Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

I. — Partie : production des territoires

Entre démocratie et marché, l’espace municipal est-il un territoire pertinent ?

Les enseignements de l’Afrique sub-saharienne

Émile Le Bris

Texte intégral

  • 1 Conférence internationale tenue à Istanbul en 1996.

1Faire de la ville un « territoire pertinent » est dans l’air du temps. D’aucuns ont même vu en Habitat II1 un moment fondateur dans une telle entreprise : cette ultime conférence internationale du siècle aurait consacré les collectivités locales comme acteurs de la scène mondiale. Si le diagnostic est difficilement contestable, le bilan que l’on peut tirer cinq ans après de l’événement soulève maintes interrogations. Non seulement les droits humains et la préservation de l’environnement sont plus que jamais subordonnés aux « lois du marché » mais, en altérant l’interface Etat-ville, la mondialisation n’ouvre pas, à l’évidence, un nouveau champ de pratiques et de représentations en matière de démocratie.

  • 2 On a assisté à Rio, en mai 2001, à l’unification du mouvement mondial des collectivités locales av (...)

2L’unification des associations internationales de villes qui vient de se réaliser2 masque en vérité des débats idéologiques profonds. Cet acte, posé au Sud par des organisations pilotées par le Nord, atteste que, si la coupure Nord-Sud ne correspond plus à des réalités objectives, elle n’en reste pas moins fortement structurante dans l’organisation du monde. Le débat poursuivi à Rio de Janeiro a, en effet, abordé un certain nombre de « questions communes » dont celle de l’articulation entre marché, démocratie et territoire.

3Peut-on identifier des « territoires pertinents » (certains disent des « mailles parfaites ») où se réalise cette articulation ? Peut-on postuler tout simplement aujourd’hui que la ville existe comme système territorial géographiquement délimité, stable et enraciné dans un contexte régional singulier ? Fin des territoires ou retour des territoires ? Ces questions constituent la trame de cette contribution. Les thèses mettant en avant la « ville globale » et la « ville émergente » ont la prétention d’apporter des réponses applicables à l’ensemble de la planète mais la problématique du territoire qui nous réunit conduit à reconnaître d’irréductibles singularités. Il ne s’agit pas ici de mettre en scène une quelconque exceptionnalité Africaine autour de cette interrogation, mais de montrer qu’à une étape historique donnée de son développement, l’Afrique se trouve contrainte d’accepter l’entrée dans la globalisation économique mais n’en demeure pas moins le théâtre de constructions territoriales originales et complexes.

I. LE DÉBAT ACTUEL SUR LES MODÈLES DE VILLE3

  • 3 « Quand la ville se défait », Esprit, Novembre 1999.

4On nous explique que, si la « ville organique » se défait, c’est parce qu’elle souffre d’une perte de sens, d’une incapacité à faire coïncider ordre social et ordre urbain. Elle ne parviendrait plus à préserver les attributs qui la définissent : la centralité, la densité, la rue, l’espace public. Cette désagrégation aurait partie liée avec l’effacement des cadres intégrateurs que sont la famille mononucléaire, l’école républicaine et le travail salarié.

5L’incapacité de la ville, déshistoricisée, déterritorialisée et instrumentalisée, à concentrer le pouvoir social, ou tout simplement à « faire société », s’accompagne paradoxalement de tentatives récurrentes de résolution de la fracture sociale par réduction de la « fracture urbaine ». Tel est le cas, en France des politiques successives de « développement social de quartier », de « développement social urbain » et, plus récemment, des « zones franches ».

6Deshistoricisée du fait des entreprises de « renouvellement urbain » et, plus encore, par la perspective post-moderne de « ville à jeter après emploi », ce qui reste de la « ville organique » n’est plus dépositaire d’une conscience du passé.

7Déterritorialisée, la ville le devient du fait d’une inexorable « archipélisation » de sa forme et de sa gestion. Ce processus de déterritorialisation se trouve renforcé par la généralisation des réseaux de dernière génération : le nouvel espace public se « localiserait » désormais sur le forum internet.

  • 4 Sassen, S., La ville globale, Paris, Descartes et Cie, 1996.

8Instrumentalisée enfin, la ville tend à l’être en tant qu’appendice temporaire d’une machine économique globale. Il convient cependant de remarquer que même les global cities4 qui sont censées commander cette machine ne s’articulent pas au système monde sur un mode purement fonctionnel. Une telle articulation est, en effet, à la fois enjeu de conflits et facteur de changement.

  • 5 J’emprunte ici à l’excellente contribution de C. Ghorra-Gobin, « Refonder la ville : le débat nord (...)

9La nouvelle figure de la cité emprunterait, selon les bons auteurs, au modèle nord-américain de la « ville émergente » définie à partir de deux critères5 :

  • L’étalement urbain (l’urban sprat) a été largement financé par les pouvoirs publics dans les pays industrialisés avant d’être facilité par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ce processus « d’exurbanisation » est accéléré par les dynamiques économiques contemporaines, mais il représente un coût très lourd pour la collectivité. En renforçant l’espace domestique, il réduit l’emprise d’un espace public où sont censés se réguler les antagonismes. Il détruit la cohérence spatiale de la métropole en laissant à l’abandon d’anciens territoires urbanisés.
  • La « sécession urbaine » est définie comme « la volonté de ne plus faire corps avec le reste de la ville et de la société ». Elle se traduit par un urbanisme affinitaire dont la forme achevée est le « lotissement enclavé » (gated community) à l’intérieur duquel se déroule la quête d’une démocratie locale complètement désolidarisée de l’entité municipale d’appartenance.

10Si l’on en croit les aficionados de la ville émergente, toutes les tentatives de réhabilitation de la « ville organique », comme les entreprises volontaristes pour réintroduire de la mixité sociale et spatiale, seraient vouées à l’échec. En rupture avec le slogan du « tout quartier » des années 70 et 80, le nouveau territoire pertinent ne serait même plus communal mais intercommunal et la solution résiderait dans le gouvernement d’agglomération démocratiquement élu. Pour qui mène depuis longtemps des recherches sur des champs urbains non occidentaux, ces généralisations apparaissent comme abusives, même si elles ont pour effet de stimuler la réflexion sur le territoire.

II. LES MUNICIPALITÉS AFRICAINES PARTICIPENT-ELLES D’UNE RETERRITORIALISATION DU POUVOIR ?

11Il est extrêmement difficile de repérer, en Afrique, les territoires pertinents d’articulation entre démocratie et marché. Les Etats prédateurs ont failli, au cours des quatre dernières décennies, dans leur prétention au monopole du développement. Les organisations régionales se sont révélées inefficaces, et l’entrée dans la mondialisation s’effectue, depuis quelques années, hors de tout contrôle endogène via, par exemple, les « corridors de modernisation », certains sites insulaires érigés en zones franches comme l’île Maurice, des réseaux migratoires transcontinentaux comme celui animé par les mourides sénégalais ou des systèmes mafieux. L’Afrique semble exclue de la compétition entre « villes globales ». Sauf rares exceptions, l’urbanisation y est un phénomène récent (de moins de 20 % de citadins il y a un demi-siècle à 50 % aujourd’hui) et, si les plus grandes villes actuelles furent historiquement les relais d’une domination coloniale, aucune d’entre elles n’apparaît, en cette fin de vingtième siècle, dans le club très fermé des world cities.

12La figure de la ville émergente semble pourtant, à première vue, s’appliquer au continent africain :

  • L’étalement urbain y atteint des proportions inquiétantes, mais les contenus sociaux de la « vague urbaine » sont sans rapport avec ceux de la ville nord-américaine tant il est vrai que les extensions urbaines constituent un espace d’irrégularité foncière occupé par des populations vivant souvent dans la plus grande précarité ;
  • La sécession urbaine est à l’œuvre dans un nombre croissant de pays. Au Nigeria, par exemple, la « bunkérisation » au profit du club très fermé des nantis s’accompagne d’une territorialisation de la violence des pauvres (les areas boys à Lagos). L’urbanisme affinitaire croise cependant d’autres logiques « d’être entre soi ». On a parlé de « retribalisation » de l’espace urbain pour désigner la consolidation d’espaces de sécurité communautaires6.
  • 7 Osmont, Α., La Banque mondiale et les villes. Du développement à l’ajustement, Paris, Karthala, 19 (...)
  • 8 Un document récent d’orientation politique (Banque mondiale, décembre 1999) donne la définition su (...)

13Les bailleurs de fonds internationaux imposent, de leur côté, en Afrique comme en beaucoup d’autres lieux, des réformes macro d’ordre économique et institutionnel sous-tendues par une vision en rupture de l’action publique, de la société et du territoire. La Banque mondiale semble devenue « une agence internationale d’expertise et de consultance, les prêts apparaissant à la limite comme des prétextes pour mettre en place directement des réformes destinées à installer le cadre institutionnel, financier et technique du développement tel que la Banque le conçoit7 ». Dans le même temps, les discours et les interventions sur et dans la ville participent d’une occultation du politique en mettant l’accent sur quatre attributs qui définissent en quelque sorte le territoire de la « ville idéale » : compétitivité sur le marché global, habitabilité pour les pauvres, bonne gouvernance et bancabilité8. « Par un glissement métaphorique avec ce qui constitue l’univers de l’entreprise (...) on verra la ville non plus seulement comme une fonction de production, mais comme une structure de « governance » qui gère et coordonne les transactions » (Osmont, op. cité, p. 281). La démocratie s’inspire, dans le cadre de cette « governance » administrée, d’une pensée du consensus par rapport à un objectif économiciste de lutte contre la pauvreté, supposé régir l’ensemble du champ social et politique. « Quoi de plus totalitaire qu’une démarche qui prétend, à partir d’une conception aussi globalement millénariste, imposer le gouvernement des Etats et des villes, des citoyens et des citadins, au nom de la pureté de l’épure libérale ? » (Osmont, op. cité, p. 286-87).

14Assimilée à l’espace du « refoulé du politique », la ville africaine n’en constitue pas moins l’arène d’une compétition politique acharnée entre des acteurs dont la palette s’est considérablement diversifiée au cours de la dernière décennie : l’Etat, les institutions internationales, les entreprises (en particulier à travers les privatisations des activités de service), les ONG, les communautés de base, les autorités coutumières, les mouvements religieux, les organisations criminelles, les seigneurs de la guerre, etc).

15S’il y a reterritorialisation du pouvoir, elle est précisément à rechercher du côté de nouveaux cadres de régulation auxquels les chercheurs s’intéressent depuis une bonne décennie.

  • La « logique de projet » introduit une relation complexe entre politiques publiques et territoires. Elle fragmente les agglomérations urbaines comme les espaces ruraux en « territoires » éphémères. Gilles Sautter9 parle « d’aménagement octroyé, variante spatiale du despotisme éclairé ». On est en présence d’une logique d’utilisation du sol répondant à la définition, donnée par Pierre Gourou, « d’enclave d’un capital et d’un savoir-faire extérieurs ». Dans cette « formule totalitaire » d’aménagement, les « bénéficiaires » sont réduits au rôle d’exécutants, mais ils jouent en fait un double jeu consistant à la fois à s’abstenir et à récupérer le projet. L’espace du projet peut être le siège de fortes mobilisations populaires lorsqu’il s’agit, par exemple, d’obtenir la régularisation d’une occupation illégale du sol, mais il est extrêmement rare que ces mobilisations survivent à la satisfaction des revendications. Amorcé dans les années 70, le projet de régularisation et de restructuration du quartier Nylon à Douala (Cameroun) illustre un processus de dépossession d’une puissante mobilisation « à la base » par les structures étatiques et par les bailleurs de fonds étrangers. L’horizon borné du projet se prête mal, en vérité, à des apprentissages de longue haleine dans les champs sociaux et institutionnels. On observe une prolifération normative génératrice d’incohérence et, in fine, d’incertitude pour les bénéficiaires supposés des opérations. Cette logique ne permet pas, pour la même raison, de prendre en compte, de manière dynamique, certaines questions liées à la gestion des structures et à leur financement. L’aire du projet fonctionne aussi comme support des stratégies d’accès à des ressources externes d’autant plus convoitées que les opportunités locales d’accès aux revenus s’amenuisent. Nous y reviendrons.
  • Les élections locales tenues depuis une vingtaine d’années ont obéi à des stratégies nationales : il s’agissait, en effet, de fournir une base territoriale aux anciens partis uniques10. En témoignent, les élections municipales du 12 février 1995 au Burkina Faso où, en remportant une écrasante victoire (les deux tiers des sièges et pratiquement toutes les grandes villes) le parti présidentiel peut se targuer d’avoir réussi à territorialiser son implantation et son électorat. La situation est apparemment différente en Côte d’Ivoire où les premières élections locales remontent à 1980. Alain Dubresson11 observe, dans la ville de Toumodi, que « l’engagement de rapport de force qui précède les nouvelles élections législatives et municipales de 1990 repose sur une certitude, celle de la légitimité cou-tumière, et un constat, celui de l’existence de marges de manœuvre rendues possibles par le caractère inachevé de la réforme communale en matière de gestion foncière » (Dubresson et Jaglin, op. cité, p. 274). Constatant que, dans la seconde moitié des années 80, une nouvelle génération de « grands » (cadres alliés au pouvoir central), ont massivement investi dans les villages, Dubresson conclut de la manière suivante : « Qu’ils procèdent d’un partage consensuel de territoires ou de conflits entre « grands », exacerbés par les règles du jeu politique résultant de la nouvelle donne issue de la réforme administrative et du multipartisme, ces nouveaux rapports entre pouvoirs et territoires ont transformé la ville en angle mort de l’investissement urbanistique » (Dubresson et Jaglin, op. cité, p. 283).
  • Les résistances identitaires conduisent, comme en témoigne l’exemple brazzavillois, à des formes violentes de reterritorialisation de l’espace urbain. « Suite à l’officialisation du multipartisme au Congo en 1990, toutes les consultations électorales ont été gagnées par les partis politiques misant le plus sur un type d’ancrage régional et ethnique. (Cela) se traduit à Brazzaville par une territorialisation des quartiers, chaque parti s’arrogeant de véritables fiefs dans la ville, puis par la militarisation des tensions débouchant sur deux guerres urbaines (...). La géographie ethnique et sociale (de la ville), sa dynamique propre sont engagées dans le conflit. Implantations électorales des partis, territoires des milices, lieux de rencontres au sommet ou refuges des hommes politiques, géographie des barricades et des combats, des déplacements ou migrations forcées des habitants, ont entraîné des mutations urbaines : recompositions des équilibres démographiques, recomposition fonctionnelle des quartiers, recomposition des identités collectives et des représentations de la ville (...) ». (Dorier-Apprill, Kouvouama, Apprill, op. cité, p. 301-02). La violence des armes n’est pas, loin s’en faut, la seule forme d’affirmation identitaire. Ainsi, l’urbanisation de Touba, au Sénégal, « s’appuie sur la ressource religieuse valorisant le symbolique et le sacré issus d’un processus de territorialisation qui a commencé avec la fondation de la confrérie mouride (fin du xixe siècle) »12. L’effritement de l’Etat, au cours de la dernière décennie, va ouvrir un « espace de déploiement des initiatives individuelles et de fabrication idéologique ». Les marabouts se muent en « braconniers sur les terres des entrepreneurs politiques », véritables artisans d’une ville idéale, à la fois espace de sécurité et refuge où la communauté se libère des contingences extérieures.

III. LA DÉCENTRALISATION IMPORTÉE À L’ÉPREUVE DES STRATÉGIES D’ACTEURS

16À la fin des années 90, seulement le quart des Etats africains avaient adopté une loi de décentralisation et l’avaient mise en œuvre avec des conseils démocratiquement élus. Imposée par les bailleurs, l’ouverture de chantiers de décentralisation avant que se soient consolidés les Etats a laissé le champ libre à des stratégies et autorisé des initiatives hétéroclites, lesquelles ont bien du mal aujourd’hui à se combiner pour former territoire. Il existe un contraste saisissant entre la multiplication des niveaux de décentralisation (province ou région, département ou district, commune) et l’incapacité où se trouve les Etats de franchir l’étape préalable de la déconcentration administrative.

17Ces réformes empruntent à une logique « d’excision de la souveraineté » ; elles constituent plus un accompagnement des politiques de lutte contre la pauvreté qu’elles ne se préoccupent de rééquilibrage territorial et de subsidiarité démocratique. « On comprend (...) pourquoi la décentralisation a été également l’enjeu de réformes institutionnelles visant à modifier en profondeur le système de pouvoir local dans ses liens avec le pouvoir central, dans l’objectif ultime d’obtenir une meilleure contribution des villes au développement économique. Et compte tenu des objectifs assignés à ces projets de réforme locale, on comprend mieux ce que sont devenus les modes d’instrumentation participative des populations versus empowerment communautaire » (Osmont, op. cité, p. 282-83). Les organisations « de base » seraient en quelque sorte sommées de se constituer en société civile « pour contribuer à une gestion pacifiée des coûts de transaction » (Osmont, op. cité, p. 293).

18Ce changement institutionnel sera exploité par les Etats pour se décharger sur les collectivités locales des charges qu’ils ne sont plus en mesure d’assumer. Aucun transfert de ressources n’accompagnant le transfert des compétences, les municipalités doivent faire avec des ressources propres dérisoires (moins de 6 € par habitant et par an alors qu’il en faudrait six fois plus pour que les municipalités soient en mesure d’offrir aux opérateurs économiques les infrastructures et les services adéquats). C’est une part significative de la population urbaine qui se trouve condamnée à des stratégies de survie, « empêchée d’accéder à une citadinité durable et complète et (...) par conséquent amputée d’une bonne partie de ses prérogatives de citoyenneté » (Osmont, op. cité, p. 286).

  • 13 Le Bris, E., (ed) « Espaces publics municipaux », Politique Africaine, n° 74, juin 1999.

19Non moins remarquable est la schizophrénie qui saisit les maires des grandes villes. Conscients pour la plupart que la rhétorique du nouveau contrat ville-Etat cache un marché de dupes, ils jouent les City managers avec des moyens de garde champêtre. Ce qui se trame à l’échelle municipale en matière de fiscalité, d’accès aux contrats publics et d’affectation des grands investissements leur échappe dans une large mesure. Ils sont en effet court-circuités par une pléïade d’intermédiaires, voire par des structures publiques ou parapubliques suscitées par les bailleurs (Agences de projet, Agences de Gestion des Travaux d’Intérêt Public, etc.) Prisonnières de leurs velléités de gestion managériale, les collectivités locales n’ont pas été capables de promouvoir un véritable espace public, entendu comme espace délibératif en charge d’établir une opinion commune et de définir un plan d’action collective13. Faute de cadre matériel de rencontre et de régulation des échanges, la « participation populaire à la base » encourt une double manipulation. Volontiers présentée comme le dernier rempart contre les excès du marché globalisé, elle est utilisée, en maintes circonstances, pour crédibiliser le désengagement public.

  • 14 Le Bris E., « Des politiques publiques intermédiaires pour des territoires intermédiaires. L’accès (...)

20L’exemple de l’approvisionnement en eau potable illustre bien ce type de dérive14. Confrontées à des déficits chroniques, les régies municipales mises en place peu avant les indépendances en 1960 ont été remplacées par des entreprises publiques nationales avant tout soucieuses de faire fonctionner le réseau moderne d’approvisionnement. Cette tâche est dorénavant dévolue à des opérateurs privés de taille internationale, peu intéressés par les secteurs urbains non rentables. En l’absence de définition précise du domaine public et de fondements juridiques propres à régir les conflits, ces opérateurs imposent des règles du jeu susceptibles de garantir leurs investissements. Ils n’ont pas, à ce stade, d’autre interlocuteur que l’Etat, considérant que la légitimité des élus locaux n’est pas bien assise. Il existe donc un paradoxe entre les politiques nationales de l’eau et les politiques de décentralisation. À l’inconsistance du service fourni, les usagers des quartiers défavorisés répondent par des stratégies compensatoires. Ils ouvrent ainsi la voie à un petit entreprenariat local à base familiale et clientéliste. Ces « barons de l’eau » se montrent particulièrement habiles à occuper, le plus souvent hors de tout contrôle public, les créneaux abandonnés par les grandes sociétés privées, et à capter les ressources de l’aide internationale vouées à la « lutte contre la pauvreté...

21On manque dans la plupart des cas du recul nécessaire pour mesurer l’impact des réformes de décentralisation sur le renouvellement des élites politiques. Ce que l’on observe, en revanche, dans les villes africaines, ce sont des dispositifs de pouvoirs multipolaires toujours instables et dépourvus, dans la plupart des cas, d’assises territoriales. Certains acteurs sont plus habiles que d’autres à « tirer les ficèles » dans ce jeu incertain et presque toujours générateur d’une violence politique locale. J’ai choisi de présenter deux acteurs qui ont la particularité de n’apparaître qu’exceptionnellement dans les montages institutionnels officiels.

La chefferie urbanisée ou les pièges de l’espace de sécurité communautaire15

  • 15 Van Rouveroy van Nieuwaal, E. Adriaan, L’Etat en Afrique face à la chefferie. Le cas du Togo, Pari (...)

22La chefferie revêt en Afrique des configurations très diverses. Les héritiers des grands royaumes centralisés exerçaient un pouvoir territorialisé (même si les notions de frontières restaient floues). Dans les sociétés segmentaires, il est en revanche extrêmement difficile d’identifier un territoire de la chefferie, l’autorité politique et religieuse s’exerçant principalement sur les hommes. Achille Mbembe insiste sur le fait que « le territoire n’était (...) ni le support exclusif des communautés politiques, ni la marque unique de la souveraineté, ni l’unique base de l’obéissance civile » (Mbembe, op. cité, p. 101). Gilles Sautter observe, quant à lui, que « la relation entre le pouvoir et les hommes est directe, et les espaces ne sont impliqués qu’en aval de cette relation » (Sautter, op. cité, p. 143). Il considère cependant que l’ethnie « montre en même temps une remarquable affinité pour l’espace, une tendance constante à prendre une forme géographique » (id. p. 279) au point que « les formes traditionnelles de l’encadrement politique (...) ont survécu en s’incorporant à la trame politico-administrative moderne » (id. p. 286).

23L’observation est judicieuse, mais on ajoutera que cette « incorporation » a occasionné de profondes transformations de ces formes d’encadrement. Instrumentalisée par le colonisateur, la chefferie sera considérablement affaiblie par les Etats indépendants dans ses fonctions de justice et de contrôle des ressources. Au Togo, le registre des « chefs traditionnels » est tenu par le ministère de l’Intérieur. La fonction de « chef de terre » dans la gestion rituelle et la transmission des droits fonciers subit moins, il est vrai, la tutelle administrative, mais l’autorité de ces personnages sera, le plus souvent, ignorée de jure ou de facto par les Etats. Par ailleurs, en multipliant les niveaux de décentralisation (de la région à la préfecture et au canton), on rapproche certes l’Administration des administrés, mais on concurrence directement la chefferie, soigneusement tenue à distance de l’exercice du pouvoir politique à l’échelle locale et renvoyée à son rôle de « gardienne de la tradition ». Les Etats post-coloniaux n’hésiteront pas, au demeurant, à exploiter ces « réserves de tradition » aux seules fins de conforter leurs stratégies prédatrices et de pallier leur impuissance à créer des espaces de sécurité citoyenne extra-communautaires.

24Confrontée aux réalités urbaines multiethniques et multiculturelles, certains chefs traditionnels (Lébou au Sénégal, Lari à Brazzaville, Ebrié à Abidjan, Ewé à Lomé) se révéleront particulièrement habiles à monnayer leurs prérogatives de chefs de terre. Il n’est en revanche pas attesté qu’à Brazzaville, à Lomé ou à Abidjan, ils aient « piloté » les réactions identitaires responsables des reterritorialisations à base ethnique décrites ci-dessous à Brazzaville. La plupart d’entre eux seront également incapables de troquer leur autorité coutumière sérieusement écornée contre un rôle d’« entrepreneur de développement ». Cette fonction leur est, il est vrai, disputée par d’autres acteurs.

Le big man16 maître du « procès de coopération au développement »

  • 16 L’expression est empruntée à M. Salhins in Salhins, M., « Poor Man, B ig Man, Rich Man, Chief. Pol (...)
  • 17 Chauveau, J-R, Bierschenk, T., Olivier de Sardan, J-R, Courtiers en développement. Les villages af (...)
  • 18 P-J. Laurent, « Le big man local ou la gestion coup d’Etat de l’espace public », Politique Africai (...)

25La figure du « courtier »17 ou du « big man »18 est, dans la ville africaine, une figure majeure mais mal connue. On a vu que l’ajustement des pouvoirs locaux à l’importation institutionnelle (décentralisation, démocratisation) se traduisait par un empilement normatif. La ville africaine, aujourd’hui soumise au « procès de coopération au développement », est de ce fait un lieu où règne à la fois l’impunité et l’insécurité.

26Cette arène est dominée par la figure du « big man », véritable « aiguilleur de rente » habile à accaparer les ressources (foncier, eau potable, etc.) pour se constituer un pôle d’accumulation. Le « big man » fonctionne avec un réseau de clients, conjuguant dépendance, peur et violence. Elus communaux et autorités coutumières jouent les seconds rôles, même s’ils bénéficient d’une part du gâteau. Dans cette mise en scène du projet démocratique importé, l’espace public est en trompe-l’œil. On se situe même aux antipodes d’une régulation démocratique dans le cadre de ce que P. J. Laurent qualifie de « gestion coup d’Etat » ; tous les moyens sont bons pour continuer de drainer vers la ville ou le quartier la « rente du développement », sous peine de disparaître en tant qu’acteur dans des conflits politiques locaux d’une violence inouïe. Le big man n’institue pas de territoire, son action éminemment précaire privilégiant le réseau et transgressant même la coupure ville-campagne Prospérant sur le drainage d’une rente au profit d’une petite association de développement rural, le big man de P-J. Laurent va en effet s’installer en ville et l’auteur montre comment le devenir du leader ne peut conduire qu’à la production d’un anti-paysan. Les courtiers font figure d’acteurs clés dans un champ politique passablement chaotique auquel correspond un espace urbain plus balkanisé qu’il ne pouvait l’être il y a un quart de siècle.

27En mai 2000 s’est tenue à Windhoek (Namibie) une réunion baptisée « Africités ». Elle a réuni 550 élus locaux venus de 37 pays africains. Cette rencontre s’inscrivait dans une tendance mondiale à l’organisation et à l’unification du mouvement municipal. Si importante qu’elle fut pour affirmer une unité africaine par ailleurs sérieusement mise à mal, elle n’a pas démontré l’aptitude des territoires municipaux ou infra municipaux africains à jouer le rôle intégrateur des intérêts particuliers et des politiques nationales.

  • 19 Coing H., Note adressée au Programme solidarité Eau dans le cadre du programme « Eau et assainisse (...)

28De quel(s) pouvoir(s) les villes africaines sont-elles le siège ? Peut-on parler de « territoires d’identité » là où la coexistence dans un lieu devient est facteur d’altérité ? Ces territoires sont confrontés, en quelque sorte par défaut, à la mondialisation : ajustement structurel, pilotage de la dette, privatisations, etc. Comment imaginer qu’ils soient le cadre d’une articulation entre démocratie et marché, alors qu’à toutes les échelles, la contrainte extérieure pousse les pays africains à « mettre la charrue avant les bœufs » ? On décentralise avant d’avoir consolidé l’Etat ; on se lance dans l’intercommunalité avant d’avoir construit la réalité communale. Plus généralement, on prétend maintenir l’équilibre d’un système de régulation alors qu’il s’agit de le créer, c’est-à-dire d’inventer collectivement un cadre de gestion et des règles du jeu. Henri Coing19 appelle à la méfiance face aux vertus supposées universelles de la contractualisation ; eu égard aux formidables inégalités entre partenaires, il apparaît que les contrats sont généralement conçus pour encadrer les maillons les plus faibles de la chaîne de décision. L’accumulation de ces processus paradoxaux est source de mutations brutales et profondes qui touchent à la forme et au sens même des villes. Derrière les pratiques hétéroclites et les stratégies chaotiques se profilent peut-être des modes de gestion de l’espace communal complètement inédit. Gageons les expériences de recomposition territoriale à l’œuvre en Afrique sauront ouvrir des voies originales à la fois en termes de développement économique et de progrès de la démocratie.

Notes

1 Conférence internationale tenue à Istanbul en 1996.

2 On a assisté à Rio, en mai 2001, à l’unification du mouvement mondial des collectivités locales avec la fusion des trois grandes associations internationales de collectivités locales : la FMCU, IULA et METROPOLIS.

3 « Quand la ville se défait », Esprit, Novembre 1999.

4 Sassen, S., La ville globale, Paris, Descartes et Cie, 1996.

5 J’emprunte ici à l’excellente contribution de C. Ghorra-Gobin, « Refonder la ville : le débat nord-américain » in Esprit, 1999, op. cit., 115-127.

6 Dorier-Apprill E., Kouvouama Α., Apprill C, Vivre à Brazzaville. Modernité et crise au quotidien, Paris, Karthala, 1998.

7 Osmont, Α., La Banque mondiale et les villes. Du développement à l’ajustement, Paris, Karthala, 1995, p. 279.

8 Un document récent d’orientation politique (Banque mondiale, décembre 1999) donne la définition suivante de la « bancabilité » : pour les villes ayant potentiellement une capacité d’endettement, l’assistance urbaine de la Banque mondiale devrait avoir pour orientation de les aider à avoir accès au marché des capitaux.

9 Sautter, G., Parcours d’un géographe. Des paysages aux ethnies. De la brousse à la ville. De l’Afrique au monde, Paris, Editions Arguments, 1993.

10 Loada, Α., et Otayek, R., « Les élections municipales du 12 février 1995 au Burkina Faso », Politique Africaine, n° 58, juin 1995.

11 Jaglin, S., et Dubresson, Α., (ed), Pouvoirs et cités d’Afrique noire. Décentralisations en questions, Paris, Karthala, 1993.

12 Gueye, C, « L’Etat louvoyeur face à la confrérie mouride : marché de dupes pour Touba (Sénégal) », Communication au colloque international sur les sciences sociales en Afrique subsaharienne : bilan et perspectives, Libreville, 7-11 juin 1999 (à paraître).

13 Le Bris, E., (ed) « Espaces publics municipaux », Politique Africaine, n° 74, juin 1999.

14 Le Bris E., « Des politiques publiques intermédiaires pour des territoires intermédiaires. L’accès à l’eau potable dans les quartiers défavorisés des grandes villes et les petits centres urbains », mai 2001, ronéo, 15 pages.

15 Van Rouveroy van Nieuwaal, E. Adriaan, L’Etat en Afrique face à la chefferie. Le cas du Togo, Paris, ASC – Karthala, 2000.

16 L’expression est empruntée à M. Salhins in Salhins, M., « Poor Man, B ig Man, Rich Man, Chief. Political Types in Melanesia », Comparative Studies in society and History, 5.

17 Chauveau, J-R, Bierschenk, T., Olivier de Sardan, J-R, Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Paris, APAD-Karthala, 2000.

18 P-J. Laurent, « Le big man local ou la gestion coup d’Etat de l’espace public », Politique Africaine, n° 80, décembre 2000, 169-181.

19 Coing H., Note adressée au Programme solidarité Eau dans le cadre du programme « Eau et assainissement dans les quartiers défavorisés des grandes villes et les petits centre urbains », PsEau, multigraphié, 2000.

Auteur

Directeur de recherches de l’IRD

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540