Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

II. — Partie : identifier et représenter

Itinéraires résidentiels et processus de territorialisation

Exemples au Caire

Bénédicte Florin

Texte intégral

  • 1 URBAMA, Université de Tours.

1Note portant sur l’auteur1

INTRODUCTION. De quelques liens entre les « territoires » et les « itinéraires » : approches disciplinaires et posture méthodologique

  • 2 Je fais ici référence à une intervention de Michel Lussault qui avait introduit des Journées Docto (...)

2Les usages du terme « territoire », devenu « objet fétiche » en géographie à partir des années quatre-vingt et souvent « notion-valise »2 dans les autres disciplines des sciences sociales, se sont accrus ces vingt dernières années, sans que ces usages pluriels, aux signifiances diverses voire antinomiques, soient toujours explicités et justifiés. Pour ma part, je n’aborderai pas de front le « territoire » et je me garderai encore davantage de tenter d’en donner une définition : il me semble, en effet, qu’il faut user de biais pour appréhender des processus de territorialisation – plutôt que « le » ou « du » territoire –, et, parmi les nombreux biais qui existent, j’ai choisi le détour par celui des itinéraires et, en particulier, des itinéraires résidentiels. Au cours du texte suivant, je m’intéresserai donc à quelques-unes des relations, polysémiques et complexes, qui peuvent être établies entre les parcours des habitants (reconstitués à partir de leurs histoires de vie), résidant dans deux cités de logement social situées au Caire, et les dynamiques constitutives d’un ou de plusieurs territoires, aux limites parfois floues mais rarement figées, toujours inégaux et continuellement en (re)construction.

3Parmi les travaux de recherche français, toutes disciplines des sciences sociales confondues, peu nombreux sont ceux qui se sont préoccupés de cette relation entre les itinéraires – compris dans une acception large qui inclut la stabilité, mais aussi la captivité résidentielle – et les « territoires » : si les analyses consacrées aux mobilités résidentielles sont prolifiques et si celles qui ont pour objet les « territoires » sont également nombreuses – mais sans doute moins que les premières –, par contre, les liens possibles entre un « déplacement » résidentiel dans l’espace – mais la démarche resterait valide pour un déplacement de type migratoire ou quotidien – et les modalités, pratiques et symboliques, d’appropriation de cet espace, ou d’un ou plusieurs de ses fragments, sont exceptionnellement étudiés.

4Plus précisément, géographes, démographes, anthropologues, sociologues et historiens se sont attachés à l’analyse des migrations, des mobilités, des itinéraires de populations ou d’individus, vers ou dans la ville, observant que ces déplacements étaient porteurs de changements urbains, sociaux et spatiaux. Et encore, les recherches sur les mobilités, de type quantitatif ou qualitatif, se sont intéressées à déchiffrer de plus en plus finement les mécanismes orientant les parcours résidentiels, mais la plupart d’entre elles se sont situées en amont de la migration résidentielle, laissant à d’autres le soin d’examiner les réajustements matériels et idéels, les modalités de l’inscription socio-spatiale et les processus de (dé)territorialisation découlant des changements de résidence.

  • 3 Il s’agit notamment des travaux suivants : Familles et résidence dans les villes africaines, E. Le (...)

5De ce tableau très bref – et certainement réducteur – émergent pourtant les publications de plusieurs chercheurs de l’IRD (ex-Orstom) qui, dans un travail d’équipe pluridisciplinaire (géographie, sociologie, anthropologie), ont réfléchi sur la notion de « système résidentiel ». Certes, le terme « territoire » (ou ses dérivés), n’est pas utilisé ni même, à ma connaissance, abordé de manière indirecte (était-ce « trop tôt » ?), mais le « système résidentiel » tel qu’il est présenté est riche d’apport quant à la réflexion sur le « territoire » : en effet, tenant compte de la multi-résidence (plutôt que de la seule unité d’habitation principale) et de la famille élargie (plutôt que du ménage), le « système résidentiel » permet d’articuler les lieux (et leurs pratiques) et les Uens familiaux (et les relations sociales)3. Dans une perspective qualitative, ces chercheurs, à partir de biographies méticuleuses, d’histoires de familles et de généalogies, mettent en exergue les processus d’appropriation et d’organisation au sein de « l’espace habité » et, plus largement, au sein de « l’espace de vie ».

  • 4 Pinol Jean-Luc, Les mobilités dans la grande ville. Lyon fin xixe-début xxe, PFNSP, 1991 ; Gribaud (...)

6Du côté des historiens, il faudrait encore relever trois ouvrages qui mettent en étroite relation les « mobilités » et les « espaces » – ici, il s’agit plus précisément de « quartiers », ce qui constitue peut-être un « morceau » du territoire urbain, mais reste à savoir pour qui et comment. Jean-Luc Pinol examine Les mobilités de la grande ville qu’il associe aux « espaces sociaux » en choisissant comme terrain d’étude Lyon ; Maurizio Gribaudi, dans Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxesiècle, adopte une autre méthode d’analyse (transversale et longitudinale, quantitative et qualitative) et décrit le « quartier ouvrier » ou, plus exactement, les représentations des habitants qui tendent à faire de ce « quartier ouvrier » un espace homogène et parfois mythifié ; Paul-André Rosental, tout au long des Sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixesiècle, prend en compte un « espace » plus large que l’espace urbain proprement dit en analysant le mode de relations familiales et professionnelles qui s’établissent (ou se rompent) entre les migrants ruraux et leur « terre » d’origine. Mais, encore une fois, dans ces derniers travaux le « territoire » n’est abordé que de façon incidente alors qu’il paraît être souvent au cœur des démonstrations... Serait-ce une question de discipline à un moment où la notion de « territoire » semble appropriée par les géographes ?4

7Cette énumération de travaux n’est assurément pas exhaustive, mais elle tend à montrer que l’intérêt porté aux mobilités (parcours, itinéraires, trajectoires, etc.) estompe quelque peu la réflexion sur l’espace, utilisé comme un « donné naturel » plutôt que comme un construit, hormis lorsqu’il s’agit du « quartier » qui, lui, semble avoir a priori de nombreuses qualités du « territoire » (mais, encore une fois, le lien éventuel entre « quartier » et « territoire » n’est pas nécessairement examiné)...

  • 5 Tarrius Alain, « Territoires circulatoires et espaces urbains », Les Annales de la Recherche Urbai (...)

8Ceci ne signifie pas qu’il n’existe pas de travaux sur le « territoire », bien au contraire (voir pour les seuls géographes G. Di Méo, С. Raffestin, J. Lévy, H. Gumuchian, etc.), mais que, pendant longtemps, la relation entre les mobilités (résidentielles mais aussi professionnelles, quotidiennes, etc.) et «l’espace» a rarement conduit à une réflexion en terme de « territoire », ou encore que l’espèce d’équation qui est établie entre les mobilités et l(es)’espace(s) n’a guère produit, sous cet angle précisément, une conceptualisation du « territoire ». Toutefois, les récents travaux d’Alain Tarrius ou ceux menés par le Centre de Recherche sur l’Habitat, relatifs au logement et aux modes d’habitat et d’habiter, témoignent de l’attention nouvelle portée à cette relation. A titre d’exemple, élaborée par A. Tarrius dans le cadre de ses recherches sur les migrations transméditerranéennes, la notion de territoire circulatoire qui conjugue trois rapports espace/temps est riche d’enseignements : « D’abord les rythmes sociaux de la quotidienneté qui s’inscrivent dans les lieux du voisinage des activités spécifiant les continuités identitaires, puis l’histoire de vie, qui exprime en termes de projets ou de fatalités les trajectoires individuelles ou familiales dans l’espace d’accueil, et enfin le temps des successions de générations, qui construisent et stabilisent tout au long des parcours migratoires une culture source de nouveaux savoir-être »5.

  • 6 Je me réfère ici à mon travail de thèse dont est, en partie, issu cet article : B. Florin, Itinéra (...)

9L’hypothèse de départ de mon travail6 est que le sens, ou le contenu, des itinéraires nous informe sur des processus multiformes d’appartenance (ou de « désappartenance ») spatiale et sociale. Plus exactement, ce sont les relations polysémiques entre les parcours – animés ou immobiles –, les « espaces » où ils se déploient – ou bien où ils se fixent – et le cadre sociétal dans lequel ils s’inscrivent qui peuvent nous éclairer sur ces processus d’appartenance qui participent aux processus de territorialisation. Différentes échelles spatiales, telles que les divers espaces qui recouvrent les parcours migratoires, les lieux de passage ou d’ancrage des itinéraires individuels au sein de l’espace urbain, les lieux du voisinage à l’échelle du « quartier » structurent ces relations entre itinéraires et territoires. A ces échelles spatiales s’associent différents registres temporels, du temps « long » au temps « court » : le temps des successions de générations, l’histoire de vie des individus, les rythmes sociaux de la quotidienneté, pour reprendre les termes d’Alain Tarrius. La superposition, et souvent l’imbrication, de ces différents registres temporels et spatiaux permettent, paradoxalement, de « détemporaliser » – à savoir de rendre compte des recompositions sociales et spatiales au cours du temps tout autant que des continuités et des stabilités d’un « moment » – et de « déspatialiser » – à savoir de considérer que les stratégies et les pratiques des citadins se déploient au sein d’un système territorial plutôt qu’au sein d’un espace donné, quelle que soit son échelle –, ce qui devrait permettre de saisir avec plus de pertinence les relations entre parcours et territoires ainsi que les multiples configurations qui en découlent. Ce sont quelques-unes de ces configurations que je présente ici.

I – LES TEMPS DE L’ÉTABLISSEMENT EN VILLE ET DE L’ANCRAGE RÉSIDENTIEL OU LES PRÉMICES DE LA « TERRITORIALISATION »

10Que ce soit au moyen de la reconstitution de généalogies familiales, qui retracent les itinéraires de deux, parfois trois générations (quand la mémoire des habitants le permet) dans le « temps long », ou que ce soit le « décorticage à la loupe » du moment de l’installation dans un « quartier » (terme que j’utilise ici dans son acception première, un peu floue, à savoir un « espace bâti » qui n’est pas nécessairement un « territoire »), il s’agit de saisir l’un des aspects qui fonde la « territorialisation », à savoir le temps de l’ancrage résidentiel – qui pourrait se traduire par « avoir un chez soi », même s’il s’agit d’un domicile précaire.

  • 7 Ceci a également été observé dans le cas des migrations françaises. Voir, par exemple, les travaux (...)

11Sous-jacents à l’apparente linéarité des itinéraires – par exemple, des migrations de la campagne vers la ville –, les périodes d’incertitude, les hésitations, les aléas de l’installation, les retours vers le « pays » d’origine (le balad qui a une connotation très forte dans le cas égyptien), tous les événements, anodins ou, parfois, tragiques, donnent un sens aux itinéraires et permettent une première appréhension du « système territorial ». A titre d’exemple, le lieu de la première installation en ville, lorsqu’il s’agit de migrants ruraux, est rarement aléatoire7 mais est lié à la présence « dans les parages » de membres de la famille qui peuvent jouer un rôle essentiel au moment de l’arrivée en ville ; ou encore, le regroupement de familles de même origine dans un même espace intervient de manière déterminante quant à la formation d’une conscience identitaire et communautaire qui contribuent au sentiment, parfois à la revendication, de l’appartenance au « quartier » – ce dernier n’étant alors plus seulement un espace bâti.

12Est-ce à dire qu’il s’agit déjà d’un territoire ? Il serait réducteur de limiter la « territorialisation » à l’établissement résidentiel, d’une part parce que l’ancrage n’est pas seulement spatial et qu’il ne prédétermine en aucune manière des itinéraires résidentiels – mais aussi des histoires de vie – fréquemment marqués par des ruptures et des discontinuités et, d’autre part, parce que l’ancrage, en dépit des propriétés intégratrices qui lui sont souvent a priori conférées, ne présage nullement ni de la qualité ni de la pérennité de l’insertion (l’une des formes de la territorialisation ?) en ville. Plus largement, ni les itinéraires caractérisés par une grande mobilité résidentielle, ni ceux qui, a contrario, se définissent par une grande stabilité ne préjugent des modes d’appartenance à la ville. Autrement dit, ni la sédentarité, ni la mobilité ne déterminent mécaniquement des formes d’appartenance territoriale.

II – LA CONSTRUCTION TERRITORIALE : LE RÔLE DE LA MÉMOIRE COLLECTIVE ET DES REPRÉSENTATIONS DANS LA CONSTRUCTION DE L’HISTOIRE RÉSIDENTIELLE DU QUARTIER

« Ainsi, il n’est point de mémoire collective qui ne se déroule dans un cadre spatial. Or, l’espace est une réalité qui dure : nos impressions se chassent l’une l’autre, rien ne demeure dans notre esprit, et l’On ne comprendrait pas que nous puissions ressaisir le passé s’il ne se conservait pas en effet par le milieu matériel qui nous entoure (...). On dira qu’il n’y a pas, en effet, ni de groupe, ni de genre d’activité collective, qui n’ait quelque relation avec un lieu, c’est-à-dire avec une partie de l’espace, mais que cela est loin de suffire à expliquer que, se représentant l’image du lieu, on soit conduit à penser à telle démarche du groupe qui lui a été associée. Tout tableau a en effet un cadre, mais il n’y a aucune relation nécessaire et étroite entre l’un et l’autre, et celui-là ne peut évoquer celui-ci. » (Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Bibliothèque de sociologie contemporaine, PUF, 1968, p. 146).

13Comment passe-t-on du « quartier » au « territoire », ou, plus exactement, à partir de quel moment, peut-on (le chercheur) dire que le « quartier», que l’on aurait d’abord défini, parfois un peu rapidement, par son homogénéité bâtie, par sa délimitation administrative, ou, simplement, par son toponyme, devient-il un territoire ? Pour être concrète, je prendrai ici l’exemple d’une cité de type HLM, construite en 1958 dans le cadre de la politique de logement social impulsée par Gamal Abdel Nasser. Dans cet exemple, l’homogénéité bâtie ne fait aucun doute puisqu’il s’agit de 144 blocs quasi-identiques abritant environ 30 000 personnes ; de plus, cette cité est enclavée dans la ville, étant encadrée par des cimetières, un aqueduc, une route à 4 voies, et des tanneries ; elle est connue, auprès des Cairotes, sous son nom propre (‘Ayn al-Sira) mais peut aussi être désignée par l’expression « cité populaire » – qui signale aussi qui habite là et pourquoi autant pour ses résidents que pour les Cairotes ; enfin, elle correspond à une unité administrative.

  • 8 Il s’agissait de défendre « l’intégrité territoriale » de la cité lorsque le gouvernement voulut i (...)

14En reconstituant les itinéraires des habitants de la cité et en les observant pour ce qu’ils avaient de convergeant – tout en admettant leur singularité et leur exemplarité –, apparaissaient des « traits communs », tels que l’ancienneté de l’installation en ville, l’apprentissage ou l’expérimentation par le passé du logement social et, notamment, de la « cité nassérienne », la stabilité résidentielle à Ayn al-Sira, s’apparentant pour beaucoup à une captivité résidentielle, et, enfin, les alliances matrimoniales nouées au sein de la cité. Ces quatre critères constituaient une histoire résidentielle assez puissante pour que les habitants, à titre individuel, se reconnaissent du, et revendiquent même leur appartenance au « quartier ». Pour autant, selon moi, cette histoire résidentielle ne devenait réellement signifiante du territoire qu’à partir du moment où elle était perçue par ses habitants comme une histoire commune. Plus exactement et dans ce cas précis, il s’agissait davantage d’une sorte d’attachement « rétroactif », fondé sur la mémoire collective, à la cité populaire ou à la cité nassérienne – associée à des changements de nature sociale vécus pendant la période nassérienne – que d’une simple relation au « quartier ». Autrement dit, il me semblait que, pour les habitants, les événements qui avaient émaillé l’histoire de la cité, faisaient de celle-ci plus qu’un espace, mais un territoire à part, sans doute exceptionnel, et, en tous les cas, distinctif des autres. Preuve en étaient les oppositions collectives au gouvernement qui avaient eu lieu à plusieurs reprises et qui relevaient de la « défense du territoire »8 et preuve en étaient encore d’autres formes de mobilisations collectives établies sur le mode de l’entraide ou sur celui de la revendication qui relevaient de la « distinction territoriale » – toutes oppositions et mobilisations favorisées par la présence de nombreuses associations, des bureaux du parti au pouvoir et d’habitants politiquement engagés.

15Dans cet exemple, mémoire collective et identité collective étant étroitement liées, la cité apparaissait comme un territoire homogène, communautaire, marqué par la cohérence et la cohésion, entouré de frontières à protéger et dont l’intégrité devait être préservée tant spatialement que socialement – les « incursions » des habitants du quartier voisin des Tanneries ou la présence des relogés de la cité d’urgence, populations socialement jugées indésirables, étant combattues par la parole, mais aussi par des actes de nature parfois violente.

16Cependant, au fur et à mesure de mon travail, l’évidence de ce « territoire », sans être remise entièrement en cause, s’est relativisée ou, tout au moins, complexifiée. La force des discours et des références identitaires « spatialisées », qui pouvaient laisser penser que d’un « espace bâti », on était passé au « quartier » au sens le plus fort du terme (en tous les cas, très puissant pour ses habitants) et puis à une forme de « territoire » (défense et mobilisation dans un « cadre spatial »), voilaient l’hétérogénéité des groupes sociaux, dissimulait les in-cohérences et les dys-cohésions, occultaient les itinéraires sociaux divergents et parfois les attitudes « déviantes ». Les minuscules discordances, les petites dissonances, les lézardes territoriales montraient que les processus de recomposition socio-spatiale étaient toujours en cours.

17Envisager que la « territorialisation » n’est pas un processus qui est a priori linéaire et exempt de recompositions, que les territorialités ne sont pas figées mais peuvent être, au contraire, à géométrie variable et imbriquées, que les frontières sont poreuses et que, par le biais des pratiques, elles peuvent être franchies, impose de prendre en compte ces recompositions sociales et spatiales à l’œuvre – ou encore, d’établir une relation entre les recompositions territoriales, qui ne se définissent alors plus en terme d’ancrage ou de mobilité, et les changements sociaux.

III – LA CONSTRUCTION DU SYSTÈME TERRITORIAL : DES TERRITOIRES HIÉRARCHISÉS, MAIS LIÉS PAR LES PRATIQUES ET LES REPRÉSENTATIONS

La superposition des itinéraires résidentiels, des circulations en ville et des réseaux sociaux

18A partir d’un autre exemple, à savoir celui des résidents d’une nouvelle cité périphérique, et en revenant au point de départ de ce texte, à savoir les itinéraires résidentiels, il s’agit d’aborder ici la question de la multiplicité des appartenances territoriales, non exclusives les unes des autres, mais hiérarchisées et inégales, tant au niveau des pratiques sociales et spatiales qu’au niveau des discours et des représentations.

  • 9 La notion de « quartier » peut poser problème dans la reconstitution des itinéraires : de quel « e (...)

19La reconstitution des principaux types d’itinéraires précédant l’arrivée dans cette cité, située à une quinzaine de kilomètres du centre-ville, offre un premier aperçu des origines résidentielles de ses habitants : relogés par le gouvernement égyptien à la suite du tremblement de terre du 12 octobre 1992, la plupart d’entre eux sont originaires des quartiers de la vieille ville, endommagés par le séisme ; pour nombre d’habitants, nés en province, ces mêmes quartiers centraux sont, en outre, les lieux privilégiés de leur installation quand ils sont arrivés au Caire et, pour quelques-uns d’entre eux, ce sont aussi des espaces de transit à un moment ou à un autre de leur trajectoire résidentielle ; pour beaucoup, enfin, l’ensemble de la trajectoire résidentielle, en ville, s’effectue au sein d’un même quartier et dans un espace très délimité9.

20Le sens des parcours résidentiels résulte d’une imbrication complexe et instable de différents facteurs d’ordre structurel, socio-économique et événementiel. A titre d’exemple, les déménagements de certains, dans le même quartier, de petites pièces en petites pièces ou, au contraire, pour d’autres, la stabilité résidentielle depuis la naissance dans l’une de ces petites pièces, sont, à la fois, liés aux situations familiales et professionnelles, à des prises de décision et/ou à des circonstances indépendantes de leur volonté – des « accidents » –, ainsi qu’aux mécanismes qui régissent le marché du logement ; ces différents facteurs agissent selon des intensités variables, parfois simultanément, parfois séparément. Mais, dans tous les cas, la territorialisation des parcours résidentiels est manifeste pour les familles qui naissent, se marient et déménagent au sein d’un même quartier de la vieille ville, parce qu’elles découvrent leur logement par le biais de leurs relations familiales, de voisinage ou professionnelles et de leur connaissance du quartier.

  • 10 Ceci pourrait sembler en contradiction avec les analyses des recensements qui montrent l’ampleur d (...)

21Or, cette territorialisation des itinéraires, lisible lorsque les changements de résidence se font dans un espace délimité, connu et pratiqué (celui de la vieille ville) se retrouve à l’échelle de la capitale lorsque, à partir du milieu des années 70, l’accès au logement deviendra de plus en plus difficile dans les vieux quartiers : même si, pour quelques-uns, la découverte du logement est fortuite, pour la plupart, ce sont encore les réseaux, notamment familiaux, et une connaissance de la ville plus large – bien que certains pans entiers de l’espace urbain ne soient ni explorés, ni même connus – qui permettent l’accès à un nouveau logement. Enfin, pour nombre de ces nouveaux ménages et quelle que soit la date de l’accès à un logement indépendant, la proximité entre les résidences des différents membres de la famille joue un rôle essentiel dans les stratégies de localisation. Cependant, si cette proximité résidentielle pouvait être prise en compte et maintenue à un moment où l’offre en logements était relativement ouverte dans les quartiers centraux – les exemples les plus flagrants étant ceux des enfants mariés installés dans le même immeuble que leurs parents –, elle devient plus complexe à réaliser par la suite. Or, malgré les contraintes imposées par les mécanismes du marché immobilier, le choix de la localisation résidentielle pour les nouveaux couples tend à rendre, autant que faire se peut, l’éloignement du domicile parental minimal. L’examen des itinéraires des enfants mariés témoignent encore de la superposition entre la territorialisation des parcours et la territorialisation des réseaux familiaux10.

  • 11 Lévy-Vroelant Claire, « Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle », 1992, p. 40.

22Par ailleurs, et quelle que soit l’époque concernée et les possibilités d’accès au logement, certains espaces de la ville sont absents de l’inventaire des lieux de localisation résidentielle : quartiers qui, peuplés par une population relativement aisée, ne paraissent pas « attractifs » et n’offrent probablement pas les mêmes possibilités de logement pour des familles souvent démunies – ce qui est le cas de la plupart des ménages évoqués ici. Quant à la rive gauche du Nil, elle reste totalement inexplorée par les parcours résidentiels – excepté pour un ménage qui en est natif. Certes, les modalités du relogement dans la cité expliquent sans ambiguïté que les dernières résidences – celles qui ont été détériorées par le séisme – se situent sur la rive droite dans des quartiers à l’habitat délabré, mais elles ne peuvent rendre compte de la faible amplitude d’une grande partie des trajectoires antérieures au relogement à l’intérieur d’une ville qui, à première vue, apparaît « fragmentée [et] dont les différents quartiers communiquent très difficilement entre eux »11. De nouveau, le regroupement des relations familiales et sociales dans un espace restreint, ou tout au moins sur la rive droite du Nil, est l’une des explications de cette terra incognita que constitue la rive gauche.

  • 12 Cette démarche, tant lors des enquêtes de terrain qu’au moment de l’analyse et de l’interprétation (...)

23Et les pratiques de circulation dans la capitale le confirment encore : si l’attachement au quartier de provenance fonde en partie les discours des habitants de la cité, il se matérialise également dans la continuité des liens que ceux-ci entretiennent toujours avec le quartier, et, plus largement, avec les espaces pratiqués avant le relogement. Si, pour une question de méthodologie12 lors de mon travail de terrain, j’ai dissocié deux natures de liens – les attaches d’ordre spatial et les attaches d’ordre social –, il s’avère que, le plus souvent, ces deux formes se superposent dans l’espace – i.e. une superposition des lieux pratiqués et des réseaux sociaux – et s’entrecroisent dans le temps – i.e. une simultanéité des pratiques spatiales et des relations sociales. Toutefois, la pérennité des liens avec le quartier de provenance est très inégale d’un habitant à l’autre et elle est rarement intégrale ; pour certains, la rupture résidentielle a même suscité une rupture quasi totale de ces liens. Quoi qu’il en soit, pour beaucoup, le changement résidentiel a impliqué la mise en œuvre de nouvelles pratiques de circulation. De la recension des grandes catégories de déplacements – qu’il serait trop long de détailler ici –, il ressort que les appartenances à plusieurs catégories d’espace, hiérarchisées par les enquêtés eux-mêmes, sont en partie associées aux itinéraires résidentiels : hormis le cas des habitants nés hors du Caire, les lieux fréquentés correspondent souvent au quartier de naissance ou de l’enfance, et les retours sont dus à la présence de parents qui y sont demeurés ; de plus, pour beaucoup, ces mêmes espaces sont ceux où s’est aussi déroulée la vie adulte et où se localisent le lieu et les relations de travail. Il apparaît ainsi que les lieux pratiqués dessinent une aire souvent très restreinte et bien bornée, tandis que les autres espaces urbains sont contournés et non fréquentés. Hormis deux résidents de la cité et les chauffeurs qui, de par leur métier, circulent dans toute la ville, aucun habitant ne cite un quartier de la rive ouest du Nil comme lieu où il se déplace. Pourtant, le Nil ne constitue pas a priori une barrière infranchissable et le fait que les déplacements, quotidiens ou plus exceptionnels, s’effectuent dans une aire urbaine précise trouve son explication ailleurs : d’une part, les retours dans le quartier de provenance sont aisément compréhensibles pour des raisons telles que le travail ; mais, d’autre part, l’étude des lieux fréquentés pour d’autres raisons montre qu’il ne s’agit jamais d’espaces très éloignés du quartier de provenance, en particulier pour ce qui est des visites aux membres de la famille restreinte – second motif de mobilité après les déplacements professionnels.

24De façon générale, les lieux fréquentés régulièrement au Caire sont relativement peu variés et les pratiques de l’espace très localisées. Dans la cité même, les déplacements sont encore plus ciblés et les cheminements encore plus délimités : du domicile à la station d’autobus pour les hommes qui travaillent au Caire, de l’appartement au marché ou aux épiceries pour les femmes qui font leurs courses. La mosquée principale de la cité ou les petites mosquées de proximité sont aussi l’occasion de se déplacer même si cela concerne peu de personnes et davantage les hommes que les femmes – nombreux sont ceux qui préfèrent retourner à la mosquée de leur quartier de provenance.

  • 13 La « discontinuité » des espaces renvoie à la notion de fragmentarité spatiale qui peut être appré (...)

25La construction du nouveau système territorial se fonde sur des liens multiples et souvent entremêlés entre le quartier de provenance et le nouvel espace de vie, celui de la cité : les allers et retours incessants entre ces deux espaces ressortissent tout autant aux représentations qu’aux pratiques (sociales et spatiales) qui, elles-mêmes, agissent sur ces représentations et sur les discours comme l’indique, par exemple, le rôle des références d’ordre identitaire au quartier de provenance dans la constitution de relations sociales dans la cité. Toutefois, l’appréhension de ce système territorial se complexifie encore par les recompositions dont il est l’objet : certains des liens qui « unissent » les espaces pratiqués, en dépit de la discontinuité physique qui les sépare13, se défont, d’autres se reforment ou se créent et ces changements peuvent à la fois rendre compte d’un processus d’exclusion accrue ou d’un ancrage résidentiel, « par-delà » l’espace de la cité, lorsqu’ils se fondent sur des réseaux sociaux qui ne sont pas liés au lieu de résidence.

La reconstruction du « système territorial » : discours identitaires et représentations

26La territorialisation des itinéraires dans le centre de la ville ne peut être associée au seul accès au logement et à la seule logique de son marché, sauf à accepter une réduction de sa complexité. Ainsi, les réseaux familiaux, professionnels et de voisinage donnent-ils un sens aux itinéraires. De même, des déterminants d’un autre ordre, parfois difficilement saisissables parce que plus immatériels, tels l’emprise et la portée des relations de sociabilité dans le quartier de provenance, l’attachement au quartier d’origine – lequel est aussi lié à ce que représentent ses édifices religieux, son atmosphère, son cadre de vie –, ou, encore, la connaissance, l’expérience et l’exploration de certains quartiers de la ville plutôt que d’autres, attribuent à ces espaces centraux une gamme de valeurs et de représentations positives ou négatives qui interagissent, de façon inégale, avec les stratégies de localisation de familles dont certaines y vivent depuis plusieurs générations.

27Les effets de la rupture résidentielle, violence matérielle et symbolique, ressortissent à une modification des combinaisons qui s’établissent entre, d’un côté, la relation des habitants à l’espace et, de l’autre, les pratiques de tout ordre qui se jouent dans cet espace ou, autrement dit, à la transformation d’un système territorial qui peut se décrypter à plusieurs échelles : à un nouveau type d’habitat – l’appartement – s’associent de nouveaux modes d’habiter l’espace privé ; d’une autre configuration spatiale – la cité – découlent de nouveaux usages de l’espace public ; et, encore, de la situation géographique de la cité résultent de nouvelles formes de déplacement et de rapport à la capitale et, plus précisément, au quartier de provenance. A cet égard, si les modalités de la « cassure » (le séisme) ne préjugent pas totalement de la suite de l’histoire des habitants relogés, elles interfèrent sur l’élaboration du système territorial qui se constitue, en partie, en fonction du quartier de provenance. Au-delà, c’est parce qu’il y a eu une cassure de cet ordre, et non un simple déménagement, que les référents identitaires au quartier de provenance sont à la fois omniprésents dans les discours des relogés et opératoires dans la constitution de nouvelles relations sociales dans la cité : espace des origines, quasi-originel pourrait-on dire, le quartier de provenance devient – devient car la référence identitaire était probablement moins nécessaire avant le relogement – le lieu de l’identité : s’y référer permet de dire d’où l’on est soi-même, mais aussi de savoir qui est le voisin. Dans le même ordre d’idées, les liens entre la mémoire résidentielle et l’attachement au « quartier » d’origine – dans le sens le plus fort du terme et qui occupe la première place dans la hiérarchie des espaces nommés – sont constitutifs du nouveau rapport au territoire : les références au quartier de provenance où les habitants avaient, dans cet espace par eux-mêmes délimité, une histoire – et qu’ils lui en attribuaient une –, parce qu’ils y établissaient des modes de relations et des cheminements particuliers et qu’ils y étaient attachés par des liens sociaux, religieux et économiques tendent à faire de ce quartier de provenance d’autant plus l’emblème d’une citadinité disparue que celle-ci avait été gagnée et qu’elle a été perdue.

28Le quartier de provenance, sans doute parce qu’il appartient à un passé révolu aux yeux des habitants, apparaît a posteriori comme un espace homogène et renvoie à un temps idéalisé : conflits et tensions oubliés, c’était l’espace de la famille élargie et du bon voisinage ainsi que le temps des relations de solidarité et de l’attention à l’autre. Mais au-delà, les références au quartier de provenance ont une double fonction « d’identarisation » – i.e. un processus de reconstitution de son identité propre – et d’identification – i.e. un processus de reconnaissance de l’Autre –, rendue probablement d’autant plus nécessaire que la rupture résidentielle et le relogement ont « brouillé » les appartenances identitaires originelles. Autrement dit, en assignant à leur quartier de provenance des valeurs, des signes, des modes de vie, des liens sociaux spécifiques, il s’agit tout à la fois de distinguer son quartier des autres et de se distinguer des habitants des autres quartiers de la capitale ; en même temps, par cette opération, discursive, de passage entre un espace désigné, qualifié, délimité, et les habitants qui y vivent, il devient possible de « reconnaître » le voisin – ce qui ne signifie pas nécessairement le connaître.

29En ce sens, le quartier de provenance, avec son histoire, ses frontières, ses emblèmes, son type de relations sociales, son mode de vie, constitue bien un territoire. Mais ce territoire d’origine, de l’identité, des représentations – et aussi des pratiques – prend tout son sens parce qu’il est constamment mis en interaction avec l’espace dorénavant habité, également représenté et vécu, à savoir la cité. Les va-et-vient – encore une fois, matériels et symboliques – entre l’espace de provenance et l’espace de résidence, les imbrications et les relations entre les lieux ne permettent pas de parler de deux territoires distincts, que ce soit dans le temps – parce que l’un correspondrait au temps passé révolu et l’autre au temps présent et à venir – ou dans l’espace – parce que, à chacun, correspondraient des représentations et des pratiques spatialement déterminées. Tout se passe comme si l’appropriation d’un nouvel espace de vie – celui de la cité – ou, encore, l’édification d’une nouvelle territorialité se faisaient par rapport au quartier précédent bien que la constitution de nouvelles relations sociales ou les pratiques de circulation montrent qu’il ne s’agit pas seulement de cela.

30Ce processus de construction du système territorial mérite pourtant d’être encore nuancé et, plus même, complexifié. Ce que nous observons, en effet, c’est une « expérimentation » – un apprentissage – toujours en cours – est-elle jamais achevée ? – d’une cité qui s’édifie aussi à partir des représentations des habitants : représentations de soi lorsqu’il s’agit des nouveaux modes d’habiter, ou, d’une toute autre manière, lorsqu’il s’agit de s’identifier et d’identifier l’Autre, représentations du nouvel espace de vie, au sens large ; et, encore, représentations du nouveau modèle urbain que constitue la ville nouvelle périphérique (par opposition aux quartiers centraux) et qui implique, selon les habitants, de nouvelles normes auxquelles il faut s’ajuster, de nouveaux comportements et attitudes à adopter.

CONCLUSION

  • 14 Marié Michel, « Territoire, centre et marge, identité et altérité », 1995, p. 20.
  • 15 Di Méo Guy, L’homme, la Société, l’Espace, pp. 144-145.

31Il ne s’agit pas, à partir des lignes qui précèdent, de donner une définition univoque ou figée du « territoire » mais de comprendre, à partir d’un travail de terrain, dont quelques aspects ont été ici brièvement décrits ici, quelques-unes – certainement pas toutes – des modalités de sa constitution et, surtout, de mettre en exergue les recompositions incessantes dont il est l’objet. La notion « territoire » est éminemment polysémique parce qu’il fait lui-même partie d’une réalité polysémique dont les sciences sociales – et le chercheur ! – ne peuvent faire abstraction14. Guy Di Méo propose une large palette de ses différents sens et la relation qu’il établit à cette occasion entre le territoire et le temps me semble particulièrement riche pour conclure ces propos : « C’est grâce à nos apprentissages sociaux, à l’acquis de nos pratiques sociales que nous pouvons procéder, au fur et à mesure que nous nous représentons l’espace, à sa structuration, à sa réification et à sa dénomination. С’est à partir de nos expériences vécues, au triple sens de nos pratiques, de nos représentations et de notre aptitude à conceptualiser, que nous parvenons à territorialiser l’espace. Nantis du langage, pris dans l’action, nous requalifions constamment l’espace de nos pratiques, de notre vécu. Bien entendu, le « territoire est de l’espace-temps, non de l’espace tout seul » (Barel, 1981). Michel Marié ne dit pas autre chose quand il avance que le « territoire, с’est quelque chose comme du temps cristallisé » et que « l’espace a besoin de l’épaisseur du temps, de répétitions silencieuses, de maturations lentes, du travail de l’imaginaire social et de la norme pour exister comme territoire » (1982). Si l’on fait la somme des ingrédients composant le territoire, l’épaisseur historique figure en bonne place (...). Raffestin, Barel, Marié... Les avis convergent, le territoire correspond bien à une construction, produit de l’histoire que reconstitue et déforme, au fil de ses pratiques et de ses représentations, chaque acteur social. »15.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Antoine Philippe, Coulibaly Sidiki, L’insertion urbaine des migrants en Afrique, Actes du séminaire « Insertion des migrants en milieu urbain en Afrique », CRDI-ORSTOM-URD, Lomé 10-14 février 1987, Coll. Colloques et séminaires, Editions de l’ORSTOM, Paris, 1989, 242 p.

Brun Jacques, « Mobilités résidentielles et stratégies de localisation », Stratégies résidentielles, ed. INED, Paris, 1990, pp. 299-312.

Di Méo Guy, L’homme, la Société, l’Espace, Coll. Géographie, Anthropos, Economica, Paris, 1991, 319 p.

Gribaudi Maurizio, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Editions de l’EHESS, Paris, 1987, 264 p.

Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Bibliothèque de sociologie contemporaine, PUF, Paris, 1968, 204 p.

Le Bris Emile, Marie Alain, Osmont Annik, Sinou Alain, Familles et résidence dans les villes africaines, Coll. Villes et entreprises, l’Harmattan, Paris, 1987, 268 p.

Lévy-Vroelant Claire, « Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle. L’exemple de Versailles au xixe siècle », La ville en mouvement : habitat et habitants, Coll. Villes et entreprises, l’Harmattan, Paris, 1992, pp. 31-40.

Marié Michel, « Territoire, centre et marge, identité et altérité », Espaces, territoires, sociétés, Intergéo-Bulletin, n° 118, CNRS, 29e année, 2e trimestre, Paris, 1995, pp. 19-25.

Pinol Jean-Luc, Les mobilités dans la grande ville. Lyon fin xixe-début xxe, PFNSP, Paris, 1991, 431 p.

Rémy Jean, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ? Coll. Villes et entreprises, l’Harmattan, Paris, 1996, pp. 135-156.

Rosental Paul-André, Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Editions de l’EHESS, Paris, 1999, 255 p.

Tarrius Alain, « Territoires circulatoires et espaces urbains », Les Annales de la Recherche Urbaine, Mobilités, n° 59-60, Plan Urbain, Ministère de l’Equipement, Paris, juin-septembre 1993, 51-60.

Wellman Barry, Leighton Barry, « Réseau, quartier et communauté. Préliminaire à l’étude de la question communautaire », Espaces et sociétés, n° 38-39, L’Harmattan, Paris, 1981, pp. 111-133.

Notes

1 URBAMA, Université de Tours.

2 Je fais ici référence à une intervention de Michel Lussault qui avait introduit des Journées Doctorales, organisées à URBAMA (Tours) en 1994, intitulées Les territoires entre pouvoirs, représentations et identités. Après avoir replacé l’émergence de la notion de « territoire » dans le contexte des recherches menées d’abord par des sociologues – dont les études « pionnières » de l’Ecole de Chicago – plutôt que par des géographes, M. Lussault constatait que la prolifération de l’utilisation du mot « territoire » dans les travaux des géographes s’était traduite, notamment, par une transposition, peu précise, de l’emploi du terme « espace » en celui de « territoire » : « Tout devient du territoire et, à un tel niveau de généralité, il n’est plus possible d’établir une échelle du territoire : l’Objet territorialisé ne peut plus alors être utilisé. Ainsi, en ce qui concerne les échelles, le mot territoire est employé pour désigner les territoires de l’individu et le même mot pour désigner des territoires plus vastes. On finit par l’utiliser pour définir des modes de relations sans plus s’attacher à l’espace ; l’espace est perdu, ce qui peut sembler le comble pour le géographe ! »

3 Il s’agit notamment des travaux suivants : Familles et résidence dans les villes africaines, E. Le Bris, A. Marie, A. Osmont, A. Sinou ; L’insertion urbaine des migrants en Afrique, P. Antoine, A. Coulibaly, ainsi que des nombreuses publications de V Dupont et F. Dureau.

4 Pinol Jean-Luc, Les mobilités dans la grande ville. Lyon fin xixe-début xxe, PFNSP, 1991 ; Gribaudi Maurizio, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Editions de l’EHESS, 1987 ; Rosental Paul-André, Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Editions de l’EHESS, 1999.

5 Tarrius Alain, « Territoires circulatoires et espaces urbains », Les Annales de la Recherche Urbaine, 1993.

6 Je me réfère ici à mon travail de thèse dont est, en partie, issu cet article : B. Florin, Itinéraires citadins au Caire. Mobilités et territorialités dans une métropole du Monde Arabe, sous la direction de Pierre Signoles, soutenue le 10 décembre 1999, Université François-Rabelais, Tours.

7 Ceci a également été observé dans le cas des migrations françaises. Voir, par exemple, les travaux de Claire Lévy-Vroelant sur les habitants des garnis parisiens au xixe siècle.

8 Il s’agissait de défendre « l’intégrité territoriale » de la cité lorsque le gouvernement voulut implanter une cité d’urgence au cœur de ‘Ayn al-Sira, puis remplacer un espace vert par un orphelinat ; la première opposition s’est soldée par un échec, tandis que la seconde s’est conclue par la « victoire » des habitants.

9 La notion de « quartier » peut poser problème dans la reconstitution des itinéraires : de quel « espace » s’agit-il exactement ? S’agit-il des limites administratives ou des « quartiers » desquels les habitants se disent originaires ? Pour surmonter cette difficulté, je suis Jacques Brun lorsqu’il écrit : « Il convient d’accueillir avec prudence tout essai d’interprétation en termes de “stratégies de localisation” fondées exclusivement sur les données de mobilité, recueillies selon un mode quelconque de partition de l’espace, dès lors que cette partition est préétablie, ce qui est le cas (...) des circonscriptions administratives » (Brun Jacques, « Mobilités résidentielles et stratégies de localisation », 1990, p. 310). Il m’a donc paru essentiel de considérer qu’un changement de « quartier » était effectif lorsqu’il était présenté comme tel par les habitants ; il se trouve aussi que les réponses aux questions sur la localisation des logements antérieurs sont le plus souvent « spontanément » très précises, qu’elles font référence à des « quartiers » – et non aux limites administratives – et aux lieux emblématiques qui s’y rattachent (par exemple : « J’habitais à Gamâliyya, devant la mosquée al-Hussayn » ; « Mon mari est né rue Mohammad ’Ali, en face du musée d’art islamique » ; « Je suis né à Sayyida Aycha, près de la citadelle », etc.). Cette précision dans les réponses rend ainsi plus aisée l’appréhension de la notion de « changement de quartier » – ce qui n’exclut pas les déménagements au sein d’un même « quartier » – et, par là-même, celle de « territoire ».

10 Ceci pourrait sembler en contradiction avec les analyses des recensements qui montrent l’ampleur du mouvement de redistribution de la population depuis les quartiers centraux vers la périphérie et, en particulier, vers Guizah, quartier de la rive gauche du Nil, et ceci depuis une vingtaine d’années. Par contre, ces analyses ne disent rien de qui traverse le Nil pour s’installer précisément... Je formule une hypothèse : malgré les écarts de position sociale qui différencient les habitants des quartiers centraux relogés dans la cité périphérique que j’évoque ici, il s’agit néanmoins d’une population majoritairement très peu aisée. Les enfants mariés dont j’ai suivi la trajectoire n’ont pas les ressources suffisantes pour s’installer dans les nouveaux logements des quartiers de Guizah qui abritent plutôt la classe moyenne ; pour ces mêmes enfants, déménager dans un quartier auto-construit de la périphérie ouest du Nil est a priori possible et cela se produit lorsqu’ils ont une raison précise, souvent en relation avec les réseaux familiaux ou professionnels ; mais il se trouve que la territorialisation de ces réseaux rend peu fréquent ce type de mobilité.

11 Lévy-Vroelant Claire, « Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle », 1992, p. 40.

12 Cette démarche, tant lors des enquêtes de terrain qu’au moment de l’analyse et de l’interprétation des résultats, doit beaucoup à un article de Barry Wellman et de Barry Leighton qui s’interroge sur la pertinence de la notion de quartier dans l’étude des relations sociales et qui propose une approche fondée sur l’étude des réseaux dans l’espace urbain (et non seulement au sein du quartier). En ce qui concerne la méthode, je me suis inspirée de celle appliquée par Barry Wellman pour l’étude des réseaux sociaux dans l’une des banlieues de Toronto : « Les personnes interrogées devaient citer les personnes extérieures au foyer dont elles se sentaient le plus proches, jusqu’à six maximum » (B. Wellman, B. Leighton, « Réseau, quartier et communauté », 1981, p. 128). Pour ma part, j’ai demandé aux habitants de la cité de m’indiquer, d’une part, les cinq lieux les plus fréquentés (du plus fréquenté au moins fréquenté) et les raisons de la fréquentation et, d’autre part, les cinq personnes – extérieures au foyer – fréquentées (de la plus fréquentée à la moins fréquentée, sachant qu’une visite chez une famille est considérée comme une seule fréquentation) ainsi que les lieux, les raisons et le motif de ces fréquentations. Il m’est apparu, au cours des enquêtes, que le choix du chiffre cinq pour le nombre de lieux les plus fréquentés et de personnes les plus proches était pertinent, dans le sens où il était rarement atteint et où, lorsqu’il était atteint, j’ai posé une question supplémentaire pour savoir s’il y avait éventuellement d’autres lieux et d’autres personnes fréquentés.

13 La « discontinuité » des espaces renvoie à la notion de fragmentarité spatiale qui peut être appréhendée par les réseaux sociaux et par les pratiques de l’espace qui ne postulent pas a priori des effets de cette fragmentation : « (...) l’urbanisme des réseaux (...) devrait constituer la base à partir de laquelle requalifier les notions de lieu, voire de territoire. Dans cette perspective, la localité prend du sens dans la mesure où elle est un centre multipliant ses échanges avec l’extérieur tout en les maîtrisant (...). Les diverses relations que la localité peut entretenir avec le réseau dépendent des divers modes d’appropriation sociale d’un espace d’échange. Divers types de territorialités (qui constituent, selon moi, le “système territorial” ») pourraient être ainsi comparés. Il y a des espaces comme le quartier de résidence où il faut habiter pour se sentir chez soi. Le centre urbain est différent puisqu’il est un territoire commun où il n’est pas nécessaire d’habiter pour se sentir chez soi. D’autres espaces auront des qualités particulières par ce qu’ils se présentent comme des zones neutres où la rencontre se déroule n’étant ni chez l’un, ni chez l’autre (...). La notion d’aréole, connectée à celle du réseau, permet de sortir de l’idée que les avantages de l’urbanité découlent d’un espace physique continu et compact. Au contraire, la mise en relation des aréoles et des réseaux induit l’image que des ensembles urbains dynamiques sont compatibles avec un espace physique fragmenté. » (Jean Remy, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », 1996, p. 151). Cependant, l’établissement de liens entre les espaces discontinus suppose qu’ils soient reliés entre eux et que leur mode de connexion soit accessible à tous : or, dans le cas de la cité périphérique dont je parle, l’insuffisance des moyens de transport et leur coût pour les habitants limite, pour une partie d’entre eux, l’accessibilité aux espaces centraux ; en ce sens, pour certains habitants, l’enclavement spatial correspond à un enclavement social ou à un enfermement.

14 Marié Michel, « Territoire, centre et marge, identité et altérité », 1995, p. 20.

15 Di Méo Guy, L’homme, la Société, l’Espace, pp. 144-145.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540