Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

II. — Partie : identifier et représenter

Le lieu, une unité élémentaire et pertinente d’observation des processus de territorialisation

Laurent Cailly

Texte intégral

  • 1 Doctorant, centre de recherche V/S/T, université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

2Ce texte retrace une recherche conduite dans le cadre d’un DEA consacré aux processus de territorialisation en œuvre dans la construction d’un lieu sportif. Dans ce travail, nous délaissions provisoirement l’espace et le territoire pour nous focaliser sur les concepts de lieu et de territorialisation. Le choix de ces deux notions comme viatiques obéit à une double justification.

  • 2 Lévy J, L’espace légitime, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, 1994.
  • 3 Piolle X, « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’es (...)
  • 4 Nous partageons l’idée avancée par Vincent Berdoulay selon laquelle : « l’association conceptuelle (...)

3D’un point de vue pragmatique, il nous semble que la recomposition des territorialités urbaines, surtout lorsque l’on recherche des marquages identitaires et communautaires forts, jette en partie le discrédit sur la configuration territoriale. Le territoire, qui implique continuité, exhaustivité et bornage2, a fortiori lorsqu’il est fortement associé au modèle de la localité, régresse au profit d’une organisation des espaces vécus en réseaux souples et ouverts de lieux territorialisés3. Dans un contexte de diversification et d’individualisation des pratiques sociales, de surenchère des mécanismes de différenciation et de distinction (ce qui concourt à la fragmentation et à l’éclatement des espaces vécus), nous croyons que le lieu, défini comme la plus petite entité spatiale d’identification, doit être revalorisé4. Nous postulons que les lieux constituent l’alphabet symbolique à partir duquel s’édifient les deux autres formes d’espaces vécus, les territoires et les réseaux.

  • 5 Nous pensons particulièrement à son ouvrage de synthèse : Augustin JP, Sport, géographie et aménag (...)

4D’un point de vue théorique et conceptuel, les notions de lieu et de territorialisation nous paraissent entourées à la fois d’une certaine évidence et d’un grand flou : ceci est particulièrement net en géographie du sport, notamment dans les travaux de Jean-Pierre Augustin5. Le sport, le plus souvent réduit à sa dimension pratique, est étudié sous l’angle de l’offre et de la demande sportive. Les infrastructures, les institutions, les pratiquants et les spectateurs constituent autant d’objets que la géographie devrait décrire, décompter, localiser et cartographies en expliquant leur distribution spatiale. Dans ce contexte, le lieu est un espace où une matière inerte et froide, sans grande signification, est localisée. Quant au concept de territorialisation, vaguement synonyme d’appropriation spatiale, il paraît à la fois d’un emploi systématique et vide de sens.

5A travers l’étude d’un lieu sportif ordinaire, nous avons cherché à restituer au lieu toute sa grandeur. Espace immédiat, investi de sens et de valeurs, donc activement informé par la sémiosphère, nous posons le lieu comme forme élémentaire de territorialisation. Il s’agit d’une approche alternative où ses attributs symboliques, c’est-à-dire l’ensemble des schèmes socio-culturels investis dans ses formes, dans leur organisation et dans leurs usages, ne seraient plus éludés mais placés au centre de sa signification géographique. Si l’on accepte que la question de la fonction, de la position et de la dynamique sont les trois questions que les géographes adressent traditionnellement et légitimement au lieu, nous devons nous demander ce que l’analyse des mécanismes de territorialisation, c’est-à-dire des processus de qualification symbolique de l’espace, apportent. Il semble que la prise en compte de ce versant symbolique, en proposant des réponses bien différentes que celles fournies par la géographie classique, est d’une très grande richesse. Il s’agit, bien entendu, de revaloriser la construction sociale du lieu.

6Notre démonstration s’appuie sur une enquête de terrain consacrée à la construction symbolique d’un lieu sportif : il s’agit d’une salle privée d’escalade ouverte en 1998, située dans la banlieue-est de l’agglomération tourangelle, sur la commune de St-Pierre-des-Corps, au cœur de la zone industrielle des Grands Mortiers. Baptisée Mur Mur, celle-ci n’est pas unique en France, mais appartient à un réseau embryonnaire de lieux d’escalade portant la même enseigne, conçus sur le même modèle et dans le même esprit. Un journal, commun à toutes les salles, est porteur de l’image officielle. C’est d’abord à partir de ce journal que nous avons travaillé sur les idéologies et les valeurs associées au lieu et commencé à déconstruire son architecture symbolique.

FONCTION ET POSITION SYMBOLIQUE D’UN LIEU URBAIN D’ESCALADE

7La question de la fonction et de la position d’un lieu sont deux questions géographiques par excellence. Une lecture objectiviste et matérialiste rangerait notre salle d’escalade dans les espaces de loisirs situés en périphérie d’agglomération : rien d’étonnant en quelque sorte dans un contexte de développement des centralités périphériques. Pourtant, lorsque l’on pénètre les idéologies et les valeurs inscrites dans ce lieu, sa fonction et sa position peuvent être repensées autrement.

8L’image officielle (et donc dominante) de notre salle d’escalade forme un système de représentations structuré et organisé. Celui-ci lui confère une double caractéristique géographique. D’une part, la salle apparaît comme un refuge dans la ville, un espace qualitativement différent, défini négativement par rapport à l’espace urbain environnant. D’autre part, la salle d’escalade est une ouverture, une voie d’accès, un tremplin vers d’autres espaces situés en pleine nature. Finalement, la salle d’escalade apparaît à la fois comme un sas social et spatial entre l’ici et l’ailleurs, le quotidien et l’exceptionnel.

Mur Mur, un refuge dans la ville

  • 6 Il ne s’agit pas d’une exception : le paradigme de la convivialité est très contemporain. Il hante (...)

9Tout d’abord, la salle d’escalade est placée délibérément en contrepoint de l’espace urbain qui l’entoure. Elle est le lieu de projection d’un modèle de sociabilité idéal que l’on nomme la convivialité6. Tout montre que le registre convivial qui doit prévaloir dans cette salle (et constituer l’esprit du lieu) s’oppose diamétralement aux autres espaces-temps du quotidien. Huit structures oppositionnelles caractérisent ce registre convivial et montrent que le lieu est défini négativement par rapport à un pôle externe. Comme le montre le tableau suivant, l’image de la salle procède bien d’une lecture binaire du monde entre l’intérieur et l’extérieur du lieu.

  • 7 L’ensemble des idéologies et des valeurs inscrites dans le lieu ont été déconstruites à partir d’u (...)

Figure 1 : Cité conviviale et cité laborieuse7

Figure 1 : Cité conviviale et cité laborieuse7
  • 8 Nous avons présenté une analyse des idéologies anti-urbaines dans nos travaux précédents : Cailly (...)

10En approfondissant, on s’aperçoit que cette lecture binaire est sous-tendue par des idéologies anti-urbaines. La salle est opposée au milieu urbain qui symbolise le travail (et l’aliénation) ; le stress, l’agressivité, le bruit, le cloisonnement des relations sociales et l’enfermement. La salle est instituée, par rapport à tous les espaces du quotidien, comme un espace compensatoire. C’est le sens de cette citation du responsable de la salle tourangelle : « Le client cherche la convivialité, С’est le mal du siècle. Ils viennent parce qu’ils veulent s’étourdir, se vider la tête de leurs problèmes, veulent s’amuser. La convivialité, с’est ce qui manque dans notre société. Il n’y a plus de partage, plus d’écoute ». Nous savons ce que ce propos sous-entend8 : la vie urbaine est en cause, et plus profondément, l’espace urbain : la ville serait responsable d’une crise généralisée du lien social, d’un lien social « authentique » et « vrai » qui aurait préexisté au monde industrialo-urbain, accusé de nous avoir écarté profondément des formes ancestrales, idéales et particulièrement fantasmatiques, de sociabilités.

  • 9 Terme générique qui réfère à l’habitat traditionnel alpin, le chalet forme une image assez proche (...)

11A l’inverse, la salle d’escalade, comme monde compensatoire, renvoie à la pleine nature, et particulièrement aux espaces montagnards. Inscrite dans l’architecture, la montagne accompagne le discours de la convivialité, ce qui nous invite à penser que ce mode de sociabilité est associé à un espace souche, de référence. Impossible de ne pas voir ici le poids d’une mythologie érigeant la montagne d’hier et ses formes de groupements villageois en modèle de sociabilité idéal, fondé sur une humanité de proximité. Cette fusion entre la convivialité et le milieu montagnard dans l’image de la salle passe par la symbolisation de petits objets, c’est-à-dire par l’évocation de la montagne à partir d’un petit nombre de formes qui, par extension de l’imaginaire, permettent une association d’idée, une reconstitution mentale en grand (La salle ie la montagne). Ceci est particulièrement net dans le récit d’inauguration de la première salle à Pantin : « Tout était là, les grandes voies, les dévers, les chalets comme là-haut ». Les objets signifiés renvoient à des catégories de l’imaginaire montagnard comme celle du chalet9 qui apparaît dans les salles Mur Mur comme la forme névralgique articulant symboliquement un modèle de sociabilité (la convivialité) et un type d’espace (la montagne).

12Nous retiendrons que les promoteurs veulent donner de Mur Mur une image de refuge dans la ville, comme une enclave qui incarnerait l’ailleurs ici-là, tout de suite et maintenant. Cet ailleurs est à la fois spatial et social : il renvoie à un mode de sociabilité idéal (la convivialité), attaché à un espace de référence (la montagne), réintroduit sous forme miniaturisé dans un cadre urbain, comme la projection fantasmatique inversée d’une ville sans conscience.

Mur Mur, un trait d’union entre la ville et la montagne

13En rester à l’image d’un refuge dans la ville revient à donner de Mur Mur une image tronquée. Car, les promoteurs ne se suffisent pas d’amener les parois dans les villes. Il leur faut à l’inverse emmener le citadin qui grimpe en montagne, sans cesse, que ce soit par le rêve, ou plus concrètement, en organisant expéditions et voyages. En ce sens, le lieu sportif est également une fenêtre ouverte sur d’autres espaces dont le caractère exotique réactive l’imaginaire du lieu. La salle est l’antichambre d’un ailleurs, résolument tournée vers lui.

  • 10 Nous comprenons aisément que l’accompagnement des gens en extérieur ne peut desservir la construct (...)

14Car Mur Mur est d’abord un haut lieu d’acculturation. L’objectif avoué est de « transformer le citadin qui grimpe en montagnard ». Passer de la salle à l’altitude implique un apprentissage, une acculturation technique, physique et éthique. Mur Mur se charge de l’inculquer en proposant une équipe d’encadrement qui joue le rôle de passeur entre deux mondes éloignés aux systèmes de valeurs différents. Les règles du jeu ne sont pas les mêmes de part et d’autre de la frontière : d’un côté la ville (et l’escalade urbaine), aseptisée, minutée, planifiée, inscrite dans le registre de la rentabilité, de la compétition et de la performance propre au monde des villes ; de l’autre côté la montagne (et l’alpinisme), inféodée à la nature, impliquant respect, humilité et disponibilité de l’homo alpinus, et donc une relativisation de la performance par rapport au milieu. Mur Mur assure le passage de la frontière. Elle encadre et taxe les sorties extérieures qui prennent la forme d’expéditions à l’étranger ou de sorties sur les falaises et les montagnes nationales et répond ainsi au besoin d’aventure10.

15Finalement, la salle d’escalade joue un rôle de sas dans l’espace urbain. Elle constitue un espace intermédiaire entre deux espaces-temps de nature différente, structurés par deux systèmes symboliques dissemblables et franchement symétriques, la ville d’un coté, les espaces « naturels » de l’autre. La salle, en étant un refuge dans la ville et un tremplin vers la montagne, assure la continuité spatiale et temporelle entre le quotidien et l’exceptionnel, entre l’ici et le lointain. Elle introduit subrepticement les figures de l’ailleurs et de l’aventure dans le quotidien, figures elles-mêmes réactualisées en permanence par les expériences partagées ou par les récits. La salle constitue un ailleurs compensatoire : cette fonction sociale lui confère une position spécifique.

LES MODALITÉS PRATIQUES DE LA QUALIFICATION SYMBOLIQUE DE L’ESPACE

16La convivialité – et la référence à la montagne – n’est pas seulement un discours au sens strict. C’est aussi un discours en action, qui préside à la construction du lieu et contient en lui-même les germes d’une concrétisation qui passe par trois éléments distincts : par un jeu d’acteurs spécifique, par la définition de principes normatifs réunis dans un corpus de règles ainsi que par la sémantisation d’un ensemble d’objets et de formes. Ces trois éléments sont au fondement de ce que nous avons appelé la territorialisation du lieu. Cette dernière n’est donc pas « naturelle » mais relève d’un acte parfaitement intentionnel d’institution.

La convivialité comme métier

17Le responsable de la salle nous certifie que « créer de la convivialité, с’est un métier ». Il faut être disposé à porter cette image sur soi, sur son visage, dans sa manière d’être et de parler, donc accepter de jouer le rôle que l’on s’est assigné. Comme le garçon de café de Sartre joue à être un garçon de café, le responsable de la salle veut être à la hauteur de ce qu’il croit être une attitude conviviale ; il confie ce rôle, qui implique savoir faire, expérience et talent d’acteur, à son fils Guillaume, « l’âme de la salle ».

18En ce sens, l’impératif convivial impose une ligne de conduite. Nous ne développerons à ce titre qu’un seul exemple. Durant plusieurs séquences d’observation, nous avons remarqué que Guillaume B. participait activement à l’animation de la salle, en grimpant lui-même avec les clients. Cette action est chargée de sens et finalisée : elle obéit plus ou moins consciemment à la volonté d’humaniser le lieu sportif et d’effacer la distance sociale établie par le lien marchand en réduisant l’écart de point de vue entre le producteur et le consommateur. En participant pleinement à l’activité, le producteur réalise un transfert de position qui le place à un moment donné du point de vue de l’usager, c’est-à-dire comme individu capable de partager les émotions, le plaisir et les sensations de l’activité qu’il propose. Le lien marchand passe alors à l’arrière plan, comme masqué par un nouvel intérêt partagé.

19Il apparaît donc clairement que l’image d’un lieu, si elle veut être efficace, doit être portée par ses producteurs et se traduire par un certain nombre d’attitudes particulièrement significatives, qui assurent l’activité des images. Pourtant, la mise en scène de la convivialité passe aussi par d’autres voies, notamment par l’institution d’un système de règles et de normes.

La convivialité en règles

20A Mur Mur, les attitudes conviviales sont systématisées dans un ensemble de règles. Nous acceptons à titre heuristique que l’existence d’un système normatif régulant les usages légitimes d’un lieu est la condition même de son existence propre. En clair, il n’y a pas de lieu sans règles, implicites ou explicites, qui ne soient instituées par celui qui tient le lieu en propre et qui cherche à asseoir sa domination, à conserver son statut et à défendre ses propriétés. A Mur Mur, c’est Christian В., le responsable de la salle qui, en tant que producteur, est autorisé à instituer les règles ; celles-ci constituent autant de manières d’introduire, dans le champ pratique, l’esprit qu’il veut donner au lieu. Les règles renvoient aux attitudes et aux comportements, et traduisent en principes un système de valeurs : elles ont donc, comme les autres objets, une forte charge symbolique. Ces dernières s’expriment doublement.

21Il existe tout d’abord des règles explicites, réunies dans un règlement intérieur qui dicte les droits et les devoirs de chaque catégorie d’acteurs ; les producteurs d’une part et les usagers de l’autre. Celui-ci est affiché dans la salle, à plusieurs endroits. Dans ce règlement intérieur, nous voyons très clairement que la mise en scène de la convivialité passe nécessairement par l’imposition d’un certain nombre de principes qui définissent les pratiques licites ou illicites, ce qui est « convivial » de ce qui ne l’est pas. Nous dirions que l’existence juridique de la convivialité comme système réglementaire est la condition de son existence morale, comme éthique. La règle, édictée par le producteur, en instituant la convivialité comme valeur dominante, impose un comportement et un état d’esprit convivial aux clients.

22Par ailleurs, il existe des règles implicites, imposées de manière indirecte par le producteur. Les mots et les choses, de manière détournée, servent à ordonner des usages et des comportements, à distinguer le légitime de l’illégitime. Nous avons remarqué précédemment qu’en adoptant une attitude conviviale, les producteurs imposent au client, par mimétisme, une attitude similaire. Personne ne s’aviserait de ne pas dire bonjour et de ne pas sourire en entrant. Les producteurs, par leurs propres attitudes, imposent une ligne de conduite, et donc des règles tacites. Les objets, connotés eux aussi, sont instrumentalisés en vue d’ordonner un usage précis. Ils contribuent à définir également la règle. Ils contiennent, d’une certaine manière, de la normativité, comme nous allons le voir à présent.

La convivialité en objets

23La convivialité en actes passe aussi (et surtout) par une sémantisation de l’espace ; par la symbolisation de petits objets ainsi que par une organisation spécifique de l’espace du lieu. Le lieu est composé de sous-lieux dotés de sens et distribués sans hasard les uns par rapport aux autres. A cette échelle, celle du mètre ou du décamètre, nous avons tenté de retrouver le sens caché, la logique qui préside à la connotation et à la disposition des objets. Parmi les objets ayant la plus forte charge conviviale, le responsable de la salle mentionne le chalet, le livre de suggestions, les tables et les chaises. Ces trois objets semblent constituer ce qu’il convient d’appeler une centralité symbolique.

24Dans l’exégèse du journal, nous avons constaté que le chalet est la forme névralgique des salles Mur Mur, articulant un modèle de sociabilité idéal (la convivialité) et un type d’espace (la montagne). Ceci est particulièrement vrai à Tours où il a pour première fonction de créer une ambiance montagnarde : « Il y a un chalet, un tout petit bout de montagne ! » nous dit le producteur qui tient démesurément à cet objet et revendique fièrement sa provenance savoyarde. Moins élaborés qu’à Paris, donc moins évocateurs, deux éléments essentiels se greffent au chalet et consacrent son alpinité. Il s’agit en premier lieu des cartes postales, affichées sur un de ses flancs, orientées vers l’entrée et particulièrement visibles. Ces images d’autres lieux dans le lieu symbolisent la filiation de la salle avec l’univers montagnard. Elles assurent la continuité spatiale entre l’ici et l’ailleurs. Tout comme les animateurs sportifs se chargent du passage physique de la frontière, elles en assurent le passage spirituel. Le deuxième élément qui consacre la fonction montagnarde du chalet est la présence, sur le comptoir, d’une littérature alpine (magazines, catalogues, topoguides, livres techniques...). Il s’agit précisément de textes et d’images évoquant l’ailleurs, censés arracher le lecteur à son présent et l’inviter au voyage : celui-ci va revivre les émotions, les sensations qu’il éprouve lorsqu’il pratique lui-même la montagne. Par son activité lisante, il réactualise et rend présent l’exceptionnel, en transférant délicatement dans sa quotidienneté une charge onirique.

25La deuxième fonction attribuée au chalet est d’incarner un modèle de sociabilité conviviale. Trois éléments y concourent. Tout d’abord, le chalet abrite l’accueil, c’est-à-dire le lieu par excellence de la relation producteur / client. Le lieu est soigné à la mesure de la qualité relationnelle que l’on souhaite établir. Le cadre du chalet, comme espace individualisé mais largement ouvert sur la salle adoucit considérablement la césure et réduit la distance établie par le lien marchand. Le matériau utilisé (le bois) et la référence à la montagne (comme lieu de sociabilité idéal) favorisent l’échange et le dialogue et humanisent la transaction commerciale. Car, plus qu’un simple lieu d’accueil, le comptoir est un lieu de discussion et d’échange. Le chalet, à l’entrée de la salle, ressemble par bien des aspects à un poste frontière, constituant un passage obligé entre l’extérieur et l’intérieur. Il est plus ou moins volontairement un lieu d’acculturation. Il impose le registre convivial à la clientèle : la présence du chalet et du producteur derrière son comptoir oblige le client à s’arrêter, ce qu’il fait assez naturellement, et l’invite indirectement à adopter une certaine attitude. Le « bonjour » souriant et le « comment ça va » sont ici le strict minimum. La forme symbolisée est donc instrumentalisée (elle doit produire des effets ciblés) et contient une puissance ordonnatrice (elle impose en l’occurrence un type de comportement).

26Nous retiendrons que le chalet et sa périphérie immédiate représentent à la fois une centralité matérielle et symbolique qui domine l’ensemble de la salle. Elle impose le registre convivial aux clients et affiche l’esprit du lieu. Instrumentalisées, les formes contiennent donc une fonction langagière puisqu’il s’agit de transmettre, de communiquer voir d’imposer par leur biais la symbolique et l’esprit du lieu. Ceci pose le problème des acteurs de la symbolisation.

LES ACTEURS DE LA QUALIFICATION SYMBOLIQUE DE L’ESPACE

27Nous avons déjà un aperçu assez solide de la symbolique, des idéologies et des valeurs attachées à notre salle d’escalade ainsi que des modalités complexes par lesquelles s’effectue la territorialisation. Pourtant, la question des acteurs est restée en suspens. Il convient désormais d’aborder frontalement cette question, car la qualification symbolique de l’espace engage des acteurs multiples qui n’ont ni la même compétence sociale ni les mêmes intérêts. Nous avons jusqu’à présent qualifié d’image dominante l’image officielle de la salle divulguée dans le journal. Nous présupposons donc que les processus de territorialisation d’un lieu sont régulés par des luttes de pouvoir et de domination ancrées au sein d’un système d’acteurs. Cette proposition mérite d’être vérifiée : quels sont les différents acteurs intervenant dans la qualification symbolique de notre salle d’escalade ? Quels rapports entretiennent-ils entre eux ? Qui est le plus légitime à produire l’image du lieu ? Nous devons mettre à jour la structure même du système d’acteurs.

  • 11 Trois personnes furent à l’origine de la première salle Mur Mur, ouverte à Pantin en 1996, au nord (...)

28Il y a en l’occurrence deux catégories d’acteurs : les producteurs et les usagers véritables ou potentiels du lieu. Du côté des producteurs, on observe deux entités agissantes. Celle des producteurs historiques (le trio parisien)11 et celle du producteur local (Christian B). La question de leur compétence réciproque et de leur pouvoir de détermination est centrale. La deuxième catégorie est celle des usagers réels ou potentiels : nous y englobons à la fois les habitués du lieu et ceux qui le boudent, ces derniers contribuant de manière primordiale à définir son image. Là encore, la question de leur rapport à l’image officielle est centrale. En suivant nos postulats théoriques, ils peuvent reproduire, contester, transmuer ou subvertir l’image officielle.

Champ de forces et territorialisation

  • 12 La structure juridique qui lie les salles entre elles est trompeuse. Il s’agit d’un groupe d’intér (...)

29Cette image officielle, définie par les promoteurs parisiens dans le journal, constitue une image souche, une référence commune à toutes les salles, quelles que soient leurs localisations. Cette image est loin d’être située à l’arrière plan dans la réalisation des salles particulières. Elle est matricielle en quelque sorte. Ceci s’explique par la position dominante du trio parisien dans le système d’acteurs12. D’une part, celui-ci a protégé l’image officielle par une charte qui définit l’esprit des salles et qui doit être signée par tous les nouveaux gérants ; d’autre part, il contrôle et sélectionne les nouvelles recrues. Ainsi, ce système assure la domination du trio parisien et la reproduction de l’image historique. Dans ce contexte, quelle est la marge d’autonomie du producteur tourangeau ?

30La marge de liberté, déjà réduite, est encore diminuée à Tours par les dispositions mêmes du producteur local. Dans la symbolisation de sa salle, tout montre que Christian B. a agi par mimétisme et est resté fortement dépendant de l’image parisienne. Son histoire de vie explique son impossibilité d’agir sur la symbolique du lieu autrement que par reproduction. Complètement étranger au monde de l’escalade et de l’alpinisme (il tenait auparavant un garage Midas), il est doté d’un très faible capital culturel spécifique et sera fortement inféodé au trio parisien qui le lancera. Le rapport de domination qui existe entre Paris et Tours est donc le produit d’un double mouvement lié aux dispositions de chacun. La symbolique du lieu résulte donc de la structure du champ de force relative à ce système d’acteurs. Dans ce contexte, quelle est la place des consommateurs du lieu dans le processus de symbolisation ?

31Les consommateurs ont un statut radicalement différent. Ils jouent avec la symbolique du lieu définie par les producteurs. Soit ils la confortent, soit ils la contestent. Ils agissent dans un champ où la salle est confrontée aux autres lieux de même nature, aux autres lieux d’escalade avec lesquels elle entretient un rapport de concurrence. Nous postulons qu’il s’agit là d’une concurrence symbolique, qui explique en dernier ressort la dynamique propre de Mur Mur.

Un conflit symbolique autour du lieu d’escalade

  • 13 Nous parlerons de « contexte spatio-symbolique d’insertion » pour qualifier l’ensemble des lieux d (...)
  • 14 Cette salle, située su sud de Tours, au Parc Grandmont, est louée à plusieurs clubs, dont le Club (...)
  • 15 Qu’est-ce qui explique que nous choisissions un lieu plutôt qu’un autre, que nous allions ici plut (...)

32La territorialisation d’un lieu ne se fait pas de manière isolée, sans une mise en relation de ce lieu avec d’autres lieux de même nature13. C’est particulièrement le cas à Tours où la construction d’une nouvelle salle, alors qu’il existait déjà une infrastructure importante tenue par l’Université14, a fait apparaître un champ, c’est-à-dire un espace concurrentiel au sein duquel les pratiquants ont dû choisir leur lieu15. Ainsi, la création de Mur Mur fait naître un conflit symbolique entre ses propres usagers et ceux qui boudent le lieu, créant une ligne de partage au sein de la communauté des grimpeurs, chaque lieu devenant un outil de marquage identitaire et de distinction symbolique. Cette instrumentalisation des lieux met en évidence la nature conflictuelle du processus de territorialisation.

33Tout d’abord, les deux camps affublent Mur Mur de valeurs diamétralement opposées, ce qui pose la question d’une interprétation contradictoire de l’esprit du lieu. La perception que les usagers ont de la salle est tout à fait fidèle à l’image officielle : tous mentionnent son caractère sympathique et convivial et soulignent l’importance de cette ambiance relationnelle dans le choix de leur lieu de pratique. A l’inverse, ceux qui boudent le lieu sont unanimes. Peu sympathique et peu convivial, le lieu est pris dans une atmosphère lourde et pesante. Son étrangeté et son altérité sont jugées répulsives. C’est l’esprit et l’image du lieu, toute son économie symbolique, qui est en cause.

34Pourtant, ces acteurs ne sont pas hostiles aux valeurs conviviales et montagnardes, bien au contraire. Seulement, ils ne retrouvent dans la salle tourangelle les mots d’ordre parisiens. « Quand je rentre à Mur Mur », nous dit l’un d’entre eux, « j’ai vraiment l’impression de rentrer dans un univers complètement artificiel, phagocyté par des gens qui n’ont rien à voir avec le milieu de la montagne ». Une distance symbolique écarte cet acteur, comme bien d’autres, de la salle Mur Mur, et lui fait préférer a contrario la salle de Grandmont. Il existe bien autour de Mur Mur un conflit symbolique, un conflit d’interprétation.

Concurrence symbolique et dynamique des lieux

35Nous tirerons de ce qui précède une conclusion fondamentale. Il existe entre l’image officielle de Mur Mur telle qu’elle apparaît dans le journal et la manière dont les « boudeurs » perçoivent la salle tourangelle un écart important, comme si les “cafistes” trouvaient dans leur propre « lieu » tout ce qu’ils devraient trouver à Mur Mur et que, manifestement, ils ne trouvent pas. Faut-il en déduire que la salle tourangelle, sur ce plan, est un échec ? Que les mots et les projets si conviviaux du responsable constituent un discours en l’air, sans réalité effective et sans lisibilité ? Dans la mesure où les usagers du lieu reçoivent parfaitement l’image officielle, il faut répondre par la négative à cette affirmation.

36Dès lors, nous devons faire l’hypothèse qu’il existe une concurrence symbolique assez vive entre les deux salles d’escalade. Chaque camp affuble son lieu du même modèle de convivialité montagnarde et décrie simultanément le lieu adverse en soulignant son caractère factice. Cette concurrence d’images, qui se traduit par un retranchement de chaque groupe sur son lieu, n’a pas pour seul intérêt un puissant marquage territorial. Elle explique également le décollage lent et incertain de Mur Mur, et donc la dynamique de la salle.

37En effet, il semble que les difficultés qu’éprouve le responsable de Mur Mur à étendre sa clientèle ne résulte pas d’une simple concurrence économique occasionnée par la proximité des deux salles ou par l’équivalence objective de leurs infrastructures. Elles s’expliquent également par la concurrence symbolique qui les oppose et par l’antériorité du Club Alpin dans la définition d’une image semblable. Le responsable de Mur Mur ne peut ni contester ni s’approprier cette image, ni espérer séduire la clientèle « cafiste » sur ce terrain précis. Nous comprendrons ainsi que la cherté de sa prestation n’est alors pas à son avantage.

38En fin de compte, nous voyons très clairement que les images socialement construites qui « collent » à un lieu ont un rôle primordial dans l’explication de ses dynamiques propres. L’intérêt de s’attacher à les déconstruire est de montrer comment elles procèdent d’une tension conflictuelle mettant en scène des groupes sociaux différents voir antagonistes au sein d’un champ particulier, c’est-à-dire d’un espace symbolique de luttes et de conflits qu’il faut déterminer. Ainsi, cette tension dialectique qui traverse le monde de l’escalade tourangelle de part en part, médiatisée par un conflit d’ordre symbolique, expliquerait pour partie les dynamiques spatiales des deux salles.

CONCLUSION

39Au terme de cet exposé, il convient d’énoncer un certain nombre de conclusions provisoires. En premier lieu, il nous semble que l’exemple de Mur Mur, parce que l’objet est de petite taille, permet de disséquer les mécanismes de territorialisation d’un lieu. Tout d’abord, nous remarquons que cet acte ne se cantonne pas aux seuls processus d’appropriation spatiale mais englobe l’ensemble des processus de qualification symbolique de l’espace, y compris les mécanismes de distinction et de démarcation. Ensuite, l’analyse met en valeur la diversité et la complexité du processus de territorialisation qui découle de la multiplicité des acteurs agissant et de leurs différences de statut : le processus de territorialisation n’est donc intelligible qu’en dévoilant la structure du système d’acteurs. Enfin, la position différenciée des acteurs dans un espace social (abstrait) régulé par des luttes de pouvoir (comme le champ de l’escalade tourangelle) fait de la territorialisation un processus conflictuel, objet de luttes et de combat pour la définition et la défense de l’image légitime du lieu. En ce sens, les lieux portent une symbolisation (spontanée ?) de l’espace social. Ceci confirme que l’analyse des processus de territorialisation nous plonge au cœur des dynamiques sociales.

40En second lieu, l’analyse des processus de territorialisation renouvelle la signification géographique donnée aux lieux. L’exemple de Mur Mur montre comment les acteurs, en lui attribuant une forte charge symbolique, confèrent au lieu une fonction et une position spécifique : la salle d’escalade, en étant comblée des valeurs inverses à celles qui prévalent dans les autres espaces-temps du quotidien, constitue un espace qualitativement différent, fortement compensatoire. Nous avons suggéré qu’elle forme un sas, à la fois un refuge dans la ville et une ouverture sur l’ailleurs.

41Enfin, l’analyse des conflits symboliques autour du lieu semble éclairer d’une nouvelle manière sa dynamique propre. Cela revient à signifier que la pratique spatiale, en tant que pratique sociale est une pratique culturelle, engageant des idéologies, des valeurs, des représentations qui surdéterminent les choix et influencent, au bout du compte, la dynamique des lieux. C’est bel et bien parce que Mur Mur, pour une bonne partie des grimpeurs tourangeaux, échappe à leur univers symbolique, que ceux-ci boudent la salle et que celle-ci « décolle » difficilement : tout est question de systèmes de valeurs...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augustin, J.-P., Sport, géographie et aménagement, Fac géographie, Nathan, Paris, 1995.

Augustin, J.-R, « Pratiques de bord de mer et territoires urbains : de nouveaux espaces de loisirs sportifs pour l’agglomération bordelaise », Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1986-4.

Augustin, J.-P. et al, Surf d’Atlantique, les territoires de l’éphémère, MSHA, Bordeaux, 1994.

Berdoulay, V, Entrikin, J.-N, « Lieu et sujet, perspectives théoriques », L’espace géographique, 1998-2.

Bourguet, M., Moreux, C, Piolle, X., « Pratiques de la montagne et société urbaine : la construction d’un ailleurs compensatoire », Les dossiers de la revue de géographie alpine, n°7, en collaboration avec HEGOA, Cahiers du Crissa, Grenoble, 1992.

Bourdieu P., « Effets de lieu », La misère du monde, Bourdieu (dir), Points, Seuil, Paris, 1993, pp 249-262.

Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement. Editions de Minuit, Paris, 1979.

Debarbieux В., « Le lieu, fragment et symbole du territoire », Espace et société, n°83-84, 1995.

Debarbieux В., « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’espace géographique, 1995-2.

Di Méo, « De l’effet de lieu au territoire : la question du sujet et de la territorialité », Actes du colloque, Faire de la géographie aujourd’hui, tiré à part, à paraître.

Di Méo G., « Les territoires de la localité, origine et actualité », L’espace géographique, 1993-3.

Gay J.-C, « Le sport, une mise en limite de l’activité sportive », L’espace géographique, 1997-4.

Piolle X., « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’espace géographique, 1991-4.

Pociello C., « Le projet de “site d’aventures sportives”, une utopie mobilisatrice », Les Annales de la recherche urbaine, n° 79, 1997.

Notes

1 Doctorant, centre de recherche V/S/T, université de Tours.

2 Lévy J, L’espace légitime, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, 1994.

3 Piolle X, « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’espace géographique, 1994-1.

4 Nous partageons l’idée avancée par Vincent Berdoulay selon laquelle : « l’association conceptuelle du lieu et du sujet permet de donner toute sa mesure au phénomène de multiplicité des appartenances territoriales, plutôt que de le réduire. Les identités modernes sont rarement taillées d’une seule pièce ; elles sont nécessairement fragmentées et complexes, en raison des nombreux rôles sociaux et culturels pris par l’individu et des nombreuses forces qui conditionnent le sujet. Ces rôles sont souvent associés à des lieux particuliers au sein des vies spatialement segmentées des habitants des métropoles contemporaines ». Berdoulay V, Entrikin JN, « Lieu et sujet, perspectives théoriques », L’espace géographique, 1998-2, p. 111-121.

5 Nous pensons particulièrement à son ouvrage de synthèse : Augustin JP, Sport, géographie et aménagement, Fac géographie, Nathan, Paris, 1995. Mais également à un ouvrage spécialisé : Augustin JP (Dir), Surf Atlantique, les Territoires de l’Ephémère, MSHA, Bordeaux, 1994.

6 Il ne s’agit pas d’une exception : le paradigme de la convivialité est très contemporain. Il hante beaucoup de producteurs de lieux, des édiles municipaux à l’affût de centralités « conviviales » aux promoteurs de centres commerciaux qui cherchent à humaniser l’espace de cha-landise. C’est dans ce contexte qu’il faut saisir la symbolique de notre salle d’escalade.

7 L’ensemble des idéologies et des valeurs inscrites dans le lieu ont été déconstruites à partir d’une étude des champs lexicaux contenus dans un corpus constitué des trois premiers numéros des Echos de Mur Mur et de l’entretien semi-directif mené auprès du responsable de la salle tourangelle au mois d’octobre 2000. Le terme de « cité » est employé métaphoriquement pour désigner un univers de sens, idéologique et moral, à base territoriale. Si notre acception diffère sensiblement de celle proposée par Thévenot et Boltansky, la référence à l’esprit convivial comme point d’appui normatif pour réguler les usages du lieu, au nom bien entendu de ce principe supérieur commun, reste une hypothèse solide, mais dont la démonstration dépasse le cadre de ce travail.

8 Nous avons présenté une analyse des idéologies anti-urbaines dans nos travaux précédents : Cailly L, Territorialité (s), pratiques et représentations spatiales de quelques habitants périurbains, Mémoire Maîtrise, université de Tours, Juin 1998.

9 Terme générique qui réfère à l’habitat traditionnel alpin, le chalet forme une image assez proche de celle du refuge : le bois, matériau particulièrement en vogue, est incontestablement chargé de valeurs rustiques dont se nourrissent bon nombre de fantasmes néo-ruraux. Un sondage d’opinion montrerait sans doute que pour le citadin, le chalet est indissociable d’une image d’Epinal, véhiculée par le cinéma populaire français, d’une raclette aux chandelles, en famille ou entre amis, où l’on rejoue et réinvente une scène que l’on croit appartenir à la quotidienneté du paysan-montagnard. Avec cette scène-simulacre, foncièrement constitutive de l’image du chalet, ne sommes nous pas au cœur de la définition littérale de la convivialité ?

10 Nous comprenons aisément que l’accompagnement des gens en extérieur ne peut desservir la construction symbolique du lieu. En revenant d’expéditions, les participants colportent avec eux une histoire, portée de bouches à oreilles et narrée dans le journal. Ceci contribue à ériger la salle en lieu de récit, comme une antichambre onirique de la montagne. Nous ne serons donc pas surpris par la place importante qu’occupent les figures de l’ailleurs dans le journal. En évoquant montagnes et falaises, en mêlant récits d’aventure, topoguides et articles sur la gestion des sites naturels, les promoteurs ne craignent nullement de se faire une propre concurrence mais, au contraire, espèrent renforcer l’image montagnarde et naturelle de leurs salles.

11 Trois personnes furent à l’origine de la première salle Mur Mur, ouverte à Pantin en 1996, au nord-est de Paris : Serge Riou, Mona Lee et Gérard Goupil. Après un succès rapide, ceux-ci décidèrent de créer un réseau de salles normalisées, portant la même enseigne, en créant un groupe d’intérêt économique (GIE).

12 La structure juridique qui lie les salles entre elles est trompeuse. Il s’agit d’un groupe d’intérêt économique, c’est-à-dire d’un réseau de salles ayant une gestion autonome, nullement taxées sur leur chiffre d’affaires comme dans le cas d’une franchise, qui mise principalement sur la synergie en mettant en commun une stratégie de développement et une identité propre. En théorie, il n’y a aucun rapport de domination entre les membres d’un GIE mais une participation démocratique aux prises de décisions. Or, dans le cas de Mur Mur, les promoteurs parisiens, inventeurs historiques du concept, sont fondamentalement en position de supériorité.

13 Nous parlerons de « contexte spatio-symbolique d’insertion » pour qualifier l’ensemble des lieux de même nature, souvent disjoints, au sein duquel le lieu est pris et mis en relation. A l’inverse nous parlerons de contexte socio-spatial lorsqu’il s’agit de l’insertion du lieu dans son environnement immédiat.

14 Cette salle, située su sud de Tours, au Parc Grandmont, est louée à plusieurs clubs, dont le Club Alpin Français Touraine, au sein duquel se trouvent bon nombre de grimpeurs hostiles à Mur Mur.

15 Qu’est-ce qui explique que nous choisissions un lieu plutôt qu’un autre, que nous allions ici plutôt qu’ailleurs ? Voici une question proprement géographique, mais dont la réponse échappe au strict champ disciplinaire. Traditionnellement, en tentant d’appréhender la consommation des services à petite échelle, les géographes ont eu recours à la théorie économique néo-classique de l’acteur rationnel. Ce dernier, par une alchimie simpliste et triviale, chercherait à minorer ses coûts. L’ensemble de son comportement serait dicté par cette même et seule logique : la recherche du meilleur rapport qualité-prix, posé en soi et reconnu universellement. Il va sans dire que l’analyste, dans cette manière de faire, projette sur les acteurs qu’il étudie ses propres catégories de pensée, jugées objectives et rationnelles. Le prix, la qualité intrinsèque de l’infrastructure, les heures et la durée d’ouverture, l’accessibilité du service constitueraient autant de critères objectifs à partir desquels il serait possible d’expliquer le choix de l’une ou de l’autre salle. A l’inverse, nous postulons que si ces critères sont potentiellement signifiants, ils doivent être reconstruits de l’intérieur, à travers les justifications des acteurs. Nous pensons découvrir alors, par delà les logiques proprement matérialistes, des logiques symboliques fortes, sinon prégnantes. L’esprit du lieu, son architecture idéologique, intervient au même titre que la qualité de l’infrastructure ou l’éloignement pour expliquer sa fréquentation et son type d’usage. Ainsi, les processus de distinction symbolique (les goûts) entreraient de manière primordiale dans l’explication des choix individuels. Nous chercherons dans ces logiques les principales raisons du refus de Mur Mur par une bonne part des grimpeurs tourangeaux.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Cité conviviale et cité laborieuse7
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540