Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

II. — Partie : identifier et représenter

La lecture des territorialités migrantes : un apport à l’approche des territoires ?

Naïk Miret

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 2 Miret, N., Métropolisation et recomposition d’un espace d’immigration méditerranéen, le cas de Barc (...)

1Cette communication se base sur les résultats de ma recherche doctorale et post doctorale sur la métropolisation et les recompositions de l’espace d’immigration barcelonais2. Au cours de cette recherche notre démarche a été de partir de l’échelle micro d’analyse des pratiques socio-spatiales de groupes sociaux particuliers, les migrants, pour comprendre leur rôle dans la construction et les recompositions d’un espace métropolitain complexe.

  • 3 Les comarques sont les unités administratives de l’échelon supérieur à la commune, propres au terri (...)
  • 4 Cet espace acquit une réalité institutionnelle d’avant garde durant l’entre deux guerres mais perdi (...)

2Barcelone, ville de près de deux millions d’habitants est le cœur d’une région urbaine de 4 millions d’habitants, qui commande le territoire autonome de la Catalogne. La structure réelle de cet espace métropolitain est, comme souvent, mal reflétée par les institutions territoriales en charge de sa gestion. La première couronne métropolitaine, englobant la commune de Barcelone et les 26 communes de sa proche banlieue possède une entité juridique sous l’appellation de Mancommunitat de Municipis de l’Area Metropolitana de Barcelona. La grande région métropolitaine définie par sept comarques3 et 162 communes, englobe au-delà de cette première couronne, les villes satellites, les banlieues éloignées et les espaces périurbains intimement imbriqués aux fonctionnements territoriaux de la métropole. Mais ce Grand Barcelone, reste dans l’ensemble peu pris en compte par les pouvoirs publics4.

3A l’intérieur de l’Espagne, cette métropole s’inscrit clairement dans une logique de bi-capitalité avec Madrid : la première tend à se définir par sa suprématie économique et la seconde par sa primauté politique. Cependant, cette distribution des rôles est sensiblement « brouillée » par le régime institutionnel des autonomies et par les reconfigurations économiques des vingt dernières années. Ce contexte géopolitique est central dans le sujet qui nous intéresse car la participation des migrants au développement urbain de la métropole catalane apparaît comme un enjeu politique majeur, tant en termes de puissance économique que métropolitaine. Les effectifs massifs de l’immigration interne ont permis à Barcelone de se constituer en tant que pôle économique national, et dans l’actualité, l’existence d’un sous-prolétariat urbain constitué par les effectifs de travailleurs étrangers, contribue nettement au processus de technopolisation de l’économie et de l’internationalisation des échanges, qui représente la phase la plus récente de la métropolisation.

4Nous essaierons, à partir des résultats d’observations de terrain concernant les communautés andalouses, marocaines et subsahariennes présentes dans l’agglomération de Barcelone, de discuter de la pertinence et de l’utilité des concepts liés au territoire dans les méthodologies de géographie sociale. L’analyse de groupes « ethniques spécifiques » et de leurs territorialités, nous amène à distinguer l’existence de territoires migrants, assimilables à des territoires culturels spécifiques, identifiés par des marqueurs visibles sur les paysages. Cette réflexion essaiera d’enrichir le débat sur les liens possibles et nécessaires entre l’existence des territoires culturels de manière générale et la définition de territoires institutionnels.

  • 5 Brunet, R., Ferras, R., Théry, Ft., Les mots de la géographie, La documentation française, 1993.
  • 6 Di Méo, G., Les territoires du quotidien, L’Harmattan (Géographie sociale), Paris, 1996.

5Pour éclairer notre propos, il convient dans le cadre d’un séminaire méthodologique de définir l’utilisation que nous faisons des concepts du territoire. Nous prendrons ici le terme de territoire comme le concept premier du géographe des sociétés, qui s’attache à comprendre le fonctionnement d’une société par l’analyse de ses pratiques spatiales. Le concept de territorialité est pris au sens des rapports collectifs ou individuels à un territoire considéré comme approprié5. Ce terme désigne donc un ensemble de pratiques, de mobilités et de représentations collectives qui donnent sens à un territoire de groupe continu ou discontinu. Si, comme l’affirme Guy Di Méo, « chaque territoire est reconstitué et déformé par les pratiques et les représentations de chaque acteur social »6, les territorialités de n’importe quel groupe social devraient logiquement être perceptibles dans les recompositions métropolitaines récentes, à travers la juxtaposition de territoires culturels spécifiques et mouvants qui constituent ce territoire métropolitain.

6Je vais d’abord présenter les caractéristiques des différents objets de recherche qui vont servir à illustrer mon propos.

Les territorialités migrantes

7Nous sommes ici à l’échelle micro de la définition territoriale ; les méthodologies utilisées dans la lecture de ces territorialités sont en partie classiques dans la discipline géographique : enquêtes sur les pratiques spatiales, observation des mobilités quotidiennes et des espaces de relations sociales, cartographie des lieux de résidence et de travail... Cependant pour aborder les pratiques d’un groupe fragile, voire marginalisé comme celui des migrants, des compléments puisés dans d’autres disciplines des sciences sociales sont nécessaires ; l’enquête classique par questionnaire n’est pas envisageable auprès de migrants clandestins qui élaborent un discours complexe pour se justifier ; le recours à l’observation participante et à l’entretien ouvert est indispensable.

8Par ailleurs, l’ancienneté d’installation des vagues migratoires internes nous a contraint à privilégier pour ce groupe, dans un premier temps, l’analyse des données statistiques abondantes, et dans un second temps, l’observation des pratiques et des représentations de leurs espaces de vie, mais surtout des paysages actuels de leurs territoires qui sont le reflet d’une territorialité anciennement inscrite sur l’espace.

9Pour la définition de ces territorialités, notre démarche part du principe que la mobilité transrégionale ou transnationale amène dans le lieu d’immigration à la constitution de groupes sociaux plus ou moins cohérents, mais dont les attitudes et pratiques sont plus facilement repérables pour le chercheur que celles des autres groupes sociaux (définis par leurs classes sociales, leur CSP, etc...). Les territorialités du migrant, particulièrement dans le contexte espagnol actuel, sont influencées par un statut légal et une situation professionnelle généralement instables et par des interactions socioculturelles spécifiques liées à la situation dite « d’intégration ». Leur lecture est facilitée par le fait que les migrants agissent de manière « homogène » du fait de leur nombre réduit et des contraintes propres à leur situation sociale. L’analyse de ces territorialités, plus facilement « visibles », nous permet donc de réfléchir aux relations des différentes territorialités à l’espace métropolitain.

10Trois groupes particuliers ont retenu notre attention au cours de ce travail : les migrants internes et notamment les populations andalouses qui constituent l’essentiel de cette migration ; les migrants marocains, premiers arrivés et majoritaires dans l’immigration étrangère qui a débuté depuis une trentaine d’années ; et les migrants sénégambiens, qui constituent un faible effectif, mais présentent des modalités territoriales particulières.

  • 7 Migrant au sens statistique : Personnes nées à l’extérieur de la Catalogne.

11En 1991, la population catalane était pour un tiers constituée de primo-migrants7 en provenance d’autres régions espagnoles, et plus particulièrement de 900 000 personnes originaires d’Andalousie. Le territoire constitué par ces communautés de l’immigration interne et plus particulièrement andalouses, correspond, du fait de leur arrivée concentrée dans le temps, aux espaces de croissance de la métropole industrielle. Leurs territorialités ont revêtu différentes formes dans le temps. Les premières étapes d’installation ont donné naissance à des quartiers de bidonvilles sur les collines de la commune centrale ainsi qu’à l’appropriation des quartiers de l’hypercentre en voie de taudification. Mais par la suite, ces espaces de la ville centre ont progressivement été délaissés ; le mouvement d’ascension sociale de ces populations s’est surtout traduit par l’installation dans les logements sociaux des nouvelles banlieues industrielles qui constituent, dans l’actualité, l’essentiel de leur territoire culturel.

12« Régiment de main-d’œuvre » de l’industrialisation pendant les trente glorieuses, ces populations, après l’instabilité résidentielle commune à toute migration nouvelle, se sont donc inscrites dans les espaces de croissance métropolitains : les proches banlieues et les villes satellites industrielles des vallées du Llobregat et du Besos en ont été les grands bénéficiaires. Ces migrants et leurs descendants composent aujourd’hui de 35 % à 45 % des populations de ces communes de la première et de la deuxième couronnes métropolitaines, symbole de la métropole industrielle des trente glorieuses.

13Les territorialités des groupes migrants internationaux, ont connu, comme dans toute vague migratoire, d’importantes transformations dans le temps. La première phase d’installation a concerné principalement les espaces centraux de Barcelone. Les quartiers historiques de la ville centre, progressivement abandonnés par la bourgeoisie depuis le début du siècle, apparaissent traditionnellement comme le lieu d’accueil des primo-arrivants, qui ne possèdent pas encore les réseaux sociaux d’intégration. Ce fut le cas pour l’immigration interne et cela est vrai encore aujourd’hui : les districts centraux, malgré la multiplicité des opérations de réhabilitation et l’ébauche de processus de gentryfication, abritent encore de nombreuses enclaves essentielles dans la territorialité des groupes migrants en provenance du Tiers Monde les plus récemment implantés. Des paysages identifiables par une série de marqueurs ethniques, boucheries hallal, bazars, commerces d’objets exotiques, associations communautaires, se sont peu à peu constitués dans les espaces laissés en marge des processus de revitalisation.

14Comme dans le cas de l’immigration interne, une seconde phase d’installation a concerné les espaces de banlieue : ceci est vrai en particulier pour les populations arrivées de plus longue date, Marocains et Latino-américains, dont le statut professionnel, légal et familial s’est peu à peu stabilisé. Cette territorialité spécifique est cependant limitée par la particularité espagnole de sur-représentation de l’accession à la propriété dans le logement social qui paralyse en partie la mobilité au sein de ce parc immobilier en banlieue.

15Enfin, une phase originale et concomitante d’installation distingue plus spécifiquement les territorialités de certains groupes. Elle a concerné des communes en voie de périurbanisation de la deuxième et troisième couronne métropolitaine jusqu’ici peu touchées par les vagues massives d’immigration (cf. document).

16Des comarques telles que celles du Maresme, des deux Vallès ou du Garraf sont marquées par le développement d’activités agricoles et de sous-traitance industrielle, qui combinées à l’essor de la construction lié à la périurbanisation et au tourisme dans une moindre mesure, constituent dans ces milieux une économie dynamique et attractive pour les nouvelles vagues migratoires. Des problématiques nouvelles sont apparues dans ces espaces dans les dix dernières années car certains anciens noyaux ruraux, plus ou moins en voie de taudification, ont été réoccupés par des populations migrantes. Pour beaucoup de personnes au statut juridique encore fragile (populations venues d’Afrique subsaharienne et du Maghreb majoritairement), ces anciens noyaux ruraux offrent des avantages en termes d’emplois, de réseaux de solidarité locaux et/ou ethniques et de relative tolérance de la part des autorités. Ces espaces périurbains, encore mal intégrés à l’espace métropolitain, restent en valeur absolue minoritaires dans les territoires des migrants internationaux à Barcelone. Cependant, ils constituent une centralité certaine pour les territorialités de certains groupes, comme par exemple celui des immigrés gambiens qui s’y sont majoritairement installés.

Document : Typologie des espaces d’immigration de la métropole barcelonaise

Document : Typologie des espaces d’immigration de la métropole barcelonaise

Source : MIRET, N., Métropolisation et recomposition d’un espace d'immigration méditerranéen, le cas de Barcelone. Thèse soutenue à l'Université de Poitiers sous la direction du Professeur Gildas Simon, janvier 1998.

  • 8 Battegay, Α., « L’actualité de l’immigration dans les villes françaises : la question des territoir (...)

17On peut ainsi aboutir à une typologie des territoires migrants : des spécialistes de la question des territoires ethniques comme Alain Battegay, distinguent différentes formes allant de l’enclave ethnique au quartier jusqu’au territoire ethnique. Cette dernière notion désigne « des espaces dispersés qui prennent sens au travers des activités de groupes particuliers [...] et dont le quartier ne constitue pas forcément le cadre naturel »8.

18Les territoires andalous, apparaissent comme de véritables « quartiers ethniques », identifiés et reconnus comme tels, et jouant leur rôle clair de banlieue industrielle dans les fonctionnements métropolitains. Les territoires migrants du Centre ville, semblent construits sur le modèle de l’enclave ethnique : territoire concentré de certains groupes qui constituent le sous-prolétariat urbain, mais composante essentielle également du territoire discontinu et multifonctionnel de nombreux autres groupes, Africains notamment, dont les espaces de vie et relation sont fortement éclatés.

19Ces territoires migrants, constitués par la succession de territorialités dans le temps, mettent ainsi en relation, dans une même représentation collective, « des espaces de vie » comprenant les lieux de résidence, de loisir, de travail.... parfois physiquement discontinus, mais nettement imbriqués par les logiques économiques. La cohésion de ces territoires discontinus est également mise en évidence par le discours des migrants. Nos enquêtes en Gambie ont montré par exemple que pour les proches des migrants, l’image de l’Espagne se réduit souvent à celle de la métropole catalane, qui elle-même est représentée par quelques quartiers centraux, mais surtout par les communes périphériques de l’agglomération, qui constituent les espaces de vie des immigrés de cette origine.

20En conclusion on peut affirmer que la lecture des pratiques socio-spatiales de ces groupes migrants nous amène à affirmer l’existence de territoires culturels cohérents qui participent pleinement aux reconfigurations de l’espace métropolitain. Cependant il est possible de déceler différents modes de participation aux différentes étapes de la métropolisation.

Implications des territoires migrants dans les processus de métropolisation

21L’immigration dite interne vers la Catalogne est indissociable du processus de métropolisation de Barcelone : au terme de cette vague migratoire, la métropole concentre 70 % de la population de la Catalogne qui est de 6 millions d’habitants, présentant une configuration macrocéphalique évidente dans tous les domaines. L’immigration a fortement contribué à cet état de fait : en un siècle, de 1870 à 1970, deux millions et demi de personnes sont venues alimenter la démographie catalane et barcelonaise.

22Aujourd’hui, les « territoires andalous » de la proche banlieue s’inscrivent en fait essentiellement dans l’espace de la première couronne, pleinement intégré à la métropole au sens juridique et reconnu unanimement comme espace métropolitain. Les territoires andalous des villes satellites barcelonaises, ont eux aussi à travers le temps, été intégrés à la Région Métropolitaine de Barcelone, et sont assimilés aux banlieues d’industrie traditionnelle aujourd’hui en phase de reconversion économique.

23Mais qu’en est-il des espaces actuellement réaménagés par les territorialités migrantes contemporaines ? Il faut ici souligner que la multiplicité des espaces constituant aujourd’hui ces territoires culturels émergents brouille quelque peu la lecture de leurs implications dans la métropolisation ; il nous faut par conséquent être très schématique. Au cours des trente dernières années, les territorialités mises en évidence par les reconfigurations de cet espace d’immigration correspondent à de nouvelles logiques métropolitaines, à la fois centrales et périurbaines révélées également par d’autres processus territoriaux.

  • 9 Cf. diverses études du Centre d’Estudis Demografics de Catalunya.

24Le territoire des migrants maghrébins et subsahariens se superpose par exemple en grande partie aux espaces touchés par la reconversion des résidences secondaires en résidences principales, espaces en voie d’intégration à la métropole. En termes économiques, ce sont aussi des espaces émergents par la combinaison de diverses branches d’activité : agriculture intensive, sous-traitance industrielle, construction, services touristiques qui par la flexibilité d’emploi qu’elles requièrent, constituent des « niches » d’emploi pour les migrants. Ces territoires migrants correspondent à une « troisième couronne métropolitaine » mise en évidence par certains chercheurs9. Cependant, ces espaces sont encore peu assimilés à la métropole, notamment en termes de reconnaissance de leur rôle économique et social dans les nouveaux modes de vie métropolitains. Ainsi, ces territorialités apparaissent comme un phénomène géographique déterminant, dans la mise en lumière de territoires émergents dans ces ensembles spatiaux complexes constitués par la métropolisation récente.

25Les quartiers centraux et péricentraux de la ville centre apparaissent comme un deuxième pôle de transformations métropolitaines récentes, où là encore les territorialités migrantes sont présentes. Les enclaves ethniques mentionnées, superposées aux opérations de rénovation et de redynamisation de la ville centre, s’inscrivent dans les espaces touchés par l’internationalisation de la métropole catalane : elles voisinent avec les fonctions touristiques liées au centre historique et commercial, mais sont aussi au cœur des nouveaux espaces symboliques de l’internationalisation de la métropole (musée d’art contemporain, World Trade Center, nouvelle université...) et des quartiers touchés par un processus de gentryfication de plus en plus prononcé depuis les grands travaux liés aux olympiades de 1992.

26Les différentes territorialités migrantes apparaissent ainsi comme un élément avant-gardiste des mutations spatiales de la métropole : « les territoires ethniques semblent épouser, accompagner, anticiper les évolutions dans l’organisation des villes et des modes de vie urbains ». Mais quelle est réellement l’adéquation des délimitations de territoires institutionnels avec ces réalités socio-géographiques ?

La prise en compte des « territoires culturels » dans les territoires de l’action institutionnelle

27C’est certainement à travers la diffusion de représentations collectives que cette prise en compte se fait progressivement. Ces territorialités aboutissent en effet parfois à une réelle désignation de territoires dans les représentations au sens large : les banlieues satellites nées en grande partie de l’industrialisation sont clairement par exemple associées dans les mentalités barcelonaises à l’immigration interne et plus particulièrement andalouse.

28Les lieux symboliques des territorialités migrantes récentes situés dans le centre urbain, sont également progressivement identifiés par les représentations collectives et ont des chances d’acquérir une place dans le territoire commun. C’est le cas par exemple à Barcelone des quartiers ethniques du centre historique, nés de la concentration de quelques commerces et associations destinés à la population immigrée, qui sont en passe de devenir des lieux de la « world culture » et s’ouvrent à l’ensemble de la population de la métropole.

29Par contre, les espaces d’immigration diffuse de la deuxième et troisième couronne métropolitaine n’ont pas encore atteint ce stade de désignation dans les mentalités collectives. Ils sont pourtant au cœur d’enjeux économiques et sociaux majeurs pour l’avenir de la métropole.

30Les deux premiers types d’espace ont en partie été intégrés dans les politiques publiques. Dans le cas de Barcelone, probablement parce que le statut d’immigré interne – et donc de citoyen espagnol – ne s’oppose pas à l’ensemble des formes de la citoyenneté, les territoires des migrants internes ont souvent été mis en valeur dans une optique de valorisation des spécificités identitaires. Ainsi avec l’installation des premières municipalités démocratiques à la fin des années quatre-vingts, l’immigration ayant été prise en compte dans les opérations d’aménagement, ces communes ont vu se multiplier diverses formes de manifestation des identités migrantes. A travers notamment l’établissement de maisons des cultures locales, l’organisation de Fêtes folkloriques et les jumelages avec les régions d’origine, ces communes assument pleinement l’image que leur confère l’imaginaire collectif. Les politiques de reconversion économique ont également parfois pris en compte la réalité « ethnique » de ces espaces, à travers des politiques de discrimination positive envers certaines populations particulièrement frappées par les difficultés de reconversion face à l’emploi.

31Plus récemment, les quartiers centraux ont vu également au cours des dernières années se multiplier des interventions publiques liées à leur reconnaissance comme espace de vie de migrants étrangers. Diverses institutions ont en effet mis en place des opérations sociales d’insertion des populations scolaires d’origine étrangère et de prévention contre les conflits interculturels à travers la mise en place de nouveaux acteurs sociaux – médiateurs culturels – et de programmes de discrimination positive (formations à l’emploi, cours d’alphabétisation et de mise à niveau pour les scolaires..).

  • 10 Il est possible que trois ans plus tard, la sensibilisation à la question de l’insertion urbaine de (...)

32Cependant, cette prise en compte de l’ethnicité par les institutions n’est pas toujours efficiente ; dans l’actualité, les reconfigurations migratoires des banlieues ne semblent pas faire l’objet de la préoccupation des institutions qui risquent ainsi de prendre du retard par rapport aux dynamiques territoriales. Les personnes que nous avons interviewées en 1995-96, en tant que responsables des services d’urbanisme de communes concernées par la précarité de l’habitat des migrants récents, ne nous ont pas caché ne pas prendre en compte dans leurs projets de réhabilitation de quartiers ces populations, alors que les minorités gitanes, souvent présentes sur les mêmes espaces constituaient une de leurs préoccupations10.

33Ainsi, si la désignation comme espace ethnique est de plus en plus prise en compte dans certaines politiques urbaines relevant du domaine des politiques de la ville notamment, l’absence de traitement « intégré » des territoires ethniques complexes, au sens de territoires discontinus et multidimensionnels, constitue probablement un lourd handicap pour l’efficacité même de ces politiques publiques d’intervention sur l’espace social urbain.

34Prenons un exemple : les zones urbaines sensibles définies par plusieurs procédures européennes de politique de la ville adoptent le plus souvent l’origine ethnique de la population des quartiers comme l’un des critères de leur délimitation géographique ; mais les espaces ainsi définis correspondent-ils réellement aux territoires de ces populations, dans la mesure où tous les espaces constitutifs de la territorialité des divers groupes dits « ethniques », des espaces périurbains aux enclaves commerciales centrales ne sont pas forcément pris en compte dans leurs relations fonctionnelles avec les espaces de résidence ? Dans les logiques territoriales, comment isoler les procédures concernant les espaces de résidence, de celles s’appliquant à des lieux de vie et de sociabilité qui font partie du territoire de ces résidents, mais ne sont pas forcément superposés ni même proches de leurs lieux de résidence ?

35Par exemple, si l’on ne prend pas en compte les liens forts en termes socio-économiques qui unissent les enclaves ethniques du centre ville aux espaces de résidence périurbains, on risque de compromettre toute politique de revitalisation centrale, qui oublierait que les dynamiques commerciales ou récréatives sont fortement dépendantes d’une population extérieure et souvent précaire.

36Cette absence de prise en compte globale de territoires qui font sens pour des groupes socioculturels spécifiques nous paraît un biais important des politiques territoriales ; comme le souligne A. Battegay, « les formes de la ségrégation ethnique sont liées à des processus d’accommodation des migrants dans les villes d’accueil, et sont influencées par les opportunités urbaines ». Or ces dernières sont autant fonction de reconfigurations spontanées des territoires métropolitains que de politiques institutionnelles d’aménagement. Comment dès lors ignorer les processus de construction de ces territoires ethniques qui participent pleinement aux dynamiques spatiales urbaines ?

37Cependant, le propre de ces territoires culturels étant leur caractère fortement évolutif, il est nécessaire de mettre en place des méthodologies qui puissent les prendre en compte dans la définition de territoires institutionnels qui par essence se doivent d’assumer une certaine pérennité. On ne cherche pas à dire ici qu’il faut institutionnaliser ces territoires migrants fluctuants – à travers des formes de territorialisation administrative par exemple – mais les réalités qu’ils révèlent méritent d’être intégrées aux politiques métropolitaines, en tant qu’éclairages novateurs en termes de prospective territoriale.

CONCLUSION

  • 11 Di Méo, G., « De l’espace aux territoires », in l’Information géographique, N° 3-1998.

38Les migrants sont partie intégrante du système métropolitain dans la mesure où celui-ci a besoin de leur grande flexibilité et adaptabilité. Comme le souligne Guy Di Méo11, la connaissance de ce territoire culturel « passe par l’écoute des acteurs, par la prise en compte de leurs pratiques, de leurs représentations et de leurs imaginaires spatiaux » ; sans cet effort de connaissance une facette essentielle du fonctionnement des territoires métropolitains échappe aux institutions en charge de sa gestion.

39Cette réflexion est d’autant plus importante que la mise en place du macro territoire européen, passe de toute évidence par l’articulation de multiples échelles micro territoriales, nécessaires pour répondre au plus près aux préoccupations des citoyens. L’analyse de la juxtaposition des territorialités multiples des différents acteurs que sont les groupes sociaux, permet d’éclairer les logiques territoriales contemporaines devenues parfois peu lisibles à travers les outils classiques de l’analyse spatiale. Mais d’importants efforts restent à faire pour la prise en compte de ces territorialités spécifiques dans la définition plus pertinente des territoires de l’action publique. Agir sur le territoire, c’est en connaître toutes les facettes, et il y a certainement un risque à ignorer ces territoires émergents, même s’ils restent avec une partie de la population qui les désigne à la marge.

Notes

2 Miret, N., Métropolisation et recomposition d’un espace d’immigration méditerranéen, le cas de Barcelone, Thèse soutenue à l’Université de Poitiers sous la direction du Professeur Gildas Simon,janvier 1998.

3 Les comarques sont les unités administratives de l’échelon supérieur à la commune, propres au territoire catalan et caractérisées par leur délimitation à partir de la notion de « pays historique ».

4 Cet espace acquit une réalité institutionnelle d’avant garde durant l’entre deux guerres mais perdit tout statut officiel après la guerre civile. Cette Région Métropolitaine de Barcelone (RMB) a cependant conservé depuis cette période une réalité géographique et a été utilisée dans de nombreux documents et études d’urbanisme de prospective.

5 Brunet, R., Ferras, R., Théry, Ft., Les mots de la géographie, La documentation française, 1993.

6 Di Méo, G., Les territoires du quotidien, L’Harmattan (Géographie sociale), Paris, 1996.

7 Migrant au sens statistique : Personnes nées à l’extérieur de la Catalogne.

8 Battegay, Α., « L’actualité de l’immigration dans les villes françaises : la question des territoires ethniques », in REMI, vol.8, N° 2, 1992.

9 Cf. diverses études du Centre d’Estudis Demografics de Catalunya.

10 Il est possible que trois ans plus tard, la sensibilisation à la question de l’insertion urbaine des minorités ethniques ait transformé cette approche. La multiplication au cours des dix dernières années d’acteurs institutionnels dédiés directement aux préoccupations liées à l’immigration – médiateurs culturels, animateurs de quartiers... – dans l’ensemble de l’Europe, devrait constituer une prise de conscience en ce sens.

11 Di Méo, G., « De l’espace aux territoires », in l’Information géographique, N° 3-1998.

1 MIGRINTER, université de Poitiers.

Table des illustrations

Titre Document : Typologie des espaces d’immigration de la métropole barcelonaise
Légende Source : MIRET, N., Métropolisation et recomposition d’un espace d'immigration méditerranéen, le cas de Barcelone. Thèse soutenue à l'Université de Poitiers sous la direction du Professeur Gildas Simon, janvier 1998.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable