des espaces et lieux configurés, des structures matérielles et idéelles ou symboliques des espaces praticables ; et ce pour mieux saisir les multiples solutions et inventions – et pourquoi pas les « bricolages » – des acteurs spatiaux communs. C’est ainsi chercher à discerner le sens « au ras des lieux » de l’espace observé et chercher le sens dans la manière dont les pratiques des lieux « parlent » et donnent « à parler » à chacun et à tous différemment. Nous identifions là un gisement, celui des effets producteurs de spatialités donnant « à être » aux individus et aux objets qu’ils manipulent. Il s’agit d’engager par là la compréhension des sujets qui vont des lieux et des choses, à l’homme territorialisé (et non seulement territorialisable). On ne nie pas l’intérêt des aménagements. On comprend donc le statut à accorder aux réalisations dont s’honorent élus et décideurs, ou aménageurs. Elles apparaissent en tant que produits et démarches. Elles sont à la fois les « tenons » de l’ossature de l’espace et les matériaux avec lesquels les hommes édifieront, le cas échéant des territorialités. « La territorialité peut-être définie comme un ensemble de relations prenant naissance dans un espace tridimensionnel (société-espace-temps), en vue d’atteindre la plus grande autonomie possible avec les ressources du territoire. C’est un mode de relation à l’alterite, l’autre étant le territoire antérieurement modelé où les individus les groupes, les organisations s’y insèrent. » Raffestin С, 1980.

17L’analyse et la réflexion que nous allons proposer pour « lire du territoire » se veulent progressives. Elles s’attachent à décrire les pratiques et usages, leurs formes et effets ; et surtout à prendre en compte les significations des participations sociales, tout comme l’expression culturelle des mises en mouvements de ces espèces d’espaces d’actes que peuvent être les lieux.

18C’est globalement de cette manière que la démarche d’étude s’interroge sur l’existence, la formation/reformation de territoire comme agencements singuliers de ressources spécifiques, des données spatiales en particulier.

LIRE LES TERRITOIRES : UNE ACTIVITÉ DE RECHERCHE

La « lecture du territoire » procède d’une activité de recherche

19« Lire du territoire » tient d’une analyse maîtrisée d’un espace en actes. Cela procède d’une méthode objectivable, au titre de la recherche. Les matériaux que se propose de décrypter le chercheur tiennent des pratiques, des usages, des figures, des signes, des images, des implicites... livrés en pluralités cumulatives ou non. Le démêlement de ces constructions physiques, matérielles, mentales inscrites dans la continuité de l’expérience des spatialités et les discontinuités des émotions qui peuvent leur être associées, ouvrent à l’examen des système explicatifs de « la » ou « des » lectures des phénomènes socio-spatiaux pouvant produire du « territoire ».

20En postulat : ce que nous rencontrons pour envisager cette lecture, c’est un espace qui accueille des pratiques, des groupements humains. Les configurations d’action tant individuelles que collectives y sont autant complexes que diverses. Elles sont animées pour user des ressources du champ d’action espace, par des motifs communs ou différents, sur des temps identiques ou non, pour des effets partageables ou non, voire cumulatifs ou non. Le questionnement majeur à partir duquel s’articuleront d’autres interrogations d’étude, tient de l’analyse du procès de présentification que les usagers opèrent pour se spatialiser en agençant des êtres et des choses à des échelles variées, dans des ordres de significations sociétales multiples.

21L’approche dans laquelle nous nous situons pour aborder les questions de méthodes de lecture, n’est pas celle qui décrète le territoire à priori, nous le rappelons. Nous envisageons l’acte de lecture comme un travail de découverte, issu d’un déchiffrement pour compréhension des engagements, des investissements et usages d’un espace que dirigent les acteurs spatiaux, animés d’intentionnalité et doués parfois de stratégies.

22La posture de lecteur que nous défendons est celle qui cherche à dévoiler, à identifier des usages qui sont faits, de lieux, de distances parcourues, de mobilités agencées... à différentes échelles, selon des significations sociales, psychologiques, idéelles, culturelles, à percevoir.

23L’objet de la lecture devient alors résolument celui de la compréhension du sens que les usagers de l’espace confèrent en cadres sociaux, lorsqu’ils empruntent et agencent des éléments d’un univers original spatial, matériel ou immatériel, voire représenté.

24Nous fondons ici l’idée que « l’espace », donnée d’étude pour le chercheur, est pour les usagers, un agent d’une puissance cognitive mobilisée par des pratiques, des activités, qui occasionnent des agencements de spatialités singulières. Chaque enquête située porte sur « la ou les » conjonctions de ce qui se passe et est configuré avec les objets et la société qui sont localement rencontrés. Nous considérons alors les corps, les comportements, les conduites comme éléments agis, visibles d’un système d’action écologique – donc d’interactions – mu par des « individus-pratiquants ». C’est à partir de leurs activités qu’ils peuvent donner sens à des situations propres au champ spatial et social auquel ils participent et qu’ils déterminent.

Des niveaux de lecture

Un premier niveau d’information pour « lire du territoire »

  • 6 Berthelot J.-M., Les vertus de l’incertitude, PUF, 1996.
  • 7 En référence à Garfinkel.
  • 8 Nous aurions aussi à préciser ce propos en le situant par rapport à Pierre Bourdieu lorsqu’il écri (...)

25Nous pouvons à un premier niveau de lecture de l’action socio-saptiale, « voir » d’où, en quels lieux et selon quoi, quels « spectacles » des pratiques, des fréquentations, inscriptions, mobilités renseignent des usages, ouvrent à des négociations de conflits socio-spatio-cognitifs. Nous nous intéresserons aussi, à ce en quoi les agissements donnent aux individus/acteurs spatiaux, à « s’ » engager, le cas échéant, « dans des mondes » d’action. Nous n’oublierons pas de dire aussi d’où et comment le chercheur « voit ». Les notions de « situation », de « spectacle » localisés comme sur des « scènes » ou des « paliers », indiquent la modalité interactionniste du travail singulier qu’effectuent les acteurs. Ceci dirige le fait qu’« une réflexion authentique est toujours la recherche d’un point, d’un lieu, d’un espace par où s’ordonne l’énigme du désordre»6 (Berthelot J.-M., 1996, p. 7) L’objet d’observation nécessaire à la réflexion peut être nommé. Il s’agit des « accomplissements pratiques »7 en situation qui produisent des faits sociaux. Nous procédons par l’enregistrement, tant de « réalités discrètes », ou non, de pratiques et d’activités, de relations. Nous les observons pour ce qu’elles agitent et utilisent – tout autant que créent – l’espace, des objets spatiaux, des règles, des valeurs, en arrangement d’un milieu d’action, pour satisfaire des besoins spécifiques. L’observation entraîne à déployer de l’attention pour des procédures situées. Celles-ci font engager des comportements qui sont adaptés ou non, selon un ordre, un rang, en relation à des pratiques. La saisie des informations utiles portent aussi sur des cadres d’expression qui sont construits pour permettre la manifestation d’idées, de sentiments. Notre essai est à terme d’interpréter le social ainsi composé, de dévoiler un réel susceptible de faire advenir des représentations8. Toutes ces manifestations sont à récoler ou, plus globalement, à décrire. Elles sont livrées au chercheur ; mais comme des indices, comme des interprétations partielles contextualisées. C’est « avec » et « au travers » de ces situations et manifestations, que tout un chacun des acteurs, compose du sens à être dans des lieux, se place dans un, ou des, univers d’action et manifeste un attachement à un, ou des, « monde(s) » signifiés, le (les) rendant ainsi potentiellement intelligible(s).

26Le « monde » sera pris, tel qu’il semble apparaître, « en soi » chez les individus impliqués dans des situations localisées. C’est-à-dire tel que ceux-ci l’expriment et le donnent à constater, lui instaurant des propriétés et qualités d’ordre qu’ils manipulent. Ces dernières se traduisent au travers de localisations, de découpages et d’aménagements d’espaces qui permettent aux acteurs de réaliser quelque chose. Ce sont alors autant de positionnements et configurations de développements de cours d’action, qui apparaîssent et qui s’apprécient comme des schèmes d’intelligibilité de l’action située. Il y a là tout ce qui ensuite pourra être investi/réinvesti par les acteurs eux-mêmes. Ils en retiendront des actes qu’ils pourront mettre en langage ou symboliser – autres ressources possibles et matériaux d’étude/lecture pour le chercheur.

Nous avons adopté, dans notre étude en cours des jeunes usagers de la ville, des dispositifs d’observation qui nous impliquent dans des déambulations longues et répétées, telles des sortes de promenades à la rencontre des présences des adolescents. Nous avons pu les suivre dans leurs pérégrinations, voire les accompagner, car nous avions avec certains d’entre eux passé un tel contrat. Ces modes d’enquêtes nous ont permis de « croiser », au sens physique du terme, ceux que nous observons et alors des interactions ont pu nous permettre d’engager des échanges verbaux. Parfois de manière plus directe, nous avons proposé la reconstitution d’itinéraires sous forme de schémas et/ou de cartes de sortie.
Dans un autre genre, nous avons pu nous intéresser à de menus incidents sur l’espace public de déambulation. Ils permettent l’enquête sur des controverses spatiales entre usagers, co-présents ou non. Ainsi nous avons eu comme support d’information, des sortes de désordres occasionnés : par l’aménagement d’un boulevard lors d’une exposition des statues monumentales de O. SOW – par une grève de trains qui modifie les conditions de fonctionnement de la gare routière, par l’utilisation par de jeunes skaters, du sol en marbre lisse du monument aux morts de la ville – Ces modes d’enquête de terrain, parmi d’autres, nous permettent de nous imprégner comme chercheur autant de « l’esprit d’un lieu » que d’enregistrer des pratiques. Ces modes d’enquête ouvrent aussi à la possible saisie des expressions directes sur les pratiques auprès les acteurs impliqués ou auprès de simples observateurs.

27Avant de signaler l’intérêt que nous portons aux qualifications et justifications des actions situées, il convient, nous semble-t-il, de préciser quelque peu une question de saisie des informations utiles au chercheur.

28Pour noter, décrire, saisir, il faut trouver les données observables. Cela réclame de prendre appui :

  • en premier, sur une lisibilité « naturelle » des pratiques, activités et actions situées, car « les descriptions sont irrémédiablement liées à leur contexte d’énonciation, à l’intelligibilité qu’elles y produisent selon les finalités locale de l’action ; (...) »9 (Mondada L., 2000, p. 29). A propos de ces « finalités locales de l’action », la phénoménalisation d’une action s’identifie entre autre, par des données qui tiennent à l’espace, au temps et aussi aux multiples autres données, constitutives de son accomplissement pratique et sensible. Toute action doit être appréhendée dans toute sa configuration focalisante qui règle une intervention des acteurs dans un environnement spatial et social dont une partie est alors marquée par l’action.
  • Mais aussi, en second, la saisie des données observables s’appuie sur un « soi-même » comme chercheur. Celui-ci se propose de révéler un « quelque chose », en sélectionnant un ensemble d’observables rendu disponible par le développement d’une situation localisée. Mais fréquemment, il faut extraire cet ensemble d’observables, car il n’est pas souvent directement accessible. La /les réalité(s) n’apparaissent pas comme telles au chercheur, mais plutôt au travers d’indices, de signes, scènes qui peuvent être manifestes ou signifiés par les acteurs. Ces indices sont à saisir comme des paramètres, ou des indications opératoires d’explications théoriques futures ; mais souvent, encore non complètement posées au moment où ils se présentent au chercheur.

Un deuxième niveau d’information pour « lire du territoire »

29A un second niveau de lecture de l’espace formé par les acteurs spatiaux ordinaires, ce sont les processus de composition et/ou de recomposition de « biens communs » sociétaux qu’il convient d’identifier et de reccueillir.

30Ce n’est plus la seule description, l’unique rapport basé sur l’œil dominant et focalisé du chercheur qui suffisent pour saisir l’information utile à l’étude/lecture que nous poursuivons.

Nous avons, toujours pour notre étude des usages urbains des espaces de la ville par les jeunes, procédé par entretiens individuels et collectifs auprès des adolescents eux-mêmes, ou auprès des adultes qui les côtoient sur l’espace public. Avec chacun nous avons comme quête, le dévoilement d’un objet/enjeu (idéel-matériel-physique...) qui engage un acte spatial et qui donne à représenter, ou fait problème et catalyse un jugement, sinon une explication justificatrice.
Notre démarche est de réunir, ou faire réunir, les indices d’une situation. Nous utilisons le récit, les photographies par exemple et nous offrons alors ainsi, des éléments de situations qui deviennent des propositions discutées, des mises en explications circonstanciées par les personnes enquêtées. Avec les jeunes, l’entretien par photolangage est devenu un mode positif d’enquête pour qu’ils osent sans crainte développer des qualifications d’actes.

31D’autres méthodes sont réquisitionnées, adaptées pour accoucher avec les acteurs du sens qu’ils infèrent à leurs pratiques.

  • 10 Voire même selon Boltanski et Thévenot, d’« un sens moral », qui consiste à savoir relier les circ (...)
  • 11 Barel Y., Le social et ses territoires, in id., Raffestin C, Auriac R, Brunet R., 1986.

32C’est, ce moment, que les pré-conceptualisations de l’observateur/chercheur se trouvent remises en cause par celles de l’observé qui pense ses propres relations, emprunts, interactions, significations d’usages. La question de la réactualisation de la vie sociale, de la rénovation de la signification culturelle, dans la mesure où les acteurs les approprient à des espaces qu’ils pratiquent, deviennent alors essentielles pour la production de l’espace en « territoire ». Nous pensons qu’il convient alors de mobiliser une démarche qui prête plus à « entendre » qu’à « voir ». La possibilité est ménagée aux acteurs spatiaux de percevoir leurs actions, dans une – ou une suite – de séquence(s) vécue(s). Séquence(s) où ils se sont engagés pour accomplir des réalisations ou des ajustements ; au fur et à mesure des circonstances, des lieux et des rencontres, voire des épreuves qu’ils ont connus. Le principe d’enquête est pour partie celui que proposent les sociologues Luc Boltanski et Laurent Thévenot, avec « l’action justifiée » comme objet d’entretien ; nous pourrions aussi dire « l’action qualifiée ». L. Thévenot précise la finalité de la démarche en envisageant que la « justification » tire l’action vers les différents étages de « l’action qui convient » (titre de son essai, Patrick Pharo et Louis Quéré, éditeurs, in Les formes de l’action. Sémantique et sociologie.) L’intérêt pour le chercheur de ces entretiens sur l’action consiste à prendre acte de ce que les acteurs doivent s’appuyer sur l’espace, les objets et les autres – comme eux – qui s’y trouvent, pour faire valoir leur point de vue sur l’action à laquelle ils ont contribué. La validité de leurs arguments et leurs conceptions d’un monde utile ou nécessaire peut, de ce fait, être établi. Dans cette mesure, ils objectivent et valident que ce qui existe, n’est pas pur arbitraire ou chimère, mais répond d’un « sens commun »10, voire même d’un « sens moral ». Nous trouvons là des qualités d’information de « l’espace » (découpé, travaillé, instruit) par les acteurs spatiaux, propre à le transformer en « territoire ». « En d’autres termes, la territorialisation (la production de territoire) devient pour une part un phénomène auto-référentiel où ce qui réfère et ce à quoi il réfère sont fusionnés. С’est comme si, prêtant sa voix aux territoires qu’il crée, l’imaginaire humain leur faisait dire : j’existe parce que j’ai du sens et j’ai du sens parce que j’existe. »11 (Barel Y., 1986, p. 133).

La « lecture du territoire » liée à une approche constitutive de « l’espace »

33Les constructions spatiales et sociales usant de la ressource « espace » dans le cas de la formation de territoire, font mettre en œuvre aux acteurs, des processus de relation, d’appropriation, de valorisation accordées « à » et, manifestées « par » des pratiques qui les impliquent comme sujets se territorialisant.

34Pour autant, le concept même de « construction » doit être discuté. Il renvoie ordinairement à des stratégies et mécanismes délibérés de production d’un objet, d’un plan d’action. L’étude et la lecture des usages et des significations de l’espace dont il a été fait état, ne tiennent pas de cette condition volontariste et conduite d’action présupposée, finalisée à un produit.

  • 12 Mondada L., id.

35Dans son accès théorique, « l’approche constructionniste » (Mondada L. 2000, p. 23) de la réalité phénoménologique de territorialisation, englobe et tient d’activités aléatoires et/ou ponctuelles, mais ajustées. Le concept de « construction » intègre pour la lecture de « l’espace » en « territoire », les multiples actes qui ne sont pas a priori organisés et prévus. « A la notion de “construction”, l’ethnométhodologie préfère donc celle d’“accomplissement” : les faits, les données, les choses les institutions sont appréhendés par l’analyse des processus qui les organisent, qui leur donnent une stabilité, qui leur confèrent un caractère factuel. Les faits sociaux sont ainsi analysés comme des accomplissements pratiques et situés des membres (Garfinkel, 1967 ; Garfinkel et Sacks, 1970). Ceci permet de mettre l’accent sur les activités pratiques et les “méthodes” qui les organisent, les maintiennent, leur confèrent un sens. »12 (Mondada L., 2000, p. 23).

36Le contrait spatialisé à décrypter, c’est bien la compréhension de cette succession de recours obligés singuliers par lesquels l’acteur prend une certaine forme de conscience de lui-même, même si cette prise de conscience n’a de sens que par rapport à un ensemble de relations pré-organisées ou simplement découvertes. C’est aussi, pour l’observateur extérieur, ces recours obligés, les ancrages d’une cohérence d’un système d’action propre à la signification de l’expérience humaine.

37Dans cette acception, l’acte de lecture que soutient le chercheur – ici géographe-comporte une étude réflexive sur les façons dont les acteurs spatiaux s’approprient des données spatiales, voire les transforment et les ré-inventent ou les complètent, pour accomplir la facticité, l’intelligibilité de leur réalité, dont l’ordre n’est jamais obligé, mais à construire, ou à co-construire.

38Le territoire serait alors une préoccupation essentielle de la lecture de l’espace qui consiste à reconnaître et préciser des perspectives particulières (pratiques, symboliques, idéelles) que des acteurs et des catégories d’acteurs – qui se re-construisent comme tels ou comme sujets – organisent, pour signifier – le cas échéant – leur participation sociétale à partir d’un lieu, pris comme espèce d’espace. Ils montrent leur intelligibilité à la complexité des choses de l’espace et de la société, comme présentification de leur monde d’action signifié.

POSTFACE

39C’est à partir de ce cadre et de cet exercice pratique de recherche que nous envisageons la réflexion et le débat avec des « décideurs » et « aménageurs » dont les fonctions les font obéir à un plan, une commande qui commettent « l’espace » au nom d’un credo, quelqu’il soit, pour produire du « territoire » (dit-on communément). Cette injonction à opérer, les engage dans une démarche volontariste sur les choses, postule d’un espoir, relève d’un projet de création d’un espace dit pertinent « pour », un fait social rapporté à un espace d’action.

40Nous ne discutons pas ici de la légitimité, ni des nécessités de ces modes d’intervention en matière de modernisation institutionnelle, de dynamisation du développement local, par exemple. Nous remarquons qu’elles escomptent d’une affirmation a priori de la vie sociale, sur une base autant géographique que sociale : des programmes balisent, découpent, proposent, organisent l’espace. Des exercices de métiers en disposent, le préparent pour faciliter des engagements pratiques, catalyser des usages, faire fermenter de la signification. Les usagers de l’espace eux, bricolent ou arrangent des configurations qui leur sont propres. Ils empruntent, ou non, des ressources à l’espace et ils rodent des procédures qui concourent à des productions sociales singulières. Oui, peut-être ?

41La question de l’évaluation des pratiques réellement initiées, voire transformées à partir des propositions des décideurs/aménageurs et la question du résultat de ces pratiques, en terme de « territoire » reste toutefois souvent entière.

42Nous envisageons que la présentation d’une proposition de lecture de l’espace pratiqué, telle que nous l’avons décrite, montre et circonstancie une articulation positive entre les travaux des chercheurs et ceux des aménageurs.

43Nous pensons que le propre des aménageurs est de travailler aux modifications des conditions externes des activités « sur » ou « au titre » d’un espace. Pour autant, le réel n’est pas identifiable à ces seules conditions externes. Il tient plutôt aux modifications de manipulation et emprunts de ces conditions par les acteurs au titre d’usages nouveaux ; devenant en cela des sujets gouvernant leur implication territoriale.

44Alors, il est une chose, quasi entendue, que les aménageurs concentrent leurs techniques sur les modifications de l’environnement spatial et social, sur l’accessibilité des facteurs mobilisables par les acteurs pour créer de la situation d’action. Ce serait une autre chose que les chercheurs soient appelés sur les terrains de l’exercice de l’aménagement, à identifier, à analyser, à objectiver, ou simplement rendre compte du réel territorialisé. Il pourrait leur être confié la mission de traiter de « la » ou « des » réalisations qui mettent aux prises les sujets-actants spatiaux aux prises avec les significations de leurs propres réalisations et réalités. Elles ne sont jamais complètement prévisibles et résultent des constructions qu’opèrent les hommes et les choses à partir d’un espace ressource singulier générateur alléatoire de « territoire » comme agencement, non décrété d’office, même pour de bonnes causes.

45C’est dans cet ordre de compréhension des significations des tâches, des temporalités d’action et des complémentarités de méthodes, sur les terrains d’exercice des politiques territorialisées, que des saisies et traitements de lecture des espaces d’actes, pourront devenir complémentaires d’autres agissements et interventions des métiers dit du développement local. L’expérience de chercheur attaché aux lectures de l’espace « pour faire hypothétiquement territoire » pourrait être livrée à une réflexion interactive avec des aménageurs, des législateurs et autres décideurs.

  • 13 Marié M., Penser son territoire : Pour une épistémologie de l’espace local, in, id. Raffestin С, A (...)

46En effet, tous manipulent à satiété ces mots mana de « territoire » et ses dérivés associés –nous le remarquons– fréquemment à ceux de « société »/« développement local ». Veillons à les examiner chacun pour eux-mêmes, gardons leur, des capacités de contructions différenciées, parfois seulement cumulatives. La vigilance doit être rigoureuse pour sauvegarder leur opérativité concrète en action. « La première chose qui s’impose lorsqu’on approche un nouveau territoire est la gangue des mots, de corps constitués de discours qui l’enserrent, l’enferment, le médiatisent. Les mots fonctionnent alors comme des vêtements qui, à la fois, se donnent à voir et servent de masque, protègent de la vue. Ils se présentent comme la réalité ».13 (Marié M., 1986, p. 144).

47Nous ne plaidons pas pour une attitude de chercheur qui serait celle de l’individu distancié, observateur, juge ou censeur, réfugié dans le pouvoir des mots. Bien au contraire, nous l’envisageons de par son travail de distanciation, sur le terrain, comme un « éveilleur » de ce qui peut exister entre la réalité localisée et les chaos des interprétations qui peuvent en être données trop rapidement ou trop passionnément.

Notes

1 Raffestin С. in Auriac F., Brunet R., Espaces jeux et enjeux, Fayard, 1986.

2 Dory D., La géographie fondamentale : de l’expérience au projet, in Espaces/Temps n° 40-41, 1989.

3 Certeau M., L’invention du quotidien, I – Manières de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1980).

4 Raffestin С. in Casse M.-С, voir réf. cahier citation, ou, « Pour une géographie du pouvoir », 1980.

5 Qu’on prête à ces totalités, noms de « pays », de « syndicats », de « communes » ou de « communautés », de « parcs », soit des aires délimitées institutionnellement ; ou encore noms d’équipements culturels, ludiques, sociaux, ce qui ne modifie pas les paramètres de délimitation et d’attribution.

6 Berthelot J.-M., Les vertus de l’incertitude, PUF, 1996.

7 En référence à Garfinkel.

8 Nous aurions aussi à préciser ce propos en le situant par rapport à Pierre Bourdieu lorsqu’il écrit : « Le monde social est parsemé de rappels à l’Ordre (« rappels à l’Ordre » en italiques) qui ne fonctionnent comme tels que pour ceux qui sont prédisposés à les apercevoir, et qui réveillent « réveillent » en ital.) des dispositions corporelles profondément enfouies, sans passer par les voies de la conscience et du calcul. » (p. 126) (...) Parlant de l’agent, du groupe d’agents « ... la représentation qu’il entend donner et se donner de lui-même. La représentation (mentale) que le groupe se fait de lui-même ne peut se perpétuer que dans et par le travail incessant de représentation (théâtrale) par lequel les agents produisent et reproduisent, fut-ce dans et par la fiction, l’apparence au moins de la conformité à la vérité. » (p. 240) ; Bourdieu P., Raisons pratiques – Sur la théorie de l’action, Seuil, 1994.

9 Mondada L., Décrire la ville – La construction des savoirs urbains dans l’interaction et le texte, Anthropos, col. Villes, 2000.

10 Voire même selon Boltanski et Thévenot, d’« un sens moral », qui consiste à savoir relier les circonstances de la situation particulière à des exigences générales de justice valant pour tous. » in Dodier N., Agir dans plusieurs mondes, revue critique Sciences Humaines, juin/juillet 1991, n° 529-530, p. 431.

11 Barel Y., Le social et ses territoires, in id., Raffestin C, Auriac R, Brunet R., 1986.

12 Mondada L., id.

13 Marié M., Penser son territoire : Pour une épistémologie de l’espace local, in, id. Raffestin С, Auriac F., Brunet R., 1986.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable